Vous êtes sur la page 1sur 4

Nom et prénom : …………………………… .….…CIN……………… CODE : ………….……..


Exercice 1 (QCM) (12 pts)
Parmi les alternatives proposées, cocher celle(s) qui correspond(ent) à (aux) la (les)
CODE bonne(s) réponse(s).

1. La disponibilité d’un équipement ne dépend pas de :


La fiabilité.
Note La cadence.
La maintenabilité.
2. L’outil de gestion ABC est un outil qui :
Définit la priorité des actions correctives.
Résout les problèmes (trouve des solutions).
N’est pas utilisé en maintenance.
3. Localiser une défaillance c’est répondre à la question :
Quelle est l’entité défaillante ?
Pourquoi cette entité est défaillante ?
Quelle est la cause de la défaillance ?

4. La maintenance préventive systématique est un ensemble d’opérations à réaliser :


A chaque démarrage du système.
Lorsque l'équipement est à l'arrêt.
Quand l’élément est usé (signalé par un témoin ou un contrôle).
Quand toutes les conditions sont réunies.
A périodes régulières.

5. La maintenance préventive conditionnelle, est un ensemble d’opérations et/ou


interventions à réaliser:
A chaque démarrage du système.
Lorsque l'équipement est à l'arrêt.
Quand l’élément est usé (signalé par un témoin ou un contrôle).
Quand toutes les conditions sont réunies.
A périodes régulières.
6. Quel type de maintenance correspond à une attitude passive d’attente de la
défaillance ?
Maintenance Préventive.
Maintenance Améliorative.
Maintenance Corrective.
7. Dans le cas d’une maintenance préventive, la valeur de l’indicateur MTBF est
inconnue :
Vrai.
Faux.

1

8. La fiabilité d’un matériel est mauvaise si son MTBF est
Elevé.
Faible.
9. Une fausse manœuvre d'un système donné est une cause :
Intrinsèque de défaillance.
Extrinsèque de défaillance.
10. La méthode des 7M est une méthode de détermination des :
Effets d’une défaillance sur un système ou un équipement.
Causes de dysfonctionnement d’un système ou une machine.
Défaillances probables sur un équipement ou une machine.
11. Une attitude préventive consiste en une intervention sur :
La défaillance.
La dérive en amont de la défaillance.
La dérive en aval de la défaillance.
La cause initiale de la défaillance.
12. La recherche des améliorations appartient à la fonction :
Etudes et méthodes.
Exécution et mise en œuvre.
Documentation.
13. La mission "participer à la conception de travaux neufs" intéresse :
L'agent de maintenance.
Le technicien d'intervention.
Le technicien de méthode.
14. La maintenance systématique est basée sur:
L’état de dégradation du bien.
Un échéancier établi à partir d’un nombre prédéterminé d’unités d’usage.
L’état de dégradation du bien et un échéancier établi à partir d’un nombre
prédéterminé d’unités d’usage.
15. Les défaillances de caractère fortuit sont réparées par:
La maintenance améliorative.
La maintenance corrective.
La maintenance préventive.
16. La sous-traitance des travaux de la maintenance est une réponse relative aux
problèmes :
D’externalisation des travaux de la maintenance.
Du choix entre la centralisation et la décentralisation des travaux.
Du choix de l’horizon de planification des opérations de maintenance.
De la décision des types et des quantités des pièces de rechange à stocker.

2

17. Laquelle de ces 4 réponses est juste ?
Un bien est en panne donc il est défaillant.
Un bien est défaillant donc il est en panne.
Panne et défaillance ont la même signification.
Il n’y a pas de relation entre "panne" et "défaillance".
18. L’AMDEC est une méthode :
Inductive (de la cause vers les effets)
Déductive (de l’effet vers la cause)
Exhaustive (une réflexion totale)
19. La méthode AMDEC est utilisée pour :
Un matériel neuf.
Un matériel possédant un historique.
20. L’AAD est une méthode :
Inductive (de la cause vers les effets)
Déductive (de l’effet vers la cause)
Exhaustive (une réflexion totale)
21. Une mauvaise conception d'un bien est une cause
Intrinsèque de défaillance.
Extrinsèque de défaillance.
22. La maintenance industrielle consiste à :
Réparer des machines en panne.
Assurer le bon fonctionnement des installations impliquées dans la production.
Réparer en cas de dysfonctionnement.
Proposer des solutions pour améliorer la rentabilité.
23. L’objectif d’utiliser les pièces jusqu’à usure complète sans risque, avec un suivi
régulier de la machine qui informe à chaque instant sur son état, est celui d’une :
Maintenance conditionnelle.
Maintenance systématique.
Maintenance corrective.

24. Quelle est la réponse qui ne correspond pas à une phase de la maintenance corrective :
Diagnostic.
Inspection.
Essais.
25. Ce qui permet de remettre un équipement en état de fonctionnement après panne
est :
Le plan de maintenance.
La maintenance conditionnelle.
Aucune réponse.

3

26. La maintenance est un facteur important de qualité :
Si elle consiste à dépanner et à réparer après défaillance.
Si elle a comme objectif préventif que le minimum vital.
Aucune des deux réponses.
27. La maintenance est une activité essentielle pour :
Contribuer à la réalisation des produits sur le marché.
Soutenir la production dans le but d’une meilleure productivité.
Réaliser un maintien de la production à un niveau satisfaisant en qualité et en
quantité.
28. Les actions d’entretien sont justifiées par :
La nature technique des équipements.
La faible incidence économique des arrêts fortuits.
Les méthodes de production en usage.

29. Un seuil d’alerte déclenche une maintenance :


Corrective.
Préventive

30. D’après le graphe ci-dessous, préciser si cette entreprise a fixé une politique de
maintenance :
Préventive conditionnelle
Préventive prévisionnelle
Préventive systématique

31. (Voir page 5)

Vous aimerez peut-être aussi