Vous êtes sur la page 1sur 2

Cycle Préparatoire Intégré

Première année Module : Algebre1


Fiche de T . D. N o 3
2017/18

Relations Binaires

Exercice 1. Dire si les relations suivantes sont réflexives, symétriques, antisymétriques, transitives :
   
1. ∀ x, y ∈ E = N xRy ⇐⇒ x = −y ; 2. ∀ x, y ∈ E = R xRy ⇐⇒ x = −y ;
   
3. ∀ x, y ∈ E = R xRy ⇐⇒ cos2 x + sin2 y = 1 ; 4. ∀ x, y ∈ E = R xRy ⇐⇒ |x| ≤ |y| ;
   
5. ∀ x, y ∈ E = R xRy ⇐⇒ x − y ∈ N ; 6. ∀ x, y ∈ E = R xRy ⇐⇒ x − y ∈ Z ;

7. ∀ ξ1 = (x1 , y1 ), ξ2 = (x2 , y2 ) ∈ R2 , ξ1 Sξ2 ⇐⇒ (x1 .y1 = x2 .y2 ) ∧ (x1 .x2 ≥ 0)


II. Pour H un ensemble de cardinal supérieur ou égal à 2 et x0 ∈ H, ∀ A, B ∈ E = P(H) :
   
1. ARB ⇐⇒ A ⊂ B ; 2. ARB ⇐⇒ A ∩ B 6= ∅ ;
   
3. ARB ⇐⇒ x0 ∈ A ∪ B ; 4. ARB ⇐⇒ x0 ∈ A ∩ B ;

Quelles sont parmi les exemples précédents les relations d’ordre et les relations d’équivalence ?
Exercice 2. On définit dans R les relations binaires R et S par : ∀ x, y ∈ R,
   
xRy ⇐⇒ x2 − y 2 = x − y et xSy ⇐⇒ (x3 + 2)(y 2 + 1) = (y 3 + 2)(x2 + 1)

Montrer que R et S sont des relations d’équivalence et déterminer la classe d’équivalence de tout a ∈ R
par rapport à R et par rapport à S.
Même questions pour la relation T , telle que :
 
∀ ζ1 = (x1 , y1 ), ζ2 = (x2 , y2 ) ∈ R2 , ζ1 T ζ2 ⇐⇒ x1 .y1 = x2 .y2

Exercice 3. Soient E un ensemble , R1 et R2 deux relations d’équivalence sur E, on définit


 la relation
composée ; R1 ◦ R2 ; par : ∀ x, z ∈ E, x R1 ◦ R2 z ⇐⇒ ∃y ∈ E; (xR2 y) ∧ (yR1 z) .
Montrer que R1 ◦ R2 est une relation d’équivalence si et seulement si R1 ◦ R2 = R2 ◦ R1 .
Exercice 4. Soit n ∈ N∗ et R la relation binaire définie par : ∀x, y ∈ Z, xRy ⇐⇒ ∃k ∈ Z; x−y = kn
˙ − 1)}, noté Z/nZ.
Montrer que R est une relation d’équivalence et que Z/R = {0̇, 1̇, . . . , (n
Exercice 5. On définit la relation binaire R par :
 
∀(p, q), (p0 , q 0 ) ∈ N2 ; (p, q)R(p0 , q 0 ) ⇐⇒ p + q 0 = q + p0

Montrer que R est une relation d’équivalence et que f : (p,˙ q) ∈ N2 7−→ (p − q) ∈ Z est une
/R
application bijective.
Exercice 6. On considère sur E = Z × Z∗ la relation binaire R définie par :

∀(p, q), (p0 , q 0 ) ∈ E; (p, q)R(p0 , q 0 ) ⇐⇒ pq 0 = qp0

Montrer que R est une relation


.
d’équivalence
.
et que pour tout x ∈ E, il existe p et q premiers entre
. p
eux dans Z tels que x = (p, q). On note (p, q) = .
q
Exercice 7. Soient (E, ) et (F, ) deux ensembles totalement  ordonnés et ≤ la relation binaire

0 0 0 0 0 0
définie sur E × F par : ∀ α = (x, y), α = (x , y ) ∈ E × F, α ≤ α ⇐⇒ (x  x ) ∧ (y  y ) .
La relation ainsi définie est elle une relation d’ordre sur E × F ? Si oui, l’ordre est-il total ?
Exercice 8. Soient E = {a, b, c, d}, A = {{a}, {a, b}{a, d}} et B = {{b}, {a, c}, {d}}. Déterminer :
1. Les ensembles des majorants et des minorants de A et de B dans (P(E), ⊆), ainsi que la borne
supérieure et la borne inférieure de A et de B si elles existent.
2. Les éléments minimaux et les éléments maximaux de A et de B.
3. Le plus grand et le plus petit élément (s’ils existent) de A et de B.
.
 
Exercice 9. On définit  par : ∀ m, n ∈ N∗ , m  n ⇐⇒ ∃k ∈ N∗ ; n = k.m .
1. Montrer que  est une relation d’ordre partiel sur N∗ .
2. L’ensemble N∗ possède-t-il un plus grand élément ? un plus petit élément ?
3. Soit A = {4, 5, 6, 7, 8, 9, 10}. Déterminer l’ensemble des majorants et l’ensemble des minorants
de A. A possède-t-il un plus grand élément ? Un plus petit élément ?
 
Exercice 10. On définit  par : ∀ m, n ∈ N∗ , m  n ⇐⇒ ∃k ∈ N∗ ; n = mk .
1. Montrer que  est une relation d’ordre partiel sur N∗ . (comparer m = 1 et n = 2)
2. Donner les éléments minimaux et les éléments maximaux de N∗ .
3. L’ensemble N∗ possède-t-il un plus grand élément ? un plus petit élément ?
4. Soit A = {2, 4, 16}. Déterminer le plus grand élément et le plus petit élément de A.
Exercice 11. Dans R2 , on définit la relation  par :

∀ (x, y), (x0 , y 0 ) ∈ R2 , (x, y)  (x0 , y 0 ) ⇐⇒ (x < x0 ) ∨ ( (x = x0 ) ∧ (y ≤ y 0 ) )

1. Montrer que  est une relation d’ordre. L’ordre est-il total ?


2. Donner les majorants et les minorants de A = {(a, b)} et représenter les dans R2 .
3. Soit X = {(a, b), (c, d)}. Déterminer sup X et inf X.
Exercice 12. Soit f : R −→ R une application injective et  la relation binaire sur R définie par :

∀ x, x0 ∈ R, x  x0 ⇐⇒ f (x) ≤ f (x0 )

Montrer que  est une relation d’ordre. L’ordre est-il total ou partiel ?
Exercice 13. Soient  et  deux relations d’ordre sur un ensemble E. Les relations suivantes sont-
elles des relations d’ordre (total ou partiel ?)
 
1. ∀ x, y ∈ E, xRy ⇐⇒ (x  y) ∧ (x  y) .
 
2. ∀ x, y ∈ E, xSy ⇐⇒ (x  y) ∨ (x  y) .

Vous aimerez peut-être aussi