Vous êtes sur la page 1sur 30

FA149418 ISSN 0335-3931

NF EN 1992-1-1/NA
Mars 2007

Indice de classement : P 18-711-1/NA

ICS : 91.010.30 ; 91.080.40

Eurocode 2 : Calcul des structures en béton —


Partie 1-1 : Règles générales et règles
pour les bâtiments
Annexe Nationale à la NF EN 1992-1-1:2005
Règles générales et règles pour les bâtiments

E : Eurocode 2: Design of concrete structures — Part 1-1 : General rules and rules
for buildings — National annex to NF EN 1992-1-1:2005 — General rules
and rules for buildings
D : Eurocode2: Planung von Stahlbeton- und Spannbetontragwerken —
© AFNOR 2007 — Tous droits réservés

Teil 1-1 : AllgemeineBemessungsregeln und Regeln für den Hochbau —


Nationaler Anhang zu NF EN 1992-1-1:2005 — AllgemeineBemessungsregeln
und Regeln für den Hochbau

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 5 février 2007 pour prendre effet
le 5 mars 2007.

Correspondance À la date de publication du présent document, il n’existe pas de travaux européens


ou internationaux traitant du même sujet.

Analyse Le présent document complète la norme NF EN 1992-1-1, d’octobre 2005 qui a


transposé dans la collection française la norme européenne EN 1992-1-1:2004.
Le présent document définit les conditions de l’application sur le territoire français
de la norme NF EN 1992-1-1:2005, laquelle reproduit la norme européenne
EN 1992-1-1 «Eurocode 2 — Calcul des structures en béton — Partie 1-1 : Règles
générales et règles pour les bâtiments», avec ses annexes A à J.

Descripteurs Thésaurus International Technique : bâtiment, structure en béton, béton armé,


béton précontraint, conception, règle de construction, règle de calcul, résistance des
matériaux, propriété mécanique, dimension, section, caractéristique de construction,
conditions d’exécution, contrôle de qualité, durabilité, déformation, limite.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, rue Francis de Pressensé — 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.org

© AFNOR 2007 AFNOR 2007 1er tirage 2007-03-F


Calcul des structures en béton BNSR CF EC2

Membres de la commission de normalisation


Président : M CORTADE
Secrétariat : MME PERO — SETRA

M BABA BUREAU VERITAS


M BALOCHE CSTB — SERVICE DES STRUCTURES
M BOUCHON SETRA — CTOA
MME BOURDETTE ATHIL
M BUI SETRA — CTOA
M CAUSSE VINCI CONSTRUCTION GRANDS PROJETS
M CHAUSSIN MISOA
MME CHAUVEL EDF — SEPTEN
M COIN
M CORTADE
M DE CHEFDEBIEN CERIB
M FONTAINE CGPC — 3ÈME SECTION
M GAUSSET ARCADIS
M GRENIER
M GUITONNEAU PARSIDER
M HOLLEBECQ AFCAB
M IMBERTY SETRA
M LACROIX
M LE DUFF
M MARTIN BUREAU VERITAS
M MATHIEU CEMAGREF
M MOREAU BOUYGUES CONSTRUCTION
MME OSMANI EIFFAGE
M PAILLE SOCOTEC
M PASSEMAN CERIB
MME PATROUILLEAU AFNOR
M PEYRAC DREIF
M PY KP1 R&D
M RAOUL SETRA — CTOA
MME ROBERT CERIB
M SCHELL RS CONSEIL ET DÉVELOPPEMENT
M TEPHANY MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE
ET DES LIBERTÉS LOCALES
M THEVENIN BUREAU VERITAS
M THONIER
M TOUTLEMONDE LCPC
M TRINH CETEN APAVE INT
M XERCAVINS PX DAM CONSULTANT
M ZHAO C.I.T.C.M.

Avant-propos

(1) La présente Annexe Nationale définit les conditions de l’application sur le territoire français de la norme
NF EN 1992-1-1, d’octobre 2005, laquelle reproduit la norme européenne EN 1992-1-1:2004 : Eurocode 2 —
Calcul des structures en béton — Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments, avec ses annexes A
à J, ratifiée par le Comité Européen de Normalisation le 16 avril 2004 et mise à disposition le 15 décembre 2004.
(2) La présente Annexe Nationale a été préparée par la commission de normalisation CF EC2 du BNSR
«Calcul des structures en béton».
—3— NF EN 1992-1-1/NA

(3) La présente Annexe Nationale :


— fournit des «paramètres déterminés au plan national» (NDP) pour les clauses suivantes de la norme
européenne EN 1992-1-1:2004 autorisant un choix national :

• 2.3.3 (3) • 5.8.3.3 (1) • 7.2 (2) • 9.8.3 (2)


• 2.4.2.1 (1) • 5.8.3.3 (2) • 7.2 (3) • 9.8.4 (1)
• 2.4.2.2 (1) • 5.8.5 (1) • 7.2 (5) • 9.8.5 (3)
• 2.4.2.2 (2) • 5.8.6 (3) • 7.3.1 (5) • 9.10.2.2 (2)
• 2.4.2.2 (3) • 5.10.1 (6) • 7.3.2 (4) • 9.10.2.3 (3)
• 2.4.2.3 (1) • 5.10.2.1 (1)P • 7.3.4 (3) • 9.10.2.3 (4)
• 2.4.2.4 (1) • 5.10.2.1 (2) • 7.4.2 (2) • 9.10.2.4 (2)
• 2.4.2.4 (2) • 5.10.2.2 (4) • 8.2 (2) • 11.3.5 (1)P
• 2.4.2.5 (2) • 5.10.2.2 (5) • 8.3 (2) • 11.3.5 (2)P
• 3.1.2 (2)P • 5.10.3 (2) • 8.6 (2) • 11.3.7 (1)
• 3.1.2 (4) • 5.10.8 (2) • 8.8 (1) • 11.6.1 (1)
• 3.1.6 (1)P • 5.10.8 (3) • 9.2.1.1 (1) • 11.6.1 (2)
• 3.1.6 (2)P • 5.10.9 (1)P • 9.2.1.1 (3) • 11.6.2 (1)
• 3.2.2 (3)P • 6.2.2 (1) • 9.2.1.2 (1) • 12.3.1 (1)
• 3.2.7 (2) • 6.2.2 (6) • 9.2.1.4 (1) • 12.6.3 (2)
• 3.3.4 (5) • 6.2.3 (2) • 9.2.2 (4) • 11.6.4.1 (1)
• 3.3.6 (7) • 6.2.3 (3) • 9.2.2 (5) • A.2.1 (1)
• 4.4.1.2 (3) • 6.2.4 (4) • 9.2.2 (6) • A.2.1 (2)
• 4.4.1.2 (5) • 6.2.4 (6) • 9.2.2 (7) • A.2.2 (1)
• 4.4.1.2 (6) • 6.4.3 (6) • 9.2.2 (8) • A.2.2 (2)
• 4.4.1.2 (7) • 6.4.4 (1) • 9.3.1.1 (3) • A.2.3 (1)
• 4.4.1.2 (8) • 6.4.5 (3) • 9.5.2 (1) • C.1 (1)
• 4.4.1.2 (13) • 6.4.5 (4) • 9.5.2 (2) • C.1 (3)
• 4.4.1.3 (1)P • 6.5.2 (2) • 9.5.2 (3) • E.1 (2)
• 4.4.1.3 (3) • 6.5.4 (4) • 9.5.3 (3) • J.1 (3) J.1 (2)
• 4.4.1.3 (4) • 6.5.4 (6) • 9.6.2 (1) • J.2.2 (2)
• 5.1.3 (1)P • 6.8.4 (1) • 9.6.3 (1) • J.3 (2)
• 5.2 (5) • 6.8.4 (5) • 9.7 (1) • J.3 (3)
• 5.5 (4) • 6.8.6 (1) • 9.8.1 (3)
• 5.6.3 (4) • 6.8.6 (2) 6.8.6 (3) • 9.8.2.1 (1)
• 5.8.3.1 (1) • 6.8.7 (1) • 9.8.3 (1)

— fixe les conditions d'emploi des annexes informatives A, B et D à J de la norme pour les bâtiments et les
ouvrages de génie civil ;
— fournit des informations complémentaires non contradictoires pour faciliter l'application de la norme
NF EN 1992-1-1:2005.
NF EN 1992-1-1/NA —4—

(4) Les clauses citées sont celles de la norme NF EN 1992-1-1:2005.


(5) La présente Annexe Nationale est prévue pour être utilisée avec la norme NF EN 1992-1-1:2005 pour le
calcul de bâtiments et d'ouvrages de génie civil neufs, associée aux normes NF EN 1990 à NF EN 1999 et à leurs
annexes respectives. En attendant la publication de l'ensemble des Annexes nationales aux Eurocodes, les
«paramètres déterminés au plan national» sont, lorsqu'il y a lieu, définis pour le projet individuel.
NOTE Le calcul structural des éléments en béton en interaction avec les terrains (par exemple les fondations profondes,
les murs et les écrans de soutènement, etc.) relève de la norme NF EN 1992-1-1. Il convient de prendre en compte le mode
d’exécution particulier de ces structures pour définir notamment les valeurs représentatives des propriétés de résistance
et de déformation du matériau béton à prendre en compte dans les calculs. Les dispositions complémentaires à considérer
sont données dans les normes correspondantes (par exemple dans la norme NF P 94-262 1) pour une fondation profonde
et dans la norme NF P 94-282 1) pour les écrans de soutènement).

(6) Quand la norme NF EN 1992-1-1:2005 est rendue applicable dans un marché public ou privé,
l’Annexe Nationale est également applicable, sauf mention contraire dans les documents particuliers du marché.
(7) Pour la durée d’utilisation de projet à considérer dans la présente Annexe Nationale, voir la définition
donnée par la norme NF EN 1990 et son Annexe Nationale. En aucun cas cette durée ne peut être confondue
avec celle définie par les textes législatifs et réglementaires traitant des responsabilités et des garanties.
(8) Dans un but de clarification, les «paramètres déterminés au plan national» sont encadrés. Le reste du
texte consiste en des compléments à caractère non contradictoire pour l’application sur le territoire français de la
norme européenne.

1) En préparation.
—5— NF EN 1992-1-1/NA

Annexe nationale
(normative)

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

AN 1 Application nationale des clauses de la norme européenne


NOTE La numérotation des clauses est celle de la norme NF EN 1992-1-1:2005.

Clause 1.1.1 (1)P


Les clauses spécifiques aux bâtiments concernent les bâtiments courants.
NOTE Les bâtiments sont définis par leur «aire d’utilisation», se reporter à la norme NF EN 1991-1 (P 06-111-1) et à son
Annexe Nationale NF P 06-111-2. Les bâtiments de catégorie E (stockage et activité industrielle) ainsi que les parties non
courantes des bâtiments des catégories A à D peuvent conduire à des exigences spécifiques, celles-ci doivent alors être
précisées dans les documents particuliers du marché.

Clause 1.1.2 (4)P


NOTE Les massifs de fondations des lignes aériennes de transport d’électricité font partie des types d’ouvrages dont les
aspects particuliers ne sont pas couverts par la norme NF EN 1992-1-1.

Clause 1.2.2
La référence à l’EN ISO 17760 est erronée , il faut lire «EN ISO 17660».

Clause 2.3.3 (2)


Pour les ouvrages autres que les bâtiments, les annexes nationales des parties de l'Eurocode 2 relatives à ces
ouvrages préciseront le cas échéant la façon de prendre en compte les déformations du béton.
NF EN 1992-1-1/NA —6—

Clause 2.3.3 (3) NOTE

Pour les bâtiments, on peut ne pas tenir compte dans les calculs des variations linéaires en plan dans les
bâtiments dont les superstructures (parties hors sol) sont découpées en blocs, séparés par des joints dits de
dilatation, la distance entre ces joints n'excédant pas :
— 25 m dans les départements voisins de la Méditerranée (régions sèches à forte opposition de température) ;
— 30 m à 35 m dans les régions de l'Est, les Alpes et le Massif Central ;
— 40 m dans la région parisienne et les régions du Nord ;
— 50 m dans les régions de l'ouest de la France (régions humides et tempérées).
Les distances précédentes peuvent être augmentées, sur justifications spéciales, par des dispositions
constructives appropriées permettant aux variations linéaires de se produire sans gêne.
NOTE On peut également ne pas tenir compte des autres effets de la température ainsi que du retrait sous réserve de
la justification de dispositions constructives appropriées, adaptées à l’ouvrage. Cependant dans le cas des ouvrages
particulièrement sensibles (dallages, radiers, dalles de parking enserrées dans des parois…), des dispositions
appropriées doivent être respectées. Ces dispositions , adaptées à l’ouvrage à concevoir, portent sur tout ou partie des
points suivants :

— la qualité du béton ;
— la conception des ouvrages (type de plancher, sens de portée, préfabrication…) ;
— le phasage de mise en œuvre du béton (zones alternées, damiers…) ;
— les procédés de cure ;
— les joints de reprise de bétonnage et/ou les joints de clavetage ainsi que leur position ;
— les joints de préfissuration ainsi que leur position ;
— les dispositions constructives de ferraillage (position, altitude, espacement, pourcentage, armatures de peau, etc.).

Clause 2.3.4.2 (2)


La norme NF P 94-262 2) définit d’autres dispositions notamment en fonction du mode de réalisation des pieux.

Clause 2.4.2.1 (1) NOTE

La valeur de γSH à utiliser est celle recommandée.

Clause 2.4.2.2 (1) NOTE

La valeur de γP,fav à utiliser est celle recommandée.

Clause 2.4.2.2 (2) NOTE

La valeur de γP,unfav à utiliser est 1,3.


Toutefois, lorsque les câbles de précontrainte extérieure sont maintenus par des déviateurs en nombre suffisant
sur la longueur de flambement de l'élément concerné, la valeur de γP,unfav peut être prise égale à 1,0.

Clause 2.4.2.2 (3) NOTE

La valeur de γP,unfav à utiliser est celle recommandée.

Ce coefficient ne s’applique pas aux effets locaux décrits en 8.10.2.

2) En préparation.
—7— NF EN 1992-1-1/NA

Clause 2.4.2.3 (1) NOTE

La valeur de γF,fat à utiliser est celle recommandée.

Clause 2.4.2.4 (1) NOTE

Les valeurs des coefficients partiels relatifs aux matériaux à utiliser pour les états-limites ultimes sont celles
du Tableau 2.1N recommandé.

Clause 2.4.2.4 (2) NOTE

Les valeurs des coefficients partiels relatifs aux matériaux à utiliser pour les états-limites de service sont celles
recommandées.

Clause 2.4.2.5 (2) NOTE

La valeur de kf dépend du mode de réalisation de la fondation profonde et sera donc fixée par la norme
NF P 94-262 3).

Clause 2.6 (2) NOTE 2


NOTE On peut ne pas tenir compte dans les calculs des tassements différentiels du sol et des fondations dans les
bâtiments des lors que les dénivellations d’appuis attendues de ces effets n’excèdent pas 1/500 de la portée entre éléments
porteurs adjacents. Cette limite est plafonnée par 1 cm ou 2 cm selon que les cloisonnements sont rigides et fragiles ou non.

Clause 3.1.2 (2)P NOTE 3)

La valeur de Cmax à utiliser est celle recommandée sauf dispositions contraires dans les normes spécifiques à
certains types d’ouvrages (par exemple la norme NF EN 1536 pour les pieux forés, la norme NF P 94-262 3)
pour les fondations profondes, la norme NF P 94-282 3) pour les écrans de soutènement, etc.).

Clause 3.1.2 (4) NOTE

La valeur de kt à utiliser est celle recommandée.

Clause 3.1.3 (2) NOTE

Le module d'élasticité du béton donné par le Tableau 3.1 de la norme NF EN 1992-1-1 (NF P 18-711-1)
s'applique directement pour les granulats de masse volumique comprise entre 2,5 et 2,7 (c'est généralement le
cas de granulats de type silico-calcaire).
Des valeurs différentes de celles proposées dans le Tableau 3.1 peuvent être proposées pourvu qu’elles soient
justifiées par des essais, sachant que la valeur du module d’élasticité peut s’écarter de plusieurs dizaines de %
des valeurs proposées pour d’autres raisons que la nature des granulats notamment la présence d’air entraîné
et le volume de pâte.
Des valeurs différentes peuvent être envisagées pour le cas des fondations profondes, écrans de soutènement,
et autres ouvrages de fondations profondes. Elles sont fixées dans les normes correspondantes.

Clause 3.1.4 (2)


NOTE Si on dépasse 0,45f ck(t0), se reporter à l’Annexe B de la NF EN 1992-2.

3) En préparation.
NF EN 1992-1-1/NA —8—

Clause 3.1.6 (1)P NOTE

La valeur de αcc à utiliser est celle recommandée.

Clause 3.1.6 (2)P NOTE

La valeur de αct à utiliser est celle recommandée.

Clause 3.2.1 (5)


NOTE Le terme «treillis raidisseur» est équivalent à celui de «poutres en treillis pré-assemblées».

Clause 3.2.2 (2)P


Le Tableau 3.4 s’applique aux soudures structurelles et pas aux soudures de montage.

Clause 3.2.2 (3)P NOTE

La valeur maximale de fyk à utiliser est 500 MPa en général et 600 MPa sous réserve d'une justification effective
à l'ELS, y compris de l'ouverture des fissures (voir Tableau 7.1NF).

Clause 3.2.5 (2)P


La référence à l’EN ISO 17760 est erronée, il faut lire «EN ISO 17660».
NOTE Cette clause s’applique en particulier aux soudures de montage.

Clause 3.2.7 (2) NOTE 1

La valeur de εud à utiliser est celle recommandée.

NOTE εuk est noté Agt dans la norme NF EN 10080 (référencée A 35-010).

Clause 3.3.4 (5) NOTE

La valeur de k à utiliser est celle recommandée.

Clause 3.3.6 (7) NOTE

Les valeurs de εud et de fp0,1k/fpk à utiliser sont celles recommandées.

NOTE En l’absence d’information plus précise, on pourra retenir εuk = 0,9 Agt où Agt est le pourcentage minimum
d’allongement à la force maximale défini dans la norme NF EN 10138-1, compte tenu que la valeur de Agt n’est pas la valeur
caractéristique.

Clause 4.1 (4)


La référence à la norme EN 206-1 est à remplacer par celle de la norme NF EN 206-1, d'avril 2004.

Clause 4.2 (2)


Pour ce qui concerne l’enrobage uniquement (sujet non couvert par la norme NF EN 206-1, d'avril 2004), la
colonne d’exemples informatifs du Tableau 4.1 est rendue normative compte tenu des notes suivantes :
—9— NF EN 1992-1-1/NA

NOTES au Tableau 4.1


NOTE 1 Le béton non armé se trouve dans d’autres classes d’exposition que X0 dès lors que ce béton comporte des
armatures ou des pièces métalliques noyées et que l’environnement n’est pas classé «très sec».

NOTE 2 Les parties des bâtiments à l’abri de la pluie, que ceux ci soient clos ou non, sont à classer en XC1 à l’exception
des parties exposées à des condensations importantes à la fois par leur fréquence et leur durée qui sont alors à classer
en XC3.

C’est le cas notamment de certaines parties :


— d’ouvrages industriels ;
— de buanderies ;
— de papeteries ;
— de locaux de piscines ;
— etc.

NOTE 3 Sont à classer en XC4 les parties aériennes des ouvrages d’art et les parties extérieures des bâtiments non
protégées de la pluie, comme par exemple les façades, les pignons et les parties saillantes à l’extérieur, y compris les
retours de ces parties concernés par les cheminements et/ou rejaillissements de l’eau.

NOTE 4 Ne sont à classer en XD3 que les parties d’ouvrages soumises à des projections fréquentes et très fréquentes
et contenant des chlorures et sous réserve d’absence de revêtement d’étanchéité assurant la protection du béton.

Ne sont donc à classer en XD3 que les parties des parcs de stationnement de véhicules exposées directement aux sels
contenant des chlorures (par exemple les parties supérieures des dalles et rampes) et ne comportant pas de revêtement
pouvant assurer la protection du béton pendant la durée de vie du projet.

NOTE 5 Sont à classer en XS3 les éléments de structures en zone de marnage et/ou exposés aux embruns lorsqu’ils
sont situés à moins de 100 m de la côte, parfois plus, jusqu’à 500 m, suivant la topographie particulière.

Sont à classer en XS1 les éléments de structures situés au delà de la zone de classement XS3 et situés à moins de 1 km
de la côte, parfois plus, jusqu’à 5 km, lorsqu’ils sont exposés à un air véhiculant du sel marin, suivant la topographie
particulière.

NOTE 6 En France, les classes d’exposition XF1, XF2, XF3 et XF4 sont indiquées dans la carte donnant les zones de gel,
sauf spécification particulière notamment fondée sur l’état de saturation du béton (voir Annexe E en E.2 ou voir l’AN de
la NF EN 206-1 en NA 4.1, Figure NA.2 et NOTE).

Pour ces classes d’exposition XF, et sous réserve du respect des dispositions liées au béton (NF EN 206-1 et documents
normatifs nationaux), l’enrobage sera déterminé par référence à une classe d’exposition XC ou XD, comme indiqué
en 4.4.1.2 (12).
Les classes de référence à retenir pour l’enrobage uniquement sont les suivantes :

Classe d’exposition

XF1 XF2 XF3 XF4

XC4 si le béton est formulé


Type de salage sans entraîneur d’air
Peu
(cf. Recommandations XC4 Sans objet Sans objet
fréquent XD1 si le béton est formulé
GEL 2003)
avec entraîneur d’air

XD2, XD3
XD1, XD3 pour éléments
Fréquent Sans objet Sans objet pour éléments
très exposés (*)
très exposés (*)

Très
Sans objet Sans objet Sans objet XD3
fréquent

(*) Pour les ponts : corniches, longrines d’ancrage des dispositifs de retenue, solins des joints de dilatation.
NF EN 1992-1-1/NA — 10 —

NOTE 7 Les exemples informatifs donnés pour les classes XA1, XA2 et XA3 sont à comprendre et préciser comme suit :

— éléments de structures en contact avec un sol agressif ou un liquide agressif ;


— Ouvrages de Génie Civil soumis à des attaques chimiques (par exemple certains bâtiments de catégorie E
(voir le 1.1.1 (1)P)), suivant les documents particuliers du marché.

NOTE 8 Les risques de lixiviation et d’attaque par l’eau pure (par exemple condensation) sont à traiter dans les classes
d’exposition XA1, XA2 et XA3 suivant leur sévérité.

Clause 4.4.1.2 (3) NOTE

La valeur de cmin,b à utiliser est :


— pour les gaines de précontrainte par post-tension :
- gaine de section circulaire : diamètre ;
- gaines plates : la plus petite dimension ou la moitié de la plus grande dimension, si celle-ci est supérieure.
Il n'y a pas d'exigence supérieure à 80 mm pour les gaines de section circulaire ou les gaines plates.
— pour les armatures de précontrainte pré-tendues : 2,0 fois le diamètre du toron ou du fil, ou le diamètre du
plus gros granulat si celui-ci est supérieur.

Clause 4.4.1.2 (5) NOTE

La classe structurale à utiliser pour les bâtiments et ouvrages de génie civil courants est S4, pour des
bétons conformes au Tableau N.A.F.1 ou N.A.F.2, selon le cas, de l'Annexe Nationale de la NF EN 206-1
(norme NF P 18-325-2).
Les modifications possibles de classe structurale sont données dans le Tableau 4.3NF.
La classe structurale minimale est S1.
Les valeurs de cmin,dur à utiliser sont celles du Tableau 4.4N (armatures de béton armé) recommandé et du
Tableau 4.5NF (armatures de précontrainte) donné ci-dessous. Lorsqu’un élément de structure est concerné
par plusieurs classes d’exposition, on retiendra l’exigence la plus sévère.
NOTE L’attention est attirée sur les problèmes de fissuration auxquels risque de conduire un enrobage cnom supérieur
à 50 mm. Il est donc recommandé, en cas d’environnement agressif, d’utiliser les dispositions du Tableau 4.3NF et les
clauses 4.4.1.2 (7) et (8) et 4.4.1.3 (3).
— 11 — NF EN 1992-1-1/NA

L’attention est également attirée sur les difficultés de bétonnage auxquels risque de conduire un enrobage cnom inférieur à
la dimension nominale du plus gros granulat.

Tableau 4.3NF — Modulations de la classe structurale recommandée, en vue de la détermination


des enrobages minimaux cmin,dur dans les Tableaux 4.4N et 4.5NF
Classe d’exposition selon Tableau 4.1
Critère XD1/XS1/ XD2/XS2/ XD3/XS3/
X0 XC1 XC2/XC3 XC4
XA1 3) XA2 3) XA3 3)
100 ans : 100 ans : 100 ans : 100 ans : 100 ans : 100 ans : 100 ans :
majoration majoration majoration majoration majoration majoration majoration
de 2 de 2 de 2 de 2 de 2 de 2 de 2
Durée d’utilisation
de projet 25 ans 25 ans 25 ans 25 ans 25 ans 25 ans 25 ans
et moins : et moins : et moins : et moins : et moins : et moins : et moins :
minoration minoration minoration minoration minoration minoration minoration
de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1
≥ C30/37 ≥ C30/37 ≥ C30/37 ≥ C35/45 ≥ C40/50 ≥ C40/50 ≥ C45/55
et et et et et et et
< C50/60 : < C50/60 : < C55/67 : < C60/75 : < C60/75 : < C60/75 : < C70/85 :
Classe minoration minoration minoration minoration minoration minoration minoration
de résistance 1) de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1
≥ C50/60 : ≥ C50/60 : ≥ C55/67 : ≥ C60/75 : ≥ C60/75 : ≥ C60/75 : ≥ C70/85 :
minoration minoration minoration minoration minoration minoration minoration
de 2 de 2 de 2 de 2 de 2 de 2 de 2
Béton Béton Béton
de classe de classe de classe
C35/45 C35/45 C40/50
Nature à base à base à base
du liant de CEM I de CEM I de CEM I
sans cendres sans cendres sans cendres
volantes : volantes : volantes :
minoration minoration minoration
de 1 de 1 de 1
Enrobage minoration minoration minoration minoration minoration minoration minoration
compact 2) de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1 de 1
1) Par souci de simplicité, la classe de résistance joue ici le rôle d’un indicateur de durabilité. Il peut être judicieux d’adopter, sur la
base d’indicateurs de durabilité plus fondamentaux et des valeurs de seuil associées, une justification spécifique de la classe structurale
adoptée, en se référant utilement au guide AFGC «Conception des bétons pour une durée de vie donnée des ouvrages», ou à des
documents normatifs reposant sur les mêmes principes.
2) Ce critère ne s’applique que dans le cas des éléments pour lesquels une bonne compacité des enrobages peut être garantie,
à savoir :
— face coffrée des éléments plans (assimilables à des dalles, éventuellement nervurées), coulés horizontalement sur coffrages
industriels ;
— éléments préfabriqués industriellement : éléments extrudés ou filés, ou faces coffrées des éléments coulés dans des coffrages
métalliques ;
— sous face des dalles de pont, éventuellement nervurées, sous réserve de l’accessibilité du fond de coffrage aux dispositifs de vibration.
3) Pour les classes d’exposition XAi, cette correspondance est indicative sous réserve d’une justification de la nature de l’agent agressif.
Tableau 4.5NF — Valeurs de l'enrobage minimal cmin,dur requis vis-à-vis de la durabilité
dans le cas des armatures de précontrainte
Exigence environnementale pour cmin,dur (mm)
Classe Classe d'exposition suivant le Tableau 4.1
Structurale X0 XC1 XC2/XC3 XC4 XD1/XS1 XD2/XS2 XD3/XS3
S1 10 15 25 30 35 40
S2 15 25 30 35 40 45
S3 20 30 35 40 45 50
Sans objet
S4 25 35 40 45 50 55
S5 30 40 45 50 55 60
S6 35 45 50 55 60 65
NF EN 1992-1-1/NA — 12 —

Clause 4.4.1.2 (6) NOTE

La valeur de ∆cdur,y à utiliser est celle recommandée.

Clause 4.4.1.2 (7) NOTE

La valeur à utiliser est ∆cdur,st = 0 mm. Toutefois, sur justification spéciale et à condition d'utiliser des aciers dont
la résistance à la corrosion est éprouvée (certains aciers inox ou galvanisés, par exemple), pour la durée
d'utilisation et dans les conditions d'exposition du projet, les documents particuliers du marché pourront fixer la
valeur de ∆cdur,st. En outre, le choix des matériaux, des paramètres de mise en œuvre et de maintenance
doivent faire l'objet d'une étude particulière. De même, l'utilisation de tels aciers ne peut s'effectuer que si les
caractéristiques propres de ces aciers (notamment soudabilité, adhérence, dilatation thermique, compatibilité
des aciers de nature différente) sont vérifiées et prises en compte de façon appropriée.

Clause 4.4.1.2 (8) NOTE

La valeur à utiliser est ∆cdur,add = 0 mm, sauf pour les revêtements adhérents justifiés vis-à-vis de la pénétration
des agents agressifs pendant la durée d'utilisation de projet (ces revêtements sont alors réputés faisant partie
intégrante de la structure, cf. 1.3 (1)P). L'enrobage minimal ne peut être inférieur à cmin,b et à 10mm.

Clause 4.4.1.2 (13) NOTE

Les valeurs de k1, k2 et k3 à utiliser sont celles recommandées.

Clause 4.4.1.3 (1)P NOTE

La valeur de ∆cdev à utiliser est celle recommandée.

Clause 4.4.1.3 (3) NOTE

La valeur à utiliser pour ∆cdev est la suivante :


— Lorsque la réalisation est soumise à un système d'assurance qualité dans lequel la surveillance inclut des
mesures de l'enrobage des armatures avant coulage du béton, il est possible de réduire la marge de calcul
pour tolérance d'exécution, de sorte que :
10 mm ≥ ∆cdev ≥ 5 mm
— Lorsqu'on peut garantir l'utilisation d'un appareil de mesure très précis pour la surveillance ainsi que le rejet
des éléments non conformes (éléments préfabriqués, par exemple), il est possible de réduire la marge de
calcul pour tolérance d'exécution, de sorte que :
10 mm ≥ ∆cdev ≥ 0
— Lorsque la conception et l'exécution des éléments d’ouvrages y compris leur ferraillage sont soumis à un
système d’assurance qualité couvrant toutes les phases de la conception à l’exécution et comprenant les
impositions suivantes et ce pour toutes les classes d’exposition :
- en phase de conception et dessin : élaboration des dessins de détail à une grande échelle des ferraillages
sensibles (coupe sur bandeau, lisse, parapet, etc.), précisant les enrobages et les façonnages ;
- en phase de ferraillage : réception des aciers façonnés et contrôle de leurs dimensions ;
- en phase mise en place dans coffrage : élaboration des plans de calage des aciers (type de cales,
fréquence des cales, fixation des cales, etc.) ; réception des ferraillages et contrôle des enrobages avant
coulage ;
- en phase de mise en œuvre du béton : le cas échéant et en tant que de besoin, confection d’un élément
témoin ;
10 mm ≥ ∆cdev ≥ 0
— 13 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 4.4.1.3 (4)


Il faut lire «enrobage nominal» en lieu et place de «enrobage minimal».

Clause 4.4.1.3 (4) NOTE

Les valeurs à utiliser sont k1 = 30 mm et k2 = 65 mm pour les fondations superficielles. Pour les fondations
profondes, les écrans de soutènement, et autres ouvrages de fondations profondes, il convient de se reporter
aux normes correspondantes.

Clause 5.1.3 (1)P NOTE

Les simplifications dans les dispositions de charges à utiliser sont fondées sur le principe suivant : les cas de
charge à utiliser sont ceux que l'on utiliserait si les éléments portés reposaient isostatiquement sur les éléments
porteurs ; les actions ainsi obtenues sur les éléments porteurs sont forfaitairement majorées ou minorées en
fonction de l'hyperstaticité ainsi négligée. Une façon d’estimer ces majorations et minoration est fournie par
l’étude des cas a) et b) .

Clause 5.2 (1)P


Les valeurs données en 6.1 (4) ne concernent pas le calcul de stabilité. Pour le calcul de stabilité, les imperfections
géométriques données ci-après ne pourront pas être inférieures à 2 cm.

Clause 5.2 (5) NOTE

La valeur de θ0 à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.5 (4) NOTE

Les valeurs de k1, k2, k3, k4, k5 et k6 à utiliser sont celles recommandées.

NOTE Le rapport δ peut être choisi différent en fonction du cas de charge considéré.

Clause 5.6.3 (4) NOTE

La valeur de θpl,d à utiliser est celle donnée par la Figure 5.6N recommandée.

Clause 5.8.3.1 (1) NOTE

La valeur de λlim à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.8.3.3 (1) NOTE

La valeur de k1 à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.8.3.3 (2) NOTE 1

La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.8.4 (2)


Il y a lieu de tenir compte des imperfections géométriques dans le calcul des moments M0Eqp et M0Ed.

Clause 5.8.5 (1) NOTE 1

Les méthodes simplifiées d'analyses à utiliser sont les méthodes (a) et (b) recommandées.
NF EN 1992-1-1/NA — 14 —

Clause 5.8.6 (3) NOTE

La valeur de γcE à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.8.8 (1)


La référence au 5.8.5 (4) est erronée, il faut lire «5.8.5 (3)».

Clause 5.10.1 (6) NOTE

Les méthodes à utiliser sont les méthodes A, B ou E.

Clause 5.10.2.1 (1)P NOTE 4)

Les valeurs à utiliser sont celles recommandées, sous réserve que, dans l’EN 10138-3 4), Fp0,1 soit défini avec
Fp0,1 = 0,88 Fm, ou celles données par l'Agrément Technique Européen.

Clause 5.10.2.1 (2) NOTE

La valeur de k3 à utiliser est celle recommandée, sous réserve que, dans l’EN 10138-3 4), Fp0,1 soit défini avec
Fp0,1 = 0,88 Fm, ou celle donnée par l'Agrément Technique Européen.

Clause 5.10.2.2 (4) NOTE

Les valeurs de k4 et k5 à utiliser sont celles recommandées.

Clause 5.10.2.2 (5) NOTE

La valeur de k6 à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.10.3 (2) NOTE

Les valeurs à utiliser sont :


— en post-tension k7 = 0,77 et k8 = 0,87 ;
— en pré-tension k7 = 0,80 et k8 = 0,90.

Clause 5.10.8 (2) NOTE

La valeur de ∆σp,ULS à utiliser est celle recommandée.

Clause 5.10.8 (3) NOTE

Les valeurs à utiliser sont, dans tous les cas, γ∆P,sup = 1 et γ∆P,inf = 1.

Clause 5.10.9 (1)P NOTE

Les valeurs de rsup et rinf à utiliser sont celles recommandées pour les calculs en situation de service. Pour les
situations transitoires de construction, ces valeurs pourront être ramenées aux valeurs suivantes rsup = 1,05
et rinf = 0,95, ou à d’autres valeurs, limitées à 1,0, sur justifications spéciales.

4) En préparation.
— 15 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 5.11 (2)P


Les murs non armés sont ceux qui ne possèdent pas d’acier de traction sous sollicitation de flexion composée
dans leur plan et qui respectent les conditions de la section 12 pour les limites des contraintes normales et
de cisaillement.
Les murs armés sont traités dans la section 6 et les sections 7 à 9.

Clause 6.2.2 (1) NOTE

Les valeurs à utiliser sont les suivantes :


— CRd,c = 0,18/γC ;
— k1 = 0,15 ;
— vmin = 0,34/γC fck1/2 sur les dalles bénéficiant d'un effet de redistribution transversale sous le cas
de charge considéré ;
= 0,053/γC k3/2 fck1/2 pour les poutres, et pour les dalles autres que celles ci-dessus ;
= 0,35/γC fck 1/2
pour les voiles.

Clause 6.2.2 (6) NOTE

La valeur de ν à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.2.3 (2) NOTE

La valeur à utiliser est limitée par l’expression :


— en compression, ou flexion simple
1 ≤ cotθ ≤ 2,5 (6.7a NF)
— en traction
1 + σ ct ⁄ f ctm ≤ cotθ ≤ 2,5 . 1 + σ ct ⁄ f ctm (6.7b NF)
où :
σct est la contrainte de traction au centre de gravité (< 0). Le cas d’une section où |σct| ≥ fctm n’est pas traité.

Clause 6.2.3 (3) NOTES 1 à 3

Les valeurs à utiliser pour ν1 sont celles recommandées par les NOTES 1 et 2.
La valeur à utiliser pour αcw est celle recommandée dans le cas des sections sans effort de traction.
Dans le cas de la flexion composée avec traction, avec une membrure comprimée, il convient d'utiliser
l'expression (6.9) en remplaçant αcw par αcw,t avec αcw,t = (1 + σct / fctm).
Le cas d'une section entièrement tendue et celui d’une section où |σct| ≥ fctm n'est pas traité.

Clause 6.2.4 (4) NOTE

La valeur de θf à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.2.4 (6) NOTE

La valeur à utiliser est la suivante :


— k = 0,50 en cas de surface verticale de reprise de bétonnage rugueuse ;
— k = 1,00 lorsqu’il n’y a pas de surface verticale de reprise de bétonnage.
NF EN 1992-1-1/NA — 16 —

Clause 6.3.2 (2)


L'aire de la section des armatures transversales issues des seules sollicitations de torsion Asw sont calculées au
moyen de l'expression :
A sw f yd T Ed
----------------- = ---------------------
-
s 2A k cot θ

où :
s est l’espacement des armatures transversales de torsion ;
fyd est la limite d'élasticité de calcul des armatures longitudinales Asl ;
θ est l'angle des bielles de compression (voir Figure 6.5).

Clause 6.4.3 (6) NOTE

La valeur de β à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.4.4 (1) NOTE

Les valeurs de CRd,c et vmin à utiliser sont celles recommandées.

Clause 6.4.5 (3) NOTE

La valeur de vRd,max à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.4.5 (4) NOTE

La valeur de k à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.5.2 (2) NOTE

La valeur de ν' à utiliser est celle recommandée par l'expression (6.57N).

Clause 6.5.4 (4) a) NOTE

La valeur de k1 à utiliser est celle recommandée.


On peut cependant, sur justifications spéciales admettre une valeur supérieure sans excéder la valeur limite
k1 = 1/ν'.

Clause 6.5.4 (4) b) NOTE

La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.


On peut cependant, sur justifications spéciales admettre une valeur supérieure sans excéder la valeur limite
k2 = 1,0.

Clause 6.5.4 (4) c) NOTE

La valeur de k3 à utiliser est celle recommandée.


On peut cependant, sur justifications spéciales admettre une valeur supérieure sans excéder la valeur limite
k3 = 0,9.
— 17 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 6.5.4 (6) NOTE

La valeur de k4 à utiliser est celle recommandée.


On peut cependant, sur justifications spéciales admettre une valeur supérieure sans excéder la valeur limite
k4 = 3,0/ν'.

Clause 6.8.1 (2)


Sont exclus de la vérification à la fatigue les ouvrages suivants :
— les bâtiments ;
— les fondations, murs et écrans de soutènement ;
— les structures enterrées avec une couverture minimale de 1 m de terre ;
— les piles et poteaux non rigidement reliés aux superstructures ;
— les culées de voûtes et ponts à l’exception des culées creuses.

Clause 6.8.4 (1) NOTES 1 et 2

La valeur de γF,fat à utiliser est celle recommandée.


Les valeurs des paramètres des courbes S-N relatives aux armatures à utiliser sont celles données par le Tableau 6.3NF
ci-dessous pour les armatures de béton armé et celle recommandées par le Tableau 6.4N pour les armatures de
précontrainte.

Tableau 6.3NF – Paramètres des courbes S-N pour les armatures de béton armé

Exposant de la contrainte ∆σRsk (MPa)


Type d'armatures N*
k1 k2 pour N* cycles

160 si Ø ≥ 40 mm
Barres droites et barres pliées (1) 106 5 9
210 si Ø ≤ 16 mm (2)

Barres soudées et treillis soudés 107 3 5 58,5

Dispositifs de couplage 107 3 5 35

(1) Les valeurs de ∆σRsk sont celles relatives aux barres droites. pour les barres pliées, il convient d'appliquer un
coefficient de réduction ζ = 0,35 + 0,026 D / Ø
où :
D est le diamètre du mandrin et Ø le diamètre de la barre.
(2) Les valeurs de ∆σRsk pour d’autres diamètres de barres peuvent être obtenues par interpolation linéaire.

NOTE au Tableau 6.4N La catégorie «armatures de précontrainte courbes dans gaine en acier» s'applique aux
armatures courbes placées dans des tubes métalliques cintrés ou dans des gaines en feuillard de rayon de courbure
inférieur à 30 m. Les armatures courbes placées dans des gaines en feuillard avec un rayon supérieur à 30 m peuvent
être considérées, vis-à-vis de la fatigue, comme appartenant à la famille des armatures de précontrainte droite.

Clause 6.8.4 (5) NOTE

La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.


NF EN 1992-1-1/NA — 18 —

Clause 6.8.6 (1) NOTE

La valeur de k1 à utiliser est k1 = 100 MPa.


La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.

On peut admettre que la résistance en fatigue des armatures de précontrainte est satisfaisante si l'étendue de
contrainte sous une charge cyclique fréquente associée à la combinaison de base, ou sous la combinaison
fréquente de charges, est telle que ∆σp ≤ ∆σRsk(108), soit :
— précontrainte par pré-tension :
∆σp ≤ 110 MPa
— précontrainte par post-tension :
- monotorons dans gaine en matière plastique
∆σp ≤ 110 MPa
- armatures de précontrainte droites ou armatures de précontrainte courbes dans gaines en matière
plastique
∆σp ≤ 95 MPa
- armatures de précontrainte courbes dans gaines en acier
∆σp ≤ 65 MPa
- dispositifs de couplage
∆σp ≤ 35 MPa

Clause 6.8.6 (3) NOTE

La valeur de k3 à utiliser est celle recommandée.

Clause 6.8.7 (1) NOTES

La valeur de N* à utiliser est celle recommandée.


La valeur de k1 à utiliser est celle recommandée.

Clause 7.2 (2) NOTE

La valeur de k1 à utiliser est celle recommandée.

Clause 7.2 (3) NOTE

La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.

Clause 7.2 (5) NOTE

Les valeurs de k3 et k4 à utiliser sont celles recommandées et la valeur de k5 à utiliser est 0,8.
— 19 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 7.3.1 (5) NOTE

À défaut d’exigences plus détaillées, les valeurs de wmax à utiliser sont données dans le Tableau 7.1NF.

Tableau 7.1NF – Valeurs recommandées de wmax (1) (mm)


Éléments en béton armé et éléments
Éléments en béton précontraint
en béton précontraint
avec armatures adhérentes
Classe d'exposition sans armatures adhérentes

Combinaison quasi-permanente Combinaison fréquente


de charges de charges

X0, XC1 0,40 (2) 0,20 (2)

XC2, XC3, XC4 0,30 (3) 0,20 (4)

XD1, XD2, XS1, XS2, XS3, XD3 (5) 0,20 Décompression (6)

(1) L’attention est attirée sur le fait que wmax est une valeur conventionnelle servant pour le calcul.
(2) Sauf demande spécifique des documents particuliers du marché, la maîtrise de la fissuration est supposée assurée
par les dispositions constructives minimales données ailleurs que dans la clause 7.3, le calcul de wmax n’est alors
pas requis.
(3) Dans le cas des bâtiments des catégories d’usage A à D (voir NF EN 1991-1-1), sauf demande spécifique des
documents particuliers du marché, la maîtrise de la fissuration est supposée assurée par les dispositions constructives
minimales données ailleurs que dans la clause 7.3, le calcul de wmax n’est alors pas requis.
(4) Pour cette classe d’exposition, en outre, il convient de vérifier la décompression sous la combinaison quasi
permanente des charges.
(5) Pour la classe XD3, en l’absence de dispositions particulières conformément au 7.3.1 (7), ce sont ces valeurs qui
s’appliquent.
(6) La décompression impose que le béton situé à moins de 25 mm des armatures de précontrainte adhérentes ou de
leurs gaines soit comprimé sous combinaison de charges spécifiée.

En l'absence d'exigences spécifiques (étanchéité à l'eau par exemple), on peut admettre que la limitation des
ouvertures calculées des fissures aux valeurs wmax du Tableau 7.1NF sera généralement satisfaisante du point
de vue de l'aspect et de la durabilité.
Pour les dalles et voiles de plus de 0,8 m d’épaisseur et pour les poutres en béton armé de plus de 2 m de
hauteur, la maîtrise de la fissuration est définie par la norme NF EN 1992-2 ou la norme NF EN 1992-3 et le
cas échéant par des documents spécifiques ou les documents particuliers du marché.
Les éléments de fondations profondes et les écrans de soutènement pourront faire l’objet de dispositions
particulières dans les normes correspondantes.

Clause 7.3.2 (2)


La valeur de calcul de σs à utiliser pour le calcul de la section minimale est σs = fyk.

Clause 7.3.2 (3)


Dans le cas d’éléments précontraints :
— la limite de (h – x)/3 pour le calcul de Ac,eff n’est pas applicable ;
— ∆σp est la variation de contrainte dans les armatures de précontrainte depuis l’état correspondant à l’absence
de déformation du béton au même niveau jusqu’à la limite élastique fp,0,1k.

Clause 7.3.2 (4) NOTE

La valeur de σct,p à utiliser est celle recommandée sauf :


— pour les structures à fils adhérents où la valeur à utiliser est σct,p = 1,5 fct,eff ;
— pour les ponts à précontrainte par post-tension, où la valeur à utiliser est σct,p = 0.
NF EN 1992-1-1/NA — 20 —

Clause 7.3.3 (2) NOTE


Il est précisé que :
— les Tableaux 7.2N et 7.3N ont été établis sur des hypothèses précisées dans les notes afférentes, auxquelles
il faut ajouter les hypothèses complémentaires suivantes pour le Tableau 7.3N : h = 400 mm et un seul lit
d’armatures ;
— leur utilisation suppose également la présence d'un ferraillage minimal déterminé par l'Expression (7.1) dans
laquelle la valeur de σs est choisie parmi les valeurs données soit par le Tableau 7.2N en fonction du diamètre
de barres utilisées soit par le Tableau 7.3N en fonction de l'espacement. Il est loisible d'effectuer une
interpolation linéaire de ces valeurs.

Clause 7.3.4 (2)


La section As doit se lire A's et représente la section des armatures de béton armé situées dans la section Ac,eff :
Dans le cas d’éléments précontraints :
— la limite de (h – x)/3 pour le calcul de Ac,eff n’est pas applicable ;
— ∆σp est la variation de contrainte dans les armatures de précontrainte depuis l’état correspondant à l’absence
de déformation du béton au même niveau jusqu’à la limite élastique fp,0,1k .

Clause 7.3.4 (3) NOTE

La valeur de k4 à utiliser est celle recommandée et la valeur de k3 à utiliser est celle recommandée pour
des enrobages inférieurs ou égaux à 25 mm. Pour des enrobages plus grands, la valeur de k3 à utiliser est
k3 = 3,4 (25 / c)2/3 (c en mm).

Conformément à la Figure 7.2, l'Expression (7.14) ne peut être appliquée que si elle donne une valeur sr,max
supérieure à celle de l'Expression (7.11). Dans le cas contraire, l’Expression (7.11) reste applicable même si
espacement > 5(c + φ/2).
— 21 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 7.4.2 (2) NOTE

Les valeurs de K à utiliser sont données dans le Tableau 7.4NF pour des cas courants (C30/35, σs = 310 MPa,
différents systèmes structuraux et les pourcentages d'armatures - ρ = 0,5 % et ρ = 1,5 %). Il est possible
d’interpoler entre les deux pourcentages donnés.

Tableau 7.4NF — Valeurs de base du rapport portée/hauteur utile pour les éléments en béton armé,
en l'absence d'effort normal de compression
l/d
béton béton
Système structural K fortement faiblement
sollicité sollicité
ρ ≥ 1,5 % ρ ≤ 0,5 %
Poutre sur appui simple 1,0 14 20
Dalle sur appui simple portant dans une direction 25 30
Travée de rive d’une poutre continue 1,3 18 26
Travée de rive d’une dalle continue portant dans une direction
30 35
ou continue le long d’un grand coté et portant dans deux directions
Travée intermédiaire d’une poutre 1,5 20 30
Travée intermédiaire d’une dalle portant dans une ou deux directions 35 40
Dalle sans nervure sur poteaux (plancher-dalle) -
1,2 17 24
pour la portée la plus longue
Poutre en console 0,4 6 8
Dalle en console 0,4 10 12
NOTE 1 Les valeurs indiquées ont été choisies de manière à placer généralement du coté de la sécurité et le calcul
est susceptible de montrer fréquemment que des éléments de moindre hauteur peuvent convenir.
NOTE 2 Les limites indiquées pour les planchers dalles correspondent à une limite moins sévère que la valeur
portée/250 pour la flèche à mi-portée. L’expérience a montré que ceci était satisfaisant.

Clause 7.4.3 (2)P


NOTE Pour les bâtiments cette méthode s’appelle la «méthode de calcul des flèches nuisibles» et elle tient compte du
processus de chargement, conformément au 7.4.1 (3), ainsi que des propriétés données ci après dans le présent document.

Clause 8.2 (2) NOTE 5)

Les valeurs de k1 et k2 à utiliser sont celles recommandées sauf dispositions contraires dans les normes
spécifiques à certains types d’ouvrages de fondations profondes (par exemple la norme NF EN 1536 pour les
pieux forés, la norme NF P 94-262 5) pour les fondations profondes, la norme NF P 94-282 5) pour les écrans
de soutènement).

Clause 8.3 (2) NOTE

Les valeurs de φm,min à utiliser sont celles données dans le Tableau 8.1N recommandé.

Clause 8.5
La clause 8.3 (3) ne s'applique pas aux cadres, étriers et épingles.

5) En préparation.
NF EN 1992-1-1/NA — 22 —

Clause 8.6 (2) NOTE

L’ancrage additionnel à utiliser pour un acier de treillis soudé du fait de ses aciers transversaux soudés, soit Fbtd,
est donné par l'expression (8.8N) recommandée.

Clause 8.8 (1) NOTE 6)

La valeur de Ølarge à utiliser est 40 mm.


NOTE Certains écrans de soutènement (les murs de quai, par exemple) pourront faire l’objet de dispositions
particulières fixées dans la norme NF P 94-282. 6)

Clause 9.2.1.1 (1) NOTE 2

La valeur de As,min à utiliser est celle recommandée, y compris son plafonnement pour les éléments
secondaires.
Toutefois, dans le cas de sections post-contraintes, la valeur de As,min à utiliser est celle donnée par le 7.3.2.

NOTE 1 Cette valeur et son plafonnement s’applique aux voiles relevant de la Section 6.

NOTE 2 Les armatures de peau peuvent être prises en compte.

Clause 9.2.1.1 (3) NOTE

La valeur de As,max à utiliser est celle recommandée. On peut cependant, sur justifications de la capacité
effective à bétonner, admettre une valeur supérieure sans excéder la valeur limite de As,max = 0,05 Ac.

Clause 9.2.1.2 (1) NOTE 1

La valeur de β1 à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.2.1.4 (1) NOTE

La valeur à utiliser est β2 = 0,0 sous réserve de vérifier en outre la force à ancrer sur appui par la formule suivante :
FE = VEd . a/z +NEd + MEd /z ... (2)
avec :
NEd est l'effort normal agissant sur l'appui ;
MEd est le moment sollicitant concomitant ;
A est l’inclinaison moyenne de la bielle d’about et en première approximation a = al.

Clause 9.2.2 (4) NOTE

La valeur de β3 à utiliser est celle recommandée.

6) En préparation.
— 23 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 9.2.2 (5) NOTE

La valeur de ρw,min à utiliser est donnée par l'expression (9.5N) recommandée.


Les éléments pour lesquels ce ferraillage minimal peut être omis sont définis en 6.2.1 (4).
De même, pour les produits préfabriqués faisant l'objet d'une procédure de contrôle interne certifiée par tierce
partie, soumis à des charges réparties d'intensité modérée et dont la défaillance éventuelle ne risque pas
d'entraîner la rupture en chaîne d'autres éléments de la structure (par exemple : panne de couverture), la valeur
à utiliser est ρw,min = 0.

NOTE Pour les voiles armés (voir 5.11 (2)P Note du présent document), la valeur de ρw,min à utiliser est celle donnée
par l'expression (9.5N) dès lors que VEd > VRd,c et ρw,min = 0 dans l'autre cas.

Clause 9.2.2 (6) NOTE

La valeur de sl,max à utiliser est donnée par l'expression (9.6N) recommandée, sauf pour les poutres de hauteur
h ≤ 250 mm pour lesquelles sl,max = 0,9d.

NOTE Dans le cas des voiles armés (voir 5.11 (2)P Note du présent document), la valeur à utiliser est le minimum
de sl,max donné par l'expression (9.6N) et de la distance entre planchers.

Clause 9.2.2 (7) NOTE

La valeur de sb,max à utiliser est donnée par l'expression (9.7N) recommandée.

Clause 9.2.2 (8) NOTE

La valeur de st,max à utiliser est donnée par l'expression (9.8N) recommandée, sauf pour les poutres de hauteur
h ≤ 250 mm pour lesquelles st,max = 0,9d.

Clause 9.3.1.1 (3) NOTE

Les valeurs de smax,slabs à utiliser sont celles recommandées.

Clause 9.5.2 (1) NOTE

La valeur de φmin à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.5.2 (2) NOTE

La valeur de As,min à utiliser est celle recommandée par l'expression (9.12N).

Clause 9.5.2 (3) NOTE

La valeur de As,max à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.5.3 (1)


La dernière phrase de cette clause s’applique également au cas des armatures assemblées par soudage sur
machine automatique.

Clause 9.5.3 (3) NOTE

La valeur de scl,tmax à utiliser est celle recommandée.


NF EN 1992-1-1/NA — 24 —

Clause 9.5.3 (6)


Il faut lire «Il convient, dans une zone comprimée, de ne pas disposer de barre non tenue à plus de 150 mm d’une
barre tenue.» pour la dernière phrase de cette clause.

Clause 9.6.2 (1) NOTES 1 et 2

La valeur de As,vmin à utiliser est celle recommandée, sauf pour les bâtiments où la valeur à utiliser pour tout
voile armé, ou toute bande d’un voile armé, (voir 5.11 (2)P NOTE du présent document) est la suivante :
As,vmin = 0 si NEd ≤ NRd,12
As,vmin = 0,001 Ac (1 + 2 (NEd – NRd,12) / (NRd,6 – NRd,12)) si NEd > NRd,12
avec :
NEd est la valeur de calcul de l’effort normal agissant sur ce voile ou sur une bande de ce voile ;
NRd,6 est la valeur de calcul de l’effort normal résistant de ce voile ou de cette bande de voile, calculé selon
la Section 6 ;
NRd,12 est la valeur de calcul de l’effort normal résistant de ce voile ou de cette bande de voile, calculé selon la
Section 12 .
La valeur de As,vmax à utiliser est celle recommandée.

NOTE 1 Pour les bâtiments et pour des voiles d’au plus 25 cm d’épaisseur :

— les extrémités libres, débouchant en façade ou pignon, du niveau supérieur sous plancher terrasse de tout voile doivent
comporter un chaînage vertical continu d’au moins 1,2 cm2 ;
— les angles des ouvertures pratiquées dans tout voile (telles que des fenêtres ou portes, etc.) doivent être bordés par
des aciers verticaux d’au moins 0,68 cm2 sur au moins 0,40 m et convenablement ancrés.

NOTE 2 Pour les bâtiments et pour tout voile d’au plus 25 cm d’épaisseur, le ferraillage vertical des voiles constituant tout
ou partie d’une façade ou d’un pignon doit en outre constituer une armature de peau continue d’au moins 0,48 cm2 par
mètre linéaire, avec un espacement maximal de 0,50 m.

Cette section est portée à 0,8 cm2 par mètre linéaire à la reprise basse de tout voile du niveau supérieur sous
plancher terrasse.

NOTE 3 Pour les bâtiments, les sections d’aciers définies dans les NOTES 1 et 2 ci-dessus doivent être au moins
majorées au prorata de l’épaisseur dans le cas de voiles d’épaisseur supérieures à 25 cm. De plus une étude particulière,
telle qu’envisagée dans la clause 2.3.3 (3) NOTE du présent document doit définir les éventuelles autres dispositions
constructives nécessaires.

NOTE 4 Pour les éléments massifs, une étude particulière, telle qu’envisagée dans la clause 2.3.3 (3) NOTE du présent
document, doit définir les dispositions constructives nécessaires, qui pour le ferraillage pourront généralement se limiter à
des armatures de peau.

NOTE 5 Les valeurs de sections minimales d’armatures indiquées correspondent à des aciers de limite d’élasticité égale
à 500 MPa. Pour l’utilisation d’acier de limite d’élasticité différente, on déduira les sections minimales à mettre en œuvre
en procédant par règle de trois.

Clause 9.6.3 (1) NOTE

La valeur de As,hmin à utiliser est celle recommandée, sauf pour les bâtiments où la valeur à utiliser pour tout
voile armé, ou toute bande d’un voile armé, (voir 5.11 (2)P NOTE du présent document) est la suivante :
As,hmin = 0 si NEd ≤ NRd,12
As,hmin = la valeur recommandée si NEd > NRd,12
avec :
NEd est la valeur de calcul de l’effort normal agissant sur ce voile ou sur une bande de ce voile ;
NRd,12est la valeur de calcul de l’effort normal résistant de ce voile ou de cette bande de voile, calculé selon
la Section 12.
— 25 — NF EN 1992-1-1/NA

NOTE 1 Pour les bâtiments et pour tout voile d’au plus 25 cm d’épaisseur, les ouvertures pratiquées dans tout voile
(telles que des fenêtres ou portes, etc.) doivent être bordées par des aciers horizontaux d’au moins 0,8 cm2 et
convenablement ancrées.

NOTE 2 Pour les bâtiments et pour tout voile d’au plus 25 cm d’épaisseur, le ferraillage horizontal des voiles constituant
tout ou partie d’une façade ou d’un pignon doit en outre constituer une armature de peau d’au moins 0,96 cm2 par mètre
linéaire, avec un espacement maximal de 0,33 m. Des aciers horizontaux complémentaires de section au moins égale
à 1,88 cm2 doivent exister dans le 0,50 m en partie haute du niveau supérieur des voiles précédents, sous le plancher
terrasse ou, à défaut, dans le plancher lui-même.

NOTE 3 Pour les bâtiments, les sections d’aciers définies dans les NOTES 1 et 2 ci-dessus doivent être au moins
majorées au prorata de l’épaisseur dans le cas de voiles d’épaisseur supérieures à 25 cm. De plus une étude particulière,
telle qu’envisagée dans la clause 2.3.3 (3) NOTE doit définir les éventuelles autres dispositions constructives nécessaires.

NOTE 4 Pour les éléments massifs, une étude particulière, telle qu’envisagée dans la clause 2.3.3 (3) NOTE, doit définir
les dispositions constructives nécessaires, qui pour le ferraillage pourront généralement se limiter à des armatures
de peau.

NOTE 5 Les valeurs de sections minimales d’armatures indiquées correspondent à des aciers de limite d’élasticité égale
à 500 MPa. Pour l’utilisation d’acier de limite d’élasticité différente, on déduira les sections minimales à mettre en oeuvre
en procédant par règle de trois.

Clause 9.7 (1) NOTE

La valeur de As,dbmin à utiliser est celle recommandée.


Toutefois, dans les cas de justification des efforts internes, contraintes et ferraillages par des schémas
appropriés de bielles et tirants, et voûtes, la valeur de As,dbmin à utiliser est As,dbmin = 0.

Clause 9.8.1 (3) NOTE

La valeur de φmin à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.8.2.1 (1) NOTE

La valeur de φmin à utiliser est celle recommandée.

Cette limite ne concerne pas le cas des armatures en treillis soudé certifiées.

Clause 9.8.3 (1) NOTE

La valeur de φm,min à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.8.3 (2) NOTE

La valeur de q1 à utiliser est celle recommandée.

Clause 9.8.4 (1) NOTE

Les valeurs de q2 et de φmin à utiliser à utiliser sont celles recommandées, sauf si on applique le 12.9.3.

Clause 9.8.5 (3) NOTE

Les valeurs de As,bpmin à utiliser sont celles de la norme NF EN 1536 et la limitation de h1 est sans objet. Pour les
pieux non armés, As,bpmin ne s'applique pas.

Clause 9.10.1 (2)


Pour la phrase du d), il faut lire «si exigé» à la place de «si nécessaire».
NF EN 1992-1-1/NA — 26 —

Clause 9.10.2.2 (2) NOTE

Les valeurs à utiliser sont q1 = 15 kN/m et Q2 = 70 kN.

NOTE Des armatures prévues pour d'autres motifs peuvent être comptées comme armature de chaînage, sous réserve
que leur continuité soit assurée.

Clause 9.10.2.3 (3) NOTE

La valeur à utiliser est ftie,int = 15 kN/m.

Clause 9.10.2.3 (4) NOTE

Les valeurs à utiliser sont q3 = 15 kN/m et Q4 = 70 kN.

Dans le cas de bâtiments, les chaînages horizontaux de tout voile au niveau des planchers, résultant
de l’application des clauses 9.10.2.3 (3) et 9.10.2.3 (4) doivent correspondre à au moins 1,2 cm2 pour chacun de
ces niveaux.
NOTE Les valeurs de sections d’armatures indiquées correspondent à des aciers de limite d’élasticité égale à 500 MPa.
Pour l’utilisation d’acier de limite d’élasticité différente, on déduira les sections minimales à mettre en oeuvre en procédant
par règle de trois.

Clause 9.10.2.4 (2) NOTE

La valeurs à utiliser sont ftie,fac = 15 kN/m et Ftie,col = 150 kN.

Clause 11.3.2 (1) NOTE


Il est observé que la détermination du module du béton léger selon la norme ISO 6784, sur laquelle s'appuie
l'ajustement des valeurs de cette section (Tableau 11.3.1 notamment) peut être remplacée par toute détermination
expérimentale validée du module d'élasticité, par exemple norme ASTM C469, ou mode opératoire LPC
selon BLPC n° 220, pourvu qu'avec cette mesure une estimation réaliste des flèches puisse être effectuée.

Clause 11.3.5 (1)P NOTE

La valeur de αlcc à utiliser est celle recommandée.

Clause 11.3.5 (2)P NOTE

La valeur de αlct à utiliser est celle recommandée.

Clause 11.3.7 (1) NOTE

La valeur de k à utiliser est celle recommandée.

Clause 11.6.1 (1) NOTE

Les valeurs de ClRd,c et k1 à utiliser sont celles recommandées, la valeur de vl,min est 0,030 k3/2flck avec k donné
en 6.2.2 (1).

Clause 11.6.2 (1) NOTE

La valeur de ν1 à utiliser est celle recommandée.


— 27 — NF EN 1992-1-1/NA

Clause 11.6.4.1 (1) NOTE

La valeur de k2 à utiliser est celle recommandée.

Clause 12.1 (2)


D’autres pieux dont le diamètre est inférieur à 600 mm peuvent ne pas être armés. Ils relèvent alors de la norme
NF P 94-262. 7)

Clause 12.3.1 (1) NOTE

Les valeurs de αcc,pl et αct,pl à utiliser sont celles recommandées, sauf si on applique la clause 5.8 où la valeur
à utiliser est αcc,pl = 1.
Pour les revêtements de tunnel, conçus et réalisés selon les règles de l’art, les coefficients αcc,pl et αct,pl peuvent
être majorés sans dépasser 1. Ceci concerne :
— les revêtements provisoires ;
— les revêtements définitifs d’épaisseur minimale 40 cm ;
— les revêtements définitifs d’épaisseur minimale 30 cm des tunnels de diamètre inférieur à 6 m.

Clause 12.6.2 (1)P


À la fin de cette clause, il faut lire «afin d'éviter l'apparition de fissures largement ouvertes».
Les modalités d’application de cette clause sont à définir, soit dans les documents particuliers du marché,
soit dans les règles spécifiques à des ouvrages particuliers (par exemple, règles relatives aux revêtements
de tunnels).

Clause 12.6.3 (2)


L’expression présente dans la norme NF EN 1992-1-1 est erronée, il faut lire σ c,lim = f cd – 2 f ctd  f ctd + f cd .
 
Clause 12.6.3 (2) Note

La valeur de k à utiliser est celle recommandée.

Clause 12.6.5.2 (1)


L'expression (12.11) n'est valable que si etot ≤ 0,15 hw et si λ ≤ 40 .

Clause 12.9
Les dispositions constructives suivantes s’appliquent aux voiles de la Section 12 :
En général :
— les clauses 9.10 du présent document.
Dans le cas de bâtiments :
— les NOTES 1 à 3 de la clause 9.6.2 (1) du présent document ;
— Les NOTES 1 à 3 de la clause 9.6.3 (1) du présent document.

7) En préparation.
NF EN 1992-1-1/NA — 28 —

AN 2 Application nationale de l'Annexe A «Modification des coefficients partiels


relatifs aux matériaux»

L'Annexe A conserve un statut informatif.

AN 3 Application nationale de l'Annexe B «Déformations dues au fluage et au retrait»

L'Annexe B de la norme NF EN 1992-1-1:2005 (P 18-711-1) conserve un statut informatif pour des bétons
courants, à l’exception des sections particulièrement épaisses et à l’exception des bétons à haute performance,
composés de ciment de classe R, de classe de résistance supérieure à C50/60, avec ou sans fumée de silice.
Dans ces deux cas, elle est complétée par l'Annexe B de la norme NF EN 1992-2:2006 (P 18-720-1), qui
conserve un statut informatif.

Pour des structures précontraintes dans plusieurs directions, les règles suivantes sont précisées :
— le retrait endogène et le retrait de dessiccation sont à considérer comme des déformations isotropes et les
Expressions (B.113) à (B.116) s'interprètent comme la déformation de retrait dans chaque direction ;
— le fluage propre est à considérer comme une déformation anisotrope proportionnelle à la déformation
instantanée dans la direction considérée, les Expressions (B.118) à (B.120) s'appliquent mais sont à multiplier
dans l'Expression (B.117) non par σ / Ec, mais par la déformation instantanée dans la direction considérée
(εix, respectivement. εiy, εiz ) en tenant compte de l'effet Poisson ;
— le fluage de dessiccation est à considérer comme une déformation isotrope, l’Expression (B.121) s'applique
mais dans l'Expression (B.117) la contrainte σ(t0) est à interpréter comme la somme des contraintes
principales.

AN 4 Application nationale de l'Annexe C «Propriétés des armatures compatibles


avec l’utilisation du présent Eurocode»

Clause C.1 (1) NOTE

Les valeurs d’étendue de contrainte en fatigue avec leur limite supérieure de β fyk, et la surface projetée des
verrous, à utiliser sont données dans le Tableau C.2N recommandé. La valeur de β à utiliser est celle
recommandée.
Les exceptions aux règles pour la fatigue à utiliser sont celles recommandées.

Clause C.1 (3) NOTES 1 et 2

La valeur de a à utiliser est celle recommandée.


Les valeurs maximales et minimales de fyk, k et εuk à utiliser sont celles recommandées.

AN 5 Application nationale de l'Annexe D «Méthode de calcul détaillée des pertes de


précontrainte par relaxation»

L'Annexe D conserve un statut informatif.


— 29 — NF EN 1992-1-1/NA

AN 6 Application nationale de l'Annexe E «Classes indicatives de résistance pour la


durabilité»

L'Annexe E prend un statut normatif.

Clause E.1 (2) NOTE

Les valeurs des classes minimales de résistance à utiliser sont données dans le Tableau E.1.1 NF et dans
le Tableau E.1.2 NF.
Le Tableau E.1.1 NF est issu du tableau N.A.F.1 de la norme NF EN 206-1 (P 18-325-1), d’avril 2004 pour les
éléments coulés en place ou préfabriqués :

Tableau E.1.1 NF — Classes de résistance minimales


Classes d'exposition selon le Tableau 4.1
Corrosion
Corrosion induite Corrosion induite Corrosion induite par les
par carbonatation par les chlorures chlorures de l'eau de mer
XC1 XC2 XC3 XC4 XD1 XD2 XD3 XS1 XS2 XS3
Classe
indicative de C20/25 C20/25 C25/30 C25/30 C30/37 C35/45 C30/37 C35/45
résistance
Dommages au béton
Aucun Attaque par gel et dégel Attaque chimique
risque
X0 XF1 XF2 XF3 XA1 XA2 XA3
Classe
indicative de — C25/30 C25/30 C30/37 C30/37 C35/45 C40/50
résistance
Le Tableau E.1.2 NF est issu du tableau N.A.F.2 de la norme NF EN 206-1 (P 18-325-1), d’avril 2004 pour les
éléments préfabriqués en usine :

Tableau E.1.2 NF — Classes de résistance minimales des produits en béton préfabriqués

Classes d'exposition selon le Tableau 4.1

Corrosion
Corrosion induite Corrosion induite Corrosion induite par les
par carbonatation par les chlorures chlorures de l'eau de mer

XC1 XC2 XC3 XC4 XD1 XD2 XD3 XS1 XS2 XS3

Classe C25/30
indicative de
résistance C30/37 C30/37 C35/45 C35/45 C35/45 C40/50 C35/45 C40/50 C40/50

Dommages au béton
Aucun
Attaque par gel et dégel Attaque chimique
risque

X0 XF1 XF2 XF3 XA1 XA2 XA3

Classe
indicative de C20/25 C35/45 C35/45 C35/45 C35/45 C35/45 C40/50
résistance
NF EN 1992-1-1/NA — 30 —

AN 7 Application nationale de l'Annexe F «Expressions pour le calcul des armatures


tendues dans les situations de contraintes planes»

L'Annexe F conserve un statut informatif.

AN 8 Application nationale de l'Annexe G «Interaction sol-structure»

L'Annexe G conserve un statut informatif.

AN 9 Application nationale de l'Annexe H «Effets globaux du second ordre sur les


structures»

L'Annexe H conserve un statut informatif.

AN 10 Application nationale de l'Annexe I «Analyse des planchers-dalles et des voiles


de contreventement»

L'Annexe I conserve un statut informatif.

AN 11 Application nationale de l'Annexe J «Dispositions constructives pour des cas


particuliers»

L'Annexe J conserve un statut informatif.

Vous aimerez peut-être aussi