Vous êtes sur la page 1sur 2

Le ratio de levier sous Bâle 3 risque de pénaliser le

financement export
Par Antoine Landrot - 09/11/2010

Les banques regrettent l'absence de distinction établie par la réglementation de Bâle 3 entre
les différentes classes d'actifs

La future réglementation de Bâle 3 n’en finit pas de provoquer des dommages collatéraux dans les banques.
Dernière victime relevée, les activités de financement à l’exportation et du commerce international qui, si les
règles restaient en l’état, verraient leur exigences en capital multipliées par cinq…

Très présents sur ce marché, les établissements britanniques sont les plus virulents. A l'approche du G20 de
Séoul, HSBC, Standard Chartered et RBS ont redoublé leurs efforts de lobbying. La semaine dernière, HSBC
s’est ainsi déclaré incapable d’établir des projections des ratios de solvabilité sous Bâle 3 en raison du
traitement dont fait l’objet l’activité.

Ces craintes sont relayées par leurs homologues continentaux. «Les banquiers européens ont exprimé leur
inquiétude quant au coût des mesures de Bâle 3 sur le financement à l’exportation et du commerce
international, qu’elles pourraient rendre beaucoup plus onéreux, conduisant ainsi les acteurs de taille modeste à
sortir du marché et les plus importants à limiter leur production de prêts – un point de vue soutenu par de
nombreux économistes», explique la Fédération bancaire européenne dans un communiqué. A la fois juge et
partie, Standard Chartered estime que Bâle 3 pourrait entraîner une chute de 2% du commerce international.

En son état actuel, la nouvelle réglementation affecterait cette activité à travers le ratio de levier qu’elle lui
impose. Elle oblige les banques à immobiliser en fonds propres l’équivalent de 100% de leurs engagements
dans cette catégorie de prêts, soit cinq fois plus que le niveau requis actuellement (20%).

Une exigence qui paraît injustifiée aux yeux des professionnels. En effet, Bâle 3 traite le financement export de
la même manière que toute autre catégorie de créance. «Or, le risque d’un financement export est faible,
puisqu’il est garanti par la marchandise. Il est pourtant traité de la même manière qu’un prêt ‘en blanc’. Cela
illustre l’iniquité du ratio de levier», estime un banquier.

L’espoir de modifier la règle d’application du ratio est mince, puisqu’«il est fondé sur la non-prise en compte de
différences entre classes d’actifs, poursuit le banquier. Nous pouvons espérer discuter d’une modification dans
la directive CDR IV sur les fonds propres des banques».
Cet article a été imprimé depuis le site www.agefi.fr

La reproduction de cet article n'est autorisée que dans la limite d'une copie et pour un usage strictement
personnel.

Toute autre utilisation nécessite une autorisation préalable de L'Agefi.

© L'Agefi - 2010