Vous êtes sur la page 1sur 182

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬


‫المدرسة العليا في علوم التسيير عنابة‬
Ecole Supérieure des Sciences de Gestion ANNABA

Intitulé du Polycopié

ALGÈBRE
RAPPELS
ET
EXERCICES RESOLUS

Module : Algèbre

Classe : Préparatoire

Niveau : Première Année

Polycopié Réalisé Par :


Dr. BOUCHELAGHEM Fayçal

2020/2021

`ˆÌi`Ê܈̅ʘvˆÝÊ* Ê `ˆÌœÀÊ
‡ÊvÀiiÊvœÀʘœ˜‡Vœ““iÀVˆ>ÊÕÃi°

/œÊÀi“œÛiÊ̅ˆÃʘœÌˆVi]ÊۈÈÌ\Ê
ÜÜÜ°pdfedˆtˆng°Vœ“
ALGÈBRE
RAPPELS
ET
EXERCICES RESOLUS

Par Dr. Bouchelaghem Fayçal


Table des matières

Engagement vi

Introduction vii

1 Elément de Logique mathématique 1


1.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1.1 Assertion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1.2 Table de vérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Connecteurs logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 Conjonction "et" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.2 Disjonction "ou" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.3 Négation "non" . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.4 Implication " ) " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.5 Equivalence " , " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.6 Propriétés des connecteurs . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Quanti…cateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.1 Règles d’utilisation des quantifcateurs . . . . . . . . . 8
1.3.2 Négation du Quanti…cateurs . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 Types de raisonnements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4.1 Raisonnement direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4.2 Raisonnement par l’absurde . . . . . . . . . . . . . . 10
1.4.3 Raisonnement par contre exemple . . . . . . . . . . . 11
1.4.4 Raisonnement par contraposition . . . . . . . . . . . 12
1.4.5 Raisonnement par récurrence . . . . . . . . . . . . . 13
1.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2 Ensembles et Relations Binaires 16


2.1 Ensembles et sous-ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.1.1 Généralités sur les ensembles . . . . . . . . . . . . . . 16
2.1.2 Complémentaire d’un ensemble . . . . . . . . . . . . 17

ii
TABLE DES MATIÈRES

2.1.3 Ensemble des paties d’un ensemble . . . . . . . . . . 18


2.1.4 Opérations su les ensembles . . . . . . . . . . . . . . 18
2.1.5 Di¤érence et Di¤érence symétrique . . . . . . . . . . 21
2.1.6 Produit cartésien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.2 Relations binaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.2 Relation ré‡exive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.3 Relation symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.4 Relation antisymétrique . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.2.5 Relation transitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.2.6 Relations d’équivalence . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.2.7 Relations d’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

3 Fonctions et Applications 37
3.1 Fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.2 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.2 L’application identité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.3 L’application constante . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.4 Egalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.5 Image directe- Image réciproque . . . . . . . . . . . . 40
3.2.6 Composée de deux applications . . . . . . . . . . . . 42
3.2.7 Restriction et prolongement d’une application . . . . 45
3.2.8 Applications injectives, surjectives et bijectives . . . . 46
3.2.9 Application réciproque . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

4 Structures Algébriques 53
4.1 Lois de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.1.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.1.2 Extension à A(X; E) d’une loi dé…nie sur E . . . . . 54
4.1.3 lois commutative et associative . . . . . . . . . . . . 55
4.1.4 Eléments neutre et symétrique . . . . . . . . . . . . . 55
4.1.5 Element Absorbant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.6 Element simpli…able . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.2 Groupe et sous-groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2.1 Groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2.2 Sous-groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.3 Homomorphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

iii
TABLE DES MATIÈRES

4.3.1 Homomorphisme de groupes . . . . . . . . . . . . . . 63


4.3.2 Endomorphisme - Isomorphisme . . . . . . . . . . . . 64
4.3.3 Noyau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.4 Anneau et sous-anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.4.1 Loi distributive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.4.2 Anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.4.3 Sous anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.4.4 Morphisme d’anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.5 Corps et sous-corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.5.1 Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.5.2 sous-corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

5 Nombres Complexes 72
5.1 Introduction à l’énsemble C . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
5.1.1 Construction du corps des nombres complexes . . . . 72
5.2 Opérations algébrique sur C . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.2.1 Opérations usuelles sur C . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.2.2 Conjugué d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . 77
5.3 Interprétation géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.4 Forme trigonométrique et exponentielle . . . . . . . . . . . . 80
5.4.1 Forme trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.4.2 Formule de moivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.4.3 Developpement de cos; sin . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.4.4 Forme exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
5.4.5 Formule de linearisation . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.4.6 Exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.5 Résolution des équations dans C . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.5.1 Racine carrée d’un nombre complexe . . . . . . . . . 88
5.5.2 Calcul algébrique des racines d’un trinôme. . . . . . . 91
5.6 Racines n-ièmes d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . 93
5.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

6 Polynômes et Fractions Rationnelles 97


6.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
6.1.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
6.1.2 Valuation et degré d’un polynôme . . . . . . . . . . . 98
6.2 Opérations algébriques sur les polynômes . . . . . . . . . . . 99
6.2.1 Addition de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
6.2.2 Mutiplication d’u polynôme pa un élément de | . . . 100

iv
TABLE DES MATIÈRES

6.2.3 Mutiplication de polynômes . . . . . . . . . . . . . . 100


6.3 Division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
6.3.1 Diviseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
6.3.2 Division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
6.4 Racines d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
6.5 Factorisation d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
6.6 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
6.7 Décomposition en éléments simples . . . . . . . . . . . . . . 107
6.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

7 Solution 113
7.1 Elément de Logique mathématique . . . . . . . . . . . . . . 113
7.2 Ensembles et Relations Binaires . . . . . . . . . . . . . . . . 122
7.3 Fonctions et Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
7.4 Structure algébrèque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
7.5 Nombres Complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
7.6 Polynômes et Fractions Rationnelles . . . . . . . . . . . . . . 162

v
Engagement

Je soussigné Mr. BOUCHELAGHEM Fayçal, Maitre de conférence


classe-B-, au sein de l’école supérieure des sciences de gestion, atteste sur
l’honneur que le travail intitulé : Polycopie Algèbre « Exercices Corrigés
prémiere année » qui est destiné aux étudiants du première année prépa-
ratoire, est le fruit de mes e¤orts, que ce document est personnel et cite en
référence toutes les sources utilisées.
Fait pour servir et valoir ce que de droit.

vi
Introduction

Ce polycopié, Algèbre I : Rappels de cours et Exercices Résolus, est


destiné aux étudiants de première année préparatoire de l’Ecole Supérieure
des Sciences de Gestion Annaba. Cette unité d’enseignement est obliga-
toire pour les étudiants entrant à l’ESSG par le portail Mathématiques. Ce
polycopié est un outil pédagogique qui vient s’ajouter au cours d’Algèbre.
Le point de vue du cours et celui du polycopié peuvent di¤érer o¤rant
deux façons d’aborder une même notion mathématique. Les chapitres de ce
polycopié se décomposent de la façon suivante :
1-Elément de Logique
2-Ensembles et Relations Binaires
3-Applications et Fonctions
4-Structures Algébriques
5-Nombres Complexes
6-Polynômes et Fractions Rationnelles
Chaque chapitre est subdivisé en un rappel de cours suivi par une série
d’exercices résolus, permettant ainsi à l’étudiant de tester son assimilation
du cours et de contrôler ses connaissances.
En…n, des erreurs peuvent être relevées, c’est pourquoi j’invite tous les
lecteurs de me communiquer par email à l’adresse bouchelaghem.faycal@essg-
annaba.dz

vii
CHAPITRE 0. INTRODUCTION

viii
Chapitre 1

Elément de Logique
mathématique

le but de ce premier chapitre est de préciser certaines règles de logique


sur lesquelles nous nous appuierons pour justi…er les raisonnements utilisés
dans nos démonstrations.

1.1 Généralités
1.1.1 Assertion
Dé…nition 1.1.1 Une assertion (ou proposition) est une énoncé auquel
on peut attribuer la valeur de vérité vrai (V) ou faux (F), mais jamais les
deux à la fois.

Remarque 1.1.1 Il est d’usage de noter une assertion en utilisant une


lettre majuscule ( par exemple P; Q; R,...).

Exemple 1.1.1 .1) « Annaba est une ville d’Algérie» est une assertion
vraie.
2)"La somme de deux nombre entiers est un nombre entier" est une
assertion vraie.
3) L’assertion « 24 est un multiple de 2 » est vraie et « 19 est un
multiple de 2 » est une assertion fausse.
4) ”Pour tout x 2 R on a x2 > 0” Fausse, ”Pour tout z 2 C on a
z:z = jzj2 ” Vraie.

1
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

Les énoncés que nous rencontrons le plus souvent sont d’une nature plus
générale. Par exemple, considérons un entier naturel n. On ne peut pas dire
si l’énoncé « n est un multiple de 3» est vrai ou faux puisque sa valeur de
vérité dépend de l’entier n. Par conséquent, l’énoncé « n est un multiple
de 3» n’est pas une assertion. On dit que c’est un prédicat.

Dé…nition 1.1.2 Soit E un ensemble. On appelle prédicat sur E un énoncé


contenant des lettres appelées variables tel que quand on remplace chacune
de ces variables par un élément de E, on obtienne une assertion.

Un prédicat contenant la variable x sera noté P (x) pour marquer la


dépendance de sa valeur de vérité par rapport à la variable x considérée.
Il est clair qu’une assertion peut s’interprèter comme un prédicat sans va-
riable, c’est-à- dire comme un prédicat toujours vrai ou toujours faux, ce
qui nous autorise à ne faire référence par la suite qu’à la notion de prédicat,
englobant ainsi celle d’assertion.

Exemple 1.1.2 Comme nous l’avons mentionné, l’énoncé P (n) défni par
« n est un multiple de 3 » est un prédicat sur N. Il devient une assertion
quand on donne une valeur entière à n. Par exemple,
- l’assertion P (21) défnie par « 21 est un multiple de 3» obtenue en
remplaçant n par 21 est vraie ;
- l’assertion P (25) défnie par « 25 est un multiple de 3» obtenue en
remplaçant n par 25 est fusse.

Exemple 1.1.3 L’énoncé P (x; A) défni par « x 2 A »p est un prédicat à


deux variables. On obtient par exemple les assertions P ( 3; R) et P ( 32 ; Z) à
p
partir du prédicat P (x; A): Il est clair que P ( 3; R) est une assertion vraie
et que P ( 32 ; Z) est une assertion fusse.

1.1.2 Table de vérité


Dé…nition 1.1.3 Une table de vérité (tableau de vérité) est un tableau
contient les valeurs d’une proposition P:

P
V
F

2
1.2. CONNECTEURS LOGIQUE

1.2 Connecteurs logique


Les connecteurs logiques permettent à partir de prédicats P; Q; R; :::de
créer de nouveaux prédicats dits prédicats composés dont on peut détermi-
ner la valeur de vérité à partir des valeurs de vérité de P; Q; R; :::.
Les cinq connecteurs logiques usuels sont « non» , « et» , « ou» , « =)»
et « () » .

1.2.1 Conjonction "et"


La conjonction logique de deux propositions représente le faite que deux
propositions sont conjoints.

Dé…nition 1.2.1 Soient P et Q deux propositions. La proposition "P et


Q " (P ^ Q) est vraie si les deux propositions P et Q sont vraies sinon la
proposition "P et Q " est fausse. On résume ceci en une table de vérité :

P Q P et Q
V V V
V F F
F V F
F F F

1.2.2 Disjonction "ou"


La disjonction logique de deux propositions représente le faite que deux
propositions sont disjoints.

Dé…nition 1.2.2 Soient P et Q deux propositions. La proposition "P ou


Q " (P _ Q) est fausse si les deux propositions P et Q sont fausses sinon
la proposition "P ou Q " est vraie. On résume ceci en une table de vérité :

P Q P ou Q
V V V
V F V
F V V
F F F

Exemple 1.2.1 « 21 est divisible par 3 » c’est une assertion vrai.« 10


est divisible par 3 » c’est aussi une assertion faux. Ainsi, « P etQ » c’est
encore une assertion faux. En revanche, « P ouQ » est une assertion vrai.

3
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

1.2.3 Négation "non"


Dé…nition 1.2.3 Soit P une proposition. La proposition "nonP " P est
vraie si P est fausse, et fausse si P est vraie.

P nonP
V F
F V

Exemple 1.2.2 « 21 est un multiple de 3 » . assertion vraie. Sa négation


est« 21 n’est pas un multiple de 3 » .Il s’agit donc d’une assertion fausse.

Exemple 1.2.3 À partir du prédicat «x 2 A » , on défnit le prédicat«


non(x 2 A) » qui s’écrit« x 2 = A » . Par exemple, l’assertion « 32 2 Z »
2
est vraie car l’assertion « 3 2
= Z » est fausse.

1.2.4 Implication " ) "


L‘implication logique de deux propositions représente le faite que un
proposition implique un autre proposition.

Dé…nition 1.2.4 La proposition "P ) Q"; se lit "P implique Q"; est
fausse si P est vraie et Q est fausse sinon "P ) Q" est varie.

P Q P )Q
V V V
V F F
F V V
F F V

Remarque 1.2.1 1- L’implication Q =) P s’appelle l’implication réci-


proque de P =) Q.
2- Dans l’implication P =) Q, P s’appelle l’hypothèse et Q la conclu-
sion.

1.2.5 Equivalence " , "


L‘équivalence logique de deux propositions représente le faite que deux
propositions sont équivalents.

4
1.2. CONNECTEURS LOGIQUE

Dé…nition 1.2.5 La proposition "P , Q" est vraie si les deux proposi-
tions P et Q ont la même valeur de vérité sinon La proposition "P , Q"
est fausse.
P Q P ,Q
V V V
V F F
F V F
F F V

Dé…nition 1.2.6 Un théorème de logique, appelé aussi tautologie, est


une assertion vraie quelles que soient les valeurs de vérité des éléments qui
la composent.

1.2.6 Propriétés des connecteurs


Soient P; Q et R trois propositions logiques, on a :
1) (P et P ) , P , (P ou P ) , P; non (nonP ) , P
2) La conjonction "et" et la disjonction "ou" sont commutatives.
3) (P , Q) , ((P ) Q) et (Q ) P ))
4) non (P et Q) , (nonP ) ou (nonQ)
5) non (P ou Q) , (nonP ) et (nonQ)
6) (P ) Q) , [(nonP ) ou Q]
7) [P et (Q ou R)] , [(P et Q) ou (P et R)] La conjonction "et" est
distributive par rapport à la disjonction "ou"
8) [P ou (Q et R)] , [(P ou Q) et (P ou R)] La disjonction "ou" est
distributive par rapport à la conjonction "et"
9) [(P ) Q) et (Q ) R)] ) (P ) R)
Preuve. 1)(P et P ) , P , (P ou P ) , P; non (nonP ) , P

P P et P (P et P ) , P (P ou P ) (P ou P ) , P
V V V V V
F F V F V

P nonP non (nonP ) non (nonP ) , P


V F V V
F V F V

5
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

2)La conjonction "et" et la disjonction "ou" sont commutatives


P Q P et Q P et Q (P etQ) () (P etQ)
V V V V V
V F F F V
F V F F V
F F F F V
P Q P ou Q P ou Q (P ouQ) () (P ouQ)
V V V V V
V F V V V
F V V V V
F F F F V
3)(P , Q) , ((P ) Q) et (Q ) P ))
P Q P )Q Q)P (P ) Q) et (Q ) P ) (P , Q) ., :
V V V V V V V
V F F V F F V
F V V F F F V
F F F F V V V
4) non (P et Q) , (nonP ) ou (nonQ)
P Q nonP nonQ P et Q non (P et Q) (nonP ) ou (nonQ) ., :
V V F F V F F V
V F F V F V V V
F V V F F V V V
F F V V F V V V
5) non (P ou Q) , (nonP ) et (nonQ)
P Q nonP nonQ P ou Q non (P et Q) (nonP ) ou (nonQ) ., :
V V F F V F F V
V F F V V F F V
F V V F V F F V
F F V V F V V V
6) (P ) Q) , [(nonP ) ou Q]
P Q nonP P ) Q (nonP ) ou Q ., :
V V F V V V
V F F F F V
F V V V V V
F F V V V V

6
1.3. QUANTIFICATEURS

7) [P et (Q ou R)] , [(P et Q) ou (P et R)]


P Q R Q ou R P et (Q ou R) P et Q P et R (P et Q) ou (P et R) (7)
V V V V
V V F V
V F V V
V F F V
F V V V
F V F V
F F V V
F F F V
8) [P ou (Q et R)] , [(P ou Q) et (P ou R)]
P Q R Q et R P ou (Q et R) P ou Q P ou R (P ou Q) et (P ou R) (8)
V V V V
V V F V
V F V V
V F F V
F V V V
F V F V
F F V V
F F F V
9) [(P ) Q) et (Q ) R)] ) (P ) R)
P Q R P )Q Q)R (P ) Q) et (Q ) R) P ) R (9)
V V V V V V V V
V V F V F F F V
V F V F V F V V
V F F F V F F V
F V V V V V V V
F V F V F F V V
F F V V V V V V
F F F V V V V V

1.3 Quanti…cateurs
À partir d’un prédicat P (x) dé…ni sur un ensemble E, on peut construire
de nouvelles assertions dites assertions quanti…ées en utilisant les quanti…-

7
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

cateurs « il existe » et « quel que soit » .

Dé…nition 1.3.1 Soit P (x) un prédicat dé…ni sur un ensemble E.


*) Le quanti…cateur « quel que soit » (appelé aussi « pour tout » )
noté 8,permet de dé…nir l’assertion quanti…ée « 8x 2 E : P (x) » qui est
vraie lorsque tous les éléments x de E véri…ent P (x).
*) Le quanti…cateur « il existe » noté 9,permet de dé…nir l’assertion
quanti…ée « 9x 2 E : P (x) » qui est vraie lorsqu’on peut trouver (au moins)
un élément x de E véri…ent P (x).

Le quanti…cateur « quel que soit » est quali…é d’universel et le quanti-


…cateur « il existe » d’existentiel.

Exemple 1.3.1 - L’énoncé « x2 + 2x 3 0 » est un prédicat. Il peut


être vrai ou faux selon la valeur de x.
- L’énoncé « 8x 2 R : x2 + 2x + 3 0 » est une assertion (quanti…ée).
Elle est vraie puisque la quantité x2 + 2x + 3 est positive ou nulle pour tout
x appartenant à R

Exemple 1.3.2 L’assertion quantifée « 9x 2 R : x2 = 9» est vraie car il


existe (au moins) un élément de R qui vérife x2 = 9. C’est le cas des deux
réels -3 et 3.

Remarque 1.3.1 1- Dans une assertion quanti…ée, par exemple dans «


9x 2 E : P (x) » ,la lettre x pourrait être remplacée par n’importe quelle
autre lettre ; cela ne changerait ni le sens, ni la valeur de vérité de l’assertion
quanti…ée. En ce sens, on dit que x est une variable muette. On pourrait par
exemple écrire « 9x 2 E : P (x) » comme par exemple : « 9 2 E : P ( )
».
2- Lorsqu’il existe un élément de Evérifant P (x), cela n’exclut en aucun
cas la possibilité qu’il en existe plusieurs. S’il en existe un et un seul, on
pourra écrire :« 9!x 2 E : P (x) »
et on dira qu’il existe un unique élément x de E véri…ant P (x).

1.3.1 Règles d’utilisation des quantifcateurs


Si l’on utilise deux fois le même quanti…cateur, l’ordre n’a pas d’impor-
tance. On peut permuter les quanti…cateurs dans des écritures du type :

8x 2 E 8y 2 E P (x; y)
9x 2 E 9y 2 E P (x; y)

8
1.4. TYPES DE RAISONNEMENTS

Mais si les quanti…cateurs sont di¤érents, leur ordre est important.


Dans l’écriture 8x 2 E 9y 2 E P (x; y) y dépend de x:
Dans l’écriture 9y 2 E 8x 2 E P (x; y) y est indépendant de x:

Exemple 1.3.3 1) 8x 2 R; 9y 2 R : y > x (il su¢ t prendre y = x + 1)


2) 9y 2 R; 8x 2 R : x2 y ( ici y = 0)

1.3.2 Négation du Quanti…cateurs


La négation de « pour tout élément x de E l’énoncé P (x) est vrai »
est « il existe un élément x de E pour lequel l’énoncé P (x) est faux » et
la négation de « il existe un élément x de E pour lequel l’énoncé P (x) est
vrai » est « pour tout élément x de E l’énoncé P (x) est faux » . Autrement
dit,
La négation de «8x 2 E; x véri…e P » est «9x 2 E; x ne véri…e pas
P »:
La négation de «9x 2 E; x véri…e P » est «8x 2 E; x ne véri…e pas
P »:

Exemple 1.3.4 1) La négation de 8x 2 R; 9y 2 R : y > x est 9x 2 R;


8y 2 R : y x:
2) non (9y 2 R; 8x 2 R : x2 y) () (8y 2 R; 9x 2 R : x2 < y) :
3)

non [8x 2 E : (P (x) () Q(x))]


() [9x 2 E : (P (x) et non(Q(x)) ou (nonP (x) et (Q(x))]

1.4 Types de raisonnements


1.4.1 Raisonnement direct
Un raisonnement direct ( par hypothèse auxiliaire ) s’appuie sur la tau-
tologie suivante :[P et(P =) Q)] () Q.
Ainsi, si l’énoncé P est vrai et si l’implication P =) Q est vraie alors
l’énoncé Q est nécessairement vrai. C’est la méthode de démonstration la
plus courante.

9
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

Dé…nition 1.4.1 On cherche à montrer que l’proposition "P implique Q"


est vraie. On suppose que P est vraie, et on veut montrer qu’alors Q est
vraie.

Exemple 1.4.1 Soient A = f2; 3g et B = fx 2 R : x2 + x 6 = Og,


montronns que A = B.
On utilisons l’implication

(A B et card(A) = card(B)) () A = B: (1.1)

soit P « (A B et card(A) = card(B)) » et Q est « A = B » .


Commençons par montrer que l’énoncé P est vrai. D’une part, A B
car 2 et 3 sont des solutions de l’équation x2 + x 6 = O, et d’autre part,
card(A) = card(B) car le trinôme x2 + x 6, de discriminant strictement
positif, possède deux racines réelles distinctes. Puisque l’implication (1.1)
est vraie, on obtient …nalement que l’énoncé Q est vrai, autrement dit que
l’égalité ensembliste A = B est vraie.

Exemple 1.4.2 Soit n 2 N; Montron que si n est pair alors n2 est pair.
En e¤et, si n pair alors 9k 2 N; n = 2k;
Alors 9k 2 N; n2 = (2k)2 = 4k 2 = 2 (2k 2 )
Alors 9k 2 N; n2 = 2k 0 , k 0 = 2k 2 2 N: Par conséquent, n2 est pair.

1.4.2 Raisonnement par l’absurde


Pour montrer qu’un énoncé P est vrai, un raisonnement par l’absurde
consiste à montrer que sa négation, l’énoncé non(P ), entraîne un énoncé Q
et son contraire non(Q). Il s’appuie sur l’équivalence logique :

[(non(P ) =) Q) et (non(P ) =) non(Q))] () P

En pratique, on suppose l’énoncé non(P ) comme étant vrai et on cherche


alors un énoncé (noté Q ci-dessus) qui, sous cette hypothèse, serait à la fois
vrai et faux. On dit que l’on a obtenu une contradiction ou que l’hypothèse
est contradictoire.

Dé…nition 1.4.2 Pour démontrer que la proposition P est vraie, on peut


supposer que P est fausse et en déduire une contradiction.

10
1.4. TYPES DE RAISONNEMENTS

Exemple
p 1.4.3 Montrons en utilisant
p un raisonnement par l’absurde que
2 est irrationnel,pc’est-à-dire que 2 2
= Q.
Rappelons que 2 est, par dé…nition, le nombre réel positif dont le carré
vaut 2. p
On suppose que 2 est un nombre rationnel :
p p
9p; q 2 Z; 2 = ; avec le P GCD (p; q) = 1
q

alors
p2
2= 2
) p2 = 2q 2 :
q
p2 est donc un nombre pair. Ceci entraîne que p = 2k (k 2 N) est aussi un
nombre pair. D’autre part on a :

p2 = 2q 2 ) 4k 2 = 2q 2 ) q 2 = 2k 2 :

q 2 est donc un nombre pair. Ceci entraîne que q est aussi un nombre pair.
On arrive à une contradiction, car on a supposé que p et q sont premiers
entre eux. C’estpdonc que l’hypothèse faite est fausse.La démonstration par
l’absurde de « 2 2 = Q » est terminée.

Remarque 1.4.1 Ce mode de raisonnement est souvent utilisé pour mon-


trer qu’une implication « A =) B » est vraie. Rappelons l’équivalence
logique suivante : non(A =) B) () (A et non(B)):
Pour montrer par l’absurde que l’implication « A =) B » est vraie, on
suppose l’énoncé A et l’énoncénon(B) comme étant vrais et on montre que
cela conduit à une contradiction.

1.4.3 Raisonnement par contre exemple


Un raisonnement par contre-exemple sert à démontrer qu’une assertion
quantifée de la frme « 8 x 2 E, P (x) » est fausse. Pour cela, on démontre
que sa négation est vraie. On a vu que

non(8x 2 E; P (x)) = (9x 2 E; non(P (x))):

Ainsi, pour montrer que « 8x 2 E; P (x) » est une assertion fausse, la


méthode consiste à trouver un élément x de E ne vérifant pas P (x).

11
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

Exemple 1.4.4 1- « toute application de R dans R est soit paire soit im-
paire » est une assertion fausse puisqu’on peut trouver une application
de R dans R qui n’est ni paire, ni impaire. C’est par exemple le cas de
l’application x ! exp(x):
2- La proposition : pour tous a; b 2 R : ja + bj = jaj + jbj est fausse car :
On prend par exemple : a = 4 et b = 7, on a : j4 + ( 7)j = j4j + j 7j :

1.4.4 Raisonnement par contraposition


Il sert à démontrer qu’une implication « P =) Q » est vraie. Il s’appuie
sur l’équivalence logique suivante

(P =) Q) () ((nonQ) =) (nonP )) :

Au lieu de montrer que l’implication « P =) Q » est vraie, le raisonnement


par contraposée consiste à montrer que l’implication « (nonQ) =) (nonP )
» est vraie. On fait donc l’hypothèse que l’énoncé non(Q) est vrai et on
montre
que ceci implique que l’énoncé non(P ) est vrai.

Exemple 1.4.5 1- Montrons que

«8x 2 R [(8" > 0; jxj < ") =) (x = 0)] » :

Utilisons pour cela un raisonnement par contraposée. On doit donc montrer


que
«8x 2 R [(x 6= 0) =) (8" > 0; jxj ")] »
Soit x 2 R Supposons x 6= 0 et montrons qu’il existe " > 0 tel que jxj ".
C’est immédiat. Il su¢ t en e¤et de prendre " = jxj
2
puisque jxj
2
est stricte-
jxj
ment positif et jxj > 2 .
2-Montrons :

« 8n 2 N; n2 est impair =) n est impair »

.Pour cela, montrons que :

« 8n 2 N; n est pair =) n2 est pair »

qui a été démontré dans l’éxemple précident.


Alors,« 8n 2 N; (n2 est impair =) n est impair) » .

12
1.5. EXERCICES

1.4.5 Raisonnement par récurrence


De nombreux résultats s’expriment sous la forme n0 2 N « 8n n0 2 N;
P (n) » . Une démonstration par récurrence permet de montrer qu’une telle
assertion quantifée est vraie.
Le principe de récurrence permet de montrer qu’une proposition P (n),
dépendante de n est vraie pour tout n entier naturel tel que n n0 avec
n0 2 N. La démonstration se déroule en 3 étapes :
Dé…nition 1.4.3 Initialisation : On prouve que P (n0 ) est vraie.
Hérédité : On suppose n positif donné avec P (n) vraie et on démontre
que la proposition P (n + 1) est vraie.
Conclusion : On rappelle que par le principe de récurrence, P (n) est
vraie pour tout n entier naturel.
Exemple 1.4.6 On va montrer par récurence la proposition :
P (n) : " 8n 2 N, 9 divise 4n + 6n 1"
Solution. On montre que : 9k 2 N : 4n + 6n 1 = 9k
Initialisation : On a P (0) : 40 + 6 0 1 = 0 = 9 (0). Alors P (0) est
vraie.
Hérédité : On suppose que P (n) est vraie et on démontre que P (n + 1)
est vraie.
On a
4n+1 + 6 (n + 1) 1 = 4 4n + 6n + 5
= 4 (9k 6n + 1) + 6n + 5
= 36k 18n + 9
= 9 (4k 2n + 1)
= 9k 0 avec k 0 = 4k 2n + 1 2 N
Donc, P (n + 1) est vraie.
Comme P (0) et P (n) =) P (n + 1) sont vraies alors : 8n 2 N; 9 divise
4n + 6n 1:

1.5 Exercices
Exercice 1.5.1 Soient P , Q et R trois propositions, en utilisant la table
de vérité, montrer que :
1) [non (P ) Q)] , [P et (nonQ)]
2) (P ) Q) , [(nonQ) ) (nonP )]

13
CHAPITRE 1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

Exercice 1.5.2 Soient P , Q et R trois propositions, en utilisant les pro-


priétés des connecteurs, montrer que :
1) [non (P ) Q)] , [P et (nonQ)]
2) (P ) Q) , [(nonQ) ) (nonP )]

Exercice 1.5.3 Soient P , Q et R trois propositions, donner la négation


de :
1) P () Q 2) P et ((nonQ) ou R)
3) (P et Q) ) R 3) non (P ou Q) ) R
4) P , (Q ou R) 6) 9x 2 R; 8y 2 R : x2 + y 3 = 0:
2 3
7) 9x 2 R; 8y 2 R : x + y < 0:

Exercice 1.5.4 Les assertions a; b; c et d sont-elles vraies ou fausses,et


donner leur négation.
a) 9x 2 R; 8y 2 R : x + y > 0:
b) 8x 2 R; 9y 2 R : x + y > 0:
c) 8x 2 R; 8y 2 R : x + y > 0:
d) 9x 2 R; 8y 2 R : y 2 > x:

Exercice 1.5.5 Soient x et y deux nombres rationnels. Montrons l’équiva-


lence : p
x + y 2 = 1 () (x = 1 et y = 0):

Exercice 1.5.6 Montrer par l’absurde que


a b
8a; b 2 R+ ; = =) a = b
1+b 1+a
Exercice 1.5.7 Montrer par la contraposée et par l’bsurde que

8n 2 N : n2 est pair =) n est pair .

Exercice 1.5.8 Soit n un nombre entier. Montrer que si (n2 1) n’est pas
divisible par 8 alors n est pair.

Exercice 1.5.9 Soient a; b 2 R tels que : a2 + b2 = 1. Montrer que

ja + bj 2

Exercice 1.5.10 Soit n 2 N. Montrer que

n2 est un multiple de 3 ) n est un multiple de 3:


p
En déduire que : 3 est irrationel.

14
1.5. EXERCICES

1
Exercice 1.5.11 1) Montrer que pour tout x 2 R+ : x + 2
x
1 1 1
2) En déduire que pour tout a; b; c 2 R+ : (a + b + c) + + 9
a b c

Exercice 1.5.12 Soit la suite (xn )n2N dé…ne par :

2x2n 3
x0 = 4 et xn+1 = :
xn + 2
1) Montrer que : 8n 2 N; xn > 3:
3
2) Montrer que : 8n 2 N; xn+1 3> (xn 3) :
n
2
3
3) Montrer que : 8n 2 N; xn + 3:
2

Exercice 1.5.13PMontrer par récurrence que


1) 8n 2 N : : nk=0 k = 0 + 1 + 2 + ::: + n = n(n+1)
2
P
2) 8n 2 N : : nk=0 k 2 = 0 + 12 + 22 + ::: + n2 = n(n+1)(2n+1)
6
Pn 3 2 3 3 n2 (n+1)2
3) 8n 2 N : : k=0 k = 0 + 1 + 2 + ::: + n = 4

Exercice 1.5.14 Montrer par récurrence les propositions suivantes :


1) 8n 5 : 2n2 > (n + 1)2
1 1 1 1 n
2) 8n 2 N : + + + ::: + 2 =
3 15 35 4n 1 2n + 1

Exercice 1.5.15 Montrer par récurrence : 8 > 0; 8n 2 N : (1 + )n >


1+ n

Exercice 1.5.16 Montrer que :

8x; y 2 R : x 6= y ) (x + 1) (y 1) 6= (x 1) (y + 1)

Exercice 1.5.17 On considére la suite (un ) dé…nie pour tout n par :

u0 =
p
un+1 = un + 6

1) Pour = 0; démontrer par récurrence que 8n 2 N : un 3:


2) Pour = 5; démontrer que 8n 2 N : un > 3:
3) Pour = 5; démontrer que (un ) est constante:

15
Chapitre 2

Ensembles et Relations
Binaires

2.1 Ensembles et sous-ensemble


2.1.1 Généralités sur les ensembles
On peut défnir de manière intuitive un ensemble est une collection d’ob-
jets satisfaisant un certain nombre de propriétés. On appelle ces objets les
éléments de l’ensemble. Ce ne sont pas nécessairement des nombres.
Il est d’usage de noter un ensemble en utilisant une lettre majuscule et
un élément en utilisant une lettre minuscule.
Exemples usuels d’ensembles de nombres :
N ensemble des nombres entiers naturels,
Z ensemble des nombres entiers relatifs,
Q ensemble des nombres rationnels,
R ensemble des nombres réels,
C ensemble des nombres complexes.
On admet l’existence d’un ensemble n’ayant aucun élément. Cet en-
semble est appelé ensemble vide et noté ;:

Dé…nition 2.1.1 (Singleton) Un ensemble à un seul élément x est noté


fxg et on l’appelle le singleton fxg

Dé…nition 2.1.2 (Ensemble …ni) Un ensemble E est dit …ni lorsque le


nombre d’éléments qui le composent est un entier naturel. Dans ce cas, le
nombre d’éléments est appelé le cardinal de l’ensemble. On le note card(E)
.

16
2.1. ENSEMBLES ET SOUS-ENSEMBLE

Un ensemble qui n’est pas …ni est dit in…ni.

Exemple 2.1.1 A = fx 2 Z; jxj 3g = f 3; 2; 1; 0; 1; 2; 3gest …ni de


cardinal card(A) = 7.

Dé…nition 2.1.3 (Appartenance) Si x est un élément de l’ensemble E,


on dit aussi que x appartient à E et on note x 2 E. Si x n’appartient pas
à E, on note x 2= E.

Dé…nition 2.1.4 Deux ensembles E et F sont égaux s’ils ont les mêmes
éléments, on écrit E = F:

Exemple 2.1.2 Soient les deux ensembles A = fx 2 R= x2 + 3x 4 = 0g


et B = f 4; 1g :
On x2 + 3x 4 = 0 =) x = 4 ou x = 1;
alors A = B

Dé…nition 2.1.5 (Inclusion) Soient A et B deux ensembles. On dit que


A est inclus dans B si chaque élément de A est un élément de B: On note
A B: On dit aussi "A est contenu dans B" ou "A est une partie de B"
ou "A est un sous-ensemble de B".

A B , f8x n x 2 A ) x 2 Bg

On dit que A n’est pas inclus dans B s’il existe au moins un élément de A
n’appartient pas à B.

Exemple 2.1.3 N Z Q R C:

Remarque 2.1.1 .
A A
Si A B et B C; alors A C
A = B , A B et B A:

2.1.2 Complémentaire d’un ensemble


Dé…nition 2.1.6 Soit A un sous-ensemble d’un ensemble E: Le complé-
mentaire de A dans E est l’ensemble noté par : CE A ou Ac ou A qui dé…ni
par
CE (A) = fx 2 E; x 2 = Ag :

17
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Exemple 2.1.4 Soient E = f1; 2; 3; 4; 5; 6; 7; 8; 9g ; A = f2; 4; 6g et B =


f2; 3; 4; 5; 6; 8g
alors CE A = f1; 3; 5; 7; 8; 9g ; CE B = f1; 7; 9g ; CB A = f3; 5; 8g :

Proposition 2.1.1 Soient E un ensemble, A et B deux sous-ensembles de


E.
1) CE (CE (A)) = A
2) A B , CE (B) CE (A)
3) CE (;) = E
4) CE (E) = ;

2.1.3 Ensemble des paties d’un ensemble


Dé…nition 2.1.7 Soit E un ensemble, Les sous-ensembles de E forment
un ensemble appelé ensemble des parties de E et noté P (E) : Autrement
dit, A E , A 2 P (E) :

Remarque 2.1.2 .
Si Si E est un ensemble …ni avec card(E) = n, alors card (P (E)) =
n
2 .
Si A B, alors P (A) P (B)
x 2 E , fxg E , fxg 2 P (E) :

Exemple 2.1.5 Soient A = f1; 2; 3g et B = fa; b; c; dg, on a :

P (A) = f;; A; f1g ; f2g ; f3g ; f1; 2g ; f1; 3g ; f2; 3gg

et

P (B) = f;; B; fag ; fbg ; fcg ; fdg ; fa; bg ; fa; cg ; fa; dg ; fb; cg ; fb; dg ;
fc; dg ; fa; b; cg ; fa; b; dg ; fa; c; dg ; fb; c; dgg

2.1.4 Opérations su les ensembles


Dé…nition 2.1.8 (Intersection) Soient A et B deux sous-ensembles d’un
ensemble E. On note A \ B l’ensemble d’intersection de A et B qui dé…nie
par :
A \ B = fx 2 A = x 2 A et x 2 Bg :
Si A \ B = ;, alors les deux ensembles A et B sont disjoints.

18
2.1. ENSEMBLES ET SOUS-ENSEMBLE

L’intersection de A et B est à la fois un sous-ensemble de A et un


sous-ensemble de B , c’est-à-dire :

(A \ B) A et (A \ B) B

Exemple 2.1.6 Soient A = f1; 2; ; a; c; dg, B = f5; 6; ; b; cg, C = [ 1; 14]


et D = [ 2; 3] :
On a A \ B = f ; cg ; C \ D = [ 1; 3] :

Dé…nition 2.1.9 (Union) Soient A et B deux sous-ensembles d’un en-


semble E. On note A [ B réunion de A et B dé…nie par :

A [ B = fx 2 E = x 2 A ou x 2 Bg

Exemple 2.1.7 Soient A = f1; 2; 3; 4g ; B = f2; 5; 6; 7g ; On a A [ B =


f1; 2; 3; 4; 5; 6; 7g ;

Remarque 2.1.3 Rappelons que lorsque deux ensembles …nis A et B sont


disjoints (c’est-à-dire) lorsque A \ B = ; , compter les éléments de l’union
revient à compter les éléments de A , à compter ceux de B et à en faire la
somme, ce qu’on écrit

card(A [ B) = card(A) + card(B) si A \ B = ;

Lorsque A \ B 6= ;, cette manière de procéder conduit à compter deux


fois les éléments appartenant à l’intersection de ces deux ensembles. Ainsi,
pour connaître le cardinal de l’union, il ne fut pas oublier de retrancher à
la somme des cardinaux le cardinal de l’intersection. On a donc :

card(A [ B) = card(A) + card(B) card(A).

Proposition 2.1.2 Soient A et B deux parties …nies d’un ensemble E. Si


A B et card(A) = card(B) alors A = B.

Règles de calculs
Proposition 2.1.3 Soient A, B, C trois sous-ensembles de E: On a :
1) A \ B = B \ A 2) A \ A = A 3) A \ ; = ;
4) (A \ B) \ C = A \ (B \ C) 5) (A \ B) A et (A \ B) B
6) A \ B = A , A B
7) A [ B = B [ A 8) A [ A = A 9) A [ ; = A
10) (A [ B) [ C = A [ (B [ C) 11) A (A [ B) et B (A [ B)

19
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

12) A [ B = A , B A
13) (A [ B) \ C = (A \ C) [ (B \ C) / \ est distributive par rapport
[:
14) (A \ B) [ C = (A [ C) \ (B [ C) / [ est distributive par rapport
\:

Exemple 2.1.8 Soient A, B 2 P (R) tels que


2k
A = a2R:a= ; k2Z
+
4 5
2k
B = b2R:b= + ; k2Z
2 5
Montrons que A \ B = ;:
On suppose que A \ B 6= ;: Alors,
9c 2 R:c2A\B
) c 2 A et c 2 B
2k 2k 0
) 9k; k 0 2 Z : c = + et c = +
4 5 2 5
2k 2k 0
) + = +
4 5 2 5
2
) (k k 0 ) =
5 4
5
) k k0 = 2 =Z
8
Contradiction.
Par conséquent A \ B = ;:

20
2.1. ENSEMBLES ET SOUS-ENSEMBLE

2.1.5 Di¤érence et Di¤érence symétrique


Dé…nition 2.1.10 (Di¤érence) Soient A et B deux ensemble, On note
AnB (ou A B) la dé¤érence de A et B:

AnB = fx 2 A; x 2
= Bg :

Exemple 2.1.9 Soient A = f1; 2; 3; a; 4g et B = f2; 0; 5; b; 1g alors on a :

AnB = f3; a; 4g
BnA = f0; 5; bg :

Exemple 2.1.10 Soient A et B deux ensemble de l’ensemble E: Montrons


que
AnB = ? () A B
L’ensemble AnB est donc, par dé…nition, un sous-ensemble de A . L’en-
semble BnA est, quant à lui, un sous-ensemble de B. De plus, si alors
AnB = ?. En e¤et, l’ensemble AnB est composé des éléments de E qui
appartiennent à A et qui n’appartiennent pas à B.
Or, par hypothèse, A B. Cela signife que tout élément de A appartient
nécessairement à B. L’ensemble AnB est par conséquent vide. Réciproque-
ment, supposons AnB = ?. Cela signifIe qu’il n’y a pas d’élément de E
qui appartient à A et qui n’appartient pas à B, autrement dit que tout élé-
ment de A est nécessairement dans B , soit A B: On a ainsi vérifIé
l’équivalence :
(A B) () (AnB = ?)

21
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Proposition 2.1.4 Soit A un ensemble alors :


1) AnA = ; 2) An; = A 3) AnB = A \ CE B

Dé…nition 2.1.11 (Di¤érence symétrique) Soient A et B deux ensemble,


on appelle di¤érence symétrique de A et B l’ensemble A B dé…ni par

A B = (A [ B) n (A \ B) :

Exemple 2.1.11 Soient A = f0; 2; 5; 6; 7g et B = f1; 3; 2; 7; 8; 4g, alors on


a:
A B = f0; 1; 3; 4; 5; 6; 8g

Proposition 2.1.5 Soient A et B deux sous-ensembles d’un ensemble E,


on a :
1) A B = (AnB) [ (BnA)
2) A B = B A 3) A A = ; 4) A ; = A
c c
5) A E = A 6) A A = E

2.1.6 Produit cartésien


Dé…nition 2.1.12 Soient E et F deux ensembles. On appelle produit car-
tésien de E et F l’ensemble des couples noté par E F et dé…ni par :

E F = f(x; y) : x 2 E et y 2 F g :

Les éléments x et y sont appelés respectivement première et deuxième co-


ordonnée du couple (x; y).

Exemple 2.1.12 1- Soient E = fa; b; cg et F = f1; 2; 3; 4g, alors :

E F = f(a; 1) ; (a; 2) ; (a; 3) ; (a; 4) ; (b; 1) ; (b; 2) ; (b; 3) ; (b4; ) ; (c; 1) ; (c; 2) ; (c; 3) ; (c; 4)g

22
2.2. RELATIONS BINAIRES

2- [0; 1] R = f(x; y) : 0 x 1 et y 2 Rg

3- [0; 1] [0; 1] [0; 1] = f(x; y; z) : 0 x 1 et 0 y 1 et 0 z 1g

Remarque 2.1.4 .Soient E; F deux ensembles …nis non vides.5


1) Pour tout n 2 N , on note : |E E {z ::: E}:
n fois
2) Si E 6= F alors E F 6= F E:
3) A E et B F si et seulement si A B E F:
4) E F = ; si et seulement si E = ; ou F = ;:
5) card(E F ) = card(F ) card(F )

2.2 Relations binaires


2.2.1 Généralités
Dé…nition 2.2.1 Soient E et F deux ensembles non vides.On appelle re-
lation binaire (on dit aussi correspondance) R de E vert F tout triplet
(E; ; F ) où est une partie du produit cartésien E F . L ’ensemble E
s ’appelle l’ensemble de départ de R, l ’ensemble F s ’appelle l’ensemble
d’arrivéede R et le sous-ensemble de E F s ’appelle le graphe de R.

23
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Si (x; y) 2 , on dit que x est en relation avec y par la relation R,


ce que l’on note xRy. L’élément y est alors appelé image de x par R et
l’élément x est appelé antécédent de y par R.On note

8x 2 E; 8y 2 F : xRy , (x; y) 2 :

Si E = F on dit que R est une relation binaire sur E:

Exemple 2.2.1 Soit E = fa; b; cg et F = f1; 2; 3; 4g, alors : le sous-


ensemble de E F défni par

= f(a; 1) ; (a; 2) ; (a; 3) ; (b; 3) ; (b; 4) ; (c; 1) ; (c; 3)g

Le triplet (E; ; F ) dé…nit alors une relation R de E vers F et on a :

aR2; aR2; aR2; bR3; cR1; cR3:

On peut représenter cette relation. soit à l’aide d’un diagramme sagittal


dans lequel une ‡èche va de x 2 E vers y 2 F si xRy, soit à l’aide d’un
diagramme cartésien.

Remarque 2.2.1 Dans une relation, un élément de l’ensemble de départ


peut être en relation
- soit avec plusieurs éléments de l’ensemble d’arrivée (par exemple a) ,
- soit avec un seul élément de l’ensemble d’arrivée (par exemple l’élé-
ment b) ,
- soit avec aucun élément de l’ensemble d’arrivée (par exemple l’élément
d).

24
2.2. RELATIONS BINAIRES

Exemple 2.2.2 2) Soit E = f1; ; 2; 3; 7; 8; 10g et F = f1; 2; 3; 4g ; soit la


relation
8x; y 2 E F; (xRy) , x = y
Alors = f(1; 1) ; (2; 2) ; (3; 3)g alors
3) Soit E = f1; ; 2; 3; 7; 8; 10g et F = f1; 2; 3; 4g ; soit la relation

8x; y 2 E F; (xRy) , x < y

alors = f(1; 2) ; (1; 3) ; (1; 4) ; (2; 3) ; (2; 4) ; (3; 4) ; g

2.2.2 Relation ré‡exive


Dé…nition 2.2.2 Une relation binaire R, dé…nie sur un ensemble E, est
ré‡exive :
8x 2 E; xRx

Exemple 2.2.3 La relation «être parallèle» est une relation ré‡exivité


pour l’ensemble E des droites a¢ nes du plan car une droite est parallèle à
elle-même

2.2.3 Relation symétrique


Dé…nition 2.2.3 Une relation binaire R, dé…nie sur un ensemble E, est
symétrique :
8x; y 2 E; xRy ) yRx

Exemple 2.2.4 La relation «être parallèle» est une relation symétrie pour
l’ensemble E des droites a¢ nes du plan car si Dest parallèle à D0 alors D0
est parallèle à D,

25
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

2.2.4 Relation antisymétrique


Dé…nition 2.2.4 Une relation binaire R, dé…nie sur un ensemble E, est
antisymétrique :

8x; y 2 E; (xR et yRx) ) (x = y)

Exemple 2.2.5 La relation «être parallèle» est une relation n’est pas an-
tisymétrique pour l’ensemble E des droites a¢ nes du plan.

2.2.5 Relation transitive


Dé…nition 2.2.5 Une relation binaire R, dé…nie sur un ensemble E, est
transitive :
8x; y; z 2 E; (xRy et yRz) ) (xRz)

Exemple 2.2.6 1. La relation «être parallèle» est une relation transitiv


pour l’ensemble E des droites a¢ nes du plan car si D parallèle à D0 et D0
parallèle à D00 alors D est parallèle à D00 .
2) La relation «être du même âge» est une relation ré‡exive, symé-
trique, transitive, n’est pas antisymétrique.
3) La relation «être perpendiculaire» n’est pas ré‡exivité, ni la transi-
tive, ni antisymétrique

Exemple 2.2.7 . Soit la relation R dé…nie sur R par

8x; y 2 R; xRy , x2 y2

1) R est ré‡exive : 8x 2 R; x2 x2 :
2) R n’est pas symétrique : Pour x = 1 et y = 2 , on a 1 4 mais
4 1:
3) R n’est pas antisymétrique :Pour x = 2 et y = 2 , on a 4 4.
4) R est transitive : 8x; y; z 2 R; x2 y 2 et y 2 z 2 ) x2 z 2 :

26
2.2. RELATIONS BINAIRES

Exemple 2.2.8 On dé…nit sur R la relation R par :


xRy , cos2 (x) + sin2 (y) = 1
R est ré‡exive : 8x 2 R; cos2 (x) + sin2 (x) = 1:
Exemple 2.2.9 Soit la relation R dé…nie sur P (R) par :
8A; B 2 P (R) ; xRy , A B
1) R est ré‡exive : 8A 2 P (R) ; A A:
2) R n’est pas symétrique : Pour A = f0; 3g et B = f0; 1; 3g , on a
A B mais B * A:
3) R est antisymétrique : 8A; B 2 P (R) ; A B et B A ) A = B:
4) R est transitive : 8A; B; C 2 P (R) ; A B et B C ) A C:
Exemple 2.2.10 On dé…nit sur R2 la relation R par :
(x; y) R (x0 ; y 0 ) , 9a > 0; 9b > 0 : x0 = ax et y 0 = by:
(2; 4) R (5; 12) car 9a = 25 > 0; 9b = 3 > 0 : 5 = a2 et 12 = b4
(2; 4) n’est pas en relation avec ( 5; 12) car @a > 0; 5 = a2 .

2.2.6 Relations d’équivalence


Relations d’équivalence
Dé…nition 2.2.6 Une relation binaire R, dé…nie sur un ensemble E, est
une relation d’équivalence si elle est, à la fois, ré‡exive, symétrique et tran-
sitive.
Exemple 2.2.11 1). La relation «être parallèle» est une relation d’équi-
valence pour l’ensemble E des droites a¢ nes du plan.
2) La relation «être du même âge» est une relation d’équivalence.
3)La relation «être perpendiculaire» n’est pas une relation d’équiva-
lence.
Exemple 2.2.12 La relation R dé…nie sur R par :
8x; y 2 R; xRy , x = y
On a
1) R est ré‡exive : 8x 2 R; x = x:
2) R symétrique : 8x; y; z 2 R; x = y =) y = x:
3) R est transitive : 8x; y; z 2 R; (x = y et y = z) ) x z:
Alors R est une relation d’équivalence.

27
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Remarque 2.2.2 R antisymétrique car 8x; y; z 2 R; (x = y et y = x) =)


y = x:

Classe d’équivalence
Dé…nition 2.2.7 Soit R une relation d’équivalence sur un ensemble E et
soit x un élément de E. On appelle classe d’équivalence de x l’ensemble qui
contient tous les elements E qui ayant une relation avec x; on notera cl (x)
ou x :
cl (x) = fy 2 E n xRyg

Exemple 2.2.13 1. Pour la relation «être du même âge» , la classe d’équi-


valence d’une personne est l’ensemble des personnes ayant le même âge. Il
y a donc une classe d’équivalence formée des personnes de 19 ans, une autre
formée des personnes de 20 ans,....
–On est dans la même classe d’équivalence si et seulement si on est du
même âge.
–Deux personnes appartiennent soit à la même classe, soit à des classes
disjointes.
–Une personne quelconque appartient à une et une seule classe.
2- Pour la relation «être parallèle» , la classe d’équivalence d’une droite
est l’ensemble des droites parallèles. À chaque classe d’équivalence corres-
pond une et une seule direction.

Exemple 2.2.14 Soit la relation R dé…nie sur R par

8x; y 2 R; xRy , x2 = y 2 :

1) R est ré‡exive : 8x 2 R; x2 = y 2 :

28
2.2. RELATIONS BINAIRES

2) R symétrique : 8x; y; z 2 R; on a x2 = y 2 =) y 2 = x2 :
3) R est transitive : 8x; y; z 2 R; (x2 = y 2 et y 2 = z 2 ) ) x2 = z 2 :
Alors R est une relation d’équivalence.
Les classe d’équivalence

cl (2) = fy 2 R n 2Ryg = y 2 R n 4 = y 2 = f 2; 2g
cl (0) = fy 2 R n 0Ryg = y 2 R n 0 = y 2 = f0g
cl ( 2) = cl (2)

Exemple 2.2.15 On dé…nit sur R la relation R par :

xRy , cos2 (x) + sin2 (y) = 1

a) Montrons que R est une relation d’équivalence.


1) R ré‡exive : On a

8x 2 R : cos2 (x) + sin2 (x) = 1:

Alors, R est ré‡exive.


2) R symétrique : On a 8x; y 2 R;

xRy ) cos2 (x) + sin2 (y) = 1


) cos2 (x) = 1 sin2 (y)
) 1 sin2 (x) = cos2 (y)
) cos2 (y) + sin2 (x) = 1
) yRx

Alors, R est symétrique.


3) R transitive : On a 8x; y; z 2 R;

xRy cos2 (x) + sin2 (y) = 1


)
yRz cos2 (y) + sin2 (z) = 1
) cos2 (x) + sin2 (y) + cos2 (y) + sin2 (z) = 2
) cos2 (x) + 1 + sin2 (z) = 2
) cos2 (x) + sin2 (z) = 1
) xRz

Alors, R est transitive.


D’aprés (1) ; (2) et (3) : R est une relation d’équivalence.

29
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

b) Classe d’équivalence de 0 et :On a


2
cl (0) = fy 2 R : 0Ryg
= y 2 R : cos2 (0) + sin2 (y) = 1
= y 2 R : 1 + sin2 (y) = 1
= y 2 R : sin2 (y) = 0
= fy 2 R : sin (y) = 0g
= fk n k 2 Zg :

Pour cl , on a
2
n o
cl = y 2 R : Ry
2 n 2 o
= y 2 R : cos2 + sin2 (y) = 1
2
2
= y 2 R : sin (y) = 1
= fy 2 R : sin (y) = 1g
n o
= (2k + 1) n k 2 Z
2
Exemple 2.2.16 n dé…nit sur R2 la relation R par :

(x; y) R (x0 ; y 0 ) , 9a > 0; 9b > 0 : x0 = ax et y 0 = by

I) Montron que R est une relation d’équivalence.


1) R ré‡exive : 8 (x; y) 2 R2 : (x; y) R (x; y)
On a
9a = 1; 9b = 1 : x = 1 x et y = 1 y
Alors, R est ré‡exive.
2) R symétrique : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) R (x0 ; y 0 ) ) 9a > 0; 9b > 0 : x0 = ax et y 0 = by


1 1
) 9a > 0; 9b > 0 : x = x0 et y = y 0
a b
1 1 1 0 1
) 9 > 0; 9 > 0 : x = x et y = y 0
a b a b
0 0
) (x ; y ) R (x; y) :

Alors, R est symétrique.

30
2.2. RELATIONS BINAIRES

3) R transitive : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;


(x; y) R (x0 ; y 0 ) 9a > 0; 9b > 0 : x0 = ax et y 0 = by
)
(x0 ; y 0 ) R (x00 ; y 00 ) 9a0 > 0; 9b0 > 0 : x00 = a0 x0 et y 00 = b0 y 0
) 9aa0 > 0; 9bb0 > 0 : x00 = aa0 x et y 00 = bb0 y
) (x; y) R (x00 ; y 00 )

Alors, R est transitive.


D’aprés (1) ; (2) et (3) : R est une relation d’équivalence.
II) Classe d’équivalence :(1; 0) ; (0; 1) ; (1; 1)
Pour (1; 0), on a

cl ((1; 0)) = (x0 ; y 0 ) 2 R2 j (1; 0) R (x0 ; y 0 )


= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = a 1 et y 0 = b 0
= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = a et y 0 = 0
= ]0; +1[ f0g :

Pour (0; 1), on a

cl ((0; 1)) = (x0 ; y 0 ) 2 R2 j (0; 1) R (x0 ; y 0 )


= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = a 0 et y 0 = b ( 1)
= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = 0 et y 0 = b
= f0g ] 1; 0[ :

Pour (1; 1), on a

cl ((1; 1)) = (x0 ; y 0 ) 2 R2 j (1; 1) R (x0 ; y 0 )


= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = a 1 et y 0 = b 1
= (x0 ; y 0 ) 2 R2 j 9a > 0; 9b > 0 : x0 = a et y 0 = b
= ]0; +1[ ]0; +1[

2.2.7 Relations d’ordre


Relations d’ordre
Dé…nition 2.2.8 Une relation binaire, est une relation d’ordre si elle est,
à la fois, ré‡exive, antisymétrique et transitive.

Exemple 2.2.17 La relation R dé…nie sur R par

8x; y 2 R; xRy , x y

31
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

est une relation d’ordre car :


1) R est ré‡exive : 8x 2 R; x x:
2) R est antisymétrique :8x; y 2 R; (x y et y x) ) x = y.
4) R est transitive : 8x; y; z 2 R; (x y et y z) ) x z:

Exemple 2.2.18 La relation R dé…nie sur P (R) par

8A; B 2 P (R) ; xRy , A B

est une est une relation d’ordre.(d’aprés exemple 2.2.9)

Relation d’ordre total, partiel.


Dé…nition 2.2.9 Soit la relation d’ordre R dans l’esemble E; R est dite
relation d’ordre total si deux éléments quelconques x et y de E sont toujours
comparables :
8x; y 2 E; xRy ou yRx:
Dans le cas contraire, l’ordre est partiel :

9x; y 2 E; xRy
/ et y Rx:
/

Exemple 2.2.19 .
1) La relation " ", dé…nie sur R; est une relation d’ordre total :

8x; y 2 R; x y ou y x:

2) La relation " ", dé…nie sur P (R) ; est une relation d’ordre partiel :

car : f1; 2; 3; g 6 f1; 2; 3; 4g et f1; 2; 3; 4g 6 f1; 2; 3; g :

Majorants-Minorant
Dé…nition 2.2.10 Soit A une partie d’un ensemble E: R Une relation
d’ordre sur E :
Soit M 2 E, on dit que M est un majorant de A si :

8x 2 A : xRM:

On note par A+ l’ensemble des majorants de A:


Soit m 2 E, on dit que m est un minorant de A si :

8x 2 A : mRx:

On note par A l’ensemble des minirants de A:

32
2.2. RELATIONS BINAIRES

Dé…nition 2.2.11 Soit A une partie d’un ensemble, soient M; m 2 E

Remarque 2.2.3 Si l’ensemble A possède un majorant M alors on dit


que A est une partie majorée.
Si l’ensemble A possède un minorant m alors on dit que A est une
partie minorée.
Si l’ensemble A possède un majorant et un minorant alors on dit que
A est une partie bornée.

Exemple 2.2.20 Dans R, considérons la relation d’ordre " "(voir exemple


2.2.9) et soit A = [1; 7[ : Alors :
Les majorants de A sont A+ = [7; +1[ :
Les minorants de A sont A = ] 1; 1] :

Maximum-Minimum
Dé…nition 2.2.12 Soit R Une relation d’ordre sur E; et soit A E:
On dit que M est un plus grand élément de A si (M estunmajorant de A et M 2 A).
On le note max (A).
On dit que m est un plus petit élément de A si (m est un minirant de
A et m 2 A). On le note min (A).

Borne supérieure - Borne inférieure


Dé…nition 2.2.13 Soient A un sous-ensemble de E et M un élément de
E.
On dit que M est une borne supérieure de A si M est un plus petit
élément de l’ensemble des majorants de A et on note sup (A) :

sup (A) = min A+ :

On dit que m est une borne inférieure de A si m est un plus grand


élément de l’ensemble des minorants de A et on note inf (A) :

inf (A) = max A :

Remarque 2.2.4 .
1) Si sup (A) 2 A alors sup (A) = max (A) :
2) Si inf (A) 2 A alors inf (A) = min (A) :

33
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Exemple 2.2.21 Soit l’ensemble A = [1; 7[.


sup (A) = min (A+ ) = 7 et comme sup (A) 2
= A alors max (A) n’existe
pas.
inf (A) = max (A ) = 1 et comme inf (A) 2 A alors,inf (A) =
min (A) = 1:

Exemple 2.2.22 On dé…nit sur N la relation binaire R par :

xRy , x divise y

a) Montrons que R est une relation d’ordre :


On écrit la relation R comme suit

xRy , 9k 2 N : y = kx

1) R est ré‡exive : 8x 2 N ;

9k = 1 2 N : x = 1 x ) xRx

2) R est anti-symétrique : 8x; y 2 N ;

xRy 9k 2 N : y = kx
)
yRx 9k 0 2 N : x = k 0 y
) x = k 0 kx ) k 0 k = 1
) k = 1 et k 0 = 1
) x = y:

3) R est transitive : 8x; y; z 2 N ;

xRy 9k 2 N : y = kx
)
yRz 9k 0 2 N : z = k 0 y
) z = k 0 kx
) 9k 00 2 N : z = k 00 x avec k 00 = k 0 k
) xRz:

D’aprés (1) ; (2) et (3) R est une relation d’ordre.


b) R n’est pas total car

92; 3 2 N : 2 ne divise pas 3 et 3 ne divise pas 2:

34
2.3. EXERCICES

c) Soit m 2 N :

8x 2 N : mRx
8x 2 N : m divise x
) m = 1:

Alors, min (N ) = 1:
Soit M 2 N :

8x 2 N : xRM
8x 2 N : x divise M
) M n’existe pas.

Alors, max (N ) n’exite pas.

2.3 Exercices
Exercice 2.3.1 Soient E = f1; 2; 3; 4g, A = f1; 2; 3g et B = f3; 4g :
1- Déterminer A \ B; A [ B; A n B; B n A; E n B; E n A; B n E; B A;
E A; ? A; E ?; CE A; CE B; CE (A \ B) ; (CE A [ CE B); CE (A [ B) ;
(CE A \ CE B).
2- Calculer :A B, (CE A) B, A (CE B), (CE A) (CE B) et E 2 n (A B) :

Exercice 2.3.2 Soient A; B; C trois parties d’un ensemble E. Donner une


écriture simpli…ée des sous-ensembles suivants :
1) [A [ (A \ B)] \ B:
2) (A \ B) [ (A \ CE (B)):
3) CE (A [ B) \ (C [ CE (A)):
4) [(AU B) \ (B \ C)] [ (A [ C):
5) (A [ B) \ [(B \ C) [ (A [ C)]:

Exercice 2.3.3 Soient A; B deux parties d’un ensemble E: Démontrer que :

A = B , (A \ B) = (A [ B)

Exercice 2.3.4 Soient A; B et C trois parties d’un ensemble E:


Démontrer que :
1) [(A \ B) (A \ C) et (A [ B) (A [ C)] ) B C
2) [(A \ B) = (A \ C) etA [ B = (A [ C)] ) B = C

35
CHAPITRE 2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Exercice 2.3.5 Soient E et F deux ensembles. Montrer que


1) (P (E) [ P (F )) P (E [ F )
2) (P (E) \ P (F )) = P (E \ F )

Exercice 2.3.6 Soient A; B et C trois sous-ensembles d’un ensemble E:


Démontrer :
1) (A [ B) nC = (AnC) [ (BnC)
2) (A \ B) nC = (AnC) \ (BnC)
3) (A [ B) C = (A C) [ (B C)
4) (A \ B) C = (A C) \ (B C)

Exercice 2.3.7 (Lois de Morgan pour les ensembles) Soient A et B


deux sous-ensembles d ’un ensemble E. On a les relations suivantes appelées
lois de Morgan :
a) CE (A \ B) = CE (A) [ CE (B)
b) CE (A [ B) = CE (A) \ CE (A)

Exercice 2.3.8 On dé…nit sur N la relation R par :

xRy , 9k 2 N : y = xk

1) Montrer que R est une relation d’ordre partiel sur N :


2) Déterminer les majorants de A = f2; 4g et en déduire sup (A) :

Exercice 2.3.9 On dé…nit sur Z2 la relation R par

(x; y) R (x0 ; y 0 ) , x y = x0 y0

1) Montrer que R est une relation d’équivalence.


2) Donner la classe d’équivalence de (0; 0) et (1; 1) :

Exercice 2.3.10 () Soit n 2 un entier. Dé…nissons la relation R sui-


vante sur l’ensemble Z :

a b (mod n) , (a b) est un multiple de n

Exemples pour n = 7 : 10 3(mod 7), 19 5(mod 7), 77 0(mod 7);


1 20(mod 7).
1) Montrer que R est une relation d’équivalence.
2) Donner la classe d’équivalence de 0; 1 et n:
3) Donner l’ensemble des classes d’équivalence

36
Chapitre 3

Fonctions et Applications

3.1 Fonctions
Dé…nition 3.1.1 Soient E et F deux ensembles.
Une relation f d’ensemble de départ E, d’ensemble d’arrivée F et de
graphe est appelée une fonction de E vers F si tout élément de E est en
relation avec au plus un élément de F (c’est-à-dire avec un élément ou avec
aucun élément). On note alors :

f : E!F
x 7! f (x) :

Si y est en relation avec x par la fonction f alors y appele image de


x par la fonction f on note y = f (x);et on dit que x est un antécédent de
y par f .
le graphe de f , l’ensemble :

= f(x; y) 2 E F : y = f (x)g :

Remarque 3.1.1 l’image, si elle existe, est forcément unique.

Exemple 3.1.1 Soient E = fa; b; c; dg; F = f ; ; ; ; "g; soit la fonction


f : E ! F dé…nit par :
f (a) = f (b) = et f (c) = ";

37
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

alors legraphe de f est : = f(a; ) ; (b; ) ; (c; ")g

Remarque 3.1.2 Remarquons que d n’a pas d’image par f , possède deux
antécédents par f , " en possède un seul et n’en possède aucun.
Exemple 3.1.2 La relation f dé…nit par
ex + 1
= (x; y) 2 R2 ; y =
x 3
est une fonction que l’on note
f : R!R
ex + 1
x 7! f (x) = :
x 3
On peut montrer que 0 n’a pas d’antécédent par f et que 3 n’a pas d’image
par f.
Remarque 3.1.3 Soit f une fonction de E vers F . Si l’image d’un élé-
ment x de E par f existe, celle-ci est forcément unique. En revanche, si
l’antécédent d’un élément y de F existe, alors il n’est pas forcément unique.
Considérons par exemple la fonction f : x 2 R ! x2 2 R L’antécédent
de 2 par f n’existe pas et l’antécédent de 9 par f n’est pas unique puisque
f ( 3) = f (3) = 9. Les réels 3 et 3 sont deux antécédents de 9 par f.
Dé…nition 3.1.2 (Domaine de défnition) Soient E; F deux ensembles
non vides et la fonction f : E ! F . On appelle domaine de défnition de f ,
et on note Df , l’ensemble des éléments de E ayant une image dans F par
f.
Exemple 3.1.3 la fonction dé…nit dans l’exemple 3.1.2, Df = R f3g

38
3.2. APPLICATION

3.2 Application
3.2.1 Dé…nitions
Dé…nition 3.2.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E
dans F est une relation qui permet d’associer à chaque élément x de E un
élémént unique y de F:

Remarque 3.2.1 Soient E et F deux ensembles non vides. Une fonction


f de E vers F est appelée une application si Df = E:

Exemple 3.2.1
:/Users/Faycal/AppData/Local/Temp/graphics/QJXRC70B1 2:pdf

3.2.2 L’application identité


Dé…nition 3.2.2 L’application identité de E est l’application de E dans
E dé…nie par :
IdE (x) = x:

3.2.3 L’application constante


Dé…nition 3.2.3 L’application f de E vers F est une application constante
si
f (x) = c; 8x 2 E:

Remarque 3.2.2 On note souvent A (E; F ) l’ensemble des applications de


E dans F .

3.2.4 Egalité
Dé…nition 3.2.4 Soient f : E ! F et g : E 0 ! F 0 deux applications. On
dit qu’elles sont égales et on note f = g si les deux conditions suivantes
sont véri…ées :
1) E = E 0 et F = F 0
2) 8x 2 E; f (x) = g (x) :

Exemple 3.2.2 Soient f : R ! R dé…nie par : f (x) = cos (x) et g : R !


R dé…nie par : g (x) = 2 cos2 x2 1:
Alors, on a f = g:

39
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

3.2.5 Image directe- Image réciproque


Image directe
Dé…nition 3.2.5 Soient l’application f : E ! F et A un sous-ensemble
de E. On appelle image directe de A par f l’ensemble des images f (x) des
éléments x de A. C’est un sous-ensemble de F ; on le note f (A). On a
donc pour tout élément y de F :

f (A) = fy 2 F n 9x 2 A : y = f (x)g :

Remarque 3.2.3 Étant donnés une application f de E vers F et un sous-


ensemble A de E, on vérife facilement que l’image directe de A par f est un
sous-ensemble de f(E) , qui est lui-même un sous-ensemble de l’ensemble
d’arrivée F. En d’autres termes, si A E alors f (A) f (E) F .

Exemple 3.2.3 Soient E = fa; b; c; dg; F = f ; ; ; ; "g; soit la fonction


f : E ! F dé…nit par :

f (a) = f (b) = ; f (d) = ; et f (c) = ";

f (fbg) = f g ; f (fa; cg) = f ; "g ; f (fa; c; dg) = f ; "; g :

Image réciproque
Dé…nition 3.2.6 Soient l’application f : E ! F et B un sous-ensemble
de F . On appelle image réciproque de B par f l’ensemble des éléments x
de E dont l’image f (x) par f est dans B. C’est un sous-ensemble de E ;
on le note f 1 (B). On a donc pour tout élément x de E :
1
f (B) = fx 2 En f (x) 2 Bg :

40
3.2. APPLICATION

Exemple 3.2.4 Soient E = f1; 2; 3; 4g, F = fa; b; c; d; eg et f : E ! F


dé…nie par :
f (1) = f (2) = a; f (3) = c; f (4) = e:

On a

1 1 1
f (fbg) = ;; f (fag) = f1; 2g ; f (fa; b; dg) = f1; 2g

Exemple 3.2.5 Soit l’application

f : R ! R
x ! x2

On a :

f (f 3; 3g) = 9; f (] 3; 3[) = [0; 9[ ; f (R+ ) = f (R ) = f (R) = R+

1
f (f9g) = f 3; 3g ; f 1 (f0g) = f0g ; f 1
(f 1; 9g) = f 3; 3g ;
1
f R = ?; f 1 (R+ ) = R:

Remarque 3.2.4 Ces notions sont plus di¢ ciles à maîtriser qu’il n’y paraît!
- Fixons y 2 F . Tout élément x 2 E tel que f(x)=y est un antécédent
de y:
En termes d’image réciproque l’ensemble des antécédents de y est f 1 (fyg).
Sur les dessins suivants, l’élément y admet 3 antécédents par f . Ce sont

41
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

x 1 ; x2 ; x3 .

- f (A) est un sous-ensemble de F , f 1 (B) est un sous-ensemble de E.


- La notation f 1 (D),où D est un sous-ensemble de l’ensemble d’arrivée
de f; ne suppose pas que l’application f soit bijective ( voir la dé…nition
3.2.11), L’image réciproque existe quelque soit la fonction.
- L’image directe d’un singleton f (fxg) = ff (x)g est un singleton. Par
contre l’image réciproque d’un singleton f 1 (fyg) dépend de f . Cela peut
être un singleton, un ensemble à plusieurs éléments ; mais cela peut-être E
tout entier (si f est une fonction constante) ou même l’ensemble vide (si
aucune image par f ne vaut y).

Proposition 3.2.1 Étant donnée une application f de E vers F , on a les


propriétés suivantes :
1) Pour toutes parties A et B de E
* Si A B; alors f (A) f (B) :
* f (A [ B) = f (A) [ f (B) :
* f (A \ B) f (A) \ f (B) :
2) Pour toutes parties C et D de F
* f 1 (C [ D) = f 1 (C) [ f 1 (D) :
*f 1 (C \ D) = f 1 (C) \ f 1 (D) :
3) Pour toute partie A de E et toute partie D de F
* A f 1 (f (A)) :
* f (f 1 (D)) D:

3.2.6 Composée de deux applications


Dé…nition 3.2.7 Soient E, F , G trois ensembles non vide, et les deux
applications f : E ! F , g : F ! G. On appelle application composée de f

42
3.2. APPLICATION

et g l’application g f dé…nie par :

g f : E!G
x 7! (g f ) (x) = g (f (x)) :

Remarque 3.2.5 Soient les ensembles E, F , G, H et les applications


f; g; h tels que :

f : E ! F; g : F ! G; h : G ! H:

1- On a les inclusions :

(g f ) (E) g (F ) G

Elles sont illustrées sur la …gure suivante

2- l’application composée g f n’est pas défnie sauf si f (E) F.

43
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

Exemple 3.2.6 Soientpf : R ! R dé…nie par : f (x) = 3x2 + 1 et g : R !


R dé…nie par : g (x) = x2 + 5:
Alors
q
(g f ) (x) = g (f (x)) = (3x2 + 1)2 + 5
p
= 9x4 + 6x2 + 6:D
p 2
(f g) (x) = f (g (x)) = 3 x2 + 5 + 1
= 3x2 + 16:

Donc
g f 6= f g

Remarque 3.2.6 1- La composition deux applications n’est pas commuta-


tive.
2- Soit f une application d’un ensemble E dans lui-même. L’application
composée f of est elle-même une application de E dans E. On la notef 2 .
Plus généralement, l’application obtenue en composant k fois (k 2 N )
l’application f avec elle-même est encore une application de E dans lui-
même. On la note :
f k = f f f::: f
| {z }
k fois

et por k = 0, on pos : f k = idE :

Exemple 3.2.7 Soient les applications f; g; h : R ! R tels que :

f (x) = x2 ; g (x) = 2x + 1; h (x) = x3 1:

calculer (g f ) h et g (f h)

Remarque 3.2.7 La composition " " est associative, c-a-d : 8 les appli-
cations f; g; h si existe f; g; h alors

(h g) f = h (g f )

Exemple 3.2.8 1-Pour deux fonctions f; g : R ! R quelle est la négation


de f = g ?
3
2- Représenter le graphe de f : N ! Q dé…nie par n f (x) = x+2 .
3- Pour l’application f : R ! R dé…nie par f (x) = x2 : Déterminer les
ensembles suivants : f ([0; 1[); f (R); f (] 1; 2[); f 1 ([1; 2[); f 1 ([ 1; 1]); f 1 (f3g); f
1(RnN):

44
3.2. APPLICATION

Solution. 1- la négation de f = g est

Df 6= Dg ou 9x 2 Df = Dg : f (x) 6= g(x):

2- la négation de f = g est

9x 2 R : f (x) 6= g(x):

3-

f ([0; 1[) = [0; 1[; f (R) = R+ ; f (] 1; 2[) = [0; 4[ ;


i p i h p h
f 1 ([1; 2[) = 2; 1 [ 1; 2 ; f 1 ([ 1; 1]) = [0; 1] ;
n p p o p p
f 1 (f3g) = 3; 3 ; f 1 (RnN) = n; nn n 2 N :

3.2.7 Restriction et prolongement d’une application


Dé…nition 3.2.8 Soit A un sous-ensemble de E: Étant données deux fonc-
tions g : E ! F et f : A ! F tel que f (x) = g (x) pour tout x 2 A: Alors,
on dit que :
f est la restriction de g à A et on note f = gjA
g est un prolongement de f à E et on note g = fe:

Exemple 3.2.9 1) Étant données deux fonctions f : R+ ! R et g : R ! R


dé…nies par f (x) = x; g (x) = jxj :
On a 8x 2 R+ ; g (x) = jxj = x = f (x) ;
alors f est la restriction de g à R+ f = gjR+ et g est un prolongement
de f à R g = fe :
2) Soit f : Rn f2g ! R dé…nie par
p
x2 + 5 3
f (x) = :
x 2

Un prolongement de f à R est l’application fe : R ! R dé…nie par


p
x2 +5 3
x 6= 2
fe(x) = 2
x 2
3
si x=0

45
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

3.2.8 Applications injectives, surjectives et bijectives


Applications injectives
Dé…nition 3.2.9 Soit E; F deux ensembles. Une application f : E ! F
est une injection (ou est injective) si tout élément de F admet au plus un
antécédent par f (c’est-à-dire un ou aucun).
Autrement dit,une application f : E ! F est injective si

8x1 ; x2 2 E : (f (x1 ) = f (x2 ) ) x1 = x2 ) :

Remarque 3.2.8 D’après les règles de négation, une application f : E !


F n’est pas injective si

8x1 ; x2 2 E : (x1 6= x2 ) f (x1 ) 6= f (x2 )) :

Autrement dit, une application f : E ! F n’est pas injective s’il existe


deux éléments (de E) distincts qui ont même image par f .

Exemple 3.2.10 Considérons les deux applications de la …gure

- L’application f est injective car tout élément de F possède au plus un


antécédent par f .
- L’application g n’est pas injective puisqu’il existe deux éléments disc-
tincts de l’ensemble de départ E qui ont même image par g. ( g(a) = g(b) = a ).

Remarque 3.2.9 Par contraposition, la application f : E ! F est injec-


tive si
8x1 ; x2 2 E : (x1 6= x2 ) f (x1 ) 6= f (x2 )) :

46
3.2. APPLICATION

Exemple 3.2.11 1- L’application f : R ! R dé…nie par : f (x) = 2x + 1


est injective car :

8x1 ; x2 2 R : f (x1 ) = f (x2 ) ) 2x1 + 1 = 2x2 + 1 ) x1 = x2 :

ou

8x1 ; x2 2 R : x1 6= x2 ) 2x1 + 1 6= 2x2 + 1 =) f (x1 ) 6= f (x2 ) :

2- L’application f : R ! R dé…nie par : f (x) = x2 n’est injective car :

9x1 = 3; x2 = 3 2 R (x1 6= x2 ) : f (x1 ) = f (x2 ) = 9:

Applications surjectives
Dé…nition 3.2.10 Soit E; F deux ensembles. Une application f : E ! F
est surjection (ou surjective ) si tout élément de l’ensemble d’arrivée F
admet au moins un antécédent par f (c’est-à-dire un ou plusieurs).
Autrement dit,une application f : E ! F est surjective si

8y 2 F; 9x 2 E : y = f (x) :

Exemple 3.2.12

Remarque 3.2.10 D’après les règles de négation, une application f : E !


F n’est pas surjective si

9y 2 F; 8x 2 E : y 6= f (x) :

D’autres termes, une application f : E ! F n’est pas surjective s’il existe


un élément de l’ensemble d’arrivée F qui ne possède pas d’antécédent dans
E par f .

47
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

Applications bijectives
Dé…nition 3.2.11 Soit E; F deux ensembles non vide.
- L’application f : E ! F est une bijection ( ou bijective ) si elle est à
la fois injective et surjective.
- S’il existe une bijection entre E et F , alors on dit que les deux en-
sembles E et F sont équipotents (ou qu’ils ont la même puissance).

Exemple 3.2.13

Remarque 3.2.11 1- L’application f : E ! F est une bijection si tout


élément de F admet un unique antécédent par f , c-a-d :

8y 2 F; 9!x 2 E : y = f (x) :

2- Pour qu’une application ne soit pas bijective, il su…t qu’elle ne soit


pas injective ou qu’elle ne soit pas surjective.

Exemple 3.2.14 Soit l’application f : R ! R dé…nie par : f (x) = 2x + 1


est
a) Montrons que f est injective :

8x1 ; x2 2 E : f (x1 ) = f (x2 ) ) 2x1 + 1 = 2x2 + 1 ) x1 = x2 :

b) Montrons que f est surjective :


y 1
8y 2 R : y = f (x) = 2x + 1 ) x =
2
y 1
8y 2 R; 9x = 2 R : y = f (x) :
2
3) Conclusion : f est bijective.

Exemple 3.2.15 Soit l’application f : R ! R dé…nie par : f (x) = x2

48
3.2. APPLICATION

Exercice 3.2.1 a) Montrons que f n’est pas injective


9x1 = 1 2 R; 9x2 = 1 2 R : f (x1 ) = f (x1 ) et x1 6= x2
b) Montrons que f n’est passurjective
9y = 1 2 R; 8x 2 R : 1 6= x2 :
donc 1 2 R n’a pas d’antécédent par f dans R

3.2.9 Application réciproque


La propriété de bijectivité d’une application f : E ! F signife en
particulier qu’à tout élément y 2 F on peut associer un unique élément
x 2 E. Ceci nous amène à la défnition suivante.
Dé…nition 3.2.12 Soit E; F deux ensembles non vide, et f : E ! F une
bijection. L’application notée f 1 : F ! E qui à y appartenant à F lui
associe l’unique élément x appartenant à E tel que y = f (x) est appelée
application réciproque de f (ou bijection réciproque de f ). c-a-s-d
1
f : F !E
1
y 7! x = f (y)
Exemple 3.2.16 Soit f l’application de fa; b; c; dg dans f ; ; ; g telle
que f (a) = ; f (b) = et f (c) = , f (d) = ; elle est bijective. Sa
réciproque f 1 est l’application de f ; ; ; g dans fa; b; c; dg donnée par
f 1 ( ) = a; f 1 ( ) = c; f 1 ( ) = b; f 1 ( ) = d:

Exemple 3.2.17 1- l’application f : R ! R dé…nie par f (x) = 4x 3;


est bijective. L’application réciproque de f est
1
f : R!R
x+3
x 7!
4

49
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

2- l’application g : R+ ! R+ dé…nie par g (x) = x2 ; est bijective. L’ap-


plication réciproque de g est
1
g : R+ ! R +
p
x 7! x
3- l’application h : R ! ]0; +1[ dé…nie par h (x) = exp(x); est bijective.
L’application réciproque de h est
1
h : 0; +1 ! R
x 7! ln(x)
Remarque 3.2.12 Ne pas confondre la notation utilisée ici avec celle uti-
lisée pour désigner l’image réciproque d’un ensemble. En e¤et, ici, f 1 dé-
signe la réciproque de l’application f de E vers F , ce qui suppose que f soit
bijective. C’est une application de F vers E. Lorsqu’on écrit « f 1 (B)»
avec B F , l’écriture de « f 1 » ne peut pas être dissociée de celle de B
et ne suppose en aucun cas que f soit bijective.
Proposition 3.2.2 Soit f : E ! F une bijection. Alors,
1 1 1 1
f f = IdF ; f f = IdE ; f = f:
Proposition 3.2.3 Soit f : E ! F une application.
S’il existe une application g : F ! E telle que g f = IdE et f g = IdF ;
alors f est bijective et f 1 = g.

3.3 Exercices
Exercice 3.3.1 Démontrer la proposition (3.2.2).
Exercice 3.3.2 1- Soient E; F; G trois ensembles, f une application de E
vers F et g une application de F vers G.
Démontrer les propriétés suivantes.
a) Si gof est injective alors f est injective.
b) Si gof est surjective alors g est surjective.
2) Démontrer la proposition (3.2.3).
Exercice 3.3.3 Soit la fonction f : R ! R dé…nie par f (x) = x2 , et soit
: Trouver :
1) Déterminer l’image directe de A = [ 5; 2[ ; B = ] 6; 1[ [ [1; 3] ;
B = ] 5; 4[ [ [2; 3] par f:
2) Déterminer l’image réciproque de E = [ 5; 4] par f:

50
3.3. EXERCICES

Exercice 3.3.4 Soient E,F deux ensmbles non vide et f : E ! F une


application. soient A; B deux ensmbles non vide de E: Montrer que :
1) Si A B alors f (A) f (B)
2) f (A [ B) = f (A) [ f (B)

Exercice 3.3.5 Soient E,F deux ensmbles non vide et f : E ! F une


application injective. soient A; B deux ensmbles non vide de E:Montrer
que : f (A \ B) = f (A) \ f (B)

Exercice 3.3.6 Soient E et F deux ensembles et soit f : E ! F: Soient


A et B deux parties de F:
Montrer que :
1) A B ) f 1 (A) f 1 (B)
2) f 1 (A [ B) = f 1 (A) [ f 1 (B)
3) f 1 (A \ B) = f 1 (A) \ f 1 (B)

Exercice 3.3.7 Soit la fonction f : R ! R+ dé…nie par


ex + 2
f (x) = :
e x
1
Démontrer que f est bijective et trouver sa bijection réciproque f :

Exercice 3.3.8 Soit la fonction f : R ! R dé…nie par


2x
f (x) = :
1 + x2
1) f est-elle injective ? surjective ?
2) Montrer que f (R) = [ 1; 1]
3) Montrer que la restriction g : [ 1; 1] ! [ 1; 1] , g (x) = f (x) ,
est bijective.

Exercice 3.3.9 Soient E; F; G trois ensembles, f : E ! F et g : F ! G


deux applications. On pose h = g f:
Démontrer que :
1) Si h est injective et f est surjective alors g est injective.
2) Si h est surjective et g est injective alors f est surjective.

Exercice 3.3.10 Soient E, F deux ensembles et f : E ! F: Démontrer


que :
1) 8A 2 P (E) alors A f 1 (f (A)) :
2) 8B 2 P (F ) alors f (f 1 (B)) B:

51
CHAPITRE 3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

Exercice 3.3.11 Soient A; B 2 P (R) et f : R ! R une application dé…nie


par :
Pour tout A \ B = ; : f (A [ B) = f (A) + f (B) :
1) Montrer que f (;) = 0
2) Montrer que 8A; B 2 P (R) : f (A [ B) = f (A) + f (B) f (A \ B)

52
Chapitre 4

Structures Algébriques

4.1 Lois de composition interne


4.1.1 Dé…nitions
Dé…nition 4.1.1 Soit E un ensemble non vide,
- On appelle loi de composition interne sur E, une application E E
dans E. note ( ; ; >; +; ; ; ::::); pour tout couple (x; y), on associe
un élément, noté x>y; appelé composé de x et de y.

E E ! E
(x; y) 7! x>y

- On appelle ensemble structure, tout couple (E; >) où E est un ensemble


non vide et > une loi de composition interne sur E.

Exemple 4.1.1 1) (R; +) et (R; ) sont des ensembles structurés.

8 (x; y) 2 R2 : x + y 2 R;
8 (x; y) 2 R2 : x y 2 R;

2) Soit > la loi de composition interne sur Q défnie par


x+y
8 (x; y) 2 Q2 : x>y = :
2
Le couple (Q2 ; >) est un ensemble structuré. En revanche, > ne dé…nit
pas une loi de composition interne sur N puisque 1>2 = 32 2 = N.
2) (P (E) ; \) et (P (E) ; [) sont des ensembles structurés.

53
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

L’intersection " \ "et la réunion " [ " sont sont des lois de composition
interne sur P (E) :

8A; B 2 P (E) : A \ B 2 P (E)


8A; B 2 P (E) : A [ B 2 P (E)

3) Soit E un ensemble non vide. La composition d’applications " "


dé…nit une loi de composition interne sur (E; E) puisque la composition de
deux applications de E dans E est encore une application de E dans E.

8f; g 2 A (E; E) : f g 2 A (E; E)

4.1.2 Extension à A(X; E) d’une loi dé…nie sur E


Soient X un ensemble non vide et (E; >) un ensemble structuré. On
:
peut munir l’ensemble A(X; E) d’une loi de composition interne notée >.
Cette dernière associe aux applications f et g de X vers E l’application de
X vers
:
E, notée
f >g, défnie par
:
8x 2 X : (f >g)(x) = f (x)>g(x)
: :
Le couple (A(X; E); >) est un ensemble structuré. On dit que la loi > ainsi
défnie sur A(X; E) est une extension à A(X; E) de la loi > défnie sur E:
: :
Remarque 4.1.1 Il ne faut pas confondre les deux lois > et >:; la lois >
est opère sur les applications de X dans E alors que la loi > est opère sur
les éléments de E: En pratique on omet souvent d’écrire le point au dessus
de la loi >:

Exemple 4.1.2 Soit :


les applications: f : X ! R; g : X ! R: On défnit
les applications f + g : X ! R et f g : X ! R de la manière suivante :
8 :
< f + g (x) = f (x) + g (x)
8x 2 X; :
: f g (x) = f (x) g (x) :

:
: :
Les couples (A(X; E); +) et (A(X; E); ) sont des ensembles structurés.

54
4.1. LOIS DE COMPOSITION INTERNE

4.1.3 lois commutative et associative


Dé…nition 4.1.2 Soit (E; >) un ensemble structuré.
commutative si :

8x; y 2 E : x>y = y>x

associative si :

8x; y; z 2 E : (x>y) >z = x> (y>z)

Exemple 4.1.3 .
1) L’addition " + "et la multiplication " " dans R sont commutatives
et associatives.
2) La soustraction " " ne peut ni commutative ni associative.
3) La loi > dé…nie sur Q par x>y = x+y 2
a) > est commutative sur Q: car
x+y y+x
8x; y 2 Q : x>y = = = y>x
2 2
b) > n’est pas associative sur Q car

1 1
(( 1) >0) >1 = ; ( 1) > (0>1) = :
4 4
4) Soit E un ensemble non vide. La loi est associative sur A (E; E).
Par contre, elle n’est pas commutative sur A (E; E) , sauf si E est réduit
à un seul élément.
5) Soit X un ensemble non vide. Les deux lois + et dé…nies sur
A(X; R) sont associatives et commutatives sur A(X; R) car l’addition et la
multiplication le sont dans R

4.1.4 Eléments neutre et symétrique


Dé…nition 4.1.3 (Elément neutre) Soit (E; >) un ensemble structuré,
> admet un élément neutre e 2 E si :

8x 2 E : x>e = e>x = x:

Proposition 4.1.1 Soit (E; >) un ensemble structuré, si l’élément neutre


existe, alors il est unique.

55
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

Dé…nition 4.1.4 (Elément symétrique) Soit (E; >) un ensemble struc-


turé, Si (E; >) possède un élément neutre e alors un élément x 2 E est
inversible (ou symétrisable), s’il existe x0 2 E tel que :

x>x0 = x0 >x = e:

x0 appelé élément inverse (ou symétrique), de x

Proposition 4.1.2 Soit E un ensemble muni d’une loi interne associa-


tive possédant un élément neutre. Tout élément inversible possède un unique
inverse.

Exemple 4.1.4 .
1) (P (E) ; [) et (P (E) ; \) deux ensembles structurés,
l’ensemble neutre de [ est ; car

8A 2 P (E) : A [ ; = ; [ A = A:

l’ensemble neutre de \ est E car

8A 2 P (E) : A \ E = E \ A = A:

3) La loi " + "sur R admet 0 pour un élément neutre et ( x) pour un


élément symétrique.
4) La loi " "sur R> admet 1 pour un élément neutre et x1 pour un
élément symétrique.

Exercice 4.1.1 Soit la loi de composition interne sur R , dé…nie par

8x; y 2 R : x y = xy + x2 1 y2 1 :

1) Montrer que est commutative.


2) Montrer que n’est pas associative.
3) Montrer que 1 est l’élément neutre.

Solution. 1) Montrons que est commutative :


On a : 8x; y 2 R;

x y = xy + x2 1 y2 1
= yx + y 2 1 x2 1
= y x:

56
4.1. LOIS DE COMPOSITION INTERNE

Alors, est commutative.


2) n’est pas associative car :

(0 2) 3 6= 0 (2 3) :

En e¤et,

(0 2) 3 = 0 2 + 02 1 22 1 3
= ( 3) 3 = ( 3) 3 + ( 3)2 1 32 1
= 9 + 82 = 55

D’autre part,

0 (2 3) = 0 2 3 + 22 1 32 1
= 0 30 = 0 30 + 02 1 302 1
= 899:

3) Montrons que 1 est l’élément neutre, on a

1 x = 1 x + 12 1 x2 1
= x

De plus, comme la loi est commutative 1 x = x 1: Donc 1 est l’élément


neutre.

4.1.5 Element Absorbant


Dé…nition 4.1.5 Soit (E; >) un ensemble structuré, un élément a 2 Eest
dit absorbant relativement à > ssi :

8x 2 E : x>a = a>x = a:

Proposition 4.1.3 élément absorbant a 2 E est unique et non symétri-


sable.

4.1.6 Element simpli…able


Dé…nition 4.1.6 Soit (E; >) un ensemble structuré, On dit que est un
élément a de E est simpli…able ssi
a>x = a>y =) x = y (Simpli…able à gauche)
8 (x; y) 2 E 2
x>a = y>a =) x = y (Simpli…able à droite)

57
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

4.2 Groupe et sous-groupe


4.2.1 Groupe
Dé…nition 4.2.1
Soit > une loi de composition interne sur E: On dit que (E; >) est
un groupe si :
la loi > est associative sur E;
il existe un élément neutre pour la loi > dans E;
tout élément de E est symétrisable pour la loi >.

Remarque 4.2.1 Si la loi > est commutative sur E; on dit que le groupe
(E; >) est commutatif (ou abélien) :

Exemple 4.2.1 1) (Z; +) ; (Q; +) ; (R; +), (C; +) ; (Q ; ) ; (R ; ) et (C ; )


sont des groupes commutatifs.
1) (N; +) n’est pas un groupe car, excepté l’élément 2, un élément de N
n’a pas de symetré dans N.
2) (Z; ) n’est pas un groupe car 2 n’est pas inversibles de Z.

Exercice 4.2.1 Soit la loi de composition interne dé…nie sur R par :

8 (x; y) 2 R2 : x y = x:y + (x2 1)(y 2 1)

1) Montrer que est commutative, non associative, et que 1 est élément


neutre.
2) Calculer les symétriques du réel 2 pour la loi .
3) Résoudre dans R les équations suivantes : 2 x = 2, 2 x = 5.

Solution. 1)i) La loi est commutative car 8 (x; y) 2 R2

x y = x:y + (x2 1)(y 2 1)


= y:x + (y 2 1)(x2 1)
= y x

ii)) La loi est n’est pas associative par exemple, x = 0; y = 2; z = 3, on a

(x y) z = (0 2) 3 = 55
x (y z) = 0 (2 3) = 899

58
4.2. GROUPE ET SOUS-GROUPE

iii) On a
8x 2 R : x 1 = x:1 + (x2 1)(12 1) = x;
comme la loi est commutative, alors 1 est élément neutre de la loi .
2) soit x l’élément symétriques du réel 2 pour la loi

x 2 = 1 =) x:2 + (x2 1)(22 1) = 1


=) 3x2 + 2xp 4 = 0 p
1 + 13 1 13
=) x = ou x =
3 3
3) Résoudre dans R les équations suivantes :

2 x = 2 () 2:x + (22 1)(x2 1) = 2


() 3x2 + 2x 5=0
5
() x = 1 ou x =
3
,

2 x = 5 () 2:x + (22 1)(x2 1) = 5


() 3x2 + 2x 8=0
4
() x= 2 ou x =
3

Exercice 4.2.2 On munit R, la loi de compsition interne par


p
x y = 3 x3 + y 3 :

Montrer que (R; ) est un groupe commutatif.

Exemple 4.2.2 1) commutative : 8x; y 2 R :


p p
x y = 3 x3 + y 3 = 3 y 3 + x3 = y x

Donc est commutative.


2) associative : 8x; y; z 2 R :
p p
(x y) z = 3 x3 + y 3 z = 3 x3 + y 3 + z 3

D’autre part,
p
3
p
3
x (y z) = x y3 + z3 = x3 + y 3 + z 3 :

59
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

Donc est associative.


3) Soit e 2 R; l’élément neutre de la loi , 8x 2 R;
p
3
x e = x ) x3 + e3 = x
) x3 + e3 = x3
) e = 0:
Comme est commutative donc e = 0 2 R, l’élément neutre de la loi .
Solution. 4) Soit x 2 R; l’élément symétrique x 2 R par la loi , alors :
p3
x x = 0 ) x3 + x3 = 0
) x3 + x3 = 0
) x= x
Comme est commutative donc 8x 2 R; admet un l’élément symétrique
x = x 2 R; par la loi .
Alors d’aprés 1; 2; 3; 4); (R; ) est un groupe commutatif.

4.2.2 Sous-groupe
Dé…nition 4.2.2 Soient (G; >) un groupe et H un sous-ensemble non vide
de G: On dit que (H; >) est un sous-groupe de (G; >) ssi les trois conditions
suivantes sont véri…er :
1) H 6= ?: (e 2 H l’élément neutre de G)
2) 8x; y 2 H : x>y 2 H:
3) 8x 2 H : x0 2 H: (x0 l’élément symétrique de G) :
Exemple 4.2.3 .
1) Q+ ; est un sous-groupe de (Q; ) car :
- e = 1 2 Q+ ;
- 8x; y 2 Q+ alors x y 2 Q+ ;
- 8x 2 Q+ alors x0 = x1 2 Q+ :
2) (Z; +) est un sous-groupe de (R; +) :
Remarque 4.2.2 Soit e l’élément neutre du groupe (G; >)
(feg ; >) est un sous-groupe trivial du groupe (G; >).
Proposition 4.2.1 (H; >) est un sous-groupe de (G; >) ssi
H 6= ?: (e 2 H l’élément neutre de G)
8x; y 2 H : x>y 0 2 H:
où y 0 est l’élément symétrique de y:

60
4.2. GROUPE ET SOUS-GROUPE

Exercice 4.2.3 Soit G = R R et la loi dans G dé…nie par :

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 ; xy 0 + y)

I) Montrer que est un loi de compositions interne dans G


II) Montrer que (G; ) est un groupe non commutatif.
III) Soit H = ]0; +1[ R, montrer que (H; ) est un sous-groupe de
(G; ) :

Solution. I) Montrons que est une l:c:i dans G :


On a x 6= 0 et x0 6= 0 alors xx0 6= 0 donc (xx0 ; xy 0 + y) 2 R R:
Alors est une loi de composition interne dans G.
II) Montrons que (G; ) est un groupe
1) Montrons que est associative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 G;

((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 ) = (xx0 ; xy 0 + y) (x00 ; y 00 )


= (xx0 x00 ; xx0 y 00 + xy 0 + y) ;

et

(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = (x; y) (x0 x00 ; x0 y 00 + y 0 )


= (xx0 x00 ; xx0 y 00 + xy 0 + y) ;

alors 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 G;

((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 ) = (x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) :

Donc est associative.


2) Soit (a; b) 2 G l’élément neutre de . Alors

8 (x; y) 2 G : (x; y) (a; b) = (a; b) (x; y) = (x; y)

On a :8 (x; y) 2 G

(x; y) (a; b) = (x; y) =) (xa; xb + y) = (x; y)


xa = x
=)
xb + y = y
a=1
)
b=0

Donc l’élément neutre à droite (a; b)d = (1; 0) :

61
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

D’autre part, 8 (x; y) 2 G

(a; b) (x; y) = (x; y) =) (ax; ay + b) = (x; y)


ax = x
=)
ay + b = y
a=1
)
b=0

Donc l’élément neutre à gauche (a; b)g = (1; 0) :


Alors (1; 0) est l’élément neutre de G:
3) Soit (x; y) 2 G; l’élément symétrique (x; y) 2 G par la loi alors :

(x; y) (x; y) = (x; y) (x; y) = (1; 0)

On a

(x; y) (x; y) = (1; 0) =) (xx; xy + y) = (1; 0)


xx = 1
=)
xy + y = 0
8
< x= 1
) x x 6= 0
: y= y
x

Donc l’élément symétrique à droite de (x; y) 2 G par la loi est :


(x; y)d = x1 ; xy
D’autre part,

(x; y) (x; y) = (1; 0) =) (xx; xy + y) = (1; 0)


xx = 1
xy + y = 0
8
< x= 1
) x x 6= 0
: y= y
x

Donc l’élément symétrique à gauche de (x; y) 2 G par la loi est :


(x; y)g = x1 ; xy
Alors,8 (x; y) 2 G adme un symetre x1 ; xy 2 G par la loi :
Donc (G; ) est un groupe.

62
4.3. HOMOMORPHISME DE GROUPES

4) Montrons que la loi n’est pas commutative on a :


(1; 2) (2; 0) = (2; 2)
(2; 0) (1; 2) = (2; 4)
Donc,
(1; 2) (2; 0) 6= (2; 0) (1; 2) :
Alors (G; ) est un groupe non commutatif.
2) Montrons que (]0; +1[ R; ) est un sous-groupe de (G; ) :
a) l’élément neutre (1; 0) 2 H
b) 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 H; On a :
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 ; xy 0 + y) :
Comme x; x0 2 ]0; +1[ alors xx0 2 ]0; +1[ et xy 0 + y 2 R: Alors,
(x; y) (x0 ; y 0 ) 2 H:
c) 8 (x; y) 2 H :d’aprés ( II)3) ); l’élément symetrique de (x; y) par dans
G est :
1 y
(x; y) = ; :
x x
1 y
Comme x 2 ]0; +1[ alors 2 ]0; +1[ et 2 R: Alors,
x x
(x; y) 2 H:
Donc (H; ) est un sous-groupe de (G; ) :

4.3 Homomorphisme de groupes


4.3.1 Homomorphisme de groupes
Dé…nition 4.3.1 Soient (G; ) et (G0 ; >) deux groupes. Une application f
de G vers G0 est un homomorphisme (ou morphisme) de groupes si :
8 (x; y) 2 G2 : f (x y) = f (x) >f (y) :

Exemple 4.3.1 1- Soit les groupes (R; +) et R+ ; : Soit l’application


dé…nie
f : R ! R+
x ! f (x) = 3x :

63
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

On a
8x; y 2 R : f (x + y) = 3x+y = 3x 3y = f (x) f (y) :
Donc f est un homomorphisme de groupes.
2- Soit les groupes R+ ; et (R; +) : Soit l’application dé…nie
f : R+ ! R
x ! f (x) = ln(x):
On a
8x; y 2 R+ : f (x + y) = ln(x:y) = ln x + ln y = f (x) + f (y) :
Donc f est un homomorphisme de groupes.

4.3.2 Endomorphisme - Isomorphisme


Dé…nition 4.3.2 Soient (G; ) et (G0 ; >) deux groupes, un homomorphisme
f de G vers G0 :
Si f est bijective alors on dit que f est un isomorphisme de (G; )
dans (G0 ; >) :
Si f est un morphisme de (G; ) dans (G; ) alors on dit que f est un
endomorphisme.
Si f est un endomorphisme et bijective alors on dit que f est un
automorphisme.
Exemple 4.3.2 Soit les groupes (R; +) et R+ ; : Soit l’application dé-
…nie
f : R ! R+
x ! f (x) = exp(x):
On a
8x; y 2 R : f (x + y) = exp(x + y) = exp(x) exp(y) = f (x) f (y) ;
comme f : R ! R+ est bijective, alors f est isomorphisme de (R; +) dans
R+ ; .
Proposition 4.3.1 Soit f un homomorphisme de groupes de (G; ) dans
(G0 ; >) et soit e l’élément neutre de G, alors :
1) f (e) l’élément neutre de G0
2) 8x 2 G : (f (x))0 = f (x0 ) ; où x0 est l’élément symétrique de x et
(f (x))0 est l’élément symétrique de f (x) :

64
4.4. ANNEAU ET SOUS-ANNEAU

Remarque 4.3.1 Si H est un sous-groupe de (G; ) et H 0 est un sous-


groupe de (G0 ; >). Alors :
1) f (H) est un sous-groupe de (G0 ; >) :
2) f 1 (H 0 ) est un sous-groupe de (G; ) :

4.3.3 Noyau
Dé…nition 4.3.3 Soit f un homomorphisme de groupes de (G; ) dans
(G0 ; >) et soit e0 l’élément neutre de G0 : Le noyau de f est

ker f = f 1 (fe0 g)
= fx 2 G j f (x) = e0 g :

Proposition 4.3.2 Soit f un homomorphisme de groupes de (G; ) dans


(G0 ; >) :
1) ker f est un sous-groupe de G.
2) f est injectif si et seulement si ker f = feg. (e l’élément neutre de G) :

4.4 Anneau et sous-anneau


Il est possible de munir un groupe (G; >) d’une seconde loi de compo-
sition interne. Si cette seconde loi possède des propriétés calculatoires, on
obtient une structure algébrique appelée anneau. Notons cette seconde
loi de composition interne. Le triplet (G; >; ) est encore appelé ensemble
structuré.

4.4.1 Loi distributive


Dé…nition 4.4.1 Soit (G; >; ) un ensemble structuré.
On dit que la loi est distributive à gauche par rapport à loi > si

8 (x; y; z) 2 E : x (y>z) = (x y) > (x z) :

On dit que la loi est distributive à droite par rapport à > si

8x; y; z 2 E : (x>y) z = (x z) > (y z) :

On dit que la loi est distributive par rapport à > si elle est distributive
à la fois à gauche et à droite par rapport à >.

65
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

Remarque 4.4.1 Si la loi est commutative. La loi est distributive par


rapport à > si elle est distributive à gauche ou bien à droite par rapport à
>.

Exemple 4.4.1 1) la multiplication est distributive par rapport à l’ad-


dition +; dans C.

x (y + z) = (x y) + (x z)
8 (x; y; z) 2 C3 : :
(x + y) z = (x z) + (y z)

2) Soit E un ensemble. Dans P(E) chacune des lois [ et \ est distri-


butive par rapport à l’autre.
8
>
> A \ (B [ C) = (A \ B) [ (A \ C)
<
(A [ B) \ C = (A \ C) [ (B \ C)
8 (A; B; C) 2 P(E) : :
>
> A [ (B \ C) = (A [ B) \ (A [ C)
:
(A \ B) [ C = (A \ C) \ (B \ C)

Exemple 4.4.2 On munit sur R2 les lois des compsitions internes et


par

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 ; xx0 + xy 0 + x0 y)

1) Montrons que est commutative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x0 x; xy 0 + x0 y)


= (xx0 ; x0 y + xy 0 )
= (x0 ; y 0 ) (x; y) :

Donc est commutative.


2) Montrons que distributive par repport :
Alors 8 (x; y) ; (x ; y ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;
0 0

(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = (x; y) (x0 + x00 ; y 0 + y 00 )


= (xx0 + xx00 ; xy 0 + xy 00 + x0 y + x00 y) :

Comme est commutative, donc distributive par repport :

66
4.4. ANNEAU ET SOUS-ANNEAU

4.4.2 Anneau
Dé…nition 4.4.2 Soient et > deux lois de composition interne d’un en-
semble A.
On dit que (A; >; ) est un anneau (anneau unitaire) si :
8
>
> i) (A; >) est un groupe commutatif,
<
ii)la loi est associative surA;
>
> iii) distributive par rapport à >;
:
iv)l0 ensemble A admet un élément neutre pour la loi :

De plus, si la loi est commutative sur A on dit que (A; >; ) est un
anneau commutatif.

Exemple 4.4.3 (Z; +; ) est un anneau commutatif, en e¤et


- (Z; +) est un groupe commutatif,
- est associative :

8x; y; z 2 Z : (x y) z=x (y z) ;

- est commutative :

8x; y 2 Z : x y=y z;

- distributive par rapport à + :

8x; y; z 2 Z : x (y + z) = (x y) + (x z) ;

- l’ensemble Z admet un élément neutre 1 pour la loi .

4.4.3 Sous anneau


Dé…nition 4.4.3 Soit (A; >; ) un anneau et B un sous-ensemble non vide
de A: On dit que (B; >; ) est un sous-anneau de (A; >; ) si :
(B; >) est un sous-groupe de (A; >) ;
e> 2 B; où e> l’élément neutre par rapport à >;
8x; y 2 B : x>y 2 B:

Exemple 4.4.4 1) (Z; +; ) est un sous-anneau de l’anneau (Q; +; ) :


p
Exercice 4.4.1 Soit l’énsemble A = a + b 2 : a; b 2 Z :
Montrons que (A; +; ) est un sous-anneau de (R; +; ) :

67
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

p
Solution. a) On a 0 2 A car 0 = 0 + 0 2
b) 8x; y 2 A; on a
p
9a; b 2 Z : x = a + b 2
p
9a0 ; b0 2 Z : y = a0 + b0 2

Donc

x+y = x y
p p
= a + b 2 a0 b0 2
p
= (a a0 ) + (b b0 ) 2
p
= a00 + b00 2

avec a00 = a a0 2 Z et b00 = b b0 2 Z; alors

x + y 2 A:
p
2) On a 1 2 A car 1 = 1 + 0 2
3) 8x; y 2 A;
p p
x y = a + b 2 a0 + b 0 2
p p
= aa0 + ab0 2 + ba0 2 + 2bb0
p
= aa0 + 2bb0 + (ab0 + ba0 ) 2
p
= a00 + b00 2

avec a00 = aa0 + 2bb0 2 Z et b00 = ab0 + ba0 2 Z; alors

x y 2 A:

Donc (A; +; ) est un sous-anneau de (R; +; ) :

4.4.4 Morphisme d’anneau


Dé…nition 4.4.4 Soient (A1 ; >; ) et (A2 ; >0 ; 0 ) deux anneaux. Un mor-
phisme d’anneaux de A1 et A2 est une application f : A1 ! A2 telle que :
8
< f (x>y) = f (x) >0 f (x)
8x; y 2 A1 : f (x y) = f (x) 0 f (x)
:
f (e1 ) = e2;

où e1 est l’élément neutre de A1 et e2 est l’élément neutre de A2 :

68
4.5. CORPS ET SOUS-CORPS

4.5 Corps et sous-corps


4.5.1 Corps
Dé…nition 4.5.1 Soit K un ensemble non vide muni de deux lois > et .
On dit que (K; >; ) est un corps si :
i) (K; >) est un groupe commutatif avec l’élément neutre e> :
ii) (Kn fe> g ; >) est un groupe.
iii) La loi est distributive par rapport à >:

Remarque 4.5.1 Si la loi est commutative, on dit que (K; >; ) est un
corps commutatif.
Aussi on dit que (K; >; ) corps si (K; >; ) anneau et tout élément de
K fe> g admet un inverse pour la loi :

Exemple 4.5.1 (R; +; ) est un corps commutatif.car,


i) (R; +) est un groupe commutatif.
ii) (Rn f0g ; ) est un groupe commutatif.
iii) La loi est distributive par rapport à +:

4.5.2 sous-corps
Dé…nition 4.5.2 Soient (K; >; ) un corps et H un sous-ensemble non
vide de K: On dit que (H; >; ) est un sous-corps de (K; >; ) si :
i) (H; >) est un sous-groupe du groupe (K; >) :
ii) (Hn fe> g ; >) est un sous-groupe du groupe (Kn fe> g ; >) :

Exemple 4.5.2 (Q; +; ) est un sous-corps du corps (R; +; ) :

4.6 Exercices
Exercice 4.6.1 Démontrer la propsition (4.1.1)

Exercice 4.6.2 Soit E un ensemble muni d’une loi interne associative


possédant un élément neutre e.
1) Démontrer la propsition (4.1.2)
2) Soit (x; y) 2 E; si x; y sont symétrisables alors x>y est symétrisable
et que son symétrique est donné par

(x>y)0 = y 0 >x0 :

69
CHAPITRE 4. STRUCTURES ALGÉBRIQUES

Exercice 4.6.3 Démontrer la propsition (4.1.3).

Exercice 4.6.4 Montrer que


1) L’intersection des sous-groupes est un sous-groupe.
2) La réunion de sous-groupes n’est pas nécessairement un sous-groupe.

Exercice 4.6.5 Démontrer la propsition (4.3.1).

Exercice 4.6.6 Démontrer la proposition (4.2.1)


(H; >) est un sous-groupe de (G; >) ssi

H 6= ?: (e 2 H l’élément neutre de G)
8x; y 2 H : x>y 0 2 H:

où y 0 est l’élément symétrique de y:

Exercice 4.6.7 Soient (G; ?) un groupe et (G0; ?) un sous groupe de (G; ?).
On dé…nit une relation binaire R sur G par :
1
8x; y 2 G; xRy () x ? y 2 G0
1
y est l’inverse de y par la loi ?:
Montrer que R est une relation d’équivalence sur G.

Exercice 4.6.8 On munit sur R2 les lois des compsitions internes T et


par

(x; y) T (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 ; xx0 + xy 0 + x0 y)

1) Montrer que (R2 ; T ) est un groupe abélien.


2) Montrer que la loi est commutative.
3) Montrer que la loi est associative.
4) Déterminer l’élément neutre de R2 pour la loi :
5) Montrer que (R2 ; T; ) est un anneau commutatif.

Exercice 4.6.9 On dé…nit sur Rn f1g la loi de composition interne par

x y =x+y xy

Montrer que (Rn f1g ; ) est un groupe abélien.

70
4.6. EXERCICES

Exercice 4.6.10 Soit G = ] 1; 1[ muni de la loi par


x+y
x y=
1 + xy

Montrer que (G; ) est un groupe abélien.

Exercice 4.6.11 Soit (G; ) un groupe dans lequel pour tout x 2 G véri…e
x x = e:
Montrer que est commutative.

Exercice 4.6.12
p Soit (A; +; ) est un sous-anneau de (R; +; ) ; telleque
A = a + b 2 : a; b 2 Z :
On considère l’application f de A vers A par : 8a; b 2 Z :
p p
f a+b 2 =a b 2

Montrer que f est un automorphisme de l’anneau (A; +; ) :

Exercice 4.6.13 Soit A = fn2 p : (n; p) 2 Z Ng muni des lois usuelles.


Montrer que (A; +; ) est un anneau. Est-ce un coprs ?
p
Exercice 4.6.14 Soit B = p + q 2 n (p; q) 2 Q2 .
Montrer que (B; +; ) est un corps.

Exercice 4.6.15 On munit sur R2 les lois des compsitions internes et


par :8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 ) :
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 ) :

Montrer que (R2 ; ; ) est un corps commutatif.

71
Chapitre 5

Nombres Complexes

5.1 Introduction à l’énsemble C


L’équation x + 2 = 0 n’a pas de solutions dans N, mais elle en a dans
un ensemble plus grand Z (x = 2).
De même, l’équation 7x 4 = 1 n’a pas de solutions dans Z, mais elle
en a dans un ensemble plus grand, Q ( x = 5=7).Et puis, l’équation x2 = 3
n’a pas de solutions dans Z ; ilpfaut chercher
p dans l’ensemble des nombres
réels R pour en trouver ( x = 3; x = 3).
Quand une équation n’a pas de solutions dans R ( par exemple , x2 = 1
) en chercher dans un ensemble plus grand.

5.1.1 Construction du corps des nombres complexes


On munit sur R2 les lois des compsitions internes et par :8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2
R2

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 )

1) Montrons que (R2 ; ) est un groupe abélien.


i) commutative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
= (x0 + x; y 0 + y)
= (x0 ; y 0 ) (x; y) :

Donc est commutative.

72
5.1. INTRODUCTION À L’ÉNSEMBLE C

ii) associative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;

((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 ) = (x0 + x; y 0 + y) (x00 ; y 00 )


= (x0 + x + x00 ; y 0 + y + y 00 ) :

D’autre part,

(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = (x; y) (x0 + x00 ; y 0 + y 00 )


= (x0 + x + x00 ; y 0 + y + y 00 )

Alors est associative.


iii) L’élément neutre pour , soit (a; b) 2 R2 ; 8 (x; y) 2 R2 ;

(a; b) (x; y) = (x; y)


(a + x; b + y) = (x; y)

Donc,
a+x=x a=0
)
b+y =y b=0
Comme est commutative, alors (0; 0) est l’élément neutre de dans R2 :
iv) Soit (x; y) 2 R2 élément symétrique de (x; y) 2 R2 par ;

(x; y) (x; y) = (0; 0)


(x + x; y + y) = (0; 0)

Donc,
x+x=0 x= x
)
y+y =0 y= y
Alors 8 (x; y) 2 R2 ; admet un est élément symétrique ( x; y) 2 R2 par
:
Donc (R2 ; ) est un groupe abélien.
2) Montrons que (R2 f(0; 0)g ; ) est un groupe abélien.
i) est commutative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 )


= (x0 x y 0 y; x0 y + y 0 x)
= (x0 ; y 0 ) (x; y) :

Donc est commutative.

73
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

ii) est associative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;


((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 ) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 ) (x00 ; y 00 )
= (xx0 x00 yy 0 x00 xy 0 y 00 yx0 y 00 ; xx0 y 00 yy 0 y 00 + xy 0 x00 + yx0 x00 )
D’autre part,
(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = (x; y) (x0 x00 y 0 y 00 ; x0 y 00 + y 0 x00 )
= (xx0 x00 xy 0 y 00 yx0 y 00 yy 0 x00 ; xx0 y 00 + xy 0 x00 + yx0 x00 yy 0 y 00 ) :
alors 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;
((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 ) = (x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 ))
Donc est associative.
ii) L’élément neutre pour : soit (a; b) 2 R2 ; 8 (x; y) 2 R2 ;
(a0 ; b0 ) (x; y) = (x; y)
(a0 x; a0 y + xb0 ) = (x; y) :
Alors,
a0 x = x a0 = 1
)
a0 y + xb0 = y b0 = 0:
Comme est commutative, alors (1; 0) est l’élément neutre de :
iv) Soit (x0 ; y 0 ) 2 R2 f(0; 0)g élément symétrique de (x; y) 2 R2
f(0; 0)g par ;
(x; y) (x; y) = (1; 0)
0
(xx yy 0 ; xy 0 + yx0 ) = (1; 0)
Donc,
x
xx0 yy 0 = 1 x0 = x2 +y 2
) y
xy 0 + yx0 = 0 y0 = x2 +y 2

Alors 8 (x; y) 2 R2 f(0; 0)g ; admet un est élément symétrique ( x; y) 2


R2 f(0; 0)g par :
Donc (R2 f(0; 0)g ; ) est un groupe abélien.
3) Montrons que distributive par repport :8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2
R2 ;
(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = (x; y) (x0 + x00 ; y 0 + y 00 )
= (x (x0 + x00 ) y (y 0 + y) ; x (y 0 + y 00 ) + y (x0 + x00 ))
= (xx0 + xx00 yy 0 yy 00 ; xy 0 + xy 00 + yx0 + yx00 ) :

74
5.1. INTRODUCTION À L’ÉNSEMBLE C

D’autre part,

((x; y) (x0 ; y 0 )) ((x; y) (x00 ; y 00 )) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 ) (xx00 yy 00 ; xy 00 + yx00 )


= (xx0 yy 0 + xx00 yy 00 ; xy 0 + yx0 + xy 00 + yx00 )

alors 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;

(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 )) = ((x; y) (x0 ; y 0 )) ((x; y) (x00 ; y 00 ))

Comme est commutative, alors distributive par repport :


D’apés 1; 2; 3; (R2 ; ; ) est corps commutatif.

Dé…nition 5.1.1 L’ensemble R2 munit des lois des compsitions internes


et par, 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
(x; y) (x0 ; y 0 ) = (xx0 yy 0 ; xy 0 + yx0 )

possède une structure de corps commutatif On le note C; et on l’appelle le


corps des nombres complexes.
On note le couple (x; y) par Z et on l’appelle nombre complexe.

Proposition 5.1.1 1- L’ensemble H = f(x; 0) ; x 2 Rg est un sous-corps


commutative de C.
2- Le corps (H; ; ) est isomorphe au corps (R; +; ).

Preuve. 1- il est facile de véri…er que H = f(x; 0) ; x 2 Rg est un sous-


corps commutative de C:
2- Soit l’application

f : R ! H
x ! (x; 0)

i) f est morphisme :8 (x; y) 2 R2

f (x + y) = (x + y; 0) .
f (x) f (y) = (x; 0) (y; 0) = (x + y; 0) :

Donc 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2

8 (x; y) 2 R2 : f (x + y) = f (x) f (y) (5.1)

75
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

8 (x; y) 2 R2

f (x y) = (x y; 0) .
f (x) f ((y)) = (x; 0) (y; 0) = (x y; 0) :

Donc
8 (x; y) 2 R2 : f (x y) = f (x) f ((y)) : (5.2)
D’aprés (5.1) et (5.1), f est morphisme.
ii) f est bijective.
f injective car :

8 (x; y) 2 R2 ; f (x) = f (y) =) (x; 0) = (y; 0) =) x = y

f surjective car :

8y 2 H; 9x 2 R : y = (x; 0) = f (x):

D’aprés i) et ii) f est un isomorphisme de R sur H, on conclut que R et H


sont isomorphe.

Remarque 5.1.1 1- cette proposition nous montre qu’un élément (x; 0) 2


C peut être identi…é par un élément x 2 R; ainsi on écrit en sous-entendant
(x; 0) = x.
2- note par i, le nombre (0; 1) 2 C, alors

i2 = (0; 1) (0; 1) = ( 1; 0) = 1

3- (x; y) 2 C; on a

(x; y) = (x; 0) (0; y) = (x; 0) [(0; 1) (y; 0)]


= x+i y

Dé…nition 5.1.2 On appelle l’ensemble des nombre complexes, noté C,


l’ensemble des nombres z de la forme :

z = x + iy avec (x; y) 2 R2 et i2 = 1:

Le nombre réel x s’appelle la partie réelle de z notée : Re (z) :


Le nombre réel y s’appelle la partie imaginaire de z noté : Im (z) :
Cette forme z = x + iy est appelé forme algébique.
Un nombre complexe est dit réel ssi Im (z) = 0:
Un nombre complexe est dit imaginaire pur ssi Re (z) = 0

76
5.2. OPÉRATIONS ALGÉBRIQUE SUR C

5.2 Opérations algébrique sur C


5.2.1 Opérations usuelles sur C
Proposition 5.2.1 Soient z = x + iy et z 0 = x0 + iy 0 ( x; y; x0 ; y 0 2 R)
alors
1) z = 0 , x = 0 et y = 0
2) z = z 0 , x = x0 et y = y 0
3) z + z 0 = (x + iy) + (x0 + iy 0 ) = (x + x0 ) + i (y + y 0 )
4) z z 0 = (x + iy) (x0 + iy 0 ) = (xx0 yy 0 ) + i (xy 0 + x0 y)
Exemple 5.2.1 1) (2 + 3i) + (4 2i) = 6 + i
2)(1 + 3i) (1 2i) = 1 2i + 3i 6i2 = 5 + i
p p p 2
3) 1 3i 1 + 3i = 1 3i = 4
2
4) (2 + 3i) = 4 + 12i 9 = 5 + 12i

5.2.2 Conjugué d’un nombre complexe


Dé…nition 5.2.1 Soit le nombre complexe z = x + iy (forme algébique).
On appelle le conjugué de z, le nombre complexe noté z tel que
z=x iy:
p p
Exemple 5.2.2 Soit 2 + 3i = 2 3i,1 3i = 1+ 3i; 3i = 3i et 4 = 4.
q
Remarque 5.2.1 z+z = 2 Re (z), z z = Im (z) ; z z = (Re (z))2 + (Im (z))2 :
Exercice 5.2.1 Mettre sous la forme algébrique les nombres complexs sui-
vantes
2 1 7i
z1 = 1+3i
1+i
; z2 = 1+3i
1+i
+ 11 5ii ; z3 = 2+5i
1 i
+ 21+i5i , z4 = 33+6i ; z = 1+i
4i 5 2 i
+ 4+3i ;
(1+i)9
z6 = (1 i)7

Solution. z1 = 1+3i
1+i
= (1+3i)(1+i)
(1+i)(1 i)
= 1 + 2i
1+3i 1 3i (1+3i)(1+i)+(1+i)(1 5i)
z2 = 1+i + 1 i = (1+i)(1 i)
= 2
2+5i 2 5i (2+5i)(1+i)+(2 5i)(1 i) 1
z3 = 1 i + 1+i = 2
= 2
2 Re ((2 + 5i) (1 + i)) =
Re ( 3 + 7i) = 3
(3+6i)(3+4i)
z4 = 3+6i
3 4i
= (3 4i)(3+4i)
= 15+30i
25
= 35 + i 65 :
1+i 2 1 7i 2i 1 7i 2 1 7i 1+7i (1+7i)(4 3i)
z5 = 2 i
+ 4+3i = 3 4i + 4+3i = 4+3i + 4+3i = 4+3i
= (4+3i)(4 3i)
=
25+25i
25
= 1 i:
9 7
1+i 7 (1+i)2 2i 7
z6 = (1+i)
(1 i)7
= 1 i
(1 + i)2 = (1 i)(1+i)
(1 + i)2 = 2
(2i) = 2:

77
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Exercice 5.2.2 Resoudre dans C; les équations suivante puis mettre les
solution sur la forme algébrique.
1) (1 + i) z 1 3i = 0
2) z + z 2 (z z)p+ 4 2i = 0:
3) z 21i = 14 + i 23 z

Solution. 1) z = 1+3i
1+i
= 1 + 2i
2) soit z = x + iy, (x; y) 2 R2

z+z 2 (z z) + 4 2i = 0 =) 2x 2 (2yi) + 4 2i = 0
2x + 4 = 0
=)
2 (2y) 2 = 0
x= 2
=) 1
y= 2

donc z = 2 21 i
p p
3) z = 8 6 3 + i 12 4 3

Proposition 5.2.2 Soit z1 ; z2 deux nombres complexes. Alors :

z1 + z2 = z1 + z2
z1 z2 = z1 z2
z1 z1
= avec z2 6= 0:
z2 z2
zn = z n ; 8n 2 N:

Preuve. soit z1 = x1 + iy1 , z2 = x2 + iy2 (forme algébrique) deux nombres


complexes
1) z1 + z2 = z1 + z2

z1 + z2 = (x1 + x2 ) + i (y1 + y2 )
= (x1 + x2 ) i (y1 + y2 )
= x1 iy1 + x2 iy2
= z1 + z2

2) z1 z2 = z1 z2

z1 z2 = (x1 x2 y1 y2 ) + i (x1 y2 + y1 x2 )
= (x1 x2 y1 y2 ) i (x1 y2 + y1 x2 )

78
5.3. INTERPRÉTATION GÉOMÉTRIQUE

z1 z2 = (x1 iy1 ) (x2 iy2 )


= (x1 x2 y1 y2 ) i (x1 y2 + y1 x2 )

z1 z1
3) z2
= z2
avec z2 6= 0:

z1 x1 + iy1
=
z2 x2 + iy2
x1 x2 + y1 y2 x1 y2 + y1 x2
= 2 2
+i
x 2 + y2 x22 + y22
x1 x2 + y1 y2 x1 y2 + y1 x2
= 2 2
i
x2 + y2 x22 + y22

z1 x1 iy1 x2 + iy2
=
z2 x2 iy2 x2 + iy2
x1 x2 + y1 y2 x1 y2 + y1 x 2
= 2 2
i :
x2 + y2 x22 + y22

z n = z n ; 8n 2 N :( par récurrence)
pour n = 1 : z 1 = z 1
8n 2 N : posons z n = z n ; démontrons z n+1 = z n+1
on a z n+1 = z n z = z n z = z n z = z n+1 :
3 i
Exemple 5.2.3 trouver la forme algébrique de 1+i
:

3 i 3 i 3+i (3 + i) (1 + i)
= = = = 1 + 2i:
1+i 1+i 1 i 1+1

Exercice 5.2.3 Soit dans C; P (z) = 3z 3 4z 2 + 3z 15 + 17i


Calculer P (1 + i); en deduire la forme algébrique de P (1 + i)

5.3 Interprétation géométrique


Dé…nition 5.3.1 Soit z = x + iy un nombre commplexe, on peut faire
correspondre un point M (a; b) dans un plan orthonormal (O; ! u ;!
v ). On
dit que z est l’a¢ xe de M: On note M (z) :où jzj est la distance OM qui
s’appelle le module z et on a
p
jzj = OM = x2 + y 2 :

79
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

!
l’angle !
u ; OM qui s’appelle argument de z, noté arg (z) et on a
(
x
cos ( ) = jzj
arg (z) = : y (5.3)
sin ( ) = jzj :

p
Exemple 5.3.1 Soit z1 = 1 + i et z2 = 1 3i; on a
p p
jz1 j = 1+1= 2
p
jz2 j = 1 + 3 = 2:

et
( p
p1 2
cos ( 1 ) = =
arg (z1 ) : 2 p2 ) =
2 1
sin ( 1 ) = p12 = 2
4
1
cos ( 2 ) = p2
arg (z2 ) : 3 ) 1 = :
sin ( 2 ) = 2
3

Remarque 5.3.1 L’interprétation géométrique de z est le point M 0 (z) est


le symétrique du point M (z) par rapport à l’axe des abscisses.

5.4 Forme trigonométrique et exponentielle


5.4.1 Forme trigonométrique
dans un plan orthonormal (O; ! u ;!
v ) ; soit le nombre complexe z = x+iy
(forme algébrique), est l’a¢ xe de M: on à d’aprés (5.3)

x = jzj cos ( ) ; y = jzj sin ( ) :

80
5.4. FORME TRIGONOMÉTRIQUE ET EXPONENTIELLE

Dé…nition 5.4.1 On appelle forme trigonométrique d’un nombre complexe


z = x + iy, l’écriture suivante :

z = r (cos ( ) + i sin ( )) ;

avec
r = jzj et = arg (z) :

Exemple 5.4.1 1) Soit z = 1 i; on a


q p
r = jzj = 12 + ( 1)2 = 2
( p
2
cos ( ) = p12 = 2p
= arg (z) : 2
sin ( ) = p1 =
2 2

= :
4
On déduit la forme algébrique de z,
p
z= 2 cos + i sin :
4 4
p
2) Soit z = 3 cos 3
+ i sin 3
, on a la forme algébrique de z est
p !
p 1 3
z = 3 +i
2 2
p
3 3
z = +i :
2 2

Proposition 5.4.1 Soit z un nombre complexe, on a les relations sui-


vantes :

j zj = jzj
jzj = jzj

Preuve. Soit z = x + iy;(forme


q algébrique)q
j zj = j x iyj = ( x)2 + ( y)2 = (x)2 + (y)2 = jzj
q q
jzj = jx iyj = (x)2 + ( y)2 = (x)2 + (y)2 = jzj

81
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Proposition 5.4.2 Soit z; z 0 deux nombres complexes, on a les relations


suivantes :

z z = jzj2
0
jz z j = jzj jz 0 j ;
jz n j = jzjn ; n 2 N
z jzj
= ; z 0 6= 0:
z0 0
jz j

Preuve. Soit z = x + iy; z 0 = x0 + iy 0 deux nombres complexes (forme


algébrique)
1) z z = jzj2 ;

z z = (x + iy) (x + iy)
= x2 + y 2
= jzj2 :

2) jz z 0 j = jzj jz 0 j,

jz z 0 j = (z z0) (z z0)
= (z z0) z z0
= (z z) z0 z0
= jzj jz 0 j .

3) jz n j = jzjn ; n 2 N
pour n = 1 : jz 1 j = jzj1
8n 2 N : posons jz n j = jzjn ; démontrons jz n+1 j = jzjn+1
on a jz n+1 j = jz n zj = jz n j jzj = jzjn+1 :
4) zz0 = jzjzj0 j ; z 0 6= 0;
r
z z z
=
z0 z0 z0
r
z z
=
z0 z0
jzj
= :
jz 0 j

82
5.4. FORME TRIGONOMÉTRIQUE ET EXPONENTIELLE

Proposition 5.4.3 Soit z 6= 0; z 0 6= 0 deux nombres complexes, on a les


relations suivantes :
arg (z z 0 ) = arg (z) + arg (z 0 ) ; (5.4)
z
arg 0 = arg (z) arg (z 0 ) :
z
Preuve. Soit z = cos ( ) + i sin ( ) ; z 0 = cos ( 0 ) + i sin ( 0 ) deux nombres
complexes (forme trigonométrique).
1) arg (z z 0 ) = arg (z) + arg (z 0 )
z z 0 = (cos ( ) + i sin ( )) (cos ( 0 ) + i sin ( 0 ))
= cos ( ) cos ( 0 ) sin ( ) sin ( 0 )
+i (cos ( ) sin ( 0 ) + sin ( ) cos ( 0 ))
= cos ( + 0 ) + i sin ( + 0 ) :
z
2) arg z0
= arg (z) arg (z 0 ) :
z cos ( ) + i sin ( ) cos ( 0 ) i sin ( 0 )
=
z0 cos ( 0 ) + i sin ( 0 ) cos ( 0 ) i sin ( 0 )
cos ( ) cos ( 0 ) + sin ( ) sin ( 0 )
=
cos2 ( 0 ) + sin2 ( 0 )
cos ( ) sin ( 0 ) sin ( ) cos ( 0 )
+i
cos2 ( 0 ) + sin2 ( 0 )
0 0
= cos ( ) + i sin ( )

Remarque 5.4.1 Soit z = cos ( ) + i sin ( ) un nombre complexe, alors :


1) arg (z) = arg (z)
z = cos ( ) i sin ( ) = cos ( ) + i sin ( )
2) arg ( z) = arg (z) +
z= cos ( ) i sin ( ) = cos ( + ) + i sin ( + )
1
3)arg z
= arg (z)
1
arg = arg (1) arg (z)
z
= 0 arg (z)
= arg (z)

83
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Remarque 5.4.2 1)z est le point M 0 (z) est le symétrique du point M (z)
par rapport à l’axe des abscisses.
2) z est le point M 00 (z) est le symétrique du point M (z) par rapport à
O.

p
Exercice 5.4.1 soit les nombres complexes z = 1 + i 3; z 0 = 1 i
1) Mettre sous la forme trigonométrique : z; z 0 ; z z 0 ; zz0 ; z 2
2) Mettre sous la forme algébrique z z 0
3) Déduire les valeurs exacte de cos( 12 ); sin( 12 ); tan( 12 )

Solution. 1)
p
z = 2(cos( ) + i sin( )); z 0 = 2(cos( ) i sin( ));
3 3 4 4
p z p 7 7
z z 0 = 2 2(cos( ) + i sin( )); 0 = 2(cos( ) + i sin( ));
12 12 z 12 12
2 2
z 2 = z z = 4(cos( ) + i sin( ))
3 3
2) p p
z z0 = 1 + 3 + i( 3 1):
3) p p p
3+1 3 1 3 1
cos( ) = p ; sin( ) = p ; tan( ) = p :
12 2 2 12 2 2 12 3+1

5.4.2 Formule de moivre


Proposition 5.4.4 Pour tout réel et tout entier n, on a

(cos ( ) + i sin ( ))n = cos (n ) + i sin (n ) ;

84
5.4. FORME TRIGONOMÉTRIQUE ET EXPONENTIELLE

Preuve. arg (z n ) = n arg (z) ; n 2 N


pour n = 1 : arg (z 1 ) = 1 arg (z)
8n 2 N : posons arg (z n ) = n arg (z) ; démontrons arg (z n+1 ) = (n + 1) arg (z)
on a
arg z n+1 = arg (z n z)
= arg (z n ) + arg (z) ; d’apés (5.4)
= (n + 1) arg (z) :
Donc 8n 2 N : (cos ( ) + i sin ( ))n = cos (n ) + i sin (n ) :
p
Exercice 5.4.2 soit les nombres complexes z = 23 1
2
i; z0 = 1 + i
1) Mettre sous la forme trigonométrique : z; z 0
1443
z0
2) Mettre sous la forme algébrique z 2020 ; p
2
p
Solution. 1) z = cos 6
+ i sin 6
; z0 = 2(cos(
p 4
) + i sin( 4 ))
2020 2020 1 3
2) z 2020 = cos 6
+ i sin 6
= 2
+i 2
1443 p p
z0 2 2
p
2
= cos(1443 4 ) + i sin(1443 4 ) = 2
+i 2
:

5.4.3 Developpement de cos; sin


Il su¢ t d’utiliser la formule de Moivre puisque :
(cos ( ) + i sin ( ))n = cos(n ) + i sin(n )
et développer

n
X
n
(cos ( ) + i sin ( )) = Cnk (cos ( ))n k
(i sin ( ))k
k=0

Exemple 5.4.2 Developpement de cos(2 ); sin(2 )


la formule de Moivre :
(cos ( ) + i sin ( ))2 = cos(2 ) + i sin(2 ) (5.5)
et développer

2
X
2
(cos ( ) + i sin ( )) = C2k (cos ( ))2 k
(i sin ( ))k
k=0

= (cos ( ))2 + 2 (cos ( )) (i sin ( )) + (i sin ( ))2


= (cos ( ))2 (sin ( ))2 + i2 cos ( ) sin ( ) : (5.6)

85
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

D’aprés 5.5, 5.6 àn a

cos(2 ) = (cos ( ))2 (sin ( ))2


sin(2 ) = 2 cos ( ) sin ( )

5.4.4 Forme exponentielle


Soit la fonction f dé…nie sur R dans C par f ( ) = cos ( ) + i sin ( ).
Calculons

f ( ) f ( 0 ) = (cos ( ) + i sin ( )) (cos ( 0 ) + i sin ( 0 ))


= cos ( + 0 ) + i sin ( + 0 ) = f ( + 0 ) :

On trouve f ( + 0 ) = f ( ) f ( 0 ), C’est la propriété caractéristique d’une


fonction exponentielle. En e¤et, les seules fonctions dérivable sur R qui
transforment une somme en produit sont du type f (x) = ekx ou la fonction
nulle. Ici f (0) = cos (0) = 1 alors f ne peut pas être nulle, elle est alors de
type f (x) = ekx :
Dérivons la fonction f pour déterminer k :

f0 ( ) = sin ( ) + i cos ( )
2
= i sin ( ) + i cos ( )
= i (cos ( ) + i sin ( ))
= if ( ) :
0
On trouve alors k = i car ekx = kekx : Pour ces deux raisons, on décide
de poser ei = cos ( ) + i sin ( ) :

Dé…nition 5.4.2 On appelle forme exponentielle d’un nombre complexe z


la forme :
z = rei avec r = jzj et = arg (z) :

Exemple 5.4.3 La forme exponentielle de nombre complexe z = 1 i est


p
z = 2e i 4 :
p
3
La forme exponentielle de nombre complexe z = 2
+ i 32 est
p
z= 3ei 3 :

86
5.4. FORME TRIGONOMÉTRIQUE ET EXPONENTIELLE

5.4.5 Formule de linearisation


Pour tout réel et tout entier n, on a

ein = cos (n ) + i sin (n )


e in = cos (n ) i sin (n ) :

Alors
ein + e in
ein e in
cos (n ) = ; sin (n ) = :
2 2i
1E METHODE :
En sachant que
ei + e i
ei e i
cos ( ) = ; sin ( ) = :
2 2i
On développe en utilisant le binôme de Newton et on regroupe les termes
équidistants.
Linéarisation de cos2 ( ) ; sin3 ( ) :
2
2 ei + e i
cos ( ) =
2
1 2 2
= ei + 2ei e i
+ e i
4
1 i2
= e + e i2 + 2
8i
1
= (2 cos (2 ) + 2)
4
1 1
= cos (2 ) + :
2 2

3
3 ei e i
sin ( ) =
2i
1 3 2 2 3
= ei 3 ei e i + 3ei e i
e i
8i
1 i3
= e 3ei + 3e i e i3
8i
1 ei3 e i3 ei e i
= 3
4 2i 2i
1 3
= sin (3 ) + sin ( ) :
4 4

87
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

2E METHODE :
1 X k
n
cosn ( ) = C cos ((2k n) )
2n k=0 n

1 X
n h n n i
n
sin ( ) = n ( 1)n Cnk cos cos ((2k n) ) sin sin ((2k n) )
2 k=0 2 2

5.4.6 Exponentielle complexe


Dé…nition 5.4.3 On dé…nit l’exponentielle du nombre complexe z = x+iy
par :
ez = ex eiy = ex (cos (y) + i sin (y)) :

Proposition 5.4.5 Soit z; z 0 deux nombres complexes, alors :


0 0
ez+z = ez ez ;
(ez )n = enz :

Si z est une constante complexe et t une variable réelle, on a :


d zt
e = zezt :
dt

5.5 Résolution des équations dans C


5.5.1 Racine carrée d’un nombre complexe
Dé…nition 5.5.1 Soit z; L deux nombres complexe
Le nombre z est une racine carrée de L ssi z 2 = L:

Proposition 5.5.1 Tout nombre complexe non nul possède exactement deux
racines deuxièmes distinctes et opposées l’une de l ’autre
Soit Le nombre z est une racine carrée de L:

Dé…nition 5.5.2 1) Si L = 0 donc z = 0:


2) Si L = ( 2 R) donc,
p p
si > 0; z p= ou z = p
si < 0; z = i j j ou z = i j j

3) Si L = a + ib (forme algébrique), avec b 6= 0.

88
5.5. RÉSOLUTION DES ÉQUATIONS DANS C

Soit z = x + iy; (forme algébrique) racine carrée de L

z2 = Z x2 y 2 + 2ixy
p = a + ib
,
jz 2 j = jZj x 2 + y 2 = a2 + b 2
8 2
< x y 2 = a = Re(L)
, 2xy = b = p
Im(L)
: 2
x + y 2 = a2 + b2 = jLj

4) Si L = ei (forme exponentielle).
Soit z = rei ; (forme exponentielle) racine carrée de L

z2 = L , r2 ei2 = ei
r2 =
()
2 = + 2 k; k 2 Z
p
r=
()
= 2 + k; k 2 Z

Exemple 5.5.1 On chereche les racines carrées de L = 8 + 6i:


Soit z = x + iy; (forme algébrique) racine carrée de L
8 2
< x y 2 = 8::::: (1)
2xy = 6:::::::::
p (2)
: 2
x + y 2 = 82 + 62 = 10:::::: (3)

(1) + (3) : 2x2 = 18 ) x2 = 9 ) x = 3: On remplace dans (2) :


Pour x = 3, on trouve y = 1: Donc : z1 = 3 + i
Pour x = 3, on trouve y = 1: Donc : z2 = 3 i

Exemple 5.5.2 On chereche les racines carrées de L = 4ei 12


Soit z = rei ; (forme exponentielle) racine carrée de L

z2 = L , r2 ei2 = 4ei 12
r2 = 4
()
2 = 12 + 2 k; k 2 Z
r=2
()
= 24
+ k; k 2 Z
25
i 24
() z = 2e ou z = 2ei 24 :

Exercice 5.5.1 alculer les racines carrées de nombres complexes :


p
L1 = 1, L2 = i, L3 = 1 + i, L4 = 1 + i 3 , L5 = 3 4i:

89
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Solution. 1) L1 = 1 : On cherche z = x + iy tel que z 2 = L1 . On a

z2 = 1 ) z 2 = i2
) z1 = i et z2 = i

2) L2 = i :On cherche z = x + iy tel que z 2 = L2 . On a z 2 = i; alors


8 2
< x y 2 = 0 ::: (1)
2xy = 1 ::: (2)
: 2 2
x + y = 1 ::: (3)

1 1
(1) + (3) : 2x2 = 1 ) x2 = )x= p :
2 2 p p
1 2 2 1 2
Pour x = p , on trouve p y = 1 ) y = : Donc z1 = p + i
2 2 2 p 2 2
1 2 2 1
Pour x = p , on trouve p y = 1 ) y = : Donc z2 = p
p 2 2 2 2
2
i
2
3) L3 = 1 + i :
On cherche z = x + iy tel que z 2 = L3 . On a z 2 = 1 + i; alors
8 2
< x y2 = 1 ::: (1)
2xy = 1 p ::: (2)
: 2
x + y 2 = 2 ::: (3)
p r p
2
p 2 1 + 2 1+ 2
(1) + (3) : 2x = 1 + 2 ) x = )x= :
r p 2 2
1+ 2 p p 1
Pour x = , on trouve 2 + 2 2y = 1 ) y = p p :
2 2 + 2 2
r p
1+ 2 1
Donc z1 = +p p i:
2 2 + 2 2
r p
1+ 2 p p 1
Pour x = , on trouve 2 + 2 2y = 1 ) y = p p :
2 2 + 2 2
r p
1+ 2 1
Donc z2 = p p i
2 2 + 2 2
p
4) L4 = 1 + i 3 :

90
5.5. RÉSOLUTION DES ÉQUATIONS DANS C

p
On cherche z = x + iy tel que z 2 = L4 . On a z 2 = 1 + i 3, alors
8 2
< x y 2p= 1 ::: (1)
2xy = 3 ::: (2)
: 2
x + y 2 = 2 ::: (3)
r
2 2 3 3
(1) + (3) : 2x = 3 ) x = ) x = :
2 r2
1 1
(3) (1) : 2y 2 = 1 ) x2 = ) x =
2
r r 2 r r
3 1 3 1
Comme xy > 0; alors z1 = + i; z2 = i
2 2 2 2
5) L5 = 3 4i :
On cherche z = x + iy tel que z 2 = L5 . On a z 2 = 3 4i, alors
8 2
< x y 2 = 3 ::: (1)
2xy = 4 ::: (2)
: 2
x + y 2 = 5 ::: (3)

(1) + (3) : 2x2 = 8 ) x2 = 4 ) x = 2:


Pour x = 2, on trouve 4y = 4 ) y = 1:
Donc z1 = 2 i; z2 = z1 = 2 + i:

5.5.2 Calcul algébrique des racines d’un trinôme.


Proposition 5.5.2 Soit l’équation du scond degré az 2 + bz + c = 0, où
a; b; c 2 C et a 6= 0, et soit = b2 4ac le discriminant.
On distingue quatre cas :
1) Si > 0, on a deux solutions réelles :
p p
b b+
z1 = ; z2 = :
2a 2a
2) Si = 0, on a une racine double

b
z0 = :
2a
3) Si < 0; on a deux solutions complexes
p p
b i j j b+i j j
z1 = ; z2 = :
2a 2a

91
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

4) Si = + i avec 6= 0, on a deux solutions


b b+
z1 = ; z2 = ;
2a 2a
où est la racine carrée de :

Exemple 5.5.3 Résoudre dans C l’équation : (1 + i) z 2 (3 + i) z 6+4i =


0 : On à
= [ (3 + i)]2 4 (1 + i) ( 6 + 4i) = 48 + 14i
On cherche = x + iy racine carrée de : Donc
8 2
< x y 2 = 48 ::: (1)
2xy = 14 ::: (2)
: 2
x + y 2 = 50 ::: (3)

(1) + (3) : 2x2 = 98 ) x2 = 49 ) x = 7:

Solution. On remplace dans (2) : Pour x = 7, on trouve 14y = 14 ) y = 1:


Donc 1 = 7 + i et 2 = 1 = 7 i:Alors, les solutions de l’équation
sont
3+i 7 i 2
z1 = = = 1+i
2 (1 + i) 1+i
3+i+7+i 5+i
z2 = = = 3 2i:
2 (1 + i) 1+i

Exemple 5.5.4 Résoudre dans C l’équation :


p p
z2 + i 2 z i 2 = 0:

On a
p 2 p p
= i 2 + 4i 2 = 1 + 2i 2:
Soit = + i racine carrée de
8 2 2
< =
p 1 ::: (1)
2 = 2 2 ::: (2)
: 2
+ 2 = 3 ::: (3)
p
(1) + (3) ) 2 2 = 4 ) = 2:

92
5.6. RACINES N-IÈMES D’UN NOMBRE COMPLEXE

p p
Pour = 2, on a = 1, alors : = 2 + i:
Donc, les solutions de l’équations
pp
b i+ 2 2 i
z1 = = = i
2a p 2 p
b+ i+ 2+ 2+i p
z2 = = = 2:
2a 2

5.6 Racines n-ièmes d’un nombre complexe


Dé…nition 5.6.1 Soit L un nombre complexe. z racines n-ièmes de L ssi
zn = L

Proposition 5.6.1 Soit L = rei un nombre complexe (r > 0).


p +2k
Dé…nition 5.6.2 Les racines n-ièmes de L sont : zk = n
rei n , k =
f0; 1; 2; :::; n 1g

Preuve. Soient L = rei ; z = r0 ei deux nombres complexes (forme expo-


nentielle).
z racines n-ièmes de L:
n
zn = L () (r0 ) ein = rei
(r0 )n = r
()
n = + 2 k; k 2 Z;
p
r0 = n r
()
= +2k
n
; k 2 Z:

p
Exemple 5.6.1 Soit le nombre complexe L = 3 + i.
On a L = 2ei 6 , Les racines cubiques de L sont :
p 6 +2k
2ei
3
zk = 3 , k = f0; 1; 2g :

Alors Les racines cubiques de L sont :


p p 13 p 25
z0 = 2ei 18 ; z1 = 2ei 18 ; z2 = 2ei 18 :
3 3 3

p
Exercice 5.6.1 Trouver les racines cubiques de Z = 1 3i:

93
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Solution. On écrit Z sous forme exponentielle, alors


r
p 2 p
jZj = (1)2 + 3 = 4=2
8
> 1
< cos ( ) =
= arg (z) : 2p
>
: sin ( ) = 3
2
) = + 2k = k 2 Z
3
Alors
Z = 2ei( 3 )
Donc les racines cubiques de Z sont
p 3 +2k
zk = 2ei 3 ; k = f0; 1; 2g :
3

Alors
p
2e i 9
3
z0 =
p 5
2ei 9
3
z1 =
p 11
2ei 9 :
3
z2 =

5.7 Exercices
Exercice 5.7.1 On considère les points A; B et C du plan complexe d’af-
…xes respectives :
a= 1 + 2i; b= 2 i; c= 3 + i; d = 2 i
On considère l’application f qui à tout point M d’a¢ xe z 6= b, associe le
point M 0 d’a¢ xe z0 dé…nie par :
z + 1 2i
z0 =
z+2+i
1- caculer les images de a; d; c parl’application f sous la forme algébrique.
2- soit L = f (i); mettre L sous la forme exponentielle, et (2L)2021 sous
la forme algébrique.
3- Déterminer l’ensemble E des points M d’a¢ xe z avec z 6= b tels que
jz0 1j = 1.

94
5.7. EXERCICES

Exercice 5.7.2 On considère l’application f du plan dans lui même qui,


à tout point M d’a¢ xe z, associe le point M 0 d’a¢ xe z0 telle que :z0 = z 2 .
1. Déterminer l’ensemble desppointspM du plan tels que f (M ) = M .
2. Soit A le point d’a¢ xe a = 2 i 2:
i). Exprimer a sous forme exponentielle.
ii). En déduire les a¢ xes des deux antécédents de a par f .
3- Déterminer l’ensemble des points M d’a¢ xe z tels que l’a¢ xe z0
du point M 0 soit un nombre imaginaire pur.

Exercice 5.7.3 1) Mettre sous forme trigonométrique les nombres com-


plexes suivants : p
1)z1 = 3 + 3i, z2 = 1 i 3, z3 = 43 i, z4 = 2, z5 = 1 i;
2) deduire la forme trigonométrique les nombres complexes suivants :
p 2021
z5 1+i 3 zp1
z6 = z1 :z2 ; z7 = z1
; z8 = z35 ; z9 = 1 i
; z10 = 3 2

Exercice 5.7.4 1) Mettre sous forme exponentielle de nombres complexes :


p p
6 i 2
u= et v = 1 i:
2
u 2020
2) En déduire la forme la forme algébrique de :
v
3) Calculer les racines carrées de u et les racines cubiques de v.

Exercice 5.7.5 1) Résoudre dans C l’équation suivante :

(1 + 2i) z 2 (9 + 3i) z + 10 5i = 0:

2) Soit z1 ; z2 les solution , mettre sous forme algébrique


p 1443
z1 ; z2 ; z1 :z2 ; z1 + z2 ; 2 ZZ21+3i1
p p
Exercice 5.7.6 Soit L = 3 2 + 3 2i:
1) Calculer les racines carrées de
2) En déduire les valeurs de cos et sin :
8 8
Exercice 5.7.7
p Résoudre dans C les équations suivantes :
1) z 2 3z i = 0; 2) z 2 (1 + 2i) z + i 1 = 0
3) iz 2 + (1 5i) z + 6i 2 = 0
4) z 4 + (3 6i) z 2 8 6i = 0

95
CHAPITRE 5. NOMBRES COMPLEXES

Exercice 5.7.8 Déterminer Z, sachant que

jZj = jZ 2j et arg(z) = arg(z + 3 + i):


p
1 3
Exercice 5.7.9 Soit j = +i :
2 2
1) Mettre j sous la forme exponentiel.
1
2) deduire que j = j 2 = :
j
3) Montrer que 1 + j + j 2 = 0; j 3 = 1:
1
4) Calculer :
1+j
p p p p
Exercice 5.7.10 Soit z = 2 + 3 + i 2 3
2 2
1) Calculer z puis écrire z sous forme trigonométrique.
2) En déduire le module et l’argument de z:
3) En déduire cos et sin :
12 12
Exercice 5.7.11 1) Developpement de cos(3 ); sin(3 )
2) Linéariser sin3 (x), cos4 (x), sin4 (x), cos2 (x) sin2 (x), cos2 (x) sin3 (x)

Exercice 5.7.12 Soit Z = 3 4i:


1) Calculer Z 2 :
2) Déterminer les racines quatrième de 7 24i:

96
Chapitre 6

Polynômes et Fractions
Rationnelles

Dans ce chapitre, K désigne un corps commutatif muni des opérations


usuelles (c’est-à-dire muni de l’addition + et de la multiplication x, qui
peut être
soit le corps Q des nombres rationnels,
- soit le corps R des nombres réels,
- soit le corps C des nombres complexes.

6.1 Généralités
6.1.1 Dé…nitions
Dé…nition 6.1.1 On appelle monôme toute expression de la forme ak xk ,
où ak 2 K appelé coe¢ cient du monôme, et x une variable indéterminée.
p
Exemple 6.1.1 2x3 dans K = Q, 2x5 dans K =R, (1 + 2i) x2 dans K =C,
Dé…nition 6.1.2 On appelle polynôme à coe¢ cients dans K l’expression
dé…nie par :
X
n
P (x) = ak x k = an x n + an 1 x n 1
+ ::: + a2 x2 + a1 x + a0 ; n2N
k=0

où a0 ; a1 ; :::; an sont des éléments de K appelés coe¢ cients du polynôme


P (x), et x une variable indéterminée.
On note par K [x] l’ensemble de tous les polynômes à coe¢ cients dans
K.

97
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

P2
Exemple 6.1.2 P (x) = k=0 ak xk = 5x2 + ix + 8 + 3i est polynômes à
coe¢ cients dans K = C

Dé…nition 6.1.3 .i) Si tous les coe¢ cients ak = 0, alors P (x) = 0 est
appelé le polynôme nul.
ii) On appelé polynômes constant tous polynômes de la forme P (x) =
a0 .
iii) Si an = 1, on dit que P (x) est un polynôme unitaire.

Exemple 6.1.3 Déterminer a; b; c 2 Q : le polynôme P (x) = (a 3) x2


5bx + 4 + c est un polynôme nul

Solution. 8 8
< a 3=0 < a)3
5b = 0 =) b=0
: :
4+c=0 c= 4

6.1.2 Valuation et degré d’un polynôme


Dé…nition 6.1.4 Soit P un polynôme non nul de K [x]
i) On appelle degré de P , et note par deg (P ), le plus grand entier naturel
n tel que an 6= 0:
Autrement dit,
deg (P ) = max fn 2 N; an 6= 0g :
ii) Le coefcient adeg(P ) se nomme coefcient de plus haut degré de P; et le
polynôme P est dit normalisé (ou unitaire) si adeg(P ) = 1.
iii) On appelle valuation de P , et on note val(P ), le plus petit entier
naturel n tel que an 6= 0.
Autrement dit,
val(P ) = min fn 2 N; an 6= 0g :
On note par Kn [x] l’ensemble de tous les polynômes inférieur ou égal à n
et à coe¢ cients dans K.
Kn [x] = fP 2 Kn [x] j deg (P ) ng :
p
Exemple 6.1.4 x4 +3x2 2x est un polynôme val(P ) = 1; deg(P ) = 4:
n
x + 2 est un polynôme val(P ) = 0; deg(P ) = n:
3 est un polynôme val(P ) = deg(P ) = 0:

98
6.2. OPÉRATIONS ALGÉBRIQUES SUR LES POLYNÔMES

Remarque 6.1.1 .
1) Pour tout polynôme P 2 |[X] non nul, val(P ) deg(P ):
2) Si val(P ) = deg(P ); P est monôme.
3) Un polynôme constant non nul est un polynôme de degré 0:
4) Le polynôme nul n’a pas de degré.

Dé…nition 6.1.5 (Égalité) .


Soient P = an xn + an 1 xn 1 + ::: + a2 x2 + a1 x + a0 et Q = bn xn +
bn 1 xn 1 + ::: + b2 x2 + b1 x + b0 deux polynômes à coe¢ cients dans K. On
dit que P et Q sont égaux ssi :

P = Q , ak = b k pour k = f0; 1; 2; :::; ng ;

Remarque 6.1.2 Si deux polynômes P et Q de |[X] sont égaux alors


val(P ) = val(Q) et deg(P ) = deg(Q): La réciproque est fausse car,ppar
exemple, les polynômes P (x) = 2x4 + 3x2 x et Q(x) = x4 + 4x2 2x
sont di¤érents. Ils ont pourtant même valuation (val(P ) = val(Q) = 1) et
même degré (deg(P ) = deg(Q) = 4).

6.2 Opérations algébriques sur les polynômes


6.2.1 Addition de polynômes
Dé…nition 6.2.1 .
Soient P; Q deux polynômes de dans K [x] ; On appelle somme des poly-
nômes P et Q (ou addition deP et Q) le polynôme de K [x], noté P + Q et
défni par

P +Q = (an + bn ) xn +(an 1 + bn 1 ) xn 1 +:::+(a2 + b2 ) x2 +(a1 + b1 ) x+(a0 + b0 ) :

avec P = an xn + an 1 xn 1
+ ::: + a2 x2 + a1 x + a0 et Q = bn xn + bn 1 xn 1
+
::: + b2 x2 + b1 x + b0

Exemple 6.2.1 dans R les polynômes

P (x) = x4 + 6x3 + 7x2 6x 8; Q (x) = 3x5 + 4x3 + 2x2 2x + 5


E(x) = 2x3 + 3x 1; T (x) = x2 x + 2

Alors
P (x) + Q (x) = 3x5 + x4 + 10x3 + 9x2 8x 3
3 2
E(x) + T (x) = 2x + x + 2x + 1

99
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Proposition 6.2.1 Soient P; Q; R polynômes non nul de K [x] Alors,

deg (P + Q) max (deg (P ) ; deg (Q)) ;


val (P + Q) min (val (P ) ; val (Q)) :
0 + P = P ; P + Q = Q + P ; (P + Q) + R = P + (Q + R)

6.2.2 Mutiplication d’u polynôme pa un élément de


|
Dé…nition 6.2.2 Soient P un polynôme de K [x] ; et un scalaire de |,
on défnit le polynôme noté P deK [x] par :

P = an x n + a n 1 x n 1
+ ::: + a2 x2 + a1 x + a0 :

avec P = an xn + an 1 xn 1
+ ::: + a2 x2 + a1 x + a0

La multiplication d’un polynôme de K [x] par un élément de ne défnit


pas une loi (de composition) interne sur | mais une loi (de composition)
externe sur K [x]. On l’appelle loi produit externe. Si P appartient à K [x]
alors, pour tout non nul de |,

deg( P ) = deg(P ) et val( P ) = val(P ):

Cette loi possède les propriétés suivantes.

Proposition 6.2.2 La multiplication d’un polynôme de K [x] par un élé-


ment de | vérife :
1) 8 2 |; 8P; Q 2 K [x] : (P + Q) = P + Q,
1) 8 ; 2 |; 8P 2 K [x] : ( +| ) P = P + P ,
3) 8 ; 2 |; 8P 2 K [x] : ( | )P = ( P):
4) 8P 2 K [x] : 1| P = P:

6.2.3 Mutiplication de polynômes


Dé…nition 6.2.3 Soient P; Q deux polynômes de dans K [x] ; On appelle
produit des polynômes P et Q le polynôme de K [x], noté P Q et défni par

P Q = cr xr + cr 1 xr 1
+ ::: + c2 x2 + c1 x + c0 ;

où P = an xn + an 1 xn 1 + ::: + a2 x2 + a1 x + a0 et Q P = bm x m +
bm 1 xm 1 + ::: + b2 x2 + b1 x + b0 ; avec r = n + m et ck = i+j=k ai bj
avec k = f0; 1; 2; :::; rg :

100
6.2. OPÉRATIONS ALGÉBRIQUES SUR LES POLYNÔMES

Exemple 6.2.2 Soientet

P Q = (2 1) x5 + (2 ( 1)) x4 + (2 2 + 3 1) x3
+ (3 ( 1) + 1 ( 1)) x2 + (3 2 + ( 1) ( 1)) x + ( 1) 2
= 2x5 2x4 + 7x3 4x2 + 7x 2:

Proposition 6.2.3 Soient les polynômes non nul P; Q; R 2 K [x]. Alors


1) deg (P Q) = deg (P ) + deg (Q)
2) val (P Q) = val (P ) + val (Q) :
1) P Q = Q P , (P Q) R = P ( Q R) :
3) P (Q + R) = (P Q) + (P R)
4) (Q + R) P = (Q P ) + (R P ) :

Exemple 6.2.3 Soit dans R le polynôme P (x) = x4 + 6x3 + 7x2 6x 8:

Exercice 6.2.1 Déterminner les nombres a; b; c 2 R telleque 8x 2 R :


P (x) = (x2 + 5x + 4) (ax2 + bx + c)

Solution. 8x 2 R :

P (x) = x2 + 5x + 4 ax2 + bx + c
= ax4 + bx3 + cx2 + 5ax3 + 5bx2 + 5xc + 4ax2 + 4bx + 4c
= ax4 + (b + 5a) x3 + (c + 5b + 4a) x2 + (5c + 4b) x + 4c

Par identi…cation
8
>
> a=1 8
>
>
< b + 5a = 6 < a=1
c + 5b + 4a = 7 =) b=1
>
> :
>
> 5c + 4b = 6 c= 2
:
4c = 8

Donc Donc
P (x) = x2 + 5x + 4 x2 + x 2

101
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

6.3 Division euclidienne


6.3.1 Diviseur
Dé…nition 6.3.1 Soient P; Q deux polynômes non nul de K [x] avec deg (Q)
deg (P ), on dit que Q divise P (ou Q diviseur de P ) s’il existe un polynôme
A 2 K [x] tel que P = QA. On note QjP:
On dit aussi que P est multiple de Q ou que P est divisible par Q.
Exemple 6.3.1 Soit dans R le polynôme P (x) = x4 + 6x3 + 7x2 6x 8:
d’aprés l’exercice presedent on a
P (x) = x2 + 5x + 4 x2 + x 2
Donc on dit que P (x) est multiple de x2 + 5x + 4 ou que P (x) est divisible
par x2 + 5x + 4 ou plus x2 + 5x + 4 divise P (x).
Dé…nition 6.3.2 .
Soit P un polynôme non nul de K [x] tel que deg (P ) 1: On dit que
P est un polynôme irréductible si ses seuls diviseurs sont les polynômes
constants et les polynômes qui lui sont associés, c’est-à-dire les polynômes
de la forme P , 2 K.
Dans le cas contraire, on dit que P réductible, c’est-à-dire il existe alors
des polynômes Q; A 2 K [x] tels que P = QA, avec deg (Q) 1 et deg (A)
1:
Exemple 6.3.2 .
Les polynômes de degré 1 sont toujours irréductibles.
Dans C [x] ; les polynômes irréductibles sont les polynômes de degré 1.
Dans R [x] ; les polynômes irréductibles sont les polynômes de degré 1
et les polynômes de degré 2 de discriminant négatif.
x2 + 1 = (x + i) (x i) est réductible dans C [x] mais est irréductible
dans R [x] :

6.3.2 Division euclidienne


Théorèmme 6.3.1 Soient P; Q deux polynômes non nul de K [x] avec
deg (Q) deg (P ) et Q 6= 0, alors il existe un unique polynôme A et il
existe un unique polynôme R tels que
P = AQ + R avec deg (R) < deg (A)
P est appelé le dividende, Q le diviseur, A le quotient et R le reste de la
division euclidienne de P par Q:

102
6.4. RACINES D’UN POLYNÔME

Exemple 6.3.3 La division euclidienne du polynôme


E (x) = 3x3 x2 + x + 1 par F (x) = 2x2 1
P (X) = X 4 3X 3 + 3X 2 3X + 2: par Q (X) = X 2 + 1

3x3 x2 +x +1 2x2 1
3 3 1
3x3 2
x 2
x 2
x2 + 52 x +1
+x2 + 12
5
2
x + 12

alors
3 1 5 1
E (x) = 2x2 1 x + x+ :
2 2 2 2

P (X) = Q (X) X 2 3X + 2

Exemple 6.3.4 En utilisant le shéma de Horner. E¤ectuer la division eu-


clidienne de

P (x) = x4 3x3 + 2x2 x + 2 par Q (x) = x 3:

1 3 2 1 2
3 0 3 0 6 15
1 0 2 5 17
Alors
P (x) = (x 3) x3 + 2x + 5 + 17:

6.4 Racines d’un polynôme


Dé…nition 6.4.1 Soit P un polynôme non nul de K [x] et 2 K. On dit
que est une racine (ou un zéro) de P si P ( ) = 0:

Proposition 6.4.1 Soit P un polynôme non nul de K [x] et 2 K. Alors :

est une racine de P , P divisible par (x ):

Exemple 6.4.1 Soit P 2 R [x] ; P (x) = x3 + 4x2 2x 3


On a P (1) = (1)3 + 4 (1)2 2 (1) 3 = 0; alors 1 est une racine de P:

103
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

La division euclidienne du polynôme P (x) par x 1

x3 +4x2 2x 3 X -1
-x3 +x2 x2 +5x +3
5x2 2x -3
-5x2 +5x
3x -3
-3x +3
0 0
Alors
P (x) = (x 1) 4x2 + 5x + 3

Dé…nition 6.4.2 Soit k 2 N . On dit que 2 | est une racine de multi-


plicité k de P si (x )k divise P et que (x )k+1 ne divise pas P: On
dit aussi que est une racine d’ordre k.

Remarque 6.4.1 1- Lorsque k = 1 on parle d’une racine simple, lorsque


k = 2 on parle d’une racine double, lorsque k = 3 on parle d’une racine
triple, ..etc.
2- est une racine de multiplicité k de P; alors il existe un polynome
non nul Q :
P (x) = (x )k Q(x) et deg (Q) = deg (P ) k:

Exemple 6.4.2 P (x) = (x 3)2 (x 5) (x 1)3 ;


5 racine simple, 3 racine double, 5 racine triple.

Proposition 6.4.2 Soit k 2 N ; et P un polynome non nul de K [x], 2


K:
est une racine de multiplicité k de P: alors P ( ) = P 0 ( ) = ::: =
P (k 1) ( ) = 0 et P (k) ( ) 6= 0:

Exemple 6.4.3 Soit P = x3 + x2 2 et Q = x3 + 3x2 4: Alors,


1) On a P (1) = 13 + 12 2 = 0; et P 0 (1) = 5 6= 0: alors 1 racine simple
de P:
Donc,
P (x) = (x 1) x2 + 2x + 2
2) ( 2) racine double de Q car : Q ( 2) = ( 2)3 + 3 ( 2)2 4 = 0;
Q0 ( 2) = 0; Q00 ( 2) = 6 6= 0.
Donc,
Q(x) = (x + 2)2 (x 1) :

104
6.5. FACTORISATION D’UN POLYNÔME

6.5 Factorisation d’un polynôme


Théorèmme 6.5.1 Soit P 2 K [x] un polynôme de degré n 1. Alors P
s’écrit comme un produit de polynômes irréductibles unitaires,

P = P1k1 P2k2 :::Prkr

où 2 K , r 2 N , ki 2 N et les Pi sont des polynômes irréductibles


distincts.

Théorèmme 6.5.2 (Factorisation dans C [x]) Les polynômes irréductibles


dans C [x] sont les polynômes de degré 1:
La factoristion d’un polynôme de degré n 1 s’écrit,
k1 k2 kr
P = (x 1) (x 2) ::: (x r)

où 1 ; 2 ; :::; r sont les racines distinctes de P et k1 ; k2 ; :::; kr sont leurs


multiplacité.

Exemple 6.5.1 Soit le polynôme P (x) = x4 1: Alors

P (x) = x4 4 = x2 2 x2 + 2
p p p p
= x 2 x+ 2 x i 2 x+i 2 :

Théorèmme 6.5.3 Soit P un polynôme à coe¢ cients réels admet le nombre


complexe z (Im (z) 6= 0) comme racine. Alors z est aussi racine de P avec
le même ordre de z:

Exemple 6.5.2 Soit P (x) = x2 + 2x + 2 admet 1 + i comme racine.


Alors, 1 i est une racine de P:

P (x) = x2 + 2x + 2 = (x ( 1 + i)) (x ( 1 i))


= (x + 1 i) (x + 1 + i)

Théorèmme 6.5.4 (Factorisation dans R [x]) Les polynômes irréductibles


dans R [x] sont les polynômes de degré 1 et les polynômes de degré 2 avec
< 0:
La factoristion d’un polynôme de degré n 1 s’écrit :
k1 k2 kr
P = (x 1) (x 2) ::: (x r) Qn1 1 Qn2 2 :::Qns s

où les i sont exactement les racines réelles distinctes de multiplicité ki et


Qi sont les polynômes irréductibles de degré 2:

105
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exemple 6.5.3 Soit le polynôme P (x) = x4 1: Alors

P (x) = x4 1 = x2 1 x2 + 1
= (x 1) (x + 1) x2 + 1 :

Remarque 6.5.1 On va factriser Pp(x) = ax2 + bxp+ c où a; b; c 2 R:


1) Si > 0, alors on a x1 = b 2a et x2 = b+2a ; et

P (x) = a (x x1 ) (x x2 )
b
2) Si = 0, alors on a x0 = 2a
; et

P (x) = a (x x0 )2

3) Si < 0, alors on a :
a) Dans R : pas de factorisation.
p p
b i j j b+i j j
b) Dans C, on az1 = 2a
et z2 = 2a
; et

P (x) = a (x z1 ) (x z2 )

Exemple 6.5.4 factriser dans R puis dans C

P (x) = 2x2 + 3x 5; Q (x) = x2 + 3x + 9; R (x) = 2x2 + 3x + 5:

6.6 Fractions rationnelles


Dé…nition 6.6.1 Soient P et Q deux polynômes à coe¢ cients dans K avec
Q 6= 0. On appelle fraction rationnelle F le quotient de P par Q et on note

P
F = :
Q

Dé…nition 6.6.2 (Pôle) Soit 2 K. Alors


P
1) On dit que est une racine (ou zéro) d’ordre k de F = si et
Q
seulement si est une racine d’ordre k de P et n’est pas racine de Q:
P
2) On dit que est un pôle d’ordre k de F = si et seulement si
Q
est une racine d’ordre k de Q:

106
6.7. DÉCOMPOSITION EN ÉLÉMENTS SIMPLES

(x 2)2
Exemple 6.6.1 1) , 2 racine double, i et i deux pôles simples
x2 + 1
dans C, mais n’a pas de pôles dans R.
x2 + 1
2) , i et i deux racines simples dans C, mais n’a pas de racines
(x 2)3
dans R. 2 est un pôle d’ordre 3:
P
Dé…nition 6.6.3 (Partie entière) Soient P; Q 2 K [x] et F = avec
Q
deg (P ) deg (Q) : Alors, il existe deux polynômes E et R tel que P =
EQ + R avec deg (R) < deg (Q) : Donc
R
F =E+ :
Q
E est appelée la partie entière de F:

Remarque 6.6.1 1) Pour trouver E et R, on e¤ectuons la division eucli-


dienne de P par Q.
2) Si deg (P ) < deg (Q) alors E = 0:

x3 + 1
Exemple 6.6.2 1) Soit F = : On a
x2
x3 + 1 1
F = 2
= x + 2:
x x
Ici la partie entière E = x:
x4 3
2) Soit F = 2 : On a
x +1
(x4 1) 2 (x2 1) (x2 + 1) 2
F = =
x2 + 1 x2 + 1
2
= x2 1 2
:
x +1
Ici la partie entière E = x2 1:

6.7 Décomposition en éléments simples


P
Théorèmme 6.7.1 (Dans C) Soit fraction rationnelle avec P; Q 2
Q
k1 k2 kr
C [x] ; pgcd(P; Q) = 1 et Q = (x 1 ) (x 2 ) ::: (x r ) : Alors il

107
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

existe une seule écriture


P a1 a2 ak 1
= E+ k
+ k 1
+ ::: +
Q (x 1)
1
(x 2)
1 (x 1)
b1 b2 b k2
+ k2
+ k2 1
+ ::: +
(x 2) (x 2) (x 2)
+:::
c1 c2 c kr
+ kr
+ kr 1
+ ::: + :
(x r) (x r) (x r)

Exemple 6.7.1 1)
1 1 1 1
= = :
x2 +1 (x + i) (x i) 2 (x + i) 2 (x i)
2)
x4 8x2 + 9x 7 1 2 1
2 =x+1+ 2 + + :
(x 2) (x + 3) (x 2) x 2 x+3

3)
x3 + 2x x3 + 2x
=
(x2 + 1)2 (x + i)2 (x i)2
i 1 i 1
= 2 + + 2 + :
4 (x i) 2 (x i) 4 (x + i) 2 (x + i)

P
Théorèmme 6.7.2 (Dans R) Soit fraction rationnelle avec P; Q 2
Q
k1 kr 2 n1 2 ns
R [x] ; pgcd(P; Q) = 1 et Q = (x 1 ) ::: (x r ) (x + p1 x + q1 ) :::: (x + ps x + qs )
avec i < 0 pour i = 1; ::; s: Alors il existe une seule écriture
P a1 a2 ak 1
= E+ k
+ k 1
+ ::: +
Q (x 1)
1
(x 2)
1 (x 1)
+:::
c1 c2 c kr
+ kr
+ kr 1
+ ::: +
(x r) (x r) (x r)
A1 x + B1 An1 x + Bn1
+ 2 n1 + ::: +
(x + p1 x + q1 ) (x2 + p1 x + q1 )
+:::
C1 x + D1 Cns x + Dns
+ 2 ns + ::: +
(x + ps x + qs ) (x2 + ps x + qs )

108
6.7. DÉCOMPOSITION EN ÉLÉMENTS SIMPLES

Exemple 6.7.2 Décomposer en éléments simples dans R [x] :

x4 x2 + 1
F =
x3 x2

Solution. On a deg (x4 x2 + 1) > deg (x3 x2 ). On e¤ectue la division


euclidienne, on trouve

x4 x2 + 1 = x3 x2 (x + 1) + 1

Alors
1
F =x+1+
x3 x2
On pose
1
G=
x3
x2
On a deg (G) < 0 , et 1 pôle simple et 0 pôle double.
1
G= :
x2 (x 1)

On en déduit que
1 a b c
G= = + +
x2 (x 1) x x2 x 1

avec a; b; c 2 R: Alors

1
c = =1
x2 x=1
1
b = = 1
x 1 x=0

D’autre part

lim xG = a + c = 0
x!+1
) a= c= 1

Alors
1 1 1
F =x+1 2
+ :
x x x 1

109
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

6.8 Exercices
Exercice 6.8.1 E¤ectuer la division euclidienne de P par Q pour chaque
cas suivants :
1) P (x) = x4 x3 + 3x2 + 1; Q (x) = x2 + 3x + 1
2) P (x) = 6x6 7x4 + 1; Q (x) = (x 1)2
3) P (x) = x5 + 2x2 3x 2; Q (x) = x3 + x + 1

Exercice 6.8.2 Soit le polynôme

A(x) = x4 + x3 + 2x2 + x + 1

1) Véri…er que i est une racine simple de A(x).


2) Déduire autre racine de A(x).
3) Factoriser le polynôme A(x) dans R puis dans C

Exercice 6.8.3 Soit le polynôme A (x) = x4 + 6x3 + 7x2 6x 8:


1) Calculer A ( 1) et A ( 4) ; Que concluez-vous ?:
2) Factoriser le polynôme A (x) :

Exercice 6.8.4 Déterminer les constantes a; b; c tels que :


H(x) = (x 1)2 (x + 1) divise G(x) = x5 2x4 6x3 + ax2 + bx + c

Exercice 6.8.5 Soient les polynômes P (x) = x4 x + 2 et Q(x) = x3


x2 x + 1:
1) E¤ectuer la division euclidienne de P (x) par Q(x).
2) Véri…er que 1 est une racine de Q(x). Quelle est sa multiplicité.
3) Décomposer en éléments simples la fraction rationnelle :

x4 x+2
(x 1)(x2 1)

Exercice 6.8.6 Calculons le pgcd (A; B) ; On applique l’algorithme d’Eu-


clide
1) A = X 4 1 et B = X 3 1.
2) A = X 5 + X 4 + 2X 3 + X 2 + X + 2 et B = X 4 + 2X 3 + X 2 4:

Exercice 6.8.7 Déterminer p et q dans R pour que

P = x3 + px + q soit divisible par Q = x2 + 3x 1

110
6.8. EXERCICES

Exercice 6.8.8 Factoriser dans R les polynômes

A = x4 + x2 + 1 et B = x8 + x4 + 1

Exercice 6.8.9 Décomposer en éléments simples dans R [x] :

3x4 + 5x3 + 11x2 + 5x + 3


(x2 + x + 1)2 (x 1)

Exercice 6.8.10 Décomposer en éléments simples dans R:

1
F =
(x2 1)2

Exercice 6.8.11 Soit le polynôme P (x) = x4 3x3 + 3x2 3x + 2:


1) Montrer que z1 = i est une racine de P: Sans calcul, donner une
autre racine complexe de ce polynôme.
2) E¤ectuer la division euclidienne de P (x) par Q (x) = x2 + 1:
3) Factoriser P (x) dans C puis dans R:
2x2
4) Ecrire la décomposition en facteurs irréductibles de F = dans
P (x)
C puis dans R:

Exercice 6.8.12 E¤ectuer la division euclidienne de :

x3 + (1 + i) x2 + 2ix + 5 + i par x + 1

Exercice 6.8.13 Décomposer en éléments simples la fraction rationnelle


dans R [x] :
6x3 + 3x2 5
F (x) = :
x4 1

Exercice 6.8.14 Déterminer le polynôme P de degré 4 dont 1 est racine


double et tel que 0 est racine triple de P 2.

Exercice 6.8.15 Factoriser dans R [x] les polynômes :


1) P = x4 + x2 + 4:
2) Q = x8 + x4 + 1:
3) R = x4 6x3 + 7x2 + 6x 8:

111
CHAPITRE 6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Exercice 6.8.16 1. Décomposer les fractions suivantes en éléments simples


2
sur R et C : x21 1 ; (xx +1 ; x .
1)2 x3 1
2. Décomposer les fractions suivantes en éléments simples sur R :

x2 + x + 1 2x2 x x6
; ;
(x 1) (x + 2)2 (x2 + 2)2 (x2 + 1)2
.
2
3. Soit F (X) = 2x +7x
x+2
20
. Déterminer l’équation de l’asymptote oblique
en 1, puis Étudier la position du graphe de F par rapport à cette droite.

Exercice 6.8.17 E¤ectuer la division selon les puissances croissantes de


A par B à l’ordre k (c’est-à-dire tel que le reste soit divisible par X k+1 ) :
(a) A = 1 2X + X 3 + X 4 , B = 1 + 2X + X 2 ,k = 2
(b) A = 1 + X 3 2X 4 + X 6 , B = 1 + X 2 + X 3 , k = 4

Exercice 6.8.18 Montrer que si A et B sont deux polynômes à coe¢ cients


dans Q, alors le quotient et le reste de la division euclidienne de A par B,
ainsi que pgcd(A; B), sont aussi à coe¢ cients dans Q.

Exercice 6.8.19 Déterminer tous les polynômes P tels que P + 1 soit


divisible par (X 1)4 et P 1 par (X + 1)4

Exercice 6.8.20 .Soit m et p deux entiers tels que 0 < p < m, et a un


nombre complexe. E¤ectuer la division euclidienne de xm am par xp ap .
A quelle condition le reste est-il nul ?

Exercice 6.8.21 Soit le polynôme dans C;

P (x) = x3 (4 + i)x2 + (6 + 2i)x (4 + 2i)

1) Véri…er que = 1 + i est une racine simple du polynôme P (X)


2)Trouver les autres racines de P .
p
1 3
Exercice 6.8.22 Soit P = (x + 1)7 x7 1.et = 2
+i 2
1) Mettre sous la forme exponentielle
2
2) Montrer que : 1 + =
3) Trouver deux racines réelles évidentes de P .
4) Factoriser P dansC puis R:

112
Chapitre 7

Solution

7.1 Elément de Logique mathématique


Solution d’exercice 1.5.1.
1) [non (P ) Q)] , [P et (nonQ)]

P Q P ) Q non (P ) Q) nonQ P et (nonQ) (1)


V V V F F F V
V F F V V V V
F V V F F F V
F F V F V F V

2) (P ) Q) , [(nonQ) ) (nonP )]

P Q P ) Q nonQ nonP (nonQ) ) (nonP ) (2)


V V V F F V V
V F F V F F V
F V V F V V V
F F V V V V V

Solution d’exercice 1.5.2.


1) [non (P ) Q)] , [P et (nonQ)]

[non (P ) Q)] , [non (non (P ) ou Q)]


, [P et (nonQ)]

113
CHAPITRE 7. SOLUTION

2) (P ) Q) , [(nonQ) ) (nonP )]

(P ) Q) , non (P ) ou Q
, non (nonQ) ou non (P )
, [(nonQ) ) (nonP )]

Solution d’exercice 1.5.3.


1)P () Q
Négation :

[non (P () Q)] , [non ((P ) Q) et (Q =) P ))]


, [non (P ) Q) ou non (Q =) P )]
, [(P et (nonQ)) ou (Qet (nonP ))]

2) P et ((nonQ) ou R)
Négation :

non [P et ((nonQ) ou R)] , (nonP ) ou [non ((nonQ) ou R)]


, (nonP ) ou (Q et (nonR))

3) (P et Q) ) R
Négation :

non [(P et Q) ) R] , non [non (P et Q) ou R]


, P et Q et (nonR)

4) non (P ou Q) ) R
Négation :

non [non (P ou Q) ) R] , non [(P ou Q) ou R]


, (nonP ) et (nonQ) et (nonR)

5) P , (Q ou R)
Négation :

non [P , (Q ou R)] , non [(P ) (Q ou R)) et ((Q ou R) ) P )]


, [(P et non (Q ou R)) et ((Q ou R) et (nonP ))]
, P et (nonQ et nonR) et (Q ou R) et (nonP )

114
7.1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

6) 9x 2 R; 8y 2 R : x2 + y 3 = 0
Négation : 8x 2 R; 9y 2 R : x2 + y 3 6= 0
7) 9x 2 R; 8y 2 R : x2 + y 3 < 0:
Négation : 8x 2 R; 9y 2 R : x2 + y 3 0
Solution d’exercice 1.5.4. .
1) Les assertions vraies ou fausses :
a) 9x 2 R; 8y 2 R : x + y > 0: Fausse
Car si un tel x existe, il su¢ t de prendre y = x 1 pour que x + y > 0
soit faux. En e¤et, x + ( x 1) = 1 < 0:
b) 8x 2 R; 9y 2 R : x + y > 0: Vraie
Car pour un x …xé, on choisit y = x + 1 de façon à ce que

x + ( x + 1) = 1 > 0:

c) 8x 2 R; 8y 2 R : x + y > 0: Fausse
Car si on prend x = 1 et y = 2 alors x + y = 3 < 0:
d) 9x 2 R; 8y 2 R : y 2 > x: Vraie
Il su¢ t de prendre x = 1; ainsi pour tout y 2 R; y 2 > 1:
2) La négation :
a) 8x 2 R; 9y 2 R : x + y 0:
b) 9x 2 R; 8y 2 R : x + y 0:
c) 9x 2 R; 9y 2 R : x + y 0:
d) 8x 2 R; 9y 2 R : y 2 x:
Solution d’exercice 1.5.5. p
Montrons dans un premier temps que « x + y 2 = 1 =) (x = 1 et
y = 0) » en utilisant un raisonnement par l’absurde. Supposons d’une part
que p
x+y 2=1 (7.1)
et d’autre part que x 6= 1 ou y 6= 0. Supposons d’abord y = O. Alors, de
(7.1) il vient
p 1 x
2= (7.2)
y
Puisque x et y appartiennent à Q, il est clair que 1 y x appartient aussi à Q.
p
L’égalité (7.2) signife ainsi que 2 est égal à un nombrep rationnel, ce qui
est absurde puisqu’il a été démontré plus haut que 2 2 = Q. L’hypothèse
y = 0 est donc fausse, ce qui signife que y est nul. Supposer x 6= 1 (avec
y = 0) est bien évidemment en contradiction
p avec (7.1), ce qui termine la
démonstration de l’implication « x + y 2 = 1 =) (x = 1 et y = 0) » .

115
CHAPITRE 7. SOLUTION

p
Sa réciproque, l’implication « (x = 1 et y = 0) =) x + y 2 = 1 » est
immédiate. L’équivalence est donc démontrée.
Solution d’exercice 1.5.6.
On suppose qu’ils existent a; b 2 R+ tel que :
a b
= et a 6= b:
1+b 1+a
Alors

a (1 + a) = b (1 + b) ) a2 + a = b2 + b
) a2 b 2 = b a
) (a b) (a + b) = (a b)
) a + b = 1:

Nous obtenons une contradiction car a; b 2 R+ :


Conclusion : 8a; b 2 R+ :
a b
= alors a = b:
1+b 1+a

Solution d’exercice 1.5.7. .


1) La contraposée :
On va montrer que :

8n 2 N : n est impair ) n2 est impair.

En e¤et,

n est impair ) n = 2k + 1 avec k 2 N


) n2 = (2k + 1)2
) n2 = 4k 2 + 4k + 1
) n2 = 2 2k 2 + 2k + 1
) n2 = 2k 0 + 1 avec k 0 = 2k 2 + 2k 2 N
) n2 est impair.

Conclusion :
8n 2 N : n2 est pair alors n est pair.
2) L’absurde :

116
7.1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

On suppose : 9n 2 N tel que

n2 est pair et n est impair.

Si n est impair, On a

n2 n = (2k + 1)2 (2k + 1) avec k 2 N


= 4k 2 + 2k = 2 2k 2 + k :

Donc n2 n est pair mais la di¤érence d’un nombre pair (n2 ) avec un
nombre impair (n) est toujours impair. On arrive à une contradiction.
Conclusion :

8n 2 N : n2 est pair alors n est pair.

Solution d’exercice 1.5.8.


On utilise le raisonnement par la contraposée.

n est impair ) n2 1 est divisible par 8:

Alors, on a

n est impair ) n = 2k + 1 avec k 2 N


) n2 1 = 4k 2 + 4k
) n2 1 = 4k (k + 1) :

On a k (k + 1) est un nombre pair. Donc, k (k + 1) = 2k 0 avec k 0 2 N: Alors

n2 1 = 8k 0 :

Par conséquent (n2 1) est divisible par 8:


Conclusion : (n2 1) n’est pas divisible par 8 alors n est pair.
Solution d’exercice 1.5.9.
On a
a2 = 1 b2 a2 1
a2 + b2 = 1 ) )
b2 = 1 a2 b2 1
a2 1 1 a 1
) )
b2 1 1 b 1
) 2 a+b 2 ) ja + bj 2:

117
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 1.5.10.


On montre par la contraposée que

n n’est pas un multiple de 3 ) n2 n’est pas un multiple de 3:

Alors, on a
n = 3k + 1
n n’est pas un multiple de 3 ) 9k 2 N : ou
n = 3k + 2
n2 = (3k + 1)2
) 9k 2 N : ou
n2 = (3k + 2)2
n2 = 9k 2 + 6k + 1
) 9k 2 N : ou
n2 = 9k 2 + 12k + 4
n2 = 3 (3k 2 + 2k) + 1
) 9k 2 N : ou
n2 = 3 (3k 2 + 4k + 1) + 1

Par conséquent : n2 n’est pas un multiple de 3:


Conclusion : 8n 2 N;

n2 est un multiple de 3 ) n est un multiple de 3


p p
Maintenant, on déduire que 3 2 = Q: On suppose que 3 2 Q: Alors,
p p
9p; q 2 Z : 3 = avec pgcd (p; q) = 1
q
2
p
) 3 = 2 ) p2 = 3q 2
q
2
) p est un multiple de 3
) p est un multiple de 3
) 9k 2 N : p = 3k
) 9k 2 N : 9k 2 = 3q 2 ) q 2 = 3k 2
) q est un multiple de 3:

Contradictionpcar pgcd(p; q) = 1:
Conclusion : 3 est irrationel.
Solution d’exercice 1.5.11. .
1) On a :8x 2 R+ :

1 x2 2x + 1 (x 1)2
x+ 2= = 0:
x x x

118
7.1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

1
Alors : 8x 2 R+ : x + 2:
x
2) Soient a; b; c 2 R+ : Alors

1 1 1 a a b b c c
(a + b + c) + + = 1+ + + +1+ + + +1
a b c b c a c a b
a b a c b c
= 3+ + + + + +
b a c a c b
0 1 0 1 0 1
a 1 a 1 Bb 1 C
= 3+@ + aA+@ + aA+@ + A
b c c b
b c c
3 + 2 + 2 + 2 9:

Solution d’exercice 1.5.12. .


1) On montre par récurrence que P (n) : 8n 2 N; xn > 3
On a P (0) : x0 = 4 > 3: Alors P (0) est vraie.
On suppose que P (n) est vraie et on démontre que P (n + 1) est vraie.
Alors,
2x2 3 2x2 3xn 9
xn+1 3 = n 3= n
xn + 2 xn + 2
On a xn > 3, donc xn + 2 > 0 et 2x2n 3xn 9 = (2xn + 3) (xn 3) > 0:
Alors : xn+1 3 > 0: Donc P (n + 1) est vraie.
Comme P (0) et P (n + 1) sont vraie alors : 8n 2 N; xn > 3:
2) On montre que : 8n 2 N; 2 (xn+1 3) 3 (xn 3) > 0:
On a
2x2n3xn 9
2 (xn+1 3) 3 (xn 3) = 2 3 (xn 3)
xn + 2
(2xn + 3) (xn 3)
= 2 3 (xn 3)
xn + 2
4xn + 6
= (xn 3) 3
xn + 2
xn
= (xn 3) > 0 car xn > 3:
xn + 2
3
Donc : 8n 2 N; xn+1 3> (xn 3) :
2 n
3
3) On montre par récurrence P (n) : 8n 2 N; xn + 3:
2

119
CHAPITRE 7. SOLUTION

0
3
On a P (0) : x0 + 3. Alors P (0) est vraie.
2
On suppose que P (n) est vraie et on démontre que P (n + 1) est vraie.
D’après la question précédente,
n
3 3 3
xn+1 3 > (xn 3)
2 2 2
n+1
3
xn+1 3
2
n+1
3
xn+1 +3
2

Donc P (n + 1) est vraie.


n
3
Comme P (0) et P (n + 1) sont vraies alors : 8n 2 N; xn + 3:
2

Solution d’exercice
P 1.5.13.
1) 8n 2 N : : nk=0 k = 0 + 1 + 2 + ::: + n = n(n+1)
2
:
Pn 0(0+1)
Pour n = 0; k=0 k = 0 et 2 = 0: P (0) est vraie.
Supposons P (n) vraie au rang n: On a donc
Pn n(n+1)
k=0 k = 2
: Alors

X
n+1 X
n
k = 0 + 1 + 2 + ::: + n + (n + 1) = k + (n + 1)
k=0 k=0
n (n + 1) n (n + 1) + 2 (n + 1)
= + (n + 1) =
2 2
(n + 1) (n + 2)
= :
2
Donc P (n + 1) est vraie.
Conclusion : Par le principe de récurrence, pour tout n 2 N on a :
X
n
n (n + 1)
k = 0 + 1 + 2 + ::: + n = :
k=0
2
P
2) 8n 2 N : : nk=0 2
Pnk = 3
3) 8n 2 N : : k=0 k =
Solution d’exercice 1.5.14.
1) Pour tout n 5; on a P (n) : 2n2 > (n + 1)2

120
7.1. ELÉMENT DE LOGIQUE MATHÉMATIQUE

On a P (5) : 2 (5)2 > (5 + 1)2 . Alors P (5) est vraie.


On suppose que P (n) est vraie et on démontre que P (n + 1) est vraie.
On a

2 (n + 1)2 = 2n2 + 4n + 2
(n + 1)2 + 4n + 2
n2 + 6n + 3
(n + 2)2 + 2n 1

On a 8n 5 : 2n 1 > 0: Donc,

2 (n + 1)2 (n + 2)2 :

Alors, P (n + 1) est vraie.


Comme P (5) et P (n + 1) sont vraies, alors : 8n 5 : 2n2 > (n + 1)2 :
2) Pour tout n 2 N ; on a
X
n
1 n
P (n) : =
k=1
4k 2 1 2n + 1

1 1
On a P (1) : 2 = : Donc P (1) est vraie.
4 (1) 1 2 (1) + 1
On suppose que P (n) est vraie et on démontre que P (n + 1) est vraie.

X
n+1
1 1 1 1 1 1
= + + + ::: + 2 +
k=1
4k 2 1 3 15 35 4n 1 4 (n + 1)2 1
Xn
1 1
= 2
+
k=1
4k 1 (2n + 1) (2n + 3)
n 1 2n2 + 3n + 1
= + =
2n + 1 (2n + 1) (2n + 3) (2n + 1) (2n + 3)
(2n + 1) (n + 1) n+1
= = :
(2n + 1) (2n + 3) 2n + 3
Alors, P (n + 1) est vraie.
Comme P (1) et P (n + 1) sont vraies, alors
1 1 1 1 n
8n 2 N : + + + ::: + 2 =
3 15 35 4n 1 2n + 1

121
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 1.5.16. On montre par la contraposée

8x; y 2 R : (x + 1) (y 1) = (x 1) (y + 1) ) x = y

On a

(x + 1) (y 1) = (x 1) (y + 1) ) xy x + y 1 = xy + x y 1
) x+y =x y
) 2x = 2y
) x = y:

Alors
8x; y 2 R : x 6= y ) (x + 1) (y 1) 6= (x 1) (y + 1)

7.2 Ensembles et Relations Binaires


Solution d’exercice 2.3.1.
1) A \ B = f3g
A[B =E
A n B = f1; 2g
B n A = f4g
E n B = f1; 2g
E n A = f4g
BnE =?
B A = f1; 2; 4g
E A=EnA
? A=A
E ?=E
CE A = B
CE B = A
CE (A \ B) = (CE A [ CE B) = f1; 2; 4g
CE (A [ B) = (CE A \ CE B) = f3g
2)

A B = f1; 2; 3g f3; 4g = f(1; 3) ; (1; 4) ; (2; 3) ; (2; 4) ; (3; 3) ; (3; 4)g :

(CE A) B = f4g f3; 4g = f(4; 3) ; (4; 4)g :


A (CE B) = f1; 2; 3g f1; 2g = f(1; 1) ; (1; 2) ; (2; 1) ; (2; 2) ; (3; 1) ; (3; 2)g :

122
7.2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

(CE A) (CE B) = f4g f1; 2g = f(4; 1) ; (4; 2)g :

E 2 n (A B) = f(1; 1) ; (1; 2) ; (2; 1) ; (2; 2) ; (3; 1) ; (3; 2)


(4; 1) ; (4; 2) ; (4; 3) ; (4; 4)g :

Solution d’exercice 2.3.2.


1)
[A [ (A \ B)] \ B () A \ B car (A \ B) A
2)

(A \ B) [ (A \ CE (B)) () [(A \ B) [ A] \ [(A \ B) [ CE (B))]


() A \ [(A [ CE (B)) \ (B [ CE (B))]
() A \ [(A [ CE (B)) \ E]
() A \ [(A [ CE (B))]
() A; car A (A [ CE (B)) :

3) On a (CE A \ CE B) CE A (C [ CE (A))

CE (A [ B) \ (C [ CE (A)) () (CE A \ CE B) \ (C [ CE (A))


() (CE A \ CE B)

4) On a (B \ C) B (AU B) et (B \ C) C (A [ C)

[(AU B) \ (B \ C)] [ (AU C) () (B \ C) [ (A [ C)


() (A [ C)

5) On a (B \ C) C (A [ C)

(A [ B) \ [(B \ C) [ (A [ C)] () (A [ B) \ (A [ C)
() A [ (B \ C)

Solution d’exercice 2.3.3.


On montre que :
1) A = B ) (A \ B) = (A [ B) :
posons A = B alors

(A \ B) = (A \ A) = A
(A [ B) = (A [ A) = A

123
CHAPITRE 7. SOLUTION

donc (A \ B) = (A [ B)
2) (A \ B) = (A [ B) ) A = B :
posons (A \ B) = (A [ B) alors
A (A [ B) (A \ B) B
B (A [ B) (A \ B) A

donc A = B:
D’aprés (1) et (2) :
A = B , (A \ B) = (A [ B)

Solution d’exercice 2.3.4.


1) On a
B = ((A [ B) nA) [ (A \ B)
= ((A [ B) \ CE A) [ (A \ B)
((A [ C) \ CE A) [ (A \ C)
((A [ C) nA) [ (A \ C)
C
2) On montre par la contraposée
B 6= C ) ((A \ B) 6= (A \ C) ou (A [ B) 6= (A [ C))
On a
B 6= C ) 9x : x 2 B et x 2
=C
Alors,
a) si x 2 A ) x 2 (A \ B) et x 2
= (A \ C) ) (A \ B) 6= (A \ C)
b) si x 2
= A ) x 2 (A [ B) et x 2
= (A [ C) ) (A [ B) 6= (A [ C)
Donc,
((A \ B) = (A \ C) et (A [ B) = (A [ C)) ) B = C

Solution d’exercice 2.3.5.


1) On a
A 2 (P (E) [ P (F )) ) A 2 P (E) ou A 2 P (F )
) A E ou A F
) A (E [ F )
) A 2 P (E [ F ) :

124
7.2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Alors, (P (E) [ P (F )) P (E [ F )
2) On a

A 2 (P (E) \ P (F )) , A 2 P (E) et A 2 P (F )
, A E et A F
, A (E \ F )
, A 2 P (E \ F )

Alors, (P (E) \ P (F )) = P (E \ F )
Solution d’exercice 2.3.6. .
1) (A [ B) nC = (AnC) [ (BnC) :

x 2 (A [ B) nC , x 2 (A [ B) et x 2
=C
, (x 2 A ou x 2 B) et x 2
=C
, (x 2 A et x 2
= C) ou (x 2 B et x 2
= C)
, x 2 (AnC) ou x 2 (BnC)
, x 2 (AnC) [ (BnC)

2) (A \ B) nC = (AnC) \ (BnC) : On a par dé…nition

(A \ B) nC = (A \ B) \ C c
= (A \ C c ) \ (B \ C c )
= (AnC) \ (BnC)

3) (A [ B) C = (A C) [ (B C) :

(x; y) 2 (A [ B) C , x 2 (A [ B) et y 2 C
, (x 2 A ou x 2 B) et y 2 C
, (x 2 A et y 2 C) ou (x 2 B et y 2 C)
, (x; y) 2 (A C) ou (x; y) 2 (B C)
, (x; y) 2 (A C) [ (B C)

4) (A \ B) C = (A C) \ (B C) :

(x; y) 2 (A \ B) C , x 2 (A \ B) et y 2 C
, (x 2 A et x 2 B) et y 2 C
, (x 2 A et y 2 C) et (x 2 B et y 2 C)
, (x; y) 2 (A C) et (x; y) 2 (B C)
, (x; y) 2 (A C) \ (B C)

125
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 2.3.7. a) CE (A \ B) = CE (A) [ CE (B)


x 2 CE (A \ B) () x 2 E et x 2
= (A \ B)
() x 2 E et (x 2= A ou x 2
= B)
() (x 2 E et x 2
= A) ou ( x 2 E et x 2
= B)
() CE (A) [ CE (B)
b) CE (A [ B) = CE (A) \ CE (A)
x 2 CE (A [ B) () x 2 E et x 2
= (A [ B)
() x 2 E et (x 2= A et x 2
= B)
() (x 2 E et x 2
= A) et ( x 2 E et x 2
= B)
() CE (A) \ CE (A)

Solution d’exercice 2.3.8.


1) R est une relation d’ordre :
a) R ré‡exive : 8x 2 N ; on a : xRx car
9k = 1 2 N : x = x1 :
Alors, R est ré‡exive.
b) R anti-symétrique : 8x; y 2 N ;
xRy 9k 2 N : y = xk
) 0
yRx 9k 0 2 N : x = y k
k0 0
) x = xk = xkk
) kk 0 = 1
) k = 1 et k 0 = 1
) x = y:
Alors, R est anti-symétrique.
c) R transitive : 8x; y; z 2 N ;
xRy 9k 2 N : y = xk
) 0
yRz 9k 0 2 N : z = y k
k0 0
) z = xk = xkk
00
) 9k 00 2 N : z = xk avec k 00 = kk 0
) xRz:

126
7.2. ENSEMBLES ET RELATIONS BINAIRES

Alors, R est transitive.


D’aprés (a) ; (b) et (c), R est une relation d’ordre.
R est une relation d’ordre partiel car
9x = 2; 9y = 5 : 2R5
/ et 5R2
/
2) Les majorants de A :
Soit M 2 N , M est un majorant de A alors,
8x 2 A : xRM
) 9k 2 N : M = xk
Donc,
9k 2 N : M = 2k
et 0
0
9k 0 2 N : M = 4k = (2)2k
Alors, l’ensemble de majorants est
n 0
o
A+ = (2)2k n k 0 2 N
A+ = f4; 16; :::g :
D’aprés l’ensemble de majorants A+ , on a
sup (A) = min A+ = 4:

Solution d’exercice 2.3.9.


1) Montrons que R est une relation d’équivalence :
a) R est ré‡exive : 8 (x; y) 2 Z2 ;
x y=x y ) (x; y) R (x; y) :
b) R est symétrique : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 Z2 ;
x y = x0 y 0 ) x0 y 0 = x y
) (x0 ; y 0 ) R (x; y) :
c) R est transitive : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 Z2 ;
(x; y) R (x0 ; y 0 ) x y = x0 y 0
)
(x0 ; y 0 ) R (x00 ; y 00 ) x0 y 0 = x00 y 00
) x y = x00 y 00
) (x; y) R (x00 ; y 00 ) :

127
CHAPITRE 7. SOLUTION

D’aprés (a) ; (b) et (c) R est une relation d’équivalence.


2) Classe d’équivalence :

cl ((0; 0)) = (x; y) 2 Z2 : (x; y) R (0; 0)


= (x; y) 2 Z2 : x y = 0
= (x; y) 2 Z2 : x = 0 ou y = 0
= f(x; 0) ; (0; y) = x; y 2 Zg :

D’autre part,

cl ((1; 1)) = (x; y) 2 Z2 : (x; y) R (1; 1)


= (x; y) 2 Z2 : x y = 1
= f(1; 1) ; ( 1; 1)g :

1) Cette relation est bien une relation d’équivalence :


–Pour tout a 2 Z; a a = 0:n est un multiple de n donc a a (mod n).
–Pour a; b 2 Z tels que a b (mod n) alors (a b) est un multiple de n,
autrement dit il existe k 2 Z tel que a b = kn;
et donc b a = ( k) n et ainsi b a (mod n).
–Si
a b (mod n) 9k 2 Z telque a b = kn
=)
b c (mod n) 9k 0 2 Z telque b c = k 0 n
=) 9k 00 = k + k 0 2 Z telque a c = k 00 n
=) a c (mod n)

2) classe d’équivalence de 0; 1 et 6:

cl(0) = fa 2 Z; a 0 (mod n)g


= fa 2 Z; (a 0) est un multiple de ng
= fa 2 Z; 9k 2 Z telque a 0 = kng
= fa 2 Z; a 0 = kn / k 2 Zg

cl(1) = fa 2 Z; a 1 (mod n)g


= fa 2 Z; (a 1) est un multiple de ng
= fa 2 Z; 9k 2 Z telque a 1 = kng
= fa 2 Z; a 0 = kn + 1 / k 2 Zg

128
7.3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

cl(n) = cl(0)
3) l’ensemble des classes d’équivalence
Z= (mod n) = fcl(0); cl(1); ::::::; cl(n 1)g :

7.3 Fonctions et Applications


Solution d’exercice 3.3.1.
1) Soit f : E ! F une bijection.
1 1 1
- La propriété de bijectivité de l’application f et la propriété (f )
sont immédiates.
- Montrons que f 1 f = IdE .
Soient x 2 E et y son image par f . On a :
1 1 1
f f (x) = f (f (x)) = f (y) = x

On a ainsi vérifé que (f 1 f ) (x) = x pour tout x 2 E, donc que f 1


f=
IdE .
- Montrons que f f 1 = IdF .
Soient y 2 F et x son image par f 1 . On a :
1 1
f f (y) = f f (y) = (f ) (x) = y

On a ainsi vérifé que (f f 1 ) (y) = y pour tout y 2 f , donc que f f 1


=
IdF .
Solution d’exercice 3.3.2.
Soient E; F; G trois ensembles, f : E ! F et g : F ! G.
1)a)Démontrons Si gof est injective alors f est injective.
considérons x et x0 deux éléments de E tels que

f (x) = f (x0 ):

.Appliquons g (application)à cette égalité :

g (f (x)) = g (f (x0 )) :

Puisque gof est injective On en déduit

x = x0

2)b)Démontrons Si gof est surjective alors g est surjective, Soit z 2 G.

129
CHAPITRE 7. SOLUTION

Puisque gof est surjective, il existe (au moins) un élément x 2 E tel


que
z = (gof ) (x)
Il existe donc (au moins) un élément y 2 F tel que g(y) = z. Il suft de
prendre y = f (x).
2) Démontrons la proposition (3.2.3)Soit f : E ! F une application.
Supposons qu’il existe une application g : F ! E telle que g f = IdE
et f g = IdF :
Rappelons que l’application identité est bijective. Elle est donc à la fois
surjective et injective.
De g f = IdE on déduit que g f est injective (car idE est injective)
et donc que f est injective (d’aprés 1)a))
De f g = IdF on déduit que f g est surjective (car IdF est surjective)
et donc que f est surjective (d’aprés 1)b)).
L’application f est donc à la fois injective et surjective. Elle est donc
bijective.
Montrons que g est nécessairement son application réciproque.
Comme f est bijective. On a d’aprés exercice (3.3.1)
1 1
f f = IdF ; f f = IdE :
1
En composant à droite l’égalité g f = IdE par f , qui existe car f est
bijective, on obtient
1 1 1
(g f ) f = IdE f =f :

Or, la composition étant associative,


1 1
(g f ) f =g f f = g IdF = g:

La démonstration dans le cas où f g = IdF s’e¤ectue en composant cette


fois-ci à gauche par f 1 .
Solution d’exercice 3.3.3.
1) L’image directe de A par f :

f (A) = y 2 R j y = x2 et x 2 [ 5; 2[ :
f (A) = [0; 25]

car pour x 2 [ 5; 0] on a:

5 x 0 ) 0 x2 25
) x2 2 [0; 25] :

130
7.3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

Pour x 2 [0; 2[ :

0 x < 4 ) 0 x2 < 4
) x2 2 [0; 4[ :

Alors
f (A) = [0; 25] [ [0; 4[ = [0; 25] :

f (B) = y 2 R j y = x2 et x 2 ] 6; 1[ [ [0; 3] = [0; 36[


f (C) = y 2 R j y = x2 et x 2 ] 5; 4[ [ [2; 3] = [4; 9] [ ]16; 25[
2) L’image réciproque de A par f :
1
f (E) = x 2 R j y = x2 et y 2 [ 5; 4] [ 2; 2] :

On a toujours 0 x2 et x2 2 [ 5; 4], alors

0 x2 4) 2 x 2:

Solution d’exercice 3.3.4.


1) Soit A B, on a

y 2 f (A) ) 9x 2 A : y = f (x)
) 9x 2 B : y = f (x)
) y 2 f (B) :

Alors f (A) f (B) :


2) On montre :
a) f (A) [ f (B) f (A [ B) : D’aprés (1), on a

A (A [ B) f (A) f (A [ B)
)
B (A [ B) f (B) f (A [ B)

Donc f (A) [ f (B) f (A [ B)


b) f (A [ B) f (A) [ f (B) : On a

y 2 f (A [ B) ) 9x 2 (A [ B) : y = f (x)
) x 2 A ou x 2 B : y = f (x)
Si x 2 A ) y 2 f (A) f (A) [ f (B)
)
Si x 2 B ) y 2 f (B) f (A) [ f (B)

131
CHAPITRE 7. SOLUTION

Donc f (A [ B) f (A) [ f (B) :


Alors
f (A [ B) = f (A) [ f (B)

Solution d’exercice 3.3.5. a) f (A \ B) f (A)\f (B) : D’aprés (3.3.4),


on a :
(A \ B) A f (A \ B) f (A)
)
(A \ B) B f (A \ B) f (B)
) f (A \ B) f (A) \ f (B) :
b) f (A) \ f (B) f (A \ B) : On a
y 2 f (A) \ f (B) ) y 2 f (A) et y 2 f (B)
) 9x 2 A : y = f (x) et 9x0 2 B : y = f (x0 )
) f (x) = f (x0 ) ) x = x0 car f injective.
Alors,
9x 2 (A \ B) : y = f (x)
) y 2 f (A \ B)
) f (A) \ f (B) f (A \ B) :

Solution d’exercice 3.3.6. .


1) Soit A B; on a
1 1
x 2 f (A) ) f (x) 2 A ) f (x) 2 B ) x 2 f (B) :
Alors, f 1 (A) f 1 (B) :
2) a) f 1 (A) [ f 1 (B) f 1
(A [ B) : D’aprés (1), on a :
1 1
A (A [ B) f (A) f (A [ B)
) 1 1
B (A [ B) f (B) f (A [ B)
1 1 1
) f (A) [ f (B) f (A [ B)
1 1 1
b) f (A [ B) f (A) [ f (B) : On a
1
x 2 f (A [ B) ) f (x) 2 (A [ B)
) f (x) 2 A ou f (x) 2 B
) x 2 f 1 (A) ou x 2 f 1 (B)
) x 2 f 1 (A) [ f 1 (B) :

132
7.3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

1 1 1
Alors, f (A [ B) f (A) [ f (B) :
Donc
1 1 1
f (A [ B) = f (A) [ f (B)
1 1 1
3) a) f (A \ B) f (A) \ f (B) : D’aprés (1), on a
1 1
(A \ B) A f (A \ B) f (A)
) 1 1
(A \ B) B f (A \ B) f (B)
1 1 1
) f (A \ B) f (A) \ f (B) :
1 1 1
b) f (A) \ f (B) f (A \ B) : On a
1 1
x 2 f (A) \ f (B) ) x 2 f 1 (A) et x 2 f 1 (B)
) f (x) 2 A et f (x) 2 B
) f (x) 2 (A \ B)
) x 2 f 1 (A \ B) :

Alors, f 1 (A) \ f 1 (B) f 1 (A \ B) :


Solution d’exercice 3.3.7.
On a
f est bijective , 8y 2 R+ ; 9!x 2 R : y = f (x) :
Alors,
ex + 2
x
) e2x + 2ex y = 0
y=
e
x
On pose X = e ; on a une équation du second degré

X 2 + 2X y = 0;

le discriminant = 4 + 4y > 0, alors les racines sont :


p p
X1 = 1 1 + y et X2 = 1 + 1 + y:

Mais X > 0, alors


p p
ex = 1+ 1 + y ) x = ln 1+ 1+y :

L’équation y = f (x) admet une solution unique. La fonction f est bijective


et la fonction réciproque f 1 : R+ ! R dé…nie par :

1
p
f (x) = ln 1+ 1+x :

133
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 3.3.8.


1) f n’est pas injective car

1 1
f (2) = f mais 2 6=
2 2

f n’est pas surjective car y = 2 n’a pas un antécédent x; en e¤et


2x
2 = ) 2x2 2x + 2 = 0
1 + x2
) x2 x + 1 = 0;

cette équation n’amet pas des solutions dans R car = 3 < 0:


2) Montrons que f (R) = [ 1; 1] : On a

f (R) = fy = f (x) j x 2 Rg :

Donc,
2x
y= 2
) yx2 2x + y = 0;
1+x
on a deux cas :
a) Pour y = 0, on a
2x = 0 ) x = 0:
b) Pour y 6= 0, cette éqution a des solutions si et seulement si
= 4 4y 2 0: Alors

1 y2 0 ) y2 1 ) 1 y 1
) y 2 [ 1; 1] :

Ainsi,
f (R) = [ 1; 1] :
3) Montrons que g est bijective :

8y 2 [ 1; 1] , 9!x 2 [ 1; 1] : y = g (x) :

Alors, on a
2x
y= ) yx2 2x + y = 0;
1 + x2
on a deux cas :

134
7.3. FONCTIONS ET APPLICATIONS

a0 ) Pour y = 0, on a

2x = 0 ) x = 0:

b0 ) Pour y 6= 0, alors on a une équation de second degré, on a trouvé


= 4 4y 2 0:
I) Si y 2 ] 1; 0[ [ ]0; 1[, on a > 0. Donc il y a deux solutions :
p p
1 1 y2 1 + 1 y2
x1 = et x2 = ;
y y
mais x2 < 1 pour y 2 ] 1; 0[ et x2 > 1 pour y 2 ]0; 1[ : En e¤et
- Pour y 2 ] 1; 0[ :
1
1<y<0) < 1
y
p
Comme 1 + 1 y 2 > 1, alors
p
1 + 1 y2 p
x2 = < 1+ 1 y2 < 1
y
- Pour y 2 ]0; 1[ :
1
0<y<1)1<
y
p
Comme 1 + 1 y 2 > 1, alors
p
p 1+ 1 y2
1<1+ 1 y2 < = x2 :
y
Donc la seule solution est x1 : En e¤et
p
1 1 y2 y
x1 = = p :
y 1+ 1 y2
On a p 1
1+ 1 y2 > 1 ) 0 < p < 1:
1+ 1 y2
- Pour y 2 ] 1; 0[ :
1 y
1 < y < 0 ) 1< p < p <0
1+ 1 y2 1+ 1 y2
) 1 < x1 < 0

135
CHAPITRE 7. SOLUTION

- Pour y 2 ]0; 1[ :
y 1
0 < y < 1 ) 0< p < p <1
1+ 1 y2 1+ 1 y2
) 0 < x1 < 1:

II) Si y = 1, alors = 0. Donc, on a

x = 1 pour y = 1
x = 1 pour y = 1:

Dans tous les cas, on a prouvé que pour tout y 2 [ 1; 1], l’équation y = g (x)
admet une unique solution x avec x 2 [ 1; 1] : Alors g est bijective.
Solution d’exercice 3.3.9.
1) Montrons que g est injective : 8y1 ; y2 2 F;

g (y1 ) = g (y2 )
) 9x1 ; x2 2 E : g (f (x1 )) = g (f (x2 )) , car f est surjective
) (g f ) (x1 ) = (g f ) (x2 ) ) h (x1 ) = h (x2 )
) x1 = x2 , car h est injective.
) f (x1 ) = f (x2 ) ) y1 = y2 :

Alors, g est injective.


2) Montrons que f est surjective : 8y 2 F;

g (y) 2 G ) 9x 2 E : h (x) = g (y) , car h est surjective


) 9x 2 E : h (x) = g (f (x)) = g (y)
) 9x 2 E : f (x) = y, car g est injective.

Alors, f est surjective.


Solution d’exercice 3.3.10.
1) Soit A 2 P (E) ;

x 2 A ) f (x) 2 f (A)
) x 2 f 1 (f (A)) :

Alors, A f 1 (f (A)) :
2) Soit B 2 P (F ) ;
1
y 2 f f (B) ) 9x 2 f 1 (B) : y = f (x)
) f (x) 2 B ) y 2 B:

136
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

Alors, f (f 1 (B)) B:
Solution d’exercice 3.3.11.
1) On a

f (; [ ;) = f (;) + f (;) ) f (;) = 2f (;)


) f (;) = 0:

2) Soit A; B 2 P (R) :
On sait que A [ B = A [ (BnA), on a A \ (BnA) = ;, alors

f (A [ B) = f (A [ (BnA))
= f (A) + f (BnA) : (7.3)

D’autre part, on a B = (BnA) [ (A \ B), alors

f (B) = f (BnA) + f (A \ B)
) f (BnA) = f (B) f (A \ B) :

On remplace dans (7.3), on trouve

f (A [ B) = f (A) + f (B) f (A \ B) :

7.4 Structure algébrèque


Solutiond’exercice 4.6.1.
Soit (E; >) un ensemble structuré, et soit e l’èlèment neutre de >:
supposons qu’il existe e0 autre élément neutre de >:
Comme e èlèment neutre on a

8x 2 E : x>e = e>x = x:

prendre x = e0 ; On obtient :

e0 >e = e>e0 = e0

Comme e0 èlèment neutre on a

8x 2 E : x>e0 = e0 >x = x:

137
CHAPITRE 7. SOLUTION

prendre x = e; On obtient :

e0 >e = e>e0 = e

En regroupant les résultats, on en déduit, par transitivité, que e = e0 .


Solution d’exercice 4.6.2.
1- Soit x 2 E, x symétrisable pour la loi >.
Supposons que x possède deux symétriques x0 et x00 pour la loi >. On a
donc
x>x0 = x0 >x = e:
x>x00 = x00 >x = e:
La loi > étant associative alors,

x00 > (x>x0 ) = (x00 >x) >x0 = e>x = x0

x00 > (x>x0 ) = x00 >e = x00


L’associativité de la loi > nous assure l’égalité, donc x0 = x00
2)- soient x et y, deux éléments de E, sont symétrisables pour la loi >.
Puisque > est associative

(y 0 >x0 ) > (x>y) = y 0 > (x0 >x) >y = y 0 >y = e;


(x>y) > (y 0 >x0 ) = x> (y>y 0 ) >x0 = x>x0 = e:

Donc x>y est symétrisable son symétrique est donné par

(x>y)0 = y 0 >x0 :

Solutiond’exercice 4.6.3.
1- Soient a; a0 deux éléments absorbants distincts de E donc :

8x 2 E : x>a = a>x = a (7.4)

8x 2 E : x>a0 = a0 >x = a0 (7.5)


remplaçons x par a0 dans (7.4) et x par a dans (7.5) on a :

a0 >a = a>a0 = a; a>a0 = a0 >a = a0

alors a = a0 ce qui est absurde.


2- Soit e l’element neutre, il est évident que a 6= e,

138
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

on suppose que a symétrisable donc

9a0 2 E : a>a0 = a0 >a = e:

Comme a est absorbant on a

a>a0 = a0 >a = a:

alors a = e ce qui est absurde.


Solution d’exercice 4.6.4.
soit le groupe (G; >) ; avecelement neutre e
1) Montrons l’intersection des sous-groupes est un sous-groupe
Soient (H1 ; >) et (H2 ; >) deux sous-groupes de (G; >)
- e 2 H1 et e 2 H2 ) e 2 H1 \ H2 ;
- 8x; y 2 H1 \ H2 : On a

x; y 2 H1 et x; y 2 H2

comme (H1 ; >) et (H2 ; >) sous-groupes (x0 l’élément symetrique de x) alors :

x>y 2 H1 et x>y 2 H2

Donc
x>y 2 H1 \ H2
- 8x 2 H1 \ H2 : On a
x 2 H1 et x 2 H2
comme (H1 ; >) et (H2 ; >) sous-groupes (x0 l’élément symetrique de x) alors :

x0 2 H1 et x0 2 H2

Donc
x 0 2 H1 \ H2 :
Donc H1 \ H2 est un sous groupes de (G; >) :
2) Montrons que la réunion de sous-groupes n’est pas nécessairement
un sous-groupe.
soient deux sous-groupes de (Z; +) dé…nis par :

H1 = 2Z = f2n / n 2 Zg
H2 = 3Z = f2n / n 2 Zg

On a 2 2 H1 alors 2 2 H1 [ H2 et 3 2 H alors 2 2 H1 [ H2 mais 2 + 3 =


52
= H1 [ H2 :

139
CHAPITRE 7. SOLUTION

Donc H1 [ H2 n’est pas un sous-groupe de (Z; +) :


Solution d’exercice 4.6.5.
Soit f un homomorphisme de groupes de (G; ) dans (G0 ; >) et soit e
l’élément neutre de G,
1) Montrons que f (e) l’élément neutre de G0 :
On a e l’élément neutre de dans G; alors

8x 2 G : x e = e x = x:

Comme f un homomorphisme

f (x) >f (e) = f (x e) = f (x)


8x 2 G : :
f (e) >f (x) = f (e x) = f (x)

Donc
8x 2 G : f (x) >f (e) = f (e) >f (x) = f (x) :
2) Montrons que (f (x0 )) est l’élément symétrique de f (x) :
Soit x0 2 G0 l’élément symetrique de x 2 G par ; alors

x x0 = x0 x = e:

Comme f un homomorphisme

f (x) >f (x0 ) = f (x x0 ) = f (e)


:
f (x0 ) >f (x) = f (x0 x) = f (e)

Donc
f (x) >f (x0 ) = f (x0 ) >f (x) = f (e) :

Solution d’exercice 4.6.6.


Soit (G; >) groupe d’élément neutre e; et H G
1) suposons que (H; >) est un sous-groupe de (G; >) ; alors
i) H admet un élément neutre, donc H 6= ?
ii) Soient x; y 2 H, comme H muni de la restriction de > est un groupe
alors y 0 existe dans H et comme H est stable par rapport à > on déduit
que x>y 0 2 H:
2) Inversement, soit H un sous ensemble de G tel que

H 6= ?:
8x; y 2 H : x>y 0 2 H:

Montrons que H muni de la restriction de > est un groupe.

140
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

i) Comme H 6= ? alors il existe a 2 H et d’après la deuxième hypothèse

e = a>a0 2 H

ce qui montre que la restriction de > admet un élément neutre e dans H.


ii) Soit x 2 H, comme e 2 H alors d’après la deuxième hypothèse on
aura
x0 = e>x0 2 H:
Ce qui montre que tout élément x 2 H est inversible dans H par rapport
à la restriction de > à H.
iii) La restriction de > à H est une loi de composition interne, car pour
tous x et y dans H, d’après ii) on a

y 0 2 H;

et en utilisant la deuxième hypothèse on déduit que


0
x>y = x> (y 0 ) 2 H:

iv) La restriction de > à H est associative, car > est associative dans G.
Solution d’exercice 4.6.7.
i) R est Re‡exive, car : 8x 2 G; comme G0 est un sous groupe de G,
alors x ? x 1 = e 2 G0, donc

8x 2 G; xRx:

ii) R est Symétrique, car : 8x; y 2 G,


1
xRy () x?y 2 G0
1 1
() x?y 2 G0
1
() y ? x 2 G0
() yRx:

iii) R est Transitive, car : 8x; y; z 2 G,

(xRy) et (yRz) () x ? y 1 2 G0 et y ? z 1 2 G0
=) x ? y 1 ? y ? z 1 2 G0 car (G0; ?)un sous groupe,
=) x ? y 1 ? y ? z 1 2 G0 car ? est associative,
=) (x ? e) ? z 1 2 G0
=) x ? z 1 2 G0
=) xRz

141
CHAPITRE 7. SOLUTION

De i), ii) et iii) on déduit que R est une relation d’équivalence.


Solution d’exercice 4.6.8. 1) Montrons que (A; T ) est un groupe abélien :
a) T commutative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) T (x0 ; y 0 ) = (x + x0 ; y + y 0 )
= (x0 + x; y 0 + y)
= (x0 ; y 0 ) T (x; y) :

Donc T est commutative.


b) T associative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;

((x; y) T (x0 ; y 0 )) T (x00 ; y 00 )


= (x0 + x; y 0 + y) T (x00 ; y 00 )
= (x0 + x + x00 ; y 0 + y + y 00 ) :

D’autre part,

(x; y) T ((x0 ; y 0 ) T (x00 ; y 00 ))


= (x; y) T (x0 + x00 ; y 0 + y 00 )
= (x0 + x + x00 ; y 0 + y + y 00 )

Alors T est associative.


c) L’élément neutre pour T : 9 (a; b) 2 R2 ; 8 (x; y) 2 R2 ;

(a; b) T (x; y) = (x; y)


(a + x; b + y) = (x; y)

Donc,
a+x=x a=0
)
b+y =y b=0
Alors (0; 0) est l’élément neutre de R2 par T:
d) L’élément symétrique pour T : 8 (x; y) 2 R2 ; 9 (x; y) 2 R2 ;

(x; y) T (x; y) = (0; 0)


(x + x; y + y) = (0; 0)

Donc,
x+x=0 x= x
)
y+y =0 y= y

142
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

Alors ( x; y) est l’élément symétrique de R2 par T: Donc (R2 ; T ) est un


groupe abélien.
2) Montrons que est commutative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) 2 R2 ;

(x; y) (x0 ; y 0 ) = (x0 x; xy 0 + x0 y)


= (xx0 ; x0 y + xy 0 )
= (x0 ; y 0 ) (x; y) :

Donc est commutative.


3) Montrons que est associative : 8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;

((x; y) (x0 ; y 0 )) (x00 ; y 00 )


= (x0 x; xy 0 + x0 y) (x00 ; y 00 )
= (x0 xx00 ; x0 xy 00 + xy 0 x00 + x0 yx00 )
= (x0 xx00 ; xx0 y 00 + xx00 y 0 + x0 x00 y) :

D’autre part,

(x; y) ((x0 ; y 0 ) (x00 ; y 00 ))


= (x; y) (x0 x00 ; x0 y 00 + x00 y 0 )
= (xx0 x00 ; xx0 y 00 + xx00 y 0 + x0 x00 y) :

Donc est associative.


4) L’élément neutre pour : 9 (a0 ; b0 ) 2 R2 ; 8 (x; y) 2 R2 ;

(a0 ; b0 ) (x; y) = (x; y)


(a0 x; a0 y + xb0 ) = (x; y) :

Alors,
a0 x = x a0 = 1
)
a0 y + xb0 = y b0 = 0:
Donc (1; 0) est l’élément neutre de R2 par :
5) Montrons que (R2 ; T; ) est Anneau commutatif :
Il nous reste de véri…er que distributive par repport T: Alors
8 (x; y) ; (x0 ; y 0 ) ; (x00 ; y 00 ) 2 R2 ;

(x; y) ((x0 ; y 0 ) T (x00 ; y 00 ))


= (x; y) (x0 + x00 ; y 0 + y 00 )
= (xx0 + xx00 ; xy 0 + xy 00 + x0 y + x00 y) :

143
CHAPITRE 7. SOLUTION

D’autre part,

((x; y) (x0 ; y 0 )) T ((x; y) (x00 ; y 00 ))


= (x0 x; xy 0 + x0 y) T (xx00 ; xy 00 + x00 y)
= (x0 x + xx00 ; xy 0 + x0 y + xy 00 + x00 y) :

Donc distributive par repport T: Alors (R2 ; T; ) est Anneau commutatif.

Solution d’exercice 4.6.9.


1) commutative : 8x; y 2 Rn f1g ;

x y = x+y xy
= y+x yx = y x

2) associative : 8x; y; z 2 Rn f1g ;

(x y) z = (x + y xy) z
= x + y xy + z xz yz + zxy
= x + y + z xy xz yz + zxy

D’autre part,

x (y z) = x (y + z yz)
= x+y+z yz xy xz + xyz
= x+y+z xy xz yz + zxy

Alors, est associative.


3) L’élément neutre : 9e 2 Rn f1g ; 8x 2 Rn f1g ;

x e = x
) x + e xe = x
) e (1 x) = 0
) e=0

Donc, e = 0 est l’élément neutre de Rn f1g par :


4) L’élément symétrique : 8x 2 Rn f1g ; 9x 2 Rn f1g ;

x x = 0
) x + x xx = 0
x
) x=
1 x

144
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

Donc x = 1 x x l’élément symétrique.


Alors, (Rn f1g ; ) est un groupe abélien.
Solution d’exercice 4.6.10.
1) loi de composition interne :
On a x y est dé…ni pour tous x; y 2 ] 1; 1[ car 1 + xy > 0:
On montrons que x y 2 ] 1; 1[, en e¤et

x+y
1 x y = 1
1 + xy
1 + xy x y (1 x) (1 y)
= = >0
1 + xy 1 + xy
) x y<1

D’autre part

x+y
1+x y = 1+
1 + xy
1 + xy + x + y
=
1 + xy
(1 + x) (1 + y)
= >0
1 + xy
) 1<x y

Donc est une loi de composition interne.


2) commutative : 8x; y 2 G;

x+y
x y =
1 + xy
y+x
= =y x
1 + yx

Donc est commutative.


3) associtive : 8x; y; z 2 G;

(x y) + z
(x y) z =
1 + (x y) z
x+y
1+xy
+z x + y + z + xyz
= x+y =
1 + 1+xy z 1 + xy + xz + yz

145
CHAPITRE 7. SOLUTION

De plus,

x + (y z)
x (y z) =
1 + x (y z)
y+z
x + 1+yz x + y + z + xyz
= y+z =
1 + x 1+yz 1 + xy + xz + yz

Donc est associative.


3) L’élément neutre : 9e 2 G; 8x 2 G;

x e = x
x+e
) =x
1 + xe
) x + e = x + x2 e
) e 1 x2 = 0
) e=0

Alors, e = 0 est l’élément neutre de G:


4) L’élément symétrique : 8x 2 G; 9x 2 G;

x x = 0
x+x
) =0
1 + xx
) x= x

Alors x = x est l’élément symétrique de G:


Donc (G; ) est un groupe abélien.
Solution d’exercice 4.6.11.
On a 8x; y 2 G;

(x y) (x y) = e
) x (y x) y = e
) x x (y x) y = x e
) (y x) y = x
) (y x) y y = x y
) y x=x y

Alors, est commutative.


Solution d’exercice 4.6.12.

146
7.4. STRUCTURE ALGÉBRÈQUE

p p
f estpbijective carppour tout a + b 2 il existe un unique a b 2 tel que
f a + b 2 = a b 2:
p p
Soit a + b 2, a0 + b0 2 2 A;
p p p
f a + b 2 + a0 + b0 2 = f (a + a0 ) + (b + b0 ) 2
p
= (a + a0 ) (b + b0 ) 2
p p
= a + a0 b 2 b 0 2
p p
= a b 2 + a0 b 0 2
p p
= f a + b 2 + f a0 + b 0 2 :

D’autre part,
p p p
f a+b 2 a0 + b 0 2 = f (aa0 + 2bb0 ) + (ab0 + ba0 ) 2
p
= (aa0 + 2bb0 ) (ab0 + ba0 ) 2
p p
= aa0 + 2bb0 ab0 2 ba0 2
p p p
= a a0 b 0 2 b 2 a0 b 0 2
p p
= a b 2 a0 b 0 2
p p
= f a+b 2 f a0 + b 0 2 :

Donc, f est un automorphisme de A vers A:


Solution d’exercice 4.6.13.
On sait que (R; +; ) est un anneau et comme A R: Donc, il su¢ t
montrer que (A; +; ) est un sous-anneau de (R; +; ) : En e¤et,
1) On a 0 2 A car 0 = 0 2 p .
2) 8x; y 2 A, on a
p
9 (n; p) 2 Z N : x = n2
q
9 (m; q) 2 Z N : y = m2

Soit r p et r q, alors

x y = n2 p m2 q
= n2r p
m2r q
2 r

= s2 r

avec s = n2r p
m2r q
2 Z, alors x y 2 A:

147
CHAPITRE 7. SOLUTION

3) On a 1 2 A car 1 = 1 2 0:
4) 8x; y 2 A, on a
x y = n2 p m2 q

(p+q)
= nm2
Comme nm 2 Z et p + q 2 Z, alors x y 2 A: Ainsi (A; +; ) est un sous-
anneau de (R; +; ), donc un anneau. Pour que A soit un corps il faut que
1
tout élément x 2 An f0g admet un élément symétrique x = 2 An f0g :
x
0 1
Remarquons que 7 = 7 2 2 A mais 2 = A: En e¤et, supposons qu’il
7
existe (n; p) 2 Z N tels que
1 p
= n2 ) 2p = 7n
7
1
ce que implique que 7 divise 2p , ce n’est pas possible. Donc 2 = A: D’où A
7
n’est pas un corps.
Solution d’exercice 4.6.14.
On sait que (R; +; ) est un corps et comme B R: Donc, il su¢ t
montrer que (B; +; ) est un sous-corps
p de (R; +; ) : En e¤et,
1) On a 0 2 B car 0 = 0 + 0 2
2) 8x; y 2 B;
p
9 (p; q) 2 Q2 : x = p + q 2
p
9 (r; s) 2 Q2 : y = r + s 2
Alors,
p p
x y = p+q 2 r s 2
p
= (p r) + (q s) 2
p
= p0 + q 0 2
avec p0 = p r et q 0 = q s, donc 0 0 2
p (p ; q ) 2 Q . Alors, x y 2 B:
3) On a 1 2 B car 1 = 1 + 0 2:
4) 8x; y 2 B;
p p
x y = p+q 2 r+s 2
p p
= pr + ps 2 + rq 2 + 2qs
p
= (pr + 2qs) + (ps + rq) 2
p
= p00 + q 00 2

148
7.5. NOMBRES COMPLEXES

avec p00 = pr + 2qs et q 00 = ps + rq, donc (p00 ; q 00 ) 2 Q2 . Alors,

x y 2 B:

5) 8x 2 Bn f0g,
p
1 1 p q 2
= p = 2
x p+q 2 p 2q 2
p q p
= 2 + 2
p 2q 2 p2 2q 2
p
= r 0 + s0 2

p q
avec r0 = et s0 = , donc (r0 ; s0 ) 2 Q2 : Alors,
p2 2q 2 p2 2q 2

1
2 Bn f0g :
x

Ainsi, (B; +; ) est un sous-coprs de (R; +; ) et donc un corps.

7.5 Nombres Complexes


Solution d’exercice 5.7.1.
1) les images de a; d; c sont respectivement a0 ; d0 ; c0 :

a + 1 2i 1 + 2i + 1 2i
a0 = = =0
a+2+i 1 + 2i + 2 + i
d + 1 2i 2 i + 1 2i 3 3
d0 = = = i
d+2+i 2 i+2+i 4 4
c + 1 2i 3 + i + 1 2i 4 3
c0 = = = i :
c+2+i 3+i+2+i 5 5

2) Mettrons L sous la forme exponentielle, et L2021 sous la forme algébrique.

i + 1 2i
L = f (i) = = 2i = 2ei( 2 ) :
i+2+i
20221
(2L)2021 = ei( 2 ) = ei( 2 ) = i:

149
CHAPITRE 7. SOLUTION

3) Déterminer l’ensemble E des points M :


z + 1 2i
jz0 1j = 1 () 1 =1
z+2+i
1 3i
() =1
z+2+i
() jz + 2 + ij = j 1 3ij
p
() jz bj = 10
p
() BM = 10
p
l’ensemble E des points M; est un cercle de centre B et rayon 10
Solution d’exercice 5.7.2.
1. L’ensemble des points M du plan tels que
f (M ) = M () z = z 2 () z = 0 ou z = 1;
alors = f(0; 0) ; (1; 1)g.
2.i) forme exponentielle de a,
p p
a= 2 i 2 = 2ei( 4 )

soit z = rei( ) ; (r > 0) antécédent de a par f .alors


z2 = a () r2 ei(2 ) = 2ei( 4 )
( p
r= 2
() +2k
= 4 2 ; k 2 Z:
p p 7
les des deux antécédents de a par f sont, z1 = 2ei( 8 ) ; z2 = 2ei( 8 )
3) l’ensemble ; z0 soit un nombre imaginaire pur, soit z = x+iy (forme
algébrique)alors
z 2 imaginaire pur () x2 y 2 = 0
() y = x ou y = x:
l’ensemble st l’union de deux droites d’équations y = x ou y = x
Solution d’exercice 5.7.3.
1) z1 = 3 + 3i : On a
p p p
jz1 j = 32 + 32 = 18 = 3 2
( p
cos ( 1 ) = 3p3 2 = 22
1 = arg (z1 ) :
p
sin ( 1 ) = 3p3 2 = 22

1 = + 2k = k 2 Z
4

150
7.5. NOMBRES COMPLEXES

p
Donc z1 = 3 2 cos + i sin :
p 4 4
z2 = 1 i 3 : On a
r
p 2 p
jz2 j = ( 1)2 + 3 = 4=2
1
cos ( 2 ) = 2
p
2 = arg (z2 ) : 3
sin ( 2 ) = 2
4
2 = + 2k = k 2 Z
3
4 4
Donc z2 = 2 cos 3
+ i sin 3
4
z3 = i : On a
3
s
2
4 4
jz3 j = 02 + =
3 3
cos ( 3 ) = 0
3 = arg (z3 ) :
sin ( 3 ) = 1
3 = + 2k = k 2 Z
2
4
Donc z3 = cos 2
+ i sin 2
3
z4 = 2 : On a

jz4 j = j 2j = 2
cos ( 4 ) = 1
4 = arg (z4 ) :
sin ( 4 ) = 0
4 = + 2k = k 2 Z

Donc z4 = 2 (cos ( ) + i sin ( ))


z5 = 1 + i : On a
q p
jz5 j = 12 + ( 1)2 = 2
( p
cos ( 5 ) = p1 = 2
2 2 p
5 = arg (z5 ) : 2
sin ( 5 ) = p1 =
2 2

5 = + 2k = k 2 Z:
4
p
Donc z5 = 2 cos 4
+ i sin 4

151
CHAPITRE 7. SOLUTION

2) deduire la forme trigonométrique les nombres complexes suivants :


p 19 19
z6 = z1 :z2 = 6 2 cos + i sin
12 12

z5 1
z7 = = cos + i sin
z1 3 2 2
5
4
z8 = z35 = cos + i sin
3 2 2
p
1+i 3 z2 p 13 13
z9 = = = 2 cos + i sin
1 i z5 12 12

2021
z1 2021 2021
z10 = p = cos + i sin
3 2 4 4
= cos + i sin
4 4

Solution d’exercice 5.7.4.


1) On a !
p p p
6 i 2 p 3 1
u= = 2 i
2 2 2
Alors v
p ! u p !2
3 1 u 3 1
2
mod i == t + =1
2 2 2 2

et
p ! p
3 1 3
cos ( 1 ) =
1 = arg i : 2
1
2 2 sin ( 1 ) = 2

1 = + 2k = k 2 Z:
6
Donc p p i6
u= 2 cos sin = 2e
6 6
D’autre part
v=1 i

152
7.5. NOMBRES COMPLEXES

Donc
q p
mod (v) = 12 + ( 1)2 = 2
( p
p1 2
cos ( 2 ) = 2
= 2p
2 = arg (v) : 2
sin ( 2 ) = p1 =
2 2

) 2 = + 2k = k 2 Z:
4
Alors p
v= 2e 4

u 2020
2) Forme algébrique de :
v
u 2020 2020 505
= ei 12 = ei 3
v
504
= ei( 3 + 3 ) = ei( 3 +168 )
= ei 3 = cos + i sin
p 3 3
1 3
= +i :::: (1pt)
2 2
2) Racines carrées de u et les racines cubiques de v :
p p p p
6 i 2 6 2
u= = i
2 2 2
Les racines carrées de u sont z = x + iy tq :
8 p
>
< x2 y 2 =p 26 ::: (1)
2
2xy = ::::: (2)
: x2 + y 2 =2p2::: (3)
>

p p p p pp p
6+2 2
(1) + (3) : 2x2 = 26 + 2 ) x2 = 6+2 2
4
)x= 2
On remplacep dans (2) :
p p p
6+2 2 2
Pour x = 2
)y= pp p :
6+2 2

pp p p pp p p
6+2 2 2 6+2 2 2
z1 = i pp p ; z2 = z1 = +i pp p
2 6+2 2 2 6+2 2

153
CHAPITRE 7. SOLUTION

Les racines cubiques v sont :


3 3 3 3 7
v0 = 2 2 e 12 ; v1 = 2 2 e 12 ; v2 = 2 2 e 12 :

Solution d’exercice 5.7.5.


1) Les solutions :
(1 + 2i) z 2 (9 + 3i) z + 10 5i = 0
On a :
= 8 6i
Les racines de :

1 =1 3i; 2 = 1 = 1 + 3i
Les solutions sont :
8 + 6i 10
z1 = :; z2 = :
2 (1 + 2i) 2 (1 + 2i)
2) Forme algébrique :(1 + 2i) z 2 (9 + 3i) z + 10 5i = 0
8 + 6i 10
z1 = = 2 i; z2 = = 1 2i
2 (1 + 2i) 2 (1 + 2i)
10 5i 9 + 3i
z1 :z2 = ; z1 + z2 =
1 + 2i 1 + 2i
p 1443 1443 1443
Z1 1 2 i 1 1 i
2 = =
Z2 + 3i 1 2i + 3i 1+i
1443 1443 3
= ei( 4 ) = ei( 4 ) = ei( 4 )
= 1 i

Solution d’exercice 5.7.6.


1) On cherche z = x + iy tel que z 2 = L. Alors
p p !
2 2
z2 = 6 + i
2 2

Donc 8 2 p
< x y2 =
p 3 2 ::: (1)
2xy = 3 2 ::: (2)
: 2 2
x +y =6 ::: (3)

154
7.5. NOMBRES COMPLEXES

p ! p p p
2 2 + 2 p 2 + 2
(1) + (3) : 2x2 = 6 + 1 ) x2 = 3 )x=+ 6 :
2 2 2
p p p p
p 2+ 2 p 2+ 2 p
Pour x = 6 , on trouve 6 y = 3 2 ) y =
p 2 2
3
p p :
2+ 2 p p p
p 2+ 2 3
Donc z1 = 6 +p p i:
2 2 + 2 p
p p
p 2+ 2 3
Donc z2 = z1 = 6 p p i:
2 2+ 2
D’autre part
p
zk = 6ei( 8 +k ) , k 2 f0; 1g
Donc
p p
z0 = 6ei 8 = 6 cos + i sin
8 8
p p
z1 = 6ei( 8 + )= 6 cos i sin :
8 8
Comme cos 8
> 0 et sin > 0, alors
8
p p p
2+ 2 2
cos + i sin = + p p i
8 8 2 2 2+ 2
Donc
p p
2+ 2
cos =
8 2
p
2
sin = p p :
8 2 2+ 2

Solution d’
pexercice 5.7.7.
1) z 2 3z i = 0 :
p 2
= 3 4 ( i) = 3 + 4i

On cherche = x + iy racine carrée de : Donc


8 2
< x y2 = 3 ::: (1)
2xy = 4 ::: (2)
: 2
x + y2 = 5 ::: (3)

155
CHAPITRE 7. SOLUTION

(1) + (3) : 2x2 = 8 ) x2 = 4 ) x = 2:


Pour x = 2, on trouve 4y = 4 ) y = 1:
Donc 1 = 2 + i et 2 = 1 = 2 i:
Les solutions de l’équation sont
p p
3 2 i 3+2+i
z1 = ; z2 = :
2 2
2) z 2 (1 + 2i) z + i 1=0:

= [ (1 + 2i)]2 4 (i 1) = 1

Les solutions de l’équation sont

1 + 2i 1 1 + 2i + 1
z1 = = i; z2 = = 1 + i:
2 2
3) iz 2 + (1 5i) z + 6i 2=0:

= (1 5i)2 4i (6i 2) = 2i

On a

= 2i = 1 2i 1
= 1 2i + i2 = (1 i)2

Alors, les solutions de l’équation sont

1 + 5i 1 + i 2 + 6i
z1 = =
2i 2i
1 + 3i
= =3+i
i
1 + 5i + 1 i 4i
z2 = = =2
2i 2i
4) z 4 + (3 6i) z 2 8 6i = 0
On pose Z = z 2 : Alors l’équation devienne

Z 2 + (3 6i) Z 8 6i = 0

Donc
= (3 6i)2 4( 8 6i) = 5 12i

156
7.5. NOMBRES COMPLEXES

On cherche = x + iy racine carrée de : Donc


8 2
< x y 2 = 5 ::: (1)
2xy = 12 ::: (2)
: 2
x + y 2 = 13 ::: (3)

(1) + (3) : 2x2 = 18 ) x2 = 9 ) x = 3:


Pour x = 3, on trouve 6y = 12 ) y = 2:
Donc 1 = 3 2i et 2 = 1 = 3 + 2i:
Alors, les solutions de l’équation sont
3 + 6i 3 + 2i
Z1 = = 3 + 4i
2
3 + 6i + 3 2i
Z2 = = 2i
2
On cherche z = x + iy,
8 2
< x y 2 = 3 ::: (1)
z2 = 3 + 4i =) 2xy = 4 ::: (2)
: 2
x + y2 = 5 ::: (3)

(1) + (3) : 2x2 = 2 ) x2 = 1 ) x = 1:


Pour x = 2, on trouve 2y = 4 ) y = 2:
Donc
z1 = 2 + i; z2 = 2 i
D’autre part
Z1 = 3 + 4i = 4 + 4i + i2 = (2 + i)2
Donc z 2 = 3 + 4i a deux solutions

z1 = 2 + i; z2 = 2 i

De plus
Z2 = 2i = 1 + 2i + i2 = (1 + i)2
Donc z 2 = 2i a deux solutions

z3 = 1 + i; z4 = 1 i:

Solution d’exercice 5.7.8.

157
CHAPITRE 7. SOLUTION

On sait que
jZj = jZ 2j =) ZZ = (Z 2) Z 2
=) Z + Z = 2
=) Z = x + iy et x = 1:

arg(z) = arg(z + 3 + i) =) arg(Z) = arg(4 + i (1 + y))


=) 9 2 R : Z = (4 + i (1 + y))
=) x + iy = (4 + i (1 + y))
x= 4
=)
y = (1 + y))
1
= 4
=) 1
y= 3

Donc Z = 1 + i 13
p
1 3 2
Solution d’exercice 5.7.9. 1) j = +i = ei 3
2 2
1
j:j = jjj2 ; alors j =
j
p !2 p
2 1 3 1 3 3
j = +i = i
2 2 4 2 4
p
1 3
= i
2 2
2)
1
j 3 = j 2j = j = 1
j

1 + j + j2 = 1 + j + j
p p
1 3 1 3
= 1+ +i + i
2 2 2 2
= 0:
4) On a
1
1 + j + j2 = 0 ) 1 + j = j2 =
j
p
1 1 3
) = j= i :
1+j 2 2

158
7.5. NOMBRES COMPLEXES

Solution d’exercice 5.7.10.


1) On a
q q 2
2
p p p
z = 2+ 3+i 2 3 = 2 3 + 2i

Alors
r
p 2 p
z2 = 2 3 + 22 = 16 = 4:
p p
2 cos ( ) = 2 4 3 = 3
= arg z : 2 ) = + 2k = k 2 Z:
sin ( ) = 24 = 12 6

Donc la forme trigonométrique de z 2 est

z 2 = cos + i sin :
6 6
2) On a
z 2 = jzj2 = 4 ) jzj = 2
D’autre part

arg z 2 = 2 arg (z) = + 2k


6
) arg (z) = + k , k 2 f0; 1g :
12
3) On a

z = 2 cos + i sin
12 12
ou
z = 2 cos + + i sin +
12 12
Comme Re (z) > 0 et Im (z) > 0, alors
q q
p p
z = 2 cos + i sin = 2+ 3+i 2 3
12 12
Donc p p p p
2+ 3 2 3
cos = ; sin = :
12 2 12 2

159
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 5.7.11.


1) Developpement de cos(3 ); sin(3 )
la formule de Moivre :

(cos ( ) + i sin ( ))3 = cos(3 ) + i sin(3 ) (7.6)

utilisant le binôme de newton on a

3
X
3
(cos ( ) + i sin ( )) = C2k (cos ( ))3 k
(i sin ( ))k
k=0

= (cos ( ))3 + 3 (cos ( ))2 (i sin ( )) + 3 (cos ( )) (i sin ( ))2 + (i sin (


= (cos ( ))3 3 (cos ( )) (sin ( ))2 +
i 3 (cos ( ))2 (sin ( )) (sin ( ))3 :

D’aprés 7.6, 7.7 àn a

cos(3 ) = (cos ( ))3 3 (cos ( )) (sin ( ))2


sin(3 ) = 3 (cos ( ))2 (sin ( )) (sin ( ))3

3
eix e ix
sin3 (x) =
2i
1 3ix
= e 3eix + 3e ix e 3ix
8i
1 e3ix e 3ix eix e ix
= 3
4 2i 2i
1
= (sin (3x) 3 sin (x)) :
4

4
4 eix + e ix
cos (x) =
2
1 4ix
= e + 4e2ix + 6 + 4e 2ix + e 4ix
16
1 e4ix + e 4ix e2ix + e 2ix
= +4 +3
8 2 2
1
= (cos (4x) + 4 cos (2x) + 3) :
8

160
7.5. NOMBRES COMPLEXES

4
eix e ix
sin4 (x) =
2i
1 4ix
= e 4e2ix + 6 4e 2ix + e 4ix
16
1 e4ix + e 4ix e2ix + e 2ix
= 4 +3
8 2 2
1
= (cos (4x) 4 cos (2x) + 3) :
8

2 2
2 2 eix + e ix eix e ix
cos (x) sin (x) =
2 2i
1 ix 2 2
= e + e ix eix e ix
16
1 2
= eix + e ix eix e ix
16
1 2ix 2
= e e 2ix
16
1 4ix
= e + e 4ix 2
16
1 e4ix + e 4ix
= 1
8 2
1
= (cos (4x) 1)
8

2 3
2 3 eix + e ix eix e ix
cos (x) sin (x) =
2 2i
1 ix 2 2
= e + e ix eix e ix eix e ix
32i
1 4ix
= e + e 4ix 2 eix e ix
32i
1 5ix
= e + e 3ix 2eix e3ix e 5ix + 2e ix
32i
1 e5ix e 5ix e3ix e 3ix eix e ix
= 2
16 2i 2i 2i
1
= (sin (5x) sin (3x) 2 sin (x)) :
16

161
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 5.7.12. 1) On a


Z 2 = (3 4i)2 = 9 24i 16
= 7 24i
2) Déterminons z les racines quatrième de 7 24i:
On a
7 24i = (3 4i)2 = (4 4i 1)2
2
= (2 i)2 = (2 i)4
Alors
z 4 = (2 i)4 ) z 4 (2 i)4 = 0
z2 (2 i)2 z 2 + (2 i)2 = 0
2 2 2 2 2
z (2 i) z + i (1 + 2i) = 0
2 2 2 2
z (2 i) z (1 + 2i) = 0
Donc
z2 (2 i)2 = 0 ) z 2 = (2 i)2
) z1 = 2 i et z2 = 2+i
ou
z2 (1 + 2i)2 = 0 ) z 2 = (1 + 2i)2
) z3 = 1 + 2i et z4 = 1 2i:

7.6 Polynômes et Fractions Rationnelles


Solution d’exercice 6.8.1.
la division euclidienne de P par Q
1) P (x) = x4 x3 + 3x2 + 1; Q (x) = x2 + 3x + 1
x4 x3 +3x2 +1 x2 +3x +1
-x4 3x3 x2 x2 -4x +14
4x3 +2x2 +1
+4x3 +12x2 +4x
14x2 +4x +1
-14x2 -42x -14
-38x -13

162
7.6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Alors
P (x) = Q (x) x2 4x + 14 38x 13
2) P (x) = 6x6 7x4 + 1; Q (x) = (x 1)2 = x2 2x + 1
6x6 7x4 1 x2 -2x +1
-6x6 +12x 5
6x4 6x4 +12x3 +11x2 +10x +9
12x5 13x4 1
-12x5 24x4 -12x 3

11x4 -12x3 1
-11x4 +22x3 -11x 2

+10x3 -11x2 1
-10x3 +20x2 -10x
9x2 -10x 1
-9x2 +18x
+8x -8
Alors
P (x) = Q (x) 6x4 + 12x3 + 11x2 10x + 9 8x 8
5 2 3
3) P (x) = x + 2x 3x 2; Q (x) = x + x + 1
x5 2x2 -2 x3 +x +1
-x5 x 3
x2 2x2 -1
-x3 +x2 -3x -2
x3 +x +1
x2 -2x –1
Alors
P (x) = Q (x) 2x2 1 + x2 2x 1

Solution d’exercice 6.8.2.


1) Véri…er que i est une racine simple de A(x).
On a A(i) = 0 et A0 (i) 6= 0; alors i est une racine simple de A(x).
2) Déduire autre racine de A(x).
Comme les coe¤ecients A(x) de sont réel, alors ( i) est une racine simple
de A(x):
3) Factorisation le polynôme A(x) dans R.
On a (i) et ( i) sont des racines simples de A(x), et deg(A(x)) = 4;
alorsx4 + x3 + 2x2 + x + 1
A(x) = (x i) (x + i) (x2 + ax + b)
A(x) = x2 + 1 (x2 + ax + b)

163
CHAPITRE 7. SOLUTION

x4 +x3 +2x2 +x +1 x2 +1
-x4 -x2 x2 +x +1
x3 x2 +x +1
-x3
x2 +1
0 0
.
2
-x -1
0 0
Donc factorisation de A(x) dans R.

A(x) = x2 + 1 (x2 + x + 1):

Factorisation de A(x) dans C


p p
1+i 3 1 i 3
A(x) = (x i) (x + i) (x + )(x + ):
2 2

Solution d’exercice 6.8.3.


1) On a A ( 1) = A ( 4) = 0;et A ( 1) 6= 0; A ( 4) 6= 0:
Alors ( 1) et ( 4) sont des racines simple de A (x) :
2) On a ( 1) et ( 4) sont des racines simple de A (x) ;

A (x) = (x + 1) (x + 4) ax2 + bx + c
= x2 + 5x + 4 ax2 + bx + c

On e¤ectuons une division euclidienne:


x4 +6x3 +7x2 6x 8 x2 +5x +4
-x4 5x3 4x2 x2 +x -2
+x3 +3x2 6x -8
x3 5x2 -4x
2x2 -10x -8
+2x2 +10x +8
0 0

Donc
A (x) = (x + 1) (x + 4) x2 + x 2
De plus x2 + x 2 =) x = 1 ou x = 2; donc

x2 + x 2 = (x 1) (x + 2)

164
7.6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Alors
A (x) = (x + 1) (x + 4) (x 1) (x + 2) :

Solution d’exercice 6.8.4.


On a
1 racine double et ( 1) racine simple de G(x); alors
8 8
< G(1) = 0 < a+b+c=7
G0 (1) = 0 =) a b+c= 3
: :
G( 1) = 0 2a + b = 21
8
< a=8
=) b=5
:
c= 6
Donc
G(x) = x5 2x4 6x3 + 8x2 + 5x 6

Solution d’exercice 6.8.5.


Soient les polynômes P (x) = x4 x + 2 et Q(x) = x3 x2 x+1
1) La division euclidienne de P (x) par Q(x).
P (x) = Q(x) (x + 1) + 2x2 x+1
2) 1 est une racine doube de 1 est une racine de Q(x) car
Q(1) = 0; Q0 (1) = 0; Q00 (1) 6= 0:
3) Décomposer en éléments simples la fraction rationnelle :
x4 x+2 P (x)
2
=
(x 1)(x 1) Q(x)
2x2 x + 1
= (x + 1) +
(x 1)2 (x + 1)
1 1 1
= (x + 1) + + 2
+ :
(x 1) (x 1) (x + 1)

Solution d’exercice 6.8.6.


le pgcd de A = X 4 1 et B = X 3 1.

X4 1 = (X 3 1) X +X 1
X3 1 = (X 1) (X 2 + X + 1) + 0:

165
CHAPITRE 7. SOLUTION

Le pgcd est le dernier reste non nul, donc pgcd(X 4 1; X 3 1) = X 1.

Solution d’exercice 6.8.7.


On cherche les racines de Q, alors

Q = x2 + 3x 4 = (x 1) (x + 4)

Donc les racines de Q sont

= 1 et = 4

Alors pour P soit divisible par Q il faut que

P (1) = 1 + p + q = 0
P ( 4) = 64 4p + q = 0

Donc

P (1) P ( 4) = 65 + 5p = 0
) p = 13
) q = 12

On trouve
P = x3 13x + 12:

Solution d’exercice 6.8.8.


On a
2
A = x4 + x2 + 1 = x2 + 1 x2
= x2 x + 1 x2 + x + 1
2
B = x8 + x4 + 1 = x4 + 1 x4
= x4 + x2 + 1 x4 x2 + 1
2
= x2 x+1 x2 + x + 1 x2 + 1 3x2
p p
= x2 x+1 x2 + x + 1 x2 3x + 1 x2 + 3x + 1

Solution d’exercice 6.8.9.

166
7.6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

, deg (P ) < deg (Q), alors E = 0: Donc


3x4 + 5x3 + 11x2 + 5x + 3 ax + b cx + d e
2 = 2 + 2 +
(x2 + x + 1) (x 1) (x2 + x + 1) x +x+1 x 1
2x + 1 1 3
= 2 + 2 + :
(x2 + x + 1) x +x+1 x 1

Solution d’exercice 6.8.10. On a


1 1
F = 2 =
(x2 1) (x 1) (x + 1)2
2

deg (F ) < 0, 1 pôle double et ( 1) pôle double. Alors


a b c d
F = + 2 + +
x 1 (x 1) x + 1 (x + 1)2

On remarque que F ( x) = F (x). Donc


a b c d
F ( x) = + 2 + +
x 1 ( x 1) x + 1 ( x + 1)2
a b c d
= + 2 + + = F (x)
x + 1 (x + 1) x 1 (x 1)2
Par identi…cation, on a
a= c et b = d
Alors
1 1
b= = = d:
(x + 1)2 x=1
4
D’autre part

F (0) = a+b+c+d=1
1
) 2a + = 1
2
3 3
) 2a = ) a =
2 4
3
) c= a=
4
Donc
3 1 3 1
F = + 2 + + :
4 (x 1) 4 (x 1) 4 (x + 1) 4 (x + 1)2

167
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 6.8.11.


1) On a

P (i) = i4 3i3 + 3i2 3i + 2


= 1 + 3i 3 3i + 2 = 0

Alors z1 = i est une racine de P . De plus, z2 = z 1 = i aussi est une racine


de P:
2) Division euclidienne :
Alors
P (x) = x2 + 1 x2 3x + 2
3) Factorisation de P (x) :
Dans C :
On a
x2 3x + 2 = (x 1) (x 2)
De plus, comme z1 et z2 sont de racine de P: Alors :

P (x) = (x i) (x + i) (x 1) (x 2)

Dans R :
P (x) = x2 + 1 (x 1) (x 2) :
4) Décomposition :
Dans C :
2x2
F =
(x i) (x + i) (x 1) (x 2)
a b c d
= + + +
x i x+i x 1 x 2
Alors
2x2 1 3+i
a = = =
(x + i) (x 1) (x 2) x=i 3+i 4
2x2 1 3 i
b = = =
(x i) (x 1) (x 2) x= i 3+i 4
2
2x
c = = 1
(x i) (x + i) (x 2) x=1
2x2 8
d = =
(x i) (x + i) (x 1) x=2 5

168
7.6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

Donc
3+i 3 i 1 8
F = + + :
4 (x i) 4 (x + i) x 1 5 (x 2)
Dans R :
2x2
F =
(x2 + 1) (x 1) (x 2)
a b cx + d
= + + 2
x 1 x 2 x +1
Alors
2x2
a = = 1
(x2 + 1) (x 2) x=1
2x2 8
b = =
(x2 + 1) (x 1) x=2 5
De plus,

lim xF = a+b+c=0
x!+1
8 3
) c=1 =
5 5
D’autre part
1
F (0) = b+d=0a
2
1
) d=a+ b
2
8 1
) d= 1+ =
10 5
Donc
1 8 3x + 1
F = + :
x 1 5 (x 2) x2 + 1

Solution d’exercice 6.8.12.


La division euclidienne de :

x3 + (1 + i) x2 + 2ix + 5 + i par x + 1

donne
x3 + (1 + i) x2 + 2ix + 5 + i = (x + 1) x2 + ix + i)

169
CHAPITRE 7. SOLUTION

Solution d’exercice 6.8.13.


6x3 + 3x2 5 6x3 + 3x2 5
F (x) = =
x4 1 (x 1) (x + 1) (x2 + 1)
A B Cx + D
= + + 2
x 1 x+1 x +1
On a :
6x3 + 3x2 5 6+3 5
A = = =1
(x + 1) (x2 + 1) x=1 2 2
6x3 + 3x2 5 6+3 5
B = = =2
(x 1) (x2 + 1) x= 1 ( 2) 2
De plus,
lim xF (x) = 6
x!+1
= A+B+C
) C=3
Pour x = 0 :
F (0) = 5
= A+B+D
) D = 4:
Alors :
1 2 3x + 4
F (x) = + + 2 :
x 1 x+1 x +1

Solution d’exercice 6.8.14.


0 est racine triple de P 2; alors :
P 2 = x3 (ax + b)
P = x3 (ax + b) + 2
P = ax4 + bx3 + 2
D’autre part, comme 1 est racine double de P; alors :
P (1) = a + b + 2 = 0 ) a + b = 2::: (1)
P 0 (x) = 4ax3 + 3bx2
P 0 (x) = 4a + 3b = 0 ) 4a + 3b = 0::: (2)

170
7.6. POLYNÔMES ET FRACTIONS RATIONNELLES

( 3) (1) + (2) : a = 6 on remplace dans (1) ; on trouve b = 8:


Donc
P = 6x4 8x3 + 2:

Solution d’exercice 6.8.15.


1) P = x4 + x2 + 4 :
2
P = x4 + x2 + 4 = x2 + 2 x2
= x2 + x + 2 x2 x + 2 :

2) Q = x8 + x4 + 1 :
2
Q = x8 + x4 + 1 = x4 + 1 x4
= x4 + x2 + 1 x4 x2 + 1
2 2
= x2 + 1 x2 x2 + 1 3x2
p p
= x2 + x + 1 x2 x+1 x2 + 3x + 1 x2 3x + 1 :

3) R = x4 6x3 + 7x2 + 6x 8:
On a :
div ( 8) = f1; 1; 2; 2; 4; 4g
Alors,

P (1) = 0
P( 1) = 0
P (2) = 0
P( 2) 6= 0
P (4) = 0

Donc,1; 1; 2; 4 sont des racines simples de R car deg(R) = 4; alors

R = (x 1) (x + 1) (x 2) (x 4) :

171
Bibliographie

[1] Arnaud B., Algèbre : Cours de mathématiques - Première année,


Exo7, 2016.
[2] Baba-Hamed.C, Benhabib. K, Algèbre 1. Rappel de cours et exer-
cices avec solutions. O.P.U., 1985.
[3] Balac S. et Chupin L., Analyse et algèbre, cours de mathématiques
de deuxième année avec exercices corrigés et illustrations avec Maple,
Collection Sciences appliquées de l’INSA de Lyon, PPUR, 2008.
[4] Christophe A, Algèbre MP-MP* 2è année / cours et exercices cor-
rigés, De Boeck Superieur, 2015.
[5] Denmat.A. et F. Héaulme, Algèbre linéaire, travaux dirigés, Du-
nod, 1999.
[6] Daniel F, Frédéric B, Myriam M-B, Mathématiques : Algèbre-
géométrie en 30 …ches, Dunod, 2009.
[7] François L, Dominique M, Algèbre 1re année - Cours et exercices
avec solutions, Dunod, 2003.
[8] Jean Marie A, Henri F, Pierre D, Exercices résolus d’algèbre du
cours de mathématiques, tome 1, Dunod, 1998.
[9] Jean Marie A, Henri F, Cours de mathématiques, Dunod, 1987.
[10] Karim N, René D, Christophe R, Pierre L C, Introduction à
la logique : Théorie de la démonstration - Cours et exercices corrigés,
Dunod, 2004.
[11] Philippe C, El Haj L, Gérard E, Alain M, Tous les exercices
d’algèbre et de géométrie PC-PSI, Dunod, 2008.
[12] Quinet J, Cours élémentaire de mathématiques supérieures, tome 1 :
Algèbre, 6e édition, Dunod, 1993.
[13] Stéphane B, Frédéric S., Algèbre et analyse : Cours mathématiques
de première années avec exercices corrigés, Presses polytechniques et
universitaires romandes, 2009.

172
BIBLIOGRAPHIE

[14] Xavier G, Les Maths en tête : algèbre, Ellipses Marketing, 1998.


[15] bibmath.net/ressources/index.php ?action=a¢ che&quoi=bde/index.

173

Vous aimerez peut-être aussi