Vous êtes sur la page 1sur 87

PFE

N° d’ordre : 15-43

Projet de fin d’études


présenté par

Clémence LEPOURRY
Elève Ingénieur de l’INSA Rennes
Spécialité GCU
Option Bâtiment
Année scolaire 2014-2015

ETUDE D’UN BATIMENT DE LOGEMENT EN R+5


AUX EUROCODES 8 ET 2

Lieu du Projet de Fin d'Études


SORAETEC
Tuteur du Projet de Fin d'Études
Mr Alain BASTIDE
Correspondant pédagogique INSA
Mr Hugues SOMJA

PFE soutenu le 19/06/15


« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

ZDZ/DEd^

Je remercie tout d’abord M. Claude DEGANO, Directeur de SORAETEC/ICC/ICS de


m’avoir accueillie dans son entreprise lors de mon stage de 5ème année de Génie Civil et
Urbain.
Je remercie M. BASTIDE, directeur d’agence de SORAETEC Grenoble d’avoir été
mon tuteur lors de ce stage, de m’avoir apporté ses connaissances mais aussi aidé lors de
mes démarches.

Je tiens particulièrement à remercier toute l’équipe de SORAETEC de m’avoir


accueillie dans de très bonnes conditions. Travailler avec toute l’équipe fut un plaisir et m’a
permis de progresser énormément.

Je tiens aussi à remercier l’équipe du projet Guynemer, M. Thomas BRAIVE


l’architecte avec qui j’ai pu échanger lors de mon Projet de Fin d’Etudes mais aussi les
différents bureaux d’études thermiques et fluides.

Je remercie aussi M. Hugues SOMJA, mon tuteur pédagogique de l’INSA de Rennes,


qui a su m’orienter lors de mes demandes et de mes interrogations par rapport à mon sujet
de fin d’études.

3 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

TABLES DES MATIERES





 
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹

 ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͻ

   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͲ

 ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͳ

ͳǤ  ǯ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳʹ

ʹǤ   Dz


dzǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͶ

ͳǤ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͶ
ʹǤ  
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͷ
͵Ǥ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͷ

͵Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͺ

ͳǤ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͺ


Ǥ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͺ
Ǥ  
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͳͺ
ʹǤ ǯ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹͳ
Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹͳ
Ǥ      ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹʹ
Ǥ 
  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹ͵
Ǥ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹͶ
Ǥ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹ͸
͵Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹ͸
Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹ͹
Ǥ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤʹͻ

ͶǤ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͳ

ͳǤ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͳ
ʹǤ     ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ʹ
Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ʹ

4 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Ǥ     ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͷ
Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵͸
͵Ǥ  
  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵͹

ͷǤ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͻ

ͳǤ 
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͻ
Ǥ ǯͺǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͻ
Ǥ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͵ͻ
ʹǤ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͶͳ
Ǥ      ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͶͳ
Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͶ͵
Ǥ   ǯǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͶͺ
Ǥ       ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͳ
͵Ǥ 
  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͷ
Ǥ      ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͷ
Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͷ
Ǥ  ǯ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷ͸
Ǥ    ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷ͹
Ǥ       ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͺ
ͶǤ   ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͷͺ
ͷǤ   
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͸ʹ
Ǥ      ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͸ʹ
Ǥ 
ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͸Ͷ
Ǥ    ͵ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͸͹

͸Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹ͳ

ͳǤ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹ͳ
Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹ͳ
Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹ʹ
Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹͵
Ǥ Ȁ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹͵
ʹǤ  ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤ͹ͷ
͵Ǥ ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͺͲ

 ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͺͶ

  
 ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͺͷ

5 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
  ǦǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͺ͹

ǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤǤͺͺ

6 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : CAMBRIDGE CL3, Grenoble (38) ....................................................................... 13
Figure 2 : Salle festive à Succieu (38) ................................................................................. 13
Figure 3 : Hôpital de Saint Geoire en Valdaine (38)............................................................. 13
Figure 4 : Façade Sud du projet « Guynemer » ................................................................... 14
Figure 5 : Plan BA d’un étage courant ................................................................................. 16
Figure 6 : Coupe de principe des balcons désolidarisés ...................................................... 17
Figure 7 : Détail de Prémur ................................................................................................. 17
Figure 8 : Accumulations au doit des saillies ....................................................................... 19
Figure 9 : Toiture attenant à des constructions plus élevées ............................................... 20
Figure 10 : Positionnement de l’escalier et des BN.............................................................. 21
Figure 11 : Retraits autorisés selon l’EC8 ............................................................................ 24
Figure12 : Modélisation Ossature ........................................................................................ 27
Figure 13 : Déplacement selon l’axe X ................................................................................ 29
Figure 14 : Déplacement selon l’axe Y ................................................................................ 30
Figure 15 : Détail de principe de la fondation excentrée ...................................................... 35
Figure 16 : Semelle isolée ................................................................................................... 36
Figure 17 : Détails de redans béton ..................................................................................... 38
Figure 18 : Détails de la fosse d’ascenseur et radier ........................................................... 38
Figure 19 : Principe de fonctionnement d’un voile BA .......................................................... 39
Figure 20 : Comparaison diagramme contrainte-déformation béton non confiné (équation A)-
Béton confiné ............................................................................................................... 40
Figure 21 : Fonctionnement du mur ductile comme une console encastrée......................... 42
Figure 22 : Moment de flexion sollicitant .............................................................................. 42
Figure 23 : Fonctionnement de la FC .................................................................................. 43
Figure 24 : Cas possible de voiles sismiques ...................................................................... 44
Figure 25 : Sollicitations corrigées ....................................................................................... 45
Figure 26 : Type de sections en FC ..................................................................................... 46
Figure 27 : Section totalement tendue ................................................................................. 47
Figure 28 : Vérification du non glissement entre bétons coulés à 2 dates différentes .......... 49
Figure 29 : Résistance à la compression du voile-Calcul par bandes .................................. 50
Figure 30: Dispositions constructives des voiles de contreventement.................................. 51
Figure 31 : Vérification des GDPA ....................................................................................... 56
Figure 32 : Voile calculé selon le modèle Treillis ................................................................. 57
Figure 33 : Dispositions constructives pour les GDPA ......................................................... 58

7 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Figure 34 : Zonage réglementaire Sismique en Rhône Alpes .............................................. 67
Figure 35 : Ferraillage du poteau du RDC ........................................................................... 72
Figure 36 : Extrait du PH du RDC........................................................................................ 74
Figure 37 : Ferraillage de la poutre allège .......................................................................... 75
Figure 38 : Coupe de principe de la PV1 ............................................................................. 79
Figure 39 : Elévation de la PV ............................................................................................. 80
Figure 40 : Console courte selon l’EC2 ............................................................................... 81
Figure 41 : Charges de la console courte CC1 .................................................................... 81
Figure 42 : Ferraillage de la console courte 1 ...................................................................... 83
Figure 43 : Nœuds dans les PV......................................................................................... 110
Figure 44 : Nœud soumis à la traction et à la compression ............................................... 111
Figure 45 : Demi-bielle béton (BD) .................................................................................... 111
Figure 46 : Discontinuité de la bielle .................................................................................. 112
Figure 47 : Contrainte dans le noeud B ............................................................................. 115
Figure 48 : Bielle béton dans la console courte ................................................................. 116

8 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Charges du projet ............................................................................................. 18
Tableau 2: Choix de l’analyse en fonction de la régularité ................................................... 23
Tableau 3: Coefficient q0 en fonction du système de contreventement ................................ 25
Tableau 4 : Tableau des modes propres ............................................................................. 28
Tableau 5 : Dimensionnement des fondations ..................................................................... 33
Tableau 6 : Homogénéisation des SF.................................................................................. 33
Tableau 7 : Ferraillage des SF ............................................................................................ 34
Tableau 8 : Ratio des SF ..................................................................................................... 34
Tableau 9 : Dimensionnement des fondations excentrées................................................... 36
Tableau 10 : Dimensionnement de la SI .............................................................................. 37
Tableau 11 : Feuille de calcul « Voiles de Contreventement »............................................. 60
Tableau 12: Comparaison RDC Graitec/Feuille de calcul .................................................... 62
Tableau 13 : Efforts tranchants sollicitant dans les voiles du RDC ...................................... 63
Tableau 14 : Etude des voiles de contreventement du RDC ................................................ 64
Tableau 15 : Ratios des voiles............................................................................................. 65
Tableau 16 : Comparaison des efforts pour un voile sur tous les étages ............................. 66
Tableau 17 : Comparaison des ferraillages pour un voile sur tous les étages...................... 66
Tableau 18 : Comparaison des efforts tranchants entre les zones sismiques ...................... 68
Tableau 19 : Comparaison du ferraillage pour deux zones sismiques différentes ................ 69
Tableau 20 : Ratio d’aciers des voiles Zone sismique 3 ...................................................... 69
Tableau 21 : Ratio d’aciers des dalles ................................................................................. 72
Tableau 22 : Ratio d’aciers des poteaux.............................................................................. 72
Tableau 23 : Calcul de la PV1 selon l’EC2 .......................................................................... 78
Tableau 24 : Calcul de la Console Courte 1 ........................................................................ 82
Tableau 25 : Ratio des consoles courtes ............................................................................. 83

9 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

LISTE DES ABREVIATIONS


APD Phase Avant-Projet Détaillé
BN Bande noyée
CV Chaînage vertical
EC2 Eurocode 2
EC8 Eurocode 8
DCH Haute ductilité
DCL Ductilité limitée
DCM Moyenne ductilité
ELS Etat limite de service
ELU Etat limite ultime
ELUa Etat limite ultime accidentel
FC Flexion composée
HA Haute adhérence
Murs GDPA Murs grandes dimensions peu armés
PFE Projet de fin d’études
PH Plancher haut
Phase PRO Phase « Projet »
PV Poutre voile
PVC Poutre voile console
RDC Rez de chaussée
SF Semelle filante
SI Semelle Isolée
TN Terrain naturel
TS Treillis Soudés

10 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

INTRODUCTION
Souhaitant travailler dans un bureau d’études, j’ai naturellement orienté mes
recherches vers ce domaine. Mon Projet de Fin d’Etudes se déroule du 23 février au 31
juillet dans la société SORAETEC, bureau d’études structure béton armé, basé à Grenoble,
sous la tutelle de M. Alain BASTIDE, directeur de l’agence de Grenoble.
Le sujet de mon PFE est l’étude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8. En effet, tous
les permis de construire signés après le 1er janvier 2014 devront être étudiés aux Eurocodes
et en particulier aux Eurocodes 8. Le passage des anciennes normes (PS92) à l’Eurocode 8
a généré de grosses difficultés pour les bureaux d’études car les nouvelles normes sont très
différentes et beaucoup plus complexes. Les logiciels de dimensionnement ont rapidement
mis en place des modules pour calculer les ossatures parasismiques en particulier les voiles
de contreventement.
L’entreprise dispose d’un logiciel « Voiles de contreventement » mais les employés
souhaitent un retour critique de ce logiciel et aussi la création d’une feuille de calcul des
voiles de contreventement pour pouvoir comparer avec le logiciel.
Le projet « Guynemer » est un bâtiment de 5 étages, situé à Grenoble. J’ai suivi
l’étude de ce bâtiment à partir de la phase APD jusqu’à la phase de consultation des
entreprises. Mon objectif principal a donc été de dimensionner tous les éléments de la
structure, définir, voire rajouter des porteurs et s’assurer du bon fonctionnement du bâtiment.
Lors de mon stage, il m’a aussi été demandé de déterminer les ratios d’acier de tous les
éléments de la structure pour l’économiste afin qu’il puisse estimer le prix du projet.
Ce mémoire présente donc les différentes étapes qui ont été réalisées pour effectuer
l’analyse du bâtiment aux Eurocodes. La modélisation du bâtiment est donc la toute
première étape. Puis dans une démarche logique, nous étudions les fondations jusqu’à la
superstructure. Un point particulier a été apporté aux voiles de contreventement. Le rapport
décrira alors le processus de dimensionnement des voiles et l’application de la feuille de
calcul au projet « Guynemer ».

11 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

1. PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
FICHE D’IDENTITE :
• Raison sociale : SORAETEC
• Siège social : 91, rue Général Mangin
38100 GRENOBLE
• Activité : Ingénierie bureau d’étude béton, charpente bois et charpente métallique
• Forme juridique : SAS (société par actions simplifiée)
• Président : M. DEGANO Claude (13.04.1959)

HISTORIQUE DE LA SOCIETE :
M. BENNA et M. GAUTHERON sont deux ingénieurs qui exerçaient au sein d’une
grosse structure dans les années 70-80. En 1983, ces deux amis ont dû quitter leur
entreprise à 10 années de la retraite. Pour continuer à travailler, ils créèrent SORAETEC
cette même année. En 1990 une troisième personne intégra leur société, M. BASTIDE. En
1998 les deux gérants partirent à la retraite. La société fut rachetée par M. DEGANO qui
possédait déjà deux bureaux d’étude, un à Saint-Etienne et un à Lyon. Bien qu’ayant le
même président, les trois bureaux d’études ont une structure indépendante.

PERSONNEL (EFFECTIF PERMANENT, ROLE ET FONCTION) :

Responsable : BASTIDE Alain Directeur Général ingénieur

Equipe composée de : 2 ingénieurs, 4 projeteurs, 3 dessinateurs et 1 Assistante de


direction/comptable
RESULTATS
Le chiffre d’affaires des 3 dernières années est le suivant :
2012 : 1 399 000€
2013 : 1 381 000 €
2014 : 1 658 500 €

DOMAINE D ’ACTIVITE
SORAETEC travaille essentiellement sur des projets béton armé mais il est aussi
spécialisé dans le bois, le métal et la construction mixte. SORAETEC effectue aussi de
nombreux diagnostics de structures existantes et donne ainsi les préconisations et les
moyens de renforcement que ce soit pour des particuliers ou pour des entreprises.
SORATEC participe à de nombreux concours, il est souvent mandaté par les architectes

12 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
pour faire des groupements de maîtrise d’œuvre et se présenter aux concours. Ci-dessous
quelques références :
Logements étudiants
Figure 1 : CAMBRIDGE CL3,
Grenoble (38)

Bâtiments culturels et salles associatives :

Figure 2 : Salle festive à Succieu (38)

Bâtiments de santé
Figure 3 : Hôpital de Saint Geoire en
Valdaine (38)

13 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

2. PRESENTATION DU PROJET
“GUYNEMER”
Le projet est un bâtiment de logements de 5 niveaux. Le maître d’ouvrage est
Grenoble habitat. Une étude de ce projet avait déjà été réalisée en 2011 avec le cabinet
d’architectes « ITEM » mais à cause des changements de politique de la ville, le projet fut
ajourné. Début 2014, c’est le cabinet d’architectes « Atelier de la place » qui reprend le
projet.

Figure 4 : Façade Sud du projet « Guynemer »

1. INTERVENANTS
Les principaux acteurs du projet sont :
-Maitre d’ouvrage : Grenoble habitat
-Architecte : Atelier de la place
-BET Structure : Soraetec
-BET Economie : IDE Projet
-BE Fluides : AKOE

14 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
-BE Electricité : AXIOME
-Bureau de contrôle : SOCOTEC
-Bureau d’études de sol : KAENA
-Coordination : MBM Coordination

2. PLANNING
Les différentes phases du projet sont :
-Permis de construire sur APS (avant-projet sommaire) : 30/10/14
-APD (avant-projet détaillé) : 20/03/15 : réalisation des plans de coffrage, étude de
la faisabilité de la structure, définition des épaisseurs de murs, positionnement des éléments
structurels.
-PRO (phase projet) 28/05/15 : dimensionnement de tous les éléments de la
structure. Une phase PRO réalisé correctement permet un travail moins important lors de la
phase « Exécution » des travaux. En effet, l’ingénieur en phase EXE, ne doit pas avoir à
recalculer les dimensions des éléments. Si les dimensionnements données lors de la phase
PRO sont précis, il aura seulement à réaliser le ferraillage des éléments.
-DCE (dossier de consultations des entreprises) 07/06/15 : Phase où les
entreprises répondent à la consultation, estiment le cout du projet et propose un prix à la
maitrise d’ouvrage. Pour cette phase, il est important de donner des ratios d’acier précis du
projet pour que le maçon chiffre correctement l’affaire. Si un maçon est retenu et que les
ratios d’aciers réels sont plus élevés après la phase exécution, le bureau d’études structure
doit alors trouver un arrangement financier avec l’entreprise de Gros Œuvre.
-Retour bureau de contrôle : 06/06/15
-Lancement des consultations 08/06/15
-Consultations S26/27/28/29
-Ouvertures des plis : 20/07/15
-Phase « Exécution »Réalisation des travaux Septembre 2015

Les phases en gras sont les phases que j’ai pu suivre. Les phases PRO et DCE sont les
phases que je traite dans ce mémoire.

3. DETAIL DU PROJET
Le bâtiment est composé d’un niveau de RDC avec des parties communes (caves,
local vélo…) et de 5 étages de logements dont un attique. Le projet est constitué de 10
logements.
C’est un bâtiment de 10mx17m de forme rectangulaire.

15 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Grenoble habitat est un bailleur social. Deux des logements devront être équipés
PMR, les autres seront juste accessibles PMR.

Figure 5 : Plan BA d’un étage courant

C’est un projet avec une difficulté moyenne car il ne dispose pas niveaux de sous-sol
et que les niveaux courants sont sensiblement identiques. Sur la figure 5, un plan d’un étage
courant : chaque étage est constitué de deux logements. Les logements disposent de
balcons désolidarisés. Cette solution consiste à couper partiellement la dalle par la présence
d’une réservation remplie d’isolant entre le mur et le balcon, au droit de l’isolant extérieur. Le
balcon reste porté par des accroches ponctuelles (Voir figure 6). Une difficulté du projet est
la mitoyenneté avec des immeubles qui va générer des contraintes au niveau du calcul des
fondations. Pour réaliser les murs mitoyens, il va falloir utiliser deux prémurs de 4cm
d’épaisseur dans lesquels un isolant incompressible sera mis en place puis du béton sera
coulé (Figure 7).

16 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 7 : Détail de Prémur Figure 6 : Coupe de principe des


balcons désolidarisés

Une cour intérieure sera dédiée au parking des voitures. Lors de la phase PRO, une
option a été émise sur un auvent pour couvrir les voitures dans la cour Nord. Cette option est
encore en attente pour une validation de la mairie de Grenoble. L’auvent sera soit une
construction métallique soit une construction béton.
Les plans structures et les plans Architectes sont en annexe 1 et 2.

17 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

3. ETUDE SISMIQUE DU BATIMENT


1. HYPOTHESES CONCERNANT LA STRUCTURE

A. MATERIAUX
Dans les éléments sismiques primaires, l’Eurocode 8 impose l’utilisation d’un béton
de classe au moins C16/20 (classe DCH ou DCM).
Nous utiliserons un béton de classe C25/30
݂௖௞ ൌ ʹͷ‫ܽܲܯ‬
Le coefficient partiel sur le béton est diminué : ߛ௖ ൌ ͳǡ͵Ͳ soit ݂௖ௗ ൌ ͳͻǡʹ͵‫ܽܲܯ‬

Dans les éléments sismiques primaires, les classes d’acier minimales à respecter sont la
classe B ( DCL ou DCM) et classe C (DCH). Le coefficient partiel est lui aussi diminué : ߛ௦ ൌ
ͳǡͲͲ soit ݂௬ௗ ൌ ͷͲͲ‫ܽܲܯ‬

B. CHARGES DE LA STRUCTURE
Charges permanentes Charges d’exploitation
G (daN/m2) (Q) (daN/m2)

Logements 300 (Chape+carrellage+ 150


cloisons)

Parties communes 150 250

Chaufferie 0 250

Balcons 0 350

Local vélo 0 250

Terrasses accessibles 150 250

Terrasses non 150 150


accessibles

dĂďůĞĂƵϭ͗ŚĂƌŐĞƐĚƵƉƌŽũĞƚ

18 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
CHARGES DE NEIGE
D’après l’ EN1991-1.3 ANF, le projet se situant à Grenoble, la zone est C2.
‫ݏ‬௞ǡଶ଴଴ ൌ Ͳǡ͸ͷ ݇ܰൗ ଶ
݉
L’altitude du projet est NGF= 217m
ʹͳ͹
ο‫ ݏ‬ൌ െ Ͳǡʹ ൌ ͲǡͲͳ͹݇ܰȀ݉ଶ
ͳͲͲͲ
‫ ݏ‬ൌ ‫ݏ‬௞ǡଶ଴଴ ൅  ο‫ ݏ‬ൌ Ͳǡ͸͸͹݇ܰȀ݉ଶ Poids des neiges au sol.

Neige sur la toiture du R+5


D’après le paragraphe « accumulation au droit des saillies »,
Les saillies sont les acrotères de
60 cm de hauteur.
ߤଵ ൌ Ͳǡͺ

ߤଶ ൌ ൌ ʹ ‫ כ‬଴ǡ଺଺଻ ൌ ͳǡͺͲ
ଶ௛ ଴ǡ଺
௦ೖ

݈௦ ൌ ʹ݄ ൌ ͳǡ͸ ൒ ͷ݉
L’accumulation de neige de
chaque côté des acrotères permet
de calculer la valeur du coefficient
de forme ߤ au milieu de la toiture :
Figure 8 : Accumulations au doit des saillies ߤ ൌ ͳǡʹ͸ͺ . Pour simplifier la
modélisation, on choisit un
coefficient de forme moyen ߤ௠௢௬ ൌ ͳǡͶ droit
Soit ‫ݏ‬௧௢௜௧௨௥௘ ൌ ͻ͵ǡͶ݀ܽܰȀ݉ଶ

19 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Neige sur la toiture du R+4
D’après les paragraphes « accumulations au droit des saillies » et « Toitures attenant à des
constructions plus élevées », les coefficients de forme sont ߤ௪ et ߤ௦ déterminés grâce au
schéma ci dessous :
La pente de la toiture est inférieure à
15% alors ߤ௦ ൌ Ͳ
Proximité de la toiture : ߤ௪ ൌ

ൌ ʹǡʹʹ ൏ ߤ௪௠௔௫ ൌ  ൌ ͺǡͲ͸


ሺ௕భ ା௕మ ሻ ఊ௛
ଶ௛ ௦

Avec une longueur d’influence de


݈௦ ൌ ʹ݄ ൌ ͳǡ͸ ൒ ͷ݉
Comme la terrasse est de longueur
ls= 2m alors les coefficients de forme
sont ߤ௪ଵ ൌ ʹǡʹʹ et ߤ௪ଶ ൌ ͳǡ͵͸
On calcule ensuite l’accumulation au
niveau de l’acrotère :
ߤଵ ൌ Ͳǡͺ

ߤଶ ൌ ൌ ʹ ‫ כ‬଴ǡ଺଺଻ ൌ ͳǡͺͲ
ଶ௛ ଴ǡ଺
௦ೖ

݈௦ ൌ ʹ݄ ൌ ͳǡ͸ ൒ ͷ݉
Comme on a une accumulation de
chaque côté de la toiture, on obtient Figure 9 : Toiture attenant à des constructions plus

une valeur du coefficient de forme ߤ élevées

au milieu de la toiture de ߤ ൌ ͳǡͶ. Pour simplifier la modélisation, on choisit un coefficient de


forme moyen ߤ௠௢௬ ൌ ͳǡ͹
Soit ‫ݏ‬௧௢௜௧௨௥௘ ൌ ͳͳ͵ǡͶ݀ܽܰȀ݉ଶ

20 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
CHARGES DE L ’ESCALIER
Au niveau du RDC
D’après le schéma, ܵ௘௦௖௔௟௜௘௥ ൌ ʹǡ͸ ‫ כ‬Ͷ െ
ͳǡʹ ‫ʹ כ‬ǡ͵ ൌ ͹ǡ͸Ͷ݉ଶ
L’escalier est porté par deux bandes
noyées BN1 (L= 1,20m) et BN2
(L=1,20m) et non sur le mur déchiffre.
‫ܩ‬஻ேଵ ൌ ‫כ‬ Ͳǡʹͷ ‫כ‬ ൌ ͳͻͻʹ݀ܽܰȀ݈݉
଻ǡ଺ସ ଶହ଴଴
ଶ ଵǡଶ

‫ܩ‬஻ேଶ ൌ ‫כ‬ Ͳǡʹͷ ‫כ‬ ൌ ͳͳͻͷ݀ܽܰȀ݈݉


଻ǡ଺ସ ଶହ଴଴
ଶ ଶ

La charge d’exploitation de l’escalier est


350kg/m2.
ܳ஻ேଵ ൌ ‫ כ‬ଵǡଶ ൌ ͳͳͳͶ݀ܽܰȀ݈݉
଻ǡ଺ସ ଷହ଴

ܳ஻ேଶ ൌ ‫ כ‬ଶ ൌ ͸͸ͻ݀ܽܰȀ݈݉


଻ǡ଺ସ ଷହ଴

A tous les étages


On effectue le même calcul que
précédemment.
ܳ஻ேଵ ൌ ‫כ‬ ൌ ͻʹͷ݀ܽܰȀ݈݉
଺ǡଷସ ଷହ଴
ଶ ଵǡଶ

ܳ஻ேଶ ൌ ‫כ‬ ൌ ͺͷͶ݀ܽܰȀ݈݉


଺ǡଷସ ଷହ଴
ଶ ଵǡଷ
Figure 10 : Positionnement de l’escalier et des
BN

CHARGES DE L ’ACROTERE
‫ܩ‬௔௖௥௢௧°௥௘ ൌ Ͳǡ͸ ‫Ͳ כ‬ǡͳͺ ‫ʹ כ‬ͷͲͲ ൌ ʹ͹Ͳ݇݃Ȁ݈݉

2. PARAMETRES POUR L’ETUDE SISMIQUE

A. SYSTEMES DE CONTREVENTEMENT
L’Eurocode classe les systèmes de contreventement selon les types suivants :
-SYSTEME DE MURS, MURS DUCTILES OU NON, COUPLES OU NON : Système dans
lequel la résistance aux charges verticales et latérales est principalement assurée par des
murs (couplés ou non). L’Eurocode décrit ce système comme un système de murs dont le
pourcentage d’effort tranchant sollicitant à la base du bâtiment dépasse les 65% de l’effort
résultant.

21 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
-SYSTEME A OSSATURE : Système dont la résistance aux charges verticales est
principalement assurée par des ossatures spatiales.
-SYSTEME A CONTREVENTEMENT MIXTE : assure le contreventement de la structure
d’une part par l’ossature, d’autre part par des murs couplés ou non.
-SYSTEME A NOYAU : Système soit à contreventement mixte, soit système de murs
mais dans lequel la raideur en torsion n’est pas validée Il est souvent rencontré dans des
immeubles de grandes hauteurs qui sont uniquement contreventés par les cages
d’escalier/ascenseur au milieu du bâtiment.
-SYSTEME EN PENDULE INVERSE : système dans lequel plus de 50% des masses sont
situées dans le tiers supérieur de la hauteur de la structure.

Le contreventement de la structure du projet sera un contreventement assuré par les


murs, ductiles ou non. Nous privilégierons un contreventement par murs non couplés,
c’est à dire que dès que nous avons une ouverture de taille importante, nous séparerons le
voile en deux voiles différents liés par un linteau.

A. CARACTERISTIQUE DES BATIMENTS RESISTANT AUX SEISMES


Tous les bâtiments n’ont pas la même résistance aux séismes, en effet de nombreux
paramètres sont à prendre en compte :
-LA SIMPLICITE DE LA STRUCTURE : Pour effectuer un contreventement efficace du
bâtiment, il faut assurer une structure qui se plombe en essayant de limiter au maximum les
ouvertures dans les murs de contreventement.
-LA RESISTANCE VIS-A-VIS DE LA RIGIDITE : Il est important de trouver de la rigidité
dans les deux sens. En effet, il ne faut pas que le bâtiment soit tenu dans un sens
uniquement. Les efforts sismiques seraient alors disproportionnés dans un sens par rapport
à l’autre. Comme nous pourrons le constater dans la suite du mémoire, une disproportion de
rigidité entraîne une augmentation des efforts tranchants. Il faut aussi éviter les niveaux
flexibles où les rigidités ne sont plus le même.
-LA RESISTANCE VIS-A-VIS DE LA TORSION : Un bâtiment avec un centre de torsion
proche du centre de gravité aura une bien meilleure résistance à la torsion et les efforts
sismiques seront beaucoup plus faibles. En effet, plus le centre de torsion est proche du
centre du bâtiment, moins le bâtiment aura tendance à se déplacer à cause du séisme. Il
faut donc éviter les excentrements des centres de gravité et de torsion.

22 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
B. REGULARITE DES BATIMENTS
Selon l’EC8, les bâtiments sont réguliers ou irréguliers. En fonction de la régularité en
plan, l’EC8 propose différentes méthodes d’analyses :

dĂďůĞĂƵϮ͗ŚŽŝdžĚĞů͛ĂŶĂůLJƐĞĞŶĨŽŶĐƚŝŽŶĚĞůĂƌĠŐƵůĂƌŝƚĠ

Pour être régulier en plan, il faut que la structure soit sensiblement symétrique en
plan par rapport à deux directions orthogonales en ce qui concerne la raideur et la
distribution des masses. Les centres de symétrie et d’inertie sont donc très proches.
L ‘élancement du bâtiment ne doit pas dépasser 4. Dans le cas du projet de Guynemer,
nous ne disposons pas d’une régularité en plan. En effet, le bâtiment ne possède pas les
mêmes efforts suivant x et y. Comme vous avez pu le constater sur la figure 5, le bâtiment
s’allonge selon x mais les murs porteurs sont situés dans la direction y. On a une différence
de raideur entre les deux sens qui ne valide donc pas la régularité en plan.
Pour être régulier en élévation, il faut que tous les murs de contreventement soient
continus des fondations jusqu’au sommet du bâtiment. Certains retraits sont autorisés
comme vous pouvez le voir sur la figure 11.

23 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 11 : Retraits autorisés selon l’EC8

Dans le cas du projet Guynemer, nous ne sommes pas réguliers en élévation, en


effet l’Eurocode 8 n’admet pas un élargissement de la structure.
L’Eurocode 8 privilégie donc une analyse spectrale.
NB : Dans les bureaux d’études, tous les bâtiments sont étudiés grâce à une analyse
spectrale car cela simplifie le calcul des efforts sismiques.

C. COEFFICIENT DE COMPORTEMENT
FORME GENERALE DU COEFFICIENT DE COMPORTEMENT
Le coefficient de comportement des murs en béton armé permet de tenir compte de
la capacité de dissipation d’énergie associée à la méthode de calcul linéaire :
‫ ݍ‬ൌ ‫ݍ‬଴ ݇௪ ൒ ͳǡͷ
Dans cette expression, ‫ݍ‬଴ est la valeur de base du coefficient de comportement qui dépend
du système structural et de la régularité en élévation. ݇௪ est le coefficient qui reflète le mode
de rupture prédominant dans les systèmes structuraux. La valeur du coefficient de
comportement q doit être minorée pour les bâtiments irréguliers en élévation en multipliant
les valeurs par 0,8. Attention, il faut retenir que le coefficient de comportement est étudié
dans une direction en fonction du système structural associé à cette direction et sa
régularité.
Pour la direction verticale, q doit être pris égale à 0,5.

24 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

VALEURS DE BASE DU COEFFICIENT DE COMPORTEMENT

dĂďůĞĂƵϯ͗ŽĞĨĨŝĐŝĞŶƚƋϬĞŶĨŽŶĐƚŝŽŶĚƵƐLJƐƚğŵĞĚĞĐŽŶƚƌĞǀĞŶƚĞŵĞŶƚ

Les valeurs de base de ‫ݍ‬଴ pour la classe DCM se trouvent dans le tableau 3. Le
ఈೠ
ఈభ
terme traduit l’influence de l’hyperstaticité du système. Ce terme ne peut être obtenu que

par une analyse linéaire poussée mais l’EC8 indique des valeurs forfaitaires en fonction du
type de système structural.
Dans tous les cas, pour des bâtiments irréguliers en plan, il faut prendre la moyenne
ఈೠ
ఈభ
du coefficient et de 1 car les valeurs ci-dessus sont des valeurs pour des bâtiments

supposés réguliers en plan.


Evaluation du coefficient de comportement ݇௪ ‫׷‬Ce coefficient tient compte du mode
de rupture prédominant dans les systèmes structuraux des murs. Sa valeur est la suivante :
-1 pour les ossatures et les systèmes à contreventement mixte équivalents à des
ossatures.

-Ͳǡͷ ൑  ൑ ͳ: pour les systèmes de murs, systèmes de coefficient avec ߙ଴ ൌ  σ ௟ ೔


ଵାఈబ σ௛
ଷ ೔

avec hi/li l’élancement.


Cette méthode étant trop laborieuse, on prend le minimum directement.

COEFFICIENT DE COMPORTEMENT POUR LE BATIMENT « GUYNEMER »


Le bâtiment est un système contreventé uniquement par des murs non couplés. En
effet, pour simplifier le calcul, il est préférable de calculer les murs non couplés et ensuite les
linteaux séparément. ‫ݍ‬଴ ൌ ͵
Comme le bâtiment n’est pas régulier en élévation, on diminue cette valeur de 20%
‫ݍ‬଴ ԢԢ ൌ ʹǡͶ
Comme on souhaite un système de murs « Grandes dimensions peu armés », on
réduit alors ce coefficient par 1,5. En effet, pour être dans le système GDPA, il faut 2 murs
dont la longueur est supérieure à min(4m ;2/3hw) dans les deux directions ( x et y). Il est
suffisant qu’il n’y ait qu’un seul mur respectant les conditions ci-dessus dans une des deux

25 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
directions sous réserve que la valeur de base du coefficient de comportement q0 soit
minorée d’un facteur de 1,5. (EN1998-1.1 5.2.2.1(3) )
Et ݇௪ ൌ Ͳǡͷ. On obtient alors un coefficient de comportement inférieur à 1,5. On choisit donc
le minimum soit q= 1,5.

D. PARAMETRES SISMIQUES
Les paramètres suivants sont rentrés dans le logiciel Ossature. Ils sont déterminés à l’aide
de l’EC8.
Zone de sismicité 4
Bâtiment de catégorie II (logements)
Accélération de base :ܽ௚ ൌ ͳǡ͸Ͳ
Coefficient topographique 1
Classe de sol B : Paramètre S = 1,5 (La classe de sol est indiquée dans l’étude de
sol)
Coefficient de masse partielle : ߮ ൌ Ͳǡͷ (étages à occupations indépendantes)
Classe de ductilité = DCM (La zone sismique 4 impose une ductilité moyenne c’est-
à-dire un bâtiment qui aura un comportement moyennement dissipatif. Généralement, une
seule zone de comportement plastique en pied du bâtiment.)

3. MODELE OSSATURE
Lors de la modélisation, tous les éléments sont représentés. En ce qui concerne les
ouvertures, une grande ouverture sera représentée par un linteau pour traiter les voiles
séparément alors que les petites ouvertures ne perturbent pas le fonctionnement des voiles
de contreventement et ne sont donc pas représentées. Pour modéliser des poutres voiles,
on place une poutre sous le voile pour le bon cheminement des efforts.

26 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure12 : Modélisation Ossature

A. ANALYSE MODALE
L’analyse modale sera réalisée seulement selon les accélérations horizontales du
séisme. En effet, l’EC8 nous permet de négliger l’accélération verticale quand ܽ௚ ൏ ʹǡ͵݉Ȁ‫ ݏ‬ଶ
Le but de l’analyse modale est de déterminer les modes propres de la structure,
ceux-ci représentent le comportement de la structure sous une excitation donnée.
Cependant, il existe autant de modes propres que degrés de libertés dans une structure, il
apparaît donc envident de limiter la recherche de ces modes propres.
A chaque mode propre correspond une fréquence qui donne la sollicitation sismique grâce
au spectre de réponse.
Les réponses de tous les modes de vibration contribuant de manière significative à la
réponse globale doivent être pris en compte et ce dans chaque direction : il faut que 90% de
la masse soit excitée.
Cependant, pour effectuer le calcul, on doit définir un nombre de modes propres. Il
est donc évident qu’il faut faire plusieurs essais en augmentant le nombre de modes propres.
Et pour chaque essai, nous devons vérifier si 90% de la masse modale a été excitée. Si c’est
le cas, l’analyse modale est validée.

27 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Dans le tableau suivant, la synthèse de l’analyse modale du bâtiment est regroupée.
Seulement les 8 premiers modes sont affichés. Il a fallu exciter 80 modes pour pouvoir
obtenir les 90% de masse excitée.

Mode N° Periode Masse modale X (%) Masse modale Y (%)


1 0,21 67,73 0
2 0,14 0,04 58,89
3 0,10 0,09 8,82
4 0,07 0,96 0,03
5 0,07 3,94 0,05
6 0,06 11,74 0,16
7 0,06 0,01 0,00
8 0,06 0,06 0,00
… … … …
Total 96,51 91,20
dĂďůĞĂƵϰ͗dĂďůĞĂƵĚĞƐŵŽĚĞƐƉƌŽƉƌĞƐ

On remarque que ce sont les deux premiers modes qui excitent le plus grand
pourcentage du bâtiment. En effet, ce sont les modes de flexion. On remarque aussi que
lorsqu’un mode excite la structure selon un axe, il ne l’excitera pas selon l’axe opposé.
On note les périodes fondamentales (périodes qui excitent le plus de masse modale)
pour chaque axe :
ܶ௫ ൌ Ͳǡʹͳ‫ ݏ‬et ܶ௬ ൌ ͲǡͳͶ‫ݏ‬

28 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
B. ETUDES DES DEPLACEMENTS DU BATIMENT

Figure 13 : Déplacement selon l’axe X


On remarque que le déplacement maximal en tête est de 1,00cm. Ce déplacement
est acceptable au vu de ce que prescrit l’Eurocode 8 : d < h/100 (avec d déplacement entre
étage et h la hauteur de l’étage courant)
Sur le graphique, on obtient le déplacement d par rapport au RDC soit h=16,60m
ͳ͸ǡ͸Ͳ
݀ ൌ ͲǡͲͳ ൏ ൌ Ͳǡͳ͸͸Ͳ
ͳͲͲ
La vérification pour les déplacements selon l’axe X est acceptée. Il faut cependant
prendre en compte que c’est un immeuble mitoyen donc le déplacement accepté est
beaucoup plus faible que celui validé par l’Eurocode 8. Comme nous avons disposé un joint
de dilatation de 4cm, le déplacement de 1cm n’impactera pas les immeubles mitoyens.

29 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 14 : Déplacement selon l’axe Y

Les déplacements selon l’axe y sont beaucoup plus faibles. En effet, la masse déplacée
selon y est beaucoup plus légère et beaucoup de voiles de contreventement sont disposées
selon l’axe y ainsi le bâtiment aura une meilleure réaction vis-à-vis du séisme selon y et aura
un déplacement plus faible que le déplacement selon l’axe x.
Le déplacement autorisé par l’eurocode 8 est validé.

30 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

4. ETUDE DES FONDATIONS


1. ETUDE DU RAPPORT DE SOL
Tout d’abord pour l’étude des fondations, il est important de lire « l’étude géotechnique
de conception phase avant-projet (G2 AVP) et gestion des eaux pluviales » qui a été réalisée
par l’entreprise KAENA le 14/04/2015.

FONDATIONS DE LA STRUCTURE ET TRAITEMENT DU NIVEAU BAS


Les solutions préconisées par le rapport de sol sont des semelles superficielles
isolées ou continues, ancrées de 0,30m dans la grave sableuse résistante et impérativement
sous les remblais hétérogènes. Elles devront être descendues entre 0,5 et 2,0m de
profondeur/Terrain Naturel.
Les différents essais, repérés sur l’annexe 3, nous permettent de déterminer les
niveaux d’ancrage des fondations. En effet, chaque essai indique le toit de formation de la
grave sableuse dans laquelle les fondations peuvent être ancrées.
Un premier rapport de sol avait détecté une discontinuité au niveau d’un sondage
(PND103) à 3,0m par rapport au TN. Il envisageait donc des fondations profondes de types
pieux pour pouvoir s’ancrer plus profond. Le rapport de l’entreprise KAENA prend en compte
cette discontinuité dans la contrainte admissible. En effet, lors du calcul de la contrainte,
l’hypothèse de Boussinesq permet de réduire de 40% la contrainte si on s’ancre au-dessus
de cette lentille de sable.
La contrainte ELU est de 0,5MPa.
La contrainte ELS est de 0,3 MPa.
Les fondations devront assurées le hors gel de 0,7m/TN.
Les différents niveaux de fondations doivent respecter la règle des 3 pour 2 (3m en
longueur pour 2m en hauteur) à moins d’utiliser des redans.
Le niveau de l’eau se trouve à environ 2,5m par rapport au TN : aucune incidence sur le
dimensionnement des fondations.
Le niveau bas sera traité en dalle portée compte tenu du remaniement de sols
important lors de la démolition.

DISPOSITIONS VIS A VIS DES AVOISINANTS.


La présence de bâtiments mitoyens à l’EST et à l’OUEST du projet impose d’anticiper
les interactions entre les fondations existantes et les fondations du projet. Pour éviter
d’impacter les fondations existantes, les fondations du projet devront être au même niveau
d’assise que les fondations des immeubles mitoyens.

31 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Bâtiment à l’EST : les fondations actuelles sont ancrées de 0,5m dans une grave sableuse
résistante et elles seront descendues vers 1,5m de profondeur. Le débord de la fondation
existant est de 0,1m.
Bâtiment à l’OUEST : les fondations sont présumées vers 2,0m/TN. Lors des sondages, un
réseau gênant a bloqué la réussite de l’étude, le niveau des fondations devra être précisé
après la démolition du bâtiment existant. Le débord de cette fondation n’a pas pu être
estimé. On fait une hypothèse d’un débord de 20cm maximum.
Les débords des fondations existantes vont créer des portes à faux, consoles courtes au
niveau des fondations.

2. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS DE FONDATIONS

A. DIMENSIONNEMENT DES SF
Données de la semelle :B= largeur ;H= hauteur ; L = longueur
ߪா௅௎ ൌ Ͳǡͷ‫ܽܲܯ‬
ߪா௅ௌ ൌ Ͳǡ͵‫ܽܲܯ‬

Les fondations sont uniquement dimensionnées à la compression. En effet, le


renversement et le glissement sont rarement pris en compte pour des éléments
longitudinaux car ils sont empêchés par le réseau de longrines et de semelles filantes. Le
logiciel de modélisation ARCHE nous donne les valeurs du torseur des forces au centre des
semelles : ܰ௚ ǡ ܰ௤  (efforts normaux dus respectivement au poids propre et aux charges
d’exploitation) et le torseur des sollicitations internes : ‫ܧ‬ே௫ ǡ ‫ܧ‬ே௬
On utilise les combinaisons de Newmark : ‫ܧ‬ே ൌ ƒšሺͲǡ͵‫ܧ‬ே௫ ൅  ‫ܧ‬ே௬ Ǣ ‫ܧ‬ே௫ ൅ Ͳǡ͵‫ܧ‬ே௬ ሻ
Les différentes combinaisons ELU, ELUa, ELS sont ensuite déterminées.
ELU : ͳǡ͵ͷ ‫ܰ כ‬௚ ൅ ͳǡͷܰ௤
ELUa : ܰ௚ ൅ Ͳǡ͹ܰ௤ ൅ ‫ܧ‬ே ;
ELS : ܰ௚ ൅ ܰ௤
ELUa+ : െͲǡͻܰ௚ ൅ ‫ܧ‬ே
On pré dimensionne les semelles à l’aide de la contrainte de sol.
L’équation nous permettant de dimensionner les fondations est la suivante :
ߪ௔ௗ௠ ൐ ‫ܨ‬Ȁܵ
Ù ߪ௔ௗ௠ ൐
ி
௕‫כ‬௅

Ùܾ൐
ி
ఙೌ೏೘ ‫כ‬ଵ଴଴଴
avec effort normal, combinaison en N/ml

32 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
On compare ߪ aux contraintes admissibles en fonction de la combinaison choisie.
Généralement, la combinaison accidentelle est dimensionnante mais certaines semelles,
ayant peu d’effort sismiques, sont dimensionnées à l’aide de la combinaison ELS.

La hauteur de la semelle doit être définie par la formule suivante :

݄ൌ ൅ ͷ (en cm) avec un minimum de 30cm.


ୠᇲ ିୠ

dĂďůĞĂƵϱ͗ŝŵĞŶƐŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞƐĨŽŶĚĂƚŝŽŶƐ

Ci-dessus, un exemple des tableurs de dimensionnement des fondations que j’ai


réalisés. Les tableurs des fondations se situent en annexe 4 ainsi que la localisation des
différentes SF en annexe 5. Il est important de tester toutes les combinaisons pour
déterminer la combinaison dimensionnante. Si la somme des efforts verticaux avec le
séisme ascendant est négatif, il y a risque de soulèvement, il faut alors vérifier que les

‫ܣ‬௦ ൒
ௌ௢௨௟°௩௘௠௘௡௧
௙೤ೖ
attentes des SF ont une section d’acier supérieure à :

Il est préférable de réduire le nombre de semelles filantes différentes. En effet, pour


simplifier les détails de ferraillage, un faible nombre de semelles permet ainsi de faciliter la
mise en œuvre des fondations.

dĂďůĞĂƵϲ͗,ŽŵŽŐĠŶĠŝƐĂƚŝŽŶĚĞƐ^&

FERRAILLAGE DES SF
On utilise la réaction du sol pour ferrailler la semelle et non en fonction de la charge reçue.
‫ܨ‬௦௢௟ ൌ  ߪா௅௎ ‫ ܣ כ‬ൌ ߪா௅௎ ‫݈ܾ כ‬
Les armatures principales sont définies par la formule suivante (Pour 1 ml)

33 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

‫ܣ‬௦ ൌ  ‫ܨ‬௦௢௟ ‫כ‬ ‫ כ‬௙ ೞ avec d = h-c =h-5cm (enrobage pour les SF : d= 5cm)
௕ᇲ ି௕ ఊ
଼ௗ ೤ೖ

Les armatures secondaires sont définies uniquement pour maintenir le cadre


principal. Ce sont donc des barres filantes qui viennent dans les angles du cadre pour
maintenir ce dernier.

dĂďůĞĂƵϳ͗&ĞƌƌĂŝůůĂŐĞĚĞƐ^&

On peut alors déterminer le ratio des semelles filantes :

dĂďůĞĂƵϴ͗ZĂƚŝŽĚĞƐ^&

Lors du calcul de ce ratio, j’ai pris en compte les attentes pour les voiles supérieures.
Pour des voiles contenant du ST25C, les attentes seront des HA8 filants espacements 15
cm.

34 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
B. DIMENSIONNEMENT DES FONDATIONS EXCENTREES.

Figure 15 : Détail de principe de la fondation excentrée

Les fondations excentrées sont sollicitées en flexion composée. En effet, l’excentricité


du mur supérieur crée un moment au centre de la fondation.
La fondation voisine côté Ouest (semelle filante 4) possède un débord de 10 cm, les
résultantes des efforts normaux seront situées à (b/2-0.10). On peut alors calculer les
moments résultants.
En ce qui concerne la fondation côté Est (Semelle filante 1), aucun débord n’a pu être
identifié. On fait l’hypothèse d’un débord de 20cm, soit une excentricité de (b/2+0.01)
NB : les localisations des semelles filantes sont situées en annexe 5.

35 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Pour calculer la largeur de ces
fondations, on utilise les
formules suivantes : ߪ ൌ ൅


ெ೤
‫ כ‬ଶǤComme précédemment,

ூ೤

on compare ces efforts avec la


contrainte admissible et on fait
varier la valeur de b pour
déterminer celle qui valide la
contrainte admissible.
Les résultats sont regroupés
dans le tableau ci-contre.
La semelle devait être
initialement dimensionnée
avec une largeur de 220cm, ce
qui génère de grosses
contraintes et engendre un
coût économique non
dĂďůĞĂƵϵ͗ŝŵĞŶƐŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞƐĨŽŶĚĂƚŝŽŶƐĞdžĐĞŶƚƌĠĞƐ͘ négligeable. Cependant, en
compression simple, la largueur de la semelle est seulement de 80cm. Des éléments de
redressement vont donc être dimensionnés pour reprendre le moment créé par l’excentricité
de la semelle. En effet, ces éléments, généralement des longrines ou des semelles filantes,
sont calculés pour pouvoir bloquer les éléments d’un quelconque basculement. Les aciers
hauts des SF, perpendiculaires aux semelles excentrées, seront donc dimensionnés pour
pouvoir reprendre le moment généré par l’excentrement des semelles. On estime le
dimensionnement des SF à 100cm de largeur.

C. DIMENSIONNEMENT DES SEMELLES ISOLEES

Figure 16 : Semelle isolée

36 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Pour les semelles isolées, on utilise la même


méthode que pour les semelles filantes :
ߪ௔ௗ௠ ൐ ‫ܨ‬Ȁܵ

Ù ܾ ൐ ටఙ
ி
ೌ೏೘

Pour des raisons de simplicité, on choisit une


semelle 190x200cm
Le ferraillage de la semelle se calcule selon les
deux côtés :

‫ܣ‬௫ ൌ et ‫ܣ‬௬ ൌ
௡೐೏ ൫௕ᇲ ି௕൯ ఊೞ ௡೐೏ ሺ௟ᇱି௟ሻ ఊೞ
଼ௗ ௙೤ೖ ଼ௗ ௙೤ೖ

dĂďůĞĂƵϭϬ͗ŝŵĞŶƐŝŽŶŶĞŵĞŶƚĚĞůĂ^/

3. PLAN DE COFFRAGE DES FONDATIONS


Le plan de coffrage des fondations doit indiquer tous les niveaux des fondations. Il a été
très compliqué de faire une plateforme unique. Comme l’annexe 4 nous l’indique, les niveaux
de bon sol sont totalement différents en fonction de la position sur le terrain. Il a fallu donc
tenir compte de cette contrainte. De plus, pour une bonne répartition des charges dans le
sol, il est impératif de s’ancrer au même niveau que les fondations mitoyennes.
Si des fondations proches (qui ne respectent pas le 3L pour 2H) ne sont pas au même
niveau, les charges de la fondation haute vont impacter la fondation basse. Pour résoudre ce
problème, il faut donc mettre en place
- Réseau de longrines : les fondations sont reliées par une longrine qui fait
office de poutre. La longrine répartit donc les charges sur les fondations aux abords.
- Redans de gros béton : du gros béton sera disposé sous la semelle filante
haute au niveau de la différence de niveau pour pouvoir faire transiter les charges dans le
bon niveau de sol. (Figure 17)

37 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

-
Figure 17 : Détails de redans béton

La fosse ascenseur doit être réalisée sur un radier à la profondeur de -1,10m/TN


(Figure 18). Les détails de l’ascensoriste seront fournis en phase EXE. Comme la SF15
(Annexe 5) supporte des charges gravitaires importantes, il a fallu élargir le radier pour
pouvoir inclure les charges de la SF15 dans ce dernier.

Figure 18 : Détails de la fosse d’ascenseur et radier

Vous trouverez le plan de coffrage des fondations en annexe 2-1.

38 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

5. CONCEPTION DES MURS EN ZONE


SISMIQUE
1. CONCEPT GENERAL CONCERNANT LES MURS DE CONTREVENTEMENT

A. TYPES DE MURS SELON L’EC8


Dans les contreventements par les voiles, il existe deux types de voiles :
-Les voiles ductiles : éléments de structure avec un rapport lw/bw <4 . Ils sont fixés
à la base pour que la rotation relative de la base par rapport au système soit empêchée : leur
objectif est de dissiper l’énergie emmagasinée pendant le séisme dans les zones de rotule
plastique de flexion. Sur la hauteur de la zone critique, ces murs ne doivent pas présenter
d’ouvertures. Ce sont généralement des murs peu chargés verticalement mais qui assurent
une part importante de la fonction de contreventement.
-Les murs de grandes dimensions peu armés (GDPA) : ce sont des murs de
grandes dimensions transversales grâce auxquelles ils sont supposés développer une
fissuration limitée et un comportement non élastique dans la situation de calcul sismique. Ils
ne réagissent pas du tout comme les murs ductiles : la fissuration est limitée. Et au contraire
des murs ductiles, ils transforment l’énergie sismique en énergie potentielle.

B. ACTION SUR LES VOILES

Figure 19 : Principe de fonctionnement d’un voile BA

39 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Les voiles de contreventements sont sollicités en flexion composée.

PHENOMENE LOCAL DUCTILE : ZONES DISSIPATIVES


Pour bien comprendre le dimensionnement des voiles, il faut comprendre les
différents comportements de ces derniers. Lors d’un séisme, différentes ruptures peuvent
avoir lieu mais on peut favoriser certaines ruptures en utilisant un dimensionnement
capacitif.
Le béton armé peut être ductile si on respecte des règles favorisant l’existence de
comportements dissipatifs locaux et globaux. Le seul mécanisme local ductile utilisable en
béton armé est la flexion plastique. Celle-ci favorise deux phénomènes ductiles :
-la plastification de l’acier en traction
-la déformation plastique du béton comprimé.
L’acier de classe B est un matériau ductile dont l’allongement ߝ௨ǡ௞ est supérieur à 0,05. Le
béton non armé possède une capacité de déformation très limitée de l’ordre de ߝ௖௨ =0,0035.
Cette valeur est 14 fois plus petite que la déformation de l’armature ߝ௨௞ ǤCependant, elle peut
être relevée par un facteur de l’ordre 2 à 4 si le béton est bien confiné par une armature
transversale, circonstance qui augmente sa résistance. L’armature transversale empêche
l’expansion transversale du béton plus connue sous le nom de l’effet Poisson. La ductilité du
béton est donc très importante dans la zone intérieure du confinement mais le béton se
désagrège quand même en cas de déformation importante.

Figure 20 : Comparaison diagramme contrainte-déformation béton non confiné (équation A)-


Béton confiné
La déformation à la rupture du béton confiné peut alors être estimée en fonction du
pourcentage des armatures transversales : ߝ௖௨ǡଶ௖ ൌ ߝ௖௨ǡଶ ൅ ൌ ͲǡͲͲ͵ͷ ൅ Ͳǡͳ ‫߱ߙ כ‬ௗ  avec
଴ǡଶఙమ
௙೎ೖ

߱ௗ le rapport mécanique en volume des armatures de confinement et ߙ le coefficient


d’efficacité du confinement.

40 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
PHENOMENES LOCAUX NON DISSIPATIFS
-Cisaillement alterné : Lorsqu’un séisme affecte les bâtiments, l’effort tranchant que
subissent les éléments est très important. On parle de cisaillement alterné. Ce cisaillement
est généré par l’alternance des mouvements de la structure. Le bâtiment obtient des
fissurations inclinées : le béton devient un amas de pierre et perd toute résistance. Le
principe de dimensionnement capacitif surdimensionne la résistance au cisaillement pour
éviter la ruine des sections. Il consiste à faire entrer les armatures de flexion en plasticité
alors que les armatures transversales resteront dans le domaine élastique.
Pour dimensionner précisément les éléments avec le dimensionnement capacitif, il faudrait
ெ೐೏ ௏೐೏
ெೝ೏ ௏ೝ೏
alors >

Nous verrons plus tard que l’Eurocode 8 a une manière différente de prendre en compte ce
dimensionnement capacitif.
-Flambement individuel d’une armature : Les barres longitudinales vont subir le
flambement dans les zones très sollicitées (compression élevée). Comme les barres sont
maintenues latéralement, le flambement est évité. Attention une densité des armatures
transversales est indispensable.
-Glissement sur une surface de reprise : Lorsque des bétons sont coulés à des
dates différentes : un cisaillement est créé à l’interface de ces deux bétons. Si la quantité de
béton n’est pas suffisante, ce sont les armatures verticales qui vont reprendre ce
cisaillement. Cependant, il ne s’agit pas de leur fonction initiale et c’est pourquoi ce
phénomène entrainera une ruine du voile. Il est donc important de disposer un nombre
suffisant d’armatures verticales en attente pour lutter contre le glissement.

2. M UR DUCTILE

A. DETERMINATION DES SOLLICITATIONS DE CALCUL


Un mur ductile fonctionne comme une console verticale encastrée en base. Comme
nous l’avons déjà évoqué précédemment, pour dissiper l’énergie créée par le séisme, il faut
un mécanisme plastique en base de mur : création d’une rotule plastique.

41 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 21 : Fonctionnement du mur ductile comme une console encastrée

Les sollicitations du mur peuvent donc être assimilées au 1er mode de vibration mais
ça ne représente pas bien la réalité. L’Eurocode permet de prendre en compte cette réalité
grâce à une redistribution des moments.

MOMENT DE FLEXION SOLLICITANT


Pour prendre en compte l’incertitude concernant la distribution des moments sur la
hauteur du mur, l’eurocode 8 donne une enveloppe de diagramme des moments issue de
l’analyse et déplacée verticalement de a1 (déplacement de la traction) pour les murs
sismiques élancés ( hw/lw >2 ). Ceci implique dans notre calcul que sur une hauteur a1 = lw ,
l’effort Med devra être repris par la flexion composée.

Figure 22 : Moment de flexion sollicitant

42 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

EFFORT TRANCHANT SOLLICITANT


Comme expliqué précédemment, le dimensionnement capacitif surdimensionne la
résistance à l’effort tranchant. Il faudrait alors se référer à la valeur réelle de la rotule
plastique en base de mur. Cependant, l’Eurocode 8, pour les projets en DCM permet un
dimensionnement capacitif « forfaitaire » où les efforts tranchants de calcul sont augmentés
de 50% par rapport à l’analyse. (EN1998-1.1 ȚͷǤͶǤʹǤͶሺ͹ሻሻ
ܸ௘ௗ ‫ כ‬ൌ ͳǡͷ ‫ܸ כ‬௘ௗ
EFFORT NORMAL SOLLICITANT
Les murs sismiques primaires doivent être dimensionnés tel que l’effort normal réduit
ne dépasse pas ߥௗ ൌ ൏ ͲǡͶ( ͳͻͻͺ െ ͳǤͳȚͷǤͶǤ͵ǤͶǤͳሺʹሻ)
ே೐೏
஺೎ ௙೎೏

B. DETERMINATION DES ABOUTS DE VOILE


D’après ͺȚͷǤͶǤ͵ǤͶǤͳሺͳሻ la résistance à la flexion doit être calculée selon l’EC2 en prenant
en compte les alinéas de l’EC8.
Les murs ductiles ont pour objectif de reprendre l’essentiel du moment de flexion
dans les zones dites de rive. C’est dans ces zones que la rotule plastique va être créée.
Les chaînages de rives sont déterminés à l’aide de la flexion composée.

GENERALITES SUR LA FLEXION COMPOSEE


Une section est soumise à la flexion composée si elle subit un effort normal (traction
ou compression) et un moment au centre de gravité de la section de béton note MG0 (positif
ou négative)
Ce torseur (Ned, MG0) revient à appliquer une force N au point C appelé centre de pression.

Figure 23 : Fonctionnement de la FC

Les voiles de contreventement peuvent être sollicités de 4 manières différentes :

43 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 24 : Cas possible de voiles sismiques

La valeur de Med indique la position des aciers tendus. L’effort normal Ned peut être
vu en compression (positif) ou en traction (négatif).
Il est donc important de tester toutes les combinaisons pour chercher celle qui
engendre la section d’acier la plus défavorable. On utilise donc les combinaisons de
Newmark pour prendre en compte les interactions de tous les efforts sismiques. Pour
chaque combinaison, on calcule donc directement la section d’acier comme il est expliqué
dans la suite du mémoire. Les combinaisons sont les suivantes :

ܰ௚ ൅  ܰ௫ െ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅  ܰ௬ െ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ െ  ܰ௫ ൅ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ െ  ܰ௬ ൅ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ െ  ܰ௫ െ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ െ  ܰ௬ െ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ ൅  ܰ௫ ൅ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅  ܰ௬ ൅ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ ൅  ܰ௫ െ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ ൅  ܰ௬ െ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ െ  ܰ௫ ൅ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ െ  ܰ௬ ൅ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ െ  ܰ௫ െ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ െ  ܰ௬ െ Ͳǡ͵ܰ௫
ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ ൅  ܰ௫ ൅ Ͳǡ͵ܰ௬ ܰ௚ ൅ ߰ଶǡ௤ ܰ௤ ൅  ܰ௬ ൅ Ͳǡ͵ܰ௫

EXCENTREMENT
݁ଵ ൌ
ெ೐೏
ே೐೏
Excentricité du 1er ordre

44 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

݁௜ ൌ ‹ሺ ǡ ʹܿ݉ሻ Excentricité additionnelle avec ݈଴ , longueur de flambement définie par


௟బ
ସ଴଴

݈଴ ൌ ߚ݈௪ avec ߚdéfini en fonction des liaisons du murs avec les planchers et les fondations (
DTU23.1 4.2.2).

EFFET DU SECOND ORDRE


Les effets du second ordre peuvent être négligés si ߣ ൑  ߣ௟௜௠ ൌ
ଶ଴஺஻஼
ξ௡

Avec A = 0,7
B= 1,10
C= 0,7
݊ൌ஺
ே೐೏
೎ ௙೎೏

L’élancement du voile est alors calculé par la formule :


݈଴ ξͳʹ
ߣ ൌ
݄௪
Si les effets du second ordre ne sont pas négligeables, on calcule le voile par la
méthode de la courbure nominale. Pour pouvoir appliquer cette méthode, il nous faut partir
d’une valeur de départ que nous déterminerons en faisant un calcul en flexion composée
sans prise en compte des effets du 2nd ordre. Puis, dans un second temps, on prendra en
compte les effets du second ordre en utilisant ce moment pour déterminer le moment de
second ordre. Si celui-ci est quasi identique au moment du premier ordre, on négligera ces
derniers. La méthode du calcul des effets du second ordre est donnée en annexe 6.

SOLLICITATIONS CORRIGEES
Les sollicitations corrigées, à prendre en compte pour le calcul en flexion composée
sont ܰ௘ௗǡீ଴ et ‫ܯ‬௘ௗǡீ଴ ൌ  ܰ௘ௗǡீ଴ ‫ܵܤܣ כ‬ሺ݁௜ ൅ ݁ଵ ሻ
Ces valeurs sont calculées par rapport au centre de gravité de la section du béton
seule. Il est évident qu’il faut les ramener par rapport au centre de gravité des aciers tendus
pour pouvoir dimensionner les armatures comme sur le schéma ci-dessous.

Figure 25 : Sollicitations corrigées

45 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

‫ܯ‬௘ௗ஺ ൌ ‫ܯ‬௘ௗǡீ଴ ൅ ܰ௘ௗǡீ଴ ቀ݀ െ ଶ ቁAvec la valeur de N.


DETERMINATION DU TYPE DE SECTION


On peut se trouver dans 3 cas différents :
-Une section entièrement tendue
-Une section partiellement comprimée/ partiellement tendue
-Une section totalement comprimée.

Figure 26 : Type de sections en FC

Si N est un effort de compression

ߤ஻஼ ൌ Ͳǡͺ ௗ ቀͳ െ ͲǡͶ ௗቁ ൌ Ͳǡͺ ‫ כ‬଴ǡଽ௛ ቀͳ െ ͲǡͶ ଴ǡଽ௛ቁ ൌ ଴ǡଽ ሺͳ െ ଴ǡଽሻ= 0,494
௛ ௛ ௛ ௛ ଴ǡ଼ ଴ǡସ

‫ܯ‬௘ௗ஺
ߤ௖௨ ൌ
ܾ௪ ݀ଶ ݂௖ௗ
Si ߤ௖௨ ൏ ߤ஻஼ ǡla section est partiellement comprimée sinon elle est entièrement comprimée.
Dans ce dernier cas pas besoin d’armatures de flexion composée.
Si N est un effort de traction :

-si ȁ݁଴ ȁ ൐ ݀ െ : section partiellement comprimée



-si ȁ݁଴ ȁ ൏ ݀ െ ଶ : section totalement tendue


46 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

SECTION PARTIELLEMENT COMPRIMEE/TENDUE

ߙ௨ ൌ ͳǡʹͷሺͳ െ ඥͳ െ ʹߤ௖௨ ሻ
Bras de levier ‫ݖ‬௖ ൌ ݀ሺͳ െ Ͳǡ Ͷߙ௨ ሻ
Section d’armatures en flexion simple : ‫ܣ‬௦ǡிௌ ൌ ௭
ெೌ
೎ ‫כ‬௙೤೏

Section d’armatures en flexion composée : ‫ܣ‬௦ǡி஼ ൌ ‫ܣ‬௦ǡிௌ െ 


ே೐೏
௙೤೏

SECTION TOTALEMENT TENDUE

Comme nous l’avons vu précédemment la section est totalement tendue si le centre


de pression se trouve à l’intérieur des armatures.
Dans ce cas, il faut calculer les deux nappes d’armatures tendues.
Bien entendu, pour notre résultat, nous prendrons la valeur maximale.

Figure 27 : Section totalement tendue


Les valeurs des excentricités sont données par les formules suivantes :
݁௔ଵ ൌ െ ݀ଵ െ  ȁ݁଴ ȁ et ݁௔ଶ ൌ െ ݀ଵ ൅  ȁ݁଴ ȁ
௛ ௛
ଶ ଶ

On peut ensuite déterminer les aciers tendus :


‫ܣ‬௦ଵ ൌ ሺ௘ et ‫ܣ‬௦ଶ ൌ ሺ௘
ே೐೏ ‫כ‬௘ೌభ ே೐೏ ‫כ‬௘ೌమ
ೌమ ା௘ೌభ ሻ௙೤೏ ೌమ ା௘ೌభ ሻ௙೤೏

Attention, quand la section est complètement tendue, tous les aciers du voile sont tendus.
Ainsi, cette vérification n’est pas dimensionnante pour les chaînages d’about puisqu’en
réalité il faut prendre en compte les TS pour reprendre l’effort de traction.
Comme, les efforts sismiques sont symétriques, les armatures doivent être
elles aussi symétriques. On les répartit alors dans les deux zones d’about de voile.
Pour chaque combinaison, on détermine dans quel cas on se situe et on calcule la
section d’acier correspondantes. On compare ensuite toutes les sections d’aciers pour
déterminer la plus importante.

47 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

C. DETERMINATION DES ARMATURES D’AME


COMBINAISON DIMENSIONNANT DE L ’EFFORT TRANCHANT
D’après les combinaisons de Newmark, on cherche le maximum des valeurs ci-dessous
ܵ௫ ൅ Ͳǡ͵ܵ௬ ܵ௬ ൅ Ͳǡ͵ܵ௫
ܵ௫ െ Ͳǡ͵ܵ௬ ܵ௬ െ Ͳǡ͵ܵ௫
െܵ௫ ൅ Ͳǡ͵ܵ௬ െܵ௬ ൅ Ͳǡ͵ܵ௫
െܵ௫ െ Ͳǡ͵ܵ௬ െܵ௬ െ Ͳǡ͵ܵ௫
Ted = max (Combinaisons)

NECESSITE D ’ARMATURES D ’EFFORT TRANCHANT



ܸோௗǡ௖ ൌ ƒš ൝ሺ‫ܥ‬ோௗǡ௖ ‫ כ ݇ כ‬ሺͳͲͲ ‫ߩ כ‬௟ ‫݂ כ‬௖௞ ሻ ൅ ݇ଵ ߪ௖௣ ሻ ‫ܾ כ‬ௐ ‫݀ כ‬

ሺܸ௠௜௡ ൅ ݇ଵ ߪ௖௣ ሻܾௐ ‫݀ כ‬


Avec ‫ܥ‬ோௗǡ௖ ൌ Ͳǡͳʹ

݇ ൌ ‹ሺͳ ൅  ටௗሺ௠௠ሻ Ǣ ʹሻ
ଶ଴଴

ܸ௠௜௡ ൌ ͲǡͲ͵ͷ ‫  כ‬ඥ݇ ଷ ‫݂ כ‬௖௞ ሺ‫ܽ݌ܯ‬ሻ

ൌ
‫ݏܣ‬ǡ‫ݎ‬±݈݁
ߩ௟ ൌ
௕ௗ

ߪ௖௣ ൌ ‹ሺ Ǣ Ͳǡʹ݂௖ௗ ሻ


ே೐೏
஺೎

݇ଵ ൌ Ͳǡͳͷ

On compare ܸ௘ௗ ‫ כ‬ൌ ͳǡͷܸ௘ௗ  (l’EC8 ȚͷǤͶǤʹǤͶሺ͹ሻሻ à ܸோௗǡ௖ .

Si ܸ௘ௗ ‫ כ‬൒  ܸோௗǡ௖ , ൌ


஺ೞ

les armatures d’effort tranchant sont nécessaires, alors
ܸ݁݀ ‫כ‬
 avec ߠ ൌ Ͷͷι (orientation des bielles) ߙ ൌ ͻͲι (orientation des armatures
௭௙೤೏ ௖௢௧௚ఏ‫כ‬௦௜௡ఈ

d’effort tranchant)
La valeur indiquée ci-dessus correspond aux aciers horizontaux nécessaires pour toute
l’épaisseur du voile. Comme nous plaçons 2 TS par voile, il faut alors diviser la section
d’acier retenue par deux pour trouver la valeur d’aciers horizontaux nécessaire pour un
treillis. On compare ensuite avec la feuille ADETS (annexe 12) qui décline pour chaque
treillis, les aciers horizontaux et verticaux par m2.
Si les TS ne suffissent pas, on place alors des barres en complément.

48 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

VERIFICATION DE LA BIELLE COMPRIMEE


>ܸ௘ௗ , la résistance de la bielle comprimée est vérifiée.
‫כ‬
ܸܵ݅௥ௗǡ௠௔௫ ൌ
ఈ೎ೢ ௕ೢ ௭జభ ௙೎೏
௖௢௧௚ఏା௧௚ఏ
ఙ೎೛
ͳ൅ ‫ߪ݅ݏ‬௖௣ ൏ Ͳǡʹͷ݂௖ௗ
avec ߙ௖௪ ൌ ൝ ௙೎೏
ͳǡʹͷ‫Ͳ݅ݏ‬ǡʹͷ݂௖ௗ ൏ ߪ௖௣ ൏ Ͳǡͷ݂௖ௗ

߭ଵ ݂௖ௗ ൌ Ͳǡ͸ ‫ כ‬ቀͳ െ ቁ ‫݂ כ‬௖ௗ ൌ ͳͲǡ͵ͺ‫ܽܲܯ‬


௙೎ೖ
ଶହ଴

Comme ߙ௖௪ dépend de la précontrainte, on va donc vérifier la bielle comprimée pour


plusieurs combinaisons liant l’effort tranchant et l’effort normal (traction ou compression).
Un programme sous VBA calcule directement la vérification pour toutes les combinaisons qui
incluent Ned et Ted.
VERIFICATION DES REPRISES DE BETONNAGE

Figure 28 : Vérification du non glissement entre bétons coulés à 2


dates différentes
ߪ௡ ൌ ‹ሺ ೐೏ Ǣ Ͳǡ͸݂௖ௗ ሻ

஺೎
précontrainte de la section.

49 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
On définit ici le pourcentage d’armatures verticales auxquelles on fait jouer le rôle de goujon
connecteur traversant la surface de reprise de manière à assurer les reprises de bétonnage

ቀ ೞೢ ቁ ‫כ‬ሺ௟ೢ ିଶ௖ሻାଶ‫כ‬஺ೞǡೝ±೐೗
par l’expression suivante : ߩ଴ ൌ ൌ
஺ೞೡǡ೟೚೟ ೞ ೝ±೐೗
஺೔ ௕ೢ ‫כ‬௟ೢ

ܸ௥ௗǡ௜ ൌ ‹ሺ݂ܿ௖௧ௗ ൅ ߤ ߪ௡ ൅ ߩ଴ ݂௬ௗ ሺߤ‫ ߙ݊݅ݏ‬൅ ܿ‫ߙݏ݋‬ሻǢ Ͳǡͷ݂߭௖ௗ ሻ à comparer à ܸ௘ௗǡ௜ ൌ


ఉ௏೐೏
௭௕೔

avec les coefficients µ=0,60 ; ƐƚĂƚŝƋƵĞсϬ͕ϮϬĞƚĐĚLJŶĂŵŝƋƵĞсϬ͕ϭϬ


Si ܸ௘ௗǡ௜ ൐ ܸ௥ௗǡ௜ , il faut alors augmenter les armatures au niveau de la reprise de
bétonnage. Un simple calcul nous détermine directement la section d’armatures à rajouter.
Cette vérification est avérée pour la plupart des cas.
Attention, au niveau des reprises de bétonnage, la longueur d’ancrage des armatures
doit être augmentée de 50% par rapport à la longueur requise dans l’Eurocode 2.

VERIFICATION DE LA RESISTANCE A LA COMPRESSION DU VOILE


Dans un premier temps,
les contraintes sont calculées à
l’aide de la formule :
ܰ ‫ܯ‬௫
ߪൌ ൅ ‫ݕכ‬
‫ܫ ܣ‬௫
On calcule les contraintes du voile
soit ‫ ݕ‬ൌ േ ଶ On s’assure que les

Figure 29 : Résistance à la compression du voile- contraintes aux extrémités ne


Calcul par bandes dépassent pas les valeurs de
contrainte de béton/de traction autorisées par l’Eurocode soit 0,8݂௖௞ et ݂௖௧ǡ௘௙௙ .

On détermine ainsi la longueur comprimée à l’aide de ‫ ݕ‬ൌ െ ‫ כ‬ெೣ . On peut alors


ே ூ
஺ ೣ

faire le calcul par bande selon l’Eurocode 2.


Pour chaque bande de longueur݈ ൌ ݉݅݊ሺ ೞ Ǣ ‫ݔ‬ሻ, on vérifie que l’effort normal appliqué est
௛ ଶ
ଶ ଷ

bien inférieur à l’effort normal résistant en faisant deux vérifications :


-un calcul au milieu du voile en tenant compte des effets du 2nd ordre
- un calcul en pied de voile en ne considérant que les effets du 1er ordre
Le torseur nous est donné en pied de voile. Cependant, nous prendrons la même valeur de
l’effort normal bien que en réalité, il faudrait soustraire le poids du demi voile.

Calcul en pied de voile :


ʹ݁
ܰ௘ௗ ൌ  ߪ௖௢௠௣ ‫ܾ כ ݈ כ‬௪ ൑ ܰ௥ௗ ൌ ݂௖ௗ ݈ ‫ܾ כ‬௪ ‫ כ‬ሺͳ െ ሻ
݄௪
avec e=0 car les effort sont centrés sur la largeur du voile

50 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Calcul au milieu de voile :

ܰ௘ௗ ൌ  ߪ௖௢௠௣ ‫ܾ כ ݈ כ‬௪ ൑ ܰ௥ௗ ൌ ݂௖ௗ ݈ ‫ܾ כ‬௪ ‫ ߶ כ‬avec ߶ ൌ ͳǡͳͶ ‫ כ‬ቀͳ െ ቁെ ൑  ቀͳ െ ቁ


ଶ௘೟೚೟ ଴ǡ଴ଶ௟బ ଶ௘೟೚೟
௛ೢ ௛ೢ ௛ೢ

avec ݁௧௢௧ ൌ  ݁଴ ൅ ݁௜ ൌ Ͳ ൅ ƒšሺ Ǣ ͲǡͲʹሻ


௟బ
ସ଴଴

Si ܰ௘ௗ ൏ ܰ௥ௗ ൌ ܰ௥ௗǡଵଶ alors ‫ܣ‬௦௩ǡ௠௜௡௜ ൌ Ͳ݁‫ܣݐ‬௦௛ǡ௠௜௡௜ ൌ Ͳ (EN1992-1.1-9.6.2/3 ANF)


Minimum lié aux contraintes de compression élevée.

VERIFICATION DES ARMATURES VERTICALES

L’EN1992-1.1-9.6.3(1) indique l’espacement des barres verticales en zone courante :


‫ݏ‬௩ ൑ ‹ሺ͵ܾ௪ Ǣ ͶͲͲ݉݉ሻ
Bien que l’ANF indique que ‫ܣ‬௦௩ǡ௠௜௡௜ ൌ Ͳ si ܰ௘ௗ ൏ ܰ௥ௗ ൌ ܰ௥ௗǡଵଶ , un pourcentage d’armatures
minimales sera quand même placé pour la non fragilité de la section en flexion soit

‫ܾ כ‬௪ ‫݈ כ‬௪
଴ǡଶ଺௙೎೟೘
‫ܣ‬௦௩ǡ௠௜௡௜ ൌ ƒš ൝ ௙೤ೖ ൡ ൌ ͳǡͳͻܿ݉ଶ Ȁ݈݉pour les voiles de 18cm.
Ͳǡ ͲͲͳ͵ ‫ܾ כ‬௪ ‫݈ כ‬௪
Donc au minimum, il faut disposer un ST15C. Une question qui reste assez contraignante
est si nous devons prendre en compte les chainages d’about dans ce pourcentage mini.

V ERIFICATION DES ARMATURES HORIZONTALES


L’EN1992-1.1 ȚͻǤ͸Ǥ͵ሺͳሻ indique l’espacement maxi entre les armatures horizontales de

400mm, ߶௠௜௡ ൌ ሺ͸ǡ ସ೗ ሻ et le pourcentage d’armatures horizontales minimales qui est égal à

0, on placera dans tous les cas un ST15C soit 1,46cm/m2

D. DEFINITION DU CONFINEMENT ASSURANT LA DUCTILITE


LOCALE

Figure 30: Dispositions constructives des voiles de contreventement

51 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
LONGUEUR DE LA ZONE CRITIQUE
La longueur de confinement est déterminée par l’EC8 ȚͶǤ͵ǤͶǤʹሺ͸ሻ comme ݈௖ ൌ

‹ ൬Ͳǡͳͷ݈௪ Ǣ ͳǡͷͲܾ௪ Ǣ ‫ݔ‬ሺͳ െ Ԫ ೎ೠǡమ ሻ൰ . La longueur comprimée du diagramme xu peut être
Ԫ
೎ೠǡమ೎

assimilée à ‫ݔ‬௨ ൌ
ሺజ೏ ାఠೡ ሻ௛೎ ௕೎
௕బ

D’après l’ ‫ͻͻͳܰܧ‬ͺ െ ͳǤͳȚͷǤͶǤ͵ǤͶǤʹሺͻሻ et ȚͷǤͶǤ͵ǤʹǤʹሺͳͳǤ „ሻǡ l’espacement maximal des


armatures longitudinales est de 200mm. A défaut de validation, il faut augmenter la longueur
de confinement.
Le pourcentage des armatures longitudinales dans les éléments de rive ߩ௩ ൌ ஺௖௢௡௙௜ ൌ
ೞ೟ ஺

avec ߩ௠௜௡ ൌ ͲǡͲͲͷ et ߩ௠௔௫ ൌ ͲǡͲͶ . Si ce pourcentage n’est pas vérifié, il faut alors
஺ೞభ
௟೎ ‫כ‬௕బ

augmenter les armatures d’about de voile.


Attention, l’EC8 ȚͶǤ͵ǤͶǤʹሺͳͲሻ indique que l’épaisseur bw=bc des parties confinées dans
les murs ductiles ne doit pas être inférieure à 200mm.
Cette contrainte très restrictive n’est pas souvent réalisable. En effet, il faudrait dès
l’APS, phase où l’on fixe les épaisseurs de murs, réaliser une modélisation pour déterminer
les voiles ductiles. On se place donc très souvent dans un système GDPA pour ne pas avoir
à épaissir les voiles.
HAUTEUR DE LA ZONE CRITIQUE
Il faut disposer les armatures de rive sur la hauteur suivante définie par l’EC2 : ݄௖௥ ൌ
݈
ƒš ൜ ௪ ൠ et avec la condition supplémentaire suivante :
݄௪ Ȁ͸
ʹ݈௪
݄௖௥ ൑  ൝ ݄௦ ‫ ݊ݎݑ݋݌‬൑ ͸݊݅‫ݔݑܽ݁ݒ‬

ʹ݄௦ ‫ ݊ݎݑ݋݌‬൒ ͸݊݅‫ݔݑܽ݁ݒ‬
Cependant, lorsque nous analysons notre bâtiment sous Ossature, les murs sont
découpés par étage. Chaque voile à chaque étage aura un ferraillage différent. Nous
utilisons la règle du PS92. Elle indique que lorsque les niveaux sont différents, ils sont
considérés comme critique tandis que les étages similaires seront affiliés à des niveaux
courants
Pour notre bâtiment Guynemer, les deux premiers niveaux sont considérés comme
critique. Les autres niveaux sont considérés comme des niveaux courants puisqu’ils se
plombent parfaitement.
COEFFICIENT DE DUCTILITE ET VALEUR MINIMALE
L’EC8 impose de vérifier que le coefficient de ductilité n’est pas inférieur à une valeur
limite.

52 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Le coefficient de ductilité est défini comme étant le rapport entre la courbure atteinte
lorsque le moment fléchissant est égal à 85% de sa valeur résistante et la courbure
correspondant à la limite d’élasticité.
L’EC8 indique des coefficients de ductilités minimales en fonction de la période
fondamentale du bâtiment. La valeur minimale permet de s’assurer que l’on atteint bien la
courbure maximale dans la section la plus sollicitée afin de pouvoir justifier d’une rotule
plastique. Dans cette section, le béton doit être confiné pour que son raccourcissement
atteigne une valeur de ߝ௖௨ǡଶ௖ qui dépend du pourcentage d’armatures de confinement.
Cependant, pour éviter une justification détaillée du coefficient de ductilité, l’article
5.4.3.3.2 de l’EN1998-1.1 propose une méthode simplifiée de vérification de la ductilité.
Cet article indique que la valeur minimale du coefficient de ductilité peut supposer être
atteinte en plaçant des armatures de confinement dans les zones situées aux extrémités de
la section transversale, sur la longueur du mur où il est fortement comprimé. Cette longueur
est appelée longueur confinée. L’EC8 distingue 2 cas pour la quantité d’armatures de
confinement
- les murs rectangulaires
- Les murs avec une excroissance ou les murs en T
Dans mon tableur Excel, je me suis seulement intéressée aux murs rectangulaires.

Le diamètre des armatures de confinement est donné par la formule suivante :

߶௠௜௡௜ ൌ ƒšሺ͸Ǣ ሻ.Le


థಽ

nombre d’épingles et de cadres est ensuite déterminé en fonction du

nombre d’armatures longitudinales de rive. Une contrainte très restrictive au niveau des

armatures de confinement est leur espacement : ࡿ࢓ࢇ࢞ ൌ ‫ ܖܑܕ‬ቀ ૛૙ Ǣ ૚ૠ૞Ǣ ૡࣘࡸ ቁ


Dans les murs de section rectangulaire, le rapport mécanique des armatures de


confinement doit respecter la condition suivante :
ߤఝ ሺߥௗ ൅ ߱௩ ሻߝ௦௬ǡௗ ܾ௖
ߙ߱ௗ ൒ ͵Ͳ െ ͲǡͲ͵ͷ
ܾ଴
ߙ ൌ  ߙ௡ ߙ௦ Coefficient d’efficacité du confinement avec

- ߙ௡ ൌ ͳ െ  σ ଺௕ ೔ ௛ Expression dans laquelle bi est l’espacement entre axes des


௕మ
బ బ

barres longitudinales du confinement en tournant autour du confinement pour toutes les


considérer et ܾ଴ ൌ ܾ௪ െ ʹܿ െ ʹ߶௦௛ െ ߶௟ et ݈଴ ൌ ݈௪ െ ʹܿ െ ʹ߶௦௛ െ ߶௟
-ߙ௦ ൌ ሺͳ െ ሻሺͳ െ ሻ
௦ ௦
ଶ௕బ ଶ௛బ
avec s, l’espacement entre les armatures de confinement.

Effort normal réduit de calcul : ߭ௗ ൌ  qui


ே೐೏
௕ೢ ௟ೢ ௙೎೏
doit être inférieur à 0,4. (EN1998-1.1

5.4.3.4.2)

53 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
ఘೡ ௙೤೏ ஺ೞೡ ௙೤೏
Rapport mécanique des armatures verticales d’âme : ߱௩ ൌ ൌ
௙೎೏ ௟ೢ ௕ೢ ௙೎೏

‫ܣ‬௦௩ ‫ כ‬ൌ ‫ܣ‬௦௩ ‫ כ‬ሺ݈௪ െ ʹ݈௖ ሻ En effet, les armatures verticales d’âme sont données par ml, il faut
alors la multiplier par ݈௪ െ ʹ݈௖  pour avoir la section totale d’armature verticale d’âme (hors
zone de confinement).

Le coefficient de ductilité en courbure est défini par la formule suivante en fonction de


T, la période fondamentale du bâtiment que nous avons déterminée lors de l’analyse
modale :
‫ܯ‬௘ௗ
‫ۓ‬ ߤఝ ൌ ʹ‫ݍ‬଴ െ ͳ‫ ܶ݅ݏ‬൒ ܶ௖
ۖ ‫ܯ‬௥ௗ
 ‫ܯ‬
‫۔‬ ቀʹ‫ݍ‬଴ ௘ௗ െ ͳቁ ܶ௖
ۖ ߤఝ ൌ ͳ ൅ ‫ܯ‬௥ௗ
‫ە‬ ‫ ܶ݅ݏ‬൏ ܶ௖
ܶ
On calcule ensuite le rapport ߱௪ௗ réel :
ܸ‫݂ ݐ݂݊݁݉݁݊݅݊݋ܿ݁݀ݏ݁ݎݑݐܽ݉ݎܽݏ݁݀݁݉ݑ݈݋‬௬ௗ
߱௪ௗ ൌ ‫כ‬
ܸ‫ܾ݁݀ݑܽݕ݋݊ݑ݀݁݉ݑ݈݋‬±‫݊݋ݐ‬ ݂௖ௗ
‫ܣ‬௦௧ ǡAire des armatures de confinement
‫ܮ‬௦௧ ൌ ʹሺܾ଴ ൅݈௖ ሻ+ n݈௖ avec n le nombre d’épingles qui retient les armatures transversales.

Le volume des armatures de confinement est alors ܸ௦௧ ൌ


஺ೞ೟ ‫כ‬௅ೞ೟ ‫כ‬௛ೞ
ௌೝ±೐೗

ܸ௡௖ ൌ ݈଴ ‫ܾ כ‬଴ ‫݄ כ‬௦ Volume de béton confiné


On peut alors calculer la valeur du rapport mécanique en volume des armatures de
confinement et l’on vérifie s’il est bien supérieur à 0,08.
ఓക ሺఔ೏ ାఠೡ ሻఌೞ೤ǡ೏ ௕೎
On vérifier aussi que ߙ߱ௗ ൒ ͵Ͳ ௕బ
െ ͲǡͲ͵ͷ maintenant que l’on a calculé toutes

les valeurs.

Conclusion : Les murs ductiles sont très complexes d’un point de vue ferraillage et d’un
point de vue calculatoire. En effet, les armatures de flexion composée sont généralement
très importantes et la longueur de confinement implique un nombre d’armatures élevé. De
plus, la vérification du coefficient de ductilité est très rigoureuse. C’est pourquoi les bureaux
de contrôle privilégient les systèmes de GDPA pour ne pas ferrailler trop les éléments.

54 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
3. M URS DE GRANDES DIMENSIONS PEU ARMES

A. DETERMINATION DES SOLLICITATIONS DE CALCUL


L’objectif est de favoriser un mécanisme flexionnel global impliquant une plastification
limitée en flexion. On calcule Med de façon classique sans majoration.
Cependant pour l’effort tranchant, il est augmenté suivant le concept du
dimensionnement capacitif ܸ௘ௗ Ԣ ൌ ܸ௘ௗ
ଵା௤

Il faut aussi tenir compte des efforts normaux dynamiques développés dans les
grands murs en raison du soulèvement qu’ils peuvent subir. L’eurocode 8 estime que la
composante dynamique correspond à 50% de l’effort normal dû aux charges gravitaires du
mur. Soit ܰ݀‫ ݊ݕ‬ൌ Ͳǡͷܰ݃
On considère cet effort dynamique positif ou négatif et on l’inclut donc dans la vérification à
la flexion composée : ‫݀݁ܯ‬ǡ݁ ൅ ܰ݁݀ǡ݁  േ Ͳǡͷܰ݀‫݊ݕ‬

Si le coefficient de comportement est inférieur à 2, ܰ݀‫ ݊ݕ‬peut être négligé. On néglige donc
pour la plupart du temps, l’effort normal dynamique. Dans mon tableur, je n’ai pas pris en
compte ce dernier.

B. RESISTANCE A LA FLEXION
La résistance à la flexion est déterminée de la même manière que pour les voiles ductiles,
cependant les armatures minimales ne sont pas les mêmes :
-4HA12 pour les niveaux critiques
-4HA10 pour les niveaux courants

55 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
C. RESISTANCE A L’EFFORT TRANCHANT

Figure 31 : Vérification des GDPA

Comme précédemment, on vérifie que les armatures d’effort tranchant sont


nécessaires.
Si ܸ௘ௗ ൏ ܸ௥ௗǡ௖ , le mur ne nécessite pas d’armatures d’effort tranchant. On détermine
le pourcentage d’armatures minimales horizontales par la formule suivante à l’aide des
conditions suivantes :
Ǧ Si 3 < 2 " , n$ ,0p  
Ǧ Si 3 c 2 " , n$ ,0p  _`a6  & Ÿo b   n ;
Sin$ ,0p   on dimensionne donc les treillis à l’aide du pourcentage d’armatures
verticales minimum pour la non fragilité en flexion :
 'q®j
& f5 & )5
no ,0p0  _`a  qr% »   )pour les voiles de 18cm.
  & f5 & )5

56 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Si „3 c „2  , les armatures sont requises.


On a alors deux possibilités pour les dimensionner :
-à l’aide des relations de l’Eurocode 2 : On
détermine l’angle des bielles et l’inclinaison du
treillis. On utilise plutôt cette méthode pour les
voiles sans ouvertures.
-à l’aide d’un modèle bielle tirant/treillis. On
utilise plutôt cette méthode dans les voiles avec
ouvertures. Cette méthode est valable avec des
modélisations dans lesquels on peut étudier le voile
sur toute sa hauteur. (CF figure 32). Il n’est donc
Figure 32 : Voile calculé selon le
pas traité dans ma feuille Excel.
modèle Treillis

D. VERIFICATION DIVERSES
On effectue ensuite les mêmes vérifications que pour les murs ductiles, c’est à dire la
vérification de la bielle comprimée, celle des reprises de bétonnage et la vérification de la
résistance à la compression du voile.
Cette dernière vérification est très importante pour les voiles GDPA car en effet, ils
sont généralement soumis à d’importants efforts verticaux et c’est pourquoi nous pouvons
être amenés à les ferrailler verticalement.
On effectue aussi les vérifications sur les contraintes : on calcule les contraintes aux
extrémités de la section pour pouvoir déterminer la longueur comprimée et la longueur des
bandes de compression.

57 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
E. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LA DUCTILITE LOCALE
La longueur de confinement
est déterminée par ) 
_`a6f5 Ǣ ሻ avec ߪ௖௠ , la valeur
ଷఙ೎೘ ௕ೢబ
௙೎೏

moyenne de la contrainte de béton


dans la zone comprimée à l’ELU en
FC : ߪ௖௠ ൌ  ሺߪଵ ൅ ߪଶ ሻȀʹ. Comme on
a calculé la contrainte pour chaque
combinaison, on cherche donc la
combinaison avec la plus grande
contrainte de compression en about
de voile.
Les armatures de
confinement sont définies par leur
diamètre Ԅ ൌ ƒšሺ͸Ǣ ߶௅ Ȁ͵ሻ et leur
espacement ‫ ݏ‬൑ ‹ሺͳͲͲ݉݉Ǣ ͺ߶௅ ሻ
Comme évoqué précédemment, les
Figure 33 : Dispositions constructives pour les diamètres des barres verticales
GDPA calculées sous FC doivent être au
minimum de 12mm pour le premier
niveau et pour les niveaux où la longueur du mur est réduite de plus de 1/3 par rapport à la
longueur initiale.
En zone courante, les chaînages verticaux bordant les ouvertures sont de 4HA10 avec
des cadres en diamètre 6mm espacés d’au plus 10cm. Les aciers horizontaux bordant les
ouvertures sont 2HA10, le chaînage horizontal de chaque plancher périphérique est d’au
moins 3cm2(Cf, figure 31).

4. FEUILLE EXCEL DES VOILES DE CONTREVENTEMENT


Vous trouverez ci-dessous un exemple de ma feuille de calcul. J’ai réalisé deux feuilles
de calculs distinctes :
-Une première où l’on trouve un calcul d’un voile par feuille mais où tous les calculs
sont détaillés (Par exemple, le calcul de la section d’acier pour toutes les combinaisons).
Cette feuille de calcul permet aux ingénieures de l’entreprise de comprendre tous les détails
des calculs.

58 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
-Une deuxième feuille de calcul où l’on peut traiter tous les voiles dans la même
feuille, un voile par ligne. Ceci fut une de mes principales difficultés pour la programmation
de la feuille de calcul. C’était une demande importante des employés du bureau d’études. En
effet, cela leur permet de traiter tous les voiles ensembles. Cela m’a donc obligé à
programmer sous VBA certains calculs comme le calcul de la section d’acier maximale ou le
calcul de la contrainte maximale.
L’exemple de calcul ci-dessous correspond au voile 2 du RDC de « Guynemer ».
C’est la feuille de calcul 1.

59 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

dĂďůĞĂƵϭϭ͗&ĞƵŝůůĞĚĞĐĂůĐƵůͨsŽŝůĞƐĚĞŽŶƚƌĞǀĞŶƚĞŵĞŶƚͩ

60 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
COMPARAISON DU PROGRAMME EXCEL AVEC LE MODULE « VOILE DE

CONTREVENTEMENT » DE GRAITEC
En annexe 7, vous trouverez la note de calcul de Graitec « voile de
contreventement » pour le voile 2 du RDC.
Pour ce voile, on retrouve bien un pourcentage d’armatures minimales pour les aciers
en flexion composée.
On compare ensuite la longueur comprimée qui est quasi identique : « 1,98m » au
lieu de « 1,96m » pour le logiciel de calcul.
Dans les deux cas, les vérifications par bande sont validées et nos efforts sont quasi-
identiques.
Puis nous comparons les armatures transversales : Les armatures sont requises
avec une valeur de Vrdc,logiciel =750kN équivalent à la valeur du tableur Excel. Pour la section
d’armatures, nous trouvons une section un peu plus faible environ 1cm2 de différence.
Cependant, le programme Excel est validé pour ce calcul.

Dans le tableau 12, vous trouverez la comparaison pour tous les voiles de l’étage du
R+1 .
En comparant les abouts de voile, nous trouvons des résultats sensiblement identiques.
Le calcul est donc validé. Concernant l’âme du mur, les aciers verticaux ne sont pas
identiques. Graitec utilise le pourcentage minimum de l’EN1992-1.1-9.6.2(2) soit Ÿo ,0p 
  mais l’ANF française n’utilise pas cette valeur pour les bâtiments. La section donnée
par Excel est validée. Pour les aciers horizontaux, on trouve bien des sections
dimensionnante d’aciers pour les mêmes voiles mais les valeurs ne sont pas identiques.
Un point particulier qu’il reste à traiter est la prise en compte des effets du second ordre :
hors plan des bandes. C’est un calcul très complexe qui nécessite de calculer la position
précise de l’axe neutre en fonction des raccourcissements du béton et de l’acier. Il est très
laborieux et donc difficilement programmable sous Excel. Dans cette première partie de
stage, j’ai décidé de ne pas m’y intéresser. Nous remarquons de toute manière que cette
vérification est rarement dimensionnante, donc les calculs selon le fichier Excel sont validés.

61 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

dĂďůĞĂƵϭϮ͗ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶZ'ƌĂŝƚĞĐͬ&ĞƵŝůůĞĚĞĐĂůĐƵů

5. ETUDE DES VOILES DE CONTREVENTEMENT DU PROJET GUYNEMER

A. VOILES PRIMAIRES ET VOILES SECONDAIRES


Comme nous l’indique l’Eurocode 8, plusieurs éléments structuraux peuvent être
choisis comme éléments sismiques secondaires. C’est-à-dire que la rigidité et la résistance
de ces éléments vis-à-vis des actions sismiques peuvent être négligées. Pour éviter d’avoir
des efforts sismiques dans les éléments secondaires, il faut, lors de la réalisation de la
modélisation, donner des faibles dimensions à ces éléments. Leurs raideurs seront donc
faibles et les efforts sismiques dans ces éléments seront limités. On effectue ces
modifications sur les poteaux et les poutres mais pour les voiles on ne peut pas diminuer
l’épaisseur minimum.
EN1998-1.1-4.2.2(4) indique que la raideur latérale des éléments secondaires ne doit
pas dépasser plus de 15% de celle de tous les éléments sismiques.

62 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

dĂďůĞĂƵϭϯ͗ĨĨŽƌƚƐƚƌĂŶĐŚĂŶƚƐƐŽůůŝĐŝƚĂŶƚĚĂŶƐůĞƐǀŽŝůĞƐĚƵZ

Le logiciel Arche-Ossature, dans une note de calcul, permet de voir les efforts
sismiques latéraux qui sont repris par chaque voile et le pourcentage global de l’étage. Ainsi
on peut donc facilement déterminer les voiles secondaires en supprimant 15% de la raideur
latérale totale. (Tableau 13 : les voiles surlignés en jaune sont les voiles primaires. On
observe que la somme des voiles secondaires n’excède pas les 15% des efforts latéraux)
Cette note de calcul nous permet aussi rapidement de voir les voiles qui reprennent le plus
d’effort tranchant et qui seront ainsi très ferraillés au niveau des armatures horizontales
comme ici les voiles 5 et 8 selon le séisme X.
Une fois que les voiles secondaires sont déterminés, ils seront conçus et
dimensionnés de façon à conserver leur capacité de portance des charges gravitaires. C’est-
à-dire :
-Résistance à la flexion composée (uniquement avec G et Mg)
-Vérification de la flexion hors plan
-Vérification de l’effort tranchant

63 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Si ces trois vérifications ne sont pas dimensionnante, on peut alors considérer le voile
non armé.

B. ETUDES DES ETAGES


Pour chaque voile, j’ai donc utilisé mon fichier Excel pour déterminer les sections
d’armatures. Comme expliqué précédemment, nous sommes dans un système de murs
GDPA donc tous les voiles seront traités en GDPA. On détermine un ratio par étage; on
regroupe les étages 2 et 3 puis 4 et 5 car ils seront quasi-identiques.
ETUDE DU RDC
Les résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous.

dĂďůĞĂƵϭϰ͗ƚƵĚĞĚĞƐǀŽŝůĞƐĚĞĐŽŶƚƌĞǀĞŶƚĞŵĞŶƚĚƵZ

En annexe 8-1, vous trouverez une feuille récapitulative avec les CV et les TS pour le
RDC. On se rend compte que les murs qui avaient beaucoup d’effort tranchant (Voile 1,5,8
voir tableau 13) n’ont pas forcément besoin d’armatures d’effort tranchant. En effet, plus ils
sont longs, plus leur section résistante de béton est importante.
On calcule ensuite le ratio des voiles de contreventement pour cet étage.
On prend en compte les chaînages horizontaux : 4HA10
On utilise la feuille ADETS pour les TS (Annexe 12), les poids sont directement
donnés en kg/m2 .
Il est impératif de s’assurer du recouvrement pour les panneaux de TS (recouvrement
latéral et prise en compte du recouvrement avec l’étage supérieur).
Pour le recouvrement latéral, on prend en compte un panneau de 2,80m de longueur
pour un panneau réel de 2,40m. (Valable pour les ST25C)

64 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Pour le recouvrement avec l’étage supérieur, on va faire filer le TS sur 60cm
supérieur soit 3,30m/2,77m (hauteur d’étage courante).
Attention, en réalité, pour les murs périphériques, on fait filer le TS en attente mais
pour les murs de refend, on positionne des attentes en barres filantes HA8 L=110cm. Lors
du coulage de la dalle, si des TS sont en attentes, il sera impossible pour le maçon de
positionner les chapeaux hauts des dalles. Cependant, pour ne pas faire la différence lors du
calcul des ratios d’acier, on prend en compte un recouvrement uniquement avec des TS (le
poids d’acier s’équilibrera naturellement entre TS et HA).

ETUDE DU R+1
Vous trouverez en annexe 8.2, le récapitulatif des treillis choisis et des chaînages
verticaux. Cet étage par rapport à l’étage inférieur s’allège. De nombreux murs seront
ferraillés au pourcentage minimum : 4HA12 (niveau critique).
On décide aussi de placer du ST25C au minimum. Mes collègues m’ont conseillée de
toujours ferrailler les deux premiers niveaux avec des ST25C pour leur apporter plus de
raideur.

ETUDES DES ETAGES SUIVANTS


On réalise la même étude pour les étages 2 et 4. Les ferraillages de ces étages sont
en annexe 8.3 et 8.4.
On observe tout de suite que les ferraillages à partir de l’étage 2 sont plus légers : la plupart
des voiles sont traités en ST15C et au ferraillage minimum soit 4HA10.
Les ratios d’acier calculés pour les niveaux 2/3/4/5 sont quasi identiques puisqu’on se
stabilise au minimum.
Les ratios globaux sont :

sŽŝůĞƐZ ϭϬŬŐͬŵϮ ϭϯŬŐͬŵϮ


sŽŝůĞƐϭer ϭϬŬŐͬŵϮ ϭϮŬŐͬŵϮ
sŽŝůĞƐϮèmeͲϯème ϴŬŐͬŵϮ ϴ͘ϱŬŐͬŵϮ
sŽŝůĞƐϰèmeͲϱème ϳŬŐͬŵϮ ϴŬŐͬŵϮ
dĂďůĞĂƵϭϱ͗ZĂƚŝŽƐĚĞƐǀŽŝůĞƐ

Remarque : le bâtiment est régulier du R+1 au R+5. Ceci implique que sa résistance au
séisme est meilleure que des bâtiments irréguliers c’est pourquoi nous atteignons
rapidement les minimums requis aux niveaux des CV et des TS.

65 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
ETUDE D’UN VOILE SUR TOUS LES ETAGES
Nous prenons comme exemple le voile 1 (voile repéré sur l’annexe 9) c’est le voile mitoyen
côté OUEST.
Tout d’abord, analysons les efforts par étage :

dĂďůĞĂƵϭϲ͗ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶĚĞƐĞĨĨŽƌƚƐƉŽƵƌƵŶǀŽŝůĞƐƵƌƚŽƵƐůĞƐĠƚĂŐĞƐ

On remarque toute de suite que les efforts normaux diminuent lorsque l’on passe à
l’étage supérieur : en effet, ils sont uniquement induits par les charges gravitaires.
Concernant les moments générés par le séisme, ils diminuent eux aussi. Pour les efforts
tranchants, on observe une répartition linéaire jusqu’au R+1 : ils augmentent lorsqu’on
descend les niveaux. Cependant, les efforts tranchants du RDC sont plus faibles que ceux
du R+1. Ils sont transmis aux voiles par le biais des planchers. Comme les planchers hauts
du RDC et hauts du R+1 n’ont pas la même répartition, ils ne vont pas transmettre les
mêmes efforts. Le PH du RDC dispose de beaucoup plus d’appuis que celui du R+1. Les
efforts seront donc répartis dans plus de voile.

dĂďůĞĂƵϭϳ͗ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶĚĞƐĨĞƌƌĂŝůůĂŐĞƐƉŽƵƌƵŶǀŽŝůĞƐƵƌƚŽƵƐůĞƐĠƚĂŐĞƐ

Comme ce mur est principalement dimensionné à la flexion composée, les armatures


verticales sont dimensionnées au minimum pour chaque étage. On privilégie un ST25C pour
les deux premiers niveaux. On remarque que la flexion composée diminue par étage et que
les CV sont de plus en plus faibles jusqu’à atteindre rapidement le minimum.

66 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
C. COMPARAISON ZONE SISMIQUE 3
L’entreprise Soraetec travaille sur de
nombreux projets en Isère et plus
généralement en Rhône-Alpes.
Cependant, on se rend compte qu’en
fonction de la localisation, la zone
sismique est modifiée. Mon tuteur de
stage m’a demandé de regarder
l’influence du choix de la zone sismique
sur les ratios d’acier des voiles de
contreventement. J ‘ai donc refait la
modélisation en modifiant la zone
sismique : 3 au lieu de 4. La valeur de
l’accélération horizontale est alors
modifiée : U2  ͳǡͳ (Zone 3) au lieu de
ܽ௚௥ ൌ ͳǡ͸ (Zone 4) soit une diminution
d’environ 30%.
Figure 34 : Zonage réglementaire Sismique en
Rhône Alpes

67 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
EFFORT TRANCHANT GLOBAUX

dĂďůĞĂƵϭϴ͗ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶĚĞƐĞĨĨŽƌƚƐƚƌĂŶĐŚĂŶƚƐĞŶƚƌĞůĞƐnjŽŶĞƐƐŝƐŵŝƋƵĞƐ

On observe que les efforts tranchants pour les voiles du RDC sont 30% plus faibles que pour
la zone 4 du RDC. On remarque donc que le lien entre les efforts tranchants et l’accélération
horizontale est proportionnel.

68 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

INFLUENCE SUR LE FERRAILLAGE DES ELEMENTS-RATIOS

dĂďůĞĂƵϭϵ͗ŽŵƉĂƌĂŝƐŽŶĚƵĨĞƌƌĂŝůůĂŐĞƉŽƵƌĚĞƵdžnjŽŶĞƐƐŝƐŵŝƋƵĞƐĚŝĨĨĠƌĞŶƚĞƐ

En annexe 9, vous trouverez le plan le détail de ferraillage des voiles pour le RDC,
R+1 et R+5 qui ont permis de réaliser les ratios pour la zone sismique 3.
Sur le tableau 19, on se rend compte que l’on obtient des différences au niveau du
ferraillage. Cependant, pour la zone sismique 3 et à partir du R+3, tous les voiles seront au
pourcentage minimum. En effet, les efforts étant plus faibles, on atteint le pourcentage
minimum plus rapidement.
Les ratios d’acier du projet Guynemer en Zone sismique 3 sont :

sŽŝůĞƐZ ϭϬŬŐͬŵϮ ϭϮŬŐͬŵϮ


sŽŝůĞƐϭer ϵŬŐͬŵϮ ϭϮŬŐͬŵϮ
sŽŝůĞƐϮèmeͲϯème ϳŬŐͬŵϮ ϴŬŐͬŵϮ
sŽŝůĞƐϰèmeͲϱème ϳŬŐͬŵϮ ϴŬŐͬŵϮ
dĂďůĞĂƵϮϬ͗ZĂƚŝŽĚ͛ĂĐŝĞƌƐĚĞƐǀŽŝůĞƐŽŶĞƐŝƐŵŝƋƵĞϯ

On n’observe pas un grand changement par rapport aux ratios calculés pour la zone
sismique 4. En effet, comme la plupart des voiles sont ferraillés au minimum, les ratios
atteignent donc le minimum rapidement.

Conclusion sur les voiles de contreventement :


L’étude des voiles de contreventement et la réalisation du tableur Excel furent très
laborieuses. En effet, les normes ont totalement changé entre le PS92 (ancienne norme) et
l’Eurocode 8(norme actuelle). La plupart des bureaux de contrôles et des bureaux d’études

69 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
n’étaient pas prêt à ce changement important et ont eu peu de formations. J’ai eu beaucoup
de mal à trouver toutes les informations requises pour réaliser mon tableur mais entre le
contact avec Graitec, les recherches avec les ingénieurs du bureau d’études et les
livres/cours que j’ai utilisés, j’ai réussi à comprendre le fonctionnement de ces normes.
La différence entre l’Eurocode 8 et le PS92 peut être assez impressionnante pour
certains chainages. Par exemple, lorsque je suis arrivée dans l’entreprise, les ingénieurs
travaillaient sur un projet de résidence étudiante (R+14) selon les Eurocodes 2 et 8. Certains
voiles avaient des chainages verticaux pouvant aller jusqu’à 12HA20.
Cependant, pour des projets comme celui de Guynemer, les voiles se plombent bien
et on se rend compte que nous atteignons vite le pourcentage minimum. Nous avons ainsi
des ratios qui peuvent se rapprocher de ceux que l’on pouvait obtenir avec le PS92.
L’application de l’Eurocode 8 est récente, il faut du temps pour pouvoir l’assimiler et
aussi avoir des retours pour quelques éventuelles modifications.
L’entreprise m’avait demandé de réaliser un tableur des voiles de contreventement
selon l’Eurocode 8. Les ingénieurs voulaient absolument pouvoir traiter tous les voiles dans
la même feuille de calcul. Ainsi, quand ils éditent la feuille de calcul des sollicitations des
voiles extraite de « Graitec », ils rentrent directement le torseur au centre de gravité pour
chaque voile dans la feuille de calcul. Puis, ils peuvent traiter les voiles ensemble.
L’utilisation de la programmation sous Excel était donc essentielle et m’a permis de réaliser
cette feuille de calcul.

70 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

6. ETUDE DES ELEMENTS DE LA


SUPERSTRUCTURE
Cette dernière partie est consacrée à l’étude de tous autres éléments de la
superstructure. En effet, pour réaliser la phase « PRO » et « DCE » du projet, il m’était alors
demandé de dimensionner correctement les éléments de la structure ainsi que déterminer
les ratios (poids d’acier par volume de béton) pour chaque type d’élément. J’explique donc le
raisonnement pour le dimensionnement de chaque type de structures ainsi que pour le calcul
des ratios. On différencie les ratios pour les HA et les TS car ils n’ont pas le même prix. En
fonction des éléments, les ratios d’acier sont donnés en kg/m3, kg/m2 ou kg/ml.

1. ELEMENTS COURANTS

A. DALLES
Pour calculer le ratio des dalles, je les ai exportés sur le module « Plaque » de Arche.
Il est important de les traiter toutes ensembles pour pouvoir réduire les sections d’aciers
inférieures : les dalles travaillent alors en continuité. Dans ce cas là, il ne faut pas oublier de
prendre en compte les chapeaux (aciers hauts).
Pour qu’un ratio soit précis, il faut prendre en compte le recouvrement des TS. Pour
les dalles de portée inférieure à 6m, on considérera un recouvrement uniquement latéral
comme expliqué précédemment pour les treillis des voiles. Pour les autres dalles, il faudra
prendre en compte un recouvrement dans les deux sens.

DALLAGE PORTE : Un dallage porté correspond à un dallage qui est lié aux voiles. Il
sera calculé alors comme une dalle. Attention, comme il y a du carrelage dans certaines
pièces, les dalles sont décaissées et ne peuvent être traitées en continuité. Cependant,
comme les pièces sont assez petites, les portées du dallage ne sont pas importantes. La
plupart des dalles seront ferraillées avec des ST15C inférieurs et ST20 supérieurs. 1kg/m2
d’HA sont prévus pour solidifier les trémies/renforts éventuels.

PH RDC: Comme le bâtiment ne se plombe pas avec le RDC, une partie des dalles
seront en porte-à-faux. Pour reprendre ce porte-à-faux, les dalles nécessiteront un ferraillage
supérieur élevé (ST65C). La section d’acier nécessaire est de 12,57cm2. Des barres de HA
devront être prévues pour s’ajouter à la section de treillis. Le ratio d’HA pour ce niveau a
donc été augmenté.

71 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
ETAGE COURANT : Les dalles des étages courants ont une portée assez importante.
(Cf annexe 2.3). Bien que toutes les dalles soient considérées en continuité, la section
d’acier minimale nécessite des ST50C en milieu de dalle.
Les ratios d’aciers pour les dalles sont alors de :

HA TS
Dallage porté 1kg/m2 8,5kg/m2
Dalle RDC 3kg/m2 12kg/m2
Etage Courant 1kg/m2 13kg/m2
dĂďůĞĂƵϮϭ͗ZĂƚŝŽĚ͛ĂĐŝĞƌƐĚĞƐĚĂůůĞƐ

B. POTEAUX
Un exemple de ferraillage du poteau du RDC se
trouve ci-contre. Les poteaux ont été calculés à
l’aide du logiciel « arche-poteau ». L’enrobage
minimum est de 3cm, on essaye d’utiliser des cadres
HA6 pour les armatures transversales. Attention,
pour les ratios des poteaux, il est important de
prendre en compte les attentes supérieures.
Les ratios d’acier par niveaux sont :

Ratio (kg/m3)
RDC ϮϱϬ
R+1 ϱϱϬ
R+2 ϰϰϬ
R+3 ϮϴϬ
R+4 ϯϭϳ
R+5 ϮϬϮ
Moyenne 370
dĂďůĞĂƵϮϮ͗ZĂƚŝŽĚ͛ĂĐŝĞƌƐ
ĚĞƐƉŽƚĞĂƵdž

Figure 35 : Ferraillage du poteau du


RDC

72 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
C. BALCONS
Les balcons sont des balcons désolidarisés avec 50% vide pour 50% plein et ce pour limiter
les ponts thermiques (Cf figure 6). Les aciers principaux seront donc situés dans des bandes
noyées de 1 m de large disposées tous les 2 m. Comme les balcons ne sont pas très longs
(1m), le moment n’est pas très important et cela n’engendre pas des aciers très importants :
ratio d’HA 4kg/m2 et TS 13kg/m2.

D. POUTRES/LINTEAUX
On distingue les poutres et les linteaux : les linteaux sont situés au-dessus d’une
ouverture, ils sont peu ferraillés car ils ont juste comme objectif de transférer les charges des
dalles aux voiles qu’ils surplombent. Les poutres elles ont un véritable aspect structurel car
elles sont, dans de nombreux cas, porteuses.
LINTEAUX
Pour calculer les ratios, on a séparé les linteaux courants (portée inférieure à 3m) des
linteaux de grandes longueurs (portée supérieure à 3m). Les linteaux courants sont
généralement dimensionnés avec des HA10/12 filants et des cadres transversaux HA6 en
fonction des charges à reprendre.
Dans le projet Guynemer, on dispose de linteaux de grandes longueurs qui sont au-
dessus des ouvertures pour accéder aux balcons. Ces linteaux, auront donc un ferraillage
beaucoup plus important que les linteaux courants.
Linteaux courants (Portée<3m) 8kg/ml
Linteaux(Portée >3m) 15kg/ml

POUTRES
Les poutres sont elles aussi calculées avec le logiciel « Arche-Poutre ». Tout
d’abord, il a fallu déterminer les dimensions des poutres. Dans les bâtiments de logements
comme celui-ci, les retombées de poutre sont généralement dérangeantes puisqu’elles sont
visibles (pas de faux plafond mis en place). Il faut donc essayer de les minimiser grâce à :
- L’utilisation de poutre voile (PV) : le voile supérieur est ferraillé comme une
poutre.
- L’utilisation de poutre voile console (PVC) : le voile supérieur est traité
comme une console s’il a une raideur suffisamment importante.
- L’utilisation de bande noyée (BN) : La dalle permet de mettre en place des
aciers longitudinaux qui pourront reprendre la flexion crée par les charges
supérieures.

73 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Lors de mon étude du RDC, une poutre 60x40ht a dû être mise en place (Poutre P1-
Orange-Figure 36) dans le local vélo, une PV ou une PVC étaient impossible à mettre en
place. Cette poutre reprend le voile supérieur qui se situe sur tous les niveaux, elle a donc
une hauteur importante. De plus, il a été préférable de l’élargir pour pouvoir soutenir le
décroché du mur supérieur directement sur la poutre.

Figure 36 : Extrait du PH du RDC

Le bâtiment est en aplomb par rapport au RDC. Il est donc repris par des poutres
20x50ht qui sont, elles aussi, portées par des consoles courtes. La poutre 20x50 centrale
(Poutre surligné en Vert dans figure 36) ne sera pas celle qui reprend les charges du
trumeau centrale. En effet, il est préférable que ce soit la dalle plein de 25cm d’épaisseur qui
soutienne ces charges. Plusieurs modélisations ont été réalisées pour tester des solutions :
la poutre aurait pu reprendre le trumeau central mais les consoles courtes n’étaient plus
capables alors de reprendre autant de charges.
Le ratio des poutres du RDC est de 160kg/m3 alors que celui des étages est un peu
plus élevé 210kg/m3. En effet, les poutres qui supportent la dalle des logements
(202,302,402…) sont plus ferraillées que les poutres du RDC.
Pour calculer le ratio d’une poutre, on importe la poutre sous le module « Arche-
Poutre » puis on la calcul en vérifiant bien toutes les hypothèses : enrobages, sections

74 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
d’aciers…Il faut ensuite effectuer une moyenne sur toutes les poutres en fonction de la
longueur de ces dernières.

POUTRE ALLEGE
Sur la figure 34, on repère une poutre allège de longueur 7.4m et de hauteur 1.20m.
C’est une poutre pour laquelle on utilise la hauteur de l’allège comme élément porteur. Cette
poutre permet de porter la façade Nord directement sur les voiles perpendiculaires à cette
dernière. Ainsi, dès les premiers niveaux, les charges vont se répartir sur ces voiles qui sont
fondés et continus. Dans le cas contraire, la poutre
allège du RDC aurait dû supporter toutes les
charges des niveaux supérieurs et la flèche de
cette dernière n’aurait pas été respecté.

Pour dimensionner une poutre allège, on


calcule les aciers de flexion dont elle a besoin en
fonction de sa hauteur réelle. On les dispose dans
des U HA6 ou HA8 en fonction de l’effort
tranchant. Verticalement, on dispose des treillis
soudés ST25C. (Figure 37)
Le ratio de la poutre allège est 12kg/ml
pour les HA et 10,5kg/m2 pour les TS.

Figure 37 : Ferraillage de la poutre allège

2. POUTRE VOILE
Une poutre voile est un voile qui travaille comme une poutre. En effet, pour éviter les
retombées de poutre, on se sert de la hauteur du voile pour répartir les charges sur les
appuis du voile.
Le détail des calculs des poutres voiles selon l’eurocode 2 se trouve en annexe 11.
J’ai par ailleurs réalisé une feuille de calcul des PV à l’EC2, les tableurs ci-dessous sont
extraits de cette dernière.
La localisation de la PV se trouve sur la figure 36 (Poutre surlignée en rose)
La poutre a une longueur entre appui de 2,60m et la longueur de ces appuis sont au
minimum de 18cm. L’épaisseur de la PV ainsi que celle des voiles inf est de 18cm. Les
charges appliquées sur cette poutre voile sont G=7848 daN/ml et Q=1771 daN/ml Soit Ped=
7836 daN/ml

75 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
et les charges dues à la dalle sont : G=2035 daN/ml et Q=611 daN/ml (ces charges
seront traités en charges suspendues, elles seront relevées par des suspentes.) soit Ped = 40
kNm.
Toutes les contraintes de bielle sont validées. On dispose 4HA10 en bas de voile (ce
qui correspond aussi au chainage horizontal minimum requis) et les TS mis en place seront
des ST25C (Armatures minimales).
Le ratio calculé est alors de HA : 12kg/ml et TS : 10,5kg/m2 . Les autres PV étant
chargés de la même manière, ce ratio calculé sera le ratio global des PV du projet.

76 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

77 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

dĂďůĞĂƵϮϯ͗ĂůĐƵůĚĞůĂWsϭƐĞůŽŶů͛Ϯ

78 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
FERRAILLAGE DE LA POUTRE VOILE DE L ’ETAGE 4 :

Ci dessous, le ferraillage de la Poutre voile 1 du RDC. Il est important de réaliser


une coupe de principe ainsi qu’une élevation.

Figure 38 : Coupe de principe de la PV1

79 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 39 : Elévation de la PV

3. CONSOLES COURTES

Le projet possède 3 consoles courtes. Pour déterminer les consoles courtes, j’ai
utilisé l’annexe J de l’eurocode 2.. Par la suite, nous dimensionnons la console courte 1 (Cf
figure 36) Le détail de la feuille de calcul se situe en annexe 12.

80 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

Figure 40 : Console courte selon l’EC2

DETAIL DE CALCUL DE LA CONSOLE COURTE CC1

La position de la charge sur la console courte est de 25cm. On extrait la console courte dans
le module « Poutre » de Arche. Le module poutre nous calcule ainsi les sollicitations de cette
console et en particulier Ty,elu. Pour dimensionner
plus précisément la console courte, il est important
de prendre la charge Ty,elu qui est la résultante des
charges appliquées à la console courte à l’ELU.
Nous rentrerons donc cette valeur dans le logiciel de
calcul des consoles courtes. Ainsi, nous prenons
bien toutes les charges appliqués sur la console :
charges réparties et charges ponctuelles.
NB : nous aurions pu calculer la résultante de la
charge répartie puis chercher le barycentre des
forces pour plus de précision.
Figure 41 : Charges de la console courte CC1

81 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

dĂďůĞĂƵϮϰ͗ĂůĐƵůĚĞůĂŽŶƐŽůĞŽƵƌƚĞϭ

82 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

FERRAILLAGE DE LA CONSOLE COURTE 1 RATIO DES CONSOLES COURTES

dĂďůĞĂƵϮϱ͗ZĂƚŝŽĚĞƐĐŽŶƐŽůĞƐĐŽƵƌƚĞƐ

Figure 42 : Ferraillage de la console courte 1

C ONCLUSION SUR LE DIMENSIONNEMENT DE LA SUPERSTRUCTURE ET LE


CALCUL DES RATIOS :
Cette partie fût très intéressante pour mon apprentissage. En effet, j’ai pu
dimensionner tous les éléments du projet « Guynemer ». J’ai eu le rôle d’un ingénieur en
phase PRO/DCE : étude de la structure, échange avec l’architecte pour modifier cette
dernière. J’ai pu aussi m’intéresser à des éléments que nous ne pouvons pas calculer grâce
aux logiciels comme les poutres voiles et les consoles courtes.
Le calcul des ratios d’acier permet en plus de se rendre compte de la difficulté du
ferraillage. En effet, tous les éléments comme les attentes, les recouvrements sont des
points particuliers à ne pas oublier. En annexe 13, vous trouverez la feuille générale des
ratios d’acier du projet. J’ai ensuite calculé le ratio global du projet: 73 kg/m3. En effet, ce
ratio est très important pour l’entreprise car il permet de comparer le projet avec d’autres
projets et ensuite évaluer la difficulté du projet.

83 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

CONCLUSION
L’étude d’un bâtiment aux Eurocodes se révèle complexe et les ingénieurs structures
doivent être très rigoureux dans leurs démarches. En effet, les différentes phases d’études
doivent être réalisées avec précision pour le bon déroulement du projet.

Le bureau d’étude a une mission très importante lors de la phase PRO car le
dimensionnement de tous les éléments doit être effectué avec précision pour le chiffrage du
projet. Une modification d’une poutre durant la phase exécution des travaux ou un ratio trop
faible engendre un coût économique important pour le maçon qui peut ensuite se retourner
contre le bureau d’étude.

Ce stage m’a donc permis d’approfondir les Eurocodes 8, norme que l’on étudie peu
à l’école et ainsi de comprendre le fonctionnement des voiles de contreventement. En effet, il
est assez complexe d’étudier les voiles puisque les méthodes de calcul sont éparpillées
dans de nombreuses normes : Eurocode 8, Eurocode 2, ANF, DTU. Il faut donc pouvoir
maitriser toutes ces normes pour pouvoir déterminer un calcul de ces derniers.

J’ai aussi pu m’intéresser à la phase de conception d’un bâtiment, phase où l’on est
en contact constant avec l’architecte pour pouvoir modifier la structure pour s’assurer de la
stabilité de cette dernière. J’ai été confrontée à tous les types d’éléments (dalles, poutres…)
mais aussi à des éléments qui ne sont pas calculables par les logiciels comme les poutres
voiles ou les consoles courtes.

Ce stage m’a donc conforté dans mon idée de travailler dans les bureaux d’études
structures. En effet, suivre un projet sur une longue période permet un travail rigoureux et
précis. Parallèlement à ce projet de fin d’études j’ai été en charge du ferraillage du complexe
hôtelier situé à Vaujany, Isère. Ceci m’a permis de travailler pendant la phase « exécution »
et donc d’avoir une vision globale du métier d’ingénieur structure dans un bureau d’étude
structures.

84 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

BIBLIOGRAPHIE
L IVRES
Ɣ BOSC Jean-Louis, : Dimensionnement des constructions selon l’eurocode 2 à l’aide
des modèles bielles et tirants, Principe et applications, 2008, Presses de l’école des
ponts et chaussées, 194p
Ɣ CALGARO Jean-Armand, CORTADE Jacques, 2008, Applications de l’Eurocode 2 :
Calcul des bâtiments en béton 2ème édition, Presses de l’école des ponts et
chaussées,309p.
Ɣ COIN André, BISCH Philippe, 2009 : Conception des murs en béton selon les
eurocodes : Principes et applications, Presses de l’école des ponts et chaussées,
299p.
Ɣ GRANJU, Jean-Louis, 2011, Béton armé : Théorie et applications selon l’Eurocode 2,
Eyrolles, 479p.
Ɣ . JALIL Wolgang, JALIL Alan, 2014, Conception et analyse sismiques du bâtiment,
Eyrolles, 348p.
Ɣ ROUX, Jean, 2009, Pratique de l’eurocode 2, Eyrolles, 626p.

C OURS
Ɣ Cours de 4ème année Génie Civil et Urbain, INSA de Rennes : Béton armé 2, chapitre
9, Flexion composée.
Ɣ Conservatoire national des arts et métiers : Module béton armé, « Chapitre 6 :
Flexion composée ELU/ELS».
Ɣ Conservatoire national des arts et métiers : Module béton armé, « Chapitre 15 :
Stabilité de forme».
Ɣ Conservatoire national des arts et métiers : Module béton armé, « Chapitre 18 : Murs
et voiles de contreventements ».
Ɣ HAREMZA Cécile, « Dimensionnement d’un bâtiment de 6 étages en béton armé
avec murs de contreventements ductiles ».
Ɣ HAREMZA Cécile, « Dimensionnement d’un bâtiment de 6 étages en béton armé
avec murs de grandes dimensions peu armés».

T EXTES NORMATIFS
Ɣ Norme NF EN 1990, Eurocodes structuraux, bases de calcul des structures (indice
de classement P06-1).

85 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »
Ɣ Norme NF EN 1991-1.1 Eurocode 1 : Actions sur les structures, Partie 1-1 « Actions
générales : poids volumiques, poids propres, charges d’exploitation des bâtiments »
(indice de classement P06-111-1).
Ɣ Norme NF EN 1991-1.3 Eurocode 1 Actions sur les structures, Partie 1-1 « Action de
la neige » (indice de classement P06-113-1).
Ɣ Norme NF EN 1991-1.3 Eurocode 1 Actions sur les structures, Partie 1-1 « Action de
la neige : annexe nationale à la NF EN 1991-1.3/NA » (indice de classement P06-
113-1).
Ɣ Norme NF EN 1992-1.1 Eurocode 2 Calcul des structures en béton armé, Partie 1-1
«Règles générales et règles pour le bâtiment » (indice de classement P018-711-1).
Ɣ Norme NF EN 1992-1.1 Eurocode 2 Calcul des structures en béton armé, Partie 1-1
«Règles générales et règles pour le bâtiment, annexe nationale à l’EN 1992-
1.1,2005 » (indice de classement P018-711-1/NA).
Ɣ Norme NF-EN 1998-1, Eurocode 8, calcul des structures pour leur résistance au
séisme, Partie 1 « Règles générales, actions sismiques et règles pour les
bâtiments » (indice de classement P06-030-1).
Ɣ Norme NF-EN 1998-1, Eurocode 8, calcul des structures pour leur résistance au
séisme, Partie 1 « Règles générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments,
annexe nationale à l’EN 1998-1,2005 » (indice de classement P06-030-1/NA)
Ɣ Norme NF P06 013 « Règles de construction parasismique, Règles PS, applicables
aux bâtiments, dites règles PS92 » AFNOR, 1995.
Ɣ DTU23.1 « Murs en béton banché : Partie 1 : Cahier des clauses techniques » (indice
de classement P18-210).

86 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain
« Etude d’un bâtiment aux Eurocodes 2 et 8 »

SOURCE DES ILLUSTRATIONS-TABLEAUX


Figure 1, Figure 2, Figure 3 : Références de SORAETEC, site web.
Figure 4 : Extrait façade sud-Plan Architecte.
Figure 5, Figure 6, Figure 7, Figure 10, Figure 17, Figure 18, Figure 36 : Extrait plans
PRO Béton Armé.
Figure 8 , EN 1991-1.3 Figure 5.7.
Figure 9 : EN 1991-1.3 Figure 6.1.
Figure 11 : EN 1998-1.1 Figure 4.1.
Figure 12 : Page de la modélisation « Arche-Ossature ».
Figure 13 : Onglet « Déplacement selon x » de Arche-Ossature.
Figure 14 : Onglet « Déplacement selon y » de Arche-Ossature.
Figure 19, Figure 20, Figure 21 : Cours du CNAM, « Dimensionnement des voiles »
Figure 22 : EN 1998-1.1 Figure 5.3.
Figure 23, Figure 25, Figure 26, Figure 27, Figure 43, Figure 44, Figure 45, Figure 46,
Figure 47, Figure 48 : ROUX Jean, Pratique de l’EC2.
Figure 28, Figure 29, Figure 31, Figure 32, Figure 33 : JALIL Wolfgang et Alan,
Conception et analyse sismique du bâtiment.
Figure 30 : EN 1998-1.1 Figure 5.8.
Figure 34 : http://www.rhone.gouv.fr/Politiques-publiques/Securite-et-protection-de-la-
population/La-securite-civile/
Tableau 2 : EN1998-1.1Tableau 4.1.
Tableau 3 : EN1998-1.1Tableau 5.1.

87 Projet de fin d’études : Clémence LEPOURRY 5ème année Génie Civil et Urbain

Vous aimerez peut-être aussi