Vous êtes sur la page 1sur 123

ENSEIGNEMENT SUR LA DELIVRANCE

LA GUERISON DIVINE

La guérison divine miraculeuse est un sujet qui m'a toujours intéressé et fait
réfléchir. C'est cette réflexion que je veux partager avec vous afin d'encourager
tous ceux qui souffrent de maladies ou d'infirmités à chercher du secours auprès
du Dieu qui guérit : Yahvé-Rapha, "l’Éternel qui te guérit" Ex 15.26

La Bible, notre référence, contient un enseignement, des instructions et de


nombreux témoignages, confirmant le fait que Dieu guérit. Il s'est présenté
comme tel lors de la publication de son alliance avec son peuple Israël :

Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les
Egyptiens; car je suis l’Eternel, qui te guérit. Exode 15:26

Les croyants de l'Ancienne Alliance le considéraient ainsi. Le psalmiste exprime sa


reconnaissance envers le Seigneur par ces paroles :

Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits!


C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies. Psaume
103.2

Il y a d'autres moyens de guérison qui relèvent des thérapeutiques médicales,


chirurgicales et psychologiques. Je laisse le soin d'en parler à des personnes plus
qualifiées.

La présente étude traite uniquement de "la guérison divine", car parmi toutes les
autres formes de guérisons, elle tient une place particulière du fait de son origine
et de sa nature miraculeuse.

Il ne s'agit pas de théorie ou du credo d'une confession chrétienne ou


dénomination évangélique, mais d'instructions pour encourager, construire et
affermir la foi, dans la bonté, la compassion, la puissance de l'Eternel Dieu.

Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés: toute grâce excellente et tout don
parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni
changement ni ombre de variation. Jacques 1.17

La foi, comme la science, est faite de réflexion, de recherche, et de corrections de


trajectoire, qui la font avancer.

Les textes de ce dossier font partie d'un ensemble d'études bibliques ou de


prédications, apportées dans les églises où j'ai exercé le ministère pastoral, afin de
donner un enseignement fondé sur la Parole écrite, inspirée de Dieu, dans le but
d'instruire et d'encourager, selon ce qui est écrit :

1
Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la
patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions
l’espérance. Romains 15:4

Plusieurs raisons confirment la nécessité d'enseigner sur la guérison divine :

1) elle est abondamment présente dans la Bible, sous forme d'instructions, de


promesses et de témoignages.

2) la foi pour être guéri nécessite un bon enseignement fondé sur les Ecritures.

3) ceux qui sont malades ont besoin d'être encouragés à chercher leur guérison
auprès de Dieu.

4) personne ne doit ignorer la bonté et la compassion de Dieu concernant la


guérison.

5) ceux qui exercent un ministère auprès des malades doivent agir selon les
Ecritures.

6) elle doit être distinguée des méthodes des guérisseurs, magnétiseurs,


hypnotiseurs et autres marabouts.

Que Dieu notre Père céleste et le Seigneur Jésus-Christ notre Sauveur, vous
accordent par le Saint-Esprit, la grâce et tout le secours dont vous avez besoin
lorsque vous êtes malades.

I. MALADIE ET GUERISON

Depuis toujours, l'être humain est confronté à la maladie. Depuis toujours il s'est
efforcé d'y trouver des remèdes. Réfléchir aux questions habituellement posées,
s'efforcer d'y apporter les bonnes réponses, voilà l'objectif de cette étude.

. La maladie : pourquoi ? - l'origine – les causes

. La guérison : comment ? - les moyens naturels - les méthodes empiriques - les


moyens spirituels

. Ceux que Dieu guérit : un bienfait gratuit reçu par la foi -

. Ceux qui ne sont pas guéris : pourquoi ?

. Les moyens de guérison divine

1. LA MALADIE

Elle nous atteint tous un jour ou l'autre, nul n'en est à l'abri, même les plus
robustes. Elle frappe les bons comme les méchants, les meilleurs comme les
pires. Elle ne doit donc pas être toujours considérée comme un jugement divin.

Souvent nous sommes perplexes lorsque l'épreuve atteint des personnes que nous
considérons comme des exemples de piété, de moralité et de fidélité. Nous en

2
avons de nombreux exemples dans la Bible, dans l'histoire du monde et autour de
nous chaque jour. Nous ne pouvons pas toujours en expliquer la raison, mais le
fait est là devant nos yeux et nous devons en accepter l'évidence.

L'origine de la maladie dans l'humanité

Au commencement, lorsque Dieu créa le monde et les êtres humains, la maladie


et la souffrance n'existaient pas.

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Genèse 1:31

Le Chapitre 2 du livre de la Genèse décrit brièvement la situation dans laquelle


Adam et Eve ont été placés : Genese 2 :7-25

Jusqu'ici tout allait bien, mais par la suite les choses se gâtaient : un être étrange
et mystérieux, Satan, le serpent ancien, fait son apparition et va introduire dans
cette vie idyllique un élément destructeur : le doute. Le but est d'entrainer Adam
et Eve à la désobéissance.

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu
avait faits. Il dit à la femme : Dieu a–t–il réellement dit : Vous ne mangerez pas de
tous les arbres du jardin ? Genèse 3:1

A cause du doute et de la désobéissance, la situation du premier couple de


l'humanité est entièrement bouleversée. La peur de Dieu, un malaise réciproque,
la méfiance et le rejet de la faute sur l'autre, sont entrés dans le cœur d'Adam et
d'Eve. Le décret divin va alors s'accomplir :

Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de


l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu
mourras. Genèse 2:16

Les conséquences sont tragiques :

Dieu dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras


avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.
Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de
l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point ! le sol
sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture
tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de
l’herbe des champs.
C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu
retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras
dans la poussière.

La création connaît alors la souffrance, la maladie et la mort. Le péché est entré


dans le monde !

C'est ce que l'apôtre Paul souligne dans sa lettre aux disciples de Rome :

3
C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par
le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que
tous ont péché ... Romains 5:12

Toutes sortes de maux, d'infirmités, de maladies, frappent la création toute


entière. Le péché a ouvert l'accès à un être maléfique qui frappe les humains par
des coups sans relâche. (Esaïe 14.6)

L'apôtre Jean écrit : le monde entier est sous la puissance du malin…1 Jean 5.1

D'où proviennent les maladies et les infirmités ?

Le plus souvent d'une cause naturelle :

- la vieillesse

"Après ces choses, l'on vint dire à Joseph: Voici, ton père est malade. Genèse 48:1

"Élisée était atteint de la maladie dont il mourut. 2 Rois 13:14 :

"A l'époque de sa vieillesse, Asa il eut les pieds malades". 1 Rois 15:23

- l'héritage génétique

C'est une constatation. Nous sommes tous, hélas, héritiers de nos parents ou
ancêtres concernant nos faiblesses physiques, maladies et infirmités.

Timothée avait certainement ce genre de problème. 1 Timothée 5.23

- un manque de sagesse :

Les excès alimentaires, une mauvaise hygiène de vie le manque de sommeil,


l'abus de l'alcool, le tabac, les drogues, etc.

- les circonstances climatiques, les contagions (virus et compagnie),

. La belle mère de Pierre était atteinte d'une forte fièvre, Luc 4.38 -

. Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie;


Actes 28:8.

. le surmenage et la fatigue (Philippiens 2.27,30).

. les accidents, etc.

. aujourd'hui, de plus en plus, la pollution atmosphérique, électromagnétique,


auditive ...

- parfois elles sont d'origines occultes

Et Satan se retira de devant la face de l'Éternel. Puis il frappa Job d'un ulcère
malin, depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête. Job 2:7

4
Et voici, il y avait là une femme possédée d'un esprit qui la rendait infirme depuis
dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser...Et cette
femme, qui est une fille d'Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne
fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ? (13.11/16).

L'apôtre Paul écrit qu'il était affligé dans sa chair par un ange de Satan. 2
Corinthiens 12:7 (Mais était-ce une maladie ?)

- les jugements de Dieu

Nous devons reconnaître que la maladie fait aussi partie des corrections divines.

l'Éternel te frappera miraculeusement, toi et ta postérité, par des plaies grandes et


de longue durée, par des maladies graves et opiniâtres. Il amènera sur toi toutes
les maladies d'Egypte, devant lesquelles tu tremblais; et elles s'attacheront à toi. Et
même, l'Éternel fera venir sur toi, jusqu'à ce que tu sois détruit, toutes sortes de
maladies et de plaies qui ne sont point mentionnées dans le livre de cette loi.
Deutéronome 28:59

A un roi d'Israël Dieu dit par son prophète : il te frappera d'une maladie violente,
d'une maladie d'entrailles, qui augmentera de jour en jour jusqu'à ce que tes
entrailles sortent par la force du mal. 2 Chroniques 21:15

C'est ce qui arriva, à cause de sa méchanceté, sans repentance.

Après tout cela, l'Éternel le frappa d'une maladie d'entrailles qui était sans remède.
2 Chroniques 21:18

L'apôtre Paul mettait en garde les disciples de l'église de Corinthe à l'égard de


leur inconduite insouciante :

C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un
grand nombre sont morts. 1 Corinthiens 11:30

Quelques soient les de la maladie, c'est toujours une épreuve difficile, mais qui
peut aussi nous amener à réfléchir sur les questions existentielles de l'être
humain et notamment sur notre fragilité.

Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage


lorsqu’il te reprend;
Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il
reconnaît pour ses fils.
Supportez le châtiment: c’est comme des fils que Dieu vous traite; car quel est le fils
qu’un père ne châtie pas? Hébreux 11.5

Le danger serait que la maladie produise et exacerbe un sentiment de culpabilité


qui augmente notre détresse. Ou encore une révolte contre Dieu. Aussi il est
important de réagir avec foi et confiance contre les accusations du malin ou de
certaines personnes toujours promptes à décréter que si nous sommes malades
c'est parce qu'il y a le péché dans notre vie !

L'épreuve frappent souvent ceux qui croient en Dieu. Voici quelques exemples :

5
 Un ami de Jésus. "Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui
que tu aimes est malade". Jean 11:1
 Un roi juste : "En ce temps-là, Ezéchias fut malade à la mort. Le prophète
Esaïe, fils d’Amots, vint auprès de lui, et lui dit: Ainsi parle l’Eternel: Donne tes
ordres à ta maison, car tu vas mourir, et tu ne vivras plus. Ezéchias tourna
son visage contre le mur, et fit cette prière à l’Eternel : O Eternel! souviens-toi
que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de cœur, et que j’ai fait
ce qui est bien à tes yeux! Et Ezéchias répandit d’abondantes larmes". 2 Rois
20:1
 Une femme fidèle :"Elle tomba malade en ce temps-là, et mourut. Après
l'avoir lavée, on la déposa dans une chambre haute". Actes 9:37

Des serviteurs de Dieu zélés : Epaphrodite: "Il a été malade, en effet, et tout
près de la mort; mais Dieu a eu pitié de lui. Philippiens 2:27. Trophime, que
Paul a dû laissé malades à Millet. 2 Timothée 4:20

 un homme intègre : "L’Eternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur


Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit,
craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité,
et tu m’excites à le perdre sans motif". Job 2:3

Cependant, si l'épreuve atteint souvent le juste, l’Eternel l’en délivre toujours.


Psaumes 34:19

2. LA GUERISON

Il existe différents moyens de guérisons, naturelles et surnaturelles. Ce sont ces


derniers qui font l'objet de cette étude.

Depuis le commencement le monde a cherché et trouvé des réponses à la guérison


des malades, des médecines naturelles ou empiriques.

Aujourd'hui la science médicale possède un arsenal impressionnant de


techniques, de traitements et de médicaments. Cependant beaucoup de maux
résistent et de nouvelles maladies apparaissent comme un défi pour les
chercheurs.

Il a toujours existé des médecins, des personnes qui se sont préoccupées de la


santé de leurs concitoyens et des moyens de guérisons.

Jésus a parlé des médecins. Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont
besoin de médecin, mais les malades. Matthieu 9:12

L'évangéliste Luc était médecin et il accompagnait l'apôtre Paul qui l'appelle "le
médecin bien-aimé". Colossiens 4:14

Parfois des régimes appropriés et une bonne hygiène de vie suffisent à rétablir la
santé. Paul conseillait à son disciple et ami Timothée de faire usage d'un peu de
vin pour soulager ses maux d'estomac. 1 Timothée 5/23

Nous ne devons pas négliger les moyens naturels de guérison, même si nous
savons qu'ils ont leurs limites. Certains pensent que consulter un médecin ou
prendre un traitement est un manque de foi en Dieu. C'est oublier que c'est Dieu

6
qui a donné l'intelligence à l'être humain, lui permettant de rechercher et de
trouver ce qui est bon pour son bien-être. Jésus n'a jamais fait de reproches aux
malades qui venaient vers lui après avoir consulté les médecins.

Lorsque la médecine naturelle n'est pas efficace les malades se tournent souvent
vers des méthodes empiriques : guérisseurs, magnétiseurs, hypnotiseurs,
marabouts, etc.

Ce sont des personnages troubles, certains invoquent un fluide, une force ou


énergie magnétique. D'autres disent posséder des pouvoirs occultes. Attention
danger !

A. LA GUERISON DIVINE

Examinée à la lumière des Ecritures, elle nous intéresse particulièrement, car elle
est une réponse de Dieu à la prière et à la foi de ceux qui se tournent vers lui
dans leur détresse. Elle fait partie de la providence divine

Dès le début de sa relation avec le peuple d'Israël Dieu se présente comme


"l'Eternel qui le guérit" : " YAVEH RAPHA"

Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l'oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d'aucune des maladies dont j'ai frappé les
Égyptiens; car je suis l'Éternel, qui te guérit. ( à noter: les "SI", la protection d'Israël
est liée à son obéissance). Exode 15:26 -

Le Seigneur a en réserve une provision de guérison et de santé :

Car la miséricorde est auprès de l’Eternel, Et la rédemption est auprès de lui en


abondance. Psaumes 130:7

Tu visites la terre et tu lui donnes l’abondance, Tu la combles de richesses; Le


ruisseau de Dieu est plein d’eau; Tu prépares le blé, quand tu la fertilises ainsi.
En arrosant ses sillons, en aplanissant ses mottes, Tu la détrempes par des pluies,
tu bénis son germe. Tu couronnes l’année de tes biens, Et tes pas versent
l’abondance. Psaume 65.9

Elle est associée au pardon des péchés, à la rédemption, selon ce qui est écrit
dans de nombreux passages bibliques :

"Quand je fermerai le ciel et qu'il n'y aura point de pluie, quand j'ordonnerai aux
sauterelles de consumer le pays, quand j'enverrai la peste parmi mon peuple; si
mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il
se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son
péché, et je guérirai son pays". 2 Chroniques 7. 13

"C'est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies";
Psaumes 103:3

"Aucun habitant ne dit: Je suis malade! Le peuple de Jérusalem reçoit le pardon de


ses iniquités". Esaïe 33:24

7
La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s'il a commis des
péchés, il lui sera pardonné". Jacques 5:15

Voir aussi Esaïe 53:4/5

"Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est
chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il
était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne
la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris".

Jésus a ainsi accompli la parole du prophète :

Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits


par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été
annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos
maladies. Matthieu 8.17

Pierre, reprenant le texte d'Esaïe, affirme :

"Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux
péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été
guéris." 1 Pierre 2:24

a) Elle est en Jésus-Christ

La guérison des malades est constamment présente dans le ministère du Seigneur


Jésus-Christ.

Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui
souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des
lunatiques, des paralytiques; et il les guérissait. Matthieu 4:24

Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses
maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d'eux, et il les guérit. Luc
4:40

"En quelque lieu qu'il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les
campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur
permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le
touchaient étaient guéris". Marc 6:56

"Alors s'approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des
aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d'autres malades. On les mit à
ses pieds, et il les guérit;" Matthieu 15:30

Elle émane de sa personne…

"Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu'une force sortait de lui et les
guérissait tous". Luc 6:19

Elle est surtout l'expression de la compassion de Dieu le Père, pleinement


manifestée par son Fils Jésus.

8
Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour
elle, et il guérit les malades. Matthieu 14:14

La guérison des malades est aussi associée à la prédication de l'Évangile dont elle
rend témoignage.

"Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons,
avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu,
et guérir les malades". Luc 9:1

"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui ont cru : En mon nom, ils
chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des
serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils
imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris". Marc 16:18
(Cette promesse de Jésus est toujours d'actualité)

Les premiers disciples l'ont pleinement démontré

Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de


plus en plus; en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait
sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au
moins couvrît quelqu’un d’eux.
La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des
malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris.
Actes 5:15

Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on
appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son
corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. Actes 19:11

Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul,


s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit.
Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris. Actes 28:9

b) Elle fait partie du ministère des anciens de l'église !

"Quelqu'un parmi vous est-il malade? Qu'il appelle les anciens de l'Église, et que
les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur;" Jacques 5:14

c) Elle est parmi les dons accordés par le Saint-Esprit :

le don des guérisons, par le même Esprit. 1 Corinthiens 12.8

d) Elle est toujours attachée à la foi :

"Par la foi, ils éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée,


guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées
étrangères". Hébreux 11:34

"Jésus se retourna, et dit, en la voyant: Prends courage, ma fille, ta foi t'a guérie. Et
cette femme fut guérie à l'heure même". Matthieu 9:22

9
"la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s'il a commis des
péchés, il lui sera pardonné". Jacques 5:15

"Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, éternellement." Hébreux 13:8

Dans la nouvelle alliance la guérison est liée à "la grâce et à la foi" en Jésus.
Romains 10:5-13

B. DES MOYENS SPIRITUELS DE GUERISON :

- la prière et le jeûne : Psaumes 35:13

- l'imposition des mains. Marc16.18

- l'onction d'huile par les anciens des églises. Jacques 5.14

- la prière des uns pour les autres. Jacques 5.16

- la prière et les supplications personnelles. 2 Rois 20.2/7

Prier pour être guéri est une démarche logique et normale pour ceux qui croient
en Dieu. « demandez et vous recevrez… Dieu donne de bonnes choses à ceux qui
les lui demandent. » Matthieu 7.7/11

« Faites connaître à Dieu tous vos besoins par des prières, des supplications, avec
des actions de grâces ». Philippiens 4.6

« Dans leur détresse, ils crièrent à l’Eternel, Et il les délivra de leurs angoisses; Il
envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse. Qu’ils louent l’Eternel
pour sa bonté, Et pour ses merveilles en faveur des fils de l’homme » Psaume
107.19

Voici quelques exemples bibliques :

 Élisée entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l'Éternel. (pour
l'enfant) 2 Rois 4:33
 Abraham pria Dieu, et Dieu guérit Abimélec, sa femme et ses servantes; et
elles purent enfanter. Genèse 20:17
 Anne pria l'Éternel et versa des pleurs ( elle fît guérie de sa stérilité) 1
Samuel 1:10
 Pierre pria pour Dorcas. Il fit sortir tout le monde, se mit à genoux, et pria…
Actes 9:40
 Paul pria pour le père de Publius en lui imposant les mains et il fut guéri. .
Actes 28:8
 Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de
Marthe, sa sœur.
C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les
pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade.
Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui que tu aimes est
malade. Jean 11.1
 La belle-mère de Simon était couchée, ayant la fièvre; et aussitôt on parla
d’elle à Jésus.

10
S’étant approché, il la fit lever en lui prenant la main, et à l’instant la fièvre
la quitta. Puis elle les servit. Marc1.30

On peut prier seul pour soi-même, comme le roi Ezéchias, Anne la mère de
Samuel, le roi David et bien d'autres

Prier aussi avec d'autres, selon l'enseignement de Jésus :

Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander
une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.
Matthieu 18:19

Il faut prier avec instance et persévérer jusqu'à la réponse de Dieu.

Elie était un homme de la même nature que nous: il pria avec instance pour qu’il ne
plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois.
Jacques 5:17

Il faut parfois supplier

Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à
ses pieds, et le supplia d'entrer dans sa maison... Luc 8:41

Un lépreux vint à lui; et, se jetant à genoux, il lui dit d'un ton suppliant: Si tu le
veux, tu peux me rendre pur. Marc 1:40

Voici un merveilleux exemple de guérison en réponse à la supplication:2 Rois 20:1


à7

L'Imposition des mains.

- Jésus a pratiqué et enseigné l'imposition des mains aux malades pour leur
guérison : Marc 6:5 ; Luc 4:40 ; Luc 13:10
- Ses disciples ont obéi à ses paroles et suivi sont exemple : Actes 9:17 ;
Actes 14:3 ; Actes 19:11 ; Actes 28:8
- Jésus dit que ceux qui croiront en lui chasseront les démons en son nom et
imposeront les mains aux malades et ils seront guéris ! Marc 16.16
- C'est un signe qui accompagne la prédication de l'Evangile et un pouvoir
que Jésus donne à ses disciples :
- Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d'huile beaucoup de
malades et les guérissaient. Marc 6:13

Je suis très attaché aux méthodes que le Seigneur indique dans sa parole :
l'imposition des mains et l'onction d'huile, mais il n'y a pas que ces deux moyens.

Cela peut être une simple parole de foi, un ordre donné au Nom du Seigneur
Jésus ou quelques autres actes de la foi, comme ceux qui touchaient le vêtement
de Jésus ou les linges qui avaient touchés le corps de l'apôtre Paul ou encore les
malades qu'on plaçait sur le passage de l'apôtre Pierre afin que son ombre les
couvre.

Parfois Dieu indique ce qu'il faut faire en fonction de situations particulières.

11
 Un bois dans l'eau de Mara
 Le serpent d'airain pour un peuple contestataire
 Se plonger sept fois dans le Jourdain pour Naaman le Syrien
 Une masse de figues sèches placée sur la tumeur du roi Ezéchias

Jésus a agit de différentes façons

 La boue sur les yeux de l'aveugle de naissance devant se laver au réservoir


de Siloë
 De la salive sur les yeux d'un aveugle
 Les dix lépreux durent aller se montrer au Sacrificateur

La foi peut se manifester par des comportements inattendus, mais ce ne sont pas
les méthodes ou les moyens qui sont les plus important, c'est la foi Christ, car
c'est de lui que vient la puissance qui guérit.

Ceux qui ne sont pas guéris

Il est indéniable que tous ne guérissent pas. Les détracteurs de la guérison divine
ne se privent pas de rappeler "l'écharde de Paul" ou Trophime qu'il laissa malade
à Milet. (2 Timothée 4.20)

Parfois l'épreuve est nécessaire : l'écharde dans la chair avait un but bien précis.

Cependant le Seigneur ne vous laissera pas dans l'incertitude, ni sans secours,


mais il nous accorde une grâce suffisante pour supporter l'épreuve.

L'apôtre Paul en témoigne :

"Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit: Ma grâce te suffit,
car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse".2 Corinthiens 12.8

Il y a un moment où Dieu nous répondra d'une façon ou d'une autre... Soit qu'il
nous guérisse, soit qu'il nous donne une réponse d'apaisement et de confiance,
ainsi que la force pour supporter l'épreuve..

Dans tous les cas, Il faut prier avec persévérance…Jusqu'à ce que Dieu réponde :

"Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne point
se relâcher". Luc 18.1

Et puis ne jamais perdre sa confiance en l'Éternel, comme Job qui dans une
épreuve terrible a quand même proclamé : …

Mais je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la
terre.(c'est à dire que "C'est lui qui aura le dernier mot !) Job 19:25

Soyons à l'écoute de Dieu.

La maladie est une occasion de se remettre en question, de se juger soi-même, de


confesser ses péchés. (Jacques 5.16 - 1 Corinthiens 11.30/31)

12
Pourquoi tous ne sont pas guéris?

Voiciquelques raisons possibles parmi d'autres :

 Pas de demande: vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas.
Jacques 4.3
 Pas de persévérance : on se lasse l'âme découragée. Hébreux 12.13 –
Héb.6.12
 Pas d'insistance : frappez et l'on vous ouvrira. Élie était un homme de la
même nature que nous: il pria avec instance. Jacques 5:17
 Notre demande est égoïste. Jacques 4:3 Vous demandez, et vous ne recevez
pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.
 On a des conflits: vous ne pouvez pas obtenir; vous avez des querelles et des
luttes, Jacques 4:2
 On ne pardonne pas aux autres. Marc 11:26 Mais si vous ne pardonnez pas,
votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos
offenses.
 Il n'y a pas de réconciliation…un pardon non accompagné d'une démarche
significative. Matthieu 5.24
 On demeure dans le péché. Jacques 4.1 et 4 - Psaumes 66:18 Si j'avais
conçu l'iniquité dans mon cœur , Le Seigneur ne m'aurait pas exaucé.
 On doute. Jacques 1.6 Mais qu'il la demande avec foi, sans douter; car celui
qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et
d'autre. Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du
Seigneur: c'est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.

Et puis il y a toutes les situations inexplicables, qui produisent le découragement


et le chagrin, soit que nous nous culpabilisons nous-mêmes, soit que nous
sommes accablés par le jugement des autres.

Des hommes et des femmes de foi ont été malades et sont morts de leurs
maladies, malgré les prières, le jeûne, l'intercession de leurs frères et sœurs dans
la foi, l'intervention de ministères reconnus pour les miracles.

Nous sommes parfois placés devant des situations sans issue, des questions sans
réponses, des échecs humiliants, qui nous obligent à admettre notre impuissance.

Nous n'avons pas les réponses à toutes les questions.

Nous sommes limités dans notre connaissance des choses de Dieu, de ses
pensées, de ses raisons.

Lorsque nous prions pour les malades et qu'ils ne sont pas guéris, il nous fait
reconnaître humblement notre petitesse. Mais quelques soient les raisons de nos
échecs, ne doutons pas de la fidélité, de la bonté et de la puissance de Dieu.

Et puis, il y a quelque chose d'infiniment plus grand que la guérison de nos


maladies : C'est l'amour que Dieu notre Père céleste et le Seigneur Jésus-Christ
notre Sauveur, ont pour nous. Rien, ni personne, pas même la maladie, ne peut
nous en séparer.

Romains 8.31 "Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour
nous, qui sera contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a

13
livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec
lui?
Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ
est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour
nous!
Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la
persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? selon qu’il est écrit:
C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme
des brebis destinées à la boucherie.
Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous
a aimés.
Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les
choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la
profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu
manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur".

Il nous faut accepter nos limites, nous ne pouvons pas tout expliquer, tant que
nous sommes sur la terre, nous connaissons en partie…nous prophétisons en
partie…notre foi est partielle…

Mais quand ce qui est parfait sera venu, alors toutes choses seront devenues
nouvelles : ce corps semé faible et parfois infirme ressuscitera glorieux et plein de
force. 1 Corinthiens 15. 42,43

"Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les
hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec
eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni
deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il
dit: Écris; car ces paroles sont certaines et véritables." Apocalypse 21.3/5

Ceux qui ont lavé leurs vêtements et les ont blanchis dans le sang de l’agneau
sont devant le trône de Dieu et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est
assis sur le trône dressera sa tente sur eux; ils n’auront plus faim, ils n’auront plus
soif, et le soleil ne les frappera point, ni aucune chaleur.

Car l’agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les conduira aux sources des
eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. Apocalypse 7:14

Yahvé-Rapha = Dieu guérit

Lorsque nous parlons de guérison divine, nous devons préciser qu'il s'agit d'une
forme de guérison miraculeuse qui vient de Dieu.

Yahvé, l'Eternel, se révèle de diverses manières. Par sa parole et ses œuvres en


général.

Cependant il se fait connaitre de façon particulière par les noms qui lui sont
donnés ou qu'il s'attribue lui-même. Concernant la guérison Il se présente au
peuple d'Israël comme "l'Eternel qui guérit" = Yahvé-Rapha

14
"Moïse fit partir Israël de la mer Rouge. Ils prirent la direction du désert de Schur;
et, après trois journées de marche dans le désert, ils ne trouvèrent point d’eau.

Ils arrivèrent à Mara; mais ils ne purent pas boire l’eau de Mara parce qu’elle était
amère. C’est pourquoi ce lieu fut appelé Mara.

Le peuple murmura contre Moïse, en disant: Que boirons-nous?

Moïse cria à l’Éternel; et l’Éternel lui indiqua un bois, qu’il jeta dans l’eau. Et l’eau
devint douce. Ce fut là que l’Éternel donna au peuple des lois et des ordonnances,
et ce fut là qu’il le mit à l’épreuve.

Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les
Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit." Exode 15.22

Il est important, de préciser l'origine et la nature de la guérison divine : Elle est


l'œuvre du Dieu unique, l'Eternel qui est Yahvé-Rapha = le Dieu qui guérit.

Les noms par lesquels Dieu se présente dans sa relation avec les hommes sont
significatifs, car chacun révèle un aspect de sa nature.

Par exemple, l'Éternel s'est manifesté à Abraham sous deux formes de son
identité, soulignant ainsi au patriarche l'assurance de l'accomplissement de ses
desseins :

El-Elion : Dieu Très Haut, Genèse. 14.18 – Celui qui est élevé au dessus de toutes
créatures, célestes, terrestres, infernales. Le Dieu souverain qui domine sur toute
créature, sur toutes circonstances et qui tient le temps en son pouvoir.

El-Schaddaï : Dieu Tout-Puissant, Genèse. 17.1 – Celui pour qui tout est possible,
rien n'est impossible à Dieu.

Il est intéressant d'étudier la signification des différents noms sous lesquels Dieu
lui-même s'est attribués.

Dans le cadre de ce dossier il est question de Yahvé-Rapha = l'Éternel guérit.

Dieu guérit parce qu'il est bon

Lorsque nous avançons dans la connaissance de Dieu, nous découvrons sa


véritable nature, sa bonté infinie, révélée dès le commencement :

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Genèse 1:31

Il est dans la nature de Dieu d'être bon et de donner de bonnes choses, comme
l'enseigne Jésus :

Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos
enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera–t–il
de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Matthieu 7:11

15
La santé et la guérison sont des choses bonnes qui font partie intégrante de la
nature de Dieu notre Père céleste.

Lorsque l'Éternel créa Adam et Ève, ils les créa en bonne santé, parfaits dans tous
les domaines et il les plaça dans les meilleurs conditions de vie, un jardin de
délice (Eden) qu'Il avait préparé pour eux. Mais par leur désobéissance ils se sont
privés eux-mêmes des bénédictions divines. Non seulement, mais ils ont aussi
déclenché un processus universel toouchant toutes les générations à venir :

Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et
qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.
Romains 5.12

La souffrance, les douleurs, le mal, la maladie et les infirmités datent du moment


tragique où Adam et Ève furent chassés de la présence de Dieu, après leur
désobéissance.

Cependant, à chaque fois que des hommes ou des femmes se sont approchés de
Dieu pour être secourus, il les a guéris et délivrés de leurs détresses. C'est le
témoignage de la Bible.

La première guérison mentionnée dans les Écritures est celle de Sara, la femme
d'Abraham, que l'Éternel guérit de sa stérilité.

Après elle, le Seigneur a guéri plusieurs femmes de leur stérilité : Rébecca la


femme d'Isaaa, puis Rachel, celle de Jacob et encore Anne la mère de Samuel,
Élisabeth la mère de Jean-Baptiste.

Ceci est encourageant pour les femmes qui ne peuvent pas avoir d'enfants, de
savoir que le Seigneur est l'Éternel qui fait enfanter.

Il y a plus de 50 ans, j'étais jeune pasteur à Brest et il y avait dans l'assemblée un


couple marié depuis quelques années qui ne pouvait pas avoir d'enfant. Lors d'une
visite, je demandais à la femme et à son mari s'ils voulaient que nous prions
ensemble, afin que le Seigneur intervienne en leur faveur. Ils acceptèrent et
pendant que nous priions tous les trois, j'imposais les mains à la jeune femme.
Dans les mois qui suivirent elle se trouva enceinte et donna naissance à une jolie
petite fille.

Dieu est Yahvé-Rapha, Celui qui guérit à cause de sa bonté. Il ne change pas.

Ne vous y trompez pas, mes frères bien–aimés: toute grâce excellente et tout don
parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni
changement ni ombre de variation. Jacques 1.16

L'Éternel guérit !

Nous lisons souvent dans l'Ancien Testament des témoignages de personnes


guéries par le Seigneur. Rappelons nous les paroles du roi David.

Mon âme, bénis l’Éternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom!

16
Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits!

C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies;

C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde;

C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.
Psaume 103. 1/5

Nous remarquons dès le commencement, que dans sa relation avec les hommes,
Dieu, l'Eternel, a toujours manifesté sa bonté et sa miséricorde. Lors de l'alliance
qu'Il fit avec le peuple d'Israël, Il insista à plusieurs reprises sur sa volonté de leur
faire du bien, de les bénir :

Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les
Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit. Exode 15.22

Si vous écoutez ces ordonnances, si vous les observez et les mettez en pratique,
l’Éternel, ton Dieu, gardera envers toi l’alliance et la miséricorde qu’il a jurées à tes
pères. Il t’aimera, il te bénira et te multipliera; il bénira le fruit de tes entrailles et
le fruit de ton sol, ton blé, ton moût et ton huile, les portées de ton gros et de ton
menu bétail, dans le pays qu’il a juré à tes pères de te donner.

Tu seras béni plus que tous les peuples; il n’y aura chez toi ni homme ni femme
stérile, ni bête stérile parmi tes troupeaux.

L’Éternel éloignera de toi toute maladie; il ne t’enverra aucune de ces mauvaises


maladies d’Égypte qui te sont connues, etc. Deutéronome 7.12/15

Il avait choisi et préparé pour eux le meilleur pays du monde, comme il le rappelle
par son prophète :

En ce jour–là, j’ai levé ma main vers eux, pour les faire passer du pays d’Egypte
dans un pays que j’avais cherché pour eux, pays où coulent le lait et le miel, le plus
beau de tous les pays. Ezéchiel 20:6

Nous avons lu que les promesses de l'Eternel étaient attachées à l'obéissance de


son peuple : si tu obéis ... Si tu mets en pratique ... C'était les termes de l'alliance
qu'Il avait conclue avec Israël.

Aujourd'hui, il y a d'autres promesses attachées à une autre alliance fondée non


plus sur la loi donnée par Moïse, mais sur la grâce que Dieu nous fait en son Fils
Jésus-Christ. C'est ce que l'apôtre Paul explique lorsqu'il compare la pratique de
la loi de Moïse à la foi dans la grâce de Dieu :

En effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi: L’homme qui mettra ces
choses en pratique vivra par elles.

17
Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi: Ne dis pas en ton cœur: Qui
montera au ciel? c’est en faire descendre Christ; ou: Qui descendra dans l’abîme?
c’est faire remonter Christ d’entre les morts.

Que dit-elle donc? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or,
c’est la parole de la foi, que nous prêchons.

Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que


Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé.

Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de


la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture: Quiconque croit en lui
ne sera point confus. Romains 10.4/11

Il est encore écrit : Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne
prend pas plaisir en lui. Hébreux 10:38

Guéris par Jésus-Christ

Lorsque Jésus-Christ a commencé son ministère ici-bas, il s'est présenté comme


l'envoyé de Dieu pour sauver, délivrer et guérir.

Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la
synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre
du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit:
L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne
nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour
proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue,
Pour renvoyer libres les opprimés,
Pour publier une année de grâce du Seigneur. Luc 4:18

Lorsque l'apôtre Pierre fut envoyé parle Saint-Esprit chez Corneille un centenier
romain, il mentionna mentionne le fait que Jésus guérissait les malades.

Vous savez comment Dieu a oint du Saint–Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui
allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous
l’empire du diable, car Dieu était avec lui. Actes 10:38 v

Jésus parlant des guérisons qu'il accomplissait, indiquait qu'elles étaient des
œuvres que son Père faisait par lui.

Ne crois–tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que
je vous dis, je ne les dis pas de moi–même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui
qui fait les œuvres. Jean 14:10

Aujourd'hui, nous sommes dans un contexte différent car Jésus n'est plus
physiquement sur la terre. Nous sommes dans la situation des apôtres après que
le Seigneur s'en est allé au ciel.

La promesse qu'll leur a faite est aussi pour nous :

18
En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que
je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que
vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.

Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.


Si vous m’aimez, gardez mes commandements.
Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure
éternellement avec vous,
l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le
connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera
en vous. Je ne vous laisserai pas seuls, je viendrai à vous.

Et puis encore :

Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28:20

Il y a donc pour aujourd'hui, deux réalités concernant la guérison divine :

1) Le Seigneur est toujours avec nous, tous les jours

2) Jésus-Christ est le même aujourd'hui

Le Saint-Esprit guérit

J'écris dans un autre article que c'est par le Saint-Esprit que le Père et le Fils
habitent en nous et qu'il est le communicateur des choses qui appartiennent au
Père et au Fils. Jésus enseigne ceci lorsqu'il dit en parlant du Saint-Esprit :

Il me glorifiera car il recevra de ce qui est à moi, et il vous le communiquera.


Tout ce que possède mon Père est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il vous
communiquera ce qu’il reçoit de moi. Jean 16:14/15 (version TOB)

Le Saint Esprit agit dans une parfaite union avec Dieu le Père et avec Jésus-
Christ le Fils de Dieu. Il n'opère jamais en dehors de son association avec le Père
et le Fils. Il est l'agent communicateur agissant pour l'accomplissement de la
volonté de Dieu, de ses desseins, de ses dons, de sa Parole et de sa pensée. Il est
comme la main de Dieu qui accomplit et donne les choses de Dieu et parmi elles
la guérison de nos maladies.

Le Saint-Esprit opère en nous premièrement par sa présence :

Ne savez–vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite
en vous ? 1 Corinthiens 3:16

Ne savez–vous pas que votre corps est le temple du Saint–Esprit qui est en vous,
que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous–mêmes ?
1 Corinthiens 6:19

Il agit en nous par sa puissance :

19
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui
qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par
son Esprit qui habite en vous. Romains 8:11

Vous me direz : Mais ce texte concerne la résurrection de nos corps ! Je sais, mais
ces paroles peuvent aussi s'appliquer à la guérison de notre corps malade, car
celui qui a la puissance de nous ressusciter a aussi le pouvoir de nous guérir. La
guérison divine fait partie des prémices des choses glorieuses et éternelles que
nous recevrons lors de la résurrection.

Enfin, le Saint-Esprit est l'esprit vivifiant qui donne la vie, nous délivrant de la loi
du péché et de la mort avec son cortège de souffrances, de douleurs et de
maladies.

En effet, quand quelqu’un est uni au Christ Jésus, la loi pour lui, c’est l’Esprit Saint
qui donne la vie. Cette loi m’a libéré de la loi du péché et de la mort. Romains 8:2

Je vous ai dit que le Saint-Esprit glorifie Jésus, or la guérison aussi le glorifie car
elle est une preuve éclatante que Jésus-Christ est ressuscité, qu'il a été élevé
comme Seigneur à la droite de Dieu, et elle atteste qu'il est toujours vivant,
présent et le même aujourd'hui, pour secourir ceux qui s'approchent de Dieu par
Lui. Actes 3.12/16 - Actes 4.8/12

Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël,
puisque nous sommes interrogés aujourd’hui sur un bienfait accordé à un homme
malade, afin que nous disions comment il a été guéri, sachez-le tous, et que tout le
peuple d’Israël le sache! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous
avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se
présente en pleine santé devant vous.
Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale
de l’angle.
Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été
donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

Nous devons proclamer que Dieu guérit, être des témoins de sa bonté, car si
nous négligeons de prêcher la guérison divine, de l'enseigner et de la pratiquer,
nous enlevons une partie du message de la Bonne Nouvelle et nous nous privons
d'une grâce de Dieu, ceux qui nous écoutent.

En conclusion de ce chapitre, nous pouvons avoir l'assurance de plusieurs choses


:

 Celui qui s'appelle Yahvé-Rapha, l'Eternel guérit, est immuable, dans sa son
amour, sa miséricorde, sa bonté, et sa puissance. Il désire nous faire du bien
aujourd'hui.
 Le Seigneur Jésus-Christ est aussi le même, toujours vivant pour secourir
ceux qui s'approche de Dieu par lui.
 Le Saint-Esprit, le consolateur compatissant est toujours présent, pour nous
communiquer les dons de Dieu et parmi ceux ci la guérison de nos maladies.

La guérison dans l'Alliance

20
Comme je vous l'explique ci-dessus, la guérison divine faisait partie du pacte ou
alliance que l'Eternel avait passé avec Israël.

Aujourd'hui, il y a une Nouvelle Alliance de Dieu avec les hommes, établie, non
plus sur les ordonnances anciennes et les sacrifices qui régissaient la vie d'Israël,
mais sur un sacrifice nouveau et une loi nouvelle :

Mais maintenant il a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est le médiateur


d’une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses.
En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question
de la remplacer par une seconde.
Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur dit à Israël : Voici, les jours
viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda
Une alliance nouvelle,
Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la
main Pour les faire sortir du pays d’Egypte ; Car ils n’ont pas persévéré dans mon
alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur.
Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours–là, dit le
Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; Et je
serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.

Aujourd'hui, le sacrifice qui scelle l'Alliance de Dieu avec les hommes est celui de
Jésus-Christ et la loi qui règle notre vie est celle que Dieu écrit en nous par son
l'Esprit.

Le sang de Jésus, répandu lors de son sacrifice à la croix scelle la Nouvelle


Alliance.

De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle
alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en
boirez. 1 Corinthiens 11:25; Luc 22:20

Selon les termes de cette Alliance nouvelle, nous sommes réconciliés avec Dieu
par le Sang de Jésus.

Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui réconcilier tout
avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant
la paix par lui, par le sang de sa croix. Colossiens 1.19/20

Étant justifiés par la grâce de Dieu, la recevant par la foi, nous avons accès au
trône de Dieu pour être secourus dans nos besoins, parmi lesquels la guérison de
nos maladies.

Romains 3.20/24 Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi,
puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.

Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent
témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour
tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction.

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement
justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.

21
La guérison divine de nos maladies et de nos infirmités est comprise dans l'œuvre
rédemptrice de notre Seigneur Jésus-Christ :...lui qui a porté lui-même nos péchés
en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui
par les meurtrissures duquel vous avez été guéris. 1 Pierre 2:24

Nous retrouvons cette affirmation dans d'autres passages des Écritures et en


particulier dans Esaïe 53.3/5

Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance,


Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons
fait de lui aucun cas.

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris.

C'est en vertu de son sacrifice que Jésus guérissait les malades :

Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits


par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été
annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos
maladies. Matthieu 8.16/17

La guérison divine est donc un bienfait de Dieu, accordée "gratuitement", par


grâce, à ceux qui croient en Jésus-Christ qui en a payé le prix en s'offrant lui-
même.

Sous l'Ancienne Alliance, la santé et la guérison étaient promises à ceux qui


pratiquaient fidèlement les lois et les ordonnances de Dieu, données par Moïse,
selon qu'il est écrit : Celui qui met ces choses en pratiques vivra par elles.

Aujourd'hui, sous la Nouvelle Alliance, la guérison de nos maladie, se reçoit par la


foi en Christ.

Selon ce que dit l’Écriture: Quiconque croit en lui ne sera point confus. Il n’y a
aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même
Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent. Romains 10.9/13

Vous me direz : Mais ce passage concerne le salut ?

Permettez moi de vous rappeler que la grâce de Dieu qui nous est accordée par la
foi en son Fils Jésus, ne concerne pas uniquement le pardon de nos péchés, mais
encore l'accomplissement de toutes les promesses de Dieu, selon cette autre
parole de l'Écriture :

Car, pour ce qui concerne toutes les promesses de Dieu, c’est en lui qu’est le oui;
c’est pourquoi encore l’Amen par lui est prononcé par nous à la gloire de Dieu. 2
Corinthiens 1:20

22
Et surtout, ces passages que j'ai déjà cités : 1 Pierre 1.24 – Esaïe 53.3/5 –
Matthieu 8.16/17

Nous ne devons pas croire, comme certains que nos souffrances et nos maladies
servent à compléter les souffrances de Christ pour expier nos péchés ou ceux de
quelqu'un d'autre. En réalité elles n'ont pour cela aucune valeur et serviraient
plutôt à la satisfaction de la chair. De plus cette conception tend à réduire la
valeur des souffrances et de la mort de Jésus, seul et unique sacrifice pour notre
rédemption.

Nos œuvres sont également sans valeur pour l'obtention des promesses et des
dons de Dieu. Seule la foi en Jésus et dans son œuvre expiatoire à la croix nous
ouvre l'accès au trône de la grâce divine pour trouver grâce, obtenir miséricorde
et être secourus dans nos besoins. Hébreux 4.16

 Il a réellement pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies


 Il a porté nos péchés dans son corps sur la croix et par ses meurtrissures nous
avons été guéris
 Le châtiment qui nous donne la paix et tombé sur Lui et c'est par c'est
meurtrissures que nous sommes guéris.

La guérison divine est un bienfait que Dieu accorde à ceux qui sont malades, à
ceux que le diable veut tenir asservis, mais que Jésus est venu délivrer. Actes 4.9
- Actes 10.38

Nous recevons ce bienfait par la foi en Jésus et pour sa gloire. Actes 3.13 - 3.16

Enfin nous ne devons pas séparer l'enseignement de la guérison divine et sa


pratique, du message de l'Évangile.

Nous ne sommes pas des guérisseurs, mais des prédicateurs de l'Évangile de


Jésus-Christ. Nous avons un message qui concerne le pardon des péchés, le salut
et la vie éternelle, par la foi en Jésus de Nazareth.

La guérison fait partie de notre message et l'accompagne avec les autres miracles
qui confirment la Bonne Nouvelle.

La guérison divine est partie intégrante de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ,


nous la trouvons à tous les instants de son ministère, accompagnant son
enseignement et sa prédication.

Elle est inséparable de l'Evangile. Nous devons l'enseigner, la pratiquer et


encourager les gens à y croire et à la recevoir.

Elle est est citée parmi les signes qui accompagnent et confirment la prédication
de la Bonne Nouvelle comme une preuve évidente du pardon des péchés et de la
grâce de Dieu pour le salut de ceux qui croient en Christ. Marc 16.16/20.

Ainsi sont associés dans un même pouvoir le pardon des péchés et la guérison de
nos maladies.

23
Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de
pardonner les péchés: Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit,
et va dans ta maison.
Et, à l’instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s’en
alla dans sa maison, glorifiant Dieu. Luc 5.24/25

La guérison divine est aussi une preuve éclatante que Jésus-Christ est ressuscité,
qu'il a été élevé comme Seigneur à la droite de Dieu, qu'il est toujours vivant et le
même aujourd'hui, pour secourir ceux qui s'approchent de Dieu par Lui. Actes
3.12/16

Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël,
puisque nous sommes interrogés aujourd’hui sur un bienfait accordé à un homme
malade, afin que nous disions comment il a été guéri, sachez-le tous, et que tout le
peuple d’Israël le sache! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous
avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se
présente en pleine santé devant vous.
Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale
de l’angle.
Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été
donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. Actes 4.8/12

Si nous négligeons de prêcher la guérison divine, de l'enseigner et de la pratiquer,


nous enlevons une partie du message de la Bonne Nouvelle et nous nous privons
d'une grâce de Dieu, ainsi que ceux qui nous écoutent.

En conclusion :

 Nous pouvons avoir l'assurance que Dieu, de par sa nature même, désire
nous guérir.
 La guérison sert à glorifier Jésus, au nom duquel elle nous est accordée. Elle
confirme la prédication de sa Parole et sa résurrection.
 Comme tous les autres dons de Dieu, elle se reçoit par la foi en Jésus.
 La foi est un combat qui se mène dans la connaissance des Écritures, la
prière et la persévérance.

Jésus a affronté le plus dur de ce combat : la croix sur laquelle il a remporté une
entière victoire, nous ouvrant pleinement l'accès auprès du trône de la grâce de
Dieu, par ce chemin qu'il a ouvert pour nous au moyen de son sang répandu.

Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de la justice, et la guérison
sera sous ses ailes; vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable !
Malachie 4:2

Nous avons donc à entrer dans le combat de la foi, contre le doute et l'opposition
du malin, par la connaissance de ce que Dieu dit, par la prière et la persévérance,
jusqu'à ce que nous obtenions ce qui nous est promis.

La foi pour être guéri

Comme toutes les bénédiction de Dieu, à commencer par le pardon de nos péchés
et le salut de notre âme, la guérison miraculeuse de nos maladies est une grâce

24
que Dieu nous accorde sur la base de la foi, comme le disait l'apôtre Pierre à la
foule accoure lors de la guérison d'un boiteux :

C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et
connaissez ; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en
présence de vous tous. Actes 3:16

J’ai expliqué précédemment que la guérison divine miraculeuse était une grâce de
Dieu dont l'accès nous a été ouvert par le sacrifice rédempteur du Seigneur
Jésus-Christ à la croix, selon ce qu'écrit aussi l'apôtre Pierre :

Lui qui a porté lui–même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux
péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été
guéris. 1 Pierre 2:24

Maintenant, nous allons voir comment nous avons accès à cette grâce par le
moyen de la foi.

A Lystre, Paul prêchait et un homme impotent des pieds l’écoutait attentivement.


Pendant qu’il parlait l’apôtre eut son regard attiré par cet auditeur attentif. Alors
fixant les yeux sur lui, il vit qu’il avait " la foi pour être guéri " Actes 14.9.

Le champ dans lequel s’exerce la foi est très vaste. Les Écritures définissent la foi
comme une ferme assurance de l’accomplissement des choses que nous
attendons et la démonstration de la réalité que les choses qui ne sont pas encore
visibles existent.

Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de
celles qu’on ne voit pas. Hébreux 11:1

La foi s’exerce dans de nombreux domaines :

- premièrement pour le salut de notre âme : avoir la foi pour être sauvé. Actes
16.31

- ensuite pour l’exaucement de nos prières. Jacques 1.6

- puis pour ordonner avec autorité. Marc 11.23 – Matthieu 17.19/21

- pour être baptisés du Saint-Esprit, pour parler en langues et prophétiser, pour


exercer les dons spirituels. Romains 12.6 – 2 Tim.1.6/7

- enfin, la foi pour être guéri.

C’est cette dernière qui fait l’objet de notre réflexion actuelle.

Les meilleurs exemples son encore ceux que donnent les Écritures. L’Ancien et le
Nouveau Testaments citent de nombreux témoignages de personnes qui ont
exercé la foi pour être guéries, souvent dans des situations désespérées et avec
des comportements étranges, parfois à la limite du raisonnable.

25
L'auteur l'épître aux Hébreux, au chapitre 11, parle d’hommes et de femmes de
foi qui ont accompli des exploits et parmi eux, ceux qui sont été guéris de leurs
maladies et même de résurrection.

Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de


Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la
foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses,
fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au
tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent
en fuite des armées étrangères.
Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection; d’autres furent livrés aux
tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure
résurrection. etc.

Tout est possible à celui qui croit, dit Jésus (Marc 9:23).

Il dit encore que si nous avons un tout petit peu de foi rien n'est impossible.

Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous
diriez à cette montagne : Transporte–toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne
vous serait impossible. Matthieu 17:20

Souvent le Seigneur a dit à ceux qui recevaient la délivrance : Ta foi t'a guéri…et
personne n’est reparti déçu.

La foi est une chose très personnelle (ta foi, dit Jésus)et souvent incompréhensible
aux autres, parfois même suspecte d’excès et de déraison. Il est vrai qu’elle peut
produire des comportements étranges :

Élisée est un exemple de ces bizarreries, accompagnant ses miracles d’actes


incompréhensibles sur le moment :

le sel dans la source, la farine dans le pot, le bois qui fait surnager le fer, l’ordre à
Naaman de se plonger 7 fois dans le Jourdain, l’appel à un joueur de harpe pour
recevoir l'inspiration divine… (Lire les premiers chapitres du 2ème Livre des Rois)

Bien sûr, aujourd’hui nous trouvons des explications " spirituelles " à ce genre de
comportement, mais après coup c’est toujours facile. Nous pensons aussi que
c’était bien pour cette époque, mais qu'aujourd’hui nous n’avons pas à agir de
telle façon !

Le Nouveau Testament n’est pas en reste. Jésus lui-même a parfois agi


étrangement :

la boue sur les yeux de l’aveugle, la salive sur la langue du muet, les malades qui
touchaient son vêtement…

Et que dire des gens qui plaçaient leurs malades sur le passage de Pierre afin
qu’ils soient couverts par son ombre (Actes 5), et de ceux qui posaient les linges qui
avaient touché le corps de Paul, sur les malades…Actes 19.11/12… Sinon qu’ils
agissaient avec foi, PAR la foi.

26
Ils avaient la foi pour être guéris

" C’est par la foi en son Nom que son Nom a raffermi celui que vous voyez et
connaissez. C’est la foi en LUI qui a donné à cet homme cette entière guérison en
présence de vous tous. " Actes 3.16

La foi peut paraître déraisonnable à celui qui ne la vit pas de la même façon. Il y a
des choses folles qui confondent les sages.

Mais ne paraissons nous pas insensés, aux incrédules, parce que nous osons
croire en Dieu, ou en Christ, ou dans les Écritures, au salut, à la vie éternelle, à
la résurrection, à un au-delà glorieux… à des choses invisibles et tellement
irrationnelles ?

Dites moi :

. jeter un morceau de bois dans l’eau pour faire surnager un fer de hache…est-ce
bien rationnel ? 2 Rois 6.1/7

. Attendre qu’un ange vienne agiter l’eau d’une fontaine pour s’y plonger afin
d’être guéri, est-ce bien raisonnable ? Jean 5.1/4

. S’avancer dans le recueillement de la prière pour recevoir l’imposition des mains,


est-ce encore d’actualité ? Marc 16

. Et mettre un peu d’huile sur le front d’un malade afin d'être guéri ? Jacques
5.14

. Et que dirions nous de parler à un figuier, de lever un bâton sur la mer,


d'écouter et de répondre à une ânesse qui parle, de commander au soleil et à la
lune d’arrêter leur course dans le ciel, de faire le tour d’une ville afin que ses
murailles s’écroulent, etc. Je vous parle ici de choses que vous avez lu dans la
Bible et qui font partie du comportement d'hommes et de femmes de foi.

Et pourquoi ne mettrions nous pas au rang des choses un peu folles la pratique
du baptême d'eau par immersion, de la sainte-cène… ou le simple fait de prier…

Tout cela c'est la foi !

C’est le résultat d’une ferme assurance et la démonstration de réalités auxquelles


nous nous attachons : les promesses et les affirmations des Écritures Saintes : la
Parole de Dieu qui produit la foi. Romains 10

La foi de Dieu, l'Espérance de Dieu, l'amour de Dieu, sont des choses qui
paraissent déraisonnables à la sagesse des incrédules…1 Cor.1.17/24

Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous
qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.

Les choses qui nous sont données par Dieu, qui font partie de son royaume, sont
plus sages, plus fortes et plus réelles que toutes les arguments de la raison

27
humaine. Ce sont des choses dans lesquelles nous croyons, nous les vivons, et
elles nous tiennent debout.

Vivre la foi n’est pas toujours chose facile, mais c’est la condition de Dieu pour
notre vie. Hébreux10.38

Or, sans la foi, il est impossible de lui plaire ; celui qui s’approche de Dieu doit
croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. Hébreux 11:6

C’est par la foi en Jésus-Christ notre Sauveur, que nous recevons les bénédictions
de Dieu qui nous ont été promises. Nous y souscrivons pleinement, prononçant
avec le Seigneur le OUI et l’AMEN à leur sujet.

La foi pour être guéri de nos maladies est une réalité biblique. Comme pour toutes
autres choses, elle demande à être construite, fortifiée et éclairée. Or pour cela, il
n'y a rien de mieux que les Écritures, la sainte et éternelle Parole de Dieu.

Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.
Romains 10:17

Bonne nouvelle et guérison

Lorsque nous parlons de la guérison divine, nous ne devons surtout pas négliger
sa place dans ce que nous appelons "l'évangélisation", c'est à dire la prédication
de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

Lorsque le Seigneur Jésus a commencé son ministère, il a annoncé son objectif :

L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne
nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour
proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue,
Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.
Luc 4:18

Nous lisons dans les évangiles comment le Seigneur a rempli sa mission :


annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu, guérir, délivrer, libérer ...
Ouvrir une année, c'est à dire un temps, de grâce divine.

Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues,
prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute
infirmité. Matthieu 9:35

Dès ses premières paroles, Jésus a appelé les gens à "un retour vers Dieu", c'est
la signification de "repentez vous"

Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’Evangile de
Dieu.
Il disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez–vous,
et croyez à la bonne nouvelle. Marc 1:14,15

L'Evangile de Dieu, c'est le message que Jésus est venu annoncer et ce message
est une "bonne nouvelle", car il proclame que si nous revenons vers Dieu avec un

28
cœur sincère et humble, Il pardonnera nos péchés et restaurera notre vie, comme
le prêchait aussi l'apôtre Pierre.

Repentez–vous donc et convertissez–vous, pour que vos péchés soient effacés, afin
que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur ... Actes 3:19

Tout au long du témoignage que lui rendent les évangiles, nous observons que
Jésus prêche, enseigne, fait du bien, guérit les malades et les infirmes, délivre les
possédés des démons qui les tourmentent.

Revêtu de la puissance du Saint-Esprit, Jésus de Nazareth, allait de lieu en lieu


faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu
était avec lui. Actes 10:38

Parfois on nous reproche de prêcher la guérison, mais elle fait partie de la Bonne
Nouvelle. Nous ne pouvons taire ce dont les évangiles parlent abondamment. C'est
un évidence que les miracles, la guérison des malades et la délivrance de ceux
qui sont captifs des démons, accompagnent le message de la repentance envers
Dieu et de la foi en Jésus-Christ.

Cela a été pleinement et puissamment manifesté par le ministère du Seigneur


Jésus-Christ et celui de ses disciples après lui.

Lorsque les apôtre furent envoyés une première fois par le Seigneur pour
annoncer l'Evangile ils remplissaient la même mission :

Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et


opérant partout des guérisons. Luc 9:6

Un peu plus tard les choses se sont répétées avec 70 autres de ses disciples :

Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra, mangez ce qui vous
sera présenté, guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites–leur : Le royaume
de Dieu s’est approché de vous. Luc 10:8

Et voici le résultat :

Les soixante–dix revinrent avec joie, disant : Seigneur, les démons mêmes nous
sont soumis en ton nom. Jésus leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un
éclair. Luc 10:17

Enfin, avant de quitter les siens pour retourner au ciel, le Seigneur leur donna ses
dernières instructions :

Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la
création.
Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera
condamné.
Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils
chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des
serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils
imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

29
Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de
Dieu.
Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la
parole par les miracles qui l’accompagnaient. Marc 16:15-20

De nombreux passages du Nouveau Testament rapportent les choses qui se


produisent lorsque Jésus et ses disciples annoncent la Bonne Nouvelle du
Royaume de Dieu : des malades et des infirmes sont guéris, des gens possédés
par des démons sont délivrés, des miracles et des prodiges sont accomplis.
Souvent même, une guérison miraculeuse ou un miracle précède et donne
l'occasion d'annoncer l'Evangile ou tout simplement touche les cœurs afin des les
amener à croire la Bonne Nouvelle annoncée.

Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la


bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le
peuple.
Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui
souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des
lunatiques, des paralytiques ; et il les guérissait. Matthieu 4:23,24

Jésus était dans une des villes ; et voici, un homme couvert de lèpre, l’ayant vu,
tomba sur sa face, et lui fit cette prière : Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre
pur. Jésus étendit la main, le toucha, et dit : Je le veux, sois pur. Aussitôt la lèpre
le quitta.
Puis il lui ordonna de n’en parler à personne. Mais, dit–il, va te montrer au
sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur
serve de témoignage.
Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour
l’entendre et pour être guéris de leurs maladies. Luc 5:12

J'aime particulièrement cette dernière parole : Sa renommée se répandait de plus


en plus, et les gens venaient en foule pour l’entendre et pour être guéris de leurs
maladies

Cette parole nous enseigne la méthode de Dieu pour amener les gens à entendre
sa Parole et à croire. Et cela ne se limite pas au temps de Jésus sur la terre, mais
continue avec ses disciples après son ascension.

Lorsque le boiteux fut guéri à la porte du temple, tout le monde le vit marchant et
louant Dieu. Actes 3:9

Alors, au gens qui se posaient des questions, l'apôtre Pierre a annoncé la Parole
de Dieu et tandis que les apôtres se retrouvaient en prison, beaucoup de ceux qui
avaient entendu la parole crurent, et le nombre des hommes s’éleva à environ cinq
mille. Actes 4:4

Plus loin nous lisons :

Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les


mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon, et aucun
des autres n’osait se joindre à eux ; mais le peuple les louait hautement.
Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de
plus en plus ; en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les

30
plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre
au moins couvrît quelqu’un d’eux.
La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des
malades et des gens tourmentés par des esprits impurs ; et tous étaient guéris.
Actes 5:12-16

Nous connaissons tous ces passages qui nous émerveillent, mais il est bon de les
relire attentivement et d'en tirer la leçon, afin que nous imitions ceux qui, par la foi
et la persévérance, héritent des promesses. Hébreux 6:12

C'est pour cela que je vous cite ces exemples du livre des Actes des apôtres, que
certains ont appelés "les Actes du Saint-Esprit".

Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ.


Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles
apprirent et virent les miracles qu’il faisait.
Car des esprits impurs sortirent de plusieurs démoniaques, en poussant de grands
cris, et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent guéris.
Et il y eut une grande joie dans cette ville. Actes 8:5

Vous avez certainement remarqué la réaction que produisent les miracles et les
guérisons :

Les foules tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles
apprirent et virent les miracles qu’il faisait.

Lisons encore d'autres passages aussi explicites :

Comme Pierre visitait tous les saints, il descendit aussi vers ceux qui demeuraient
à Lydde.
Il y trouva un homme nommé Enée, couché sur un lit depuis huit ans, et
paralytique.
Pierre lui dit : Enée, Jésus–Christ te guérit ; lève–toi, et arrange ton lit. Et aussitôt il
se leva.
Tous les habitants de Lydde et du Saron le virent, et ils se convertirent au
Seigneur. Actes 9:32-35

Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie
Dorcas : elle faisait beaucoup de bonnes œuvres et d’aumônes.
Elle tomba malade en ce temps–là, et mourut. Après l’avoir lavée, on la déposa
dans une chambre haute.
Comme Lydde est près de Joppé, les disciples, ayant appris que Pierre s’y trouvait,
envoyèrent deux hommes vers lui, pour le prier de venir chez eux sans tarder.
Pierre se leva, et partit avec ces hommes. Lorsqu’il fut arrivé, on le conduisit dans
la chambre haute. Toutes les veuves l’entourèrent en pleurant, et lui montrèrent les
tuniques et les vêtements que faisait Dorcas pendant qu’elle était avec elles.
Pierre fit sortir tout le monde, se mit à genoux, et pria ; puis, se tournant vers le
corps, il dit : Tabitha, lève–toi ! Elle ouvrit les yeux, et ayant vu Pierre, elle s’assit.
Il lui donna la main, et la fit lever. Il appela ensuite les saints et les veuves, et la
leur présenta vivante.
Cela fut connu de tout Joppé, et beaucoup crurent au Seigneur. Actes 9:38-
42

31
Et enfin :

Paul et Barnabas restèrent cependant assez longtemps à Icone, parlant avec


assurance, appuyés sur le Seigneur, qui rendait témoignage à la parole de sa grâce
et permettait qu’il se fît par leurs mains des prodiges et des miracles. Actes 14:3

A Lystre, se tenait assis un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et


qui n’avait jamais marché.
Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu’il avait la foi
pour être guéri, dit d’une voix forte : Lève–toi droit sur tes pieds. Et il se leva d’un
bond et marcha. Actes 14:8

Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on
appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son
corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. Actes 19:11

Il y a aussi ces miracles et les guérisons opérées par les mains de l'apôtre Paul
dans l'ile de Malte qui ont bien disposé le cœur des habitants. Actes 28:3-10

Tout cela nous enseigne et nous conforte dans le fait que la guérison divine est
un élément important pour l'efficacité du témoignage de la Parole de Dieu. Elle est
un des signes, promis par le Seigneur Jésus, qui accompagne et confirme avec
puissance la prédication de l'Evangile et rend les cœurs plus sensibles au
message divin.

Des hommes remarquables dans le ministère de l'Évangile sont apparus au siècle


dernier, entre autres Jeffreys, Wigglesworth, en Angleterre, des évangélistes
renommés en Amérique et plus près de nous en Europe, un évangéliste que j'ai
personnellement connu : Douglas Scott. Depuis déjà pas mal d'années, les
miracles et les guérisons miraculeuses deviennent plus rares. Nous vivons un
temps de disette concernant la puissance miraculeuse qui doit accompagner le
témoignage au Seigneur Jésus-Christ.

Il est vrai que nous entendons parler de choses sensationnelles qui se produisent
dans certaines régions du monde, mais lorsque des observateurs intègres vont
examiner de plus près ce qu'il en est, ils découvrent que la réalité est loin de ce
qui a été dit.

J'ai aussi assisté à des réunions où l'excitation est portée à son comble par des
gens qui confondent foi et gesticulation. Mais les véritables guérisons et miracles
ne sont pas présents. Les résultats sont très médiocres.

Voici une description de ce qui peut se produire lors de certains rassemblements.


Il s'agit d'une pratique bien connue des guérisseurs, appelée "le Mesmérisme"
(Voir l'article dans la rubrique "Le sens des mots" : Mesmérisme)

"le mesmérisme se définit comme suit: la capacité d'élever l'état émotionnel


d'un individu, ou d'une foule, à un niveau anormal, mais contrôlable. Ce
système est le précurseur de l'hypnotisme. La musique joue un rôle de
premier plan pour obtenir le contrôle mental et nerveux des gens. Le verbe
"mesmériser" signifie hypnotiser, envoûter et son synonyme occidental se
dit "entrer en transe" parce que les sujets se retrouvaient dans un état de
semi-conscience."

32
Nous ferions bien d'examiner de plus près certaines méthodes qui font monter la
tension psychique dans certaines réunions, afin de ne pas tomber sous l'emprise
du malin et des démons ou tout simplement de la chair avec ses excès.

Nous avons besoin de revenir à la simplicité de la foi de l'Évangile en nous


dépouillant de toute approche psychologique, des méthodes humaines et
charnelles. Comprenons que c'est Dieu qui guérit par Jésus-Christ, par la
manifestation du Saint-Esprit. Il le fait non pour glorifier un ministère
quelconque, ni un mouvement religieux, mais pour rendre témoignage de son
amour, de sa bonté et de sa compassion, en glorifiant son Fils Jésus-Christ notre
Sauveur.

Par les guérisons et les miracles qu'Il opère, Dieu accompagne ses envoyés qui
prêchent la Bonne Nouvelle, Il confirme l'authenticité du message annoncé, Il
prouve la résurrection du Seigneur Jésus-Christ, et le glorifie. Actes 3:12-16

C'est aussi une preuve manifeste de la présence du Seigneur au milieu de ses


disciples sur la terre, comme il l'a promis :

Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel
et sur la terre.
Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du
Fils et du Saint–Esprit, et enseignez–leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.
Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28:18

Le message de la Bonne Nouvelle consiste à faire connaître au monde l'amour de


Dieu :

Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de
l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.
Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque
croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde,
mais pour que le monde soit sauvé par lui. Jean 3:15-17

La guérison des malades au Nom de Jésus-Christ, par l'action puissante de


l'Esprit de Dieu, est la démonstration glorieuse de la bonté, de la compassion et
de l'amour du Père céleste en faveur de ses créatures. Lui qui rassasie à souhait
tout ce qui a vie,(Psaume 45:1) se préoccupe aussi de chaque être humain afin de
lui faire du bien et surtout de lui donner la vie éternelle. Allons donc annoncer au
monde la grâce de Dieu.

Allez, prêchez, et dites: Le royaume des cieux est proche.


Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les
démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Matthieu 10:7,8

Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra, mangez ce qui vous
sera présenté, guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites–leur : Le royaume
de Dieu s’est approché de vous. Luc 10:8,9

Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la
création.
Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera

33
condamné.
Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils
chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ;
ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera
point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.
Marc 16:15

Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir
de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. Matthieu 24:14

Le don de guérir

La Bible, Parole écrite et inspirée de Dieu, fait souvent mention de guérisons


opérées par le Seigneur, soit directement par lui ou par l'intermédiaire de ses
serviteurs.

La guérison est un bienfait dont le but est de secourir, de consoler, de restaurer


ceux qui sont éprouvés par la maladie en montrant aux hommes que celui qui les
guérit est aussi celui qui pardonne leurs péchés et les sauve : Luc 5:24.

Nous pouvons affirmer que la guérison est le fruit de la compassion de Dieu et de


son désir de faire du bien : Actes 10:38.

Dans l'épître de l'apôtre Paul aux Corinthiens, où se trouve mentionné le don des
guérisons, certaines versions traduisent "le don des guérisons", d'autres "les dons
de guérir". 1 Corinthiens 12:9.

Le titre "Le don de guérir" me semble le mieux convenir à cet exposé, car il
exprime le sens d'un pouvoir reçu, comme le traduit la Bible en français courant :

"Ce seul et même Esprit donne ... à un autre le pouvoir de guérir les malades."

En fait, en observant attentivement comment se manifestent les dons spirituels,


nous pouvons dire qu'il s'agit de "pouvoir" que le Saint-Esprit accorde, pour
exercer ces différents dons, dans les domaines de la sagesse et de la connaissance
divines, de la foi, des miracles, de la guérison, de la prophétie, du discernement,
des langues et de leur interprétation. Joseph avait le don d'une parole de
connaissance et il dit qu'il avait "le pouvoir de deviner".

"Joseph leur dit: Quelle action avez-vous faite? Ne savez-vous pas qu’un homme
comme moi a le pouvoir de deviner?" Genèse 44:15.

Le pouvoir que Dieu accorde c'est à la fois l'autorité et la puissance, pour


accomplir ses œuvres. Avant d'être manifesté en chair, Christ était revêtu
d'autorité, de puissance et de gloire.

"Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre,
les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé
par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui."
Colossiens 1:16-17.

34
Lorsqu'il est venu en chair, il a paru comme un simple homme, s'étant dépouillé
de sa gloire.

"Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie
à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une
forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un
simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort,
même jusqu’à la mort de la croix." Philippiens 2.5-8.

Mais Dieu l'a oint d'Esprit-Saint et de force pour accomplir ses œuvres.

"L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne
nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour
proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue,
pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur."
Luc 4:18.

"vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui
allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous
l’empire du diable, car Dieu était avec lui." Actes 10:38.

Jésus, le fils de l'homme, a reçu de son Père l'autorité et la puissance

"Toutes choses m’ont été données par mon Père ..." Luc 10:22.

"Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel
et sur la terre." Matthieu 28:18.

Il a exercé tout le pouvoir dans de nombreux domaines, entre autres pardonner


les péchés, chasser les démons et guérir les malades.

"Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de
pardonner les péchés: Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit,
et va dans ta maison." Luc 5:24.

Puis le Seigneur a accordé à ses disciples le pouvoir : l'autorité et la puissance


pour accomplir ses oeuvres :

"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que
je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père;" Jean 14:12.

"... je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma


faveur," Luc 22:29.

"Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et
il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez." Actes 2:33.

Les douze apôtres avaient reçu de Jésus le pouvoir de chasser les démons et de
guérir les malades.

"Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les
esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité." Matthieu 10:1.

35
Les 70 disciples avaient reçu le pouvoir de dominer sur toute la puissance de
l'ennemi, le diable :

"Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et
sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire." Luc 10:19.

L'autorité et la puissance, ainsi que tous les privilèges du royaume de Dieu, sont
accordés à l'Église sur la terre, jusqu'au retour du Seigneur :

"Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde." Matthieu 28:20.

"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils
chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des
serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils
imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris." Marc 16.17-18.

Le pouvoir de guérir les malades

Nous remarquons que souvent, plusieurs dons sont associés dans une même
action. Par exemple, lorsque Pierre et Jean ordonne au boiteux de se lever, dans
Actes 3, Pierre donne d'abord l'ordre au Nom de Jésus, puis ensuite il le prend
par la main et le fait lever. Le don de la foi opère par la parole de Pierre et le don
de guérison agit par le toucher.

Il faut considérer que Dieu guérit de plusieurs manières : en réponse à la prière,


par l'imposition des mains ou l'onction d'huile, par le don de guérison, mais il
semble que le don de guérir se manifeste par le toucher.

"En quelque lieu qu’il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les
campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur
permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le
touchaient étaient guéris." Marc 6:56.

Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on
appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son
corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. Actes 19:11

Le don de guérison est cité parmi les dons spirituels accordés par le Saint-Esprit,
à des personnes en particulier, pour l'utilité commune et pour l'édification de
ceux qui croient : 1 Corinthiens 12:9; 14:12.

"Et Dieu a établi dans l’Église premièrement des apôtres, secondement des
prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles,
puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses
langues." 1 Corinthiens 12:28.

En 1 Cor. 12:9 il est question "du don des guérisons" et au verset 28 "des dons
de guérir". Il s'agit dans un cas comme dans l'autre du pouvoir spirituel que le
Seigneur accorde par le Saint-Esprit pour la guérison de ceux qui sont atteints de
différentes maladies ou infirmités.

36
"Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues,
prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute
infirmité." Matthieu 9:35.

"Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les
esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité." Matthieu 10:1.

La guérison fait partie des bénédictions que l'Éternel, dans son amour et sa
bonté, accorde comme une grâce avec son salut, par le Seigneur Jésus-Christ. Le
don, ou pouvoir de guérir est pleinement manifesté dans le ministère de Jésus,
des apôtres et des évangélistes.

C'est ce don qui agit lorsque des personnes touchent les vêtements de Jésus et
sont guéries ou lorsqu'il leur impose les mains.

"Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son
vêtement. Car elle disait: Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai
guérie. Au même instant la perte de sang s’arrêta, et elle sentit dans son corps
qu’elle était guérie de son mal." Marc 5.27-29.

"En quelque lieu qu’il arrivât, dans les villages, dans les villes ou dans les
campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur
permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le
touchaient étaient guéris." Marc 6:56.

"Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses
maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d’eux, et il les guérit."
Luc 4:40.

C'est ce même don qui est manifesté :

Lorsque l'ombre de Pierre couvre les malades

"Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s’augmentait de


plus en plus; en sorte qu’on apportait les malades dans les rues et qu’on les plaçait
sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au
moins couvrît quelqu’un d’eux. La multitude accourait aussi des villes voisines à
Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs;
et tous étaient guéris." Actes 5.14-16.

Quand des gens touchent les linges qui avaient été en contact avec le corps de
Paul

"Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on
appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son
corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient." Actes 19.11-
12.

De même lorsque l'imposition des mains est pratiquée sur les malades.

37
"Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul,
s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les
autres malades de l’île, et ils furent guéris." Actes 28.8-9.

Qui peut exercer le don ou le pouvoir de guérir les malades ?

Lorsque nous observons ce qu'il en est dit dans les Écritures, nous remarquons
qu'il s'agit d'un don accordé par le Saint-Esprit, dans le corps de Christ pour
l'utilité commune et selon la volonté de l'Esprit-Saint.

"Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. Un


seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier
comme il veut. Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous
les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en
est-il de Christ." 1 Corinthiens 12:7,11,12.

Il est donné par Dieu dans l'Église

1 Corinthiens 12:28 "Et Dieu a établi dans l’Église premièrement des apôtres,
secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le
don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner,
de parler diverses langues."

Il n'est pas accordé à tous, mais comme pour les autres dons, seulement à ceux
que Dieu établit pour cela :

"Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils docteurs? Tous ont-ils
le don des miracles? Tous ont-ils le don des guérisons? ..."

Nous sommes exhortés à aspirer aux dons spirituels, mais c'est Dieu qui décide
de les accorder à qui il veut en fonction de son utilité.

"Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges, et divers miracles, et
par les dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté." Hébreux 2:4.

Nous remarquons aussi que le don ou pouvoir de guérir les malades accompagne
particulièrement différents ministères accordés à l'Église par son Chef, Christ :

Les apôtres

"Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les


mains des apôtres ... La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem,
amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous
étaient guéris." Actes 5.12-16.

Les évangélistes

"Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ. Les foules
tout entières étaient attentives à ce que disait Philippe, lorsqu’elles apprirent et
virent les miracles qu’il faisait. Car des esprits impurs sortirent de plusieurs
démoniaques, en poussant de grands cris, et beaucoup de paralytiques et de
boiteux furent guéris." Actes 8.5-7.

38
Ceux qui prêchent l'Évangile

"Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la
création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira
pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en
mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils
saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point
de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris." Marc
16:15-18.

On ne peut pas dire que le don de guérison fait partie du ministère des anciens,
mais il est possible qu'il le soit. La forme de guérison qu'ils pratiquent étant
généralement celle de la prière de la foi accompagnée de l'onction d'huile !
Jacques 5:14-15.

Dans le Nouveau Testament, il n'y a pas d'exemple de prophètes dont le ministère


inclut le don de guérison. Les prophètes de l'Ancien Testament n'ont pas
manifesté ce don, même si des malades ont été guéris lors de certaines de leurs
interventions. D'ailleurs, la guérison des malades, dans le Nouveau Testament,
c'est-à-dire la Nouvelle Alliance, est accordée sur d'autres bases :

Pour Israël il s'agissait d'une promesse liée à l'obéissance du peuple à la loi de


Moïse :

Exode 15.25-26 "Moïse cria à l’Éternel; et l’Éternel lui indiqua un bois, qu’il jeta
dans l’eau. Et l’eau devint douce.

"Ce fut là que l’Éternel donna au peuple des lois et des ordonnances, et ce fut là
qu’il le mit à l’épreuve. Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton
Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses
commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des
maladies dont j’ai frappé les Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit."
Deutéronome 7:12-15;28:2ss.

Tandis que sous la Nouvelle Alliance, la guérison fait partie de la grâce divine en
Jésus-Christ, sur la base du son sacrifice rédempteur et elle est accordée par la
foi en Lui.

"Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris." Esaïe 53:5.

"Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la


bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le
peuple. Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux
qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des
lunatiques, des paralytiques; et il les guérissait." Matthieu 4.23-24.

"C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et
connaissez; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en
présence de vous tous." Actes 3:16.

39
Nous pouvons conclure que le don de guérison est un don de grâce, qui ne se
mérite pas. Il est accordé par faveur dans le but de secourir ceux qui sont
malades, de manifester la bonté, la compassion et la puissance de Dieu, de
témoigner de la gloire du Seigneur Jésus-Christ ressuscité et de confirmer la
prédication de l'Évangile. Il est donc d'un grand intérêt pour l'Église, car il fait
partie des choses que le Seigneur lui accorde pour son édification, sa croissance
et sa mission dans monde.

Seigneur Dieu, notre Père céleste, étends ta main afin qu'au Nom de Jésus-Christ,
ton Fils, il se fasse des guérisons par les mains de tes serviteurs. Glorifie toi et
glorifie Jésus. Amen !

La guérison divine par la croix de Christ

Parmi les vérités bibliques que nous devons connaître c'est bien celle qui
concerne la présence de la guéridon de nos maladies et la délivrance du pouvoir
du diable par le sacrifice de la rédemption accompli par le Seigneur Jésus, à la
croix. Le passage le plus explicite à ce sujet se trouve dans le livre du prophète
Esaïe :

Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ?
Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une
terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son
aspect n’avait rien pour nous plaire.
Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance,
Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons
fait de lui aucun cas.
Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53:1-5

Ce que l'apôtre Pierre affirme :

Lui qui n’a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé
de fraude ; lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de
menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement ; lui qui a porté lui–même
nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la
justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.
Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés
vers le pasteur et le gardien de vos âmes.

Le gardien de nos âmes vers qui nous sommes venus est Celui qui nn seulement
expie et pardonne nos péchés, mais aussi a porté nos souffrances, nos douleurs,
nos maladies, nos infirmités, afin de nous en guérir, comme cela est confirmé
dans l'évangile de Matthieu :

Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits


par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été
annoncé par Esaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos
maladies. Matthieu 8:16,17

40
ignorer ou omettre cette vérité de notre enseignement et de la prédication de
l'Evangile est une faute. La Parole de Dieu révèle toute l'étendue de la puissance
de la croix de Christ.

L'apôtre Paul précise l'importance de la prédication de la croix par rapport au


baptême d'eau, qui est pourtant enseigner, mais qui sans la réalité de la croix
serait inutile.

Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Evangile,
et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue
vaine.
Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous
qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.

La croix de Christ est l'œuvre parfaite et irremplaçable pour notre salut, la


délivrance du pouvoir du diable et aussi la guérison de nos maladies.

Puisque ces enfants sont tous des êtres de chair et de sang, Jésus lui–même est
devenu comme eux, il a participé à leur nature humaine. C’est ainsi que, par sa
mort, il a pu écraser le diable, qui détient la puissance de la mort, et délivrer ceux
que la peur de la mort rendait esclaves durant leur vie entière. Hébreux 2:14,15

Vous, vous étiez morts à cause de vos fautes, et aussi parce que vous n’étiez pas
des circoncis. Mais Dieu vous a rendu la vie avec le Christ. Il nous a pardonné
toutes nos fautes, il a effacé le document de nos dettes qui nous accusait, et qui
était contre nous à cause des règles établies. Et il l’a détruit en le clouant sur la
croix.
Dieu a enlevé leur puissance aux esprits qui avaient autorité et pouvoir. Il a
présenté ces esprits devant tout le monde et il les a traînés comme des prisonniers
dans le défilé victorieux de son Fils. Colossiens 2:13-15

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53:4,5

La guérison divine de nos maladies fait partie de la grâce de Dieu et nous y avons
accès par la foi en Jésus, comme le proclame l'apôtre Pierre lors de la guérison
miraculeuse d'un boiteux qui mendiait à la porte du temple de Jérusalem.

C’est par la foi en son nom que son nom a raffermi celui que vous voyez et
connaissez ; c’est la foi en lui qui a donné à cet homme cette entière guérison, en
présence de vous tous. Actes 3:16

La guérison divine de nos maladies fait partie de l'œuvre rédemptrice accomplie


par le Seigneur Jésus-Christ à la croix, selon ce qui est écrit :

" Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités, le châtiment qui nous
donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. " Esaïe 53.5

41
Ce passage bien connu est d'une force extraordinaire, lorsque nous le prononçons
avec foi. Il possède en lui seul toute la plénitude du principe divin pour la
guérison de ceux qui croient au Seigneur Jésus. Le sacrifice de Christ possède
autant de puissance pour le pardon de nos péchés que pour la guérison de nos
maladies.

Un jour Jésus enseignait. Des pharisiens et des docteurs de la loi étaient là assis,
venus de tous les villages de la Galilée, de la Judée et de Jérusalem ; et la
puissance du Seigneur se manifestait par des guérisons.
Et voici, des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à
le faire entrer et à le placer sous ses regards.
Comme ils ne savaient par où l’introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le
toit, et ils le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l’assemblée,
devant Jésus.
Voyant leur foi, Jésus dit : Homme, tes péchés te sont pardonnés.
Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner et à dire : Qui est celui–ci, qui
profère des blasphèmes ? Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ?
Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit: Quelles pensées avez–
vous dans vos cœurs ?
Lequel est le plus aisé, de dire : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève–
toi, et marche ?
Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de
pardonner les péchés : Je te l’ordonne, dit–il au paralytique, lève–toi, prends ton lit,
et va dans ta maison.
Et, à l’instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s’en
alla dans sa maison, glorifiant Dieu.

Le pouvoir qui pardonne les péchés et le même que le pouvoir qui guérit les
maladies et ce pouvoir est pleinement exprimé dans le sang et les meurtrissures
de Jésus à la croix, comme le cite encore l'apôtre Pierre :

Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux
péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez
été guéris.1 Pierre 2:24

Revenons à d'Esaïe 53:5

Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités, le châtiment qui nous
donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris.

J’appelle ce texte " La base juridique du pardon et de la guérison" selon le


principe d'une nouvelle alliance de Dieu avec les hommes, établie sur le sacrifice
rédempteur de Jésus-Christ, le Sauveur.

Pour Israël, l'alliance de Dieu est fondée sur le plan juridique de la loi de Moïse (le
droit divin) et la bénédiction découle de l'obéissance aux préceptes divins.

Aujourd'hui, la restauration d'une relation avec Dieu pour la vie éternelle, la


communion, la paix et la santé, est établie sur la base du sacrifice rédempteur
de Christ, sur le principe de la grâce et de la foi . Romains 3.21/26

42
C'est la justice de Dieu par la foi en Jésus–Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a
point de distinction.
Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement
justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus–Christ.

Je n'y connais pas grand chose en matière de droit pénal, concernant la justice
des tribunaux des hommes, mais je sais que lorsqu'un jugement est prononcé il
fait force de loi et doit s'appliquer. Or il en est de même pour ce qui concerne
notre rédemption en Jésus-Christ. Il a subi pour nous, à notre place, le jugement
divin contre le péché :

Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53:5

C'est le nouveau "droit divin", une nouvelle loi de justice acquise par Jésus dans
son sacrifice expiatoire.

L’expiation de nos péchés, le pardon divin, la justification, par le moyen de la


rédemption en Jésus-Christ (notre substitut), sont offerts à quiconque croit en
LUI et ils rétablissent la relation de l’homme avec Dieu, l’Éternel, le YAHVE de
toujours et par conséquent le YAHVE-RAPHA de Exode 15.26 (Le bois jeté dans
l’eau de Mara est une préfiguration de la croix de Christ)

Matthieu 8.16/17 reprend le texte d’Esaïe, en rapport avec les guérisons que
Jésus opère sur les malades, comme un texte de droit établi sur la valeur
juridique de la rédemption.

Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits


par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été
annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de
nos maladies

Jésus, l’agneau du sacrifice d’expiation, ouvre à tous ceux qui croient en Lui, sur
le principe de la grâce divine, l’accès au salut et au secours, auprès du trône de
Dieu. Hébreux 4.14/16

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir


miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Jésus revendique le droit de pardonner et de guérir…Luc 5.20/25

Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de
pardonner les péchés: Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit,
et va dans ta maison.

A la lumière de Matthieu 8.16/17, il apparaît que les guérisons opérées par


Jésus, le sont par anticipation, sur la base de son sacrifice rédempteur. Il a
vaincu pour ouvrir les sceaux du livre des décrets divins.

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et


d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton
sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute

43
nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils
régneront sur la terre. Apocalypse 5:9

Chantez vous le cantique nouveau ? Il nous concerne vous et moi !

Jésus notre Sauveur a payé à la croix le prix de notre rançon. Il nous a rachetés
de nos péchés par son sang, guéris de nos maladies par ses meurtrissures et
délivrés du diable et des démons par sa croix.

S’il y a un fondement juridique concernant le pardon de nos péchés, le salut de


notre âme et ce qui en découle, ce qui est nécessaire pour répondre à la justice
équitable de Dieu, il existe aussi un autre fondement solide sur lequel repose
notre foi, c’est celui de l’amour de Dieu

Dieu nous aime

Il est important que nous grandissions dans la connaissance de l'amour de Dieu


en étant de plus en plus conscients de cette vérité proclamée par Jésus :

"Le Père lui-même vous aime."

Le Seigneur a prononcé cette parole dans un contexte très particulier. Ses


disciples étaient troublés et attristés par la proximité de ses souffrances, de sa
mort et l'annonce de son prochain départ. Ils se trouvaient certainement
désemparés à l'idée de ne plus l'avoir près d'eux afin de lui confier leurs questions
et leurs demandes. C'est alors que Jésus leur affirme qu'ils peuvent s'adresser
eux-mêmes au Père, car il les aime.

"En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le
Père pour vous; car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé, et
que vous avez cru que je suis sorti de Dieu." Jean 16:26-27

Souvent, nous cherchons en dehors de Lui les solutions à nos problèmes, la


réponse à nos besoins, le secours dans nos détresses et nos épreuves.

D'après ce que je perçois dans ma propre vie et dans celle de bien des chrétiens,
nous connaissons mal Dieu comme notre Père céleste. Beaucoup se comportent à
son égard comme avec une idole, une statue qu'ils ont placée dans un temple ou
dans leur maison ou encore un Dieu virtuel dont ils se construisent une image
dans leurs pensées.

En tout cas, la plupart du temps, c'est pour beaucoup un Dieu loin d'eux, de
leurs préoccupations et activités quotidiennes. Ils viennent comme devant une
présence mystérieuse, se prosternent et lui parlent, puis ils s'en vont à leurs
occupations. Ils s'imaginent que la présence de Dieu ne se trouve que dans un
temple ou dans un pièce de leur maison ou même dans un coin de leur pensée, à
certains moments.

Nous devons croire avec une réelle certitude que le Dieu Éternel, le Seigneur de
la terre et du ciel, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, ne ressemble pas à un
Dieu que nous inventerions selon notre propre conception. Il ne nous quitte pas
des yeux quel que soit le lieu ou nous nous trouvons. Il est attentif à toutes nos
activités et il connaît même toutes nos pensées. Il se réjouit de nos joies, il voit

44
avec compassion nos peines et nos souffrances. Il attend que nous lui confions
tous nos projets, nos attentes et nos détresses.
Nous pouvons savoir cela par la Bible :

Eternel ! tu me sondes et tu me connais,


Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée ;
Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.
Psaume 139.

Nous le percevons comme le Dieu élevé, très grand, tout-puissant et terrible.


Quoique nous le disions omniscient et omniprésent, nous avons du mal à être
conscients de sa proximité. Alors, bien souvent nous n'osons pas et nous ne
savons pas avoir une relation directe avec lui. Aussi cherchons-nous quelque
interlocuteur qui nous intimide moins. C'est pour cela que de nombreuses
personnes se font des idoles, des images qui leur ressemblent, s'adressant à des
personnages qui ont été placés en évidence par les systèmes religieux : des saints,
des saintes, des personnages mythiques, que l'on élève au rang d'intercesseurs,
de médiateurs ou d'intervenants mystérieux.

Nous savons et nous croyons que Dieu est l'Éternel, le Créateur du ciel et de la
terre, le Tout-Puissant, mais nous devons aussi le connaître comme le Dieu-Père,
qui veut que tous aient la vie éternell, qui se préoccupe de notre bien-être et qui
nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions. (1
Timothée 6:17)

Par son amour Dieu manifeste sa miséricorde, sa bonté et sa compassion, qui


apparaissent tout au long du ministère de Christ. Il a voulu que nous le
connaissions comme un père, notre Père céleste. c'est pourquoi Jésus nous
enseigne à nous adresser à Lui en disant : "Notre Père qui est dans les cieux"

Dieu est un père qui a compassion de ses enfants.

Si nous donnons de bonnes choses à nos enfants, à plus forte raison, notre Père
qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.
Matthieu 7.11

Tout notre être

Lorsque nous parlons de guérison nous devons inclure la restauration de tout


notre être : l’esprit, l’âme et le corps, sachant qu’il y a des guérisons intérieures
aussi importantes, sinon plus, que la guérison physique, sans négliger cette
dernière qui en dépend parfois.

En parlant de la guérison du paralytique, au sujet de laquelle les juifs


reprochaient à Jésus de l'avoir guéri le jour du sabbat, le Seigneur leur répondit :
"J’ai guéri un homme tout entier""

L'étendue de cette entière guérison à la personne toute entière est précisée par le
Seigneur lorsqu'il dit à l'homme guéri :

Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.
Jean 5:14

45
Comme je l'enseigne un peu plus loin dans ce dossier, le pardon de nos péchés et
la guérison de nos maladies sont associés dans la grâce de Dieu, selon qu'il est
écrit :

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53:4

C'est ce que nous comprenons aussi dans l'enseignement de l'apôtre Jacques


concernant la guérison des chrétiens malades :

. La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis


des péchés, il lui sera pardonné " Jacques 5:14,15

. Confessez donc vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin
que vous soyez guéris. Jacques 5.16 "

Il est important de savoir que la conscience du pardon de nos péchés enlève le


sentiment de culpabilité pesant sur notre cœur et par cela même, intervient de
façon certaine dans l’apaisement de notre être entier : spirituel, psychologique et
physique.

Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; J’ai dit: J’avouerai
mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. Psaumes
32:5

Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur
Jésus–Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans
laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la
gloire de Dieu. Romains 5:1,2

Il faut signaler également la nécessité de pardonner aux autres le mal qu’ils


auraient pu nous faire, car le fait de garder de la rancœur ou de l’amertume,
produit un état de blocage intérieur qui peut engendrer certaines pathologies. Il
est reconnu que sur le plan psychologique le pardon produit un apaisement
bénéfique pour la santé. Mais le plus important c'est l'enseignement de Jésus
concernant ce pardon :

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera
aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera
pas non plus vos offenses. Matthieu 6:14

Or si nous remarquons que notre guérison est associée au pardon de Dieu, la


maladie peut être considérée comme une prison dont nous sortirons seulement
lorsque nous aurons acquitté notre dette. Matthieu 5:26

Aussi, comme il est écrit : Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se
plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a
pardonné, pardonnez-vous aussi. Colossiens 3:13"

Dans ses rayons la guérison

46
Un homme de Dieu connut pour les miracles et les guérisons remarquables que
le Seigneur opérait par son ministère a écrit un livre très encourageant dans se
domaine, à partir de la prophétie du prophète Malachie :

Mais pour vous qui respectez mon pouvoir, le soleil de justice se lèvera. Il apportera
la guérison dans ses rayons. Vous sortirez en bondissant de joie, comme des
veaux bien nourris. Malachie 4:2 (version Parole de Vie)

Dans cette étude, l’essentiel de la réflexion porte sur l’intervention miraculeuse


de Dieu dans la guérison de nos maladies. Et dans ce domaine Jésus est sans
conteste, le soleil de justice qui se lève sur celui qui croit en lui et ses rayons
apportent la guérison. Malachie 4.2

C’est par lui et de lui que nous recevons pardon et guérison, salut et santé, vie
éternelle et résurrection.

Étant toujours vivant pour intercéder en notre faveur, il peut " sauver parfaitement "
ceux qui s’approchent de Dieu par lui. Hébreux 7.24/25

Approchons nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir


miséricorde et de trouver grâce pour être secourus dans tous nos besoins. Hébreux
4.16

Si j'écris souvent sur ce sujet, c'est parce que de nombreuses personnes parmi
nous souffrent de maladies graves ou d'infirmités incurables, sans trouver de
véritable délivrance.

Chers frères et sœurs, cette situation doit remplir nos cœurs de compassion et
nous conduire à prier pour que le Seigneur accorde à ses serviteurs qui prêchent,
enseignent, dirigent les églises, le don des guérisons, afin que les membres du
corps de Christ n'aient pas besoin de voyager très loin et de dépenser de l'argent
pour "des séminaires spécialisés", mais trouvent dans leur assemblée locale le
secours de Dieu.

C'est un véritable appel que je lance aujourd'hui :

Prenons conscience de notre grand besoin de la guérison divine et aussi que la


foi, la prière et le don des guérisons sont la réponse de Dieu à nos besoins, non à
cause de nos mérites ou de nos œuvres, mais uniquement par sa grâce
miséricordieuse.

Nous ne pouvons croire que notre Père céleste qui promet de donner de bonnes
choses à ses enfants qui les lui demandent, guérirait notre esprit et notre âme et
se désintéresserait des maladies et infirmités de notre corps.

Il existe une culture malsaine de la maladie qui est présentée comme un sacrifice
méritoire aux yeux de Dieu, comme si notre Père céleste ressemblait aux dieux
païens qui exigent de leurs adorateurs des sacrifices constants pour les protéger
et les exaucer, ou encore comme si les supplices ou humiliations imposées à notre
corps devaient contribuer à l'amélioration de notre vie spirituelle. Voir à ce sujet
ce qu'écrit l'apôtre Paul en Colossiens 3.23

47
Certes, le même Paul dit qu'une certaine épreuve dans sa chair, était nécessaire
pour le maintenir dans l'humilité, à cause de révélations tellement glorieuses qu'il
lui avait été données, mais je crois aussi qu'il s'agit là d'une situation
exceptionnelle. 2 Corinthiens 12

Nous rencontrons souvent aussi, parmi les enfants de Dieu, un esprit de


jugement qui va chercher dans la vie des gens toutes sortes de raisons au fait
qu'ils soient malades ou infirmes :

En chemin, Jésus vit un homme qui était aveugle depuis sa naissance.


Ses disciples lui demandèrent : Maître, pourquoi cet homme est–il né aveugle : à
cause de son propre péché ou à cause du péché de ses parents ? Jean 9.1/2

Le samaritain aurait pu passer son temps à réfléchir aux circonstances de


l'agression du malheureux sur le chemin en se disant qu'il avait peut-être
manqué de sagesse en choisissant un itinéraire dangereux ! Mais sans attendre,
ému de compassion, il est venu à son secours.

Je suis de plus en plus persuadé qu'une bonne santé et la guérison de nos


maladies et de nos infirmités sont dans la pensée de Dieu pour ses enfants et font
partie de l'œuvre de rédemption accomplie par le Seigneur Jésus-Christ à la croix,
selon ce qui est écrit :

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53.4/5

Je sais aussi qu'il peut y avoir des exceptions pour des raisons que Dieu connaît,
mais cela doit rester des exceptions.

Aujourd'hui, Jésus est celui qui nous guérit

Depuis l'offrande de l'Agneau de Dieu sacrifié sur la croix pour la rédemption des
hommes, nous sommes placés sous une nouvelle alliance, celle de la grâce, selon
ce qui est écrit :

Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent
témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus–Christ pour
tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction.
Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement
justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus–Christ.
C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime
propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés
commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis–je, de montrer sa justice
dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en
Jésus. Romains 3:21-26

La croix de Jésus-Christ, est le moyen de notre réconciliation avec Dieu, celui par
lequel nous retrouvons la paix avec Lui, l'accès à tous ses bienfaits et parmi eux
la guérison de nos maladies.

48
Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur
Jésus–Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans
laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la
gloire de Dieu. Romains 5:1,2

Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; il a voulu par lui réconcilier
tout avec lui–même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en
faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. Colossiens 1:19,20

Pardon et guérison

Dans cette étude je développe et précise le lien existant dans la Bible entre le
pardon des péchés et la guérison des malades.

" La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis


des péchés, il lui sera pardonné

Confessez donc vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin
que vous soyez guéris. " Jacques 5:14-16

La guérison est une bénédiction divine

"La guérison divine miraculeuse"est une grâce de Dieu, un bienfait que Dieu
accorde sur la base de sa bonté, de sa compassion et de sa miséricorde. C'est la
première chose à prendre en considération. Nous y reviendrons.

" La guérison divine miraculeuse " est une œuvre opérée par l’intervention directe
de Dieu. Elle peut être accompagnée de la prière, de l’onction d’huile, de
l’imposition des mains, ou d’autres actes de foi, mais ce ne sont pas ces choses, ni
les personnes qui les pratiquent qui guérissent, c’est Dieu lui-même.

" La guérison divine miraculeuse ", est différente dans son processus des autres
formes de guérisons : intervention des médecins, des chirurgiens ou autres
thérapies, dont Dieu peut se servir pour nous secourir lorsque nous sommes
malades. Nous ne devons donc pas les négliger et être reconnaissants à l’égard du
Seigneur pour toutes les formes de guérisons qu’il utilise, selon sa volonté.

" La guérison divine miraculeuse " est le résultat directe de notre relation avec
Dieu, dans la prière et la foi. Il est donc nécessaire que notre démarche auprès du
Seigneur soit débarrassée de tout ce qui peut l’entraver.

Prenons un exemple pour illustrer cela : Lorsque l'aveugle Bartimée fut appelé
par Jésus afin d'être guéri, l'Evangile précise qu'il jeta son manteau pour se
précipiter vers le Seigneur.

Jésus s’arrêta, et dit : Appelez–le. Ils appelèrent l’aveugle, en lui disant : Prends
courage, lève–toi, il t’appelle.
L’aveugle jeta son manteau, et, se levant d’un bond, vint vers Jésus. Marc 10:49

Je ne veux pas dire que le manteau était "le péché", mais je me sers de cette
illustration pour faire comprendre que nous devons rejeter tour ce qui entrave
notre élan vers Jésus.

49
Rejetons donc, nous aussi, tout ce qui nous empêche d’avancer, rejetons le péché
qui nous enveloppe si facilement ! Courons jusqu’au bout la course qu’on nous
propose. Regardons toujours Jésus. Hébreux 12.1

Le péché est un obstacle majeur à l'approche de Dieu. Il nous cache la face de


Dieu et l’empêche de nous écouter.

Non, la main de l’Eternel n’est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure
pour entendre.
Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu ; Ce
sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l’empêchent de vous écouter.
Es.59.1/2 -

Dieu n’exauce pas les pécheurs. Jean 9.31

David dit : " Si j’avais conçu l’iniquité dans mon cœur Dieu ne m’aurait pas
exaucé. " Psaume 66.18

Non seulement le péché dresse un mur de séparation entre Dieu et nous


(Es.59.1), mais il produit dans nos cœurs un sentiment de condamnation
détruisant notre assurance. 1 Jean 3.18/22

Nous devons enlever l’obstacle :

Lorsque le péché a fermé l’accès au trône de Dieu…Il n’y a qu’un seul remède :
Confesser notre transgression et en demander pardon au Seigneur.

Celui qui cache ses transgressions ne prospère pas, mais celui qui les avoue et les
délaisse obtient miséricorde. Proverbes 28.13 :

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et
pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1.9 : . (Voir aussi Jacques 5.16)

Lorsque nous confessons sincèrement nos péchés à Dieu, nous en recevons le


pardon. Alors, le sentiment de culpabilité, la mauvaise conscience, est ôté de
notre cœur, comme l'écrit David le psalmiste :

Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité; J’ai dit: J’avouerai
mes transgressions à l’Éternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché.
Psaumes 32:5

Nous pouvons alors nous approcher avec assurance du trône de la grâce, le cœur
purifié par le sang de Jésus, pour être secourus dans nos besoins.

Nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire, dans
la présence de Dieu. Hébreux 10:19

Et puis nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste… Héb.4.16, 1


Jean 2.1/2

Confesser notre péché, le rejeter et rechercher la sanctification, est une condition


essentielle pour voir la face du Seigneur et être exaucés lorsque nous prions.

50
"Recherchez la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur."
Hébreux12.14

A la lecture de la Bible nous constatons qu’il existe un lien certain entre le pardon
et la guérison, une vie sanctifiée et la santé. Cependant, n’oublions pas que les
justes peuvent tomber malades et que la maladie n’est pas toujours la
conséquence directe d’un péché.

Trois éléments essentiels pour la guérison divine

Dans la pensée de l'association pardon et guérison, il faut définir trois directions


du pardon en relation avec la guérison :

. Le pardon de Dieu qui nous est accordé en réponse à notre repentance, la


confession de nos péchés, notre foi en Jésus-Christ et notre recherche sincère de
la sanctification

. Notre pardon que nous accordons à ceux qui nous ont offensés : sans
restriction, accompagné de notre prière en leur faveur. Intercéder pour les
coupables

. Le pardon des autres envers nous, qu’ils nous accordent lorsque nous leur
demandons pardon des offenses commises à leur encontre.

Nous avons déjà vu que le pardon des péchés et la guérison des maladies sont
associés dès les premières relations entre Dieu et Israël en tant que peuple. (voir
l’étude précédente " La guérison divine ")

Nous allons développer maintenant les trois principes énoncés ci-dessus : Le


pardon de Dieu, notre pardon, le pardon des autres.

Le pardon de Dieu

Dans la recherche de la guérison de nos maladies, nous devons être conscients de


la place importante que tient le pardon de nos péchés.

- Esaïe 33.24 " Aucun habitant ne dit je suis malade, le peuple de Jérusalem
reçoit le pardon de ses péchés. "

- Jérémie 33.6 " Voici je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai et je
leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité…Je les purifierai de
toutes les iniquités qu’ils ont commises contre moi ? Je leur pardonnerai toutes
les iniquités par lesquelles ils m’ont offensé. "

- 2 Chroniques 7.14 " Si mon peuple s’humilie .. Je lui pardonnerai son péché et
je guérirai son pays. "

- Ps.103.3 " C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes
maladies. "

- Ps.107.17/20 On y sous entend le pardon et l’envoie de la parole qui guérit.

51
- Ps 32.4/5 Celui dont la vigueur n’était plus que sécheresse, confesse son péché,
reçoit le pardon et retrouve la santé.

- Jacques 5.14/15 " La prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le


relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné "

- Jacques 5.16 " Confessez donc vos péchés les uns aux autres et priez les uns
pour les autres afin que vous soyez guéris. "

Ces quelques textes déjà cités dans l’étude " La guérison divine", nous éclairent
sur le fait que si nous voulons nous approcher de Dieu pour être secourus, il
nous faut reconnaître que sa miséricorde (notre pardon) précède son secours :

Approchons–nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir


miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. Hébreux
4.16

Il est important de signaler que la conscience du pardon de nos péchés enlève le


sentiment de culpabilité pesant sur notre cœur et par cela même intervient de
façon certaine dans l’apaisement de notre être entier : spirituel, psychologique et
physique, comme un rafraichissement et une restauration complète, selon ce que
Jésus dit : " J’ai guéri un homme tout entier… "

C'est une vérité fondamentale que dans ce processus du pardon divin, le sang de
Jésus tient la place essentielle. Il est le moyen de notre réconciliation avec Dieu
en nous purifiant de tout péché, ôtant l'obstacle principal entre Dieu et nous,
nous ouvrant tout grand l'accès au trône de notre Père céleste.

Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre
entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour
nous au travers du voile, c’est–à–dire, de sa chair, et puisque nous avons un
souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons–nous avec un
cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise
conscience, et le corps lavé d’une eau pure. Hébreux 10:19

C'est ainsi que la grâce de Dieu pardonnant nos péchés s'étend à la guérison de
nos maladies, comme le proclame le psalmiste :

Mon âme bénis l’Éternel ! C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, c’est lui qui
guérit toutes tes maladies. Psaume 1O3

Notre pardon

C'est le deuxième point de notre réflexion. Il est très important que nous
comprenions la nécessité de pardonner aux autres le mal qu’ils auraient pu nous
faire, car tant que nous ne pardonnons pas aux autres leurs offenses à notre
égard, nous fermons notre accès auprès de Dieu.

( Extrait de l’étude " Obstacles à la prière " :

52
La dureté du cœur, le manque de miséricorde est un obstacle certain à
l’exaucement de nos prières : Matthieu 18.30 Le serviteur impitoyable – 2
Chroniques 16.7/12 Le roi inflexible

La rancune, la colère entretenue, les rejetons de l’amertume, empêchent Dieu de


nous exaucer. Lévitique 19.18 – Ephésiens 4.26 – Hébreux12.15 -

Lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre
quelqu’un, pardonnez afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne
aussi vos offenses. Marc 11.25.

De même que Christ vous a pardonné, pardonnez vous aussi. Col 3.13

Le pardon des autres

Jésus parle de réconciliation avec quelqu'un qui aurait quelque chose contre
nous, donc à qui nous aurions manqué par nos paroles ou nos actes et le
Seigneur enseigne que nous devons aller vers cette personne pour nous
réconcilier, cela sous-entend que nous lui demandions pardon.

Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère
a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te
réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande.
Accorde–toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec
lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et
que tu ne sois mis en prison.
Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier
quadrant. Matthieu 5:23-26

C'est une démarche certainement humiliante, mais elle est nécessaire, selon la
parole de Jésus. Je sais par expérience qu’il est difficile de s’humilier devant les
autres en leur demandant pardon, mais cela est indispensable. Si nous ne le
faisons pas, nous restons "en prison", c'est à dire privé de délivrance.

Salut et santé

Ont remarque dans les Écritures, que le salut et la santé, le pardon des péchés et
la guérison des maladies, sont souvent associés et cela dès les premières
relations entre Dieu et Israël en tant que peuple.

Exode 15.22/27 :

" Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les
Égyptiens; car je suis l’Éternel, qui te guérit." Exode 15:26

Dieu fait une première alliance avec son peuple, qu’il vient de libérer de
l’esclavage d’Égypte, sur la base de la fidélité envers Lui et la pratique de ses
commandements. Dans cette alliance, le Seigneur se présente à son peuple
comme l'Éternel qui guérit, "YAVEH-RAPHA".

53
C’est la première fois que l’Éternel se révèle sous ce nom " YAHVE-RAPHA " :
L’Éternel Guérit . Il le fait, ici, en rapport avec une alliance de fidélité réciproque.
La guérison est conditionnelle et la maladie apparait comme un châtiment dont
est exempt ceux qui observent les lois de Dieu : Si...

Nous retrouvons ce principe dans d’autres passages concernant la relation de


fidélité entre Dieu et son peuple :

Exode 23.25 : Vous servirez l’Éternel votre Dieu et il bénira votre pain et vos eaux
et j’éloignerai toute maladie du milieu de toi.

Cette même promesse est renouvelée en Deutéronome 7.12/15 :

Si Vous écoutez…si vous observez…L’Éternel ton Dieu gardera l’alliance et la


miséricorde qu’il a juré à tes pères. Il t’aimera et il te bénira…L’Éternel éloignera
de toi toute maladie…

Il est intéressant de remarquer dans ces passages le lien certain entre la fidélité,
la miséricorde, l’amour de Dieu et sa promesse de bénir son peuple, de le garder
en bonne santé, mais aussi la nécessité pour le peuple d'obéir à Dieu.

Il est donc évident qu'une bonne relation entre Dieu et ceux qui le servent est
aussi la garantie d'une bonne santé. Les exceptions qui apparaissent dans la
Bible, concernant les justes, comme Job et quelques autres, qui ont été en proie à
la maladie, sont le plus souvent en rapport avec un combat spirituel mystérieux,
dont Dieu connait la raison et l'enjeu et qu'Il finit par révéler à ceux qui ont été
frappés. Cependant ces exceptions ne remettent pas en cause le principe divin de
Exode 23:25

Vous servirez l’Éternel votre Dieu et il bénira votre pain et vos eaux et j’éloignerai
toute maladie du milieu de toi.

Jusque là il s’agit de santé, plus que de guérison et nous savons qu'il est difficile,
voir impossible d'être sans reproche vis à vis des lois divines. C'est pourquoi le
Seigneur ouvre une possibilité de guérison pour ceux qui ont désobéis, en
pardonnant le péché. Et encore faut-il préciser que le châtiment, ou la correction,
n'est pas souvent à la mesure de la faute :

L’Eternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté ;


Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours ;
Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités.
Psaume 103:8-10

Nous allons voir maintenant comment nous pouvons retrouver la santé en


revenant vers le Seigneur lorsque nous avons péché.

Déjà, pour Israël sous l'Ancienne Alliance, il y avait un recours auprès de Dieu
pour ceux qui péchaient et tombaient malades et on peut dire que la parole que
l'Eternel adresse à Salomon renferme la promesse de guérison associée au pardon
du péché :

"Quand je fermerai le ciel et qu’il n’y aura point de pluie, quand j’ordonnerai aux
sauterelles de consumer le pays, quand j’enverrai la peste parmi mon peuple ;

54
si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et
s’il se détourne de ses mauvaises voies, –je l’exaucerai des cieux, je lui
pardonnerai son péché, et je guérirai son pays." 2 Chroniques 7.14

Lorsque le peuple de Jérusalem était assiégé par les armées du roi de Babylone,
l'Eternel annonce une parole à son prophète Jérémie, concernant la délivrance et
là aussi la santé et la guérison se trouvent associées au pardon des péchés :

Voici, je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai, Et je leur ouvrirai une
source abondante de paix et de fidélité.
Je ramènerai les captifs de Juda et les captifs d’Israël, Et je les rétablirai comme
autrefois.
Je les purifierai de toutes les iniquités qu’ils ont commises contre moi, Je leur
pardonnerai toutes les iniquités par lesquelles ils m’ont offensé, Par lesquelles ils
se sont révoltés contre moi. Jérémie 33.6

Nous retrouvons ce même principe avec la parole annoncée à Israël par le


prophète Esaïe :

" Aucun habitant ne dit je suis malade, le peuple de Jérusalem reçoit le pardon de
ses péchés. " Esaïe 33.24

Le roi et psalmiste David avait bien compris cette réalité et nous retrouvons dans
ses écrits inspirés la célébration de l'Eternel qui pardonne et guérit :

Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits !


C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies ;
C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde ;
C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.
Psaume 103:2-4

Le psaume 107, apporte un enseignement très précieux concernant la façon dont


ceux qui se sont éloignés de Dieu reviennent vers lui et sont rétablis :

Les insensés, par leur conduite coupable Et par leurs iniquités, s’étaient rendus
malheureux.
Leur âme avait en horreur toute nourriture, Et ils touchaient aux portes de la mort.
Dans leur détresse, ils crièrent à l’Eternel, Et il les délivra de leurs angoisses ;
Il envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse.
Qu’ils louent l’Eternel pour sa bonté, Et pour ses merveilles en faveur des fils de
l’homme ! Psaume 107:17-21

Enfin David exprime sa reconnaissance envers le Seigneur pour le pardon de son


péché qu'il a confessé et pour sa vigueur retrouvée :

De David. Cantique. Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché
est pardonné !
Heureux l’homme à qui l’Eternel n’impute pas d’iniquité, Et dans l’esprit duquel il
n’y a point de fraude !
Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée ;
Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, Ma vigueur n’était plus que
sécheresse, comme celle de l’été. –Pause.
Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; J’ai dit: J’avouerai

55
mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché. –Pause.
Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux
débordent, elles ne l’atteindront nullement. Tu es un asile pour moi, tu me garantis
de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance. Psaume 32:1-7

Comme nous le constatons, déjà sous l'Ancienne Alliance, le peuple de Dieu


trouvait un recours auprès de l'Eternel son Dieu, pour sa santé, le pardon de ses
péchés et la guérison de ses maladies. Non seulement cela, mais le témoignage de
la bienveillance et de la fidélité du Seigneur à son égard ne s'est jamais démenti.
"YAVEH-RAPHA", l'Éternel qui guérit, est demeuré fidèle.

En ce qui nous concerne aujourd'hui, il y a pour le peuple de la Nouvelle Alliance


lê même recours auprès de Dieu, lorsque nous péchons :

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que
Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions
dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui–même dans la lumière,
nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous
purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous–mêmes,
et la vérité n’est point en nous.
Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et
pour nous purifier de toute iniquité.
Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole
n’est point en nous.
Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si
quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus–Christ le juste.
Il est lui–même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les
nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Jean : :5 à 2:2

Résumons-nous :

Si nous savons recevoir avec foi le pardon de Dieu, accorder aux autres notre
pardon, reconnaître nos fautes à l’égard des autres, le chemin est alors libre pour
accéder au trône du secours divin.

L’essentiel de notre réflexion, c’est que la guérison de nos maladies fait partie de
la grâce de Dieu, reçue par la foi en Christ, au même titre que le pardon de nos
péchés. Elle est le fait de l’intervention miraculeuse de Dieu. Et dans ce domaine
Jésus est sans conteste, le soleil de justice qui se lève sur celui qui croit en lui et
ses rayons apportent la guérison. Malachie 4.2

C’est par lui et de lui que nous recevons pardon et guérison, salut et santé, vie
éternelle et résurrection.

Il y a peut-être un point qu’il faut préciser : c’est que la guérison divine, comme
tout ce qui concerne la prière et le secours divin, fait partie de ce domaine
spirituel dans lequel il y a plusieurs protagonistes :

. Dieu qui guérit,

56
. nous qui avons besoin d’être guéris

. le diable qui s’oppose en nous accusant devant Dieu.

Zacharie 3.1 à 5 Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant


l’ange de l’Éternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser.

L’Éternel dit à Satan: Que l’Éternel te réprime, Satan ! que l’Éternel te réprime, lui
qui a choisi Jérusalem! N’est-ce pas là un tison arraché du feu ?

Or Josué était couvert de vêtements sales, et il se tenait debout devant l’ange.

L’ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui: Ôtez-lui les vêtements
sales! Puis il dit à Josué: Vois, je t’enlève ton iniquité et je te revêts d’habits de
fête.

Je dis: Qu’on mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa
tête, et ils lui mirent des vêtements. L’ange de l’Éternel était là.

Si nous voulons nous tenir debout avec assurance devant le trône de la grâce de
Dieu, il faut que tout acte d’accusation qui pourrait subsister contre nous soit
levé. (Colossiens 2.13/15)

Nous ne sommes pas seuls dans ce combat, nous avons un avocat auprès du
Père.

1 Jean 2.1/2 Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez
point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ
le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour
les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

Étant toujours vivant pour intercéder en notre faveur, il peut " sauver parfaitement "
ceux qui s’approchent de Dieu par lui. Hébreux 7.24/25

Hébreux 10:19 …nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le
sanctuaire

Approchons nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir


miséricorde et de trouver grâce pour être secourus dans tous nos besoins.
Hébreux 4.16

La guérison dans l'église

La guérison divine, par le moyen de la prière, de l'imposition des mains et de


l'onction d'huile, était enseignée et couramment pratiquée dans les églises des
premiers temps. De nombreux malades étaient miraculeusement guéris, des gens
tourmentés par des mauvais esprits étaient délivrés et même des morts
ressuscitaient.

Aujourd'hui elle paraît souvent mal comprise à la fois dans la manière dont on
l'enseigne et dans la façon dont on la pratique, quand elle n'est pas complètement
négligée. Pourtant il est clair que la guérison pour les enfants de Dieu est selon sa

57
volonté, car le Saint-Esprit a fait écrire à l'apôtre Jacques une instruction précise
pour eux lorsqu'ils tombent malades :

Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que
les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur; la prière de la
foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui
sera pardonné.

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin
que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. Jacques
5.14/16

A partir de ce passage, je voudrais apporter quelques paroles de foi et


d'encouragement aux chrétiens qui sont malades, en vue de leur guérison.

J'ai souvent traité le sujet de la guérison divine, mais ici je donne quelques
explications concernant particulièrement la guérison dans les églises de Christ,
parmi les rachetés du Seigneur.

L'apôtre Jacques écrit à des enfants de Dieu, des frères et des sœurs, qu'ils
fassent partie des douze tribus d'Israël ne change rien à notre réflexion, sachant
qu'en Christ il n'y a plus de distinction :

Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni
femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Galates 3:28

"Quelqu'un parmi vous"...

Il s'agit de ceux qui ont cru en Jésus-Christ, des personnes nées de nouveau et
membres du corps de Christ, de son Eglise, qui demeurent en lui, dans la foi.

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que
vous voudrez, et cela vous sera accordé. Jean 15:7

La guérison divine a toujours fait partie de la grâce de Dieu pour ses enfants, que
ce soit dans l'Ancienne Alliance de Dieu avec Israël ou dans la Nouvelle Alliance
en Jésus-Christ, manifestée pendant sa présence physique sur la terre et parmi
ses disciples après son ascension.

Jésus a révélé la bonté, la miséricorde et les compassions de Dieu, en allant de


lieu en lieu faisant du bien et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le
peuple. Matthieu 9.35 et Actes 10.38

Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée,
à la suite du baptême que Jean a prêché : comment Dieu a oint d’Esprit Saint et de
puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu en faisant le bien et en
guérissant tous ceux qui étaient sous l’oppression du diable ; car Dieu était avec
lui.

Ce passage précise l'étroite relation entre Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ
pour la révélation du royaume de Dieu avec les signes qui l'accompagnent, dont la
guérison des malades.

58
Il faut aussi retenir cette parole du Seigneur qui parle de la guérison comme "le
pain des enfants", lorsqu'il dit être venu premièrement pour les brebis perdues
d'Israël. Matthieu 15.22 à 28

Ensuite, il enseignera l'extension de son ministère aux hommes et femmes de


toutes les nations :

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je
les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.
Jean 10:16

Nous comprenons par là que Jésus précise son ministère en faveur de tous ceux
qui l'acceptent comme Divin Berger, que ce soit parmi les enfants d'Israël ou ceux
des autres nations qui croient en Lui et participent à la même grâce de Dieu :

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et


d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton
sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation
; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront
sur la terre. Apocalypse 5:9

Le "parmi vous" de l'épître de Jacques nous concerne particulièrement, nous qui


avons été rachetés par le Sang de Jésus, en qui nous avons cru, qui sommes
devenus des brebis de son troupeau.

Nous devons considérer la guérison divine sous ses différents aspects, mais
toujours comme une grâce que Dieu accorde dans sa bonté :

C'est un bienfait que le Seigneur accorde. Actes 4.9 -

La volonté de Dieu c'est de faire du bien, d'accorder son secours et de bonnes


choses à ceux qui les lui demandent. La santé et la guérison font partie de ces
choses bonnes données par le Seigneur Éternel, Celui dont le Nom et la Nature ne
changent pas.

Dans ce sens la guérison est comprise dans les bienfaits que le Seigneur accorde
à toutes ses créatures, au même titre que le soleil ou la pluie qu'il fait venir sur
les bons et sur les méchants.

C'est un signe qui confirme la Parole de Dieu

Lorsque le message de l'Évangile est annoncé aux incroyants, les miracles et les
guérisons sont un témoignage pour accréditer la Parole du Seigneur prêchée par
ses envoyés. Marc 16.16/20.

Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : En mon nom, ils
chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des
serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils
imposeront les mains aux malades et ceux–ci seront guéris.

Nous savons comment la parole du Seigneur s'est accomplie :

59
Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la
parole par les signes qui l’accompagnaient. Marc 16:20

Jésus lui-même a reçu le témoignage de son Père, par les miracles et les
guérisons qu'Il accomplissait et le même témoignage est accordé à tous ceux qui
croient en lui et annoncent sa Parole.

C'est le pain des enfants

C'est à dire la base d'une nourriture quotidienne. C'est la promesse de Dieu pour
ses enfants. Déjà en faveur de son peuple Israël, Dieu se présentait ainsi :

Je suis l'Éternel qui te guérit. Exode 15.26.

Sa promesse sera confirmée dans beaucoup d'autres endroits où la guérison


figure parmi les bénédictions, les bonnes choses, que l'Éternel accorde à son
peuple qui le sert.

Vous servirez l’Eternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai
la maladie du milieu de toi. Exode 23:25

Bien des années après, le psalmiste bénissait le Seigneur pour ses bienfaits et
parmi eux la guérison de ses maladies.

Psaume de David. Mon âme, bénis l’Éternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son
saint nom! Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits!

C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies;

C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde;

C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle. Ps.
103;1/5

Lorsque nous devenions enfants de Dieu, en recevant Jésus-Christ pour Sauveur


et Seigneur, nous pouvons croire que Notre Père céleste prend soin de nous et
pourvoit à tous nos besoins, selon sa providence.

Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-
Christ. Philippiens 4:19

Parmi ces besoins, nous comprenons aussi la santé de notre corps et la guérison
de nos maladies.

Jésus considérait que la guérison des malades qui venaient à lui ou qu'on lui
amenait, était un besoin auquel il devait répondre.

Les foules, l’ayant su, le suivirent. Jésus les accueillit, et il leur parlait du royaume
de Dieu; il guérit aussi ceux qui avaient besoin d’être guéris. Luc 9:11

Malheureusement, aujourd'hui, la pratique de la guérison divine pour les enfants


de Dieu, selon les instructions données dans l'épitre de Jacques, est négligée dans

60
beaucoup d'églises, soit par ignorance d'un enseignement pourtant clair, soit par
incrédulité.

J'ai souvent considéré la parole de Exode 23:25 comme une promesse de Dieu
qui s'applique à tous ceux qui appartiennent au Seigneur.

"Vous servirez l’Éternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux, et j’éloignerai
la maladie du milieu de toi",

C'est une promesse générale de santé pour tous ceux qui appartiennent à Dieu et
au Seigneur Jésus, ceux en qui l'Esprit de Dieu habite. Lorsque je rends grâces à
Dieu pour la nourriture, je confesse souvent cette promesse.

Maintenant, en revenant à notre texte Jacques 5, nous comprenons que les


enfants de Dieu peuvent tomber malades, mais nous croyons aussi que le
Seigneur a donné dans son Église des moyens spirituels de guérison pour ses
rachetés, dont la prière des anciens accompagnée de l'onction d'huile

Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les
anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur; la prière de la foi
sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera
pardonné.

Nous pouvons associer à ce texte une promesse de Jésus concernant la prière en


commun :

En vérité je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour
demander quoi que ce soit, cela leur sera donné par mon Père qui est dans les
cieux.
Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.
Matthieu 18:19,20

Il faut retenir plusieurs choses de ces passages :

- l'efficacité de la prière en commun

- le ministère des anciens dans les églises

- la prière de la foi

- la confession des péchés

- l'onction d'huile

Les anciens

Dès le début, les apôtres ont établi des anciens dans chaque église.

Ils firent nommer des anciens dans chaque Église, et, après avoir prié et jeûné, ils
les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru. Actes 14:23

61
A la lecture du Nouveau Testament, nous constatons combien leur rôle est
important pour diriger et édifier les églises locales.

1.C'est le Saint-Esprit lui-même qui les établit, par le ministère des apôtres et
selon le choix des membres des assemblées. Leur choix doit se faire selon
des critères précis. 1 Timothée 3.1.
2.ils doivent paître le troupeau de Dieu, prendre soin de ceux qui leur sont
confiés, en veillant sur eux, exactement comme un berger veille sur ses
brebis et en prend soin. Actes 20.28
3.selon les dons qu'ils reçoivent, certains prêchent et enseignent. Ils
gouvernent, dirigent, les églises. 1 Timothée 5.17
4.Leurs principales qualités sont la fidélité, le dévouement, le
désintéressement et l'humilité

En fonction de la taille des églises le nombre des anciens peut varier, mais nous
remarquons le pluriel de Actes 14.23 "des anciens dans chaque église".

Le mot "ancien" est la traduction d'un mot grec qui peut être rendu par épiscope
=évêque ou presbyte = surveillant ou plus exactement "veillant-sûr".

Ils sont les pasteurs=bergers, ceux qui paissent les brebis du Seigneur, les
nourrissent, les conduisent, veillent sur elles et en prennent soin, selon le modèle
du Bon Berger. Jean 10 - Ezéchiel 33

Les choses seraient beaucoup plus compréhensibles, si on les appelait par leur
nom. Aujourd'hui, le mot "pasteur" a une connotation de statut social honorable
et se faire appeler "ancien" ne signifie plus grand chose ! Appelons donc les
anciens "pasteurs", c'est aussi le nom qui convient à ceux qui paissent le
troupeau de Dieu.

Concernant la tâche des pasteurs, on pourrait utiliser un terme très répandu


aujourd'hui : "la relation d'aide", qui ne se limite pas a quelques entretiens, mais
qui comprend le suivi régulier de ceux qui composent l'église du Seigneur, comme
l'écrit l'auteur de l'épître aux Hébreux : Ils veillent sur vos âmes. ( Héb.13.17)

Si les pasteurs étaient conscients de toute leur mission et se conformaient au


modèle des Écritures et aux instructions du Seigneur, les chrétiens n'auraient
pas à chercher bien loin pour trouver du secours, ils le recevraient dans leur
propre église en fonction des ministères que le Seigneur y établit et des dons qu'Il
accorde.

(Note : Lorsque je parle d'églises, je ne veux pas dire "institution" ou même


"association cultuelle déclarée". Il se peut que vous n'ayez pas d'église officielle,
mais si vous vous réunissez à quelques uns, deux ou trois, ou en famille, autour
de la Parole de Dieu, au Nom du Seigneur, pour la prière et l'adoration, vous êtes
"une église dans la maison" et le ou la responsable de cette "assemblée", peut
intervenir pour la prière de la guérison.)

La guérison dans le ministère pastoral

Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église...

62
La première réaction d'un enfant de Dieu, qui tombe malade, serait de faire appel
aux pasteurs (bergers, anciens), pour la prière ! Je le dis souvent lorsque je
prêche, mais il semble que l'on ne comprenne pas très bien.

J'ai l'impression que certains de mes auditeurs pensent que je rejette ou néglige la
médecine traditionnelle. Elle a sa place et Dieu peut utiliser un médecin pour
notre guérison. Luc, le compagnon de l'apôtre Paul était un médecin bien-aimé.
Mais il ne faudrait pas que le fait d'avoir de bons médecins, soit un argument
pour négliger les moyens spirituels que le Seigneur nous donne.

Je persiste à croire que la démarche normale d'un chrétien malade, c'est de


chercher en premier lieu le secours du Seigneur. Il y a un récit de l'Ancien
Testament qui m'a toujours fait réfléchir.

La trente-neuvième année de son règne, Asa eut les pieds malades au point
d’éprouver de grandes souffrances; même pendant sa maladie, il ne chercha pas
l’Éternel, mais il consulta les médecins. 2 Chroniques 16:12

La faute d'Asa ne consiste pas dans la consultation des médecins, mais dans le
fait qu'il ne chercha pas l'Éternel. Et pourquoi ne chercha-t-il pas du secours
auprès du Seigneur ? Parce qu'il avait fait mettre un prophète en prison et que sa
relation avec Dieu était mauvaise. 2 Chronique 16.10

Le Saint-Esprit nous rappelle, par la plume de l'apôtre Jean, l'importance d'une


bonne relation avec Dieu :

Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec
vérité.

Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos
cœurs devant lui; car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre
cœur, et il connaît toutes choses.

Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance


devant Dieu. Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce
que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.
1 Jean 3.18/22

Donc, notre première démarche, lorsque nous sommes malades, c'est de faire
appel aux anciens de l'église, (bergers, anciens) pour la prière de la foi avec
l'onction d'huile. Mais voilà, vous avez peut-être mis quelques frères et sœurs
dans la prison de vos critiques, jugements injustes ou mauvais sentiments ! Il va
alors falloir les sortir de votre prison. Vous repentir et demander pardon.

Quelqu'un dira, mais l'onction d'huile c'est pour les maladies graves ? Je sais que
nous avons gardé le souvenir de "l'extrême onction" que l'Église Catholique
pratique pour les mourants, mais l'onction d'huile aux malades, dont parle la
Bible, n'a rien à voir avec cette pratique.

Faire appel aux anciens ne veut pas dire que l'on soit alité ou mourant. Lors
d'une réunion ou d'un culte, l'on peut très bien demander l'onction d'huile, faire
appel aux anciens de l'église, pour la prière de la foi, quelque soit la nature de
notre maladie.

63
Dans ce premier point, il est clair que la guérison des malades de l'assemblée, ne
relève pas uniquement des prières des uns et des autres, mais surtout du
ministère pastoral.(voir l'étude sur pasteurweb "Le ministère pastoral")

L'onction d'huile

Pour la guérison des malades dans l'église, il y a plusieurs démarches

- la prière personnelle

- la prière de l'église ou de plusieurs qui s'assemblent au Nom du Seigneur

- l'imposition des mains aux malades

- l'onction d'huile

Selon l'enseignement de Jacques, l'onction d'huile est préconisée en


accompagnement de la prière de la foi.

Qu'elle en est la raison ?

L'onction d'huile est une ancienne pratique, que nous trouvons dans l'Ancien
Testament, pour la consécration au service de Dieu, des sacrificateurs, des rois et
des prophètes. Mais aussi dans la réintégration parmi le peuple des lépreux
guéris.

Nous constatons qu'il y a dans la plupart des cas, une relation entre l'onction
d'huile et le Saint-Esprit, comme le montre le passage suivant et bien d'autres.

1 Samuel 16:13 Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères.
L’esprit de l’Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite

Lorsque nous sommes devenus enfants de Dieu, nous avons été oints par le
Saint-Esprit et Il est venu habiter en nous. Notre corps est devenu le temple du
Saint-Esprit.

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous,
que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes
?1 Corinthiens 6:19

L'onction d'huile pour enfants de Dieu qui tombent malades est donc le signe
visible d'une réalité intérieure : le Saint-Esprit qui demeure en nous opère la
guérison, restaure notre santé.

Attention, l'onction d'huile n'est pas un acte magique, mais l'accompagnement de


la prière de la foi. L'onction d'huile, pratiquée au Nom du Seigneur Jésus-Christ,
exprime la réalité que nous sommes le temple du Seigneur qui habite en nous par
son Esprit et que nous attendons de LUI qu'Il restaure son temple.

La prière de la foi

64
Nous remarquons premièrement qu'il s'agit de la prière des anciens, appelés par
les malades : "que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du
Seigneur"

Seconde remarque : il s'agit de "la prière de la foi"

Qu'est-ce que la prière de la foi ?

Jésus nous en donne la définition dans cette parole :

Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le
verrez s’accomplir. Marc 11.24

L'auteur de l'épître aux Hébreux ajoute :

Croire en Dieu, c’est une façon de posséder déjà les biens qu’on espère, c’est être
persuadé que les choses qu’on ne voit pas existent vraiment. Hébreux 11:1
(Version Parole de Vie)

Voici donc comment les anciens doivent prier pour les malades qui leur font appel
: "Avec la ferme assurance que ce qu'ils demandent existe vraiment dans la main de
Dieu et va s'accomplir."

Jésus, lors de son enseignement concernant la foi, fait ressortir l'autorité que
cette foi donne à ceux qui l'exercent :

Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu ! Je vous le dis en vérité, si
quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute
point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.
C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous
l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. Marc 11.22/24

C'est la foi de Dieu. (Voir les études sur la foi : La nature de la foi)

Peut-être n'y avons-nous jamais pensé, mais aussi étonnant que cela puisse
paraître à nos yeux d'humains, Dieu a la foi et il communique sa foi par le Saint-
Esprit, "le don de la foi", selon 1 Corinthiens 12.9.

Les pasteurs (anciens) devraient être les premiers à aspirer à ce don et à le


demander au Seigneur, afin d'exercer convenablement leur ministère auprès des
malades dans l'église dont ils ont la charge. Certains pensent peut-être que la
guérison s'opérera toujours instantanément. C'est la règle, mais il peut y avoir
exception.

La prière pour la guérison des enfants de Dieu est un combat spirituel, dans
lequel nous affrontons notre adversaire le diable, pour la guérison, la délivrance et
le rétablissement de ceux que Dieu aime et veut bénir.
Ce combat requiert l'assurance et l'autorité de la foi, mais aussi de la ferveur et de
la persévérance, auxquelles on associe souvent le jeûne. C'est pourquoi l'apôtre
Jacques cite l'exemple du prophète Élie qui pria avec instance :

65
La prière fervente du juste a une grande efficace. Élie était un homme de la même
nature que nous: il pria avec instance pour qu’il ne plût point, et il ne tomba point
de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. Puis il pria de nouveau, et le ciel
donna de la pluie, et la terre produisit son fruit. Jaques .5.16/18

Pendant que le roi Achaz descendait vers son palais pour y manger, Elie est
monté au sommet de la montagne pour y prier, jusqu'à ce qu'il eut la certitude de
la réponse de Dieu. 1 Rois 18.41/46

Jésus, lui même bien qu'il fut Fils de Dieu, nous donne l'exemple de la prière
fervente ou ardente :

C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec
larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et
ayant été exaucé à cause de sa piété. Hébreux 5:7

Le combat de la prière et de la foi pour la guérison de nos frères et sœurs malades


n'est pas une simple formalité, mais un engagement total et persévérant de ceux
qui sont appelés auprès de ceux qui ont besoin d'être secourus, jusqu'à la
victoire.

Confessez donc vos péchés

A la lecture de Jacques 5.15, nous remarquons enfin une parole qui pourrait
passer inaperçue et qui a une grande importance dans la guérison des enfants de
Dieu :

"et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les
uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris."

Le ministère des "anciens ou pasteurs", a donc une fonction de relation d'aide


dans la réflexion et l'examen de conscience de ceux pour qui ils vont intercéder.

Nous constatons à l'étude des Écritures que la confession des péchés est
indispensable pour restaurer notre relation avec Dieu. Or c'est le Seigneur qui
intervient, en réponse à la prière de la foi, pour guérir ses enfants malades. Il est
donc nécessaire que notre communion avec Lui ne soit pas troublée par le péché,
d'où cette parole "et s'il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés".

Nous voyons ainsi que le pardon de nos péchés et la guérison de nos maladies
sont associés dans la miséricorde et la grâce de notre Père céleste.

Relisez : "Confession et pardon" et "Pardon et Guérison"

Si quelqu'un parmi vous est malade, qu'il ait confiance dans la promesse du
Seigneur :

Je suis l'Éternel qui te guéri. Exode 15

Et qu'il fasse appel à quelques frères fidèles, croyant et pratiquant les instructions
du Seigneur, afin qu'ils prient pour lui et qu'ensemble, le malade et ceux qui ont

66
répondu à son appel, s'unissent pour prier et supplier le Seigneur pour la
guérison.

Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour
demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans
les cieux.
Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux"
Matthieu 18:19,20

La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis


des péchés, il lui sera pardonné. Jacques 5:15

La santé et la guérison

En fait, il y a dans ce titre deux sujets associés : la santé et la guérison.

Ce texte est la suite et le complément de l'étude précédente : "La guérison dans


l'église". Il en reprend de nombreux points. Le but c'est de vous encourager à
mettre votre confiance en Dieu pour votre santé et la guérison de vos maladies, en
vous appuyant sur les promesses de Dieu, ses enseignements, les exemples et les
témoignages, contenus dans sa Parole écrite, la Bible.

Vous pouvez aussi vous reporter à la rubrique de pasteurweb sur "La guérison".
Vous y trouverez d'autres études sur le sujet, dont le but est de susciter ou
d'affermir notre foi dans la bonté et la bienveillance de Dieu.

Ce que je vous dis maintenant est inspiré de ce que je lis dans la Parole écrite de
Dieu. Ma foi peut vous paraître élémentaire, voir primaire, mais je remarque que
l'on adapte de plus en plus les Écritures aux époques, aux cultures, aux
situations, aux expériences.

Si nous faisions l'inverse. Si nous essayions de faire en sorte que notre façon de
vivre et de penser corresponde à la Parole écrite de Dieu ? Si nous nous
accordions nous-mêmes aux Écritures au lieu d'essayer de les faire correspondre
à ce que nous pensons et voulons ?

C'est ce que vais m'efforcer de faire ce matin.

Je peux vous dire que Dieu se préoccupe de notre santé.

Ce serait de l'incrédulité de ne pas croire que l'Eternel qui a créé l'homme sur la
terre se désintéresse de son bien-être. Lorsque l'apôtre Pierre écrit : "Déchargez
vous sur lui de tous vos soucis, car Lui-même prend soin de nous" cela veut dire
aussi qu'Il veille à ce que nous soyons en bonne santé. 1 Pierre 5.7

L'apôtre Jean écrivait à son ami Gaïus qu'il aimait dans la vérité :

Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé,


comme prospère l’état de ton âme. 3 Jean 1:2

Si nous croyons que cette parole est inspirée par le Saint-Esprit, et je le crois,
nous pouvons donc la recevoir pour nous de la part de Dieu notre Père céleste.

67
Dieu s'est toujours préoccupé de la santé de son peuple.

Alors que celui-ci murmurait dans le désert, souffrant de la soif, l'Eternel, lui
donna des lois et des ordonnances, avec une promesse d'alliance :

Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est
droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes
toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les
Egyptiens, car je suis l’Eternel, qui te guérit. Exode 15:26

A plusieurs reprises Dieu rappellera sa promesse :

Exode 23:25 Vous servirez l’Eternel, votre Dieu, et il bénira votre pain et vos eaux,
et j’éloignerai la maladie du milieu de toi.

Deutéronome 6.13/15 Il t’aimera, il te bénira et te multipliera; il bénira le fruit de


tes entrailles et le fruit de ton sol, ton blé, ton moût et ton huile, les portées de ton
gros et de ton menu bétail, dans le pays qu’il a juré à tes pères de te donner.

Tu seras béni plus que tous les peuples; il n’y aura chez toi ni homme ni femme
stérile, ni bête stérile parmi tes troupeaux.

L’Eternel éloignera de toi toute maladie; il ne t’enverra aucune de ces mauvaises


maladies d’Egypte qui te sont connues, mais il en frappera tous ceux qui te
haïssent.

Des années après, le psalmiste rend témoignage de la fidélité de Dieu à sa parole,


mais cela nous le savons :

Et nul ne chancela parmi ses tribus. Psaumes 105:37

Le prophète Esaïe ajoute :

Je publierai les grâces de l’Eternel, les louanges de l’Eternel, D’après tout ce que
l’Eternel a fait pour nous; Je dirai sa grande bonté envers la maison d’Israël, Qu’il
a traitée selon ses compassions et la richesse de son amour.

Il avait dit: Certainement ils sont mon peuple, Des enfants qui ne seront pas
infidèles! Et il a été pour eux un sauveur.

Dans toutes leurs détresses ils n’ont pas été sans secours, Et l’ange qui est devant
sa face les a sauvés; Il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde,
Et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jours.

Le psalmiste David proclame encore : Psaume 103

Mon âme, bénis l’Eternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom!

Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits!

C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies;

68
C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde;

C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.

Une nouvelle alliance

Jusqu'ici, nous avons considéré la guérison divine en rapport avec l'alliance de


l'Eternel et Israël, ce qui pourrait faire croire que cette bénédiction n'est valable
que pour le peule de l'ancienne alliance. Or, il existe pour les croyants de la
Nouvelle Alliance, l'alliance de Dieu avec l'Eglise, des promesses tout aussi réelles
et valables.

Le texte qui sert de référence à notre réflexion se trouve dans l'épitre de l'apôtre
Jacques, mais il y a d'autres passages bibliques qui l'appuient et le complètent.

Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les
anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur; la prière de la foi
sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera
pardonné.

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin
que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace.

Élie était un homme de la même nature que nous: il pria avec instance pour qu’il ne
plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois.

Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.
Jacques 5.14/18

Voyons l'enseignement de cette parole dont se dégagent plusieurs éléments :

Quelqu'un parmi vous est-il malade ?

Ce "parmi vous", signifie que l'apôtre s'adresse aux disciples de Christ, aux
chrétiens de fait, les enfants de Dieu..

La Bible nous apprend que plusieurs groupes de personnes bénéficient de la


guérison divine :

- les croyants de l'Ancienne Alliance, comme une clause conclue entre l'Eternel
et son peuple Israël. Exode 15

- ceux qui entendent l'Évangile et sont au bénéfice du témoignage de la grâce de


Dieu. Marc 16.16

- les croyants qui appartiennent à Christ, les membres du corps de Christ, son
Église. Jacques 5.14 "Quelqu'un parmi vous est-il malade ?"

Ici je traite uniquement de ce dernier groupe : "parmi vous".

69
L'apôtre Jacques s'adressant aux enfants de Dieu, évoque le fait quril y a parmi
eux des personnes qui peuvent être malades, mais il donne aussi des
instructions pour leur guérison.

L'appel aux anciens

Le ministère des anciens, appelés encore évêques ou pasteurs, comporte entre


autres choses la guérison des malades dans l'église, parmi les membres du corps
de Christ et il est normal de les appeler pour exercer ce secours en faveur des
frères et sœurs atteints par la maladie.

Certains ont dit qu'il s'agit de maladies graves, même de mourants, d'où le
sacrement de l'extrême onction chez les catholiques. L'enseignement de l'apôtre
Jacques ne dit pas cela, mais seulement : Quelqu'un parmi vous est-il malade ?
Qu'il appelle les anciens, qu'ils prient pour lui en l'oignant d'huile au Nom du
Seigneur.

On pourrait dire : Qu'il fasse appel aux anciens, afin qu'ils exercent envers lui
leur ministère. (Voir : Le ministère pastoral)

La prière des anciens avec l'onction d'huile au Nom du Seigneur

Dans notre passage il est question de la prière avec l'onction d'huile, pas
uniquement de l'onction d'huile.

L'onction d'huile, qui consistait à frotter le malade avec de l'huile est le symbole
de l'onction du Saint-Esprit qui oint, revêt ou enveloppe de sa présence
rafraîchissante et guérissante.

Cependant l'accent est mis sur la prière.

Il faut prendre en considération l'importance de la prière. L'apôtre Jacques écrit


aussi : vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. (4.2)

Jésus a aussi dit : Demandez et vous recevrez … Votre Père donnera de bonnes
choses à ceux qui le lui demandent.

La prière de la foi

C'est une précision importante, car la foi est indispensable pour l'exaucement de
la prière :

… Mais qu’il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable
au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne
s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: c’est un homme irrésolu,
inconstant dans toutes ses voies. Jacques 1.6

Jésus a précisé ce qu'est la prière de la foi :

C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous
l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. Marc 11:24

70
La prière de l'Église

Jésus a enseigné l'efficacité de la prière de l'Église :

Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour
demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans
les cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu
d’eux. Matthieu 18.19/20

Nous pouvons dire aussi qu'elle est l'expression de la véritable communion


fraternelle :

Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est
honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. 1 Corinthiens 12:26

L'appel aux anciens de l'église signifie que ces derniers sont comme les délégués
de l'ensemble de l'église qui à travers leur ministère s'implique dans la guérison
de l'un ou plusieurs de ses membres.

La prière efficace du juste

Il faut comprendre cette parole "du juste" par celui qui est justifié et qui pratique
la justice. Il faut savoir que l'exaucement de nos prières est lié à notre façon de
vivre. Dieu n'exauce pas les pécheurs, c'est à dire ceux qui pratiquent le péché,
qui se plaisent dans le péché ou ceux qui pratiquent l'injustice.

Si nous voulons que Dieu nous exauce, nous devons nous comporter
convenablement envers Dieu et envers notre prochain.

Si nous pratiquons le mal, si nous avons de mauvais sentiments envers les


autres, si nous manquons de miséricorde il ne faut pas nous attendre à recevoir
du Seigneur ce que nous demandons dans nos prières.

La confession des péchés

C'est là une chose que nous négligeons peut-être lorsque nous cherchons du
secours auprès du Seigneur

. L'examen de soi : Que chacun donc s’éprouve soi-même. 1 Corinthiens 11:28

. La confession de nos péchés : Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste
pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1:9

Nous pourrons alors nous approcher de Dieu avec confiance : Étant donc justifiés
par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. Romains
5:1

Une promesse certaine

Jacques 5:15 la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il


a commis des péchés, il lui sera pardonné.

71
Les sentiments qui inspirent la guérison

En premier lieu, c'est la compassion associée à la bonté et à la bienveillance, des


vertus que nous trouvons en Dieu à l'état de perfection, qui se sont pleinement
exprimées en Jésus.

Matthieu 14:14 Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de
compassion pour elle, et il guérit les malades.

Luc 7:13 Le Seigneur, l’ayant vue, fut ému de compassion pour elle, et lui dit: Ne
pleure pas!

Marc 1:41 Jésus, ému de compassion, étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux,
sois pur

La compassion est ce sentiment qui nous émeut lorsque nous sommes confrontés
à la souffrance des autre et nous pousse à les secourir avec les moyens dont nous
disposons.

Luc 10:33 Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de
compassion lorsqu’il le vit.

Or la maladie est, parmi tant d'autres souffrances, une situation qui touche en
particulier le cœur de Dieu et l'amène à manifester sa bonté et sa bienveillance
par la guérison, comme il l'a fait en Jésus.

C'est ce que l'apôtre Paul écrit au sujet de son frère Epaphrodite, son compagnon
d’œuvre et de combat qui était gravement malade :

Philippiens 2:27 Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieu a eu
compassion de lui –– et non pas seulement de lui, mais aussi de moi, pour que je
n’aie pas tristesse sur tristesse.

Dieu nous fait de nombreuses promesses concernant la guérison de nos maladies


et il nous révèle premièrement le fondement de toutes nos guérisons :

Esaïe 53.4/5

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est
chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris.

C'est ce que l'apôtre Pierre rappelle :

Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux
péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été
guéris. 1 Pierre 2:24

72
Et ce qui est aussi écrit par Matthieu, qui explique les guérisons et les délivrances
comme l'accomplissement de ce qui était annoncé par le prophète :

Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits


par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été
annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos
maladies. Matthieu 8.16/17

La pratique des moyens de guérison de Dieu :

La Bible nous apprends que Dieu utilise de nombreux et divers moyens pour
guérir et nous ne pouvons le limiter dans ses choix, mais les plus couramment
utilisés sont :

- L'imposition des mains aux malades

- L'onction d'huile et la prière de la foi

- La prière de l'église

- La prière personnelle, avec instance et persévérance.

Nous aurions peut-être tendance à les négliger, aussi je vous rappelle cette parole
que l'apôtre Paul écrivait à Timothée, qui est valable pour toutes les grâces que
Dieu nous accorde :

Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec
l’imposition des mains de l’assemblée des anciens. 1 Timothée 4:14

Le Seigneur a donné à son Église des ministères et des dons merveilleux et


puissants et parmi ces dons celui des guérisons. Ne négligeons, ni la grâce, ni les
bienfaits, ni les dons de Dieu, mais au contraire pratiquons avec foi et
persévérance tout ce que Dieu nous enseigne, comme des enfants obéissants et
confiants.

Le Seigneur relève

La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis


des péchés, il lui sera pardonné. Jacques 5:15

C'est le Seigneur qui guérit, c'est de lui qui vient la force guérissante,

Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les
guérissait tous. Luc 6:19

C'est par ses meurtrissures que nous pouvons avoir accès à la guérison divine.

Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui
nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous
sommes guéris. Esaïe 53:5 ; 1Pierre 2.24

73
Il s'agit de la guérison que le Seigneur accorde comme un bienfait à ses enfants,
comme le pain des enfants.

Marc 7:27 Jésus lui dit: Laisse d’abord les enfants se rassasier; car il n’est pas
bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.

Jean 6:35 Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais
faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Hébreux 13.8

Lui même nous invite à venir à lui lorsque nous sommes fatigués et chargés. Qui
peut nier que la maladie ne soit un fardeau et une fatigue ? Elle va même jusqu'à
la détresse. Alors répondons avec foi à son invitation :

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble
de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon
fardeau léger. Matthieu 11:28

Comme pour beaucoup d'autre choses, le Seigneur nous a laissé des instructions
concernant notre guérison physique lorsque nous sommes malades. Elles se
trouvent dans les Ecritures et dans ces études je m'efforce de vous les rapporter
fidèlement. Ne négligeons aucun des conseils, des enseignements, des dons et des
ministères que le Seigneur donne dans sa grâce et rappelons nous que comme
pour le pardon de nos péchés, la guérison de nos maladies, la délivrance de nos
liens, et toutes les grâces de Dieu, se trouvent en Jésus-Christ et que c'est par
son sacrifice rédempteur qu'il nous donne l'accès, à toutes ses bénédictions.

Cette parole du prophète est pleinement accomplie en Christ :

Tournez–vous vers moi, et vous serez sauvés, Vous tous qui êtes aux extrémités de
la terre ! Car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre. Esaïe 45:22

Pour conclure écoutons et vivons les paroles du Psaume 95 :

Venez, chantons avec allégresse à l’Eternel ! Poussons des cris de joie vers le
rocher de notre salut.
Allons au–devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son
honneur !
Car l’Eternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au–dessus de tous les dieux.
Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, Et les sommets des montagnes
sont à lui.
La mer est à lui, c’est lui qui l’a faite ; La terre aussi, ses mains l’ont formée.
Venez, prosternons–nous et humilions–nous, Fléchissons le genou devant l’Eternel,
notre créateur !
Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que
sa main conduit…

La guérison intérieure

"La guérison de l'âme" pourrait être le titre de cet article, puisqu'il s'agit d'elle en
réalité et de ses maux. Nous sommes des êtres souvent compliqués et notre

74
vocabulaire ne reflète pas toujours la réalité des choses. C'est pourquoi, lorsqu'on
parle de "Guérison intérieure", il faut préciser de quoi il s'agit.

L'apôtre Paul distingue l'homme extérieur et l'homme intérieur, comprenant par là


deux éléments de l'être humain ( 2 Corinthiens 4:16 à 5:5) :

- notre corps, la tente, la partie visible de notre être, qui se dégrade au fur et à
mesure par le vieillissement

- notre âme, la partie invisible, intérieure, qui doit se renouveler de jour en jour.

C'est de l'homme intérieur dont je vais vous entretenir dans ce chapitre. Mais
pour mieux en comprendre tout le sens, je vous conseille de lire une autre étude
sur l'être humain : L'Etre humain, esprit, âme et corps

Parler de "Guérison intérieure" fait immédiatement penser à la démarche de la


psychanalyse. Cependant dans cette page vous ne trouverez rien de semblable, ni
de formules magiques, ni de solution toute faite, mais de nombreux passages des
Ecritures que je vous exhorte à lire attentivement et à méditer afin d'en remplir
votre cœur et vos pensées.

L’âme blessée

L'âme peut souffrir de diverses blessures : "les maux de l’âme" qui affectent nos
sentiments et notre équilibre. Quelques uns appartiennent à la situation de
personnes qui ont besoin de régulariser leur relation avec Dieu et avec leur
prochain, comme nous le verrons plus loin.

La sensibilité de notre être intérieur est subordonnée à la qualité de notre


personnalité, "le moi", notre "égo".

Le terme Ego est un substantif tiré du pronom personnel latin « ego » qui signifie
moi. Il désigne généralement la représentation et la conscience que l'on a de
soi-même.

Nous comprenons que cette conscience de soi, peut être surdimensionnée,


exclusive, surfaite, excessive, d'ou des sentiments d'orgueil ou au contraire
dévalorisée, restreinte, complexée, anormalement sensible. Pour certains le
remède consiste dans la crucifixion de ce que la Bible appelle : le vieil homme.

Il existe aujourd'hui dans les milieux chrétiens une forme de "thérapie"


apparentée à la psychanalyse, dont le danger consiste à valoriser "la personnalité"
des âmes blessées, en allant chercher dans le passé conscient ou inconscient des
événements de frustration, de traumatisme ou des circonstances d'un vécu
difficile, faisant souvent porter sur d'autres la responsabilité de notre mal être. On
fait remonter à la surface les souvenirs douloureux pour essayer ensuite de créer
un sorte de libération de l'âme. C'est cette thérapie que pratique certains
"pasteurs" dans une forme de "psychanalyse chrétienne", appelée pour faire plus
spirituelle "la relation d'aide". Ce processus rarement efficace, n'a rien à voir avec
ce que je vous propose ici : La guérison divine englobant la restauration spirituelle
de notre être entier.

75
Cette précision étant apportée, considérons quelques uns des maux de l'âme et
les passages de la Bible où des hommes et des femmes expriment leur souffrance
:

l’amertume

Et, l'amertume dans l'âme, Anne pria l'Éternel et versa des pleurs. 1 Samuel 1:10

la tristesse

David dit : Je suis courbé, abattu au dernier point; Tout le jour je marche dans la
tristesse. Psaumes 38:6

le trouble

Mon âme est toute troublée; Et toi, Éternel ! Jusqu'à quand ? ...Psaumes 6:3

l’angoisse

Ils se dirent alors l'un à l'autre: Oui, nous avons été coupables envers notre frère,
car nous avons vu l'angoisse de son âme. Genèse 42:21

la langueur

Ils souffraient de la faim et de la soif; Leur âme était languissante. Psaumes 107:5

Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante
et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger. Matthieu 9:36

les soucis, les chagrins

Jusqu'à quand aurai-je des soucis dans mon âme, Et chaque jour des chagrins
dans mon cœur ? Jusqu'à quand mon ennemi s'élèvera-t-il contre moi? Psaumes
13:2

Le péché.

Mais celui qui pèche contre moi nuit à son âme; Tous ceux qui me haïssent aiment
la mort. Proverbes 8:36

Voici alors ce que je vous ferai. J'enverrai sur vous la terreur, la consomption et la
fièvre, qui rendront vos yeux languissants et votre âme souffrante; Lévitique 26:16

Une certaine détresse, l’incertitude

Ils souffraient de la faim et de la soif; Leur âme était languissante. Psaumes 107:5

Les différentes causes de nos maux intérieurs

Notre personnalité.

76
Elle est le résultat de plusieurs facteurs qui la façonnent en fonction de notre
vécu :

a) le facteur héréditaire. Nous tenons de nos ancêtres un ensemble de données


contenues dans nos gènes…C’est l’héritage " génétique " qui se manifeste avec
des points forts et des points faibles sur le plan psychologique et physique…Des
traits de caractère, des forces ou des faiblesses organiques, etc…

b) Les conditions de la vie…enfance, jeunesse, adulte…Les circonstances bonnes


et mauvaises qui nous ont marqués, blessés moralement, sensibilisés. Certains
sont comme des écorchés vifs…Ils ont une sensibilité exacerbée. Leur
comportement de retrait, dénote une peur d’être à nouveau agressés

c) La rancœur ou rancune, la difficulté à pardonner, à oublier le mal qu'on a


subi.

Les personnes malveillantes

Il existe malheureusement dans le cadre des relations humaines des échanges de


paroles ou des comportements blessants, tels l'exemple ci-dessous.

1 Samuel 1 6 Sa rivale lui prodiguait les mortifications, pour la porter à s'irriter de


ce que l'Éternel l'avait rendue stérile. Et toutes les années il en était ainsi. Chaque
fois qu'Anne montait à la maison de l'Éternel, Peninna la mortifiait de la même
manière. Alors elle pleurait et ne mangeait point.

Il y a pour ce genre de situation des conseils bibliques très clairs. Nous en


reparlerons

Les gens moralistes ou inconscients

Job 19:2 Jusqu'à quand affligerez-vous mon âme, Et m'écraserez-vous de vos


discours?

Les remèdes ou le chemin de la guérison intérieure

Dieu rétabli, restaure, notre être intérieur par l'action du Saint-Esprit

Il guérit ceux qui ont le cœur brisé, Et il panse leurs blessures. Psaumes 147:3

Mais il y a un parcours spirituel tracé par les Ecritures pour parvenir a une
restauration spirituelle de notre être intérieur.

L'examen de soi

Il s'agit de se tenir devant Dieu, en toute sincérité afin de déterminer les causes
de nos souffrances morales, afin d'y apporter le remède adéquat. Il y a pour cela
deux choses indispensables :

77
- La Bible, la Parole écrite de Dieu, dont nous écouterons le jugement, les
instructions, les conseils

- Le Saint-Esprit que nous laisserons parler à notre cœur afin de suivre ses
inspirations.

Ce que nous lirons ou percevrons, peut nous conduire à nous humilier devant
Dieu et auprès de personnes que nous avons offensées, à reconnaître notre
orgueil et notre excès de sensibilité ou plutôt notre susceptibilité. Il nous faut être
bien sûr intègre et humble, comme il est écrit :

Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente ; c’est pourquoi l’Ecriture dit:
Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.
Soumettez–vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous.
Approchez–vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains,
pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus.
Sentez votre misère ; soyez dans le deuil et dans les larmes ; que votre rire se
change en deuil, et votre joie en tristesse.
Humiliez–vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. Jacques 4:6-10

- La prière :

Il y a dans la Bible un récit merveilleux concernant à la fois la tendresse de Dieu


et la méprise des hommes. C'est celui qui relate la façon dont Anne la mère de
Samuel a surmonté son amertume et retrouvé la paix en même temps que la
bénédiction divine.

Comme elle restait longtemps en prière devant l’Eternel, Eli observa sa bouche.
Anne parlait dans son cœur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on
n’entendait point sa voix. Eli pensa qu’elle était ivre, et il lui dit : Jusques à quand
seras–tu dans l’ivresse ? Fais passer ton vin.
Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son cœur, et je
n’ai bu ni vin ni boisson enivrante ; mais je répandais mon âme devant l’Eternel.
Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c’est l’excès de ma
douleur et de mon chagrin qui m’a fait parler jusqu’à présent.
Eli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu
lui as adressée !
Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et cette femme s’en alla. Elle
mangea, et son visage ne fut plus le même. 1 Samuel 1:15-18

D'autres ont trouvé la sérénité auprès du Seigneur, sans avoir besoin de recourir
à un quelqconque thaumaturge :

Jonas 2:7 Quand mon âme était abattue au-dedans de moi, Je me suis souvenu de
l'Éternel, Et ma prière est parvenue jusqu'à toi, Dans ton saint temple.

Job 10:1 Mon âme est dégoûtée de la vie! Je donnerai cours à ma plainte, Je
parlerai dans l'amertume de mon âme.

Psaumes 31:9 Aie pitié de moi, Éternel! car je suis dans la détresse; J'ai le visage,
l'âme et le corps usés par le chagrin.

78
Psaumes 41:4/5 Je dis: Éternel, aie pitié de moi! Guéris mon âme! car j'ai péché
contre toi.

Psaumes 42:2/3 Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant: Quand irai-je et paraîtrai-
je devant la face de Dieu?

- La parole de Dieu, ses promesses

C'est là qu'intervient la foi, lorsque l'on cherche dans les Ecritures ce que le
Seigneur a prévu de dire à notre âme pour la réconforter.

David e psalmiste qui a souvent été l'objet de maltraitance et de persécutions


pouvait dire :

La loi de l'Éternel est parfaite, elle restaure l'âme. Psaumes 19:7

Dieu promet de nous secourir :

Esaïe 58:11 L'Éternel sera toujours ton guide, Il rassasiera ton âme dans les lieux
arides, Et il redonnera de la vigueur à tes membres; Tu seras comme un jardin
arrosé, Comme une source dont les eaux ne tarissent pas.

Ezéchiel 34:16 Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était
égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade

Jérémie 31:25 Car je rafraîchirai l'âme altérée, Et je rassasierai toute âme


languissante.

- La confiance en Dieu : Psaumes 116:7 Mon âme, retourne à ton repos, Car
l'Eternel t'a fait du bien.

Il est important de se souvenir de la fidélité du Seigneur pour retrouver la paix,


comme le dit encore le psalmiste :

Loin de là, j'ai l'âme calme et tranquille, Comme un enfant sevré qui est auprès de
sa mère; J'ai l'âme comme un enfant sevré. Psaumes 131:2

- La recherche de la présence du Seigneur Jésus, la communion avec lui:

Nous revenons sans cesse aux exemples que nous ont laissé ceux qui ont traversé
les mêmes épreuves que nous. Ils ne s'apitoyaient pas constamment sur leur sort,
mais ils empruntaient un chemin de restauration qui les conduisait dans la
présence de Dieu. David en proie à la haine de ses ennemis dit :

Oui, mon âme, confie–toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance.
Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite : je ne chancellerai
pas.
Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est
en Dieu.

En tout temps, peuples, confiez–vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence !


Dieu est notre refuge. Psaume 62:3-8

79
Et encore :

Garde mon âme et sauve–moi ! Que je ne sois pas confus, Quand je cherche auprès
de toi mon refuge ! Psaumes 25:20

Rappelons nous l'invitation du Seigneur Jésus et répondons à son appel :

Matthieu 11:29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis
doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

Jean 7:37 Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria:
Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive.

- Le Saint-Esprit : l’autre consolateur … une huile de joie

L'huile en onction était autrefois souvent utilisée pour soulager les traumatismes
à cause de sa douceur et de sa perpétration. Ce n'est pas pour rien qu'elle est le
symbole du Saint-Esprit.

Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner un diadème au lieu de la
cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d'un
esprit abattu, Afin qu'on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de
l'Éternel, pour servir à sa gloire. Esaïe 61:3

Soyez remplis du Saint-Esprit. Éphésiens 5.18

- Les amis fidèles :

Cherchez des amis fidèles que vous connaissez bien, en qui vous avez pleinement
confiance et passez du temps auprès d'eux, mais rappelez vous : ce ne sont que
des humains !

L'ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère. Proverbes 17:17

- La foi exprimée :

Proclamez vous à vous-même la parole de Dieu.

Exhortes vous vous même par la parole de Christ habitant dans vos cœurs,
instruisez–vous encouragez vous par des psaumes, par des hymnes, par des
cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l’inspiration de la
grâce.

David dit à son âme : Bénis l'Éternel mon âme, car c'est lui qui pardonne toutes tes
iniquités, c'est lui qui guérit toutes tes maladies. Psaume 103

Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son
nom. Psaumes 23:3

Voici, Dieu est mon secours, Le Seigneur est le soutien de mon âme. Psaumes 54:4

- La louange :

80
Pensez a rendre grâces, à remercier dieu pour ses bontés, pour sa fidélité. Efforcez
vous de vous rappeler ses bénédictions et soyez reconnaissants.

Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits !


C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies ;
C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde ;
C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.
L’Eternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés. Psaume 103

David pourchassé par des gens méchant pouvait dire :

Je bénirai l’Eternel en tout temps ; Sa louange sera toujours dans ma bouche.


Psaumes 34:1

- La bonté, la miséricorde, le pardon :

Soyez bon, miséricordieux, pardonnez et ne maudissez pas ... C'est ce que Jésus
enseigne :

Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent,
faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et
qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ;
car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les
justes et sur les injustes.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez–vous ? Les
publicains aussi n’agissent–ils pas de même ?
Et si vous saluez seulement vos frères, que faites–vous d’extraordinaire ? Les
païens aussi n’agissent–ils pas de même ?
Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. Matthieu 5:44-48

Proverbes 11:17 - L'homme bon fait du bien à son âme, Mais l'homme cruel trouble
sa propre chair.

La croix

Beaucoup de nos tourments intérieurs proviennent du fait de notre vieille nature


orgueilleuse, susceptible, égoïste et plaintive.

Nous supportons mal la contrariété, nous n'acceptons pas d'être ignorés, nous
nous vexons facilement et nous sommes soupçonneux, nous nous plaignons
constamment de notre sort, etc.

En un mot notre "nature charnelle" à besoin de mourir afin de laisser naître et se


développer un homme nouveau créé selon Dieu, qui grandira dans la grâce et
l'amour de Christ, afin que lui soyons semblables :

Si nous avons appris Christ, si nous l'avons entendu, alors conformément à la


vérité qui est en Jésus nous sommes instruits en lui à nous dépouiller du vieil
homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans
l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans
une justice et une sainteté que produit la vérité.

81
Etre crucifié avec Christ, c'est accepter de mourir à soi-même afin de laisser
naître et grandir en nous la nature et les sentiments du Seigneur Jésus-Christ.

Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus–Christ, lequel, existant en forme
de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais
s’est dépouillé lui–même, en prenant une forme de serviteur, en devenant
semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, (2–8) il s’est
humilié lui–même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de
la croix.

La relation d'aide

Jusqu'ici je vous ai parlé de ce que chacun peut faire en particulier, mais il y a


aussi l'aide que l'on peut recevoir de personnes spirituelles qui sauront discerner
les véritable cause du mal-être, donner les conseils, les encouragements et
prierons avec ceux qui souffrent, les accompagnant dans leur approche de Dieu.
Car l'objectif c'est d'aider la personne à s'approcher elle-même du Seigneur afin de
mettre en œuvre sa propre foi et sa prière personnelle.

Les anciens des églises sont ou devrait être particulièrement désignés pour venir
en aide à ceux et celles dont l'âme est malade, comme le dit Ezéchiel :

Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai
celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade. Mais je détruirai celles qui
sont grasses et vigoureuses. Je veux les paître avec justice. Ezéchiel 34:16

La relation d'aide fait partie du véritable ministère pastoral. (Voir l'article à


ce sujet "Relation d'aide")

Le ministère de pasteur est accordé par le Seigneur Jésus-Christ, pour paître


l'Eglise. du Seigneur, en prendre soin. Les anciens, pasteurs-bergers, sont établis
par le Saint-Esprit pour cette tâche. Actes 20:28

Prenez donc garde à vous–mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint–


Esprit vous a établis évêques, pour faire paître l’Église de Dieu qu’il s’est acquise
par son propre sang.

Prenez soin du troupeau que Dieu vous a confié. Ne faites pas cela par devoir, mais
de bon cœur, comme Dieu le désire. Agissez non pour gagner de l’argent, mais par
amour. 1 Pierre 5:2

Nous comprenons bien que Dieu attend que les bergers qu'il établit prennent soin
des brebis qui leur sont confiées.

Connais bien chacune de tes brebis, Donne tes soins à tes troupeaux. Proverbes
27:23

Conclusion

Il y aurait encore bien des choses à dire, mais si vous êtes attentifs à ces quelques
instructions, vous trouverez le chemin de la restauration de votre âme.

82
3 Jean 1:2 Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne
santé, comme prospère l'état de ton âme.

Voici quelques unes de ses promesses :

Invoque-moi au jour de la détresse; Je te délivrerai, et tu me glorifieras. Psaumes


50:15

Il y a au moins cette démarche nécessaire de la part de la personne dans la


détresse: INVOQUE MOI !

Elle est suivie de la promesse du Seigneur : JE TE DÉLIVRERAI !

Psaumes 34:6 Quand un malheureux crie, l’Eternel entend, Et il le sauve de toutes


ses détresses.

Psaumes 34:17 Quand les justes crient, l’Eternel entend, Et il les délivre de toutes
leurs détresses;

Psaumes 34:18 L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et il sauve ceux qui
ont l’esprit dans l’abattement.

Il est important de répondre à l'angoisse par des paroles de foi, de confiance et


d'acquérir des certitudes :

Moi j'ai confiance en l'Eternel…Psaume 13.5 - Mon Père sait…Matthieu 6.8

Se décharger de nos soucis…Déchargez vous sur lui de tous vos soucis car lui-
même prend soin de vous…1 Pierre 5.7

En toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des
supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute
intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. Philippiens 4.6

Prenez conscience de l'importance de reconstruire la prière dans votre vie et la


confiance en Dieu dans votre cœur. Le plus difficile sera certainement de faire
l'effort de la prière, de se tourner résolument vers Dieu, car le diable dresse un
refus, une incapacité ou une culpabilité dans votre esprit.

Votre première victoire sur le stress sera de pousser un cri vers Dieu :

Dans leur détresse, ils crièrent à l’Eternel, Et il les délivra de leurs angoisses;
Psaumes 107:6

ET IL LES DÉLIVRA DE LEURS ANGOISSES ! Le psaume 107 est le psaume des


délivrances !

Un seul cri suffit pour que Dieu entende et intervienne. Il vaut la peine de faire
cet effort. Criez vers lui :

O Dieu ! viens en hâte à mon secours ! Ade moi !

83
La victoire peut être instantanée : La paix de Dieu qui surpasse toute intelligence
vient dans notre cœur par le Saint-Esprit. Mais souvent du temps est nécessaire
pour reconstruire votre assurance intérieure, surtout si vous êtes de nature
anxieuse. (voir l'étude sur la guérison intérieure )

Il vous faudra alors, avec la ou les personnes qui vous accompagnent dans cette
démarche, imprégner votre pensée des paroles secourables de Dieu, par la prière,
avec la lecture régulière de sa Parole, surtout les psaumes qui pour la plupart
sont l'œuvre de quelqu'un qui a connu de nombreuses angoisses et qui les a
surmontées en se confiant en l'Éternel son Dieu.

Quoiqu'il en soit, votre situation n'est jamais désespérée. Et même si pour un


temps il vous semble que les ténèbres vous envahissent, Dieu est là, au delà des
nuages, et rien ne peut vous séparer ou vous priver de son amour vigilant et
agissant.

Lorsque vous criez à Dieu du fond de votre âme, une étoile apparaît, parfois
tellement petite, mais elle annonce la venue du matin, d'un jour nouveau, de
la lumière du jour.

Sachez que Dieu et le Seigneur Jésus-Christ vous aiment, qu'ils n'ont jamais
cessé de vous aimer et que l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Christ est prêt à répondre
à votre cri. Il est le divin consolateur que Dieu envoie pour vous témoigner de son
amour pour vous personnellement.

Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera
contre nous? Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous
tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?
Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie!
Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite
de Dieu, et il intercède pour nous!
Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la
persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée?
Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous
a aimés.

Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les
choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la
profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu
manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. Romains 8. 31-39

III. 3. LA GUERISON INTERIEURE.

1 DIVISION tripartite de l’homme

L’ homme est une personne tridimensionnelle merveilleuse et ayant beaucoup de


valeur aux yeux de Dieu

PS139 :1-4 : une créature merveilleuse admirable, belle et imposant le respect par
sa beauté

PS8 5-7: un peu inferieur a Dieu

84
Couvert de gloire, de l’honneur

Seigneur des œuvres de Dieu

ES48 :4 : avec beaucoup de prix aux yeux de Dieu

Il est constitue de 3 partis (1THES 5 :23) :l’esprit, corps5 et l’âme

1 .1 L’ESPRIT :

C’est la partie superieure de l’homme et la plus noble. Elle-même influencée par


l’Esprit .C’est le domaine qui lui permet d’etre conscient de Dieu et d’entrer en
communion avec lui

a) La Bible parle de l’Esprit de l’homme

- JOB32 :8 ; 1cor 2 :11 :l’homme a un esprit le souffle du tout puissant.


Deut8 :11 ; 2 :7 ; PS21 :13
- ECL12 :2 ; LUC23 :46 ; No16 :22 : c’est Dieu qui l’a place en l’homme et a
sa mort l’esprit rentre auprès de Dieu
- Gal6 :18 ; Phil4 :23 ; Phm25 ; 2Tim4 :22 : salutation finale des épitres
« que la grâce de Dieu soit avec votre Esprit
- Luc1 :80 : la croissance spirituelle et principalement par la parole qui est
sa nourriture
b) Domaine de l’esprit
L’esprit comprend aussi trois autres parties qui sont :

- L’adoration

C’est la capacité de communier avec Dieu, de demeurer en sa présence et


de lui rendre un culte
- ES26 :9 : l’esprit cherche la présence de Dieu
- Jn4 :23-24 :l’adoration se fait par l’esprit
- Rom1 :9 ; Phi 1 :3-3 :l’esprit nous permet détendre à Dieu un culte qui
lui est agréable

- La conscience

C’est la capacité donnée par le Saint esprit au chrétien pour discerner le


bien et le mal la loi de Dieu et celle de Satan ou de la chair
- Prov 20 :27 :c’est la lampe spirituelle qui sonde tout dans l’homme
- Hèb8 :10 : la conscience contient les lois que Dieu à placées dans
l’homme
- 1 Cor2 :11 : éclairée par le saint esprit, la conscience permet à l’homme
de discerner réellement le bon et le mal sans influence de la morale

85
- 1 Cor2 :11 : l’esprit sonde l’homme et connait ce qui est bon ou mal en
lui
- Rom 5 :5 : l’esprit nous a été donne comme principe divin de la nouvelle
vie en Jésus qui est la conscience spirituelle

- L’intuition spirituelle

C’est la capacité de reconnaitre la présence de l’esprit de Dieu ou d’autres


esprits, et de recevoir la révélation spirituelle
- Rom 8 :16 : l’esprit est le domaine qui influencé par l’esprit, nous permet
de recevoir de Dieu des révélations divines
- Mc2 :8 : la reconnaissance spirituelle nous est donnée par la voie de
l’esprit
- 1 cor 12 :8-11 : la revelation et les dons spirituels nous sont donnés par
Dieu par la voie de l’intuition spirituelle
- Apoc 1 :10, 12-13, 17 par l’intuition spirituelle, le chrétien est capable de
discerner la présence de Dieu
- Dan 10 :5,8-11 : l’intuition spirituelle, nous permet également de
discerner la présence des anges de Dieu

1 .2 . LE CORPS

C’est l’ensemble des os, des muscle, des veines, des nerfs, du cerveau et
du sang . C’est aussi la tente de l’homme durant son séjour terrestre. Le
corps permet aussi à l’homme d’être conscient de la matière grâce aux 5
sens. Pour percevoir les éléments de nature physique, l’homme se sert de
la vue, du toucher, et l’ouïe ; pour percevoir les éléments de nature
chimique il se sert du gout et de l’odorat

- 2 cor 5 :1-6 : l’habitation de l’homme


- Ps16 :9 : le corps est lie à l’âme et l’esprit
- 1Cor 5 :5, Jac2 :26 : le corps tire sa vie de l’âme et de l’esprit
- 2cor7 :1 : le corps peut être souillé par péché
- Col 2 :5 : la dimension physique du corps
- Mt26 :41 : le corps est plus faible que l’esprit
- 1 cor 7 :34 ; 1 cor 6 :15-16 : il permet la communication des conjoints
- Rom 7 :24 : influence par la chair, il entraine l’homme dans la mort
spirituelle

1.3. L’âme

C’est le domaine de la conscience animale la partie qui lui permet d’être


conscient de lui-même ; c’est le domaine des fonctions intellectuelles ,de
la volonté et sentiment

a) La bible parle de l’âme humaine

86
- Apoc20 :4 ; Ecl12 :7 : l’âme humaine est réelles elle a un avenir eternel
- Luc 16 :22 : a la mort de l’homme le corps reste, mais l’âme et l’esprit
sont transportes par les anges auprès de DIEU. C’est l’âme qui donne la
personnalité à l’esprit et c’est par elle que devant Dieu nous sommes
différents les uns des autres.
- LUC12 :20 : l’âme rendra compte à Dieu de tout ce que l’homme aura fait
sur terre
- Mt 10 :28 ;Ps 16 :10 : l’âme est immortelle à la fin de la vie ;elle connait
soit la vie éternelle soit les souffrances éternelles
- Ecl 12 : 3 ; 8-9 : l’âme le cordon) donne la vie au corps et la
personnalité à l’esprit

B) Domaine de l’âme

L’âme comprend aussi trois parties

- L’intellect :

C’est le domaine des fonctions intellectuelles telles que :

- L’intelligence :la capacité de traiter


- La pensée : la capacité d’association des idées
- Le raisonnement : la capacité de traiter des idées acquises par
l’expérience
- La sagesse humaine la qualité de faire preuve d’un jugement droit sur
averti dans ces décisions et action
- La connaissance humaine : la faculté reconnaitre, de savoir, de
comprendre, de percevoir, d’être instruit Prov 2 :10-11 ; 3 :21-22 ;
24 :14 ; Jacq 5 :15-17 :la sagesse réflexion ,intelligence, connaissance.

La volonté

C’est la capacité de se déterminer, de choisir, de décider, de s’exprimer dans son


libre attitre ,de poser des actes activités par la raison ;sans la volonté . L’homme est
réduit a un automate.

Ps35 :25 ; Ps51 :12 : disposition intérieure à poser des actes

Les sentiments

C’est la capacité d’avoir des penchants bons ou mauvais ;d’avoir des dispositions à
être facilement ému ,toucher et d’avoir de l affection de , de l’attachement, de, la
tendresse .

- 1sam 18 :1 :l’âme de David et Jonathan étaient attachées


- Zach : 11 :8 : le gout ;

87
- Lc1 :46 : l’exaltation ;
- Mat 12 :18 : le plaisir ;
- Job 19 :2 ; lc2 :35 : l’affliction ;
- Ps 35 :9 ; Ps 69 :9 : l’attachement à Dieu

Qu’est ce que le cœur de l’homme

Chaque jour de notre vie la majorité de nos actions est le résultat de l’association
de nos pensées et de nos sentiments, tous deux étant des domaines de l’âme.

- Le cœur est l’interface de l’esprit et de l’âme. Il est le siège de la


personnalité (âme) et de facultés spirituelles, d’où naissent les
sentiments, les pensées, les paroles, les décisions et l’action.
- Le cœur est centre de la conscience religieuse (de la foi )et de l’a vie
morale (qui enseigne les règles à suivre pour faire le bien et éviter le mal

Centre de la vie morale


- Ps 51 :12,19 : un cœur pur, complètement brisé
- Jer 4 :4 : cœur circoncis
- Ez 36 :26 : un cœur nouveau , pur , simple, et droit, sans réserve, sans
arrière pensées, sans semblant (Ep 1 :18)

Centre de la conscience religieuse

- Deut 4 :29 ; Ps 119 :2 ; 10 : c’est dans son cœur que l’homme cherche
Dieu
- 1Roi 39 ; Os 2 :16 ; deut 30 :14 : c’est dans son cœur que l’homme
écoute Dieu
- 1Sam 12 :20,24 ; Ps 111 :1 ;Deut 6 :5 : c’est dans son cœur que l’homme
sert Dieu, le loue et l’ aime.

Dieu le connait à fond quelles soient les apparences de l’homme (1sam 16 :7 ; Ps


17 :3 ; Ps144 :3 ; Jer 11 :20 )

Le cœur est donc le centre d une intense activité continuelle de notre vie au point
qu’il devient même le centre même de notre existence, de notre vie , de nos
décisions et de nos motivations

On peut même dire qu’il est notre vie. Prov 4 :23 c’est un domaine de notre être
et qui est le plus sensible.

88
Par exemple, lorsque je pense à une personne qui m’a offensé, je peux aussi
éprouver des sentiments de haine ou de pitié envers elle, et mes actions porteront
également la coloration de l’association de mes pensées et mes sentiments.

Plusieurs actions que nous posons ; sont ainsi motivées par l’association de nos
pensées et de nos sentiments, qui alors engagent la volonté dans l’action.

C’est notre cœur que Dieu veut que nous changeons complètement afin que notre
soumission lui soit aussi complète

C’est pourquoi Dieu veut que nous lui donnions nos cœurs pour qu’il y habite

(Apoc3 :20), afin que tout nos pensées et contrôlées par le Saint Esprit

Mc 7 :20-23 : les pensées s’attachent aux sentiments et entrainent la


volonté aux acte .

2. NIVEAU D’ACTIVITE DE L’HOMME


Les trois domaines de l’homme fonctionnent selon les niveaux ci-après :

A) Le niveau conscient

C’est le niveau ou l’on a conscience des phénomènes ou des événements ;


c’est-à-dire le niveau ou on a la connaissance ou la réception plus ou
moins claire des choses.

EXEMPLES
- Au niveau de l’esprit : on peut être conscient d’une vision que l’on reçoit
de Dieu.
- Au niveau de l’âme : on peut être conscient des pensées qui nous
tourmentent.
- Au niveau du corps : on peut percevoir la piqure d’un insecte sur notre
peau.

B) AU NIVEAU INCONSCIENT

C’est le niveau ou les phénomènes échappent à la conscience, à la connaissance ou


la perception les phénomènes de l’inconscient sont formés :

- Sur le plan de l’esprit, par certaine perceptions spirituelles, main dont on


ne se rend compte que plus tard.
Par exemple : le songe de Dieu nous parvient dans l’inconscience.

89
Au niveau de l’âme il s’agit des désirs et pulsion refoulées, c’est à dire
repoussés en soit pour les empecher de se manifester

Inconsciemment je peux mémoriser une chanson qui passe chaque jour à


la radio ou une tranche publicitaire, même si le thème n’est très
intéressant pour moi.

De même je peux avoir repoussé en moi la quantité de désirs de


vengeance sans pouvoir les manifesté

- Au niveau du corps il s’agit des mouvements du type automatique ou


machinal : la respiration, le battement de peaucier et des certaines
mouvements du corps pendant notre sommeil, sont des phénomènes qui
se produisent dans l’inconscience.
C) Au niveau de la subconscience
C’est l’état pour le quel on n’a pas conscience (connaissance, perception)
des phénomènes, mais ces derrières influent sur notre comportement. Il
s’agit des phénomènes refoulés, c-est à –dire des désirs et des pulsions
repoussés dans l’inconscient pour les empecher de se manifester

Le subconscient est doc le domaine de souvenirs. Ceux-ci influent


nécessairement sur notre comportement de deux manières :
- Alors refoulés dans l’inconscient dans l’oubli), ils peuvent , à certains
moments, surgit consciemment dans notre mémoire et s’associer ) nos
sentiments qui peuvent être amers .
A de moment, notre cœur est blessé et notre comportement s’en trouve
influencé ; et par notre si les sentiments sont bons, ils influent
positivement sur notre comportement. (Lam 3 :30)

- Les souvenirs peuvent rester cachés dans l’inconscient et ne pas se


manifester, cependant notre cœur reste blessé par l’événement même de
ces souvenirs et influer ainsi sur notre comportement.

Exemple :

- Au niveau de l’esprit : au moment de grands tourments, le souvenir d’une


promesse de Dieu peut nous encourager.
- Au niveau de l’âme : beaucoup d’actes posés par les hommes sont dictés
par des phénomènes dont ils sont inconscients, mais qui les ont rendus
méchants à l’égard de la société.
- Au niveau du corps : l’insomnie peut nous atteindre suite à une
préoccupation mais que nous ne savons pas bien identifier sans l’aide
d’un médecin ou d’un conducteur spirituel.

2. LA GUERISON INTERIEURE

La délivrance concerne aussi la libération de l’homme de tous les mauvais


souvenirs afin qu’il soit guéri de ses blessures intérieures dont le cœur a été blessé

90
et qu’il soit capable d’aimer Dieu, d’aimer les hommes, et de poser des actes
d’amour.

L’homme est le tout formé de l’esprit, de l’âme et du corps qui forment un ensemble
indissociable ; une agression quelconque sur l’une ou l’autre de ces parties affecte
l’être tout entier.

Cette constitution profonde de l’homme (esprit, âme et corps) est appelée à réaliser
son épanouissement total à la mesure de la stature parfaite de Jésus-Christ (Eph.
4 : 13).

Dieu étant Amour, et l’homme ayant été créé à son image, ce dernier ne peut
connaître son épanouissement parfait que s’il évolue dans l’amour, Qui est pour lui
une de ses conditions vitales.

Dieu offre aux hommes une vie comblée d’amour, mais Satan et le péché les
éloignent de Lui et les poussent soit à se détruire les uns des autres, soit à
l’autodestruction.

L’égoïsme entraîne l’orgueil et l’avidité, et il est la cause fondamentale du péché qui


separe l’homme de Dieu. L’amour est le lien qui unit Dieu à l’homme. L’amour est
l’attribut essentiel de la vie humaine.

De ce fait, l’aspiration profonde de l’homme qui est celle d’aimer et d’être aimé ne se
réalise que très difficilement ou alors jamais.

Ainsi tout homme qui, au lieu d’apporter de l’amour auprès des autres, cultive au
contraire de la haine, de la destruction, est donc un meurtre (1 Jean 3 : 15) car il
prive les autres d’un droit vital.

Et chaque fois qu’un homme est privé de son droit légitime à l’amour, il est blessé
dans son être intérieur (esprit et l’âme).

3. L’INSTALLATION DES BESSURES INTERIEURES.

a) DEFINITIONS

- Affectivités : phénomènes qui proviennent des affects (impressions agréables ou


désagréables que l’on ressent dans son être affectif, domaine des sentiments).

- Emotion : réveil brusque des affects ;

- Sentiment : émotion qui perdure ;

- frustration : sentiment désagréable de celui qui se sent privé d’une satisfaction


légitime.

b) LE STRESS

Lecture d'introduction : Psaume 107

91
En traitant ce sujet, je n'ai pas la prétention d'être complet, loin de là. Je ne suis
pas un psychanalyste, je suis seulement un pasteur, qui de par son expérience de
la relation pastorale livre ici quelques réflexions dans le but d'aider.

Il est naturel pour le cerveau et le corps de s’adapter aux contraintes, le problème


actuel est que nous ne faisons plus la différence entre les contraintes réelles et les
contraintes supposées. La fonction du stress est de préparer l’individu (tout comme
l’animal) à se défendre d’un danger potentiel. Ces dangers étaient fréquents, mais
suffisamment espacés dans le temps pour permettre au corps de « récupérer »,
c’est-à-dire, d’éliminer les hormones produites pas le stress.

Or, une étude récente vient de montrer qu’au travail, nous ne pouvons nous
concentrer plus de 10 minutes sans être interrompus par des facteurs extérieurs :
le téléphone, un mail, un collègue, un client, etc…
C’est cette répétition des stimulis dans un temps trop court pour récupérer qui
constitue de qu’on appelle aujourd’hui le stress négatif. Selon vous, quelles sont les
situations potentiellement stressantes ?

Voyons d'abord les définitions du dictionnaire :

1- Qu’est-ce que le stress ?

Stress, nom masc. (un mot anglais qui peut se traduire par : "tension") . Il désigne
à la fois les agressions physiques et psychologiques que peut subir un organisme et
les réactions biologiques qu'elles suscitent dans cet organisme. Stresser : soumettre
au stress. Stressant, qui provoque le stress. Une situation stressante.

Tendu : qu'on a rendu droit, rigide. Arc bien tendu. Au figuré : être tendu =
irritable, à bout de nerfs. Esprit tendu : qui se concentre intensément.

 Au figuré : "être tendu" se dit d'une situation conflictuelle qui menace de


déboucher sur une crise, une rupture. Ex. leurs rapports sont de plus en plus
tendus.
 Tension nerveuse : état de crispation ou de conflit chez les sujets fatigués et
anxieux.
 Tension psychologique, caractérisée par le degré d'activation des fonctions
mentales, l'organisation et la concentration des forces psychiques

Le stress est une réaction naturelle de notre organisme, face à une situation qu’il
juge agressive voir dangereuse (subjectif). Pour faire face à cette situation notre
organisme mobilise ses ressources. Une mobilisation intense, prolongée ou trop
répétitive de ce système entraine un épuisement de notre organisme. Le stress
apparaît donc comme un état de tension psychique qui perturbe l'organisme. Il
peut être d'origine chronique : la nature d'une personne tendue, anxieuse, ou
simplement occasionnel, causé par les circonstances de la vie

Personne n’est à l’abri du stress. Mais nous pouvons nous prémunir contre le
stress, en travaillant sur nous-même et sur notre environnement (physique et
social)

2- Les facteurs de stress. Ce qui détermine notre manière de réagir aux


facteurs de stress

92
D'où vient le stress ?

Les causes du stress sont multiples et diverses.

Elles peuvent provenir d'une inquiétude familiale ou professionnelle, de


l'incertitude de l'avenir, de difficultés de santé ou autres, d'une situation
conflictuelle, familiale, professionnelle ou sociale, d'une peur, etc

L'inquiétude dans le cœur de l'homme l'abat, mais une bonne parole le réjouit.
Prov.12.25

En général le stress est le résultat de la peur de l'inconnu et d'un sentiment


d'incapacité à maîtriser une situation, ce qui va générer une tension psychologique
ou nerveuse, c'est à dire un stress. Dans tous les domaines, le stress résulte du
constat de notre incapacité à faire face.

Des statistiques nous apprennent qu'il existe différents degrés de stress :

 Le plus important est le stress de la mort


 Ensuite vient le stress du divorce
 Puis le stress de la perte de l'emploi.

Enfin toutes les situations produisant une appréhension dans les différents
domaines de notre vie :

 professionnelle : conflits entre collègues, supérieurs intransigeants ou


caractériels, quotas de production, conditions de trajet (surtout dans les
périphériques et dans les grandes agglomérations), sentiments
d'incompétence, menace de licenciement…
 familiale : incompréhension, difficulté relationnelle, manque de
communication, problème d'argent, disputes non réglées…
 sociale : relations de voisinage, environnement, bruit...
 spirituelle : sentiment de culpabilité, situation ambiguë, inadaptation à un
milieu, une église, relations difficiles avec les membres de l'église…
 personnelle : mal être, complexes, susceptibilité, nature anxieuse,
 Il en existe de nombreuses et elles varient selon les personnes. Citons
principalement : le travail, la famille, la relation aux autres, à soi, l’argent et la
sécurité matérielle, le changement, la communauté, l’environnement, la santé,
l’échec, la peur de perdre (la face, son emploi, etc…) la nutrition (surcharge,
intolérance ou intoxication), les facteurs biochimiques (environnement,
pollution). Pourtant l’expérience montre que ce qui est stressant pour l’un ne
l’est pas pour l’autre…

Il y a aussi le stress du changement, d'une situation nouvelle, même positive : un


déménagement, une promotion professionnelle, le mariage, une invitation dans
un milieu inconnu…Tout changement est l'occasion d'une tension.

D'ailleurs, dans une certaine mesure le stress fait partie de notre vie. Il peut se
révéler utile en agissant, comme un élément qui nous permet de mieux nous
préparer à un événement.

93
L'inquiétude peut être latente ou plus ou moins vive, le stress dans son aspect
négatif est agressif. Il s'attaque à notre équilibre psychologique et physique et
transfère sur les autres nos propres angoisses. Il rend excessivement sensible et
agressive la personne qui le subit, produisant un comportement d'autodéfense. Il
génère donc des conflits et il est contagieux. La personne stressée transfère son
stress sur son entourage.

Il produit la panique et perturbe complètement nos facultés de réflexion,


engendrant des réactions complètement incohérentes. Il provoque ce qu'on
appelle des réflexes incontrôlés, qui deviennent systématiques, comme l'enfant
battu qui instinctivement se protège du bras quand on esquisse devant lui un
geste de la main, même machinal et inoffensif.

Outre l'agressivité, il engendre des sentiments de détresse, l'angoisse, la


dépression, l'enfermement sur soi, la fuite dans des comportements excessifs : la
boulimie, l'anorexie, les dépenses extravagantes, un sentiment de persécution et
d'incompréhension. Certaine personnes stressées se réfugient dans l'alcool, le
tabac, la drogue. Le stress peut conduire à la désespérance et au suicide. Le
stress est une œuvre diabolique, dans le sens où il est destructeur.

Enfin le stress agit sur notre être physique provoquant l'hypertension artérielle,
des douleurs musculaires ou nerveuses, le manque de sommeil, l'épuisement
physique.

C’est notre système de croyance, nos valeurs, notre éducation, nos expériences, qui
nous rendent sensible à tel ou tel stresseur. On parle alors de conditionnement
interne. Il existe aussi des facteurs externes qui agissent sur nos réactions au
stress : l’alimentation, le climat, l’organisation du travail.

Qu’ils soient internes ou externes, Le stress est un ensemble de réactions qui vont
toucher 5 domaines différents :

1. STRUCTUREL OU PHYSIOLOGIQUE /PHYSIQUE

- Stress musculaire et osseux


- Traumatisme physique
- Exercice inapproprié
- Exercice insuffisant
- Excès d’exercice
- Mauvaise posture
- Mauvaise adaptation au lieu de travail
- Respiration superficielle
- Maux de tête fréquents
- Hypersudation
- Perte d’appétit
- Crampes d’estomac
- Diarrhée
- Maladies fréquentes
- Tachycardie
- Souffle court
- Nausée
- Fatigabilité
- Douleurs musculaires

94
- Noeud dans la gorge

2. ENVIRONNEMENTAL

(Les effets sont subtils, souvent méconnus et cumulatifs)


- Sensibilité aux lumières fluorescentes
- Sensibilité (allergie) à des couleurs spécifiques
- Sensibilité au bruit
- Radiation (nucléaires et autres pollutions électromagnétiques)
- Toxicité des métaux lourds
- Approvisionnement impur en air et eau
- Sprays utilités dans l’agriculture
- Déficiences biochimiques génétiques

3. EMOTIONNEL

- Traumatismes émotionnels passés


- Soucis, angoisses actuelles et futures
- Peurs, phobies,
- Problèmes d’estime de soi,
- Conscience spirituelle, foi religieuse
- Peur de l’échec et/ou du succès
- Programmation du passé
- Peur
- Anxiété
- Irritabilité
- Tristesse
- Colère
- Détachement / hyperémotivité
- Troubles du sommeil
- Désorientation
- Confusion
- Baisse des capacités de jugement (logique)
- Difficulté de concentration
- Ralentissement de la pensée

4. COMPORTEMENTAL

- Sommeil et repos inadéquats


- Abus de drogues et/ou de médicaments
- Terrain familial dysfonctionnel
- Perfectionnisme
- Procrastination (remettre au lendemain)
- Bourreau de travail
- Manque d’organisation personnelle et d’aménagement du temps
- Manifestations de colère
- Difficultés à lâcher prise
- Difficultés à communiquer
- Hyperactivité
- Isolement social
- Baisse de la productivité

95
5. CHIMIQUE

- Ingestion insuffisante d’eau


- Mauvais choix diététiques
- Déficiences nutritionnelles
- Allergies ou intolérances alimentaires et/ou environnementales.

Sur le plan neurologique, des études récentes montrent que le stress crée une
dissociation du cerveau gauche et du cerveau droit qui ne fonctionnent plus
ensemble mais séparément, rendant impossible une vision globale des choses,
l’accès aux sentiments, ou un passage à l’acte. (Blocage).
Dans son document « le jeu de la mort », l’équipe du professeur Jean-Léon
Beauvois montre qu’en situation de stress, une personne normale peut devenir un
tortionnaire.

3- Les mécanismes du stress. Que se passe-t-il quand votre corps se met en «


alerte » ?
(Stade de réaction d’alarme).

- Les récepteurs (vue, ouïe, odorat, toucher, mais aussi récepteurs des
muscles), reçoivent le signal,
- Le cerveau enregistre le danger et envoie des messages d’avertissement le
long des nerfs,
- Les muscles se contractent, prêts à l’action,
- Les battements cardiaques augmentent et les artères se contractent pour
que le sang soit pompé et amené au plus vite à l’endroit où il est le plus
nécessaire : les grands muscles striés,
- Les médiateurs chimiques du cerveau induisent un certain nombre de
changements hormonaux dans le corps, et, les hormones, voyageant dans le
sang vers leurs cibles, renforcent les changements physiques qui ont déjà eu
lieu,
- L’ouïe devient plus sensible,
- La peau devient pâle car le sang quitte la surface de la peau pour réduire les
pertes de sang des blessures éventuelles,
- Les mains et les pieds deviennent froids car le sang quitte les extrémités en
faveur des muscles et des organes vitaux,
- Les pupilles se dilatent, permettant une meilleure vision périphérique et une
meilleure vision de nuit,
- Les bronches se dilatent pour permettre un apport maximum d’air,
- La respiration se fait plus profonde et plus rapide pour apporter au corps un
surplus d’oxygène,
- La tension artérielle monte, apportant plus de « carburant » et d’oxygène au
cœur, aux muscles et au cerveau,
- Le glucose est déchargé dans le flux sanguin pour fournir de l’énergie au
cœur et aux muscles,
- Le système digestif se met en attente pour que le sang puisse aller vers les
muscles et le cœur,
- La peau transpire pour refroidir la couche sous-jacente, les muscles
surchauffés,
- Le mécanisme de coagulation sanguine se prépare aux blessures possibles,
- Le nombre de globules blancs sanguins augmente en vue de combattre une
infection éventuelle,

96
- Le nombre de globules blancs sanguins augmente en vue de combattre une
infection éventuelle,
- Le nombre de globules rouges augmente pour accroître la capacité du sang à
transporter l’oxygène,
- Du cholestérol est libéré dans le sang, principalement à partir du foie, pour
fournir un carburant « longue distance » destiné à prendre la relève aux
endroits où le glucose est parti pour apporter de l’énergie aux muscles,
- Les hormones thyroïdiennes, libérées dans le sang, accélèrent le
métabolisme corporel pour brûler le carburant plus vite et ainsi fournir de
l’énergie supplémentaire,
- La cortisone, libérée par les surrénales, protège contre les réactions
d’allergie,
- Les endorphines, substances anesthésiantes puissantes, sont libérées dans
le sang à partir de l’hypothalamus pour que la douleur soit bloquée pendant
l’urgence.

Ces lignes sont un résumé des connaissances actuelles sur ce qui se passe
automatiquement, en quelques secondes, chaque fois que votre corps est mis en
alerte, le stress induit 3 effets possibles : la fuite, la lutte, la stupeur.

Si vous êtes impliqué(e) dans un accident de voiture ou dans une bagarre, ces
mécanismes augmentent fortement vos chances de survie, mais si vous avez un
conflit avec votre patron ou avec votre épouse, c’est exactement le contraire. Le
stress modifie, altère nos capacités émotionnelles, de réflexion, de communication.
Il induit aussi un changement de comportement : on est moins productif, on
compense, la relation avec soi se détériore, on se sent moins… ou plus… on n’a
plus de recul, on exagère les conséquences possibles, on perd le sens de la réalité.

97
C) L’INSTALLATION DES BLESSURES INTERIEURES ET SES
CONSEQUENCES.

Une blessure intérieure est provoquée par plusieurs causes dont les plus courantes
sont exposées tout au long de cet enseignement. Le mécanisme de l’installation des
blessures intérieures se déroule comme suit :

Une mauvaise nouvelle par exemple, éveille dans l’homme une émotion qui crée à
son tour un choc psychologique, un traumatisme (accident) psychique. Si cette
émotion perdure, le sentiment qui s’en découle débouche sur l’état de frustration.

A ce niveau, si, par manque de foi en la bienveillance de Dieu qui est le maître de
temps et de circonstance et qui permet toutes choses pour notre bien (Dan 2 :21 ;
Rom 8 :28), si donc l’homme refuse d’accepter par la foi l’événement qui lui arrive,
il ressent en lui (Ps 31 :28) un manque d’amour auquel il a droit de manière
légitime, et il est alors blessé dans son être intérieur.

Tout le problème réside donc dans le refus d’accepter par la foi le problème qui
nous arrive.

Par la suite l’angoisse s’installe dans l’homme (Psaumes 31 :8) et elle déséquilibre
son organisme qui déploie dès lors toutes ses énergies pour lutter contre l’agression
(l’angoisse) dont il est l’objet.

Comme la frustration perdure, l’organisme fatigue et certains de ses organes sont


lésés ; ce qui débouche sur les conséquences suivantes :

 Sur le plan physique :

Apparition des maladies psychosomatiques sous deux formes : d’une part, des
troubles fonctionnels physiologiques sans lésions organiques, et d’autre part, des
troubles comportant des lésions organiques réelles.

 Sur le plan psychique :


- Apparition des troubles de la conscience morale ou désordres de la
conscience, qui donnent à l’homme une tonalité qui sera soit agressive, soit
dépressive ou encore ambitieuse.
- Apparition des maladies mentales : les psychoses et les névroses.

Ces conséquences sont souvent exploitées par les esprits sataniques pour plonger
et maintenir l’homme dans les actions sataniques et dans le péché.

Les blessures intérieures constituent donc des portes d’entrée de l’ennemi dans la
vie de l’homme et il y a donc nécessité de délivrance de l’homme. (1Sam 18 :7-11).

4. LES CAUSES DES BLESSURES INTERIEURES.

98
Les causes des blessures intérieures sont psychiques. Elles peuvent être reparties
en deux groupes :

a) LES CAUSES SPIRITUELLES PROFONDES.


- Les péchés personnels : l’homme est blessé au contact avec le péché (Es.
1 :4-6 ; Ps. 32 : 3-4 ; Ps 38 : 4). Tous les péchés et les pactes de l’occultisme
conscients ou inconscients ont pour conséquence les blessures intérieures,
car le pécheur est éloigné de Dieu et souffre du manque d’amour de Dieu
pour lui.
- Les conséquences des péchés de famille : leur châtiment atteint le pécheur
ainsi que sa progéniture jusqu’à la 4ème génération (Ex. 20 : 5) ; les malheurs
qui atteignent sous forme de châtiment la font souffrir et elle en est
nécessairement blessé.
- Les actions sataniques : la personnalité imprimée par les esprits sataniques
à un homme ont aussi pour conséquence des blessures intérieures dans
l’homme intérieur, car l’esprit satanique qui habite le possédé ne peut
jamais lui communiquer ni l’amour ni la paix (Marc 5 : 1-5).

Les causes spirituelles de blessures intérieures font partie des enseignements sur
l’occultisme. L’homme est guéri de ces blessures lors de sa délivrance après avoir
dénoncé son péché et après y avoir renoncé, afin de permettre à l’amour de Dieu
de remplir son cœur.

Le cadre de cette partie de l’enseignement s’intéresse aux causes de la vie courante.

b) LES CAUSES DE LA VIE COURANTE.


- Les chocs affectifs ;
- Les problèmes matériels ;
- Les persécutons humaines ;
- Les diminutions humaines (maladie, infirmités, accidents, etc.…)

c) EXEMPLES DES CAUSES DE LA VIE COURANTE

Voici ci-après quelques situations que peut vivre une personne dans sa vie et qui
peuvent être causes de ses blessures intérieures ; il s’agit de toutes les situations
qui traumatisent et frustrent l’homme :

1) Période prénatale

Luc 1 : 39-44 : durant la période prénatale, l’enfant est conscient dans le sein
maternel.

- Les dissensions entre parents pendant la grossesse ;


- Rejet ou abandon de la grossesse ;
- Tentative d’avortements non reçus ;
- Les privations, frustrations, angoisses de la maman se répercutant sur le
fœtus dans son sein ;

99
- Les liens des parents : sectarisme, occultisme, liens de dérèglement sexuel :
certains enfants sont même conçus dans le péché comme l’adultère,
l’inceste, le viol, pendant l’état d’ivresse des parents, etc.…) ;
- Les événements socio-historiques ou socio politique pendant la grossesse :
guerres, soulèvements populaires, épidémies, exodes populaires (cas des
événements de la chasse de Baluba dans le Katanga, agression et guerre a
l’est de la RDC).

2) Période post-natale
- Genèse 16 : 3-11 : Ismaël est blessé dès le ventre de sa maman.
- Exode 1 : 22 ; 2 : 1-12 : Moïse blessé dès sa naissance.
- Le rejet ou l’abandon de l’enfant par sa mère ou par son père ou encore la
mort de ses parents ;
- Accouchement compliqué ;
- Hospitalisation du nourrisson (injections, médicaments, opérations
chirurgicales, etc.…)
- Accouchements dans des conditions non hygiéniques (Jésus dans la
crèche) ;
- Rejet du sexe de l’enfant par les parents.

3) Période de l’enfance
- Genèse 16 : 11-12 : à cause des blessures reçues durant la période de
l’enfance, Ismaël manifeste plus tard une réaction anti-sociale contre tous.
- Genèse 21 : 8-21 ; Genèse 25 :18 : ses descendants sont des arabes, ayant
une hostilité congénitale contre les juifs premièrement et contre l’occident
(cas de l’Etat Islamique, Jihadistes, secte Bhoko Aram, terroriste)
- Enfance triste, ballottée d’un foyer à l’autre, d’un orphelinat à un centre de
rééducation (Séparation d’avec les parents) ;
- Enfance sans joie, ni confort (pauvreté), ni sécurité (guerres, violences,
disputes familiales, esclavage, etc…)
- Enfance parsemée de la peur, de l’angoisse, des injures (enfant dit sorcier)
de l’agression physique ou sexuelle, par des violences, viols sexuels par des
inconnus ou des parents, etc…
- Ivrognerie et divorce des parents : déchirement moral des enfants ;
- Polygamie et ses revers sur les enfants.
- Enfant unique de son sexe
- Enfant unique
- Famille avec des enfants de même sexe ;
- Familles monoparentales
- Mort de parents ;
- Déménagement (instabilité, plusieurs mutations)

Ces enfants ont besoin des conditions de vie et d’environnement compensatoires


pour réaliser leur épanouissement. Sinon il y a des conséquences telles que :
enfants de la rue, enfants dits sorciers, enfants qui abusent de la drogue, enfants
soldat, enfants travailleurs.

100
4) Adolescence
- Manque d’encadrement ;
- Conflit avec les parents par manque de compréhension de leur part
relativement à la crise d’adolescence ;
- Déception dues aux premiers amours : avortement, abus, viol, etc.…
- Echecs scolaires et les déceptions académiques dues au manque de moyen
financier ;
- Perte des êtres chers.
- Certains déterminants socio-culturels :
 Mentalité : ensemble de croyances (idées) et d’attitudes
(comportement) collectives dominantes
 Mythes : histoires narrées racontées qui permettent la compréhension
commune des choses er du monde jouant un rôle dans le
comportement des individus ;
 Musique : elle fait vibrer l’âme qui est très sensible à la cadence : elle
peut détendre, affoler, galvaniser la foule ; elle est utilisée pour
provoquer des phénomènes comme des transes extraordinaire et
autres ; elle a des effets négatifs ou positifs sur les individus.
 Medias : ils ont un pouvoir aliénateur sur l’individu, considérer les
effets de la publicité ;
 Habitudes : manières auxquelles la plupart se conforment ;
 Mœurs : habitudes relatives a la pratique du bien et du mal ;
 Religion : domaine dans lequel l’homme vit l’intimité avec l’essence
réelle ou absolu ou Dieu. Ces éléments assurent l’identité culturelle à
l’individu.

5) Age adulte
- Jacob : Genèse 47 : 7-9 : il reconnait qu’il n’a connu que désastre sur
désastre et cela a marqué même son état physiologique ; il a vite vieilli ;
- Poursuite des désastres commencés dans la petite enfance ;
- Célibat prolongé ;
- Rupture des fiançailles ;
- Echec aux études ;
- Chômage prolongé ;
- Echec dans la vie professionnelle, ingratitude du métier exercé : pas de
promotion, pas de salaire, révocation, etc…
- Ménopause ;
- Echec dans le couple : division, séparations, disputes, vie conjugale troublée
par la présence d’une rivale que le mari a prise, adultère, abandon de la
conjointe ou du conjoint, divorce, stérilité, pertes d’enfants, perte de
conjoint, etc… ;
- Accidents, troubles de santé (accidents, longue hospitalisation et
amputation, etc…) prison avec violences physiques et morales, etc… ;
- Occultisme.

6) Vie professionnelle

101
- Manque de ressources humaines et de temps pour réaliser un travail ;
- Incapacité de faire fonctionner l’organisation comme prévu ;
- Politique organisationnelle ;
- Ingérence de la direction ;
- Prévisions irréalistes ;
- Manque de contrôle de la situation
- Changement non désirés dans l’organisation ;
- Manque de soutien de la part des hauts responsables ;
- Employés non motivés
- Manque de reconnaissance ;
- Blâme à chaque problème…
- Travailler sous pression : travailler de longues heures, souvent dans un état
de fatigue intense, notamment pour son superviseur, au-delà de sa limite.
- Conditions de travail dangereuses et peu confortables.

5. ANALYSE DES CONSEQUENCES DES BLESSURES INTERIEURES

Rappelons que trois conséquences possibles peuvent survenir des suites des
blessures intérieures :

- Apparition des maladies (ou états) psychosomatiques ;


- Apparition des troubles de la conscience morale ou désordres de la
conscience ;
- Apparition des maladies mentales : les psychoses et les névroses.

5.1. LES MALADIES PSYCHOSOMATIQUES

Que se passe-t-il dans votre corps lorsque vos stress restent irrésolus ?

Le stress libère des hormones qui doivent ensuite être brûlées. Votre corps n’en
peut plus et se manifestent alors les signes physiques du stress.

« Psychosomatique » :

- Psycho = âme ;
- Soma =corps »

Les blessures intérieures ont pour causes les traumatismes psychiques. L’angoisse
peut provoquer des modifications dans le corps et le psychique ; les atteintes sont
bien réelles et ne relèvent pas de l’imagination. Elles peuvent concerner divers
organes et nécessitent un traitement médical.

On peut considérer le corps comme un intermédiaire, un médiateur entre le moi


psychologique et le milieu extérieur. Il est le point de rencontre des conflits entre
l’un et l’autre.

102
Ces conflits se résolvent parfois de façon symbolique (hystérique de conversion,
hypocondrie, divers troubles d’apparence somatique), mais ce concrétisent souvent
sous-forme des symptômes physiques.

Exemple :

Le choc d’une mauvaise nouvelle peut atteindre les glandes lacrymales et


provoquer des larmes (trouble d’apparence somatique : voir le cas de Pierre qui
pleure après avoir été troublé par le reniement de Jésus : Mat 26 :75).

A supposer que les pleures ne sont pas permises pour une raison ou une autre,
l’émotion peut se concentrer sur un organe : si c’est sur l’estomac, on peut être
atteint d’un mal au ventre, des nausées ou des vomissements et même une ulcère
peptique ou gastrique (symptômes physiques).

1 Samuel 4 :12-21 : Eli à la suite du choc émotionnel reçu de l’échec d’Israël à la


sortie de la guerre. De même, sa belle fille accouche par suite du choc des nouvelle
parvenues de la guerre.

 Définition :

Une maladie psychosomatique est une altération (affectation en mal) de la santé


d’une personne, due à des traumatismes psychiques.

- Jérémie 4 :19 : troublé par la trompette et les cris de guerre, Jérémie sent en
lui des agitations ;
- Jérémie 4 :31 : à l’approche de l’ennemi, sous l’effet de la peur, Israël pousse
des cris comme une femme en travail, une réaction faisant suite au trouble
psychique.

5.1.1. MECANISME D’ACTION DES MALADIES PSYCHOSOMATIQUES.

C’est le centre d’émotion, situé dans l’hypothalamus ; qui suscite dans le corps
plusieurs mécanismes physiologiques, sources de modifications. Les plus
courantes se manifestent

- Dans à circulation sanguine des organes atteints


- Par l’augmentation ou la diminution des sécrétions des glandes endocrines ;
- Dans les changements de tonus ou de tension des divers muscles, striés ou
lisses.

Ordre des événements

Trouble psychologique ou émotionnel

103
5.1.2 CLASSIFICATION DES TROUBLES PSYSHOLOGIQUES

a) TROUBLES DE FONCTIONNELS SANS LÉSONS ORGANIQUES

Une lésion est une perturbation apportée dans la texture des organes, comme par
exemple :

- Une plaie : déchirure des chairs ;


- Une contusion : meurtrissure sans déchirure de la peau ni fracture des os ;
- Une inflammation : chaleur, rougeur, couleur et tuméfaction qui
caractérisent une réaction de défense du corps contre une agression (=
angoisse) ;
- Une tumeur : augmentation de volume d’une partie d’un tissu ou d’un
organe due à une multiplication de cellule, etc.…) et des tumeurs malignes
ou cancers.

Les troubles fonctionnels sans lésions organiques sont les premières à apparaître
dans la maladie, et le médecin ne constante rien d’anormal.

Ils se manifestent de la manière suivante :

 Symptômes gastro-intestinaux au niveau superieure

Nausée, vomissement, digestion difficile, hyperacidité, douleurs d’estomac,


dyspepsie chronique

 Symptôme gastro-intestinaux au niveau inferieur

Diarrhée, constipation, douleur abdominaux diffuses.

 Symptôme géni-urinaires

Envie fréquente d’uriner urétrite non caractérisée, troubles menstruels, problèmes


sexuels (impuissance, éjaculation précoce chez l’homme, frigidité, rapports
douloureux, stérilité chez la femme)

 Systèmes généralisés

104
Bouffée de chaleur, transpiration, insomnies.

 Système précis

Maux de tête provoqués par la tension, douleurs dorsales, crampes, palpitations,


essoufflements passagers hoquets, accès de respiration profonde (hyper
oxygénation).

b) TROUBLES COMPORTANT DES LÉSIONS ORGANIQUES RÉELLES

Ces lésions sont même confirmées par l’examen clinique, les radios ou les analyses
en laboratoire. Elles se manifestent plus tardivement et provoquent aussi des
anomalies physiques.

 Système gastro-intestinaux

Gastrite chronique ulcère gastrique colite ulcéreuse, syndrome d’irritation des


intestins.

 Appareil cardio-vasculaire

Hypertensions, divers atteintes cardiaques, migraines provoquant des spammes


des vaisseaux sanguins dans la tête

 Appareil respiratoire

Asthmes ; rhume de foin.

 Maladies généralisées

Arthrite chronique, obésité, diverses maladies de la peau.

 Maladies spécifiques

Certains troubles de la vésicule biliaire, anomalies de fonctionnement de la


thyroïde et d’autres glandes endocrines, diabète

5.1 .3. QUELQUES TYPES DE PERSONNALITES PSYCHOSOMATIQUES

Il existe des types de personnalités prédisposées aux troubles psychosomatiques.

- Ulcères d’estomac :

105
En sont plus atteintes les personnes très actives ; menant une vie trépident. Etant
très facilement enthousiastes. Qui sont sujettes à des tensions émotives très fortes,
qui sont nerveuses ou tendues, qui ont un esprit de concurrences et un désir de
réussir à tous prix, qui sont anxieuses, surmenées ou qui ont des soucis.

Il y a en ces personnes un conflit interne entre deux tendances : un vague désir


d’être aimé et dorloté, et le désir de se conduire en adulte, et d’être Independent. Ce
confit crée de l’anxiété et un sentiment de culpabilité.

Ce qui a pour conséquence l’augmentation chronique du taux d’adrénaline et de


l’acide dans le suc gastrique qui attaque la muqueuse tapissant l’intérieur de
l’estomac. Tandis que l’augmentation de l’adrénaline réduit l’apport de sang
nécessaire pour une protection efficace.

- Hypertension

Les hypertendus ont une apparence affable, amicale, sereine même, mais cachant
un conflit entre les sentiments d’hostilité et de dépendance vis-à-vis des
supérieures

Les personnes les plus exposées sont donc celles qui ont tendances à refouler
beaucoup d’hostilité et cherchent à maitriser les impulsions agressives au prix d’un
surcroit de tension ou d’anxiété.

- Asthme, rhume de foi

Les personnes souffrant de frustration ou de dépendance exagérées causée par un


trop ou un trop peu d’amour maternel sont les plus exposées. Elles entretiennent
difficilement des relations avec les autres. Ces personnes sont anxieuses,
facilement irritées, manquent de confiance en elle-même, se montre souvent
dépendantes et luttent contre une agressivité contenue.

Les enfants asthmatiques piquent aussi des crises quand la maman est anxieuse
ou quand ils souffrent de manque d’affection.

- Troubles cardiaques

Comme pour les ulcères gastriques les personnes les plus exposées sont celles qui
mènent une vie trépidante, qui sont ambitieuses, qui sont entrainées dans les
compétitions et ont peu de temps de repos. Il en est de même de celles qui sont
atteinte par l’obésité, le tabagisme ou qui suivent un régime alimentaire trop gras.

- Arthrite rhumatismale

Les personnes exposées ont une apparence aimable, sont en général sociables et
préfèrent rendre service aux autres plutôt que d’en demander.

106
Elles ne se plaignent jamais et s’efforcent de ne pas extérioriser leurs sentiments,
refoulant beaucoup d’hostilité et de rancœur surtout envers leurs parents proches
(mère autoritaire, père passif).

Il en est de même personnes ayant souffert de séparation, de divorce, de déception


profonde.

La plupart des personnes sont ainsi exposées à des maladies psychosomatiques,


non seulement dues à l’angoisse, mais ainsi à la façon de vivre et à des tensions
internes.

Seule la paix que seul le Saint-Esprit sait donner et une vie de pardon continuel
permettent de ne pas être exposé.

5.1.4. LES MALADIES PSYCHOSOMATIQUES LES PLUS COURANTES

Voici ci-après quelques exemples courants des maladies psychosomatiques :

A) LES MALADIES DU SYSTEMES NERVEUX

- 1 Sam 28 :15-20 : Peur et perte d’équilibre ;


- Dan 6 :7-19 : Insomnies ;
- Ap 1 : 12-17 : Evanouissement.

Les troubles affectifs provoquent une augmentation de l’adrénaline (réaction de


défense contre l’agression=angoisse) qui provient de la glande surrénale (de rein) et
qui se déverse dans le sang.

Celui-ci acquiert une vitesse élevée et une augmentation imperceptible du


battement cardiaque.

Le sang afflue au cerveau en grande quantité et force ce dernier à gonfler, et ce


jusqu’à la limite des dimensions que lui offre la boite crânienne.

Le cerveau se cognant à cette dernière, cela provoque des maux de tête dont les
principaux sont :

Trouble affectif------- augmentation de la production d’adrenaline----


acceleration de la circulation sanguine dans le cerveau----- gonflement du
cerveau (dans un crane rigide, enextensible) ------- augmentation de la pression
interieure----- mal de tete.

a) LES CEPHALES

- Maux de tête :

107
Les maux de tête sont provoqués par le stress à cause de deux changements
physiologiques majeurs : la tension musculaire et la constriction des vaisseaux
sanguins pour forcer le sang vers le cœur et les autres organes vitaux. Chez la
plupart des gens, le mal de tête est une douleur diffuse affectant tout ou partie de
la tête. Cependant, 95 % des maux de tête sont dus soit à des migraines, soit à des
contractions musculaires.

- La migraine :
Les migraines divisent la tête en deux parties dont l’une est douloureuse (les hémi
crâniennes). Les douleurs s’irradient jusqu’à l’œil et s’accompagnent alors parfois
des scintillements, des vomissements et des nausées. Elles s’irradient parfois au
bras ou à la jambe, ou donnent parfois une sensation de poids mort.

Elles peuvent aussi changer de cote ou à la longue se généraliser sur toute la boite
crânienne jusqu’à la moelle épinière et au dos. Quelquefois chaque battement
cardiaque s’accompagne de douleurs lancinantes et souvent aussi des nausées, des
vomissements.

Elles sont généralement précédées d’irritabilité, de mauvaise humeur, de pâleur et


des troubles visuels.

La plupart des migraines se présentent d’un côté de la tête et sont provoquées par
la dilatation des vaisseaux sanguins dans la boîte crânienne, ce qui comprime les
terminaisons nerveuses très sensibles à la douleur. Chez les gens souffrant de
migraines, certains aliments sont réputés être source de problèmes : le chocolat,
l’alcool, les agrumes, le glutamate monosodé (MSG) le vieux fromage, la viande et le
poisson, les avocats, les bananes, les figues, la caféine, et la niacine (vitamine B3).
La plupart de ces aliments contiennent des acides aminés spécifiques qui dilatent
les vaisseaux sanguins. On retrouve chez les personnes souffrant de migraines des
traits de personnalité qui les prédisposent au stress : ils ont tendance à être
perfectionnistes, à se fixer sans cesse des délais, à vouloir plaire, à être incapables
de gérer leurs émotions négatives comme la colère ou la frustration qui sont alors
supprimées.

b) DANS LES MAUX DE TETE DE CONTRACTION MUSCULAIRE,

La tension psychique provoque des douleurs au coup (cervicalgies) qui peuvent


aussi s’étendre jusqu’aux épaules et au dos.

Les muscles du cou, de la tête, de la mâchoire ou des épaules, contractés à l’excès,


(hypertoniques) réduisent l’afflux de sang localement ainsi que dans la tête. Les
muscles hypertoniques sont douloureux et font mal. La baisse d’oxygène et d’autres
nutriments dans le crâne ont pour conséquence les maux de tête.

Le Dr Georges Goodheart, chiropracteur à Détroit a montré que la plupart des


douleurs liées aux muscles étaient dues à la faiblesse du muscle opposé
(phénomène de compensation). Ainsi, la femme enceinte et le monsieur au gros
ventre ont souvent des muscles abdominaux faibles et des douleurs dans le bas du
dos.

De même, la détresse émotionnelle, l’anxiété, la frustration, affaiblissent les


muscles antérieurs de la nuque (sterno-cléido-mastoïdiens) ce qui provoque l’hyper
tonicité des muscles opposés à l’arrière de la nuque.

108
c) INSOMNIE :

C’est la privation, l’absence de sommeil. Elles ont pour conséquence d’imprimer


une humeur dépressive. Les adultes ont besoin de 8 heures de sommeil, les enfants
et les adolescents ont besoin de 9 à 10 heures tandis que les adultes 7 à 8 heures.

Cet état est fréquemment associé au stress et créé par le fait d’avoir trop de choses
en tête et de s’inquiéter pour beaucoup de choses. A l’inverse on trouve dans
l’hypersomnie, une façon de fuir la difficulté de la vie. Certaines insomnies sont
certainement dues à une hyperactivité thyroïdienne. Dans ce cas, la perte de poids
malgré un apport alimentaire constant, les tremblements nerveux et l’épuisement
sont d’autres signes possibles d’une thyroïde « stressée ». Une visite chez le
médecin s’impose alors.

d) LES VERTIGES

Sentiment d’un défaut d’équilibre dans l’espace lorsque l’agression atteint le centre
d’équilibre qui est au cerveau.

B. LES MALADIES DU SYSTÈME RESPIRATOIRE.

a) LE RHUME

C’est l’infammation de la muqueuse nasale. L’emotion a atteint la glande


lacrymale ; celle-ci réagit pour se liberer de l’agression et cela provoque soit des
larmes (on sanglonte suite à l’emotion) ou alors le rhume.

- Mat 26 :75 : Pierre pleure amerement ;


- Jean 11 :33 : Jesus pleura
- 1 Sam 1 :4-8 : Anne pleure sous l’effet de chagrins.

b) LA BRONCHITE CHRONIQUE ET LE DIPSNE

L’emotion ayant atteint les bronches (organes des poumons, celles-ci reagussent
pour se liberer et connaissent une inflammation.

c) ASTHME

Affection caracterisée par des acces de suffocation d,ues aux reactions des
bronches contre l’agression. Les petis canaux permettant à l’air d’entrer dans les
poumons sont resserrés par des spasmes. La respiration devient difficle et cela crée
encore de l’angoisse dans le malade.

d) SYNDROME D’HYPEROXYGENATION

Au cours d’ne crise d’angoisse, le malade respire trop fort à plusieurs reprises sans
s’en rendre conmpte. Il consomme trop d’oxygene dans le sang et elimine trop de
CO2, cela crée un désequilibre chimique.il transpire,il a des vertiges,une
demarches chancelante, des douleurs dans lapoitrine et peut meme s’evanouir.la
perte de connaissance permet de retablir lla respiration normale et l’equilibre.

109
C. LES MALADIES DU SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE.

Ce sont les maladies qui affectent le cœur et les vaisseaux. Le syystme reagit contre
l’agression surtout pour des peprsonnes qui gardent leurs problemes sans vouloir
les partager avec les autres.

a) ANGINE DE POITRINE, THROMBOSE DE L’ARTERE CORONAIRE, INFARCTUS


DE MYOCARDE.

Tous ces noms indiquent les maladies cardiaques. Il s’agit de l’affection du


cœur se manifestant par des crises douloureuses accompagnées d’une
sensation d’angoisse (crise cacrdiaque).

- Angine de poitrine : forte douleur opprossante à travers la poitrine avec


thrombose (formation de caillot).
- Infarctus : lesion du muscle cardiaque.

Quand il y a crise, il y a retrercissement d’un artere ; le stress avec les brusques


variations emotives qui l’accompagnent y contribuent largement.

b) HYPERTENSION ET HYPOTENSION

Tension arterielle superieure ou inferieure à la normale. La tension arterielle est la


reaction des arteres à la pression du sang qu’elle équilibre et qui a donc la même
valeur.

L’anxiété et le stress prolongé tendent, sous l’influence d’un surcroit d’adrenaline et


du système nerveux autonome (visceral), à augmenter le nombre des battements du
cœur ainsi que de son débit, et à faire monter la tension.

La personne souffre de palpitation, des tremblements, de vertiges, d’essouflements,


de mal de tête, etc… Il est vite fatigué et ne peut soutenir un effort physique, il
craint que son cœur n’en souffre, car un stress intensif ou prolongé peut
effectivement atteindre le cœur.

Cela crée un risque de formation de caillot dans l’artere qui alimente le cœur, car la
vitesse de coagulation a été augmentée. L’hypertension peut aussi être due :

- A la maladie des reins ou des glandes surrénales ;


- Au système nerveux qui peut provoquer le retrecissemnt des artères ; le
cœur doit pomper le sang avec plus de force. La tension émotive peut aussi
retrecir les artèeres, comme quand on entre en colèere.

Dans le cas de l’hypotension, la tension est inféreiure à lanormale.

a. Tension artérielle élevée : hypertension. Pendant le cycle du stress, la


tension artérielle augmente pour obliger le sang oxygéné à aller plus vite
vers le cœur, les autres organes vitaux et les grands muscles striés. Si la

110
réaction au stress continue, l’hypertension augmente le risque
d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou de rupture
d’anévrisme.

b. Artériosclérose : il semble que l’hypertension crée de petites déchirures


dans les parois artérielles, et que le cholestérol, mis en circulation
comme carburant supplémentaire, peut alors se déposer sur ces lésions,
provoquant la construction de plaques athéromateuses. A long terme,
ces plaques de cholestérol mènent au durcissement des artères et
peuvent finalement provoquer des infarctus et des thromboses. Le Dr
Peter Hanson, dans son livre The Joy of Stress, mentionne que le taux
de cholestérol peut augmenter de 40 % en quelques secondes sous l’effet
de la peur !

D) MALADIES DU SYSTÈME DISGESTIF

Les troubles internes affectant souvent les personnes tres émotives, très
ambitieuses, actives et entreprenantes dans leur vie. Leur hypercativité les soumet
à une tention.

- Jer 4 :19 : douleurs au ventre (dans les enrailles)


- Dan 6 :7-19 : manque d’appetit ;
- Es 13 :1-8 : spasmes (crampes absoinales et douleurs).

a) LES NAUSEES ET VOMISSEMENTS

La bouche et les entrailles ne supportent aucun repas.

b) ANOREXIE

C’est la perte de l’appetit. L’anorexie et les nausées peuvent faire penser à un état
de grossesse ou à une verminose et même provoquer un état d’amaigrissement.

- 1 Sam 1 :4-8 : Anne est mortifiée et manque même de l’appetit.

c) LA GASTRITE

C’est l’inflammation de la membranne de l’estomac due à l’élevation du taux


d’acidité de l’estomac voulant reagir contre l’agression.

Elle se manifeste par des sensations de chaleur et des douleurs au ventre qui
donnent parfois l’impression d’un mal de cœur.

d) ULCERE GASTRIQUE

C’est une plaie dans la muqueuse de l’estomac. Une élévation à long terme de la
cortisone réduit fortement la résistance de l’estomac à l’égard de sa propre acidité,
ce qui conduit aux ulcères gastriques. Les ulcères duodénaux peuvent se
développer dans la première partie de l’intestin grêle, et la colite dans le côlon.
e) COLIQUES ABDOMINAUX
Douleurs abdominales dues aux crampes dans le gros intestin ou dans les
viscèresen général.

111
f) DIARRHEES CHRONIQUES SANGLANTES

Selles liquides et fréquentes accompagnées de sang et pouvant même causer


la mort. Cette diarhée est differentes causées par le vermonose, la cholera ou
une unfection ou virus.

g) CONSTIPATION CHRONIQUE
Difficulté ou impossibilité d’aller à la selle.

h) OBESITE
Excès d’embonpoint par surcharge graisseuse du tissu sous cutané.
L’obseisité peut etre provoquée par le fait que la personne consome beaucoup de
nourriture, car la carence affective lui font rouve dans la nourriture un succédané
de l’amour ou de l’affcetion dont il a besoin.

De même, letube disgestif peut reagir en augmentant lavistesse d’assimilation


disgestive, ce qui accentue aussi lebesoin fréquent de manger et crée l’obésité.

De même, si l’agression a etteint l’hypothalamus (appareil cervical qui règle toutes


les focntions organiques), certaines graisses ne sont pas bien controlées dans le
corps et sont à la base de l’obesité.

D’autres causes d’obesité sont : le regime alimentaire trop riche en clories et


graisses, manque d’exercice, trouble hormonal ou de métabolisme.

i) COLITE
Les colites muqueuses et ulcereuses sont dues aux problèmes qffectifs : hostilité,
rancœur, sentiment de culpabilité ou après quelques jours et quelques semaines de
stress (deuil, divorce, deception sentimentale, echec dans les affaires, faillite,
menaces de maladies graves). La personne souffre de sentiments d’insnecurité, de
confiance en soi.

E. MALADIES DU SYSTÈME CUTANE

- Allergies et affections cutanées :

Le stress, induisant des taux élevés de cortisone, réduit la fonction thymique et


donc supprime votre immunité corporelle.

Ce sont des maladies de la peau, lorsque celle-ci réagit contre l’agression :


boutons ; les czémas, psoriasis, prurit, etc…

Le manque d’amour maternel ou paternel crée parfois des états fiévreux chez les
enfants.

Le nombre d’aliments et de facteurs environnementaux auxquels vous réagirez de


manière allergique augmentera proportionnellement. Plus l’immunité baisse, plus
on fait d’allergies.

Un des groupes vitaminiques majeurs qui devient déficient suite au stress est le
groupe B (B2, B5, B6, B12, PABA et bionine). Cette carence peut causer de
l’eczéma ou des dermatoses, de l’urticaire et de l’asthme chez l’enfant. La plupart
des troubles peuvent être corrigés par l’apport vitaminique adéquat. (Levure de

112
bière, germe de blé, foie). Tous les troubles allergiques ont été traités avec un
succès temporaire par l’ACTH et la cortisone, suggérant ainsi que la déficience en
ces hormones serait due à un épuisement surrénalien, conduisant aux allergies.
Adelle Davis a mis l’accent sur le fait que la cortisone ne peut pas être produite
sans acide pantothénique, donc que la déficience induite par le stress en acide
pantothénique (B5), pourrait accélérer l’épuisement surrénalien et engendrer de
nombreuses allergies.

- Dan. 7 :1-3, 15, 28 : angoisse et pâleur


- Jer 30 :5-6 : la peau du visage devient pâle et la mine est défaite ;
- Dan 5 :1-9 : Le Roi voit, il est troublé dans ses pensées et son
vosage change de couleur (il pâlit)
- Dan 10 :4-8 : pâlissement et visage livide ;
- Es 13 :1-8 : visage brûlants.

F. LES MALADIES DU SYSTÈME LOCOMOTEUR

- Dan 5 :1-9 : les genoux du Roi s’entrechoquent ;


- Jer 50 : 41-43 : affaissement des mains ;
- 1 Sam 28 :4-12 : peur et trembelement

Le système locomoteur est celui qui assure les deplacements et les mouveemnts en
faisant usage des jambes et des bras peut aussi réagir :

a) LE RHUMATISME OU ARTHITE RHUMATISMALE


Fluxion douloureuse des articulations, des uscles, des viscères, etc…L’arthrite
rhumatismale peut être declenchée ou aggravée souvent par le stress émotionnel.
Elle peut être aussi héreditaire.

b) GOUTTE

Inflammation articulaire très douloureuse siegeant le plus souvent au gros orteil.

G. LES MALADIES DU SYSTÈME URO-GENITAL OU GENITO-URINAIRE.

Le système qui comprend l’ensemble des appareils reproducteurs et urinaires peut


aussi réagir contre l’agression.

- Jer 6 :22-24 ; 30 :5-7 ; 49 :24 : Couleurs dans les reins et au bas-ventre


comme pour une femme qui accouche ;
- Dan 5 :1-9 : suite aux troubles dans les pensées du roi, les reins se
relâchent ;
- Es 21 :24 : douleurs aux reins, au bas-ventre, crampes, tremblments ;
- Jer 50 :41-43 : douleurs au bas-ventre.

a) POUR LE REIN.

113
4- Le stress et le corps. Le stress libère des hormones qui doivent ensuite être
brûlées

Que se passe-t-il lorsque vos stress restent irrésolus ?

Votre corps n’en peut plus et se manifestent alors les signes physiques du stress.

e) Infections, maladies, cancer : le stress chronique a de nombreux effets sur


le système immunitaire. Les taux élevés de cortisone provoquent le
ratatinement des ganglions lymphatiques, et le thymus, (situé derrière la
partie supérieure du sternum) peut se réduire de 50 % en taille et en poids, en
l’espace de 24 h seulement. Le thymus est la glande principale du système de
défense du corps et, s’il ne fait pas son travail, on voit augmenter fortement le
risque de grippe, d’infections et même de cancer. (Lire le livre de JL Servan
Schreiber : Cancer)

f) Diabète : Le glucose déversé dans le sang a besoin d’insuline pour libérer son
énergie. L’insuline vient du pancréas. Le stress chronique met donc des
exigences excessives sur le pancréas, aggravant tout état diabétique. Chez les
non diabétiques, si le pancréas ne peut plus produire suffisamment
d’insuline, le taux sanguin de glucose peut augmenter et conduire au diabète.

6-Autres symptômes physiques de stress (Voir plus loin le test «VOTRE


CAPITAL VIE »
- Epuisement physique (voir plus loin : le burn out),
- Changement d’appétit,
- Perte ou gain de poids,
- Nausées,
- Problèmes sexuels,
- Constipation,
- Problèmes de peau,
- Problèmes de cheveux.

7-Le stress et le mental. Quand votre mental n’en peut plus : les signes
émotionnels de stress.

La « déprime » (à ne pas confondre avec la dépression nerveuse qui est une


maladie à part entière).
La personne peut craquer, submergée par les évènements, les émotions sur
lesquels elle ne semble pouvoir avoir aucun contrôle. Tout semble désespérant.

L’apathie : Plus rien n’intéresse, ni n’excite. La personne adopte une attitude de


vie du genre « qui fait attention à moi ? » « Bof » Les hobbies et les détentes
n’apportent plus de plaisir.

L’épuisement mental : fatigue. Tout devient un effort. Il est difficile de se lever le


matin et de faire face à la journée. Se concentrer est difficile. Rencontrer des gens
et interagir avec eux est devenu trop douloureux.

114
La pauvre estime de soi : La personne stressée commence à douter de ses propres
possibilités à gérer le travail, les relations, la vie elle-même. Elle se sent nulle,
bonne à rien.

L’anxiété : Nervosité, fébrilité, agitation, insécurité.

L’irritabilité : la personne stressée devient hypersensible, vite sur la défensive, ou


« sortant de ses gonds », facilement provocante, querelleuse, contestataire et
souvent hurlant beaucoup. Elle devient malade pour des choses banales.

Le déni : La personne n’est plus réaliste, elle nie les problèmes, ignore les
symptômes, travaille trop.

L’accablement : Devant tant de choses à faire, la personne est paralysée


émotionnellement et ne sait pas par où commencer. Il y a une perte de vue de
l’ensemble de la situation et de hiérarchisation des priorités.

8-Le stress et les comportements. Quand l’énergie ne suit plus, les


comportements subissent des changements dus au stress.

L’absentéisme ou des retards fréquents. La personne stressée a de plus en plus


de mal à démarrer le matin, les heures de table et de pauses s’allongent, le temps
réellement consacré au travail diminue sensiblement.

La perte de productivité. L’énergie consacrée à lutter contre le stress est telle que
la qualité ou la quantité du travail s’en ressent.
La propension aux accidents. Quand on devient de plus en plus épuisé,
physiquement et émotionnellement, les risques de se heurter aux choses, de
tomber ou d’avoir un accident augmentent parce que l’attention est déficiente.

Quand on est ainsi submergé, la majorité du sang envoyé aux muscles striés pour
la réponse de « fuite » ou de « lutte » a été ramenée dans la zone abdominale
pour que le foie et les reins puissent détruire certaines des hormones de stress.
Moins de sang dans les grands muscles des bras et des jambes implique moins de
force et donc plus de chances d’accident. (La plupart des accidents survenus sur
les lieux de travail sont provoqués par des personnes qui sautent le petit déjeuner).

Les bourreaux de travail. Comme l’efficacité diminue, certaines personnes


travaillent plus longtemps, croyant qu’elles accompliront plus de choses. En réalité,
elles engendrent alors encore plus de stress.

Le retrait. La personne stressée évite la compagnie, rentre en elle-même, évite le


travail, fait le strict minimum requis et le fait mal. Elle se le reproche souvent, ce
qui renforce le mécanisme.

Les changements d’habitudes alimentaires. La personne stressée peut se mettre


à manger comme un cochon, pour se réconforter. La nourriture sera sucrée, salée,
grasse ou riche, on aura plus tendance à consommer des aliments très raffinés,
facteurs d’hypoglycémie. Les excès alimentaires engendrent une prise de poids qui
engendre une baisse de l’envie d’exercice et une baisse de l’estime de soi. D’autres
peuvent se comporter inversement et se sous-alimenter. (Pas le temps, estomac
serré…) La sous-alimentation entraîne de la fatigue, une moindre résistance à la
maladie et à une malnutrition générale.

115
9-L’augmentation de la consommation de caféine et d’alcool

Le café est un tonique cardiaque. Sa consommation donne l’impression d’être


plus en forme, plus tonique. L’abus de caféine produit des palpitations, des
insomnies.

L’alcool. Boire un pot, cela peut détendre, mais si vous ne pouvez pas vous
détendre sans boire un verre, alors, vous avez un problème avec l’alcool.
L’alcoolisme est un fléau qui ne se montre pas toujours à visage découvert mais
dont les conséquences sont dramatiques pour la personne, son entourage et sa vie.

L’augmentation de la consommation tabagique


La nicotine provoque la libération d’adrénaline dans le sang. Le fumeur fume pour
se sentir plus « stimulé ». Il augmente ainsi son stress immédiat et réduit
sensiblement son espérance de vie et celle de ceux qui vivent avec lui.

L’augmentation de la consommation de médicaments


La France est le premier consommateur de médicaments psychotropes au monde. Il
existe des « stimulants », des « calmants », des « tranquillisants »,des « pour
dormir », pour « être moins dépressif ». Même s’ils peuvent aider la personne à
traverser une période de vie difficile, ils ne soignent rien, ne guérissent pas le
stress. Seule, la suppression des causes à l’origine du stress, (s’il est possible d’agir
dessus), ou un travail de deuil sur ce qui ne peut être changé (deuil, traumatisme)
parviendront à procurer un mieux être.

Les problèmes sexuels. Les effets du stress sur la libido sont connus. Nombreux
sont les cadres qui racontent retrouver une libido satisfaisante uniquement
pendant la période des vacances ! Le burnout

Le syndrome d’épuisement professionnel est une maladie caractérisée par un


ensemble de signes, de symptômes et de modifications du comportement en milieu
professionnel. Le diagnostic de cet état de fatigue classe cette maladie dans la
catégorie des risques psychosociaux professionnels et comme étant consécutive à
l’exposition à un stress permanent et prolongé. Ce syndrome est nommé burn out
syndrome chez les anglophones, d’où l’expression de burnout[n 1], et Karōshi
(littéralement : « mort par excès de travail ») au Japon.

En 1969, le docteur Loretta Bradley est la première à désigner un stress particulier


lié au travail sous le terme de burnout. Ce terme est repris en 1974 par le
psychanalyste Herbert J. Freudenberger puis par la psychologue Christina Maslach
en 1976 dans leurs études des manifestations d’usure professionnelle. « En tant
que psychanalyste et praticien, je me suis rendu compte que les gens sont parfois
victimes d’incendie, tout comme les immeubles. Sous la tension produite par la vie
dans notre monde complexe leurs ressources internes en viennent à se consumer
comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur,
même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte. » — Herbert J.
Freudenberger [1]

Pour ces premiers observateurs, le syndrome d’épuisement professionnel vise


principalement les personnes dont l’activité professionnelle implique un
engagement relationnel important comme les travailleurs sociaux, les professions
médicales et les enseignants.

116
L’étude de ces catégories professionnelles a conduit ces chercheurs à considérer les
confrontations répétées à la douleur ou à l’échec comme des causes déterminantes
dans les cas de manifestation de ce syndrome d’épuisement professionnel. Il est, à
l’époque des premières observations, conçu comme un syndrome psychologique
spécifique aux professions « aidantes ».

Cette notion a prévalu quelque temps et a marqué durablement la


conceptualisation du phénomène et l’orientation des premiers travaux de
recherche. Mais les connaissances accumulées depuis ces premières observations
ont conduit à étendre les risques de manifestations d’un syndrome d’épuisement
professionnel à l’ensemble des individus au travail, quelle que soit leur activité. Les
personnes engagées dans des métiers d’aide, de soin, le militantisme, sont
particulièrement prédisposés au burnout.

Ce qui provoque le « burnout » :


· La négligence du repos adéquat, de l’exercice et du régime,
· Le manque d’humour et de détente pour couper de l’activité professionnelle,
· Le temps de vacances inadéquat,
· La perte du sens ou du défi,
· L’allongement du temps de travail,
· Donner plus qu’on ne reçoit, (la personne ne peut recevoir),
· L’idéalisme, le perfectionnisme.

Les caractéristiques du burnout


On retrouve les symptômes du stress évoqués plus haut avec :

Un niveau accru de fatigue, une résistance moindre aux infections, le changement


des habitudes de sommeil, le changement d’appétit, l’augmentation des maux de
dos ou de tête, le manque de repos et de mauvais repas.

Un sentiment d’échec, de frustration, d’ennui, de futilité, d’écrasement, d’apathie,


de perte de contrôle, de dépression, de découragement, d’inutilité, de malaise. Il
existe aussi le sentiment d’être maltraité, persécuté, de la paranoïa.

L’activité : La personne en burnout est très active mais accomplit de moins en


moins. Elle annule ses vacances ou ses moments de détente parce que «le travail ne
se fera pas sans elle ».
Les gens : Se sent de plus en plus déçue par les gens, de plus en plus cynique et
dure. Elle se détache progressivement, se retire des relations enrichissantes, se
replie sur elle-même.

Les difficultés de concentration sont de plus en plus fréquentes avec une


incapacité à prendre des décisions. L’attention peut être insuffisante.

L’humeur. La personne devient irritable, impatiente, colérique et hypersensible au


moindre revers de situation ? (« Démarre au quart de tour »). Elle est négative, ne
percevant plus les aspects positifs d’une situation ou de sa vie.

La baisse de l’estime de soi commence à être préoccupante. La personne n’a plus


confiance en soi, en la vie. Elle commence à contester les valeurs et le sens de la
vie.

3- Comment gérer le stress

117
Les stratégies de gestion du stress sont nombreuses. Certaines sont tournées vers
la source du stress, d‘autre vers l’individu. Il est important de découvrir lesquelles
nous semblent les plus appropriées à la situation qui nous stress mais aussi
lesquelles nous correspondent le plus. Voici une liste non exhaustive de stratégies
de gestion du stress ; essayez en quelques-uns et découvrez celles qui vous
conviennent le mieux.

1. Stratégies tournées vers la source de stress

Bien qu’il soit impossible d’éliminer toutes les sources de stress de notre
environnement, nous pouvons travailler à les diminuer, à se construire un
environnement le plus paisible possible. Les stratégies de gestion du stress
tournées vers la source sont des stratégies de résolution de problème.
La première étape consiste à identifier nos sources fréquentes de stress. Si tous les
matins je suis en retard pour aller travailler et que tous les matins je stress parce
que je suis en retard il est temps que je fasse quelque chose pour régler le
problème.
Une fois la source du stress identifiée, se poser la question suivant : Est-ce que ce
problème dépend de moi ? Est-ce que j’ai le pouvoir de changer les choses ?
Si la réponse est oui, je peux changer les choses alors je procède aux étapes
suivantes :
1) La restitution du problème dans son contexte
2) Identifier les problèmes spécifiques :
3) Identifier les ressources internes et extérieures dont j’ai besoin pour faire face au
problème
4) Développer des réponses actives aux problèmes
5) Rechercher et analyser des solutions alternatives

Si la réponse est non, il faut que je trouve des stratégies qui vont me permettre de
vivre avec cela, d’accepter. Je choisis de vivre avec cette contrainte et trouver le
moyen que cela ne soit plus aussi difficile pour moi à supporter. Et pour cela les
stratégies suivantes peuvent être utiles.
Souvent, la plus grande difficulté se trouve dans le fait d’identifier notre pouvoir
sur une situation difficile que nous vivons. Nous préférons croire que la clé du
problème est détenue par les autres, ce qui augmente notre souffrance et notre
stress. Plus je contrôle une situation moins elle est source
de stress. Et le contrôle est une histoire de prise de contrôle.

2. Stratégies tournées vers le physique

Notre corps est très sollicité en période de stress. Il se met en état de mobilisation
générale pour nous permettre de faire face à la situation. Pour cette raison, il a
besoin qu’on lui apporte le nécessaire et que l’on évite certaines substances.
Nous avons besoin :
- De repas réguliers et équilibrés (apports en vitamines).
- De repos et de sommeil suffisant
- D’exercice physique (sport, marche, natation, danse …)
- D’exercice de relaxation musculaire

Il faut éviter :
- De trop manger
- De consommer beaucoup de sucre, de caféine, d’alcool, de cigarette

118
3. Stratégies tournées vers les émotions

Les émotions sont un élément important du fonctionnement humain. Elles sont là


pour aider le corps à faire face et nous dire quelque chose de la situation que nous
traversons. Nous devons donc apprendre à les accepter et ne pas essayer de les
réprimer coute que coute. Les stratégies de gestion du stress tournées vers les
émotions sont des stratégies qui nous permettent de ne pas nous laisser déborder
par les émotions. Il faut penser à :
1) S’autoriser à ressentir ce que l’on ressent car l’émotion est une chose naturelle et
toujours appropriée.
2) Parler, partager ses pensées et ses émotions avec sa famille, ses amies, son
partenaire, une personne de confiance.
3) Tenir un journal, écrire une lettre, un mail ou tout simplement écrire sur une
feuille que l’on peut après déchirer et jeter.
4) S’autoriser à pleurer lorsqu’on en ressent le besoin. Lorsque nous pleurons nous
libérons dans le sang une hormone qui nous aide à nous sentir mieux.
5) Sourire et rire sont de bon moyen pour lutter contre le stress. Regarder un film
qui nous fait rire, lire un texte amusant, partager des moments de rire avec des
amis.

4. Stratégies tournées vers la pensée

La pensée est souvent ressentie comme la partie la plus difficile lorsqu’on fait face à
un événement stressant ou traumatisant. Sentir que l’on n’a pas le contrôle de son
esprit ; être parasité par des pensées dont on ne veut pas ; Avoir envie d’oublier et
ne pas pouvoir. Cela nous prend beaucoup d’énergie et nous laisse souvent
désemparé.
1) nos pensées sont souvent connectées à nos émotions et une bonne stratégie de
gestion des émotions peut aider à diminuer les pensées négatives
2) Faire preuve d’indulgence envers soi et envers les autres peut aussi aider car
souvent en situation de stress nos pensées sont sous forme d’auto accusation ou
d’accusation des autres. On cherche un responsable. Se rappeler que l’on n’est pas
parfait et qu’on a aussi droit à des erreurs.
3) Les exercices de visualisation sont un bon moyen de contrôle de la pensée.

5. Stratégies tournées vers le comportement

Il s’agit de pratiquer des activités que nous aimons


De ne pas s’isoler et d’avoir une vie sociale satisfaisante, passer du temps avec les
gens qu’on aime.
Il s’agit aussi de se construire une vie équilibrée et savoir s’arrêter pour souffler.
On ne vit pas pour travailler, on travaille pour vivre. Il est utile d’apprendre à
prioriser ses taches lorsque l’on se sent dépassé par exemple ; ou apprendre à
déléguer.

6. Stratégies tournées vers la spiritualité

Nos croyances, nos valeurs peuvent nous être très utiles lorsque nous avons à faire
face à des moments difficiles. Certains trouvent du réconfort dans la prière,
d’autres dans leurs valeurs ou idéaux.

119
Il s’agit de toute pensée, croyance, valeur qui nous permet d’augmenter notre
capital ESPOIR ou OPTIMISME

Comment peut-on éviter, surmonter ou être délivré d'un état de stress,


lorsque nous sommes chrétiens ?

D'abord prévenir le stress, anticiper. Vous connaissez le proverbe : mieux vaut


prévenir que guérir.

Il y a des natures optimistes et d'autres pessimistes. Déjà il faut se connaître et si


nous avons tendance à l'anxiété, s'efforcer d'anticiper et de prévenir le stress en
construisant ce que j'appellerai un bunker, une forteresse, un abri, comme le dit
le psalmiste. Donc la meilleure solution est encore spirituelle :

. Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants


de délivrance. Ps. 32:7

. Je dis à l'Eternel : mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie. Lire
Psaume 91

. Car tu es pour moi un refuge, Une tour forte, en face de l’ennemi. Psaumes 61:3

. Le nom de l’Eternel est une tour forte; Le juste s’y réfugie, et se trouve en sûreté.
Proverbes 18:10

Adoptons les bonnes attitudes :

Tu seras affermie par la justice; Bannis l’inquiétude, car tu n’as rien à craindre, Et
la frayeur, car elle n’approchera pas de toi. Esaïe 54:14

Etre affermi par la justice, c'est veiller sur ses voies pratiquant ce qui est agréable
à Dieu et s'éloignant du mal.

Si, en effet, quelqu’un veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu’il préserve sa
langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses ;
Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, Qu’il recherche la paix et la poursuive ;
Car le Seigneur a les yeux sur les justes Et les oreilles ouvertes à leur prière,

Trop souvent nous attendons d'être dans la difficulté pour recourir à Dieu comme
un ultime secours. Certes la Bible nous exhorte à invoquer le Seigneur dans la
détresse, mais n'attendons pas d'être envahis par l'inquiétude et le stress.

. Cultivons quotidiennement notre relation avec Dieu, notre communion dans la


prière, la lecture de sa Parole, la piété, la fidélité aux assemblées, la communion
fraternelle, les œuvres bonnes, le secours envers les autres. Bien des problèmes
surviennent, que nous ne pouvons pas surmonter, parce que nous sommes
négligents dans notre relation avec Dieu.

. Affermissons notre foi dans la Parole de Dieu, les Écritures. Jésus proclamait
constamment : IL EST ECRIT

120
Cependant des jours mauvais peuvent survenir et l'angoisse nous envahir
sournoisement et inconsciemment. Des hommes comme Job, Elie, et David en ont
fait l'expérience. Alors lorsque nous sommes atteints et stressés, apprenons
premièrement que nous avons besoin de soutien, non seulement de la part de
Dieu, ais aussi des frères et sœurs dans la foi, car si le stress nous a atteints,
nous aurons du mal en nous en tirer seuls.

La psychothérapie est un moyen. Mais comme toute science humaine elle a ses
limites. Pour un chrétien, ou pour une personne ouverte à la foi en Dieu, le
secours le plus efficace se trouve auprès du Seigneur.

Surmonter le stress est un combat spirituel.

Aussi il est important de savoir que lorsque nous sommes dans une situation de
stress, nous sommes amoindris spirituellement, psychologiquement et souvent
physiquement et nous n'avons ni la force, ni parfois la volonté de chercher le
Seigneur nous mêmes.

Nous devrons accepter de mener ce combat avec l'aide de chrétiens


spirituels et expérimentés.

Les pasteurs ou anciens des églises sont ou doivent être particulièrement aptes à
aider ceux qui se trouvent dans cette situation. C'est là que ce qu'on appelle "la
relation d 'aide" est particulièrement appropriée.

Des frères et sœurs spirituels et expérimentés dans la prière et l'exhortation


formeront autour de vous un rempart dans l'intercession, et leur prière agira
comme un bélier qui enfonce le mur d'oppression de l'ennemi.

Évitez de vous confier à des personnes sans expérience qui n'ont que leur bonne
volonté. Pour une telle assistance il faut être spirituellement armé. Bien sûr ne
vous confiez pas à des gens eux mêmes stressés ou excessifs dans leurs
jugements.

Trouvez des personnes paisibles, qui ont surmonté leurs propres problèmes, qui
vous écoutent, qui prient avec vous et qui vous donnent les paroles qui
conviennent à la situation.

Ne négligeons pas l'instruction de Dieu : Priez les uns pour les autres ! Souvent
par timidité, ou par gêne de se trouver dans l'épreuve, ou peut-être tout
simplement par amour propre, fausse pudeur ou orgueil, nous n'appelons pas
d'autres compagnons à l'aide.

Et si l’un tombe, l’autre le relève, mais malheur à celui qui est seul et qui vient à
tomber sans avoir personne pour l’aider à se relever. Ecclésiaste 4:10

Je me souviens d'un vieux pasteur qui était assez humble pour demander
l'imposition des mains lorsqu'il venait aux assemblées de l'église. J'ai souvent
répondu à sa requête dans un sentiment d'humilité pour moi-même, car c'était un
homme de Dieu qui avait eu tellement de guérisons et de miracles par son

121
ministère. Mais il reconnaissait son besoin d'aide de la part des autres frères et
sœurs et à chaque fois il repartait fortifié et encouragé.

Il y a des promesses certaines de bénédictions attachées à la prière des uns pour


les autres, ainsi qu'à l'imposition des mais ou l'onction d'huile par les anciens des
églises.

En vérité je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour
demander quoi que ce soit, cela leur sera donné par mon Père qui est dans les
cieux.
Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.
Matthieu 18:19,20

Quelqu’un parmi vous est–il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que
ceux–ci prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi
sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui
sera pardonné.
Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin
que vous soyez guéris. La prière agissante du juste a une grande efficacité.
Jacques 5:14-16

Donc si vous traversez des moments difficiles, n'hésitez pas, appelez à l'aide !

Conseils à ceux qui aident.

Il ne s'agit surtout pas pour ceux qui vont accompagner une personne stressée
d'entrer dans un discours moraliste, d'accusation et de jugement.

Dans une telle situation, il est nécessaire de se pencher avec compassion sur le
blessé du chemin, comme le Samaritain de l'évangile (Luc 10:25-37), car il s'agit
bien de blessés de la vie.

La personne stressée sera amenée et aidée à entreprendre une nouvelle approche


de Dieu. Il ne faut pas seulement prier pour elle, mais l'entraîner à prier avec
vous aussi souvent que possible. Ce n'est pas une affaire d'une prière de quelques
secondes, mais d'une véritable intercession persévérante. Il y a une
reconstruction à faire, à la suite d'une délivrance intérieure de l'angoisse et d'un
état de stress.

Parfois il faudra conduire, avec délicatesse, bonté et douceur, la personne


éprouvée dans un examen de soi, pour renouveler sa communion avec Dieu, peut
être si c'est nécessaire dans une confession sincère et un esprit de repentance.

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin
que vous soyez guéris. La prière agissante du juste a une grande efficacité.
Jacques 5:16

Lorsqu'il y a une situation conflictuelle, le pardon envers certaines personnes est


nécessaire. (Celui qui aide doit user d'un véritable amour emprunt de douceur et
de réelle compassion.)

Il y aura certainement de nouvelles résolutions à prendre vis à vis du Seigneur et


des autres, et les efforts à faire pour les tenir.

122
En cela, seul quelqu'un de spirituel peut aider avec l'assistance du Saint-Esprit,
en s'appuyant sur la Parole de Dieu, proposant à la personne aidée de fonder ses
attentes et sa reconstruction sur les Écritures. Il y a un combat à mener dans ce
domaine car le stress est à la base un sentiment de doute qui perturbe les
pensées.

Conclusion

Si vous vivez cette épreuve, sachez que seul le Seigneur connaît le fond de votre
cœur et la nature du problème. Celui ou celle qui vous accompagne dans cette
démarche et vous même, devrez être conscients que la délivrance viendra de
l'Eternel. Le secours de Dieu, l'Éternel, est assuré à tous ceux qui crient vers lui
dans leur détresse.

123

Vous aimerez peut-être aussi