Vous êtes sur la page 1sur 11

MAXILLO-FACIALE COUP K.

O
1. Que recherche-t-on dans l’examen neurologique d’un traumatisé maxillo-
faciale
– La motricité (examen du nerf facial),
– la sensibilité (examen du nerf trijumeau),
– l’élévation de la paupière (examen du nerf oculomoteur),
– ainsi que les lésions associées

2. Que recherche-t-on à l’examen ophtalmologique d’un traumatisé faciale


R/. – Apprécier le champ visuel
– Rechercher une diplopie (test de Lancaster)
– Rechercher une limitation des mvts oculaires
– Perméabilité du conduit lacrymo-nasal (test de Jones)

3. Que recherche-t-on à l’examen endobuccal


R/. – Apprécier l’ouverture de la bouche
– Hygiène buccale
– Déplacement dentaire, pertes des dents
– Troubles d’occlusion
– Décalage en marche d’escalier

4. Différence cellulite, phlegmon et abcès


- Cellulite : processus infectieux localisés dans le tissu mou, principalement sous
cutanée dont les limites sont plus ou moins nettes
- Phlegmon : est une cellulite diffuse
- Abcès : processus infectieux purulent collectés ou cellulite circonscrite,
délimitées par une couche de granulation

5. C’est quoi une cellulite d’origine dentaire


C’est une inflammation des tissus cellulaires ou tissus mous principalement des
tissus sous-cutanés présente autour des maxillaires
4 types de cellulites :
- Cellulite circonscrite
- Cellulite diffuse
- Cellulite subaiguë et chronique
- Cellulite des formes compliquées

6. différence entre cellulite sus mylohyoïdienne et cellulite sous


mylohyoïdienne ?
→ Cellulite sus mylohyoïdienne (angine de Ludwing) : La langue plaquée au
palais (détresse respiratoire).
→ Cellulite sous mylohyoïdienne : Le pus soulève la langue et le patient suffoque
+ trismus. L’examen clinique et l’alimentation difficiles parce que le patient
n’arrive pas à ouvrir la bouche (Syndrome de Le Maître et Rupps).

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
7. Stade évolutifs d’une cellulite circonscrit
R/ 3 stades
- Stade séreux :
 Douleurs chaleurs gène au niveau de la langue et la face
 Signe généraux peu importants
 Examen exobuccal : effacement des sillons et reliefs de la face,
peau tendue, masse chaude élastique sans fluctuation ni signe de
godet
 Examen endobuccal : objective la dent malade
- Stade suppuré : c’est l’abcédation (douleur spontanée, pulsatile, halène
fétide, asthénie, anorexie etc)
- Stade gangréneux

8. Comment évolue la réaction apicale


La réaction apicale évolue vers :
- Une périodontite aigue
- Une périopdontite chronique celui-ci peut évoluer vers une un kyste
apicodentaire

9. Différence entre une périadénite et adénophlegmon


Une périadénite est une inflammation du pourtour ganglionnaire en cas
d’adénite suppurée
Tandis qu’un adénophlegmon est une cellulite circonscrite du ganglion, survient
d’emblée à l’adénite par inflammation péri-ganglionnaire par migration
microbienne

10. Donnez les signes cliniques de l’adénophlegmon :


- Signes fonctionnels ou généraux : frissons, fièvres, douleurs profondes
- Signes locales : empâtement profond

11. Différence entre fibrome ossifiant et dysplosie


→ Localisation :
- Fribrome ossifiant : au niveau de la mandibule
- Dysplosie : ay niveau maxillaire
→ Radiographie :
- FO : radiographie claire, présence d’une capsule
- Dysplosie : non capsulé, image claire ou radio opaque

12. Tableau clinique d’une cellulite aigue maligne :


Frissons, hypotension, signe de diffusion rapide
13. Donner une maladie maxillaire et une maladie des glandes salivaires
présentant des mêmes caractéristiques :

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
Améloblastome et adénome pléomorphe qui sont tous les deux des tumeurs
épithéliales bénignes : possède un grand pouvoir de récidives pour lesquelles la
biopsie est contre indiqué pour risque de dissémination et d’essaimage

14. Donnez les synonymes de la périodontie


- Desmododontite
- Moniarthrite apicale aigue

15. Pourquoi en cas de paralysie faciale, il y a atteinte de tous les muscles de la


face, sauf le muscle de la mastication ?
C’est parce que tous les muscles de la face sont innervés par le nerf facial alors que
l’appareil masticateur est innervé par le trijumeau.
16. Examen paraclinique d’une tumeur parotidienne
- Echographie : gold standard
- Scintigraphie ; hypofixation = T bénigne ; hyperfixation= T. maligne
- Scanner
- IRM
NB : Ne pas faire la biopsie en cas de tumeur parotidienne pour risque de
paralysie faciale à vie, risque d’essaimage des cellules cancéreuses, risque de
fibrose

17. Limites anatomiques de la loge parotidiennes


- En antérieur : bord post de la branche montante de la mandibule
- En arrière : bord ant de l’apophyse mastoïde (mx SCM)
- En haut : angle dièdre du CAE et ATM
- En bas : plan horizontal plongeant l’angle mandibulaire vers l’arrière

18. Que recherchez-vous devant :


– Un traumatisme du menton : fracture condylienne bilatérale
– Fracture angulaire : fracture condylienne controlatrérale
– Glossoptose : fracture symphysaire bilatérale

19. Les zones de faiblesse de la mandibule


- Le condyle : en cas de choc direct, le condyle va buter le conduit temporal
- L’angle de la mandibule : à cause de la plupart de cas de la mauvaise position
de la dent de lait
- Région parasymphysaire : à cause de la présence de la racine de la canine qui
est plus longue et plus proche de l’os nasal
- Ligne médiane de la mandibule : à cause de la soudure de deux bourgeons de
la mandibule.

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
20. Classification des fractures du massif facial
 Fractures latéro-faciales : os zygomatique, plancher orbite isolé, arcade
zygomatique.
 Fractures centro-faciales:
o Fracture de l'os nasal (FOPN)
o Fracture dysjonction orbito-naso-ethmoïdo-frontale (DONEF)
o Fractures du complexe naso-ethmoïdo-maxillo-fronto-orbitaire
(CNEMFO)
 Fractures occluso-faciales
o LEFORT I, II, III
 Fractures crânio-faciales
 Fractures combinées
o Fracas médiofacial
 Fractures panfaciales
o Fractures combinées + fractures mandibulaires
o Fractures combinées + fracture cranio-faciale

21. Donner les signes cliniques d’une fracture de la mandibule :


- Béance antérieur : fragment ant attiré vers le bas et en arrière
- Contact molaire prématurée : le fragment post attiré vers le bas et en avant
- Décalage en marche en escalier
- Portion édenté : latéro déviation de la mandibule du coté fracturé
- Glossoptose si fracture symphysaire bilatérale
- Signe de Vincent : hypoesthésie labio-mentonière
- Bouche ouverte

22. Bilan radiographique en cas d’une fracture de la mandibule


R/ - Rx panoramique (ortopartogramme) : permet d’obtenir sur un cliché une vue
de la totalité de la mandibule et l’ensemble de la denture
- Rx face incidence basse
- Le scanner : exploration particulière de la région condylienne
- Incidence profil défilé mandibulaire D et G
- PARMA : ATM

23. Traitement des fractures mandibulaires + complications


→ T3 médical d’abord : Bain de bouche, antalgique mineur, AINS, ATB,
Alimentation
→ T3 proprement dit: chirurgical, deux principes: réduction et contention
 La réduction se fait sous anesthésie générale progressive par BIM
 La contention se fait soit en changeant la BMI qui devient rigide 2 à
3 semaines après, soit en faisant une ostéosynthèse

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
→ BUT:
- Restaurer l’occlusion pour assurer la fonction masticatoire
- restaurer la forme Mandibulaire’ (esthétique de la face)
→ COMPLICATIONS :
 Complications immédiates (rare) : hémorragies de l’A. faciale, de
l’A. dentaire inférieure.
 Complications secondaires : - Infections (abcès périfracturaire,
ostéite). - Retard et défaut de consolidation - Pseudarthrose - Cal
vicieux

24. Différence entre les fractures dentée et les fractures retrodentée


→ Les fractures de la partie dentée présentent une déformation (décalage en
marche d’escalier, chevauchement, angulation, torsion ou rotation des
fragments)
→ Les fractures de la partie retrodentée présentent un déplacement (béance
antérieure ou latérale)

25. Pourquoi la BMI en cas d’ostéosynthèse pour une fracture mandibulaire


R/. Pour immobiliser les arcades dentaires aux contacts l’une de l’autre pour
rétablir l’articulé dentaire en intercuspidation maximale
Pour restaure la fonction masticatoire et esthétique de la face

26. Quel est le but de la BMI dans le traitement maxillaire


R/. - rétablir l’esthétique du visage
- Rétablir la fonction masticatoire
- Rétablir l’occlusion dentaire

27. En cas de fracture mandibulaire dans quel but faite vous l’examen de la
sensibilité et de la motricité
R/. - pour rechercher une hypo ou anesthésie dans le territoire mentonnier,
traduisant une compression ; une élongation ou une section du nerf alvéolaire inf
- et pour rechercher une paralysie ou parésie faciale par l’atteinte du nerf
facial
NB : sensibilité de la face = nerf trijumeau V et motricité = nerfs facial VII
28. quel est le traitement de la fracture mandibulaire chez un patient
complètement édenté
R/. Traitement médicale, traitement chirurgicale par ligature ou cerclage
périmaxillaire ou pose de la prothèse dentaire pour retrouver l’occlusion centrée,
NB : chez les enfants en réalise un t3 orthopédique par collage de braquettes sur
les faces vestibulaires, BMI, ostéosynthèse aux bords basilaires

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
29. Donner les pathologies d’une fracture de la région condylienne
R/. - Mécanismes : fracture indirect par choc antérieur du condyle,
particulièrement du menton
- Déplacement : le plus souvent, c’est un déplacement antéromédial par
action du muscle ptérygoïdien latéral

30. Quels sont les facteurs aggravant une fracture condylienne


R/.
- Localisation : intra-arcticulaire (capital, vrai et haute)
- Degré de déplacement : déplacé, fracture-luxation avec expulsion du
condyle de la fosse mandibulaire
- Age de survenue (enfant)
- Durée entre le traumatisme et la PEC : PEC précoce= bon pronostic
- Durée d’immobilisation de l’ATM

31. Pourquoi en cas de fracture du condyle le déplacement le plus fréquent est


antéro-interne
R/. À cause de la traction par le muscle ptérygoïdien latéral en avant et en dedans

32. Donner et expliquer les formes d’une fracture de forme condylienne


a. Lésions discales : dues aux contusions + # non déplacée,
b. Les fractures, sont de 2 types :
- # Articulaire ou intra articulaire ou encore # condylienne vraie
- # Extra articulaire ou # sous condylienne basse et haute
c. Les déplacements, sont aussi de 2 types :
- relation du fragment condylien avec le reste de la branche
montante
- Relation de la tête condylienne + la cavité glénoïde
d. L’éclatement du condyle, en deux ou plusieurs fragments

33. Traitement d’une fracture condylienne


- T3 conservateur : consiste à un blocage intramaxillaire (BMI pdt 3
semaines) suivie d’une mobilisation articulaire qui correspond à un
traitement fonctionnel.
- T3 chirurgical : consiste à une ostéosynthèse par plaque vissée
complétée d’un BIM pendant 1 semaine à 10 jours.
- But :
- T3 conservateur : vise une consolidation anatomique
- T3 chirurgical : vise à réduire et fixer les fragments en position
anatomique aussi parfaitement que possible, avec mobilisation rapide
(restauration de la fonction articulaire correcte)

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
34. Complications des fractures condyliennes :
- Chez l’enfant : ankylose temporo-mandibulaire, troubles de croissances
- Chez l’adulte : ankylose temporo-mandibulaire, ADAM.

35. Que recherche-t-on à l’examen d’une radiographie de Blondeau de Hirtz


- # condylienne
- # orbito-zygomatique
- # de l’effort I ou de guénin
-
36. Bilan radiographique d’une fracture orbito-zygomatique ou orbito-malaire
- Incidence de Blondeau : cavités sinusales
- Incidence de Hirtz : arcade zygomatique
- Incidence de Water : diffère du Blondeau par le fait qu’elle est réalisée
bouche fermée.
- Incidence de Larisette
- Cadre orbitaire
- Scanner

37. Tableau comparatif des types de fracture de l’effort


Trajet CLINIQUE:
- au-dessus de l’épine nasale aspect figé, bouche
Fracture de LEFORT I = du maxillaire entr’ouverte
fracture de Guérin, - du plancher des sinus en bouche :
succédant à un maxillaires -signe de tiroir
traumatisme atteignent la - au-dessous des cornets -signe de GUERIN
lèvre supérieure d’avant en inférieurs - Une ecchymose en fer en
arrière – partie Inférieure des cheval
apophyses
ptérygoïdes
- Racine du nez région nasale enfoncée dans
- massif éthmoïdal sa partie moyenne entre les
- Parois internes + plancher orbites, ecchymose en
Fracture de LEFORT II : de l’orbite lunettes, mobilité du maxillaire
c’est la séparation de la - maxillaire (en dedans de la et de la pyramide nasale
partie moyenne suture maxillo-zygomatique) désolidarisée, trouble du reste
de la face - partie moyenne des du massif facial,
apophyses ptérygoïdes hypoesthésie infra orbitaire
(constante)

Fracture de LEFORT III : -branche montante du Examens paracliniques : Rx


détachement possible de la maxillaire Blondeau, Waters, Hirtz, cadre
totalité du -paroi interne de l’orbite orbitaire, Crâne F et P, CT-
massif facial -arcade zygomatique Scan.

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
38. Expliquer le test de lacaster
C’est un test utiliser pour :
- Confirmer une diplopie
- Donner des renseignements intéressant sur la position du globe oculaire
- Le suivi post-opératoire d’une diplopie

39. Signes clinique d’une fracture du complexe Naso-Ethmoido-Maxillo-Fronto-


Orbitaire (CNEMFO)
R/. - épistaxis, obstruction nasale
- Un élargissement avec recul entre les orbites de la pyramide nasale
- Des ecchymoses palpébrales en lunette, très évocatrices d’une # du
labyrinthe éthmoïdal, œdème des paupières
- Atteinte de l’occulo-motricité (diplopie, syndrome de la fente sphénoïdale partiel
ou complet (=atteinte du N.346)

40. Formes cliniques de la Fracture du complexe Naso-Ethmoido-Maxillo-


Fronto-Orbitaire (CNEMFO)
- # de la paroi interne de l’orbite ou naso-orbitaire
- # de la paroi supérieur de l’orbite ou # fronto-orbitaire
- # de la paroi externe de l’orbite
- # retro-orbitaire
- # isolée de la paroi orbitaire (# de blow out) qui intéresse le plancher orbitaire

41. Donner la différence du mécanisme de la diplopie en cas de CNEMFO et en


cas de fracture orbito-zygomatique (Blow out)
a. Fracture CNEMFO : désinsertion de la poulie du muscle grand oblique et
du muscle droit interne.
b. Fracture orbito-zygomatique : incarcération du muscle droit inférieur et
de la masse graisseuse péri-orbitaire.

42. Décrivez le déplacement d’une fracture symphysaire associées à une


fracture angulaire du condyle du même coté
- Déplacement de l’arcade dentaire
- Bascule mandibulaire
- Latéro déviation de la mandibule du coté traumatisé

43. A. quelle est la pathogénie du trismus en cas de fracture du zygomatique


R/ non coulissage du muscle temporal
B. les conséquences de la fracture du zygomatique
R/. - Conséquences orbitaires : diplopie et enophtalmie en cas de # du plancher
- Conséquences sinusales : atteinte de la muqueuse du sinus maxillaire +
fracture osseuse = hémosinus
- Conséquences nerveuses : nerfs sous orbitaires
- Conséquence esthétiques : aplatissement de la pommette

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
44. Différence entre # isolée du plancher zygomatique et # du zygomatique
 Fracture isolée du plancher orbitaire = Fracture blow out
Il s’agit d’une lésion exclusive du plancher sans trait de refend sur le rebord infra
orbitaire
a. Mécanisme: choc direct sur le globe oculaire. Le contenu orbitaire fait issue à
travers le plancher de l’orbite
b. Signes:
- enophtalmie
- diplopie (incarcération du muscle droit inférieur et la graisse périorbitaire)
- test de duction forcée positif
- paroi infra orbitaire sans trait de refend
c. Rx : SCAN +3D (image en goutte + hémosinus)
d. Traitement: ostéosynthèse + greffe du plancher, ATB, AINS

 Fracture zygomatique.
a. Mécanisme: choc direct sur la pommette parfois suivi d’une épistaxis
homolatérale
b. Signes :
- enfoncement de la pommette
- hémorragie sous- conjonctivale homolatérale
- décalage en marche d’escalier sur le rebord infra orbitaire
- rupture du cintre maxillo-zygomatique
- trismus
- hypoesthésie de la région infra orbitaire homolatérale
- Rechercher une diplopie (champ visuel, test de Lancaster) et si enophtalmie
(test de duction forcée)
c. Rx: waters, scanner+ 3D (image en goutte si associée à une fracture
du plancher)
d. traitement: ostéosynthèse

45. A. Devant une plaie faciale, de quoi faut-t-il tenir compte ?


R/. Le mécanisme, l’étendue, la pénétration et la localisation
B. quel est le devenir d’une plaie
R/ toute plaie aboutie à une cicatrisation :
- Soit une cicatrice par première intention (spontanée ou après suture)
- Soit une cicatrise dirigée en cas de perte de substance tissulaire

46. Faites le pronostic d’une cicatrice au niveau de la face


- De l’orientation : plaie perpendiculaire à la ligne de torsion = mauvaise
cicatrisation, plaie parallèle à la ligne de torsion=bonne cicatrisation
- De la phase active : plus elle est intense plus la cicatrisation sera large
- De la qualité des sutures
- L’éviction solaire pendant la phase active

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
47. Diagnostic différentiel entre diapneusie et diastome de stome
Diapneusie = tumeur de succion : tumeur bénigne de la joue en regard d’un
diastème interdentaire ou d’une dent abimée, installé par des efforts de succion
Diastome de stome = tumeur bénigne localisée dans les espaces interdentaires

48. Faite de diagnostic différentiel d’une tuméfaction sous angulo-mandibulaire


chez un sujet avec ATCD d’intoxication alvéolo-tabagique
- Cancer de la mandibule
- Carcinome épidermoïde
- Sublinguilite
- Parodontite aigue

49. Quels sont les éléments qui vont orienter le chirurgien à adopter une
attitude thérapeutique en cas d’améloblastome
R/ - Table interne de la mandibule
- Table externe
- L’os nasal
- Le condyle

50. Clinique et traitement en cas de kyste mucoïde (grenouilette)


- Clinique : tuméfaction ovoïde, molle recouverte d’une muqueuse translucide
- Traitement : on réalise une MARSUPIALISATION = kyste –anastomose ou
technique de Kangourou consistant à drainer le contenu de la kyste dans une
cavité naturelle parfois on propose une sublingualectomie

51. Signes cliniques de kératokyste (kyste épidermoïde)


→ Pareille avec ameloblastome
- A l'exobuccal : Tuméfaction indolore déformant la face avec une peau en
regard saine, pas d’adénopathie satellite ni des troubles neurologiques.
- A l'endobuccal : Tuméfaction rénitente au centre et craquante à la
périphérie comme une balle de ping pong.

52. Un patient de 50 ans présente une tuméfaction de 2 cm dans la région


parotidienne de consistance mole, donnez la classification TNM et dite quelle
sera votre attitude thérapeutique
Stade : T1N0M0,
PEC : parotidectomie avec conservation du nerf facial et prélèvement du ganglion
digastrique de Kurtner, radio/chimiothérapie.
EPC: échographie (examen de choix), ne jamais faire une biopsie

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST
53. Une fillette de 9 ans présente une tuméfaction indolore ovalaire depuis 7 mois et
se plaint que la 36, 30 et 34 sont mobiles ; donnez votre diagnostic, et la PEC
R/. Diagnostic : lymphome de burkitt (1 - 11ans)
PEC : polychimio sensible selon le schéma M-BACOD (M:methotrexaye, B:
bléomycin, A : acide folique, C : cyclophophamide, O : oncovin, D : dexaméthasone)
NB : Pas de chirurgie excepté la biopsie pour conformer le diagnostic

 A retenir comme signe clinique du lymphome de burkitt :


- Tumeur peu douloureuse ou indolore à évolution rapide, déforme la face
- Déplacement et mobilité dentaire, les dents ont tendances à tomber
spontanément

54. Patient X, présente une tumeur de 4cm dans la cavité buccale, 2 adénopathies
homolatérales de 5 cm, le bilan Rx n’est pas réalisé, faites la classification TNM et
énoncez le diagnostic
R/ Tumeur maligne de la cavité buccale probablement un carcinome
épidermoïde, Stade TNM : T2N2bMx,

 A retenir comme signe clinique d’un carcinome épidermoïde


- Masse indurée, douloureuse à évolution rapide
- Muqueuse ulcéro-bourgeonnante
- Surtout chez des hommes avec notion d’intoxication alcoolo-tabagique

55. Cas clinique : lésions ulcéro-végétantes de la gencive, en regard de 44 et de la


portion du plancher en dehors du canal de Wharton avec envahissement du
ganglionn de Kurtner gauche. Donnez :
a. Le signe clinique du plancher buccal ?
R/.Les coliques salivaires (diagnostic différentiel avec la sous-maxillite
chronique)
b. Classification TNM ?
R/.T4NM ou T4N0M0
c. Le premier examen paraclinique à demander ? (NB : la dent 44 c’est la
première prémolaire droite inférieure)
R/. La radiographie : RX profil mandibulaire défilé pour visualiser les
lésions osseuses.
Autres examens : bilan de VADS, examen ORL, examen complet de la
muqueuse hypo-pharyngée, laryngée et celui du cavum et le bilan
général.

SENAT

FAIS DE L’ETERNEL TES DELICES, IL TE DONNERA CE QUE TON CŒUR DESIR / SENAT D1BM………BY DR BEST

Vous aimerez peut-être aussi