Vous êtes sur la page 1sur 2



Déshydratation du Gaz Naturel :


Economies d’énergie pour la régénération du Triéthylène Glycol (TeG)

Par C. Montagnier, Ingénieur Projets, PILLARD (EGCI), Marseille (F)

1 - UNITES CLASSIQUES DE REGENERATION DE TeG

Le Gaz Naturel extrait étant humide, il doit être déshydraté.


Le TeG, agent absorbant l’eau du Gaz Naturel, dont la température
d’ébullition est d’environ 200°C, peut être régénéré dans une colonne
de distillation.

Les unités classiques (voir Fig.1) sont constituées de :


- Un “rebouilleur” surmonté d’une colonne de distillation
- Un brûleur avec pré-chambre au Gaz Naturel produisant des fumées
à # 900°C chauffant le rebouilleur
- Un refroidisseur aéro-réfrigérant
- Un séparateur appelé “ballon de torche” avec récupération de l’eau
condensée polluée d’hydrocarbures
- Une torchère avec pilote.

Le TeG humide perd son eau dans la colonne de distillation au-dessus


du bain de TeG du rebouilleur.
Le TeG sec est évacué pour une nouvelle utilisation.

Le mélange vapeur d’eau + effluents (résidus de Gaz Naturel,


mercaptans, méthanol) sortant de la colonne est envoyé vers le ballon
de torche où les condensats sont séparés. Fig.1 - Unité classique de régénération

Les effluents gazeux sont brûlés dans la torchère comprenant une


flamme pilote au Gaz Naturel. L’énergie de combustion des effluents
est donc perdue.

2 - NOUVELLES UNITES DE REGENERATION DE TeG AVEC RECUPERATION D’ENERGIE

La réalisation décrite (dont le principe est donné Fig.2) équipe le


Centre de stockage souterrain de Gaz Naturel de GAZ DE FRANCE à
Gournay sur Aronde (60) France, sa vue générale est donnée Fig.3.

La torchère est remplacée par une chambre de combustion appelée


“économiseur” alimentée par (vapeur d’eau + effluents) sortant de la
colonne (avec appoint de Gaz Naturel) pour produire les fumées à
# 900°C chauffant le rebouilleur.

L’appoint de Gaz Naturel est géré par une régulation mesurant les
débits d’effluents. Les chaînes de sécurité vérifient les températures
mini/maxi et anomalies éventuelles.

La flexibilité et rapidité de réponse de l’ “économiseur” résultent


notamment de la faible inertie des fumisteries, et de la fonction de
veille assurée par le brûleur.

En cas d’arrêt de la régénération, et lors du démarrage à froid, la


puissance de l’ “économiseur” doit être déterminée à un niveau
suffisamment élevé pour permettre d’être opérationnel en 1 heure
environ.
Fig.2 - Unité de régénération avec récupération d’énergie


L’ “économiseur” remplit deux rôles :


- Génération de calories,
- Incinération d’effluents gazeux.

Avantages
- Destruction thermique des effluents gazeux (2 secondes de temps de séjour à 850°C).
- Économie de consommation de Gaz Naturel.
- Économie d’exploitation par suppression des frais de traitement des condensats pollués d’hydrocarbures.

Caractéristiques et résultats obtenus


- Débit de TeG à traiter : 0 à 4,7m3/h (liquide)
- Puissance rebouilleur : 350 kW
- Puissance de pointe “économiseur” : 1 200 kW (marche stabilisée 400)
- Débit de Gaz Naturel maxi
* En pointe (démarrage) : 120 Nm3/h
* En phase stabilisée (env.) : 10 Nm3/h
- Débit d’effluents : 0 à 300 Nm3/h
- PCI des effluents : 7 200 à 28 800 kJ Nm3/h
- Économie de Gaz Naturel (env.) : 28 Nm3/h
- Économie de Gaz Naturel par m3 de TeG liquide : 6 Nm3/h
- Économie de coût de suppression du
traitement des condensats par m3 de TeG liquide : 12 €

Fig.3 : Vue d’ensemble de l’unité de régénération décrite


à Gournay sur Aronde (60) France

Conclusions
- L’”économiseur” fonctionne de façon fiable et procure les économies prévues.
- L’unité ne rejette aucun polluant, contrairement aux solutions antérieures.
- Elle permet de réaliser une économie évaluable, par m3 de TeG liquide à traiter, à :
6 Nm3/h de Gaz Naturel (+) 12 €.