Vous êtes sur la page 1sur 28

INTRANORMES pour : EIFFAGE

FA122302 ISSN 0335-3931

NF P 98-331
Février 2005

Indice de classement : P 98-331

ICS : 93.020 ; 93.080.10

Chaussées et dépendances
Tranchées : ouverture, remblayage, réfection

E : Roadways and related dependencies — Trenches : opening up, backfilling, repairwork


D : Fahrbahnen und Nebenanlagen — Gräben : Aushub, Anschüttung, Instandsetzung

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 janvier 2005 pour prendre effet
le 20 février 2005.
© AFNOR 2005 — Tous droits réservés

Remplace la norme homologuée NF P 98-331, de septembre 1994.

Correspondance À la date de publication du présent document, il n’existe pas de travaux européens ou inter-
nationaux traitant du même sujet.

Analyse Le présent document définit la réalisation de tranchées, c'est-à-dire l'ouverture de fouilles, le


remblayage et la réfection de chaussée consécutives à la mise en place ou à l'entretien de
réseaux enterrés.
Le présent document s'applique aux techniques et contraintes relatives à l'ouverture et au
remblayage des fouilles ou tranchées, ainsi qu'à la réfection de la chaussée et de ses dépen-
dances, en agglomération et hors agglomération lors de travaux d'ouverture de fouilles, de
remblayage et de réfection nécessités par la mise en place ou l'entretien de réseaux enterrés.
Il ne concerne ni les réseaux posés par des méthodes autres que la tranchée ouverte ni les
réseaux à faible profondeur.
Voir aussi : XP B 10-601, NF P 11-300, XP P 18-540, NF P 94-093, NF P 98-082, NF P 98-115,
NF P 98-130, NF P 98-132, NF P 98-136, XP P 98-137, NF P 98-138, NF P 98-145,
NF P 98-150, NF P 98-160, NF P 98-170, NF P 98-231-2, NF EN 1338, NF P 98-306,
NF EN 1342, P 98-335, NF EN 1344, NF P 98-705, NF P 98-736 et NF EN 12613

Descripteurs Thésaurus International Technique : chaussée, agglomération urbaine, terrassement, rem-


blaiement, fouille, entretien, trottoir, canalisation enterrée, définition, implantation, conditions
d'exécution, matériau, liant hydraulique, produit bitumineux, mise en œuvre, espace vert.

Modifications Par rapport au document remplacé, ce document présente un plan modifié. Les objectifs de
densification ont été modulés, avec la création d’une classe complémentaire, en fonction de
la profondeur de la tranchée, de la couche concernée, et des conditions de chantier. L’ensem-
ble du document a été actualisé pour prendre en compte l’évolution des connaissances et des
spécifications. Tout ce qui concerne les règles d’espacement entre réseaux et de voisinage
entre les réseaux et les végétaux a été renvoyé vers une norme spécifique.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr

© AFNOR 2005 AFNOR 2005 1er tirage 2005-02-F


INTRANORMES pour : EIFFAGE

Chaussées urbaines BNSR — CTCHU

Membres de la commission de normalisation


Président : M VRIGNAUD
Secrétariat : M LEROUX – CERTU et M SICARD — LROP

M AUDEBERT SYNDICAT PROFESSIONNEL DES CANALISATEURS DE FRANCE


M BENHARROUS SN ROC
M BLANPAIN CGPC
M BONIFAI GENERALE DES EAUX D.E.I.
M BOUINEAU SN ROC
M BUECHER SYNDICAT PROFESSIONNEL DES CANALISATEURS DE FRANCE
MME CAVAILLES SETRA
M CLOS GDF
M CLUZAUD INGENIEUR CONSEIL
M COURBOULAY CONSEIL GENERAL DU GENIE RURAL DES EAUX ET FORETS
M DELANNOY CIMENTS CALCIA
MME DELARSON CERIB
M DESCHAMPS SETRA
M DESAINT VILLE DE ROUEN
M LAURENT CENTRE TECHNIQUE DES TUILES ET BRIQUES
M DOUX FNCCR (FÉDÉRATION NATIONALE DES COLLECTIVITÉS CONCÉDANTES
ET RÉGIES)
M DUTRUEL CERIB
M EVAIN CETE NORMANDIE CENTRE
MLLE FOUILLET CETE NORMANDIE CENTRE
MME GAUTHIER SETRA — DREX/BNSR
M GROSJEAN UNM (UNION NATIONALE DE LA MAÇONNERIE)
M HALGAND FRANCE TELECOM (DIVISION DES RESEAUX SECTORIELS ET D’ACCES)
M HENRY CERIB
M LAINE FIB
M LEBLANC FIB
MME LEROY S.T. VILLE DE PARIS
M LEVANNIER BUREAU VERITAS
M NAUWELAERS SOCIETE DES EAUX DU NORD, LYONNAISE DES EAUX
M ORHAN ASPO
M PALLIX ROCAMAT (SN ROC)
M PANNETIER OFFICE DES ASPHALTES
M QUIBEL CETE NORMANDIE CENTRE
M RICHARD COMMUNAUTE URBAINE DE LYON
M ROBERT ASSOCIATION GRANIT DE FRANCE — UNICEM DE BRETAGNE
M RONCIERE LA GENERALE DU GRANIT
M SCHMITT FIB
M SMERECKI AFNOR
M STAROPOLI GDF
M THONIER FNTP
M VALLES CERIB
M VERHEE USIRF
M VRIGNAUD AITF
INTRANORMES pour : EIFFAGE

—3— NF P 98-331

Sommaire
Page

Introduction ......................................................................................................................................................... 4

1 Domaine d'application ....................................................................................................................... 4

2 Références normatives ..................................................................................................................... 4

3 Termes et définitions ......................................................................................................................... 7

4 Règles d'implantation ........................................................................................................................ 8

5 Contraintes relatives à des travaux en sous-sol au voisinage des réseaux ................................ 8


5.1 Précautions particulières pour l'implantation des tranchées longitudinales sous chaussées,
trottoirs ou accotements ...................................................................................................................... 8
5.2 Proximité entre réseaux et arbres ........................................................................................................ 8

6 Techniques d'ouverture et de remblayage de tranchée ................................................................. 9


6.1 Ouverture de la fouille .......................................................................................................................... 9
6.1.1 Découpe ou dépose du revêtement ..................................................................................................... 9
6.1.2 Dimensions de la fouille ....................................................................................................................... 9
6.1.3 Exécution de la fouille .......................................................................................................................... 9
6.2 Remblayage ....................................................................................................................................... 10
6.2.1 Différenciation des zones pour le remblayage et propriétés d’usages .............................................. 10
6.2.2 Choix des matériaux .......................................................................................................................... 11
6.2.3 Définition des objectifs de densification ............................................................................................. 16
6.2.4 Conditions de remblayage par zones ................................................................................................ 17
6.2.5 Cas-types ........................................................................................................................................... 19
6.2.6 Dispositif avertisseur .......................................................................................................................... 22
6.2.7 Opérations de contrôle ...................................................................................................................... 23

7 Réfection de la chaussée et de ses dépendances ....................................................................... 23


7.1 Matériaux de reconstitution de chaussées, trottoirs et accotements ................................................. 23
7.1.1 Prescriptions générales ..................................................................................................................... 23
7.1.2 Matériaux de corps de chaussée (hors matériaux de surface) .......................................................... 24
7.1.3 Matériaux de réfection de surface ..................................................................................................... 24
7.1.4 Matériaux de réfection de surface dans le cas de réfection provisoire .............................................. 24
7.1.5 Produits pour réfections diverses ...................................................................................................... 25
7.2 Mise en œuvre des matériaux de reconstitution de chaussées, trottoirs et accotements ................. 25
7.2.1 Matériaux de corps de chaussées, trottoirs et accotements .............................................................. 25
7.2.2 Matériaux de réfection de surface pour chaussées ou trottoirs ......................................................... 25
7.2.3 Matériaux pour espaces verts ............................................................................................................ 26

Annexe A (informative) Difficultés de compactage ...................................................................................... 27

Bibliographie ..................................................................................................................................................... 28
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 —4—

Introduction
La gestion des voiries implique des exigences de coordination et de cohérence technique vis-à-vis des différents
intervenants sur le domaine public ou privé, du fait des contraintes juridiques, techniques et économiques engen-
drées par la réalisation des tranchées. Les réglementations propres à chaque collectivité ou intervenant ainsi que
leur savoir-faire en matière d'ouverture et de remblayage de tranchée et en matière de réfection de chaussée ont
nécessité l'établissement de ce document.
L'intervenant sur voirie doit respecter le Code de la Voirie Routière, les clauses du présent document complétées
par les prescriptions de la procédure de coordination des travaux et celles du règlement de voirie ou du document
correspondant.

1 Domaine d'application
Le présent document s'applique aux techniques et contraintes relatives à l'ouverture et au remblayage des fouilles
ou tranchées, ainsi qu'à la réfection de la chaussée et de ses dépendances, en agglomération et hors agglomé-
ration lors de travaux d'ouverture de fouilles, de remblayage et de réfection nécessités par la mise en place ou
l'entretien de réseaux.
Il ne concerne pas les réseaux posés par d’autres méthodes que la tranchée ouverte.
Ce document s'applique aux travaux entrepris par, ou pour le compte des personnes physiques ou morales
suivantes :
— les propriétaires ou gestionnaires du domaine public ou privé ;
— les maîtres d’ouvrages ou gestionnaires de réseaux qui peuvent être permissionnaires de voirie ou occupants
de droit de la voirie.

2 Références normatives
Le présent document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces réfé-
rences normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après.
Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne
s'appliquent à ce document que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non
datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y compris les amendements).

XP B 10-601, Produits de carrières — Pierres naturelles — Prescriptions générales d’emploi des pierres naturelles.

NF P 11-300, Exécution des terrassements — Classification des matériaux utilisables dans la construction des
remblais et des couches de forme d'infrastructures routières.

NF EN 12613, Dispositifs avertisseurs à caractéristiques visuelles en matière plastique, pour câbles et canalisa-
tions enterrées (indice de classement : T 54-080).

NF EN 1338, Pavés en béton — Prescriptions et méthodes d'essai (indice de classement : P 98-338).

NF EN 1339, Dalles en béton — Prescriptions et méthodes d'essai (indice de classement : P 98-339).

NF EN 1340, Éléments pour bordures de trottoir en béton — Prescriptions et méthodes d'essai (indice de classe-
ment : P 98-340).

NF P 98-340/CN, Éléments pour bordures de trottoir en béton – Prescriptions et méthodes d’essai — Complément
national à la NF EN 1340 : Produits industriels en béton — Bordures et caniveaux — Profils.

NF EN 1341, Dalles de pierre naturelle pour le pavage extérieur — Exigences et méthodes d'essai (indice de clas-
sement : P 98-341).

NF EN 1342, Pavés de pierre naturelle pour le pavage extérieur — Exigences et méthodes d'essai (indice de clas-
sement : P 98-342).

NF EN 1343, Bordures de pierre naturelle pour le pavage extérieur — Exigences et méthodes d’essai (indice de
classement : P 98-343).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

—5— NF P 98-331

NF EN 1344, Pavés en terre cuite — Spécifications et méthodes d'essai (indice de classement : P 98-344).

NF EN 1610, Mise en œuvre et essai des branchements et collecteurs d’assainissement (indice de classement :
P 16-125).

NF EN 1744-1, Essais pour déterminer les propriétés chimiques des granulats — Partie 1 : Analyse chimique
(indice de classement : P 98-660-1).

NF EN 12457-2, Caractérisation des déchets — Lixiviation — Essai de conformité, pour lixiviation des déchets
fragmentés et des boues — Partie 2 : Essai en bâchée unique avec un rapport liquide-solide de 10 l/kg et une
granularité inférieure à 4 mm (sans ou avec réduction de la granularité) (indice de classement : X 30-402-2).

NF EN 12620, Granulats pour béton (indice de classement : P 18-601).

NF EN 13043, Granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels utilisés dans la construction
des chaussées, aérodromes et d’autres zones de circulation (indice de classement : P 18-602).

NF EN 13139, Granulats pour mortiers (indice de classement : P 18-139).

NF EN 13242, Granulats pour matériaux traités aux liants hydrauliques et matériaux non traités utilisés pour les
travaux de génie civil et pour la construction des chaussées (indice de classement : P 18-242).

NF EN 13331-1, Dispositifs de blindage de tranchées — Partie 1 : Spécification du produit (indice de classement :


P 93-323-1).

NF EN 13331-2, Dispositifs de blindage de tranchées — Partie 2 : Évaluation par calculs ou essais (indice de clas-
sement : P 93-323-2).

XP P 18-305, Béton — Béton prêt à l’emploi.

XP P 18-545, Granulats — Éléments de définition, conformité et codification.

XP P 18-581, Granulats — Dosage rapide des sulfates solubles dans l’eau — Méthode par spectrométrie.

NF EN 206-1, Béton — Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité (indice de classement :


P 18-325-1).

NF P 94-061-1, Sols : Reconnaissance et essais — Détermination de la masse volumique d'un matériau en place
— Partie 1 : Méthode au gammadensimètre à pointe (à transmission directe).

XP P 94-063, Sols : Reconnaissance et essais — Contrôle de la qualité du compactage — Méthode au pénétro-


mètre dynamique à énergie constante — Principe et méthode d’étalonnage des pénétrodensitographes — Exploi-
tation des résultats — Interprétation.

NF P 94-093, Sols : Reconnaissance et essais — Détermination des références de compactage d'un matériau —
Essai Proctor normal — Essai Proctor modifié.

XP P 94-105, Sols : Reconnaissance et essais — Contrôle de la qualité du compactage — Méthode au pénétro-


mètre dynamique à énergie variable — Principe et méthode d’étalonnage du pénétromètre — Exploitation des
résultats — Interprétation.

NF P 98-082, Chaussées — Terrassements — Dimensionnement des chaussées routières — Détermination des


trafics routiers pour le dimensionnement des structures de chaussées.

NF P 98-110, Assises de chaussées — Cendres volantes silico-alumineuses — Spécifications.

NF P 98-115, Assises de chaussées — Exécution des corps de chaussées — Constituants — Composition des
mélanges et formulation — Exécution et contrôle.

NF P 98-116, Assises de chaussées — Graves traitées aux liants hydrauliques – Définition – Composition —
Classification.

NF P 98-121, Assises de chaussées — Graves-émulsion — Définition — Classification — Caractéristiques —


Fabrication — Mise en œuvre.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 —6—

NF P 98-124, Assises de chaussées — Cendres volantes-chaux-gypse — Définition — Composition —


Classification.

NF EN 13285, Graves non traitées — Spécifications (indice de classement : P 98-845).

NF P 98-130, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement et couches de liaison : bétons bitumineux


semi-grenus ( BBSG) — Définition — Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-132, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement et couches de liaison : bétons bitumineux minces
— Définition — Classification — Caractéristique — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-133, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement : bétons bitumineux cloutés — Définition —


Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-134, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement : bétons bitumineux drainants — Définition —


Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-136, Enrobés hydrocarbonés — Bétons bitumineux pour couche de surface de chaussées souples à fai-
ble trafic — Définition — Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

XP P 98-137, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement : bétons bitumineux très minces — Définition —
Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-138, Enrobés hydrocarbonés — Couches d'assises : graves-bitume (GB) — Définition — Classification


— Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-140, Enrobés hydrocarbonés — Couches d’assises : enrobés à module élevé (EME) — Définition —
Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-141, Enrobés hydrocarbonés — Couches de roulement et couches de liaison : bétons bitumineux à


module élevé (BBME) — Définition — Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-145, Enrobés hydrocarbonés — Asphaltes coulés pour trottoirs et pour couches de roulement de chaus-
sées — Définitions — Classification — Caractéristiques — Fabrication — Mise en œuvre.

NF P 98-150, Enrobés hydrocarbonés — Exécution des corps de chaussées, couches de liaison et couches de
roulement — Constituants — Composition des mélanges — Exécution et contrôles.

NF P 98-160, Revêtement de chaussée — Enduit superficiel d'usure — Spécifications.

NF P 98-170, Chaussées en béton de ciment — Exécution et contrôle.

NF P 98-231-2, Essais relatifs aux chaussées — Comportement au compactage des matériaux autres que traités
aux liants hydrocarbonés — Partie 2 : Essai de compactage à la presse à cisaillement giratoire (PCG).

NF EN 13286-3, Mélanges traités et mélangés non traités aux liants hydrauliques — Partie 3 : Méthodes d’essai
de détermination en laboratoire de la masse volumique de référence et la teneur en eau — Vibrocompression à
paramètres contrôlés (indice de classement : P 98-846-3).

NF P 98-332, Chaussées et dépendances — Règles de distance entre les réseaux enterrés et règles de voisinage
entre les réseaux et les végétaux.

P 98-335, Chaussées urbaines — Mise en œuvre des pavés et dalles en béton, des pavés en terre cuite et des
pavés et dalles en pierre naturelle.

NF P 98-705, Matériels de construction et d'entretien des routes — Compacteurs — Terminologie et spécifications


commerciales.

NF P 98-736, Matériel de construction et d'entretien des routes — Compacteurs — Classification.

NF P 98-306, Produits en béton manufacturé — Pavés jardin en béton.


INTRANORMES pour : EIFFAGE

—7— NF P 98-331

3 Termes et définitions
Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1
réseau enterré
ensemble des dispositifs (canalisations, regards, câbles, gaines, chambres, etc.) permettant soit la collecte et l'éva-
cuation des eaux, soit la distribution de fluides ou d'énergie (eau, gaz, électricité, éclairage, chauffage, etc.), soit
la distribution ou l'échange d'informations (télécommunications, télévision par câble, télégestion, signalisation, etc.)

3.2
zone d’enrobage
la zone d’enrobage correspond à l'enrobage (y compris le lit de pose) de la conduite ou du réseau, l'enrobage
pouvant atteindre une hauteur de 0,15 m à 0,30 m au-dessus de la génératrice supérieure de la conduite ou du
réseau

3.3
remblayage
mise en œuvre du remblai dans la zone comprise entre le fond de fouille et la structure de chaussée

3.4
trafic
la détermination de l’importance du trafic est de la responsabilité du gestionnaire de la chaussée et de ses dépen-
dances. L'étude du trafic prend en compte l'évolution de celui-ci. Il convient de considérer trois cas : trafic fort,
trafic moyen, trafic faible. Le Tableau 9 (voir 6.2.4) donne une indication sur le choix de l'importance du trafic à
retenir, en l'absence de résultats de mesures

Légende
1 Hauteur de recouvrement
2 Structure de chaussée (y compris revêtement)
3 Partie supérieure de remblai
4 Partie inférieure de remblai
5 Zone d’enrobage
6 Remblai proprement dit
7 Fond de tranchée

Figure 1 — Coupe type d'une tranchée


INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 —8—

4 Règles d'implantation
L'implantation du tracé est réalisée notamment en fonction des éléments suivants :
— les contraintes administratives :
- l'affectation principale et le statut de la voirie ;
- les prescriptions administratives et réglementaires.
— les contraintes techniques :
- les prescriptions techniques des réseaux de transport et de distribution, ainsi que des raccordements ;
- les espaces disponibles adjacents (accotements, parkings, trottoirs, contre-allées) ;
- les plantations.
Sauf cas d'impossibilité, les réseaux de distribution et les raccordements, quels qu'ils soient, sont implantés hors
chaussée.
NOTE Facilité d'exploitation et d'entretien des ouvrages :

1) En complément des contraintes d'implantation entre réseaux et règles de voisinage, et sauf impossibilité technique, les
canalisations longitudinales nécessitant des ouvrages enterrés visitables doivent être implantées de façon à ce que les
interventions nécessitées pour quelque cause que ce soit, ne perturbent pas les conditions d'exploitation de la chaussée.
2) L'organisation de la coordination des réseaux doit également prendre en compte l'accessibilité aux organes de coupure
de fluides sous pression.
3) II est interdit d'intervenir sur un réseau existant sans l'accord du gestionnaire de ce réseau. En cas de détérioration
accidentelle, le gestionnaire doit être prévenu immédiatement.

5 Contraintes relatives à des travaux en sous-sol au voisinage des réseaux


Tout intervenant qui veut exécuter des travaux au droit ou au voisinage d'ouvrages souterrains tels que canalisa-
tions et câbles dépendants de divers gestionnaires de réseaux, doit demander les renseignements sur la locali-
sation de ces ouvrages afin d'éviter tout dommage.
Dans tous les cas, il doit se reporter à la norme NF P 98-332.

5.1 Précautions particulières pour l'implantation des tranchées longitudinales sous


chaussées, trottoirs ou accotements
La tranchée longitudinale ne doit pas être située à proximité immédiate de constructions (y compris bordures ou
caniveaux) pour ne pas les déstabiliser. Une distance minimale de 0,30 m est à respecter sauf en cas d'impossi-
bilité technique et après accord du gestionnaire du domaine public ou privé.

5.2 Proximité entre réseaux et arbres


Se reporter à la norme NF P 98-332.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

—9— NF P 98-331

6 Techniques d'ouverture et de remblayage de tranchée

6.1 Ouverture de la fouille


6.1.1 Découpe ou dépose du revêtement
Revêtements en enrobés : la découpe doit être réalisée de façon franche et rectiligne par un matériel adapté.
Autres revêtements : en cas de réemploi, les revêtements destinés à être réutilisés ultérieurement tels que pavés,
dalles ou gazon, doivent être déposés et stockés avec soin.

6.1.2 Dimensions de la fouille


Les tranchées sont creusées verticalement. Leur profondeur, outre les contraintes d'implantation liées aux raccor-
dements des réseaux sur l'existant et aux croisements d'autres canalisations, doivent respecter les hauteurs de
recouvrement minimales ci-dessous (hors branchements) :
• 0,80 m sous le niveau supérieur de la chaussée ou des zones de stationnement existantes (la couverture doit
être au moins égale à l'épaisseur de la structure de chaussée à remettre en place, majorée de 0,10 m ; elle
doit également permettre la mise en place du dispositif avertisseur) ;
• 0,60 m sous trottoir ou accotement.
Cependant, il faut en plus tenir compte des règles de distance entre réseaux, spécifiques à chaque réseau, et
définies dans la norme NF P 98-332.
Lorsqu'il est impossible de respecter ces valeurs, notamment dans le cas de terrassement dans le rocher, ou
d'encombrement du sous-sol, ou bien de tranchée étroite, des dispositions techniques spéciales peuvent être
prescrites en accord avec le gestionnaire.
Une banquette de 0,40 m minimum est aménagée en surface le long de la fouille pour assurer la circulation du
personnel et éviter la chute de matériaux dans la tranchée. Dans le cas d'affouillement latéral accidentel, une nou-
velle découpe du revêtement et une reprise des terrassements à bord vertical sont réalisées.
La largeur de la tranchée devra respecter les normes en vigueur.

6.1.3 Exécution de la fouille


Matériel :
Les moyens mis en œuvre pour la réalisation de la tranchée doivent être adaptés au type de terrain rencontré et
aux contraintes d'environnement.

Étaiement et blindage des fouilles :


Les fouilles de tranchées d'une profondeur supérieure à 1,30 m et de largeur inférieure ou égale aux deux tiers
de la profondeur, doivent être équipées de blindage ;
Pour les fouilles de profondeur inférieure à 1,30 m :
S’il existe des contraintes particulières (comme notamment la nature et l’état des terrains, les surcharges dues
aux constructions, aux dépôts de toute nature situés à proximité de la fouille, l’ébranlement du sol dû à la circula-
tion des véhicules, ou au fonctionnement d’un compresseur ou équivalent), une étude spécifique sera réalisée.
Le dimensionnement et le choix du matériel de blindage sont définis en prenant en compte :
— la nature des terrains (cohésion, angle de frottement, sensibilité à l'eau, pendage des couches) ;
— la présence d'une nappe phréatique (pompage, phénomène de «renard») ;
— les surcharges susceptibles d'exister en crête des tranchées (circulations, zones de stockage de matériaux,
constructions existantes) ;
— les risques résultant d'une éventuelle décompression des terrains.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 10 —

Fouilles dans l'eau :


En présence d'eau, les tranchées sont réalisées avec assèchement de la fouille. Une étude particulière doit être
menée, portant notamment sur les points suivants :
— le matériel de pompage à employer (pompage dans la fouille ou rabattement de la nappe) ;
— le matériel de blindage à employer (de type jointif) ;
— la condition de «renard» et les risques de décompression des terrains par entraînement des fines.

Fond de fouille (ou fond de tranchée) :


Le fond de fouille est conçu et réalisé selon les contraintes propres au réseau à implanter, de façon à assurer une
portance suffisante pour la mise en place des réseaux et des remblais ainsi que pour la circulation du personnel
et des matériels de chantier.

6.2 Remblayage
6.2.1 Différenciation des zones pour le remblayage et propriétés d’usages
Le choix des matériaux et celui des objectifs de densification à leur appliquer dépendent des zones susceptibles
d’être rencontrées, définies ci-après de bas en haut :

Tableau 1 — Les zones de la tranchée et leurs propriétés d'usage

Définition correspondante
Zones Propriétés d’usage
dans NF EN 1610

Fond de tranchée Fond de tranchée Plate-forme ayant une planéité et une portance
naturelle ou renforcée, adaptée au réseau supporté

Zone d’enrobage Comprend le lit de pose, le remblai initial, Le lit de pose assure un appui continu pour le réseau
le remblai latéral et l’assise
Protection du réseau posé
Stabilité apte à garantir la bonne tenue de la tranchée
et du réseau dans le temps

Partie inférieure Partie du remblai proprement dit Stabilité apte à garantir la bonne tenue de la tranchée
de Remblai (PIR) ne jouant pas le rôle de couche de forme dans le temps

Partie supérieure Partie haute du remblai proprement dit Stabilité apte à garantir la bonne tenue de la tranchée
de Remblai (PSR) jouant le rôle de couche de forme, dans le temps
sous la base du corps de chaussée
Aptitude à supporter des sollicitations dynamiques
ou la surface supérieure
Non gélive lorsque la protection supérieure
est insuffisante

Chaussée Corps de chaussée Aptitude à supporter les sollicitations du trafic

Surface Revêtement, couche de surface, enduit Adhérence routière


superficiel,..
Environnement visuel

La bonne tenue de la tranchée dans le temps signifie que les éléments contenus dans le présent document
conduisent, sous réserve de leur application, à ce que la tranchée peut prétendre à une exécution d’emblée,
c’est-à-dire non différée, de la réfection définitive de la chaussée.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 11 — NF P 98-331

Légende
1 Corps de chaussée
2 Remblai proprement dit
3 Remblai initial
4 Remblai latéral
5 Assise
6 Lit de pose
7 Fond de tranchée
8 Zone d’enrobage
9 Profondeur de tranchée
10 Hauteur de recouvrement

Figure 2 — Coupe type d’une tranchée telle que définie dans la norme NF EN 1610

6.2.2 Choix des matériaux


Lorsque cela est techniquement possible les matériaux extraits du site avec ou sans traitement sont utilisés.

6.2.2.1 Généralités
Dans le remblai proprement dit, la dimension maximale D des matériaux doit respecter les conditions suivantes :
D < 1/10 de la largeur de la tranchée ;
D < 1/5 de l’épaisseur de la couche compactée.
Dans la zone d’enrobage, la dimension maximale D des matériaux doit respecter la condition suivante :
D ≤ 22 mm pour le cas des réseaux de diamètre nominal inférieur ou égal à 200 ;
D ≤ 40 mm pour le cas des réseaux de diamètre nominal supérieur à 200.
Dans le cas d’existence d’une nappe phréatique, le choix des matériaux de remblayage devra prendre en compte
la perméabilité du milieu environnant pour éviter la création d’une zone drainante.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 12 —

6.2.2.2 Origine des matériaux et conditions générales d’utilisation


L’origine des matériaux est diverse et le tableau ci-dessous en donne les conditions d'utilisation.

Tableau 2 — Origine des matériaux et conditions d'utilisation

Cas Origine des matériaux Caractérisation Conditions d’utilisation

1 Matériaux naturels NF P 11-300 : classification en nature Respect des propriétés d’usage de 6.2.1
(réemploi ou substitution) et état hydrique
Matériaux gélifs sous réserve d’une
protection contre le gel apportée
par la chaussée
Mise en œuvre dans des conditions
de température acceptables
Mise en œuvre et compactage possibles
Non polluant
Non agressif pour les réseaux

2 Sous-produits industriels NF P 11-300 Respect des propriétés d’usage de 6.2.1


Risques pour l’environnement Non polluant
Non agressif pour les réseaux

3 Matériaux élaborés Matériaux entièrement ou partiellement Respect des propriétés d’usage de 6.2.1
ou recyclés, concassés insensibles à l’eau : difficulté
Matériaux gélifs sous réserve d’une
de granularité continue de compactage DC1, DC2 , DC3
protection contre le gel apportée
Autres matériaux : NF P 11-300 par la chaussée
Mise en œuvre dans des conditions
de température acceptables
Mise en œuvre et compactage possibles
Non polluant
Non agressif pour les réseaux

4 Matériaux élaborés Granulométrie Uniquement en zone d’enrobage 1)


de granulométrie d/D
La mise en place et le serrage des grains
(ex : 5/15) issus
se fait à l’aide d’un moyen mécanique
de matériaux non évolutifs.
approprié
D vérifiant 6.2.2.1
Non polluant
Non agressif pour les réseaux

5 Matériaux Fiche-produit (fabricant) Matériau mis en œuvre à partir


auto-compactants d’un camion malaxeur
Risques environnementaux
excavables (2)
(ouvrages proches, milieu naturel) Ancrage éventuel des réseaux en zone
d’enrobage
Non polluant
Non agressif pour les réseaux
Compatible avec le sol environnant
Se référer aux conditions d’utilisation
spécifique 2)

1) Un géotextile adapté est à mettre en place en cas de risque de pollution par des éléments fins, selon les normes en
vigueur.
2) Certaines formulations peuvent conduire à une augmentation de la résistance et à réduire l'excavabilité des matériaux.
L’utilisation de ces matériaux, notamment en partie supérieure de remblai ou en corps de chaussée hors couches de surface,
est conditionnée à une étude spécifique (compatibilités chimiques, résistances mécaniques, excavabilité, etc.).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 13 — NF P 98-331

6.2.2.3 Matériaux utilisables en remblayage de la Partie Inférieure de Remblai (PIR) et dans la zone
d’enrobage
La liste est établie en prenant en compte les propriétés d’usage (Tableau 1). Les conditions relatives à l’environ-
nement (risque de pollution ou d’agressivité pour les réseaux) évoquées dans le Tableau 2 peuvent faire éliminer
certains matériaux.

Tableau 3 — Matériaux utilisables en Partie Inférieure de Remblai et zone d’enrobage


selon l’appellation de la norme NF P 11-300

Sols Symbole des classes de sols


1)
Sols fins A1h ; A1m ; A1s ; A2h ; A2m

Sols sableux et graveleux avec fines B1 ; B2h ; B2m ; B2s ; B3 ; B4h ; B4m ; B4s ; B5h ; B5m ; B5sB6h ;
B6m

Sols comportant des fines et des gros éléments 2) C1A1h ; C1A1m ; C1A2h ; C1A2mC2A1h ; C2A1m ; C2A2h ;
C2A2mC1B2h ; C1B2m ; C1B4h ; C1B4mC1B5h ; C1B5m ; C1B6h ;
C1B6mC2B2h ; C2B2m ; C2B4h ; C2B4mC2B5h ; C2B5m ; C2B6h ;
C2B6m

Sols comportant des fines (non argileuses) C1B1 ; C1B3 ; C2B1 ; C2B3
et des gros éléments 2)

Sols insensibles à l’eau D1 ; D2 ; D3

Sols Rocheux Symbole des classes de sols

Craies R11 ; R12h ; R12m ; R13h ; R13m

Calcaires rocheux divers R21 ; R22 ; R23

Roches siliceuses R41 ; R42 ; R43

Roches magmatiques et métamorphiques R61 ; R62 ; R63 ;

Sous-produits industriels Symbole des classes de sols

Cendres volantes et cendres de foyer F2 3)


silico-alumineuses de centrale thermique

Schistes houillers F3 3)

Schiste de mines de potasse F4 3)

Mâchefers d’incinération des ordures ménagères F6 3)

Matériaux de démolitions F7 3)

Laitiers de haut-fourneau F8 3)

Autres matériaux Caractéristiques pour la mise en œuvre

Matériaux élaborés Difficulté de compactage : DC1 ; DC2 ; DC3 2) 4)

Matériaux auto-compactants excavables Se référer aux conditions d’utilisation spécifique 5)

1) L’emploi de matériaux fins de type A3 est possible sous réserve de l’avis d’un géotechnicien.
2) Selon les critères dimensionnels du Dmax figurant au 6.2.2.1, un criblage peut être nécessaire.
3) Pour ces matériaux, les sous-classes admissibles sont définies dans le Tableau 4.
4) Voir la définition des matériaux DC1, DC2 et DC3 figurant en annexe du présent document.
5) Certaines formulations peuvent conduire à une augmentation de la résistance et à réduire l'excavabilité des matériaux.
L’utilisation de ces matériaux, notamment en partie supérieure de remblai ou en corps de chaussée hors couches de surface,
est conditionnée à une étude spécifique (compatibilités chimiques, résistances mécaniques, excavabilité, etc.).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 14 —

En zone d’enrobage, si des risques existent pour la pérennité des réseaux, il convient de préférence de choisir
des matériaux facilement compactables. Les matériaux recommandables dans ce contexte sont : B1, B3, D1, D2
ou DC1 et, si les dimensions le permettent C1B1,C1B3 ou D3.
L’emploi d’autres matériaux est possible s’il permet de respecter la perméabilité du milieu environnant.

Tableau 4 — Sous produits industriels utilisables


Il s’agit des sous-classes Fij non précisées dans la norme NF P 11-300.
Tous les sous produits industriels sont utilisables sous réserve d’études spécifiques, notamment par rapport à la
nocivité vis-à-vis des réseaux, au respect des règles liées à l’environnement, et à la santé.

Appellation selon norme NF P 11-300 Sous-classes

F2h : cendres volantes humides


4 < IPI ≤ 10

F2 1,2 WOPN ≤ Wn < 1,3 WOPN

Cendres volantes et cendres de foyer F2m : cendres volantes à teneur en eau moyenne
silico-alumineuses de centrales thermiques
(NF P 98-110, NF P 98-124) 0,85 WOPN ≤ Wn < 1,2 WOPN

F2s : cendres volantes sèches


0,75 WOPN ≤ Wn < 0,85 WOPN

F31 : schistes houillers totalement brûlés (couleur : du rouge au violet)


F3
Schistes houillers F32 : schistes houillers incomplètement ou non brûlés
(couleur : du noir à l’orange)

F4 F41 : schistes des mines de potasse à faible teneur en NaCl :


% de NaCl ≤ 10
Schistes des mines de potasse

F61 : mâchefers bien incinérés, criblés, déferraillés, peu chargés


en éléments toxiques solubles et stockés durant plusieurs mois.
Perte au feu PF < 5 % selon la norme NF EN 1744-1
F6 F62 : idem F61 mais de fraîche production
Mâchefers d’incinération des ordures ménagères Les mâchefers seront classés selon l’essai de lixiviation
(norme NF EN 12457-2) et devront respecter les spécifications
de la circulaire du ministère de l’environnement relative à l’élimination
des mâchefers d’incinération de résidus urbains (9 mai 1994).

F71 : matériaux de démolition, sans plâtre, épurés des éléments


F7 putrescibles, concassés, criblés, déferraillés, homogénéisés
Matériaux de démolition recyclés Teneur en sulfate < 0,8 % mesurée selon l’essai défini par la norme
XP P 18-581

F8 Laitiers granulés, bouletés, expansés ou cristallisés


Laitiers de haut-fourneau
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 15 — NF P 98-331

6.2.2.4 Matériaux utilisables en remblayage de la Partie Supérieure de Remblai (PSR)

Tableau 5 — Matériaux utilisables en Partie Supérieure de Remblai


selon l’appellation de la norme NF P 11-300

Sols Symbole des classes de sols

Sols sableux et graveleux avec fines (non argileuses) B1 — B3

Sols comportant des fines (non argileuses) et des gros C1B1 — C1B3 — C2B1 — C2B3- C2B1 — C2B3
éléments
C1B4 — C2B4 après élimination de la fraction fine 0/d

Sols insensibles à l’eau D1 — D2 — D3

Sols Rocheux Symbole des classes de sols

Craies R11

Calcaires rocheux divers R21 — R22

Roches siliceuses R41 — R42

Roches magmatiques et métamorphiques R61 — R62

Sous-produits industriels Symbole des classes de sols

Schistes houillers F31

Mâchefers d’incinération des ordures ménagères F6

Matériaux de démolition F7

Laitiers de haut-fourneau F8

Autres matériaux Caractéristiques pour la mise en œuvre

Matériaux élaborés Difficulté de compactage : DC1 ; DC2 ; DC3

Matériaux auto-compactants excavables Se référer aux conditions spécifiques d’utilisation 1)

1) Certaines formulations peuvent conduire à une augmentation de la résistance et à réduire l'excavabilité des
matériaux. L’utilisation de ces matériaux, notamment en partie supérieure de remblai ou en corps de chaussée hors
couches de surface, est conditionnée à une étude spécifique (compatibilités chimiques, résistances mécaniques,
excavabilité, etc.).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 16 —

Tableau 6 — Sous produits industriels utilisables


Il s’agit des sous-classes Fij non précisées dans la norme NF P 11-300.
Tous les sous produits industriels sont utilisables sous réserve d’études spécifiques, notamment par rapport à la
nocivité vis-à-vis des réseaux, au respect des règles liées à l’environnement et à la santé.

Appellation selon norme NF P 11-300 Sous-classes

F3 F31 : schistes houillers totalement brûlés (couleur: du rouge au violet)


Schistes houillers

F61 : mâchefers bien incinérés, criblés, déferraillés, peu chargés


en éléments toxiques solubles et stockés durant plusieurs mois.
Perte au feu PF < 5 % selon la norme NF EN 1744-1
F6 F62 : idem F61 mais de fraîche production
Mâchefers d’incinération des ordures ménagères Les mâchefers seront classés selon l’essai de lixiviation
(norme NF EN 12457-2) et devront respecter les spécifications
de la circulaire du ministère de l’environnement relative à l’élimination
des mâchefers d’incinération de résidus urbains (9 mai 1994)

F71 : matériaux de démolition, sans plâtre, épurés des éléments


F7 putrescibles, concassés, criblés, déferraillés, homogénéisés
Matériaux de démolition recyclés Teneur en sulfate < 0,8 % mesurée selon l’essai défini par la norme
XP P 18-581

F8 Laitiers granulés, bouletés, expansés ou cristallisés


Laitiers de haut-fourneau

6.2.3 Définition des objectifs de densification


Les exigences de compactage d’une couche s’expriment par un niveau minimal de masse volumique moyenne
ρdm de la couche, et un niveau minimal de masse volumique en fond de couche ρdfc. Ces critères permettent la
définition de tableaux de compactage préconisant les épaisseurs et les nombres de passes en fonction des maté-
riaux classifiés et des compacteurs également classifiés (NF P 98-736).

Légende
1 Couche compactée
Z Hauteur de couche compactée
ρd Masse volumique

Figure 3 — Variation de la masse volumique sèche


sur la hauteur de la couche compactée
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 17 — NF P 98-331

Tableau 7 — Objectifs de densification — Définition

Objectif
Exigences Utilisation en tranchées (détaillée en 6.2.4)
de densification

q11) ρdm ≥ 100 % ρdOPM Non accessible au petit matériel de compactage


ρdfc ≥ 98 % ρdOPM

q2 1) ρdm ≥ 97 % ρdOPM Chaussée


ρdfc ≥ 95 % ρdOPM

q3 ρdm ≥ 98,5 % ρdOPN Partie supérieure de remblai


ρdfc ≥ 96 % ρdOPN

q4 ρdm ≥95 % ρdOPN Remblai


ρdfc ≥92 % ρdOPN Zone d’enrobage des tranchées de hauteur de recouvrement < 1,30 m
et certaines tranchées de hauteur de recouvrement ≥ 1,30 m 2)

q5 ρdm ≥ 90 % ρdOPN Zone d’enrobage (uniquement pour les tranchées dont la hauteur
ρdfc ≥ 87 % ρdOPN de recouvrement ≥ 1,30 m où q4 n’est pas exigé 3)).

1) q1 et q2 sont définis dans la norme NF P 98-115.


2) Le choix q4 ou q5 pour l’enrobage dans le cas des tranchées profondes est à fixer en fonction des conditions
rencontrées : encombrement des réseaux, difficultés d’exécution particulières.
3) Il peut s’avérer que l’objectif de densification q5 ne puisse être atteint : cette contrainte pouvant ou non avoir été
démontrée dès les études préalables ou, si l’étude géotechnique ne l’a pas détectée, constatée à l’ouverture de la
tranchée (par exemple un encombrement important de la tranchée, un fond de fouille en zone compressible, etc.). Dans
ce cas, une étude spécifique sera exigée afin de définir les moyens pour garantir la bonne tenue de la tranchée et du
réseau dans le temps.(Prise en compte dans le modèle de calcul, utilisation de matériaux adaptés, etc.).

6.2.4 Conditions de remblayage par zones


Le remblayage doit garantir la stabilité du réseau enterré et celle des terrains adjacents non excavés, et permettre
ainsi la réfection de la surface sans délai. De façon classique (à l’exception des matériaux auto-compactants exca-
vables et des granulats d/D) il est effectué au fur et à mesure de l’avancement des travaux par mise en place de
couches successives, régulières, compactées de manière à obtenir les objectifs de densification décrits au 6.2.3.
En cas d’utilisation de blindages, cette technique ne devra en aucun cas altérer la qualité du compactage du remblai.
Dans le cas où les blindages sont abandonnés en fouille avec accord du gestionnaire du domaine public ou privé,
ces blindages sont recepés à un niveau inférieur à celui de la couche de base de la chaussée.
Dans le cas d’affouillements latéraux accidentels, une nouvelle découpe de la tranchée est nécessaire localement
pour assurer le compactage des matériaux sous-jacents.

Zone d’enrobage
Le fond de fouille est débarrassé de ses éléments les plus gros afin d’assurer une assise continue et le cas
échéant, il sera purgé des zones instables.
L’emploi de matériaux auto-compactants excavables est possible si les conditions du 6.2.2.2 sont respectées.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 18 —

Selon les cas, les règles à appliquer pour le remblayage sont :

Tableau 8 — Exigences en zone d'enrobage

Cas de remblayage Type de tranchée Objectif de densification

Hauteur de recouvrement < 1,30 m q41)


Classique ou exigences du CCTP
(cas 1, 2, 3 du Tableau 2, de 6.2.2.2)
Hauteur de recouvrement ≥ 1,30 m voir en 6.2.3 q5 2) 3)

Granulats Remarque : en cas d’ouverture d’une tranchée Sans objet


d/D (cas 4 du Tableau 2, de 6.2.2.2) contiguë, ces matériaux ne sont pas stables

1) q5 admissible en tranchées sous espaces verts non circulés uniquement. La mise en œuvre des matériaux doit se faire
selon les règles de l’art.
2) Pour l’enrobage des tranchées profondes et selon les conditions rencontrées : encombrement, difficultés d’exécution
particulières, l’objectif de densification est ramené à q5, sauf spécification contraire du CCTP.
3) Il peut s’avérer que l’objectif de densification q5 ne puisse être atteint : cette contrainte pouvant ou non avoir été
démontrée dès les études préalables, ou si l’étude géotechnique ne l’a pas détectée, découverte à l’ouverture de la
tranchée, (par exemple un encombrement important de la tranchée, un fond de fouille en zone compressible, etc.). Dans
ce cas, une étude spécifique sera exigée afin de définir les moyens pour garantir la bonne tenue de la tranchée et du réseau
dans le temps,.(prise en compte dans le modèle de calcul, utilisation de matériaux adaptés, etc.).

Partie inférieure de remblai


Le remblayage de la partie inférieure de remblai, effectué avec les matériaux définis au Tableau 2 dans les cas 1,
2 et 3 est réalisé avec un objectif de densification q4.
Le remblayage de la partie inférieure de remblai, est possible avec des matériaux auto-compactants.
Partie supérieure de remblai
Le remblayage de la partie supérieure de remblai, effectué avec les matériaux définis au Tableau 2 dans les cas 1,
2 et 3 est réalisé avec un objectif de densification q3.
Les matériaux doivent être insensibles à l’eau, pour garantir un module d’au moins 50 MPa, quelque soit l’envi-
ronnement hydrique rencontré.
L’épaisseur de matériaux de la partie supérieure de remblai est adaptée à l’importance du trafic et à la nature des
matériaux utilisés comme indiqué dans le Tableau 9.
Le remblayage de la partie supérieure de remblai, est possible avec des matériaux auto-compactants, selon les
conditions d'utilisation définies en 6.2.2.2.

Tableau 9 — Trafic et épaisseur de matériaux en q3

Trafic interurbain Épaisseur


Zone industrielle, Trafic urbain
ou traversée de matériaux en q3
portuaire, gare routière ou périurbain
d’agglomération (partie supérieure
Nbre de PL ptac > 35 kN Nbre de PL ptac > 35 kN
Nbre de PL ptac > 35 kN de remblai)

≥ 0,60 m
Fort trafic > 75 > 190 > 375
ou ≥ 0,40 m *)

≥ 0,45 m
Trafic moyen 25 à 75 60 à 190 125 à 375
ou ≥ 0,30 m *)

Faible trafic < 25 < 60 < 125 ≥ 0,30 m

*) La valeur la plus faible est admise si les matériaux de la partie inférieure de remblai sont de même nature que ceux de la
partie supérieure.

Le coefficient d’agressivité appliqué dans le tableau ci-dessus qui permet de passer d’une colonne à l’autre est
différent de celui de la norme P 98-082. Il signifie qu’un poids lourd de la troisième colonne (trafic urbain ou périur-
bain) est sensiblement deux fois moins agressif qu’un poids lourd de la deuxième colonne (trafic interurbain) et
cinq fois moins agressif qu’un poids lourd de la première colonne (trafic de zone industrielle).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 19 — NF P 98-331

Chaussée
— Couches d’assise
Les matériaux doivent être conformes aux caractéristiques exigées pour les assises de chaussée.
Les couches de chaussées constituées de matériaux définis au Tableau 2 dans le cas 3, seront réalisées avec un
objectif de densification q2.
L’emploi de matériaux auto-compactants est acceptable en chaussée selon les conditions d'utilisation définies
en 6.2.2.2.
— Couches de surface
Les couches de surface (béton bitumineux, enduits superficiels d’usure, asphalte coulé, pavés, dalles, etc.) seront
réalisées conformément aux normes «produits» et aux règles d’exécution en vigueur.

6.2.5 Cas-types
Les quatre cas-types recensés et exposés ci-après traduisent concrètement les exigences formulées à partir des
Tableaux en 6.2.1 à 6.2.4.
Les exigences concernant la réfection de la chaussée sont formulées à l’Article 6.

6.2.5.1 Tranchées sous chaussées, trottoirs et zones circulées ou stationnées

Légende

1 q2 5 Rétablissement de la chaussée à l'identique


2 q3 6 Partie supérieure de remblai (PSR)
3 q4 7 Partie inférieure de remblai (PIR)
4 q4 ou q5 (voir en 6.2.3) 8 Zone d'enrobage

Figure 4 — Cas type 1 — Tranchées sous chaussées,


trottoirs ou accotements supportant des charges lourdes

Dans le cas d’une réfection de chaussée qualitativement à l’identique, l’épaisseur du corps de chaussée est majo-
rée d’au moins 10 % pour compenser l’impossibilité pratique d’appliquer l’objectif de densification q1.
Si l’épaisseur de remblai de la partie inférieure de remblai ne dépasse pas 0,15 m, le choix du matériau est
obligatoirement celui utilisé en partie supérieure de remblai.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 20 —

6.2.5.2 Tranchées sous trottoirs ni circulés par des véhicules, ni stationnés


Sur un trottoir revêtu, la couche de surface est reconstituée à l’identique.
Sur un trottoir non revêtu, la couche de surface est constituée au minimum de 0,15 m d’une grave compactée avec
l’objectif de densification q3.

Légende
1 q3
2 q4
3 q4 ou q5 (voir au 6.2.3)
4 Rétablissement du trottoir à l'identique
5 Épaisseur variable en fonction de la profondeur de tranchée (jamais inférieure à 0,15 m)
6 Zone d'enrobage

Figure 5 — Cas type 2 — Tranchées sous trottoirs revêtus


INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 21 — NF P 98-331

6.2.5.3 Tranchées sous accotements


Si l’accotement est susceptible de supporter des charges lourdes, l’objectif de densification est identique à celui
de la tranchée sous chaussée.
S’il n’est pas susceptible de supporter des charges lourdes, l’objectif de densification est q3 en partie supérieure
du remblai sur une épaisseur égale à celle de la chaussée avec un minimum de 0,30 m.

Légende
1 q3
2 q4
3 q4 ou q5 (voir en 6.2.3)
4 Épaisseur égale à celle de la chaussée contiguë, avec un minimum de 0,30 m
5 Remblai
6 Zone d'enrobage

Figure 6 — Cas type 3 — Tranchées sous accotements


INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 22 —

6.2.5.4 Tranchées sous espaces verts


L’épaisseur de terre végétale est au moins équivalente à celle avant travaux, puis nivelée et ensemencée en fonc-
tion des zones traversées.

Légende
1 q4
2 q5
3 Terre végétale
4 Remblai
5 Zone d'enrobage

Figure 7 — Cas type 4 — Tranchées sous espaces verts

6.2.5.5 Cas particulier des tranchées «étroites» (inférieures à 0,30 m de largeur)


Les dispositions ci-dessus sont applicables aux tranchées étroites sous réserve des contraintes ci-après :
— la profondeur de la tranchée doit être compatible avec la profondeur d'enfoncement de la partie active du
compacteur (pilonneuse à sabot étroit, roue vibrante étroite, etc.) ;
— pour éviter d'endommager le réseau, les roues vibrantes étroites ne doivent pas descendre à moins de 0,40 m
de la génératrice supérieure de ce réseau.

6.2.6 Dispositif avertisseur


Pour avertir l’exécutant et identifier les réseaux lors de futures ouvertures de fouilles, un dispositif avertisseur de
caractéristiques conformes à la norme NF EN 12613 et de couleurs conformes à la norme NF P 98-332, est mis
en place dans la tranchée en cours de remblayage.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 23 — NF P 98-331

6.2.7 Opérations de contrôle


Les vérifications indiquées dans ce qui suit, doivent être effectuées obligatoirement pendant l'exécution des
travaux.

6.2.7.1 Contrôle des matériaux


Les matériaux utilisés seront identifiés au sens de la norme NF P 11-300. La classification tiendra compte de l’état
hydrique du matériau.

6.2.7.2 Contrôle du compactage proprement dit


Le plan de compactage (matériaux mis en œuvre, matériel de compactage utilisé, épaisseur compactée, et nom-
bre d’applications de charge) sera soumis à l’avis du maître d’œuvre.
Toute circulation d'engin ou de stockage des déblais est interdite sur la tranchée en cours de remblayage pour
éviter un compactage inégal.
La conformité des objectifs de densification du remblai est vérifiée par des méthodes de contrôle adaptées avant
réfection du corps de chaussée ou des trottoirs. Le contrôle du compactage porte sur toute la hauteur remblayée.
Le contrôle du compactage sera effectué avec :
— soit un pénétromètre utilisé en fonction B selon les spécifications des normes XP P 94-105 et NF P 94-063 ;
les courbes d’essai obtenues sont alors comparées aux droites de limite et de référence relatives aux objectifs
de densification retenus ;
— soit un gammadensimètre (NF P 94-061-1). Le contrôle sera exécuté sur chaque couche unitaire mise en
œuvre.
La fréquence des contrôles au pénétromètre ou gammadensimètre est fonction du linéaire de tranchée rem-
blayée, au minimum un tous les 50 m, ou un par section homogène de tranchée (tronçon entre deux regards, deux
chambres de visite, etc.).
Il est rappelé que l’obtention des objectifs de densification dépend du respect du plan de compactage.

7 Réfection de la chaussée et de ses dépendances

7.1 Matériaux de reconstitution de chaussées, trottoirs et accotements


7.1.1 Prescriptions générales
La structure de chaussée reconstruite doit assurer le même niveau de service que la chaussée initiale.
La fourniture des granulats, liants et autres constituants de ces matériaux, ainsi que la fourniture des produits
divers, sont conformes aux normes relatives aux produits correspondants.
Les deux principales méthodes de réfection de chaussée et de ses dépendances sont :
— la réfection définitive immédiate ;
— la réfection provisoire suivie d'une réfection définitive ; dans ce cas, la réfection définitive doit être réalisée dans
un délai maximal d'un an.
La réfection provisoire, dans la limite d’un an, nécessite la même qualité de remblayage et de couches de corps
de chaussées que la réfection définitive immédiate. La seule différence concerne la couche de roulement provi-
soire qui sera reprise au moment de la réfection définitive.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 24 —

7.1.2 Matériaux de corps de chaussée (hors matériaux de surface)


Le corps de chaussée sera reconstruit en respectant l’homogénéité mécanique de la structure de la chaussée
existante.
On distingue :
— les matériaux non traités ;
— les matériaux traités aux liants hydrauliques ;
— le béton de ciment ;
— les matériaux traités aux liants hydrocarbonés.
Dans le cas où le corps de la chaussée existante comporte un ou plusieurs matériaux que l'on ne peut pas pré-
parer ou mettre en œuvre en petite quantité, ceux-ci peuvent être remplacés par un ou plusieurs matériaux issus
d'une technique similaire, sur une épaisseur équivalente au point de vue structurel.

7.1.3 Matériaux de réfection de surface


En règle générale, et sauf stipulation contraire de la réglementation, la surface de chaussée, trottoir ou accote-
ment est reconstruite à l'identique qualitativement, c'est-à-dire avec un matériau de caractéristiques équivalentes
et de même aspect que celui en place avant travaux, fabriqué et mis en œuvre selon les normes correspondantes.
On distingue :
Enduits superficiels :
Les enduits superficiels susceptibles d'être réalisés sont l'enduit monocouche, l'enduit monocouche double gra-
villonnage et l'enduit bicouche. (NF P 98-160).
Enrobés hydrocarbonés :
Les enrobés hydrocarbonés susceptibles d’être utilisés sont :
— les bétons hydrocarbonés 0/6, 0/10 ou 0/14 (NF P 98-130, NF P 98-132, NF P 98-133, NF P 98-134,
NF P 98-136, NF P 98-137 et NF P 98-141) ;
— les enrobés coulés à froid (E. C. F.) et les coulis ;
— les enrobés denses à froid.
Les enrobés stockables (enrobés à froid) sont à réserver aux réfections provisoires.
Asphalte coulé :
L'asphalte coulé est généralement utilisé sur support en béton. Toutefois, dans certains cas, et avec l'accord du
gestionnaire de voirie, l'asphalte peut être mis en œuvre (pour les réfections de tranchées) sur d'autres supports
en remplacement d'autres produits bitumineux. (NF P 98-145).
Pavés et dalles :
On distingue les pavés en pierre naturelle, en béton ou en terre-cuite et les dalles en pierre naturelle ou en béton.
Les produits en béton ou en terre cuite sont issus de fabrications titulaires du droit d’usage de la marque NF. Dans
la mesure du possible, les pavés ou dalles déposés avant réalisation de la tranchée sont réutilisés pour la
réfection. Lorsque certains pavés ou dalles se trouvent cassés ou dégradés, les produits de remplacement doivent
provenir dans la mesure du possible de la même usine ou carrière. Un panachage des anciens et des nouveaux
produits est éventuellement réalisé en cas de différences de teintes (XP B 10-601, NF EN 1338, NF EN 1339,
NF EN 1340, NF P 98-340/CN, NF EN 1341, NF EN 1342, NF EN 1343 et NF EN 1344).
Dans le cas où le revêtement de la chaussée existante comporte des matériaux que l'on ne peut pas préparer ou
mettre en œuvre en petite quantité, ces matériaux peuvent être remplacés par des matériaux issus d'une techni-
que similaire, sur une épaisseur équivalente au point de vue structurel, avec l'accord du gestionnaire de la voirie.

7.1.4 Matériaux de réfection de surface dans le cas de réfection provisoire


Dans le cas de réfection provisoire, la couche de surface peut être réalisée à l'aide de matériaux différents de ceux
utilisés pour la réfection définitive : grave-bitume, grave-émulsion, enrobés stockables à froid, enduit superficiel,
pavés, etc. Ce revêtement provisoire doit supporter la circulation pendant la phase provisoire (maximum un an)
et empêcher les entrées d'eau dans le corps de chaussée en suivant les déformations éventuelles.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 25 — NF P 98-331

7.1.5 Produits pour réfections diverses


Les produits spéciaux de réfection tels que céramique et matériaux divers doivent correspondre aux produits ini-
tiaux par leurs caractéristiques physiques et leur aspect.
Les produits de traitement de joints et de pontage seront conformes aux spécifications du CCTP.
La fourniture de sable pour réalisation de sablage et les fournitures de gazon sont de qualités au moins égales à
celles des produits d'origine.

7.2 Mise en œuvre des matériaux de reconstitution de chaussées, trottoirs et accotements


La mise en œuvre est conforme aux spécifications de la norme NF P 98-150.
Les matériaux sont mis en œuvre conformément aux normes «produits» avec les spécifications ci-après.

7.2.1 Matériaux de corps de chaussées, trottoirs et accotements


Graves non traitées :
Elles ne peuvent être mises en œuvre que pour réaliser des trottoirs, accotements ou des chaussées supportant
un trafic faible ou moyen et sont à exclure pour les trafics forts.

Graves traitées aux liants hydrauliques :


II est tenu compte du temps de prise de ces matériaux (variable suivant leurs caractéristiques, les retardateurs de
prise et la température ambiante) pour la fixation du délai maximal entre la fabrication et la fin de la mise en œuvre
(y compris transport et stockage). La mise en œuvre se fait par couches de 0,20 m à 0,30 m d'épaisseur. Le
réglage fin est réalisé par rabotage, jamais par apport de mélange en couche mince. Pour éviter la dessiccation,
un enduit de cure est mis en œuvre.

Matériaux traités aux liants hydrocarbonés :


Grave-émulsion : La mise en œuvre est faite par couches d'épaisseur comprise entre 0,10 m et 0,20 m. Elle est
interdite par une température ambiante inférieure à 5 °C ou par forte pluie. Un délai d'attente de 30 min à 60 min
est obligatoire entre les différentes couches.
Grave-bitume et sable bitume : Leurs températures doivent être supérieures à 130 °C pour la grave-bitume
et 80 °C pour le sable bitume, lors du compactage. Les modalités de transport de ces produits doivent être pré-
vues pour limiter les baisses de température. La mise en œuvre se fait en une couche si l'épaisseur est inférieure
à 0,20 m et en deux couches si l'épaisseur totale est comprise entre 0,20 m et 0,30 m.
Enrobés pour couche de liaison : Sa température doit être supérieure à 130 °C lors du compactage. Les modalités
de transport de ces produits doivent être prévues pour limiter les baisses de température. La mise en œuvre se
fait en une couche d'épaisseur comprise entre 0,05 m et 0,10 m.

Matériaux bétons :
Les matériaux constituant le béton seront conformes aux spécifications de la norme NF P 98-170. Le béton sera
fabriqué selon les conditions imposées dans la norme XP P 18-305.

7.2.2 Matériaux de réfection de surface pour chaussées ou trottoirs


Pour les tranchées de largeur supérieure ou égale à 0,30 m, les bords des revêtements existants doivent être
redécoupés de manière rectiligne à 0,10 m de part et d'autre des deux lèvres de la tranchée.

Enrobés :
Une couche d'accrochage est toujours réalisée, éventuellement à la lance manuelle. Le bord des lèvres reçoit un
badigeonnage à l'émulsion de bitume. La mise en œuvre de l'enrobé sur la tranchée se fait soit avec un petit finis-
seur, soit manuellement. Le compactage est effectué par cylindre vibrant, la dernière passe étant réalisée sans
vibration (NF P 98-130, NF P 98-132, NF P 98-133, NF P 98-134, NF P 98-136, XP P 98-137 et NF P 98-141).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 26 —

Enduits superficiels :
Dans le cas de tranchées étroites transversales à la chaussée, la réalisation de l'enduit superficiel peut être
manuelle : répandage du liant à la lance et mise en place des gravillons à la main en respectant les dosages pres-
crits (NF P 98-160).
Pour les tranchées larges ou de grandes longueurs, longitudinales à la chaussée, la réalisation de l'enduit super-
ficiel doit être mécanisée, en utilisant un matériel spécifique (répandeuse, ou en adaptant si besoin le matériel
habituel). Le répandage des granulats doit suivre immédiatement le répandage du liant. Le compactage est effec-
tué avec un petit cylindre sans vibration.

Enrobés à froid pour réfections provisoires :


Les enrobés à froid stockables peuvent être utilisés dans le cas de réfection provisoire ; ils sont à réserver à des
surfaces de faible étendue.

Coulis bitumineux et enrobés coulés à froid :


Ils sont mis en œuvre conformément aux prescriptions de la norme NF P 98-150.

Asphalte coulé (NF P 98-145) :


L’asphalte coulé est mis en œuvre conformément à la norme NF P 98-145. Sur support en béton, il est mis en
place soit sur une fine couche de sable soit sur un écran de désolidarisation.

Pavés et dalles (XP B 10-601, P 98-335, NF EN 1338, NF EN 1339, NF EN 1340, NF P 98-340/CN, NF EN 1341,
NF EN 1342, NF EN 1343 et NF EN 1344) :
La mise en œuvre des pavés et dalles sur tranchée, ne diffère pas de la mise en œuvre sur des surfaces plus
grandes. Elle se réalise conformément à la réglementation en vigueur, en particulier pour le lit de pose et les pro-
duits de jointoiement. La pose est effectuée en respectant le calepinage de la chaussée environnante avec éven-
tuellement le panachage des produits en cas de différences de teintes. La coupe de pavés ou dalles doit être
limitée aux éléments strictement indispensables.

Béton de ciment :
Le béton de ciment est mis en œuvre conformément à la norme NF P 98-170. C'est un béton contrôlé, livré par
camion malaxeur. L'emploi de béton ayant commencé à faire prise est interdit. La rugosité de la surface doit être
obtenue. Le striage longitudinal est interdit. Des joints transversaux de retrait-flexion sont réalisés au droit des
joints de la chaussée existante, sur une profondeur d'au moins 1/4 de l'épaisseur de la dalle, par sciage ou réser-
vation dans le béton frais.

Grave non traitée :


La mise en œuvre de grave non traitée pour trottoirs est réalisée comme pour les graves non traitées des corps
de chaussée.

Revêtement sablé compacté :


La couche de sable de 0,025 m d'épaisseur est mise en œuvre sur la couche de base en grave non traitée et
compactée.

7.2.3 Matériaux pour espaces verts


Terre végétale :
La terre végétale est mise en œuvre sur une épaisseur équivalente à celle existant avant travaux. Elle est préa-
lablement purgée des éléments étrangers, puis nivelée et ensemencée en fonction des zones traversées, selon
les prescriptions du fascicule 35 du CCTG [8].

Gazon :
Les plaques de gazon préalablement découpées peuvent être remises en place. Si cette opération n'est pas
réalisable, un ensemencement de la terre végétale préalablement ameublie, est réalisé avec des graines
sélectionnées de graminées.
INTRANORMES pour : EIFFAGE

— 27 — NF P 98-331

Annexe A
(informative)
Difficultés de compactage

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

Les termes DC1, DC2, DC3 correspondent aux niveaux de difficulté D1, D2, D3 mentionnés dans la norme
NF P 98-231-2 et dans la liste d’aptitude des matériels de compactage. Cette modification de terminologie permet
de ne pas confondre avec les sols D1, D2, D3 de la norme NF P 11-300.
La difficulté de compactage (DC1, DC2, DC3 par ordre croissant) est liée aux caractéristiques du matériau, en
particulier son indice de concassage (IC), et génère des conditions de compactage différentes.
Les matériaux DC1 ont un faible indice de concassage. Les grains se mettent facilement en place pour un niveau
d’énergie donné.
Les matériaux DC2 ont un indice de concassage moyen : pour un même niveau d’énergie, la mise en place des
grains est plus difficile.
Les matériaux DC3 ont un indice de concassage élevé : pour un même niveau d’énergie la mise en place des
grains devient encore plus difficile.
Il faut différencier les notions de difficulté de compactage et les notions de stabilité ou de résistance mécanique
pour un matériau donné. En effet, un matériau entièrement concassé sera plus difficile à compacter mais permet-
tra d’obtenir de meilleures résistances mécaniques.

Tableau A.1 — Tableau des difficultés de compactage des matériaux de chaussée

Matériaux DC1 DC2 DC3

Graves non traitées sableuses peu concassées IC < 60


ou graves grenues entièrement roulées

Graves non traitées grenues IC < 80 IC > 80

Grave laitier IC < 60 60 < IC < 100 IC = 100

Sable laitier Autres cas Si % de sable concassé élevé

Sable ciment Autres cas Si % de sable concassé élevé

Grave ciment IC < 80 IC > 80

Grave cendres volantes IC < 80 IC > 80

Béton bitumineux IC < 60 60 < IC < 100 IC = 100

Grave bitume Autres cas 60 < IC < 100 IC = 100

Sable bitume Autres cas 60 < IC < 100 IC = 100

Grave émulsion IC < 80 IC > 80

Béton maigre Sauf si W est faible

Dans le cas où l’indice de concassage n’est pas connu, la difficulté de compactage est déterminée par l’essai de
vibrocompression à paramètres contrôlés (NF EN 13286-3).
INTRANORMES pour : EIFFAGE

NF P 98-331 — 28 —

Bibliographie

[1] Guide technique — Remblayage des tranchées et refection de chaussées — Mai 1994.
[2] Fascicule 70 du CCTG.
[3] Remblayage des tranchées — Utilisation de matériaux autocompactants — CERTU.
[4] Code de la Voirie Routière.
[5] Fascicule 25 du CCTG.
[6] Fascicule 29 du CCTG.
[7] Fascicule 31 du CCTG.
[8] Fascicule 35 du CCTG.
[9] Guide DREIF sur l’emploi des matériaux locaux.

Vous aimerez peut-être aussi