Vous êtes sur la page 1sur 6

UNIVERSITE MOHAMED I

Faculté Des Sciences Année Universitaire 2020/2021


Département De Physique Filière SMP: Mécanique Quantique
Oujda Semestre 5: TD Série No 1

1. Execices1

(a) La représentation matricielle de

1
   
1 2
1   1
|u >= √  1 ; < u| = √ (1 1 0) ; |v >=  − 12 
 
2 0 2 √i
2

|u> 3
(b) |φ >= 2 +i 2 |v >
 √ 
√1 i 3
1 √
 1
  
2
+2
1   i 3  21  1  √ 
|φ >= √  1  +  −2  =  √1 − i 23
 
2

2 2 2 √i 2
0
 q 
2 − 32

(c)
1
− 12 − √i2
   
1 
1   1 1 −i 1  12

|u >< v| = √  1  − √ = √  2 − 12 − √i2 

2 2 2 2 2
0 0 0 0

2. Execices2

 
(a) On a H|ψ1 i = E1 |ψ1 i et H|ψ2 i = E2 |ψ1 i hψ2 |H = E2 hψ2 | tels que E1 6=
E2 , alors on a :
  
 hψ2 |H |ψ1 i = E2 hψ2 |ψ1 i, (1)
hψ2 |H|ψ1 i =  
 hψ2 | H|ψ1 i = E1 hψ2 |ψ1 i, (2).

(1) − (2) =⇒ (E2 − E1 )hψ2 |ψ1 i = 0 =⇒ hψ2 |ψ1 i = 0 2.

(b)

1   1  
< E > = hψ− |H|ψ− i = √ hψ1 | − hψ2 | H √ |ψ1 > −|ψ2 >
2 2
1
= (E1 + E2 )
2

1
L’écart quadratique moyen (∆E)2 =< E 2 > − < E >2 .
1   1  
< E 2 > = hψ− |H 2 |ψ− i = √ hψ1 | − hψ2 | H 2 √ |ψ1 > −|ψ2 >
2 2
1 2 
= E1 + E22
2
1 2
=⇒ (∆E)2 =< E 2 > − < E >2 = E1 − E2
4
(c) H|ϕi >= Ei |ϕi >
3
e−iEi t/h̄ |ϕi >
X
|ψ(t) > =
i=1
1 1
= √ e−iE1 t/h̄ |ψ1 > − √ e−iE2 t/h̄ |ψ2 >
2 2
1 −iE1 t/h̄  
= √ e |ψ1 > −e−i(E2 −E1 )t/h̄ |ψ2 >
2
1  
≡ √ |ψ1 > −eiωt |ψ2 >
2

(d) On a A|ψ1 >= |ψ2 > et A|ψ2 >= |ψ1 >. les valeurs propres λ de l’observable
A sont telles que A|ψ >= λ|ψ >. Le ket |ψ > s’écrit comme
|ψ >= c1 |ψ1 > +c2 |ψ2 >. 
A|ψ >= A c1 |ψ1 > +c2 |ψ2 > = c1 |ψ2 > +c2 |ψ1 >
et
A|ψ >= λ|ψ >= λc1 |ψ1 > +λc2 |ψ2 >=⇒
c1 = λc2 et c2 = λc1 =⇒ λ = ±1
(e) Vecteurs propres de A.
On a λ = ±1 =⇒,
• pour λ = +1 on a c1 = c2 = √12 (condition de normalisation)
 
|ψ+ >= √1 |ψ1 > +|ψ2 >
2
• pour λ = −1 on a c1 = −c2 = √1 (condition de normalisation)
  2
|ψ− >= √1 |ψ1 > −|ψ2 >
2
2
(f) P(a = −1) = < ψ(t)|ψ− >

2
P(-1)= hψ(t)|ψ− >

    2 2
= √12 < ψ1 | − e−iωt < ψ2 | √1 |ψ1 > −|ψ2 > = 14 1 + e−iωt

2
2
= 14 2 cos ωt
2 = cos
2 ωt

2

3. Execices3
a) • [A, BC] = ABC − BCA = ABC − BAC + BAC − BCA = [A, B] C + B [A, C]
• [A, B n ]? pour n = 2, on prend C = B et on obtient
h i
A, B 2 = [A, B] B + B [A, B]

2
pour n = 3, on prend C = B 2 et on obtient
h i h i
A, B 3 = [A, B] B 2 + B A, B 2 = [A, B] B 2 + B [A, B] B + B 2 [A, B]

n−1
X
=⇒ [A, B n ] = B s [A, B] B (n−1)−s (0.1)
s=0
elle est vraie pour n = 1, 2, 3, ..., supposons qu’elle vraie pour n et voyons si elle
esr vraie pour (n + 1) i.e.
h i n
X
A, B n+1 = B s [A, B] B n−s
s=0

h i
A, B n+1 = [A, BB n ] = [A, B] B n + B [A, B n ]
n−1
X n−1
X
= [A, B] B n + B B s [A, B] B (n−1)−s = [A, B] B n + B s+1 [A, B] B n−s
s=0 s=0
s0 =0
n n
0 0 0 0
z }| {
(on pose s0 = s + 1) = [A, B] B n +
X X
B s [A, B] B n−s = B s [A, B] B n−s
s0 =1 s0 =0

donc c’est vraie pour n + 1 et par suite Eq (0.1) est bien l’espression du [A, B n ]
b-i) A = P et B = X

n−1
X
n
[P, X ] = X s [P, X] X (n−1)−s
s=0
n−1
X
= −ih̄ X (n−1) = −ih̄X (n−1) n = [P, X] nX (n−1)
s=0

b-ii) A = P et B = F (X) =
P n
n fn X
" #
X
n
X ∂
[P, F (X)] = P, fn X = fn [P, X n ] = −ih̄fn nX (n−1) = [P, X] F (X)
n n ∂X
b-iii) A = X et B = P
n−1
X n−1
X
[X, P n ] = P s [X, P ] P (n−1)−s = ih̄ P (n−1) = ih̄P (n−1) n = [X, P ] nP (n−1)
s=0 s=0
Pn
P
b-iv) A = X et B = F (P ) = n fn
" #
X X ∂
[X, F (P )] = X, fn P n = fn [X, P n ] = ih̄fn nP (n−1) = [X, P ] F (P )
n n ∂P

Execices4

3
 2  2  2
1. On a < ψ(0)|ψ(0) >= √1 + 1
+ 1
= 1 donc |ψ(0) > est normé.
2 2 2

2. Puisque ω0 , a et b sont des constantes réelles et H, A et B sont symétrique par


rapport à la diagonale alors ces opérateur sont hermétiques

3. H
 est diagonale et possède h̄ω0 et 2h̄ω0 comme valeurs propres avec
 h̄ω0
 non dégénérérée de vecteur propre |u1 >
(
|u2 >
 2h̄ω0 dégénérérée 2 f ois de vecteurs propres

|u3 >
• valeurs propres et vp~ de A

a−λ 0 0

0 −λ a = (a − λ)(λ2 − a2 ) = −(a − λ)2 (λ + a) = 0 =⇒ λ1,2 = ±a


a −λ

0

λ = −a est unevp non


 dégénérée donc il lui correspond un seul vp
~ à déterminer.
c1
Soit | − a >=  c2  ce vp:
~ A| − a >= −a| − a >
 
c3

c1 = 0
     
1 0 0 c1 c1  c1 = −c1 

eiθ
 
a  0 0 1   c2  = −a  c2  =⇒
    
c3 = −c2 =⇒ c3 = √ 2
0 1 0 c3 c3  |c |2 + |c |2 = 1
  eiθ
 c2 = − √

2 3
2

| − a >= √12 (|u2 > −|u3 >)


λ
 = +a est une vp dégénérée 2 fois donc il lui correspond 2 vp
~ à déterminer. Soit
c1
 c2  les composantes de ces vp: ~ A| + a >= a| + a >
 
c3
     
1 0 0 c1 c1 
 c1 = c1
a  0 0 1   c2  = a  c2  =⇒ c3 = c2
    
|c1 | + |c2 |2 + |c3 |2 = 1
2

0 1 0 c3 c3 

on prend c1 = 0, c2 = c3 = √12 =⇒ | + a >= √12 (|u2 > +|u3 >)


si on prend c1 6= 0, et c2 = c3 = 0 =⇒ | + a >= |u1 >.
 recherche des valeurs propres de A nous donne:
La (
 |u1>
 a

dégénérérée 2 f ois de vecteurs propres 
√1 |u2 > +|u3 >
  2
 −a non dégénérérée de vecteur propre √1 |u > −|u >

2 2 3
Donc la base de vp
~ communes à H et A est


 |u1 > pour le couple (h̄ω0 , a)
√1 (|u2 > +|u3 >) pour le couple (−h̄ω0 , a)
2
√1 (|u2 > −|u3 >) pour le couple (−h̄ω0 , −a)


2

4
 couple de valeurs propres de l’ensemble {H, A}
Le

 (h̄ω0 , a) non dégénérérée de vecteur propre |u1> 

(2h̄ω0 , a) non dégénérérée de vecteur propre √12 |u2 > +|u3 >
  
 (2h̄ω , −a) non dégénérérée de vecteur propre √1 |u > −|u >

0 2 2 3
Donc l’ensembel {H, A} constitue un E.C.O.C.

4. • H possède la valeur propre 2h̄ω0 dégénérérée 2 fois donc {H} ne forme pas un
E.C.O.C.
• A possède la valeur propre a dégénérérée 2 fois donc {A} ne forme pas un
E.C.O.C.

(h̄2 ω02 , a)


 non dégénérérée de vecteur propre |u1> 
(4h̄2 ω02 , a)

non dégénérérée de vecteur propre √12 |u2 > +|u3 >
 
 (4h̄2 ω 2 , −a) non dégénérérée de vecteur propre √1 |u > −|u >


0 2 2 3

Donc {H 2 , A} est un E.C.O.C.

5. On mesure, à l’istant t = 0, l’énergie du système.


Les résultats obtenus sont les valeurs propres avec les probablilités suivantes
• la vp h̄ω0 avec une probablilité | < u1 |ψ(0) > |2 = 21
• la vp 2h̄ω0 avec une probablilité | < u2 |ψ(0) > |2 + | < u3 |ψ(0) > |2 = 12
3
• la valeur moyenne < H >= i=1−3 P (ai ).ai =< ψ(0)|H|ψ(0) >= 2 h̄ω0 •
P
(h̄ω0 )2
L’écart quadratique moyen ∆H =< H 2 > − < H >2 = 4

6. On mesure, à l’istant t = 0, A  
• la vp a avec une probablilité | < u1 |ψ(0) > |2 + √12 < u2 |+ < u3 | |ψ(0) > |2 = 1
 
• la vp −a avec une probablilité √12 < u2 |− < u3 | |ψ(0) > |2 = 0
• Le vecteur d’état immédiatement après la mesure est la projection sur l’espace
relatif à la valeur propre
   
|u1 > + √12 |u2 > +|u3 > |u1 > + √12 |u2 > +|u3 >
r = √ = |ψ(0) >
  2 2
|u1 > + √12 |u2 > +|u3 >

7. • Le vecteur d’état |ψ(t) > du système à l’istant t.

e−iEi t/h̄ |ϕi >


X
|ψ(t) > =
i=1−3
e−ih̄ω0 t/h̄ 1 1
= √ |u1 > +e−2ih̄ω0 t/h̄ |u2 > +e−2ih̄ω0 t/h̄ |u3 >
2 2 2
e−iω0 t h e−iω0 t  i
= √ |u1 > + √ |u2 > +|u3 >
2 2

5
1 h e−iω0 t  i
= √ |u1 > + √ |u2 > +|u3 >
2 2
• La valeur moyenne < A > (t) =< ψ(t)|A|ψ(t) >

< ψ(t)|A|ψ(t) >=


1h eiω0 t  i h e−iω0 t  i
< u1 | + √ < u2 |+ < u3 | |A| |u1 > + √ |u2 > +|u3 >
2 2 2
1h eiω0 t  i h e−iω0 t  i
= < u1 | + √ < u2 |+ < u3 | | a|u1 > +a √ |u2 > +|u3 >
2 2 2
1 
= a+a =a
2
• La valeur moyenne < B > (t) (on change de méthode)
 
1
 
0 b 0
1  eiω0 t eiω0 t    1  e−iω
√ 0
t 
< ψ(t)|B|ψ(t) >= √ 1 √ √  b 0 0 √  2

2 2 2 0 0 b 2 e−iω
√ 0
t

2
−iω t
 
b e √20  −iω0 t
1  eiω0 t eiω t
 = 1 be√ eiω0 t b b 1
0   
 
= 1 √ √  b +b √ + = √ cos ω0 t + √
2 2 2  −iω t
 2 2 2 2 2 2 2
b e √20

On remarque que A est une constant de mouvement alors que B dépend du temps.

Vous aimerez peut-être aussi