Vous êtes sur la page 1sur 12

CHAPITRE 3

LES VOILES
EN BETON ARME
STRUCTURE EN BETON ARME 2

A.SAID
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

3.1. Définition du voile :

De nos jours, de nombreuses structures de génie civil sont construit par l’utilisation des
voiles comme éléments structuraux principaux. Les voiles ou murs de contreventement
peuvent être définis comme des structures planes verticales dont la raideur hors plan est
négligeable. Dans leur plan, ils présentent généralement une grande résistance et une
grande rigidité vis-à-vis des forces horizontales. Par contre, dans la direction
perpendiculaire à leur plan, ils offrent très peu de résistance vis-à-vis des forces
horizontales et ils doivent être contreventés par d’autres murs ou par des portiques.

3.2. Classification des types de voiles :

-Voile sans raidisseur (Figure3.1a)


-voile avec raidisseur (Figure 3.1b)
-Voile avec une seule file d'ouverture (Figure 3.1c)
-Voile avec plusieurs files d'ouvertures (Figure 3.1d)

Figure 3.1 : Différent type des voiles

2
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

3.3. Classification des structures avec voiles :

Trois grandes catégories peuvent être rencontrées:


1) structures « mixtes » avec des murs porteurs associés à des portiques (Figure 3.2),
2) structures à noyau central (Figure 3.3),
3) structures uniquement à murs porteurs (Figure 3.4).

Figure 3.2 : Structures « mixtes » avec des murs porteurs couplés à des portiques

Figure 3.3 : Structure à noyau central

3
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Figure 3.4 : Structure uniquement à murs porteurs

Par rapport à d’autres systèmes constructifs tels que les portiques, les structures à murs
voiles en béton présentent, particulièrement, en zone sismique plusieurs avantages :

1- leur présence limite les déformations et diminue par conséquent l’effet du second ordre
(effet p-delta).
2- leur rigidité permet de protéger les éléments non-structuraux dont le coût de réparation
est souvent notable.
3- leur présence permet de soulager les autres éléments de structures existants comme les
poteaux.
4- Rend le comportement de la structure plus fiable par rapport à celui d’une structure ne
comportant que des portiques.

3.4. Caractéristiques géométrique des voiles :

- Le modèle le plus simple d’un voile est celui d’une console


parfaitement encastrée à sa base, (Figure 3.5).

- Les principaux paramètres influençant le comportement des

voiles en béton armé sont :

L’élancement (rapport hauteur H sur la longueur du voile L),

les armatures (pourcentages et dispositions) et la contrainte

normale moyenne.

Figure 3.5 : Voile plein


4
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

3.4.1. Dimension d’après RPA99/V2003 :


D’après RPA99/V2003, les dimensions minimales des voiles doivent satisfaites les
conditions suivantes :
L≥ 4a.
a ≥ 15 cm
où L étant la longueur du voile (Figure 3.6) et a est l’épaisseur du voile.
Dans le cas contraire, ces éléments sont considérés comme des éléments linéaires où
poteaux.

Figure 3.6 : Coupe de voile en élévation (RPA99-v2003)

De plus, l'épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d'étage he et


des conditions de rigidité aux extrémités comme indiqué à la figure 3.7

Figure 3.7 : Coupes de voiles en plan (RPA99-V2003)

5
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Pour les calculs de l'inertie des voiles, il est admis de considérer l'influence des murs
perpendiculaires. La longueur du mur prise en compte de chaque côté devrait être la
plus petite des valeurs indiquées sur la figure 3.8

Figure 3.8 : Prise en compte des murs retour (RPA99-V2003)

3.5. Dimensionnement des voiles en Béton Armé :

Les voiles sont calculés d’après les principes décrits dans :

 DTU 23.1 'Murs en béton banché'


 RPA99-Version 2003
 Henry Thonier 'Conception et calcul des structures de bâtiment'
 Victor Davidovici 'Formulaire du béton armé'.

Un voile en béton armé doit faire l’objet des vérifications suivantes :


- Justification de la stabilité de forme (résistance au flambement).
- Résistance à l’effort tranchant.
- Résistance en flexion composée.

En général, Il existe deux approches de calcul des voiles en béton:

 méthode simplifiée
 flexion composée.

Dans ce qui suit, le calcul des voiles sera effectué suivant la première méthode dite
méthode des contraintes (ou méthode simplifiée), elle suppose que le diagramme des
contraintes dans la section du voile est linéaire et le calcul des sollicitations est basé sur ce
diagramme.

6
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

3.6. Calculs des voiles selon la méthode des contraintes :

3.6.1. Justification de la stabilité et de la résistance d’un mur:


3.6.1.1. Effort de compression à l'ELU:
L'effort limite ultime Nu,lim est donné par les formules suivantes :

 Dans le cas d’un mur non armé (A = 0) :

Avec :

Br = lw[a - 2(cm)]

Br : Section réduite
lw : Longueur du mur
a : épaisseur du mur
: Elancement
fc28 : Résistance caractéristique du béton à 28 jours.

 Dans le cas d’un mur armé (A # 0) :

si λ ≤ 50, alors :

si 50 ≤ λ < 80, alors :

Sachant que « fe » est la limite élastique de l'acier.

Les valeurs de α sont à diviser par 1,10 si plus de la moitié des charges est appliquée
avant 90 jours. Si la majeure partie des charges est appliquée à un âge < 28 jours, on
remplace fc28 par fcj et α par α/1,20.

7
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Ensuite, on déduit la contrainte limite ultime qui vaut :

u,lim = b, na : Béton non armé


u,lim = b, a : Béton armé

Tableau 3.1 : Valeurs de longueurs de flambement Lf des voiles non raidis


latéralement :

8
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Tableau 3.2 : Valeurs de longueurs de flambement Lf des voiles raidis latéralement :

Raidisseurs aux extrémités du voile Longueur de flambement Lf

L’f Valeur de Lf calculé en Tab 3.1 ci dessus

Voiles non armés Voiles armés


horizontalement horizontalement

9
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

3.6.1.2. Armatures verticales de compression / Armatures horizontales de l’effort


tranchant :

Tableau 3.3 : Armatures verticales de compression / Armatures horizontales de l’effort


tranchant

La section d'armatures verticales trouvée, doit être répartie par moitié sur chacune des
faces de la bonde de mur considérée. De même pour la section des armatures
horizontales parallèles aux faces du mur, elle doit être répartie par moitié sur chacune
des faces d'une façon uniforme sur la totalité de la longueur du mur ou de l'élément de
mur limité par des ouvertures.

3.6.2. Cas d’une section entièrement comprimée :

Du fait d’un schéma linéaire des contraintes, on pourra considérer qu’une section est
entièrement comprimée si la résultante Nu reste à l’intérieur du noyau central, soit une
excentricité maximale L/6 pour un voile rectangulaire.
Il est recommandée de découper la zone comprimée en bande de longueur li (Figure
3.9), tel que :

hs : hauteur d’étage
lc : longueur de compression

Figure 3.9 : cas d’un voile de


section entièrement comprimée

10
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Les armatures de compression ne sont pas nécessaires si la contrainte moyenne d’une


bande ne dépasse la contrainte de béton non armé, b, na , le cas contraire, on devra
augmenter les dimensions du voile, ou prévoir des armatures comprimées.

3.6.3. Cas d’une section partiellement tendue :

Pour le découpage et la vérification des contraintes de la zone comprimée, on ce refaire


au 1ér cas.
La zone tendue, peut être divisée en bande de même section d’acier par unité de
longueur, celle-ci corresponde à la contrainte maximale de traction du béton de la
bande (on pourra prendre la contrainte moyenne de la bande pour un voile
rectangulaire).

Ainsi les contraintes moyennes de traction valent σ4 et σ5 et entraînent une section


d’acier (Figure 3.10) :

Figure 3.10 : Cas d’un voile de section partiellement tendue

3.6.3.1. Aciers Verticaux :

∆s= a ×li ; a : épaisseur du mur, S : Surface de la bande

As/S : est réparti sur S

11
Chapitre 3 : Les Voiles en Béton Armé

Pour une section rectangulaire d’épaisseur a et si « LT » est inférieur à la hauteur


d’étage, on pourra prendre :

3.6.3.2. Aciers Horizontaux :

AV = AS Précédemment définit

On vérifie que:

lc : longueur de confinement.
St : Espacement maximal trouvé pour AV
a : épaisseur du trumeau ou voile
Vsd : effort tranchant obtenu par le calcul dans la combinaison sismique la plus
défavorable.

12

Vous aimerez peut-être aussi