Vous êtes sur la page 1sur 20

CHAPITRE III

Champs et potentiels créés

par des distributions de charges non ponctuelles

I- Introduction

Jusqu'ici, nous avons admis que les charges étaient ponctuelles, c'est-à-dire
localisées en des points de dimension "infiniment petite".
Cela est correct lorsque l'on considère la charge de particules élémentaires telles
que l' électron ou le proton.
Cela reste raisonnable lorsque les objets chargés sont de dimension petite
comparée à la distance qui les sépare de l'observateur.
L'approximation devient médiocre lorsque au moins une des dimensions de l'objet
portant la charge électrique devient significative devant la distance objet-observateur.
Elle devient totalement irréaliste lorsque cette dimension est plus grande que la
distance objet-observateur.
Nous allons examiner les effets d'extension spatiale de l'objet portant la charge
électrique en procédant en trois étapes:

i) La taille de l'objet est importante dans une seule des dimensions et reste faible
dans les deux autres dimensions. L'objet est typiquement un fil, linéaire ou curviligne. Les
charges sont distribuées suivant une ligne.

ii) L'objet est étendu suivant deux directions. C'est une feuille plane ou "ondulée".
Les charges sont distribuées sur une surface.

iii) L'objet est étendu dans les trois directions. C'est un volume au sein duquel les
charges sont continûment réparties.

II Répartition des charges sur un objet filiforme

II-1 Densité de charge linéique:

Considérons un fil AB, rectiligne ou curviligne, de longueur L portant une charge


électrique Q uniformément répartie.
On appelle densité de charge linéique ou charge par unité de longueur la quantité
λ= Q / L

Déterminer la charge linéique d'un fil de 4m chargé uniformément d'une charge


-3
de 10 C.

Dans le cas général, la charge n'est pas uniformément répartie et la densité de


charge linéique varie de point en point.
Sur un tel fil, un point P est repéré par sa coordonnée curviligne l. Cette
coordonnée l représente la distance que doit parcourir un mobile partant d'un point 0
choisi comme origine pour rejoindre le point P.

Soit un point P' ,voisin de P, de coordonnée curviligne l+dl


L'élément de fil PP' de longueur dl porte un élément de charge dq.

2/05/03 19
.
B

.
A l dl
dq
. P' (Γ )
l+dl
On appelle densité de charge linéique en l la limite lorsque P' se rapproche de P de
la grandeur de dq/dl

dq
λ(l) = lim dl →0
dl
La densité de charge linéique s'exprime en Coulombs par mètre.
Il est bien clair que dans l'expression ci-dessus, dq et dl tendent vers 0
simultanément mais que le rapport des deux tend vers une limite finie.
Pour déterminer la charge totale connaissant λ(l), découpons le fil en éléments de
longueurs ∆li situés entre les cotes li et li+1.

λ(l)

λ(l i)

lA li l i+1 lB l

Affectons une densité de charge uniforme λ(li) à l'élément de fil compris entre li et
li+1. L'élément de charge ∆qi portée par l'élément de longueur ∆li= li+1 - li est égal au
produit λ(li) ∆li c'est-à-dire à l'aire du rectangle grisé sombre.
La charge totale portée par le fil est alors égale à la somme des aires de tous les
rectangles.

Q = ∑ ∆ qi = ∑ λ li ∆li
i i
Cette valeur n'est qu'approximative puisqu' on a affecté la même densité de charge
entre li et li+1. Elle devient plus proche de la réalité si on affine le pas de la découpe. Elle
tend vers l'aire comprise entre l'axe des abscisses, la courbe λ(l) et les deux droites
verticales élevées en A et B
Comme vous l'avez vu, cette aire est égale à l'intégrale de λ(l) entre lA et lB ,
abscisses curvilignes des points A et B.

2/05/03 20
lB B
Q= λ (l) dl = λ (l) dl
lA A (Γ)
La deuxième notation signifie intégrale curviligne effectuée en suivant la ligne (Γ).

II-2 Exemple de charge portée par un fil

Considérons un fil de longueur L d'origine A de coordonnée curviligne l.


Supposons que la densité de charge linéique de ce fil soit fonction de l'abscisse l et
s'écrive λ(l) = 10-4 l.
Entre les points d'abscisse l et d'abscisse l + dl, l'élément de charge est
dq= λ(l) dl =10-4 l dl.
La charge totale est donc:
L
2 L
Q= 10-4 l dl = 10-4 l = 5.10-3 L2
2 O
0

La charge totale portée par un fil de longueur L est de 10-6C. Sachant que la
répartition de charge est de la forme l(l) =A l 2, déterminer le coefficient A.
III Calcul du potentiel électrique créé par un fil chargé

III-1 Approximation par discrétisation

Considérons un fil curviligne AB. Ce fil est chargé avec une densité linéique λ(l).
Notre objectif est de calculer le potentiel créé par les charges portées par ce fil en un point
quelconque M de l'espace.
Pour cela, divisons le fil AB en segments AA1, A1A2, Ai-1Ai, etc. assez petits
pour que l'on puisse considérer:
i) que tous les points appartenant au même ségment élémentaire Ai-1Ai
sont à la même distance ri de M.
ii) que la densité de charge linéique λ i dans l'intervalle Ai-1 A i est
uniforme.
Dans ces conditions, la charge portée par le segment AA1 est l1 ∆l1. La charge
portée par le segment Ai-1Ai est li ∆li.

(1/ 4 π ε0 ) λ /r
A6 B
A5
A4 r4
A3 M
4 5
A 2 3 6
2 7
r1 1
A1

A A1 A2 A3 A4 A5 A6 B
A
L'élément de potentiel potentiel créé par le segment ∆l1 = AA1 est:

2/05/03 21
1 λ 1 ∆l1
∆ V1 =
4 π ε0 r1

Le potentiel créé par le segment ∆li= Ai-1Ai est:

∆ Vi = 1 λ i ∆li
4 π ε0 r i
Traçons un diagramme faisant figurer en abscisse les distances ∆li, et en ordonnée
les grandeurs (1/4π ε0) λi/ri, etc.
Le potentiel ∆Vi peut être considéré comme l'aire du rectangle i, de largeur ∆li et de
hauteur (1/4π ε0) λi/ri.
En vertu du principe de superposition, le potentiel total est la somme des aires de
tous les rectangles soit:

i=7
V=∑ 1 λ i ∆ li
4 π ε0 ri
i=1

III-2 Limite continue

Le calcul ci-dessus ne constitue qu'une première approximation. Pour effectuer un


calcul plus précis, il nous faut de nouveau affiner le maillage et faire tendre la courbe en
escalier vers une courbe continue.

Le potentiel total est l'aire sous la courbe représentant (1/4πε0)λ/r en fonction de l

l / 4 π ε0 r
B

dl r
P M

l
A A B

Soit:
B
1 λ(l) dl
VM =
4 π ε0 r (l)
A (Γ)

L'intégration est alors plus ou moins facile à effectuer selon la forme de λ(l) et de
r(l).
On peut donc dire que l' élément de potentiel dV créé en M par la charge électrique
dq=λ(l) dl localisée au voisinage du point P entre les abscisses curvilignes l et l+dl et
située à la distance r(l) s'écrit:
λ(l) dl
dV = 1
4 π ε0 r (l)

2/05/03 22
et que le potentiel total est la somme (au sens de l'intégrale) des éléments dV.
C'est un type de calcul infinitésimal que nous serons très souvent amenés à répéter
en physique.

III-3 Coordonnées du point source et de l'observateur

Lors du calcul d'un élément de potentiel, nous avons deux points à considérer: le
point source P où se trouve l'élément de charge et le point M, où se situe l'observateur, et
en lequel on cherche à calculer le potentiel V.
Chacun de ces points est décrit par ses propres coordonnées. Lorsqu'il y a
confusion possible, nous noterons avec un ' r'(x',y',z') les coordonnées du point source et
r(x,y,z) les coordonnées du point M.
Pour calculer le potentiel, on devra intégrer sur les variable x',y',z' et on obtiendra
une fonction V(x,y,z). Le champ électrique en r sera déduit du gradient de V, en dérivant
par rapport à x,y,z.
Dans bien des cas, il n'y a pas de confusion possible, et nous ne prendrons pas la
peine d'ajouter des ' .

III-4 Exemple de calcul de potentiel

Examinons le fil rectiligne de longueur L=2a uniformément chargé, centré en 0 et


dirigé le long de l'axe 0y. Calculons le potentiel en un point M situé sur l'axe 0x à la
distance x du fil.

Les coordonnées de P sont (x',y',z') et celles de M sont (x,y,z)

a
y' +dy'
P r
y' M
O
x

-a

Considérons un élément de longueur dy' compris entre y' et y'+dy'. La charge


portée par cet élément est égale à λ dy'. La distance entre cet élément de longueur et le
point M est égale à (x2 + y'2) 1/2.
La contribution dV de cet élément dy' au potentiel en M est donc:
λ dy'
dV = 1
4 π ε0 y' 2 + x2

et par intégration sur les y' entre -a et +a, nous avons:


(Pour ce qui est de l'intégration, voyez un cours de mathématique ou consultez les tables)

2/05/03 23
+a
λ dy' λ +a λ 2 2
V (x,0) = = ln y' + y' 2 + x2 -a = ln a + a + x
4 π ε0 y' 2 + x2 4 π ε0 4 π ε0 -a + a + x2
2
-a
C'est un résultat exact.
De façon similaire, on peut calculer V(x,y) en tout point du plan x0y de la figure.
Le potentiel en un point (x,y,z) quelconque de l'espace se déduit de V(x,y) par
rotation autour de l'axe Oy.

Un fil rectiligne de longueur 10cm porte une charge de 1µ C uniformément


répartie sur sa longueur. Représenter l'évolution du potentiel le long de l'axe ox.

III-5 Examen du comportement asymptotique

Il est toujours heureux, après un tel calcul, d'examiner si le comportement à grande


distance, ou à petite distance, ou encore en des points particuliers de haute symétrie, sont
physiquement raisonnables.
Ainsi, dans l'exemple précédent, on s'attend à ce que l'expérimentateur placé à
grande distance du fil (comparé à sa longueur 2a) ne se rende plus tout à fait compte de
son extension spatiale et le voie comme une charge ponctuelle Q= 2aλ dont il serait à la
distance de x. Ainsi on attend à grande distance un comportement du potentiel de la
forme:
V(x,0) ≈ 2 a λ
4 π ε0 x

On retrouve effectivement ce comportement en écrivant:

2
ln a + a + x
2
= ln 1+ 1 - ln 1- 1
-a + a2 + x2 1 +x
2
1 +x
2
a2 a2
En tenant compte du développement limité (pour ε petit) du logarithme au
voisinage de l'unité:
ln (1+ε) ≈ ε
où ici:
ε = 1
2
1 +x
a2
et en tenant compte du fait que (x2/a2) >>1
On obtient pour x>>a:
V(x,0) ≈ λ 2a ≈ Q
4 π ε0 x 4 π ε0x
Il est clair que nous avons négligé a devant x aux moments "opportuns".
Vous allez sans doute vous demander ce que sont ces moments opportuns.
Pour les déceler, il y a deux conditions:
i) Il faut connaître les développements limités les plus courants,
ii) Il faut pratiquer et faire un certain nombre de telles approximations.

Nous n'insisterons jamais assez pour vous inciter à examiner ce que deviennent
des formules trouvées par de longs calculs, dans des cas particuliers simples ou dans des
conditions extrêmes.

2/05/03 24
IV Champ électrique créé par un fil

IV-1 Champ électrique, dérivée du potentiel

Le calcul du champ électrique en un point r à partir du potentiel électrique


nécessite en principe la connaissance du potentiel au voisinage de ce point et cela dans
toutes les directions (suivant x, y et z). On utilise alors la relation:
E= - grad V.
Toutefois, par des arguments de symétrie, la détermination du champ électrique en
des points, le long de lignes ou sur des plans particuliers peut ne nécessiter qu'une
connaissance partielle du potentiel.
C'est le cas dans l'exemple du fil uniformément chargé, si l'on veut déterminer le
champ électrique en des points situés sur l'axe 0x ou plus généralement dans le plan x0z.
Par symétrie, il est clair qu'en tout point M du plan bissecteur du fil, le champ électrique
est dirigé dans la direction 0M. Cela signifie que si M est sur l'axe 0x, le champ électrique
n'a de composante ni suivant y ni suivant z. La seule composante du champ est donc:
Ex = - ∂V
∂x
qui ne requiert que la connaissance de la variation de V en fonction de la variable
x.

Montrer que la composante Ex du champ électrique en un point de l'axe ox


s'écrit:
Q 1
Ex 0,x = .
4 π ε0 x a 2 + x 2
Discuter son comportement à grande distance

IV-2 Formule générale du champ électrique créé par un fil

Reprenons la découpe du fil curviligne et déterminons le champ électrique ∆Ei


créé par chaque élément de longueur ∆li compris entre Ai-1 et Ai et placé à la distance ri
du point M.
A6 B
A5
A4
M ∆E1
r4 ∆E4
A3
A
2
r1
A1

A
Chaque élément de fil Ai-1Ai crée en M un élément de champ qui est un vecteur:
λi ∆li u
∆ Ei = i
4 π ε0 ri2

où ui est le vecteur unitaire joignant le milieu du segment de droite Ai-1Ai au point


M.

Le champ électrique total E est la somme vectorielle des champs élémentaires

2/05/03 25
E=∑ λi ∆li u
i
i 4 π ε0 ri2

ce qui signifie que composante par composante: (nous écrivons ici la composante
cartésienne x, nous pourrions le faire sur toute autre composante):
λi ∆li u
Ex = ∑ i,x
2
i 4 π ε 0 ri

Par passage à la limite continue on obtient pour Ex


B

1 λ (l) dl
Ex = ux (l)
4 π ε0 r2(l)
A

Le même calcul peut être répété pour les deux autres composantes:
ce que nous récapitulons formellement par:

1 λ (l) dl
EM = u (l)
4 π ε0 r2(l)
A

Cette équation entre vecteur est formelle en ce sens qu'on ne peut pas intégrer
directement. Il faut faire la somme vectorielle des éléments de champ électrique. Cette
relation ne fait que synthétiser trois intégrales scalaires définissant chacune les
composantes du champ éléctrique.

IV- 3 Exemple de calcul

Reprenons le calcul du champ électrique E(x,0) créé par un fil de longueur 2a,
uniformément chargé.

y' + dy' P dEx


y'
r
θ M
O x
−θ
dE

-a
L' élément de fil de longueur dy' compris entre y' et y'+dy', situé à la distance
(x +y' )1/2 de M, porte une charge λdy'. La composante ux du vecteur unitaire est :
2 2

ux = cos θ = x
x + y' 2
2
Il vient:

2/05/03 26
+a

Ex x,0 = λ x 1 dy'
4 π ε0 x 2 +y' 2 3/2
-a
Soit:
y' y' = +a
E x (x,0) = λ x
4 π ε0 x 2 x 2 + y' 2 y' = -a

Soit encore en tenant compte de Q=2al:

Q 1
Ex x,0 = .
4 π ε0 x a 2 + x 2
Reprendre plusieurs fois et en détail l'ensemble du calcul. Il a valeur d'exemple.

On peut voir aussi sur la figure ci-dessus que des éléments de fil symétriques par
rapport à l'axe 0x produisent des éléments de champ dont la résultante est orientée suivant
0x. Cela justifue qu'en tout point M du plan bissecteur du fil, le champ électrique est
dirigé suivant 0M.

Montrer par le calcul que Ey (x,0) est nul.

V Charge surfacique

V-1 Densité de charge surfacique

Considérons une surface S (non nécessairement plane) portant une charge Q


uniformément répartie. On appelle densité de charge surfacique la quantité σ= Q/S.
Tout comme le fil, la surface peut ne pas être chargée uniformément. Dans ce cas il
faut préciser la charge surfacique en chaque point de la surface, à l'aide d'un repère adapté
à la forme de la surface.
Si la surface est plane, on choisira un repère cartésien ou polaire. Si la surface est
en forme de calotte sphérique, on penchera plutôt pour pour un repère sphérique. Si la
surface est gauche..., ce sera beaucoup plus complexe et il faudra se tourner vers des
méthodes numériques.

V-2 Densité de charge surfacique en coordonnées cartésiennes

dx
b
y+dy
dy
y

O x x+dx a
Le repère cartésien est particulièrement bien adapté lorsque la surface est
rectangulaire et plane.

2/05/03 27
Dans le repère (x0y), un élément de surface, dont l'abscisse est compris entre entre
x et x+dx, et l'ordonnée entre y et y+dy, présente un élément d'aire dS= dx dy (en gris
foncé sur la figure ci-avant) et porte un élément de charge d2q(x,y)= σ(x,y) dx dy.
( Pour les notations, voir la note sur les infiniments petits au paragraphe suivant).

Le calcul de la charge totale de la plaque peut alors s'effectuer en deux étapes :

i) Détermination de l'élément de charge dq portée par un élément rectangulaire de


longueur a et de largeur dy (élément en gris clair) compris entre y et y+dy. Cet élément de
charge est une fonction de la variable y et s'obtient en faisant la somme des éléments de
charge dq selon x (dans ce calcul y est une constante).

x=a x=a x=a


d q(y) = dq(x,y) = σ(x,y) dy dx = dy σ(x,y) dx = λ(y) dy
x=0 x=0 x=0

Il s'agit d'un calcul tout à fait équivalent à celui de la charge d'un fil rectiligne de
longueur a, portant la charge linéique σ(x,y) dy.
Nous avons sorti dy de l'intégration car il ne dépend pas de x.
dq(y) prend la forme t(y) dy et représente l'élément de charge apporté par les
tranches dont l'ordonnée est comprise entre y et y+dy.

ii) Sommation des contribution de charge dq apportée par chaque tranche dy:
y=b y=b
Q= dq(y) = t(y) dy
y=0 y=0

Nous avons intégré sur x puis intégré sur y. Nous aurions pu faire l'inverse, c'est-
à-dire intégrer sur les y puis sur les x. Nous aurions alors fait la somme de contributions
de bandes verticales d'épaisseur dx.

Bien sûr, le résultat est indépendant de l'ordre d'intégration et l'on note:


x=a y=b y=b x=a
Q= σ(x,y) dx dy = σ(x,y) dx dy
x=0 y=0 y=0 x=0

Ceci est appelé intégrale double.

V-3 Note sur les infiniments petits

- dx ou dy sont des infiniment petits du premier ordre.


- une expression renfermant le produit de deux infiniment petits du premier ordre
est un infiniment petit du deuxième ordre; elle se note en principe d2S = dx dy ou d2q=
σ(x,y) dx dy.
--une expression renfermant le produit de trois infiniment petits du premier ordre
est un infiniment petit du troisième ordre. Par exemple, l'élément de volume d3τ= dx dy
dz.
L'exposant (2 ou 3) indiquant l'ordre de l'infiniment petit est généralement omis
lorsqu'il n'y a pas d'ambiguïté et l'on note souvent dS pour d2S ou dτ pour d3τ.)

V-3 Exemple de charge portée par une surface rectangulaire

Considérons une surface rectangulaire dont les abscisses sont situées entre x = a
et x = b et les ordonnées entre y = c et y = d. Supposons que cette surface soit chargée

2/05/03 28
avec une densité surfacique σ(x,y) fonction de x et de y, σ(x,y) = A (x2 +y 2 ).
Déterminons la charge totale de la plaque.
Procédons comme ci-avant et intégrons tout d'abord suivant les x:
x=b
3 x=b
dq(y) = dy A( x2+ y2) dx = dy x + y2 x
3 x=a
x=a

= dy b3 - a3 + y2 b-a
3
C'est la charge apportée par le rectangle gris clair situé entre y et y+dy.
Par intégration sur les y, on obtient la charge totale soit:

y=d
Q= b3 - a3 + y2 b-a dy
3
y=c
Terminer le calcul de Q

V-4 Densité de charges surfaciques en coordonnées polaires

Les coordonnées polaires sont les coordonnées naturelles d'objets circulaires. Un


point M est repéré par la distance r = 0M qui la sépare du centre 0 et l' angle orienté θ que
fait la direction OM avec l'axe des x.
Les coordonnées polaires sont équivalentes aux coordonnées cylindriques à la cote
z=0.

dr dθ

rdθ
r θ

dr
2 π r

Une surface élémentaire du deuxième ordre est représentée en noir sur le dessin
ci-dessus. Dans la limite de dr et de dθ petits, cette surface est un petit rectangle de cotés
dr et r dθ.

L'élément de surface d2S s'écrit:


d2S = r dr dθ

2/05/03 29
Si l'on fait l'intégrale (somme) de cette expression sur tous les angles θ compris
entre 0 et 2π, on obtient un nouvel élément de surface représenté en gris. Ce nouvel
élément de surface ( maintenant infiniment petit du premier ordre) s'écrit:
θ = 2π θ = 2π
θ = 2π
dS = r dr dθ = r dr dθ = r dr θ θ=0 = 2π r dr
θ=0 θ=0

dS est bien l'aire d'un rectangle de largeur dr et de longueur 2π r = périmètre du


cercle de rayon r. On obtient ce petit rectangle en déroulant l'aire hachurée.

Vous allez dire que dérouler une couronne de cercle n'a jamais donné un rectangle.
Cela tend vers un rectangle dans la limite des dr petits, c'est-à-dire dans la limite où nous
travaillons.
D'ailleurs nous pouvons nous convaincre du bien-fondé de la méthode en
terminant le calcul de l'aire S du cercle. Il reste à faire pour cela la somme de couronnes de
rayons r, c'est à dire intégrer dS sur la variable r entre 0 et R:
r=R
S = 2π r dr = π R2
r=0
ce qui est bien l'aire du cercle de rayon R.

En coordonnées polaires, la densité surfacique σ(r,θ) est une fonction de r et de θ.


Dans certains cas particuliers, elle n'est fonction que de θ. Dans des cas plus particuliers
encore, elle ne dépend d'aucune de ces variables et est uniforme.

Par un raisonnement tout à fait similaire à celui que nous avons suivi pour les
coordonnées rectangulaires, nous avons:

θ = 2π r=R r=R θ = 2π
Q = dθ σ( r, θ) r dr = r dr σ( r, θ) d θ
θ=0 r=0 r=0 θ=0

On peut intégrer dans l'ordre que l'on veut. Ce n'est pas très compliqué, il faut juste
un peu de pratique.

V-5 Exemple de charge portée par un disque

Considérons un cercle de rayon R chargé avec une densité de charge σ(r,θ) = A r


cos2θ . Ce n'est pas une densité de charge très habituelle. Elle est d'autant plus grande que
l'on s'éloigne du centre 0 du cercle et que l'on se rapproche de l'axe 0x. Disons qu'elle est
inventée pour illustrer le calcul de σ.
Représenter un cercle et y porter des charges dont la densité varie en r cos2θ
θ = 2π r=R θ = 2π
3 3
Q= dθ A r2 cos2θ dr = A R cos2θ d θ = A π R
3 3
θ=0 r=0 θ=0

Faire en détail le calcul ci-dessus. Les tables donnent:

cos 2u du = u + sin 2u
2 4
Reprendre le calcul en intégrant d'abord sur θ.

2/05/03 30
VI Potentiel électrique créé par une surface

VI-1 Expression générale

Un élément de surface dS' portant une charge d2q= σ dS' placé à la distance r du
point M produit en ce point une contribution au potentiel:
d2 V = 1 σ dS'
4 π ε0 r
nous avons représenté deux éléments dS'.
Le potentiel total créé en M est la somme de toutes les contributions élémentaires
et s'écrit formellement:

VM = 1 σ dS'
4 π ε0 r

dS'

r
M

dE

où les deux signes intégral signifient qu' il faut faire une intégrale double. Il s'agit
d'un calcul souvent difficile puisque les éléments de surface ne sont pas en général sur un
même plan.
Il faut paramétrer l'élément de surface (c'est-à-dire l'exprimer en fonction de
variables), exprimer r et σ en fonction de ces paramètres puis intégrer sur ces paramètres.

VI-2 Expression du potentiel créé par un rectangle chargé

Considérons le rectangle ABCD placé dans le plan (y0z), chargé avec une densité
de charge surfacique dont la valeur dépend des paramètres naturels du problème y' et z'
(ici x'=0)
Un élément de surface dS'= dy' dz' localisé au point (y',z') porte une charge
élémentaire dq= σ(y',z') dy' dz'. Cet élément de surface est placé à une distance r (y',z')
d'un point M (x,y,z) dont on veut connaître le potentiel. r s'exprime en fonction de y et z
selon la relation:
r (y',z') = x 2 + y - y' 2 + z - z' 2

L'élément de potentiel en x, y, z s'écrit:

1 σ(y',z') dy' dz'


dV=
4 π ε0 2 + y - y'
xM 2
+ z - z' 2

et le potentiel total en M:

2/05/03 31
y' = yC z' = zB
1 σ(y',z') dy' dz'
V x, y, z =
4 π ε0 x 2 + y - y' 2
+ z - z' 2
y' = yA z' = zA

z D

B
y

C M

A
x
Le calcul peut être plus ou moins complexe mais il est en principe faisable.

VI-3 Potentiel créé par un disque en un point son l'axe

Les coordonnées naturelles d'un disque chargé sont les coordonnées polaires. Un
élément de surface du disque rdr dθ placé en (r,θ) ( élément en noir) porte une charge
d2q= σ(r,θ) rdr dθ. Il est placé à la distance d = (r2 + x2) 1/2 du point M. Sa contribution
au potentiel est donc:
σ(r, θ) r dr dθ
d2 V = 1
4 π ε0 x2 + r 2
(Nous notons d la distance entre l'élément de charge et le point M (au lieu de
l'habituel r) pour éviter toute confusion avec le rayon r de la couronne élémentaire choisie
sur l'objet circulaire)

d
r M
O x

2/05/03 32
Reste à intégrer en θ ( entre 0 et 2π) pour avoir la contribution au potentiel due à la
couronne en gris de rayon r et d'épaisseur dr. Puis en r (entre 0 et R) pour avoir la
contribution de toutes les couronnes, c'est-à-dire la contribution totale.

VI-4 Potentiel créé par un disque uniformément chargé, en un point de son l'axe

Si le disque est uniformément chargé, σ(r,θ) = σo:


r=R θ = 2π r=R
V = σ0 r dr dθ = 2π σ0 r dr
4 π ε0 x2 + r 2 4 π ε0 x2 + r 2
r=0 θ=0 r=0

(on peut intégrer directement en q avec comme résultat 2π lorsque σ ne dépend


que de la variable r)

En utilisant la relation
u du = u2 + a 2
u2 +a2
on arrive très facilement à :
V = σ R2 + x 2 - I xI
2 ε0
Faire le calcul en détail, c'est un cas classique.

VII Champ électrique créé par une surface

VII-1 Calcul à partir du potentiel

Vous pouvez reprendre mot à mot le paragraphe consacré au calcul du champ


électrique créé par un fil à partir du potentiel. Ici aussi, nous tirerons au maximum
avantage des symétries du problème.

Calculer le champ électrique créé en un point M de l'axe d'un disque


uniformément chargé.

VII-2 Expression formelle

De façon tout à fait similaire à ce que nous avons fait pour le calcul direct du
champ électrique créé par un fil chargé, nous pouvons écrire formellement le champ
électrique créé par une surface chargée.
Chaque élément de surface dS', de charge surfacique σ, placé à la distance r de M
et dont la direction le joignant à M est repérée par le vecteur unitaire u, apporte une
contribution d2E au champ électrique:
d2E = 1 σ dS' u
4 π ε 0 r2
Le champ électrique total s'écrit:

1 σ dS' u
EM =
4 π ε0 r2
S

Le champ électrique total est la somme sur toute la surface S des champs
électriques élémentaires créés par les éléments de surface dS' portant des charges d2q= σ
dS'

2/05/03 33
Cette relation se décompose en trois nouvelles relations valables pour chacune des
composantes:

Ex = 1 σ dS' u
x
4 π ε0 r 2
S

Comme précédemment pour le potentiel, il est possible d'effectuer le calcul de Ex


en paramètrant σ, r, ux et dS' à l'aide de coordonnées cartésiennes, polaires, cylindriques
ou sphériques.

Calculer par méthode directe le champ produit en un point M de l'axe d'un


disque chargé uniformément.

VIII Densité de charge volumique

VIII-1 Distribution de charge volumique

Si un solide de volume τ' porte une charge Q uniformément répartie, la densité de


charge volumique est ρ = Q / τ'.
Quelle est la densité de charges volumiques dans une sphère de 1cm3
uniformément chargée portant 10-6C?

Dans le cas général, la charge n'est pas uniforme et la densité volumique ρ(r')
dépend du point r' que l'on considère. L'élément de charge dans le volume dτ' localisé
autour du point r' est d3q= ρ(r') dτ'.

VIII-2 Distribution de charges volumiques en coordonnées cartésienne

En coordonnées cartésiennes, un élément de volume s'écrit:


dτ' = dx' dy' dz'
La densité de charge ρ(x',y',z') est fonction de x', y' et z:'
L'élément de charge contenu dans un volume dτ' entourant le point r' est:
d3q = ρ(x',y',z') dx' dy' dz'

La charge totale Q est une intégrale triple sur les trois variables, prises dans
l'ordre que l'on veut. Elle s'écrit:

Q= ρ (x',y',z') dx' dy' dz'


τ'
τ' figurant en bas du signe intégral signifie que l'intégration porte sur tout le
volume du solide.

Déterminer la charge électrique portée par un cube de côté a centré à l'origine


des axes et dont la densité de charge volumique s'écrit ρ(x',y',z')'= A(x'2+y'2+z'2)

VIII-3 Distribution de charges volumiques en coordonnées cylindriques.

Comme leur nom l'indique, les coordonnées cylindriques sont particulièrement


bien adaptées à un solide cylindrique de rayon R et de hauteur H.
Dans un tel repère, l'élément de volume s'écrit dr rdq dz. Ce n'est pas immédiat à
voir ni à représenter. Pour bien vous en persuader, il n'y a pas de secret, il faut représenter
plusieurs fois vous-mêmes cet élément de volume.
2/05/03 34
Reprenons le trièdre en coordonnées cylindriques:
L'élément de volume dτ est un parallélépipède dont les axes sont selon er, eθ et ez.

z ez

Μ er

Ο y

θ r
x
M'

Passer de r à r+dr ( à θ et z constants) déplace le point M de dr le long de er. dr


est le premier coté du parallélépipède élémentaire.
Passer de θ à θ+dθ déplace le point M le long de eθ . Le déplacement est de rdθ.
rdθ représente le second côté du parallélépipède élémentaire.
Passer de z à z+dz déplace M de dz le long de ez. dz représente le troisième côté.
L'élément de volume dτ est donc dτ= rdr dθ dz.

Reste à intégrer selon les trois coordonnées, dans l'ordre que l'on veut. L'ordre le
plus naturel consiste à intégrer tout d'abord selon θ de 0 à 2π, ce qui génère un volume
sous forme de couronne de rayon r (et donc de périmètre 2π r) d'épaisseur dr et de
hauteur dz. La deuxième intégration porte, selon r, de 0 à R. Cette intégration génère un
disque de rayon R et de hauteur dz. La troisième intégration selon dz génère le cylindre
dans son entier.
La charge totale est donc:

Q= ρ (r, θ,z) r dr d θ dz
τ

Déterminer la charge portée par un cylindre de hauteur H de rayon R, d'axe de


révolution 0z, posé sur le plan x0y et dont la densité de charge est ρ(r,θ, z)= A r

VIII-4 Distribution de charges volumiques en coordonnées sphériques

Les coordonnées naturelles d'un corps apparaissant sous forme de sphère sont les
coordonnées sphériques. Les coordonnées sont r, θ, ϕ . L'élément de volume est dτ =
r2dr sinθ dθ dϕ. Plus encore ici, vous ne serez convaincus que si vous-mêmes, vous
dessinez l'élément de volume dτ et les volumes engendrés par les intégrations successives.

2/05/03 35
z
er
Μ eϕ
r

θ
y
Ο
ϕ

x
M'

L'élément de volume dτ est le parallélépipède rectangle dont les côtés sont selon er,
eθ, eϕ.
Passer de r à r+dr déplace le point M de dr le long de l'axe er. dr est le premier
côté du parallélépipède.
Passer de θ à θ+dθ déplace M de r dq dans la direction de eθ. r dθ est le second
côté du parallélépipède.
Passer de ϕ à ϕ+dϕ déplace les points M' et M dans la direction eϕ de 0M' dϕ.
Or 0M'= r sinθ. Le déplacement dans la direction de eϕ est donc r sinθ dϕ.
L'élément de volume est :
dτ = r2 dr sinθ dθ dϕ

L'élément de charge porté par le volume dt situé au voisinage du point de


coordonnées (r, θ, ϕ) s'écrit :

d3 q = ρ (r, θ,ϕ) r2 dr sinθ dθ dϕ

Et la charge totale s'écrit:

Q= ρ (r, θ,ϕ) r2 dr sinθ dθ dϕ


τ

Si on intègre successivement selon ϕ, θ, r, ce qui est la façon naturelle de procéder:


L'intégration selon ϕ ( de 0 à 2π) engendre une couronne d'axe 0z, située à la cote
r cosθ, de rayon r sinθ et dont les deux autres dimensions sont r dθ et dr.
L'intégration selon θ, engendre une couronne sphérique de rayon r et d'épaisseur
dr.
L'intégration selon r (de 0 à R) engendre la sphère tout entière.

Représenter les surfaces engendrées successives.

Déterminer par intégrations successives la charge portée par une sphère de


rayon R chargée uniformément avec la densité volumique ρ0.

2/05/03 36
IX Potentiel et champ créés par un volume chargé.

IX-1 Potentiel électrique

L'élément de volume dt' entourant le point r' et portant l'élément de charge ρ(r') dτ'
crée au point M situé en r un élément de potentiel d3V:

1 ρ (r') d τ'
d 3V =
4 π ε0 r - r'

Le potentiel total en M est la somme de ces contributions soit:

1 ρ (r') d τ'
V (r) =
4 π ε0 r - r'
τ'

Comme précédemment, il faut paramétrer chacune des grandeurs et intégrer sur les
paramètres. Ce peut être compliqué!!

IX-2 Champ électrique

Il peut être déduit du potentiel par dérivation à l'aide de la relation E= -grad V.


Alternativement, on peut déterminer l'élément de champ dE créé en M par la
relation:
1 ρ (r') d τ'
d 3E = u
4 π ε0 r - r' 2
où le vecteur unitaire u est porté par la direction joignant l'élément de volume
portant la charge dq au point M.

Soit en intégrant sur le volume:

1 ρ (r') d τ'
E(r) = u
4 π ε0 τ' r - r' 2

relation valable composante par composante.

X Symétries de distribution de charges et champ électrique

Dans bien des situations, et nous en avons rencontré, des considérations de


symétrie permettent de simplifier considérablement les calculs.
La régle de symétrie la plus courante est celle-ci: le champ électrique en un point
d'un plan de symétrie de la distribution de charges est un vecteur dont la direction est
contenue dans ce plan.

2/05/03 37
q
A +

E
B
(∏) E

E
A

+
qB

Il est clair sur le schéma ci-dessus que deux charges qA et qB égales et


symétriques par rapport au plan (∏) produisent des champs électriques E A et E B
symétriques par rapport à ce plan. Leur résultante est située dans le plan de symétrie. En
répétant le raisonnement sur toutes les charges symétriques deux à deux, on trouve bien
sûr une résultante totale de champ électrique contenue dans le plan.
Si un point est situé à l'intersection de deux plans de symétrie de la distribution de
charge, alors le champ électrique est dirigé suivant la droite d'intersection des deux plans.
Si un point est situé à l'intersection de trois plans de symétrie, le champ électrique
en ce point est nul.

X Ce qu'il faut savoir

Ce chapitre est long et sans doute difficile.


Il vous faudra un certain temps pour bien voir dans l'espace les éléments de
volume, et les formes engendrées par les différentes intégrations.
Mais vous devez arriver à manipuler ces méthodes d'intégration, non seulement
parce qu'elles apparaissent en électricité, mais parce que vous les rencontrerez dans
différentes autres matières telles que la mécanique.

2/05/03 38