Vous êtes sur la page 1sur 6

Tr a d itio n

LES UPANISHAD,
BOITE A TRESOR DU YOGA
Vous arrivez dans la salle de yoga pour telettes de l’essence spirituelle infinie :
votre séance hebdomadaire. Certains transcendance de toutes les traditions
élèves sont déjà là, assis, d’autres vont spirituelles.
encore arriver. Vous vous asseyez sur vo-
tre tapis, le professeur est assis lui aussi, Au-delà du multiple, se trouve l’Un non
près de vous. changeant.
Stricto sensu vous êtes en « Upanishad» :
« Assis auprès de l’enseignant », vous Plus que les Vedas dont ils sont en gé-
êtes disponible et réceptif à ses propos, néral issus les Upanishad contiennent en
explications et exercices sur le yoga. germes les grands trésors du yoga. Les
L’enseignant est également assis, est-il enseignants de yoga les ont étudiés som-
en « Upanishad » ? Est-il prêt à dispenser mairement dans leur cours de formation.
via le corps, via la posture, via la médi- Ils ont retenu le nom de quelques-unes
tation, via les exercices respiratoires un d’entre elles et c’est à peu près tout,
enseignement qui nous mettra en rela- même si quelques images traînent encore
tion avec notre nature profonde (atman), dans leur mémoire.
relation qui sera sensée apaiser nos nom-
breux stress, inquiétudes, combats qui se Si les Upanishad s’affranchissent du ri-
déroulent dans les parties les plus exter- tualisme védique devenu par certains
nes de nous-même. aspects « poussiéreux », ils témoignent
d’un profond respect pour le courant phi-
Atman, le mot a été lâché, mot magique, losophique et spirituel dans lequel ils ont
qui va naviguer au cœur des Upanishad et vu le jour. C’est une constante en Inde
qui va se décliner sous forme d’images, que de respecter la Tradition et de l’en-
d’histoires, de métaphores, de mantras, richir de notre expérience. Cela bien sûr
de prières qui feront le tour de l’hindouis- ne facilite pas notre compréhension des
me, le tour du yoga et qui dans leur éton- nombreuses écoles philosophiques indien-
nante simplicité arriveront à nous mettre nes qui sont souvent entremêlées, jouant
mal à l’aise, à nous déranger, à bousculer sur des concepts paradoxaux et se réfé-
nos habitudes de pensées et peut-être à rant quasi toutes à une racine commune.
opérer le déclic de l’évidence, de l’évi- Cependant, ce respect face à la Tradition
dence de l’Etre. a réduit considérablement le nombre
d’hérésies au sein de l’hindouisme et du
Les Upanishad voient nos corps comme yoga. On ne peut que sourire lorsque l’on
des parties de l’univers : fondement de entend de ci delà les garants de l’unique
l’écologie spirituelle. Ils voient nos struc- tradition du yoga « excommunier » les
tures mentales comme des étincelles de autres écoles. La nature même du yoga
l’intelligence universelle : fondement est de s’adapter sans perdre son âme.
de l’interdépendance de nos pensées.
Ils voient nos esprits comme des gout- Les Upanishad sont de merveilleux traits

Echo du yoga 66
7
Tr ad i ti on

d’union inter religieux. Ils nous placent en détail des cinq pranas (souffles physio-
d’emblée au dessus de la mêlée des diffé- logiques), des cinq couches formant no-
rences. Ils insistent sur le tronc commun tre être, de nos différentes facultés (Tat-
spirituel de tous les êtres et la béatitude tvas), des huit membres du yoga. Toutes
qui en émane. ces notions seront synthétisées et encore
« L’esprit au cœur de l’homme et l’esprit développées dans les ouvrages yogiques
au cœur du soleil ne sont qu’un seul et ultérieurs. On ne peut qu’être admiratif
même esprit. devant la cohérence et la continuité à
L’homme qui a compris cela se glisse travers les siècles de ce qui va faire les
d’esprit en esprit jusqu’à l’esprit de la assises du yoga, assises avalisées en per-
félicité lors de la mort. » (Taittirya Upa- manence par l’expérience des yogis.
nishad II,8,5)
Nous voudrions réactiver, rafraîchir nos
De nombreux swamis hindous et de nom- mémoires, et vous emmener promener à
breux yogis indiens rendent visite à l’Oc- travers quelques mantras, images et his-
cident. Prières diverses et chants sont le toires qui parlent aussi bien à nos corps
plus souvent inclus dans leurs enseigne- (par leurs vibrations), qu’à notre mental
ments. Près de nous, pensons aux visites mais également à notre intelligence in-
de Yogi Hari, Yogi Surinder SINGH, de feu tuitive.
Swami Satchitananda de Madras, de Swa-
mi Muktananda de Rishikesh, de Swami Le message des Upanishad est tellement
Nirgunananda. Ils sortent tous de leur yogique, tellement beau, tellement ac-
musette de belles prières, de beaux man- tuel qu’il fait l’effet d’un coucher de so-
tras qui nous séduisent dans un premier leil paisible et lumineux sur les agitations
temps par leur exotisme. Puis ? On se les d’une journée qui se termine.
répète sans trop savoir d’où ils viennent
et ce qu’ils signifient. La plupart de ces Démarrer la journée avec la pub de
mantras (90%) sont issus des Upanishad 6h58 ou avec quelques mantras ?

Les grands concepts des Upanishad sont Actuellement en Inde et de manière gé-
les suivants : nérale (chez nous il faut remonter loin
1. La réalité ultime (brahman) est dans le temps), chaque activité commen-
la même que la réalité de notre ce par une prière, une incantation, un
nature profonde (atman) ; conditionnement mental à l’énergie, à la
2. L’expérience intime de cette lumière, à l’esprit du travail qui va être
prise de conscience nous libère engagé. Pendant la récitation, le mental
de la souffrance ; se pose et se prépare à devenir (bhavana)
3. Nos pensées et nos actions dé- la matière enseignée, à prendre la cou-
terminent notre destin (la loi du leur de ce sur quoi il va se concentrer.
karma) On devient ce à quoi on Des millions d’indiens commencent leur
s’identifie par la pensée ; pratique professionnelle, artistique, yo-
4. Tant que la prise de conscience gique au son de la Katha Upanishad. On
évoquée au point 2) n’est pas retrouve cette prière dans d’autres Upa-
pleinement réalisée, il y a re- nishad telles la Kena, la Taittirya. Puis-
naissance. sance, beauté, lumière.
En outre, les Upanishad nous parlent déjà

Echo du yoga 66
8
Tr a d itio n

OM SAHANAA VAVATU Les deux oiseaux


SAHA NAU BHUNAKTU
SAHA VEERYAM KARAVAVAHAI Certaines histoires sont extrêmement
TEJASVI NAVADHEETAMASTU
courtes, extrêmement précises et in-
MAVIDVISHAVAHAI
OM SHANTI SHANTI SHANTIH compréhensibles au premier abord. Une
toute petite explication nous les font
Puisse l’esprit de ce qui va nous être comprendre, elles sont prêtes dès lors
enseigné nous protéger et nous nour- à nous travailler de l’intérieur. Il en va
rir. de même de certaines de nos postures
Puissions-nous travailler avec une
de yoga : simples, précises renversantes
grande énergie.
Puissions-nous recevoir lumière et et qui néanmoins font voyager leurs ef-
clarté. fets tout le long du corps et tout au long
Puisse-t-il n’y avoir jamais de discor- de la journée. Je pense à un « cobra »
de entre nous. bien fait qui va travailler notre énergie
Puisse régner la paix. profonde ; à la posture sur la tête qui va
remettre tous nos organes en place… Mais
Taittirya Upanishad, introduction de la revenons à notre histoire. Elle se trouve
2ème section dans plusieurs Upanishad et notamment
Immanence et transcendance la Mundaka Upanishad (III,1,1) et la Sve-
tasvatara Upanishad (IV, 6,7,8) :
Le passage qui suit est bien connu et
nous vient d’une des premières Upanis- Deux oiseaux sont perchés sur la
had à savoir la Brihadaranyaka Upanishad même branche d’un arbre.
et termine souvent les cours de yoga en L’un mange les fruits de l’arbre,
Inde. Après les exercices, la relaxation ou l’autre contemple son camarade
la méditation, notre conscience est prête manger.
à s’imprégner de l’identité entre le par-
fait à l’extérieur de nous et le parfait à Une partie de nous est liée à l’action et
l’intérieur de nous. Notre réceptivité est une autre partie est libre de l’action.
alors maximum et l’expérience de cette En un déclic, nous voilà face à toute
identité peut avoir lieu naturellement. notre histoire, confronté à réfléchir sur
l’importance de nos actions et sur le bien
OM fondé de nos méditations.
PURNAM ADAH
PURNAM IDAM Cette minuscule histoire, comme beau-
PURNAT PURNAM UDACYATE
coup d’autres peut servir de point de dé-
PURNASYA PURNAM ADAYA PURNAM
EVAVASHISHYAT part à une séance de yoga :
« Je construis ma posture, ma séance,
Om je m’assouplis, puis, dans l’immobilité,
La perfection est là (dans l’univers) dans la détente, je me libère de mon
La perfection est ici (dans l’homme) corps et de ses mouvements et j’observe
Si une partie de la perfection uni-
la tranquillité qui m’habite en venant à
verselle se détache, elle engendre la
même perfection la conclusion que cette béatitude a tou-
Et cette perfection continue son che- jours été là. »
min à travers les êtres.
La Mundaka un peu plus loin (strophe 8)
Brihadaranyaka Upanishad V,1,1 ne se gênera pas pour envoyer une pe-

Echo du yoga 66
9
Tr ad i ti on

tite pique aux intellectuels de l’époque : ter le chariot. Il n’est cependant pas
« A quoi servent les Ecritures à ceux qui pressé. Au cocher (notre intelligence la
ne connaissent pas l’oiseau qui ne mange plus haute) de lui procurer un voyage
pas ? » confortable.
Ce voyage organisé se retrouve naturel-
Le chariot lement dans une séance de yoga : renfor-
cer et assouplir le corps, développer un
Une autre histoire bien connue se re- mental fort et serein, puis laisser l’intui-
trouve dans plusieurs Upanishad dont la tion communiquer avec l’esprit.
Katha Upanishad.
La Katha Upanishad est une des plus Kena Upanishad et Victor Hugo
vieilles Upanishad. Elle fait partie du
Yajur Véda Noir et on la date autour de La Kena Upanishad (une des plus ancien-
600 avant JC. Cette datation est aléa- nes également) a été reprise par Victor
toire et a néanmoins son importance car Hugo, grand amateur de l’Orient. Il a in-
c’est dans cette Upanishad qu’apparaît titulé son poème « Suprématie » et on le
pour la première fois le terme « yoga ». trouve dans « La légende des siècles ».
C’est également dans cette Upanishad Si les cours de yoga n’étaient pas à la
que s’élaborent les grandes structures du mode au XIXème siècle comme ils le sont
Samkhya (les 25 Tattvas) que l’on retrou- maintenant, l’Inde, sa philosophie et son
vera ensuite comme fondation de nom- art de vivre étaient portés en haute es-
breuses écoles de yoga. time par les penseurs, écrivains et philo-
sophes de cette époque, avant qu’on ne
Dans cette historiette, on compare l’être rentre dans l’ère sombre du colonialisme.
humain à un attelage : Citons Lamartine au sujet de la philoso-
• La structure du char est compa- phie hindoue : « C’est l’océan, nous ne
rée à notre corps ; sommes que ses nuages… La clef de tout
• Le cocher du char est notre in- est aux Indes. »
telligence intuitive ; L’histoire relatée dans l’Upanishad est la
• Les rennes sont notre intelligen- suivante (Kena Upanishad III,14-28) :
ce mentale ; Il s’agit d’une rencontre entre les prin-
• Les chevaux sont les organes des cipaux dieux (issus du Védisme) : Indra
sens ; le dieu de l’espace, Agni le dieu du feu,
• Le passager du char est notre es- Vayu le dieu du vent et le Brahman, prin-
prit ; cipe universel suprême qui a la faveur des
• Les routes sont les différents ob- Upanishad pointe le bout de son nez. Les
jets des sens. (Katha Upanishad dieux se croient maîtres de l’Univers et
I,3,3) expriment tour à tour leurs puissances.
Après étalage de ces dernières, le Brah-
Une des grandes idées de cette Upanis- man demande à Agni : Peux-tu brûler ce
had est de discipliner le corps et les sens brin de paille et à Vayu, peux-tu le dé-
par le mental, de laisser ce dernier obéir placer ? Affront supérieur qui réveille la
à l’intuition et mettre cette dernière au colère de ces dieux, mais toujours est-il
service du passager : l’esprit. qu’ils n’arrivent pas à obtempérer. Ils doi-
Tôt ou tard, le passager a quand même vent reconnaître qu’il y a quelque chose
envie d’arriver à destination et de quit- au dessus d’eux. On peut faire confiance

Echo du yoga 66
10
Tr a d itio n

à Victor Hugo pour nous raconter tout jette l’enveloppe pour trouver la graine.
cela joliment, avec emphase et poésie. (Amritabindu Upanishad 17-18)
Il a néanmoins modifié quelque peu l’his-
toire originale sans pour autant perturber Asato ma
le sens profond du texte.
Cet Upanishad nous montre qu’au-delà Nous terminons cette petite prome-
de nos croyances particulières, se trouve nade par une prière extraite de ce qui
un principe, un esprit non soumis à la est considéré comme la 1ère Upanishad
dualité. (Brihadaranyaka Upanishad). Aranyaka
Une phrase devenue célèbre fera le lien signifie forêt. Par sa simplicité et sa pro-
entre cet esprit universel et notre esprit. fondeur, elle a traversé les siècles et on
C’est le fameux « tat vam asi » « Toi aus- l’entend aujourd’hui partout en Inde,
si, tu es cela » (Chandogya Upanishad VI dans les bus, les temples, à la devanture
3à 10.) des marchands de musique et à l’inté-
rieur des foyers.
Les rivières, le sel, la jarre et les livres
ASATOMA SADGAMAYA
Les analogies sont fréquentes dans les TAMASO MAA JYOTHIR GAMAYA
Upanishad. MRTHYOR MAA AMRITHAM GAMAYA
OM SHANTI SHANTI SHANTI
Toutes les rivières portent un nom et ont
un tracé. Mais une fois qu’elles se fondent
dans l’océan, elles perdent leur identité
Conduis-moi de l’ireel vers le reel.
de nom et de forme sans perdre leur na- Conduis-moi de l’obscurite vers la lu-
ture essentielle et s’unissent à l’eau de miere.
l’océan. (Mundaka Upanishad III2,8) Conduis-moi de la mort vers l’im-
mortalité
Après avoir mis du sel dans l’eau, on ne Om paix paix paix.
le voit plus mais toute l’eau est salée. De
la même manière, on ne voit pas l’esprit, Brihadaranyaka Upanishad I 3 28
mais il imprègne tout. (Chandogya Upa-
nishad VI, 8,7) Popularité et pérennité

Dans une jarre d’argile, se trou- Ces quelques extraits, ainsi que d’autres,
ve de l’espace qui est emmenée se font connaître via les nouveaux médias
avec la jarre lorsqu’on la déplace. (CD, MP3, sites internet) et les échanges
Lorsque la jarre se casse, l’espace n’est yogiques internationaux. Ils sont déjà
pas brisé populaires. Ravi Shankar et feu George
Lorsque le corps est détruit, l’âme indi- Harisson ont produit avec leur immense
viduelle n’est pas détruite. Comme l’es- talent un CD qui se laisse très agréable-
pace, elle est éternelle. (Amritabindu ment écouter (Chants of India). D’autres
Upanishad 12-13) ont suivi. Voilà les graines de sagesse des
Upanishad dans les Hit Parades musicaux.
On aurait certes raison d’étudier à fond « On vous avait bien dit qu’on était éter-
les livres sacrés, à condition un jour ou nels nous disent-ils en blaguant. »
l’autre de dépasser cette étude et de se
défaire de tous les livres, comme on re- Puissions-nous, au-delà des formes qu’ils

Echo du yoga 66
11
Tr ad i ti on

prennent à travers les âges lumineux ou


sombres, les pérenniser dans nos cœurs
et à travers nos méditations.

Nous sommes conscients que nous n’avons


fait que survoler ce qu’on a appelé les
« himalayas de l’âme ». Si ces quelques
lignes pouvait inciter l’un ou l’autre lec-
teur à relire l’intégralité d’une Upanis-
had et à méditer dessus, nous en serions
ravis.

Thierry Van Brabant

Note : Le mot Upanishad est un mot


masculin, invariant en nombre. Certains
(Eliade, Zimmer, Degrâces) l’écrivent
Upanisad ce qui ne semble pas fautif. La
plupart des auteurs l’écrivent au pluriel,
ce qui est plus discutable. Nous avons
choisi de le garder invariant et de l’écrire
avec un « h »

Bibliographie
Farcet, Gilles. Les Upanishads. Paris: Ar-
gel, 1986.
L’Hindouisme. Textes recueillis et pré-
sentés par Anne-Marie Esnoul. Paris :
Fayard/Denoël, 1972.
Mascaro,Juan. The Upanishads. Harmond-
sworth, England: Penguin Books, 1971.
Varenne, Jean. Sept Upanishads. Paris :
Seuil, 1981.
Varenne, Jean. Upanishads du Yoga. Pa-
ris: Gallimard /Idées, 1974.
Zimmer, Heinrich. Les philosophies de
l’Inde. Paris : Payot, 1978.

Discographie
Shankar, Ravi. Chants of India. E.M.I CD
audio, 1997.

Echo du yoga 66
12

Vous aimerez peut-être aussi