Vous êtes sur la page 1sur 2

1

Analyse syntaxique – exercices (1)

1. Soulignez les sujets ou groupes sujets. Distinguez sujet réel et sujet apparent le cas échéant.

1. Quand vint l’hiver, la cigale se trouva fort dépourvue.


2. Quiconque ne sait pas souffrir n’a pas un grand cœur.
3. Que sert de dissimuler ?
4. Vivent les vacances ! crient les écoliers.
5. Nobles forêts qu’émeuvent les vents, puissent les tempêtes ne pas ravager vos ramures !
6. Dans nos âmes, il flotte une vague tristesse.
7. L’hiver sévit : il neige, il vente ; il faudrait des secours aux malheureux.
8. Il importe que chacun fasse son devoir.
9. N’est-il pas juste que tout dommage soit réparé par celui qui l’a causé ?
10. Il ne suffit pas d’avoir du talent, il faut encore du caractère.
11. Loin s’en faut.

2. Quelle est la fonction des mots soulignés ?

1. La parole est d’argent, le silence est d’or. attributs du sujet « la parole » et « le silence »
2. Qui cherchez-vous ? CD du verbe « cherchez »
3. On ne pense jamais à tout. CI du verbe « pense »
4. Nous le défendrons si on l’attaque. CD du verbe « défendrons » / CD du verbe « attaque »
5. Jouir d’une bonne santé. CI du verbe « jouir »
6. Il est descendu au fond de sa cachette. Complément circonstanciel
7. Quels sont vos auteurs préférés ? Attribut du sujet « vos auteurs »
8. Quoi que nous fassions, nous serons loués par ceux-ci, blâmés par ceux-là. Compléments d’agent
9. L’homme fourbe n’est estimé de personne. Complément d’agent des verbes passifs
10. Je la vois malgré l’obscurité. du verbe passif « est « serons loués » et
Complément circonstanciel estimé » « seront blâmés »

3. Soulignez les subordonnées relatives et encadrez leur antécédent. Justifiez l’emploi du


subjonctif le cas échéant.

1. L’homme qui travaille échappe à l’ennui.


2. Celui qui accable aujourd’hui des personnes qu’il louait hier n’est pas un honnête homme.
3. Puissiez-vous trouver le bonheur auquel vous aspirez !
4. Nous aimons ceux qui nous donnent des éloges, mais nous devrions nous défier des
flatteries par lesquelles ils nous séduisent.
5. La maison où tu vis, les choses familières dont elle est remplie : voilà le cadre d’un
bonheur que tu te rappelleras plus tard avec une douce émotion.
6. Est-il un homme qui puisse se vanter de n’avoir nul besoin de l’aide d’autrui ?
7. Cherchez le mot propre, qui convienne exactement à l’idée à exprimer.
8. Il n’y a donc rien à quoi la vertu soit préférable. (Diderot)

Faculté de traduction et d’interprétation Marie Haps (USL-B) – pratique de l’écrit (bloc 2)


2

4. Soulignez les subordonnées relatives, précisez si elles sont déterminatives ou explicatives et


indiquez leur fonction.

1. Qui ne croirait des témoins qui se laissent égorger ?


2. L’adversité, qui abat les âmes faibles, grandit les âmes fortes.
3. La cigale, qui avait chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand l’hiver fut venu.
4. Les victoires dont nous nous souvenons le plus volontiers sont celles qui nous ont coûté le
plus de peines.
5. Les jeunes gens, qui voient la vie devant eux, considèrent leurs beaux espoirs ; les
vieillards, qui la voient derrière eux, remuent leurs souvenirs.

5. Précisez le type et la fonction des subordonnées ci-dessous.

1. Le sage se rappelle constamment qu’il n’est qu’un homme.


2. Il faut que la vérité triomphe.
3. Dis-moi qui tu hantes, et je te dirai qui tu es.
4. Le meilleur élève n’est pas qui vous croyez.
5. L’idée que Poil de Carotte est quelquefois distingué amuse la famille. (J. Renard)
6. Foureau […] souriait d’une façon narquoise, jaloux de ce qu’ils avaient un divertissement
au-dessus de sa compétence. (G. Flaubert)
7. Voici que la nuit vient.
8. D’où vient qu’on ne vous ait pas vu hier ?
9. Cela m’étonne qu’elle ne m’ait pas averti.
10. Qu’il se soit trompé, il le sait.

6. Précisez la fonction des subordonnées complétives ci-dessous et mettez au mode convenable


les verbes en italique.

1. Il nous semble que ce buffet, cette horloge, ce portrait (avoir, présent) une âme. Qu’ils
(avoir, présent) une sensibilité et une espèce de langage muet, cela ne nous (paraître,
présent) pas si étrange. Il semble qu’on (voir, présent) dans leurs physionomies les
charmes infinis des vieux visages.
2. L’opinion des vrais savants est que nous ne (savoir, présent) le tout de rien.
3. La crainte naturelle d’une mère est que quelque danger n’(atteindre) son enfant.
4. L’important est qu’au terme de l’année scolaire, vous (être reçu, présent) à l’examen.
5. Rappelez-vous ce principe que vous (réussir, présent) mieux si vous êtes méthodiques.
6. Faisons cette hypothèse qu’on (abolir, présent) tous les impôts : qui supportera les
charges publiques ?
7. Supposons que vous (être, présent) milliardaire : comment organiseriez-vous votre vie ?
8. Croyez-vous qu’il (appartenir, présent) à l’homme de commander aux tempêtes ?
9. Rebroussez chemin dès que vous vous apercevrez que vous (faire, présent) fausse route.
10. Que la calomnie (être, présent) honteuse, chacun le sait.

Exercices adaptés de : GREVISSE M., Exercices de grammaire française,


Bruxelles, De Boeck, 2005 (3e édition).

Faculté de traduction et d’interprétation Marie Haps (USL-B) – pratique de l’écrit (bloc 2)

Vous aimerez peut-être aussi