Vous êtes sur la page 1sur 9

THEME 

: Industrie extractive : Moteur de croissance économique et


de développement durable

MC : Monsieur ZOUKOU JOEL LANDRY

Panelistes :

 Monsieur MORY DIAKITE, Manager social performance de


Bonikro Gold Mine SA
 Monsieur KODJHIS Méno, superviseur onshore a FOXTROT
 Monsieur DJA BI DJA ANICET HABIB, chef de service à la SD de la
promotion du gaz /DGH

Développement : Ensemble des transformations techniques, sociales


et culturelles qui permettent l’apparition et la prolongation de la
croissance économique ainsi que la hausse du niveau de vie.

 Dichotomie entre décroissance économique et hausse du


niveau de vie (croissance économique ne signifie pas
nécessairement hausse de niveau de vie)
 Croissance économique : Augmentation régulière de la
production d’une économie

Le phénomène quantitatif et de longue période est différent de la


croissance économique

 Développement : c’est l’aspect structurel (et qualitatif) qui


induit ou accompagne le développement.

PIB : valeur ajoutée +TVA+ Droit et taxes sur les importations –


subventions sur les produits.

Niveau de vie : Qualité de biens et de services dont peut disposer un


individu, un ménage ou un groupe social …. De ses ressources.
Mode de vie : Facon de vivre, de consommer, d’utiliser loisirs, etc.
D’un individu, d’un ménage ou d’un groupe social.

 Le niveau de vie peut être mesuré par le PIB/habitant

Le niveau de vie (et d’autres critères) écart de revenu, espérance de


vie, mortalité infantile, alphabétisation, …) sont le coté qualitatif de la
croissance économique.

 Développement durable : développement durable qui répond


aux besoins présents sans compromettre la capacité des
générations futures à répondre à leurs propres besoins.

Développement durable ou développement soutenable

 Principe de précaution

Le DD basé sur la prise de conscience des risques environnementaux


et de la rareté des ressources naturelles :

 PIB vert
 Indicateurs de bien-être économique et durable(IBED)
 L’empreinte écologique
 Empreinte carbone (ou bilan carbone)
 Seuils d’irréversibilité

Objectifs du DD

Ils sont 17 avec 169 cibles

1-Eliminer la pauvreté sous toutes ces formes et partout dans le


monde.

 En 2020, hausse de la pauvreté due à la COVID, avec plus de (71


millions) de personnes qui ont basculés dans l’extrême
pauvreté.
 Les jeunes travailleurs ont deux fois plus de chances de vivre
dans l’extrême pauvreté que les travailleurs adultes.
 4 milliards de personnes n’ont de protection sociale.

2-Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la


nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

3-Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-


être de tous à tout âge.

4-Assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité et


de possibilités d’apprentissage tout au long de leur vie.

5-Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et


les filles.

6-Garantir l’accès de tous a des services d’alimentation et


d’assainissement gérés de façon durable.

7-Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables durables


et modernes a un cout abordable.

8-Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et


durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

9-Batir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation


durable, qui profite à tous et encourager l’innovation.

10-Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays l’autre.

11-Fairen sorte que les villes et les établissements humains soient


ouvert à tous, sur, résilients et durables.

12-Etablir des modes de productions et de consommations durables.

13-Prendre d’urgences des mesures pour lutter contre les


changements climatiques et leurs répercussions.
14-Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers, et
les ressources marines aux fins de développement durables.

15-Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres en veillant a les


exploiter de façon durable, gérer durablement les forts, lutter contre
la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des
terres et mettre fin à l’appauvrissements de la biodiversité.

16-Promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques et inclusives aux


fins de DD, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, a
tous les niveaux, des institutions efficaces ,responsables et ouverts a
tous.

17-Renfocer les moyens de mettre en œuvre le partenariat mondial


pour le DD et le revitaliser.

Industrie extractive : la chaine de valeur des ressources (naturelles)


du sous-sol :

 L’eau
 Les énergies fossiles (gaz naturel, pétrole brut, le charbon,
l’uranium)
 Les métaux et les pierres précieuses (l’or, le diamant, l’argent)
 Les autres métaux
 Les matériaux de construction

Le thème dit que l’industrie extractive est le moteur à la fois de la :

-Dimension quantitative du développement (croissance économique)

-dimension qualitative du développement (développement durable)

(1)La première partie de l’équation dans le cadre de l’industrie


extractive : moteur de la croissance économique a été brillamment
démontré par le Ministre GNAMIEN YAO, docteur en technique et
économique de l’exploitation du S/sol dans la première partie de son
livre.

=Activités minières et développement humain durable des


communautés locales dans le monde ou conflit a la coopération=

1ère partie : L’industrie minière comme socle de la richesse des


nations

Chap1 :L’industrie minière comme catalyseur de croissance

Chap2 :L’industrie minière dans l’économie internationale

Le constat qu’il fait est simple : tous les biens et services dont
l’homme peut disposer aujourd’hui sont soit composés de produits
de l’industrie extractive, soit ont été fait en utilisant des de
l’industrie extractive comme matériel.

Par suite, le PIB étant la somme des VA des unités de productions et


des administrations.

L’INDUSTRIE EXTRACTIVE EST BIEN LE MOTEUR DE LA CROISSANCE


ECONOMIQUE

Le tableau de la p81 du livre le dénombre bien avec la présentation


du déterminants des 3 premières révoltions industrielles. Pour que
cette capacité de l’industrie extractive de booster la croissance
économique agisse véritablement, il faut être consommateur de ses
produits.

Or, « comme le continent africain a raté ces différentes révolutions


industrielles, il n’a pu se transformer en un marché de consommation
de produits (l’industrie extractive).L’Afrique est donc demeurée,
même après les années 80, exportatrice nette de matières premières
brutes. Dans ces conditions il ne faut pas s’étonner que l’impact de
l’impact de l’industrie minière sur son développement soit
faible »p284.

« C’est à la présence des entreprises européennes que l’Afrique doit


l’inventaire de son potentiel(en ressources extractives).L’industrie
(extractive) en Afrique a une et seule caractéristique : « sa triple
dépendance extérieure : dépendance technologique, financière et
commerciale »p285-286

Pour résoudre la 1ère partie de l’équation en Afrique, il faut que les


africains améliorent leur savoir-faire en matière d’industrie
extractive pour en devenir des consommateurs, des producteurs et
des apporteurs de capitaux :

(2)la réalisation de ce bel objectif nécessite la 2eme partie de


l’équation ,c’est-à-dire l’industrie extractive :moteur du
développement durable.

 Certains experts disent que le concept actuel du DD conduira à


un déplacement de la dépendance économique mondiale.

Dépendance a Dépendance aux


l’énergie fossile terres rares

L’Afrique aura-t-il la maitrise de la chaine de valeur des terres


rares ?
Traditionnellement en Afrique l’industrie extractive a servi
à apporter les recettes fiscales au budget de l’Etat
(fonction financières) ça tombe bien !! les 17 ODD doivent
être financé .Il s’agit donc d’optimiser la gestion des
ressources de l’industrie extractive, en s’orientant vers la
réalisation d’investissements productifs tant plans
nationaux que locale.
Dans ce cadre le premier capital a développer c’est la
ressource humaine (ODD1 a 4).

C’est d’ailleurs cette ressource humaine qui nous permettra de


maitriser la chaine de différentes valeurs de l’industrie extractive en
Afrique.

Il faut une action massive structurée et de long terme

SOLUTIONS PRATIQUES

Pour que l’industrie extractive soit effectivement le moteur de la


croissance économique et du développement durable en CI(ou en
Afrique), il faut :

 Que la CI devienne consommatrice des ressources de l’industrie


extractive c’est-à-dire que la CI doit maitriser les chaines de
l’industrie extractive de sorte à être consommateurs
producteurs et apporteurs de capitaux de l’industrie extractive.
 Que la CI optimise l’usage des ressources de l’industrie
extractive pour la mise en œuvre de l’agenda 2030 des Nations
Unies c’est-à-dire atteindre les 169 cibles 17 ODD.

Partenariat entre MMPE ,l’ESMG, et l’ESMG Engineers pour :

 Déterminer les contours de la chaine de valeur de l’industrie


extractive et ses différents segments (unités de
production /business units)
 Mettre en évidence les différentes compétences ou expertises
indispensables pour chaque segment et les unités de
productions qui en résultent
 Mettre en place un programme ambitieux et massif
d’acquisition de ces expertises et de mise en place de ces
business units.
 S’inscrire résolument dans les financements des ODD par
l’industrie.

DISCOURS

En ma qualité d’ingénieur de l’ESMG, aujourd’hui représentant du


président de l’amicale des ingénieurs ESMG, mes premiers mots
vont a l’endroit du Parrain de la 21e promotion des ingénieurs
ESMG, a savoir THOMAS CAMARA, MMPE, ce sont des mots de
remerciements, des mots de gratitudes. MERCI Monsieur le
Ministre pour votre parrainage. Ce parrainage nous honore, il
honore notre école, il honore la jeunesse ivoirienne. Il nous donne
un nouveau souffle sur ce chemin de développement de la CI par
l’acquisition de connaissance technique. Ensuite, je voudrais
m’adresser à la 21e promotion des ingénieurs ESMG .Vous avez
souhaitez et vous avez obtenu d’avoir pour parrain le Ministre
THOMAS CAMARA.

Sachez que le Ministre est un produit de l’INSET, qui a fusionné


avec ENSA et ENSTB pour donner l’INP-HB, vous avez donc déjà
quelqu’une des bonnes graines de votre parrain en vous.

Sachez aussi qu’avant de devenir Ministre des Mines, du pétrole et


de l’Energie, le Monsieur THOMAS CAMARA a passé toute sa
carrière professionnelle au service de la SIB, de 1986 à 2021 soit
35 ans.

Il est passé des échelons les plus bas qu’il pourrait occuper
jusqu’au plus élevé :

 Ingénieur procédés
 Ingénieurs Etudes économiques
 Ingénieur ordonnancement
 Chef de service programme
 Chef de département des études économiques
 Chef de département production
 Directeur commerciale et économique
 DG de SMB, une filiale de la SIR, en 2007
 DG de la SIR en 2012

Puis il y’a des fonctions politiques :-Maire de KATIOLA , en 2013

-Député FROMAN-KATIOLA-TIMBE
2021

-MMPE avril 2021

Vous avez donc là un homme qui s’est inscrit dans la durée, qui
acceptent d’apprendre (savoir-faire, savoir être, savoir-faire-faire)et
est même arrivé à créer un consensus autour de sa personne dans ce
milieu si difficile de la politique.

Chers cadets, je vous demande concevoir un projet de vie sur 50 ans,


d’accepter d’apprendre et de progresser pas à pas.

Je voudrais aussi dire GRAND MERCI à toutes les entreprises


partenaires et surtout employeurs, pour leurs appuis et leur
témoignages de satisfaction.

Enfin, MERCI au professeur YAO ALPHONSE, a l’administration de


l’ESMG et a toute le corps enseignant pour le travail, pour leur
disponibilité.

Vous aimerez peut-être aussi