Vous êtes sur la page 1sur 5

Physique Chapitre 3 

: Propagation d’une onde lumineuse.

I. Diffraction d’une onde lumineuse.


1) Activité 1.
On éclaire une fente, de largeur a variable, par un faisceau de laser comme illustré par la figure ci-dessous.

Image 1 : figure de Image 2 : figure de


Dispositif expérimental. diffraction pour une diffraction pour une
fente large. fente fine.

a) Qu’observez-vous sur l’écran lorsque la largeur de la fente devient grande ?


On voit une seule tache lumineuse.
b) Qu’observez-vous sur l’écran lorsque la largeur de la fente devient petite (voir la figure) ?
On observe plusieurs taches avec des éclairements maximaux (franges brillantes) séparées par des taches
sombres (franges foncées).
c) Est-ce que la direction de propagation de la lumière a changée dans les deux cas ?
Dans le premier cas, on observe que la direction de la propagation des rayons lumineux ne change pas, alors
que la direction de la propagation des rayons lumineux change dans le deuxième cas afin qu'il puisse
atteindre les endroits au-delà de l’obstacle ce qui est contraire au principe de propagation rectiligne de la
lumière.
d) Avez-vous déjà rencontré comme ce phénomène dans le cas des ondes mécaniques ? Donne le nom de ce
phénomène.
Oui, il s’appelle phénomène de diffraction.
e) Que peut-on conclure à propos de la nature de la lumière ?
Par analogie avec les ondes mécaniques, on considère que la lumière a une nature ondulatoire.
2) Le phénomène de diffraction.
 Dans le vide ou dans un milieu matériel, la lumière se propage à partir de la source en ligne droite.
 Lorsqu’on éclaire une fente de petite largeur a, on observe sur l’écran des taches lumineuses (franges
brillantes) et autres sombres (franges foncées) où la fente se comporte comme une source lumineuse et ce
phénomène est appelé phénomène de diffraction où la direction de la diffusion des rayons lumineux
change pour atteindre des endroits au-delà de l’obstacle.
3) Diffraction par un fil fin ou un trou circulaire.
 le même phénomène est observé lorsque le faisceau lumineux rencontre un fil ou un trou circulaire.

La figure est semblable à celle obtenue avec La figure de diffraction est une tâche
une fente. Si le fil est vertical, la figure de lumineuse centrale entourée de cercles
diffraction sera horizontale et vice versa. lumineux, séparés par des cercles sombres.

LYCEE YAACOUB ELMANSOUR-HARHOURA- Prof: FLYH MOHAMED


1
Physique Chapitre 3 : Propagation d’une onde lumineuse.

Remarque : On peut également observer le phénomène de diffraction avec une source de


lumière blanche. Dans ce cas, la figure de diffraction présente une tache centrale blanche, et
des taches latérales irisées de rouge et de bleu.
4) Modèle ondulatoire de la lumière.
Si on se limite à la propagation rectiligne de la lumière, on ne peut pas expliquer l’arrivé de la lumière à des
endroits situés au-delà de l’obstacle. Et par analogie avec les ondes mécaniques, on considère que la lumière
est une onde transversale électromagnétique (association d’un champ électrique et d’un champ magnétique)
se propage dans les milieux transparents matériels et non matériels.
II. Onde lumineuse monochromatique.
1) définition.
Une onde lumineuse monochromatique est une onde progressive sinusoïdale caractérisée par :
 Sa fréquence f (ou sa période T) imposée par la source de l’onde.
 Sa célérité v qui dépend du milieu de propagation. v= ❑ =. f
T
 Sa longueur d’onde  qui dépend aussi du milieu de propagation.
Remarques:
 On note C la célérité des ondes lumineuses dans le vide qui vaut C = 3108m.s-1, c’est une
constante universelle.
 Dans tout milieu différent du vide, la célérité des ondes lumineuses est notée v, et elle
est inférieur à celle dans le vide.
2) Longueur d’onde lumineuse dans le vide.
Une onde lumineuse monochromatique est caractérisée par sa longueur d’onde dans le vide 0, aussi
bien par sa fréquence f tel que: C
❑0= =C .T
f

Remarque : à chaque longueur d’onde 0 et fréquence f dans le vide appartenant au domaine


visible correspond une couleur du spectre de la lumière blanche.

3) Domaine des ondes lumineuses visibles et invisibles.


Le mot « lumière » décrit les ondes
électromagnétiques que l’œil humain peut voir.
Cela correspond à un domaine de longueurs d’onde
dans le vide comprises entre 400nm (violet) et
800nm (rouge), soit un domaine de fréquences
entre 7,5.1014 Hz (violet) et 4,5.1014 Hz (rouge).
 Le domaine visible : 400nm800nm
 Le domaine de l’infrarouge : 800nm1000nm
 Le domaine de l’ultraviolet : 10nm400nm
Application :
I. Une onde lumineuse monochromatique a une fréquence f  4,5.1014Hz. On donne : C = 3108m.s-1.
a. Quelle est sa longueur d’onde dans le vide.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
b. Quelle couleur lui est associée. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
II. Cette onde se propage maintenant dans l’eau. Qui va être modifiée parmi ces paramètres.
a. Sa célérité…………………………. b. Sa couleur……………………… c. Sa longueur d’onde…………………………....

LYCEE YAACOUB ELMANSOUR-HARHOURA- Prof: FLYH MOHAMED


1
Physique Chapitre 3 : Propagation d’une onde lumineuse.

III. Diffraction d’une onde lumineuse monochromatique.


Activité 2 :
On réalise le montage ci-contre dont interpose devant un faisceau laser de longueur d’onde =633nm, une
fente très fin percée dans une plaque opaque de largeur a. Après, on fixe un écran à distance D=1,5m de la
fente et on fait varier la largeur a, et on obtient des différentes valeurs de la largeur L de la tache centrale.
On observe sur un écran la figure de diffraction (figure 1).

1) On définit l’écart angulaire , l’angle entre le centre de la tache centrale de diffraction et la première
extinction. Exprimer l’écart angulaire  en fonction de L et D, sachant que pour les petites angles (tan=).
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

2) Compléter le tableau suivant :


a(m) 0 100 120 200 250
L(mm) 0 19 16 10 7.5
(rad) 0 …………… …………… …………… ……………

1 −1
(m ) …………… …………… …………… ……………
a
1
3) Sur un papier millimétrée, tracer la courbe de variation de  en fonction de .
a
4) La courbe ainsi obtenue est une fonction linéaire, calculer le coefficient directeur en nm
et comparer le avec la valeur de la longueur d’onde de la lumière laser utilisé 633nm.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
5) Déduire l’expression de  en fonction de a et .
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
6) En utilisant les expressions précédentes, trouver la relation entre L, D, a et .
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
7) Quels sont les paramètres qui dépendent la figure de diffraction.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

LYCEE YAACOUB ELMANSOUR-HARHOURA- Prof: FLYH MOHAMED


1
Physique Chapitre 3 : Propagation d’une onde lumineuse.

IV. Dispersion des ondes lumineuses.


1) Indice de réfraction.
 Le rayon lumineux est réfracté en passant d'un milieu de propagation à l'autre, et chaque milieu est
caractérisé par un indice de réfraction noté n, et défini par la relation suivante :
C  C : célérité de la lumière dans le vide.
n= Avec :  v : vitesse de la lumière dans le milieu.
v
 n : indice de réfraction du milieu.

 Dans le vide (ou l’air), on a vc, soit n=1 et dans un milieu différent vc soit n1.
Remarque :
c
On a n= or on sait déjà que : C=0.N (dans le vide) et v=.N (dans un milieu). On remplace chaque terme par
v  0 : longueur d’onde de la lumière dans le vide.
❑0 . N ❑0    : longueur d’onde de la lumière dans le milieu.
son expression et on trouve :n= n= Avec :
.N ❑
Application :
Le laser He-Ne utilisé au lycée émet une onde lumineuse monochromatique de fréquence N4,74.1014Hz et de
longueur d’onde dans le vide vide632,8nm. ……………………………………….
…………………………………………………………………………………………….
a. Calculer la longueur d’onde  de cette radiation dans
…………………………………………………………………………………………….
un verre d’indice n1,612. …………………………………………………………………………………………….
b. Calculer la vitesse v de cette radiation dans le verre. …………………………………………………………………………………………….
c. Quelle est la couleur de cette onde lumineuse. ………………………….…………………………….…………………………….

2) Les lois de réfraction de Snell-Descartes.


ère
 La 1 loi : le rayon incident, le rayon réfracté et la normale appartiennent au même plan.
 La 2ème loi : l’angle d’incidence i1 et l’angle de réfraction i2 vérifient la relation suivante :

n1 sin(i1)  n2 sin(i2) Avec :


 n1 : indice de réfraction du milieu 1.
 n2 : indice de réfraction du milieu 2.
 i1 : angle d’incidence.
 i2 : angle de réfraction.
n2n1 n2n1

3) Réfraction d’une onde lumineuse monochromatique dans un prisme.


Le prisme est un milieu transparent et homogène, limité par deux plans inclinés définit entre eux un angle A
s’appelle l’angle du prisme. Soit n l'indice de réfraction de milieu formant le prisme et on considère nair = 1
l'indice de réfraction de l'air.
On envoie un faisceau de lumière monochromatique sur la face d’un prisme.
 Le faisceau lumineux subit une réfraction sur la 1ère face, puis sur la
2éme face, et après il dévié vers le bas du prisme.
 La réfraction de la lumière est le changement de direction que subit
Un rayon lumineux lorsqu’il passe d’un milieu transparent à un autre.
Les quatre relations caractéristiques du prisme.
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
 nair sin(i)  n sin(r) ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
 n sin(r’)  nair sin(i’)
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
LYCEE YAACOUB ELMANSOUR-HARHOURA- Prof: FLYH MOHAMED
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
1
Physique Chapitre 3 : Propagation d’une onde lumineuse.

 Ar  r’
 Di  i’A

4) Dispersion de la lumière blanche par un prisme.


On envoie un faisceau de lumière blanche sur une face d’un prisme.

 La lumière va subir deux réfractions.


 Formation des taches colorées qu’on appelle spectre de la lumière blanche.
 Le phénomène qui permet de séparer les radiations de différentes couleurs par la
dispersion de la lumière, et on appelle le prisme un milieu dispersif de la lumière.
 La lumière blanche est polychromatique.
L’angle de déviation de chaque radiation.

On sait que : n= 0   ; or rouge  violet donc : n rouge  n violet

 La déviation est différente selon les couleurs des radiations lumineuses.
La couleur voilette est la plus déviée et le rouge est le moins dévié.
sin(i)  n sin(r)  rR  rV
DR  DOr  DJ  DVr  DB  DVio
n sin(r’)  sin(i’)  rR  rV
Rouge-orange-jaune-vert-bleu-violet
Arr’  iR  iV
R  Or  J  Vr  B  Vio
Dii’A  DR  DV

Le prisme est un milieu dispersif.


 L’angle de réfraction r n’est pas le même pour ces radiations colorées dont chaque radiation est
caractérisée par sa fréquence N.
Donc r dépend de N.
Or nair sin(i) cten sin(r)  n dépend de r.
Donc n dépend de N.
Or n dépend de v  v dépend de N.
Þ la vitesse v de propagation de la lumière monochromatique dépend de sa fréquence N  ; donc le verre est
un milieu dispersif pour les ondes lumineuses.

LYCEE YAACOUB ELMANSOUR-HARHOURA- Prof: FLYH MOHAMED


1

Vous aimerez peut-être aussi