Vous êtes sur la page 1sur 10

FACULTÉ DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE
cours de Madame L. PIGNATEL
(laura.pignatel@univ-amu.fr)

LICENCE II – 2nd SEMESTRE


2021-2022

SITE MARSEILLE

PLAN DU COURS

INTRODUCTION GÉNÉRALE

I. La définition de la responsabilité pénale


II. L’évolution de la responsabilité pénale
1. La formation du concept
2. Ses critiques
3. Sa consécration
III. Les manifestations de la responsabilité pénale

Annonce du plan en deux parties :

- PREMIERE PARTIE : LES PERSONNES RESPONSABLES


® Correspondant à l’étude des articles 121-1 à 121-7 du Code pénal

- SECONDE PARTIE : LES PERSONNES IRRESPONSABLES


® Correspondant à l’étude des articles 122-1 à 122-9 du Code pénal

1
PREMIÈRE PARTIE : LES PERSONNES RESPONSABLES
(ARTICLES 121-1 A 121-7 DU CODE PÉNAL)

TITRE I : LES RÈGLES COMMUNES DE DÉTERMINATION DE LA PERSONNE


PÉNALEMENT RESPONSABLE

CHAPITRE I : LE CARACTÈRE PERSONNEL DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE


(ART. 121-1 DU CODE PÉNAL)

SECTION I : La signification du principe

SECTION II : Les conséquences du principe

§1. Exclusion de la responsabilité pénale collective


- Signification
- Limites

§2. Exclusion de la responsabilité pénale du fait d’autrui


- Signification
- Limites
® Exemple des articles L. 121-2 et L 121-3 du Code de la route
® Conseil Constitutionnel, DC du 16 juin 1999 + CEDH affaire Salabiaku c/ France 7 oct.
1988

CHAPITRE II : LES MODES DE PARTICIPATION CRIMINELLE

SECTION I : L’auteur de l’infraction (art. 121-4 du Code pénal)

§1. L’action
A. L’auteur matériel
B. L’auteur moral ou intellectuel

§2. La co-action
A. Définition de la co-action
B. L’extension de la notion
- Par la loi
- Par la jurisprudence : le cas des « scènes uniques de violences » et la distinction entre
deux situations :

® Pluralité de participants en cas d’infractions volontaires


® Pluralité de participants en cas d’infractions involontaires
® Distinction proposée entre la démarche finaliste et déterministe

2
SECTION II : Le complice (art. 121-7 du Code pénal)

§1. Les conditions de la complicité (art. 121-7 du Code pénal)

A. La condition préalable de la complicité : une infraction principale punissable

1. La nature du fait principal

® Crime / délit / contravention


® Infraction consommée / infraction tentée
2. Le caractère punissable du fait principal

B. L’élément matériel de la complicité

1. La complicité par aide ou assistance


2. La complicité par provocation ou instructions données

C. L’élément moral de la complicité

® Volonté de s’associer à l’infraction principale


® Quid de la complicité d’une infraction non intentionnelle ?
® Quid lorsque l’auteur principal réalise une infraction différente de celle voulue par le
complice ?

§2. La répression de la complicité

A. Le principe de l’assimilation du complice à un auteur

B. Les conséquences du principe


® Quid des circonstances aggravantes ou des causes d’atténuation de la peine ?

TITRE II. LES RÈGLES PARTICULIÈRES D’IMPUTATION DE LA RESPONSABILITÉ


PÉNALE AUX PERSONNES

CHAPITRE I. L’IMPUTATION DE LA RESPONSABILITÉ AUX PERSONNES PHYSIQUES


(La responsabilité pénale « dite » du fait d’autrui :la responsabilité pénale du chef
d’entreprise)

SECTION I. Les fondements de la responsabilité pénale du chef d’entreprise

§1. La justification traditionnelle sous l’empire de l’ancien code pénal


§2. La justification actuelle sous l’empire du nouveau code pénal

3
SECTION II. Le domaine de la responsabilité pénale du chef d’entreprise

§1. La loi
§2. La jurisprudence

SECTION III. Les conditions de la responsabilité pénale du chef d’entreprise

§1. La condition relative au préposé : une infraction commise par le préposé

§2. La condition relative au chef d’entreprise : l’absence de délégation de pouvoirs

A. Le domaine d’application de la délégation de pouvoirs

B. Les conditions de la délégation de pouvoirs

1. Les conditions relatives au délégant


2. Les conditions relatives au délégataire
3. Les conditions relatives à l’acte de délégation

C. Les effets de la délégation de pouvoirs

CHAPITRE II. L’IMPUTATION DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE AUX PERSONNES MORALES


(ART. 121-2 DU CODE PÉNAL)

SECTION INTRODUCTIVE : L’avènement de la responsabilité pénale des personnes morales

SECTION I. Le domaine de la responsabilité pénale des personnes morales

§1 : Quelles personnes morales ?

A. Les personnes morales concernées

1. Toutes les personnes morales ?


o Personnes morales de droit privé
o Personnes morales étrangères ?
o Personnes morales de droit public ?

2. Quid des fusions/absorptions de société ?

B. Les restrictions

1. L’irresponsabilité pénale de l’État (art. 121-2 al. 1)


2. La responsabilité limitée des collectivités territoriales et leurs groupements (art. 121-2
al. 2)

4
§2 : Quelles infractions ?

A. L’abandon du principe de spécialité


B. B. Les exceptions à la généralisation de la responsabilité pénale des personnes
morales

SECTION II. La mise en œuvre de la responsabilité pénale des personnes morales

§1. L’imputation de la responsabilité pénale à la personne morale

A. La commission d’une infraction par un organe ou un représentant

1. La notion d’organe et de représentant

- La définition de l’organe
- La définition du représentant

2. L’identification de l’organe ou du représentant

® Exposé des différentes étapes de l’évolution jurisprudentielle tenant à l’imputation de


l’infraction à un organe ou un représentant de la personne morale

B. La commission d’une infraction pour le compte de la personne morale

§2. Les sanctions encourues par la personne morale

§3. La possibilité de cumul des responsabilités pénales (personne physique / personne


morale)

5
SECONDE PARTIE : LES PERSONNES IRRESPONSABLES
(ARTICLES 122-1 A 122-9 DU CODE PÉNAL)

Introduction :
I. La notion de causes d’irresponsabilité pénale
A. La distinction entre causes d’irresponsabilité pénale et immunités
B. La distinction entre causes d’irresponsabilité pénale et causes d’exemption de
peine

II. La classification des différentes causes d’irresponsabilité pénale


A. La classification par la source : causes légales et causes prétoriennes
® L’exercice des droits de la défense par le salarié
B. La classification par l’effet : faits justificatifs et causes de non-imputabilité

TITRE I : LES CAUSES OBJECTIVES D’IRRESPONSABILITÉ PÉNALE

CHAPITRE I. L’ORDRE OU L’AUTORISATION DE LA LOI OU DU RÈGLEMENT ET LE


COMMANDEMENT DE L’AUTORITÉ LÉGITIME (ART. 122-4 DU CODE PÉNAL)

SECTION I. L’ordre ou l’autorisation de la loi ou du règlement (art. 122-4 alinéa 1)

§1. L’ordre
A. La prescription de la loi
B. La prescription du règlement

§2. L’autorisation
A. La permission de la loi
B. La permission du règlement

§3. Le cas particulier de l’usage des armes par les forces de l’ordre (art. L. 435-1 du Code de
la sécurité intérieure)

SECTION II. Le commandement de l’autorité légitime (art. 122-4 alinéa 2)

§1. Les conditions

§2. L’exception
® Le cas de l’acte manifestement illégal
- Les solutions théoriquement concevables
- La solution retenue par le code pénal

6
CHAPITRE II. LA LÉGITIME DÉFENSE (ART. 122-5 ET 122-6 DU CODE PÉNAL)

SECTION I. Les conditions de la légitime défense

§1. Les conditions relatives à l’agression

A. La nature de l’atteinte

1. Dans la légitime défense des personnes (art. 122-5 al.1 du Code pénal)
2. Dans la légitime défense des biens (art. 122-5 al.2 du Code pénal)

B. Les caractères de l’atteinte

- Une agression injuste


- Une agression actuelle ou imminente
- Une agression réelle

§2. Les conditions relatives à la riposte

A. La nature de la riposte

1. Dans la légitime défense des personnes


2. Dans la légitime défense des biens

B. Les caractères de la riposte

1. Les caractères généraux


- Nécessité
- Proportionnalité
- Concomitance

2. Des caractères renforcés dans la légitime défense des biens

SECTION II. La preuve de la légitime défense

§1. Le droit commun de la légitime défense (art. 122-5 du Code pénal)

§2. Les cas spéciaux de présomption de légitime défense (art. 122-6 du Code pénal)

CHAPITRE III. L’ÉTAT DE NÉCESSITÉ (ART. 122-7 DU CODE PÉNAL)

SECTION I. La consécration de l’état de nécessité

® L’affaire Ménard ou Affaire du Bon juge Magnaud


® L’affaire Lesage

7
SECTION II. Les conditions de l’état de nécessité

§1. Les conditions relatives au danger

A. La nature du danger
B. Les caractères du danger : un danger actuel ou imminent

C. La question de l’origine du danger

® L’affaire de l’ourse « Canelle »

§2. Les conditions relatives à l’acte accompli

A. La nécessité
B. La proportionnalité

SECTION III. Les effets de l’état de nécessité

CHAPITRE IV. LES LANCEURS D’ALERTE (ART. 122-9 DU CODE PÉNAL)

SECTION I. La définition du lanceur d’alerte

SECTION II. Les conditions

Réflexion à avoir avec les étudiants : Quid du consentement de la victime


alors ?
L’effet non justificatif du consentement

TITRE II : LES CAUSES SUBJECTIVES D’IRRESPONSABILITÉ PÉNALE


Introduction
® Rappel de la notion d’imputabilité
® Causes subjective d’irresponsabilité = causes de non-imputabilité
® Distinction entre discernement et volonté

CHAPITRE I. LES CAUSES SUBJECTIVES D’IRRESPONSABILITÉ PÉNALE LIÉES AU


DISCERNEMENT

SECTION I. Les troubles psychiques ou neuropsychiques (art. 122-1 du Code pénal et les
suites de l’affaire Sarah Halimi)

§1. Les conditions de l’irresponsabilité

A. Sur la notion de troubles psychiques ou neuropsychiques

8
1. La nature du trouble

a. Les différentes formes d’aliénation mentale


b. Les états voisins (exemple du somnambulisme, de l’hypnose, des intoxications)

2. L’appréciation du trouble

B. Sur l’existence du trouble psychique ou neuropsychique au moment des faits

1. Le trouble antérieur
2. Le trouble postérieur

§2. Les effets de l’irresponsabilité

A. L’abolition du discernement ou du contrôle des actes (art. 122-1 al.1)

B. L’altération du discernement ou du contrôle des actes (art. 122-1 al.2)

§3. Les suites de l’affaire Sarah Halimi et la création des articles 122-1-1 et 122-1-2

ACTUALITE : Projet de loi relatif à la responsabilité pénale et à la sécurité


intérieure

SECTION II : La minorité (art. 122-8 du Code pénal)

Introduction :
- Historique
- Évolution du droit pénal des mineurs

§1. Le principe de la responsabilité pénale des mineurs capables de discernement

§2. Les mesures encourues par les mineurs


A. Les mesures éducatives
B. Les sanctions éducatives
C. Les peines

CHAPITRE II. LES CAUSES SUBJECTIVES D’IRRESPONSABILITÉ PÉNALE LIÉES À LA VOLONTÉ

SECTION I. La contrainte (art. 122-2 du Code pénal)

§1. Les formes de la contrainte

A. La contrainte physique

1. La contrainte physique interne

9
2. La contrainte physique externe

B. La contrainte morale

1. Admission de la contrainte morale externe


2. L’exclusion de la contrainte morale interne
§2. Les caractères de la contrainte

A. Le caractère irrésistible

B. Le caractère imprévisible
® L’affaire Trémintin

§3. Les effets de la contrainte


® La contrainte cause d’irresponsabilité pénale + La contrainte cause d’irresponsabilité civile

SECTION II. L’erreur sur le droit (art. 122-3 du Code pénal)

§1. Le principe « Nemo censetur ignorare legem » ou « nul n’est censé ignoré la loi »

§2. L’admission encadrée de l’erreur sur le droit

A. Les conditions de l’erreur sur le droit

1. Une erreur sur le droit

® Erreur de droit et erreur de fait ?


® Erreur sur la loi ? le règlement ? la jurisprudence ?

2. Une erreur inévitable

B. La preuve de l’erreur sur le droit

10

Vous aimerez peut-être aussi