Vous êtes sur la page 1sur 2

Cycle Préparatoire Intégré

Première année Module : Algebre1


Fiche de T . D. N o 4
2018/19

Structures Algébriques
 
x+y
Exercice 1. On définit sur ] − 1, 1[ la loi ? par : ∀ x, y ∈ G =] − 1, 1[, x ? y = .
1 + xy
Montrer que (G, ?) est un groupe abélien.
Exercice 2. On définit sur R2 les l.c.i. ∗, ? et T par : ∀ (x, y), (x0 , y 0 ) ∈ R2 ,
     0

x ∗ y = (x + x0 , y + y 0 + 2xx0 ) , x ? y = (xx0 − yy 0 , xy 0 + yx0 ) et xTy = (x + x0 , yex + y 0 e−x ) .

Montrer que (R2 , ∗), (R2 \ {(0, 0)}, ?) et (R2 , T) sont des groupes. Sont-ils commutatifs ?.
Soient P = {(x, y) ∈ R2 , y = x2 }, C = {(x, y) ∈ R2 , x2 + y 2 = 1} et ∆ = {(x, y) ∈ R2 ; y = αx} ; où α ∈ R,
vérifier si P, C et ∆ sont des sous groupes, respectivement, de (R2 , ∗), (R2 \ {(0, 0)}, ?) et (R2 , T).
 
Exercice 3. Soient (G, ∗) un groupe abélien, α ∈ G et ? la loi définie par : ∀ x, y ∈ G, (x ? y = x ∗ y ∗ α) .
Montrer que (G, ?) est aussi un groupe abélien.
Exercice 4. Soit ∗ la l.c.i. dans G = R∗ × R définie par :
 
∀ (x, y), (x0 , y 0 ) ∈ G, ( (x, y) ∗ (x0 , y 0 ) = (xx0 , xy 0 + y) ) .

Montrer que (G, ∗) est un groupe non commutatif et que R∗+ × R est un sous groupe de G.
Exercice 5. Soit (G, ?) un groupe, dont l’élément neutre est noté e, montrer que chacune des propriétés
suivantes
 implique que le groupe
 est commutatif.   
P1 : ∀ x ∈ G, x = e , P2 ; ∀ x, y ∈ G, (x ? y)2 = x2 ? y 2 et P3 : ∀ x, y ∈ G, (x ? y)−1 = x−1 ? y −1 .
2

Exercice 6. Soit (G, ∗) un groupe dont l’élément neutre noté e. Les applications suivantes sont elles des
morphismes de groupes ? isomorphismes ?
f : (G, ∗) −→ (G, ∗) g : (G, ∗) −→ (G, ∗) h : (G, ∗) −→ (G, ∗)
; −1 ; (p ∈ Z∗ ) ;
x −→ f (x) = e x −→ f (x) = x x −→ f (x) = xp
Exercice 7. Montrer que (R∗ , ·) n’est pas isomorphe à (R, +).
1
Exercice 8. Etant donnée ? la l.c.i. dans R, définie par : ∀ x, y ∈ R, x ? y = (x3 + y 3 ) 3 . On définit
l’application f : R −→ R par : ∀ x ∈ R, f (x) = x3 .
Montrer que f : (R, ?) −→ (R, +) est un isomorphisme. (R, ?) est-il un groupe abélien ?
Exercice 9. On définit sur R2 les l.c.i. suivantes : ∀ (x, y), (x0 , y 0 ) ∈ R2 ,

(x, y) ⊕ (x0 , y 0 ) = (x + x0 , y + y 0 ), (x, y) ∗ (x0 , y 0 ) = (xx0 , xy 0 + x0 y) et (x, y) ? (x0 , y 0 ) = (xx0 , yy 0 )

Vérifier si (R2 , ⊕, ∗) et (R2 , ⊕, ?) sont des anneaux. Sont-ils commutatifs ? Sont-ils unitaires ?
Exercice 10. Etant donnés p ∈ N et Ap = (m, n) ∈ Z2 ; m − n ∈ pZ .


1. Montrer que Ap est un sous anneau de Z2 .


2. Si A est un sous anneau de Z2 , montrer que G = {m ∈ Z; (m, 0) ∈ A} est un sous groupe de (Z, +)
et déduire qu’il existe p ∈ N tel que A = Ap .
nm o n m o
Exercice 11. Soit A = ; m ∈ Z, n ∈ 2N + 1 et D = ; m ∈ Z, k ∈ N . Montrer que A et D sont
n 10k
des sous anneaux de Q et déterminer leurs éléments inversibles.

Exercice 12. Soit A un anneau, montrer que si x et y commuttent , alors :


   
1. (x et y nilpotents 1 ) =⇒ (x + y) est nilpotent et x nilpotent) =⇒ xy nilpotent
2. Si x est nilpotent alors (1 − x) est inversible et calculer (1 − x)−1 .
 
Exercice 13. Soit (A, +, .) un anneau tel que ∀ a ∈ A (∀ b ∈ A (b(a2 − a) = (a2 − a)b) 2 . Montrer que
 
∀(x, y) ∈ A2 , (∀ z ∈ A, ( z(xy + yx) = (xy + yx)z ) 3 et que A est un anneau commutatif.

Exercice 14. Soit (A, +, ×) un anneau commutatif intègre


 fini et pour tout a ∈ A \ {0A }, on définit l’appli-
cation fa : A −→ A telle que ∀ x ∈ A, fa (x) = x × a .
Montrer que pour tout a ∈ A \ {0A }, fa est bijective (injective et Card(A) fini) et déduire que (A, +, ×)
est un corps.

Exercice 15. Etant donnés I et J deux idéaux d’un anneau commutatif (A, +, ×), on note :

I + J = {x + y; x ∈ I, y ∈ J}, I · J = {x1 y1 + x2 y2 + . . . + xk yk ; k ∈ N∗ , (x1 , . . . , xk ∈ I), (y1 , . . . , yk ∈ J)}

1. Montrer que I ∩ J, I + J et I · J sont des idéaux de A.


2. Montrer que I + J ⊂ I ∩ J et I · J ⊂ I ∩ J
3. Soit Π = {x × y; x ∈ I et y ∈ J}, est-il lui aussi un idéal de A ? (Voir quand A = Z)

Exercice 16. Etant donné A un anneau commutatif et I un idéal, on note I = {x ∈ A, ∃n ∈ N; xn ∈ I},
√ p p √
le radical de I. Montrer que I est un idéal de A. Que valent √ {0} et I ?
Question subsidiaire. Si A = Z et I = pZ, déterminer pZ .
√ √ √
Exercice 17. Soit √ d ∈ N tel que d 6∈ Q. On note Q[ d] = {x + y d; x, y ∈ Q} ⊂ R.
Montrer que Q[ d] est un corps.

Exercice 18. Soit K et L deux corps et f : K −→ L un homomorphisme d’anneaux unitaire.


1. Montrer que l’image de tout élément non nul de K est inversible dans L.
2. Calculer Ker(f ) = {0K }. Que peut-on déduire ?

Exercice 19. On veut démontrer que Q n’a pas de sous corps propre.
Soit K un sous corps de Q.
1. Montrer que : (K 6= {0K }) =⇒ (N ⊂ K).
2. Montrer que : (K 6= {0K }) =⇒ (Z ⊂ K).
3. Déduire que K = Q.

1. On dit que x est nilpotent si : ∃n ∈ N∗ ; xn = 0A .


2. On dit que (a2 − a) appartient au centre de l’anneau A
3. On prend dans l’hypothèse : (a = x + y) et (b = z).

Vous aimerez peut-être aussi