Vous êtes sur la page 1sur 6

Exercice 2

1- la diode de roue libre permet la continuité du courant dans la bobine du relais et évite toute
surtension aux bornes du transistor qui pilote cette bobine.

a- Pour 0 < t < t1 D


K
E  uR (t )  uL (t )
i
D’après la loi d’addition des tentions uR (t )  R  i(t) i
L,r R
E uL
di
uL (t )  L  ri (t )
dt R

di uR
E  R i  L  ri
dt E L di
   i
di R  r R  r dt
E  (R  r)  i  L
dt

On veut vérifier que la solution satisfait à l’équation : i(t )  A  B  et . A, B et λ


sont des constantes que nous allons déterminer.

d
On dérive A  B  e   t ( A  B.e  t )  0   B e  t
dt

di
On remplace dans l’équation différentielle l’expression de i(t ) et de :
dt
E L
 ( B e t )  A  B.e t
Rr Rr
E L
  (  1)B e t  A
Rr Rr

E L
 A et  1  0
Rr Rr
E Rr
 A et 
Rr L

On peut toujours déterminer la constante B par exploitation de condition initiale


E E E
0  Be  0  B  B
Rr Rr Rr
t
E  (Rr)
 i( t )  (1  e L
)
Rr

Pour t > t1 .
L’équation différentielle L’intensité
K D
uR' (t )  uL (t )  0 i
D’après la loi d’addition des tentions uR' (t )  R ' i(t )
E uL L,r R‘
di uR’
uL (t )  L  ri
dt
R
di
R  i  L  ri  0
dt L di
 i  0
di R  r dt
(R  r)  i  L 0
dt
  t
la solution satisfait à l’équation : i(t )  A  B  e . A’, B’ et λ’ sont des
constantes que nous allons déterminer.
d
On dérive A  B   e   t ( A  B  e   t )   B  e   t
dt

di
On remplace dans l’équation différentielle l’expression de i(t ) et de :
dt
L
0 ( B  e  t )  A  B  e  t
R  r
L
 0  (   1) B e  t  A
R  r

L
 A  0 et   1  0
R  r
R  r
 A  0 et  
L

la constante B’ par exploitation de condition initiale t=t1, l’intensité de courant fonction


 E E
continue i(t1)  B  e 1 
 t
(1  e t1 )  B  i(t1)  et1  (1  e t1 )  et1
Rr Rr

E
 i(t)  i(t1 )  e  λ(t t1 )  (1  e   t1 )  e   ( t t1 )
Rr
E
2- d’après la courbe la valeur en régime permanant dans la première phase ip=20mA ; avec i p 
Rr
L
La constante temporelle dans la première phase τ =2ms ; avec  
Rr
L
La constante temporelle dans la première phase τ’ =4ms ; avec   
R  r

i(mA)
20 τ

t(ms)
4 12 τ' 24
 R  r
   ( R   r )   ( R  r )
 R  r
  R     R   r (    )
  R     R
r
  
2  1200  4  500
AN r  200 
42
E
ip   E  ip (R  r)
Rr
AN E  20  10  3 (1200  200 )  28  V
L
   L    (R  r)
Rr
AN L  2  10  3 (1200  200 )  2 ,8 H

3-   th L'énergie dissipée dans le circuit entre deux instants 0 et t1


2
t1 t1 E2  
t

  th  0
( R  r ). i ( t ) 2 .dt  
0
( R  r ).
(r  R )2
1  e


  .dt


t 2t
t1 E2  
  th  0 rR
(1  2 e   e 
) dt
t1
E2  
t
 
2t
 Avec  
L
  th   t  2  e 
 e 
 rR
rR  2 0
  3 
t 2 t1
E2  1
  th  ( t1  2  e   e 
 )
rR 2 2

D’après la courbe t1=12ms et τ=2ms


2 12
32
12
28 2  2 
  th  (12  2  2  e 2  e 2
 )10  3
200  1200 2 2
  th  5  10  3 J  5  mJ

3- méthode 1 calcule directe


t  t1
2 t1 2 t1 2
  th   ( R   r ). i ( t ) .dt   ( R   r ). i ( t1 ) e 
2 2
.dt
t1 t1

t1 t
2 2 t1 2
  th  ( R   r ). i ( t1 ) e 2 
 e 
dt
t1
2 t1
2
t1
   2t

  th  ( R   r ). i ( t1 ) 2 e 
  e 

 2  t1
 
t1 2 t1 4 t1
2 
  th  ( R   r ). i ( t1 ) e 2 
 (e 
e 
)
2

2 t1

  th  ( R   r ). i ( t1 )  (1  e
2 
)
2
t1=6τ > 5τ donc i(t1)=ip=20mA
3 2 12
410 
3 4
  th  ( 500  200 ).( 20 . 10 )  2
(1  e 4
)  5,59  10 J
2
Méthode 2 en l’absence du générateur   th    m  0
Avec  m la variation de l’énergie magnétique
L
  th     m   ( i ( 2 t1 ) 2  i ( t1 ) 2 )
2
i(t )  i(t1 )  e λ(t t1 ) donci(2t1 )  i(t1 )  e λ(2t1 t1 )  i(2t1 )  i(t1 )  e λt1
L
  th     m  i ( t1 ) 2 (1  e  2 λ t1 ) On a L  ( r  R )   
2
Finalement même expression final comme méthode 1
5- Tracer dans la fig
la courbe de u L (t ) ,

pour t > t1.

la loi d’addition des tentions

E  uR (t)  uL (t)  uL (t)  E  uR (t)

ER t
 ( Rr )
 u L (t )  E  (1  e L
)
Rr
t
 ( Rr )
R  r  R  Re L
 u L (t )  E
Rr
t
 ( Rr )
r  Re L
 u L (t )  E
Rr
rE
En régime permanent u L p   r  i p  200  20  10  3  4V
Rr
L’intensité t=0+ de courant est nulle donc la tension est i(0 )  0 , uR (0 )  0

uL (0 )  uL (0 )  E  uL (0 )  E  28V


Pour t > t1. la loi d’addition des tentions

uL(V)
uR (t)  uL (t)  0 28

 uL (t)  uR (t)  R  i(t)


t  t1

 u L (t )   R i (t1 )  e 
4
t(ms)
 u L (t1 )   R i (t1 )  0 2 8 12

u L (t1 )   500  20  10  3   10V

Vous aimerez peut-être aussi