Vous êtes sur la page 1sur 42

Le Ciment

Origine, composition, Fabrication et caractérisation


I-1 Définitions

•  Le ciment est un liant hydraulique, c’est-à-dire capable de faire prise dans


l’eau.

•  Il se présente en poudre très fine qui, mélangée avec de l’eau, forme une pâte
faisant prise et durcissant progressivement dans le temps.

•  Le durcissement est dû à l’hydratation de certains minéraux composant le


ciment, notamment des silicates et des aluminates de calcium.

•  Le ciment est le constituant de base des bétons et des mortiers. Ce liant


hydraulique permet en effet de coller les grains de sable et les granulats entre
eux.
I-2 Origine et fabrication du ciment

I-1-1 Origine
•  Les  Romains  furent  les  premiers  à  fabriquer  des  liants  hydrauliques  suscep8bles  
de  durcir  sous  l’eau.  

•  Ils   mélangeaient   la   chaux   avec   des   cendres   volcaniques   de   la   région   de  


Pouzzoles.  C’est  de  là  qu’est  venu  le  terme  bien  connu  de  «  pouzzolanique  »,  
qui  se  dit  d’un  matériau  capable,  en  présence  d’eau,  de  fixer  la  chaux.  

•  En   revanche,   ceHe   propriété   d’hydraulicité   du   mélange   ainsi   cons8tué   est  


restée  totalement  inexpliquée  jusqu’aux  travaux  de  Louis  Vicat  qui  élabore  en  
1817  la  théorie  de  l’hydraulicité  et  fait  connaître  le  résultat  de  ses  recherches.  

•  C’est  Louis  Vicat  (1786  -­‐1862)  qui  donna  pour  la  première  fois  en  1817,  dans  
son   mémoire   à   l’Académie   des   Sciences,   des   indica8ons   précises   sur   les  
propor8ons   de   calcaire   et   d’argile   permeHant   de   fabriquer   par   cuisson   du  
«ciment  hydraulique»  
I-3 Processus de fabrication du ciment courant
a-­‐  Prépara8on  de  la  farine    ou  cru  

Ø  Extrac8on  des  ma8ères  premières  à  par8r  des  carrières  à  ciel  ouvert,  situées  à  
proximité  de  la  cimenterie  

Carrière  d’extrac8on  de  calcaire   Carrière  d’extrac8on  d’argile  

Ø  des   échan8llons   doivent   être   prélevés   des   deux   carrières   pour   être   analyser   au  
laboratoire   afin   de   déterminer   la   composi8on   exacte   de   chaque   ma8ère  
première    
Broyeur  de  la  ma:ère  première  

Intérieur  d'un  broyeur  à  boulets  


perme4ant  de  fabriquer  le  cru  
80% de calcaire 20% d’argile

CaCO3 SiO2, Al2O3,


Concassage
Fe2O3,…

Broyage

Mélange et homogénéisation
65% à 75% de CaO
18 à 24 % de SiO2
4 à 8 % de Al2O3
Farine crue 1 à 6 % de Fe2O3
2% de MgO
1% d’Alcalis (NaO, K2O)
1% de Sulfates (SO4)
Four  rota8f  

Une  tour  de  préchauffage    

(holcim)  
•  A  par8r  de  650°C  ,  le  carbonate  de  calcium  du  calcaire  subit  une  décarbonata8on  :  

•  CaCO3  -­‐-­‐-­‐-­‐>  CaO  +  CO2  

•  La   chaleur   sépare   l’argile   en   silice   (SiO2),   en   alumine   (Al2O3)   et   en   oxyde   de   fer  


(Fe2O3).    

•  A  par8r  de  1300°C  les  réac8ons  de  clinkérisa8on  se  produisent:  

Fe2O3  +  Al2O3  +  CaO  –>  Ca4Al2Fe2O10  (alumino-­‐ferrite  tétra-­‐calcique)    

Al2O3  +  CaO  –>  Ca3Al2O6  (aluminate  tricalcique)    

•  Ces  deux  composés  nouvellement  formés  cons8tuent  la  phase  liquide  du  mélange    

•  le  mélange  con8nue  de  progresser  vers  la  par8e  la  plus  chaude  du  four  
•  La  silice  (SiO2)  et  la  chaux  vive  (CaO)  réagissent  entre-­‐elles  :  

SiO2  +  CaO  à  Ca2SiO4  (  silicate  bicalcique)  

•  S’il   reste   de   l’oxyde   de   calcium   (CaO)   qui   n’a   pas   encore   réagi,   la   réac8on   peut   se  
poursuivre:  

Ca2SiO4  +  CaO  –>  Ca3SiO5  (silicate  tricalcique)    

•  A  la  fin  de  la  cuisson,  la  ma8ère  est  brusquement  refroidie.  Elle  se  présente  alors  sous  
forme  de  granules.  Il  s’agit  du  clinker  dont  la  composi8on  est  la  suivante:  

Clinker  
Farine ou cru
Cuisson à 1450°C dans un
four rotatif de grande
longueur (100m)
Réaction entre la chaux CaO et les
Fusion partielle ou Clinkérisation oxydes acides présents dans
l’argile: SiO2, Al2O3 et Fe2O3

Formation des sels anhydres:


silicates, aluminates et
aluminoferrites de calcium

Silicate  tricalcique  SiO2,  3CaO  ou  C3S  

À la fin de Silicate  bi-­‐calcique  SiO2,2CaO  ou  C2S  


la cuisson
Clinker Aluminate  tricalcique  Al2O3,  3CaO  ou  C3A  

Aluminate   ferrique tétra-­‐calcique   Al2O3,  


Grains arrondis de Fe2O3,  4CaO  ou  C4AF  
5 à 30mm de Ø
+
Clinker Gypse <5%
= Régulateur de prise

Broyage dans des broyeurs à boulets

Ciment Portland
Artificiel CPA
II-1 les constituants du ciment courant

•  Laitier granulé des hauts fourneaux

•  Cendres volantes

•  Pouzzolanes naturelles

•  Schistes calcinés

•  Calcaires

•  Fumées de silice

•  Sulfates de calcium
II- Différents types de ciment
Selon que des constituants autres que le gypse soient ajoutés au clinker lors des
opérations de fabrication, on obtient les différents types de ciment, définis par la norme.

  Ces   cons8tuants   présentent   généralement   l’une   ou   plusieurs   des   propriétés  


suivantes:  
•  des  propriétés  hydrauliques,  c’est-­‐à-­‐dire  qu’ils  forment  par  réac8on  avec  l’eau  des  
composés  hydratés  stables  très  peu  solubles  dans  l’eau  ;  (Les  liants  hydrauliques  sont  des  
ma8ères   inorganiques,   finement   broyées,   qui   gâchées   avec   de   l'eau   forment   une   pâte   qui   fait   prise   et  
durcit  dans  le  temps  suite  à  une  réac8on  chimique  d'hydrata8on).  

•  des   propriétés   pouzzolaniques,   c’est-­‐à-­‐dire   qu’ils   ont   la   faculté   de   former   à  


température   ordinaire,   en   présence   d’eau,   par   combinaison   avec   la   chaux,   des  
composés  hydratés,  stables  ;  
•  des   propriétés   physiques   qui   améliorent   certaines   qualités   du   ciment  
(accroissement  de  la  maniabilité  et  de  la  compacité,  diminu8on  du  ressuage...).  
Le laitier granulé des hauts fourneaux (S)
Cendres  volantes  siliceuses  (V)  ou  calciques  (W)  
Pouzzolanes naturelles (Z) ou calcinées (Q)

Pouzzolane naturelle
Gel  de  C-­‐S-­‐H  
La  réac8on  pouzzolanique:         CaO+SiO2+H2O              —>          CSH                
Schistes calcinés (T)

Alternance  de  bancs  de  grès  et  de  schiste   houille  


houiller  
Calcaire : L / LL

Calcaire
Fumées de silice (D)

Sulfate  de  calcium  


II-2. Les différents types du ciment courant
III. Les propriétés du ciment

Le  ciment  se  caractérise  par  un  certain  nombre  de  critères  mesurés  de  façon  
conven8onnelle,  soit  sur  poudre,  soit  sur  pâte,  soit  sur  «  mor8er  normal  »  

III-1. l’hydratation et la prise du ciment

Le ciment Portland contient quatre constituants principaux:

•   Silicate  tricalcique  SiO2,  3CaO  ou  C3S  

•   Silicate  bi-­‐calcique  SiO2,2CaO  ou  C2S  

•   Aluminate  tricalcique  Al2O3,  3CaO  ou  C3A  

•   Aluminate  ferrique tétra-­‐calcique  Al2O3,  Fe2O3,  4CaO  ou  C4AF  


•  L'hydrata8on   du   ciment   commence   dès   le   gâchage,   c'est-­‐à-­‐dire   lorsque   le   ciment  
anhydre  est  mis  en  contact  avec  de  l'eau.  

•  Le  principe  général  de  l'hydrata8on  du  ciment  est  le  suivant  :  


Ø Dissolu8on  des  phases  anhydres  du  clinker  

Ø Obten8on  d'une  solu8on  sursaturée  en  phases  hydratées  

Ø Précipita8on  de  phases  hydratées.  

•  La précipitation des phases hydratées donnent lieu à la formation de microcristaux en


forme d’aiguilles plus ou moins enchevêtrées à l’origine du phénomène dit de « prise »

Portlandite  en  cristaux  héxagonaux  


EHringite  en  
aiguille  
La réaction d’hydratation du ciment se fait en 4 phases successives:

Une phase initiale: au cours de laquelle le silicate tricalcique se dissout superficiellement


pour donner un monosilicate de calcium et l’Ettringite

Une phase dormante: au cours de laquelle la pâte reste fluide, les réactions précédentes se
poursuivent moins rapidement pendant une période de 2 à 3 heures.

Une phase de prise: au cours de laquelle la pâte acquiert une certaine consistance due à
l’interpénétration des cristaux. La fin de prise correspond au moment où la pâte cesse
d’être déformable et se transforme en un matériau rigide.

Une phase de durcissement: qui se développe environ 8 heures après le début de


l’hydratation et qui se poursuit pendant des années à une vitesse de plus en plus lente et
dont le résultat est l’augmentation de la résistance mécanique et de la compacité .
•  La réaction chimique d’hydratation est accompagnée d’un dégagement de chaleur
« réaction exothermique » plus ou moins important selon le type de ciment et la
rapidité de prise.

•  Il faut noter que la quantité d’eau qu’il est nécessaire d’ajouter pour le gâchage
correct du ciment est bien supérieure de celle strictement nécessaire aux seules
réactions chimiques, car il faut distinguer:

Ø  L’eau d’hydratation fixée chimiquement dans les nouveaux constituants


hydratés et qui est nécessaire à leur structure cristalline, son pourcentage étant
en général de l’ordre de 20 à 25% du poids du ciment

Ø  L’eau adsorbée à la surface des grains du ciment

Ø  L’eau libre (dans les fins réseaux capillaires) qui s’élimine plus ou moins par
séchage et qui est nécessaire pour obtenir la plasticité et l’onctuosité
indispensables au gâchage et à la mise en place du béton
III-1. La prise du ciment
La prise du ciment peut être mesurée sur une pâte de ciment de consistance normalisée
selon la norme EN 196-3.

a- principe de l’essai
Cet essai consiste à déterminer le temps du début de prise et de fin de prise d’une pâte de
consistance normalisée d’un ciment au moyen d’un appareil de VICAT.
b- Appareillage

Mémoire
numérique
Batteur en acier
inoxydable

Récipient en acier
inoxydable

Malaxeur
Sonde

Échelle millimétrique
Moule qu’on remplit avec la ¨pâte
de ciment

Plaque de base en verre

Appareil de Vicat

Le moule en caoutchouc
Appareil de Vicat
Sonde pour déterminer la Aiguille pour déterminer le Aiguille et accessoire annulaire pour
consistance normalisée temps de début de prise déterminer le temps de fin de prise
c- Mode opératoire
c-­‐1/  Détermina8on  de  la  consistance  normalisée  
c-­‐2/  Détermina8on  de  temps  de  début  de  prise  

c-­‐3/  Détermina8on  de  temps  de  fin  de  prise  


III-3 La résistance à la compression

Mémoire
numérique
Batteur en acier
inoxydable

Récipient en acier
inoxydable

Malaxeur
4cm
4cm

16cm

Appareil à chocs Moule pour la préparation des


éprouvettes de ciment

Prisme  de  dimension  40  *40  *16mm  


Composi=on  granulométrique  du  sable  de  référence  
CEN  
Malaxer   chaque   gâchée   de   mor8er   mécaniquement   au   moyen   du   malaxeur.   Le  
malaxeur  étant  en  posi8on  de  marche  :  

•  verser  l´eau  dans  le  récipient  et  introduire  le  ciment  ;  

•  meHre   alors   immédiatement   le   malaxeur   en   marche   à   pe8te   vitesse     (   140  


tr.min-­‐1)  et  après  30  s  introduire  régulièrement  tout  le  sable  (pendant  les  30  s  
suivantes).   Lorsqu´il   est   fait   usage   de   frac8ons   de   sable   séparées,   ajouter  
successivement  les  quan8tés  spécifiées  de  chaque  frac8on  en  commençant  par  
la   plus   grosse.   MeHre   le   malaxeur   à   sa   vitesse   la   plus   grande   (285   tr.min-­‐1)   et  
con8nuer  à  mélanger  pendant  30  s  supplémentaires  ;  

•  arrêter   le   malaxeur   pendant   1   min   30   s.   Pendant   les   15   premières   secondes,  


enlever   au   moyen   d´une   racleHe   en   caoutchouc   tout   le   mor8er   adhérant   aux  
parois  et  au  fond  du  récipient  en  le  repoussant  vers  le  milieu  de  celui-­‐ci    

•  reprendre  ensuite  le  malaxage  à  grande  vitesse  pendant  60  s.  

La  durée  des  diverses  périodes  de  malaxage  doit  être  observée  à  ±  1  s  près.  
4cm
4cm

16cm

Appareil à chocs Moule pour la préparation des


éprouvettes de ciment

Prisme  de  dimension  40  *40  *16mm  


Les  prismes  de  ciment    
Dispositif de flexion

Mémoire numérique de la
machine

Machine de l’essai de résistance à


la flexion et à la compression

Dispositif de compression
Essai  de  la  résistance  en  flexion   Essai  de  la  résistance  en  flexion  
La  résistance  à  la  compression  Rc  (en  N/mm2)  est  donnée  par  la  formule  :  

où  :  
Rc  est  la  résistance  à  la  compression,  en  newtons  par  millimètre  carré  ;  
Fc  est  la  charge  maximale  à  la  rupture,  en  newtons  ;  
1   600   =   40   mm*40   mm   est   l´aire   des   plateaux   ou   des   plaques   auxiliaires,   en  
millimètres  carrés.  
la  résistance  à  la  flexion  Rf  (en  N/mm2)  au  moyen  de  la  formule  :  

où  :  
Rf  est  la  résistance  à  la  flexion,  en  newtons  par  millimètre  carré  ;  
b  est  le  côté  de  la  sec8on  carrée  du  prisme,  en  millimètres  ;  
Ff  est  la  charge  appliquée  au  milieu  du  prisme  à  la  rupture,  en  newtons  ;  
I  est  la  distance  entre  les  appuis,  en  millimètres.  
Les ciments courants sont classées en fonction de leurs résistances
mécaniques à la compression exprimées en MPa à 28jours, la norme
spécifiant une limite inférieure et une limite supérieure dont les valeurs sont
les suivantes:

Vous aimerez peut-être aussi