Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre IV : conducteur en équilibre électrostatique

I-Conducteur en équilibre

1-Définition

A l’intérieur d’un conducteur en équilibre, le champ électrostatique est nul, toute la charge est
répartie sur la surface externe du conducteur.

Pour un conducteur en équilibre :

 La densité volumique est nulle. La surface du conducteur est chargée par une densité
surfacique.
 A l’intérieur du conducteur en équilibre ⃗ ⃗ , ce qui implique que le potentiel est constant.

2-théorème de Coulomb

Pour un conducteur en équilibre la charge est répartie sur la surface. Nous démontrons théorème de
Coulomb qui donne l’expression du champ électrostatique au voisinage de ce conducteur.

𝑑𝑆𝑒𝑥𝑡

𝑛⃗

𝑆𝑀

Pour déterminer le champ on utilise le théorème de Gauss

La surface de Gauss choisie est un cylindre normal à la surface du conducteur. Le flux du champ à
travers cette surface est donné comme suit

∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗

∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗

⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ car il n y a pas de champ à l’intérieur du conducteur.


⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ car le champ est normal à la surface latérale.

Déterminons maintenant la charge à l’intérieur de la surface de Gauss.

Au voisinage du conducteur on peut écrire que

Finalement on trouve ⃗ ⃗

Théorème

Le champ électrostatique au voisinage d’un conducteur en équilibre avec une densité surfacique ,
vaut :
⃗ ⃗

II- Influence électrostatique

1-Lignes de champ

Définition : une ligne de champ est une courbe à laquelle le vecteur champ électrostatique reste
constamment tangent.

2-Influence électrostatique

Influence partielle : on dit qu’il y a influence partielle d’un conducteur sur un autre conducteur si une
partie des lignes de champs partant de l’un arrive sur l’autre.

Influence totale : si par exemple un conducteur entoure complétement un autre, les lignes de champ
partant d’un conducteur arrivent sur l’autre. Dans ce cas, on parle d’une influence totale.
III-Les condensateur

1-Définitoin

Un condensateur est sert à emmagasiner les charges électriques. Il est constitué de deux conducteur
placés à proximité l’un de l’autre, mais non en contact. Les faces en regard des conducteurs, appelés
les armatures, sont en influence totale.

2-Théorème des éléments correspondants

Considérons deux conducteurs en équilibre qui sont en influence électrique :

𝑆
𝑆

Théorème : les charges portées par deux éléments correspondants sont égales et de signes
contraires.

Preuve

Nous allons appliquer le théorème de Gauss. Nous considérons comme surface de Gauss le tube du
champ fermé par deux surfaces quelconques situées aux intérieurs des conducteurs.

Le flux à travers la surface de Gauss


∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗

Car le champ à l’intérieur des deux conducteurs en équilibre est nul, et il n’y a pas de flux du champ à
travers le tube du champ.

En appliquant le théorème de Gauss la charge de la surface de Gauss est nulle.


Finalement, on peut écrire que

3-capacité d’un condensateur

En appliquant le théorème des éléments correspondants, les charges des armatures sont opposées.

On appelle la charge du condensateur la charge de l’armature interne

La capacité d’un condensateur est par définition

est la différence de potentiel entre les deux armatures.

a-Capacité d’un condensateur cylindrique

le condensateur est formé par deux conducteur cylindrique coaxiaux de hauteur , l’un entourant
l’autre

Calculons le champ entre les deux armatures.

Nous avons une symétrie cylindrique, nous choisissons comme surface de Gauss un cylindre de
même axe et de rayon . D’autre part, par raison de symétrie, le champ est radial. On peut écrire

⃗ ⃗⃗⃗

Le flux du champ à travers la surface de Gauss

∬ ⃗ ⃗⃗⃗⃗ ∬ ∫ ∫

Pour une charge du condensateur égale à , nous pouvons écrire en appliquant le théorème de
Gauss


La différence de potentiel (d.d.p.) entre les deux armatures s’obtient par :

⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( ) ⇒

Soit

∫ ( )

La capacité du conducteur cylindrique est comme suit

( )

b-Capacité d’un conducteur sphérique

La surface de Gauss est une sphère de rayon de rayon . En appliquant le théorème de Gauss le flux
du champ à travers cette surface est donné par :

Nous avons donc

Pour la d.d.p.

∫ ( )

Finalement la capacité du condensateur

c-capacité d’un condensateur plan

le condensateur est formé par deux armatures plans parallèles de surface , distant de . La
première porte une densité de charge positive , la deuxième porte

𝜎
𝑒𝑥
⃗⃗⃗⃗

⃗⃗⃗⃗
𝐸 ⃗⃗⃗⃗
𝐸

𝜎
Nous avons vu qu’on l’approche de l’angle solide, le champ crée par un plan est donné par

⃗ ⃗⃗⃗⃗

Entre les deux armatures le champ résultant crée par les deux conducteurs est :

⃗ ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗

En appliquant le théorème des éléments correspondants les charges des deux plans sont égales et de
signes apposés. Les champs donc ont le même sens et le même module

Pour le potentiel en utilisant la relation ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ selon la cordonnée

Nous pouvons écrire

La d.d.p.

Finalement la capacité est :

IV Energie électrostatique

1-Energie d’une charge ponctuelle dans un champ

L’energie électrostatique d’une charge ponctuelle placée en un point où il règne un champ


électrostatique d’où un potentiel , est le travail fourni pour amener cette charge de l’infini au point
. Le travail élémentaire peut être donné :

⃗⃗⃗ ⃗ ⃗⃗⃗ ( )

Soit

∫ ( )

2-energie d’un ensemble de charge ponctuelle

L’énergie électrostatique d’un ensemble des charges est le travail nécessaire pour amener toutes les
charges de l’infini jusqu’à leurs positions est donnée par :

Où la charge où il règne le potentiel

3-Application

Soient trois charges ponctuelles placées aux point , et .

𝑟
𝑟

𝑃
𝑟 𝑃

le potentiel crée par les charges et en est donné par

( )

De même est le potentiel crée par les charges et en

( )

Et est le potentiel crée par les charges et en

( )

Finalement l’énergie électrostatique des trois charges peut être donnée par

( )

( )

En utilisant maintenant la définition de l’énergie, nous démontrons cette dernière expression.

Nous commençons par l’énergie nécessaire pour amener la charge de l’infini au point . Cette
énergie , car au départ, il n y a pas de potentiel au point .

La charge est maintenant au point . Elle crée au point le potentiel

Pour amener la charge de l’infini au point il faut fournir un travail


Les charges et sont maintenant dans leurs positions. Elles créent au point le potentiel

( )

Pour amener la charge de l’infini à sa position , il faut fournir le travail

( )

L’énergie électrostatique de l’ensemble des trois charges, est le travail fourni pour amener les trois
charges à leurs positions. Autrement

( )

Ce qui montre bien la relation

Vous aimerez peut-être aussi