Vous êtes sur la page 1sur 32

N° 37 Mercredi 26 Joumada Ethania 1431

49ème ANNEE Correspondant au 9 juin 2010

JOURNAL OFFICIEL
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS
ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES
(TRADUCTION FRANÇAISE)
DIRECTION ET REDACTION
Algérie ETRANGER
SECRETARIAT GENERAL
Tunisie
(Pays autres DU GOUVERNEMENT
ABONNEMENT Maroc que le Maghreb)
ANNUEL Libye WWW. JORADP. DZ
Mauritanie Abonnement et publicité:
IMPRIMERIE OFFICIELLE
1 An 1 An Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376
ALGER-GARE
Tél : 021.54.35..06 à 09
Edition originale….........….........…… 1070,00 D.A 2675,00 D.A 021.65.64.63
Fax : 021.54.35.12
Edition originale et sa traduction....... 2140,00 D.A 5350,00 D.A C.C.P. 3200-50 ALGER
(Frais d'expédition en TELEX : 65 180 IMPOF DZ
BADR: 060.300.0007 68/KG
sus)
ETRANGER: (Compte devises)
BADR: 060.320.0600 12

Edition originale, le numéro : 13,50 dinars. Edition originale et sa traduction, le numéro : 27,00 dinars.
Numéros des années antérieures : suivant barème. Les tables sont fournies gratuitement aux abonnés.
Prière de joindre la dernière bande pour renouvellement, réclamation, et changement d'adresse.
Tarif des insertions : 60,00 dinars la ligne
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
2 9 juin 2010

SOMMAIRE

RESOLUTIONS

ASSEMBLEE POPULAIRE NATIONALE

Résolution du 16 Rabie El Aouel 1431 correspondant au 2 mars 2010 portant statut particulier des fonctionnaires de
l’Assemblée Populaire Nationale.............................................................................................................................................. 4

CONSEIL DE LA NATION

Résolution du 25 Rabie El Aouel 1431 correspondant au 11 mars 2010 portant statut particulier des fonctionnaires du Conseil
de la Nation................................................................................................................................................................................ 15

DECISIONS INDIVIDUELLES

Décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431 correspondant au 24 mai 2010 mettant fin aux fonctions du commandant du
service national des gardes-côtes............................................................................................................................................... 27

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions d'un directeur d'études
à la direction générale de la protection civile............................................................................................................................ 27

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions du wali de la wilaya de
Saïda......................................................................................................................................................................................... 27

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions d'un chargé d'études et
de synthèse au ministère des finances...................................................................................................................................... 27

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions de sous-directeurs à
l'inspection générale des finances.............................................................................................................................................. 27

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions de directeurs de la
planification et de l'aménagement du territoire de wilayas....................................................................................................... 27

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions du doyen de la faculté
des sciences de l'ingénieur à l'université de Tlemcen............................................................................................................... 27

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin à des fonctions au ministère de la
solidarité nationale, de la famille et de la communauté nationale à l'étranger.......................................................................... 28

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions du directeur du centre
national de formation des personnels spécialisés des établissements pour handicapés (C.N.F.P.H)....................................... 28

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux fonctions de directeurs de
l'action sociale de wilayas......................................................................................................................................................... 28

Décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431 correspondant au 24 mai 2010 portant nomination du commandant du service
national des gardes-côtes........................................................................................................................................................... 28

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination d'un directeur d'études à la
direction générale de la protection civile................................................................................................................................... 28

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination d'un inspecteur à l'inspection
générale des services de la protection civile.............................................................................................................................. 28

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination du chef de cabinet du wali
délégué de la circonscription administrative d'El Harrach à la wilaya d'Alger......................................................................... 29

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination de sous-directeurs au
ministère des finances................................................................................................................................................................ 29
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 3

SOMMAIRE (suite)

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination d'un sous-directeur à la
direction générale des douanes................................................................................................................................................. 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination d'un sous-directeur au
commissariat général à la planification et à la prospective....................................................................................................... 29

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination à l'inspection générale des
finances au ministère des finances............................................................................................................................................ 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination de l'inspecteur régional de
l'inspection générale des finances à Constantine....................................................................................................................... 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination de la directrice régionale du
Trésor à Boumerdès................................................................................................................................................................... 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination de directeurs de la
planification et de l'aménagement du territoire de wilayas....................................................................................................... 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination du directeur du centre
universitaire de Aïn Témouchent.............................................................................................................................................. 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination au ministère de la solidarité
nationale, de la famille et de la communauté nationale à l'étranger.......................................................................................... 30

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination du secrétaire permanent
auprès du comité national de solidarité..................................................................................................................................... 30

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010 portant nomination d'un secrétaire permanent
adjoint auprès du comité national de solidarité......................................................................................................................... 30

Décrets présidentiels du 6 Chaabane 1430 correspondant au 28 juillet 2009 mettant fin aux fonctions de secrétaires généraux
auprès de chefs de daïras. (rectificatif)...................................................................................................................................... 30

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES

Arrêté interministériel du 24 Joumada El Oula 1431 correspondant au 9 mai 2010 fixant le calendrier de mise en œuvre du
contrôle préalable des dépenses engagées applicable aux budgets des communes................................................................... 30

MINISTERE DE LA JUSTICE

Arrêté interministériel du Aouel Joumada El Oula 1431 correspondant au 15 avril 2010 modifiant et complétant l’arrêté
interministériel du 28 Moharram 1429 correspondant au 6 février 2008 fixant la liste des fournitures et services
spécifiques destinés au ministère de la justice dont la nature ne nécessite pas le recours à un appel d'offres.......................... 31

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SECURITE SOCIALE

Arrêté interministériel du 20 Joumada El Oula 1431 correspondant au 5 mai 2010 modifiant et complétant l’arrrêté
interministériel du 10 Dhou El Kaada 1415 correspondant au 10 avril 1995 fixant la composition de la
commission des maladies professionnelles.......................................................................................................................... 31
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
4 9 juin 2010

RESOLUTIONS

Vu le règlement intérieur de l’Assemblée Populaire


ASSEMBLEE POPULAIRE NATIONALE Nationale, notamment son article 84 ;
Vu l’ordonnance n° 06-03 du 19 Joumada Ethania 1427
Résolution du 16 Rabie El Aouel 1431 correspondant correspondant au 15 juillet 2006 portant statut général de
au 2 mars 2010 portant statut particulier des la fonction publique, notamment son article 2 ;
fonctionnaires de l’Assemblée Populaire Vu la loi n° 08-09 du 18 Safar 1429 correspondant au
Nationale. 25 février 2008 portant code de procédure civile et
————
administrative ;
Vu la Constitution, notamment ses articles 23, 51, 115 ;
Vu le décret n° 85-59 du 23 mars 1985 portant
Vu la loi organique n° 99-02 du 20 Dhou El Kaada statut-type des travailleurs des institutions et
1419 correspondant au 8 mars 1999 fixant l’organisation administrations publiques ;
et le fonctionnement de l’Assemblée Populaire Nationale
Sur proposition du bureau de l’Assemblée Populaire
et du Conseil de la Nation ainsi que les relations
Nationale et sur rapport de la commission des affaires
fonctionnelles entre les chambres du Parlement et le
juridiques, administratives et des libertés ;
Gouvernement, notamment ses articles 101 et 102 ;
Après adoption par l’Assemblée Populaire Nationale, en
Vu l’ordonnance n° 74-103 du 15 novembre 1974, sa séance plénière du 16 Rabie El Aouel 1431
modifiée et complétée, portant code du service national ; correspondant au 2 mars 2010, de la résolution portant
Vu l’ordonnance n° 76-111 du 9 décembre 1976 portant statut particulier des fonctionnaires de l’Assemblée
mission et organisation de la réserve ; Populaire Nationale ;
Vu la loi n° 78-12 du 5 août 1978 relative au statut Est publiée la résolution dont la teneur suit :
général du travailleur, notamment ses articles 180 à 186 ;
Vu la loi n° 83-11 du 2 juillet 1983, modifiée et TITRE I
complétée, relative aux assurances sociales ; DISPOSITIONS GENERALES
Vu la loi n° 83-12 du 2 juillet 1983, modifiée et Article 1er. — La présente résolution porte statut
complétée, relative à la retraite ; particulier des fonctionnaires de l'Assemblée Populaire
Vu la loi n° 83-13 du 2 juillet 1983, modifiée et Nationale.
complétée, relative aux accidents de travail et aux Le présent statut particulier détermine les garanties, les
maladies professionnelles ; droits et les obligations des fonctionnaires ainsi que les
Vu la loi n° 83-14 du 2 juillet 1983, modifiée et règles qui leur sont applicables.
complétée, relative aux obligations des assujettis en Art. 2. — Est fonctionnaire de l'Assemblée Populaire
matière de sécurité sociale; Nationale toute personne qui, nommée dans un emploi
Vu la loi n° 88-07 du 26 janvier 1988 relative à permanent, a été titularisée dans un grade de la hiérarchie
l’hygiène, à la sécurité et à la médecine du travail ; administrative.
Vu la loi n° 90-02 du 6 février 1990, modifiée et Art. 3. — Les modalités d’application des dispositions
complétée, relative à la prévention et au règlement des du présent statut particulier pour les différents corps de
conflits collectifs de travail et à l’exercice du droit de fonctionnaires sont précisées par instruction du bureau de
grève ; l’Assemblée Populaire Nationale.
Vu la loi n° 90-11 du 21 avril 1990, modifiée et Art. 4. — Les fonctionnaires appartiennent à des corps
complétée, relative aux relations de travail, notamment qui comprennent un ou plusieurs grades.
son article 3 ;
Vu l’ordonnance n° 97-03 du 2 Ramadhan 1417 Art. 5. — Le grade est distinct de l’emploi. Il est le titre
correspondant au 11 janvier 1997 fixant la durée légale du qui confère à son titulaire le droit d’occuper l’emploi
travail ; correspondant.

Vu la loi n° 99-07 du 19 Dhou El Hidja 1419 Art. 6. — Le fonctionnaire est, vis-à-vis de


correspondant au 5 avril 1999 relative au moudjahid et au l'administration de l’Assemblée Populaire Nationale, dans
chahid ; une position statutaire et réglementaire.
Vu la loi n° 01-01 du 6 Dhou El Kaada 1421 Art. 7. — Les corps prévus à l’article 4 ci-dessus sont
correspondant au 31 janvier 2001, modifiée, relative au classés selon les niveaux de qualification requis au sein de
membre du Parlement ; trois (3) groupes.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 5

Le groupe A comprend les corps pour lesquels est exigé Art. 17. — Pour l’exercice d’activités législatives,
un niveau de qualification en rapport avec des activités de administratives, techniques ou de service, l’Assemblée
conception, d’étude, de recherche et de conseil. Populaire Nationale peut procéder, à titre exceptionnel, au
recrutement :
Le groupe B comprend les corps pour lesquels est exigé
— d’agents contractuels, à des emplois permanents
un niveau de qualification en rapport avec des activités de pour des raisons impérieuses de service, lorsqu’il ne peut
maîtrise. être pourvu à ces emplois dans les conditions prévues à
l’article 41 ci-dessous ;
Le groupe C comprend les corps pour lesquels est
exigé un niveau de qualification en rapport avec des — d’agents temporaires, pour répondre à des besoins
activités d’exécution. d’emploi occasionnel.

Art. 8. — Toute nomination à un emploi dans Les modalités de recrutement et de rémunération des
l’administration de l’Assemblée Populaire Nationale doit personnels visés aux alinéas ci-dessus sont fixées par une
pourvoir régulièrement à une vacance d’emploi. instruction du bureau de l’Assemblée Populaire Nationale.

Art. 18. — Pour l’exercice des tâches spécifiques


Art. 9. — Outre les emplois correspondant aux grades d’expertise, d’assistance ou de conseil, l’Assemblée
de fonctionnaires, il est créé des postes supérieurs pour Populaire Nationale peut faire appel, dans un cadre
assurer la prise en charge de l’encadrement d’activités conventionnel, aux services de personnes qualifiées.
législatives, administratives et techniques au niveau de
l’administration de l’Assemblée Populaire Nationale. Art. 19. — Il est institué, par décision du Président de
l’Assemblée Populaire Nationale, des commissions
Art. 10. — Les postes supérieurs visés à l’article 9 administratives paritaires par corps ou groupes de corps.
ci-dessus sont créés par instruction du bureau de Les commissions administratives paritaires sont
l’Assemblée Populaire Nationale. consultées sur toutes les questions d’ordre individuel
intéressant les fonctionnaires.
Art. 11. — La nomination aux postes supérieurs est
réservée aux fonctionnaires de l’Assemblée Populaire Elles comprennent un nombre égal de représentants
Nationale. de l’administration et de représentants élus de
fonctionnaires.
Les conditions de nomination aux postes supérieurs sont
fixées par instruction du bureau de l’Assemblée Populaire Art. 20. — Il est institué, auprès de l’administration de
Nationale. l’Assemblée Populaire Nationale, une commission de
recours, présidée par le président de l’Assemblée
Art. 12. — Les titulaires des postes supérieurs Populaire Nationale ou son représentant, pour statuer sur
les recours des décisions disciplinaires du 3ème degré.
bénéficient, en plus de la rémunération rattachée à leur
grade, d’une bonification indiciaire, selon des modalités
Art. 21. — Les attributions, la composition,
fixées par une instruction du bureau de l’Assemblée
l’organisation et le fonctionnement des commissions
Populaire Nationale.
administratives paritaires et de la commission de recours
sont précisés par une instruction du bureau de
Art. 13. — Dans le cadre de l’organisation de l’Assemblée Populaire Nationale.
l’administration de l’Assemblée Populaire Nationale, il est
créé des fonctions supérieures.
TITRE II
La fonction supérieure au sein de l’Assemblée GARANTIES, DROITS ET OBLIGATIONS
Populaire Nationale consiste dans l’exercice d’activités de
conception, d’étude, de recherche et de conseil. Chapitre 1er
Garanties et droits
Art. 14. — La nomination aux fonctions supérieures
visées à l’article 13 ci-dessus relève du pouvoir Art. 22. — Outre les garanties et les droits prévus par le
discrétionnaire du président de l’Assemblée Populaire présent statut, le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
Nationale. Nationale bénéficie des garanties et des droits reconnus
aux fonctionnaires de l’Etat.
Art. 15. — La liste des fonctions supérieures visées à
l’article 13 ci-dessus, les droits et obligations qui s’y Art. 23. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
rattachent, les conditions de nomination ainsi que le mode Nationale jouit d’une garantie de stabilité, de protection,
de rémunération applicable à leurs titulaires sont fixés par et de sécurité dans son emploi.
une instruction du bureau de l’Assemblée Populaire
Art. 24. — Dans le cadre de la législation et de la
Nationale.
réglementation en vigueur et sous réserve des dispositions
du présent statut, le fonctionnaire de l’Assemblée
Art. 16. — La nomination d’un non-fonctionnaire à une Populaire Nationale bénéficie notamment :
fonction supérieure ne confère ni la qualité de
fonctionnaire, ni le droit d’être nommé en cette qualité. — d’une rémunération après service fait ;
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
6 9 juin 2010

— de la protection sociale et des régimes de retraite ; Art. 29. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
Nationale ne peut exercer une activité lucrative à titre
— des œuvres sociales ;
privé, de quelque nature que ce soit.
— du droit au repos et aux congés légaux ;
Tout cumul d’emplois est interdit. Toutefois, il peut être
— de la formation et du perfectionnement ;
autorisé à exercer des tâches de formation,
— de la promotion ; d’enseignement ou de recherche, à titre d’occupation
accessoire.
— d’une carte professionnelle dont les caractéristiques
et les conditions d’utilisation sont déterminées par une
Il peut, également, produire des œuvres scientifiques,
instruction du bureau de l’Assemblée Populaire Nationale.
littéraires ou artistiques.
Art. 25. — L’Assemblée Populaire Nationale est tenue Dans ce cas, le fonctionnaire ne pourra mentionner sa
de protéger le fonctionnaire contre toute menace, outrage,
qualité ou son titre administratif, à l’occasion de la
pression, injure, diffamation ou agression de quelque
publication de ses œuvres, qu’avec l’accord de l’autorité
nature que ce soit dont il peut être l’objet, pendant ou à
investie du pouvoir de nomination.
l’occasion de l’exercice de ses fonctions et de réparer le
préjudice qui en résulterait.
Art. 30. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
L’Assemblée Populaire Nationale est, dans ces Nationale doit s’abstenir de tout acte incompatible avec la
conditions, subrogée aux droits du fonctionnaire pour dignité des missions dont il a la charge.
obtenir des auteurs des faits un dédommagement moral et
matériel. Art. 31. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
Nationale est tenu par l’obligation du secret professionnel.
L’Assemblée Populaire Nationale dispose, en outre,
aux mêmes fins, d’une action directe qu’elle peut exercer, Il ne doit divulguer, ni laisser connaître, en dehors des
au besoin, par voie de constitution de partie civile devant nécessités de service, aucun document, fait ou information
la juridiction compétente. qu’il connaît ou détient, à l’occasion de l’exercice de ses
fonctions.
Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers
pour faute de service, l’Assemblée Populaire Nationale Il veille à la sauvegarde et à la sécurité des documents
doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de service.
de l’exercice de ses fonctions n’est pas imputable à ce
fonctionnaire, le couvrir des condamnations civiles En dehors des cas expressément prévus par la
portées contre lui. législation et la réglementation en vigueur, il ne peut être
délié du secret professionnel qu’après accord formel de
Art. 26. — La liberté d’opinion est garantie au l’autorité ayant pouvoir de nomination.
fonctionnaire de l’Assemblée Populaire Nationale.
Il l’exerce dans le cadre du respect de l’obligation de Art. 32. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
réserve. Nationale doit agir avec correction et courtoisie dans ses
rapports avec les membres de l’Assemblée Populaire
Art. 27. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire Nationale, ses supérieurs hiérarchiques, ses collègues ou
Nationale participe, par l’intermédiaire de ses subordonnés.
représentants élus au sein des commissions
administratives paritaires, à l’examen des décisions Art. 33. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
individuelles relatives à sa carrière. Nationale est tenu à l’obligation de réserve et de neutralité
politique dans l’exercice de ses fonctions.
Il participe à la gestion des œuvres sociales réalisées à
son profit, par l’intermédiaire d’une commission Art. 34. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
comprenant ses représentants élus. Nationale ne doit pas utiliser, à des fins personnelles ou à
des fins étrangères au service, les locaux, les équipements,
Il participe, en outre, à la commission représentant les
et plus généralement les biens et les moyens de travail
fonctionnaires.
appartenant à l’Assemblée Populaire Nationale.
Chapitre 2
Obligations Art. 35. — Le fonctionnaire bénéficiant d’un
programme de formation doit faire preuve de disponibilité
Art. 28. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire et de sérieux durant cette formation.
Nationale, quel que soit son rang dans la hiérarchie
administrative, est responsable de l’exécution des tâches Art. 36. — Tout manquement à ses obligations
qui lui sont confiées. professionnelles, toute atteinte caractérisée à la discipline,
toute faute commise par un fonctionnaire pendant ou à
La responsabilité propre de ses subordonnés ne le l’occasion de l’exercice de ses fonctions expose ce dernier
dégage en aucun cas des responsabilités qui lui à une sanction disciplinaire, sans préjudice, le cas échéant,
incombent. de poursuites pénales.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 7

TITRE III Chapitre 2


ORGANISATION ET DEROULEMENT Période de stage
DE LA CARRIERE
Art. 43. — Le candidat ayant satisfait aux obligations
visées aux articles 37 et 39 ci-dessus est recruté en qualité
Chapitre 1er de stagiaire.
Recrutement
Art. 44. — Le candidat admis est soumis à une période
Art. 37. — Nul ne peut être recruté dans l'administration de stage dont la durée est fixée à une (1) année.
de l’Assemblée Populaire Nationale s’il ne remplit pas les
conditions suivantes : Art. 45. — A l'issue de la période de stage prévue à
l'article 44 ci-dessus, le stagiaire est :
— être de nationalité algérienne ;
— soit titularisé dans son grade ;
— jouir de ses droits civiques ;
— soit astreint à une prorogation de stage, une seule
— ne pas avoir fait l’objet de condamnations fois, pour une même durée ;
infamantes ;
— soit licencié sans préavis ni indemnités.
— être en situation régulière vis-à-vis du service
national ; Art. 46. — Le fonctionnaire recruté dans les conditions
— remplir les conditions d'âge et d'aptitude physique et prévues aux alinéas 3 et 4 de l’article 39 ci-dessus est
mentale ainsi que les qualifications exigées pour l'accés à dispensé du stage visé à l’article 44 ci-dessus.
la fonction postulée.
Art. 47. — Le stagiaire est assujetti aux obligations
L’âge minimal pour l’accès à une fonction au sein de imposées aux fonctionnaires et bénéficie des mêmes
l’Assemblée Populaire Nationale est fixé à 18 ans droits, sous réserve des dispositions du présent statut.
révolus.
Art. 48. — Le stagiaire ne peut être placé en position
Art. 38. — Tout recrutement n'ayant pas pour objet de de détachement ou de disponibilité.
pourvoir régulièrement à une vacance d'emploi est
interdit. Art. 49. — Le stagiaire n’est pas éligible aux
commissions administratives paritaires et à la commission
Art. 39. — Le recrutement a lieu selon l'une des des œuvres sociales mais il peut participer aux élections
modalités ci-après : des représentants du corps dans lequel il a vocation à être
— concours sur épreuves ; titularisé.
— concours sur titre ; Art. 50. — Les questions concernant la situation d'un
— examens ou tests professionnels ; stagiaire sont portées devant la commission administrative
paritaire compétente à l'égard du corps auquel il a
— au choix, parmi les fonctionnaires justifiant de vocation à appartenir.
l’ancienneté exigée à cet effet et inscrits sur une liste
d’aptitude ou ayant satisfait à l’obligation de formation
requise, le cas échéant, après avis de la commission Chapitre 3
administrative paritaire compétente ; Titularisation
— sur titre dans les cas prévus par le présent statut.
Art. 51. — La titularisation prévue à l'article 45
Art. 40. — Les proportions affectées aux différents ci-dessus est subordonnée à l'inscription, sur une liste
modes de recrutement visés à l’article 39 ci-dessus sont d'aptitude arrêtée par la commission administrative
fixées par une instruction du bureau de l’Assemblée paritaire compétente, sur rapport du responsable
Populaire Nationale. hiérarchique.

Art. 41. — Les candidats aux concours sur titre, Art. 52. — La titularisation est prononcée par décision
concours sur épreuves ou examens et tests professionnels de l'autorité investie du pouvoir de nomination.
font l'objet d'une sélection par un jury.
Art. 53. — L’administration est tenue d'ouvrir, pour
Le jury de sélection établit la liste des candidats
chaque fonctionnaire, un dossier individuel qui doit
déclarés admis par ordre de mérite.
contenir toutes les pièces relatives à la situation
administrative de l'intéressé ; celles-ci doivent être
Art. 42 — La composition du jury de sélection et les
enregistrées, numérotées et classées sans discontinuité.
modalités d'organisation des concours et examens
professionnels visés à l'article 39 ci-dessus ainsi que la Les décisions de sanctions disciplinaires sont également
publication des résultats sont déterminées par une versées au dossier de l'intéressé ; elles peuvent être
instruction du bureau de l’Assemblée Populaire Nationale. retirées dans les conditions prévues par le présent statut.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
8 9 juin 2010

Art. 54. — Les décisions portant titularisation, Art. 61. — Les avantages et distinctions comprennent :
promotion, sanction ou cessation de fonctions sont — la bonification d’ancienneté ;
notifiées au fonctionnaire.
— l’attribution de prix ;
Chapitre 4 — l’attribution de distinctions honorifiques.
Evaluation
Art. 62. — La bonification d’ancienneté est accordée au
Art. 55. — Tout fonctionnaire est soumis, tout au long fonctionnaire, soit pour l’avancement d’échelon dans le
de sa carrière, à une évaluation continue et périodique, même grade, soit au titre des examens, tests et concours
destinée à apprécier ses aptitudes professionnelles selon ouverts aux intéressés sur proposition du responsable
des méthodes appropriées. hiérarchique.

Art. 56. — L’évaluation du fonctionnaire est fondée sur Art. 63. — Le prix prévu à l’article 61 ci-dessus est
des critères objectifs destinés à apprécier, notamment : décerné aux meilleurs fonctionnaires d’un groupe
déterminé sur la base d’un tableau de mérite établi par
— le degré de respect des obligations générales ; l’administration. Il peut être assorti d’un avantage
— les compétences dans l’accomplissement des tâches financier.
qui lui sont confiées ;
Art. 64. — Les distinctions honorifiques sont destinées
— l’efficacité et le rendement ; à récompenser le dévouement et l’attachement du
— les aptitudes à occuper un poste supérieur ou une fonctionnaire à son travail.
fonction supérieure.
Art. 65. — Les prix et les distinctions honorifiques
Art. 57. — La méthode d’évaluation et les critères prévus à l’article 61 ci-dessus sont décernés par le
d’appréciation sont fixés par l’administration de président de l’Assemblée Populaire Nationale sur rapport
l’Assemblée Populaire Nationale en concertation avec la motivé du responsable hiérarchique et après avis de la
commission administrative paritaire. commission paritaire compétente.

Une fiche d’évaluation est établie annuellement en L’octroi des avantages et distinctions fait l’objet d’une
rapport avec les plans de promotion et d’avancement. publicité au sein de l’Assemblée Populaire Nationale.

Art. 58. — Le pouvoir d’évaluation et d’appréciation Art. 66. — Les modalités d’application des articles 62
appartient à l’autorité hiérarchique compétente. à 65 ci-dessus sont précisées par une instruction du bureau
de l’Assemblée Populaire Nationale.
L’évaluation est périodique. Elle donne lieu à une note
chiffrée accompagnée d’une appréciation générale. TITRE IV
La note chiffrée est communiquée au fonctionnaire CLASSIFICATION ET REMUNERATION
concerné qui peut la contester et saisir la commission
administrative paritaire compétente, laquelle peut Art. 67. — Les groupes prévus à l’article 7 du
proposer sa révision. présent statut sont subdivisés en catégories
correspondant aux différents niveaux de qualification des
Chapitre 5 fonctionnaires.
Effets de l’évaluation Chaque catégorie comporte des échelons correspondant
Art. 59. — L’évaluation du fonctionnaire vise à à l’avancement du fonctionnaire dans son grade.
permettre à celui-ci de connaître ses capacités et de se
Chaque échelon est affecté d’un indice correspondant à
perfectionner et à l’administration d’identifier les l’expérience professionnelle acquise.
fonctionnaires susceptibles, notamment :
— de mériter un avancement ou une promotion ; Art. 68. — Les catégories, les échelons et les indices y
afférents constituent la grille indiciaire des traitements.
— de bénéficier d’avantages ou de distinctions
particulières ; La valeur du point indiciaire, le nombre de catégories,
— d’être admis à concourir ou de bénéficier d’un cycle le seuil minimal et maximal de chaque catégorie, le
de formation pour l’accès à un corps supérieur ; nombre d’échelons ainsi que les règles d’avancement et de
promotion sont fixés par une instruction du bureau de
— de suivre une période de recyclage ou de l’Assemblée Populaire Nationale.
perfectionnement ;
— d’être affectés à un autre emploi de même niveau. Art. 69. — Le classement catégoriel de chaque grade est
fixé par une instruction du bureau de l’Assemblée
Art. 60. — Le fonctionnaire qui, dans ou à l’occasion de Populaire Nationale.
l’exercice de ses fonctions, a fait preuve d’un mérite
Art. 70. — La rémunération prévue à l’article 24 du
exceptionnel, de son efficacité ou de son rendement, ou en
présent statut comprend :
raison d’efforts particuliers ayant contribué à améliorer la
performance du service, peut bénéficier d’un ou des — le traitement ;
avantages et distinctions prévus à l’article 61 ci-dessous. — les primes et indemnités.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 9

Le fonctionnaire bénéficie, en outre, des prestations à — en absence spéciale autorisée ;


caractère familial conformément à la réglementation en — en formation pour le compte de l’Assemblée
vigueur. Populaire Nationale ;
Art. 71. — Le traitement de base correspond à l’indice — rappelé pour accomplir une période de
minimal de la catégorie. Il rémunère les obligations perfectionnement ou d’entretien dans le cadre de la
statutaires du fonctionnaire. réserve ;
— rappelé dans le cadre de la réserve.
Le traitement est déterminé en fonction de l’indice
minimal du grade auquel s’ajoute l’indice correspondant à
l’échelon acquis. Chapitre 2
Position de détachement
Le traitement de base résulte du produit de l’indice de
traitement et de la valeur du point indiciaire. Art. 78. — Le détachement est la position du
fonctionnaire qui, placé hors de son corps d’origine,
Art. 72. — Les indemnités sont destinées à rémunérer continue à bénéficier, dans son corps, de ses droits à
les sujétions particulières inhérentes à l’exercice de l’ancienneté, à l’avancement et à la retraite.
certaines activités ainsi qu’au lieu et aux conditions
spécifiques de travail. Le détachement est révocable.

Les primes sont destinées à stimuler le rendement et la Art. 79. — Le détachement du fonctionnaire est
performance. prononcé de droit pour exercer :
— une fonction de membre du Gouvernement ;
Art. 73. — Outre la rémunération prévue à l’article 70
ci-dessus, le fonctionnaire peut bénéficier d’indemnités — un mandat électif permanent dans une institution
compensatrices de frais engagés à l’occasion de l’exercice nationale ou collectivité territoriale ;
de ses fonctions. — une fonction supérieure de l’Etat ou un poste
supérieur dans une institution ou administration publique ;
Il bénéficie, en outre, de prestations à caractère social.
— pour représenter l’Etat auprès d’institutions ou
Art. 74. — Toute prime ou indemnité est instituée par organismes internationaux ;
une instruction du bureau de l’Assemblée Populaire — pour suivre une formation ou des études, lorsque le
Nationale. fonctionnaire est désigné par l’Assemblée Populaire
Nationale.
TITRE V
POSITIONS STATUTAIRES Art. 80. — Le détachement peut être prononcé à la
demande du fonctionnaire pour exercer :
Art. 75. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire — des activités auprès d’une autre institution ou
Nationale est placé dans l’une des positions ci-après : administration publique et/ou dans un grade autre que son
— l’activité ; grade d’origine ;
— le détachement ; — des fonctions de direction auprès d’entreprises ou
d’organismes dans lesquels l’Etat détient tout ou partie du
— la mise en disponibilité ; capital ;
— la position hors cadre ; — une mission au titre de la coopération ou auprès
d’institutions ou d’organismes internationaux.
— le service national.
Art. 81. — Hormis les détachements de droit prévus par
Chapitre 1er
le présent statut, le nombre total des fonctionnaires
Position d’activité pouvant être détachés ne peut excéder 5% par grade.

Art. 76. —Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire Nationale ne
Nationale est en position d’activité lorsqu’il exerce peut être détaché que s’il est en position d’activité et que
effectivement les fonctions correspondant à son poste de s’il justifie de cinq (5) années de service effectif au sein
travail. de l’Assemblée Populaire Nationale.

Art. 77. — Est considéré également en position Art. 82. — Le détachement est consacré par une
d’activité le fonctionnaire : décision administrative prise par l’autorité habilitée et
— en congé annuel ; prononcée pour une durée minimale de six (6) mois et une
durée maximale de cinq (5) années.
— en congé de maladie ;
Toutefois, la durée du détachement pour les cas prévus
— en congé en raison d’accident de travail ; à l’article 79 ci-dessus est égale à celle de la fonction, du
— en congé de maternité ; mandat, de la formation ou des études pour lesquels le
détachement a été prononcé.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
10 9 juin 2010

Art. 83. — Le fonctionnaire mis en position de Art. 90. — La mise en disponibilité, dans les cas prévus
détachement est soumis aux règles régissant l’emploi dans à l’article 87 ci-dessus, est prononcée pour une période
lequel il est détaché. minimale de six (6) mois, renouvelable, dans la limite
maximale de cinq (5) ans au cours de la carrière du
Le fonctionnaire détaché est évalué et rémunéré par fonctionnaire.
l’institution ou l’administration publique, l’entreprise ou
l’organisme auprès duquel il est détaché. La mise en disponibilité pour convenances personnelles,
est prononcée pour une période minimale de six (6) mois,
Toutefois, le fonctionnaire détaché pour effectuer une renouvelable, dans la limite de deux (2) années, au cours
formation ou des études peut être rémunéré par de la carrière du fonctionnaire.
l’Assemblée Populaire Nationale.
Art. 91. — Il est interdit au fonctionnaire placé en
Les modalités d’application des dispositions du présent position de disponibilité d’exercer une activité lucrative
article sont déterminées par une instruction du bureau de de quelque nature que ce soit.
l’Assemblée Populaire Nationale.
A l’expiration de la période de la mise en disponibilité,
Art. 84. — A l’issue de son détachement, le le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans son
fonctionnaire est réintégré de plein droit dans son grade grade d’origine, même en surnombre.
d’origine, même en surnombre.
Chapitre 4
Chapitre 3 Position hors cadre
Position de mise en disponibilité
Art. 92. — La position hors cadre est celle dans laquelle
le fonctionnaire peut être placé à sa demande, après
Art. 85. — La mise en disponibilité consiste en la épuisement de ses droits au détachement, dans le cadre
cessation temporaire de la relation de travail. des dispositions de l’article 80 ci-dessus, dans un emploi
Cette position entraîne la suspension de la rémunération non régi par le présent statut.
du fonctionnaire ainsi que ses droits à l’ancienneté, à
Art. 93. — Seuls les fonctionnaires appartenant au
l’avancement et à la retraite.
groupe « A », prévu à l’article 7 du présent statut, peuvent
être placés dans la position hors cadre.
Art. 86. — Le fonctionnaire mis en disponibilité
conserve ses droits acquis dans son grade d’origine à la La position hors cadre ne peut excéder cinq (5) années.
date de sa mise en disponibilité.
Le fonctionnaire en position hors cadre ne bénéficie pas
Art. 87. — La mise en disponibilité est de droit, dans des droits à l’avancement d’échelons. Il est rémunéré et
les cas ci-après : évalué par l’organisme auprès duquel il est placé dans
cette position.
— en cas d’accident, d’infirmité ou de maladie grave Art. 94. — A l’expiration de la durée de la position hors
d’un ascendant, du conjoint, ou d’un enfant à charge ; cadre, le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans
— pour permettre à la femme fonctionnaire d’élever un son grade d’origine, même en surnombre.
enfant de moins de cinq (5) ans ;
Chapitre 5
— pour permettre au fonctionnaire de suivre son
conjoint astreint à changer de résidence pour raison Position de service national
professionnelle.
Art. 95. — Le fonctionnaire appelé à effectuer son
Art. 88. — Lorsque le conjoint du fonctionnaire est service national est placé en position dite de « service
affecté auprès d’une représentation algérienne à national ».
l’étranger, d’une institution ou d’un organisme
Dans cette position, le fonctionnaire conserve les droits
international ou est chargé d’une mission de coopération,
à l’avancement d’échelons et à la retraite.
le fonctionnaire, qui ne peut bénéficier d’un détachement,
est placé, de droit, en position de mise en disponibilité. Il ne peut prétendre au bénéfice d’aucune rémunération,
sous réserve des dispositions législatives et réglementaires
Nonobstant les dispositions de l’article 90 ci-dessous, régissant le service national.
la durée de la mise en disponibilité est égale à la durée de
la mission du conjoint du fonctionnaire. Art. 96. — A l’expiration de la période de service
national, le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans
Art. 89. — La mise en disponibilité pour convenances son grade d’origine.
personnelles peut être accordée à la demande du
fonctionnaire justifiant de deux (2) années de service Il a priorité pour être affecté dans l’emploi qu’il
effectif et après accord de l’autorité habilitée et avis de la occupait avant son incorporation, s’il est encore vacant ou
commission paritaire compétente. dans un emploi équivalent.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 11

TITRE VI Art. 105. — Le congé annuel est octroyé sur la base de


DUREE LEGALE DE TRAVAIL – REPOS la période de travail accomplie au cours de la période de
LEGAUX référence, qui s’étend du 1er juillet de l’année précédant
le congé, au 30 juin de l’année du congé.
Chapitre 1er
Pour les fonctionnaires nouvellement recrutés, la durée
Durée légale de travail du congé est calculée au prorata de la période de travail
accomplie.
Art. 97. — La durée légale de travail applicable au sein
de l’Assemblée Populaire Nationale est fixée Art. 106. — Le congé annuel rémunéré est calculé à
conformément à la législation en vigueur. raison de deux (2) jours et demi par mois de travail, sans
que la durée globale n’excède trente (30) jours calendaires
Art. 98. — La durée légale de travail peut être réduite
par année de travail.
pour le fonctionnaire exerçant des activités
particulièrement pénibles et/ou dangereuses.
Art. 107. — Toute période de travail égale à
Les modalités d’application du présent article sont vingt-quatre (24) jours ouvrables ou quatre (4) semaines
fixées par une instruction du bureau de l’Assemblée de travail est équivalente à un mois de travail, lorsqu’il
Populaire Nationale. s’agit de fixer la durée du congé annuel rémunéré.

Art. 99. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire Toute période dépassant les quinze (15) jours ouvrables
Nationale peut, compte tenu des besoins de service, de travail, est équivalente à un mois de travail pour le
être appelé à effectuer son activité en travail de nuit, fonctionnaire nouvellement recruté.
de 21 heures à 5 heures du matin.
Art. 108. — Le fonctionnaire en congé peut être appelé
Art. 100. — Sous réserve de l’amplitude de travail à reprendre ses activités pour nécessité impérieuse de
effectif prévue par la législation en vigueur, le service.
fonctionnaire peut être appelé à effectuer des heures
supplémentaires. Art. 109. — Durant le congé annuel, la relation de
travail ne peut être ni rompue, ni suspendue.
Le recours aux heures supplémentaires doit répondre à
une nécessité impérieuse de service et revêtir un caractère
exceptionnel. Art. 110. — Le congé annuel est suspendu par la
survenance d’une maladie ou d’un accident dûment
Dans ces cas, le volume horaire des heures justifié.
supplémentaires ne peut excéder 20% de la durée légale
du travail. Le fonctionnaire bénéficie, dans ce cas, d’un congé de
maladie et des droits y afférents prévus par la législation
Art. 101. — Les conditions de travail de nuit, les en vigueur.
modalités de recours aux heures supplémentaires ainsi que
les droits y afférents sont fixés par l’autorité investie du Art. 111. — Le congé de maladie ne peut, en aucun cas
pouvoir de nomination. et quelle que soit sa durée, ouvrir droit à plus d’un mois
de congé annuel.
Chapitre 2
Repos légaux Art. 112. — Pour les congés de maladie,
l’administration a la possibilité de faire procéder à un
Art. 102. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire contrôle médical lorsqu’elle le juge nécessaire.
Nationale a droit à une journée entière de repos
hebdomadaire et aux jours fériés chômés et payés, Art. 113. — Sont considérées comme périodes de
conformément à la législation en vigueur. travail, pour la détermination de la durée du congé
annuel :
Art. 103. — Le fonctionnaire qui travaille un jour de — la période de travail effectif ;
repos légal a droit à un repos compensateur d’égale
durée. — la période de congé annuel ;
TITRE VII — les périodes d’absences autorisées par
CONGES – ABSENCES l’administration ;
— les périodes de repos légal ;
Chapitre 1er
Congés — les périodes de congé de maternité, maladie ou
accident de travail ;
Art. 104. — Le fonctionnaire de l’Assemblée Populaire — les périodes de maintien ou de rappel au service
Nationale a droit à un congé annuel rémunéré. national.

Les congés annuels sont accordés en dehors des Art. 114. — En aucun cas, le congé ne peut être
sessions sauf cas exceptionnels. compensé par une rémunération.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
12 9 juin 2010

Art. 115. — Le report d’une année sur l’autre de tout ou — mariage d’un descendant du fonctionnaire ;
partie du congé annuel est interdit.
— décès du conjoint du fonctionnaire ;
Toutefois, l’administration peut, si les nécessités de — décès d’un ascendant, d’un descendant ou collatéral
service l’exigent ou le permettent, échelonner, fractionner
direct du fonctionnaire ou de son conjoint.
ou reporter le congé annuel, dans la limite maximale de
deux (2) années.
Art. 122. — Durant les périodes pré et postnatales, la
Chapitre 2 femme fonctionnaire bénéficie du congé de maternité,
conformément à la législation en vigueur.
Absences
Art. 123. — Pendant une période d’une année, à
Art. 116. — Sauf pour les cas expressément prévus par
le présent statut, le fonctionnaire, quel que soit son rang, compter de l’expiration du congé de maternité, la mère
ne peut être rémunéré pour une période non travaillée. allaitant son enfant, dispose chaque jour de deux (2)
heures d’absence payées pendant les six (6) premiers mois
Toute absence non justifiée est sanctionnée par une et d’une (1) heure pendant les six (6) derniers mois.
retenue sur la rémunération, au prorata de la durée de
l’absence, sans préjudice des mesures disciplinaires Ces absences peuvent être réparties au cours de la
prévues par le présent statut. journée à la convenance du fonctionnaire.

Art. 117. — Le fonctionnaire peut bénéficier, sous Art. 124. — Le fonctionnaire peut bénéficier
réserve de justification préalable, d’autorisations d’autorisations exceptionnelles d’absence non
d’absence, sans perte de rémunération, dans les cas rémunérées, pour des raisons impérieuses dûment
suivants : justifiées, dont la durée ne saurait excéder dix (10) jours
calendaires par an.
— pour suivre des études en rapport avec les activités
professionnelles exercées, dans la limite d’un crédit
horaire n’excédant pas quatre (4) heures par semaine TITRE VIII
compatible avec les impératifs du service ou pour REGIME DISCIPLINAIRE
participer à des examens ou concours pour la durée des
épreuves ;
Chapitre 1er
— pour assurer un enseignement à titre accessoire ; Fautes professionnelles
— pour assister aux sessions des assemblées dans Art. 125. — Tout manquement aux obligations
lesquelles il exerce un mandat public électif, s’il n’a pas
professionnelles, toute atteinte à la discipline, toute faute
été placé en position de détachement ;
ou irrégularité commise par un fonctionnaire dans
— pour participer à des manifestations nationales ou l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions,
internationales à caractère scientifique, culturel ou sportif. constituent une faute professionnelle et exposent son
auteur à une sanction disciplinaire sans préjudice, le cas
Art. 118. — Le fonctionnaire peut également bénéficier échéant, de poursuites pénales.
d’autorisations d’absence, sans perte de rémunération,
pour participer à des congrès et séminaires nationaux ou Art. 126. — Les fautes professionnelles sont classées
internationaux en rapport avec ses activités par le présent statut, comme suit :
professionnelles.
— fautes du 1er degré ;
Art. 119. — Le fonctionnaire a droit une fois dans sa
— fautes du 2ème degré ;
carrière, à un congé spécial rémunéré de trente (30) jours
consécutifs pour accomplir le pèlerinage aux Lieux Saints — fautes du 3ème degré.
de l’Islam.
Art. 127. — Sont considérés, notamment comme fautes
Art. 120. — La durée des autorisations d’absence du 1er degré, tous manquements à la discipline générale
prévues aux articles 117, 118 et 119 ci -dessus, peut être susceptibles de porter atteinte au bon fonctionnement
augmentée des délais de route nécessaires. du service.

Art. 121. — Le fonctionnaire a droit, à une absence Art. 128. — Sont considérés, notamment, comme fautes
spéciale rémunérée de trois (3) jours ouvrables, à du 2ème degré, les actes par lesquels le fonctionnaire :
l’occasion des évènements familiaux suivants : — porte préjudice, par imprudence ou négligence, à
— mariage du fonctionnaire ; la sécurité des personnels et/ou des biens de l’Assemblée
Populaire Nationale ;
— naissance d’un enfant du fonctionnaire ;
— transgresse les obligations statutaires, autres que
— circoncision d’un enfant du fonctionnaire ; celles prévues à l’article 129 ci-dessous.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 13

Art. 129. — Sont considérés, notamment, comme fautes Art. 134. — La détermination de la sanction
du 3ème degré, les actes par lesquels le fonctionnaire : disciplinaire applicable au fonctionnaire est fonction du
degré de gravité de la faute, des circonstances dans
— se rend coupable de détournement de documents de
lesquelles elle a été commise, de la responsabilité du
service ;
fonctionnaire concerné et des conséquences de la faute sur
— dissimule des informations d’ordre professionnel le fonctionnement du service ou du préjudice causé au
qu’il est tenu de fournir dans l’exercice de ses service.
fonctions ;
Art. 135. — Les sanctions disciplinaires sont classées,
— refuse, sans motif valable, d’exécuter les
en fonction de la gravité des fautes commises, en trois (3)
instructions de l’autorité hiérarchique pour
degrés :
l’accomplissement des tâches liées à sa fonction ;
— divulgue ou tente de divulguer des secrets 1er degré :
professionnels ; — l'avertissement verbal ;
— utilise, à des fins personnelles ou à des fins — l'avertissement écrit ;
étrangères au service, les équipements ou les biens de
l’Assemblée Populaire Nationale ; — le blâme.

— bénéficie d’avantages, de quelque nature que ce soit, 2ème degré :


de la part d’une personne physique ou morale, en
contrepartie d’un service rendu, dans le cadre de — la mise à pied de 1 à 3 jours ;
l’exercice de ses fonctions ; — la radiation du tableau d'avancement.
— commet des actes de violence sur toute personne à
l’intérieur du lieu de travail ; 3ème degré :
— cause, intentionnellement, des dégâts matériels — la mise à pied de 4 à 8 jours ;
graves aux équipements et au patrimoine immobilier de — l’abaissement d’un à deux échelons ;
l’Assemblée Populaire Nationale , susceptibles d’entraver — la rétrogradation dans le grade immédiatement
le bon fonctionnement du service ; inférieur ;
— détruit des documents administratifs en vue de — le licenciement avec préavis et indemnités ;
perturber le bon fonctionnement du service ;
— le licenciement sans préavis ni indemnités.
— falsifie les titres, diplômes ou tout autre document
ayant permis son recrutement ou sa promotion ; Art. 136. — Les sanctions du 1er degré sont
prononcées, sans consultation préalable de la commission
— cumule l’emploi qu’il occupe avec une autre activité
administrative paritaire, par décision motivée de l'autorité
lucrative, autre que celles prévues à l’article 29 du
investie du pouvoir de nomination.
présent statut .

Art. 130. — Les cas de fautes professionnelles prévus Art. 137. — Les sanctions du 2ème degré sont
aux articles 126 à 129 du présent statut donnent lieu à prononcées par décision motivée de l'autorité investie du
l’application de l’une des sanctions disciplinaires de pouvoir de nomination, après avoir provoqué les
même degré, telles que fixées à l’article 135 ci-dessous. explications écrites de l’intéressé.
Le fonctionnaire qui en fait l'objet peut, dans le mois
Art. 131. — Lorsqu’un fonctionnaire est absent depuis qui suit le prononcé de la décision, saisir la commission
au moins quinze (15) jours consécutifs, sans justifications administrative paritaire.
valables, l’autorité investie du pouvoir de nomination
engage la procédure de révocation pour abandon de poste, Art. 138. — Les sanctions du 3ème degré sont
après mise en demeure, conformément aux modalités prononcées par l'autorité investie du pouvoir de
fixées par une instruction du bureau de l’Assemblée nomination, sur rapport motivé de l’autorité hiérarchique
Populaire Nationale. après avis conforme de la commission administrative
paritaire.
Art. 132. — Le fonctionnaire ayant fait l’objet d’un
licenciement ou d’une révocation ne peut prétendre à un
Art. 139. — Les sanctions du 3ème degré peuvent être
nouveau recrutement dans l’administration de portées devant la commission de recours, dans les
l’Assemblée Populaire Nationale. conditions fixées par instruction du bureau de
l’Assemblée Populaire Nationale prévue à l'article 21 du
Chapitre 2 présent statut.
Procédures disciplinaires
Art. 140. — Le fonctionnaire, à l’encontre duquel une
Art. 133. — Le pouvoir disciplinaire appartient à procédure disciplinaire est engagée, a droit à la
l'autorité investie du pouvoir de nomination qui l'exerce, notification des griefs formulés à son encontre et à la
sous réserve de l'article 138 ci-dessous, après avis de la communication de l’intégralité de son dossier
commission administrative paritaire siégeant en conseil de disciplinaire dans un délai de quinze jours (15) jours à
discipline. compter du déclenchement de l’action disciplinaire.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
14 9 juin 2010

Il peut présenter devant le conseil de discipline et, le cas TITRE IX


échéant, devant la commission de recours toute CESSATION DE LA RELATION
explication écrite ou verbale ou citer des témoins. DE TRAVAIL
Il peut également se faire assister de tout défenseur de Art. 144. — La cessation définitive de la relation de
son choix. travail peut résulter :

Art. 141. — En cas de faute professionnelle grave — de la perte ou de la déchéance de la nationalité


commise par un fonctionnaire et pouvant entraîner son algérienne ;
licenciement, l'auteur de la faute est immédiatement — de la démission régulièrement acceptée ;
suspendu par l'autorité investie du pouvoir de nomination.
— de la révocation ;
Pendant la durée de la suspension visée à l'alinéa — du licenciement avec ou sans préavis ;
précédent, l'intéressé ne perçoit aucune rémunération, à — de l’admission à la retraite ;
l'exception des indemnités à caractère familial.
— du décès.
La situation du fonctionnaire suspendu doit être réglée
dans un délai de deux (2) mois, à compter du jour où la La cessation de la relation de travail intervient dans les
décision de suspension est intervenue. mêmes formes que la nomination. Elle entraîne la perte
de la qualité de fonctionnaire de l’Assemblée Populaire
Durant cette période, l'avis conforme de la commission Nationale.
du personnel est requis.
Art. 145. —La démission est un droit reconnu au
Dans le cas où la commission se prononce contre le fonctionnaire et résulte d’une demande écrite du
licenciement, l'intéressé reçoit l'intégralité de sa fonctionnaire qui marque ainsi sa volonté non équivoque
rémunération et est rétabli dans ses droits. de rompre la relation professionnelle avec l’Assemblée
Populaire Nationale.
Lorsque la commission ne s'est pas réunie dans les
délais, ou que la décision n'a pas été notifiée à l'intéressé Art. 146. — La démission n’a d’effet qu’autant qu’elle
dans ces mêmes délais, celui-ci est rétabli dans ses droits est acceptée par l’autorité ayant pouvoir de nomination
et perçoit l'intégralité de sa rémunération. qui doit prendre sa décision dans un délai de deux (2)
mois à compter de la date de dépôt de la demande.
Art. 142. — Compte tenu de la nature particulière des
missions dévolues à l’Assemblée Populaire Nationale et Toutefois, en ce qui concerne les fonctions supérieures
des conséquences qui en découlent en matière et les postes supérieurs d’encadrement et lorsque les
d'obligations professionnelles, lorsque le fonctionnaire fait nécessités de service le justifient, la période de préavis
l'objet de poursuites pénales ne permettant pas son peut être prolongée d’une période supplémentaire qui ne
maintien en fonction, il est immédiatement suspendu. saurait excéder trois (3) mois. Dépassé ce délai, la
démission devient effective.
Il peut bénéficier, pour une durée maximale de six (6)
mois, du maintien d'une quotité du traitement de base qui Art. 147. — En prévision de l’admission à la retraite de
ne saurait excéder les trois quarts dudit traitement. ses fonctionnaires, l’administration prend en charge la
constitution et le suivi du dossier de retraite jusqu’à la
Le fonctionnaire continue à percevoir la totalité des notification de la décision de liquidation de la pension de
prestations familiales. retraite.
Sa situation n'est réglée qu'une fois que la décision Art. 148. — Toute cessation de fonctions contrevenant
judiciaire est devenue définitive. aux dispositions des articles 144 et 145 ci-dessus
entraîne le licenciement pour abandon de poste sans
Les dispositions de l'alinéa précédent ne sont pas
préavis ni indemnités, nonobstant les garanties de la
applicables lorsque les poursuites sont subséquentes à une
procédure disciplinaire prévue par le présent statut.
faute grave pouvant entraîner le licenciement.
TITRE X
Art. 143. — Le fonctionnaire ayant fait l'objet d'une
sanction du 1er ou 2ème degré peut demander sa DISPOSITIONS TRANSITOIRES
réhabilitation à l'autorité investie du pouvoir de
Art. 149. — Les fonctionnaires titulaires appartenant
nomination, une année après la date du prononcé de la
aux corps créés en application des dispositions du décret
sanction.
n° 85-59 du 23 mars 1985 portant statut-type des
La réhabilitation intervient de plein droit, deux (2) travailleurs des institutions et administrations publiques,
années après le prononcé de la sanction, si le fonctionnaire sont intégrés, titularisés et reclassés dans les corps et
n'a fait l'objet d'aucune nouvelle sanction. grades créés en application du présent statut, dans les
mêmes conditions fixées par l’instruction visée à l’article
En cas de réhabilitation du fonctionnaire concerné, 3 ci-dessus et par les dispositions des articles 150 à 153
toute trace de sanction est effacée de son dossier. ci-dessous.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 15

Art. 150. — Les fonctionnaires titulaires appartenant à


l’un des corps de fonctionnaires, au 31 décembre 2007, CONSEIL DE LA NATION
dont les conditions de recrutement sont identiques à celles
des corps qui en sont issus en application du présent
statut, sont intégrés, titularisés et reclassés à l’échelon Résolution du 25 Rabie El Aouel 1431 correspondant
au 11 mars 2010 portant statut particulier des
correspondant à celui qu’ils détenaient dans leur corps
fonctionnaires du Conseil de la Nation.
d’origine. Ils conservent l’ancienneté acquise dans cet ————
échelon.
Vu la Constitution, notamment ses articles 23, 51, 115 ;
Art. 151. — Les fonctionnaires stagiaires, nommés
avant le 1er janvier 2008, sont, après titularisation et Vu la loi organique n° 99-02 du 20 Dhou El Kaada
reclassement, conformément aux dispositions de l’ancien 1419 correspondant au 8 mars 1999 fixant l’organisation
et le fonctionnement de l’Assemblée populaire nationale
statut, intégrés dans les nouveaux corps dans les
et du Conseil de la Nation ainsi que les relations
conditions prévues à l’article 150 ci-dessus.
fonctionnelles entre les chambres du Parlement et le
Gouvernement, notamment ses articles 101 et 102 ;
En outre, les fonctionnaires stagiaires sont titularisés de
plein droit, nonobstant les procédures en vigueur et Vu l’ordonnance n° 74-103 du 15 novembre 1974,
reclassés, à titre exceptionnel, dans leur corps d’origine, modifiée et complétée, portant code du service national ;
compte tenu de leur ancienneté, à la durée moyenne telle Vu l’ordonnance n° 76-111 du 9 décembre 1976 portant
que prévue par la réglementation en vigueur au 1er mission et organisation de la réserve ;
janvier 2008.
Vu la loi n° 78-12 du 5 août 1978 relative au statut
général du travailleur, notamment ses articles 180 à 186 ;
Art. 152. — Les fonctionnaires stagiaires, nommés
après le 1er janvier 2008 sont intégrés selon les modalités Vu la loi n° 83-11 du 2 juillet 1983, modifiée et
applicables à leurs nouveaux corps. complétée, relative aux assurances sociales ;
Vu la loi n° 83-12 du 2 juillet 1983, modifiée et
Art. 153. — Le reclassement des fonctionnaires visés à complétée, relative à la retraite ;
l’article 152 ci-dessus ne produit aucun effet pécunier
rétroactif pour la période antérieure au 1er janvier 2009. Vu la loi n° 83-13 du 2 juillet 1983, modifiée et
complétée, relative aux accidents du travail et aux
maladies professionnelles ;
TITRE XI
Vu la loi n° 83-14 du 2 juillet 1983, modifiée et
DISPOSITIONS FINALES complétée, relative aux obligations des assujettis en
matière de sécurité sociale;
Art. 154. — La mise en œuvre du système de
classification et de rémunération prévu aux articles 67 à Vu la loi n° 88-07 du 26 janvier 1988 relative à
74 du présent statut doit intervenir dans le respect des l’hygiène, à la sécurité et à la médecine du travail ;
droits acquis des fonctionnaires. Vu la loi n° 90-02 du 6 février 1990, modifiée et
complétée, relative à la prévention et au règlement des
Les modalités d’application du présent article sont conflits collectifs de travail et à l’exercice du droit de
fixées par une instruction du bureau de l’Assemblée grève ;
Populaire Nationale. Vu la loi n° 90-11 du 21 avril 1990, modifiée et
complétée, relative aux relations de travail, notamment
Art. 155. — Sont abrogées toutes dispositions contraires son article 3 ;
à celles du présent statut.
Vu l’ordonnance n° 97-03 du 2 Ramadhan 1417
Art. 156. — Les modalités d’application du présent correspondant au 11 janvier 1997 fixant la durée légale du
travail ;
statut peuvent être précisées, en tant que de besoin, par
une instruction du bureau de l’Assemblée Populaire Vu la loi n° 99-07 du 19 Dhou El Hidja 1419
Nationale. correspondant au 5 avril 1999 relative au moudjahid et au
chahid ;
Art. 157. — Le présent statut prend effet à compter du Vu la loi n° 01-01 du 6 Dhou El Kaada 1421
1er janvier 2008. correspondant au 31 janvier 2001, modifiée, relative au
membre du Parlement ;
Art. 158. — La présente résolution sera publiée au
Journal officiel de la République algérienne démocratique Vu le règlement intérieur du Conseil de la Nation,
notamment son article 91 ;
et populaire
Vu l’ordonnance n° 06-03 du 19 Joumada Ethania 1427
Fait à Alger, le 16 Rabie El Aouel 1431 correspondant correspondant au 15 juillet 2006 portant statut général de
au 2 mars 2010. la fonction publique, notamment son article 2 ;
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
16 9 juin 2010

Vu la loi n° 08-09 du 18 Safar 1429 correspondant au Art. 8. — Toute nomination à un emploi dans
25 février 2008 portant code de procédure civile et l’administration du Conseil de la Nation doit pourvoir
administrative ; régulièrement à une vacance d’emploi.
Vu le décret n° 85-59 du 23 mars 1985 portant Art. 9. — Outre les emplois correspondant aux grades
statut-type des travailleurs des institutions et de fonctionnaires, il est créé des postes supérieurs pour
administrations publiques ; assurer la prise en charge de l’encadrement d’activités
Sur proposition du bureau du Conseil de la Nation et législatives, administratives et techniques au niveau de
sur rapport de la commission des affaires juridiques, l’administration du Conseil de la Nation.
administratives et des Droits de l’Homme ;
Art. 10. — Les postes supérieurs visés à l’article 9
Après adoption par le Conseil de la Nation en ci-dessus sont créés par instruction du bureau du Conseil
séance plénière du 25 Rabie El Aouel 1431 de la Nation.
correspondant au 11 mars 2010 de la résolution portant
statut des fonctionnaires du Conseil de la Nation ; Art. 11. — La nomination aux postes supérieurs est
réservée aux fonctionnaires du Conseil de la Nation.
Est publiée la résolution dont la teneur suit :
Les conditions de nomination aux postes supérieurs sont
TITRE I fixées par instruction du bureau du Conseil de la Nation.
DISPOSITIONS GENERALES
Art. 12. — Les titulaires des postes supérieurs
Article 1er. — La présente résolution porte statut bénéficient, en plus de la rémunération rattachée à leur
particulier des fonctionnaires du Conseil de la Nation. grade, d’une bonification indiciaire, selon des modalités
fixées par une instruction du bureau du Conseil de la
Le présent statut particulier détermine les garanties, les
Nation.
droits et les obligations des fonctionnaires ainsi que les
règles qui leur sont applicables.
Art. 13. — Dans le cadre de l’organisation de
l’administration du Conseil de la Nation, il est créé des
Art. 2. — Est fonctionnaire du Conseil de la Nation fonctions supérieures.
toute personne qui, nommée dans un emploi permanent,
a été titularisée dans un grade de la hiérarchie La fonction supérieure au sein du Conseil de la Nation
administrative. consiste dans l’exercice d’activités de conception, d’étude,
de recherche et de conseil.
Art. 3. — Les modalités d’application des dispositions
du présent statut particulier pour les différents corps de Art. 14. — La nomination aux fonctions supérieures
fonctionnaires sont précisées par instruction du bureau du visées à l’article 13 ci-dessus relève du pouvoir
Conseil de la Nation. discrétionnaire du président du Conseil de la Nation.

Art. 4. — Les fonctionnaires appartiennent à des corps Art. 15. — La liste des fonctions supérieures visées à
qui comprennent un ou plusieurs grades. l’article 13 ci-dessus, les droits et obligations qui s’y
rattachent, les conditions de nomination ainsi que le mode
Art. 5. — Le grade est distinct de l’emploi. Il est le titre de rémunération applicable à leurs titulaires sont fixés par
qui confère à son titulaire le droit d’occuper l’emploi une instruction du bureau du Conseil de la Nation.
correspondant.
Art. 16. — La nomination d’un non-fonctionnaire à une
Art. 6. — Le fonctionnaire est, vis-à-vis de fonction supérieure ne confère ni la qualité de
l'administration du Conseil de la Nation, dans une position fonctionnaire, ni le droit d’être nommé en cette qualité.
statutaire et réglementaire.
Art. 17. — Pour l’exercice d’activités législatives,
Art. 7. — Les corps prévus à l’article 4 ci-dessus sont administratives, techniques ou de service, le Conseil de
classés selon les niveaux de qualification requis au sein de la Nation peut procéder, à titre exceptionnel, au
trois (3) groupes. recrutement :

Le groupe A comprend les corps pour lesquels est exigé — d’agents contractuels à des emplois permanents pour
un niveau de qualification en rapport avec des activités de des raisons impérieuses de service, lorsqu’il ne peut être
conception, d’étude, de recherche et de conseil. pourvu à ces emplois dans les conditions prévues à
l’article 41 ci-dessous :
Le groupe B comprend les corps pour lesquels est exigé
un niveau de qualification en rapport avec des activités de — d’agents temporaires pour répondre à des besoins
maîtrise. d’emploi occasionnel.

Le groupe C comprend les corps pour lesquels est exigé Les modalités de recrutement et de rémunération des
un niveau de qualification en rapport avec des activités personnels visés aux alinéas ci-dessus sont fixées par une
d’exécution. instruction du bureau du Conseil de la Nation.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 17

Art. 18. — Pour l’exercice des tâches spécifiques Le Conseil de la Nation est, dans ces conditions,
d’expertise, d’assistance ou de conseil, le Conseil de la subrogé aux droits du fonctionnaire pour obtenir des
Nation peut faire appel, dans un cadre conventionnel, aux auteurs des faits un dédommagement moral et matériel.
services de personnes qualifiées.
Le Conseil de la Nation dispose, en outre, aux mêmes
Art. 19. — Il est institué, par décision du président fins, d’une action directe qu’il peut exercer, au besoin, par
du Conseil de la Nation, des commissions administratives voie de constitution de partie civile devant la juridiction
paritaires par corps ou groupes de corps. Les commissions compétente.
administratives paritaires sont consultées sur toutes les
questions d’ordre individuel intéressant les fonctionnaires. Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers
pour faute de service, le Conseil de la Nation doit, dans la
Elles comprennent un nombre égal de représentants mesure où une faute personnelle détachable de l’exercice
de l’administration et de représentants élus de de ses fonctions n’est pas imputable à ce fonctionnaire, le
fonctionnaires. couvrir des condamnations civiles portées contre lui.
Art. 20. — Il est institué, auprès de l’administration du
Conseil de la Nation, une commission de recours, présidée Art. 26. — La liberté d’opinion est garantie au
par le président du Conseil de la Nation ou son fonctionnaire du Conseil de la Nation. Il l’exerce dans le
représentant, pour statuer sur les recours des décisions cadre du respect de l’obligation de réserve.
disciplinaires du 3ème degré.
Art. 27. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation
Art. 21. — Les attributions, la composition, participe, par l’intermédiaire de ses représentants élus au
l’organisation et le fonctionnement des commissions sein des commissions administratives paritaires, à
administratives paritaires et de la commission de recours l’examen des décisions individuelles relatives à sa
sont précisés par une instruction du bureau du Conseil de carrière.
la Nation.
Il participe à la gestion des œuvres sociales réalisées à
TITRE II son profit, par l’intermédiaire d’une commission
comprenant ses représentants élus.
GARANTIES, DROITS ET OBLIGATIONS
Chapitre 1er Il participe, en outre, à la commission représentant les
fonctionnaires.
Garanties et droits

Art. 22. — Outre les garanties et les droits prévus par le Chapitre 2
présent statut, le fonctionnaire du Conseil de la Nation
bénéficie des garanties et des droits reconnus aux Obligations
fonctionnaires de l’Etat.
Art. 28. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation,
Art. 23. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation quel que soit son rang dans la hiérarchie administrative,
jouit d’une garantie de stabilité, de protection et de est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont
sécurité dans son emploi. confiées.

Art. 24. — Dans le cadre de la législation et de la La responsabilité propre de ses subordonnés ne le


réglementation en vigueur et sous réserve des dispositions dégage en aucun cas des responsabilités qui lui
du présent statut, le fonctionnaire du Conseil de la Nation incombent.
bénéficie, notamment :
— d’une rémunération après service fait ; Art. 29. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation ne
peut exercer une activité lucrative à titre privé, de quelque
— de la protection sociale et des régimes de retraite ; nature que ce soit.
— des œuvres sociales ; Tout cumul d’emplois est interdit. Toutefois, il peut être
— du droit au repos et aux congés légaux ; autorisé à exercer des tâches de formation,
d’enseignement ou de recherche, à titre d’occupation
— de la formation et du perfectionnement ; accessoire.
— de la promotion ;
Il peut également produire des œuvres scientifiques,
— d’une carte professionnelle dont les caractéristiques littéraires ou artistiques.
et les conditions d’utilisation sont déterminées par une
instruction du bureau du Conseil de la Nation. Dans ce cas, le fonctionnaire ne pourra mentionner sa
qualité ou son titre administratif, à l’occasion de la
Art. 25. — Le Conseil de la Nation est tenu de protéger publication de ses œuvres, qu’avec l’accord de l’autorité
le fonctionnaire contre toute menace, outrage, pression, investie du pouvoir de nomination.
injure, diffamation ou agression de quelque nature que ce
soit dont il peut être l’objet, pendant ou à l’occasion de Art. 30. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation
l’exercice de ses fonctions et de réparer le préjudice qui en doit s’abstenir de tout acte incompatible avec la dignité
résulterait. des missions dont il a la charge.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
18 9 juin 2010

Art. 31. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation est L’âge minimal pour l’accès à une fonction au sein du
tenu par l’obligation du secret professionnel. Conseil de la Nation est fixé à 18 ans révolus.
Il ne doit divulguer, ni laisser connaître, en dehors des Art. 38. — Tout recrutement n'ayant pas pour objet de
nécessités de service, aucun document, fait ou information pourvoir régulièrement à une vacance d'emploi est
qu’il connaît ou détient, à l’occasion de l’exercice de ses interdit.
fonctions.
Art. 39. — Le recrutement a lieu selon l'une des
Il veille à la sauvegarde et à la sécurité des documents modalités ci-après :
de service.
— concours sur épreuves ;
En dehors des cas expressément prévus par la
législation et la réglementation en vigueur, il ne peut être — concours sur titre ;
délié du secret professionnel qu’après accord formel de
— examens ou tests professionnels ;
l’autorité ayant pouvoir de nomination.
— au choix, parmi les fonctionnaires justifiant de
Art. 32. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation l’ancienneté exigée à cet effet et inscrits sur une liste
doit agir avec correction et courtoisie dans ses rapports d’aptitude ou ayant satisfait à l’obligation de formation
avec les membres du Conseil de la Nation, ses supérieurs requise, le cas échéant, après avis de la commission
hiérarchiques, ses collègues ou subordonnés. administrative paritaire compétente ;
Art. 33. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation est — sur titre dans les cas prévus par le présent statut.
tenu à l’obligation de réserve et de neutralité politique
dans l’exercice de ses fonctions. Art. 40. — Les proportions affectées aux différents
modes de recrutement visés à l’article 39 ci-dessus sont
Art. 34. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation ne fixées par une instruction du bureau du Conseil de la
doit pas utiliser, à des fins personnelles ou à des fins Nation.
étrangères au service, les locaux, les équipements, et plus
généralement les biens et les moyens de travail Art. 41. — Les candidats aux concours sur titre,
appartenant au Conseil de la Nation. concours sur épreuves ou examens et tests professionnels,
font l'objet d'une sélection par un jury.
Art. 35. — Le fonctionnaire bénéficiant d’un
programme de formation doit faire preuve de disponibilité Le jury de sélection établit la liste des candidats
et de sérieux durant cette formation. déclarés admis par ordre de mérite.

Art. 36. — Tout manquement à ses obligations Art. 42 — La composition du jury de sélection et les
professionnelles, toute atteinte caractérisée à la discipline, modalités d'organisation des concours et examens
toute faute commise par un fonctionnaire pendant ou à professionnels, visés à l'article 39 ci-dessus, ainsi que la
l’occasion de l’exercice de ses fonctions expose ce publication des résultats sont déterminées par une
dernier à une sanction disciplinaire, sans préjudice, le cas instruction du bureau du Conseil de la Nation.
échéant, de poursuites pénales.
Chapitre 2
TITRE III
Période de stage
ORGANISATION ET DEROULEMENT
DE LA CARRIERE
Art. 43. — Le candidat ayant satisfait aux obligations
visées aux articles 37 et 39 ci-dessus est recruté en qualité
Chapitre 1er
de stagiaire.
Recrutement
Art. 44. — Le candidat admis est soumis à une période
Art. 37. — Nul ne peut être recruté dans l'administration de stage dont la durée est fixée à une (1) année.
du Conseil de la Nation s’il ne remplit pas les conditions
suivantes : Art. 45. — A l'issue de la période de stage prévue à
— être de nationalité algérienne ; l'article 44 ci-dessus, le stagiaire est :
— jouir de ses droits civiques ; — soit titularisé dans son grade ;
— ne pas avoir fait l’objet de condamnations — soit astreint à une prorogation de stage, une seule
infamantes ; fois, pour une même durée ;
— être en situation régulière vis-à-vis du service — soit licencié sans préavis ni indemnités.
national ;
— remplir les conditions d'âge et d'aptitude physique et Art. 46. — Le fonctionnaire recruté dans les conditions
mentale ainsi que les qualifications exigées pour l'accès à prévues aux alinéas 3 et 4 de l’article 39 ci-dessus est
la fonction postulée. dispensé du stage visé à l’article 44 ci-dessus.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 19

Art. 47. — Le stagiaire est assujetti aux obligations Art. 57. — La méthode d’évaluation et les critères
imposées aux fonctionnaires et bénéficie des mêmes d’appréciation sont fixés par l’administration du Conseil
droits, sous réserve des dispositions du présent statut. de la Nation en concertation avec la commission
administrative paritaire.
Art. 48. — Le stagiaire ne peut être placé en position
de détachement ou de disponibilité. Une fiche d’évaluation est établie annuellement, en
rapport avec les plans de promotion et d’avancement.
Art. 49. — Le stagiaire n’est pas éligible aux
commissions administratives paritaires et à la commission Art. 58. — Le pouvoir d’évaluation et d’appréciation
des œuvres sociales mais il peut participer aux élections appartient à l’autorité hiérarchique compétente.
des représentants du corps dans lequel il a vocation à être
titularisé. L’évaluation est périodique. Elle donne lieu à une note
chiffrée accompagnée d’une appréciation générale.
Art. 50. — Les questions concernant la situation d'un
stagiaire sont portées devant la commission administrative La note chiffrée est communiquée au fonctionnaire
paritaire compétente à l'égard du corps auquel il a concerné qui peut la contester et saisir la commission
vocation à appartenir. administrative paritaire compétente laquelle peut proposer
sa révision.
Chapitre 3
Titularisation Chapitre 5
Effets de l’évaluation
Art. 51. — La titularisation prévue à l'article 45
ci-dessus est subordonnée à l'inscription, sur une liste Art. 59. — L’évaluation du fonctionnaire vise à
d'aptitude arrêtée par la commission administrative
permettre à celui-ci de connaître ses capacités et de se
paritaire compétente, sur rapport du responsable
perfectionner et à l’administration d’identifier les
hiérarchique.
fonctionnaires susceptibles, notamment :
Art. 52. — La titularisation est prononcée par — de mériter un avancement ou une promotion ;
décision de l'autorité investie du pouvoir de
nomination. — de bénéficier d’avantages ou de distinctions
particulières ;
Art. 53. — L’administration est tenue d'ouvrir, pour
chaque fonctionnaire, un dossier individuel qui doit — d’être admis à concourir ou de bénéficier d’un cycle
contenir toutes les pièces relatives à la situation de formation pour l’accès à un corps supérieur ;
administrative de l'intéressé ; celles-ci doivent être — de suivre une période de recyclage ou de
enregistrées, numérotées et classées sans discontinuité. perfectionnement ;
Les décisions de sanctions disciplinaires sont
— d’être affectés à un autre emploi de même niveau.
également versées au dossier de l'intéressé ; elles
peuvent être retirées dans les conditions prévues par le
Art. 60. — Le fonctionnaire qui, dans ou à l’occasion de
présent statut.
l’exercice de ses fonctions, a fait preuve d’un mérite
exceptionnel, de son efficacité ou de son rendement ou en
Art. 54. — Les décisions portant titularisation,
raison d’efforts particuliers ayant contribué à améliorer la
promotion, sanction ou cessation de fonctions sont
performance du service, peut bénéficier d’un ou des
notifiées au fonctionnaire.
avantages et distinctions prévus à l’article 61 ci-dessous.
Chapitre 4
Art. 61. — Les avantages et distinctions comprennent :
Evaluation
— la bonification d’ancienneté ;
Art. 55. — Tout fonctionnaire est soumis, tout au long
de sa carrière, à une évaluation continue et périodique — l’attribution de prix ;
destinée à apprécier ses aptitudes professionnelles selon — l’attribution de distinctions honorifiques.
des méthodes appropriées.
Art. 62. — La bonification d’ancienneté est accordée au
Art. 56. — L’évaluation du fonctionnaire est fondée sur fonctionnaire, soit pour l’avancement d’échelon dans le
des critères objectifs destinés à apprécier, notamment : même grade, soit au titre des examens, tests et concours
— le degré de respect des obligations générales ; ouverts aux intéressés, sur proposition du responsable
hiérarchique.
— les compétences dans l’accomplissement des tâches
qui lui sont confiées ; Art. 63. — Le prix prévu à l’article 61 ci-dessus est
— l’efficacité et le rendement ; décerné aux meilleurs fonctionnaires d’un groupe
déterminé sur la base d’un tableau de mérite établi par
— les aptitudes à occuper un poste supérieur ou une l’administration. Il peut être assorti d’un avantage
fonction supérieure. financier.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
20 9 juin 2010

Art. 64. — Les distinctions honorifiques sont destinées Art. 72. — Les indemnités sont destinées à rémunérer
à récompenser le dévouement et l’attachement du les sujétions particulières inhérentes à l’exercice de
fonctionnaire à son travail. certaines activités ainsi qu’au lieu et aux conditions
spécifiques de travail.
Art. 65. — Les prix et les distinctions honorifiques
prévus à l’article 61 ci-dessus sont décernés par le Les primes sont destinées à stimuler le rendement et la
président du Conseil de la Nation sur rapport motivé du performance.
responsable hiérarchique et après avis de la commission
paritaire compétente. Art. 73. — Outre la rémunération prévue à l’article 70
ci-dessus, le fonctionnaire peut bénéficier d’indemnités
L’octroi des avantages et distinctions fait l’objet d’une compensatrices de frais engagés à l’occasion de l’exercice
publicité au sein du Conseil de la Nation. de ses fonctions.
Il bénéficie, en outre, de prestations à caractère
Art. 66. — Les modalités d’application des articles 62 social.
à 65 ci-dessus sont précisées par une instruction du bureau
du Conseil de la Nation. Art. 74. — Toute prime ou indemnité est instituée par
une instruction du bureau du Conseil de la Nation.
TITRE IV
CLASSIFICATION ET REMUNERATION TITRE V
POSITIONS STATUTAIRES
Art. 67. — Les groupes prévus à l’article 7 du
présent statut sont subdivisés en catégories Art. 75. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation est
correspondant aux différents niveaux de qualification des placé dans l’une des positions ci-après :
fonctionnaires. — l’activité ;
— le détachement ;
Chaque catégorie comporte des échelons correspondant
à l’avancement du fonctionnaire dans son grade. — la mise en disponibilité ;
— la position hors cadre ;
Chaque échelon est affecté d’un indice correspondant à
— le service national.
l’expérience professionnelle acquise.
Chapitre 1er
Art. 68. — Les catégories, les échelons et les indices y
afférents constituent la grille indiciaire des traitements. Position d’activité

La valeur du point indiciaire, le nombre de catégories, Art. 76. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation est
le seuil minimal et maximal de chaque catégorie, le en position d’activité lorsqu’il exerce effectivement les
nombre d’échelons ainsi que les règles d’avancement et de fonctions correspondant à son poste de travail.
promotion sont fixés par une instruction du bureau du
Conseil de la Nation. Art. 77. — Est considéré également en position
d’activité le fonctionnaire :
Art. 69. — Le classement catégoriel de chaque grade est — en congé annuel ;
fixé par une instruction du bureau du Conseil de la Nation.
— en congé de maladie ;
Art. 70. — La rémunération prévue à l’article 24 du — en congé en raison d’accident de travail ;
présent statut comprend : — en congé de maternité ;
— le traitement ; — en absence spéciale autorisée ;
— les primes et indemnités. — en formation pour le compte du Conseil de la
Nation ;
Le fonctionnaire bénéficie, en outre, des prestations — rappelé pour accomplir une période de
à caractère familial conformément à la règlementation en perfectionnement ou d’entretien dans le cadre de la
vigueur. réserve ;
— rappelé dans le cadre de la réserve.
Art. 71. — Le traitement de base correspond à l’indice
minimal de la catégorie. Il rémunère les obligations Chapitre 2
statutaires du fonctionnaire.
Position de détachement
Le traitement est déterminé en fonction de l’indice
Art. 78. — Le détachement est la position du
minimal du grade auquel s’ajoute l’indice correspondant à
fonctionnaire qui, placé hors de son corps d’origine,
l’échelon acquis. continue à bénéficier, dans son corps, de ses droits à
l’ancienneté, à l’avancement et à la retraite.
Le traitement de base résulte du produit de l’indice de
traitement et de la valeur du point indiciaire. Le détachement est révocable.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 21

Art. 79. — Le détachement du fonctionnaire est Art. 84. — A l’issue de son détachement, le
prononcé de droit pour exercer : fonctionnaire est réintégré de plein droit dans son grade
d’origine, même en surnombre.
— une fonction de membre du Gouvernement ;
— un mandat électif permanent dans une institution Chapitre 3
nationale ou collectivité territoriale ; Position de mise en disponibilité
— une fonction supérieure de l’Etat ou un poste
supérieur dans une institution ou administration publique ; Art. 85. — La mise en disponibilité consiste en la
cessation temporaire de la relation de travail.
— pour représenter l’Etat auprès d’institutions ou
organismes internationaux ; Cette position entraîne la suspension de la rémunération
du fonctionnaire ainsi que ses droits à l’ancienneté, à
— pour suivre une formation ou des études, lorsque le
l’avancement et à la retraite.
fonctionnaire est désigné par le Conseil de la Nation.
Art. 86. — Le fonctionnaire mis en disponibilité
conserve ses droits acquis dans son grade d’origine à la
Art. 80. — Le détachement peut être prononcé à la date de sa mise en disponibilité.
demande du fonctionnaire pour exercer :
— des activités auprès d’une autre institution ou Art. 87. — La mise en disponibilité est de droit, dans
administration publique et/ou dans un grade autre que son les cas ci-après :
grade d’origine ; — en cas d’accident, d’infirmité ou de maladie grave
— des fonctions de direction auprès d’entreprises ou d’un ascendant, du conjoint, ou d’un enfant à charge ;
d’organismes dans lesquels l’Etat détient tout ou partie du — pour permettre à la femme fonctionnaire d’élever un
capital ; enfant de moins de cinq (5) ans ;
— une mission au titre de la coopération ou auprès — pour permettre au fonctionnaire de suivre son
d’institutions ou d’organismes internationaux. conjoint astreint à changer de résidence pour raison
professionnelle.
Art. 81. — Hormis les détachements de droit prévus par
le présent statut, le nombre total des fonctionnaires Art. 88. — Lorsque le conjoint du fonctionnaire est
pouvant être détachés ne peut excéder 5% par grade. affecté auprès d’une représentation algérienne à
l’étranger, d’une institution ou d’un organisme
Le fonctionnaire du Conseil de la Nation ne peut être international ou est chargé d’une mission de coopération,
détaché que s’il est en position d’activité et que s’il le fonctionnaire, qui ne peut bénéficier d’un détachement,
justifie de cinq (5) années de service effectif au sein du est placé, de droit, en position de mise en disponibilité.
Conseil de la Nation.
Nonobstant les dispositions de l’article 90 ci-dessous,
la durée de la mise en disponibilité est égale à la durée de
Art. 82. — Le détachement est consacré par une la mission du conjoint du fonctionnaire.
décision administrative prise par l’autorité habilitée et
prononcée pour une durée minimale de six (6) mois et une Art. 89. — La mise en disponibilité pour convenances
durée maximale de cinq (5) années. personnelles peut être accordée à la demande du
fonctionnaire justifiant de deux (2) années de service
Toutefois, la durée du détachement pour les cas prévus effectif et après accord de l’autorité habilitée et avis de la
à l’article 79 ci-dessus est égale à celle de la fonction, du commission paritaire compétente.
mandat, de la formation ou des études pour lesquels le
détachement a été prononcé. Art. 90. — La mise en disponibilité dans les cas prévus
à l’article 87 ci-dessus est prononcée pour une période
Art. 83. — Le fonctionnaire mis en position de minimale de six (6) mois, renouvelable, dans la limite
détachement est soumis aux règles régissant l’emploi dans maximale de cinq (5) ans au cours de la carrière du
lequel il est détaché. fonctionnaire.

Le fonctionnaire détaché est évalué et rémunéré par La mise en disponibilité pour convenances personnelles
l’institution ou l’administration publique, l’entreprise ou est prononcée pour une période minimale de six (6) mois,
l’organisme auprès duquel il est détaché. renouvelable, dans la limite de deux (2) années, au cours
de la carrière du fonctionnaire.
Toutefois, le fonctionnaire détaché pour effectuer une
formation ou des études peut être rémunéré par le Conseil Art. 91. — Il est interdit au fonctionnaire placé en
position de disponibilité d’exercer une activité lucrative
de la Nation.
de quelque nature que ce soit.
Les modalités d’application des dispositions du présent A l’expiration de la période de la mise en disponibilité,
article sont déterminées par une instruction du bureau du le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans son
Conseil de la Nation. grade d’origine, même en surnombre.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
22 9 juin 2010

Chapitre 4 Art. 99. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation


Position hors cadre peut, compte tenu des besoins de service, être appelé
à effectuer son activité en travail de nuit, de 21 heures
Art. 92. — La position hors cadre est celle dans laquelle à 5 heures du matin.
le fonctionnaire peut être placé à sa demande, après
épuisement de ses droits au détachement, dans le cadre Art. 100. — Sous réserve de l’amplitude de travail
des dispositions de l’article 80 ci-dessus, dans un emploi effectif prévue par la législation en vigueur, le
non régi par le présent statut. fonctionnaire peut être appelé à effectuer des heures
supplémentaires.
Art. 93. — Seuls les fonctionnaires appartenant au
groupe « A », prévu à l’article 7 du présent statut, peuvent Le recours aux heures supplémentaires doit répondre à
être placés dans la position hors cadre. une nécessité impérieuse de service et revêtir un caractère
exceptionnel.
La position hors cadre ne peut excéder cinq (5) années.
Dans ces cas, le volume horaire des heures
Le fonctionnaire en position hors cadre ne bénéficie pas supplémentaires ne peut excéder 20% de la durée légale
des droits à l’avancement d’échelon. Il est rémunéré et du travail.
évalué par l’organisme auprès duquel il est placé dans
cette position. Art. 101. — Les conditions de travail de nuit, les
modalités de recours aux heures supplémentaires ainsi que
Art. 94. — A l’expiration de la durée de la position hors les droits y afférents sont fixés par l’autorité investie du
cadre, le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans pouvoir de nomination.
son grade d’origine, même en surnombre.
Chapitre 2
Chapitre 5 Repos légaux
Position de service national
Art. 102. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation a
Art. 95. — Le fonctionnaire appelé à effectuer son droit à une journée entière de repos hebdomadaire et aux
service national est placé en position dite de « service jours fériés chômés et payés, conformément à la
national ». législation en vigueur.

Dans cette position, le fonctionnaire conserve les droits Art. 103. — Le fonctionnaire qui travaille un jour de
à l’avancement d’échelon et à la retraite. repos légal a droit à un repos compensateur d’égale
durée.
Il ne peut prétendre au bénéfice d’aucune rémunération,
sous réserve des dispositions législatives et réglementaires TITRE VII
régissant le service national. CONGES – ABSENCES

Art. 96. — A l’expiration de la période de service Chapitre 1er


national, le fonctionnaire est réintégré, de plein droit, dans Congés
son grade d’origine.
Il a priorité pour être affecté dans l’emploi qu’il Art. 104. — Le fonctionnaire du Conseil de la Nation a
occupait avant son incorporation, s’il est encore vacant ou droit à un congé annuel rémunéré.
dans un emploi équivalent . Les congés annuels sont accordés en dehors des
sessions, sauf cas exceptionnels.
TITRE VI
Art. 105. — Le congé annuel est octroyé sur la base de
DUREE LEGALE DE TRAVAIL – REPOS
la période de travail accomplie au cours de la période de
LEGAUX
référence, qui s’étend du 1er juillet de l’année précédant le
congé au 30 juin de l’année du congé.
Chapitre 1er
Durée légale de travail Pour les fonctionnaires nouvellement recrutés, la durée
du congé est calculée au prorata de la période de travail
Art. 97. — La durée légale de travail applicable au sein accomplie.
du Conseil de la Nation est fixée conformément à la
législation en vigueur. Art. 106. — Le congé annuel rémunéré est calculé à
raison de deux (2) jours et demi par mois de travail, sans
Art. 98. — La durée légale de travail peut être que la durée globale n’excède trente (30) jours calendaires
réduite pour le fonctionnaire exerçant des activités par année de travail.
particulièrement pénibles et/ou dangereuses.
Art. 107. — Toute période de travail égale à
Les modalités d’application du présent article sont vingt-quatre (24) jours ouvrables ou quatre (4) semaines
fixées par une instruction du bureau du Conseil de la de travail est équivalente à un mois de travail, lorsqu’il
Nation. s’agit de fixer la durée du congé annuel rémunéré.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 23

Toute période dépassant les quinze (15) jours ouvrables Toute absence non justifiée est sanctionnée par une
de travail est équivalente à un mois de travail pour le retenue sur la rémunération, au prorata de la durée de
fonctionnaire nouvellement recruté. l’absence, sans préjudice des mesures disciplinaires
prévues par le présent statut.
Art. 108. — Le fonctionnaire en congé peut être appelé
à reprendre ses activités pour nécessité impérieuse de Art. 117. — Le fonctionnaire peut bénéficier, sous
service. réserve de justification préalable, d’autorisations
d’absence, sans perte de rémunération, dans les cas
suivants :
Art. 109. — Durant le congé annuel, la relation de
travail ne peut être ni rompue, ni suspendue. — pour suivre des études en rapport avec les activités
professionnelles exercées, dans la limite d’un crédit
Art. 110. — Le congé annuel est suspendu par la horaire n’excédant pas quatre (4) heures par semaine
survenance d’une maladie ou d’un accident dûment compatible avec les impératifs du service ou pour
justifié. participer à des examens ou concours pour la durée des
épreuves ;
Le fonctionnaire bénéficie, dans ce cas, d’un congé de — pour assurer un enseignement à titre accessoire ;
maladie et des droits y afférents prévus par la législation — pour assister aux sessions des assemblées dans
en vigueur. lesquelles il exerce un mandat public électif, s’il n’a pas
été placé en position de détachement ;
Art. 111. — Le congé de maladie ne peut, en aucun cas,
et quelle que soit sa durée, ouvrir droit à plus d’un mois — pour participer à des manifestations nationales ou
de congé annuel. internationales à caractère scientifique, culturel ou sportif.

Art. 118. — Le fonctionnaire peut également bénéficier


Art. 112. — Pour les congés de maladie d’autorisations d’absence, sans perte de rémunération,
l’administration a la possibilité de faire procéder à un pour participer à des congrès et séminaires nationaux
contrôle médical lorsqu’elle le juge nécessaire. ou internationaux en rapport avec ses activités
professionnelles.
Art. 113. — Sont considérées comme périodes de
travail pour la détermination de la durée du congé annuel : Art. 119. — Le fonctionnaire a droit, une fois dans sa
carrière, à un congé spécial rémunéré de trente (30) jours
— la période de travail effectif ; consécutifs pour accomplir le pèlerinage aux Lieux Saints
— la période de congé annuel ; de l’Islam.

— les périodes d’absences autorisées par Art. 120. — La durée des autorisations d’absence
l’administration ; prévues aux articles 117, 118 et 119 ci-dessus peut être
augmentée des délais de route nécessaires.
— les périodes de repos légal ;
— les périodes de congé de maternité, maladie ou Art. 121. — Le fonctionnaire a droit à une absence
accident de travail ; spéciale rémunérée de trois (3) jours ouvrables, à
l’occasion des évènements familiaux suivants :
— les périodes de maintien ou de rappel au service
national. — mariage du fonctionnaire ;
— naissance d’un enfant du fonctionnaire ;
Art. 114. — En aucun cas, le congé ne peut être
compensé par une rémunération. — circoncision d’un enfant du fonctionnaire ;
— mariage d’un descendant du fonctionnaire ;
Art. 115. — Le report d’une année sur l’autre de tout ou
partie du congé annuel est interdit. — décès du conjoint du fonctionnaire ;

Toutefois, l’administration peut, si les nécessités de — décès d’un ascendant, d’un descendant ou collatéral
service l’exigent ou le permettent, échelonner, fractionner direct du fonctionnaire ou de son conjoint.
ou reporter le congé annuel, dans la limite maximale de
deux (2) années. Art. 122. — Durant les périodes pré et postnatales, la
femme fonctionnaire bénéficie du congé de maternité,
conformément à la législation en vigueur.
Chapitre 2
Absences Art. 123. — Pendant une période d’une année, à
compter de l’expiration du congé de maternité, la mère
Art. 116. — Sauf pour les cas expressément prévus par allaitant son enfant dispose chaque jour de deux (2) heures
le présent statut, le fonctionnaire, quel que soit son rang, d’absence payées pendant les six (6) premiers mois et
ne peut être rémunéré pour une période non travaillée. d’une (1) heure pendant les six (6) derniers mois.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
24 9 juin 2010

Ces absences peuvent être réparties au cours de la — utilise, à des fins personnelles ou à des fins
journée à la convenance du fonctionnaire. étrangères au service, les équipements ou les biens du
Conseil de la Nation ;
Art. 124. — Le fonctionnaire peut bénéficier — bénéficie d’avantages, de quelque nature que ce soit,
d’autorisations exceptionnelles d’absence non rémunérées de la part d’une personne physique ou morale, en
pour des raisons impérieuses dûment justifiées, dont la contrepartie d’un service rendu, dans le cadre de
durée ne saurait excéder dix jours (10) calendaires l’exercice de ses fonctions ;
par an.
— commet des actes de violence sur toute personne à
l’intérieur du lieu de travail ;
TITRE VIII
— cause, intentionnellement, des dégâts matériels
REGIME DISCIPLINAIRE graves aux équipements et au patrimoine immobilier
du Conseil de la Nation, susceptibles d’entraver le bon
Chapitre 1er fonctionnement du service ;
Fautes professionnelles — détruit des documents administratifs en vue de
perturber le bon fonctionnement du service ;
Art. 125. — Tout manquement aux obligations — falsifie les titres, diplômes ou tout autre document
professionnelles, toute atteinte à la discipline, toute faute ayant permis son recrutement ou sa promotion ;
ou irrégularité commise par un fonctionnaire dans
l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, — cumule l’emploi qu’il occupe avec une autre activité
constituent une faute professionnelle et exposent son lucrative, autre que celles prévues à l’article 29 du
auteur à une sanction disciplinaire sans préjudice, le cas présent statut .
échéant, de poursuites pénales.
Art. 130. — Les cas de fautes professionnelles prévus
aux articles 126 à 129 du présent statut donnent lieu à
Art. 126. — Les fautes professionnelles sont classées, l’application de l’une des sanctions disciplinaires de
par le présent statut, comme suit : même degré, telles que fixées à l’article 135 ci-dessous.
— fautes du 1er degré ;
Art. 131. — Lorsqu’un fonctionnaire est absent depuis
— fautes du 2ème degré ; au moins quinze (15) jours consécutifs, sans justifications
valables, l’autorité investie du pouvoir de nomination
— fautes du 3ème degré. engage la procédure de révocation pour abandon de poste,
après mise en demeure, conformément aux modalités
Art. 127. — Sont considérés, notamment, comme fautes fixées par une instruction du bureau du Conseil de la
du 1er degré tous manquements à la discipline générale Nation.
susceptibles de porter atteinte au bon fonctionnement du
service. Art. 132. — Le fonctionnaire ayant fait l’objet d’un
licenciement ou d’une révocation ne peut prétendre à un
Art. 128. — Sont considérés, notamment, comme fautes nouveau recrutement dans l’administration du Conseil de
du 2ème degré, les actes par lesquels le fonctionnaire : la Nation.
— porte préjudice, par imprudence ou négligence, à la
sécurité des personnels et/ou des biens du Conseil de la Chapitre 2
Nation ;
Procédures disciplinaires
— transgresse les obligations statutaires, autres que
celles prévues à l’article 129 ci-dessous. Art. 133. — Le pouvoir disciplinaire appartient à
l'autorité investie du pouvoir de nomination qui l'exerce,
Art. 129. — Sont considérés, notamment, comme fautes sous réserve de l'article 138 ci-dessous, après avis de la
du 3ème degré les actes par lesquels le fonctionnaire : commission administrative paritaire siégeant en conseil de
discipline.
— se rend coupable de détournement de documents de
service ; Art. 134. — La détermination de la sanction
disciplinaire applicable au fonctionnaire est fonction du
— dissimule des informations d’ordre professionnel degré de gravité de la faute, des circonstances dans
qu’il est tenu de fournir dans l’exercice de ses lesquelles elle a été commise, de la responsabilité du
fonctions ; fonctionnaire concerné et des conséquences de la faute sur
— refuse, sans motif valable, d’exécuter les le fonctionnement du service, ou du préjudice causé au
instructions de l’autorité hiérarchique pour service.
l’accomplissement des tâches liées à sa fonction ;
Art. 135. — Les sanctions disciplinaires sont classées,
— divulgue ou tente de divulguer des secrets en fonction de la gravité des fautes commises, en trois (3)
professionnels ; degrés :
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 25

1er degré : Art. 141. — En cas de faute professionnelle grave


commise par un fonctionnaire et pouvant entraîner
— l'avertissement verbal ;
son licenciement, l'auteur de la faute est immédiatement
— l'avertissement écrit ; suspendu par l'autorité investie du pouvoir de nomination.
— le blâme. Pendant la durée de la suspension visée à l'alinéa
précédent, l'intéressé ne perçoit aucune rémunération, à
2ème degré :
l'exception des indemnités à caractère familial.
— la mise à pied de 1 à 3 jours ;
La situation du fonctionnaire suspendu doit être réglée
— la radiation du tableau d'avancement. dans un délai de deux (2) mois, à compter du jour où la
décision de suspension est intervenue.
3ème degré :
— la mise à pied de 4 à 8 jours ; Durant cette période, l'avis conforme de la commission
du personnel est requis.
— l’abaissement d’un à deux échelons ;
— la rétrogradation dans le grade immédiatement Dans le cas où la commission se prononce contre le
inférieur ; licenciement, l'intéressé reçoit l'intégralité de sa
rémunération et est rétabli dans ses droits.
— le licenciement avec préavis et indemnités ;
— le licenciement sans préavis ni indemnités. Lorsque la commission ne s'est pas réunie dans les
délais, ou que la décision n'a pas été notifiée à l'intéressé
Art. 136. — Les sanctions du 1er degré sont dans ces mêmes délais, celui-ci est rétabli dans ses droits
prononcées, sans consultation préalable de la commission et perçoit l'intégralité de sa rémunération.
administrative paritaire, par décision motivée de l'autorité
investie du pouvoir de nomination. Art. 142. — Compte tenu de la nature particulière des
missions dévolues au Conseil de la Nation et des
Art. 137. — Les sanctions du 2ème degré sont conséquences qui en découlent en matière d'obligations
prononcées par décision motivée de l'autorité investie du professionnelles, lorsque le fonctionnaire fait l'objet de
pouvoir de nomination, après avoir provoqué les poursuites pénales ne permettant pas son maintien en
explications écrites de l’intéressé.
fonction, il est immédiatement suspendu.
Le fonctionnaire qui en fait l'objet peut, dans le mois
Il peut bénéficier, pour une durée maximale de six
qui suit le prononcé de la décision, saisir la commission
(6)mois, du maintien d’une quotité du traitement de base
administrative paritaire.
qui ne saurait excéder les trois quarts dudit traitement.
Art. 138. — Les sanctions du 3ème degré sont
prononcées par l'autorité investie du pouvoir de Le fonctionnaire continue à percevoir la totalité des
nomination, sur rapport motivé de l’autorité hiérarchique prestations familiales.
après avis conforme de la commission administrative
paritaire. Sa situation n'est réglée qu'une fois que la décision
judiciaire est devenue définitive.
Art. 139. — Les sanctions du 3ème degré peuvent être
portées devant la commission de recours, dans les Les dispositions de l'alinéa précédent ne sont pas
conditions fixées par instruction du bureau du Conseil applicables lorsque les poursuites sont subséquentes à une
de la Nation prévue à l'article 21 du présent statut. faute grave pouvant entraîner le licenciement.

Art. 140. — Le fonctionnaire, à l’encontre duquel une Art. 143. — Le fonctionnaire ayant fait l'objet d'une
procédure disciplinaire est engagée, a droit à la sanction du 1er ou 2ème degré peut demander sa
notification des griefs formulés à son encontre et à la réhabilitation à l'autorité investie du pouvoir de
communication de l’intégralité de son dossier nomination, une année après la date du prononcé de la
disciplinaire dans un délai de quinze jours (15) jours à sanction.
compter du déclenchement de l’action disciplinaire.
La réhabilitation intervient de plein droit, deux (2)
Il peut présenter devant le conseil de discipline et, le cas années après le prononcé de la sanction, si le fonctionnaire
échéant, devant la commission de recours, toute n'a fait l'objet d'aucune nouvelle sanction.
explication écrite ou verbale ou citer des témoins.
Il peut également se faire assister de tout défenseur de son En cas de réhabilitation du fonctionnaire concerné,
choix. toute trace de sanction est effacée de son dossier.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
26 9 juin 2010

TITRE IX Art. 150. — Les fonctionnaires titulaires appartenant à


CESSATION DE LA RELATION DE TRAVAIL l’un des corps de fonctionnaires au 31 décembre 2007,
dont les conditions de recrutement sont identiques à celles
Art. 144. — La cessation définitive de la relation de des corps qui en sont issus en application du présent
travail peut résulter : statut, sont intégrés, titularisés et reclassés à l’échelon
correspondant à celui qu’ils détenaient dans leur corps
— de la perte ou de la déchéance de la nationalité
d’origine. Ils conservent l’ancienneté acquise dans cet
algérienne ;
échelon.
— de la démission régulièrement acceptée ;
— de la révocation ; Art. 151. — Les fonctionnaires stagiaires, nommés
avant le 1er janvier 2008, sont, après titularisation et
— du licenciement avec ou sans préavis ; reclassement, conformément aux dispositions de l’ancien
— de l’admission à la retraite ; statut, intégrés dans les nouveaux corps dans les
conditions prévues à l’article 150 ci-dessus,.
— du décès.
La cessation de la relation de travail intervient dans les En outre, les fonctionnaires stagiaires sont titularisés, de
mêmes formes que la nomination. Elle entraîne la perte plein droit, nonobstant les procédures en vigueur et
de la qualité de fonctionnaire du Conseil de la Nation. reclassés, à titre exceptionnel, dans leur corps d’origine,
compte tenu de leur ancienneté, à la durée moyenne telle
Art. 145. —La démission est un droit reconnu au
que prévue par la réglementation en vigueur au 1er
fonctionnaire et résulte d’une demande écrite du
fonctionnaire qui marque ainsi sa volonté non équivoque janvier 2008.
de rompre la relation professionnelle avec le Conseil de la
Nation. Art. 152. — Les fonctionnaires stagiaires, nommés
après le 1er janvier 2008, sont intégrés selon les modalités
Art. 146. — La démission n’a d’effet qu’autant qu’elle applicables à leurs nouveaux corps.
est acceptée par l’autorité ayant pouvoir de nomination
qui doit prendre sa décision dans un délai de deux (2) Art. 153. — Le reclassement des fonctionnaires visés à
mois à compter de la date de dépôt de la demande. l’article 152 ci-dessus ne produit aucun effet pécunier
rétroactif pour la période antérieure au 1er janvier 2009.
Toutefois, en ce qui concerne les fonctions supérieures
et les postes supérieurs d’encadrement et lorsque les
nécessités de service le justifient, la période de préavis TITRE XI
peut être prolongée d’une période supplémentaire qui ne
saurait excéder trois (3) mois. Dépassé ce délai, la DISPOSITIONS FINALES
démission devient effective.
Art. 154. — La mise en œuvre du système de
Art. 147. — En prévision de l’admission à la retraite de classification et de rémunération prévu aux articles 67 à
ses fonctionnaires, l’administration prend en charge la 74 du présent statut doit intervenir dans le respect des
constitution et le suivi du dossier de retraite jusqu’à la droits acquis des fonctionnaires.
notification de la décision de liquidation de la pension de
retraite. Les modalités d’application du présent article sont
fixées par une instructions du bureau du Conseil de la
Nation.
Art. 148. — Toute cessation de fonctions contrevenant
aux dispositions des articles 144 et 145 ci-dessus
entraîne le licenciement pour abandon de poste sans Art. 155. — Sont abrogées toutes dispositions contraires
préavis ni indemnités, nonobstant les garanties de la à celles du présent statut.
procédure disciplinaire prévue par le présent statut.
Art. 156. — Les modalités d’application du présent
TITRE X statut peuvent être précisées, en tant que de besoin, par
une instruction du bureau du Conseil de la Nation.
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
Art. 157. — Le présent statut prend effet à compter du
Art. 149. — Les fonctionnaires titulaires appartenant 1er janvier 2008.
aux corps créés en application des dispositions du décret
n° 85-59 du 23 mars 1985 portant statut-type des
Art. 158. — La présente résolution sera publiée au
travailleurs des institutions et administrations publiques,
sont intégrés, titularisés et reclassés dans les corps et Journal officiel de la République algérienne démocratique
grades créés en application du présent statut, dans les et populaire
mêmes conditions fixées par l’instruction visée à l’article
3 ci-dessus et par les dispositions des articles 150 à 153 Fait à Alger, le 25 Rabie El Aouel 1431 correspondant
ci-dessous. au 11 mars 2010.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 27

DECISIONS INDIVIDUELLES

Décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431 Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 24 mai 2010 mettant fin aux correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
fonctions du commandant du service national des fonctions de sous-directeurs à l'inspection
gardes-côtes. générale des finances.
————★———— ————

Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431


Par décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
correspondant au 24 mai 2010, il est mis fin, à compter du de sous-directeurs a l'inspection générale des finances,
15 mai 2010, aux fonctions de commandant du service exercées par MM. :
national des gardes-côtes, exercées par le général Rachid
Bensaci. — Brahim Harchaoui, sous-directeur de la formation
————★———— supérieure et de la recherche ;

— Zaïdi Boudjenouia, sous-directeur du budget et de la


Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 comptabilité ;
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
fonctions d'un directeur d'études à la direction appelés à exercer d'autres fonctions.
————★————
générale de la protection civile.
————★————
Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 fonctions de directeurs de la planification et de
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions l'aménagement du territoire de wilayas.
de directeur d'études à la direction générale de la ————
protection civile, exercées par M. Omar Mandja, appelé à
exercer une autre fonction. Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
————★———— correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
de directeurs de la planification et de l'aménagement du
territoire aux wilayas suivantes, exercées par MM. :
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux — Djamel Nouara, à la wilaya d'Oum El Bouaghi ;
fonctions du wali de la wilaya de Saïda. — Abdelhak Benlakhlef, à la wilaya de Khenchela ;
————
appelés à exercer d'autres fonctions.
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 ————
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin, à compter du
9 janvier 2010, aux fonctions de wali de la wilaya de Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
Saïda, exercées par M. Mohamed Benteftifa, décédé. correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
————★———— de directeur de la planification et de l'aménagement du
territoire à la wilaya de Guelma, exercées par M. Djamel
Boukriche, appelé à exercer une autre fonction.
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 ————★————
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
fonctions d'un chargé d'études et de synthèse au Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
ministère des finances. correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
———— fonctions du doyen de la faculté des sciences de
l'ingénieur à l'université de Tlemcen.
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
de chargé d'études et de synthèse, chargé de la gestion du correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
bureau ministériel de la sûreté interne d'établissement au de doyen de la faculté des sciences de l'ingénieur à
ministère des finances, exercées par M. Ali-Boutaleb l'université de Tlemcen, exercées par M. Abdelmalek
Chaïbedraâ-Tani. Bekkouche, appelé à exercer une autre fonction.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
28 9 juin 2010

Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431 Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin à des correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
fonctions au ministère de la solidarité nationale, fonctions de directeurs de l'action sociale de
de la famille et de la communauté nationale à
wilayas.
l'étranger.
———— ————

Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin à des fonctions correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
au ministère de la solidarité nationale, de la famille et de de directeur de l'action sociale à la wilaya de Blida,
la communauté nationale à l'étranger, exercées par Mmes exercées par M. Mostefa Brahim-Bounab, appelé à
et MM :
exercer une autre fonction.
— Naema Mesbahi, directrice des programmes sociaux ————
des personnes handicapées ;
— Omar Mousli, sous-directeur de la réglementation et Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
du contentieux ; correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
— Kamel Belalia, sous-directeur des études de directeur de l'action sociale à la wilaya de Sétif ,
prospectives ; exercées par M. Abbès Benrabah, appelé à réintégrer son
grade d'origine.
— Lalia Hamza, sous-directrice de la petite enfance et
————★————
de l'enfance privée de famille ;

appelés à exercer d'autres fonctions.


———— Décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431
correspondant au 24 mai 2010 portant
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 nomination du commandant du service national
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin, à compter du
12 février 2010, aux fonctions d'inspecteur général au des gardes-côtes.
ministère de la solidarité nationale, de la famille et ————★————
de la communauté nationale à l'étranger, exercées par
M. Wahid Laraba, décédé. Par décret présidentiel du 10 Joumada Ethania 1431
———— correspondant au 24 mai 2010, le colonel Cherif Azzouz
est nommé, à compter du 16 mai 2010, commandant du
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 service national des gardes-côtes.
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
d'inspecteur au ministère de la solidarité nationale, de la ————★————
famille et de la communauté nationale à l'étranger,
exercées par M. Mohammed Hamadi, appelé à exercer Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
une autre fonction. correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
———— d'un directeur d'études à la direction générale de
la protection civile.
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions ————
d'inspecteur au ministère de la solidarité nationale, de la
famille et de la communauté nationale à l'étranger, Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
exercées par M. Amor Ben Abdelkader, appelé à exercer correspondant au 2 mai 2010, M. Slimane Belgacem est
une autre fonction. nommé directeur d'études à la direction générale de la
————★———— protection civile.
————★————
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 mettant fin aux
fonctions du directeur du centre national de Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
formation des personnels spécialisés des correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
établissements pour handicapés (C.N.F.P.H). d'un inspecteur à l'inspection générale des
———— services de la protection civile.
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, il est mis fin aux fonctions
de directeur du centre national de formation des Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
personnels spécialisés des établissements pour handicapés correspondant au 2 mai 2010, M. Omar Mandja est
(C.N.F.P.H), exercées par M. Mohamed Tahar nommé inspecteur à l'inspection générale des services de
Boutaghane, appelé à exercer une autre fonction. la protection civile.
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 29

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
du chef de cabinet du wali délégué de la à l'inspection générale des finances au ministère
circonscription administrative d'El Harrach à la des finances.
wilaya d'Alger. ————
———— Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, sont nommés à l'inspection
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 générale des finances au ministère des finances, MM :
correspondant au 2 mai 2010, M. Tarek Elandalloussi est — Brahim Harchaoui , directeur de mission ;
nommé chef de cabinet du wali délégué de la — Zaïdi Boudjenouia, directeur de mission ;
circonscription administrative d'El Harrach à la wilaya — Djamel Boukriche, directeur de l'administration des
d'Alger. moyens.
————★———— ————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
Décrets présidentiels du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, M. Abdelkader Slimani est
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination nommé chef d'études chargé du suivi de la conservation et
de sous-directeurs au ministère des finances. de l'archivage des rapports à l'inspection générale des
———— finances au ministère des finances.
————★————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, M. Mohamed Medjroud est Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
nommé sous-directeur de la réglementation comptable de correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
de l'inspecteur régional de l'inspection générale
l'Etat à la direction générale de la comptabilité au des finances à Constantine.
ministère des finances. ————
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010, M. Azzedine Oucief est
nommé inspecteur régional de l'inspection générale des
correspondant au 2 mai 2010, sont nommées
finances à Constantine.
sous-directrices à la direction générale de la prévision et ————★————
des politiques au ministère des finances, Mmes :
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
— Samira Bouhila, sous-directrice de la prévision ; correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
— Khadra Guembour, sous-directrice de la politique de de la directrice régionale du Trésor à Boumerdès.
la fiscalité des revenus, de la consommation et de ————
l'épargne. Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
————★———— correspondant au 2 mai 2010, Mme Hafida Zitouni est
nommée directrice régionale du Trésor à Boumerdès.
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 ————★————
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
d'un sous-directeur à la direction générale des correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
douanes. de directeurs de la planification et de
———— l'aménagement du territoire de wilayas.
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, M. Adel Habsa est nommé correspondant au 2 mai 2010, sont nommés directeurs de
sous-directeur des régimes douaniers économiques à la la planification et de l'aménagement du territoire aux
direction générale des douanes. wilayas suivantes, MM :
————★———— — Abdelhak Benlakhlef, à la wilaya de Batna ;
— Djamel Nouara, à la wilaya de Annaba.
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination ————★————
d'un sous-directeur au commissariat général à la Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
planification et à la prospective. correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
———— du directeur du centre universitaire de Aïn
Témouchent.
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010, M. Brahim Mahdjat est Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
nommé sous-directeur des moyens et de la documentation correspondant au 2 mai 2010, M. Abdelmalek Bekkouche
au commissariat général à la planification et à la est nommé directeur du centre universitaire de Aïn
prospective. Témouchent.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
30 9 juin 2010

Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
au ministère de la solidarité nationale, de la d'un secrétaire permanent adjoint auprès du
famille et de la communauté nationale à comité national de solidarité.
l'étranger. ————
————
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 correspondant au 2 mai 2010, M. Amor Ben Abdelkader
correspondant au 2 mai 2010, sont nommés au ministère est nommé secrétaire permanent adjoint auprès du comité
de la solidarité nationale, de la famille et de la national de solidarité.
communauté nationale à l'étranger Mmes et MM. : ————★————
— Naema Mesbahi, directrice de la prévention et de
l'insertion des personnes handicapées ; Décrets présidentiels du 6 Chaabane 1430
— Mohamed Tahar Boutaghane, directeur de la correspondant au 28 juillet 2009 mettant fin aux
formation ; fonctions de secrétaires généraux auprès de chefs
— Lalia Hamza, sous-directrice des actions de daïras. (rectificatif).
économiques et de la valorisation des compétences ————
nationales établies à l'étranger ; JO n° 58 du 22 Chaoual 1430
— Omar Mousli, sous-directeur des études et des
statistiques ; correspondant au 11 octobre 2009
— Kamel Belalia, sous-directeur de l'information et de Premièrement : page 15-2ème colonne-lignes 2, 3 et 4,
la communication en direction de la communauté
— au lieu de : « mettant fin aux fonctions de
nationale à l'étranger ;
secrétaires généraux auprès de chefs de daïras »,
— Mostefa Brahim-Bounab, sous-directeur de l'enfance
et de l'adolescence en difficulté sociale et en danger — lire : « mettant fin aux fonctions de secrétaires
moral. généraux auprès de chefs de daïras et d'un chef de daïra».
————★———— Deuxièmement : page 16-1ère colonne :
Décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 A) « supprimer les lignes 9 et 10 ».
correspondant au 2 mai 2010 portant nomination
du secrétaire permanent auprès du comité B) lignes : 18 et 19 :
national de solidarité. — au lieu de : « secrétaire général du chef de daïra de
———— Héliopolis à la wilaya de Guelma »,
Par décret présidentiel du 17 Joumada El Oula 1431 — lire : « chef de daira de Kaïs à la wilaya de
correspondant au 2 mai 2010, M. Mohammed Hamadi est Khenchela ».
nommé secrétaire permanent auprès du comité national de
solidarité. (le reste sans changement).

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

Vu le décret n° 84-71 du 17 mars 1984 fixant la


MINISTERE DE L'INTERIEUR nomenclature des dépenses et des recettes des communes ;
ET DES COLLECTIVITES LOCALES
Vu le décret présidentiel n° 09-129 du 2 Joumada
Arrêté interministériel du 24 Joumada El Oula 1431 El Oula 1430 correspondant au 27 avril 2009 portant
correspondant au 9 mai 2010 fixant le calendrier reconduction dans leurs fonctions de membres du
de mise en œuvre du contrôle préalable des Gouvernement ;
dépenses engagées applicable aux budgets des
Vu le décret exécutif n° 92-414 du 14 novembre 1992,
communes.
modifié et complété, relatif au contrôle préalable des
————
dépenses engagées ;
Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et des
collectivités locales, Vu le décret exécutif n° 94-247 du 2 Rabie El Aouel
1415 correspondant au 10 août 1994, modifié, fixant
Le ministre des finances, les attributions du ministre de l'intérieur, des
Vu la loi n° 90-08 du 7 avril 1990, complétée, relative à collectivités locales, de l'environnement et de la
la commune ; réforme administrative ;
Vu la loi n° 09-09 du 13 Moharram 1431 correspondant Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
au 30 décembre 2009 portant loi de finances pour 2010, correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
notamment son article 13 ; ministre des finances ;
26 Joumada Ethania 1431 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37
9 juin 2010 31

Arrêtent : Vu l’arrêté interministériel du 28 Moharram 1429


correspondant au 6 février 2008 fixant la liste des
Article 1er. — En application des dispositions de fournitures et services spécifiques destinés au ministère de
l'article 2 du décret exécutif n° 92-414 du 14 novembre la justice dont la nature ne nécessite pas le recours à un
1992, modifié et complété, susvisé, le présent arrêté a appel d'offres ;
pour objet de fixer le calendrier de mise en œuvre du
contrôle préalable des dépenses engagées applicable aux Arrêtent :
budgets des communes. Article 1er. — Le présent arrêté a pour objet de
modifier et de compléter l’arrêté interministériel du 28
Art. 2. — Les budgets des communes sont soumis Moharram 1429 correspondant au 6 février 2008 fixant la
graduellement au contrôle préalable des dépenses liste des fournitures et services spécifiques destinés au
engagées, conformément au calendrier suivant : ministère de la justice, dont la nature ne nécessite pas le
— à compter de l'exercice budgétaire 2010, pour les recours à un appel d'offres.
communes chefs-lieux de wilayas ;
Art. 2. — L’article 2 de l’arrêté interministériel du 28
— à compter de l'exercice budgétaire 2011, pour les Moharram 1429 correspondant au 6 février 2008, susvisé,
communes chefs-lieux de daïras, ainsi que les communes est modifié, complété et rédigé ainsi qu’il suit :
chefs-lieux de circonscriptions administratives relevant de
l'autorité de walis délégués ; “Art. 2. — Les fournitures et services spécifiques
destinés au ministère de la justice et aux établissements en
— à compter de l'exercice budgétaire 2012, pour la relevant, dont la nature ne nécessite pas le recours à un
totalité des communes. appel d’offres, sont fixés comme suit :
Art. 3. — Le présent arrêté sera publié au Journal — Fournitures spécifiques : (... Sans changement ...)
officiel de la République algérienne démocratique et — Services spécifiques :
populaire.
— ...................................
Fait à Alger, le 24 Joumada El Oula 1431 correspondant — ...................................
au 9 mai 2010.
— ...................................
Le ministre d’Etat, ministre de Le ministre des
— ...................................
l’intérieur et des collectiviés locales finances
— ...................................
Noureddine ZERHOUNI dit Yazid Karim DJOUDI — Entretien et nettoyage des immeubles”.
Art. 3. — Le présent arrêté sera publié au Journal
MINISTERE DE LA JUSTICE officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Arrêté interministériel du Aouel Joumada El Oula Fait à Algcr, le Aouel Joumada El Oula 1431
1431 correspondant au 15 avril 2010 modifiant et correspondant au 15 avril 2010.
complétant l’arrêté interministériel du 28
Moharram 1429 correspondant au 6 février 2008 Le ministre de la justice, Le ministre
fixant la liste des fournitures et services garde des sceaux des finances
spécifiques destinés au ministère de la justice
dont la nature ne nécessite pas le recours à un Tayeb BELAIZ Karim DJOUDI
appel d'offres.
————
MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI
Le ministre de la justice, garde des sceaux, ET DE LA SECURITE SOCIALE
Le ministre des finances,
Arrêté interministériel du 20 Joumada El Oula
Vu le décret présidentiel n° 02-250 du 13 Joumada 1431 correspondant au 5 mai 2010 modifiant
El OuIa 1423 correspondant au 24 juillet 2002, modifié et et complétant l’arrrêté interministériel du 10
complété, portant réglementation des marchés publics, Dhou El Kaada 1415 correspondant au 10
notamment son article 38 ; avril 1995 fixant la composition de la
Vu le décret présidentiel n° 09-129 du 2 Joumada commission des maladies professionnelles.
El Oula 1430 correspondant au 27 avril 2009 portant ————
reconduction dans leurs fonctions de membres du
Gouvernement ; Le ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité
sociale,
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du Le ministre de la santé, de la population et de la
ministre des finances ; réforme hospitalière,
Vu le décret exécutif n° 04-332 du 10 Ramadhan 1425 Vu la loi n° 83-13 du 2 juillet 1983, modifiée et
correspondant au 24 octobre 2004 fixant les attributions complétée, relative aux accidents du travail et aux
du ministre de la justice, garde des sceaux ; maladies professionnelles, notamment son article 66 ;
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 37 26 Joumada Ethania 1431
32 9 juin 2010

Vu le décret n° 84-28 du 11 février 1984 fixant les — un (1) représentant du ministre chargé de la
modalités d'application des titres III, IV, et VIII de la sécurité sociale, président ;
loi n° 83-13 du 2 juillet 1983 relative aux accidents du
travail et aux maladies professionnelles ; — un (1) représentant du ministre chargé du travail ;
— un (1) représentant du ministre chargé de la
Vu le décret présidentiel n° 09-129 du 2 Joumada
santé ;
El Oula 1430 correspondant au 27 avril 2009 portant
reconduction dans leurs fonctions de membres du — un (1) représentant de la caisse nationale des
Gouvernement ; assurances sociales des travailleurs salariés ;
Vu le décret exécutif n° 96-66 du 7 Ramadhan 1416 — un (1) représentant du conseil national d'hygiène,
correspondant au 27 janvier 1996 fixant les de sécurité et de médecine du travail, désigné par le
attributions du ministre de la santé et de la président du conseil ;
population ;
— un (1) représentant de l'institut national de la
Vu le décret exécutif n° 96-209 du 18 Moharram prévention des risques professionnels ;
1417 correspondant au 5 juin 1996 fixant la
composition, l'organisation et le fonctionnement du — un (1) représentant de l'organisme de prévention
conseil national d'hygiène, de sécurité et de médecine des risques professionnels dans les activités du
du travail ; bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique ;
— un (1) représentant de l'organisation syndicale
Vu le décret exécutif n° 08-124 du 9 Rabie Ethani des travailleurs salariés la plus représentative au plan
1429 correspondant au 15 avril 2008 fixant les national ;
attributions du ministre du travail, de l'emploi et de la
sécurité sociale ; — un (1) représentant des organisations syndicales
d'employeurs les plus représentatives au plan
Vu l'arrêté interministériel du 10 Dhou El Kaada national ;
1415 correspondant au 10 avril 1995 fixant la
composition de la commission des maladies — trois (3) médecins du travail désignés par le
professionnelles ; ministre chargé de la santé”.

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal


Arrêtent : officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Article 1er. — Les dispositions de l'article 1er de
l'arrêté interministériel du 10 Dhou El Kaada 1415 Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1431
correspondant au 10 avril 1995 fixant la composition correspondant au 5 mai 2010.
de la commission des maladies professionnelles sont
modifiées, complétées et rédigées comme suit : Le ministre du travail, Le ministre de la santé, de la
de l’emploi et de la population et de la réforme
« Article 1er . — La composition de la commission sécurite sociale hospitalière
des maladies professionnelles prévue à l'article 66 de
la loi n° 83-13 du 2 juillet 1983, susvisée, comprend : Tayeb LOUH Saïd BARKAT

Imprimerie officielle - Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376 - ALGER-GARE

Vous aimerez peut-être aussi