Vous êtes sur la page 1sur 15

Démarrage Moteur asynchrone

Ce cours traite les procédés de démarrage des moteurs asynchrones triphasés, le branchement du
moteur, les problèmes de démarrage, démarrage direct, semi-automatique un sens de marche,
deux sens de marche….
I. Départ Moteur asynchrone
Un départ moteur comprend un ensemble d'appareillages qui assurent la commande et la
protection du moteur, ainsi que la protection du départ lui-même.
Quatre fonctions de base imposées par les normes, sont réparties entre les différents appareils.
Le sectionnement
Son rôle est d'isoler du réseau amont tous les conducteurs actifs, afin de permettre au personnel
d'entretien, d'intervenir sans danger sur le départ et le moteur.
La protection contre les courts-circuits
Détection, et coupure la plus rapide possible des courants élevés de court-circuit pour éviter la
détérioration de l'installation.
La protection contre les surcharges
Détection des courants de surcharge et coupure du départ, avant que l'élévation de température du
moteur et des conducteurs n'entraîne la détérioration des isolants.
La commutation
Commande du moteur manuelle ou automatique, compte tenu des surcharges au démarrage même
à cadence élevée et pour une durée de vie importante
Pour réaliser un départ moteur asynchrone triphasé, on trouve 4 solutions possibles :

 Association Sectionneur ou Interrupteur, Fusibles, Contacteur, Relais thermique


 Association Sectionneur-disjoncteur magnétique, Contacteur, Relais thermique
 Association Disjoncteur-moteur magnétothermique, Contacteur
 Contacteur disjoncteur intégral
Contacteur disjoncteur intégral :
Il réalise à lui seul un départ moteur complet. Il intègre dans un encombrement réduit, l'ensemble
des fonctions nécessaires aux circuits terminaux jusqu'à 63 A conformément aux normes en
vigueur.
Sectionnement
Il est effectué par les pôles principaux LD1 ou par des pôles spécifiques LD4. Dans ce dernier cas
on peut verrouiller en position sectionnée par cadenassage.
Contacteur
Emploi jusqu'à 30 KW sous 380 V / 50 Hz en catégorie AC3.
Module magnéto-thermique
Une gamme de modules interchangeables permet l'adaptation de la protection contre les
surintensités
Les surintensités moyennes à la puissance du moteur.
Disjoncteur-limiteur
Pour la protection contre les courts-circuits, son pouvoir de coupure est de 50 KA efficaces en 1,7
ms sous 380 V 50 Hz.
Blocs additifs
Ils permettent d'assurer une signalisation complète, un réarmement électrique à distance, un
déclenchement à minimum de tension ou à émission de tension.

II. Solutions générales aux problèmes de démarrages :


Mis à part le démarrage direct, les différents procédés de démarrage ont pour objectif
fondamental de limiter l'intensité absorbée de démarrage tout en maintenant les performances
mécaniques de l'ensemble « moteur-machine entrainée » conformes au cahier des charges.
Dans le cas du moteur asynchrone cette limitation de courant est obtenue par :
 Une réduction de la tension d'alimentation, le courant est proportionnel à la tension :
Démarrages à tension réduite
II.1 Action sur le circuit primaire (stator) :
On peut réaliser le démarrage par :
 Couplage étoile-triangle.
 Eliminations de résistances statoriques
 Autotransformateurs.
Inconvénient : le couple moteur qui est proportionnel au carré de la tension est réduit dans le même
rapport.

C=f( U²)

étoile- triangle

U
au démarrage étoile
√3
C=f(U/√3 )²= U²/3

 Une augmentation de la résistance rotorique :


II.2 Action sur le circuit secondaire (rotor) :
On peut réaliser le démarrage par :
 Elimination de résistances rotoriques (rotor bobiné) 
 Moteurs à cage multiples. moteur Double cage
Cette seconde façon de procéder ne présente pas d'inconvénient sur le plan fonctionnel,
l'augmentation de la résistance du rotor se traduit par :
 Une augmentation du couple de démarrage.
Une diminution du courant de démarrage.
III. démarrage direct
Principe :
C’est le procédé de démarrage le plus simple, les enroulements du stator sont couplés directement
sur le réseau, le moteur démarre et atteint sa vitesse nominale

Schéma de puissance et commande :


Une impulsion sur S2 alimente le relais (KM1) : les contacteurs KM1 se ferment et le relais est
auto-alimenté.
Le moteur démarre. L’arrêt est obtenu par une impulsion sur S1.
Le démarrage est donc obtenu en un seul temps ; le stator du moteur est couplé directement sur le
réseau.
Les avantages du démarrage direct :
- Simplicité de l’appareillage de commande
- Couple de démarrage important (1.5 à 2 fois le couple nominal)
- démarrage rapide (2 à 3 secondes)
Les inconvénients du démarrage direct :
- La pointe de courant lors de la mise sous tension est très élevée, de l’ordre de 4 à 8 fois le
courant nominal
- Démarrage brusque : déconseillé si le démarrage doit être doux et progressif (tapis, transporteur,
etc …)
Utilisation :
Démarrage réservé aux moteurs de petites puissances (P < 5kW) en raison de l’appel important
de courant lors du démarrage
IV. Démarrage étoile triangle
Introduction :
Nous avons vu dans le démarrage précédent, qu’il se produisait lors du démarrage d’un moteur
une pointe de courant. Afin de limiter cette pointe de courant, il est possible dans certains cas de
réaliser le démarrage du moteur en deux temps.
Premier temps : COUPLAGE ETOILE (démarrage sous une tension réduite)
Deuxième temps : COUPLAGE TRIANGLE (alimentation sous une tension nominale)
Rq : il faudra toujours vérifier que la tension du réseau sera supportée par les enroulements du
moteur lors du couplage triangle.( sinon le moteur sera grillé)
Principe :
Lors de la mise sous tension du moteur, le couplage des enroulements est fait en étoile, ce qui
permet de démarrer le moteur sous une tension inférieure à la tension nominale (Un/√3).

Ce couplage est dont le temps maintenu nécessaire au moteur pour atteindre environ 80% de sa
vitesse nominale.
Ce n’est qu’alors que le moteur sera alimenté sous sa tension nominale (UN) en remplacent le
couplage étoile par le couplage triangle.
Schéma de puissance
Schéma de commande :
La commande est effectuée par des boutons poussoirs momentanés (S1 et S2).
Une impulsion sur le bouton poussoir MARCHE (S2) met la bobine du contacteur étoile (KM1)
sous tension et ferme son contact ; ce dernier alimente KM2 le contacteur de ligne. Le contact
KM2 étant maintenant fermé, il auto alimente la bobine KM2, démarre le cycle de la
temporisation et permet l'auto maintien du contacteur KM1. Nous pouvons noter qu'un contact de
KM1 interdit la mise sous tension de KM3.
Dans cette phase le moteur est couplé en étoile et prend de la vitesse.

Le temps préréglé du dispositif de temporisation s'écoule et les contacts de la temporisation se


déclenchent.
La bobine KM1 n'est plus alimentée (le contact NC temporisé KM2 s'ouvre) et de ce fait autorise
l'alimentation de KM3 conjointement avec le contact NO de temporisation KM2.
KM3 s'enclenche et permet au couplage triangle d'être effectif.
Nous pouvons noter qu'un contact de KM3 interdit la mise sous tension de KM1
Une impulsion sur le bouton poussoir S1 (BP ARRET) arrête le moteur
V) DÉMARRAGE STATORIQUE 1 SENS 3 TEMPS

*Composant schéma de commande :


-transformateur 230/24.
-disjoncteur bipolaire(Q3).
-contact NF de relais thermique(F1).
-bouton poussoir NF (S1).
- bouton poussoir NO (S2).
-Bobine KM 24v(KM1).
-Bobine KM 24v(KM2).
-Bobine KM 24v(KM3).
-contact No de km1(13-14). le maintien
-contact de relais temporisé 5s de KM1 (NO).
-contact de relais temporisé 5s KM2 (NO).
H1 : 2éme temps. -H2 : 1éme temps. -H4 : signifie l'absence ou la présence de courant.
-H3 : signifier la fonction de relais thermique
*Composant schéma de puissance :
-3 Linges de phase.
-fusibles-sectionneur tri(Q2).
-contacteur (km 1-->1éme temps).
-contacteur (km 2 -->2éme temps).
-contacteur (km 3 -->3éme temps).
-relais thermique(F1).
-résistance triphasée (R1-->2ème temps).
-résistance triphasée (R2--> 3ème temps).
-Le moteur asynchrone triphasé(M3).
*Fonctionnement de montage :
*Une impulsion sur le bouton poussoir s2 excite la bobine km1 ce qui provoque :
-son auto-alimentation.
-le verrouillage du contacteur KM1
-met sous tension le moteur à travers deux jeux de résistances triphasées. Au bout de 5 secondes,
les contacts de temporisé de KM1 se ferme et excite la bobine KM2 ; celle-ci ferme sec contacts
de puissance qui court-circuitent la résistance triphasée R1(2e temps).
-Après 5 secondes. Le contact temporisé de KM2 se ferme et excite la bobine KM3 ; ses contacts
de puissance changent d’état et court-circuitent la résistance triphasée R2(3e temps)
Le moteur est alors alimenté sous sa tension nominale et le démarrage est terminé.

REMARQUE :
*une action sur le bouton poussoir s1 ou une fonction de relais thermique(F1), coupe
l’alimentation de la bobine KM2 et de KM1, le moteur s’arrête
VI) Démarrage Statorique 2 temps 2 sens de marche
Schéma de commande et de puissance

Composant schéma de commande :


- transformateur 230/24.
- disjoncteur bipolaire(Q3).
- contact NF de relais thermique(F1).
- bouton poussoir NF (S1).
- bouton poussoir NO (S2).
- bouton poussoir NO (S3).
-Bobine KM 24v(KM1).
-Bobine KM 24v(KM2).
-contact No de km1.
-contact No de km2.
-contact de relais temporisé 5s de KM1 (NO) première sens.
-contact de relais temporisé 5s de KM2 (NO) deuxième sens
*Composant schéma de puissance :
-3 Linges de phase.
-fusibles-sectionneur tri(Q2).
-disjoncteur tripolaire(Q1).
-contacteur (km 1-->première sens).
-contacteur (km 2 -->deuxième sens).
-relais thermique(F1).
-résistance triphasée (R1).
-Le moteur asynchrone triphasé(M2).
Fonctionnement :
*Fonctionnement de montage :
*Une impulsion sur le bouton poussoir s2 excite la bobine km1 ce qui provoque :
-son auto-alimentation.
-le verrouillage du contacteur KM1
-met sous tension le moteur à travers de résistances triphasées R2. Au bout de 5 secondes, le
contact de temporisé de KM1 se ferme et excite la bobine KM3 ; celle-ci ferme sec contacts de
puissance qui court-circuitent la résistance triphasée R2.
-une action sur le bouton poussoir S2 excite la bobine KM2 qui donne le même cycle décrit
précédemment mais le moteur tourne dans le sens contraire car il y a une inversion de deux
phases du circuit de puissance.
Le moteur est alors alimenté sous sa tension nominale et le démarrage est terminé.
 REMARQUE :
*une action sur le bouton poussoir s1 ou une fonction de relais thermique (F1),
coupe l’alimentation de la bobine KM2 et de KM1, le moteur s’arrête.
*les discontacteurs KM1 et KM2 sont
verrouillé mécaniquement et électriquement afin d’éviter les courts-circuits entre phases

VII) Démarrage rotorique un sens 2 temps


Schéma de puissance et commande

*Composant schéma de commande :


-transformateur 230/24 V.
-disjoncteur bipolaire(Q3).
-contact NF de relais thermique(F1).
-bouton poussoir NF (S1).
-bouton poussoir NO (S2).
-Bobine KM1 24v.
-Bobine KM2 24v.
-contact No de km1(13-14).
-relais temporisé 5s(NO), fixé sur le contacteur KM1.
-H1 : fonction de la bobine KM1.
-H2 : signifie l'absence ou la présence de courant.
-H3 : signifier la fonction de relais thermique.
Composant schéma de puissance :
-3 Linges de phase.
-fusibles-sectionneur tri(Q2).
-disjoncteur tripolaire(Q1).
-contacteur (km 2 : démarrage sans résistance).
-relais thermique(F1).
-résistance triphasée (R2).
-moteur asynchrone avec rotor bobiné(M1)
Fonctionnement de montage :
*Une impulsion sur le bouton poussoir s2 excite la bobine km1 ce qui provoque :
-son auto-alimentation.
-Alimentation le stator du moteur qui démarre avec la résistance triphasée R1 dans le circuit du
rotor (1 er temps).
-Au bout de 5 secondes les contacts temporisés de KM1 se ferme et excite la bobine KM2 ; la
résistance triphasée R1 est shuntée (2e temps)
Le moteur est alors alimenté sous sa tension nominale et le démarrage est terminé.
REMARQUE :
*une action sur le bouton poussoir s1 ou une fonction de relais thermique(F1), coupe
l’alimentation de la bobine KM2 et de KM1, le moteur s’arrête.

Vous aimerez peut-être aussi