Vous êtes sur la page 1sur 7

www.almohandiss.

com

Couche limite laminaire

Exercice 1: Etude d’un sillage derrière un obstacle 2D plan symétrique.


On considère l’écoulement bidimensionnel de l’air à faible vitesse autour d’un profil
symétrique. La corde AF du profil est portée par l’axe des x , avec l’origine au bord
d’attaque A . La vitesse de l’air à l’infini U est uniforme, contenue dans le plan de symétrie
du profil, perpendiculaire à son envergure et parallèle à l’axe des x . La viscosité intervient
seulement dans la couche limite autour de la surface et dans le sillage qui s’étend jusqu’à
l’infini aval.
1. Établir, par des considérations de quantité de mouvement, l’expression de la traînée du
profil par unité de longueur T ; cette expression apparaît comme une intégrale située dans
un plan perpendiculaire au plan de symétrie du profil d’abscisse x1 suffisamment grande
pour que la pression soit dans tout le plan redevenue uniforme est égale à la pression à
l’infini p0 .
L’écoulement dans le sillage à partir de l’abscisse x1 étant supposé stationnaire est régi par les
équations de la couche limite laminaire. Montrer en considérant l’ordre de grandeur des
différents termes des équations que la première équation de Navier peut s’écrire :
∂u ∂ 2u
U 1 = ν 21
∂x ∂y
où u1 désigne la différence entre U et u , composante suivant l’axe des x de la vitesse de
u
l’air dans le sillage ( U1 est supposé petit par rapport à 1 , de sorte que les termes du deuxième
ordre seront négligés).
∂u
Écrire les conditions aux limites auxquelles satisfont u1 et ∂y1 .
Remplacer l’intégrale donnant l’expression de T trouvée au 1° ) en fonction de u1 . On
obtient ainsi une nouvelle expression de T .

( )
1
2
2. On prend comme nouvelle variable η = y νUx . La fonction de courant ψ de
l’écoulement est donnée par
ψ = Uy −ψ 1
∂ψ
(avec u1 = ∂y1 )
On pose ψ 1 = Kν αU β xγ f (η ) avec K une constante, α , β , γ , des coefficients que l’on
déterminera (on remarquera que l’expression de la traînée est indépendante de x ), f (η ) une
fonction de η dont la dérivée première est f ′(η ) .
Écrire l’ équations différentielle à laquelle satisfait la fonction f (η ) , ainsi que les conditions
aux limites.
2
−η
La solution de cette équation est f ′(η ) = e 4 .
Déterminer la valeur de la constante K en fonction du coefficient de traînée du profil
T
Cx = 1
2 ρU ( L ∗ 1)
2

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

et du nombre de Reynolds Re = UL
ν (où L désigne la longueur de la corde du profil).
u
2. En déduire l’expression de moins de U1 .

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

TD 12 - exercice 1: Etude d’un sillage derrière un obstacle 2D plan


symétrique.

Question 1

∂u ∂u 1 ∂p ∂ 2u
u +v = − +ν 2
∂x ∂y ρ ∂x ∂y
∂u ∂v
+ = 0
∂x ∂y

On transforme ce système en introduisant u1 = U − u u = U − u1 .


D’autre part, à partir de x = x1 , on a:
1 ∂p0
=0
ρ ∂x
or
dU 1 ∂p0 dU
= U =0
dx ρ ∂x dx
Soit U = Cste (vitesse de l’écoulement potentiel)
∂ (U − u1 ) ∂ (U − u1 ) ∂ 2 (U − u1 )
(U − u1 ) +v = ν
∂x ∂y ∂y 2
∂ (U − u1 ) ∂v
+ = 0
∂x ∂y

Soit
∂u1 ∂u ∂u ∂ 2u1
−U + u1 1 − v 1 = −ν
∂x ∂x ∂y ∂y 2
∂v ∂u1
− = 0
∂y ∂x

On adimensionne les longueurs par rapport à L et les vitesses par rapport à U :


x
x′ = = O(ε )
L

y
y′ = = O(δ )
L

u1 u
u1 ′ = = 1 − = O(ε )
U U
par hypothèse. Donc
∂u1 ′
= O(ε )
∂x′

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

TD 12 - Exercice 1: Etude d’un sillage derrière un obstacle 2D plan


symétrique.

Question 2
Soit la nouvelle variable
U
η=y
νx
On a
ψ = Uy −ψ 1
avec
∂ψ 1
u1 =
∂y
et ψ 1 de la forme:

ψ 1 = Kν αU β xγ f (η )
Tout d’abord calculons les constantes α , β , γ . On remarque que T est indépendant de x . Ainsi
∂ψ 1 ∂ψ 1 ∂η − − 1 1 1
u1 = = . = K .ν α .U β . xγ . f ′.U .ν . x 2 2 2

∂y ∂η ∂y
D’où
α − 12 β + 12 γ − 12
u1 = K .ν .U .x . f ′(η )
En remplaçant dans l’expression de T
∞ α − 12 β + 12 γ − 12
T = 2ρ K ν .U .x . f ′(η )dy
0


T = 2ρ K ν α .U β + .xγ . f ′(η )dη
0
T étant indépendant de x , on a γ = 0 .
Effectuons une analyse dimensionnelle:
[u1 ] = [ L][T ]−1

ν = [ L]2 [T ]−1
Ainsi en écrivant les dimensions de l’expression de T
α −1 β +1 −1
[ L][T ] = K .[ L T −1 ] 2 .[ LT −1 ] 2 .L 2 . f ′(η )
−1 2

Ainsi, on obtient pour la dimension spatiale [L]:


1 1
1 = 2α − 1 + β + −
2 2
soit
2α = 2 − β
Pour la dimension temporelle [T]
1 1
−1 = −α + −β −
2 2
soit
α + β =1 α = 1β = 0
d’où
ψ 1 = Kν f (η )
et donc
1 1 −1
u1 = Kν 2U 2 x 2 f ′(η )

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

Passons donc des expression en ( x, y ) à celles en ( x,η ) .


On peut écrire:
−1
∂u1 1 1 ∂( x 2 ) −1 ∂η
= Kν 2U 2 f ′(η ) + x 2 f ′′(η )
∂x ∂x ∂x

1
∂u1 1 1 1 −3 −1 ∂ U 2

= Kν 2U 2 − x 2 f ′(η ) + x 2 f ′′(η ) y
∂x 2 ∂x νx

∂u1 1 1 1 −3 −1 1 −1 1 −3
= Kν 2U 2 − x 2 f ′(η ) + x 2 f ′′(η ) yU 2ν 2 . − . x 2
∂x 2 2

∂u1 1 1 1 −3 1 −1
= − Kν 2U 2 x 2 f ′(η ) + yU 2 (ν x) 2 f ′′(η )
∂x 2
1 − 12
or yU 2 (ν x) = ν , d’où
∂u1 1
= − Kν 2U 2 x 2 [ f ′(η ) + η f ′′(η ) ]
1 1 −3

∂x 2
D’autre part,
∂u1 1 1 −1 −1 1 −1
= Kν 2U 2 x 2ν 2U 2 x 2 f ′′(η ) = K .U . x −1 f ′′(η )
∂y
On a
∂ 2u1 1 −1 −1
= K .U .x −1 .U 2 .ν 2 .x 2 . f ′′′
∂y 2

d’où
∂ 2u1 3 −1 −3
= K .U 2 .ν 2 .x 2 . f ′′′
∂y 2

D’où, en remplaçant dans l’équation du mouvement


1
− Kν 2U 2 x 2 [ f ′(η ) + η f ′′(η )] = K .ν .U 2 .ν 2 . x 2 . f ′′′
1 3 −3 3 −1 −3

2
On a donc l’équation différentielle
f ′ + η f ′′ + 2 f ′′′ = 0 η f ′ + 2 f ′′ = C
Pour η =0 on a f ′′ ≈ ( )
∂u
∂y y =0
=0 C =0.
Autre condition aux limites: y → ∞ implique ν → ∞ d’où u1 → 0 .
Ainsi
2
− η4
f ′(η ) = e
D’où en reportant dans T
2
∞ ∞ − η4
T = 2 ρU Kν f ′ (η )dη = 2 ρU Kν e dη
0 0
Or
2
∞ − η4
e dη = π
0
D’où
T = 2 ρUKν π
On peut alors calculer Cx :

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

T 2 ρUKν π
Cx = = 1 = 4 K π Re−1
1
2 ρU L
2
2 ρU L
2

D’où
Cx Re
K=
4 π
On a vu
1 1 −1
u1 = Kν 2U 2 x 2 f ′(η )

C x Re 1 1 − 12
u1 = ν U x f ′(η )
2 2

4 π
Ainsi
u1 C Re −η42
= x e
U 4 π Rex
u1
Dans le sillage si x , Rex et U .
Le sillage est donné par le profil de vitesse:

Figure 1. Profil dans le sillage

∂u1 ′ ε
= O( )
∂y′ δ
Les équations adimensionnées s’écrivent:
∂u ′ ∂u ′ ∂u ′ 1 ∂ 2u1 ′
− 1 + u1 ′ 1 − v′ 1 = −
∂x′ ∂x′ ∂y′ Re ∂y′2
∂v′ ∂u1 ′ ∂v′
− = 0 = O(ε ) v′ = O(εδ )
∂y′ ∂x′ ∂y′

La première équation implique les ordres de grandeurs suivants

www.almohandiss.com
www.almohandiss.com

ε 1 ε
−O(ε ) + O(ε ).O(ε ) − O(εδ ).O( ) = − O( 2 )
δ Re δ
D’où
O(ε ) − O(ε 2 ) − O(ε ) = −O(ε ) Re = O(δ 2 )
D’où
∂u1 ′ 1 ∂ 2u1 ′
− =−
∂x′ Re ∂y′2
En revenant aux variables classiques:
∂u1 ∂ 2u
U = ν 21
∂x ∂y
Les conditions aux limites pou u1 , sont
y→ ∞ u→ U u1→ 0
et
∂u ∂u1 ∂U ∂u
→0 = − →0
∂y ∂y ∂y ∂y
En effectuant le changement de variable dans T , on a

T = 2ρ Uu1dy
0

www.almohandiss.com

Vous aimerez peut-être aussi