Vous êtes sur la page 1sur 57

Ecole Nationale des Sciences Appliquées de Fès

Filière: Génie Informatique

Cours sur
Les Fondements des Réseaux
et TCP/IP

Pr. Kaouthar CHETIOUI


kaoutharchetioui@gmail.com

Année universitaire 2019 - 2020


Chapitre 3
Evolution de l’Ethernet

GINFO K. Chetioui 2
Motivations – Evolutions des besoins
 Les réseaux locaux haut débit sont des réseaux
locaux de 2ème génération – HSLAN (High Speed
LAN), apparus durant les années 80, pour répondre
à plusieurs besoins:
Apparition des applications multimédia
 Problème 1: Nécessité de débits d’accès plus grands pour
le transport de gros volumes de données de type voix,
image, vidéos, etc.
Apparition d’application Client / Serveur
 Problème 2: Chaque opération de lecture/écriture sur les
fichiers distants nécessite un échange d’un grand nombre
d’octets avec le serveur.

GINFO K. Chetioui 3
Motivations – limites de l’Ethernet
 Interconnexion des réseaux locaux fédérés par un réseau
Ethernet

 Problème3 – Problème de collisions, bande


passante insuffisante :CSMA/CD ne convenait plus lorsque la
charge globale dépassait un certain seuil.

 Problème 4: La condition « 2 * Tp *C = Lmin » pose


problème:

 de grandes quantités de bourrage sont ajoutées


 L’efficacité du protocole est réduite
 Le protocole ne garantit pas un délai d’accès adapté au
trafic temps réel.
GINFO K. Chetioui 4
Motivations – limites de l’Ethernet

=> Contraintes fortes sur la taille maximale du réseau:


 Ethernet 10 Mb/s : la taille maximale d’un domaine de
collision est de 2500 m (5 répéteurs au maximum).
 Ethernet 100 Mb/s : la taille maximale d’un domaine de
collision est de 200 m (2 répéteurs au maximum).

 Si
la taille maximale du réseau a été maintenue à 2500 m:
=> la taille minimale d’une trame = 640 octets
=> gaspillage de la bande passante (beaucoup d’octets
de bourrage)
NB: on suppose que Vp = 100 000 Km/s

GINFO K. Chetioui 5
Motivations – limites de l’Ethernet
 Influence du délai de propagation et de la bande passante
 Problème 5: lorsque les débits sont importants, le délai de
propagation n’est pas négligeable par rapport au temps de
transmission d’une trame.

 Apparition des applications temps réel (TR)


 Problème 6: La taille de la trame Ethernet de petite taille (64
octets) pose problème – une trame TR peut être pénalisée par
le transfert d’une trame de données asynchrone (fichier de
grande taille).
2 solutions:
 Trame MAC segmentée en blocs de petite taille afin d’éviter l’attente
prolongée
 Prise en compte de la priorité à l’accès en faveur du temps réel.

GINFO K. Chetioui 6
Evolution vers le haut débit

La couche MAC et la couche physique sont


inadaptées pour des débits d’une centaine
de Mb/s:
Evolution de la sous-couche MAC pour le haut
débit
Evolution de la couche physique pour le haut
débit
Evolution des supports de transmissions et
des équipements de connexion.

GINFO K. Chetioui 7
Principales évolutions d’Ethernet

Ethernet commuté (Switched Ethernet)


Fast Ethernet ou 100baseT
GigabitEthernet ou 1000baseT ou
1GbaseT; 10GbaseT

GINFO K. Chetioui 8
PLAN

Ethernet commuté
La norme Fast Ethernet
La norme Gigabit Ethernet

GINFO K. Chetioui 9
PLAN

Ethernet commuté
La norme Fast Ethernet
La norme Gigabit Ethernet

GINFO K. Chetioui 10
Ethernet : Utilisation des HUBs
Position du problème d’Ethernet classique:
 Utilise un support de transmission partagé et une méthode de
contrôle d’accès basée sur la détection de collision.
 Utilise les hubs pour interconnecter les nœuds sur un segment du
réseau local.
 Les hubs n’effectuent aucun type de filtrage de trafic. Ils transfèrent
tous les bits à toutes les stations qui lui sont connectées.

GINFO K. Chetioui 11
Ethernet : Utilisation des HUBs
Faibles performances au niveau des réseaux Ethernet
causées par l’utilisation des Hubs.

La bande passante est Le nombre de collision augmente


partagée entre les 12 stations puisqu’il y a un seul domaine de
connectées sur le réseau. collision sur tout le réseau.

GINFO K. Chetioui 12
Rappel sur:
Domaine de collision et domaine de broadcast
 DOMAINE DE DIFFUSION: Un domaine de diffusion
(broadcast domain) est une zone logique d'un réseau
informatique où un ordinateur quelconque connecté au réseau
peut directement transmettre à tous les autres ordinateurs du
même domaine, sans devoir passer par un routeur.
 DOMAINE DE COLLISION: Un domaine de collision est une
zone logique d'un réseau informatique où les paquets de
données peuvent entrer en collision entre eux, dans un réseau
Ethernet. Un domaine de collision peut être un seul segment
de câble Ethernet, un seul concentrateur ou même un réseau
complet de concentrateurs et de répéteurs.

GINFO K. Chetioui 13
Etude de Cas - 1
 un réseau basé sur un Routeur, un Concentrateur et quelques PC
répartis dans 2 sous-réseaux différents.
 Question: Combien de domaines de collision et de domaine de
broadcast existent dans ce réseau?

GINFO K. Chetioui 14
Etude de Cas - 1
 un réseau basé sur un Routeur, un Concentrateur et quelques PC
répartis dans 2 sous-réseaux différents.
 Réponse:

GINFO K. Chetioui 15
Ethernet commuté :
Utilisation de commutateur
 La technologie Ethernet commuté abandonne le principe du
médium diffusant partagé.
 Améliore la bande passante
 Le bus Ethernet est directement raccordé sur chacun des ports
du commutateur de trames Ethernet.

Un seul équipement par


segment Ethernet

 pas de collision

GINFO K. Chetioui 16
Ethernet commuté :
Utilisation de commutateur

 Dans un LAN où tous les noeuds sont connectés


directement au commutateur, le débit du réseau
augmente de façon spectaculaire.
 Lestrois principales raisons de cette
augmentation sont:
Une bande passante dédiée à chaque port
Environnement sans collision
Fonctionnement en duplex intégral (Full-duplex):
avant l’Ethernet commuté, Ethernet classique était
uniquement half-duplex.

GINFO K. Chetioui 17
Full duplex vs Half duplex
 La liaison simplex
 caractérise une liaison dans laquelle les
données circulent dans un seul sens, c'est-à-
dire de l'émetteur vers le récepteur.

 La liaison half-duplex (parfois appelée liaison à


l'alternat ou semi-duplex)
 caractérise une liaison dans laquelle les
données circulent dans un sens ou l'autre,
mais pas les deux simultanément. Ainsi, avec
ce genre de liaison chaque extrémité de la
liaison émet à son tour.

 La liaison full-duplex (appelée aussi duplex


intégral)
 caractérise une liaison dans laquelle les
données circulent de façon
bidirectionnelle et simultanément.
 Ainsi, chaque extrémité de la ligne peut
émettre et recevoir en même temps Source: http://www.iec-usa.com/Browse05/DTHFDUP.html

GINFO K. Chetioui 18
Ethernet commuté : 2ème solution
Utilisation de commutateur

 Commutateur et domaines de collision:


Les commutateurs permettent la segmentation
d’un LAN en des domaines de collision séparés.
Chaque port du commutateur représente un
domaine de collision séparé et fournit une bande
passante entière pour le noeud ou les noeuds
connectés à ce port.

GINFO K. Chetioui 19
Exemples de domaines de collision

GINFO K. Chetioui 20
Etude de cas - 2
 Question: Avec 2 Commutateurs, quelles seraient les implications sur la
Diffusion et la Collision ?

GINFO K. Chetioui 21
Etude de cas - 2
 Réponse:

GINFO K. Chetioui 22
Etude de cas - 3
 On aurait une multitude de Domaines de Collision, mais toujours 1 seul
Domaine de Diffusion.
 Question: Comment faire pour avoir plusieurs domaines de diffusion?

GINFO K. Chetioui 23
Etude de cas - 3
 On aurait une multitude de Domaines de Collision, mais toujours 1 seul
Domaine de Diffusion.
 Réponse:

GINFO K. Chetioui 24
Règles générales

 Règle 1: Généralement, un concentrateur forme un


seul domaine de collision alors qu'un commutateur
ou un routeur en crée un par port, ce qui réduit les
risques de collision.

 Règle 2: Lorsque l'Ethernet est utilisé en mode


duplex (full-duplex), il n'y a plus de domaine de
collision, car aucune collision n'est possible.

GINFO K. Chetioui 25
Fonctionnement
d’un commutateur

GINFO K. Chetioui 26
Caractéristiques d’un commutateur
 un commutateur analyse les trames, un
hub ne fait que d'amplifier le signal pour
le renvoyer vers tous les équipements
connectés.

 Un commutateur dispose d’une


capacité mémoire si plusieurs trames
veulent accéder simultanément au
même port.

 A ladifférence d'un routeur, il ne permet


pas de connecter des réseaux de
classes d'adresses IP différentes.

GINFO K. Chetioui 27
Caractéristiques d’un commutateur

 un commutateur peut, contrairement à un hub,


travailler en Full duplex: il peut émettre et
recevoir les données sur un même port réseau
simultanément, donc en bidirectionnel, en
multipliant par deux le taux de transfert.
 Il
est de type "Auto Negociation" s'il détecte
automatiquement le mode full ou half duplex
selon l'équipement connecté.

GINFO K. Chetioui 28
Caractéristiques d’un commutateur
 Un commutateur enregistre dans une table de
correspondance interne les adresses MAC associées
aux nœuds connectés à chacun de ses ports physiques
et ne transmet les données que vers le connecteur
associé.

GINFO K. Chetioui 29
Exemple d’une table MAC

GINFO K. Chetioui 30
Méthodes de commutation
 La méthode de commutation utilisée est liée aux types de
données échangées, à l'architecture du réseau mais
aussi au niveau de performances requis.

 Plusieurs méthodes de commutation sont proposées par


les constructeurs:
Store and Forward (le modèle standard)
Cut Through ou On the fly
Des variantes
 Cut Through Runt Free (Fragment Free dans les modèles
CISCO)
 Adaptive Cut Through

GINFO K. Chetioui 31
Store and Forward
 Le commutateur enregistre toutes les trames en mémoire
avant de les transmettre sur le port associé à l'adresse de
destination.
 Avant d'enregistrer les trames, il vérifie leur intégrité en les
analysant au niveau de la détection des erreurs (en recalculant
le CRC). Le switch ne transfère pas les trames incomplètes.

 Avec cette méthode, il est possible de mélanger des connexions


en cuivre avec de la fibre optique ou même d'utiliser plusieurs
vitesses de connexions, vue que le commutateur stocke toute la
trame avant de la transmettre.
 Le temps de latence dépend de la taille des trames, d'où un
ralentissement lors de transferts de gros fichiers, également
limitée par le MTU (Maximum Transmission Unit).

GINFO K. Chetioui 32
Store and Forward

GINFO K. Chetioui 33
Store and Forward vs Cut-Through

Switch

GINFO K. Chetioui 34
Méthode Cut Through
 Cut Through (Fast Forward): le commutateur envoie la
trame sans attendre de la recevoir en totalité.
 Le commutateur n'enregistre pas les trames et ne décode
dans l'en-tête que l'adresse Mac de destination. Il ne lit
pas le contenu du message.
 Cette solution plus rapide mais plus risquée car elle diminue
la fiabilité: des trames corrompues pourraient être
transférées.

 La méthode de commutation cut-through pure est


possible uniquement quand la vitesse de transmission
sur l’interface de sortie (outgoing interface) est égale
à celle de l’interface d’entrée (incoming interface).

GINFO K. Chetioui 35
Méthode Cut Through
2 variantes:
 Cut Through Fragment Free: En cas de collision sur le
réseau Ethernet, un RUNT de moins de 64 octets est
envoyé. De fait, ces switchs analysent les 64 premiers
bytes de chaque trame. Elle n'est envoyée que si la
longueur est de 64 bytes minimum et ignorée sinon.
 L'avantage est un faible temps de latence.

 Adaptive Cut Through intègre surtout une correction


d'erreurs. Ils enregistrent les ports avec des erreurs
répétitives. Lorsqu'un seuil est dépassé, le port commute
en mode Store and Forward. Si le taux d'erreurs redevient
normal, le port du commutateur revient en Cut Through.

GINFO K. Chetioui 36
Méthode Cut Through

 Retransmission de trames erronées:


Trames trop courtes (Runt)
Trames trop longues (Jabber)
Trames comportant un nombre de bits non
divisible par 8 (Misaligned)
Trames dont le FCS est faux

GINFO K. Chetioui 37
Méthodes de commutation
Comparaison

Cut-Through:
La plus faible Latence
Pas de véification d’erreurs

Cut-Through Fragment Free:


Latence faible
Filtre la plupart des erreurs

Store and Forward:


Latence élevée
Toutes les erreurs sont filtrées

GINFO K. Chetioui 38
PLAN

Ethernet commuté
Réseaux Fast Ethernet
Réseaux Gigabit Ethernet

GINFO K. Chetioui 39
Fast Ethernet
 Standard IEEE 802.3u approuvé en juin 1995 (groupe de
travail IEEE 802.14).

 Méthode d’accès: CSMA/CD identique à celle d’Ethernet:


 Émission sur le support à des instants aléatoires
 Possibilité de collision lors de l’accès au support
 Une station écoute le canal avant d’émettre
 N’émet que si le canal est libre
 Pour pouvoir détecter une éventuelle collision, la
station écoute aussi le canal pendant sa propre
transmission.
 Utilise le protocole d’auto-négociation: permet
l’adaptation automatique du port du hub au débit 10 ou
100Mb/s
GINFO K. Chetioui 40
Fast Ethernet
 Taille minimale d’une trame maintenue à 64 octets:

2 * d = Lmin
Vp C
=> Contraintes fortes sur la taille maximale du réseau:
 Ethernet 10 Mb/s : la taille maximale d’un domaine de collision est de
2500 m (5 répéteurs au maximum).
 Ethernet 100 Mb/s : la taille maximale d’un domaine de collision est de
200 m (2 répéteurs au maximum).

 Si la taille maximale du réseau a été maintenue à 2500 m:


=> la taille minimale d’une trame = 640 octets
=> gaspillage de la bande passante (beaucoup d’octets de
bourrage)
GINFO K. Chetioui 41
Paramètres du protocole Fast Ethernet
Récapitulatif
Débit = 100 Mb/s
Taille minimale d’une trame maintenue:
Lmin = 64 octets = 512 bits.

Time-Slot = 5,12 µs
délai inter-trame = 0,96 µs

GINFO K. Chetioui 42
Variétés de Fast Ethernet

Fast Ethernet (100 Mbit/s) :


 100BASE-T -- Un terme pour n'importe lequel des standards
100 Mbit/s sur paire torsadée. Inclut 100BASE-TX, 100BASE-T4 et
100BASE-T2.
 100BASE-TX -- Utilise deux paires et requiert du câble Cat-5.
 100BASE-T4 -- Permet le 100 Mbit/s (en half-duplex seulement) sur
du câble CAT-3, 4 et 5 UTP (qui était utilisé dans les installations
10BASE-T). Utilise les quatre paires du câble. Devenu Obsolète.
 100BASE-T2 -- Aucun produit n'existe. Supporte le mode full-duplex
et utilise seulement deux paires, avec des câbles CAT-3.
 100BASE-FX -- Ethernet 100 Mbit/s sur fibre optique.

GINFO K. Chetioui 43
PLAN

Ethernet commuté
Réseaux Fast Ethernet
Réseaux Gigabit Ethernet

GINFO K. Chetioui 44
Gigabit Ethernet
 Legroupe de travail du IEEE802.3z s’est fixé notamment les
buts suivants pour la standardisation du Gigabit Ethernet:
 Avoir une vitesse de 1000 Mbps
 Utiliser le format de trame d’Ethernet 802.3
 Préserver la taille minimum et maximum des trames du standard 802.3
 Permettre des opérations en half duplex et full duplex
 Avoir une topologie physique en étoile
 Utiliser la méthode d’accès CSMA/CD supportant au moins un répéteur
par domaine de collision
 Avoir un domaine de collision dont le diamètre est égal à 200 mètres
 Utiliser la technologie Fibre Channel pour la couche physique

 Cesobjectifs sont fixés de telle sorte qu’il y ait un minimum de


changements à apporter au réseau Ethernet déjà existant.

GINFO K. Chetioui 45
Gigabit Ethernet
 Une extension d’Ethernet 10 et 100 Mb/s
 normalisé en juin 1998 : IEEE 802.3z

 Le contrôle d’accès et les collisions sont gérés par le


protocole CSMA/CD:
 Mais la taille minimale de 64 octets n’est plus maintenue. Sinon,
distance maximale = 25m
 Le comité IEEE 802.3z a modifié la taille minimale d’une
trame:
 Passe de 512 bits à 512 octets
 Une distance de 200 m peut ainsi être couverte

GINFO K. Chetioui 46
Gigabit Ethernet

GINFO K. Chetioui 47
Gigabit Ethernet
Compatibilité avec les adressages Ethernet et Fast Ethernet.

 Au niveau de la sous-couche MAC du Gigabit


Ethernet, pour assurer une compatibilité avec les
tailles des trames Ethernet courtes, deux techniques
sont utilisées :
Carrier Extension ou Extension de porteuse, si taille
inférieure à 512 octets.

Frame Bursting ou pipelining de transmission:


agrégation des petites trames.

GINFO K. Chetioui 48
Gigabit Ethernet
Technique d’Extension de porteuse

 Le slot time passe de 512 temps bits à 512


temps octets
correspond au temps d’un aller-retour sur le domaine de
collision
C’est également la valeur utilisée par l’algorithme de
retransmission BEB (Binary Exponential Backoff)
 Pour assurer la compatibilité avec Ethernet 10
et 100 Mb/s (=> pouvoir envoyer efficacement des
trames vers les réseaux plus lents.)
garder la taille minimum de trame de 64 octets (512 bits)

GINFO K. Chetioui 49
Gigabit Ethernet
Technique d’Extension de porteuse
 Lorsque l'émission se fait sur le Gigabit Ethernet, une extension
est ajoutée après chaque trame, afin d'atteindre si nécessaire
512 octets.
 L'émetteur envoie une trame. S’il ne détecte pas de collision, il
regarde la longueur de la trame qu’il vient d’envoyer.
 Si la longueur est d’au moins 512 octets, il a terminé la transmission
de sa trame.
 Par contre, si la longueur est plus petite que la durée d’un slot time,
l'émetteur transmet juste après la trame des symboles spéciaux
(appelés carrier extension) jusqu’à la fin du slot time. A ce moment,
il aura fini la transmission de sa trame .
 Si une collision se produit au niveau de l’extension, la trame
entière est rejetée.

GINFO K. Chetioui 50
Gigabit Ethernet
Technique d’Extension de porteuse

 L’Extension de porteuse est une opération locale qui est répétée à


chaque domaine de collision.
 Cette technique implique un gros inconvénient : elle gaspille
énormément de bits pour la transmission de petits paquets, ce qui
entraîne une diminution de l’efficacité du réseau.

GINFO K. Chetioui 51
Gigabit Ethernet
Technique de Frame Bursting
 Objectif:
 Limiter
le gaspillage de bande passante liée aux émissions des
symboles d’extension de porteuse (chute des performances du réseau,
augmentation des risques de collisions).
 Principe:
 Une station peut émettre une première trame si nécessaire avec le
«carrier extension »
 Si à la fin de l’émission aucune collision n’est observée, la station peut
émettre la suite de ses données structurées en trames Ethernet
classiques
 Le délai inter trame (IFG) de 0,96 μs pour Gigabit Ethernet est comblé
par des bits de bourrage
=> éviter qu’une autre station ne détecte le support libre et se
décide à émettre

GINFO K. Chetioui 52
Gigabit Ethernet
Technique de Frame Bursting

 Le Frame Bursting consiste à transmettre une suite de


trames appelée burst. Ce burst a une longueur comprise
entre 512 octets et un peu moins de 3000 octets.
 Éviter le monopole de la bande passante

 Cette technique utilise un timer appelé burst timer qui


permet de connaître le nombre de bits émis. Si sa valeur
est égale au temps pour émettre 1500 octets, aucune
nouvelle émission de trame ne peut commencer.

GINFO K. Chetioui 53
Gigabit Ethernet
Technique de Frame Bursting

 Exemple de structure d'un burst :

GINFO K. Chetioui 54
Variétés de Giga Ethernet
Gigabit Ethernet (1 000 Mbit/s) :
 1000BASE-T -- 1 Gbit/s sur câble de paires torsadées de catégorie 5 ou
supérieure, sur une longueur maximale de 100 m;
 1000BASE-X -- 1 Gbit/s qui utilise des interfaces modulaires (appelés GBIC)
adaptées au média (Fibre Optique Multi, Mono-mode, cuivre);
 1000BASE-SX (Short wavelength) -- 1 Gbit/s sur fibre optique multimodes à
850 nm;
 1000BASE-LX (Long Wavelength) -- 1 Gbit/s sur fibre optique monomodes
et multimodes à 1 300 nm;
 1000BASE-LH (Long Haul) -- 1 Gbit/s sur fibre optique, sur longues
distances;
 1000BASE-ZX -- 1 Gbit/s sur fibre optique monomodes longues distances;
 1000BASE-CX -- Une solution pour de courtes distances (jusqu'à 25 m) pour
le 1 Gbit/s sur du câble de cuivre spécial.

GINFO K. Chetioui 55
Gigabit Ethernet – 4 versions

GINFO K. Chetioui 56
Variété d’Ethernet: Récapitulatif

GINFO K. Chetioui 57

Vous aimerez peut-être aussi