Vous êtes sur la page 1sur 157

1

PREMIÈRE PARTIE :
CULTURE INFORMATIQUE

2
SOMMAIRE

PREMIÈRE PARTIE : CULTUREINFORMATIQUE------------------------------------------------------2


INTRODUCTION---------------------------------------------------------------------------------------------------6
CHAPITRE I : HISTORIQUE-----------------------------------------------------------------------------------6
I.1. De Pascal à MARK1-----------------------------------------------------------------------------------------6
I.2. Les débuts de l’informatique----------------------------------------------------------------------------6
CHAPITRE II : GENERALITES--------------------------------------------------------------------------------7
II.1. Notion de l’information-----------------------------------------------------------------------------------7
II.2. Notion de traitement---------------------------------------------------------------------------------------7
II.3. Définition de l’informatique-----------------------------------------------------------------------------7
II.4. Différentes fonctions d’un système informatique-----------------------------------------------7
II.4. EXERCICES SUR L’HISTORIQUE ET LES GENERALITES------------------------------------8
CHAPITRE III : ASPECT MATERIEL (HARDWARE)--------------------------------------------------10
III.1. L’unité centrale-------------------------------------------------------------------------------------------10
III.1.1. L’alimentation-------------------------------------------------------------------------------10
III.1.2. La carte mère-------------------------------------------------------------------------------10
a. Le microprocesseur 10
b. Les mémoires auxiliaires 10
III.2. Les périphériques de communication------------------------------------------------------------11
III.2.1. Notion de périphérique------------------------------------------------------------------11
III.3. Les périphériques de stockage de l’information ou mémoire de masse--------------11
III.4. L’ordinateur (Computer)-------------------------------------------------------------------------------12
III.4.1. Les différents types d’ordinateurs---------------------------------------------------12
III.4.2. Schéma fonctionnel d’un ordinateur------------------------------------------------12
CHAPITRE IV : ASPECT LOGICIEL (SOFTWARE)---------------------------------------------------17
IV.1. Notion de langage---------------------------------------------------------------------------------------17
IV.2. Notion de programme----------------------------------------------------------------------------------17
IV.3. Notion de logiciel----------------------------------------------------------------------------------------17
IV.3.1. Logiciel de base ou système d’exploitation-------------------------------------------17
IV.3.2. Logiciel d’application--------------------------------------------------------------------18
IV.4. Notion de Répertoire-----------------------------------------------------------------------------------18

3
IV.5. Notion de fichier-----------------------------------------------------------------------------------------18
IV.6. Différentes opérations sur un fichier-------------------------------------------------------------18
IV.7. EXERCICES SUR ASPECT LOGICIEL-------------------------------------------------------------18
V. LES UNITES DE MESURES EN INFORMATIQUE-------------------------------------------------21
V.1. Les unités de mesure de capacité------------------------------------------------------------------21
V.1.1. Le BIT------------------------------------------------------------------------------------------ 21
V.1.2. l’Octet (Byte en anglais)-----------------------------------------------------------------21
V.1.2.1. Les multiples de l’octet----------------------------------------------------------------21
V.1.3. Application------------------------------------------------------------------------------------ 21
V.2. Les unités de mesure de transfert------------------------------------------------------------------21
V.3. La résolution et la définition--------------------------------------------------------------------------21
V.3.1. Le pouce (ou inch)-------------------------------------------------------------------------21
V.3.2. Notion de pixel------------------------------------------------------------------------------22
V.3.3 La résolution---------------------------------------------------------------------------------- 22
V.3.4. La définition---------------------------------------------------------------------------------- 22
V.4. Les unités de CD et DVD-------------------------------------------------------------------------------22
V.4.1. X – CD---------------------------------------------------------------------------------------- 22
V.4.2. X – DVD--------------------------------------------------------------------------------------- 22
V.5. EXERCICES SUR LES UNITES DE MESURES INFORMATIQUES------------------------23
CHAPITRE VI : LES SYSTEMES DE NUMERATION-------------------------------------------------25
VI.1. Le système décimal-------------------------------------------------------------------------------------25
VI.2. Le système Binaire--------------------------------------------------------------------------------------25
VI.3. Le système octal-----------------------------------------------------------------------------------------25
VI.4. Le système hexadécimal------------------------------------------------------------------------------25
VI.5. Conversion Décimal – Binaire-----------------------------------------------------------------------26
VI.6. Conversion Binaire – Décimal-----------------------------------------------------------------------26
VI.7. Conversion Décimal – Octal-------------------------------------------------------------------------27
VI.. Conversion Octal – Décimal--------------------------------------------------------------------------27
VI.. Conversion Décimal – Hexadécimal---------------------------------------------------------------27
VI.10. Conversion Hexadécimal – Décimal-------------------------------------------------------------28
VI.12. EXERCICES SUR LES CONVERSIONS---------------------------------------------------------29
CHAPITRE VII : LES RESEAUX INFORMATIQUES--------------------------------------------------30
VII.1. Utilisation des réseaux--------------------------------------------------------------------------------30
VII.2. Exemples de réseaux----------------------------------------------------------------------------------30
VII.2.1. Intranet--------------------------------------------------------------------------------------- 30
VII.2.2. Extranet-------------------------------------------------------------------------------------- 31
VII.2.3. Internet-------------------------------------------------------------------------------------- 31
4
VII.2.3.1. Comment est né internet ?---------------------------------------------------------31
VII.2.3.2. Les différents services du net-----------------------------------------------------31
VII.2.3.3. La syntaxe de l’adresse électronique------------------------------------------32
VII.2.3.4. Les conditions d’accès à internet------------------------------------------------32
VII.2.3.5. Les défauts d’internet----------------------------------------------------------------32
VII.3. EXERCICES SUR LES RESEAUX INFORMATIQUES----------------------------------------33
CHAPITRE VIII : LES BASES DE DONNEES-----------------------------------------------------------34
VIII.1. Type de base de données---------------------------------------------------------------------------34
VIII.1.1. Base de données locale--------------------------------------------------------------34
VIII.1.2. Base de données repartie-----------------------------------------------------------34
VIII.2. Avantages d’une base de données-------------------------------------------------34
VIII.3. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES-------------------------------------------34
VIII.4. CARACTERISTIQUES D’UN SGBD---------------------------------------------------------------35
VIII.4.1. Les sous systèmes d’un SGBD----------------------------------------------------35
VIII.4.2.Quelques SGBD--------------------------------------------------------------------------35
VIII.5.   EXERCICES SUR LES BASES DE DONNEES-----------------------------------------------35
IX. LES VIRUS INFORMATIQUES--------------------------------------------------------------------------37
IX.1. Définition---------------------------------------------------------------------------------------------------37
IX.2. Historique--------------------------------------------------------------------------------------------------37
IX.3. Les différents types de virus------------------------------------------------------------------------37
IX.4. Quelques virus les plus connus--------------------------------------------------------------------38
IX.5. Comment se défendre contre les virus informatiques ?-----------------------------------38
IX.6. Antivirus----------------------------------------------------------------------------------------------------38
IX.7. Quelques exemples d’antivirus---------------------------------------------------------------------38
IX.. EXERCICES SUR LES VIRUS------------------------------------------------------------------------39
QUELQUES QUESTIONS TESTS--------------------------------------------------------------------------41

5
INTRODUCTION
Tout comme les autres sciences qui ont marqué l’histoire du monde, le traitement de l’information
date de longtemps. L’écriture est la première manifestation avec les hiéroglyphes (L’écriture des
égyptiens pendant l’antiquité), et le traitement des nombres avec des savants comme THALES et
DESCARTES. C’est sur ce deuxième aspect du traitement de l’information (traitement des nombres)
que se sont basés les progrès techniques jusqu’aux ordinateurs.

CHAPITRE I : HISTORIQUE


I.1. De Pascal à MARK1
En 1642 : Pascal invente une machine appelée la Pascaline permettant de faire des
additions et des soustractions destiné à son père alors percepteur de taxes.

En 1671 : Leibnitz ajouta à la Pascaline la Multiplication et la Division.

En 1883 : Babbage met au point le premier ordinateur appelé ANALYTICAL ENGINE


qui n’a jamais fonctionné.

937 : Howard Aiken et IBM mettent au point la plus grande machine électronique appelé
MARK1, il mesurait environ 17 mètres de long et 2,5 mètres de hauteur et
pesait 4 tonnes. Il est constitué de 3300 engrenages, 1400 commutateurs,
reliés à 800 km de fil électrique.

I.2. Les débuts de l’informatique

1944 – 1945 : Apparition de l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer)

Premier ordinateur qui a réellement fonctionné. Il était 1000 fois plus rapide
que MARK1, il a servi à faire les calculs ayant permis de mettre au point la
bombe H

1945 : Apparition des 1ères générations d’ordinateurs


1950 : Apparition des 2èmes générations d’ordinateurs avec les transistors
1960 : Apparition des 3èmes générations d’ordinateurs avec les circuits intégrés
1970 : Apparition des 4èmes générations d’ordinateurs avec le microprocesseur
1980 : 5èmes générations d’ordinateurs avec la miniaturisation des composants et
l’explosion des logiciels.
Si l’encombrement et la consommation des ordinateurs ont diminué avec les progrès
techniques, cependant la vitesse de calcul et la taille de leurs mémoires ont
considérablement augmenté. Les ordinateurs sont devenus très puissants. Aujourd’hui,
l’informatique est devenue une science et est présente dans tous les secteurs d’activités.

6
CHAPITRE II : GENERALITES

II.1. Notion de l’information


a. Au sens général
Une information est un ensemble de renseignements ou nouvelles portant sur un fait
précis.

b. Au sens informatique
C’est un ensemble de données codées que l’on peut mémoriser, susceptibles de subir
des manipulations (Transformations).

II.2. Notion de traitement


C’est le processus de transformation des données de base en résultat.

II.3. Définition de l’informatique


Le mot informatique est composé des mots : INFORMATION et AUTOMATIQUE. Donc nous
pouvons définir l’informatique comme étant la science du traitement automatique et rationnel
des l’information à l’aide d’une machine appelée ordinateur.

II.4. Différentes fonctions d’un système informatique


Un système informatique doit être capable d’acquérir une certaine quantité d’informations :
c’est la fonction d’entrée ;

Un système informatique doit être capable de faire des manipulations (calcul numérique,
analyse logique, …) : c’est la fonction de traitement :

Un système informatique doit être capable de restituer une information : c’est la fonction de
sortie.

C’est trois fonctions sont essentielles pour un système informatique et sont exécutées sous
le contrôle de directives préalablement établies.

7
II.4. EXERCICES SUR L’HISTORIQUE ET LES GENERALITES
EXERCICE 1 : QCM (Choisir la bonne réponse)

La date 1642 dans l’histoire de l’informatique marque :

a. La création de la machine à écrire

b. La création de l’ordinateur avec les circuits imprimés

c. La création de la Pascaline

La Pascaline est une machine inventée par :

a. Albert Einstein

b. Blaise Pascal

c. Bill Gates

d. L’entreprise IBM

e. L’entreprise BULL

Une information au sens informatique est :

a. Une causerie entre amis relative à un conflit opposant des voisins d’un même quartier

b. Un fait divers de la capitale économique rapporté aussi bien par les organes de la

presse écrite que radiodiffusée.

c. Un ensemble de données codées que l’on peut mémorisé susceptibles de subir des

transformations

d. Un reportage effectué par un journaliste d’une télévision internationale.

Le sigle ENIAC signifie :


a. Energie Electrique Internationale Africaine Commune

b. Electronique Nominale Ivoirienne Appliquée Classique

c. Energy Number International And Computer

d. Electronic Numerical Integrator And Computer

e. Energy Numerical International And Computer

8
Un traitement est :

a. Une restitution des résultat attendus

b. Une acquisition de données de base

c. Une transformation des données de base en résultat

d. Une conservation des données traitées à la base

L’informatique se définit comme :

a. Une transformation de données de base en résultat

a. Le traitement des données aléatoires à l’aide d’un ordinateur

b. Le traitement manuel et automatique de l’information à l’aide d’un ordinateur

c. Le traitement automatique et rationnel de l’information à l’aide d’un ordinateur

d. La transformation analogique des résultats fournis à l’aide d’un ordinateur

EXERCICE 2 : Répondre aux questions suivantes

Que vous rappelle la date 1642 ?

Qu’est ce qui s’est passé en 1671 après la mise au point de la Pascaline ?

Qu’est ce qu’une information au sens général du terme ?

Qu’est ce qu’une information au sens informatique du terme ?

Quelles sont les caractéristiques de MARK1?

Que signifie le sigle ENIAC ?

Depuis l’avènement de MARK1 jusqu’aux ordinateurs de nos jours (micro-ordinateurs),

quelles remarques fondamentales faites vous ?

Qu’est ce qu’un traitement ?

Définir la notion du mot informatique ?

Définir les différentes fonctions d’un système informatique ?

9
CHAPITRE III : ASPECT MATERIEL (HARDWARE)

Il s’agit de tout ce que l’on peut toucher qui concoure à traiter efficacement les informations.
L’on peut regrouper tous ces éléments en trois sous ensembles :
 L’unité centrale ;
 Les périphériques de communication qui permettent à l’unité centrale de converser
avec l’extérieur ;
 Les périphériques de stockage de l’information.
III.1. L’unité centrale
Elle comprend :

 Le bloc d’alimentation,
 La carte mère
 Etc.

III.1.1. L’alimentation
C’est la transformation du courant alternatif du secteur en un courant continu de +/- 5
volts ou +/- 12 volts pour certains périphériques.

III.1.2. La carte mère


C’est la carte électronique maîtresse de l’ordinateur, sur cette carte se trouve le
microprocesseur et les mémoires auxiliaires.
a. Le microprocesseur
C’est la pièce maîtresse de l’ordinateur, il est chargé de traiter les données et
d’exécuter les programmes instruction par instruction.
b. Les mémoires auxiliaires
b.1. La RAM (Random Access Memory)
Appelée mémoire vive, mémoire temporaire ou mémoire de travail, la RAM est une
mémoire volatile dans laquelle on peut lire et écrire. Lorsqu’il est sous tension, c’est
cette mémoire que l’ordinateur utilise pour stocker de façon temporaire les données et
les programmes pour les traitements, une fois la tension coupée, toutes les
informations contenues dans la RAM disparaissent.
b.2. La ROM (Read Only Memory)
Appelée mémoire morte ou mémoire non volatile le ROM est une mémoire dans
laquelle on ne peut seulement que lire les informations qui y sont. Les informations
sont quasi permanentes. Mais l’on peut modifier dans certaines mémoires ROM telles
que les EPROM, EEPROM.

10
III.2. Les périphériques de communication

III.2.1. Notion de périphérique

Un périphérique est un élément pouvant être raccordé à l’unité centrale par l’intermédiaire
des interfaces entrée/sortie (Port série, Port parallèle, port USB, ..)

a. Les périphériques d’entrée


Ce sont les éléments qui permettent de fournir les informations à l’ordinateur
Exemple : Le clavier, la souris, la caméra, le lecteur optique, le stylo optique, le micro, le
scanner, etc.
Remarque : le scanner est aussi appelé périphérique d’acquisition

b. Les périphériques de sortie


Ce sont les éléments qui permettent de restituer les informations aux utilisateurs
Exemple : Le moniteur ou écran, l’imprimante, le projecteur vidéo, les haut-parleurs, etc.

c. Le MODEM (Modulateur Démodulateur)


C’est un périphérique de communication qui permet de convertir les données
analogiques en données numériques et vis versa.
III.3. Les périphériques de stockage de l’information ou mémoire de masse
Ce sont les supports de sauvegarde de l’information
Exemple :
a. Le disque dur (Hard Disk en anglais)
Il est caractérisé par :
 Sa racine C
 Sa capacité de stockage
 La non volatilité des informations
b. La disquette (Floppy disk en anglais)

Il est caractérisé par :


 Sa racine A
 Sa capacité de stockage limitée (1,44 Mo)
 La non volatilité des informations

c. Le CD (Compact disk)
Il est caractérisé par :
 Sa racine D
 Sa capacité de stockage 700 MB
 Son mécanisme de lecture
d. Le DVD (Digital Versatile Disk)

11
Il est caractérisé par :
 Sa racine D
 Sa capacité de stockage (4,7 Go ou plus)
 Son mécanisme de lecture

e. La clé USB (Pen drive)

Il est caractérisé par :


 Sa racine E
 Sa capacité de stockage
 Son accès facile

III.4. L’ordinateur (Computer)


C’est une machine équipée de circuits électroniques capable de traiter les informations sous
la forme binaire.
III.4.1. Les différents types d’ordinateurs

a. Les Mainframes
Ce sont les gros ordinateurs qui ont une grande capacité de traitement
b. Les Mini ordinateurs qui sont également volumineux tels que les AS400
c. Les Micro-ordinateurs qui se présentent sous forme d’ordinateurs de bureau :
Exemple : le desktop, les tours (Minitour, moyen-tour, …)

d. Les ordinateurs portables (Lap top, notebook)


e. Les PDA ou Tablettes PC
III.4.2. Schéma fonctionnel d’un ordinateur

III.5. EXERCICE SUR L’ASPECT MATERIEL

12
EXERCICE 1 : QCM (Choisir la bonne réponse)
Un matériel en informatique est :
a. Un câblage virtuel d’éléments pour le traitement de l’information
b. Tout ce qui a une existence physique et qui ‘concoure au traitement de l’information
c. Un programme fonctionnel du traitement automatique et rationnel de l’information
d. L’unité centrale qui renferme tous les composants du traitement de l’information

Le bloc d’alimentation a pour rôle de :

a. Restituer le résultat des données traitées


b. Convertir le courant alternatif du secteur en courant continu de plus ou moins 5V pour
les différents composants de l’UC ou plus ou moins 12V pour certains périphériques
c. Refroidir tous les composants contenus dans l’unité centrale
d. Convertir le courant continu du secteur en courant alternatif de plus ou moins 5V pour
les différents composants de l’UC ou plus ou moins 12V pour certains périphériques

Le microprocesseur représente pour l’ordinateur :

a. La pièce maîtresse du traitement de l’information


b. La mémoire tampon du traitement de l’information
c. La zone auxiliaire pour la sauvegarde de l’information
d. La connexion principale pour la restitution des fichiers temporaires

La RAM est une mémoire qui permet de :

a. Conserver les informations de façon définitive


b. Conserver les informations de façon lente
c. Conserver les informations de façon temporaire

La ROM est :

a. Une mémoire de masse


b. Une mémoire qui conserve les informations de façon définitive
c. Un connecteur relié à l’unité centrale pour les acquisitions d’images vidéo
d. Un logiciel de programmation orienté objets

13
Un périphérique est

a. Un matériel raccordé à l’unité centrale par l’intermédiaire des différents ports (Séries ;
parallèle, USB, etc.)
b. Un câble qui réalise des photos numériques pour les grands centres de stockage
c. Une carte qui permet de configurer les réseaux WAN
d. Un pilote standard permettant à l’unité centrale de prendre en compte les fichiers
batch

Parmi les éléments suivants, cochez périphériques d’entrée

 Le moniteur

 L’imprimante

 Le projecteur vidéo

 La manette de jeux

 La souris

 Le stylo optique

 Le scanner

 Le clavier

 Caméra

 Micro

 Haut-parleurs

Parmi les éléments suivants, cochez périphériques de sortie

 Le moniteur
 Le clavier
 Caméra
 Micro
 Haut-parleurs
 L’imprimante
 Le projecteur vidéo
14
 La manette de jeux
 La souris
 Le stylo optique
 Le scanner

Une mémoire de masse est :

a. Une mémoire temporaire du traitement de l’information


b. Un support de sauvegarde de l’information
c. Une mémoire morte contenant les fonctions de base de l’ordinateur
DVD signifie

a. Digital Vidéo Disk


b. Drive versatile Disk
c. Digital versatile Disk

Un ordinateur est

a. Une machine capable de manipuler les données analogiques


b. Une machine équipée de circuits électroniques capables de traiter les données
binaires
c. Un tableau graphique capable d’effectuer la multiplication et la division
d. Une machine électronique permettant de traiter uniquement les lettres

EXERCICE 2 : Répondre aux questions suivantes

1. Qu’est ce qu’un matériel en informatique ?

2. Quels sont les grands composants de l’unité centrale ?

3. Quel est le rôle du bloc d’alimentation ?

4. Que représente le microprocesseur pour l’ordinateur?

5. Donnez trois synonymes de la RAM ?

6. Quelles sont les caractéristiques de la mémoire RAM ?

7. Donnez trois synonymes de la ROM ?

8. Quelles sont les caractéristiques de la mémoire ROM ?

9. Qu’est ce qu’un périphérique ?

10.Qu’est ce qu’un périphérique d’entrée ?

15
11.Donnez en 4 exemples ?

12.Qu’est ce qu’un périphérique de sortie ?

13.Donnez en 4 exemples ?

14.Que signifie MODEM ?


15.Quelle est son rôle dans la transmission des données ?
16.Qu’est ce qu’une mémoire de masse ?
17.Citez 5 exemples ?
18.Que signifie DVD ?
19.Donnez les caractéristiques du disque dur et du DVD ?
20.Qu’est ce qu’un ordinateur ?

16
CHAPITRE IV : ASPECT LOGICIEL (SOFTWARE)
IV.1. Notion de langage
Un langage informatique est un ensemble de commandes (règles qui permettent de
communiquer avec la machine). Le langage compréhensible par la machine est le langage
machine. Ce langage utilise les signes 0 et 1, il est très complexe et difficilement
compréhensible par l’homme.

Pour faciliter la communication entre l’homme et la machine, l’on a mis au point des codes se
rapprochant le plus possible du langage humain. Un langage est donc un ensemble de codes
ayant des liens entre eux dans un ensemble cohérent.

Nous avons deux types de langage :

 Langage compilé
 Langage interprété

Exemple : Turbo Pascal, PHP ; HTML, Visual basic, JavaScript, C++ Cobol, Fortran, etc.

IV.2. Notion de programme


Un programme est un ensemble d’instructions visant à exécuter une tâche bien précise.

IV.3. Notion de logiciel


Un logiciel est un ensemble de programmes permettant de traiter des tâches beaucoup plus
globales

Nous avons deux types de logiciels :

 Les logiciels de base


 Les logiciels d’application

IV.3.1. Logiciel de base ou système d’exploitation

L’ordinateur est une machine dont le fonctionnement est facilité par un programme
d’exploitation appelé système d’exploitation. Le rôle du système d’exploitation est de gérer
de façon optimale des ressources de l’ordinateur :

 Gestion des programmes


 Gestion de la mémoire
 Gestion des périphériques
 Organisation des fichiers sur le disque
 Gestion des interfaces utilisateurs (communication entre l’homme et la machine)
Exemple : CPM, OS2, MS-DOS, UNIX, LINUX, WINDOWS1.0 jusqu’à WINDOWS 7

17
IV.3.2. Logiciel d’application

Ce sont les programmes qui permettent de traiter les différentes applications


MS WORD, WORDPAD : Traitement de texte
Photoshop, Illustrator : Infographie
Oracle, MS ACCESS, WINDEV : Base de données
Auto card, Corel Draw : DAO (Dessin Assisté par l’Ordinateur)
Publisher, X Press : PAO (Publication Assistée par l’Ordinateur)
VLC, Power DVD : Lecteur média
IV.4. Notion de Répertoire

Appelé répertoire ou dossier, c’est un emplacement sur une mémoire de masse où l’on peut
sauvegarder les fichiers.

IV.5. Notion de fichier


C’est un ensemble d’informations binaires de même type (homogène) permettant de
conserver les traces d’un traitement informatique. Il est enregistré sous un nom et sur un
support de masse.

Un fichier est composé de deux parties :

Le nom proprement dit et l’extension du fichier

Exemple : IFSM.doc

Nom du fichier l’extension du fichier

IV.6. Différentes opérations sur un fichier


Sur un fichier, plusieurs opérations peuvent être faites :

 Insertion
 Modification
 Consultation
 Suppression

IV.7. EXERCICES SUR ASPECT LOGICIEL


EXERCICE 1 : QCM (Choisir la bonne réponse)

Une instruction est


a. Un langage de programmation orienté objet
b. Une tâche élémentaire exécutée par le processeur
c. Une zone temporaire pour le traitement des données

18
Un langage informatique est : (Choisir la bonne réponse)
a. Un ensemble de codes ayant des liens entre elles permettant de communiquer avec
l’ordinateur,
b. Le malinké, le Baoulé, le Bété, le Guéré, le Dida, le Gouro, l’Ebrié, le Yacouba, etc.
c. Une causerie entre les différents rédacteurs de la presse internationale
d. La communication entre communauté vivant sur un même territoire.

Un programme informatique est (Choisir la bonne réponse)


a. Un ensemble d’instructions visant à exécuter une tâche bien précise
b. Un fichier temporaire
c. Un dossier caché pour sécuriser les fichiers systèmes
d. Un calendrier pour organiser les différentes tâches d’un traitement informatique

Un logiciel est : (Choisir la bonne réponse)


a. Un langage beaucoup plus global
b. Une instruction spécifique à un traitement particulier
c. Un ensemble de programmes conçus pour traiter des tâches beaucoup plus globales
d. Un document personnalisé

Parmi les propositions suivantes laquelle est un système de gestion de base


a. MS-DOS
b. OFFICE 2007
c. POWERPOINT
d. PRINT ARTIST
e. WINDEV
Parmi les propositions suivantes laquelle est un logiciel d’application

a. UNIX
b. CPM
c. MICROSOFT PUBLISHER
d. WINDOWS 7
e. LINUX
Un répertoire est (Choisir la bonne réponse)

a. Un fichier caché sur une clé USB


b. Un emplacement sur une mémoire de masse pour conserver un fichier
c. Un document confidentiel de l’ordinateur
d. L’ensemble des morceaux d’un artiste

19
Un fichier est (Choisir la bonne réponse)

a. Un document stocké sur un disque dur pour la sauvegarde des données


b. Un ensemble d’informations binaire de même type (homogène) permettant de
conserver les traces d’un traitement informatique sur un support de masse
c. Répertoire binaire qui permet de transmettre au microprocesseur les données
nécessaires au traitement
d. C’est une extension de document graphique

EXERCICE 2 : Définir les notions suivantes

a. Notion d’instruction 
b. Notion de langage informatique
c. Notion de programme informatique
d. Notion de logiciel
e. Notion de logiciel de base
f. Notion de logiciel d’application
g. Notion de Répertoire
h. Notion de fichier

EXERCICE 3

a. Combien de type de logiciels nous avons


b. Donnez 5 exemples de logiciels systèmes
c. Donnez 5 exemples de logiciels d’applications

20
V. LES UNITES DE MESURES EN INFORMATIQUE
En informatique, les mesures sont utilisées pour quantifier les grandeurs.
V.1. Les unités de mesure de capacité
V.1.1. Le BIT

Le BIT (Abréviation de Binary Digit) est une unité de mesure de stockage de données
informatiques.

Un BIT peut prendre deux (2) valeurs : soit 0 soit 1, ce qui correspond à NON ou OUI, FAUX
ou VRAI, FERMER ou OUVERT cela représente la présence ou non de courant électrique.
V.1.2. l’Octet (Byte en anglais)

1 octet est une unité de mesure de stockage de données égal à 8 bits

V.1.2.1. Les multiples de l’octet

 Le Kilo octets (Ko) est égal à 1024 octets


 Le Méga octets (Mo) est égal à 1024 Ko
 Le Giga octets (Go) est égal à 1024 Mo

V.1.3. Application 

Le chef de classe Nogbou doit saisir un document de 320 pages. Sachant qu’une page ne
peut contenir que 2500 caractères.
Calculer la capacité que doit avoir son support de masse pour la sauvegarde du document :

a. En bit
b. En octet
c. En kilo-octet
NB : 1 caractère correspond à un octet
V.2. Les unités de mesure de transfert
Le Kilobit/seconde

Il mesure la vitesse d’une communication par Modem. Le MODEM bas débit fonctionnent à
56 Kb/s tandis que les Modem ADSL fonctionnent entre 128 et 1024 Kb/s.

V.3. La résolution et la définition


V.3.1. Le pouce (ou inch)
C’est une unité anglo-saxonne de mesure de distance égale à 2,54 cm.

21
V.3.2. Notion de pixel
Un pixel est le plus petit point distinguable dans une image numérique. C’est la juxtaposition
des différents pixels qui forment l’image.

V.3.3 La résolution
C’est le nombre total de pixels d’une image numérique

V.3.4. La définition
La définition représente le nombre de pixels constituant une image en ligne et en colonne.

Exemple : 1024 x 768

V.4. Les unités de CD et DVD


Ce sont des disques amovibles et leurs unités sont exprimées en X

V.4.1. X – CD

Pour un CD, 1X représente la vitesse de lecture ou d’écriture d’un lecteur ou d’un graveur de
CD. 1X correspond à 150 Ko/s

Exemple : Un graveur de CD 48X écrit à la vitesse de : 150 x 48 = 7200 Ko/s

V.4.2. X – DVD
Pour un DVD, 1X représente la vitesse de lecture ou d’écriture d’un lecteur ou d’un graveur
de DVD. 1X correspond à 1350 Ko/s.

V.5. EXERCICES SUR LES UNITES DE MESURES INFORMATIQUES

22
EXERCICE 1 : QCM (Choisir la bonne réponse)

Bit signifie en anglais :


a. Base international de transfert
b. Binary protocol digit
c. Binary digit
d. Byte digit

1 octet correspond à:
a. 7 Bits
b. 256 Bits
c.  Bits
d. 16 Bits

EXERCICE 2 : CONVERSION 


a. Convertir les Ko en Mo

3254 Ko = (  ) Mo 
45232Ko = (  ) Mo 
13254 Ko = (  ) Mo 
5235525 Ko = (  ) Mo 

b. Convertir les Mo en Ko

345 Mo = (  ) Ko ;
70 Mo = (  ) Ko ;
266 Mo = (  ) Ko ;
55 Mo = (  ) Ko 
256 Mo = (  ) Ko 
c. Convertir les Mo en Go

13242543 Ko = (  ) Go 
24435232 Ko = (  ) Go 
4134532544 Ko = (  ) Go 
523655525 Ko = (  ) Go 

EXERCICE 3

23
Le chef de classe Nogbou doit saisir un document de 320 pages. Sachant qu’une page ne
peut contenir que 600 caractères, calculer la capacité que doit avoir son support de masse
pour la sauvegarde de ce document :

a. En octets
b. En Kilo-octets

EXERCICE 4
Monsieur EDIZO expert en organisation communautaire, dans le cadre d’un atelier de
formation doit intervenir sur 4 sujets suivants :

1. Suivi évaluation
2. Planification des organisations communautaires
3. Etude de projet
4. Comptabilité simplifiée des organisations communautaires

Pour le premier sujet, il a préparé une présentation appelée SE.ppt d’une capacité de : 2Go
Pour le second, c’est un document appelé POC.doc d’une capacité de : 122, Mo
Egalement pour le troisième sujet, il a préparé une présentation nommée EP.ppt d’une
capacité de : 1536 Mo
Pour le dernier sujet il a préparé un fichier nommé CSOC.xls d’une capacité de: 20715,2
Ko Il dispose seulement d’un DVD-R de 4,7Go
Pourra t-il enregistrer tous ces fichiers sur le disque ?

EXERCICE 5
Monsieur Boissi Antoine doit participer à une importante réunion de Direction avec un certain
nombre d’informations relatives au bilan financier de son entreprise. Il dispose de 15 minutes
depuis le coup de fil de son Directeur Financier, lui annonçant la tenue de cette séance de
travail. Son bureau est équipé d’un ordinateur avec un graveur de CD de 24X. Les
informations à mettre sur CD sont :
 Le fichier relatif au bilan financier (BilanFin.xls de 476 Mo)
 Le fichier sur les investissements avenir (InvestiAvenir.doc de 217 Mo)
a. Calculer le temps théorique de gravure de ces données sur le CD
b. Monsieur Boissi Antoine pourra t-il être à l’heure à cette réunion ?

EXERCICE 6

Avec un graveur de 24X, Monsieur Robert Brou Decotte a réalisé sur un CD-R de 700MB,
une écriture en 3 minutes.
Déterminer la capacité théorique de ces données sur le support de masse.

CHAPITRE VI : LES SYSTEMES DE NUMERATION

24
De nombreux systèmes de numération sont utilisés en technologie numérique. Les plus
courants sont :

 Le système décimal
 Le système binaire
 Le système octal
 Le système hexadécimal

VI.1. Le système décimal

Le système décimal ou système à base 10 est composé de 10 chiffres qui sont :

0–1–2–3–4–5–6–7--

Etudions le nombre 7427 dans la base 10

7427 = 7x1000 + 4x100 + 2x10 + 7x1

7427 = 7x103 + 4x102 + 2x101 + 7x100

Le système décimal est un système à poids proportionnel en ce sens que la valeur d’un
chiffre dépend de sa position (rang) dans le nombre

Remarque : 10n (10 représente la base et n la position du chiffre dans le nombre)

VI.2. Le système Binaire

Appelé système à base 2, le système binaire est la représentation de tout nombre à l’aide de
deux (2) symboles (0 ; 1).

VI.3. Le système octal

Appelé système à base , le système octal est la représentation de tout nombre à l’aide de
huit () symboles (0 ; 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ;7).

VI.4. Le système hexadécimal


Appelé système à base 16, le système hexadécimal, est la représentation de tout nombre à
l’aide de huit (16) symboles (0 ; 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7 ;  ;  ; A ; B ; C ; D ; E  ; F).

VI.5. Conversion Décimal – Binaire


Principe

25
Il consiste à faire des divisions entières successives par le chiffre 2 jusqu’à obtenir 0 comme
quotient. On fait ensuite une lecture des restes des différentes divisions dans le sens
ascendant (du bas vers le haut).

Application

( 23 )10 = ( ?)2

23 2

1 11 2

1 5 2

1 2 2

0 1 2

1 0

( 23 )10 = ( 10111)2

VI.6. Conversion Binaire – Décimal


Principe

Il consiste d’abord dans un premier temps à identifier la position (rang) de chaque chiffre
dans le nombre. Ensuite, on fait la somme de chaque chiffre que multiplie la base 2 élevé de
son rang.

APPLICATION

( 23 )10 = ( 10111)2

= 1x16 + 0x + 1x4 + 1x2 + 1x1

=(23)10

VI.7. Conversion Décimal – Octal


Principe IDEM (Conversion Décimal – Binaire : divisions successives par )

Application
(25)10 = ( ? )
26
25 

1 3 

3 0

Donc (25)10 = (31)

VI.. Conversion Octal – Décimal


Principe IDEM (Conversion Binaire – Décimal)
Application

(31) = ( ? )10

1 0
(3 1) = 3x1 + 1x0

= 3x + 1x1

= 24 + 1
= (25)10

VI.. Conversion Décimal – Hexadécimal

Principe IDEM (Conversion Décimal – Binaire : divisions successives par 16)


Application

(250)10 = ( ? )16

250 16

10 15 16

15 0

Dans le système de numération à base 16 :

15 F et 10 A

Donc (250)10 = ( FA )16

VI.10. Conversion Hexadécimal – Décimal

Principe IDEM (Conversion Binaire – Décimal)

27
Application

(FA)16 = ( ? )10

1 0
(F A)16 = Fx161 + Ax160

Comme dans le système de numération à base 16 :

15 F et 10 A

Alors nous avons : (FA)16 = (15 x 16 + 10 x1 )10

= 240 + 10

= (250)10

VI.12. EXERCICES SUR LES CONVERSIONS

a. Conversion Décimal - Binaire


(16)10 = ( ? )2
(53)10 = ( ? )2

28
(64)10 = ( ? )2
(128)10 = ( ? )2
(256)10 = ( ? )2
(1024)10 = ( ? )2
b. Conversion Binaire - Décimal
(10011)2 = ( ? )10
( 10101102)2 = ( ? )10
(1000000000)2 = ( ? )10
c. Conversion Décimal - Octal
(52)10 = ( ? )
(62)10 = ( ? )
(252)10 = ( ? )
d. Conversion Octal - Décimal
(15) = ( ? )10
(127) = ( ? )10
(252) = ( ? )10

e. Conversion Décimal - Hexadécimal


(171)10 = ( ? )16
(2)10 = ( ? )16
(64222)10 = ( ? )16

f. Hexadécimal - Décimal

(BAC)16 = ( ? )10

(CAF)16 = ( ? )10

(FAC)16 = ( ? )10

(FADE)16 = ( ? )10

CHAPITRE VII : LES RESEAUX INFORMATIQUES

Né du besoin de la communication des terminaux distants avec le site central, le réseau


informatique peut se définir comme l’interconnexion entre plusieurs ordinateurs.

29
VII.1. Utilisation des réseaux

a. Partage des données communes


Plusieurs utilisateurs peuvent accéder aux mêmes informations

b. La sauvegarde centrale de données


Dans un réseau, la sauvegarde des données est faite une seule fois mais de façon
centralisée.

c. Sécurité des données


La protection des données est très importante quand plusieurs ordinateurs sont reliés
en réseau. Ces données sont protégées à plusieurs niveaux par des mots de passe
avec l’enregistrement des utilisateurs et groupe d’utilisateurs.

d. Partage des ressources


Dans un réseau, chaque utilisateur peut accéder à l’ensemble des périphériques du
réseau.

e. Communication et échange d’information


La communication et les échanges d’informations peuvent être réalisés par des e-
mails ou directement d’un ordinateur à un autre.

VII.2. Exemples de réseaux

VII.2.1. Intranet
C’est un réseau informatique interne à une entreprise. C’est un réseau privé compatible avec
le web, mais séparé de celui-ci par des pare feu (firewall) dont le but est de le protéger des
incursions des éléments extérieurs à l’entreprise.

Quelques fonctions de l’intranet

 Faciliter l’accès à l’information dans l’entreprise avec un outil indépendant des


systèmes de stockages et d’administration des données.
 Mettre en place des mesures permettant de renforcer l’efficacité des collaborateurs.
 Faciliter la circulation des informations
 Etc.
VII.2.2. Extranet

C’est un réseau à caractère commercial, constitué des intranets de plusieurs entreprises qui
communiquent entre elles à travers le réseau internet au moyen d’un serveur web sécurisé.

VII.2.3. Internet

30
C’est un réseau informatique qui relie les ordinateurs du monde entier. Les données sont
transmises par l’intermédiaire des lignes téléphoniques de câbles, de satellites, etc.
Pour communiquer entre eux, les ordinateurs connectés à l’internet utilisent un langage
commun appelé protocole.

VII.2.3.1. Comment est né internet ?

Internet provient du réseau arpanet qui a été conçu en 1969 par l’Agence pour les Projets de
Recherches Avancées (ARPA : Advanced Research Projects Agency) pour le compte du
Pentagone.
Réservé à l’origine aux militaires, le réseau Arpanet s’est étendu aux universités er
administrations américaines.

En 1990, Arpanet est connecté à de nombreux réseaux tous basés sur le même protocole de
communication (TCP/IP). C’est la naissance d’internet : contraction de INTERnational
NETwork qui signifie en français : Réseau international.

VII.2.3.2. Les différents services du net

a. Le World Wide Web


En abrégé WWW (Toile d’araignée mondiale en français), c’est un gigantesque
ensemble de pages électroniques dites pages web reliées entre elles par des liens
hypertextes. Il suffit de cliquer sur un lien pour être dirigé vers une nouvelle page. Les
informations de ces pages peuvent apparaître sous forme de texte, d’mages, de sons
ou de vidéos. Chaque page appartient à un site web qui est un ensemble de pages
créées par un particulier pour une entreprise ou organisation.

b. Le courrier électronique
Le courrier électronique permet de recevoir ou d’envoyer un message électronique (e-
mail) à un ou plusieurs internautes. Pour cela, il suffit de connaître l’adresse
électronique de celui à qui on envoie le message.

c. Le FTP (File Transfer Protocol)


C’est le protocole de téléchargement de fichier. C’est une application de type client
serveur avec un utilisateur FTP et un serveur FTP.

d. Forum de discussion
Appelé newsgroup ou usenet, ce sont des espaces de rencontres thématiques où
chaque internaute peut consulter les news mais a aussi la possibilité d’apporter sa
propre contribution, qui sera lue par les autres.

e. Les listes de diffusions

31
Ce sont les systèmes d’échanges d’informations par e-mail. On s’inscrit auprès d’un
serveur pour recevoir périodiquement dans sa boîte électronique des bulletins
d’informations.

VII.2.3.3. La syntaxe de l’adresse électronique

Nom@Domaine.Pays

Exemple : kouakou@aviso.ci,

Kouakou@yahoo.fr

VII.2.3.4. Les conditions d’accès à internet


a. Connexion avec fil
Il faut :

 Un ordinateur
 Une connexion internet chez un fournisseur d’accès
 Un Modem ou Routeur
 Un navigateur internet

b. Connexion sans fil


 Un ordinateur
 Une connexion internet chez un fournisseur d’accès (clé internet)
 Un navigateur internet

VII.2.3.5. Les défauts d’internet


 Il ne garantit pas la sécurité des données
 La présence des programmes malveillants
 La liberté de propagation de fausses informations
 La promotion de la prostitution et de la pédophilie
 La cybercriminalité
 Etc.

VII.3. EXERCICES SUR LES RESEAUX INFORMATIQUES

EXERCICE 1 QCM (Choisir la bonne réponse)

Un réseau informatique est :


a. Un Switch connecté à un Modem

32
b. Un ordinateur relié à un Hub
c. L’interconnexion entre au moins deux ordinateurs
d. Un ordinateur et un projecteur vidéo

EXERCICE 2 : Répondre par vrai ou faux

1. L’intranet est un réseau informatique Vrai  ou Faux 


2. L’extranet est un système d’exploitation Vrai  ou Faux 
3. L’internet est une mise à jour du MS-DOS Vrai  ou Faux 
4. Facebook est le réseau des réseaux Vrai  ou Faux 
5. L’internet provient du réseau Arpanet Vrai  ou Faux 

FTP en français signifie : (choisir la bonne réponse)

a. Table d’allocation de fichiers


b. Protocole de Transfert de Tables
c. Protocole de transfert de fichiers
d. Partie transmissible de fichier

Parmi les propositions suivantes, laquelle est celle d’une adresse électronique

a. www.Kouakou@yahoo.fr
b. www.ifsm.org
c. Kouakou@yahoo.fr

Parmi les propositions suivantes, laquelle représente le nom d’un domaine de site
internet
a. www.ifsm.org
b. ifsm@gmail.com
c. ifsm@aviso.ci

CHAPITRE VIII : LES BASES DE DONNEES

En abrégé BD, anglais DB (Data Base), une base de données est une entité dans laquelle, il
est possible de stocker des données de façon structurée avec le moins de redondance
possible.

33
Ainsi, la notion de base de données est généralement liée à celle de réseau afin de pouvoir
mettre en commun les informations, d’où le nom de base.

On parle aussi de système d’information pour désigner toute la structure regroupant les
moyens mis en place pour pouvoir partager les données.

VIII.1. Type de base de données

VIII.1.1. Base de données locale

C’est une base de données utilisable sur une seule machine par un utilisateur.

VIII.1.2. Base de données repartie

C’est une base de données où les informations sont stockées sur des machines distantes et
accessibles par réseau.

VIII.2. Avantages d’une base de données

L’avantage majeur de l’utilisation des bases de données est la possibilité de pouvoir accéder
aux informations par plusieurs utilisateurs simultanément et la conservation centralisée des
données.

VIII.3. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES

Afin de pouvoir contrôler les données ainsi que les utilisateurs, le besoin d’un système de
gestion s’est vite fait ressentir. La gestion d’une base de données se fait grâce à un Système
de Gestion de Base de Données (SGBD) ou DBMS (DataBase Management System).

Le SGBD est un ensemble de services (applications logicielles) permettant de gérer les


bases de données) :

 Permettre l’accès aux données de façon simple


 Autoriser un accès aux informations à de multiples utilisateurs
 Manipuler les données présentes dans la base de données (manipula, insertion,
suppression, modification,….)

VIII.4. CARACTERISTIQUES D’UN SGBD

 Rapidité de l’accès
 Administration centralisée
 Limitation de la redondance
 Partage des données
34
 Sécurité des données
 Contre les Indiscrétions
 Contre les destructions
 Contre les Erreurs

VIII.4.1. Les sous systèmes d’un SGBD

Le SGBD se décompose en trois parties

Le système de gestion de fichier : il permet le stockage des informations sur le support


physique

Le SGBD interne : Il gère l’ordonnancement des informations

Le SGBD externe : Il représente l’interface avec l’utilisateur

VIII.4.2.Quelques SGBD

Les principaux SGBD sont :

BORLAND PARADOX , FILE MAKER, IBM DB2, MICROSOFT SQL SERVER, MS ACCESS,
DBASE, FOXPRO, SYBASE, MYSQL, ORACLE

VIII.3.   EXERCICES SUR LES BASES DE DONNEES

EXERCICE 1 (Choisir la bonne réponse)

Une Base de données est :

a. Une mémoire pour stocker les fichiers temporaires


b. Un espace de stockage des brides de fichiers
c. Une entité dans laquelle il est possible de stocker les données de façon structurée
d. Une partie du disque dur qui permet d’accélérer la défragmentation des secteurs

EXERCICE 2.1 : Répondre par vrai ou faux

Une base de données :


a. locale est accessible par réseau par plusieurs utilisateurs Vrai  ou Faux 
b. Repartie est utilisable sur une seule machine Vrai  ou Faux 

35
c. Est gérée par le logiciel d’application Powerpoint Vrai  ou Faux 
d. Ne permet pas le partage des données communes Vrai  ou Faux 

EXERCICE 2.2 : Répondre par vrai ou faux

a. BORLAND PARADOX est un langage de programmation Vrai  ou Faux 


e. MS ACCESS est un SGBD Vrai  ou Faux 
f. DBASE est un utilitaire de formatage Vrai  ou Faux 
g. FOXPRO est logiciel d’infographie Vrai  ou Faux 
h. SYBASE est un logiciel présentation assistée à l’ordinateur Vrai  ou Faux 
i. MYSQL est un programme de conception en architecture Vrai  ou Faux 
j. WINDEV est un système de gestion de base de données Vrai  ou Faux 

EXERCICE 4

Dans un système de gestion de base de données :


a. Le système de gestion de fichier  gère l’ordonnancement
des informations Vrai  ou Faux 
b. Le SGBD interne  représente l’interface avec l’utilisateur Vrai  ou Faux 
c. Le SGBD externe permet le stockage des informations
sur le support physique Vrai  ou Faux 

36
IX. LES VIRUS INFORMATIQUES

IX.1. Définition
Un virus informatique est un programme malveillant conçu pour s’attaquer aux ordinateurs en
modifiant ou en détruisant leurs données pour provoquer ainsi un disfonctionnement du
système informatique.

IX.2. Historique
On estime aujourd’hui que 50 000 virus menacent chaque jour les ordinateurs dans le monde
entier.
Le premier programme apparenté à un virus remonte aux années 1960. Tout commence par
un jeu auquel s’adonnent deux ingénieurs américains. Le principe est simple : attaquer
l’ordinateur adverse à l’aide d’un petit programme qui se multiplie à l’infini. Toutefois, ce
premier virus est encore incapable de contaminer un autre ordinateur.
C’est l’Américain Frederik Cohen qui réalise le premier véritable virus, en 1983. Cet étudiant
en informatique cherche à reproduire le comportement d’un virus biologique. Son programme
est capable d’infecter un autre ordinateur en s’introduisant dans un fichier. Dès que ce fichier
est échangé sur disquette, le virus se propage.
Plus tard, cette idée est reprise par des programmeurs, avec cette fois l’intention de nuire.

IX.3. Les différents types de virus

Il existe plusieurs types de virus :

– Certains s’introduisent dans les programmes. Quand un programme infecté est lancé, le


virus se déclenche et peut contaminer les autres programmes présents sur le disque dur ;

– D’autres virus sont conçus pour s’attaquer au secteur de démarrage du disque dur. Le


secteur de démarrage est la partie du disque dur que l’ordinateur lit en premier quand il
démarre. Si ce secteur est infecté, le virus se loge dans la mémoire vive avant le système,
empêchant parfois l’ordinateur de démarrer. Certaines variantes contaminent ensuite les
programmes ;

– Les « virus macro » (ou « macrovirus ») infectent les fichiers des logiciels qui ont un
langage de macro-commandes. C’est notamment le cas des logiciels de traitements de texte
et des tableurs (Word, Excel, etc.). Quand l’utilisateur ouvre un fichier infecté, la macro-
commande contenue dans ce fichier se lance ;
– Les « vers » et les « chevaux de Troie » Un ver se propage généralement par courrier
électronique sous forme de pièce jointe. L’utilisateur peut donc le transférer sans même avoir
été contaminé. Quant au cheval de Troie, il se fait passer pour un programme inoffensif, mais
dès qu’une condition particulière est remplie, il se déclenche et provoque des dommages.

37
IX.4. Quelques virus les plus connus

Parmi les virus les plus connus, on peut citer Michelangelo, programmé pour se déclencher
le 6 mars 1992, date de l’anniversaire du célèbre peintre (Michel-Ange). Il s’est attaqué à des
systèmes informatiques dans le monde entier.
Le célèbre virus « I Love You », déclenché le 4 mai 2000, a infecté environ
200 000 ordinateurs dans le monde en une seule journée. On estime à plus de 15 milliards
de dollars les dommages qu’il a occasionnés, notamment à cause des fichiers qu’il a détruits.
Toujours en circulation, le virus Cascade empile tous les caractères d’un document en bas
de l’écran. À la fin, toutes les données sont définitivement perdues.

En janvier 2004, c’est au tour du virus Mydoom (alias Navarg) de faire des ravages. Ce


virus extrêmement virulent, existant aurait contaminé plus d’un million d’ordinateurs.

Avec de telles conséquences, la mise au point d’un virus est aujourd’hui considérée


comme un crime informatique et est passible de sanctions.

IX.5. Comment se défendre contre les virus informatiques ?

Autrefois, les virus se propageaient surtout par échange de disquettes. Aujourd’hui, avec


l’essor du réseau mondial Internet, ils se transmettent de plus en plus rapidement. Pour se
défendre contre les virus informatiques, il existe des programmes (ou logiciels) antivirus
qui immunisent les ordinateurs contre certains types de virus et peuvent dans certains cas
les supprimer.

Il est indispensable aujourd’hui d’installer un programme antivirus sur sa machine pour éviter


d’être infecté et surtout de le mettre à jour très régulièrement car de nouveaux virus
apparaissent chaque jour.

IX.6. Antivirus

C’est un programme conçu pour détecter, réparer, supprimer ou mettre en quarantaine un


fichier infecté par un virus.

IX.7. Quelques exemples d’antivirus


 NORTON ANTIVIRUS
 PANDA
 AVIRA
 AVAST
 KASPERSKY
 AVG
 NOD 32
 SOPHOS
 MC AFEE
 DR WEB

38
IX.. EXERCICES SUR LES VIRUS

EXERCICE 1 : (Choisir la bonne réponse)

Un virus informatique est :

a. Un logiciel de piraterie programmable


b. Un utilitaire de maintenance informatique
c. Un programme qui provoque des désagréments à l’ordinateur
d. Un programme de navigation permettant d’accéder aux pages web

Le virus de boot s’attaque

a. Au lecteur de disquette
b. A la carte mère
c. Au secteur de démarrage du disque dur
d. Aux données présentent sur les disques amovibles

Les virus macro s’attaquent

a. Aux logiciels utilisés pour les travaux d’infographie


b. Aux applications des réseaux WAN
c. Les fichiers des logiciels qui ont un langage de macro-commandes
d. A tous les logiciels qui ont une interface graphique

Le virus I LOVE YOU a été déclenché

a. En Mai 2000
b. En Avril 2006
c. En Juillet 1
d. En Septembre 2011
EXERCICE 2 (Choisir la bonne réponse)

Un antivirus est :

a. Un langage qui interprète l’action des virus


b. Un programme qui permet de lutter contre les virus
c. Un utilitaire conçu pour réinitialiser les fichiers batch
d. Un matériel qui protège l’ordinateur des programmes malveillants

39
Parmi ces programmes suivants lesquels ne sont pas des antivirus ?

a. PowerPoint
b. Sophos
c. Avira
d. Paintshop
e. Avast
f. Print artist
g. Outlook

Répondre par vrai ou faux

La mise à jour d’un antivirus n’est pas nécessaire Vrai  ou Faux 

Un antivirus non à jour détecte tous les virus Vrai  ou Faux 

La mise au point d’un virus est légale Vrai  ou Faux 

Un antivirus ne garantit pas la protection totale de l’ordinateur Vrai  ou Faux 

La mise au point d’un antivirus est légale Vrai  ou Faux 

40
QUELQUES QUESTIONS TESTS

1. Donner la définition du mot informatique ?


2. Qu’est ce qu’une information au sens informatique ?
3. Qu’est ce qu’un fichier ?
4. Qu’est ce qu’un virus ? et donner 5 exemples
5. Qu’est qu’un antivirus ? et donner 5 exemples
6. Qu’est ce qu’un langage informatique ? et donner 5 exemples
7. Qu’est ce qu’un programme ?
8. Qu’est ce qu’un logiciel ? et donner les différents types et 3 exemples de chaque.
9. Qu’est ce qu’un périphérique ?
10. Donner 3 exemples de périphériques de sortie
11. Donner 3 exemples de périphériques d’entrée
12. Qu’est ce qu’une mémoire de masse ? et donner 5 exemples
13. Que signifie TIC ?
14. Donner un synonyme du mot information en informatique
15. Quelles sont les différentes fonctions d’un système informatique ?
16. Donner le nom de 2 magasins de vente de matériels informatiques à Abidjan ?
17. A quelles applications servent ces logiciels : Word, Excel, Visual basic ?
18. Qu’est ce c’est le microprocesseur ? et qu’est ce qui le caractérise ?
19. Donner les caractéristiques de la mémoire RAM ?
20. Donner les caractéristiques de la mémoire ROM ?
21. Qu’est ce qu’un réseau informatique ?
22. Donner 3 exemples de réseaux informatiques
23. Donner 3 services sur internet
24. Qu’est ce qu’un Webmaster ?
25. SOPHOS est un antivirus : Vrai ou Faux ?
26. Qu’est ce qu’une base de données ?
27. Que signifie SGBD ?

41
DEUXIEME PARTIE :

MS WORD 2007

MICROSOFT WORD 2007

42
SOMMAIRE

DEUXIEME PARTIE : MS WORD 2007--------------------------------------------------------------------42


CHAPITRE I : PRESENTATION DU LOGICIEL MS WORD-----------------------------------------44
I.1. Définition-----------------------------------------------------------------------------------------------------44
I.2. Présentation de l’interface------------------------------------------------------------------------------44
1.3. Comment lacer MS WORD-----------------------------------------------------------------------------45
1.4. Présentation des différents éléments--------------------------------------------------------------45
I.4.1. Présentation des principaux onglets et leurs contenus-----------------------45
I.4.2. Modification de la marge-----------------------------------------------------------------46
CHAPITRE II : COMMENT CREER UN DOCUMENT-------------------------------------------------48
II.1. Ouverture du document--------------------------------------------------------------------------------48
II.2. Saisie du texte et des objets--------------------------------------------------------------------------48
II.3. Correction de fautes du texte (orthographe ou grammaire)--------------------------------48
II.4. Mise en forme du texte----------------------------------------------------------------------------------49
II.5. Mise en page des paragraphes-----------------------------------------------------------------------50
CHAPITRE III : UTILISATION DES TABLEAUX--------------------------------------------------------56
III.1. Insertion de tableau-------------------------------------------------------------------------------------56
III.2. Modification d’un tableau-----------------------------------------------------------------------------57
III.2.1. Style de bordure et Couleur de bordure------------------------------------------57
III.2.2. Fusion des cellules-----------------------------------------------------------------------58
III.2.3. Fraction des cellules---------------------------------------------------------------------58
III.2.4. Saisie de texte dans les cellules d’un tableau----------------------------------59
III.2.5. Disposition des mots dans les cellules d’un tableau-------------------------59
CHAPITRE IV : MANIPULATION DES FORMES AUTOMATIQUES------------------------------61
QUELQUES RACCOURCIS CLAVIER--------------------------------------------------------------------71
CHAPITRE V : EXERCICES DE SYNTHESE-----------------------------------------------------------72

43
CHAPITRE I : PRESENTATION DU LOGICIEL MS WORD

I.1. Définition
Microsoft Word est un logiciel d’application réalisé par Microsoft, il permet de faire le
traitement de texte :
a. La saisie de texte,
b. La mise en forme de texte
c. La mise en page de texte
d. La création des tableaux
I.2. Présentation de l’interface

Bouton Microsoft Office Barre de titre


Barre de menu

Barre de mise en forme

Règle

Zone de saisie

Ascenseur vertical

Barre d’état

44
1.3. Comment lacer MS WORD
a. A partir du Menu Démarrer
On clique sur :
1. Le menu Démarrer
2. Tous les programmes
3. Microsoft Office
4. Microsoft office word 2007
b. A partir d’un raccourci sur le bureau

Cliquez sur l’icône

 On fait un double clic sur l’icône pour lancer l’application MS WORD

1.4. Présentation des différents éléments


 La barre de titre

C’est au niveau de la barre de titre que le nom donné au document s’affiche  : ici, le
nom du fichier est SUPPORT DE COURS WORD IFSM
I.4.1. Présentation des principaux onglets et leurs contenus
a. L’onglet Accueil

45
b. L’onglet Insertion

c. L’onglet Mise en page

d. Les orientations de la page

Un document peut être orienté en portrait ou en paysage :


On clique :
 Sur l’objet orientation de l’onglet Mise en page comme le montre la figure

Cliquez ici

 Ensuite on choisit l’une des orientations comme le montre la figure ci-dessous

Cliquez ici

I.4.2. Modification de la marge

 On clique sur l’onglet Mise en page


 Ensuite sur l’objet Marges
 Sur Marges personnalisées pour avoir la figure ci-dessous

46
Cliquez pour modifier la marge

47
CHAPITRE II : COMMENT CREER UN DOCUMENT

II.1. Ouverture du document


Après le lancement du logiciel MS WORD, on se retrouve dans l’interface de l’application
comme le montre la figure ci-dessous

II.2. Saisie du texte et des objets


On ajoute tout ce que l’on veut (saisie de texte ou insertion d’image)

II.3. Correction de fautes du texte (orthographe ou grammaire)


Première possibilité
 On sélectionne le texte
 On clique sur l’onglet Révision
 On clique l’objet Grammaire et orthographe de l’option Vérification comme le montre la
figure ci-dessous

48
Cliquez ici

Et dans la fenêtre ci-dessous :

Cliquez ici
Cliquez ici

 On choisit la suggestion vraie et on clique sur le bouton modifier pour corriger la faute

Deuxième possibilité
Correction du mot Économique au lieu de Economic
 On fait un clic droit sur le mot souligné pour obtenir une suggestion de la correction
avec le menu contextuel ci-dessous

Cliquez ici pour corriger

II.4. Mise en forme du texte

Taille du texte
 On sélectionne le texte

 On choisit la taille comme le montre la figure suivante

49
Cliquez ici

Police du texte
 On sélectionne le texte
 On choisit la police comme le montre la figure suivante

Cliquez ici

Couleur du texte
 On sélectionne le texte
 On choisit la couleur comme le montre la figure suivante

Cliquez ici

II.5. Mise en page des paragraphes


Alignement du paragraphe
 A droite
 A gauche
 Au centre
 Justifier
 On sélectionne le paragraphe
 On active l’onglet Accueil
 Dans l’attribut Paragraphe, on choisit l’un des alignements comme le montre la figure
ci-dessous.

A gauche
Justifier

Au centre A droite
50
Lettrine

 On sélectionne le paragraphe
 On clique sur l’onglet insertion
 Dans l’attribut texte, on clique sur lettrine comme la figure ci-dessous

On clique ici

Dans la fenêtre ci-dessous, on clique sur option de lettrine comme le montre la figure ci-
dessous

On clique ici
Dans la fenêtre Lettrine ci-dessous, on choisit :
 La position de la Lettrine (dans le texte)
 La police de la lettrine (au choix)
 Le nombre de ligne de la lettrine (au choix)
 La distance de la lettrine du texte (de préférence 0)

On choisit la position

On choisit police

On choisit position
On choisit la distance

Cliquer ici

 Enfin, on clique sur le bouton OK pour créer la lettrine

51
p ays libre et libéral, le notre est ouvert par sa nature, par raison et par inclination, il
demeurera ce qu’il est : accueillant et fraternel à tous ceux qui font du respect à notre
indépendance politique et économique.

Enregistrement du document

 On clique sur le bouton office


 On clique sur la commande Enregistrer sous
 Pour une question de compatibilité avec les versions antérieures, on choisit :
Document Word 97 – 2003
 Dans la fenêtre ci-dessous, on choisit un dossier. Exemple : Bureau
 On saisit ensuite le nom du fichier
 Enfin, on clique le bouton enregistrer pour sauvegarder le fichier

Cliquer ici
Exercice d’application
Objectifs
Saisie de texte, correction de texte, mise en forme de texte, mise en forme de paragraphe

Mars 1990, avènement du multipartisme et déclenchement du front démocratique. De


nouveau, un grand vent de liberté et d’espoir démocratique envahissent la Côte d’Ivoire toute
entière. La confiance retrouvée, le peuple s’organise, plus déterminé que jamais à faire face
aux immenses tâches de reconstruction de la patrie. Le Front démocratique, cadre
d’expression du populaire s’organise : Le FPI, le PIT, l’USD ; le PPS, le SYNARES,
ensemble et en rang serré, toutes les organisations œuvrent à l’édification de la société
nouvelle.

52
Chaque jour qui passe, l’unité du peuple autour du Front démocratique devient une réalité
vivante de notre démocratie triomphante. Au plan national, les victoires sur les grands
chantiers s’accumulent, au plan international, l’estime pour notre pays et la crédibilité de
notre jeune démocratie s’accroissent.
TRAVAIL A FAIRE
1. Saisir le texte en 15 minutes
2. Corriger les fautes d’orthographe et de grammaire du texte
3. Appliquer la police ARIAL BLACK, la taille 18 au titre et centré le
4. Appliquer la police ARIAL au reste du texte
5. Créer 3 paragraphes et justifier les
1er Paragraphe : Mars 1990 ……………….reconstruction de la patrie
2ème Paragraphe : Le Front démocratique………………..de la société nouvelle
3ème Paragraphe : Chaque jour qui passe………notre jeune démocratie s’accroissent
6. Appliquer une lettrine à chaque paragraphe.

EXERCICE 2 (Non corrigé)

53
NOM ET PRENOMS Abidjan, le 14 janvier 2012

Adresse

Contact

Monsieur le Directeur des Ressources

Humaines de SNAF TECCHNOLOGY

ABIDJAN

Objet : Demande d’emploi

Monsieur,

J’ai l’honneur de solliciter auprès de votre haute bienveillance, l’obtention d’un


emploi en tant que Technicien en Informatique au sein de votre établissement.

En effet, je suis un jeune ivoirien titulaire d’un CQP (Certificat de Qualification


professionnel) en Informatique, obtenu à l’Institut de Formation Sainte Marie (IFSM),
et la qualité de ma formation me permet de répondre à tous vos attentes. Je suis
disponible et ayant l’esprit du travail en équipe et prêt à servir à tous les postes que
vous aurez à me confier.

Dans l’espoir que ma requête aura une suite heureuse, je vous prie d’accepter
Monsieur, le Directeur, l’expression de ma profonde gratitude.

L’intéressé(e)

54
TP N° 2 : CONCEPTION D’UN CV

Curriculum vitae

Etat Civil

Nom :
Prénoms :
Date et lieu de naissance :
Situation matrimoniale :
Contact :

Domaine de compétence 

Technicien en informatique
 Infographie
 Conception multimédia
 Maintenance informatique et Réseau

Formation

Formation professionnelle

2011 – 2012 : Formation qualifiante en informatique à l’Institut de Formation Sainte marie


(IFSM)

Formation générale
2010 – 2011 :

Expérience professionnelle

Projet de fin de formation


Thème : Conception et Réalisation d’un réseau local au sein de la salle machine INFO2

Autres 

Langues
Français : Lu, parlé, écrit

55
Anglais : Lu, parlé moyen écrit moyen
Sport : Football, basket-ball

CHAPITRE III : UTILISATION DES TABLEAUX

III.1. Insertion de tableau


 On clique sur l’onglet insertion,
 Ensuite on clique l’objet Tableau comme le montre la figure ci-dessous

On clique ici

On clique sur la commande insérer un tableau

On clique ici

Nombre de colonnes
Nombre de lignes

Nous avons un tableau de 5 colonnes et 2 lignes

56
III.2. Modification d’un tableau
III.2.1. Style de bordure et Couleur de bordure

 On sélectionne le tableau
 On clique sur l’onglet création et dans la fenêtre ci-dessous on clique sur bordure

Clique ici

 Ensuite sur Bordure et trame comme le montre la figure ci-dessous

Clique ici
Dans la fenêtre ci-dessous, on peut appliquer un style de bordure, une couleur de bordure,
une largeur de bordure comme le montre la figure ci-dessous

57
Style de bordure

Couleur de bordure

Largeur de bordure

On clique sur le bouton OK pour valider Cliquer ici

III.2.2. Fusion des cellules


Fusionner deux ou plusieurs cellules, c’est de les rendre en une seule cellule
Application : Tableau de 3 lignes et 6 colonnes

Nous allons :
 Fusionner toutes les cellules de la 1ère ligne
 Fusionner les 3 premières cellules de la 2ème ligne
 On sélectionne toutes les cellules de la 1ère ligne
 On clique sur l’onglet Disposition
 Dans l’attribut fusionner, on clique sur fusionner les cellules comme le montre la figure
ci-dessous

Cliquer ici

On sélectionne les 3 premières cellules de la 2 ème


 On clique sur l’onglet Disposition
 Dans l’attribut fusionner, on clique sur fusionner les cellules pour avoir le tableau suivant

58
III.2.3. Fraction des cellules
Fractionner une cellule, c’est de rendre une cellule en plusieurs autres cellules
Application
Nous avons un tableau de 2 colonnes 2 lignes

Nous voulons apporter les modifications suivantes :


a. Première ligne : fractionner la 2ème cellule en 2 colonnes
b. Deuxième ligne : fractionner la 1ère cellule en 3 colonnes
 On sélectionne la 2ème cellule de la 1ère ligne, on active l’onglet disposition
 On clique l’objet fractionner les cellules pour avoir la fenêtre ci-dessous

Saisir le nombre colonnes

Saisir le nombre lignes


Cliquer pour fractionner

 On sélectionne la 2ère cellule de la 2ème ligne on active l’onglet disposition


 clique l’objet fractionner les cellules pour avoir la fenêtre ci-dessous

Saisir le nombre colonnes

Saisir le nombre lignes


Cliquer pour fractionner

On a enfin le tableau final ci-dessous.

59
III.2.4. Saisie de texte dans les cellules d’un tableau

Pour écrire dans les cellules d’un tableau, on clique dans la cellule et on saisit le mot

ECOLE AUTO MISE EN FORME ESSAI


PARA MIXTE SELECTION OBUS SILENCE

III.2.5. Disposition des mots dans les cellules d’un tableau


a. On sélection le tableau avec son contenu
b. On clique su l’onglet disposition
c. Ensuite sur alignement comme le montre la figure ci-dessous

Clique ici

d. On clique sur l’alignement horizontalement et verticalement au centre comme le


montre la figure ci-dessous

Clique ici

On a enfin le tableau avec les mots bien disposés dans les cellules comme le mo ntre la figure
ci-dessous

ECOLE AUTO MISE EN FORME ESSAI

PARA MIXTE SELECTION OBUS SILENCE

EXERCICES SUR LES TABLEAUX


EXERICE 1

FILIERE INDUSTRIELLE FILIERE TERTIAIRE

MATIERES TECHNIQUES MATIERES GENERALES MATIERES TECHNIQUES

ALGO ATO SGBDR DROIT ANG ECO SMPAC

CULTURE INFORMATIQUE COMPTA ANALYTIQUE

COMPTA DES SOCIETES


60
FISCALITE

EXERICE 2

QUELQUES FILIERES AU BTS

FILIERES INDUSTRIELLES FILIERES TERTIAIRES

INFORMATIQUE Génie civil ADMINISTRATION COMMERCE

GESTION MAINTENANCE PUBLIQUE PRIVE GESTION


Bâtiment
AGL Réseau Télécom CL/CT PME/PMI COMMERCIALE

CHAPITRE IV : MANIPULATION DES FORMES AUTOMATIQUES


Application : Réalisation d’un cachet
Insertion de forme automatique (Trait) 2 traits perpendiculaires de 10 cm
 Dans l’onglet Insertion, dans l’attribut Illustration on clique sur l’objet Forme comme
le montre la figure ci-dessous

Clique ici

 Ensuite, on clique sur l’outil Trait

Clique ici

 Tracer une droite horizontale de 10 cm comme le montre la figure ci-dessous

61
 Sélectionner le trait précédemment tracé, copier le et coller le comme le montre la
figure ci-dessous

 Cliquer sur l’onglet Format et ensuite Rotation de l’attribut Organiser comme le


montre la figure ci-dessous

Clique ici

 Enfin cliquer sur Faire pivoter à droite de 90° pour avoir la figure ci-dessous

 Insérer une autre forme automatique (ellipse)

 Dans l’onglet Insertion, dans l’attribut Illustration on clique sur l’objet Forme comme
le montre la figure ci-dessous

62
Clique ici

Ensuite, on clique sur l’outil Ellipse

Clique ici

 Tracer l’ellipse sur les 2 droites perpendiculaires


 Modifier le cercle avec les dimensions suivantes : Hauteur : 8,5 cm Largeur : 8,5 cm
 Sélectionnez l’ellipse
 Cliquez sur l’onglet Format
 Cliquez sur l’option taille comme le montre la figure ci-dessous

Clique ici

Modification du remplissage de forme et du contour de forme (grand cercle)

 Dans la fenêtre ci-dessous, on active l’onglet Taille et on définit la Largeur à 8,5 cm et


la Hauteur à 8,5 cm

Hauteur

63
 On clique sur le bouton OK
Toujours dans la même fenêtre, on active l’onglet Couleurs et traits
Dans couleur de remplissage, on choisit : Aucune couleur
Dans couleur de contour ou de ligne : Bleu foncé
Dans style de trait simple : avec épaisseur 4,5 pt

Remplissage de forme

Style de trait
Contour de forme

Epaisseur

Cliquer sur OK
 On clique sur le bouton OK pour obtenir le cercle correspondant

 Ensuite, on déplace le cercle de façon à ce que les points de sélection verticaux


coïncident avec le trait vertical et les points de sélection horizontaux coïncident avec
le trait horizontal comme le montre la figure ci-dessous.

Création et modification d’un autre cercle (petit cercle)

 Sélectionner le premier cercle, copier et collez-le, et faite les modifications suivantes

64
 Dans la fenêtre ci-dessous, on active l’onglet Taille et on définit la Largeur à 5,5 cm et
la Hauteur à 5,5 cm

Hauteur

Largeur

 Toujours dans la même fenêtre, on active l’onglet Couleurs et traits


 Dans couleur de remplissage, on choisit : Aucune couleur
 Dans couleur de contour ou de ligne : Bleu foncé
 Dans style de trait simple : avec épaisseur 2,25 pt

Remplissage de forme

Style de trait
Contour de forme

Epaisseur

 On clique sur le bouton OK pour obtenir le cercle correspondant


 Ensuite, on déplace le petit cercle de façon à ce que les points de sélection verticaux
coïncident avec le trait vertical et les points de sélection horizontaux coïncident avec
le trait horizontal

65
Insertion d’objet Wordart
 On active le Menu Insertion
 Dans l’option texte, on clique sur l’outil Wordart comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

Ce qui permet d’afficher la galerie Wordart comme le montre la figure ci-dessous

 On clique sur le premier effet pour obtenir la zone de saisie ci- dessous

66
Cliquer ici

 Dans la zone de saisie wordart ci-dessus, on saisit le texte qui est : Cabinet de
Conception de Formation et de conseils en Informatique Appliquée (Taille : 18,
Police Arial Narrow)
 On clique sur le bouton OK

 Le texte ci-dessus s’affiche avec un habillage qui est : Aligné sur le texte
 Il faut donc changer l’habillage du texte : Devant le texte pour pouvoir le déplacer
 On clique sur le texte pour le sélectionner
 On clique sur l’onglet Format
 Dans l’option Organiser, on clique Habillage du texte pour choisir Devant le texte
comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

Modification du remplissage de forme et du contour de forme de l’objet wordart

 On sélectionne le texte on clique sur l’onglet Format


 On clique que l’option Taille

67
Hauteur

Largeur

 Ensuite on clique sue l’onglet Couleurs et traits

Choisir Bleu foncé

Choisir Bleu foncé

 On clique sur le bouton OK pour obtenir la figure ci-dessous


Cliquer ici

Transformation de la figure ci-dessus en texte circulaire

 On clique sur la figure pour la sélectionner


 On clique sur l’onglet Format

68
 Dans l’option Wordart, on clique sur l’objet Modifier l’objet wordart comme le
montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

 On clique sur l’objet cercle pour obtenir la figure ci-dessous

 Ensuite, on déplace le cercle de façon à ce que les points de sélection verticaux


coïncident avec le trait vertical et les points de sélection horizontaux coïncident avec
le trait horizontal pour obtenir la figure ci-dessous.

69
Insertion du texte à l’intérieur du cachet

1. Dans le menu Insertion, cliquer sur


2. Dans la zone de saisie votre texte ici, avec la police Arial Narrow, taille 18 :
3. Saisir le texte La Direction des Etudes et appuyer sur la touche ENTREE
4. Saisir le texte Tel. : 22  45  71  01 et appuyer sur la touche ENTREE

5. Saisir le texte Fax : 22  45  71  23 et appuyer sur la touche ENTREE


6. Cliquer le la touche OK
7. Cliquer sur le texte et modifier l’habillage en choisissant : devant le texte
8. Sélectionner le texte et choisissez comme couleur de remplissage forme : bleu foncé
et couleur de contour de forme : Bleu foncé
9. Dans l'onglet Taille, choisissez : Largeur = 4,23 cm Hauteur = 2,23 cm
10. Sélectionner de nouveau le texte, et avec les touches de directions, déplacer le de
sorte que les points de sélections verticaux coïncident avec la ligne verticale et les
points de sélections horizontaux coïncident avec le trait vertical comme le montre la
figure finale ci-dessous.

 Enfin supprimer les deux traits perpendiculaires pour obtenir l’image finale ci-dessous

70
QUELQUES RACCOURCIS CLAVIER
RACCOURCIS FONCTIONS
CTRL + N Permet de créer un nouveau document
CTRL + O Permet d’ouvrir un document
CTRL + W Permet de fermer un document
CTRL + F Permet de rechercher du texte
CTRL + H Permet de remplacer du texte
ECHAP Permet d’annuler une action non validée
CTRL + Z Permet d’annuler une action précédente
CTRL + Y Permet de répéter une action
CTRL + ALT +  Permet d’augmenter la taille des caractères
CTRL +  Permet de réduire la taille des caractères
SHIFT + F3 Permet de changer la casse
CTRL + SHIFT + A Tout en majuscule
CTRL + G Permet de mettre le texte en gras
CTRL + U Permet de souligner le texte
CTRL + I Permet de mettre le texte en italique
SHIFT + ALT + U Permet de souligner les mots sans les espaces
CTRL + ALT + U Permet de souligner doublement le texte
CTRL + SHIFT + K Petite majuscule
CTRL + (=) Permet de mettre en indice
CTRL + (+) Permet de mettre en exposant
CTRL + E Permet de centrer le paragraphe
CTRL + J Permet de justifier un paragraphe
CTRL + SHIFT + G Permet d’aligner le paragraphe à gauche
CTRL + SHIFT + D Permet d’aligner le paragraphe à droite
CTRL + T Permet de créer un retrait négatif de 1ère ligne
CTRL + C Permet de copier

71
CTRL + X Permet de couper
CTRL +V Permet de coller
CTRL + A Permet de tout sélectionner
F4 Permet de reproduire une action précédente

CHAPITRE V : EXERCICES DE SYNTHESE

EXERCICE 1

Facile

Tu te lèves l’eau se déplie, tu te couche l’eau s’épanouie, tu es l’eau détournée


de ses abîmes, tu es la terre sur laquelle, tout prend racine, tu fais de bulles de
silence dans le désert des bruit, tu chantes des hymnes nocturnes sur les côtes
de l’arc-en-ciel, tu es partout, tu abolis toutes les routes tu sacrifie le temps, à
l’éternel jeunesse qui voit la femme en la reproduisant, Femme tu mets au un
corps toujours pareille le tien, tu es la ressemblance
Le feu sacré brûle la danse sacré s’exécute, le coq blanc écourté décrit une
ronde puis se renverse vaincu par les dieux statut de bois, statue sans voix je te
remercie de m’avoir ajouté au nuances délicates de monde pour garantir
l’harmonie des couleurs d’ici bas.
TRAVAIL A FAIRE (avec les raccourcis clavier sans toucher à la souris)

Saisir le texte en 10 minutes

a. Traitement sur le Titre (facile)


Police : ARIAL BLACK
Taille : 24
Alignement : Centré
Couleur : Bleu
Soulignement : Double trait
b. Traitement sur le 1er paragraphe (Tu te lèves……tu es la ressemblance)

72
Police : Times New roman
Taille : 14
Alignement : justifier
Couleur : bleu foncé
Lettrine : dans le texte sur 3 lignes avec la police ARIAL BLACK
c. Traitement sur le 2ème paragraphe (Le feu sacré……des couleurs d’ici bas)

Police : Garamond
Taille : 14
Alignement : justifier
Couleur : Noir
Lettrine : Dans le texte sur 2 lignes avec la police ARIAL

EXERCICE 2 : (Réalisation de tableaux)

NIMIGNON LIBRAIRIE DU PARC MATIGNON

PAGEMAKER
MARI SEMPER

ODP CASTING

PHOTOSHOP
MS WORD
GROUSSAIN
PUCE SUP-ELITE
VILLE
EST-LOKO
GROUPE
OLYMPE

ECOLES PRIVEES
L’EXCELLENCE

LA CONSCIENCE DE L’HISTOIRE
GROUPE IFSM

LE SOURIRE RIEN QUE LE


MEECI
SOURIRE
FEDEK VISUAL BASIC
MAXI GROUPE ESAM
YUARD IL N’Y A RIEN QUE L’AMOUR DE DIEU QUI GUERIT LES CŒURS

TAF:REALISER LE TABLEAU CI-DESSUS (10 lignes et 10 colonnes).

EXERCICE 3 : (Réalisation d’un diplôme de participation)

73
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
CABINET DE CONCEPTION DE FORMATION
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
ET DE CONSEIL EN INFORMATIQUE
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
Yopougon – NiangonSNAF
nordTECHNOLOGY SNAF
Tél : 23 – 46 TECHNOLOGY
– 48 – 45 / 08 SNAF
- 75 -TECHNOLOGY SNAF
68 - 78 / 05 – 46TECHNOLOGY
71 – 36
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
Je soussigné, N’Guessan Théophile, Responsable du Cabinet SNAF TECHNOLOGY,
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
atteste que Mlle Gnéky Ange Yvette a subi avec succès les épreuves d’évaluation de fin
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
de Formation, Option opératrice de Saisie.
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
En foi de quoi, la présente attestation lui est délivrée pour servir et valoir ce que de
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
droit.
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY Le Responsable
SNAF TECHNOLOGY deSNAF
Formation
TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
74 SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY SNAF TECHNOLOGY
TROISIEME PARTIE :
MS EXCEL 2007

MICROSOFT WORD 2007

75
SOMMAIRE

TROISIEME PARTIE : MS EXCEL 2007------------------------------------------------------------------75


CHAPITRE I : PRESENTATION DU LOGICIEL MS EXCEL-----------------------------------------77
I.1. Définition-----------------------------------------------------------------------------------------------------77
I.2. Comment lancer MS EXCEL ?-------------------------------------------------------------------------77
I.3. présentation des différents éléments de l’interface-------------------------------------------78
CHAPITRE II : COMMENT CREER UN CLASSEUR--------------------------------------------------79
II.1. Ouverture d’un nouveau classeur-------------------------------------------------------------------79
II.2. Manipulation des feuilles de calcul-----------------------------------------------------------------80
TP Nº1 : COPIE INCREMENTEE ET INSERTION DE FORMULE---------------------------------83
EXERCICE 2 : CONDITION SI POUR LE CALCUL DE LA REMISE------------------------------85
EXERCICE 3 : CALCUL DE MOYENNE ARITHMETIQUE-------------------------------------------88
EXERCICE 4 : CALCUL DE MOYENNE AVEC COEFFICIENTS----------------------------------90
EXERCICE 5 : Fonctions( RANG, MAX, MIN)----------------------------------------------------------91
EXERCICE 6 :FACTURE AVEC CALCUL DE MONTANT HT, TVA, MONTANT TTC-------94
REALISATION D’UN BUDGET FAMILIAL SUR UN SEMESTRE----------------------------------98
EXERCICES SUR LES GRAPHIQUES--------------------------------------------------------------------99
EXERCICE SUR LES LIENS ENTRE LES FEUILLES D’UN CLASSEUR---------------------104
EXERCICE SUR LES FILTRES----------------------------------------------------------------------------108
CALCUL DES HEURES DE VACATION DE 4 ENSEIGNANTS---------------------------------112
EN FONCTION DE LEUR CODE DE RECRUTEMENT---------------------------------------------112
REALISATION D’UN BULLETIN DE SALAIRE A PARTIR DE LA SAISIE DU MATRICULE
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------113
EXERCICE SUR L’ANALYSE DES TABLEAUX CROISES DYNAMIQUES------------------114

76
CHAPITRE I : PRESENTATION DU LOGICIEL MS EXCEL

I.1. Définition

Microsoft EXCEL est logiciel d’application conçu par Microsoft, il permet de


réaliser des tableaux sous forme de liste de données, et des graphiques de
données

I.2. Comment lancer MS EXCEL ?


a. A partir du raccourci sur le bureau de Windows

Double clic

 On fait un double clic sur l’icône pour lancer l’application MS EXCEL

b. A partir du menu Démarrer


On clique sur :
1. Le menu Démarrer
2. Tous les programmes
3. Microsoft Office
4. Microsoft office Excel 2007

77
I.3. présentation des différents éléments de l’interface

Barre de titre Barre de formules


Cellule active

Référence Numéro de colonne


Cellule active

Numéro de ligne Ascenseur vertical

Feuille du classeur
Ascenseur horizontal

La page d’un classeur peut être orientée en portrait ou en paysage 

78
CHAPITRE II : COMMENT CREER UN CLASSEUR
II.1. Ouverture d’un nouveau classeur

Par défaut, un classeur vierge contenant des feuilles vierges est ouvert à l’écran. Si ce n’est
pas le cas, choisissez Nouveau en cliquant sur le Bouton office comme le montre la figure
ci-dessous.

Cliquer ici

On clique sur Menu Nouveau comme le montre le figure ci-dessus

Sélectionnez Nouveau classeur Excel

Cliquez sur Créer pour basculer dans une feuille vierge


comme le montre la figure ci-dessous
Cliquer ici

79
Cliquer ici pour insérer une nouvelle
feuille
II.2. Manipulation des feuilles de calcul
a. Insertion d’une nouvelle feuille
Pour insérer une nouvelle feuille, cliquer sur l’objet comme le montre la
figure ci-dessus.
b. Renommer une feuille
On fait un clic droit sur l’une des feuilles et dans le menu contextuel,
clique sur la commande Renommer comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

80
On saisit le nouveau nom de la feuille, comme le montre la figure ci-dessous

Saisir le nouveau nom de la feuille


c. Identification des cellules d’une feuille de calcul

Une feuille de calcul est composée de cellules. Une cellule est identifiée par ses références :
La lettre de colonne : (A, B, C, D, E…)
Le numéro de ligne : (1, 2, 3, 4, 5, 6..)

LE PATLIN : Cellule A2, COCODY : Cellule  B1,


KATCHASS : Cellule  D2, YOPOUGON : Cellule  C3
PLATAEU  : Cellule  B4

II.3. Enregistrer un classeur

Pour enregistrer un classeur


On clique sur le Bouton office
On clique sur la commande Enregistrer sous
On cliquer sur Classeur Excel 97 -2003.. comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

Dans la fenêtre Enregistrer sous, on procède à l’enregistrement du fichier avec son


l’emplacement et le nom proprement dit du classeur comme le montre la figure ci-dessous

81
Saisir le nom du classeur

Cliquer pour enregistrer

82
TP Nº1 : COPIE INCREMENTEE ET INSERTION DE FORMULE
EXERCICE 1

Objectifs :

 Copie incrémentée d’un texte et d’une formule


 Savoir calculer le prix total de chaque article à partir d’une formule

Référence Désignation P.U Quantité Prix Total


FH0001 Imprimante 65 000 6 Formule
FH0002 Scanner 40 000 5 Formule
Clavier 8 000 12 Formule
Disque dur 35 000 7 Formule
Barrette mémoire 12 000 13 Formule
Souris 3 000 21 Form ule

Correction de l'Exercice 1

 Copie incrémentée d’un texte et d’une formule


a. Copie incrémentée de texte

1. Sélectionner les cellules A2 et A3, positionner le pointeur de la souris en bas et à


droite de la sélection, le pointeur de la souris prend la forme du signe plus comme le
montre la figure ci-dessous.

2. Tout en maintenant l'œil gauche de la souris enfoncé, descendez pour effectuer la


copie incrémentée comme le montre la figure ci-dessous.

83
b. Copie incrémentée de formule
Toute formule en Excel commence par le signe =
1. Dans la cellule E2, on saisit la formule suivante : =C2*D2 comme le montre la figure ci-dessous

2. On appuie sur la touche ENTREE pour valider la formule. On a le résultat suivant

3. On sélectionne la cellule E2, on positionne le pointeur de la souris à l'extrémité bas à droite comme le montre la
figure ci-dessous.

4. Tout en maintenant l'œil gauche de la souris enfoncé, descendez pour effectuer la


copie incrémentée de formule sur les cellules du bas, comme le montre la figure ci-
dessous.
84
EXERCICE 2 : CONDITION SI POUR LE CALCUL DE LA REMISE
Objectifs

 Utilisation de la fonction si pour le calcul de la remise


 Utilisation de la fonction somme

Référence Désignation P.U Qté Prix Tot Remise TAR


FH0001 Imprimante 65 000 6 390 000 Formule Formule
FH0002 Scanner 40 000 5 200 000 Formule Formule
FH0003 Clavier 8 000 12 96 000 Formule Formule
FH0004 Disque dur 35 000 7 245 000 Formule Formule
FH0005 Barrette mémoire 12 000 13 156 000 Formule Formule
FH0006 Souris 3 000 21 63 000 Formule Formule
Montant total à payer

Après l’exercice 1, calculer le montant de la remise avec les conditions ci-dessous

Si le prix total est supérieur ou égal à 200 000 F CFA, le taux de remise est de 25

Si le prix total est inférieur ou égal à 200 000 F CFA, il n’y a pas de remise

 Insérer la formule permettant de calculer le montant de la remise des imprimantes


 Faites ensuite la copie incrémentée de la formule sur les autres articles
CORRECTION EXERCICE 2

Calcul de la remise selon les conditions spécifiées plus haut.

1. On saisit dans la cellule F2 la formule suivante :


siE2>200000E2*25siE2200000E20

85
2. On valide la formule en appuyant sur la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

3. On sélectionne la cellule F2, on positionne le pointeur de la souris à l'extrémité bas à droite comme le
montre la figure ci-dessous.

4. Tout en maintenant l'œil gauche de la souris enfoncé, descendez pour effectuer la copie incrémentée de
formule sur les cellules du bas, comme le montre la figure ci-dessous.

Le total après remise est égal au Prix total moins la remise


NB : Le Total après remise est égal à : [Prix Total] – [Remise]
1. On saisit dans la cellule G2 la formule suivante :
=E2 - F2  ; comme le montre la figure ci-dessous

86
2. On appuie sur la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

3. On sélectionne la cellule G2, on positionne le pointeur de la souris à l'extrémité bas à droite comme le montre la
figure ci-dessous.

4. Tout en maintenant l'œil gauche de la souris enfoncé, descendez pour effectuer la copie incrémentée de formule
sur les cellules du bas, comme le montre la figure ci-dessous.

Calcul du Montant total à payer avec la fonction Somme

1. Dans la cellule G8, on saisit la formule suivante : =Somme(G2 :G7), comme le montre la figure

87
On valide par la touche ENTREE pour avoir le résultat suivant :

EXERCICE 3 : CALCUL DE MOYENNE ARITHMETIQUE


Objectif : Utilisation de fonction moyenne (Moyenne sans coefficients de notes)

N ordre Nom et Prénoms Note 1 Note 2 Note 3 Moyenne


1 Laurent KOUASSI 11,5 09,5 12 formule
2 Coulibaly SEKOU 10 12 11 formule
3 Honore KABLAN 15 16,5 17 formule
4 Issa KONATE 13 11,5 12 formule
5 Florence OUEGNIN 14,5 12 13 formule
6 Youssouf SOUMARE 13 14 15 formule

1.Saisir les données


2.Encadrer le tableau
3.Insérer la formule permettant de calculer la moyenne de Laurent KOUASSI
4.Faites ensuite la copie incrémentée de la formule sur les moyennes des autres élèves

88
COORRECTION DE L'EXERCICE 3

Il s’agit, ici dune moyenne arithmétique, donc la fonction Moyenne est bien indiquée pour résoudre cette question.

1. Vous cliquez dans la cellule F2 et vous saisissez la formule suivante :


=Moyenne(C2 :E2)

2. On valide par la touche ENTREE pour avoir la figure ci-dessous.

3. Faites ensuite la copie incrémentée pour les moyennes des autres élèves comme le montre
la figure ci-dessous.

89
EXERCICE 4 : CALCUL DE MOYENNE AVEC COEFFICIENTS
Objectif : Calculer la moyenne avec des coefficients de notes (moyenne pondérée)

SE MATH ALGO Moyenne


Coefficients 4 4 6
N ordre Nom et Prénoms
1 Laurent KOUASSI 11,5 09,5 12 Formule

2 Coulibaly SEKOU10 10 12 11 Formule

3 Honore KABLAN 15 16,5 17 Formule

4 Issa KONATE 13 11,5 12 Formule

5 Florence OUEGNIN 14,5 12 13 Formule

6 Youssouf SOUMARE 13 14 15 Formule

1. Saisir les données


2. Encadrer le tableau
3. Insérer la formule permettant de calculer la moyenne de Laurent KOUASSI
4. Faites ensuite la copie incrémentée de la formule sur la moyenne des autres élèves

COORRECTION DE L'EXERCICE 4

Il s’agit ici des moyennes avec des coefficients, la procédure est donc différente parce que les
coefficients ne sont pas sur la même ligne que les moyennes, ils sont situes deux lignes au dessus

les moyennes, il faut donc appliquer le référence absolues avec le signe $.

1. Vous cliquez dans la cellule F4 et vous saisissez la formule suivante :


=(C4*$C$2+D4*$D$2+E4*$E$2)/($C$2+$D$2+$E$2) comme le montre la figure ci-dessous

2. Valider avec la touche ENTREE pour avoir la figure ci-dessous

90
3. Faites ensuite la copie incrémentée pour les moyennes des autres élèves comme le montre la figure ci-dessous.

EXERCICE 5 : Fonctions( RANG, MAX, MIN)


Objectifs : Utilisation des fonctions :
 Rang
 Minimum (Mini)
 Maximum (Max)
 La fonction Si imbriquée pour afficher admissibilité des élèves en fonctions des moyennes

SE MATH ALGO Moyenne Rang Admissibilité


Coefficients 4 4 6
Nº Nom et Prénoms
1 Laurent KOUASSI 11,5 09,5 12 11,44 Formule
2 Coulibaly SEKOU10 10 12 11 11,00 Formule
3 Honore KABLAN 15 16,5 17 16,29 Formule
4 Issa KONATE 13 11,5 12 12,14 Formule
5 Florence OUEGNIN 14,5 12 13 13,14 Formule
6 Youssouf SOUMARE 13 14 15 14,14 Formule

Moyenne la plus élevée Formule


Moyenne la plus faible Formule

La fonction se présente avec la syntaxe générale suivante :


=Rang(Nombre; Référence; Ordre)

91
 Le nombre représente les moyennes avec lesquelles l’on veut faire le classement le (Rang)
 La référence est la plage des moyennes sur lesquelles l’on veut faire le classement (le Rang)
 L’ordre représente le sens du classement (Ordre croissant :1 ou décroissant : 0)
NB : Le rang est fonction de la Moyenne, pour le Rang, l’ordre choisi est celui décroissant

Nous allons insérer la formule permettant de donner le rang du premier élève (Laurent KOUASSI)

1. Cliquer dans la cellule G4 et insérer la formule suivante :


=Rang($F$4:$F$9;$F$4 :$F$9;0) comme le montre la figure ci-dessous

2. Valider par la touche ENTREE comme le montre la figure ci-dessous.

3. Faites ensuite la copie incrémentée pour les moyennes des autres élèves comme le
montre la figure ci-dessous.

92
Pour les moyennes la plus élevée et la plus faible :
La plus élevée :
1. Cliquer dans la cellule F11 et vous insérer la formule suivante : =Max(F4 :F9)

et vous appuyez sur la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

La plus faible :
Cliquer dans la cellule F12 et vous insérez la formule suivante :
=Min(F4:F9) et vous appuyez sur la touche ENTREE, vous aurez la moyenne de 11
Pour l’admissibilité

93
Les conditions sont telles que :
 Si la moyenne de l'élève est supérieure ou égale à 12 alors il est déclaré ADMIS
 Si la moyenne de l'élève est inferieure à 12 il est RECALE

1. Cliquer dans la cellule H4 et vous insérez la formule suivante : =Si(F4>=12 ;″ADMIS″; si(F4<12 ;″RECALE″ ) )


comme l’indique sur la figure.

2. Valider avec la touche ENTREE


3. Faites la copie incrémentée pour obtenir la figure ci-dessous.

EXERCICE 6 :FACTURE AVEC CALCUL DE MONTANT HT, TVA, MONTANT TTC


Objectifs : - Calcul des Montants hors taxe

- Calcul de la TVA

- Calcul des Montants TTC

94
FACTURE N° 0123/1212 RELATIVE A L’EQUIPEMENT INFORMATIQUE ET
FOURNITURES DE BUREAU DE N’GRAKONUM CORPORATION

A B C D
1 QTE DESIGNATION PRIX UNITAIRE P.TOTAL
2        
3   Matériels de bureau    
4        
5 1 Bureau du responsable 120 000 Formule
6 1 Bureau de la secrétaire 60 000 Formule
7 1 Fauteuil du responsable 45 000 Formule
8 1 Chaise de la secrétaire 11 000 Formule
9 10 Chaise visiteurs 8 000 Formule
10 Total matériels de bureau   Formule
11      
12 Matériels informatiques    
13      

14 4 Ordinateur P4 de HP 250 000 Formule


15 3 Imprimante Laser 90 000 Formule
16 1 Imprimante jet d’encre 45 000 Formule
17 2 Scanner 40 000 Formule
18 Total matériels informatiques   Formule
19  
20   TOTAL HT Formule
21   TVA 18% Formule
22   TOTAL TTC Formule

CORRECTION DE L’EXERCICE 6

1. Dans la cellule D5, on saisit la formule suivante : = A5*C5


2. Valider par la touche ENTREE
3. Faire la copie incrémentée jusqu’à D9
4. Dans la cellule D14, saisir la formule suivante : = A14*C14
5. Valider par la touche ENTREE
6. Faire la copie incrémentée jusqu’à D17
7. Total matériel de bureau, dans la cellule D10, insérer la formule : = Somme(D5 :D9)
8. Valider par la touche ENTREE
9. Total matériel informatique, dans la cellule D18, saisir la formule suivante : =Somme(D14 :D17)
10. Valider par la touche ENTREE
11. Total hors taxe (THT), dans la cellule D20, saisir la formule suivante : =D10+D18
12. Valider par la touche ENTREE
13. TVA, dans la cellule D21, saisir la formule suivante : = D20*18%
14. Valider par la touche ENTREE
95
15. Total TTC, dans la cellule D22, saisir la formule suivante : =D20+D21
16. Valider par la touche ENTREE
A B C D
1 QTE DESIGNATION PRIX UNITAIRE P.TOTAL
2        
3   Matériels de bureau    
4        
5 1 Bureau du responsable 120 000 120 000
6 1 Bureau de la secrétaire 60 000 60 000
7 1 Fauteuil du responsable 45 000 45 000
8 1 Chaise de la secrétaire 11 000 11 000
9 10 Chaise visiteurs 8 000 80 000
10 Total matériels de bureau   316 000
11      
12 Matériels informatiques    
13      

14 4 Ordinateur P4 de HP 250 000 1 000 000


15 3 Imprimante Laser 90 000 270 000
16 1 Imprimante jet d’encre 45 000 45 000
17 2 Scanner 40 000 80 000
18 Total matériels informatiques   1 395 000
19  
20   TOTAL HT 1 711 000
21   TVA 18% 307 980
22   TOTAL TTC 2 018 980

EXRECICE 7

PRIX UNITAIRE DE LA SCOLARITE 155000


CLASSE EFFECTIF MONTANT
2 BTS FC1 45 Formule
2 BTS FC2 60 Formule
2 BTS FC3 45 Formule
2 BTS GC2 39 Formule
1 BTS GC1 54 Formule
1 BTS FC3 35 Formule
FQ INFO1 50 Formule
FQ INFO 2 63 Formule
FQ INFO 3 46 Formule
FQ INFO 4 42 Formule

TRAVAIL A FAIRE

96
Insérer la formule permettant de calculer le montant de la scolarité par classe

EXERCICE 8

A B C D
1 QTE DESIGNATION PRIX UNITAIRE P.TOTAL
2        
3   Matériels de bureau    
4        
5 1 Bureau du responsable 120 000 Formule
6 1 Bureau de la secrétaire 60 000 Formule
7 1 Fauteuil du responsable 45 000 Formule
8 1 Chaise de la secrétaire 11 000 Formule
9 10 Chaise visiteurs 8 000 Formule
10 Total matériels de bureau   Formule
11      
12 Matériels informatiques    
13      

14 4 Ordinateur P4 de HP 250 000 Formule


15 3 Imprimante Laser 90 000 Formule
16 1 Imprimante jet d’encre 45 000 Formule
17 2 Scanner 40 000 Formule
18 Total matériels informatiques   Formule
19  
20   TOTAL HT Formule
21   Remise 25% Formule
22   Net commercial Formule
23 Escompte 3% Formule
24 Net Financier Formule
25 TVA 18% Formule
26 TOTAL TTC Formule

TRAVAIL A FAIRE

1. Calculer le total matériel de bureau


2. Calculer le total matériel informatique
3. Calculer le total hors taxe
4. Calculer le montant de remise
5. Calculer le Net commercial
6. Calculer le montant de l’escompte
7. Calculer le montant du net financier
8. Calculer le montant de la TVA
97
9. Calculer le Total TTC

REALISATION D’UN BUDGET FAMILIAL SUR UN SEMESTRE

Mois
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Total
Libellé

Salaire 350000 350000 350000 350000 350000 350000 Formule

Prime 130000 130000 130000 130000 130000 130000 Formule

Autres revenus 120000 140000 120000 110000 160000 100000 Formule

Total revenus Formule Formule Formule Formule Formule Formule Formule

Loyer 90000 90000 90000 90000 90000 90000 Formule

Nourriture 80000 82500 90000 83000 87800 105000 Formule

Eau /électricité 52000 45000 65000 45800 81200 46800 Formule

Autres dépenses 230000 155700 430000 510000 108000 97500 Formule

Total dépenses Formule Formule Formule Formule Formule Formule Formule

Epargne Formule Formule Formule Formule Formule Formule Formule

1. Insérer la formule permettant de calculer le total du revenu de chaque mois (janvier – juin)
2. Insérer la formule permettant de calculer le total (janvier – juin):
a. Des salaires
b. Des primes
c. Des autres revenus

3. Insérer la formule permettant de calculer le total des dépenses de chaque mois (janvier – juin)
4. Insérer la formule permettant de calculer le total (janvier – juin):
a. Des loyers
b. De la nourriture
c. Eau / électricité
d. Des autres dépenses

98
5. Insérer la formule permettant de calculer l’épargne de chaque mois (janvier – juin)

EXERCICES SUR LES GRAPHIQUES

Représentation graphique du nombre de maquis en fonction des communes

communes Marcory Abobo Yopougon Adjamé Plateau Koumassi Treichville Attécoubé Cocody

Nombre 1354 4654 15643 842 2365 2745 945 8362 1462

1. Réaliser l’histogramme permettant de mettre en évidence le nombre de maquis en fonction de


chaque commune
2. Réaliser la courbe permettant de mettre en évidence le nombre de maquis en fonction de
chaque commune dans une autre feuille
3. Transformer la courbe en secteur
4. Afficher le pourcentage de chaque commune

CORRECTION DE L’EXERCICE SUR LES GRAPHIQUES

1. Histogramme
a. Sélectionner le tableau
b. On clique sur le menu Insertion et ensuite sur l’objet colonne de l’attribut Graphique et on
choisit un histogramme soit en 2D ou en 3D.

Histogramme en 2D ou en 3D

c. On clique sur un modèle et on a le graphique comme le montre la figure ci-dessous

99
2. Courbe
Pour la courbe, on choisit une nouvelle feuille

a. Sélectionner le tableau
b. On clique sur le menu Insertion et clique sur l’objet ligne de l’attribut Graphique et on choisit
une courbe soit en 2D ou 3D.

Courbe en 2D ou en 3D

c. On clique sur un modèle de courbe et on a le graphique comme le montre la figure ci-


dessous.

100
3. Transformation de la courbe en secteur
a. On fait un clique droit sur la courbe et dans le menu contextuel, on choisit modifier le type
de graphique comme le montre la figure ci-dessous.

Cliquer ici

b. On choisit modifier type de graphique pour avoir la figure ci-dessous.

On choisit un modèle de secteur

c. On choisit un modèle de secteur, et on clique sur le bouton OK pour avoir la figure finale
ci-dessous

101
4. Afficher le pourcentage de chaque commune en densité de maquis

a. On fait un clic droit sur le secteur et dans le menu contextuel, on clique sur ajouter une
étiquette de données comme le montre la figure ci-dessous.

Clique sur

b. On se retrouve avec la figure ci-dessous

102
c. On refait un autre clic droit sur le secteur, et cette fois-ci, on clique sur mise en forme des
étiquettes de données pour avoir la fenêtre suivante

Cocher ici

d. Dans option d’étiquette, et dans les cases à cocher de texte de l’étiquette, on coche
Pourcentage, on a la figure finale suivante.

103
104
EXERCICE SUR LES LIENS ENTRE LES FEUILLES D’UN CLASSEUR

1. Cliquer sur feuille (Feuil1) et réaliser la facture ci-dessus


2. Sélectionner la facture et copier la
3. Sélectionner la Feuil2
4. Cliquer dans cellule C3 et coller la facture copiée
5. Modifier les Quantités (Armoire : Chaise visiteurs : 17, Imprimante laser : 4)
6. Sélectionner à nouveau la facture et copier la
7. Sélectionner la Feuil3
8. Cliquer dans cellule A5 et coller la facture copiée
9. Modifier les Quantités (Armoire : Chaise visiteurs : 33, Scanner : 21)
10. Insérer une nouvelle feuille qu’on va renommer RECAP
11. Sur cette nouvelle feuille, on fera le récapitulatif des totaux des factures se trouvant sur les
trois (3) feuilles : TOTAL HT, TVA, TOTAL TTC
12. On réalisera le tableau ci-dessous dans feuille RECAP

105
POUR LE RECAPITULATIF DES TOTAUX HT

a. On clique dans la cellule C4 de la feuille RECAP on appuie sur la touche =

b. On clique sur Feuil1 et dans la cellule D20

c. On appuie sur la touche + (plus)

d. On clique sur Feuil2 et dans la cellule F22

e. On appuie sur la touche + (plus)

f. On clique sur Feuil3 et dans la cellule D24

g. On termine par la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

Remarque : On a le même résultat en saisissant dans la cellule C4, la formule se trouvant dans la
barre de formule.

106
POUR LE RECAPITULATIF DES TOTAUX TVA

a) On clique dans la cellule C6 de la feuille RECAP on appuie sur la touche =

b) On clique sur Feuil1 et dans la cellule D21

c) On appuie sur la touche + (plus)

d) On clique sur Feuil2 et dans la cellule F23

e) On appuie sur la touche + (plus)

f) On clique sur Feuil3 et dans la cellule D25

g) On termine par la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

Remarque : On a le même résultat en saisissant dans la cellule C6, la formule se trouvant dans la
barre de formule.

POUR LE RECAPITULATIF DES TOTAUX TTC

a) On clique dans la cellule C de la feuille RECAP on appuie sur la touche =

b) On clique sur Feuil1 et dans la cellule D22

c) On appuie sur la touche + (plus)

d) On clique sur Feuil2 et dans la cellule F24

e) On appuie sur la touche + (plus)

107
f) On clique sur Feuil3 et dans la cellule D26

g) On termine par la touche ENTREE pour avoir le résultat ci-dessous

Remarque : On a le même résultat en saisissant dans la cellule C, la formule se trouvant dans la
barre de formule.

108
EXERCICE SUR LES FILTRES

NOM PRENOMS CLASSE NATIONALIE QUARTIER SEXE AN


BOKA EMMANUEL INFO 6 IVOIRIENNE ABOBO MASCULIN 1980
KOUAO FRANCK ING3 GL GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
KOUADIO KOFFI FIDELE INFO1 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1989
KOFFI YAO BIANCHI INFO 6 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1992
DJIPRO LEONCE ING3 GL CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1988
BEUGRE ROMARIC INFO4 AMERICAIENE ABOBO MASCULIN 1987
ASSIRI DIDIER MARCEL INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1992
BAH DIEUDONNE INFO2 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1987
NOGBOU KACOU WILLIAMS ING3 GL GHANENNE COCODY MASCULIN 1980
SOUARE MAMADOU INFO 4 AMERICAIENE ADJAME MASCULIN 1995
TREKE DEGNY LANDRY INFO 6 GHANENNE COCODY MASCULIN 1985
YAO GUILLAUME JUNIOR INFO2 IVOIRIENNE ABOBO MASCULIN 1987
TOURE KABINE ING RT CANADIENNE ABOBO MASCULIN 1992
KOSSERE MARTIN INFO4 AMERICAIENE COCODY MASCULIN 1987
ALLANI KOUADIO KAN INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1985
ABOUA ARMANDE JOELLLE INFO2 IVOIRIENNE YOPOUGON FEMININ 1995
COULIBALY EZECHIEL WILLIAMS INFO 6 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
ADI ANGORA ANGELE BTS IDA CANADIENNE COCODY FEMININ 1980
BOHOUSSOU KOFFI CHARLES INFO1 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1985
IRIE YANNICK FRANCIS INFO 6 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
KEITA AMY INFO2 IVOIRIENNE TEICHVILLE FEMININ 1985
KOUASSI LAMAN HENRI BTS IDA CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1987
HOURRA KOFFI SERGE INFO4 AMERICAIENE COCODY MASCULIN 1990
DJENNI AKOLE CASIMIR INFO 6 GHANENNE ADJAME MASCULIN 1990
TAPE FALLET HUGUES INFO1 IVOIRIENNE TEICHVILLE MASCULIN 1985
TOA YAO LANDRY INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1990
KOUASSI ETTIEN ASSOUMOU INFO4 CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1987
KOUADIO ANGE EMMANUEL BTS IDA IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1995

Réaliser le tableau ci-dessus


A. Ranger par ordre alphabétique (A à Z)
a. Sélectionner tout le tableau (A1 à G2)
b. Cliquer sur l’onglet Données

109
Cliquer ici
c. Cliquer sur l’outil A à Z comme le montre la figure la figure ci-dessus
On a le tableau ci-dessous avec les noms rangés de A à Z

NOM PRENOMS CLASSE NATIONALIE QUARTIER SEXE AN


ABOUA ARMANDE JOELLLE INFO2 IVOIRIENNE YOPOUGON FEMININ 1995
ADI ANGORA ANGELE BTS IDA CANADIENNE COCODY FEMININ 1980
ALLANI KOUADIO KAN INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1985
ASSIRI DIDIER MARCEL INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1992
BAH DIEUDONNE INFO2 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1987
BEUGRE ROMARIC INFO4 AMERICAIENE ABOBO MASCULIN 1987
BOHOUSSOU KOFFI CHARLES INFO1 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1985
BOKA EMMANUEL INFO 6 IVOIRIENNE ABOBO MASCULIN 1980
COULIBALY EZECHIEL WILLIAMS INFO 6 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
DJENNI AKOLE CASIMIR INFO 6 GHANENNE ADJAME MASCULIN 1990
DJIPRO LEONCE ING3 GL CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1988
GNATO FRANCK ING3 GL GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
HOURRA KOFFI SERGE INFO4 AMERICAIENE COCODY MASCULIN 1990
IRIE YANNICK FRANCIS INFO 6 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1992
KEITA AMY INFO2 IVOIRIENNE TEICHVILLE FEMININ 1985
KOFFI YAO BIANCHI INFO 6 IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1992
KOSSERE MARTIN INFO4 AMERICAIENE COCODY MASCULIN 1987
KOUADIO KOFFI FIDELE INFO1 GHANENNE ABOBO MASCULIN 1989
KOUADIO ANGE EMMANUEL BTS IDA IVOIRIENNE COCODY MASCULIN 1995
KOUASSI LAMAN HENRI BTS IDA CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1987
KOUASSI ETTIEN ASSOUMOU INFO4 CANADIENNE YOPOUGON MASCULIN 1987
NOGBOU KACOU WILLIAMS ING3 GL GHANENNE COCODY MASCULIN 1980
SOUARE MAMADOU INFO 4 AMERICAIENE ADJAME MASCULIN 1995
TAPE FALLET HUGUES INFO1 IVOIRIENNE TEICHVILLE MASCULIN 1985
TOA YAO LANDRY INFO 6 GHANENNE YOPOUGON MASCULIN 1990
TOURE KABINE ING RT CANADIENNE ABOBO MASCULIN 1992
TREKE DEGNY LANDRY INFO 6 GHANENNE COCODY MASCULIN 1985
YAO GUILLAUME JUNIOR INFO2 IVOIRIENNE ABOBO MASCULIN 1987

B. Filtrer les données


a. Sélectionner tout le tableau (A1 à G2)
b. Cliquer sur l’onglet Données
c. Cliquer sur l’objet Filtrer comme le montre la figure Cliquer ici

On a ensuite le tableau ci-dessous avec les zones de liste

110
Zone de liste
DIDIER MARCEL

On peut ensuite filtrer les données en fonction de nos besoins

Exemple : La liste des étudiants de la classe INFO6 qui réside à ABOBO

Cliquer ici
a. Cliquer sur la zone de liste classe pour avoir la figure ci-dessous
b. Décocher toutes les classes sauf INF6
c. Valider avec le bouton OK

111
Cliquer ici

a. Cliquer sur la zone de liste QUARTIER pour avoir la figure ci-dessous


b. Décocher tous les Quartiers sauf ABOBO
c. Valider avec le bouton OK

On a enfin la liste des étudiants de la classe INFO 6

Qui réside à ABOBO

De la même manière on pourra avoir :

 La liste des étudiants ivoiriens


 La liste des étudiants de sexe masculin
 La liste des étudiants des années 10, 12, 15)
 La liste des étudiants dont le nom est KOUADIO
 Etc.

112
CALCUL DES HEURES DE VACATION DE 4 ENSEIGNANTS
EN FONCTION DE LEUR CODE DE RECRUTEMENT

Code vacataire SAISIE DU CODE

Nom & prénoms Formule

Niveau enseigné Formule Taux horaire Formule

Nombre heures Saisie du nombre d'heures Montant brut Formule

Taxe vacation 7,5% Formule

NET A PAYER     Formule

Si le code de recrutement est : VR00FH01, il se nomme : KOUASSI


Si le code de recrutement est : VR00FH02, il se nomme : MARTIN MARCEL KOUASSI
Si le code de recrutement est : VR00FH03, il se nomme : KONATE FABIEN LANDRY

Si le code de recrutement est : VR00FH01, le niveau enseigné est : FQ INFORMATIQUE


Si le code de recrutement est : VR00FH02, le niveau enseigné est : CYCLE BTS
Si le code de recrutement est : VR00FH03, il le niveau enseigné est : CYCLE INGENIEUR

Si le code de recrutement est :VR00FH01, le taux horaire est : 2500


Si le code de recrutement est :VR00FH02, le taux horaire est : 4500
Si le code de recrutement est :VR00FH03, le taux horaire est : 7500

Le montant brut est le nombre d’heures x taux horaire


La taxe sur la vacation est 7,5% x Montant brut
Le Net à payer est Montant brut – Taxe vacation
Réaliser la paie des vacations en tenant compte des informations ci-dessus

113
REALISATION D’UN BULLETIN DE SALAIRE A PARTIR DE LA SAISIE DU MATRICULE
BULLETIN DE SOLDE

Matricule Saisie du matricule

Nom & prénoms Formule Catégorie Formule

Service Formule Fonction Formule

Salaire fixe Formule


IGR Formule
CN Formule
TS Formule
Autres frais ( saisir le montant)
Prime de responsabilité Formule
Prime de logement Formule
Prime de transport Formule
Salaire brut imposable Formule
Net à payer Formule

Remarque : l’IGR est de 2% du salaire brut, la CN est de 1,5% du salaire brut et la TS est de 1,3% du salaire brut.

Si le matricule est : MF004D1, la Catégorie est : A6, il se nomme : KADJI Faustin, son service est : SERVICE
COMPTABILITE, sa fonction est : Responsable Financier,

Si le matricule est : MF004D2, la Catégorie est : A4, il se nomme :KOFFI FRANCK, son service est : SERVICE
TECHNIQUE, sa fonction est : Responsable Technique,

Si le matricule est : MF004D3, la Catégorie est : A2, il se nomme : TANOH CAROLLE, son service est : SERVICE SOCIAL,
sa fonction est : Responsable Social,
Si le matricule est : MF004D4, la Catégorie est : B4, il se nomme : DJEDJE Josiane, son service est : SERVICE
MATERIEL, sa fonction est : Agent de maîtrise,

Si le matricule est : MF004D1, le salaire fixe est : 690000, la prime de responsabilité est :120000, le logement est : 150000,
le transport est : 170000.

Si le matricule est : MF004D2, le salaire fixe est : 545000, la prime de responsabilité est :94000, le logement est : 90000, le
transport est : 100000.
Si le matricule est : MF004D3, le salaire fixe est : 462000, la prime de responsabilité est :62000, le logement est : 70000, le
transport est : 80000.
Si le matricule est : MF004D4, le salaire fixe est : 222000, la prime de responsabilité est :39000, le logement est : 45000, le
transport est : 40000.
Le salaire brut imposable est : Salaire fixe + prime de transport + Prime de responsabilité + prime de logement
Le salaire net à payer est : salaire brut imposable – IGR – CN – TS – Autres frais

TRAVAIL A FAIRE : Réaliser le bulletin de l’employé en tenant compte de toutes ces informations

114
EXERCICE SUR L’ANALYSE DES TABLEAUX CROISES DYNAMIQUES

ANNEES REGIONS COMMUNES COMMERCIAUX ARTICLES VENTES

2010 ABIDJAN Plateau AKA Boissi Antoine CARTE MERE 45 000

2010 ABIDJAN Cocody OUEGNIN Florence PROCESSEUR CORE I3 75 000

2010 BOUAKE BOUAKE AKA Boissi Antoine BARETTE MÉMOIRE 15 000

2010 DALOA DALOA AKA Réné Kangah SOURIS 5 000

2010 KORHOGO KORHOGO OUEGNIN Florence BARETTE MÉMOIRE 15 000

2010 DALOA DALOA ROBERT B. Decotte ALIMENTATION 10 000

2010 MAN MAN SOUMARE Youssouf CLAVIER 7 500

2010 ABIDJAN Plateau AKA Boissi Antoine PROCESSEUR CORE I3 75 000

2010 ODIENNE Odiénné KOUAME Arystid SOURIS 5 000

2011 ABIDJAN Yopougon SOUMARE Youssouf IMPRMANTE 45 700

2011 ABIDJAN Koumassi OUEGNIN Florence SCANNER 35 500

2011 DALOA DALOA AKA Boissi Antoine CARTE GRAPHIQUE 13 500

2011 KORHOGO KORHOGO ASSAMOI Guy Roger LECTEUR DVD 16 400

2011 ABIDJAN Plateau OUEGNIN Florence ALIMENTATION 10 000

2011 DALOA DALOA KOUAME Arystid CLE USB 4 300

2011 GAGNOA GAGNOA KOFFI Noguès CLE USB 4 300

2011 DALOA DALOA ASSAMOI Guy Roger CARTE GRAPHIQUE 13 500

2011 ODIENNE Odiénné SOUMARE Youssouf PROCESSEUR CORE I3 75 000

2012 ABIDJAN Cocody KOFFI Noguès SCANNER 35 500

2012 ABIDJAN Marcory OUEGNIN Florence IMPRMANTE 54 700

2012 DALOA DALOA OUEGNIN Florence CLE USB 4 500

2012 MAN MAN AKA Boissi Antoine LECTEUR DVD 16 400

2012 ABIDJAN Plateau KOUAME Arystid CLAVIER 7 500

2012 ODIENNE Odiénné KOUAME Arystid SOURIS 5 000

2012 MAN MAN KOFFI Noguès LECTEUR DVD 16 400

2012 DALOA DALOA AKA Boissi Antoine SOURIS 5 000

2012 KORHOGO KORHOGO KOFFI Noguès IMPRMANTE 45 700

2012 GAGNOA GAGNOA SOUMARE Youssouf PROCESSEUR CORE I3 75 000

2012 GAGNOA GAGNOA ASSAMOI Guy Roger CARTE GRAPHIQUE 13 500

2012 BOUAKE BOUAKE AKA Boissi Antoine BARETTE MÉMOIRE 15 000

2012 KORHOGO KORHOGO OUEGNIN Florence BARETTE MÉMOIRE 15 000

115
Lancer MS Excel, et à partir de la cellule A1, réaliser le tableau ci-dessus

1. Sélectionner tout le tableau (de la cellule A1 à F32)


2. Cliquer sur le menu Insertion pour faire apparaître le menu ci-dessous

Cliquer ici

3. Cliquer sur Tableau croisé dynamique comme le montre la figure ci-dessus pour avoir l’image
ci-dessous

Cliquer ici

4. Cliquer sur tableau croisé dynamique pour avoir la fenêtre ci-dessous

Cliquer ici

Il serait bien que le tableau croisé dynamique soit placé sur une autre feuille, pour cela,

5. cocher : Nouvelle feuille de calcul comme le montre la figure ci-dessus.


6. Cliquer sur le bouton OK pour être dans la fenêtre ci-dessous

116
Liste des champs du
tableau croisé dynamique

Les zones pour réaliser le


tableau croisé dynamique

Pour générer le rapport, il faut choisir les champs dans la liste des champs du tableau croisé
dynamique. Pour cela, il faut glisser les champs dans les zones voulues.

Etiquette de ligne : Les champs associés s’affichent sous forme d’étiquette de ligne.

Etiquette de colonne : Les champs associés s’affichent sous forme d’étiquette de colonne.

Somme des valeurs ( Valeurs) : affiche la synthèse des données des éléments champs colonne et
champs ligne.

Filtre du rapport : Filtre les éléments à faire apparaître.

Dans notre exemple :

Filtre Rapport : ANNEES, REGIONS, COMMUNES

Etiquette colonne : ARTICLES

Etiquette ligne : COMMERCIAUX

 Valeurs : VENTES

117
Pour faire glisser un champ dans une zone, on place le pointeur sur le champ et on se déplace
jusqu’à la zone voulue.

Avec l’exemple du déplacement du champ ANNEES dans Filtre Rapport, on a la figure suivante :

En déplaçant tous les champs, on aura le résultat suivant :

118
On clique sur n’importe quelle cellule pour avoir le résultat final ci-dessous

On pourra ainsi avoir les différents rapports de ventes des articles dans différentes zones de liste en
fonction de :

 ANNEES,
 REGIONS,
 COMMUNES,
 COMMERCIAUX.

119
QUATRIEME PARTIE :
MS POWERTPOINT 2007

120
SOMMAIRE

QUATRIEME PARTIE : MS POWERTPOINT 2007---------------------------------------------------119


CHAPITRE I : PERSENTATION DU LOGICIEL POWERPOINT----------------------------------121
I.1. Définition----------------------------------------------------------------------------------------------------121
I.2. Comment lancer MS POWERPOINT ?-------------------------------------------------------------121
I.3. Présentation de l’interface de MS Powerpoint-------------------------------------------------121
II. LES MODES D’AFFICHAGE----------------------------------------------------------------------------122
II.1. Affichage normale (Figure ci-dessous)----------------------------------------------------------122
II.2. Affichage Trieuse de diapositives-----------------------------------------------------------------123
II.3. Affichage Diaporama-----------------------------------------------------------------------------------123
CHAPITRE II : COMMENT CREER UNE PRESENTATION----------------------------------------124
II.1. Ouverture d’une nouvelle présentation----------------------------------------------------------124
II.2. Insertion de texte et autres objets (images, graphique, son, etc.)----------------------126
II.3. Enregistrer une diapositive--------------------------------------------------------------------------127
EXERCICE PRATIQUE DE SYNTHESE-----------------------------------------------------------------128
1. Ouverture de la présentation--------------------------------------------------------------------------129
2. Suppression des zones de texte---------------------------------------------------------------------129
3. Choix de l’arrière-plan-----------------------------------------------------------------------------------129
4. Insertion du logo de l’Institut de Formation Sainte Marie------------------------------------129
5. Saisie du texte INSTI UT DE FORMATION SAINTE MARIE----------------------------------131
6. Choix de l’effet de transition---------------------------------------------------------------------------134
7. Choix de la vitesse de transition---------------------------------------------------------------------134
8. Effet d’animation des textes et autres objets d’une diapositive---------------------------134
9. Visionner le diaporama (présentation)-------------------------------------------------------------136
10. Visionner le diaporama (présentation) en boucle jusqu’à ce qu’on appuie sur la- 137
CHAPITRE III : EXPOSES-----------------------------------------------------------------------------139
THEME 1 : LA JEUNESSE ET LE VIH - SIDA 139
THEME 2 : LA JEUNESSE ET LE TABAGISME 139
THEME 3 : LA JEUNESSE ET LA DROGUE 139
THEME 4 : LA JEUNESSE ET L’EXODE RURAL 139

121
CHAPITRE I : PERSENTATION DU LOGICIEL POWERPOINT

I.1. Définition

Powerpoint est un logiciel d’application conçu par Microsoft. Le but principal du logiciel est la
création de présentations attrayantes destinées à être visionnées. La projection d’une
présentation s’appelle un diaporama.

I.2. Comment lancer MS POWERPOINT ?


a. A partir du raccourci sur le bureau de Windows

Cliquez ci pour lancer Powerpoint

b. A partir du menu Démarrer


On clique sur :
5. Le menu Démarrer
6. Tous les programmes
7. Microsoft Office
8. Microsoft office Powerpoint 2007

I.3. Présentation de l’interface de MS Powerpoint

. Le ruban
Il contient les onglets spécifiques : Création, Affichage Animations et Diaporama.

122
- Le groupe Affichage des présentations comporte en particulier les boutons des modes
d’affichage, ainsi que ceux des modes Masque.

. La barre d’état

La barre d’état comprend généralement :


- L’indicateur d’affichage : n° de la diapositive active sur le nombre total de diapositives de la
présentation,
- Le thème, qui est un ensemble de mises en forme (couleurs, polices, effets) ;
- La langue utilisée ;

II. LES MODES D’AFFICHAGE

PowerPoint propose les trois modes principaux :

 Normal
 Trieuse de diapositives
 Diaporama

II.1. Affichage normale (Figure ci-dessous)

123
II.2. Affichage Trieuse de diapositives

II.3. Affichage Diaporama

124
CHAPITRE II : COMMENT CREER UNE PRESENTATION 
II.1. Ouverture d’une nouvelle présentation

Par défaut, une Diapositive vierge est ouverte à l’écran lors du lancement du logiciel.

On choisit un arrière-plan 

a. On clique l’onglet Création


b. On clique sur Styles d’arrière-plan dans la rubrique Arrière-plan
c. On choisit un style d’arrière-plan.

On choisit un style

Cliquez ici
On clique sur mise en forme de l’arrière-plan pour afficher la fenêtre de la mise en forme
de l’arrière-plan

Cliquez ici

Cliquez ici

Cliquez ici

On clique sur Remplissage pour choisir la couleur d’arrière-plan

125
On clique soit sur le bouton Fermer pour appliquer la couleur à la diapositive en cours, soit
sur le bouton Appliquer partout pour l’ensemble de la présentation

Cliquez ici
Cliquez ici

Cliquez ici
On clique sur Image pour choisir l’image d’arrière-plan
On clique soit sur le bouton Fermer pour appliquer l’image à la diapositive en cours, soit sur
le bouton Appliquer partout pour l’ensemble de la présentation.

Si ce n’est pas le cas, choisissez Nouveau en cliquant sur le Bouton office.

Pour activer la fenêtre Nouvelle présentation comme le montre la figure ci-dessous.

Cliquez ici

Cliquez ici

Cliquez ici
Cliquez mes modèles (Plaquette commerciale) , ensuite choisir un thème installé (Aspect)
Cliquez sur le bouton Créer pour avoir la figure ci-dessous

126
II.2. Insertion de texte et autres objets (images, graphique, son, etc.)

127
Dans une diapositive, on peut insérer divers objets graphiques :
- Images
- Objets vidéo et objets audio
- WordArt
- Graphiques

II.3. Enregistrer une diapositive

Cliquer sur le bouton Office

Cliquer la commande Enregistrer sous ensuite sur présentation Powerpoint 97 – 2003, pour
conserver la compatibilité avec les versions antérieures comme le montre la figure ci-
dessous.

Bouton Office

Cliquer ici

128
a. Choisir l’emplacement où stocker le fichier
b. Saisir le nom du fichier
c. Cliquer sur le bouton OK

Cliquer ici pour l’emplacement

Saisir le nom du fichier

Cliquer ici pour enregistrer

EXERCICE PRATIQUE DE SYNTHESE

REALISATION D’UNE PRESENTATION DE 3 DIAPOSITIVES QUI METTENT EN


EVIDENCE PROMOTION DE L’INSTITUT DE FORMATION SAINTE

129
1. Ouverture de la présentation

2. Suppression des zones de texte

Cliquer sur l’une des zones de texte


Maintenir la touche SHIFT enfoncée et cliquer sur l’autre zone de texte
Appuyer sur la touche SUPPR pour les supprimer

3. Choix de l’arrière-plan

Cliquer sur l’onglet Création et dans l’option Thème on choisit le thème Débit

Choisir le thème Débit

4. Insertion du logo de l’Institut de Formation Sainte Marie


Ici notre image est sur le bureau : c’est le fichier logo.png

130
 Cliquer sur l’onglet Insertion ensuite sur l’objet image pour basculer dans la fenêtre ci-
dessous

Cliquer ici

 Cliquer sur Bureau pour accéder au fichier logo.png

Cliquer ici pour sélectionner le fichier

Cliquer ici
 Sélectionner le fichier ensuite cliquer sur le bouton Insérer comme la figure ci-dessous

131
5. Saisie du texte INSTI UT DE FORMATION SAINTE MARIE
On va utiliser une zone de texte

a. Dans l’onglet Insertion, on clique sur l’objet zone de texte comme le montre la figure
ci-dessous.
b. On trace une zone de texte en dessous du logo à la largeur de la diapositive
c. On saisit : INSTI UT DE FORMATION SAINTE MARIE avec les caractéristiques
suivantes :
Texte
Taille : 32
Police : Arial
Couleur du texte : Bleu-vert foncé
Zone de texte
Largeur : 25,4 cm
Hauteur :1,62 cm
Couleur de Remplissage de forme : Blanc texte1
Cela donne la figure ci-dessous

132
Avec la même procédure de saisie de texte, on insère les autres textes pour avoir la figures
ci-dessous.

NB :la hauteur des textes : FORMATION DIPLOMANTE et FORMATION QUALIFIANTE est :


2,14 cm et la taille du texte : IFSM RIEN QUE LE SUCCES est de 28 cm.

DIAPOSITIVEN° 1

133
DIAPOSITIVEN° 2

DIAPOSITIVEN° 3

134
6. Choix de l’effet de transition
Dans l’onglet Animation, on clique sur Autres pour ouvrir les effets de transition comme le
montre la figure ci-dessous.

On choisit comme effet de transition : Dissoudre Cliquer Autres

Cliquer pour choisir une transition

7. Choix de la vitesse de transition

On choisit comme vitesse : Moyenne

Cliquer pour vitesse

8. Effet d’animation des textes et autres objets d’une diapositive

Remarque : L’animation n’est pas impérative pour tous les éléments d’une diapositive

Pour notre exercice, nous allons ajouter un effet d’animation au logo de l’IFSM

135
Dans l’onglet Animation, cliquer sur Animation personnalisée de la rubrique Animation
comme le montre la figure ci-dessous.

Cliquer ici

Cliquer sur le bouton Ajouter un effet pour ouvrir les différents événements :
Nous avons : Ouverture, Emphase, Fermeture, Trajectoire comme le montre la figure ci-
dessous.

Cliquer ici

Dans notre exercice, nous allons ajouter un effet seulement à l’événement Ouverture

Cliquer ici

On clique sur Ouverture et ensuite sur Autres effets pour accéder à l’ensemble des effets

136
Il existe plusieurs catégories d’effets :
 De base
 Discret
 Modéré
 Captivant

Cliquer pour choisir l’effet

Cliquer ici

9. Visionner le diaporama (présentation)


a. Avec le raccourci clavier F5

Appuyer sur la fonction F5 et parcourir les différentes diapositives avec la touche de direction
Droit ou avec le clic de la souris.

b. Avec l’onglet Diaporama

Cliquer ici pour visionner le diaporama

On peut cliquer sur l’un des objet pour visionner le diaporama comme le montre la figure ci-
dessous.

137
10. Visionner le diaporama (présentation) en boucle jusqu’à ce qu’on appuie sur la
touche ECHAP

Cliquer sur l’onglet Diaporama


Cliquer sur l’objet configurer le Diaporama comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

Dans la fenêtre Paramètres de diaporama,


a. On coche Toutes au niveau des Diapositives
b. On coche Exécuter en continu jusqu’à ECHAP
c. Cliquer sur le bouton OK
Comme le montre la figure ci-dessous

Cliquer ici

Cliquer ici pour cocher

Cliquer ici
a. Cliquer sur l’onglet Animation et dans la rubrique Accès à la diapositive suivante :
b. Décocher Manuellement
c. Cocher Automatiquement après pour définir le temps de transition comme le montre la
figure ci-dessous
138
Décocher la case
Définir le temps
Cocher la case

d. Appuyer sur la touche F5 pour visionner le diaporama en continu.

139
CHAPITRE III : EXPOSES

THEME 1 : LA JEUNESSE ET LE VIH - SIDA

THEME 2 : LA JEUNESSE ET LE TABAGISME

THEME 3 : LA JEUNESSE ET LA DROGUE

THEME 4 : LA JEUNESSE ET L’EXODE RURAL

140
CINQUIEME PARTIE

MS PUBLISHER 2007

141
SOMMAIRE

CINQUIEME PARTIE : MS PUBLISHER 2007---------------------------------------------------------140


CHAPITRE I: COMMENT LANCER MS PUBLISHER 2007----------------------------------------142
I.1. A partir du Menu Démarrer 142
I.2. A partir du raccourci sur le bureau 142
CHAPITRE II: COMMENT CREER UNE COMPOSITION-------------------------------------------143
II.1. Création dune composition 143
II.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007 143
II.1.2. Choix du type de la composition 143
II.1.3. Mise en forme de la composition 143
II.1.4. Mise en page de la composition 144
II.1.5. Enregistrement de la composition 144
CHAPITRE III : EXERCICES PRATIQUES-------------------------------------------------------------145
III.1. REALISATION DUNE CARTE DE VISITE A PARTIR DUNE COMPOSITION
VIERGE 145
II.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007 145
II.1.2. Choix de la composition 145
II.1.3. Mise en page de la composition 146
II.1.4. Mise en forme de la composition 147
a. Insertion du logo IFSM avec les dimensions suivantes comme la figure ci-dessous----------------------147
b. Insertion de la première zone de texte avec les propriétés suivantes---------------------------------------147
c. Saisie des textes à l’intérieur de la zone de texte-----------------------------------------------------------------148
d. Insertion de la deuxième zone de texte avec les propriétés suivantes-------------------------------------149
e. Saisie des textes à l’intérieur de la zone de texte avec les paramètres suivants--------------------------150
f. Enregistrement de la composition------------------------------------------------------------------------------------151
g. Aperçu et paramètre d’impression de la composition----------------------------------------------------------151
III.1. REALISATION D’UNE CALENDRIER A PARTIR DUNE COMPOSITION--------------154
III.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007 154
III.1.2. Choix de la composition 154
II.3. Choix du modèle 154
III.1.4. Personnalisation : 155

142
CHAPITRE I: COMMENT LANCER MS PUBLISHER 2007

I.1. A partir du Menu Démarrer


a. Cliquer sur le Menu Démarrer
b. Cliquer sur tous les programmes
c. Cliquer Microsoft office
d. Cliquer sur Microsoft office Publisher 2007

I.2. A partir du raccourci sur le bureau

143
CHAPITRE II: COMMENT CREER UNE COMPOSITION

II.1. Création dune composition

II.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007

II.1.2. Choix du type de la composition


Cliquez sur l'un des types de compositions dans la liste Types de composition. Par
exemple, cliquez sur Brochures, comme le montre la figure ci-dessous.

II.1.3. Mise en forme de la composition

Dans le catalogue Brochure, cliquez sur la présentation désirée, choisissez d'autres


options, telles qu'un jeu de couleurs, jeu de police ou une catégorie d'informations
professionnelles, puis cliquez sur Créer, comme le montre la figure ci-dessous

144
II.1.4. Mise en page de la composition
Dans les options de la brochure, on peut modifier ;

a. La taille largeur et hauteur


b. L orientation de la page portrait ou paysage

II.1.5. Enregistrement de la composition


a. Dans le menu Fichier, cliquez sur Enregistrer sous.

b. Choisissez un dossier pour l’enregistrement

c. Dans la zone Type de fichier, cliquez sur Modèle Publisher.

d. Dans la zone Nom de fichier, tapez un nom pour le modèle.

e. Cliquez sur Enregistrer.

145
CHAPITRE III : EXERCICES PRATIQUES

III.1. REALISATION DUNE CARTE DE VISITE A PARTIR DUNE COMPOSITION VIERGE

II.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007

1. Dans le menu Fichier, cliquez sur Nouveau.

II.1.2. Choix de la composition

Cliquez sur Carte de visite dans la liste Types de composition, cliquez, comme le
montre la figure ci-dessous

Cliquer

Choisi un des modèles dans la catégorie tailles vierges

Dans cet exercice, nous choisissons le modèle carte de visite 5,499 x 8,499 avec
l’orientation Portrait

Cliquer

146
Cliquer sur le bouton Créer pour avoir la figure ci-dessous

II.1.3. Mise en page de la composition


Cliquer
Modifier les mesures les rubriques suivantes :

Page
Largeur : 5 cm
Hauteur : 8 cm
Cliquer
Repères de marge
Haut : 0 cm
Gauche : 0 cm
Bas : 0 cm
Droite : 0 cm
Cliquer sur le bouton OK pour avoir la figure ci-dessous.

147
II.1.4. Mise en forme de la composition

a. Insertion du logo IFSM avec les dimensions suivantes comme la figure ci-dessous
Hauteur : 1,5 cm
Largeur : 2,5 cm

b. Insertion de la première zone de texte avec les propriétés suivantes


Hauteur : 2,5 cm
Largeur : 5 cm
Couleur de remplissage [dégradé rouge horizontal] Comme le montre la figure ci-
dessous.

148
c. Saisie des textes à l’intérieur de la zone de texte
INSTITUT DE FORMATION SAINTE MARIE (Police : ARIAL, taille : 9)

Formation diplomante — Formation qualifiante (Police : ARIAL Narrow, taille : 8)

Cycle Ingénieur—Cycle BTS—Formation secondaire Technique (Police : ARIAL, taille : 4,5)

Aka Bile Leibniz Marc Ariel (Police : Vladimir script, taille : 12)
Elève Ingénieur de Conception (Police : Harlow, taille : 11)

Comme le montre la figure ci-dessous.

149
NB : Toutes les informations sont centrées a l’intérieur de la zone de texte

d. Insertion de la deuxième zone de texte avec les propriétés suivantes


Hauteur : 1,25 cm
Largeur : 5 cm
Couleur de remplissage [couleur unie bleu foncé] Comme le montre la figure ci-dessous.

150
e. Saisie des textes à l’intérieur de la zone de texte avec les paramètres suivants
nous donne la carte de visite finale ci-dessous.
police : Arial, Taille : 7
Cocody cite des arts : 22 48 92 85
Plateau Immeuble Borg : 20 33 45 90
Yopougon Kenneya : 48 75 36 24

151
f. Enregistrement de la composition
a. Dans le menu Fichier, cliquez sur Enregistrer sous.
b. Choisissez un dossier pour l’enregistrement
c. Dans la zone Type de fichier, cliquez sur Modèle Publisher.
d. Dans la zone Nom de fichier, tapez Carte de visite ABLMA
e. Cliquez sur Enregistrer.

g. Aperçu et paramètre d’impression de la composition

Dans le menu Fichier cliquer sur Configuration de l’impression pour ouvrir la fenêtre ci-
dessous.

Cliquer

Cliquer sur Détails de l’imprimante pour ouvrir la fenêtre ci-dessous.

Cliquer

152
Cliquer sur configuration avancée de l’imprimante pour ouvrir la fenêtre ci-dessous.

Cliquer

Cliquer sur paramètre de la page pour ouvrir la fenêtre ci-dessous.

Cliquer

153
Cocher Repères de rognages dans l’option Repères d’impression

Cliquer sur le bouton OK

Dans les options de la brochure, on peut modifier ;

c. La taille largeur et hauteur


d. L orientation de la page portrait ou paysage

III.1. REALISATION D’UNE CALENDRIER A PARTIR DUNE COMPOSITION

III.1.1. Démarrage de MS PUBLISHER 2007

Dans le menu Fichier, cliquez sur Nouveau.

III.1.2. Choix de la composition

Cliquez sur Calendrier dans la liste Types de composition, cliquez, comme le montre
la figure ci-dessous

Cliquer pour choisir le type calendrier

154
II.3. Choix du modèle

Dans cet exercice, nous choisissons le modèle Voyage comme la figure ci-dessous

Cliquer pour choisir un modèle

III.1.4. Personnalisation :
Jeu de couleur : Glacier
Jeu de police : Base Arial

Options
Taille du calendrier : Format A4 Paysage
Période du calendrier : Année par page
Définition des dates du calendrier :
Date début : 01 Janvier 2014
Date fin : 31 Décembre 2014

155
Cliquer pour choisir le jeu de couleur

Cliquer pour choisir le jeu police

Cliquer pour choisir l’orientation

Cliquer pour choisir la période

Cliquer pour définir les dates début et fin

On clique sur le bouton Créer pour obtenir le calendrier final ci-dessous

156
NB : Tous les éléments du calendrier peuvent être modifies :

 Les polices et leurs tailles

 Les différentes images

 Les couleurs de fond

 Etc.

Remarque : On peut modifier les dimensions du calendrier dans le menu Fichier Mise en
page avec la figure suivante.

Cliquer pour modifier les tailles

157

Vous aimerez peut-être aussi