Vous êtes sur la page 1sur 109

Morgan LE SELLIN Christophe RAT

Stagiaire ARER 2006 Maître de stage


Elève 3ème Année EGIM-ECM Directeur de l’ARER

Etude d’opportunité pour une filière de


cheminée solaire à la Réunion
Stage Plateforme Recherche et
Développement ARER 2006

Ecole Centrale Marseille (ECM) Agence Régionale de l’Energie


Technopôle de Château-Gombert Réunion (ARER)
38, rue Joliot Curie ARER Siège Social - EIE IUT
13451 MARSEILLE Cedex 20 Adresse : 40 Avenue de Soweto - BP226 -
Tél. : +33 ( 0)4 91 05 45 45 97456 Saint-Pierre Cedex
Fax. : +33 (0)4 91 05 43 80
ARER MRST - EIE Nord-Est
Adresse : 100 route de l a Rivière des Pluies -
97 490 Sainte-Clotilde
Tél. : 02 62 92 29 21
Fax. : 02 62 97 39 52
Résumé :

Le concept de cheminée solaire se dév eloppe aujourd’hui sous l’impulsion de plusieurs


laboratoires et industries à travers le monde.
Conçue pour des déserts arides, plusieurs projets et recherches tentent aujourd’hui de l’adapter à
d’autres milieux. Les dimensions restent néanmoins importante étant donné le faible rendement
solaire de ce système. La cheminée solaire intégrée en falaise relève aujourd’hui de techniques
d’excavation encore coûteuse.
Le développement de cette technologie à la Réunion est rendu difficile par la protection des
espaces naturels.
Cette technologie est c ependant propre et durable et son développement reste à v enir.
Page 3 sur 109

Remerciement :

À l’ensemble du personnel et des stagiaires de l’Agence Régionale de l’Energie Réunion pour leur
accueil et leur aide.
À tous les professionnels qui m’ont apporté leur connaissance pour la réalisation de ce rapport.
Au personnel de l’Ecole Généraliste Ingénieur de Marseille pour les trois années de formation
passées parmi eux.

Avec la participation de Météo France


Sommaire :

I/ Déroulement du stage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Présentation synthétique du sujet .......................................................................................3
B/ Planning prévisionnel du stage............................................................................................3
II / Contex te énergétique de la Réunion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Un contexte marqué par la situation énergétique mondiale et nationale................................3
B/ Le contexte particulier de la Réunion...................................................................................3
C/ Bilan énergétique de l’île....................................................................................................3
D/ Evolution du sec teur de l’énergie à la Réunion .....................................................................3
E/ Une politique énergétique régionale réunionnaise dans le c adre national ..............................3
F/ Conclusion.........................................................................................................................3
III / Présentation de l’ARER.
l’ARER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Rôle et activités de l’ARER ..................................................................................................3
B/ Organisation ......................................................................................................................3
C/ Partenaires ........................................................................................................................3
D/ Participation aux ac tivités de l’agence .................................................................................3
IV / Description et généralités sur la cheminée s olaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Introduction .......................................................................................................................3
B/ Historique..........................................................................................................................3
C/ Description et principe de fonctionnement d’une tour s olaire : ..............................................3
D/ Description des différents domaines du s ystème : ................................................................3
E/ Quelques él éments de c alcul…............................................................................................3
V/ Modélisation et optimisation.
optimisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Eléments pour un modèl e de cheminée sol aire ....................................................................3
a. Notion de base sur les radiations solaires ........................................................................3
b. Modèle du collecteur ......................................................................................................3
c. Modèle pour la cheminée................................................................................................3
d. Modèle pour la turbine ...................................................................................................3
e. Algorithme ....................................................................................................................3
f. Résultats .......................................................................................................................3
B/ Optimisation des turbines ...................................................................................................3
a. Modèle ..........................................................................................................................3
b. Résultats .......................................................................................................................3
C/ Conclusion.........................................................................................................................3
VI / Développement d’une filière de cheminée solaire.
solaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Méthodol ogie .....................................................................................................................3
B/ Technologies .....................................................................................................................3
Page 5 sur 109

C/ Besoins et usages ..............................................................................................................3


c. Alimentation du réseau moyenne tension ou haute tension ...............................................3
d. Alimentation d’un site isolé ou d’un site en bout de ligne...................................................3
e. Conclusion.....................................................................................................................3
D/ Description du montage de la filière ....................................................................................3
a. Phases étude d’opportunité ............................................................................................3
b. Phases ultérieures .........................................................................................................3
E/ Conclusions.......................................................................................................................3
VII / Cas de la cheminée solaire intégrée en falaise.
falaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Choix technologiques existants ...........................................................................................3
a. La cheminée..................................................................................................................3
b. Le collecteur..................................................................................................................3
c. La ou les turbines ..........................................................................................................3
d. Le stockage de l’énergie et la régulation de la production .................................................3
B/ Potentiel Réunionnais.........................................................................................................3
C/ Aspect régl ementaire .........................................................................................................3
D/ Critère financement et coût de l’électricité...........................................................................3
a. Analyse des besoins de financement................................................................................3
b. Rentabilité.....................................................................................................................3
c. Etude du coût de l’électricité...........................................................................................3
E/ Récapitulatif des contraintes identifiées ..............................................................................3
F/ Conclusion.........................................................................................................................3
VIII
VIII / Conclusions et pers pectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ A la Réunion ......................................................................................................................3
a. Cheminée solaire intégrée en falaise ...............................................................................3
b. Cheminée solaire à la Réunion ........................................................................................3
B/ Ailleurs dans le monde .......................................................................................................3
C/ Prospective........................................................................................................................3
IX / Annexes : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
A/ Bibliographie .....................................................................................................................3
B/ Webographie......................................................................................................................3
C/ Annuaire............................................................................................................................3
D/ Notions de base sur les radiations solaires ..........................................................................3
E/ Corrélation pour l es phénomènes de convection...................................................................3
F/ Coefficients de frottement...................................................................................................3
G/ Recherches et travaux annexes ...........................................................................................3
a. Coefficients de l’énergie grise .........................................................................................3
b. Fiche Ductal...................................................................................................................3
Page 6 sur 109

c. Calque Ilet Gros Galets ...................................................................................................3


d. Calcul des rejets en équivalent CO2 de l a production él ectrique à l a Réunion .....................3
e. Outil de calcul comparatif du prix de l’électricité ..............................................................3
I / Déroulement du stage
A / Présentation synthétique du sujet

Encore largement méc onnue, cette nouvelle technologie de production d’énergie sol aire pourrait
apporter dans les années à venir une nouvelle alternative pour la production électrique à partir de
l’énergie solaire. Les publications sont plus nombreuses chaque année et plusieurs projets pilotes
sont en cours d’étude ou de réalisation.
Dans un contexte énergétique marqué par une solide augmentation de la consommation et une
dépen dance croissante, le conseil Régional de la Réunion recherche tous les moyens propres à
remédier à cette situation. Il a ainsi confié à l’Agence Régionale de l’Energie Réunion (ARER)
l’exploration de c e nouveau système de production durable de l’électricité.
Il s’agira donc dans un premier temps de réaliser la veille technologique relative à la cheminée
solaire : identifier les m odes de fonctionnement de ce s ystème ainsi que les différents acteurs,
travaux et projets sur ce sujet dans le mon de. Dans un second temps, nous proposerons une
démarche afin d’explorer dans les années à venir l’ensemble de la filière afin d’établir si la cheminée
solaire aura une place dans le panorama énergétique réunionnais. Pour finir nous tenterons, en
accord avec la démarche propos ée, de répondre à la demande spécifique de Monsieur le Président du
conseil Régional de la Réunion concernant la possibilité d’intégration de la tour en falaise à l a
Réunion.

Morgan Le Sellin Stagiaire Plate-forme Recherche et Développement


Formation : Elève ingénieur EGIM - Ecole Généraliste d’Ingénieur de Marseille - 3èm e année
spécialisation en mathématiques appliquées.
Durée du s tage : Du 10 avril au 9 septem bre 2006 – 5 mois.
Espace Info Energie, En vironnement et Dével
Dével oppement Durable - ARER
MRST Technopôle de St Denis
100 route de la rivière des pluies
97490 Sainte Clotilde

Tél. :02 62 92 29 21
06 92 47 52 16
Fax : 02 62 97 39 52
Mail : morgan.lesellin@arer.org

Tuteur :
Christophe RAT Directeur
EIE Ouest à S aint-
aint-Leu
Tél. :02 62 49 90 04
Fax : 02 62 49 81 29
Mail : christophe.rat@arer.org
Page 8 sur 109

B / Planning prévisionnel du stage

Objectifs du stage :
 Rendre un rapport argumenté sur la faisabilité d’une cheminée solaire intégrée en falaise.
 Réaliser un programme sur les actions à engager pour la suite de l’exploration de l a filière.
 Trouver et contacter les différents partenaires potentiels.

Le déroulement du stage s’est effectué selon l a démarche habituelle de l’agence en 4 phases :


Une première phase de documentation, de recherche des acteurs et de s ynthèse.
Durée : 35 jours – du lundi 10 avril au mercredi 5 mai 2006.
• Recherches Internet sur l es différents projets de tours s olaires.
• Recherche des différents articles scientifiques publiés dans les revues spécialisées
ou dans les congrès ou séminaires ISES (The International Solar Energy Society).
• Recherches Internet et bibliographique sur le concept d’écoc onception et d’énergie
grise.
• Recherches Internet et bibliographique sur les différents types de béton et leur
caractérisation.
• Recherches Internet sur l e stockage hydraulique et hydrogène de l’énergie.
• Recherches Internet sur le réchauffement climatique, l’ Observatoire National sur les
Effets du Réchauffement Climatique (ONERC) et Intergovernmental Panel on Climate
Change (IPCC).
• Lecture et analyse des documents trouvés sur Internet et à la Bibliothèque
Universitaire Scientifique de S t Denis.
• Révision des connaissances en Mécaniques des fluides, Convection libre et
Thermodynamique.
• Réalisation d’une première étude physique de l a tour sol aire.
• Recherches Internet et bibliographique sur le contexte énergétique de la Région
Réunion
Une seconde phase d’analys e du sujet et de prise de c ontact avec les partenaires et acteurs identifié.
Durée : 43 jours – du jeudi 18 mai au lundi 10 juillet 2006.
• Travail de préparation
• Préparation des rencontres avec les différents partenaires potentiels.
• Réalisation d’une présentation du projet et du site retenu en vue de la communication
avec l es différents partenaires.
• Entretiens de travail avec différents professionnels.
• Contact avec les différents partenaires pour la mise en place ultérieure d’une
simulation.
• Etude sur l’intégration paysagère et architecturale du sys tème.
• Analyse de l a faisabilité d’une cheminée solaire intégrée en falaise
• Estimation de l a quantité d’énergie produite et de la rentabilité de la centrale.
• Recherche d’activités connexes (activités touristiques, industriels, économiques,
technoscientifiques, etc.).
Page 9 sur 109

• Recherches d’autres sites géographiques présentant un intérêt pour l’implantation


d’une cheminée solaire.
Une troisième phas e de propositions d’actions.
Durée : 20 jours – du mardi 11 juillet au lundi 7 août 2006.
• Réalisation d’un programme d’actions pour l’étude d’opportunité du développement
d’une filière de cheminée solaire.
• Préparation de l a mise en plac e d’une convention pour la réalisation d’une simulation.
Et d’une dernière phase de rédaction et de rendu.
Durée : 20 jours – du mardi 8 août au vendredi 8 septembre 2006.
• Rédaction du rapport final EGIM et ARER.
• Réalisation d’un poster et d’un diaporama.
• Lettre d’information à l’attention du conseil régional.
• Une diffusion des documents auprès des partenaires effectifs ou potentiels ainsi que
du gran d pu blic.
II / Contexte énergétique de la Réunion
Sources : Région Réunion, International Energy Agency (IEA)

A / Un contexte marqué par la situation énergétique mondiale et nationale

Plusieurs tendances de fond c aractérisent le contexte énergétique mondial et s on évolution.


- Apparition de tensions sur les marchés internationaux de l’énergie caractérisées par une
hausse du cours des énergies fossiles.
- Prépondérance des produits pétroliers dans l e bilan énergétique primaire et
augmentation de la part de l’électricité dans l e bilan énergétique final.
- Libéralisation des marchés énergétiques.
- Pression croissante du secteur énergétique sur l’environnement local et l’environnement
global (gaz à effet de s erre, déchets nucléaires, …)
- Potentiels d’amélioration de l’efficacité énergétique très importants (appareils ménagers,
éclairage, isolation, …).
- Développement technique avancé de plusieurs filières ENR et de schémas de production
énergétique décentralisés (E NR et cogénération).
Face à ces tendances et tout particulièrement au fait qu’un grand nombre de pays dépendent d’un
petit nombre pays aux systèmes politiques peu stables, les stratégies nationales tendent à
promouvoir l’indépendance énergétique.

B / Le contexte particulier de la Réunion

Les croissances économiques et démographiques de ces 20 dernières années ont pour conséquence
une forte augmentation de la demande énergétique et électrique. En effet, cette augmentation est due
à l’accroissement du nombre d’habitants allié à un surcroît d’équipement des ménages et du nombre
d’industries. La croissance annuelle de la demande énergétique est évaluée entre 6 et 8%. Entre 1980
et 2000, la consommation énergétique a été multipliée par 2,5 tandis que la consommation électrique
a quadruplée.
Les centrales hydrauliques, qui couvraient dans les années 80 près de la totalité des besoins
électriques, n’ont pu subvenir à l’accélération de la demande de l’île. De nouvelles centrales au
pétrole et au charbon (à charbon/bagasse à Bois Rouge, 54 MW et au Gol, 60 MW, et au fuel au Port ,
211 MW)sont alors venues suppléer les anciens moyens de production.
La Réunion se situe désormais dans une situation de dépendance énergétique vis-à-vis des
ressources externes et fossiles. Cette situation risque à l’avenir de déséquilibrer les rapports
économiques d’offre et de demande sur l’île. Le recours aux énergies renouvelables et à une
meilleure maîtrise de l a demande électrique s’avère donc être d’un enjeu capital pour l’avenir de
cette région insulaire.

C / Bilan énergétique de l’île

La consommation en énergie primaire* (CEP) de la Réunion en 2000 est de 838 ktep**. Celle-ci se
décompos e en 188 ktep pour les ressources locales (hydraulique, bois, bagasse, et sol aire thermique)
et 666 ktep pour les importations d’hydroc arbures et de charbon (respectivement 502 ktep et 164
ktep). La dépendance envers les énergies fossiles s’élevait donc à environ 79%. A cel a s’ajoute en
raison de la situation d’insularité, une consommation de 189 ktep par des carburéacteurs.
Page 11 sur 109

La consommation en énergie finale*** (CEF), en


2000, utilisée par l es différents s ecteurs sous En ktep En %
forme d’électricité, de carburants, de c ombustibles Produits pétroliers 383 64
ou de chaleur a été es timée à 597 ktep. La CEF se
répartissait selon l es tableaux ci-dessous ( Tab. 1 et Elec tricité 133 22
Tab. 2). Là encore s e confirme l e rôle prépondérant
Bois 24 4
des énergies fossiles qui représentent 64% de la
CEF (Tab. 1). La c onsommation est dominée par les Chaleur 55 9
transports (50%) suivie de l’industrie (26%) ( Tab. 2).
Solaire thermique 2 0.3
Un aspect notable est l a provenance d’origine
Total 597 100
En ktep En % Tab. 1 : Répartition de la CEF par sources
Industrie 156 26
électrique de 50 % de la CEF utilisée par les
Résidentiel 89 15 secteurs tertiaire et résidentiel. C e fait est
Tertiaire 48 8 principalement du à l’utilisation d’électricité pour l a
production d’eau chaude sanitaire, la cuisson et le
Transport 300 50 chauffage au détriment des énergies renouvelables
et loc ales.
Agriculture
Agriculture 4 0.7
*Energie primaire : ensembl e des produits
Total 597 100
énergétiques non transformés.
Tab. 2 : Répartition de la CEF par secteur
**Selon la méthode du contenu énergétique 1 tep =
42 GJ = 11.67 MWh
(http://www.energie.minefi.gouv.fr/energie/politiqu/textes/nouv-meth-bilan.htm).
***Energie finale : énergie livrée au consommateur pour être transformée en énergie utile.

D / Evolution du secteur de l’énergie à la Réunion

• La demande
Les années 90 sont marquées par une 1990 1995 2000
croissance de 5% de la CEP (Tab. 3) et de 2,3%
CEP (ktep) 504 712 838
de la consommation d’énergie finale (Tab. 4). Le
secteur des transports et les secteurs Taux de croissance sur 5 ans
résidentiel et tertiaire sont l es principaux
Réunion 26% 18%
moteurs de cette augmentation, eux même
soutenus par une démographie en hausse de France 8% 6%
20% sur c ette période.
Taux de croissance annuel sur la décennie
• L’offre
Réunion 5%
La répartition de l’offre des ressources
France 2%
énergétiques primaires a également été
totalem ent bouleversée au cours des décennies Tab. 3 : Evolution de l a CEP 1990-2000
80 et 90.
Page 12 sur 109

1990 1995 2000


1990 1995 2000
CEF (ktep) 475 547 597
Consommation
Taux de croissance sur 5 ans
d’él ectricité 795 1143 1543
Réunion 15% 9% ( GWh)

France 3% 7% Taux de croissance sur 5 ans


Taux de croissance annuel sur la décennie Réunion 43% 35%

Réunion 2,3% France 14% 14,5%

France 1% Taux de croissance annuel sur la décennie

Tab. 4 : Evolution de la CEF 1990-2000 Réunion 6,8%


France 2,6%
Tab. 5 : Evolution de l a consommation électrique
1990-2000
En ktep Produits Hydro-
Hydro - Autres
Charbon Total
et en % pétroliers él ectricité ENR*
ENR *
1981 0 171 / 50% 32 / 10% 115 / 40% 340
1990 0 346 / 67% 47 / 10% 120 / 23% 513
1995 124 / 18% 400 / 57% 52 / 7% 130 / 18% 706
2000 163 / 20% 487 / 60% 48 / 6% 140 / 14% 838
2003 230/ 22% 657 / 62% 53 / 5% 122 / 11% 1062
Tab. 6 : Evolution de l’offre énergétique primaire 1981-2003
* Charbon, bois et bagasse
Au bilan énergétique primaire la part des ENR es t passée de 50 à 16% (Tab. 6). Ainsi, presque l a
totalité de l’augmentation des besoins a été satisfaite par l’importation de com bustibles fossiles. Cela
en raison de l’absence de technologies de substitution dans le domaine des transports et de
l’utilisation d’électricité pour subvenir aux besoins thermiques.
En GWh et Charbon Produits Hydro-
Hydro - Autres Total
en % pétroliers él ectricité ENR
(Bagasse)
1981 0 0 390 / 100% 0 390
1990 0 326 / 36% 552 / 61% 27 / 3% 905
1995 270 / 21% 271 / 21% 592 / 46% 158 / 12% 1288
2000 553 / 31% 334 / 19% 558 / 32% 322 / 18% 1757
2005 897 / 40% 601 / 26% 510 / 22% 262 / 12% 2270
Tab. 7 : E volution de l’offre en élec tricité 1981-2005
Au bilan de la production d’élec tricité, les ENR sont passées de 100 à 50% ( Tab. 7). Cependant,
contrairement à l’énergie primaire, la capacité de production électrique à partir des ENR a doublé sur
cette période.
Page 13 sur 109

E / Une politique énergétique régionale réunionnaise dans le cadre national

La politique énergétique à longs termes de l a France fixe 5 objectifs stratégiques principaux que s ont :
- la diminution des émissions de gaz à effet de serre.
- la compétitivité de toute entreprise française.
- la réponse à l'augmentation de la demande prévue dans le PPI.
- l'indépendance énergétique de la France.
- la contribution au développement économique, national et européen.
La France a choisi de donner une plus large plac e aux actions énergétiques décentralisées par l a
mise en place des Schémas de Services Collectifs de l'Energie (SSCE) et du Plan National de Lutte
contre les Changements Climatiques (PNLCC).
Les politiques développées à l’heure ac tuelle par l’intermédiaire de la législation sont :
• Politiques Nationales
Nationales
PPI (Programmation Pluriannuel
Pluriannuelle d’Investissement) :
La loi du 10 février 2000 oblige le gestionnaire du réseau à mettre en pl ace une PPI. Dans le cadre de
la préparation de la PPI, La CRADT (Conférence Régionale de l’Aménagement et du Développement du
Territoire), c o-présidée par l e Préfet et l e Président du Conseil Régional, es t consultée sur l a
planification des réseaux de transport et de production d’él ectricité.
La loi du 4 février 1995 pour l’aménagement et le développement du territoire (LOADT ou l oi Voynet).
La LOADT instaure le Schéma de Services Collectifs de l’Energie dont l’objectif est de faciliter et de
valoriser l a contribution des collectivités territoriales à la politique nationale de l’énergie et au
développement durabl e du territoire. Pour cel a, elle détermine les conditions dans lesquelles il leur
est possible de favoriser les actions de maîtrise de l’énergie et d’utilisation des énergies
renouvelabl es.
LOOM (ou Loi d’Orientation pour l’Outre-
l’Outre-Mer, du 13 décembre 2000) :
Elle accorde la c ompétence en matière de MDE* et de ENR* au Conseil Régional, qui élabore et met
en oeuvre un Plan Régional des Energies Renouvelables et d’Utilisation Rationnelle de l’Energie, ou
PRERURE.
• Politique régionale réunionnaise
La politique énergétique réunionnaise s’inscrit dans un cadre institutionnel cadré par un ensemble de
textes l égislatifs récents décrits précédemment.
Le PRERURE (Plan énergétique Régional pluriannuel de pros pection et d’exploitation des Energies
Renouvelables et d’Utilisation Rationnelle de l’Energie) :
Face à des problèmes énergétiques qui risquent de s’aggraver, il vise à l’amélioration de l’efficacité
énergétique et la val orisation des énergies renouvelables disponibles à La Réunion.

F / Conclusion

La Réunion est dépendante plus que n’importe quelle autre région au niveau énergétique. Cela es t du
à son insularité et sa densité de population. La part de l’électricité due aux combustibles fossiles es t
en augmentation constante depuis les années 80. Cette tendance devrait se c onfirmer puisque l e
nouveau PPI 2006 prévoit l’installation de 280 MW d’ici 2015.
L’objectif d’autonomie électrique horizon 2025 fixé par le PRERURE est donc un défi ambitieux qui
nécessitera l’implication de tous l es ac teurs et l e développement de filières technologiques l ocales.
Page 14 sur 109

III / Présentation de l’ARER


A / Rôle et activités de l’ARER

L'Agence Régionale de l'Energie Réunion (ARER) est une association de loi 1901 à but non lucratif, elle
a été créée en décem bre 2001. Cette association est présidée par Monsieur Paul Verges, Président du
conseil Régional de la Réunion.
Dans le contexte décrit dans le chapitre préc édent et au vue de l a politique énergétique régionale,
l’ARER a pour mission de :
• Déployer des moyens de communications, d’information et de formation sur la MDE et l es
ENR auprès des différents acteurs que s ont les particuliers, les entreprises et les organisations
politiques.
• Explorer l’ensembl e des connaissances actuelles au niveau de l a MDE et des ENR afin
d’identifier les voies de développem ent les plus aptes à répondre aux enjeux réunionnais.
• Apporter un soutien technique et l ogistique aux les porteurs de projet de l’île en vue de
l’intégration des concepts d’efficacité énergétique.
A cette fin l’ARER dispose :
• D’une équipe technique et d’une méthodologie à disposition des porteurs de projet.
• D’un réseau de site démonstratifs.
• De trois Es paces Info Energie (EIE) réparti dans l’île et d’un siège social.
Activités
Les activités ont été regroupées en 6 grandes familles :
• CMO : Conseil à Maître d’Ouvrage
• DMO : Réseau de sites Démonstratifs
• FIL : Filières Technologiques
• PI : Point Info Energie
• EVE : E vènementiel
• OBS : Observatoire des métiers et des Technologies de l’Energie

B / Organisation

L’ARER est répartie sur quatres sites :


• un siège social,
• un pour le secteur Sud,
• un pour le secteur Ouest,
• et un pour le secteur Nord/Est
Chaque site est géré par un référent de s ecteur.
A la tête de l’agence se trouve l e directeur Monsieur Christophe Rat. L’équipe es t compos ée d’un
responsable de pour la formation et le marketing, d’un directeur technique et d’un directeur financier
et administratif. Les autres activités sont gérées par des chargés de mission ou d’opération.
Page 15 sur 109

C / Partenaires

Les partenaires sont divisés en plusieurs catégories que sont les membres de droit financeur qui
contribuent au financement de l’ARER et aux projets mis en place au travers d’une convention annuel,
• La Région Réunion
• Agence de l'Environnement et de l a Maîtrise de l'Energie (ADEME)
• Conseil de l a Culture de l'Education et de l'Environnement (CCEE)
• Conseil Economique et S ocial Régional (CESR)
• EDF
• Mairie de Saint Leu
• L'Union Européenne apporte son soutien financier au titre du programme SAVE "Specific
Action for Vigourous Ec onomy"
• La CIVIS
• Le Centre Hospitalier de Bellepierre à Saint-Denis
• Mairie de Saint-Paul
• Mairie de Sainte-Suzanne
les membres associés qui participent au financement par l’intermédiaire d’une cotisation annuelle,
• La CIREST
• Le TCO
• La Commune de Petite-Ile
• La Commune de Mamoudzou
• La Commune de S ainte-Marie
• La Commune de S aint-Pierre
• La Commune de S aint-Denis
• La SIDR
• La SAPHIR
• Le Conservatoire Botanique des Mascarins
• La Chambre de Métiers et de l'artisanat
• Sciences Réunion
• L'Association Technopole de La Réunion (ATR)
• Le Centre Communal d'Action Sociale de S aint-Louis
• DIII
• Le Sidelec
Et les membres qualifiés à constituer, exonérés de cotisation.

D / Participation aux activités de l’agence

J’ai pu participer aux différentes ac tivités de l’ARER au travers :


- de la préparation du Salon de l a maison.
- de l’organisation des Forum Techniques mensuels.
Page 16 sur 109

- de travaux sur différents dossiers relatifs aux écoles solaires.


- la réalisation de c alculs pour l’Observatoire des Energies.
- d’une présence aux différentes réunions de travail avec les mem bres financeurs et l’équipe
ARER sur la mise en place du schéma directeur 2007-2012.
IV / Description et généralités sur la cheminée solaire
A / Introduction

La cheminée solaire est un moyen de production électrique à partir de l’énergie solaire. Ell e repos e
sur l’idée d’utiliser les mouvements de convection naturelle de l’air chauffé par le soleil. Une
immense serre appel ée « coll ecteur » contient et guide l’air chauffé par le rayonnement solaire. Cet
air chaud, naturellement aspiré par la cheminée, est continûment renouvelé par l’air situé à la
périphérie de la serre. Equipé de ball ons d’eau qui absorbent la chaleur la journée pour la restituer la
nuit, un vent régulier ce met alors en place. L’énergie cinétique de l’air es t ensuite prélevée par un
système de turbines et de générateurs. Cette simplicité confère des avantages majeurs en termes de
coûts de c onstruction, de maintenance, de robustess e, de durée de vie et d’accessibilité aux pays en
voie de développement.

Figure 1 : Principe de fonctionnement d’une cheminée


cheminée s olaire

B / Historique

Le concept de la Tour Solaire fut formalisé en 1968 par Jörg Schlaich ingénieur et chercheur de
nationalité allemande. En 1981 et 1982, un prototype, financé par le Ministère Allemand de l a
Recherche et des Technologies (BMFT)et réalisé par la société d’ingénierie Schlaich Bergermann und
Partner (SBP), fut construit à Manzanares (Espagne) et fonctionna jusqu’à son arrêt en 1989. La
centrale a pu fournir une puissance de 50 kW en pointe. La turbine a fonctionné 3067h de jour et 244h
de nuit (grâce au stockage thermique du sol) en 1987, réalisant ainsi une moyenne de plus de 8h45 par
jour. A la suite de cette série d’essai, de nombreuses recherches publiques et privées ont été menées
jusqu’à aujourd’hui. A présent, deux consortiums d’entreprises, auxquels participe l’entreprise SBP,
ont prévu la réalisation des deux premières Tours Solaires à grande échelle. Les travaux devraient
démarrer en 2006 en Australie et en 2007 en Espagne. Parallèl ement le bureau d’ingénierie de OTH
baptisé Elioth a breveté au début de l’année 2006 le concept de Montagnes Solaires. Fondé sur l e
même principe, la cheminée est ici rem placée par un conduit qui épouse le relief m ontagneux.
Page 18 sur 109

C / Description et principe de fonctionnement d’une tour solaire :

• Collec teur
Description :
Le collecteur est composé du sol (D), d’une surface transparente (A) située quelques mètre au-dessus
du sol, d’un domaine de circulation de l’air (B), et d’un système de stoc kage de la chaleur (C) pour un
fonctionnement continu jour et nuit.
Fonctionnement :
Celui-ci, ouvert aux deux extrémités, récupère l’énergie solaire incidente en réchauffant et en
contenant l’air qui y circule.
L’air est réchauffé par l’absorption du flux solaire, lequel travers e la surface supérieure transparente
du collecteur, suivie du transfert et du transport de la chaleur à travers les différents él éments.
L’air circule au sein du collecteur soumis à des phénomènes de c onvection.
Fonctions :
Vitrage (A) :
• Conduire l’air.
• Conserver la chaleur dans le s ystème.
• Permettre l’entrée du flux sol aire.
Air (B) :
• Porter l’énergie (cinétique et thermique).
Système de stoc kage (C) :
• Capter le rayonnement solaire.
• Stocker la chal eur.
• Transmettre la chaleur
Sol (D) :
• Capter le rayonnement solaire.
• Stocker la chal eur.
• Transmettre la chaleur.
• Conduire l’air.
• Cheminée :
Description :
La cheminée est délimitée par une paroi (E) au centre de laquelle s e situe l a zone d’écoulement du
fluide (F).
Fonctionnement :
Celle-ci crée un appel d’air en sortie coll ecteur et le potentiel de pression entre le haut et l e bas de
cette dernière entraîne le fluide dans un mouvement ascendant.
Fonctions :
Paroi (E) :
• Conduire l’air.
Air (F) :
Page 19 sur 109

• Porter l’énergie (cinétique).


• Turbine :
Description
La turbine (G) est située sur le parc ourt de l’écoulement du fluide.
Fonctionnement :
Elle transforme l’énergie cinétique du fluide en énergie mécanique. Celle-ci sera ensuite transformée
en énergie électrique par l e biais d’un générateur.
Fonctions :
Turbine (G) :
• Récupérer l’énergie.

Figure 2 : Différentes parties d’une cheminée s olaire

D / Description des différents


domaines du système :

• Collec teur
(A) Enveloppe serre:
A1 Enveloppe simple vitrage :
A2 Enveloppe double vitrage
A2’ : Couche de vitrage supérieur.
A2’’ : Couche d’air.
A2’’’ : Couche de vitrage inférieur Figure 3 : partie supérieure du collec teur
Page 20 sur 109

(B) Domaine de déplacement du flux d’air (collecteur)

(C ) Ballons de stoc kages.

C’ : enveloppe supérieur
C’’ : fluide de stoc kage
C’’’ : enveloppe inférieur
C’’’’ : couche d’air

(D) Sol.
D’ : végétation
D’’ : sol
• Cheminée :
(E) Paroi :
E’ : enduit éventuel ( pour diminuer les pertes).
E’’ : paroi en béton.
E ’’’ : roche (si tour incrustée ou enterrée).

(F) Domaine déplacem ent de fluide (cheminé).


• Turbine :
(G) Turbine.
Point de vue Physique
Figure 4 : partie inférieure du c ollecteur
• Phénomènes interne à chaque domaine
Collec teur :
Vitrage (A) :
• Rayonnement (transmission, absorption, réflexion).
• Transfert de chaleur.
Air (B) :
• Mécanique des fluides ( écoulement et con vection).
Système de stoc kage (C) :
• Rayonnement (abs orption, réflexion).
• Transfert de chaleur.
Sol (D) :
• Rayonnement (abs orption, réflexion).
• Transfert de chaleur.
Cheminée :
Page 21 sur 109

Paroi (E) :
• Transfert de chaleur.
Air (F) :
• Mécaniques des fluides.
Turbine :
Turbine (G) :
• Ecoulement.
• Mécanique.
• Conditions et échanges aux limites de domaines.
Vitrage (A)
(B) Chaleur.
Fl. coll.(B)
Rayonnement.
(C) Chaleur.
Stock. (C)
Rayonnement.
(D) Chaleur.
Chaleur. Sol (D)
Rayonnement.
(E) Paroi (E)
(F) Chaleur. Fl. ch. (F)
(G) Matière. Matière Turbine(G)
Ext. Flux
Flux matière Perte de Perte de
Matière
entrant. chaleur. chaleur
Sortant.
Tab. 8 : échanges entre les différents domaines
• Paramètres de l’étude.
Il s’agira d’étudier l’influence des dimensions et des matériaux, qui n’ont pas été fixés par le choix du
site, sur l’état du fluide (Pression, température, densité et vitess e) et le rendement énergétique du
système (Puissance et énergie de sortie).
Parmi ces paramètres :
Paramètres fixes Paramètres variables
Matériaux Dimensions Matériaux Dimension
- Epaisseur
Surface id. Vitrage - Proportion
Vitrage
terrain transparent simple/double
vitrage
Domaine Surface id. -Hauteur en tout
Collecteur Air
Fluide terrain point

- Terre site
Surface id.
Sol - Végétation site terrain
ou agricole
Stockage Fluide : Eau - Contenant :
Page 22 sur 109

type pl astique
- Fluide : additifs
éventuels
Paroi hauteur Type béton Epaisseur
Cheminée Domaine
Air hauteur Diamètre
Fluide
Turbine A déterminer A déterminer
Tab. 9 : Résumé des différents param ètres

E / Quelques éléments de calcul…

Notations :
Variabl es Indices
η : ren dement ch. : cheminée

Q&: débit de chaleur coll. : collecteur

A : Surface turb. : turbine

m& : débit massique sol : sol aire

E : Energie par unité de surface et de temps tot. : total

c p : capacité c alorifique ∆ : différence


ρ : masse volumique s. : sortie

v : vitesse e : entrée
p : pression stat. : statique

P : puissance dyn. : dynamique

H : hauteur f : fluide
T : température U : utile
g : champ de gravité ext. : extérieur

Hypothès es :
H1 : Considérant l’air comme un fluide peu visqueux, nous négligerons par la suite les phénomènes de
cisaillement interne et de frottement sur les parois.
Le rendement total de l a tour est donné par le produit des rendem ents attribués à chaque élément,
soit :

η tot . = η ch ..η coll ..η turb. (1)

Les rendements du c ollecteur et de la ou les turbines données dans les publications spécialisées sont
respectivement de 50 à 55% et de 75 à 85% (références : annexes « Bibliographie » et « Présentation
Forum Technique du 17/5 »)
 Le collecteur : expression du rendement et de la vitesse du fluide
Page 23 sur 109

Le rendement du collecteur est égal au rapport de la quantité de chaleur accumulée par le fluide par
l’énergie solaire incidente.

Q&
η coll = (2)
Acoll PS
La chaleur emmagasinée par le fluide est exprimée en fonction de la différence de température entre
l’entrée et la sortie du collecteur, et le flux massique de l’air :

Q&= m&c p .∆T


(3)
Avec l e débit massique exprimé par rapport à la s ortie du collec teur (Fig. 5)

m&= ρ s,coll .v s,coll . As,coll . (4)

Fig. 5 : calcul du débit massique

Le débit de chaleur peut également être exprimé par

Q& = α . A coll . E S − β . ∆ T . A coll (5)


Nous déduisons de (3), (4) et (5) l’expression de la vitess e en entrée de la cheminée (également sortie
du collecteur)

(α.E S − β .∆ T ).Acoll .
ve ,ch. = (6)
ρ coll .. Ae ,ch.

 La cheminée : ex pression du rendem ent et de


de la différence de pression totale
Dans l’hypothèse H1, la différence de pression entre la bas e et le haut de la cheminée peut être
décompos ée en la somme d’une pression s tatique et dynamique :

∆ptot . = ∆ pstat . + ∆p dyn. (7)

Avec la pression statique entre l’entrée et la s ortie de la turbine et la pression dynamique qui donne
l’énergie cinétique du fluide.
La puissance est définie par l e produit vec toriel :

P = F .v avec F = ∆p. A (8)

Soit ici,

Pf = ∆ptot . .v ch. .Ach . (9)


Page 24 sur 109

En considérant que la totalité de la différence de pression sert à la cinétique du fluide (absence de


turbine), nous avons alors :

1 &2
Pf = mv (10)
2 ch .
Le rendement de la cheminée es t al ors ex primée par l e rapport de la puissance du fluide sur l a
quantité de chaleur absorbée dans le collecteur :

P
η ch . = &f (11)
Q
Dans l’hypothèse d’un fluide parfait s’écoulant sans frottement dans la cheminé, la vitesse atteinte
par un courant de convection libre est donné par l’équation de Torricelli :

∆T
vch2 . = 2.g .H ch. (12)
Text
Les expressions (3), (10), (11) et (12), nous donne l’expression suivante du rendement de la cheminée :

g∆z
η ch . = (13)
c p Text.
Il est à noter que cette expression corres pond au rendement d’un cycle de Brayton-Joule composé de
deux adiabatiques et deux isentropiques.
Les équations (9), (10) et (12) nous donnent alors la différence de pression totale entre l’entrée et l a
sortie de l a cheminée :

∆T
∆ptot . = ρ coll . .g.H ch .. (14)
Text.
 La turbine et le générateur : expression de la puissance utile
∆p d
En exprimant, en première approximation la différence de pression dynamique à l’aide de
l’équation de Bernouilli, nous pouvons alors écrire :

1
∆ptot . = ∆ pstat . + ρ e,ch .v 2e,ch . (15)
2
La puissance utile, c'est-à-dire absorbée par l a turbine, est donnée par (8)

PU = ∆ pstat .v e,ch .. Ach . (16)

D’où des deux expressions préc édentes :

PU = Ach .∆p S
2
(∆ptot − ∆p^ stat . ) (17)
ρC
PU en fonction de la différence de pression statique, nous obtenons
En dérivant la puissance utile
2
alors que cette puissance atteint un maximum pour une valeur de ∆p stat = ∆ ptot
3
(Remarque : ce fait est discuté dans une récente publication du laboratoire de Sud Afrique par T. W.
von Backström et T. P. Fluri, 2006 [36])
La pression total e s’exprimant à l’aide de (9) et (11) par :
Page 25 sur 109

η ch.Q&
∆ptot = (18)
Ach vch
Puis avec (2) :

η ch .η coll . Acoll PS
∆ptot = (19)
Ach vch
Donc en introduisant dans (1 8), on obtient l a puissance utile maximum :

2
PU = η collη ch .. Acoll . PS (20)
3
Ou encore, en tenant en com pte le rendement de la turbine :

2
PU = η tot ..Psol . (21)
3
Nous obtenons ainsi une première approximation de la puissance maximale de la cheminée s olaire.
La puissance utile ne peut donc excéder les deux tiers du produit de la puissance solaire incidente par
le rendement total e.
V / Modélisation et optimisation
Dans une première partie, nous présenterons une introduction pour réaliser une simulation de
cheminée solaire. Les études de modélisation du système compl et ne sont pas les seules permettant
d’améliorer la connaissance du système et d’optimiser ses différents él éments. D’autres études
existent, notamment concernant l’optimisation de la forme de la cheminée [20] ou la description
thermodynamique des pertes [19]. La sec onde partie présente l e début d’une étude sur l’optimisation
des paramètres des turbines d’après la publication de T.W. von Backström et A.J. Gannon, 2004 [30]
(une seconde publication traite des paramètres des turbines c elle de E. Bilgen et F. Denantes, 2005
[33].

A / Eléments pour un modèle de cheminée solaire

Nous développerons ici un modèle et un algorithme proposé par M.A. dos S. Bernardes et A. Voß, G.
Weinrebe (2003 ) [29]. D’autres programmes ont fonctionnés avec de légères différences dans le
modèle et l’algorithme. Des variations apparaîtront également s elon que l’on veuille déterminer la
production annuelle ou la répartition quotidienne. Il est donc impératif avant de se lancer dans une
telle simulation de déterminer les objectifs de l’étude. En général il s’agira d’étudier l’influence d’un
paramètre ou d’une configuration sur la production.
Cependant tous les modèl es publiés sont profondément similaires. Les équations correspondant au
fonctionnement de la cheminée et de la turbine sont identiques. De même le modèle utilisé pour le
rayonnement sol aire est le même. C ette référence s e retrouve d’ailleurs dans de nombreuse études
sur des systèmes solaires tel que les chauffes eau ou les panneaux photovoltaïques. Seul les modèles
utilisés dans la description du collecteur présentent quel ques différences. En particulier, les relations
de corrélations utilisées pour décrire les transferts thermiques par convection sont
systématiquement différents. Les corrélations à employer sont discutées et remises en cause dans
une publication de J.P. Pretorius et D.G. Kröger, 2005 [35].
Ce chapitre n’a pas la prétention d’être une méthode complète pour réaliser une simulation de
cheminée solaire mais à pour but d’introduire et de présenter l’état de l’art de cette discipline pour
quiconque aurait besoin de se l ancer dans de tels travaux par la suite. Nous tenons aussi à préciser
que plusieurs contacts ont été pris auprès de spécialistes. Mr Calogyne s’est montré particulièrement
interesser par ce sujet et semble dispos er à réaliser une simulation sur FLUENT dans l e but
d’estimer le potentiel d’un site donné. Cette simulation ne semble pas poser de problèmes de
faisabilité et peut être une bonne opportunité pour une étude de potentiel puisqu’une semaine devrait
suffir à la mettre en place. Nous n’avons cependant pas pu obtenir les autorisations liées au problème
de licence, principalement en raison des périodes de vacances. Les différentes données
climatologique et topographique sont disponible sur la bas e de donnés MAMANord dans le rapertoire
associé à ce stage. Une proposition de convention entre l’ARER et le Laboratoire de Physique du
Bâtiment et des Systèmes (LPBS) es t également disponible dans ce mêm e répertoire. C ette
convention doit être signée par l e direc teur du l aboratoire. Nous tenons égal ement à signaler Mr
Bilgen du Département de Génie Mécanique à Montréal s’es t montré interess é vis à vis de notre
étude. Il a réalisé ces dernières années plusieurs publications sur ce thème [33] [34]. Les
coordonnées de ces acteurs sont disponibles en annexe.

a. Notion de base sur les radiations solaires


Comme le modèle de la cheminée solaire traite d’énergie sol aire, il nécessaire de connaître en
premier lieu certains principes fondamentaux de génie énergétique solaire. Le chapitre associé en
annexe retrace en un certain nombre de notions. Cette annexe n’a cependant pas la prétention d’être
un véritable cours théorique. Des informations plus précise pourront être trouvées en consultant des
ouvrages de référence sur le sujet, comme le manuel de Duffie et Beckm an (1991) duquel la plupart
des équations sont extraites.
Page 27 sur 109

b. Modèle du collecteur
Contrairement à ce qu’il pourrait être pensé, il ne s’agit pas ici de résoudre des équations de l a
mécanique des fluides mais uniquement des problèmes de transfert de chaleur. Toute l a difficulté
réside principalement dans le choix de coefficients de transfert de chaleur appropriés à chaque
domaine.
Le débit du fluide est déterminé au niveau de l’ensembl e de la cheminée et de la turbine en fonction
de la tem pérature obtenue en sortie du collecteur. Le transfert de chaleur dépendant lui-même de l a
valeur du débit, l’algorithme réalisera donc une boucle jusqu’à la c onvergence des paramètres.

Notations
Notations Re (3)
: nombre de Reynolds (-
(-)
h : coefficient de transfert de chaleur () Ra (4)
: nombre de Rayleigh ( -)

S : flux de radiation solaire absorbée () (W .m- 1K- 1)


U : cœfficient de perte de chaleur (W.m

T : température (K) t : temps

L : rayon du collec teur (m) indices


σ : constante de S tephan-
tephan -Boltzmann (5,67.10- f : fluide
8
W.m- 2K - 4)
ε : émissivité ( -) e : entrée
k : conductivité thermique (W.m- 1K - 1) s : sortie

cp r : par rayonnement
: capacité c alorifique à pression constante
(J.kg- 1K- 1)
Nu (1) : nombre de Nusselt ( -) b : par le sol

Pr (2)
: nombre de Pran dtl ( -) t : par le toit
Le nombre de Nusselt Nu représente le rapport de la résistance conductive sur la résistance
(1)

convective.

hL h - coefficient de convection en W.m-2K-1


Nu =
k L - dimension caractéristique de l'écoulement
en m
k - conductivité thermique du fluide en W.m-1K -
1

En pratique, le nombre de Nusselt es t une mesure commode du coefficient d’échange de chaleur par
convection.
(2)
Le nombre de Prandtl Pr représente le rapport entre la diffusivité de quantité de mouvement (ou
viscosité cinématique) et la diffusivité thermique.

ν µc p Cp - la chaleur massique en J. kg-1.K -1


Pr = =
k α k - la c onductivité thermique du fluide en
W.m-1.K -1
ν - la viscosité cinématique en m2.s-1
α - la diffusivité thermique en m2.s-1
µ - la viscosité dynamique en N.s.m-2

(3)
Le nombre de Reynolds Re caractérise la nature du régime d’un écoulement. Il représente le
rapport entre forces d'inertie et forces visqueuses.
vf L vf - vitesse du fluide en m.s-1
Re =
ν L - dimension caractéristique de l’écoulement
en m
ν - viscosité cinématique du fluide en m2.s-1

(4)
le nombre de Rayleigh représente le rapport entre la poussée et le produit de l a traînée visqueuse
par le taux de diffusion de la chaleur si ce nombre est supérieur au nombre de Rayleigh critique des
phénomènes de convec tion libre auront lieu.
ν - viscosité cinématique du fluide en m2.s-1
g.β .∆T .L
3
Ra =
ν .α g – gravité en m.s-2

β - coefficient de dilatation thermique isobare


du fluide en K -1
α - diffusivité thermique en m2.s-1
∆T - différence de tem pérature en K
L - dimension caractéristique de l’écoulement
en m

Dans ce modèle le vitrage es t composé de deux couches et une couche d’eau servant à stocker l a
chaleur est égal ement comprise. Il s’agit donc ici de décrire le coll ecteur le plus complexe. La
méthode pour déterminer les équations sur un collecteur plus simple est la même, il s’agira
uniquement de retirer du sys tème les lignes correspondant aux couches inexistantes.
Chaque surface transmet, réfléchie et abs orbe S le rayonnement incident. Un échange de chaleur s e
met en place entre chaque surface et les surfac es voisines par rayonnement h r et par convection h.
Page 29 sur 109

Fig. 6 et 7 : schéma de principe et schéma équivalent du modèle utilisé

On réalise ensuite des bilans énergétique au niveau de chaque couche. Le système est ici composé de
4 couches de fluides et 5 surfaces les séparant, nous obtenons donc un système de 9 équations. Avec
un simple vitrage Cette mise en équation du modèle pris en exemple ci-dessus nous mène au
système suivant :

S1 + hr 21 (T2 − T1 ) + h1 (T f 2 − T1 ) = hv (T1 − T A ) + hrs (T1 − Ts )


(1)

h1 (T1 − T f 1) = h 2 (T f 1 − T2 )
(2)

S 2 + h2 (T f 1 − T2 ) = h3 (T2 − T f 2 ) + hr32 (T2 − T3 ) + hr 21 (T2 − T1 )


(3)
h3 (T2 − Tf 2 ) = h4 (Tf 2 − T3 ) + q
(4)
S3 = h4 (T3 − Tf 2 ) + hr32 (T2 − T3 ) + h5 (T3 − Tf 3 ) + hr 43 (T4 − T3 )
(5)
h5 (T3 − T f 3 ) = h6 (T f 3 − T4 )
(6)

S4 = h6 (T 4 − T f 3 ) + hr 43 (T4 − T3 ) + h7 (T4 − T f 4 ) + U w (T4 − T4 , s )


(7)

h7 (T7 − T f 4 ) = h8 (T f 4 − T5 )
(8)
Page 30 sur 109

h8 (T f 4 − T5 ) = U b (T5 − T5 , s )
(9)
Avec la température du fluide T définie comme la moyenne arithmétique entre la tem pérature
d’entrée et de sortie.
(T f , e − T f ,s )
Tf =
2 (10)
Et la chaleur utile

q = Γ (Tf − T f ,e )
(11)

m&c p
Γ=
πrL (12)
Le système d’équation (1) à (9), c omplété par (11) est équivalent au s ystème matriciel suivant :

  
  
 1 h 
  + h r 21  − h1 − hr 21 0 0 0 0 0 0 
 +h  
 v
 
  + h rs  
  h  
 h1 −  1  h2 0 0 0 0 0 0 
  + h2  
  h2  
   
  + hr 32  
 − h r 21 − h2 +h  − h3 − h r 32 0 0 0 0 
  r 21   T   S 1 + h vT A + h rsTC 
  +h   1   
 3 
  − h4   T f 1   0 
      
 0 0 h3  − h3  h4 0 0 0 0  T2  
S2

 −Γ   T f 2   − Γ T f 2, e 
      
  h4   T3  =  S 3 
    T f 3   0 
  + h r 32 
− h r 32 − h4 − h5 − hr 43 0  T   
 S 4 +U w T4, s 
0 0  +h  0
  4 
  r 43   T   
 +h  0
  5   f 4   
  − h5   T5   U bT5, s 
 0 0 0 0 h5   h6 0 0 
  − h6  
  h r 43  
   
  + h6 
 0 0 0 0 − h r 43 − h6 + h  − h7 0 
  7  
 +U  
 w 
  − h7  
 0 0 0 0 0 0 h7   h8 
  − h8  
  h8  
 0 0 0 0 0 0 0 − h8   

  +U b  

 coefficients de transfert de chaleur


Page 31 sur 109

Nous abordons ici le point le plus délicat. Il s’agit de déterminer les coefficients de transfert de
chaleur adéquat au problème posé. Ceux-ci dépendent général ement de la nature et de la géométrie
de l’écoulement.
Le coefficient de perte par le sol est calculé à partir de la formule établie par Ingersoll et al. (Heat
Conduction, 1954, The University of Wisconsin Press, New York) :

2 kρc p
Ub =
πt (17)
Les coefficients d’échanges thermiques par rayonnement entre deux plaques sont calculés à partir de
la formule d’émission des corps gris :

σ (Ti + T j )(Ti 2 + T j2 )
hrij =
ε i−1 + ε −j 1 − 1
Le coefficient de perte par transfert d’énergie par le dessus du coll ecteur peut être obtenu par l a
somme des pertes par con vection et par rayonnement :
U t = hv + h rs
(13)
Avec

k
hv = Nu
L (14)

Avec Nu le coefficient de Nussel


et

σε (T1 4 + TC4 )
hrs =
(T A − TC )
(15)

TC =
(16)
Les flux de radiation solaire abs orbés par l es différentes surfaces sont :
S1 = α 1 H (21)

S 2 = τ 1α 2 H (22)

S 3 = τ 2α 3H
(23)

S 4 = τ 3α 4 H
(24)
Avec l es cœfficients de transmittance τ et d’abs orption α .
Le cœfficient de transfert thermique du s ystème de stockage :

1 ∞  2 L w sin(δ k ) 2 (−δ 2α ) 
Uw = ∑ 
t k =0  αδ k (δ k + sin( δ k ) cos( δ k )
e k 
 (27)
Avec

 1
δ k =  k − π
 2
Page 32 sur 109

La détermination des coefficients de transfert thermique par convection es t le point le plus délicat à
aborder.
Avec 7 variables (l e coefficient de transfert de chaleur, la dimension caractéristique de l’écoulement,
la chaleur massique, la conductivité thermique, la viscosité, la densité et la vitesse) et 4 unités
fondamentales (la longueur, le temps, la température et la masse), la loi fondamentale de la
convection doit dépendre de 3 grandeurs s ans dimensions (théorème de Buckingham). Il est ainsi
possible de démontrer toute loi d’un problème de convec tion peut s’écrire à partir des nombres de
Prandtl, de Nusselt et de Reynolds. Pour les probl èmes de con vection libre où la vitesse n’est pas
imposée, le nombre de Nusselt peut être exprimé simplement à partir du nombre de Rayleigh.
Différentes lois sont établies selon la nature de l’écoulement et de la convection. Une fois la loi
identifiée, il est alors possible de calculer le nombre de Nusselt et donc le coefficient de transfert de
chaleur par convec tion.
Cependant, les c orrél ations utilisées dans la littérature varient d’un auteur à l’autre. Les hypothès es
et approximations changent selon les équipent de recherche et selon les avancés en matière de
convection. Les corrélations utilisées par ces différents auteurs sont regroupées en Annexe.

c. Modèle pour la cheminée


La cheminée transforme la chaleur c aptée par l’air au niveau du c ollecteur en énergie cinétique. La
différence de densité c rée par l’augmentation de la température dans le coll ecteur agit c omme une
force motrice.

∂ ( ρv ) ∂ p
2

= + (ρ 0 − ρ )g
∂z ∂z (28)
D’où l’expression de la vitesse en l’abs ence de turbine :

2 
Hk

v=  ∫ (ρ 0 − ρ )gdz − ∆ p f 
ρ  0  (29)
Avec,

L 1 2
∆p f = f ρv
D 2
Un tableau en annexe résume les différents coefficients de frottement utilisés dans la littérature. Les
expressions des variations de tem pératures, pressions et densité à l’extérieur de l a cheminée sont
calculées en tenant compte de l’atmosphère s tandart.

 κ −1 z 
T A ( z ) = T A (0) 1 − 
 κ H0  (30)
κ κ −1
 κ −1 z 
p A ( z ) = p A (0)1 − 
 κ H0  (31)
1 κ −1
 κ −1 z 
ρ A ( z ) = ρ A (0)1 − 
 κ H0  (32)
Avec
Rl T A ( 0 )
H0 =
g (33)
Page 33 sur 109

κ = 1.235 (atmos phère s tandard)


Les expressions des variations de températures, pressions et densité à l’intérieur de la cheminée sont
calculées en tenant compte de la détente adiabatique.

 κ −1 z 
TCh ( z ) = TCh (0) 1 − 

 κ H0  (34)
κ κ −1
 κ −1 z 
p Ch ( z ) = pCh (0) 1 − 

 κ H0  (35)
1 κ −1
 κ −1 z 
ρ Ch ( z ) = ρ Ch (0) 1 − 

 κ H0  (36)
Avec
RlT Ch ( 0)
H0 =
g (37)
κ = 1.4005
Rl = 287 .05 J .kg −1 K −1
Avec la constante des gaz parfait

d. Modèle pour la turbine


Le saut de pression au niveau de la turbine peut être ex primé en fonction de la différence de pression
totale entre la base et le haut de l a cheminée.

1 2
∆pturb = ∆ptot − ρv
2 (38)
Avec,
Hk

∆ptot = ∫ (ρ 0 − ρ )gdz
0 (39)
Et,

v = v tot 1 − x
(40)
∆p turb
x=
∆p tot vtot
Et et la vitesse obtenue s ans turbine ni frottem ent

e. Algorithme
L’algorithme propos é peut donc être expliqué de la manière suivante :
1. Dans un premier temps le code lira toues les données du problème ( données géographique,
données climatologique, dimensions du sys tème, propriétés des matériaux).
2. Le premier calcul déterminera les intensités et les angl es d’incidence des rayonnements direc tes,
réfléchis et diffus. Ceci permettra de déterminer ensuite les coefficients mensuels moyens de
réflexion, de transmission et d’absorption pour ces angles incidents.
3. Ensuite, le programme calculera les différents coefficients d’échanges thermiques. Le calcul au
niveau du collecteur est l ancé à partir de val eurs initiales du flux de matière (calculé préalablem ent
Page 34 sur 109

Section III. E.). Ce calcul se résume à l’inversion de la matrice du s ystème d’équation des bilans
d’énergie (Section IV. A. b.). L’inversion cette matrice permettra ensuite de déterminer le vecteur des
températures et donc l e flux de chaleur.
4. Ces variables déterminées permettront de lancer le calcul dans la cheminée permettant ainsi de
retrouver l a valeur du flux de matière.
5. Si cette valeur est différente de la valeur d’entrée de plus d’un pourcentage fixé à l’avance, le calcul
recommence à l’étape 3 avec la nouvelle val eur du flux. Sinon le programme c alcul les valeurs de l a
puissance et de l’énergie produite et reprend l’algorithme à l’étape 2 avec les nouvell es données
climatologiques.

Schéma 8 : Représ entation schématique de l’algorithme.


• Validation des calculs
Seul le prototype de Manzanares, en activité dans les années 80, permet de tes ter les résultats du
code. Les résultats sont donc à prendre avec prudence étant donné la puissance de l’installation de
seulement 50 kW. Tous les modèles réalisés dans la littérature en vérifient les résultats cependant
c’est une fois appliqué à des s ystèmes de plus grande envergure que les modèles divergent de 15% à
20%.
Page 35 sur 109

f. Résultats
Les résultats cette étude furent les suivants :
- La hauteur de la cheminée, la taille du collecteur, les propriétés optiques de la serre et la chute de
tension au niveau de la turbine sont des facteurs influençant fortement la production quotidienne de
la central e ( de manière quasi égale et linéaire).
- Le s ystème de stockage et le double vitrage n’influencent que très peu la production (quelques %).
- Le facteur de pénétration de la chaleur et l a distance entre le s ol et le s ystème de stoc kage
n’influence pas les résultats du test (<0.01%).
Les résultats de la s econde étude sont tout particulièrement intéressant puisqu’elle s’intéresse au
cas d’un collecteur incliné. En effet, la plupart des sites réunionnais favorabl es à l’implantation d’une
cheminée intégrée en falaise présente un relief important. Cela sera probablement l e cas dans la
majorité des sites ailleurs dans le monde. Les résultats sont donc l es suivants :
- Le collecteur joue le rôle de la cheminée. La hauteur a prendre en compte est celle entre la prise et
la sortie.
- Il existe une inclinaison optimal du collecteur.
Plusieurs travaux du département d’ingénierie mécanique de l’université de Stell enbosch en Afrique
du Sud sur l a simulation numérique de cheminée solaire s ont également à noter :
• Sur le choix des corrélations. Ces travaux ont été réalisé par J.P. Pretorius et D.G.
Kröger, 2005 [35].
Résumé des résultats :
- Réduction de la puissance de sortie de 11,7% par rapport aux préc édentes
simulations.
- Les nouveaux coefficients de perte dans la turbine augmentent la production de
0,6%.
- Un verre de bonne qualité n’entraîne une hausse de l a production que de 3,4% par
rapport à un verre de mauvaise qualité (c oefficients d’extinction respectivement de
32m-1 et 4 m-1)
- La nature du sol influence à raison de moins de 0.01% l a production annuelle (grès,
calcaire, granit).
- La hauteur optimale à l’entrée du collecteur passe de 3m à plus de 6m.
• Sur une approche de l’écoulement compressible dans la cheminée. Réalisé par T. W.
von Backström et A. J. Gannon, 2000.
2000
Résumé des résultats :
- Un léger évas ement de bas en haut est préférabl e pour faciliter l’écoulement de
l’air. Celui-ci est déterminé en fonction de la vitesse du fluide et de la nature des
parois.

B / Optimisation des turbines

a. Modèle
variables symboles
H : l’entropie statique ∆ : différence
U : la vitess e de l’extrémité d’une pâle indices
ψ : coefficient de charge u : projection dans l e plan horizontal
Page 36 sur 109

R : degré de réaction 1 : entrée rotor

H : entropie totale 2 : sortie rotor


V : vitesse dans le repère lié au stator r : rotor
w : vitesse dans l e repère lié au stator s : stator
ξ : coefficient de perte
e : diffuseur

L : facteur de perte t : turbine

Le coefficient de charge de la turbine es t donné par :

∆H
ψ=
1 2
U
2 (1)
Le rendement de la turbine s e défini suivant :

∆H
ηt =
∆ H + ∆H perte
(2)
Le degré de réaction de la turbine est exprimé par l’équation suivante :
∆h r
R=
∆H (3)
∆h r saut d’entropie du à la turbine avec :

1 2
H r = hr + w
2 (4)
Et

(w12 − w22 )
∆hr = hr 1 − hr 2 =
2 (5)
Or

w12 = Vz 2 + w2u1
(6)
Nous obtenons al ors :
∆hr = ( w1 + w2 )( w1 − w2 ) (7)

w 2 la vitess e relative du fluide


L’équation d’Euler des turbomachines nous donne:

∆H = U (Vu 1 − V u 2 )
(8)
Vu
Avec la projection de V dans le plan de la turbine
D’où, après quelques calculs à partir de (3), (7) et (8),
V u1 + Vu 2
R = 1−
2U (9)
Page 37 sur 109

Avec (1), (8), et (9) et quelques relations vec torielles triviales, nous obtenons :

Vu 2 ψ
 U = 1− R − 4

Wu 2 = − R − ψ
U 4

 u1 = 1 − R + ψ
V
U 4
W ψ
 u1 = − R +
U 4 (10)
Or, le facteur de perte L s’écrit,
2 2 2
V  W  V 
L =  1  ξs +  2  ξr +  2  ξe
U  U  U  (11)

Avec
ξs , ξr et
ξ e respectivement les c oefficients de pertes du stator, du rotor et du diffuseur.
A l’aide des relations vectorielles et des équations (10), (11) devient,

1 2 ψ ψ   1 2R − 1 
2
L = φ + − (1 − R ) + (1 − R )2  ∑ξ + (1 − R )ξ s +  + ξ
ψ 16 2  2 ψ  e
(12)

b. Résultats
Les trois coefficients de perte partagent donc une influence sur le premier terme. Les coefficients du
diffuseur et du stator ont eux une influence supplémentaire. Les pertes de l a turbine peuvent être
minimisée soit en diminuant les coefficients de pertes ξ , soit en diminuant leur influence. Il est alors
possible de réaliser une étude d’optimisation sur les paramètres de la turbine ψ, φ et R, c’est le sujet
de la publication de l’équipe Sud Africaine T.W. von Backström et A.J. Gannon, “Solar chimney turbine
characteristics” (2004). Ces travaux démontrent toute l’importance d’une étude de dimensionnement
de la turbine.
Une seconde équipe traite égal ement de l’influence du type et de la position des turbines sur l e
rendement. Il ‘agit de F. Denantes et E. Bilgen dans “Counter-rotating turbines for s olar chimney
power plants” (2005
2005,
2005 ref. en annexe). Ils réalisent une comparaison des performances entre une
turbine simple (1 stator, 1 rotor) SRT (Single rotating turbine) et des turbine à contre rotation (1 stator,
2 rotor) CRT (Counter rotating turbine) avec ou sans stator. Le résumé de leurs résultats es t le
suivant:
- Les avantages en rendement et en production de la SRT sur une CRT augmentent avec
l’augmentation de la puissance nominale de la c entrale.
- Les simulations donnent un avantage à la turbine CRT sans stator sur la SRT allant de +0,10 à +0,15%
de la production annuelle s elon la puissance.
- Les résultats pour la CRT avec s tator par rapport à la SRT vont de +0,02 à -0,08%.

C / Conclusion

De nombreuses études et travaux ont d’hors et déja été réalisé sur la cheminée solaire. Les résultats
sont souvent mitigés. Les modèl es de cheminée solaire propos ent des résultats différents en raison
des différentes approximations réalisées par les équipes de recherche. Il sera difficile d’éclaircir c e
point tant qu’une centrale pilote ne présentera pas ces résultats. Une avancée dans ce domaine es t
Page 38 sur 109

donc à prévoir d’ici 5 ans. Différents travaux ont également été réalisés en vue de l’optimisation des
paramètres. Ceux ci démontrent toute l’importance des études préliminaires d’optimisation à mener
sur les différents éléments composants une cheminée solaire.
Une simulmation peut s’avérer nécessaire afin de préciser le potentiel d’un site donné. Cependant les
calculs approximatifs donnés au chapitre III permettent de donner un résultat cohérent avec les
différentes estimations réalisées jusqu’à présent. Une simulation à ce stade de l’étude ne sembl e
donc pas nécessaire étant donné les moyens humains et financiers qu’elle requiert.
VI / Développement d’une filière de cheminée solaire
A / Méthodologie

Le dével oppement d’une filière demande la mise en place d’une méthode rigoureuse aboutissant à
une vision globale des technologies, des usages et des contraintes. Nous devrons donc en premier
lieu établir une liste complète des technologies et usages existant (chapitres suivants). Une fois c es
listes établies, chaque couple technologie/usage devra être l’objet d’une étude ou plusieurs études
sur les contraintes associés. L’objectif final sera d’être en capacité de comparer, pour un usage
donné, les technologies de cheminée solaire non seulement entre elles mais également vis à vis des
autres procédés existant. Cette méthode découle des méthodes couramment utilisées au sein de
l’agence.
Cependant, il existe des méthodes normalisées afin de com parer différents systèmes. La méthode
MASIT (Multicriteria Analysis for Sustainable Industrial Technologies) par exemple donne un sept
critères com paratifs afin d’identifier l es filières et technologies durables.
 Régulation
 Fonction
 Technologie & Industrialisation
 Environnement
 Risque technologique et Industriel
 Economie
 Social
Cette méthode es t développée entre autre par EDF et l’ADEME.

B / Technologies

Le but du présent chapitre es t d’élaborer une liste complète des technologies de cheminée solaire
existante à ce jour afin d’en faire ress ortir l es grands axes.
 Pour le collecteur, deux types de technologies existent ac tuellement :
- Les collecteurs « en dur » : des pl aques de vitrage plastique soutenues par une structure
métallique.
- Les coll ecteurs gonflables (c oncept OTH : plastique souple gonflé par de l’eau ou de l’air.
Avantages Inconvénients Incertitudes
Collec teurs en dur Résistance + Démontage - Démarche en cas
d’alerte cyclonique.
Coûts financiers
Collec teurs
teurs s ouples Stockage intégré + Résistance - Brevet OTH
« Posée » sur le sol + Coûts financiers
Impact + Démarche en cas
d’alerte cyclonique.
 Pour la cheminée, trois axes ont été identifiés :
o Cheminée « classique ».
o Conduit sur relief.
Page 40 sur 10 9

o Cheminée intégrée en falaise (appuyée ou creusée).


Avantages Inconvénients Incertitudes
Cheminée Réalisable partout ++ Impact visuel sur Faisabilité en régions
« classique » l’environnement -- cycloniques
Contraintes de la Coûts financiers
structure --
Cheminée Soutenue par la falaise* + Dégradation paysagère – Coûts financiers
appuyée
Sites d’accueil limités --
Cheminée Soutenue par la falaise* + Sites d’accueil limités -- Risques géotechniques
creusée
Pas d’impact visuel ++ Coûts financiers
Conduit sur Simplicité de mise en Impact visuel sur
relief (OTH) œuvre ++ l’environnement -
Sites d’accueil limités -
Tabl eau 10 : technologies pour la cheminée
* L’appuie de la falaise est un élément positif si l’étude géol ogique c onfirme sa s tabilité

 Pour la turbine :
o Turbine unique à axe vertical.
o Turbines multiples à axe vertical.
o Turbines multiples à axe horizontal.
o Turbine à rotor unique.
o Turbine contre rotative.
o Turbine avec ou sans stator.

Avantages Inconvénients Incertitudes


Turbine Rendement ++ Faisabilité --
unique à axe
vertical
Turbines Mise en œuvre + Faisabilité - Rendement
multiples à
axe vertical.
Turbines Mise en œuvre ++ Rendement
multiples à
axe
horizontal.
Turbine à Simplicité + Rendement
rotor unique
Turbine Rendement
contre
rotative
Turbine Simplicité + Rendement
sans
sans s tator
Page 41 sur 109

Turbine avec Mise en rotation de l’air + Charge de frottement - Rendement


stator
Tabl eau 11 : technologies pour la turbine
Les options technologiques mentionnées ci-dessus concernent les parties principales de la cheminée
solaire. Les différentes solutions techniques envisagées pour la ou les turbines ne permettent pas de
faire ressortir de différences décisives. Le type de collecteur est par contre à prendre en
considération. En effet, des différences en termes de coût ou d’impacte s ont à prévoir. Cependant,
c’est le choix de la cheminée qui est le plus significatif. Ce choix aura des répercutions sur un grand
nombre de critères et de contraintes. Nous considérerons donc 3 grands types de cheminées solaires
correspondant au type du conduit. La catégorie intégrée en falaise est déclinée en deux sous
catégories « creusée » ou « forée ». A chacune de ces catégories peut être associé un collecteur
« souple » ou en « dur ».

C / Besoins et usages

Les besoins de l’île ont été longuement discuté dans le chapitre traitant du contexte réunionnais.
Suite aux démarches réalisées plusieurs utilisations ont été identifiées. Ces utilisations se regroupent
en deux grandes catégories : celles aux objectifs d’autonomie électrique (1) définis dans le PRERURE
horizon 2025 et celles répondant aux objectifs d’autonomie énergétique (2) horizon 2050. Une
troisième catégorie regroupe les usages correspondant à des opportunités présentées par
l’installation d’une centrale de c e type.
• Dans le cadre de l’autonomie élec trique (objectif 2025), usages de type 1:
o Usage 1.1 : Alimentation du réseau moyenne tension ou haute tension.
o Usage 1.2 : Alimentation de sites isolés.
o Usage 1.3 : Alimentation des réseaux en bout de ligne.
• Dans le cadre de l’autonomie énergétique (objectif 2050), usages de type 2 :
o Usage 2.1 : Production de l’hydrogène pour les réseaux de transport en c ommun.
o Usage 2.2 : Alimentation des infrastructures de transport.
Une filière cheminée solaire pourrait également répondre par l a même occasion aux utilisations
secondaires (UU sage 3)
3 que sont:
o La production agricole (maraîchère, sucrière, etc.)
o La récupération des eaux de pluie.
o L’attraction touristique.
o Le support d’habitations.
Page 42 sur 109

c. Alimentation du réseau moyenne tension ou haute


tension
40 0,0

35 0,0

30 0,0

25 0,0

MW 20 0,0

15 0,0

10 0,0

5 0,0

0,0
0 60 120 18 0 240 300 36 0 420 480 5 40 600 660 7 20 780 840 9 00 960 1020 1 080 114 0 1200 1 260 13 20 1380
min

2. Bois 3. Le Port 4. Le Port 5. Le Port 6.


1. Le Gol Rouge PC4 PC3 PC2 hydraulique 7. TAC 40 8. TAC 20

Schéma 9 : Courbe de charge m oyenne de la région Réunion


Le schéma ci dessus représente la courbe de charge du rés eau él ectrique de la Réunion. Les moyens
de production 1 et 2 s ont des centrales thermiques à charbon dont le prix de l’él ectricité à la
production se situe autour de 8ch/kWh. Les moyens 3 à 5 s ont des c entrales thermiques à fuel dont le
coût de l’électricité se situe autour de 10ch/kWh. Les centrales hydraulique 6 fournissent de
l’électricité à un prix estimé à 4-5ch/kWh. Les turbines à combustibl e 7 et 8 produisent une élec tricité
aux environs de 20ch/kWh.
Les centrales 1 à 5 s ont des bases, elles produisent à une puissance constante sur de longue période.
Les centrales hydrauliques viennent ensuite com pléter ce schéma en répondant à l a consommation
durant les heures creuses. Les turbines à c ombustibles s ont les moyens les plus soupl es pour
répondre à la consommation durant les pointes mais elles sont égal ement les moyens les plus
chères.
Afin d’être retenu pour alimenter l e réseau réunionnais, une centrale de production doit être c apable
de remplacer les central es ac tuelles sur l’une de c es fonctions.

d. Alimentation d’un site isolé ou d’un site en bout de


ligne.
Pour alimenter un site isoler, l e s ystème de production doit avoir la s ouplesse nécessaire pour
satisfaire la consommation sur l’ensemble de la journée.
Pour le cas du site en bout de réseau, celui ci est assimilé à site isolé en cas de coupures du réseau
ou au rés eau classique dans le cas contraire.

e. Conclusion
Dans tous les c as un sys tème de production solaire doit disposer d’un système de s tockage afin de
fournir la puissance instantanée nécessaire pour l’usage qui lui est assigné.
Page 43 sur 109

D / Description du montage de la filière

a. Phases étude d’opportunité


Afin d’améliorer les connaissances sur l’opportunité de réaliser une filière « cheminée solaire », il
sera nécess aire de développer simultanément les deux ax es suivants :
- Connaissance du système.
- Connaissance du potentiel réunionnais.
Pour la connaissance du système, l’étude tendra à déterminer si une des technologies identifiées peut
répondre aux besoins réunionnais par un ou plusieurs usages. Si c’est le cas, il s’agira également
d’évaluer si cette proposition est compétitive comparée à d’autres solutions.
Ainsi chaque lien devra technologie/usage devra être étudier comme l’illustre le schéma 1 ci-dessous.
Pour chaque c ouple, les contraintes à surmonter pour le dével oppement ultérieur du projet devront
être identifiées. Les contraintes pourront porter sur différents aspects : réglementaires, techniques,
financiers ou exploitation.

Cheminée verticale

Usage 1
Cheminée sur relief

Usage 2

Cheminée intégrée en
falaise

Schéma 1 : les couples technologie/usage


La connaissance du potentiel réunionnais distingue deux axes :
- Conditions météorologiques :
o Rayonnement.
o Température et pression.
o Humidité.
o Vent
- Topologie :
o Topologie des sites.
o Surface et hauteur admissible.
La connaissance de ces données permettra ensuite d’effectuer les calculs nécessaires pour
déterminer le potentiel de chaque technologie.
Ensuite, des critères de comparaison devront être établis afin de permettre aux décideurs d’effectuer
leurs choix. Les notations des différentes technologies pour un usage donné pourront par exempl e
être illustré comme sur le schéma Y ou chaque critère sera noté suivant un axe dont l’échelle sera
déterminée par un coefficient de pondération fonction de l’importance du critère pour les décideurs.
Sur l’exemple ci dessous le critère 2 est pondéré par un coefficient 1,5 par rapport aux trois autres. La
pertinence de chaque technologie (cheminée solaire ou autre) peut être ainsi évaluée par l a surfac e
Page 44 sur 10 9

du polygone ayant pour sommets les points de notations situé sur chaque axe (la surface du
quadrilatère dans l’exempl e du schéma 2).

Critère 1

Critère 4 Critère 2

Critère 3
Schéma 2 : Exem ple de présentation de la notation des critères pour une
un e technologie et un usage
donné.
Une fois cette phase achevée, les responsabl es concernés auront toutes les informations nécessaires
afin de décider si le développement d’une technologie en vue d’un usage doit être ou non poursuivi. Si
la décision de développer une technologie en vue d’un usage est prise, cette étape aura égalem ent
permis de connaître les ax es de recherche à mettre en oeuvre afin de surmonter les contraintes.

b. Phases ultérieures
Une fois l’usage et la technologie identifiées, le projet peut suivre une procédure « classique »,
composée des étapes suivantes :
 Mise en pl ace d’une maîtrise d’ouvrage
 Etudes d’ingénierie
o Ingénierie technique
o Ingénierie financière
o Ingénierie juridique (1 an)
 Mise en œuvre
o Mise en pl ace d’une maîtrise d’œuvre (1 an)
o Fabrication ensemblier
o Distribution des sous ensem bles
o Installation
o Essai : performance et conformité au cahier des charges
o Contrôle technique
 Exploitation
o Exploitation
Page 45 sur 109

o Maintenance
o Distribution de l’énergie

E / Conclusions

Une méthodologie de mise en pl ace de filière est donc déterminée. Le res pect de cell e-ci amènera à
savoir si le développement d’une technologie bas ée sur le principe de la cheminée solaire représente
une opportunité à la Réunion.
Afin de répondre à la deman de formulée par le conseil régional, le chapitre suivant apportera un
certain nombre d’éléments sur l’étude la cheminée solaire forée en falaise pour l’alimentation du site
de Cilaos.
Page 46 sur 10 9

VII / Cas de la cheminée solaire intégrée en falaise


A / Choix technologiques existants

a. La cheminée
La cheminée doit naturellement se situer au point haut de l’îlet, pour conduire le flux d’air montant, et
rejoindre la falaise en minimisant la longueur, afin de réduire les pertes par frottement. Il existe alors
deux options :
a. (1) : Une cheminée creusée dans la falaise
b. (2) : Une cheminée appuyée c ontre la falaise
A cela s’ajoute l a possibilité de décom poser la cheminée en plusieurs conduits de diamètre Di
inférieur au diamètre initial D et respectant :
2 2
 D D 
π  ≤ π ∑ i 
2 i  2 

Cela aura pour effet de diminuer les problèmes d’ingénierie liés à la construction d’un tube d’une
soixantaine de mètre de diamètre. Cepen dant la quantité de matériaux utilisée en sera probablem ent
augmentée.
L’allongement de la cheminée au delà du sommet de la falaise est égal ement possible. Le rendem ent
du système étant proportionnelle à sa hauteur totale, un allongement de 100 m se traduirait par une
augmentation de 10% de la production.
Page 47 sur 109

b. Le collecteur
La position et la taille du coll ecteur s ont imposées par la géographie du site. Ci-dessous la carte où
sont indiquées les lignes des 1100 et des 1200 mètres.

Les calculs de surface effectués se sont appu yés sur la ligne des 1100m, cependant ell e peut être
aisément dépassée en de nombreux points. La surface considérée utilisable par le collecteur est donc
supérieure à 1 km2.
Deux possibilités existent aujourd’hui pour la construction du collec teur. La première est un
collecteur de type serre, des panneaux trans parents reposant sur une armature métallique. La
seconde, proposée par l e bureau d’étude d’OTH, est un collecteur en plas tique souple dont les piliers
sont gonflé à l’eau, permettant par la même occasion de stoc ker la chaleur afin de réguler l a
production.

c. La ou les turbines
Des études compl émentaires s ont nécessaires afin de déterminer la position et les c aractéristiques
idéales pour la ou les turbines. Plusieurs études ont d’ores et déjà été menées sur le sujet, parmi
lesquelles :
a. Gannon, A.J., Von Backström, T.W., 2003. Solar chimney
turbine performance. ASME Journal of Solar Energy
Engineering 125, 101–106.
b. T.W. von Backström, A.J. Gannon, Solar chimney turbine
characteristics. Solar Energy 76 (2004) 235–241
c. F. Denantes, E. Bilgen, Counter-rotating turbines for solar
chimney power plants. S olar Energy, 2005.
Il est également à noter que la société SBP a pris le parti d’utiliser 32 turbines à axe horizontal plutôt
qu’une à axe vertical en raison des problèmes qu’amenait la réalisation d’une turbine de 200MW
supérieure à 100 mètres de diamètre.
Page 48 sur 10 9

d. Le stockage de l’énergie et la régulation de la


production
• Stockage
La source d’énergie étant le rayonnement solaire, la production électrique peut donc présenter des
variations importantes en fonction des jours voir des heures. Un moyen de s tockage peut donc
s’avérer indispensable selon l’usage considéré.
Les chaînes partent d’un moyen de production et finissent par un usage. Le reste des él éments de l a
chaîne sont là pour assurer la réponse à l a courbe de charge et doit donc être défini en conséquence.
La mise en place d’un système de stockage nécessite donc la connaissance des courbes de
production et de charge. Pour la cheminée solaire, l’estimation de la courbe de production dépend de
nombreux paramètres comme le stockage thermique, la géométrie et la nature de la serre mais aussi
des conditions de pression, de température et de l’humidité de l’air. L’estimation de la courbe de
production nécessite la mise en place d’une simulation.
La courbe de production de la cheminée solaire est nécessaire au dimensionnement précis d’un
système de stoc kage.
• Stockage hydraulique
Il est possible de stocker de l’électricité en alimentant une pompe qui remonte de l’eau durant les
périodes de surproduction et de récupérer cette énergie en turbinant l’eau dans les périodes de
consommation. L’énergie potentielle est proportionnelle au produit de la masse par la différence de
hauteur. Il parait donc préférable de s e servir de l a plus haute différence de niveau possible afin de
réduire en proportion le volume des réservoir. Le stockage d’une journée moyenne de production
pour une cheminée solaire intégrée en falaise sur l’un des sites identifiés équivaut à remonter
environ 20 000 m ètres cubes d’eau sur une hauteur de 1 000 mètres.
Il est à prendre en compte que le potentiel de récupération d’eau de pluie est de l’ordre du million
mètres cubes. L’eau n’est donc une ressource abondante sur les sites d’altitude. Il existe de plus un
grand nom bre de cours d’eau saisonnier dont le débit annuel est aujourd’hui inconnu.

Moyen de Énergie
production Pompe Stockage d’eau
électrique à haute énergie
Cycle de potentielle
circulation
de l’eau

Stockage d’eau
à faible énergie
Turbine
potentielle

Énergie
électrique

Consommation

Schéma 3 : principe d’un système de s tockage hydraulique de l’énergie élec trique.


Une simulation de stockage hydraulique a été réalisée afin d’estimer l e nombre d’habitant qu’une
cheminée solaire pourrait alimenter ainsi que l a taille des bassins.
Page 49 sur 10 9

Les hypothèses s ont les suivantes :


• Rendement total de la cheminée sol aire de 1,2%
• Surface occupée : 100 ha
• Dénivelée : 1000 mètres
• Rendement de la turbopom pe de 85%
• Perte par frottement négligeabl e (D’après l’outil de dimensionnement réalisé par le groupe
stockage PFRD 2006)
• Consommation moyenne de 1 MWh par an et par habitant (m oyenne 2005)
• Données climatologiques 2003, 2004 et 2005.
La cheminée solaire ainsi modélisée produit en moyenne 20,7 GWh par an. En raison du rendement de
la turbo pom pe le nombre maximum d’habitants alimentés avec un taux de défaillance de 5% es t de
19 900. Les résultats obtenus sont résumés dans l e tabl eau suivant :
Nombre Défaillance surplus Volume des
d’habitants bassins
2003/2004/2005/
moyenne (en %
des jours)
19 900 9,6 / 0,5 / 5 / 5 0% 500 000
17 000 0 15% 220 000
17 000 5,2 / 0,8 / 0 / 2 16% 120 000
17 000 8,2 / 4,6 / 2,2 / 5 17% 62 000
15 000 0 26% 86 000
15 000 3,3 / 1,6 / 1,1 / 2 27% 29 500
15 000 6,6 / 4,1 / 4,4 / 5 27% 15 500
9 000 0 56% 11 500
9 000 3,0 / 1,4 / 1,6 / 2 57% 2 600
9 000 6,3 /4,2 / 4,2 / 5 57% 0
2 700 0 87% 0
Tabl eau 12:
12: résultats du dimensionnement d’un systèm e de s tockage
hydraulique
Si le stock es t trop s ouvent s aturé, l’électricité produite est perdue à m oins qu’il soit possible de
l’utiliser pour d’autres usages ou de l’injecter sur un autre réseau. Le surplus varie essentiellem ent
en fonction du nombre d’habitants alimenté et peu en fonction du stock.
Le stockage a été dimensionné afin de répondre chaque jour à la demande. En réalité, un stockage nul
n’est pas possible puisque la répartition de la production au long de la journée ne corres pond pas à
celle de la demande. Un stockage minimum est donc nécessaire.
Dimensionner un stockage pour un taux de défaillance fixé es t d’autant plus difficile pour une
ressource d’origine solaire. En effet, les jours de défaillances varient considérablement d’une année à
l’autre (voir tableau 12 et courbe 2). Cela pose de nom breux probl ème pour l’approvisionnement car
une année « déficitaire » en terme de rayonnement solaire est impossible à prévoir. L’étude pour l e
dimensionnement d’un système de stockage quel qu’il soit devra donc prendre en compte un grand
nombre d’année ; les trois années prise pour cette étu de montre bien que cette période es t
insuffisante.
Page 50 sur 109

Un équilibre est à trou ver afin de minimiser à la fois les défaillances, le surplus et le volume des
bassins pour une population donné. Un dispositif de secours serait également à mettre en place pour
les années « exceptionnelle ».

état du stock

st ock (MWh)
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
1 105 209 313 417 521 625 729 833 937 1041
temps (j ours)

Courbe 1 : état du stock pour 15 000 habitants et 29 500 m3

état du stock
stock (MW h)
700
600
500
400
300
200
100
0
1 107 213 319 425 531 637 743 849 955 1061
temps (jours)

Courbe 1 : état du stock pour 17 000 habitants et 220 000 m3

• P roduction d’hydrogène
Un système de stockage sous forme d’hydrogène est égal ement réalisabl e. L’ARER travaille
actuellement avec plusieurs partenaires sur la réalisation d’un outil numérique de dimensionnement
pour l’hydrogène.
Page 51 sur 109

Stockage :
Moyen de Énergie Hydrogène
Electrolys eur - Moyen
production électrique
- Volume

Eau Hydrogène

Pile à
combustible
(PAC)

Énergie
électrique

Besoin

Schéma XX : principe d’un système de s tockage hydrogène de l’énergie élec trique.

• Stockage de chaleur
Le stockage de l’énergie solaire sous forme de chaleur dans des ballons ou des bassins d’eau permet
de lisser la production et de produire une quantité non négligeable de courant électrique 24h/24. Ce
système apporte ainsi l’avantage de maîtriser la répartition de l’énergie durant l a journée et donc de
la puissance. Une turbine de moindre puissance pourrait donc être éventuellement utilisée.
Le dimensionnement de ce stoc kage nécessite la mise en place d’un outil de simulation et doit être
réalisé en fonction de l’usage retenu ainsi que des autres systèmes de s tockage.

B / Potentiel Réunionnais

• L’îlet
L’ îlet Gros Gal et
 Localisation.
L’îlet Gros Gal et se trou ve dans la partie Nord-Est du cirque de Cilaos, lui même situé au Sud-Ouest
de l’île de La Réunion (Océan Indien). La falaise et cet îlet, orientée Nord Nord-Ouest, sont au Sud de
la localité du Palmiste Rouge et à l’Est de l’îlet Calebasse.
L’accès se fait par une route qui relie Le Palmiste Rouge à l’îlet Cal ebass e longeant la partie
inférieure de l’îlet Gros Galet. Il n’existe ensuite aucun sentier qui le traverse.
Page 52 sur 109

 Description géographique
• L’îlet
La forme générale de l’îlet est proche d’un quart de cône de 1 kilomètre de rayon à la base et de 400
mètres de haut. D’aspect assez régulier, il comprend néanmoins deux ensembl es de barres
rocheuses de moyenne importance (quelques dizaines de mètre) et plusieurs rochers de l’ordre d’une
dizaine de mètres ou moins y s ont dressés aléatoirement.
La végétation est haute et dense : il s’agit à première vue d’arbres cl airsemés de buissons et
fougères.
Des traces d’écoulement d’eau sont visibles sur la paroi à droite de l’îlet et entre la paroi et l’îlet de
part et d’autre de celui-ci. Ces écoulements temporaires sont d’ailleurs relevé sur la carte IGN
(1:25000-réf. :4405RT).
• La falaise
La falaise mesure environ 1000 mètres de haut dont 600 hauts dessus du sommet de l’îlet. Celle-ci,
d’aspect parabolique, forme un angle d’environ 90° horizontalement limitant ainsi le quart de cône.
Particulièrement raide ( plus de 60°), la pente diminue légèrement sur les 200 derniers mètres (~55°).
La végétation y es t également uniformément prés ente sous forme d’herbe et d’arbuste. Celle-ci
donne à la paroi s a couleur variant du brun au vert suivant les endroits et les angles de vue.
• Conditions géographiques et climatiques
Page 53 sur 109

L’ensemble est situé dans une zone montagneuse au relief très accidenté en raison de l a récente
formation de l’île (moins de 3 millions d’années). Le pied de la falaise et de l’îlet étant situé environ à
900 mètres d’altitude et la crête à 1900 mètres.
La température y est donc fraîche pour cette latitude de 7 à 17°C en hivers et de 17 à 22°C durant l’été.
La Pluviométrie Annuelle est comprise entre 1,2 et 2,2 mètres. Le taux d’humidité moyen dans l’air,
très élevé à La Réunion, doit varier entre 60 et 80% s elon les saisons.
Une description climatique de La Réunion est consultable sur :
www.meteo.fr/temps/domtom/La_Reunion/atlas_clim/ATLAS.htm
 Schéma simplifié.
Page 54 sur 109

Îlet Gros Galet – vue îlet + fal aise


 Première
Première estimation du productible au niveau de l’îlet Gros Galets
Si l’îlet est considéré c omme un quart de c ône de 400 m de haut et de 1 100 m de rayon de base en
moyenne, la surfac e ex ploitabl e est d’environ 1 km2.
Nous prendrons les rendements de la turbine de 75-85% et du collec teur de 50-55% (voir les études
de T.W. von Backström, A.J. Gannon (2004) et de E. Bilgen, J. Rheault (2005)).
Avec un rendement de la turbine imposé par la formule :
g∆z
η=
c pT A

A laquelle on appliquera les données moyennes du site en question, on obtient alors une estimation
de la production annuelle d’une Tour Solaire implanté sur l’îlet Gros Galet de 20 à 25 GWh.
GWh
Une étude approfondie sur une simulation numérique de la centrale s era cependant néc essaire pour
affiner cette estimation.
• Tabl eau réc apitulatif des sites identifiés
Secteur Surface hauteur Potentiel
Cilaos – îlet Gros Galets >1 km2 >1000m 20 à 25 GWh
2
Cilaos - >1 km >1000m 20 à 25 GWh
Mafate - >1 km2 >1000m 20 à 25 GWh

Total >3 km2 60 à 75 GWh


Tabl eau 13:
13: sites d’accueil
d’accueil potentiels d’une cheminée solaire
• Conclusion
Page 55 sur 109

Le potentiel total pour les cheminées solaires intégrées en falaises représente donc moins de 4% des
besoins actuels. Cela représente, pour un fonctionnement, sans système de stockage, d’environ 2500h
par an (SBP), une puissance de’ 30MW. Le potentiel éolien es t estimé à environ 200MW. Le potentiel
pour cette technologie est donc faible.

C / Aspect réglementaire

Attention la liste réalisée ici est non exhaustive, un projet de cette ampleur pourrait également être
concerné, entre autre, par le code de l’urbanisme et le code rural.
Il s’agit ici de citer le code de l’environnement et le code général des collectivités territoriales dont
sont issues des politiques régionales ou des obligations de déclarations. Les éléments répertoriés
sont directement développés au niveau des différents chapitres concernés.

CODE DE L'ENVIRONNEMENT
Livre Ier : Dispositions communes
Titre II : Information et participation des citoyens
• Chapitre Ier : Participation du public à l'élaboration des projets d'aménagement ou
d'équipement ayant une incidence importante sur l'environnement ou l'aménagement du
territoire (Articles L 121-1 à L 121-15)
 Sur la mise en place d’un débat public
• Chapitre II : Evaluation environnementale (Articles L122-2 et L122-11)
 Sur les études d'impact des travaux et projets d'aménagement
• Chapitre III : Enquêtes publiques relatives aux opérations susceptibles d'affecter
l'environnement
 Sur la réalisation d’une enquête publique (Articles L 123-1 et suivants)
Citation : « La réalisation d'aménagements, d'ouvrages ou de travaux exécutés par des personnes
publiques ou privées est précédée d'une enquête publique », « lorsqu'en raison de leur nature, de leur
consistance ou du caractère des zones concernées, ces opérations sont susceptibles d'affecter
l'environnement ».

Livre III : Espaces naturels


Titre II : Littoral
• Chapitre Ier : Protection et aménagement du littoral
 Section 2 : Am énagement et urbanisme (Articles L321-3 à L321-7)
Titre III : Parcs et réserves
• Chapitre Ier : Parcs nationaux
 Section 2 : Am énagement et gestion (Articles L331-8 à L331-13)
 Section 3 : Dispositions particulières
• Sous-section 2 : Dispositions particulières aux départements d'outre-mer
(Article L331-15)
• Parc national des hauts de la Réunion de la Réunion
Il est à noté que l’ensemble des sites potentiels identifiés pour l’installation de cheminée solaire
intégrée en falaise sont positionné à l’intérieur du projet de création d’un parc national. La création du
Parc National devient effective par un décret pris en Conseil d'Etat. Celui-ci est prévu pour le début de
l’année 2007.
Page 56 sur 109

Ce Parc aura le statut d’un établissement public avec un conseil d’administration composé d’élus des
collectivités loc ales, de propriétaires, usagers et socioprofessionnels locaux, de services de l’Etat et
d’experts. Le Parc aura :
• pour mission de base d’accroître les connaissances et de promouvoir l e
patrimoine naturel et culturel, accueillir, sensibiliser et éduquer à
l’environnement, expérimenter pour l e développement durable
• et pour mission facultative de concourir aux politiques d’aménagement et de
développement, sur s ollicitation des autorités compétentes.
D’après la LOI no 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux :
• « L’établissement public du parc national es t associé à l’élaboration et aux
différentes procédures de révision des schémas de cohérence territoriale et
des plans locaux d’urbanisme ».
• « En dehors des es paces urbanisés définis dans le décret de création de
chaque parc, les travaux, à l’exception des travaux d’entretien normal et, pour
les équipements d’intérêt général, de grosses réparations, les constructions
et les installations sont interdits, sauf autorisation spéciale de
l’établissement public du parc délivrée après avis de son conseil scientifique
ou, sur délégation, du président de c e dernier » .
Titre V : Paysages (Articles L350-1 à L350-2)

Livre V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances


Titre I er : Installations class ées pour la protection de l'environnement
• Chapitre II : Installations soumises à autorisation ou à déclaration
Les installations classées pour la protection de l'environnement nécessitent la mise en place de
procédures d'autorisation ou de déclaration. De manière général e y sont soumises toutes l es
installations qui peuvent présenter « des dangers ou des inconvénients pour la commodité du
voisinage, pour la s anté, la sécurité, la salubrité publiques, pour l'agriculture, pour la protection de
la nature et de l'environnement, pour la c onservation des sites, des monuments et des éléments du
patrimoine archéologique ». Ces installations sont soumises à une déclaration préfectorale en
conformité aux différents décrets. Les déclarations sont généralement des Etudes ou Notice d’Impac t
(EI et NI) selon l’importance de l’installation. Elles énumèrent les différents désagrém ents causés par
l’ouvrage ainsi que les mesures directes ou compensatoires qui leur sont liées. Une enquête publique
décidera alors d’accorder ou non l’autorisation au projet. Cette phase se situe entre l es phases de
projet préliminaires et de pré projet.
Titre VI : Prévention des risques naturels
• Chapitre V : Commissions départementales et schémas de prévention des risques naturels
majeurs (Article L565-2)
• Pl an de prévention des risques (PPR)
Les études menées pour le PPR (Plan de Prévention des Risques ) par la Cellule de prévention des
risques naturels de l a DDE (Direction Départementale de l’Equipement ) ont c onduit à class er l’îlet
Gros Galets en zone d’aléa très élevé pour ce qui est des mouvem ents de terrain. Ce terrain est donc
inconstructible d’un point de vue réglementaire.
D'une manière générale les PPR ont pour objectif de limiter l'augmentation de la vulnérabilité sur les
zones à risque que ce soit en term e de personnes et/ou de biens .Cela signifie d'un point de vue
équipement, en zone d'aléa élevé à très élevé m ouvement de terrain, que :
c. les petits aménagements (aire pique niques....) sont autorisés
car, le coût de ces aménagements étant faible, cel a
n'augmente que légèrement la vulnérabilité.
Page 57 sur 109

d. les routes et les réseaux sont autorisés l orsqu'il n'existe pas


d'autre implantation possible et qu'ils sont nécessaires au
fonctionnement des s ervices publics.
e. les autres équipements sont interdits l orsqu'ils entraînent
une augmentation de la vulnérabilité et donc du risque.
En l'état actuel, un projet de Tour Solaire ne parait donc pas compatible avec le zonage d'aléa
mouvement de terrain défini par l'expert BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières).
Cependant, une étude plus fine réalisée par un expert pourrait être menée afin de préciser le c as
échéant le zonage de l'aléa mouvement de terrain sur le secteur envisagé. Une association d'éleveurs
à Salazie a commandé une étude ayant précisé favorabl ement l’aléa pour l'implantation d'une station
de traitement d'effluents d'élevage. Il n'existait cependant pas ou peu d'autre implantation possible.
Ci-dessous la cartographie fournie par la Cellule de Prévention des Risques Naturels au niveau de
l’îlet Gros Gal et:

Titre VII : Prévention des nuisances sonores


• Chapitre Ier : Lutte contre le bruit (Article L571-1)
• Chapitre II : Evaluation, prévention et réduction du bruit dans l'environnement (Articles L572-1
à L572-11)
Titre VIII : Protection du cadre de vie
vie
• Chapitre II : Prévention des nuisances visuelles (Article L582-1)

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES


TI TRE III : LES RÉGIONS D'OUTRE-
D'OUTRE-MER
• CHAPI TRE III : Attributions

 Section 3 : Attributions des régions d'outre-mer en matière d e


dévelop p ement économique et d'aménagement du territoire
Page 58 sur 109

• Le Schéma d’Aménagement Régional (SAR)


La loi du 2 août 1984 confère au conseil régional de la Réunion des compétences particulières en
matière de planification et d’aménagement du territoire. Elle demande notamment d’adopter un SAR
qui fixe les orientations fondamentales en matière d'aménagement du territoire et de protec tion de
l’environnement. Il s'impose aux schémas de cohérence territoriale (SCOT) et aux plans locaux
d’urbanisme (PLU). Le schéma d'aménagement régional de la Réunion a été approuvé par décret pris
en conseil d'Etat le 6 novembre 1995.
Selon ce dernier, l’ensemble des falaises des trois cirques fait partie intégrante des espaces naturels
de protection forte. Dans de tels es paces :
• « Toute urbanisation nouvelle y sera interdite à l’exception des
aménagements liés à l eur mise en val eur touristique. »
• « l’essentiel de ces espaces pourra bénéficier d’une protection renforcée » :
• « les modes de fréquentation » « ne devront en aucune manière porter
atteinte à des intérêts m ajeurs de protec tion écologique ».

Conclusion
La construction d’une cheminée solaire dans les sites identifiés reste possible. Cependant aux vues du
SAR, du PPR et du Parc national, de nombreuses dém arches et études seront à mettre en œuvre.
Dans un premier temps, une contre étude devra être menée afin de démontrer que l’installation ne
remet pas en c ause la s tabilité du terrain, et un dossier remis à l’administration du parc naturel
montrant le caractère essentiel et prioritaire du projet. Une fois ces deux premières étapes franchies,
une étude d’impact sera à remettre aux autorités compétentes dans le cadre d’une enquête et d’un
débat public pour l’information et la participation des citoyens.

D / Critère financement et coût de l’électricité

Le chapitre précédent, nous montre à quel point le critère en vironnemental peut aujourd’hui être
considéré comme prioritaire au niveau des cirques. Le choix technique de la cheminée pour
l’estimation du coût de l’électricité se portera donc sur cheminée forée en falaise car cette dernière
minimise le poids porté sur l’environnement. De plus, aucun système de stockage ne s era considéré.

a. Analyse des besoins de financement.


Pour le terrain
Terrain agricole :
Prix moyen en 1992 : 10.000 h/ha en 2004 : 80.000 h/ha (s ource SAFER, www.safer.fr)
Le prix des terrains es t en forte hausse depuis plus de 10 ans à la Réunion.
Il est à noter que dans le cas de l’îlet Gros Gal et, il ne s’agit pas d’un terrain agricole et que s a
position est très éloignée du littoral. Dans ce contexte les prix annoncés ci-dessous majorent
probablement le prix réel de ce terrain.
Acquisition d’un terrain :
• de 100 ha : <8 000 000h
• de 125 ha : <10 000 000 h
• de 150 ha : <12 000 000 h
Pour le collecteur :

• Collecteur fixe ( acier et verre)


Le coût de l’ensembl e coll ecteur et auvent : < 10h/m² ( données SBP, 2005)
D’où le coût d’un collecteur de 1 million de mètre carré : <10 000 000h
Page 59 sur 109

Coût de terrassement :
L’épaisseur moyenne du béton lors de la réalisation de tunnel varie entre 400 et 500 mm. Le prix du
béton employé est d’environ 160h le mètre cube.
• Collecteur s ouple (matières plastiques – pol ymère organique ETFE)
Devis OTH
• Terrass ement :
0.5 million de mètres cubes : >500 000h
 Pour la cheminée :
Le volume de matériaux à déblayer pour la construction de la cheminée est d’environ 2 millions de
mètres cube. Dans un cas « idéal », l’excavation de matériaux coûterait environ 20 millions h. Mais
dans ce c as, un prix de 40 millions h sem blerait plus raisonnable.
De plus le coffrage de l’excavation très probablement indispensable étant donné la nature des sols
souvent instable et la forte pluviométrie contribuant à cette déstabilisation. A raison d’environ 50 cm
de béton sur l’ensemble de l a hauteur et à 160h le mètre cube de béton, un coffrage de la cheminée
reviendrait à 20 millions h.
 Pour les compos ants mécaniques ( turbine, alternateur, autres):

Prix du système mécanique en €/MW installé

1,8
1,6
1,4
Millions €/MW

1,2
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
0 50 100 150 200 250
Données SBP, 2005
MW

Coût de l’installation : ~ 1 500 000h/MW pour une centrale de 10 MW (extrapolation des données SBP
résumés dans l a tableau ci-dessus)
Pour une installation de 5 MW : ~ 8 000 000h
Pour une installation de 10 MW : ~ 15 000 000h
 Infrastructures, management, ingénierie et autres :
Coûts : < 10 000 000h (données SBP, 2005)
 Total Construction :
Page 60 sur 109

Terrain 10 000 000h


Cheminée excavation 20 000 000h-40 000 000h
Cheminée coffrage 0 - 20 000 000h
Collec teur 10 000 000h
Turbine, alternateur 10 000 000h
Autres 10 000 000h
Total 60 000 000h-
000h-10 0 000 000h
Tabl eau 14 : récapitulatif
récapitulatif des dépenses
 Maintenance :
Personnel : environ 2 personnes ( données SBP, 2005)
Coûts : ~50 000h/pers./an
Coût du matériel : <100 000h/an pour une installation de 5 MW (données SBP, 2005)
Coût du matériel : <180 000h/an pour une installation de 10 MW (extrapol ation données SBP, 2005)
Pour une installation de 5 MW : ~ 200 000h
Pour une installation de 10 MW : ~ 280 000h

b. Rentabilité
 Production él ectrique :
20-25GWh/an
Hypothès e : tarif de rachat à 20ch du kWh.
Gain annuel de : 4 à 5 000 000 h/an.
 Carrière matériaux :
• Besoin en matériaux Réunion :
Consommation de 4,7 millions* de tonnes de granulats élaborés par an soit environ 2 000 000 m3 * par
an. Le prix et le besoin sont cependant totalement dépendants de la qualité et du diamètre des
granulats.
(* Commission Départemental e des Carrières, Notice de présentation du Schéma Départem ental des
Carrières de La Réunion, 2001).
• Gain estimé :
Prix du basalte extrait par minage de précision : ~5h/t ( données SEGC)
Volume d’un tube d’une hauteur de 600 m d’un rayon de 60m et d’un angle de 60° : ~2 000 000 m3
Densité du Basalte de Cilaos : ~2.4 (données SEGC)
Gain : ~24 000 000 h
• Coût du transport :
Frange littorale ~0.07 à 0.23 h/t/km*
Hauts – Littoral ~0.15 à 0.30 h/t/km*
Donc selon les données des transporteurs le coût moyen de l’acheminement de 2 millions de tonnes
entre Cilaos et le littoral, l a distance considérée étant de 30 km, es t d’environ 14 000 000h.
 Location terrain agricol e
En fixant la location à 5% par an du prix de vente à raison de 50% de l’espace expl oité, la location
rapporterait environ 250 000h
Page 61 sur 109

c. Etude du coût de l’électricité


Hypothès e de travail :
Taux d’intérêt fixé à 6%.
Taux d’inflation de 3,5%.
Durée d’expl oitation de 80 ans.
Prix de
Hypothès e (1,x) : prix de l’investissement initial de 100 000 000 h.
Hypothès e (2,x) : prix de l’investissement initial de 80 000 000 h.
Hypothès e (3,x) : prix de l’investissement initial de 60 000 000 h.
Hypothès e (x,1) : remboursement à 80 ans.
Hypothès e (x,2) : remboursement à 20 ans.
Calculs
Il existe de nombreuses méthodes pour calculer le prix au kWh. Le but étant avant tout de com parer
le coût du kilowattheure sel on différents m oyens de production la méthode em ployée n’a que peu
d’importance. Il convient uniquement d’adopter la mêm e méthode pour l es différents systèmes de
production. Il ne s’agit donc pas ici d’estimer à combien sera facturé l e kilowattheure à l a
consommation.
La méthode em ployée ici est la méthode des annuités, procédure officielle du VDEW ( Vereinigung
Deutscher Elektrizitätswerke). Deux approches peuvent être utiliseés, celle de l a valeur nominale et
celle de la valeur réelle. A titre com paratif, nous utiliserons ici la valeur nominale.
Le facteur d’annuité sur le capital est :

z n .i
An =
z −i
n

Le facteur d’annuité des coûts de maintenance est :

Bn =
(z n
−f n
) z n .i
z (z − f ) z − i
n n

Avec :
f = 1 + e et z = 1 + i
e le taux d’inflation et i le taux d’intérêt.
Le taux d’inflation a été fixé ici à 2% et le taux d’intérêt à 4% (valeurs moyennes arron dies des années
2003, 2004 et 2005 en France).
Lecture du tabl eau
Il est possible de c onsidérer indépendamment la période d’amortissement de celle de l a durée
d’exploitation. Plus la première est inférieure à la seconde, plus le prix moyen sur l’ensembl e de l a
durée de vie sera abaissé. Cet effet est du à la diminution des intérêts versés. Cependant le prix sur la
première période à l’inverse s’en trouvera augmenté. Cette possibilité donne lieu au hypothèse (x,1) et
(x,2).
La prise en compte ou non d’une période d’amortissement différente de l a durée d’expl oitation
n’influence les autres moyens de production que de quelques centimes, a l’exception des centrales
photovoltaïques.
Le tableau nous permet de comparer le prix de différentes technologies. On remarque ainsi que, à
l’exception faite de l’électricité d’origine photovoltaïque, la cheminée solaire dans l’hypothèse la plus
favorable présente un prix supérieur à tous les autres moyens de production.
Page 62 sur 109

Conclusions
La centrale qui a servi à l’étude est celle de l’îlet Gros Galets à Cilaos. Les deux autres sites propos és
pour une cheminée solaire intégrée en falaise présentent une surfac e, une hauteur, une situation et
des conditions météos similaires. Les résultats sont donc transposables en première approche à
l’ensemble de ces sites.
Au vue des résultats, en l’absence d’étude plus précise et en considérant les technologies actuelles,
le prix du kWh d’une cheminée solaire forée en fal aise res te particulièrement élevé.
tps de durée Prix/kWh Prix/kWh
Coût de Puissance Production Prix/kWh
Centrales fonctionnement de vie première période
construction (MW) (MWh/an) total
initial (ans) période additionnelle

Cheminée solaire
Cheminée intégrée (hyp1,1) 100 000 000,00 h 10 20 000 80 80 0,46 h 0,46 h
Cheminée intégrée (hyp1,2) 100 000 000,00 h 10 20 000 20 80 0,59 h 0,15 h 0,26 h
Cheminée intégrée (hyp2,1) 80 000 000,00 h 10 20 000 80 80 0,37 h 0,37 h
Cheminée intégrée (hyp2,2) 80 000 000,00 h 10 20 000 20 80 0,47 h 0,12 h 0,21 h
Cheminée intégrée (hyp3,1) 60 000 000,00 h 10 20 000 80 80 0,27 h 0,27 h
Cheminée intégrée (hyp3,2) 60 000 000,00 h 10 20 000 20 80 0,35 h 0,09 h 0,16 h
Hydroélectrique
Centrale l a Bresse 2 463 000,00 h 0,9 4106,79612 60 60 0,05 h 0,05 h
Centrale La Pulpe 4 840 000,00 h 3,6 15960,5911 60 60 0,03 h 0,03 h
Eolien
Parc éolien de Ste Suzanne 7 000 000,00 h 3,85 7 000 15 30 0,12 h 0,02 h 0,07 h
Parc de Tonkin 12 000 000,00 h 12 23 000 15 30 0,07 h 0,01 h 0,04 h
Parc de Ventillon-Coussoul 15 000 000,00 h 15 34 000 15 30 0,06 h 0,01 h 0,03 h
Centrale à charbon
CTBR 150 000 000,00 h 99,5 717 000 30 30 0,10 h 0,10 h
Photovoltaïque
Centrale Le Port 5 000 000,00 h 1 1 300 20 20 0,36 h 0,36 h
Centrale Portu gal 250 000 000,00 h 64 80 000 20 20 0,29 h 0,29 h
Tabl eau 14 : Com paratifs des coûts de l’électricité
l’ électricité
E / Récapitulatif des contraintes identifiées

Contraintes réglementaires
- Plan de Prévention des Risques (PPR) (Code de l’environnement).
- Parc National des hauts de la Réunion (Code de l’environnement).
- Etude d’impacte, enquête et débat publics (Code de l’environnement).
- Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) (Code de
l’environnement).
- Schéma d’aménagement régional (SAR) (Code général des coll ectivités territoriales).

Contraintes techniques
- Paramètres, type et position de la ou des turbines.
- Faisabilité de l’ensemble turbo générateur.
- Contraintes géotechniques exercées sur la cheminée.
o Composition et mouvement des sols.
o Hydrographie.
- Contraintes climatologiques sur le collec teur et l a cheminée.
o Pluies et vents violents.
- Raccordement utilisateur.
- Dimensionnement stockage thermique.
- Régulation de la production (stockage hydraulique).

Contraintes d’aménagement
- Code de l’urbanisme
- Code rural

Contraintes de financement
- Etude géotechnique.
- Etudes d’ingénierie.
- Construction cheminée.
- Montage collec teur.
- Turbines et générateur.
- Raccord utilisateur.
- Entretien.
Contraintes d’exploitation
- Maintenance, entretien turbine, cheminée et coll ecteur.
- Procédure d’alerte cycl onique.

Contraintes d’impact
- Impact visuel (Code de l’environnement : Prévention des nuisances visuelles (Article
L582-1))
- Impact sur la stabilité des sols (C ode de l’environnement : Prévention des risques
naturelles (Livre V, Titre VI))
Page 65 sur 109

- Impact sonore des travaux et du s ystème m écanique (Code de l’environnement :


Prévention des nuisances sonores (Livre V, Titre VII))

F / Conclusion

Cette étude ne peut être considérée comme com plète puisqu’elle ne prend pas en compte l’ensembl e
des as pects sociaux et environnementaux. La courbe de production quotidienne manque également
pour répondre de façon précise aux problèmes de régulation et s tockage.
Plusieurs critères et contraintes ont pu être relevés. Le potentiel réunionnais pour une filière de
cheminée solaire intégrée en fal aise est faible et l e coût de l’élec tricité, aux vues des techniques
actuelles, est rel ativement él evé. L’utilisation ce type de technologie pour une alimentation classique
du réseau est donc peu favorabl e aux vues de ces deux critères puisqu’il ne semble pas qu’elle puisse
remplacé un moyen de production actuelle à moindre c oût.
D’un point de vue technique, rien ne s’oppose à la faisabilité d’une telle centrale. Une étude
complémentaire pour d’autres usages reste à mener afin de déterminer la pertinence exacte de ce
système. En effet c ertain point comme l’aspect social ou l’impact environnemental (énergie grise,
rejets dus à l a construction) n’ont pu être développés.
Cependant, l’aspect réglementaire représente dans la situation actuelle le principal obstacle pour l a
réalisation d’un tel projet. La démographie actuelle ne permettra pas de l égitimer l’installation d’une
cheminée solaire dans les cirques au détriment des contraintes environnementales.
La croissance démographique de l’île se situe aujourd’hui principalement dans les microrégions
littorales (réf. Cartographie SAR). Une étude approfondie sur ce concept ne semble pas nécessaire en
l’absence d’une modification importante de c ette tendance. Une cheminée solaire perm ettrait
d’alimenter l’intégralité du cirque de Cilaos mais 86% de l’él ectricité serait al ors en surplus.
VIII / Conclusions et perspectives
A / A la Réunion

a. Cheminée solaire intégrée en falaise


La faisabilité technique d’une cheminée solaire intégrée en falaise ne pose pas de problèm es
majeurs. Cependant, sa réalisation à l a Réunion se heurte à plusieurs autres contraintes.
D’une part, le potentiel réunionnais reste réduit à quelques pourcent de la consommation électrique
totale de l’île. En outre, le coût du kilowattheure, dans l’état actuel des techniques de construction
sera très élevé. En l’absence de nouvelles techniques d’excavation la c onstruction de la cheminée
représ entera toujours une part importante du coût total.
D’autre part, des études devront être menées en plus de l’étude d’impact, de l’enquête et du débat
public auxquels sont contraints tous les projets d’une telle envergure. Ces deux études
supplémentaires devront montrer que la cheminée ne risque pas de déstabiliser la falaise et que l a
structure présente des atouts majeurs qui justifient son installation au sein d’une zone
environnementale de protection forte.
Ces contraintes peuvent remettre en cause le développement d’une filière de cheminée solaire
intégrée en fal aise à la Réunion.
L’étude reste cependant incomplète pour deux raisons. Elle n’apporte pas d’éléments sur les impacts
sociaux et environnementaux. Elle n’apporte pas de dimensionnement précis des moyens de
stockage. Le développement ultérieur devra donc commencer par déterminer une méthode ou une
étude permettant d’englober l’ensemble des impac tes. La mise en place d’une simulation sera
nécessaire pour déterminer la courbe de production quotidienne en vue du dimensionnement du
système de stoc kage.

b. Cheminée solaire à la Réunion


Dans le cas des autres types de conduit, l’éventualité de réaliser le coll ecteur dans une zone non
protégée réduit les possibilités de blocage pour un motif environnemental. En effet, il existe en dehors
des zones protégées et urbanisées de nombreux domaines agricoles étendus et continus autour de
l’île. D’après les estimations réalisées pour la cheminée solaire espagnole les deux tiers des surfaces
occupées restent exploitables pour des activités agricoles. Les activités agricoles possibles dans l es
conditions de température et de rayonnement prés entes s ous le c ollecteur res tent à déterminer.
Il pourrait donc être utile de déterminer si un projet de type Elioth peut être dével oppé à des coûts
réglementaires, économiques et financiers raisonnables comparés à d’autres technologies. Le
potentiel énergétique pourrait être particulièrement important car près de 30 000 hectares sont à
explorer et tous présentent un ensoleillement annuel moyen supérieur à 1600 J/cm2 par jour. Cette
surface est actuell ement occupée par des champs de canne à sucre, secteur ac tuellement important
pour l’île en terme d’économie et d’emplois.
L’utilisation d’une méthode multicritère de type MASI T pourrait apporter une normalisation des
comparaisons entre différentes technologies en prenant en com pte les différents aspects du
développement durabl e. L’étude de la cheminée solaire intégrée en falaise n’est pas compl ète au
point de vue de cette méthodol ogie. Certains critères (principalement réglementaires) se s ont
cependant révélés comme bloquant pour le développement d’un tel projet.

B / Ailleurs dans le monde

Le concept de la cheminée solaire a tout d’abord été développé pour les pays en voie de
développement. Cel a est dit et répété tout au long de la littérature portant sur ce sujet. L’inventeur,
Jörg Schlaich, insiste également sur ce point dans les premières pages de « The Solar Chimney »
(Axel Menges, 1995). Plusieurs raisons à cela, la principale étant que les travaux à mener demande
Page 67 sur 109

beaucoup de main d’œuvre aujourd’hui peu qualifiée. Pour cette raison le coût de la centrale sera
fortement diminué. SBP estime la réduction gl obal e à 50% entre une centrale construite en
Allemagne et l a même en Inde.
De plus l’accessibilité à des pays moins développés est augmentée par la simplicité technique de
l’ouvrage. Ainsi, la cheminée solaire est principalement développée afin de proposer une nouvell e
alternative pour les pays en voie de dével oppement. De nombreuses technologies s’inscrivant dans le
cadre d’un développement durable demandent aujourd’hui des efforts financiers en terme de
recherche que peu de pays en voie de développem ent sont capabl es d’apporter. De plus, la fabrication
à grande échelle de systèmes basés sur des technologies avancées néc essite la mise en plac e
d’équipes de recherche spécialisées, et la création de filières de production répondant à de hautes
exigences de qualité. La mise en place de telles filières réclam e un processus long et coûteux.
Aujourd’hui, la seule technologie effec tive permettant de produire une quantité significative
d’électricité à un coût raisonnable, en favorisant l’indépendance énergétique, l’accessibilité
technologique et de développement durabl e reste la centrale hydroél ectrique. Cependant, le potentiel
hydraulique varie sel on le pays. La cheminée solaire pourrait devenir à court ou moyen terme une
nouvelle option pour de nombreux pays bénéficiant de vas tes espac es arides. L’Afrique du Sud (désert
du Kalahari) se montre d’ailleurs déjà intéressé par c ette technologie ; un laboratoire de l’université
de StellenBosch publie très régulièrement des articles sur ce thème. Dans l’Océan Indien,
Madagascar concilie égal ement une main d’œuvre bon marché à de vastes espaces et un
ensoleillement important.

C / Prospective

Au centre d’un projet d’envergure, la tour solaire peut alors s ervir d’outil à l’aménagement du
territoire. En effet, ass ocié à différents équipements, cette centrale peut servir à c entraliser l a
production et le stockage d’énergie durable. Et ainsi, elle permettrait d’alimenter l’ensemble d’un
système urbain, réduisant la dépendance énergétique d’une part, et l’impact sur le réchauffem ent
climatique d’autre part. Le désenclavem ent de sites isolés par des reliefs accidentés pourrait se
mettre en oeuvre au travers de projets rendus autonomes par ce moyen. Les sites c oncernés
profiteraient également d’une structure de récupération et de s tockage de l’eau, et d’une surface
importante de culture s ous serre.
IX / Annexes :
A / Bibliographie

Articles, Publications et Conférences sur la cheminée solaire


Année Auteurs Titre Références Disp.
W. Haaf, K.
Solar Chimneys: Part I: Principle
Friedrich, G. International Journal of
[1] 1983 and Construction of the Pilot
Mayr, and J. Solar Energy, 2, No. 1, p 3–20
Plant in Manzanares
Schlaich
1984 Solar Chimneys: Part II: International Journal of
[2] W. Haaf Preliminary Test Results from the Solar Energy, 2, No. 2, p 141–
Manzanares Pilot Plant 161
The solar chimney overall
Int. J. Ambient Energy 8 (1),
[3] 1987 Mullett L.B. efficiency, design and
35–40.
performance.
Proceedings of the Manila
L.B. Padki, International Symposium on
Solar chimney for medium-to
[4] 1989a M.M., Sherif, the Development and
large scale power generation.
S.A. Management of Energy
Resources,Manila,
Page 69 sur 109

Philippines, 1, pp. 432–437.


Seminar on Energy
1989b Padki, M.M., Conservation and Generation
Solar chimney for power
[5] Through Renewable
Sherif, S.A. generation in rural areas.
Resources, Ranchi, India, pp.
91–96.
Morrow, T.B., Marshall, L.R.,
Yan, M.Q., Sherif, S.A. (Eds.), Industrial
Sherif, S.A., Applications of Fluid
1991 Kridli, G.T., Lee, Thermo-fluid analysis of solar Mechanics-1991, FED, vol.
[6] S.S., Padki, chimneys 132. The American Society of
M.M. Mechanical Engineers, New
York, pp. 125–130 (Book
#H00720).
Yan, M.-Q.,
Sherif, S.A.,
Thermo-fluids analysis of solar Ind. Applic. Fluid Mech.
[7] 1991 Kridli, G.T., Lee,
chimneys. ASME FED-2, 125–130.
S.S., Padki,
M.M.
Padki, M.M., A mathematical model for solar Proceedings of 1992
[8] 1992 International Renewable
Sherif, S.A. chimneys.
Energy Conference, Amman,
Page 70 sur 109

Jordan, Vol. 1, pp. 289–294.


1995
[9] J. Schlaich The solar chimney Edition Axel Menges

Performance of a demonstration Proceedings of the 35th Heat


Pasumarthi, N.,
[10] 1997 solar chimney model for power Transfer and Fluid
Sherif, S.A.
generation. Mechanics.
Solar Electricity Generation—A
1997 Trieb, F.,
Comparative View of Solar Energy, 59, Nos. 1–3,
[11] Langniß, O., and
Technologies, Costs and pp. 89–99
Klaiß, H.
Environmental Impact
Experimental and theoretical
Pasumarthi, N., performance of a demonstration International Journal of
1998a
[12] Sherif, S.A. solar chimney model— part I: Energy Research 22 (3), 277–
mathematical model 288.
development.
Experimental and theoretical
Pasumarthi, N., performance of a demonstration International Journal of
[13] 1998b Sherif, S.A. solar chimney model—part II: Energy Research 22 (5), 443–
experimental and theoretical 461.
results and economic analysis.
Page 71 sur 109

Proceedings of the
1999 Weinrebe, G. Greenhouse Gas Mitigation with PowerGen Europe 1999
[14]
Solar Thermal Power Plants Conference, Frankfurt,
Germany, June 1-3.
M.M. Padky S.A. International Journal of
1999 On a simple analytical model for
[15] Sherif Energy Research 23(4), 345-
solar chimneys
349
Proceedings of the IEA
SolarPACES Task III
Weinrebe, G. Simulation of Solar Thermal
[16] 2000 Solar Chimney Simulation
Power Systems Workshop,
28th and 29th Sept. 2000,
Cologne.

2000 T. W. Von
The Solar Chimney Air Standard South Afr. Inst. Mech. Eng.
[17] Backström, and
Cycle R&D J., 16,
16 pp. 16–24
A. J. Gannon
T. W. Von
Backström, and Compressible Flow Through Tall Proceedings of Solar 2000,
[18] 2000 A. J. Gannon Chimneys Madison, Wisconsin (June).
Page 72 sur 109

2000 A.J. Gannon Solar Chimney Cycle Analysis


Journal of Solar Energy
[19] T.W. von With Loss and Solar Collector
Engineering, vol 122-3
Backström Performance
2000 A.J. Gannon
Compressible flow through solar Journal of Solar Energy
[20] T.W. von
power plant chimneys Engineering, vol 122-3
Backström
Schlaich, J. and Encyclopedia of Physical
Schiel, W. Science and Technology, 3rd
[21] 2001 Solar Chimneys
Edition, Academic Press,
London.
Weinrebe, G. Up-Draught solar tower and Proceedings of the ISES
[22] 2001 and Schiel, W. Down-Draught Energy Tower – A Solar World Congress 2001,
Comparison Adelaide, Australia.
Kröger, D.G., J.D. ISES 2001Solar World
2001 Performance evaluation of a solar
[23] Buys, Congress, Adelaide,
chimney power plant.
Australia.
Hedderwick, Masters Thesis, University of
R.A. Performance evaluation of a solar
[24] 2001 tellenbosch, Stellenbosch,
chimney power plant.
South Africa.
[25] 2002 Gannon, A.J. Solar Chimney Turbine Ph.D. dissertation, University
Page 73 sur 109

Performance. of Stellenbosch, South


Africa.
Proceedings of the 1st
Gannon, A.J., International Conference on
Von Backström, Controlling and maximizing solar Heat Transfer, Fluid
[26] 2002 T.W. chimney power output. Mechanics and
Thermodynamics, Kruger
Park, South Africa.
2003 Gannon, A.J., ASME Journal of Solar
Solar Chimney Turbine
[27] Von Backström, Energy Engineering 125, 101–
Performance.
T.W. 106.
Von Backström, The Influence of some secondary ISES 2003 Solar World
[28] 2003 T.W., Kirstein, effects on solar chimney power Congress, Göteborg,
C.F., Pillay, L.A. plant performance. Sweden.
M.A. dos S.
Thermal and technical analyses
[29] 2003 Bernardes and Solar Energy, vol 75
of solar chimneys
Al
T.W. von
Solar chimney turbine
[30] 2004 Backström A.J. Solar Energy 76
characteristics
Gannon
[31] 2004 Pretorius, J.P., Solar tower power plant Proceedings of the ISES
Page 74 sur 109

Kröger, D.G., performance characteristics. EuroSun2004 International


Buys, J.D., Von Sonnenforum 1, Freiburg,
Backström, Germany, pp. 870-879
T.W..
J Schlaich R. Design of Commercial Solar
2005 Bergermann, Updraft Tower Systems –
[32] Wolfgang Utilization of Solar Induced www.sbp.com
Schiel, G. Convective Flows for Power
Weinrebe Generation
2005 E. Bilgen F. Counter-rotating turbines for
[33] Renewable Energy
Denantes solar chimney power plants
E. Bilgen J. Solar chimney power plants for
[34] 2005 Solar Energy 79
Rheault high altitude
Critical evaluation of solar Solar Energy, Volume 80,
J.P. Pretorius,
[35] 2005 chimney power plant Issue 5, May 2006, Pages
D.G. Kröger
performance 535-544
T. W. von Maximum fluid power condition in
[36] Backström, T. solar chimney power plants – An Solar Energy
2006
P. Fluri analytical approach
Articles, Publications et Conférences : autres thèmes
Page 75 sur 109

Année Auteurs Titre Références Disp.


1999 M. LENZEN GREENHOUSE GAS ANALYSIS OF
Solar Energy Vol. 65, No. 6,
[37] SOLAR-THERMAL ELECTRICITY
pp. 353–368, 1999
GENERATION
Béatrice
2006 BUTEL- Techniques de l’Ingénieur,
Écoconception : état de l’art des
[38] traité Environnement, Doc. G
BELLINI, Marc outils disponibles
6 010
JANIN
2005 Options de production
[39] Luc Gagnon d’électricité : Rendement de Hydro-Québec, 2005G185-F
l’investissement énergétique
2006 DONNEES AGRICOLES ET Agreste Réunion Numéro 08
[40]
RURALES - Avril 2006

2005 Culture de la tomate hors-sol : Dix


[41] Serge Simon années d’expérimentation à l’île Cirad, département Flhor
de la Réunion
2006 Bétons de fibres métalliques Techniques de l’Ingénieur,
[42] Pierre ROSSI
(BFM) traité Construction C 2 214
Techniques de l’Ingénieur C
[43] 2006 Véronique Nouvelle approche de la durabilité
BAROGHEL- 2 245
Page 76 sur 109

BOUNY du béton. Indicateurs et méthodes


Bruno DUCROT,
Stockage de l’eau : ouvrages en
2006 Bernard Techniques de l’Ingénieur,
[44] FARGEOT, béton
traité Construction C 3 671
Gérard Contraintes et dimensionnement
MATHIEU
TRAM-TRAIN REGIONAL ENTRE
2003 SAINT-PAUL ET SAINT-BENOIT /
Rapport JONCTION (Aix-en-
[45] Utilisation pour le transport de
Provence)
marchandises ANALYSE DE LA
VIABILITE ECONOMIQUE
TRAM-TRAIN REGIONAL ENTRE
SAINT-PAUL ET SAINT-BENOIT /
2004 Utilisation pour le transport de Rapport JONCTION (Aix-en-
[46] marchandises Provence)
ANALYSE DE LA VIABILITE
TECHNIQUE
Département
Sécurité, EVALUATION TECHNIQUE : CSTB : Centre Scientifique et
[47] 2005
Structures et Ductal®-FO Technique du Bâtiment.
Feu
Page 77 sur 109

B / Webographie

Sites Web
Tour Solaire de
Enviromission www.enviromission.com.au
Sunraysia
Schlaich
Tour Solaire de
Bergerman and www.sbp.de
Sunraysia
Partners
Solar Mission Tour Solaire de
www.solarmissiontechnologies.com
Technologies Inc. Sunraysia
Australian Institute Tour Solaire de
www.aie.org.au
of Energy Sunraysia
Article Le Monde www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3244,36- Tour Solaire de
du 03.09.02 288891,0.html Sunraysia
Projet Elioth (OTH) www.elioth.com Montagne Solaire
Tour de Fuente el
IMASA www.imasa.com
Fresno :
Tour de Fuente el
CAMPO3 www.ingenieriacampo3.com
Fresno :
Page 78 sur 109

Article du Tour de Fuente el


www.bulletins-electroniques.com/actualites/33044.htm
11/04/2006 Fresno :
Article du Tour de Fuente el
www.energias-renovables.com
17/05/2006 Fresno :
Chambre de
Commerce et www.environnement.ccip.fr ACV
d’industrie de Paris
Martiland http://s.martinez.free.fr/V2/agro Culture hors sol
Ministère de
l’écologie et du
http://www.ecologie.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=639 ONERC
développement
durable
Annuaire
Kompass www.kompass.fr
d’entreprises
Annuaire
Societe.com www.societe.com
d’entreprises
C / Annuaire

Nom Adresse Téléphone/Fax Site Web Activité


Entreprise Matériaux
Rue Coco Robert 0262 97 64 84 www.lafarge.re Producteur
Lafarge Sobex 97438 Sainte Marie ciment granulats
béton
2 rue Am Bouvet 0262 53 00 00 www.lafarge.re Producteur
Lafarge Sobex 97420 LE PORT Fax : 0262 43 ciment granulats
20 31 béton
2 r Amiral Bouvet 0262 42 69 69 www.lafarge.re Producteur
Lafarge Sobex 97825 LE PORT CEDEX BP fax : 0262 42 ciment granulats
187 69 70 béton
Z.I. no 1 - rue Armagnac 0262 42 58 20 www.holcim.com/
OU Producteur
Holcim BP 73 Fax : 0262 42
ciment granulats
(Réunion) RE-97822 Le Port 58 21
béton
Page 80 sur 109

ZI No 1 r Armagnac 0262 42 58 00 www.holcim.com/


fax : 0262 42 OU Producteur
Holcim 97420 Le Port
58 01 ciment granulats
(Réunion)
béton

Chemin Badamier 0262 32 27 17 www.holcim.com/


fax : 0262 32 OU Producteur
Holcim 97410 Saint Pierre
27 18 ciment granulats
(Réunion)
béton

patates à Durand ZAC 1 av 0262 28 98 83 www.holcim.com/ Producteur


Holcim Stanislas Gimart OU/ ciment granulats
(Réunion)
97400 SAINT DENIS béton
Av Stanislas Gimart Ste fax : 0262 28 www.holcim.com/
Clotilde 97490 SAINT 40 12 OU Producteur
Holcim
DENIS ciment granulats
(Réunion)
béton

19 r Charles Darwin – ZAC 0262 43 96 96 pro.pagesjaunes.f


Plastic Service
2000 Fax : 0262 43 r/plasticservice Vitrage Plastique
Mr Lauret
97420 Port (Le) 96 97
Page 81 sur 109

2Bis r Charles Darwin 0262 42 01 54


Miroglass
97420 LE PORT Vitrage verre

Société 38 r Montaigne 0262 27 33 17


Réunionnaise 97430 LE TAMPON Vitrage verre
de Vitrage
Sorevitre 38 r Montaigne 0262 27 20 98
Vitrage verre
97430 LE TAMPON
Page 82 sur 109

Ingénierie, bureaux d'études


256, rue de Bercy 0144 87 86 61 www.elioth.com
Elioth (OTH) ingénierie,
75012 PARIS
bureaux d'études

122, rue Juliette Dodu 0262 90 96 00 www.sogreah


sogreah.fr
sogreah
BP. 995 - 97479 Saint- 0262 90 04 98
SOGREAH ingénierie,
Denis Cedex fax : 0262 90 bureaux d'études
96 01

8 Av de la rivière des galets Tel 0262 45 50 www.segc


segc-
segc ingénierie,
ZA cambaie 97460 St Paul 17 reunion.com bureaux d'études
SEGC
Fax 0262 22 50 (analyse des
01 sols)

RAUX Stéphane 8 Av de la rivière des galets Tel 0262 45 50 bet.segc@wanado


SEGC - ZA cambaie 97460 St Paul 17 o.fr
Ingénieur
Responsable Fax 0262 22 50
environnement 01
Page 83 sur 109

5, bis rue Sainte-Anne 0262 20 95 88 www.antea


antea-
antea ingénierie,
97400 SAINT-DENIS Fax : 0262 20 ingenierie.fr bureaux d'études
95 87 (projets
ANTEA d'aménagement
pour les
maîtrises
d'oeuvre ou la
prise en charge
des travaux)
Palacio Valdés, 1 +3498 5227366 www.imasa.com
33002 Oviedo (Asturias) Ou +3498
5227178 ingénierie,
exécution de
IMASA fax : +3498 projets
5222598 industriels
Ou +3498 522
9326
Hohenzollernstraße 1 +49(711)6 48 www.sbp.de
70178 Stuttgart 710
SBP ingénierie
fax : +49(711)6
48 71-66
Page 84 sur 10 9

Entreprise travaux, BTP


20 Boulevard des Pyrénées 0692 87 34 57 www.pyrenees-
Pyrénnée minage.com Société de
Minage B.P 103 Tél.: minage
64001 PAU cedex 05.59.98.81.44
Christophe Terrassements
MUTHE Fax : et Carrières
05.59.98.00.78
3, rue René Razel - Christ 0692350035 www.razel.fr
de Saclay Tél. : 01 69 85 BTP dont
RAZEL
91892 ORSAY Cedex 69 85 Terrassements
Roger COULET et tunnels
Fax : 01 60 19
06 45
Sogéa Réunion 1 bd Chaudron Tél.: 0262 48 www.sogea-
(SNC, filiale 97490 Saint Denis 39 00 construction.com
VINCI) Entreprise BTP
Fax : 0262 29
48 82
Standard Tél.: 0262 42 www.sbtpc
sbtpc.com
sbtpc
28 r Jules Verne 45 00
S.B.T.P.C Fax : 0262 43 Entreprise BTP
97420 LE PORT 49 80
Page 85 sur 109

Rue Sully Prudhomme fax : 0262 55 www.sbtpc


sbtpc.com
sbtpc
S.B.T.P.C 97420 LE PORT 05 62 Entreprise BTP

lot Alphonse Lebon 0262 54 59 60 www.sbtpc


sbtpc.com
sbtpc
S.B.T.P.C 97424 SAINT LEU fax : 0262 43 Entreprise BTP
40 96

Rue Cambaie fax : 0262 45 www.sbtpc


sbtpc.com
sbtpc
S.B.T.P.C 97460 SAINT PAUL 60 89 Entreprise BTP

OTH 159 r Juliette Dodu 0262 21 44 21 www.oth.fr


Développement 97400 SAINT DENIS fax : 0262 21 84
71 Maîtrise d’oeuvre

GTOI Z.I. N°2 - BP 2016 0262 42 85 85 www.gtoi.fr


97824 Le Port Cedex fax : 0262 43 Entreprise BTP
Agence
Travaux publics 80 77
Page 86 sur 10 9

Centre TP Nord fax : 0262 71 05


21

GTOI Z.I. Les Sables 0262 26 56 10 www.gtoi.fr


Agence 97427 l’Etang Salé
Entreprise BTP
Travaux publics
Centre TP Sud
Nicolas 0663 16 67 18
Lantenois 0603 61 69 05

Logiciels et modélisation
Mr Harry Boyer harry.boyer@univ- Logiciel de
reunion.fr modélisation
(Codyrun)
Mme Sophie sophie.louage@fluent.fr 0130 60 15 07
Louage Logiciel de
modélisation
(Fluent)
1, place Charles de Gaulle 0130 60 98 97
Logiciel de
Fluent France Immeuble Central Gare fax : 0130 64 modélisation
78180 MONTIGNY LE 98 43
Page 87 sur 109

BRETONNEUX

Département Génie +1514 340 4711


Mécanique +1514 340 4579 Programmation
Mr Bilgen
C.P. 6079 Montréal, Québec Fax : +1514 340 et modélisation
bilgen@polymtl.ca 5917
didier.calogine@univ- 0692 27 98 94 http://www2.univ-
Didier reunion.fr reunion.fr/~lanson
CALOGINE /MasterPI/index.ht Programmation
ml et modélisation

Deutsches Zentrum für +49 711 6862- www.dlr.de/tt/insti


Luft und Raumfahrt e.V. 423 tut/abteilungen/sy
(DLR) in der Fax: +49 711 stem/publications
Helmholtzgemeinschaft. 6862-783 /
Dr. Franz Trieb Institut für Technische franz.trieb@dlr.de
Thermodynamik.
Pfaffenwaldring 38-40
70569 Stuttgart
Page 88 sur 10 9

Chercheurs ayant réalisé une publication sur ce thème


Département Génie +1514 340 4711www.polymtl.ca/m
Mécanique +1514 340 4579 eca/ Programmation
Mr Bilgen
C.P. 6079 Montréal, Québec Fax : +1514 340 et modélisation
bilgen@polymtl.ca 5917
Department of Mechanical +27 (0)21 808 www.mecheng.su
Engineering 4267 n.ac.za
Mr T. W. von University of Stellenbosch Fax: +27 (0) 21 twvb@sun.ac.za
808 4958
Backström Private Bag X1
Matieland 7602, South
Africa
Departement of Mechanical +27 (0)21 808 www.mecheng.su
Engineering 4259 n.ac.za
University of Stellenbosch Fax : +27(0) 21 dgk@sun.ac.za
D. G. Kröger 808 4958
Private Bag X1
Matieland 7602, South
Africa
Page 89 sur 10 9

Autres Contacts
DEGREANE Toulon 0498 16 32 01
Horizon Mesure et
ingénierie en
Mr Van Den météorologie
Bossche
Avenue René Cassin - 0262 20 21 21 jean-
Moufia 0262 41 00 26 jacques.fung@sr21
97490 SAINTE-CLOTILDE .re
Mr Fung Renseignement
30 rue de la République Tunnel Le port-
SR21 BP231 St Denis
97465 SAINT-DENIS CEDEX

DDE - Cellule 0262 40 28 08 philippe.crozet@e


de Prévention quipement.gouv.fr Renseignement
des Risques aléa mouvement
Naturels de terrain.
Mr Crozet
Page 90 sur 109

BP 370 - 17 rue François de Tel : 0262 49 francois.collin@civ


CIVIS Mahy 96 00 ou 0692 is.re
65 16 51 Communauté de
COLLIN 97455 SAINT PIERRE
communes
François CEDEX Fax : 0262 49
96 99
D / Notions de base sur les radiations solaires

variables β : inclinaison du collecteur


δ : déclinaison S :
n : jour de l’année de 1 à 365 (τ α ) : coefficient de transmittance abs orbance
ψ : lattitude Indices

ωs : angl e horaire au c oucher du sol eil


0 : ex traterres tre

G SC T : sur plan incliné


:
H : rayonnement d: diffus

K T : indice de clarté b : direct

θ : angl e d’incidence s : réfléchi par le sol

Déclinaison : Angle que fait l e sol eil au maximum de sa course par rapport au plan équatorial. S a
valeur est donnée, en degrés, par l’équation de C ooper :

 284 + n 
δ = 23.45 sin  2π 
 365  (22)

Où n est le jour de l’année (de 1 pour le 1er janvier à 365)


Angle horaire du soleil :
Déplacement angulaire du soleil autour de l’axe pol aire, soit 15° ( 360° en 24h). La valeur de l’angle est
nulle au midi solaire, négative le matin et positive le s oir.
Angle horaire du soleil à son c oucher :

Angle horaire au coucher du sol eil


ω S , il est donné par :

cos(ω S ) = − tan(ψ ) tan( δ )


(23)

Avec
ψ la latitude.
Rayonnement
Rayonnemen t extraterrestre : Le rayonnement solaire avant qu’il atteigne l a couche atmosphérique
terres tre.

86400 G SC   2π n  
H0 = 1 + 0.033 cos  .(cos (ψ )cos (δ )sin (ω S ) + ω S sin (ψ )sin (δ ))
π   365   (43)
Et sa moyenne mensuelle du rayonnement quotidien,

243600 G SC   360 n   πω S 
H0 =  1 + 0.033 cos  . cos (ψ ) cos (δ )sin (ω S ) + sin (ψ )sin (δ ) 
π   365   180  (44)

G SC
Avec la c onstante solaire égale à 1367 W/m2.
Page 92 sur 109

Indice de cl arté : Atténuation du rayonnement par l’atmosphère. Sa m oyenne mensuelle K T est


exprimée par :

H
KT =
H0
(45)

Avec H la moyenne mensuelle du rayonnement quotidien au niveau du sol.


Cette indice v varie généralement entre 0.3 et 0.8.
Rayonnement dans le plan du collec teur :
La valeur de la moyenne mensuelle du rayonnement quotidien absorbé par une surfac e inclinée est
exprimé selon :

1 + cos β 1 − cos β
S = ( H T − H d ) Rb (τ α )b + H d (τ α )d + H ρ g (τ α )g
2 2 (46)
Avec,

(τ α ) = S
HT
()

H T la moyenne mensuelle du rayonnement quotidien reçut par une surface inclinée, (τ α ) le facteur
de transmittance-absorbance et S la moyenne mensuelle du rayonnement quotidien abs orbé par une
H −H H
surface inclinée. La différence T d représente b la moyenne mensuelle du rayonnement

direct. Les trois termes de l’équation c orres pondent res pectivem ent au rayonnement direct, au
R
rayonnement diffus et au rayonnement réfléchi par l e sol. L e coefficient b est un terme qui dépend
de l’orientation du coll ecteur, du moment de l’année et de la latitude du lieu.

πω ′S
cos (ψ − β ) cos (δ )sin (ω ′S ) + sin (ψ − β )sin (δ )
Rb = 180
πω S
cos (ψ ) cos (δ )sin (ω S ) + sin (ψ )sin (δ )
180 (47)
Avec,
ω ′S = min{a cos (− tan ψ tan δ ), a cos (− tan (ψ − β ) tan δ )} (48)
Moyenne mensuelle du rayonnement diffus quotidien :
Elle est calculée par les formules suivantes :

Si
ω S > 81.4° :

Hd
= 1.391 − 3.560 K T + 4.189 KT2 − 2.137 K T3
HT
: (49)

Si
ω S < 81.4° :

Hd
= 1.311 − 3.022 K T + 3.427 KT2 − 1.821K T3
HT
(50)
Page 93 sur 109

Les moyennes mensuelles des angles d’incidence des rayonnements direct, diffus et réfléchis par le
sol sont :

θ b = a cos(sin δ sin ψ cos β − sin δ cos ψ sin β cos γ + cos δ cos ψ cos β cos ω

+ cos δ sin ψ sin β cos γ cos ω + cos δ sin β sin γ sin ω )

θ d = 59,7 − 0,1388 β + 0,001497 β
2

θ = 90 − 0,5788 β + 0,002693 β 2
 s
Cet angl e moyen se situe en moyenne mensuelle à 2,5h après le midi solaire. L’erreur commise lors
de cette approximation peut être es timée en c omparant les résultats du code aux solutions
graphiques (Klein, 1979).

E / Corrélation pour les phénomènes de convection

Convection forcée (surface plane à température constante)


Régime laminaire
Re Pr
Nu =
π (1 + 1,7 Pr 1 4 + 21,36 Pr )1 6 Re < 5.105, Baher et Stephan (1996)

5.105 < Re < 107 et 0,6 < Pr < 2000


Re Pr
Nu =
π (1 + 1,7 Pr 1 4 + 21,36 Pr )1 6 Petukhov et Popov (1963)

Mc Adam (1954)
Nu =
L
(5,7 + 3,8v )
k
13 Burger (2004)
 ρ Tm 
0,2106 + 0,0026 v  Pour une surface réchauffant l’air vers le
L  µg∆T 
Nu = 1/ 3
haut
k  µ Tm 
  ou refroidissant l’air vers le bas
 g∆T .c k 2 ρ 2 
 p 
Gnielinski (1975)
(Re − 1000 )Pr
f
8 Pour une surface refroidissant l’air vers le
Nu = 1/ 2 haut
f 
(
1 + 12 ,7  Pr 2 / 3 − 1 ) ou réchauffant l’air vers le bas
8
Duffie et Beckman (1991)
c = 1,2529 − 0,00651β + 0,0000267 β
2

Pour un vitrage multicouche


ff = 0,76 − 0,118Vw + 0,0066Vw2
Avec N le nombre de couche du vitrage
hw = 2,8 + 3,0V w
extérieur.
Tp − Ta σ (T p4 − T a4 )
qt = +
T − Ta
−1 4
2N + ff − 1
−1  p  −1 ε −p1 + −N
Nc   + hw εp
 N + ff 
Convection libre (surface plane à température constante)

Nu = 0,54Ra 1 4 104 < Ra < 107, Churchill et Chu (1975)

Nu = 0,14Ra 1 3 107 < Ra < 101 1, Churchill et Chu (1975)


Page 94 sur 10 9

tunnel incliné d’un angle β , de longueur L


14
S 
Nu = 0,64  Ra.cos (β ) et de hauteur S, Azevedo and
L 
Sparrow(1985) avec 0° <
β <

Ra.cos (β )
S
45°, et L > 2.102

F / Coefficients de frottement

Flux entre deux plaques


Equation Régime Source

cf 0.664 Baher and S tephan


= Laminaire
(1996)
2 Re
cf 0.0592 Baher and S tephan
= Faiblement turbulent
(1996)
2 Re1 5
0.072 1700 Schlichting et al.
cf = − Transition
(1999)
Re1 5 Re
−5 2
  k  Schlichting et al.
c f = 1.89 − 1.62 log  r   Fortement turbulent
(1999)
  L 
Flux dans un tube
Equation Régime Source

16 Baher and S tephan


f = Laminaire
Re (1996)

1  Re 
= 1.5635 ln   Turbulent Colebrook (1939)
f  7 
15
 
 10 
2  1   Re    Schlichting et al.
= +  2.21 ln  Fortement turbulent
f  10 20
  7    (1999)
  8   Re  
  + 
  Re   36500  
 
Page 95 sur 109

G / Recherches et travaux annexes

a. Coefficients de l’énergie grise


Page 96 sur 109
Page 97 sur 109
Page 98 sur 10 9

Selon une étude de Institute for International Assistance and Solidarity (IFIAS)

Sources des données sur l’énergie grise


Page 99 sur 109
Page 100 sur 109
Page 101 sur 109

Selon une étude de Institute for International Assistance and Solidarity (IFIAS)

b. Fiche Ductal
Production :
Lafarge, en collaboration avec Bouygues et Rhodia
Description :
a. Ductal® : béton fibré à ultra haute performance (BFUP)
b. Combine la matrice cimentaire à des fibres métalliques ou
organiques.
c. Livré pré mélan gé.
d. S’utilise comme un béton auto pl açant.
e. Composition fibrée - entre 2 et 4 %
f. Energie Grise : 6,62 GJ/m3
Page 102 sur 109

3 familles de matériaux Ductal®:


Le Ductal®-
Ductal®-FM contient des fibres métalliques. Cette gamme es t dédiée aux applications de s tructure
telles l es ouvrages d’art et structures porteuses de bâtiment.
Le Ductal®-
Ductal®-AF est une déclinaison du Ductal®-FM. Cette gamme en poss ède les mêmes propriétés
mécaniques et prés ente égal ement un très bon comportem ent fac e à un feu normalisé de bâtiment.
Le Ductal®-
Ductal®-FO contient des fibres organiques. Cette gamme est dédiée aux applications
architectoniques telles les panneaux de façade, mobiliers urbains etc …
Perform ances mécaniques :

Comportement en c ompression est quasiment linéaire :

Comportement ductile en flexion :


Ductile : Qui peut être étiré, all ongé s ans se rompre. (Larousse)
Fluage : Variation de déformation, en fonction du temps et du niveau de chargement, qui intervient
après la déformation instantanée, l orsqu'on applique un état de contrainte constant. ( www.futura-
sciences.com)
Page 103 sur 109

Durabilité :
Indicateurs de durabilité

Portlandite : Hydroxyde de calcium


Essais de durabilité accélérés

Applications notables :
Plaques d’ancrage à La Réunion
Le chantier à la Réunion visait à stabiliser un mur de soutènement bordant l’océan, le long de la route
Page 104 sur 10 9

du littoral. Cet ouvrage de soutien à la chaussée, constitué de plaques préfabriquées, était fortem ent
endommagé.
Pour le consolider, des systèmes d’ancrage souterrains ont été reliés à des plaques de répartition
d’ancrage en Ductal® fixées sur la digue face à l’océan.
Au total, 6 300 plaques en Ductal® avec fibres organiques et 200 plaques en Ductal® avec fibres
métalliques ont été installées.
http://www.ductal-lafarge.com/ puis lien Applications et Références/Génie Civil

c. Calque Ilet Gros Galets

Îlet Calebasse
Village du
Palmiste Rouge

Ravine
Calumets

Calque de la photo DSC_2738


Page 105 sur 109

Îlet Calebasse

Calque de la photo DSC_2738 Ravine


Calumets

Ravine
Calumets

Calque de la photo DSC_2700


Page 106 sur 109

d. Calcul des rejets en équivalent CO2 de la


production électrique à la Réunion
Prod Rejets Rejets
MWh t CO2 g CO2/kWh
CTBR 717 000 782 347 1091,1
dont Charbon 299 000
Bagasse 126 000
huiles 292 000
CTG 440 000 409 884 931,6
dont Charbon 306 000
Bagasse 134 000
CP 480 000 411 311 856,9
TAC 120 000 51 991 433,3
Hydrau. 503 000 0
Bras Lion 6 700 0
PV + éolien 1 069 0
Secours 1 040 ? ? influence : <0,06%
2 268
Total 809,00 1 655 533 729,7 dont bagasse <25%

Rejet CO2 de la production électrique réunionnaise


Année 2005
Source Production : INSEE, C TBR, CTG, EDF
Source Rejets : Système d'échange de quotas d'émission de CO2 - MEDD
e. Outil de calcul comparatif du prix de l’électricité
Centrales Date Coût de Puissance Production tps de durée Surface Frais Frais entretien
construction (MW) (MWh/an) fonctionnement de vie (ha) entretien par an (% de
initial (ans) par an la l'investissement
première initial
année

Photovoltaïque
Centrale Le Port 2006 5 000 000 h 1 1 300 20 1 25
20 000,00 h 0,50
20 92
Centrale H emau (Bavière) 18 400 000,00 h 4 3 900 20 000,00 h 0,50
Centrale Portu gal Projet 250 000 000,00 h 64 80 000 20 114 1 250
2006 10 000,00 h 0,50
Hydroélectrique
36
Centrale l a Bresse 2 463 000,00 h 0,9 4106,79612 30 30 945,00 h 1,50
72
Centrale La Pulpe 4 840 000,00 h 3,6 15960,5911 30 30 600,00 h 1,50
Eolien
202
parc éolien de Bonneval 2006 13 500 000,00 h 12 23 000 15 30 500,00 h 1,50
100
Parc éolien de Ste Suzanne 2006 7 000 000,00 h 3,85 7 000 20 30 000,00 h 1,43
Solar trough
50 000
Marquesado Valley 2006 500 000 000,00 h 100 300000 30 30 400 000,00 h 10,00
dish/stirling
39 050
SCE (California), 20 000 unité à 50 000$ Projet 781 000 000,00 h 500 1 500 000 30 30 1820 000,00 h 5,00
Centrales thermiques Charbon/bagasse
28 680
CTBR 150 000 000,00 h 99,5 717 000 15 30 000,00 h 19,12
Page 108 sur 109

tps de Frais taux An Bn Prix/kWh


fonctionnement combustible MWh/ha/an Prix/Winstallé d'intérêt Prix/kWh période Prix/kWh
plein régime par an première additionnelle total
(h/an) période

Photovoltaïque
- h 1 300,00 5,00 h ### ### 0,31 h #DIV/0! 0,31 h
1 300,00 0,04
4,60 h ### ### 0,38 h #DIV/0! 0,38 h
975,00 - h 0,04
- h 701,75 3,91 h ### ### 0,40 h 0,02 h 0,21 h
1 250,00 0,04
Hydroélectrique
2,74 h ### ### 0,05 h #DIV/0! 0,05 h
4 563,11 - h 0,04
1,34 h ### ### 0,02 h #DIV/0! 0,02 h
4 433,50 - h 0,04
Eolien
1,13 h ### ### 0,06 h 0,01 h 0,04 h
1 916,67 - h 0,04
1,82 h ### ### 0,09 h 0,02 h 0,07 h
1 818,18 - h 0,04
Solar trough
750,00 ### ### 0,31 h #DIV/0! 0,31 h
3 000,00 - h 5,00 h 0,04
dish/stirling
824,18 ### ### 0,06 h #DIV/0! 0,06 h
3 000,00 - h 1,56 h 0,04
Centrales thermiques Charbon/Bagasse
### ### 0,09 h 0,07 h 0,08 h
7 206,03 ######### 1,51 h 0,04
Page 109 sur 109

Détaille Bois Rouge


Distance Le Port Bois
Rouge 45 km Distance Richards Bay ( Afrique du Sud) - Le Port(La Réunion,France)
Coût moyen du transport littoral* 0,15h/t/km 1359 NM
Consommation charbon m ensuelle
(CTBR) 30 000 t Estimation tarif de transport du charbon par vraquier de 70 000t**
Prix charbon Afrique du 0,12 à 0,16 $/t pour
Sud 30 $/t ou 23 h/t 100NM
Soit 0,094 à 0,13 h/t pour 100NM

Frais de maintenance 2 à 3c€ l e Wh (AD) **Ministère des transports, de l'équipement du tourisme et de la mer
NB : l es tarifs de l a maintenance à Bois Rouge est probablement Statistiques 2002
plus él evé puisque la maintenance es t réalisée en interne (AD) *Recensement trans porteur 2001