Vous êtes sur la page 1sur 8

TP Mécanique vibratoire

Calculs et essais en mécanique


des vibrations

Elaboré par :

Amal BALI

Abdelkhalek SAIDI

Mohamed Akrem CHERNI

GIM2 ED3

Année Universitaire : 2021-2022


1
• Q1: Identifier manuellement les modes expérimentaux manquants à l'aide de la
commande SDT idcom. Voir section 0.1.2 pour le protocole d'identification des modes.
Donner le résultat de votre identification en donnant :

✓ la liste des pôles ci.Stack{'IdMain'}.po (faire idcom('tableiipo'))


✓ superpositions de fonctions de transfert illustrant la qualité de votre
résultat (au plus 3 superpositions).

La liste des pôles ci.Stack{'IdMain'}.po (faire idcom('tableiipo')) est illustrée dans la figure suivante:

Superpositions des fonctions de transfert illustrant la qualité du résultat (au plus 3 superpositions):

2
Dans cette courbe on remarque que presque tous les pôles sont bien identifiés, mais on a
raté un pôle vers 1000 Hz. On peut aussi remarquer que l’anti-résonnance vers 900Hz n’est
pas bien mesurée. La fin de la bande n’est pas bien identifiée puisqu’il présente un mode
en dehors de la plage de fréquence étudiée.

• Q2 : visualiser les deux premiers modes identifiés en figure (55). Les décrire = leur
donner un nom.

➢ Dans la première mode : on remarque qu’il y’a 2 zones bleus et 2 zones rouges à
l’apposé ➔ ce mode est appelé mode à deux diamètres d’où flexion suivant le
diamètre.

➢ Dans la deuxième mode : on remarque qu’il y’a 3 zones bleus et 3 zones rouges à
l’apposé ➔ ce mode est appelé mode à trois diamètres, c’est une mode symétrique
d’où on a une flexion suivant l’axe x.

3
• Q3: quand on presse dans iiplot quel indice change-t-on dans la formule (0.1)? Idem
quand, on presse dans feplot ?

➢ Quand on presse dans iiplot on change les observabilités modales (les sorties) et
alors on change dans la formule (0.1) le capteur de l’indice [c].
➢ Quand on presse dans feplot, on change le mode propre (on passe à un mode
supérieur) et donc on change le fréquence et l’amortissement.

• Q4: Quelles sont les propriétés, symboles de (0.1), variants d'un transfert à l'autre ?
Révisez votre réponse après avoir répondu à Q13.

D’un transfert à l’autre, les propriétés de la formule (0.1) qui varient sont les observabilités
modales et les fréquences propres. Donc soit on change la matrice [c], soit la matrice
d’observation puisqu’on mesure le déplacement dans des points différents.

• Q5: On analyse ici ce qu'est un mode calculé. Identifiez les données présentes dans la
structure def dans la formule (0.1) et dans la vue du maillage affichée à l'écran : que
signifient le champ .DOF et les lignes de .def, que signifient les colonnes de .def et les
valeurs de .data ?

(0.1)

4
Avec :

ωj : les fréquences propres ( avec j : numéro du mode)

ζj: les amortissements modaux

φj T [b]: la commandabilit´e modale (modes propres T = [φ1 . . . φNM ] projetés sur la


matrice d’entrée [b])

[c]φj : l’observabilité modale (modes propres T = [φ1 . . . φNM ] observés sur [c])

ω les fréquences d’excitation (sera stocké dans le vecteur f).

A partir de la fenêtre de commande dans Matlab on peut déterminer :

def = def: [76095x30 double]

DOF: [76095x1 double]

data: [30x1 double]

- Le champ .DOF (Degree of freedom) représente les degrés de libertés.


- Les lignes de .def représentent le déplacement de chaque nœud.
- Les colonnes de .def les modes propres ; ici on a 30 modes car on prend justes les modes
qui existent dans la plage de fréquence étudié.
- Les valeurs .data représentent les fréquence (les pulsations propres).

• Q6: A quoi correspondent les 6 modes à fréquence nulle? quelle est la fréquence du
premier mode flexible ? Pourquoi certaines fréquences ne sont elles pas exactement
nulles ?

Les 6 modes à fréquences nulle correspondent au mode de vibration du corps rigide ;


déplacement sans déformation. La fréquence du 1er mode flexible qui est 7, est de l’ordre
de 401.9 Hz. Pour les fréquences des modes 4,5 et 6 ne sont pas exactement nulles et c’est
à cause des erreurs d’arrondi faites par l’ordinateur.

5
• Q7: Expérimentalement, où les modes {yTest} sont ils connus ? Comment est estimé la
réponse expérimentale à partir d'un résultat de calcul ?

Les {ytest} sont connus au niveau des capteurs. Comme on a {y(t)}= [c] {q(t)} alors pour
estimer la réponse expérimentale on peut construire la matrice d’observation.

• Q8: À quoi correspondent les abscisses et ordonnées du graphe de MAC ?

✓ Les abscisses correspondent aux modes des valeurs théoriques identifiés


✓ Les ordonnées correspondent aux modes propres des nodaux mesurés (expérimentale)

• Q9: Quels modes sont bien corrélés ? En quoi le critère de MAC aide t'il par rapport à
une visualisation directe des déformées ?

✓ On a obtenu un coefficient de corrélation supérieur à 95% donc les premiers modes


sont corrélés. Le critère MAC serre à déterminer les degrés de similitudes entre les
différents modes théoriques et expérimentaux.

• Q10: cliquez sur le bouton dans feplot. Listez les données nécessaires à calcul
élément fini conduisant aux modes (en comparant avec la liste de la section 2.5.1 du
cours repris dans la présentation du TP). Comment peut-on compter le nombre de
DDL (DOF) ?

La première chose à faire en cliquant sur ce bouton dans feplot c’est de définir le
domaine de maillage c.à.d. il faut donner le nombre de nœuds. Puis on doit définir les
propriétés mécaniques du matériau utilisé à savoir le module du Young, le coefficient de
poisson pour présenter la plasticité et l’épaisseur. Il faut aussi définir la règle
d’intégration et renseigner les contraintes multipoints qui nous permettrons de connaitre
le lien de contact entre les plaques et les coques.

Pour compter le nombre de DDL, et puisque le calcul dépend des modèles, nous
attribuons un ddl d’ordre 3 pour un modèle surfacique qui renvoie 3 translations. En
plus, nous attribuons un ddl d’ordre de 6 pour un modèle volumique. Ce modèle renvoie
3 translations et 3 rotations.

• Q11: A partir du calcul numérique des modes, quelle information complémentaire est
nécessaire pour calculer une fonction de transfert en utilisant (0.1) ? Autrement dit
que signifient damp,in,out dans le code qui construit les transferts ?

Dans le code qui construit les transferts :

✓ Damp signifie l’amortissement


✓ In : c’est l’entrée (Effort appliqué)
6
✓ Out : signifie la sortie ( [23199 ;23283 ;5161 ;5170]+.03 : represente la réponse de
ces point dans la direction z. )

Donc pur calculer une fonction de transfert, il faut définir les entrées (Numéro de nœuds)
et les sorties et choisir l’amortissement. Il nous faut aussi la fréquence d’excitation, la liste
de DDL et la matrice d’observation.

• Q12: On veut faire le lien entre la vue spatiale (forme modale) et la vue fréquentielle
(fonction de transfert avec résonances). Pourquoi le premier mode flexible n'est-il pas
visible dans le transfert ? quelle quantité de la formule (0.1) est petite ? Explication du
contexte industriel dans le film.

Le mode 7 qui est le premier mode flexible a une faible amplitude et des faibles
déplacements verticaux. Donc puisque l’observation se fait selon l’axe vertical, ce mode
n’est pas visible dans le transfert.

La quantité la plus petite de la formule (0.1) est 𝜑𝜑𝜑𝜑

• Q13: La courbe ci-dessous affiche trois calcul associés à un amortissement modal de


1%, 0.5% et un amortissement de Rayleigh C=α M + β K avec α=0 et β tel que
ζi=β/2ωi. Placez la bonne légende pour A,B,C et justifiez à quelle fréquence est ajustée
la valeur β pour que l'amortissement modal correspondant soit de 0.01.

✓ La courbe A correspond à la fonction de transfert par un amortissement de 1%.

✓ La courbe B correspond à la fonction de transfert par un amortissement de 0.5%, en


effet on distingue que l’amplitude de la courbe Best deux fois supérieur à l’amplitude
de la courbe A, ce qui nous donne que l’amortissement de B est deux fois plus petit que
la courbe A.

7
✓ La courbe C correspond à la fonction de transfert par un amortissement de Rayleigh
puisque la fréquence est très élevée et plus l’amortissement de Rayleigh l’est aussi
(optimisé pour les hautes fréquence).

On sait que le coefficient de Rayleigh est valable entre 800Hz et 1300Hz, et en dehors de ces
valeurs l’amortissement devient très faibles.

A une fréquence β= 1153Hz (ou environ β), l’amortissement de la courbe C et A coïncident.


D’où on constate qu’a une fréquence trois fois plus faible (environ 400Hz) on a une amplitude
trois fois plus grandes, de plus l’amortissement est trois fois plus faible.

• Q14: on cherche à comprendre l'utilisation des formules de sensibilité/perturbation


(section 3.5.2 du cours). Pour le mode de flexion du guide câble à 1780 Hz, augmenter
l'épaisseur de la plaque de ce guide câble de 10%, conduirait à une augmentation de
raideur de 1.13≈ 1.33. Estimer le décalage de fréquence associé. Augmenter l'épaisseur
est il la bonne solution ? Où faudrait il percer un trou, pour augmenter la fréquence
de ce mode ?

✓ La zone qui correspond à épaissir représente 40% de l’énergie de déformation. Alors


en augmentant l’épaisseur de la plaque de 10%, l’énergie devient égale à 1,04. Donc
on obtient une fréquence égale à la racine carrée de cette énergie de l’ordre de

=> On a alors un décalage de fréquence égale à 2%.

✓ Augmenter l'épaisseur n’est pas la bonne solution car on sait que le moment
quadratique d’une section de poutre rectangulaire est égal à
(H est l’épaisseur perpendiculaire à la direction de flexion). Donc on ne doit pas
augmenter l’épaisseur de la plaque de 10% car cela engendre une augmentation de
6% de la fréquence.

Ainsi afin d’augmenter la fréquence de ce mode, on doit percer des trous à


l’extrémités.

Vous aimerez peut-être aussi