Vous êtes sur la page 1sur 8

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de

l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université M’Hamed


BOUGARA – Boumerdes
Faculté de Technologie

Département de Génie Mécanique

Mini-Projet Risques industriels et techniques de sécurité

Thème no5 : Exemple d’analyse des risques industriel : l'analyse préliminaire


des risques (APR)

Réalisé par :
Nom Prénom Matricule E-Mail

Elbouali Malek 171732002261 Malek.eb20@gmail.com


Abderrahmane

L’année universitaire 2020/2021


Introduction :
Dans la gestion d'entreprise, la sécurité industrielle au sens large comprend
généralement la sécurité des biens, du personnel et la durabilité de l'entreprise.
Il s'agit donc d'un problème d'alignement des exigences de rentabilité à court terme avec les exigences
de sécurité des produits et du personnel visant à réduire les risques des activités à long terme de
l'entreprise aux niveaux environnemental, social et économique ..., Ce qui peut affecter ses parties
prenantes. S'il existe des dangers dans les activités des entreprises, la sécurité industrielle se
concentrera sur l'analyse de ces risques et leur maîtrise.

Le risque est une notion difficile à cerner mais de façon générale, on peut dire que c'est une contingence
indésirable, appréhendée, relativement anodine et peu probable. Par appréhendée, on entend par là
que le risque est connu au préalable. L'exposition au risque résulte donc souvent d'une démarche
consciente, appelée prise de risque. En ce sens, le risque se distingue par exemple de l'aléa ou de
l'incident, qui surviennent en général de façon imprévue [1]. Afin de limiter au maximum les accidents
industriels, des mesures et analyses strictes sont appliquées comme par exemple L’analyse
préliminaire des risques (APR) qu’on exposera aujourd’hui.

I) Qu’est-ce qu’une analyse préliminaire des risques (APR) :


L’analyse Préliminaire des Risques (APR) est une méthode d’usage très général
couramment utilisée pour l’identification des risques au stade préliminaire de la conception
d’une installation ou d’un projet. Cette technique dérivée des exigences du « U.S. Military
Safety Program MIL-STD882D » a été développée dans les domaines aéronautique et militaire
au début des années 1960.[1]

L’analyse préliminaire des risques(APR) permet d'identifier essentiellement les accidents


potentiels liés au système et à ses interfaces afin d’évaluer leur probabilité d’occurrence ainsi
que la gravité des dommages qu’ils puissent engendrer et enfin de proposer des solutions
(mesures de prévention et/ou de protection) qui permettront de contrôler et réduire le niveau
de risque inhérent (Gravité/Occurrence)[2], et aussi mettre en évidence et étudier les
dysfonctionnements susceptibles d’apparaître du fait de l'existence de fonctions ou/et
d'éléments dangereux du système :

❖ Identifier les fonctions et éléments potentiellement à risques, et les EI/ER


associés (effet système).

❖ Caractériser et hiérarchiser ces EI/ER en termes de scénario d’apparition et de


gravité.

❖ Déterminer les modes de traitement adaptés à chaque EI/ER.

❖ Décliner des EI/ER système au niveau sous système.

1
❖ Déterminer les sous-systèmes contribuant à l’apparition des EI/ER [3]

L’APR est généralement réalisée tôt dans le développement d’un projet. À ce moment, peu
d’information est disponible sur les détails de conception et, par exemple, sur les procédures
d’exploitation et d’entretien. En conséquence, l’APR est souvent le précurseur d’autres analyses de
dangers plus élaborées. C’est une méthode qui offre un bon rapport coût/bénéfice.[4]

II) Principe d’analyse Préliminaire des risques (APR) :


L'analyse préliminaire des risques doit d'abord déterminer les facteurs de risque de
l'installation. Ces éléments dangereux se réfèrent généralement à :

• Des substances ou préparations dangereuses, que ce soit sous forme de matières


premières, de produits finis, d’utilités…,

• Des équipements dangereux comme, par exemple, des stockages, zones de


réception-expédition, réacteurs, fournitures d’utilités (chaudière…),

• Des opérations dangereuses associées au procédé.

-L’identification de ces éléments dangereux est fonction du type d’installation étudiée. L’APR
peut être mise en œuvre sans ou avec l’aide de liste de risques types ou en appliquant les mots
guides Hazop.[5]

-Il est également à noter que l’identification de ces éléments se fonde sur la description
fonctionnelle réalisée avant la mise en œuvre de la méthode.

-A partir de ces éléments dangereux, l’APR vise à identifier, pour un élément dangereux, une
ou plusieurs situations de danger. Dans le cadre de ce document, une situation de danger est
définie comme une situation qui, si elle n’est pas maîtrisée, peut conduire à l’exposition
d’enjeux à un ou plusieurs phénomènes dangereux.

-Le groupe de travail doit alors déterminer les causes et les conséquences de chacune des
situations de danger identifiées puis identifier les sécurités existantes sur le système étudié.
Si ces dernières sont jugées insuffisantes vis-à-vis du niveau de risque identifié dans la grille
de criticité, des propositions d’amélioration doivent alors être envisagées.[5]

2
Figure 01 : Principe de L’APR. [6]

III) Démarche d’analyse préliminaire des risques :

1) Identification des risques du système (Tableaux d’APR Fonctions / APR Éléments).

L’utilisation d’un tableau de synthèse constitue un support pratique pour mener la


réflexion et résumer les résultats de l’analyse. Pour autant, l’analyse des risques ne se limite pas
à remplir coûte que coûte un tableau. Par ailleurs, ce tableau doit parfois être adapté en
fonction des objectifs fixés par le groupe de travail préalablement à l’analyse.

Pour chaque fonction identifiée dans la phase de description des installations, les produits ou
équipements sont passés en revue, en examinant les situations de dangers potentielles de
manière systématique. Pour cela, il est fait appel à l’expérience et à l’imagination de chacun.
L’analyse d’accidents constitue de plus une source d’information à privilégier. Le groupe de
travail peut alors adopter une démarche systématique sous la forme suivante :

Figure 02 : Tableau fonction APR

3
• Sélectionnez le système ou la fonction à étudier en fonction de la description de fonction
générée.
• Choisir un équipement ou produit pour ce système ou cette fonction (colonne 2).
• Pour cet équipement, considérer une première situation de dangers (colonne 3).
• Pour cette situation de dangers, envisager toutes les causes et les conséquences possibles
(colonnes 4 et 5).
• Pour un enchaînement cause-situation de danger-conséquences donné, identifier alors les
barrières de sécurité existantes sur l’installation (colonne 6)
• Si le risque ainsi estimé est jugé inacceptable, formuler des propositions d’améliorations en
colonne 7. La dernière colonne (colonne 8) est réservée à d’éventuels commentaires. Elle est
particulièrement importante pour faire apparaître les hypothèses effectuées durant l’analyse
ou les nomes de personnes devant engager des actions complémentaires.
• Envisager alors un nouvel enchaînement cause-situation de danger-conséquences pour la
même situation de danger et retourner au point 5).
• Si tous les enchaînements ont été étudiés, envisager une nouvelle situation de danger pour le
même équipement et retourner au point 4).
• Lorsque toutes les situations de dangers ont été passées en revue pour l’équipement considéré,
retenir un nouvel équipement et retourner au point 3) précédent.
• Le cas échéant, lorsque tous les équipements ont été examinés, retenir un nouveau système ou
fonction et retourner au point 2).[6]

2) Détermination de la gravité des conséquences (et éventuellement de la probabilité).

Exemple de classe de gravité :

Exemple de classe de probabilité :

EXTREMEMENT IMPROBABLE P ≤ 10-9 par heure

RARE 10-9 < P ≤ 10-6 par heure

PROBABLE 10-6 < P ≤ 10-3 par heure

FREQUENT P > 10-3 par heure

3) Synthèse des APR et définition des mesures en réduction de risques.

4
❖ La synthèse des APR permet de Rassembler tous les EI/ER identifiés dans les APR et
Hiérarchiser ces EI/ER.
❖ Définir une stratégie de traitement pour chaque EI/ER en utilisant le ou les outils
adéquats (AdD, AMDEC,…).

Exemple de tableau de synthèse :

Figure 03 : tableau de synthèse. [8]

Figure 03 : Démarche générale de l’APR [7]

IV) Les applications d’analyse préliminaire des risques :


L’utilisation de l’analyse préliminaire des risques s’est depuis largement répandue à
d’autres secteurs d’activités tels que l’industrie chimique, pétrolière, nucléaire, transport,
aéronautique ou les sites industrielle (installations) … . De fait, elle est essentiellement
adaptée à l’étude des défaillances de matériaux et d’équipements et peut s’appliquer aussi
bien à des systèmes de technologies différentes (systèmes électriques, mécaniques,
hydrauliques…) qu’à des systèmes alliant plusieurs techniques.

5
V) Les Avantages et les limites de l’analyse préliminaire des risques :

Le principal avantage de l'analyse préliminaire des risques est qu'elle peut être auditée
Situation dangereuse relativement rapide. Comparé aux autres
La méthode décrite ci-dessous semble relativement économique en termes de temps.
Dans le passé, il n’était pas nécessaire de disposer de descriptions très détaillées des systèmes
de recherche. Cet avantage est bien entendu à relier au fait qu’elle est généralement mise en
œuvre au stade de la conception des installations.

En revanche, APR ne permet pas une description détaillée de la chaîne d'événements


Peut provoquer des accidents majeurs dans des systèmes complexes.[5]

Comme son nom l’indique, il s’agit à la base d’une méthode préliminaire d’analyse qui permet
d’identifier des points critiques devant faire l’objet d’études plus détaillées. Elle permet ainsi
de mettre en lumière les équipements ou installations qui peuvent nécessiter une étude plus
fine menée grâce à des outils tels que l’AMDEC, l’HAZOP ou l’analyse par arbre des défaillances
[9]. Toutefois, son utilisation seule peut être jugée suffisante dans le cas d’installations simples
ou lorsque le groupe de travail possède une expérience significative de ce type d’approches.

Conclusion :

L’APR est une méthode d’analyse de risques souvent utilisée pour évaluer les dangers
au début de la vie d’un ouvrage et utilisée lors des phases préliminaires des projets pour
effectuer les revues de conception avant le développement des plans et devis détaillés de
l’ouvrage, qui nous permet d’auditer des cas de risque ou assez rapidement. Mais n’est pas la
méthode la plus sûr et détaillée et pas fiable a grand dégrée.

6
References:

[1]: Guidelines for Hazard Evaluation Procedures, Second Edition with Worked Examples,
American Institute of Chemical Engineers, New York, NY, 1992.

[2]: Mohamed Habib Mazouni, Habib Hadj Mabrouk. Analyse des risques d’accident dans les
transports ferroviaires. Apr 2005, laval, Canada. paper MAZOUNI.M.H.

[3] : Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels


A. Villemeur - Ed. Eyrolles (1988)

[4] : collection Collection Management et informatique. 2009, pages 311p., tabl., graph., index, .
ISBN 978-2-7462-2128-4

[5] : DEBRAY.B, CHAUMETTE.S, DESCOURIERE.S, TROMMETER.V, Méthode d’analyse des


risques générés par une installation industrielle.

[6] : CHU NICE - Master Professionnel « Ingénierie du Système de Santé » Mercredi 10 janvier
2007 E. GARBOLINO Ecole des Mines de Paris, Pôle Cindyniques.

[7] : Maintenance Industrielle AFNOR (1988).

[8] : ibtissam el hassani, Enseignant Chercheur à l'Ecole Nationale Supérieure d'Electricité et


de Mécanique

[9] : Bennedjai-Nouh-Douahi-Oussama-abd-el ghafour 2 MÉMOIRE Etude et analyse des risques


industriels

Vous aimerez peut-être aussi