Vous êtes sur la page 1sur 8

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


Faculté de Technologie SCIENTIFIQUE
Département de Génie Electrique
1er Année Master CMT Université Mohamed Boudiaf de M'sila
Matière: CCE
M'sila : 2020/2021

Chapitre 2 : Partie 1- Caractéristiques des moteurs à courant continu

I. Moteur à courant continu


Le MCC c’est une machine électromagnétique qui transforme l’énergie électrique qu’elle reçoit sous
forme de courant continu en énergie mécanique.
Les MCC restent très utilisés dans le domaine de l’automobile (ventilateurs, lève-vitre, etc.) ainsi qu’en
tant que « moteur universel » dans l’électroménager et l’outillage. Dans le domaine des puissances supérieure
au mégawatt, les sous-marins seront les seuls utilisateurs de machines à courant continu afin d’assurer leur
propulsion. En effet, pour éviter de « rayonner » du 50 ou du 60 Hertz qui les rendrait facilement détectables,
les sous-marins utilisent des circuits de distribution de l’énergie électrique à tensions continues.
I.1. Différents modes d'excitation d'un moteur à courant continu:

Étant donné que les moteurs à courant continu sont utilisés dans une grande variété d'applications, selon
le mode d'excitation, il existe quatre types de moteurs adaptés aux différentes tâches dans le secteur
industriel:
I.1.1. Le moteur à excitation séparée (indé): L’alimentation de l’enroulement inducteur est maintenue par
une source indépendante de la source de l’induit comme il est indiqué dans la figure 1 -a-.

I.1.2. Le moteur à excitation série : L’induit et l’inducteur sont branchés en série, il est donc traversé par le
même courant Ia=Ie, comme il est indiqué dans la figure 1 -b-.

I.1.3. Le moteur à excitation shunt : L'inducteur et l'induit sont connectés en parallèle et alimentés par une
seule source de tension continue comme il est indiqué dans la figure 1 -c-.

I.1.4. Le moteur à excitation composée : C’est une combinaison des excitations shunt et série, on peut
réaliser un compound-Age additif (Si les flux des deux enroulements s’additionnent) ou soustractif
(dans le cas contraire) comme il est indiqué dans la figure 1 -d-.

I.2. Symboles

Voici les différents symboles employés pour représenter la machine à courant continu, selon qu’elle
fonctionne en génératrice (dynamo) ou en moteur et selon le type d’excitation employée.

-a- MCC à excitation indépendante. -b- MCC à excitation série

1
-c- MCC à excitation composée -d- MCC à excitation shunt
Figure 1 : Différents types et symboles de la la machine à courant continu

I.3. Formule générale de la force contre-électromotrice (f.c.e.m)


p N
E=  (1)
a 2
Avec :
p: Nombre de paire de pôles de l’inducteur ;
a : Nombre de paire de voies de l’enroulement d’induit ;
N: Nombre total de brins actifs de l’induit ;
 : Flux utile par pôle (Weber) ;
Ω: Vitesse de rotation (rd/s) ;
E’: Force contre-électromotrice en Volts ;
p N p N
Le facteur est constant. Posons : = k ; il vient :
a 2 a 2
E = k (2)

1.3.1. Formule générale du couple


1.3.1.1. Couple électromagnétique
Lorsqu’un courant Ia circule dans l’induit, il apparaît un couple électromagnétique Cem créé par les forces
de Laplace qui s’exercent sur les conducteurs de l’induit.

Figure 2: Moteur à excitation indépendante ou séparé.


Le couple électromagnétique est donné par :
Pem
C em = (3)

Pem est la puissance électromagnétique qui passe de la forme électrique à la forme mécanique.

2
Figure 3: Bilan des puissances d’un MCC à excitation séparée

D’après la figure 3 (Bilan de la puissance d’un MCC), la puissance électromagnétique ( Pem) est donné par :
Pem = Pa − p j (4)
Supposons que le courant Ia est absorbé par l’induit sous la tension Ua (convention récepteur). La
puissance Pa absorbée par l’induit peut s’écrire :
Pa = U a I a + U e I e (5)
D’après la figure 2, l’équation électrique de l’induit s’écrit :
dI a
U a = Ra I a + La +E (6)
dt
dI a
en régime permanent La =0
dt
U a = Ra I a + E  E = U a − Ra I a (7)
pj est la somme des pertes joules excitation (pjex ) et dans le circuit d’induit (pjind ) qui est donné par:

p j = p jex + p jind = U e I e + Ra I a2 (8)


Pem = Pa − p j = U a I a + U e I e − (U e I e + Ra I a2 ) (9)
Pem = (U a − Ra I a ) I a (10)
Ra I a2 représente l’échauffement par pertes Joule de l’induit et des balais.

D’après l’équation (2) de la fcem, la puissance électromagnétique (Pem) qui disparaît de la forme
électrique pour réapparaître sous la forme mécanique est donné par :
Pem = EI a (11)
En remplaçant E, le couple électromagnétique est donné par :
EI kI a
Cem = a = = kI a (12)
 
Le couple ne dépend que des courants. Son signe dépend du sens du courant.

1.3.1.2. Couple utile


Le couple utile est donné par :
Pu
Cu = (13)

Pu est la puissance utile à la sortie du moteur.

D’après la figure 3, la puissance utile (Pu) est donné par :


Pu = Pem − pmagn − pméc (14)

3
pmagn : sont les pertes magnétiques définies par la somme des pertes par hystérésis et par courants de
Foucault:
pméc : sont les pertes mécaniques et qui rassemblent les pertes par frottement et ventilation.
P
Cu = u (15)

En pratique le couple de pertes qui dépend de la vitesse ne dépasse pas quelques pourcents du couple
électromagnétique, aussi peut-on le négliger et se permettre ainsi d’écrire :
Cu = Cem (16)
1.4. Caractéristiques des MCC
L’utilisateur d’un moteur s’intéresse en premier lieu à la caractéristique mécanique Cem = f (Ω) qui
donne le couple produit en fonction de la vitesse. Il faut par ailleurs connaître le courant absorbé en fonction
du couple demandé : c’est la caractéristique électromécanique de couple Cem= f (Ia). On utilise aussi la
caractéristique électromécanique de vitesse Ω = f (Ia).
Ces courbes sont généralement tracées avec pour paramètres la tension d’alimentation Ua; les propriétés
obtenues dépendent du mode d’excitation.
1.4.1. Caractéristiques du MCC à excitation séparée ou à excitation
Ces deux moteurs sont les mêmes caractéristiques. On alimente en parallèle sous la tension continue Ua
l’induit et l’inducteur des deux MCC comme montrent les figures 4 et 5.

Figure 4: MCC à excitation séparée. Figure 5: MCC à excitation shunt

On étudiera les caractéristiques pour Ua=cte et Ie=cte (Ua et ϕ constants). On charge le moteur en lui
opposant un couple résistant et on étudie : Cem = f (Ia) ; Ω = f (Ia) ; Cem= f (Ω).
1.4.1.1. Caractéristique électromécanique de vitesse : Ω=f(Ia)
Dans les deux MCC (excitation séparée et shunt), la résistance de l’inducteur étant toujours élevée, le
courant inducteur Ie ne représente que quelques pourcents du courant de l’induit Ia (Ie <<Ia), aussi peut-on
écrire :
I=Ie +Ia=Ia (17)

Lorsque Ua et ϕ sont des constants et à partir des équations (2) et (12), le couple électromagnétique et la
fcem sont donnés par :

Cem = kI a = k ' I a (18)


E = k'  (19)
À partir de ces équations et l’équation (7) on obtient l’équation de la vitesse  en fonction du courant I a :
U − Ra I a
k '  = U a − Ra I a   = a (20)
k'

4
À partir de cette équation on obtient la caractéristique électromécanique de vitesse : Ω=f(Ia):
U a − Ra I a
= = A − BI a (21)
k'
La caractéristique électromécanique de vitesse est une droite de la forme  = f ( I a ) = A − BI a
I  0 la MCC fonctionne comme moteur dans le sens positive (Le fonctionnement moteur correspond à Ia
- a
et  de même sens).
-
I a  0 la MCC fonctionne comme générateur dans le sens positive.

Dans le cas I a  0
Ua
Lorsque I a = 0   = 0 (à vide) = A =
k'
Lorsque I a = I n   = n (nominale) = A − BI an

Dans le cas I a  0
Lorsque I a = − I n   =  f = A + BI an

Figure 6: Caractéristique électromécanique de vitesse Ω=f(Ia) d’une MCC à excitation séparée.

Ra
L’angle  est donné par : ton =
k'
1.4.1.2. Caractéristique électromécanique du couple Cem = f(Ia)
Le couple électromagnétique est donné par :
Cem = kI a = k ' I a (22)
Le couple est donc proportionnel au courant d’induit Ia. La formule ci-dessus permet, en utilisant la
caractéristique à vide, de calculer la pente de cette droite. On remarque que le courant ne dépend que
du couple.
Comme le montre la figure 7, lorsque Cem et Ia sont ici négatifs, il s’agit d’un freinage : la charge est
alors motrice (ou entraînante) et le courant est envoyé vers le réseau.
On peut remarquer qu’au démarrage : CemD = k ' I aD

5
Figure 7: Caractéristique électromécanique du couple Cem = f(Ia) d’une MCC à excitation séparée.

1.4.1.3. Caractéristique mécanique Cem =f(Ω)


La caractéristique mécanique est la relation entre la vitesse de rotation et le couple électromagnétique.
À partir des équations (19) et (21) on obtient l’équation de la vitesse  en fonction du courant I a :
C
Cem = kI a = k ' I a  I a = em (23)
k'
U − Ra I a U a Ra I a U RC
= a = −   = a − a 2em (24)
k' k' k' k' k'
Le couple est donné par :
k' k '2
Cem = U a −  (25)
Ra Ra
Cem = A' '− B' '  (26)
k' k '2
avec A' ' = U a et B' ' = 
Ra Ra
La caractéristique mécanique Cem =f(Ω) est une droite descendante presque parallèle à l’axe des couples
comme le montre la figure 8.
Ua
Lorsque  = 0  Cem =
Ra k '
U
Lorsque Cem =0= a
k'

Figure 8: Caractéristique mécanique Cem = f(Ω) d’une MCC à excitation séparée.

6
On remarque que la vitesse est une fonction linéaire du couple.
Le fonctionnement moteur correspond à Cem et Ω de même sens.
-Fonctionnement en moteur : Cem.Ω > 0
-Fonctionnement en génératrice : Cem.Ω < 0

Lorsque le courant d'induit augmente, le couple qui lui est proportionnel augmente, ainsi que la chute
de tension aux bornes de l'induit. Cette dernière fait chuter la force contre-électromotrice. Par conséquent,
la vitesse diminue puisqu'elle est proportionnelle à la f.c.é.m.
Ce type d'excitation est fréquemment utilisé lorsqu'on désire faire varier la vitesse entre de larges limites
avec un couple moteur constant. Dans ce cas, le flux étant maintenu constant, on fait varier la tension
d'alimentation de l'induit à l'aide d'une génératrice à tension réglable.
La vitesse étant inversement proportionnelle au flux, si le flux s'annule (ce qui peut se produire, par
exemple, par rupture du circuit d'excitation), la vitesse prendra des valeurs très élevées et le moteur
aura tendance à s'emballer.
Les avantages :
- Plage de variation de vitesse très grande (> 1000 en boucle d'asservissement) ;
- Couple de démarrage important, idéal pour l'entraînement de charges à forte inertie ;
- Rapport volume/puissance très supérieur à toutes les autres technologies ;
- Rendement élevé ;
- Linéarité tension/vitesse, couple/courant.
Mais :
- Prix élevé ;
- Maintenance coûteuse (remplacement des balais en graphite, usure du collecteur) ;
- Source importante de parasites (étincelles de commutation sur le collecteur).

Remarque : dans la réalité on distingue : E = ke.Ω et Cem = kem.Ia, où ke est la constante électrique du
moteur, et kem sa constante mécanique. Mais dans la pratique, on peut confondre ces deux constantes et
poser k= ke ≈ kem.

7
Les quadrants électriques (U et I) et mécaniques (Ω et C) sont quasiment confondus. Les quadrants
moteur sont le 1 (marche AV) et 3 (marche AR). Dans les quadrants 2 et 4 la machine fonctionne en
génératrice, et peut être utilisée comme frein.
Lors d’un mouvement horizontal, le quadrant 4 est utilisé pour un freinage avec renvoi en marche AV –
le quadrant 2 pour le freinage en marche AR. Lors d’un mouvement vertical, le quadrant 2 est utilisé pour la
descente (freinage marche AR).

Vous aimerez peut-être aussi