Vous êtes sur la page 1sur 6

Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

Ex.1 a) Développer en série de Fourier le signal périodique suivant :


x(t)
a

0 t
T
b) Quel est la TF du signal y(t) suivant :
y(t)

a

t
0
c) Quelle est la relation entre la TF en b) et les coefficients de Fourier trouvés en a) ?
Conclusion ?

a) Calcul du DV en série de Fourier :

n   2 T /2 2
1 in t 1
x e 
in t
x(t )  n
T avec xn  x(t )e T dt , w  2 ,  
n   T T / 2 T

 /2 2
1 in t
xn  
T  / 2
ae T dt , en remplaçant la période par la fréquence :

 /2
 i 2nt
𝑎 −e
=𝑇 ⌊ i 2nt

 / 2

𝑖𝜋𝜈𝑛𝜏
𝑎 𝑒 𝑖𝜋𝜈𝑛𝜏 −𝑒 −𝑒 𝑎 𝑠𝑖𝑛𝜋𝜈𝑛𝜏 𝑎𝜏
=𝑇 =𝑇 = 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝑛𝜏
𝑖2𝜋𝜈𝑛 𝜋𝜈𝑛 𝑇

𝑎𝜏
𝑥𝑛 = 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝑛𝜏,
𝑇

 /2
1
Pour n = 0, 𝑥0 =  adt  𝑇
𝑎𝜏
T  / 2
𝑎𝜏
Au final 𝑥(𝑡) = ∑∝−∝ 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝑛𝜏𝑒 𝑖2𝜋𝜈𝑛𝑡
𝑇

2) Calcul de la TF :
𝜏/2
∝  /2 −𝑒 −𝑖2𝜋𝜈𝑡
𝑌(𝜈) = ∫−∝ 𝑦(𝑡) 𝑒 −𝑖2𝜋𝜈𝑡 𝑑𝑡 = ∫  / 2 𝑎 𝑒 −𝑖2𝜋𝜈𝑡 𝑑𝑡 = 𝑎 ⌊ ⌋
−𝑖2𝜋𝜈 −𝜏/2

𝑒 𝑖𝜋𝜈𝜏 − 𝑒 −𝑖𝜋𝜈𝜏
𝑌(𝜈) = 𝑎 = 𝑎𝜏𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝜏 ⇒ 𝑌(𝜈) = 𝑎𝜏𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝜏
𝑖2𝜋𝜈

1
TS N Zaourar
Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

c) Relation entre la TF et les coefficients de Fourier : X()


𝑎𝜏 1 1 1/T
𝑥𝑛 = 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝑛𝜏 = 𝑌(𝑛𝜈) ⇒ 𝑥𝑛 = 𝑌(𝑛𝜈)
𝑇 𝑇 𝑇
Au facteur 1/T prés, Xn représente un échantillon de la TF. Une périodisation
du signal de période T dans le domaine temporel est un
échantillon tous les 1/T dans le domaine fréquentiel 
-2/ 𝝉 -1/ 𝝉 1/ 𝝉 2/ 𝝉

Ex.2 On désire traiter numériquement un signal de parole de durée 1.5 mn.


1) Quelle précaution doit-on prendre si on échantillonne à une fréquence de 10khz ?
2) Quel est le nombre minimal d’échantillon à traiter ?
3) Ce signal est étudié par un échantillonneur moyenneur, la moyenne sera effectué
pendant une durée T’Te. Donner l’expression du spectre ainsi échantillonné et
représenter le.

1) on doit vérifier la condition de Shannon :


1
Si 𝐹𝑒 = 10𝑘ℎ𝑧 ⇒ 𝑇𝑒 = 𝐹 = 0,1𝑚𝑠
𝑒

L’échantillonnage temporel se fait dons tous les 0,1ms. D’après la condition de Shannon :
𝐹𝑒
𝐹𝑒 ≥ 2𝐹𝑀 ⇒ 𝐹𝑀 ≤ ⇒ 𝐹𝑀 = 5000ℎ𝑧, ⇒ 𝐹𝑀 = 5𝑘𝐻𝑧
2

Le signal ne doit pas contenir une fréquence supérieure à 5khz


2) Le nombre minimal d’échantillon N à traiter :
𝐷
Soit D, la durée du signal : 𝐷 = 𝑛𝑇𝑒 ⇒ 𝑛 = 𝑇 = 𝐷𝐹𝑒 = 1.5 𝑥 60 𝑥 10 𝑥 1000 = 900 000
𝑒

𝑁 = 900 000 Échantillons

3) Le spectre échantillonné par un échantillonneur moyenneur :


On commence par écrire l’expression du signal échantillonné :

xe (t )  Te  x(nTe)  (t  nTe)
k  

L’échantillonneur moyenneur est tel que chaque échantillon représente la valeur moyenne du
signal prise sur une porte de largeur T’, dans ce cas le nième échantillon s’écrit :
xe(t)
T'
nTe 
2 
1 1 T'
x(nTe) 
T'  Tx'(t )dt  T ' x(t )  (t  nTe  2 )dt
nTe 
2 T’
Que l’on peut réécrire sous la forme : 0 Te 2Te ……. kTe …….
t

2
TS N Zaourar
Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

1 T' 
x(nTe)   x(t )  T ' (t  2 )
  t  nTe
T'

En mettant cette valeur dans l’expression du signal échantillonné, on obtient :

1 T'
 k  
xe (t )   x(t )   T ' (t  )Te   (t  nTe)
T'
 2  k  
En prenant la TF des deux membres :

1  T'
 n  
X e ( )  T' 
X ( ) TF 
  T ' (t  )      (  nFe)
2  t nTe n
 

  T ' 

T ' i 2t

  T
TF  ' (t  )  
2    T ' (t  )e dt , soit t’= t – T ' /2
  
2

T'

 X()
T'
 i 2 ( t '  )
2
sin T '
 T ' (t ')e e
 iT '  i 2t ' _ i
2
dt'  e dt'  e
 T'


2

Le spectre échantillonné s’écrit donc :


-1/T’ 
n   -1/T’
X e ( )  X ( ) sin cT e '  iT '
   (  nFe)
n  
𝑇′ 𝑇′

le module du spectre est donc filtré par sin cT ' .


𝑇′ 1 1 1
𝐥𝐢𝐦 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝜈𝑇 ′ → 0, 𝜈𝑇 ′ → 𝑘 ⇒ , or si 𝑇 ′ ≪ 𝑇𝑒 ⇒ 𝑇 ′ ≫ 𝑇 ⇒ 𝑠𝑖 𝑘 ↙ 𝑇 ′ 𝑒𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 ↗

𝜋𝜈𝑇 →𝑘𝜋 𝜈 𝑒 𝑇′

Donc la largeur du lobe central est très grande par rapport aux lobes suivants. Autrement dit,
plus k ↗plus l’amortissement des lobes secondaires du sinus cardinal augmente.
En pratique, ce comportement a pour effet d’augmenter le pouvoir de résolution.

Ex. 3 On considère deux signaux x1(t) et x2(t) tels que leurs TF soient à bande limitées.
X1(f) = 0 f  > B1
X2(f) = 0 f  > B2

Déterminer la période d’échantillonnage maximale pour pouvoir reconstituer le signal


x (t) = x1(t). x2(t) X1()

1) Calcul de la période d’échantillonnage Te :




-1 0 1
𝑥(𝑡) = 𝑥1 (𝑡). 𝑥2 (𝑡) ⇒ 𝑋(𝑓) = 𝑋1 (𝑓) ∗ 𝑋2 (𝑓) = ∫ 𝑋1 (𝜈) 𝑋2 (𝑓 − 𝜈)𝑑𝜈 X2()
−∝
𝑋2 (𝑓 − 𝜈) est la courbe retounée et centrée en f

-2 0 2
3
TS N Zaourar
Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

Le résultat du produit de convolution est représenté par l’aire hachuré du 4 ième schéma.
X2(f-)
Si on déplace la courbe centrée en f au fur et à mesure jusqu’au point 1

vers la droite , c.a.d. au point de contact des 02 courbes, on observe en ce point -2+f 2+f

que le produit de convolution est nul, (pas d’aire commune aux 02 courbes)

Au point de contact, on a 1 = -2+f  f = 1 + 2 X1( ) X2(f-)

donc X(f) = 0 pour f > 1 + 2 , le même raisonnement pour un 1


-1

déplacement de la courbe 𝑋2 (𝑓 − 𝜈) vers la gauche  X(f) = 0 


-2+f 2+f

Donc X(f) = 0 pour |f| > 1 + 2, sachant que 𝐹𝑒 ≥ 2𝐹𝑀 ⇒ 𝐹𝑒 ≥ 2(1 + 2)
1
D’où la période d’échantillonnage maximale est 𝑇𝑒 ≥ 2(1 + 2)

Ex.4 Soit un signal sinusoïdal x(t) = A cos2f0t, avec f0 = 1hz


1) Calculer la transformée de Fourier du signal x(t) et tracer son spectre.
2) Déterminer la période d’échantillonnage. X()
1 3
3)Discuter les deux pas d’échantillonnage suivant : a) Te  s , b) Te  s A/2
4 4
𝐴
1. On a déjà vu que la TF(cos2πf0 t) = [(𝛿(𝜈 − 𝑓0 ) + (𝛿(𝜈 + 𝑓0 )]
2

𝐴 -1 0 1
Avec f0 = 1hz, X(𝜈) = 2 [(𝛿(𝜈 − 1) + (𝛿(𝜈 + 1)]
2. Calcul de la période d’échantillonnage :

Condition de Shannon 𝐹𝑒 ≥ 2𝐹𝑀 , avec 𝐹𝑀 = f0 =1, 𝐹𝑒 = 2𝐻𝑧 ⇒ 𝑇𝑒 = 0.5 𝑠

1
3. Soit Te  s ⇒ 𝐹𝑒 = 4 𝐻𝑧 , la condition de Shannon est respectée donc pas de repliement
4
du spectre

3 4
Te  s ⇒ 𝐹𝑒 = < 2𝐻𝑧, dans ce cas la condition de Shannon n’est pas respectée, il y a
4 3
repliement du spectre.

Ex.5 Un échantillonneur bloqueur peut être représenté par le schéma suivant :

Echantillonnage idéal
x(t) x0(t)
h0(t)
p(t) =  (t – kT)

1°) Montrer que h0(t) est tel que sa TF est : 𝐻0 (𝑓) = 𝑒 −𝑖𝜋𝑓𝑇 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝑓𝑇

4
TS N Zaourar
Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

2°) Dans quel cas peut-on reconstituer le signal x(t) à partir de x0(t) et quel est le filtre interpolateur ?

1. La fonction x(t) est une fonction en escalier due à l’échantillonneur bloqueu

k 
1
xe (t )  
k  0
x(kT )
T
T (t  kT )

La réponse au 1ier échantillon de l’impulsion (k= 1) s’écrit :

1 1 1
x(t ) T (t  T ) ⇒ ℎ° (𝑡) = T (t  T ) , 𝑇𝐹(ℎ° (𝑡)) = 𝑇𝐹(𝑇 Π𝑇 ((𝑡 − 𝑇)) =
T T

1 1
𝑇𝐹( Π𝑇 ((𝑡 − 𝑇)) = 𝑒 −𝑖𝜋𝑓𝑇 𝑇𝐹(Π𝑇 (𝑡)
𝑇 𝑇
𝑇
1 1 2 H0(f)
𝑇𝐹(Π𝑇 (𝑡) = ∫ 1𝑒 −𝑖2𝜋𝑓𝑡 𝑑𝑡 = 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝑓𝑇
𝑇 𝑇 −𝑇
2

f
𝐻0 (𝑓) = 𝑒 −𝑖𝜋𝑓𝑇 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝑓𝑇 1/T
-2/T -1/T 2/T

2. Pour calculer le filtre interpolateur, établissons d’abord la sortie du filtre :


La sortie x0(t) du filtre étant l’entrée convoluée par la réponse impulsionnelle, on écrit donc :
ℎ0 (𝑡) = [𝑥(𝑡). ∑∝𝑘=−∝ 𝛿(𝑡 − 𝑘𝑇)]*ℎ0 (𝑡),
[𝑥(𝑡). 𝑝(𝑡)] ∗ ⏟
𝑥0 (𝑡) = ⏟

Entrée rép.impuls.
On calcule la TF des deux membres pour obtenir le spectre :

𝑋0 (𝑓) = 𝑇𝐹[𝑥(𝑡). 𝑝(𝑡)]. 𝐻0 (𝑓) = 𝑇𝐹 [𝑥(𝑡). ∑ 𝛿(𝑡 − 𝑘𝑇)] . 𝐻0 (𝑓)
𝑘=−∝
∝ ∝
= [𝑋(𝑓) ∗ ∑ 𝛿(𝑓 − 𝑘/𝑇)] . 𝐻0 (𝑓) = [∑ 𝑋(𝑓 − 𝑘/𝑇)] . 𝐻0 (𝑓)
𝑘=∝ 𝑘=−∝ -
∝ X(f)
𝑋0 (𝑓) = ∑ 𝑋(𝑓 − 𝑘/𝑇) . 𝐻0 (𝑓)
𝑘=−∝

x(t) étant à bande limitée, X(f) est tel que (voir schéma) : X(f)
- 
∑∝
𝑘=−∝ 𝑋(𝑓 − 𝑘/𝑇) est multiplié par un filtre passe bas de fréquence de
1
Coupure : − < 𝑓𝑐 < 𝑇 −  H0(f
)
On obtiendra X(f) multiplié par 𝐻0 (𝑓) :
f
𝑋(𝑓)𝑒−𝑖2𝜋𝑓𝑇 𝑠𝑖𝑛𝑐𝜋𝑓𝑇, |f| <  -2/T -1/T -  1/T 2/T
𝑋0 (𝑓) = {
0, 𝑠𝑖𝑛𝑜𝑛
Pour retrouver X(f), il faut encore multiplier par 1/𝐻(𝑓) dans la bande ⌈−, ⌉, avec

5
TS N Zaourar
Série N° 4 ECHANTILLONNAGE

1
, − <f<
𝐻(𝑓) = {𝐻0 (𝑓)
0, 𝑠𝑖𝑛𝑜𝑛

6
TS N Zaourar

Vous aimerez peut-être aussi