Vous êtes sur la page 1sur 93

CYCLE DE SPECIALITE EN SANTE PUBLIQUE ET

EN MANAGEMENT DE LA SANTE

FILIERE : MANAGEMENT HOSPITALIER

PROMOTION (2017_2019)

Mémoire de fin d’études

Place de la sécurité du patient dans le processus


d’achat des équipements biomédicaux
Cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt

- ELABORE PAR : Mr SOUAIDI JAMAL


- ENCADRE PAR : Dr BENKIRANE RAJA

Septembre 2019

ENSP, Rue Lamfadel Cherkaoui, Madinat Al Irfane, Rabat

Tél. : 05.37.68.31.62 - Fax 05.37.68.31.61 - BP : 6329 Rabat –

http://ensp.sante.gov.ma
Remerciements

Je tiens tout d’abord à remercier Allah le tout puissant et


miséricordieux, qui m’a donné la force et la patience
d’accomplir ce Modeste travail.

Je tiens à remercier en second lieu ma chère professeure


Dr Raja Benkirane, J’apprécie l'honneur que vous m’avez
fait en acceptant de diriger mon travail, et je voudrais
exprimer toute ma gratitude pour votre encadrement de
qualité, pour vos encouragements, et pour vos précieux
conseils tout au long du suivi de mon mémoire.

Je remercie vivement Monsieur Abdelhafid Qeyouch,


le chef du service de la maintenance à la Direction des
équipements et de la maintenance ,d’avoir co-encadré ce
travail avec beaucoup de compétence et d’enthousiasme.

Je tiens à remercier, le directeur de l’Ecole Nationale de


Santé Publique, et tous les enseignants, vous avez fait preuve
d’une bonne volonté et de beaucoup des sacrifices pour
m’assurer une solide formation. Veuillez trouver dans ce
travail l’expression de mes remerciements les plus sincères
pour les efforts que vous avez déployés.

Je tiens à exprimer aussi mes vifs remerciements, à


Monsieur le délégué provincial de la DMS de Taroudannt et
le directeur de l’hôpital Mokhtar Soussi pour leur soutien.

Je tiens à remercier tous les personnes interviewées dans le


cadre de cette étude, sans eux ce travail n’aurait pu être
réalisé.

Enfin je remercie tous ceux qui de près ou de loin m’ont


soutenu à l’accomplissement de mon étude de mémoire.

ii
Dédicaces

Que ce travail soit dédié en gage de


mon affection et ma reconnaissance

A ma chère épouse Roukaya;


mes enfants Imran et Amina
A ma chère mère ; mon cher père;
ma sœur et mes frères
A ma belle-mère ; mon beau père
A mes beaux-frères et ma belle sœur
A tous mes amis qui se reconnaitront
A tous les collègues de la promotion
2017-2019

Pour avoir toujours été là pour moi, et


pour m’avoir suffisamment épaulé aux
moments voulus

ii
Résumé

Introduction: L’achat des équipements biomédicaux peut présenter un risque à priori


du choix de l’équipement qui n’est pas le meilleur en terme de sécurité du patient. Dans
cette perspective l’objectif de cette étude est de contribuer à la prise en compte de la
sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux au niveau
de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt.
Méthode : Nous avons réalisé une étude descriptive, exploratoire avec une approche
qualitative de type étude de cas unique avec des niveaux d’analyse stratégiques et
opérationnels. Nous avons utilisé deux outils de collecte de données l’analyse des
documents pertinents pour l’étude et l’entretien semi directif avec 29 interviewés ayant
une diversité de profil, personnel administratif, technique et les utilisateurs de ces
appareils objet d’achat. Ces interviewés représentent tous les niveaux de la hiérarchie,
l’administration centrale, la direction régionale de Souss Massa, la délégation
provinciale de la santé à Taroudant et l’hôpital Mokhtar Soussi site de notre étude.
Résultats : Les résultats de l’étude montrent que d’une part le processus d’achat
présente des points forts comme le fait que la majorité des participants à l’étude sont
attachés à la sécurité du patient, ainsi que la participation du niveau stratégique et
opérationnel à la prise en compte de la sécurité des patients dans le processus. D’autre
part, le processus d’achat actuel présente des points faibles qui entravent la sécurité du
patient dans le processus comme le manque de flexibilité aux participants aux comités
d’achat pour favoriser l’équipement le plus sécuritaire pour le patient, en plus des
contraintes budgétaires et l’absence d’une évaluation des équipements biomédicaux.
Conclusion : A travers notre étude qui est une première dans ce domaine au Maroc
nous avons établi une description du degré de prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat et nous avons proposé des pistes d’amélioration de ce
processus comme la réforme de la réglementation qui encadre ce processus,
l’établissement des formations spécifiques aux participants aux comité d’achat dans les
critères à prendre en compte en faveur de la sécurité du patient et la création d’un point
focal relatif à l’évaluation des équipements biomédicaux pour se connecter aux
réseaux lié à l’OMS.

Mots clés : sécurité du patient ; évaluation ; processus d’achat ; équipements biomédicaux

iii
Abstract

Introduction: The purchase of biomedical equipment may present a prior risk in


advance of the choice of equipment which is not the best in terms of patient safety. In
this perspective, the objective of this study is to contribute to the consideration of
patient safety in the process of purchasing medicals devices at the Mokhtar Soussi
hospital in Taroudannt.
Method: We carried out a descriptive, exploratory study with a qualitative approach of
unique case study type with strategic and operational levels of analysis. We used two
data collection tools, the first is the analysis of relevant documents for the study and the
second is the semi-directive interview with 29 interviewees having a diverse profile
administrative, technical and users of these devices to purchase, in addition these
interviewees represent all levels of the hierarchy of the central administration, the
regional direction oh health of Souss Massa, the provincial delegation of health in
Taroudant and the Mokhtar Soussi hospital site of our study.
Results: The results of the study show that on the one hand the purchasing process has
positives points such as the fact that the majority of participants in this study are
committed to patient safety, as well as the participation of the strategic and operational
level to consider patient safety in the process. On the other hand, the current process has
negatives points such as the lack of flexibility for the participants of the purchasing
committee to promote the safest equipment, in addition to budget constraints and the
lack of an evaluation of biomedical equipment.
Conclusion: Through our study, which is the first one in this field in Morocco, we have
established a description of the degree of consideration of patient safety in the
purchasing process, and we have proposed ways to improve this process as the
regulatory reform that frames this process, the establishment of specific training for
participants in the purchasing committees in the criteria to be considered for patient
safety and the establishment of a focal point for the evaluation of biomedical equipment
to connect to networks related to WHO.

Keywords: patient safety; Evaluation; purchasing process; medical device

iv
‫ٍِخض‬

‫مقدمة‪ :‬إْ عٍّ‪١‬خ ششاء اٌّعذاد اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ لذ رشًّ خطشا لجٍ‪١‬ب ‪٠‬زّثً ف‪ ٟ‬إِىبٔ‪١‬خ عذَ إخز‪١‬بس اٌّعذاد اٌطج‪١‬خ‬
‫األوثش ِشاعبرب ٌشش‪ٚ‬ط سالِخ اٌّشض‪ .ٝ‬ف‪٘ ٟ‬زا اٌس‪١‬بق‪ ،‬فئْ اٌ‪ٙ‬ذف ِٓ ٘زٖ اٌذساسخ ٘‪ ٛ‬اٌّسبّ٘خ ف‪ِ ٟ‬شاعبح‬
‫سالِخ اٌّشض‪ ٝ‬ضّٓ عٍّ‪١‬خ ششاء اٌّعذاد اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ ف‪ِ ٟ‬سزشف‪ ٝ‬اٌّخزبس اٌس‪ٛ‬س‪ ٟ‬ثزبس‪ٚ‬دأذ‪.‬‬

‫المنهجية‪ :‬أجش‪ٕ٠‬ب دساسخ ‪ٚ‬طف‪١‬خ ‪ٚ‬اسزىشبف‪١‬خ ِع ٔ‪ٙ‬ج ٔ‪ٛ‬ع‪ٌ ٟ‬ذساسخ حبٌخ ‪ٚ‬ح‪١‬ذح ِع ِسز‪٠ٛ‬بد اٌزحٍ‪ ً١‬االسزشار‪١‬ج‪ٟ‬‬
‫‪ٚ‬اٌزشغ‪ .ٍٟ١‬اسزخذِٕب أدار‪ٌ ٓ١‬جّع اٌج‪١‬بٔبد ‪ ،‬األ‪ ٟ٘ ٌٝٚ‬رحٍ‪ ً١‬اٌ‪ٛ‬ثبئك راد اٌظٍخ ثبٌذساسخ ‪ ٚ‬اٌثبٔ‪١‬خ ٘‪ ٟ‬اٌّمبثٍخ‬
‫اٌشجٗ ر‪ٛ‬ج‪١ٙ١‬خ ِع ‪ِ 92‬شبسن ف‪٘ ٟ‬زٖ اٌذساسخ ‪ّ٠‬ثٍ‪ ْٛ‬فئخ اإلداس‪ٚ ، ٓ١٠‬اٌزمٕ‪ٚ ٓ١١‬وزأٌه ِسزعٍّ‪ ٟ‬اٌّعذاح‬
‫اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ‪ .‬ثبإلضبفخ إٌ‪ ٝ‬رٌه ‪ّ٠‬ثً ٘ؤالء اٌّشبسو‪ ٓ١‬جّ‪١‬ع ِسز‪٠ٛ‬بد اٌزسٍسً اٌ‪ٙ‬شِ‪ ٟ‬ف‪ٚ ٟ‬صاسح اٌظحخ ِٓ‬
‫اإلداسح اٌّشوض‪٠‬خ ‪ ،‬اٌّذ‪٠‬ش‪٠‬خ اٌج‪٠ٛٙ‬خ ٌٍظحخ ثس‪ٛ‬ط ِبسخ ‪،‬إٌّذ‪ٚ‬ث‪١‬خ اإللٍ‪١ّ١‬خ ٌٍظحخ ف‪ ٟ‬ربس‪ٚ‬دأذ ‪ِ ٚ‬سزشف‪ٝ‬‬
‫اٌّخزبس اٌس‪ٛ‬س‪ِٛ ٟ‬لع ٘زٖ اٌذساسخ ‪.‬‬

‫النتائج‪ :‬أظ‪ٙ‬شد ٔزبئج اٌذساسخ ِٓ ج‪ٙ‬خ أْ عٍّ‪١‬خ اٌششاء اٌحبٌ‪١‬خ رز‪ٛ‬فش عٍ‪ٔ ٝ‬مبط ل‪ٛ‬ح ِثً اٌزضاَ غبٌج‪١‬خ اٌّشبسو‪ٓ١‬‬
‫ف‪ ٟ‬اٌذساسخ ثّشاعبح سالِخ اٌّشض‪ٚ ،ٝ‬وزٌه ِشبسوخ اٌّسز‪ ٜٛ‬االسزشار‪١‬ج‪ٚ ٟ‬اٌزشغ‪ ٍٟ١‬ف‪ ٟ‬سالِخ اٌّشض‪ ٝ‬ف‪ٟ‬‬
‫٘زٖ اٌعٍّ‪١‬خ‪ ِٓ ٚ .‬ج‪ٙ‬خ أخش‪ ٜ‬رعبٔ‪ ٟ‬عٍّ‪١‬خ اٌششاء اٌحبٌ‪١‬خ ِٓ ٔمبط ضعف رعشلً سالِخ اٌّشض‪ ٝ‬ف‪٘ ٟ‬زٖ اٌعٍّ‪١‬خ‪،‬‬
‫ِثً عذَ ر‪ٛ‬فش اٌّش‪ٔٚ‬خ ٌٍّشبسو‪ ٓ١‬ف‪ٌ ٟ‬جٕخ اٌششاء ٌٍزش‪٠ٚ‬ج ألوثش األج‪ٙ‬ضح أِبًٔب ٌٍّش‪٠‬ض‪ ،‬ثبإلضبفخ إٌ‪ ٝ‬ل‪ٛ١‬د‬
‫اٌّ‪١‬ضأ‪١‬خ ‪ٚ‬عذَ ‪ٚ‬ج‪ٛ‬د رم‪ٌٍّ ُ١١‬عذاد اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ‪.‬‬

‫خاتمة‪ ِٓ :‬خالي ٘زٖ اٌذساسخ اٌز‪ ٟ‬رعذ األ‪ ٌٝٚ‬ف‪٘ ٟ‬زا اٌّجبي ف‪ ٟ‬اٌّغشة‪ ،‬لّٕب ث‪ٛ‬ضع ‪ٚ‬طف ٌذسجخ ِشاعبح‬
‫سالِخ اٌّشض‪ ٝ‬ف‪ ٟ‬عٍّ‪١‬خ اٌششاء ‪ٚ‬لذ الزشحٕب طشلًب ٌزحس‪٘ ٓ١‬زٖ اٌعٍّ‪١‬خ رزّثً ف‪ ٟ‬إطالح اإلطبس اٌزٕظ‪ ّٟ١‬اٌز‪ٞ‬‬
‫‪٠‬ؤطش ٘زٖ اٌعٍّ‪١‬خ‪ ،‬إٔشبء رذس‪٠‬ت خبص ٌٍّشبسو‪ ٓ١‬ف‪ٌ ٟ‬جبْ اٌّشزش‪٠‬بد ف‪ ٟ‬اٌّعب‪١٠‬ش اٌز‪٠ ٟ‬جت ِشاعبر‪ٙ‬ب ِٓ أجً‬
‫سالِخ اٌّشض‪ٚ ٝ‬إٔشبء ِشوض رٕس‪١‬ك ٌزم‪ ُ١١‬اٌّعذاد اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ ‪ٌٚ‬الرظبي ثبٌشجىبد راد اٌظٍخ ثّٕظّخ اٌظحخ‬
‫اٌعبٌّ‪١‬خ‪.‬‬

‫الكلمات المفتاحية‪ :‬سالِخ اٌّشض‪ ;ٝ‬اٌزم‪ُ١١‬؛ عٍّ‪١‬خ اٌششاء; اٌّعذاد اٌج‪ٛ١‬طج‪١‬خ ‪.‬‬

‫‪v‬‬
Liste des Tableaux

Tableau N° I Echéancier de réalisation du Mémoire Page : 16

Tableau N°II Répartition des participants à l’étude par niveau Page : 18


d’analyse et par fonction

Tableau N°III Présentation des étapes du processus d’achats des Page : 38


équipements biomédicaux selon la réglementation
marocaine Cas d’un appel d’offre ouvert

Listes des figures

Figure N°1 Cadre conceptuel adapté du Modèle d’analyse de Page : 6


l’implantation de Denis et champagne
Figure N°2 Schématisation des étapes du processus d’achat des Page : 42
équipements biomédicaux
Figure N°3 Facteurs du succès de la mise en œuvre des projets Page : 49
d’évaluation des technologies de la santé

vi
Listes des Annexes

Annexe 1 Grille d’Analyse des documents pertinents pour l’étude

Annexe 2 Grille d’entretien semi-directif avec les participants aux comités


d’achat des équipements biomédicaux
Annexe 3 Grille d’entretien semi-directif avec des responsables au niveau de la
délégation et de l’hôpital
Annexe 4 Grille d’entretien semi-directif avec les utilisateurs des équipements
biomédicaux
Annexe 5 Grille d’entretien semi-directif avec un responsable au niveau
Régional (ingénieur au service des équipements et de la maintenance)
Annexe 6 Grille d’entretien semi-directif avec des responsables aux niveaux des
directions centrales (DEM, DHSA, DMP)
Annexe 7 Grille d’entretien semi-directif avec un représentant du CLIN
Annexe 8 Grille d’entretien semi-directif avec une responsable de la
pharmacovigilance au niveau du centre anti poison
Annexe 9 Grille d’entretien semi-directif avec un responsable au niveau du
centre national de radioprotection
Annexe 10 Autorisations administratives de collecte des données
Annexe 11 CURRICULUM VITAE du chercheur

vii
List des abréviations

Cahier des clauses administratives générales applicables aux marches


CCAGT –
de services portant sur les prestations d’études et de maitrise d’œuvre
EMO
passés pour le compte de l’état

CHIR Centre hospitalier interrégional


CHP Centre Hospitalier Provincial
CLIN Comité de Lutte Contre les Infections Nosocomiales
CNRP Centre nationale de radioprotection
DEM Direction des équipements et de la maintenance
DHSA Direction des hôpitaux et des soins ambulatoires
DMP Direction des médicaments et de la pharmacie
DMS Délégation du ministère de la santé
EMRO Regional Office for the Eastern Mediterranean
ENSP Ecole Nationale de Santé Publique
ETS Evaluation des technologies de la santé
FDA Food and Drug Administration
GIHT Initiative mondiale en faveur des technologies de la santé
GMAO Gestion de la maintenance assistée par ordinateur
HTAi Health Technology Assessment International
INAHTA L’ International network of agencies for health technology assessment
INDH Initiative national du développement humain
LMIC Low and middle income countries

NHS National health system


OMS Organisation mondiale de la santé
PV Procès-verbal
SEGMA Services de l’Etat gérés de manière autonome
SEIPS Initiative d'ingénierie des systèmes pour la sécurité des patients

SEM Service des équipements et de la maintenance


Schéma Régional de l’Offre de Soins
SROS
WHA World Heath Assembly

viii
Table des matières

Remerciements ............................................................................................ ii
Dédicaces ...................................................................................................... ii
Résumé ........................................................................................................ iii
Abstract ....................................................................................................... iv
‫ ملخص‬.............................................................................................................. v
Liste des Tableaux ...................................................................................... vi
Listes des figures ....................................................................................... vi
Listes des Annexes ..................................................................................... vii
List des abréviations ................................................................................ viii
I. Introduction ............................................................................................. 1
1 .1 Définition du problème ........................................................................................ 1
1.2. Cadre conceptuel de l’étude ............................................................................... 5
1 .3 Objectifs .............................................................................................................. 5

II .Revue de la littérature ........................................................................... 7


III. Méthode de recherche ........................................................................ 13
3.1 Design de l’étude ............................................................................................................. 13
3.1.1 Définition de cas ....................................................................................................... 13
3.1.2 Site de l’étude ........................................................................................................... 13
3.1.3 Durée de l’étude ........................................................................................................ 13
3.2 Population cible et échantillonnage ................................................................................ 13
3.2.1 Population cible de l’étude ....................................................................................... 13
3.2.2 Échantillonnage ......................................................................................................... 14
3.3 Définition des variables à l’étude .................................................................................... 14
3.4 Outils utilisés pour la collecte des données .................................................................. 15
3.5 Plan d’analyse des données ............................................................................................ 16
3. 6 Echéancier ...................................................................................................................... 16
3 .7 . Considérations éthiques ............................................................................................... 16

IV. Résultats............................................................................................... 17
4.1 .Caractéristiques des participants à l’étude................................................................... 17
4.2. Présentation des résultats des entretiens semi-structurés par thématiques .............. 19
4.2 .1 thème 1 : Facteurs organisationnels ....................................................................... 19
4.2.2 Thème 2 Facteur politique ...................................................................................... 25
4.2.3 Thème 3 : Facteurs Psychologiques ......................................................................... 33
4.3. Présentation des résultats de l’analyse des documents pertinents pour l’étude ........ 35
4.3.1 Analyse de la réglementation marocaine relative au processus d’achats des
équipements biomédicaux ................................................................................................. 36
4.3.2 Analyse de la documentation pertinente utilisée pour l’achat des équipements
biomédicaux pour l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudant ........................................... 42

V. Discussion .............................................................................................. 43
5.1. Discussion des résultats .................................................................................................. 43
5.2 .Validité de l’étude ........................................................................................................... 49

IV .Limites de l’étude................................................................................ 51
Conclusion et pistes d’amélioration ........................................................ 52
Bibliographie
Annexes
I. Introduction

1 .1 Définition du problème
La sécurité du patient a été définie par l’OMS en 2009 comme étant « l’absence pour
un patient d’atteinte inutile ou potentielle associée aux soins de santé »1. Selon la haute
autorité de santé en France, la sécurité du patient signifie « La réduction de tout risque
de préjudice évitable subi par le patient. Elle a pour ambition première d’éviter toute
inversion du bénéfice/risque à se faire soigner. »2 Un regain d’attention a été accordé à
la sécurité des Patients depuis une vingtaine d’années suite à la publication en 1991 par
l’Université de Harvard d’une étude sur les pratiques médicales qui a révélé que 3.7%
des admissions à l’hôpital sont source d’événements indésirables dont 69% sont
causés par des erreurs humaines et 27.6% par la négligence. Ainsi, le système de santé
Américain a enregistré des pertes financières estimées à 17 milliards de $ par an [1].
C’est le rapport « to err is human » publié en 1999 par l’Institut of Medicine des USA
qui a été à l’origine du mouvement international de la sécurité du patient par la
publication de chiffres alarmants sur l’impact des erreurs médicales évaluées entre 44
000 et 98 000 décès par an [2]. Ce rapport a été fortement médiatisé, surtout que ces
erreurs sont par définition évitables ou atténuables et a été à l’origine d’une mobilisation
mondiale au sujet de la sécurité du patient.

Les erreurs médicales sont classées troisième cause de décès aux Etats-Unis selon une
récente étude publiée en 2016 réalisée par la Johns Hopkins University School of
Medicine de Baltimore aux Etats unis. Lors de cette étude, les chercheurs Américains
ont utilisé et analysé des données colligées entre 1999 et 2013 et ont estimé que 250 000
patients décédaient chaque année suite à des erreurs médicales [3].

1
World Health Organization. WHO patient safety curriculum guide for medical
schools. Geneva: WHO; 2009
2
Haute autorité de santé .sécurité du patient .2013 Consultable à l’URL :
https://www.has-sante.fr/jcms/c_1048545 /fr/securite-du-patient ,

1
En effet, pour garantir une meilleure sécurité du patient, il faut assurer une meilleure
gestion du risque3. Il existe trois catégories de risques identifiables en établissement de
santé :

La première catégorie est directement associée aux soins, comme le risque des
infections nosocomiales, le risque transfusionnel ainsi que le risque médicamenteux…

La seconde est liée aux activités de soutien qui sont indispensables pour la mise en
œuvre correcte des soins « comme l’effectif du personnel et gestion des compétences,
achat et logistiques, équipements et leurs maintenance, système d’information…. »

La troisième est liée à la vie hospitalière et à l’environnement (sécurité des personnes et


des biens…)

Une attention particulière est focalisée sur la gestion des risques potentiels en relation
avec les équipements biomédicaux qui relève d’une technologie d’innovation et qui sont
essentiels dans la médecine actuelle. Les équipements biomédicaux sont présentés le
plus souvent comme des solutions qui vont améliorer la sécurité des patients et aussi
prévenir les erreurs médicales [2]. Cependant, les erreurs d’utilisation des dispositifs
médicaux sont une source fréquente de préjudices et de décès pour les patients. Dans de
nombreux cas, les dispositifs médicaux ont des interfaces utilisateurs mal conçues et
difficiles à utiliser aboutissant à diverses erreurs humaines [4]. Les données de la FDA
recueillies entre 1985 et 1989 ont montré que 45 à 50% de tous les rappels d'appareils
ont été causé par une mauvaise conception du produit (y compris des problèmes de
logiciel)4. En outre, la FDA reconnaît qu'une interface utilisateur mal conçue peut
entraîner des erreurs et des dysfonctionnements, même lorsqu'elle est exploitée par un
utilisateur bien formé et compétent. En réponse, la FDA a révisé son règlement sur les
bonnes pratiques de fabrication pour y inclure des exigences spécifiques relatives à
l'utilisabilité du produit [5]. Ils ont également publié des directives pour la conception
d'interface et les tests d'utilisabilité4 et ont produit un manuel de formation continue qui
traite spécifiquement des problèmes d'utilisation [6].

3
Haute Autorité de la santé, la sécurité des patients Mettre en œuvre la gestion des
risques associés aux soins en établissement de santé Des concepts à la pratique .Paris :
HAS ; 2012.
4
Food and Drug Administration. Human Factors Implications of the New GMP Rule.
Overall Requirements of the New Quality System Regulations; 1998

2
Selon une étude approfondie menée par le système national de santé britannique (NHS)
entre 1990 et 2000, 6770 incidents relatifs à l’utilisation de la perfusion / transfusion
des pompes à perfusion ont été colligés, dont 19% étaient liés à une erreur
d’utilisateur, alors que l’équipement ne présentait aucune défaillance. Il s’agissait
d’erreurs relevant probablement d’une combinaison entre une erreur du système et une
erreur de l’utilisateur [7].

Dans leur étude réalisée sur les équipements d’anesthésie, Cooper et al ont montré que
82% de toutes les erreurs médicales détectées étaient causées par une erreur humaine
[8].

En effet, la prise en compte des facteurs humains et des principes d'ingénierie des
systèmes lors de la phase de la conception des appareils est nécessaire pour avoir des
améliorations de la sécurité du patient en réduisant les erreurs lié à l’utilisation de ces
équipements biomédicaux [9,10]. Des études ont montré que les erreurs liées à
l’utilisation des équipements médicaux exposent à plus de problèmes que ceux liés à la
défaillance de ces dispositifs [8].

Traditionnellement, les utilisateurs des équipements biomédicaux sont blâmés et punis


à cause des erreurs médicales commises lors de l’utilisation de ces appareils. Mais en
fait ils ne sont pas responsables de ces erreurs dans la plupart des cas, ceci a été montré
par des études qui ont souligné qu'un nombre important d'erreurs liées à l’utilisation
impropre de ces appareils sont causés par la mauvaise conception initiale qui n’a pas
facilité la relation homme machine [5].

Dans un hôpital, nous ne pouvons pas modifier la conception des équipements


biomédicaux pour les rendre plus sécuritaires pour les patients, mais en revanche lors
du processus d’achat on peut saisir l’opportunité de choisir l’équipement le plus optimal
en terme de sécurité des patients en tenant compte des facteurs humains et des pratiques
cliniques actuelles afin de minimiser les risques [11]. La sélection des équipements
biomédicaux, ayant les conceptions adéquates qui favorisent la sécurité de patient, est
alors sous la responsabilité des comités d’achat qui vont participer au processus d’achat
[12].

3
Bien que les équipements biomédicaux au Maroc nécessitent des certificats
d’enregistrement qui autorisent leur mise sur le marché5, ces derniers ne garantissent
pas le même niveau de sécurité du patient optimale pour tous les équipements. Donc la
phase d’achat de ces équipements s’avère l’étape essentielle qui va permettre de
sélectionner l’appareil qui va assurer le maximum de sécurité pour le patient. Au Maroc,
nous n’avons recensé aucune étude ayant traité le sujet, donc on ne sait pas à quel point
les acteurs impliqués dans le processus de prise de décision d’achat des équipements
biomédicaux sont outillés pour augmenter la sécurité du patient. Dans ce sens, nous
nous proposons de mener une étude pour explorer la place de la sécurité du patient dans
le processus d’achat des équipements biomédicaux dans les hôpitaux publics.

5
Dahir n°1-13-90 du 30 aout 2013 portant promulgation de la loi n° 84 -12 relatif
aux dispositifs médicaux

4
1.2. Cadre conceptuel de l’étude :

L’implantation du concept de sécurité du patient dans le processus d’achat des


équipement biomédicaux est complexe, il nécessite l’intervention de plusieurs
acteurs à des niveaux différents. A travers la revue de la littérature, nous nous
sommes inspirés du cadre développé par Jean- louis Denis et François Champagne
basé sur 3 approches : politique, organisationnelle et psychologique. On a jugé après
une consultation minutieuse de la revue de la littérature que ces approches sont les plus
adaptées pour notre étude (Voir figure 1) [13].

Facteurs politiques
Stratégies des acteurs
Perception de la qualité du processus d’achat des équipements
biomédicaux
Support des acteurs
Connaissance des acteurs des facteurs qui contribue à la sécurité
du patient dans le processus
Réglementation qui encadre le processus d’achat
Evaluation des équipements biomédicaux

Facteurs Degré de prise en Facteurs


organisationnels : compte de la psychologique :
Schémas de sécurité du patient
dans le processus Attitudes des acteurs
communications envers la prise en
d’achat des
Participation des compte de la sécurité
équipements
acteurs du patient dans le
1 .3 Objectifs biomédicaux
processus.

Figure1: cadre conceptuel adapté du Modèle d’analyse de l’implantation de Denis


et champagne

5
Objectif général :

Contribuer à la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements


biomédicaux au niveau de l’hôpital de Taroudannt.

Objectifs spécifiques :

 Décrire le processus d’achat des équipements biomédicaux.


 Identifier les risques dans le processus d’achat existant.
 Identifier les défaillances concernant la sécurité du patient dans le processus.
 Proposer des pistes d’amélioration pour renforcer la prise en compte de la
sécurité du patient dans le processus d’achat.

6
II .Revue de la littérature

La performance des prestataires de soins et les facteurs du système de travail qui réduit
leurs capacités à effectuer leur travail doivent être prises en comptes dans les efforts
visant l’amélioration de la sécurité du patient [14].

Dans ce sens nous pouvons citer le Modèle de système de travail SEIPS [Initiative
d'ingénierie des systèmes pour la sécurité des patients] un cadre conceptuel qui englobe
plusieurs aspects présenté dans d'autres modèles [15].

Le modèle SEIPS est basé sur le modèle de qualité de Donabedian (1978) [16].

Selon Donabedian (1978) : « La qualité peut être conceptualisée en ce qui concerne la


structure, le processus ou le résultat» [16].

La structure est définie comme : « Le contexte dans lequel les soins sont prodigués et a
été décrite comme incluant les ressources matérielles (installations, équipement, argent),
les ressources humaines (personnel et leurs qualifications) et la structure
organisationnelle (méthodes d’évaluation par les pairs, méthodes, remboursement)»
[17].

Le processus est : « ce qui est réellement fait pour donner et recevoir des soins» [17].

Les résultats pour les patients sont mesurés par « les effets sur l’état de santé des
patients et des populations » [17].

Selon le modèle SEIPS de système de travail et de sécurité des patients, la sécurité des
patients est un résultat qui émane d’une part de la conception des systèmes et d’une
autre part des processus de travail. Donc on peut en déduire que pour l’amélioration de
la sécurité du patient nous devons examiner les facteurs du système de travail et les
processus spécifiques impliqués qui contribuent positivement ou négativement aux
processus et aux résultats. En plus les organisations de santé « saines » veillent à
l’amélioration de la santé et la sécurité de leurs patients, mais aussi sur la santé et la
sécurité de leurs professionnels de santé [18,19].

Par ailleurs, nous avons souligné précédemment la confirmation de la littérature que


nous pouvons éviter les erreurs médicales et les préjudices évitables grâce à la

7
restructuration des conceptions des systèmes et des processus de travail. Mais à cause
d’une pénurie des compétences en ingénierie des facteurs humains et des systèmes il est
difficile de reconcevoir un système et en particulier dans les organisations de soins de
santé [20].

On note aussi que les différents niveaux de facteurs pouvant provoquer des erreurs
humaines et des accidents sont bien identifiés dans la littérature sur les facteurs humains
[21,22].

Dans ce sens, Moray (1994) a fait la proposition d’un modèle de systèmes qui est
hiérarchiques avec la définition de plusieurs niveaux d’interaction homme-système et
organisés comme suit de manière hiérarchique : premièrement les dispositifs physiques,
deuxièmement l’ergonomie physique, troisièmement le comportement individuel,
quatrièmement le comportement d'équipe et de groupe, cinquièmement le
comportement d'organisation et de gestion, sixièmement les règles légales et
réglementaires et septièmement les pressions sociétales et culturelles [23].

Ce type d’interaction homme system est appliqué en particulier aux équipements


biomédicaux qui sont indispensable pour réaliser des prestations de soins de qualité par
les professionnels de la santé. Les équipements biomédicaux sont inclus dans la
catégorie des dispositifs médicaux qui font partie des technologies de la santé.

Les Technologies de la santé sont définit par : « l’application de connaissances et de


compétences organisées sous la forme de dispositifs, de médicaments, de vaccins, de
procédés et de systèmes mis au point pour résoudre un problème de santé et améliorer
la qualité de la vie.»6.

Le Dispositif médical est définit par : « Tout article, instrument, appareil ou équipement
utilisé pour prévenir, diagnostiquer ou traiter une affection ou une maladie, ou détecter,
mesurer, rétablir, corriger ou modifier la structure ou la fonction de l’organisme à des
fins de santé. En théorie, l’action d’un dispositif médical n’est pas obtenue par des
moyens pharmacologiques ou immunologiques, ni par métabolisme.»7

6
Organisation mondiale de la santé .La résolution WHA60.29 pour les technologies de
la santé. Geneva: WHO; 2007
7
http://www.ghtf.org/documents/sg1/sg1n29r162005.pdf

8
Les équipements biomédicaux sont définit par : « Dispositifs médicaux nécessitant des
activités d’étalonnage, maintenance préventive et corrective, de formation des
utilisateurs, et de mise hors service – activités qui relèvent d’ordinaire ingénieurs
biomédicaux. L’équipement médical est utilisé aux fins spécifiques du diagnostic et du
traitement de maladies ou de traumatismes, ou de la réadaptation des patients, et il peut
être employé seul ou en association avec du matériel auxiliaire ou consommable, ou
d’autres dispositifs. L’équipement médical n’inclut pas les dispositifs médicaux
implantables, jetables ou à usage unique.» 8

Une reconnaissance mondiale de l’importance des technologies de la santé a été traduite


par l’adoption par l’assemblée mondiale de la santé de la résolution WHA60.29.6

Cette résolution qui a mis en exergue les problèmes provoqués par une mauvaise
utilisation de ces technologies, et insisté sur la nécessité de déterminer des priorités
dans le choix et la gestion des technologies de la santé, et en particulier les équipements
biomédicaux. Ce qui a incité l’OMS à instaurer comme objectif stratégique « d’élargir
l’accès aux technologies et produits médicaux et d’en améliorer la qualité et
l’utilisation. » Grâce à cet objectif et la résolution WHA60.29, une initiative mondiale
en faveur des technologies de la santé (GIHT) a été créée, et financée par la Fondation
Bill & Melinda Gates. La finalité étant d’élargir l’accès aux technologies essentielles de
la santé à des prix accessibles pour tout le monde et veiller à une lutte efficace contre
les problèmes de la santé.9
L’OMS, engagée dans cette dynamique, a publié en 2012 une série technique
concernant les technologies de la santé pour guider les pays membres dans
l’amélioration de leurs systèmes de santé. Elle a fait le plaidoyer pour la généralisation
dans les pays de LMIC « Low and middle income countries » de l’outil ETS:
évaluation des technologies de la santé, en anglais « Health Technology Assessment
» (HTA), utilisé depuis la fin du 20 ème siècle dans les pays développés7, et qui se
définit par l’International network of agencies for health technology assessment
(INAHTA) comme « un champ multidisciplinaire de recherche étudiant les implications
8
Organisation mondiale de la santé. Série technique de l’OMS sur les dispositifs
médicaux Évaluation des technologies de la santé : dispositifs médicaux. Genève: OMS;
2012.
9
Organisation mondiale de la santé. Série technique de l’OMS sur les dispositifs
médicaux Évaluation des technologies de la santé : dispositifs médicaux. Genève: OMS;
2012.

9
médicales, sociales, éthiques et économiques du développement, de la diffusion et de
l’utilisation des technologies de santé »10 .

L’ETS est considéré comme l’un des trois domaines d’action qui assure une garantie
d’une introduction et utilisation des technologies de la santé de façon appropriée. Le
deuxième domaine comprend la réglementation. Enfin, le troisième domaine d’action
concerne la gestion basée sur l’acquisition ainsi que l’entretien de la technologie
durant son cycle de vie. Les systèmes de santé sont plus performants lorsque ces trois
domaines d’action complémentaires sont clairement différenciés mais se renforcent
mutuellement par des liens et des échanges. 7

En 2014, les états membres de l’Assemblée des pays membres de l’OMS ont adopté la
résolution WHA67.2311 qui les incite à intégrer dans leurs systèmes de santé nationaux
l'ETS, et ceci par des organismes indépendants de préférence afin de prendre des
décisions publiques basées sur les données probantes et de les encourager à travailler en
réseaux avec des agences spécifique à L’ETS existantes dans plusieurs pays comme le
« Health Technology Assessment International » (HTAi) et l’INAHTA. Ainsi cette
organisation en réseau devait favoriser l’échange des rapports et devait constituer une
base de données pertinente permettant de choisir les équipements biomédicaux
optimaux garantissant la sécurité des patients dans la phase d’achat. 7
En 2015, l’OMS a réalisé un sondage pour avoir une idée sur l’utilisation de l’HTA par
les pays membres qui a révélé que le manque de ressources humaines qualifiées
semblait être le principal obstacle à la production et à l’utilisation de l’ HTA.12 Bien
que dans la zone EMRO 52% des pays effectuaient des activités HTA ou similaires, il a
été souligné que près de 75% d’entre eux ont affirmé que le principal obstacle à
l’utilisation du HTA est de convaincre les décideurs de tenir compte des donnée
probantes qu’elle génère dans la prise de décision.13

10
International Network of Agencies for Health Techno-logy Assessment. Disponible à
l’ URL:http://www.inahta.org/
11
Organisation mondiale de la santé. La résolution WHA67.23 sur l'évaluation des
interventions et technologies de santé (ETS) en appui à la couverture sanitaire
universelle. Genève: OMS; 2014.
12
World Health Organisation. Global Survey on Health Technology Assessment by
National Authorities Main findings . Geneva: OMS;2015.
13
The WHO Regional Committee for the Eastern Mediterranean. Health Technology
Assessment (HTA): A Tool for Evidence-Informed Decision Making in health
Technical Meetings . Kuwait: WHO EMRO; 2015

10
Au Maroc, selon des enquêtes réalisées par la DHSA dans le cadre de la sécurité du
patient, la première en 2005 dans les hôpitaux universitaires, il a été révélé que 14,8%
des admissions ont été associées à un événement indésirable dont 86% étaient
évitables14. Et la deuxième en 2009 dans les hôpitaux généraux, il a été révélé que
15.9% des patients ont été victimes d’un évènement indésirable15.

Le Maroc a fait une réforme de son système de santé à travers la promulgation de la loi
cadre 34-0916. En particulier cette loi incite les établissements de soins au
renforcement de la sécurité du patient « dans l’article 12 » et a également prévu
l’évaluation de la qualité des soins en vue de l’accréditation des établissements de santé
par le comité national d’évaluation qui n’a pas encore été créé jusqu’aujourd’hui.
17
En Aout 2013, la loi n° 84 -12 relative aux dispositifs médicaux , indique que les
dispositifs médicaux doivent présenter un niveau élevé de sécurité d’utilisation pour les
patients, les professionnels et les tiers et répondre aux exigences essentielles de qualité,
de sécurité et de performance en respectant la réglementation en vigueur. En plus dans
cette loi une obligation d’enregistrement de tous les types des dispositifs médicaux par
le comité national des dispositifs médicaux avant leurs mises sur le marché, une
obligation de notification des évènements indésirables par les utilisateurs et les
responsables des établissement de la santé ainsi que les fournisseurs des dits dispositifs
et enfin elle a fixé les conditions dans lesquelles un dispositif doit être retiré du marché
lorsqu’il menace la sécurité des patients.
En 2014, le ministère de la santé a mis en place la Circulaire n°83 du 21 novembre
18
2014 ayant pour objet l’ instauration d’un dispositif de notification des événements
indésirables liés aux soins avec la nécessité de l’établissement d’un rapport hospitalier
en matière de sécurité des patients, ensuite une plateforme sur internet a été créé pour
faciliter le signalement des EI par les professionnel de la santé de façon confidentiel et a

14
Direction des hôpitaux et des soins ambulatoire du ministère de la santé du Maroc,
Enquêtes sur les évènements indésirables réalisées dans les hôpitaux universitaires
par la DHSA ; en 2005
15
Direction des hôpitaux et des soins ambulatoire du ministère de la santé du Maroc,
Enquêtes sur les évènements indésirables réalisées dans les hôpitaux généraux ; en
2009.
16
La loi cadre 34-09 relatives au système de santé et à l’offre des soins , en Juillet 2011
17
Le dahir n°1-13-90 du 30 aout 2013 portant promulgation de la loi n° 84 -12 relative
aux dispositifs médicaux
18
Ministère de la santé, Circulaire n°83 ayant pour objet l’Instauration d’un dispositif
de notification des événements indésirables liés aux soins, du 21 novembre 2014

11
permis le suivi de ces déclaration par le responsable de l’unité de gestion de risque de
l’établissement, le directeur de l’établissement jusqu’au niveau central.

12
III. Méthode de recherche

3.1 Design de l’étude :


Il s’agit d’une étude descriptive, exploratoire avec une approche qualitative et des
niveaux d’analyse stratégiques et opérationnels.

Le devis approprié est l’étude de cas, type cas unique. Ce devis permet d’analyser en
profondeur le degré de la prise en compte de la sécurité du patient dans le processus
achat des équipements biomédicaux car c’est le plus adapté selon Yin à l’analyse de
l’implantation d’une intervention [24].

3.1.1 Définition de cas :


Notre cas unique est représenté par l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt avec des
niveaux d’analyse imbriqués.

3.1.2 Site de l’étude :


Le choix de l’hôpital Mokhtar Soussi est très pertinent pour le déroulement de cette
étude d’une part, car cet hôpital a eu une rénovation de son parc des équipements
biomédicaux récemment, ce qui a impliqué des achats importants des équipements
biomédicaux. D’autre part, en raison de la culture de qualité très développée au sein de
cet hôpital qui lui a d’ailleurs valu à trois reprises la première place au concours qualité
dans les années 2007, 2013 et 2015.

3.1.3 Durée de l’étude


L’étude se déroulera du 01/05/2019 au 31/07/2019

3.2 Population cible et échantillonnage:

3.2.1 Population cible de l’étude


L’unité d’analyse est représentée par le processus d’achat des équipements biomédicaux
au niveau de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt.

Notre population cible à l’étude sera composée du personnel administratif, technique et


personnel soignant participant aux comités d’achat des équipements biomédicaux ainsi
que les utilisateurs de ces équipements biomédicaux, en plus des gestionnaires
responsables aux niveaux centrale, régionale, provincial et de l’hôpital impliqué dans
le processus d’achat.

13
Critères d’inclusion :
Les personnes ayant participé aux comités d’achat des équipements biomédicaux.
Les utilisateurs de ces appareils.
Les gestionnaires impliqués dans le processus de prise de décision d’achat.
Critères d’exclusion :
Les acteurs qui ne sont pas impliqués à aucune étape du processus d’achat des
équipements biomédicaux.
Les personnes refusant de participer à l’étude.

3.2.2 Échantillonnage
Nous avons procédé à un échantillonnage non probabiliste avec un choix raisonné
qui sera composé des acteurs impliqués dans le processus d’achat au niveau central,
régional et aussi au niveau du DMS de Taroudant et de l’hôpital Mokhtar Soussi. Pour
la planification de notre échantillon, on a estimé que notre population cible sera
composée de 29 personnes.

3.3 Définition des variables à l’étude:


 Variable dépendante
Notre étude s’appuie sur une variable dépendante qui est le degré de la prise en compte
de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.

 Variables indépendantes
Les variables indépendantes sont représentées par des facteurs susceptibles d’impacter
positivement ou négativement le degré de prise en compte de la sécurité du patient dans
le processus d’achat des équipements biomédicaux, à savoir :

 Facteurs politiques :
Stratégies des acteurs

 Perception de la qualité du processus d’achat des équipements


biomédicaux.
Support des acteurs

 Connaissance des acteurs des facteurs qui contribue à la sécurité du


patient dans le processus.
 Réglementation qui encadre le processus d’achat.

14
 Evaluation des équipements biomédicaux.
 Facteurs organisationnels :
 Schémas de communications utilisées au sein du processus d’achat.
 Participation des acteurs dans la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat.
 Facteurs psychologiques :
 Attitudes des acteurs envers la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus.

3.4 Outils utilisés pour la collecte des données


Pour la collecte des données, notre étude s’est basée sur deux outils de collecte des
données l’analyse documentaire et les entretiens semi dirigés.

 L’analyse documentaire
Nous avons procédé à une analyse des documents pertinents établis et utilisés dans le
processus d'achat comme les textes réglementaires, les notes de service, les rapports de
réunions, les CPS d’achats des équipements biomédicaux, les procès-verbaux de
réception de matériel biomédicaux … « voir annexe 1 »

 Entretiens semi-directifs
Sur la base du cadre conceptuel des grilles d’entretien semi - directifs ont été conçues
(voir annexe 2 ,3,4,5 , 6,7,8 et 9) pour collecter les données auprès des différents
acteurs impliqués dans le processus d’achat des équipements biomédicaux au niveau
stratégique et opérationnel. Il est à signaler que ces grilles d’entretien ont été testées
avant la réalisation des entretiens avec un responsable au niveau central qui est
familiarisé avec le processus d’achat et des responsables et utilisateurs au niveau de la
DMS et l’hôpital qui n’ont pas participé à l’étude. Lors de ces entretiens nous avons
commencé par la présentation du sujet de l’étude au participant à l’étude. Ensuite, nous
avons demandé la permission d’enregistrer l’entretien et en cas de refus nous avons
adopté la prise de note. En pratique 17 interviewés ont accepté d’être enregistré et 12
interviewés ont préféré la prise de note durant l’entretien, après nous avons demandé
aux participants de partager avec nous leurs expériences suivant les différentes
thématiques de notre guide d’entretien spécifique à chaque catégorie de notre
population cible.

15
3.5 Plan d’analyse des données
L’analyse qualitative a été réalisée par l’analyse du contenu, nous avons procédé à une
retranscription du corpus des enregistrements, une réécriture de l’ensemble des propos
tenus par les interviewés lors des entretiens semi structurés, puis un dépouillement
vertical en passant en revue tous les thèmes de chaque entretien et en codant l’ensemble
des données y compris les profils des personnes interviewées. Ensuite un dépouillement
horizontal des discours des différents acteurs dans le but de retrouver les principaux
thèmes, puis catégorisation thématique sur la base des objectifs de l’étude avec
utilisation des « verbatims » pour appuyer certaines idées. Et nous avons réalisé une
analyse selon la fréquence, les différences et les congruences des thèmes.

3. 6 Echéancier :

Tableau N° I Echéancier de réalisation du Mémoire

ACTIVITES DATE

définition du problème Mars


revue de littérature Avril
rédaction du protocole Du 01/05/2019 au 20/05/2019
préparation des instruments de mesure Du 21/05/2019 au 30/05/2019
collecte des données Juin
rédaction du mémoire Juillet et Aout
Soutenance Septembre

3 .7 . Considérations éthiques :
Nous avons établi des demandes d’autorisation pour la réalisation de l’étude, et pour la
collaboration au cours de la collecte des données, nous avons adressé aux directions
centrales DEM, DHSA, DMP, au centre anti poison et au Centre national de
radioprotection, le directeur régional de la santé de Souss Massa, le délégué du
ministère de la santé à la province de Taroudannt et au directeur de l’hôpital site de
notre étude. Un consentement éclairé oral a été obtenu de la part de chaque participant à
l’étude avant la tenue des entretiens, en rappelant clairement les règles éthiques et de
l’anonymat des propos recueillis.

16
IV. Résultats

4.1 .Caractéristiques des participants à l’étude


Vingt-neuf interviewés ont participé à l’étude dont 14% étaient de sexe féminin. L’âge
moyen des participants était de 43 ans, 30% avaient un âge supérieur à 50 ans et 17%
avaient un âge inférieur à 30 ans.

Les participants à l’étude sont divisés en 2 niveaux d’analyse, le niveau d’analyse


stratégique et le niveau d’analyse opérationnel. Le niveau d’analyse stratégique est
constitué par des responsables au niveau central, régional et provincial. Le niveau
d’analyse opérationnel est constitué par les participants aux comités d’achat au niveau
provincial qui comptent au niveau de la délégation de la santé de Taroudant, un
administrateur au service des marchés et un technicien biomédical. Au niveau de
l’hôpital Mokhtar Soussi, on trouve un administrateur au service des marchés, un
ingénieur biomédical, un biologiste représentant du service concerné par l’achat ainsi
que des représentants du personnel médical et paramédical utilisateurs éventuels des
équipements biomédicaux objet d’achat.

Le tableau N°II présente la répartition des 29 interviewés participant à l’étude selon


leur niveau d’analyse et leur fonction.

17
Tableau N°II : Répartition des participants à l’étude par niveau d’analyse et par
fonction

Niveau Fonction du participant Lieu de Nombre


d’analyse travail
Responsable au niveau De la Direction des Rabat 1
équipements et de la maintenance (DEM)

Responsable au niveau De la Direction des Rabat 1


Hôpitaux et des soins ambulatoires (DHSA)
Responsable au niveau De la Direction des Rabat 1
médicaments et de la pharmacie. (DMP)

Responsable au niveau de la matériovigilance au Rabat 1


Stratégique

Centre Anti poison.


Responsable au niveau du Centre national de Salé 1
radioprotection. (CNRP)
Ingénieur au niveau du service régional des Agadir 1
équipements et de la maintenance. (SEM)
Responsable au niveau de la délégation du Taroudannt 1
ministère de la santé à Taroudannt
Responsable au niveau du CHP Mokhtar Soussi de Taroudannt 1
Taroudannt.

Représentant du CLIN Taroudannt 1


Total des participants du niveau d’analyse stratégique 9
Administrateur au service des marchés au niveau Taroudannt 1
de la délégation
Technicien Biomédical au niveau de la délégation Taroudannt 1
Opérationnel

Administrateur au service des marchés au niveau Taroudannt 1


de l’hôpital

Ingénieur biomédical au niveau de l’hôpital Taroudannt 1

Les médecins utilisateurs des équipements Taroudannt 6


biomédicaux
Les infirmiers utilisateurs des équipements Taroudannt 10
biomédicaux

Total des participants du niveau d’analyse opérationnel 20

Nombre Total des participants à l’étude 29

18
4.2. Présentation des résultats des entretiens semi-structurés par thématiques:

4.2 .1 thème 1 : Facteurs organisationnels


4.2.1.1 Sous thème 1 : Schéma de communication
 Niveau d’analyse stratégique
Six interviewés du niveau stratégique (représentant du CLIN, cinq responsables au
niveau de la DMP, DHSA, DEM, CNRP, Centre anti poison) ont déclaré que les
communications relatives à la notification des incidents liés aux équipements
biomédicaux se font de manière écrite.

Le représentant de CLIN a déclaré : « en cas d’incident le personnel avertit les


infirmiers chef de service et département......et ils remplissent la fiche de notification de
façon systématique. »

Un responsable de la DMP a ajouté « nous avons un centre national de pharmaco


vigilance qui joue le rôle de collecte des informations de ces incidents la et nous au
niveau de notre direction on récolte ces informations en collaboration avec le centre
national de pharmaco vigilance et on prend une décision par rapport à ces
équipements. »

Une responsable à la DEM a affirmé qu’elle est au courant de la transmission des


notifications par écrit au centre anti poison et souhaite bien que la DEM soit informé
aussi de ces incidents, elle a déclaré : « on aimerait bien l’établissement d’un système
d’information qui garantit à la DEM d’être informé des équipements enregistrés par la
DMP et des incidents liés aux équipements biomédicaux qui sont disponibles au niveau
du centre anti poison. »

Une responsable de la pharmacovigilance au centre anti poison a précisé qu’en plus des
feedback écrit qu’elle envoie à chaque notification plusieurs actions de communication
ont été réalisées pour promouvoir la notification des incidents, le verbatim suivant est
significatif :

« On a fait deux journées relatives à la matériovigilance, et aussi on a fait des tables


rondes sur la matériovigilance dans notre centre. Nous avons réalisé une journée
nationale de notification et on a rédigé 2 fois une rubrique sur la matériovigilance sur
la revue mensuelle doctinews. En plus, on informe sur le matériovigilance dans notre
site web....obligatoirement on fait un feedback à la personne qui a notifié par téléphone

19
ou émail s’ils sont disponibles et aussi on fait une réponse écrite à la personne qui a
notifié l’incident. »

Un responsable au CNRP a ajouté : « normalement c’est notre centre qui recueille les
incidents relatifs au rayonnement ionisant mais on n’a pas reçu de notification
concernant les hôpitaux du Maroc.»

Quant à la sensibilisation envers la culture de la sécurité du patient, un responsable au


niveau de la délégation a déclaré : « J’essaye de rappelé la sécurité du patient dans tous
les réunions de coordination avec l’hôpital comme le comité de gestion. »

 Niveau d’analyse opérationnelle


 Participants au comité d’achat
Dans cette partie les participants ont exprimé la nature des schémas de communication
utilisée au sein du processus.

L’administrateur de la délégation et l’ingénieur biomédical ont soulevé l’utilisation


des demandes écrites de demande de besoins par les utilisateurs :

« Apres détermination des besoins, chaque fin d’année, on demande à chaque service
de nous déterminer par écrit leur liste des besoins. Soit on achète ces équipements
nous-même si notre budget le permet, soit on demande son achat à la hiérarchie c’est à
dire la délégation, la région ou bien le central. »

De son côté, le biologiste a confirmé l’utilisation des demandes écrites pour formuler
les besoins :
« On identifie les besoins au sein de notre service et on fait une demande écrite au
directeur avec les justifications nécessaires et par ordre prioritaire car on n‘ a pas
encore assuré toutes les analyses basiques dans un laboratoire provincial. »

 Les utilisateurs des équipements biomédicaux


Les quinze interviewés utilisateurs des équipements biomédicaux ont confirmé que les
communications internes dans le service comme l’identification des besoins, la
déclaration d’incidents liés aux appareils, les demandes de réparation des équipements
et la notification des incidents se font de manière orale et c’est l’infirmier chef ou le
médecin chef de service qui se chargent de la procédure administrative par des
demandes écrites à l’administration.

20
Dans ce sens, un médecin traumatologue a déclaré : « En cas de survenue de problème
lors de l’utilisation d’un appareil la procédure adoptée par notre service ,est
d’informer l’infirmier chef ou le médecin chef du département et c’est lui qui procède à
compléter la procédure administrative par une demande écrite à
l’administration….C’est très utile de notifier les incidents liés à l’utilisation des
équipements biomédicaux mais j’aimerai bien recevoir un feedback du central pour
ma notification . »

Mais une infirmière en réanimation a affirmé qu’en plus de la communication orale, elle
note les incidents liés à l’utilisation des appareils dans le cahier de consigne. « On
notifie les incidents liés à l’utilisation des équipements biomédicaux sur le cahier de
consigne et c’est la responsable du service qui poursuit la procédure administrative. »

4 .2.2.2 Sous thème 2 : Participation des acteurs


 Niveau d’analyse stratégique
Quatre interviewés de l’administration centrale (DMP, DEM, CNRP et
pharmacovigilance au centre anti poison) ont affirmé qu’ils participaient à la prise en
compte de la sécurité du patient lors du processus d’achat par le soutien technique et
réglementaire des services déconcentrés.

Un responsable de la DMP a affirmé « la DMP intervient dans le contrôle de qualité et


l’évaluation des équipements qui vont rentrer sur le territoire national, et donc d’un
point de vue il participe à la sécurité sanitaire qui est liée à ces produits là au niveau
national… Concernant les dossiers d’appel d’offre type nous intervenons lorsque nous
sommes sollicités par les acheteurs pour faire une lecture et émettre nos avis par
rapport à la loi, par exemple pour l’achat d’un équipement biomédical comme tous
les dispositifs médicaux doit obligatoirement contenir un certificat d’enregistrement
qui est obtenu par la DMP, c’est-à-dire que cet équipement a subi tous les contrôles
nécessaires surtout documentaire par le contrôle de son dossier pour s’assurer que ce
produit a été bien fabriqué dans les normes et qu’il est utilisable chez nous au
Maroc. »

Une responsable de la DEM a déclaré : « On assiste les comités d’achats des


équipements biomédicaux des nouveaux projets, mais pour les autres cas elles achètent
ce qu’elles veulent parfois les délégations établissent des achats des équipements sans

21
nous tenir informé d’avance, elles nous informent lorsqu’ elles ont besoin des crédits.
On a réalisé un système d’information GMAO pour pouvoir avoir une idée sur ce qui se
passe au niveau régional et provincial mais les services déconcentrés n’ont pas adhéré
à cette démarche. On a fourni aux services déconcentrés des CPS types pour l’achat de
plusieurs équipements, mais du point de vue réglementaire ils n’ont pas d’obligation de
les respecter en pratique ils s’inspirent de ces CPS pour réaliser leur propre CPS au
niveau local ».

Une responsable de la matériovigilance au centre anti poison a ajouté : « La vigilance


des équipements biomédicaux commence dès la phase de conception et se poursuit dans
la phase de transport jusqu’à la maintenance et aussi la vigilance continue encore
après la réforme des appareils. »

Un responsable au CNRP a ajouté aussi : « Nous faisons les actions de surveillance de


façon périodique le contrôle de conformité des installations des équipements de
radiologie et aussi le contrôle de qualité des appareils de radiologie et on demande un
certificat pour qu’un équipement radiologique soit autorisé à être commercialisé au
Maroc .Ce certificat d’homologation prouve que cet appareil a subi tous les tests
techniques et cliniques qui confirment qu’il est sécuritaire pour le patient et l’utilisateur
en matière de radio protection.. »

Deux interviewés du niveau d’analyse stratégique au niveau local ont déclaré qu’ils ne
sont pas satisfaits de la participation de l’administration centrale dans l’amélioration de
la prise en compte de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements
biomédicaux.

Dans ce sens un responsable à la délégation du Ministère de la santé à Taroudant a


affirmé : «L’administration centrale nous a fourni des dossiers d’appel d’offre types
pour l’achat des équipements biomédicaux mais pas pour tous les équipements,
j’aimerai bien qu’elle intègre la notion de sécurité du patient dans les CPS types. »

Un responsable au niveau de l’hôpital a déclaré : « Je suis parmi les gens qui incitent ses
subordonnés et le personnel soignant à veiller au respect de la sécurité du patient,
malgré que notre hôpital ait déjà obtenu 3 prix au concours de qualité, franchement
on n’a pas eu le soutien nécessaire de la direction centrale ,car elle nous a pas fourni

22
les moyens matériels et humains nécessaires pour améliorer les prestations de
l’hôpital. »

Par contre, le représentant du CLIN était très satisfait de la participation de


l’administration centrale dans la prise en compte de la sécurité du patient dans le
processus, il a déclaré : « Par exemple, dernièrement il y avait des infections au niveau
du bloc maternité on a fait des prélèvements au niveau de tout le circuit …et on a
envoyé ces prélèvements à l’Institut Nationale d’Hygiène qui a fait les analyses
bactériologiques correspondantes ce qui a prouvé qu’il y avait des bactéries sur le
scialytique, le respirateur et la table, on a procédé à la désinfection de ce matériel
après on a refait les prélèvements et les analyses qui ont démontré que le problème a
été réglé. »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Les deux administrateurs ont précisé d’une part que le niveau stratégique participe à la
prise en compte de la sécurité du patient :

« Pour les dossiers d’appel d’offre type ils existent, mais ce n’est pas généralisé à tous
les équipements. Pour les équipements lourds, l’achat est réalisé au niveau central. »

Et d’autre part, ils ont soulevé que le niveau opérationnel participe aussi à la prise en
compte de la sécurité du patient dans le processus: « La sécurité du patient est bien
prise en compte dans la détermination des caractéristiques techniques initiales des
appareils mais pour prendre la décision finale la notion du moins disant est la plus
dominante…….je suis rassuré de la présence de la sécurité du patient dans le
processus puisque les praticiens sont membres aussi du comité d’achat qui sont mieux
placés que moi pour juger la capacité de l’équipement objet d’achat à assurer la
meilleure sécurité du patient. »

Le biologiste a indiqué les raisons de sa participation dans le comité d’achat : « La


sécurité du patient est bien présente dans le choix des équipements et cela se manifeste
dès le début lors du choix des caractéristiques techniques convenables des
appareils …… la sécurité du patient est la raison principale de ma participation dans
ce processus. »

Dans le même sens l’ingénieur biomédical de l’hôpital a affirmé :

23
« La première des choses on détermine les caractéristiques des appareils en
concertation avec les praticiens utilisateurs qui vont utiliser ces appareils dans une
réunion pour valider les caractéristiques techniques des appareils ».

Le technicien biomédical de la délégation de sa part a déclaré qu’il n’était pas concerté


dans la phase initiale d’identification des besoins :

« Il faut impliquer tous les acteurs dans l’identification des besoins c’est-à-dire
impliquer les utilisateurs directs et aussi nous impliquer comme équipe biomédicale car
nous pouvons être très utiles même dans cette phase car nous suivons l’actualité des
innovations technologiques .même si c’est pas nous au niveau de la délégation qui
allons financer l’achat , on aimerait bien être impliqués dans toutes les réunions
d’identification des besoins ,car par exemple si l’achat est financé par l’INDH ou
d’autres financeurs généralement on n’est pas concerté avant ,possible jusqu’à la phase
de mise en service pour pouvoir intervenir dans la phase de la maintenance de ces
appareils. »

 Les utilisateurs des équipements biomédicaux


Quatorze interviewés parmi les utilisateurs des équipements biomédicaux ont précisé
que les critères essentiels pour assurer la sécurité du patient lors de la réception d’un
appareil sont la facilité d’utilisation, l’ergonomie et la langue du manuel d’utilisation.
Dans ce sens un chirurgien a affirmé : « Les critères sur lesquels je me base pour juger
qu’un appareil est sécurisé sont la facilité de l’interface d’utilisateur, l’ergonomie et
aussi pour la langue du manuel, on exige le français. Par exemple, on a reçu
récemment des bistouris électriques faciles à manipuler et avec une technologie simple
; ça nous a permis d’éviter les erreurs d’utilisation , comme les petites brulure, qu’on
avait eu avec les anciens bistouris. »

L’infirmier chef du bloc a ajouté : « pour juger qu’un appareil est sécurisé on se base
essentiellement sur la facilité d’utilisation par les praticiens, par exemple on a reçu de
la part de la DEM une colonne de cœliochirurgie qui est un équipement très
sophistiqué mais les praticiens ne l’ont pas pu utiliser car ils ont jugé qu’il était très
compliqué pour eux. »

24
Par contre un médecin radiologue a affirmé : « Pour moi, je me base sur l’expertise de
l’équipe biomédicale qui est présente au moment de la réception et qui vérifie la
sécurité des appareils pour les patients et pour les utilisateurs. »

4.2.2 Thème 2 Facteur politique


4.2.2.1 Sous thème 1 : perception de la qualité du processus d’achat des
équipements biomédicaux

 Niveau d’analyse stratégique


Trois interviewés du niveau stratégique (un responsable au niveau de la délégation de la
santé, un responsable au niveau de l’hôpital et une responsable au niveau de la DEM )
ont déclaré que le processus d’achat actuel n’assure pas une flexibilité suffisante aux
participants du comité d’achat pour choisir l’équipement le plus sécuritaire pour le
patient : « Je crois qu’il y a des défaillances dans la qualité du processus d’achat des
équipements biomédicaux surtout avec le principe de libre concurrence qui ne nous
permet pas de choisir le meilleur équipement. Et aussi il ne garantit pas la maintenance
de ces équipements après la période de garantie. »

Trois interviewés du niveau stratégique (Une responsable au niveau de la DEM,un


responsable au niveau du SEM de la région et un responsable au niveau de la délégation
de la santé) ont soulevé la défaillance du processus au niveau de l’étape d’identification
des besoins.

Une responsable au niveau de la DEM a déclaré : « il y a une défaillance dans


l’identification des besoins qui ne se fait pas de manière optimale car elle ne se fait pas
dans le cadre d’un plan d’équipement de l’hôpital respectant les directives du schéma
régional de l’offre de soin »

Un responsable au niveau du SEM de la région a ajouté : « l’étape fondamentale


d’élaboration des besoins se fait d’une manière rapide et aléatoire. »

Et le responsable au niveau de la délégation de la santé a confirmé cette défaillance par


le verbatim suivant : « Je crois en général dans le processus d’achat des équipements
biomédicaux on se donne pas assez de temps pour déterminer les caractéristiques
techniques de ces appareils. »

25
En outre, Deux interviewés (un responsable au niveau de l’hôpital, un représentant du
CLIN) ont affirmé que les contraintes budgétaires entravent la sécurité du patient dans
le processus : « Le problème de la qualité du processus est le budget qui n’est pas
suffisant. »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Par rapport à ce thème, trois interviewés participant au comité d'achat (un technicien
biomédical, un administrateur et un biologiste) ont affirmé que le processus actuel
présente des points positifs en faveur de la sécurité du patient. « Parmi les points
positifs du processus en faveur de la prise en compte de la sécurité du patient est la
présence du comité technique qui intègre les utilisateurs et qui élimine les appareils qui
ne respectent pas les caractéristiques technique du CPS et qui assurent la sécurité du
patient. »
En outre, deux interviewés (un technicien biomédical et un ingénieur biomédical) ont
soulevé que le présent processus présente aussi des défaillances qui entravent la sécurité
du patient comme le manque de flexibilité pour les participants aux comités d’achat :

« Parfois on trouve un concurrent qui a plusieurs appareils de bonne qualité et 1 seul


article de valeur minime qui ne respecte pas les exigences techniques, on est obligé
d’éliminer ce concurrent même s’il a proposé dans son offre concernant les
équipements principaux des équipements de très bonne qualité et donc qui présente
plus de sécurité du patient ,on aimerait bien avoir plus de flexibilité dans le choix du
meilleur équipement lors de l’ouverture des plis » .

En plus, trois interviewés au niveau de l’hôpital (l’administrateur, l’ingénieur et le


biologiste) ont soulevé le problème des contraintes budgétaires :

« Le financement s’il n’est pas suffisant il ne va pas permettre d’acheter des


équipements plus performants et plus sécurisés pour le patient si nous possédons des
financements en excès on peut même changer le plateau technique lorsqu’il dépasse les
5 ans. »

L’administrateur de la délégation a indiqué qu’il rencontrait le défi d’absence de critères


objectifs pour promouvoir la sécurité du patient dans le processus d’achat :

26
« La sécurité du patient n’est pas mesurable dans le processus d’achat, car on se base
sur l’avis des praticiens à l’aide de leurs expériences ce qui n’est pas mesurable car on
n’a pas des critères palpables de la prise en compte de la sécurité du patient dans le
processus. »

 Les utilisateurs des équipements biomédicaux


Cinq interviewés utilisateurs des équipements biomédicaux dont 2 médecins chirurgiens
ont une perception positive de la qualité des appareils achetés au niveau local, par
exemple un médecin réanimateur a affirmé ceci : « Pour les nouveaux appareils ils sont
de bonne qualité, puisqu’ils respectent les caractéristiques techniques qu’on a exigé
dans le CPS ».

Par contre, six interviewés utilisateurs des équipements biomédicaux dont un médecin
chirurgien ne sont pas satisfaits des achats réalisés au niveau local, dans ce sens un
urologue a affirmé « je ne suis pas satisfait à 100 % de la qualité des appareils
achetés pour notre hôpital surtout pour le matériel jetable et accessoires des
équipements comme les manches des bistouris ».

Tous les utilisateurs des équipements biomédicaux ont déclaré qu’il y avait beaucoup de
pannes pour les appareils vétustes .un technicien radio a déclaré : « Les anciens
équipements présentent des pannes fréquentes par exemple nous avons une
développeuse d’ancienne génération qui dépasse les 15 ans d’ancienneté, elle imprime
des films de mauvaise qualité ce qui nous amène à refaire l’examen, ce qui implique
une dose inutile au patient qui menace sa sécurité. Ou bien, nous allons augmenter les
constantes c’est-à-dire plus de dose radioactive au patient ce qui menace sa sécurité
aussi ».

Une infirmière chef de service a ajouté : « on a des pannes fréquentes dans les lampes à
fente, l’audiogramme, l’autoclave…notre problème réside dans l’absence de contrat de
maintenances pour aucun appareil au sein de notre service. »

En revanche, 5 utilisateurs ont déclaré que même quelques appareils nouvellement


achetés présentaient des défaillances et des pannes ; par exemple un radiologue et un
technicien radio ont soulevé la défaillance du scanner nouvellement acheté : « pour le
scanner de 16 barrettes nouvellement acquis, je ne suis pas satisfait de la qualité de
l’image qui est un peu floue et aussi il s’échauffe rapidement. Je crois qu’il présente des

27
défaillances dans la technologie adoptée dans sa conception, l’ancien scanner de 2
barrettes que nous avons ayant une ancienneté de plus de 15 ans ne présente pas ces
problèmes …l’ancien scanner est plus facile à utiliser. »

4.2.2.2 Sous thème 2 : Connaissances des acteurs des facteurs qui contribuent à la
prise en compte de la sécurité du patient dans le processus.

 Niveau d’analyse stratégique


Par rapport à ce thème ,tous les interviewés du niveau d’analyse stratégique ont déclaré
qu’il n’y a pas eu de formation spécifique sur les critères à respecter pour assurer la
sécurité du patient au profit des participants des comités d’achat.

Une responsable à la DEM a affirmé : « Je crois que seuls les ingénieurs et les
techniciens biomédicaux ont bénéficié de formation dans le cadre de réception des
équipements ou bien lors du suivi des contrats de maintenance ,mais pas de formation
spécifique aux participants des comités d’achats des équipements biomédicaux. ….Il
faut former les participants aux comités d’achat au niveau régional et réaliser des
achats à travers une centrale d’achat au niveau de chaque région. »

Néanmoins, un responsable au niveau du centre national de radioprotection a déclaré la


présence de formation similaire dans la passé : « Notre centre a assuré des formations
au profit des utilisateurs des équipements de radiologie en collaboration avec l’OMS,
nous sommes prêts à faire des formations aux utilisateurs des autres régions si le
ministère de la santé nous fournit les moyens logistiques pour le faire. »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Tous les interviewés participant aux comités d’achat ont affirmé qu’il n’ont jamais
reçu une formation sur les critères à respecter pour assurer la sécurité du patient dans le
processus .D’une part deux administrateurs ont affirmé : « pour nous les
administrateurs, on n’a jamais reçu une formation concernant la sécurité du patient
peut être les ingénieurs et les techniciens biomédicaux ont reçu une telle formation dans
la phase d’installation et mise en service des appareils mais avant l’achat aucune
formation n’a été fournie à ma connaissance. »

D’autre part, 3 participants représentés par un ingénieur biomédical, un technicien


biomédical et un biologiste ont affirmé ceci :

28
« Je n’ai jamais reçu une formation concernant les critères à respecter en matière de
sécurité du patient lors de l’achat des équipements biomédicaux. »

 les utilisateurs des équipements biomédicaux


Parmi les cinq médecins spécialistes qui ont participé à l’étude trois d’entre eux ne sont
pas satisfaits de la formation fournie par les sociétés lors de la mise en service des
appareils. Un médecin réanimateur a déclaré ceci : « je ne suis pas satisfait de la qualité
de ces formation, les représentants de la société font juste la démonstration de
fonctionnement de l’appareil, généralement ils n’ont pas des connaissances
approfondies dans ma spécialité pour répondre à mes questions et aussi ils ne
fournissent pas une formation sur le premier niveau de maintenance qui peut nous aider
si une panne persiste, par exemple si un patient est branché sur un appareil
d’anesthésie et j’ai une alarme qui se déclenche au sein de l’appareil , je ne sais pas si
cette alarme est sérieuse et nécessite l’arrêt de l’opération ou bien c’est une alarme qui
peut attendre jusqu’à la fin de l’opération. »

On note aussi que parmi les dix interviewés du personnel paramédical, quatre entre eux
ne sont pas satisfaits de cette formation et six d’entre eux n’ont jamais participé à une
telle formation.

Le verbatim suivant est significatif : « Je ne suis pas satisfait de la formation fournie


par les sociétés lors de la mise en service des appareils nouvellement acquis on ne doit
même pas la nommer formation c’est juste une mise en service des appareils. »

Une anesthésiste ajoute que : « Je n’ai jamais assisté à une formation depuis 11 ans de
services dans la réanimation, ce sont les anciens anesthésistes dans le service qui
forment les nouveaux recrutés sur la manière d’utilisation des appareils. »

4.2.2.3 Sous thème 3 : Réglementation qui encadre le processus d’achat

 Niveau d’analyse stratégique


Un interviewé responsable au niveau de la délégation de la santé à Taroudannt a déclaré
que le respect de la réglementation est assuré par le comité d’achat: « il y a une
commission des marchés qui doit établir le CPS, lancer l’appel d’offre et vérifier la
conformité technique et administrative, on est contrôlé par l’inspection générale des
finances, par l’inspection générale du ministère de la santé et aussi par la cour des
comptes. …….il faut assurer une réforme du code des marchés publics pour donner plus

29
de flexibilité à l’acheteur pour pouvoir favoriser l’équipement qui présente une
meilleure sécurité du patient. »

Par rapport à la notification des évènements indésirables tous les interviewés ont déclaré
que la réglementation marocaine impose la déclaration de ces incidents.

Dans ce sens une responsable au niveau de la matériovigilance au centre anti poison a


précisé : « il y a un article dans la loi 84/12 qui incite à la notification des incidents
liés aux dispositifs médicaux. »

Et aussi un responsable au niveau du CNRP a ajouté : « il y a des textes réglementaires


qui imposent la notification des incidents liés à l’utilisation des équipements de
radiologie, à savoir la loi 142/12 et aussi le décret N° 2- 97-132 »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Deux administrateurs participant à l’étude ont décrit le processus d’achat dans le
verbatim significatif suivant :

« La première phase correspond à la détermination des besoins auprès des utilisateurs


et praticiens, »

• La deuxième phase on fait une demande de crédit nécessaire au près du ministère de


la santé ou bien auprès des organismes internationaux à travers la société civile et
aussi auprès du conseil régional qui peut compléter le processus lui-même et nous
livrer les équipements nécessaires.

• Une fois le crédit est accordé, on passe à la troisième phase relative au montage des
d’appels d’offre qui est purement technique qui se fait par les administrateurs .après
le transfert des dossiers des appels d’offre aux instances financière et à la hiérarchie
pour validation et étude.

• La quatrième phase correspond à l’ouverture des plis, elle est assurée par une
commission locale qui se compose des membres appartenant à la santé et au ministère
des finances et parfois le ministère du commerce lorsqu’on dépasse le seuil de 2
millions de dirhams ; après l’ouverture des plis la commission se réunit et ainsi elle
propose au maitre d’ouvrage l’attributaire du marché en respectant les directives des
règlements de consultation émanent du décret des marché publique de 2013. »

30
Pour les deux participants représentant le service technique (ingénieur biomédical et
technicien biomédical) ont ajouté :

« Pour nous, en tant que personnel technique on vérifie le CPS avant l’ouverture des
plis, et au cours de l’ouverture des plis on vérifie la conformité des caractéristiques
techniques des appareils présentés par les concurrents avec les caractéristiques
techniques exigées par le CPS et nous éliminons ceux qui ne sont pas conformes, pour
passer après au comité administratif qui tranche sur le choix final de fournisseur qui
présente des appareils ayant le prix le moins disant. »

Le biologiste participant au comité d’achat a ajouté :

« Parmi les critères, le plus important qui a été pris en compte dans le choix final de
l’appareil objet d’achat est le respect des caractéristiques techniques décrites par
l’hôpital comme la cadence de l’automate et le nombre de tests décrits par heure. »

 les utilisateurs des équipements biomédicaux


Les utilisateurs des équipements biomédicaux n’ont pas des connaissances approfondies
dans les procédures réglementaires mais ils ont déclaré qu’ils font confiance dans le
service des marchés qui pilote l’achat des équipements biomédicaux, par contre le souci
des utilisateurs se situe dans les procédures réglementaires appliquées en cas d’un
préjudice au patient .Le verbatim suivant est significatif: « En cas de préjudice, le juge
demande au chirurgien est ce que tu avais tous les moyens nécessaires pour effectuer
l’opération, c’est-à-dire l’obligation de moyen, si le chirurgien réclame le manque des
moyens il sera accusé de mettre la vie du patient en danger et il sera poursuivi en
justice. »

4.2.2.4 Sous thème 4 : évaluation des équipements biomédicaux

 Niveau d’analyse stratégique


Cinq interviewés (un responsable au niveau de l’hôpital, un responsable au SEM à la
direction régionale, un responsable au niveau de la DHSA, une responsable à la DEM
et un responsable à la DMP) ont déclaré que pour réussir l’évaluation des équipements
biomédicaux au Maroc, une phase préliminaire de préparation de l’instauration de ce
nouvel outil est nécessaire .Dans ce sens, un responsable au niveau de l’hôpital a
affirmé : « Même si cette évaluation a eu lieu ça ne va rien changer, il faut tout

31
d’abord sensibiliser le personnel sur l’intérêt des recherches évaluatives pour
améliorer les prestations de soins »

De sa part, un responsable au SEM à la direction régionale a déclaré : « A mon avis, le


Maroc n’a pas encore adopté l’évaluation des équipements biomédicaux car
premièrement, on n’a pas une interdépendance entre ce qui est politique, administratif
et budgétaire. Deuxièmement, on a une pénurie du personnel qualifié qui peut assurer
cette évaluation. Troisièmement, à cause de l’absence des associations de patients qui
protègent les droits des patients victimes des incidents liés à l’utilisation des
équipements biomédicaux. »

Au niveau de l’administration centrale d’une part un responsable au niveau de la DHSA


a déclaré : « Le Maroc n’a pas encore adopté l’ETS et en particulier l’évaluation des
équipements biomédicaux car les conditions préalables ne sont pas instaurées par
exemple le système d’accréditation des hôpitaux qui n’a pas encore vu le jour et je crois
aussi que c’est à cause du manque de volonté politique. »

D’autre part une responsable à la DEM a ajouté : « …Nécessité d’une unité de veille
technologique dans une direction centrale pour fournir aux participants des comités
d’achats des informations supplémentaires sur les équipements possédant des
technologies innovantes qui assurent une sécurité de patient optimale. »

Néanmoins, un responsable à la DMP a affirmé que quelques aspects de l’évaluation


des technologies de la santé existe dans notre pays : « Au Maroc, il n’y a pas une
adoption systémique de cette approche là, mais on utilise beaucoup d’aspect qui sont
liés. Par exemple si on prend l’aspect sécurité efficacité performance nous le ferons
car c’est au niveau de notre direction que nous autorisons l’utilisation sur le marché de
ces produits-là, on se base sur leur dossier pour savoir s’ils sont efficaces, est ce qu’ils
sont sûrs et est ce qu’ils sont performants. La direction du médicament veille à ce que
ces éléments soient vérifiés à son niveau. »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Les deux administrateurs participant à l’enquête ont soulevé l’importance d’instaurer
des préalables, comme la sensibilisation des acteurs dans le processus d’achat des
équipements biomédicaux sur l’utilité de la prise en compte de la base de données

32
généré par l’ETS, pour que l’instauration de l’évaluation des équipements biomédicaux
soit réussie au Maroc :

« Bien qu’une telle base de données pourra être utile en théorie pour les participants
aux comités d’achat, je crois que l’évaluation des technologies de la santé ne sera pas
utile avant de préparer un terrain favorable à son implantation. »

Les trois autres participants aux comités d’achat (le biologiste, l’ingénieur biomédical,
et le technicien biomédical) ont été très enthousiastes à l’idée d’implanter l’évaluation
des technologies de la santé. Le verbatim suivant est significatif : « L’évaluation des
équipements biomédicaux va nous être très utile, j’aimerai bien qu’elle soit adoptée au
Maroc. »

 Les utilisateurs des équipements biomédicaux


Tous les utilisateurs des équipements biomédicaux ont jugé la pertinence de réaliser une
évaluation des équipements biomédicaux. Les 5 médecins spécialistes ont affirmé :
« Ça sera intéressant pour nous en tant que praticien qu'une évaluation approfondie
des équipements biomédicaux ait lieu. »

Un technicien radio a ajouté : « Normalement c’est indispensable d’impliquer les


utilisateurs des appareils dans l’évaluation de ces appareils selon une approche
participative car c’est eux qui peuvent générer des suggestions pertinentes qui vont
améliorer la conception de ces appareils ».

4.2.3 Thème 3 : Facteurs Psychologiques


4.2.3.1 Attitudes des acteurs envers la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus.

 Niveau d’analyse stratégique


Les neufs interviewés du niveau d’analyse stratégique ont confirmé leur attachement à
la sécurité du patient.

Dans ce sens un responsable au niveau du SEM a déclaré : « la sécurité du patient est


essentielle pour moi car moi-même je peux être un jour un patient ».

Néanmoins en cas de survenue de préjudice lié à l’utilisation d’un équipement


biomédical acheté par un service déconcentré cinq interviewés ( un responsable au
niveau de la délégation de la santé à Taroudannt, un responsable au niveau de l'hôpital,

33
un responsable au niveau du SEM au niveau de la région, un responsable au niveau du
DHSA, une responsable au niveau de la pharmacovigilance au Centre anti poison) ont
déclaré qu’ils ne se considèrent pas responsable de cet incident. Par exemple un
responsable au niveau de la délégation de la santé à Taroudannt a déclaré « je ne me
sens pas responsable du matériel, je suis responsable de la sécurité du patient et je
considère que ce matériel a été acheté avec la bonne volonté derrière durant tout le
processus achat. Par exemple un automate qui ne donne pas le bon résultat, un
tensiomètre qui ne donne pas la bonne tension ca nuit à la sécurité du patient. Je ne me
sens pas coupable pour ça si on a fait toute la procédure administrative et technique
dans le processus d’achat. Ce qui relève de ma responsabilité est que je dois réformer
le matériel une fois que je découvre que cet équipement menace la sécurité du patient. »

Et aussi un responsable au niveau de la DHSA a ajouté : « Je dirai que la responsabilité


du mauvais choix de l’équipement à acheter relève du service déconcentré qui a tous les
outils nécessaires pour faire le bon choix. »

En outre, deux interviewés (une responsable à La DEM, un responsable au niveau du


CNRP) se considèrent responsable d’un tel incident.

En effet, une responsable à La DEM a affirmé : « Personnellement je me sent


responsable, et je fais automatiquement les mesures correctives à travers la
matériovigilances pour retirer cet équipements du marché. »

Et un responsable à la CNRP a ajouté : « Je serai attaché à tout problème de sécurité du


patient relatif à la radio protection. »

Un seul interviewé qui est le représentant du CLIN considère que la responsabilité de


l’incident est partagée. Il a déclaré : « En cas de survenu de préjudice lié à l’utilisation
d’un dispositif biomédical Je crois que la responsabilité est partagée entre le
fournisseur, l’administration et aussi l’utilisateur de l’appareil. »

 Niveau d’analyse opérationnel


 Participants au comité d’achat
Les deux administrateurs participant aux comités d’achats ont affirmé : « La sécurité
du patient est l'affaire des utilisateurs des appareils je suis responsable uniquement des
procédures administratives que je gère en respectant la réglementation. …Ce sont les

34
utilisateurs des appareils qui doivent veiller à la sécurité des patients ce n’est pas nous
les administrateurs. »

Pour l’ingénieur biomédical et le technicien biomédical ont signalé ceci :


« Franchement je ne me considère pas comme responsable si une défaillance se
présente lors de l'utilisation des équipements biomédicaux, mais je vais me sentir mal à
l’aise puisque j’ai participé à tout un processus en faisant un effort considérable pour
enfin aboutir à un appareil qui présente des défaillances après son utilisation »

Pour le biologiste il a déclaré : « Je suis très attaché à la sécurité du patient et je me


sens responsable de tout incident qui arrive au patient à cause d’un équipement auquel
j’ai participé à son processus d’achat. »

 Les utilisateurs des équipements biomédicaux


Sept interviewés utilisateurs des appareils ont déclaré que l’administration est la
principal responsable en cas de préjudice lié à l’utilisation des équipements
biomédicaux. Ils ont affirmé ceci : « Vraiment je serai mal à l’aise en cas de survenue
de préjudice lié à l’utilisation d’un appareil, mais je crois que l’administration est la
principale responsable car c’est elle qui nous a fourni un tel appareil qui n’est pas
assez performant et aussi elle n’a pas assuré des conditions de travail adéquates pour
éviter tout problème d’utilisation des appareils. »

Par contre, quatre interviewés utilisateurs des appareils ont déclaré que l’utilisateur est
le principal responsable en cas de préjudice au patient liés à l’utilisation des appareils :
« Je considère que je suis le premier responsable, par exemple si le malade a reçu une
petite brulure à cause du bistouri électrique défaillant ou mal utilisé, un problème de
plus pour le patient, je considère que c’est moi qui doit veiller à éviter ce problème. »

Quatre autres interviewés utilisateurs des équipements biomédicaux ont ajouté : « En


cas de survenue de préjudice lié à l’utilisation d’un dispositif biomédical je crois que la
responsabilité est partagée, car l’administration n’a pas assuré l’équipement le plus
performant et le fournisseur n’a pas fait une formation de qualité . »

4.3. Présentation des résultats de l’analyse des documents pertinents pour l’étude
Dans le but de décrire le processus d’achat des équipements biomédicaux actuel, on a
procédé à une analyse des documents pertinents établis et utilisés au cours du processus

35
d'achat comme les textes réglementaires, les notes de service, les rapports de réunions,
les CPS d’achats des équipements biomédicaux, les procès-verbaux de réception de
matériel biomédicaux.

4.3.1 Analyse de la réglementation marocaine relative au processus d’achats des


équipements biomédicaux

Le décret du 20 mars 2013 instaure comme principe de base pour l’attribution des
Marchés publics l'appel d'offre, le décret prévoit trois (3) procédures qui limitent la
concurrence : Appel d’offres restreint, marchés négociés et prestations sur bons de
commande. Mais, 80% des marchés publics sont passés sous forme d’appels d’offre
ouverts. C’est pour cette raison qu’on va se focaliser sur cette forme spécifique dans la
suite de l’étude.
Le tableau N°1 présente une synthèse des étapes du processus d’achat des équipements
biomédicaux selon la réglementation marocaine (décret des marché publique de 2013,
CCAGT de 2016, La loi n° 84 -12 relative au dispositif médicaux, Arrêté du ministre de
la santé n° 114-16 15 janvier 2016 relatif à l’enregistrement des dispositifs médicaux et
le Circulaire N° 83 du 21 novembre 2014 );

Et la figure N° 2 ci dissous schématise le cycle de déroulement des étapes du processus


d’achat des équipements biomédicaux ;

36
Tableau N°III : Présentation des étapes du processus d’achats des équipements biomédicaux selon la réglementation marocaine
Cas d’un appel d’offre ouvert

Etapes du Cadre réglementaire Description


processus
d’achat
Phase Décret des marchés Le processus commence par l’identification des besoins en équipement
d’identification publics de 2013 biomédicaux. « article 5 »
des besoins
La détermination des caractéristiques techniques des appareils. « article 5 »
La détermination de l’estimation financière de l’achat de ces équipements. « article 5 »
Montage du Le choix de la modalité de réalisation des prestations soit un marché unique ou d'un
dossier d’appel marché alloti « Article 9 ».
d’offre
Le montage du dossier d’appel d’offres et ceci par l’établissement du CPS , le règlement
de consultation ,l’acte d’engagement ,l’avis de l’appel d’offre en français et en arabe , et
aussi le modèle du bordereau des prix « Article 19 »
Publicité de L'avis d'appel d'offres ouvert est publié dans le portail des marchés publics et dans deux
l’appel d’offre journaux à diffusion nationale au moins choisis par le maître d'ouvrage, dont l'un est en
langue arabe et l'autre en langue étrangère. Le délai de publicité de l'avis d'appel d'offres
ouvert dans les journaux et dans le portail des marchés publics est de vingt et un (21)
jours au moins avant la date fixée pour la séance d'ouverture des plis. « article 20 »
Constitution de La constitution de la Commission d'appel d'offres qui comprend les membres ci-après
la Commission énoncés et dont la présence est obligatoire : « Article 35 »
d'appel d'offres
- un représentant du maître d'ouvrage, président ;
- deux autres représentants du maître d'ouvrage dont un au moins relève du service

37
concerné par la prestation objet du marché ;
- un représentant de la Trésorerie générale du Royaume ;
- un représentant du ministère chargé des finances lorsque le montant estimé du
marché est supérieur à cinquante millions (50.000.000) de dirhams toutes taxes
comprises.
Le président de la commission s’assure de la présence des membres de la comission.et
déclare à haute voix à tous les concurrents les nombres des plis reçus par eux relatif pour
Séance
chaque concurrent aux dossiers administratif et technique et l’offre financière. « article
d’ouverture des
36 »
plis
Evaluation des Elimination des concurrents qui ont présenté des dossiers techniques qui ne respectent pas
offres des les exigences des caractéristiques techniques dans le CPS. « article 38 »
concurrents
La commission procède ensuite au classement des offres des concurrents retenus en vue
de proposer au maître d'ouvrage l’offre la plus avantageuse qui se présente dans ce type
de marché par l'offre la moins- disante ,ensuite le maitre d’ouvrage lui demande de
présenter les pièces demandées et lorsqu’il ne les a pas présenté dans le délai fixé par le
règlement de consultation il passe au deuxième et ainsi de suite. « article 40 »
Choix final La commission propose au maître d'ouvrage de retenir l'offre du concurrent qui a présenté
l’offre la plus avantageuse après satisfaction des observations qui lui sont demandées, et
notamment s'il produit les pièces exigées ou s'il confirme les rectifications demandées ou
régularise les discordances constatées ou s'il justifie son offre jugée anormalement basse
ou le ou les prix anormalement bas ou excessifs ; « article 40 »
Procès-verbal de La commission d'appel d'offres dresse séance tenante procès-verbal de chacune de ses
la séance réunions. Ce procès-verbal mentionne l'estimation faite par le maître d'ouvrage et
d'examen des enregistre, s'il y a lieu, les observations ou protestations présentées au cours des
opérations d'examen des offres par les membres ou par les concurrents ainsi que le point

38
offres de vue de la commission sur ces observations ou protestations.
Le procès-verbal indique également les motifs d'élimination des concurrents évincés, les
éléments précis sur lesquels la commission s'est fondée pour proposer à l'autorité
compétente de retenir l'offre qu'elle juge la plus avantageuse sur la base des critères
figurant au règlement de consultation. Ce procès-verbal est signé, séance tenante, par le
président et par les membres de la commission. « Article 43 »
approbation du
marché Décret des marchés
publics de 2013 Le marché n’est valable et définitif qu'après son approbation par l'autorité compétente.
« Article 152 »
Délai de notification et d’approbation 75 jours à compter de la date d’ouverture des plis .
« article 153 »
Ordre de service L'ordre de service est un document émis par le maitre d'ouvrage qui a pour objet de
notifier à l'entrepreneur des décisions ou des informations concernant le marché.
Réception Réception provisoire
provisoire
Les équipements ne sont réceptionnés qu’après avoir subi les contrôles de conformité de
ces performances avec l'ensemble des obligations du marché et, en particulier, avec les
spécifications techniques.
CCAGT de 2016 La réception provisoire entraine le transfert de la propriété et des risques au profit du
maitre d'ouvrage et constitue le point de départ de l'obligation de garantie contractuelle
conformèrent aux stipulations de l'article 75 du présent cahier.
Réception La réception définitive des travaux marque la fin de l'exécution du marché et libère
définitive l'entrepreneur de tous ses engagements vis-à-vis du maitre d'ouvrage.et met fin à la
période de garantie.
La loi n° 84 -12 Le Certificat d’enregistrement des équipements biomédicaux est parmi les pièces exigées

39
Arrêté du ministre de la pour tout équipement biomédical objet d’achat. Ce certificat est délivré par la DMP ,
santé n° 114-16 15 après vérification que l’équipement présente un niveau élevé de sécurité d’utilisation
janvier 2016 relatif à pour les patients, les professionnels et les tiers et réponde aux exigences essentielles de
Veille technique l’enregistrement des qualité, de sécurité , de performance et respecte la réglementation en vigueur.
et réglementaire dispositifs médicaux

Circulaire N° 83 du 21 Après la mise en service de l’équipement un système de notification des évènements


novembre 2014 indésirables est installé au Maroc à travers la circulaire N° 83 du ministère de la santé
pour pouvoir retirer du marché tout équipement qui a présenté des défaillances menaçant
la sécurité du patient.

40
identification des
besoins en
équipements
Veille technique et biomédicaux
réglementaire Montage du dossier d’appel d’offre

Réception définitive
La publicité de l’appel
d’offre

Réception provisoire
Processus d’achat constitution de la
Commission d'appel
des équipements d'offres

Ordre de service biomédicaux


Séance d’ouverture
des plis
approbation du
marché
Evaluation des offres
des concurrents
Procès-verbal de la séance
d'examen des offres
Choix final

41
Figure N°2 : Schématisation des étapes du processus d’achat des équipements biomédicaux
4.3.2 Analyse de la documentation pertinente utilisée pour l’achat des équipements
biomédicaux pour l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudant
Les documents relatifs aux processus d’achat des équipements biomédicaux ont
également consulté par la délégation provinciale de la santé à Taroudant et l’hôpital
Mokhtar Soussi. On a constaté que les incidents déclarés relatifs à l’utilisation des
équipements biomédicaux sont liés à des pannes des appareils biomédicaux.

Dans la phase d’ouverture des plis, le rapport de la sous-commission technique,


composée par les ingénieurs ou techniciens biomédicaux et les utilisateurs directes dans
notre cas surtout les médecins utilisateurs des appareils, montre la vérification de la
conformité des dossiers techniques présentés par les concurrents avec les spécifications
techniques exigés par le CPS et que les concurrents ayant présenté des dossiers
techniques non conformes ont été éliminés dès cette première phase.

Le critère de choix final du concurrent qui a détenu le marché est celui qui a présenté
l’offre financière la plus avantageuse après le respect de la conformité de leur dossier
administratif et la réponse aux demandes de justifications demandées par
l’administration dans le cas de présentation d’offre ayant des prix surtout anormalement
bas.

Les PVs de mises en services des appareils qui sont considérés comme une réception
provisoire montre que les utilisateurs ont été formés sur les équipements mais il n’y a
pas de document qui montre leur satisfaction de la dite formation.

Les PVs de réception définitifs sont bien signés par les utilisateurs et les ingénieurs
biomédicaux ce qui implique la fin de la période de garantie depuis la date de cette
signature selon le CCAGT de 2016.

D’après l’analyse de l’inventaire des équipements biomédicaux de l’hôpital, on a


constaté que la majorité des équipements biomédicaux ont dépassé 5 ans de service. En
plus, les contrats de maintenance ne concernent que seulement les équipements lourds
de l’hôpital. Pour les autres équipements, ils ne sont pas couverts à cause du plafond de
budget réservé à l’hôpital relatif aux contrats de maintenance des équipements
biomédicaux.

42
V. Discussion

Notre étude a consisté en l’exploration de la sécurité du patient dans le processus


d’achat des équipements biomédicaux, par une étude du cas unique de l’hôpital Mokhtar
Soussi à travers le cadre conceptuel de la présente étude qui nous a permis d’identifier
plusieurs facteurs organisationnels, politiques et psychologiques qui impactent le degré
de prise en compte de la sécurité du patient dans le processus. Nous avons utilisé deux
outils de recherche les entretiens semi directifs et l’analyse des documents pertinents à
l’étude pour avoir une triangulation des résultats.

5.1. Discussion des résultats


 Facteurs organisationnels
 Schéma de communication
Les résultats montrent que les schémas de communications, utilisés lors des étapes du
processus d’achat des équipements biomédicaux, entre le niveau stratégique et
opérationnel se font de manière écrite, alors que les communications entre les
utilisateurs du même service se font oralement.

La littérature relative à ce point précis et notamment en se référant spécialement aux


conclusions de Patel et de ses collègues [23], il semblerait que pour apporter un soutien
efficace aux processus décisionnels complexes et répartis il est indispensable de
diversifier les modalités de communication.

Or dans notre étude, bien que les modalités de communication utilisées entre les
différents niveaux d’analyse au sein du processus soient officielles à travers des écrits,
on note l’absence de recours aux technologies d’information et de communication entre
les différents membres des comités d’achats et les utilisateurs des équipements
biomédicaux. Ce qui ne facilite pas le meilleur partage des informations pertinentes
utiles pour la prise de décision au sein du processus.

 Participation des acteurs


Les résultats de l’étude affirment que le niveau d’analyse stratégique participe à la prise
en compte de la sécurité du patient lors du processus d’achat par le soutien technique et
réglementaire du niveau d’analyse opérationnel. Le niveau d’analyse opérationnel, de
son côté, participe à la prise en compte de la sécurité du patient lors du processus

43
d’achats et cela par l’implication des utilisateurs et les ingénieurs et techniciens
biomédicaux dans toutes les étapes du processus.

Ceci est en concordance avec la littérature concernant l’analyse de l’implantation d’une


intervention réalisée par Champagne et Denis de l’université de Montréal [13] qui
confirme que la présence d’un style participatif de gestion avec une décentralisation
des processus de décisions constituent un contexte favorable pour l’implantation d’une
intervention.

 Facteurs politiques
 perception de la qualité du processus d’achat des équipements
biomédicaux
Les résultats de l’étude ont montré des points négatif du processus, premièrement le
processus d’achat actuel n’assure pas une flexibilité suffisante aux participants aux
comités d’achat ( issue de 3 catégories des professionnels, le personnel administratif
constitué par les administrateurs, le personnel technique constitué par les ingénieurs et
techniciens biomédicaux et le personnel soignant constitué par les utilisateurs des
équipements biomédicaux) pour choisir l’équipement le plus sécuritaire pour le patient,
deuxièmement les contraintes budgétaires entravent la sécurité du patient dans le
processus et troisièmement on note l’absence d’indicateurs objectifs pour promouvoir
la sécurité du patient dans le processus d’achat.

Une étude aux USA [12] concernant l’évaluation du processus d’achat des pompes à
perfusion a eu des résultats similaires pour la catégorie des ingénieurs biomédicaux et
les utilisateurs qui ne sont pas satisfaits aussi de la qualité du processus d’achat, et à la
différence de notre étude on note dans cette étude une satisfaction des administrateurs
de la qualité du processus d’achat. Dans l’étude aux USA, les ingénieurs biomédicaux
n’étaient pas satisfaits de la qualité du processus d’achat car bien qu’ils ont une
expertise technique qui leur permet de distinguer lequel des équipements objets d’achat
était le meilleur en terme de sécurité du patient, le processus ne leur permettait pas une
flexibilité suffisante pour le choisir. Pour les utilisateurs des équipements biomédicaux
dans cette étude aux USA, ils n’étaient pas satisfaits du rôle qu’ils ont joué dans ce
processus. Ce qui s’aligne avec les résultats de notre étude puisque les représentants des
utilisateurs dans le comité d’achat ne sont pas satisfaits aussi du rôle qu’ils ont joué et
réclament le manque de flexibilité dans la prise de décision de l’équipement à acheter.
44
Surtout qu’au Maroc il n’y a pas la possibilité de l’essai des appareils objet d’achat pour
une évaluation préliminaire avant l’achat définitif.

En ce qui concerne les administrateurs participants à cette étude aux USA, et qui sont
les décideurs finaux, ils sont satisfaits du processus d’achat et de leur rôle. Ce qui ne
s’accorde pas avec les résultats de notre étude. Cette différence avec les résultats de
notre étude peut être expliquée par l’insuffisance des moyens financiers réservés à
l’achat des équipements biomédicaux dans notre hôpital et la nature de la
réglementation Marocaine qui encadre le processus d’achat et qui n’est pas spécifique à
cette catégorie d’appareils qui impacte directement la sécurité du patient.

En outre, parmi les points positifs du processus en faveur de la prise en compte de la


sécurité du patient c’est la présence du comité technique dans le comité d’achat qui
intègre les utilisateurs, les ingénieurs et les techniciens biomédicaux qui éliminent les
appareils qui ne respectent pas les caractéristiques techniques du CPS.

Le comité technique est composé par les utilisateurs éventuels des appareils qui ont la
responsabilité directe du bon fonctionnement de ces appareils, en plus du personnel
technique qui a une responsabilité indirecte envers ces appareils par sa responsabilité de
la maintenance de ces équipements objet d’achat.

Ces résultats s’alignent avec les évidences issues des études sur les facteurs humains
qui ont montré qu’il est bénéfique de faire participer tous les acteurs dont la
responsabilité est liée directement ou indirectement à la décision d’achat [25, 26].

 Connaissances des acteurs des facteurs qui améliorent la prise en compte de


la sécurité du patient dans le processus.
Les résultats de l’étude montrent qu’il n’y a jamais eu de formation spécifique sur les
critères à respecter pour assurer la sécurité du patient au profit des participants aux
comités d’achat.

Une étude aux USA a confirmé aussi les résultats de notre étude, une absence de
formation spécifique dédiée aux participants des comités d’achat des équipements
biomédicaux, bien que tous les participants aient la volonté de choisir le meilleur
équipement en termes de sécurité du patient [12].

45
Notre étude a révélé que les utilisateurs ne sont pas satisfaits de la formation effectuée
par les sociétés lors de la mise en service de ces appareils, jugée par les participants à
l’étude insuffisante en quantité d’heures et en qualité des formateurs. Afin d’appuyer ce
point de vue, un infirmier chef avait déclaré qu’un équipement de haute technologie
(une colonne de cœliochirurgie d’utilisation compliquée) achetée par l’administration
centrale pour l’hôpital et qui coûtait très chère avait été refusée par les chirurgiens car la
formation était insuffisante et ne leur permettait pas de maitriser son utilisation et
risquait de mettre en péril la sécurité du patient. Un rapport de l’OMS publié en 2010,
portant sur l’analyse des effets et conséquences de l’adoption de nouvelles technologies
sur la sécurité du patient est en parfaite concordance avec les résultats de notre étude.
Selon ce rapport, la formation dispensée par les industriels aux utilisateurs des
appareils considérés comment faisant partie de la nouvelle technologie est insuffisante
et de mauvaise qualité. Généralement, ces appareils ne sont plus considérés comme
innovants dans les pays développés et de ce fait, le centre d’intérêt des industriels est
plutôt orienté vers le développement de nouvelles technologies pour s’aligner sur le
marché mondial [27].
19
Toujours dans le même sillage, lors du premier colloque international sur
l’intelligence artificielle à l’université Mohammed IV des sciences de la santé organisé
le 27 mars 2019 il a été souligné par les intervenants concernant l’usage de
l’intelligence artificielle dans les actes chirurgicaux, que la formation assurée dans les
facultés de médecine au Maroc ne garantissait pas aux chirurgiens une fluidité
d’utilisation des technologies d’information et de communication pour pouvoir
s’aligner avec les exigences de l’intelligence artificielle.

 Réglementation qui encadre le processus d’achat


Au cours de cette étude, nous avons pu confirmer qu’il y avait le respect de la
réglementation par les acteurs dans toutes les étapes du processus d’achat et cela était
prouvé par les déclarations des interviewés lors des entretiens semi directifs et par la
synthèse des documents. Les résultats de notre analyse ont confirmé aussi la prise de
conscience des acteurs intervenant dans le processus d’achat des nouvelles réformes de

19
Université Mohammed IV des sciences de la santé à Casablanca, le premier Colloque
international sur l’intelligence artificielle au Maroc sous le thème « L’intelligence
artificielle en sciences de la santé du rêve à la réalité : quelles opportunités pour le
Maroc ? » au 27 Mars 2019
46
la réglementation marocaine qui prennent en compte la nécessité d’obtention de
l’autorisation de mise sur le marché des dispositifs médicaux et la déclaration des
incidents liés aux équipements biomédicaux.

A noter que l’OMS, dans sa résolution WHA67.2020 de la 67ème Assemblée mondiale


de la Santé portant sur le « Renforcement des systèmes de réglementation des produits
médicaux » en 2014 a émis plusieurs recommandations concernant la réglementation
des dispositifs médicaux et en particulier des équipements biomédicaux. Cette
résolution a soulevé l’importance des réglementations relatives aux dispositifs médicaux
en tant que produit médical pour améliorer la santé publique et améliorer en particulier
l’accès de la population à des équipements biomédicaux sûrs et efficaces.

 Evaluation des équipements biomédicaux


Au cours de notre étude, nous avons pu constater que l’évaluation des équipements
biomédicaux était sollicitée par les acteurs du processus d’achat au niveau stratégique
et opérationnel, et que pour la réussite de son implantation au Maroc il était nécessaire
de démarrer d’une façon progressive pour familiariser le personnel de la santé avec ce
genre d’étude scientifique basée sur les données probantes et de convaincre les
politiciens de la pertinence d’adopter ce nouvel outil qui va générer des bases de
données sur la sécurité d’emploi de ces produits de santé utiles pour la prise de
décision.

Les recommandation de l’OMS relatives à l’ETS7 s’alignent avec les résultats de


notre étude, et confirment la nécessité de satisfaire des conditions préalable pour
réussir l’implantation de l’ETS dans un pays donné qui sont représentés par les 4
conditions essentielles présentées dans la figure ci-dessous.

20
Organisation mondiale de la santé, la résolution WHA67.20 sur le Renforcement des
systèmes de réglementation des produits médicaux, en Mai 2014
47
Figure N°3 : Facteurs du succès de la mise en œuvre des projets d’évaluation des
technologies de la santé

Dans le même sens, une étude en Roumanie focalisée sur l’implantation de l’ETS a
montré que le succès d’implantation d’une ETS dans un pays donné dépend de plusieurs
facteurs tels que l’encadrement politique, économique et éducatif local [28].

Par ailleurs, en tenant compte du cycle des étapes du processus d’achat que nous avons
présenté dans la figure 2 nous avons remarqué au cours de notre investigation la
présence d’une défaillance dans la veille technique, puisqu’ aucune base de données des
équipements biomédicaux n’était disponible à cause du non application de l’ETS au
Maroc. Si une telle base de données avait été disponible et une réforme réglementaire
spécifique avait eu lieu, le comité d’achat éviterait le choix d’un équipement ayant une
technologie peu avantageuse et aurait une idée sur le cout efficacité des équipements7 et
éviterait de se baser uniquement sur le critère du « moins disant », comme cela est
adopté actuellement pour décider de l’achat des produits.

48
 Facteurs Psychologiques
 Attitudes des acteurs vis-à-vis de la sécurité du patient
Les résultats de l’étude montrent que la majorité des participants à l’étude sont attachés
à la sécurité du patient. Ainsi, le personnel administratif est plus objectif vis à vis de la
sécurité du patient dans le processus et il veille surtout au respect des exigences
techniques et réglementaires lors du processus d’achat.

Nos résultats concordent avec ceux d’une étude conduite aux Etats unis selon laquelle
tous les acteurs étaient conscients de la nécessité de prendre en compte la sécurité du
patient dans le processus. Les administrateurs dans cette étude aussi ne faisaient pas de
distinction entre sécurité et précision technique ou bien fiabilité de l’appareil et
n’accordaient pas assez d’attention au rôle que pouvait jouer le facteur humain dans
l’utilisation sécurisée des équipements objet d’achat [12].

5.2 .Validité de l’étude


 La validité interne
Dans le but de renforcer la validité interne de l’étude, nous avons utilisé deux méthodes
de collecte de donnée à savoir l’entretien semi directif et l’analyse des documents
pertinents pour l’étude, ce qui nous a permis de faire la triangulation des données. De
plus, il y avait eu une prise de contact préalable avec les interviewés pour l’obtention
de rendez-vous ainsi que l’explication des objectifs de l’étude ce qui a permis aux
participants d’être plus à l’aise lors des entretiens et a concouru à l’atteinte des objectifs
escomptés.

Nous avons utilisé deux niveaux d’analyse stratégique et opérationnelle avec une
diversité de profil personnel médical, paramédical, administratif et technique. D’une
part dans le niveau stratégique nous avons impliqué des gestionnaires responsables au
niveau central au niveau des directions techniques « DEM, DHSA, DMP, CNRP,
service de Pharmaco vigilance au centre anti poison» à Rabat, des gestionnaires
responsables au niveau régional au service des équipements et de la maintenance à la
direction régionale d’Agadir, et des responsables gestionnaires au niveau provincial
dans la DMS de Taroudannt et de l’hôpital. D’autre part, dans le niveau opérationnel
nous avons impliqué les participants aux comités d’achats des équipements
biomédicaux et les utilisateurs éventuels de ces équipements.

49
Le cadre conceptuel choisi était issue d’une recherche minutieuse de la revue de la
littérature et se basait sur l’analyse de l’implantation d’une intervention, a renforcé la
validité interne de notre étude car il a englobé trois dimensions à savoir les facteurs
organisationnels, politiques et organisationnels. Ceci a contribué à approcher le
maximum des facteurs contextuels qui pouvait influencer le degré de prise en compte de
la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
En revanche, vue le caractère sensible de notre étude qui touche à la fois la sécurité du
patient et la finance publique, nous sommes conscients du biais de la désirabilité sociale
qui se définit par : « Ensemble des facteurs qui amènent une personne à montrer les
meilleures facettes de sa personnalité afin de se faire apprécier des autres »21 et qui
peuvent dévier les réponses des interviewés vers une réponse idéale qui peut être
différente de la réalité, mais nous l’avons contrôlé par les outils de collecte de
données (grille d’entretien et grille d’analyse des documents) ce qui nous a rassuré sur
la fiabilité des données collectées.

 La validité externe
Vu que notre étude est une étude qualitative, on ne peut pas généraliser les résultats de
cette étude de manière statistique mais on peut la généraliser de manière analytique
[29]. Notre devis d’étude est une étude de cas unique qui n’assure pas une meilleure
généralisation mais il nous a permis de mener cette étude exploratoire dans notre
contexte particulier durant le temps alloué à l’étude.
En effet, cette première étude va constituer une base pour d’autres études approfondies
dans ce domaine. Cette étude va constituer aussi une phase préliminaire pour le
ministère de la santé pour améliorer le processus d’achat des équipements biomédicaux
pour qu’il puisse garantir la sélection de l’appareil qui présente le maximum de sécurité
pour le patient. Et sur le plan pratique, elle va permettre aux managers hospitaliers
d’avoir plus de conscience de l’importance de la phase d’achat des équipements
biomédicaux pour assurer une meilleure gestion du risque à priori concernant les
équipements biomédicaux.

21
Définition tiré du dictionnaire l’internaute à l’URL : https://www.linternaute.fr
/dictionnaire /fr/ definition /desirabilite-sociale/
50
IV. Limites de l’étude

La présente étude est une étude exploratoire dans un nouveau domaine de recherche aux
Maroc. Bien qu’elle ait relevé le défi par le respect du planning de sa réalisation et les
exigences de la méthodologie de la recherche qualitative conformément au protocole
de recherche, plusieurs limites ont été citées pouvant être utiles pour les futurs
chercheurs dans ce domaine de recherche :

 La durée de l’étude était insuffisante pour explorer tous les documents pertinents
pour l’étude et aussi pour contacter tous les personnes ressources nécessaires.
 La nature du devis de l’étude qui est une étude de cas unique limite sa validité
externe, nous proposons aux futurs chercheurs de réaliser la même étude avec
une étude de cas multiples au niveau de plusieurs sites pour avoir une
comparaison entre les différents sites.
 Le biais de la désirabilité sociale a limité relativement les déclarations de
quelques interviewés à cause de la nature sensible de l’étude, mais notre
conscience envers ce biais a bien été pris en compte dans la conception des
grilles des entretiens semi directifs et de la grille de l’analyse documentaire.
 La vétusté d’une partie importante des équipements biomédicaux dans l’hôpital
a influencé relativement les interviewés qui travaillent à l’hôpital et qui
attendent avec impatience l’achat des nouveaux équipements biomédicaux en
quantité suffisante plutôt que le souci de la qualité des achats de ces appareils.
 L’échantillon des interviewés n’a pas inclus des représentants des patients et des
fournisseurs des équipements biomédicaux dans cette première étude, nous
recommandons de les impliquer dans les prochaines études dans ce sujet.

51
Conclusion et pistes d’amélioration

La présente étude qui représente la première en son genre au Maroc a relevé le défi
d’explorer la place de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements
biomédicaux. A travers notre recherche qui a duré six mois nous avons réalisé une
description de toutes les étapes du processus d’achat et nous avons pu contacter tous
les acteurs qui ont participé de près à ce processus, et aussi ceux qui ont une influence
sur le déroulement des étapes du processus.

D’une part, le processus d’achat actuel présente des points positifs en faveur de la
sécurité du patient, comme l’adhésion de la majorité des interviewés à la sécurité du
patient, ainsi que leur participation dans la prise en compte de la sécurité des patients
dans le processus par le soutien technique et réglementaire des administrations centrales
et au niveau local par l’implication des utilisateurs, les ingénieurs et techniciens
biomédicaux dans toutes les étapes du processus qui est piloté par les administrateurs
qui maitrisent le mieux les procédures réglementaires qui encadrent toute l’opération
d’achat de ces appareils.

D’autre part, le processus d’achat actuel présente des points faibles qui entravent la
sécurité du patient dans le processus comme le manque de flexibilité suffisante aux
participants aux comités d’achat de tous les profils, personnel administratif, technique
et les utilisateurs des équipements biomédicaux pour favoriser l’équipement le plus
sécuritaire pour le patient, en plus des contraintes budgétaires qui n’assurent pas une
augmentation de la gamme des appareils à acheter. Nous ajoutons aussi comme
défaillance du processus d’achat, l’absence d’une évaluation systématique des
équipements biomédicaux ce qui prive les participants des comités d’achats d’une base
de données avec les données probantes qui fournissent une indication sur le coût
efficacité de ces appareils. 7

Nous avons relevé aussi à travers cette étude, l’absence d’une démarche qualité
institutionnelle à l’hôpital à cause de la non application de l’accréditation des hôpitaux
qui est instaurée dans la loi 34/09.

52
À la lumière des résultats de l’étude et la recherche dans la littérature nous proposons
les pistes d’amélioration suivantes :

 Création d’un point focal pour l’évaluation des technologies de la santé qui doit
être relativement indépendants des services chargé de la gestion des équipements
biomédicaux afin de respecter tout conflit d’intérêt et s’aligner avec les
recommandations de l’OMS relatif aux sujet.7 Ce point focal va pouvoir établir
une connexion avec L’ OMS pour rejoindre les réseaux existants à travers le
monde et bénéficier de leurs expériences avec les appareils et dispositifs
biomédicaux7.
 Instauration d’un décret spécifique pour l’achat des équipements biomédicaux
qui garantit une flexibilité aux participants aux comités d’achat pour favoriser
la sélection du meilleur équipement en termes de sécurité du patient.
 Assurer des formations sur la sécurité du patient aux profits de tous les profils
pour améliorer la culture de sécurité dans les établissements hospitaliers.
 Assurer une formation spécifique sur les critères à respecter pour promouvoir la
sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux au
profit des participants aux comités d’achat de ces appareils.
 Renforcer le rôle de l’ingénieur biomédical dans les hôpitaux pour qu’il
devienne médiateur entre les différents profils pour promouvoir la sécurité du
patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
 Etablir des achats groupés au niveau de chaque région pour profiter du
groupement de l’expertise technique au niveau régional.
 Améliorer le système d’information au Maroc afin de permettre la création
d’une base de données sur les équipements biomédicaux qui va faciliter le
partage des informations pertinentes entre les différents niveaux hiérarchiques et
aussi entre les niveaux hiérarchiques similaires. Ceci peut être utile en particulier
aux participants aux comités d’achats pour faire plus d’investigations sur les
équipements à acheter.

53
Bibliographies

Ouvrages et revues scientifiques


[1]Troyen A. Brennan, M.P.H, M.D, J.D, Lucian L. Leape, M.D.,et al. incidence of
adverse events and negligence in hospitalized patients results of the Harvard medical
practice study I. The new England journal of medicine.1991 FEB; Vol. 324 No. 6:370-
76

[2] Kohn LT, Corrigan JM, Donaldson MS. Committee on Quality of Health Care in
America, Institute of Medicine .To err is human: building a safer health system.
Washington, D.C: NATIONAL ACADEMY PRESS; 1999.

[3] Makary MA, Daniel M. Medical error-the third leading cause of death in the US.
BMJ. 2016 May [consulté le 15/03/ 2019]; 353:i2139. Consultable à l’URL:
https://doi.org/10.1136/ bmj.i2139

[4] Bates DW, Gawande AA. Améliorer la sécurité avec les technologies de
l'information. Le journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre. 2003; 348(25): 2526-
2534. [ PubMed ]

[5] Sawyer D, Aziz KJ, Backinger CL, et al. Faites-le à dessein: introduction aux
facteurs humains dans les dispositifs médicaux. Département américain de la santé et
des services sociaux, Service de santé publique, Food and Drug Administration.
Rockville, MD: Centre pour les appareils et la santé radiologique.1996 [consulté le
05/05/2019] .Consultable à l’URL : https://elsmar.com/ pdffiles / FDA_files/
DOITPDF.PDF

[6] White GG, Weick-Brady MD, Goldman SA, Gross TP, Kennedy DL, Lucas BS,and
all. Improving patient care by reporting problems with medical devices. CRNA. 1998
Nov ;9(4):139-56. [ PubMed ]

[7] Lowe C. Accidents waiting to happen: the contribution of latent Conditions to


patient safety. Qual Saf Health Care. 2006;15 (Suppl 1): i72-i75.

[8] Cooper JB, Newbower RS, Long C D. et al. Incidents anesthésiques évitables: étude
des facteurs humains. Anesthésiologie 1978; 49 (6): 399–406. [ PubMed ]

[9] Sage AP, Rouse WB, éditeurs. Manuel d'ingénierie et de gestion des systèmes. New
York: John Wiley& Sons; 1999 .

[10] Salvendy G, éditeur. Manuel de facteurs humains et d'ergonomie. 3. New York,


NY: John Wiley& Sons; 2006.

[11] Hinrichs S. A systems approach to improving patient safety through medical device
purchasing. Australasian Medical Journal 2010 [consulté le 25/04/ 2019] ;[17
pages].Consultable à l’URL : https://www. Repository .cam.ac.uk/handle/1810/238973
[12] Keselman A, Patel V L, Johnson TR, Zhang J . Institutional decision making to
select patient care devices: identifying venues to promote patient safety. J Biomed
Inform. 2003; 36(12):31–44. [PubMed]

[13] Denis J-L, Champagne F . L’analyse de l’implantation : modèles et méthodes,


1990 Page :47– 67

[14] Gurses AP, Carayon P. Obstacles à la performance des infirmières en soins


intensifs. Recherche en soins infirmiers. 2007; 56 (3): 185-194. [ PubMed ]

[15] Carayon P, Hundt AS, Karsh BT, Gurses AP, le juge en chef Alvarado, Smith M,
et al. Conception du système de travail pour la sécurité du patient: le modèle SEIPS.
Qualité et sécurité dans les soins de santé. 2006; 15(Supplément I): i50 – i58. [ Article
gratuit de PMC ] [ PubMed ]

[16] Donabedian A. La qualité des soins médicaux. Science. 1978; 200 : 856 à 864.
[ PubMed ]

[17] Donabedian A. La qualité des soins. Comment peut-il être évalué? Journal de
l' American Medical Association. 1988; 260 (12): 1743-1748. [PubMed]

[18] Murphy LR, Cooper CL, editors. Healthy and Productive Work: An International
Perspective. London: Taylor and Francis; 2000.

[19] Sainfort F, Karsh B, Booske BC, Smith MJ. Applying quality improvement
principles to achieve healthy work organizations. Journal on Quality Improvement.
2001;27(9):469–483. [PubMed] [Google Scholar]

[20] Reid PR, Compton WD, Grossman JH, Fanjiang G. Building a Better Delivery
System. A New Engineering/Health Care Partnership. Washington, D.C: The National
Academies Press; 2005.

[21] Karsh B, Brown R. Macroergonomics and patient safety: The impact of levels on
theory, measurement, analysis and intervention in medical error research. Applied
Ergonomics. 2009; 41(5):674-81

[22] Rasmussen J. Human factors in a dynamic information society: Where are we


heading? Ergonomics. 2000;43(7):869–879.

[23] Moray N. Error reduction as a systems problem. In: Bogner MS, editor. Human
Error in Medicine. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates; 1994. pp. 67–91.

[24] Robert K. Yin, case study research ;1989

[25] Nielsen J. Usability Engineering. Morgan Kaufmann: Amsterdam, The


Netherlands; 1993
[26] Chan W. Increasing the success of physician order entry through human factors
engineering. J Healthc Inf Manag. 2002; 16 (1):71–9.

[27] Mytton OT, Velazquez A, Banken R, Mathew JL , Ikonen TS, Taylor K et al .


Introducing new technology safely. BMJ Quality & Safety. April 2010; 19:i9-i14.

[28] Corabian P et al. Mentoring a developing health technology assessment initiative in


Romania: an example for countries with limited experience of assessing health
technology. International Journal of Technology Assessment in Health Care. 2005; 21:
522-525.

[29] Miles MB, Huberman AM. Qualitative data analysis. California: SAGE
Publications ; 1994.

Guides et rapports
 World Health Organization. WHO patient safety curriculum guide for medical
schools. Geneva: WHO; 2009.
 Haute Autorité de la santé, la sécurité des patients Mettre en œuvre la gestion
des risques associés aux soins en établissement de santé Des concepts à la
pratique .Paris : HAS ; 2012.
 Food and Drug Administration. Human Factors Implications of the New GMP
Rule. Overall Requirements of the New Quality System Regulations; 1998.
 Organisation mondial de la santé .La résolution WHA60.29 pour les
technologies de la santé. Geneva: WHO; 2007 .Consultable à l’URL:
https://www.who.int/ medical_devices /policies/resolution_wha60_r29-
fr.pdf?ua=1
 Organisation mondial de la santé. Série technique de l’OMS sur les dispositifs
médicaux Évaluation des technologies de la santé : dispositifs médicaux.
Genève: OMS; 2012.Consultable à l’URL : https://apps.who.int/
medicinedocs/documents /s21560fr/s21560fr.pdf
 Organisation mondial de la santé. La résolution WHA67.23 sur l'évaluation des
interventions et technologies de santé (ETS) en appui à la couverture sanitaire
universelle. Genève: OMS; 2014. Consultable à l’URL : http://apps.who.int/
medicinedocs/documents /s21463fr/s21463fr.pdf
 World Health Organisation. Global Survey on Health Technology Assessment
by National Authorities Main findings. Geneva: WHO; 2015. Consultable à
l’URL : https://www.who.int/health-technology-assessment /MD_HTA_
oct2015 final_web2.pdf
 The WHO Regional Committee for the Eastern Mediterranean. Health
Technology Assessment (HTA): A Tool for Evidence-Informed Decision
Making in health Technical Meetings. Kuwait: WHO EMRO; 2015.Consultable
à L’URL : http://www.emro.who.int/about-who/rc62-presentations/health-
technology-assessment-hta-a-tool-for-evidence-informed-decision-making-in-
health.html
 Organisation mondial de la santé. La résolution WHA67.20 sur le Renforcement
des systèmes de réglementation des produits médicaux. Genève: OMS; 2014.
Consultable à l’URL :http://apps.who.int/medicinedocs /documents /
s21456fr/s21456 fr.pdf

Textes juridiques
 La loi cadre 34-09 relatives au système de santé et à l’offre des soins, en Juillet
2011.
 Le dahir n°1-13-90 du 30 aout 2013 portant promulgation de la loi n° 84 -12
relative aux dispositifs médicaux.
 Décret n° 2-14-394 du 6 Chaabane 1437 (13 mai 2016) approuvant le cahier des
clauses administratives générales applicables aux marches de travaux.
 Décret n° 2-12-349 du 8 Joumada I 1434 relatif aux marchés publics. (B.O. n°
6140 du 4 avril 2013).
 Décret N° 2-14-562 du 24 juillet 2015 pris pour l’application de la loi-cadre n°
34-09 relative au système de santé et à l'offre de soins ;
 Décret N°2.14.607 du 18 septembre 2014 pris pour l’application de la loi n° 84-
12 relative aux dispositifs médicaux.
 Arrêté du ministre de la santé n° 114-16 du 15 janvier 2016 relatif à
l’enregistrement des dispositifs médicaux.
 Arrêté n°4217-15 du 14 janvier 2016 relatif aux modalités de fixation du prix de
vente public et du prix de facturation des DM de classe III.pdf.

 Circulaire n°83 du ministère de la santé du 21 novembre 2014 ayant pour objet


l’instauration d’un dispositif de notification des événements indésirables liés aux
soins.
Sites Internet
https://www.has-sante.fr/jcms/c_1048545 /fr/securite-du-patient
http://www.ghtf.org/documents/sg1/sg1n29r162005.pdf
https://www.linternaute.fr /dictionnaire /fr/ definition /desirabilite-sociale/
Annexes
Annexe 1 : Grille d’Analyse des documents pertinents pour l’étude

Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI Participant au cycle de spécialisation à l’Ecole National de Santé Publique de Rabat filière
management hospitalier. Dans le cadre de la préparation de mon mémoire de fin d’études dont l’objectif est d’explorer la place de la
sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux « étude du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt »,
nous avons préparé cette grille d’analyse des documents pertinents pour l’étude et nous sollicitons votre collaboration pour nous
faciliter la tâche. Nous vous assurons du respect de l’anonymat et de l’éthique. Merci pour votre collaboration

Facteurs Facteurs Facteurs


Item Désignation Commentaires
politique Organisationnel Psychologique
1 CCAG-T
2 Décret des marchés publics de 2013
3 Loi n°34/09 relative au système de santé et à l'offre
de soins et ses décrets d’applications
4 Décret n° 2-14-562 du 24 juillet 2015 pris pour
l’application de la loi-cadre n° 34-09 relative au
système de santé et à l'offre de soins ;
5 Loi n°84 /12 sur les dispositifs médicaux et ses
décrets d’applications et arrêtés
6 Décret 2.14.607 du 18 septembre 2014 pris pour
l’application de la loi n° 84-12 relative aux
dispositifs médicaux.
7 Arrêté du ministre de la santé n° 114-16 15 janvier
2016 relatif à l’enregistrement des dispositifs
médicaux
8 Arrêté n°4217-15 du 14 janvier 2016 relatif aux
modalités de fixation du prix de vente public et du
prix de facturation des DM de classe III.pdf
9 la Circulaire n°83 du 21 novembre 2014 relatif à
l’Instauration d’un dispositif de notification des
événements indésirables liés aux soins
10 Plan 2025
11 Lettre de cadrage de répartition de budget
12 CPS type d’achat des équipements biomédicaux
13 Dossiers d’appel d’offre d’achat des équipements
biomédicaux
14 PV de réunions lié à l’achat des équipements
biomédicaux
15 Marché d’acquisition (OS, Délai, PV de réception
provisoire et définitif….)
16 Rapport de formation des techniciens et des
utilisateurs
17 Rapports de la maintenance dans le cadre de la
garantie
18 Manuels des équipements biomédicaux achetés
19 Convocations des membres des comités d’achat
20 Historique de déclaration des évènements
indésirables liés aux équipements biomédicaux
Annexe 2 : Grille d’entretien semi-directif avec les participants aux comités
d’achat des équipements biomédicaux

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI, participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National
de Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place
de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux
« étude du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé
ce guide d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer
que tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Quelles sont les raisons qui ont poussé l’hôpital à prendre la décision d’acheter
de nouveaux appareils ?
 Quel sont les moyens utilisés pour identifier les besoins en équipements
biomédicaux et par qui ?
 Veuillez décrire le processus d'achat auquel vous avez participez.
 Comment le comité d'achat a-t-il été désigné?
 Est-ce qu’il existe des procédures institutionnelles qui encadrent le déroulement
du processus ? existe-t-il des dossiers d’appel d’offre types ?
 Quels sont les critères les plus importants qui ont été pris en compte dans le
choix final de l’appareil objet d’achat?
 Quelle a été la place de la sécurité des patients dans la prise de décision finale
d’achat ?

Thème 2 : Facteurs politiques


 Quels sont les points positifs du processus en faveur de la prise en compte de la
sécurité du patient?
 Quels sont les points négatifs du processus qui entravent la prise en compte de la
sécurité du patient?
 Est-ce que vous tenez compte de la sécurité du patient lors de votre participation
dans le processus ?
 Avez-vous déjà reçu une formation concernant les critères à respecter en
matière de sécurité du patient lors de l’achat des équipements biomédicaux? si
oui dans quel cadre avez-vous reçu cette formation ?
 A votre avis, quelles sont les mesures nécessaires à prendre pour améliorer la
prise en compte de la sécurité du patient dans le processus ?
 Estimez-vous que si les équipements biomédicaux existants sur le marché
disposaient des données probantes, « éventuellement généré par l’évaluation des
technologies de la santé », les acheteurs seraient mieux outillés pour garantir la
sécurité du patient dans le processus (de prise de décision) d’achat de ces
appareils?

Thème 3 : Facteurs psychologiques


 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de culture de sécurité du
patient ? (bon, moyen, absent) « définition sécurité du patient ; Absence pour
un patient d’atteinte inutile ou potentielle associée aux soins de santé »
 Quelle serait votre attitude si un équipement biomédical dont l’achat a été validé
par votre comité d’achat s’avérait défaillant lors de son utilisation ?
Annexe 3 : Grille d’entretien semi-directif avec des responsables au niveau de la
délégation et de l’hôpital

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place de
la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux « étude
du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce guide
d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et
psychologiques qui sont en relation avec la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnel


 Comment désignez-vous les membres du comité d’achat ?
 Que pensez-vous de la qualité du processus utilisé pour l’achat des équipements
biomédicaux pour les hôpitaux ?
 Quels moyens utilisez-vous pour superviser les activités des comités d’achat des
équipements biomédicaux ?
 Que faites-vous pour encourager le personnel médical et paramédical à la
notification des incidents liées à l’utilisation des dispositifs médicaux ?
 Est-ce que l’administration centrale vous a fourni des dossiers d’appel d’offre
types pour l’achat des équipements biomédicaux ?
Thème 2 : Facteurs politiques
 Est-ce que la culture de sécurité du patient figure parmi vos priorités
managériales ?
 Avez-vous veillé à ce qu’une formation en matière de sécurité du patient en
particulier relative aux équipements biomédicaux, soit assurée au profit des
participants des comités d’achats des équipements biomédicaux?
 Selon vous, quelles sont les mesures nécessaires à adopter pour améliorer la
prise en compte de la sécurité du patient dans le processus ?
 A votre avis, pourquoi le Maroc n’a pas encore adopté l’ETS et en particulier
l’évaluation des équipements biomédicaux qui est bien recommandé par l’OMS
et qui fournit aux acheteurs les données probantes nécessaires pour promouvoir
la sécurité du patient ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de sécurité du patient ? (bon,
moyen, absent).
 Quelle serait votre attitude si un équipement biomédical dont l’achat a été validé
au sein de votre établissement s’avérait défaillant lors de son utilisation.
Annexe 4 : Grille d’entretien semi-directif avec les utilisateurs des équipements
biomédicaux

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place de
la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux « étude
du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce guide
d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information d'identification
(par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le cadre de notre
discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue intéressera les thèmes
suivants : facteurs organisationnels, politiques et psychologiques qui sont en relation
avec la prise en compte de la sécurité du patient dans le processus d’achat des
équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Quel sont les équipements biomédicaux que vous utilisez et depuis combien
d’années ?
 Quel sont les moyens utilisés pour identifier les besoins en équipements
biomédicaux et par qui ?
 Y a-t-il des pannes fréquentes des équipements biomédicaux des nouveaux
appareils acquis par l’hôpital ?
 Sur quels critères vous vous basez pour juger qu’un appareil est sécurisé ?
 Présence d’une interface utilisateur ?
 Ergonomie ?
 Disponibilité d’une langue que vous comprenez dans le manuel
d’utilisation ? ….
 En cas de survenue de problème lors de l’utilisation d’un appareil quelle est la
procédure adoptée par votre service ?
Thème 2: Facteurs politiques
 Etes-vous satisfait de la qualité des appareils achetés pour votre hôpital ?
 Etes-vous satisfait de la formation fournie par les sociétés lors de la mise en
service des appareils nouvellement acquis ?
 Est-ce que les fournisseurs des appareils donnent assez d’informations sur les
bonnes pratiques à respecter pour garantir la sécurité du patient lors de
l’utilisation des équipements biomédicaux.
 Estimez-vous que les appareils que vous utilisez nécessitent une évaluation
approfondie qui tient compte de l’avis du personnel soignant et des facteurs
humains pour garantir une meilleure sécurité du patient ?

Thème 3 : Facteurs psychologiques


 Est-ce que vous avez confiance dans le matériel biomédical disponible au
niveau de l’hôpital ?
 Jugez-vous utile de notifier les incidents liés à l’utilisation des équipements
biomédicaux ? si oui à qui et si non pourquoi ?
 En cas de survenue de préjudice lié à l’utilisation d’un dispositif biomédical, à
qui vous remettez la responsabilité à l’administration, au fournisseur ou à vous-
même ?
Annexe 5 : Grille d’entretien semi-directif avec un responsable au niveau Régional
(ingénieur au service des équipements et de la maintenance)

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI, participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place
de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux
« étude du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce
guide d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et
psychologiques qui sont en relation avec la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Que pensez-vous de la qualité du processus utilisé pour l’achat des équipements
biomédicaux pour les hôpitaux ?
 Quels moyens vous utilisez pour superviser les activités des comités d’achat des
équipements biomédicaux ?
 Que faites-vous pour encouragez le personnel à la notification des incidents
liées à l’utilisation des équipements biomédicaux ?
Thème 2 : Facteurs politiques
 Est-ce que la culture de sécurité du patient figure parmi vos priorités
managériales ?
 Avez-vous déjà assuré une formation concernant la sécurité du patient, en
particulier relative aux équipements biomédicaux, au profit des participants des
comités d’achats des équipements biomédicaux?
 A votre avis quelles sont les mesures nécessaires à adopter pour améliorer la
prise en compte de la sécurité du patient dans le processus d’achat des
équipements biomédicaux?
 A votre avis, pourquoi le Maroc n’a pas encore adopté l’ ETS et en particulier
l’évaluation des équipements biomédicaux qui est bien recommandé par l’OMS
et qui fournit aux acheteurs les données probantes nécessaires pour promouvoir
la sécurité du patient ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de sécurité du patient ? (bon,
moyen, absent) .
 Quelle serait votre attitude si vous apprenez qu’un équipement biomédical, dont
l’achat a été validé au sein de votre région, s’avère défaillant lors de son
utilisation.
Annexe 6 : Grille d’entretien semi-directif avec des responsables aux niveaux des
directions centrales (DEM, DHSA, DMP)

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National
de Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place
de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux
« étude du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé
ce guide d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer
que tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et
psychologiques qui sont en relation avec la prise en compte de la sécurité du
patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Que pensez-vous de la qualité du processus utilisé pour l’achat des équipements
biomédicaux pour les hôpitaux ?
 Quels moyens vous utilisez pour superviser les activités des comités d’achat des
équipements biomédicaux ?
 Que faites-vous pour encourager le personnel à la notification des incidents
liées à l’utilisation des dispositifs médicaux ?
 Est-ce que vous avez fourni aux services déconcentrés des dossiers d’appel
d’offre types pour l’achat des équipements biomédicaux ?
Thème 2 : Facteurs politiques
 Est-ce que la culture de sécurité du patient figure parmi les priorités
managériales de votre direction ?
 Avez-vous assuré une formation concernant la sécurité du patient, en particulier
relative aux équipements biomédicaux, au profit des participants des comités
d’achats des équipements biomédicaux?
 Avez-vous établi des guides de bonne pratique qui vont soutenir les membres du
comité d’achat à promouvoir la sécurité du patient lors du processus d’achat ?
(formation sur utilisation, disponibilité du manuel d’utilisation ……)
 Selon vous, quels sont les mesures nécessaires à adopter pour améliorer la prise
en compte de la sécurité du patient dans le processus ?
 A votre avis, pourquoi le Maroc n’a pas encore adopté l’ETS et en particulier
l’évaluation des équipements biomédicaux qui est bien recommandé par l’OMS
et qui fournit aux acheteurs les données probantes nécessaires pour promouvoir
la sécurité du patient ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de sécurité du patient ? (bon,
moyen, absent).
 Quel serait votre attitude si vous apprenez qu’un équipement biomédical, dont
l’achat a été validé par un service déconcentré, s’avère défaillant après son
utilisation.
Annexe 7 : Grille d’entretien semi-directif avec un représentant du CLIN

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place de
la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux « étude
du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce guide
d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information d'identification
(par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le cadre de notre
discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue intéressera les thèmes
suivants : facteurs organisationnels, politiques et psychologiques qui sont en relation
avec la prise en compte de la sécurité du patient dans le processus d’achat des
équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnel


 Quels sont les équipements biomédicaux au sein de l’hôpital qui provoquent des
infections nosocomiales ?
 En cas de survenu de problème d’infection nosocomial lors de l’utilisation d’un
équipement biomédical quel est la procédure adopté par l’hôpital ?

Thème 2: Facteurs politiques


 Etes-vous satisfait de la qualité des appareils achetés pour l’hôpital ?
 Etes-vous satisfait de la formation fournie par les sociétés au profit des
utilisateurs des équipements biomédicaux ?
 Est-ce que les fournisseurs des appareils donnent assez d’information sur les
bonnes pratiques à tenir pour garantir la sécurité du patient lors de l’utilisation
des équipements biomédicaux.
 Estimez-vous que les appareils utilisés par le personnel soignant nécessitent une
évaluation approfondie qui tient compte de l’avis du personnel soignant et des
facteurs humains pour garantir une meilleure sécurité du patient ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Est-ce que vous faites confiance dans le matériel biomédical disponible au
niveau de l’hôpital ?
 Comment jugez-vous la notification des infections nosocomiales liées à
l’utilisation des équipements biomédicaux au sein de l’hôpital ?
 En cas de survenu de préjudice lié à l’utilisation d’un dispositif biomédical, à
qui doit être remise la responsabilité à l’administration, au fournisseur ou au
personnel soignant ?
Annexe 8 : Grille d’entretien semi-directif avec une responsable de la
pharmacovigilance au niveau du centre anti poison

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place
de la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux
« étude du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce
guide d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et
psychologiques qui sont en relation avec la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Pouvez-vous nous décrire les cas reçus par votre centre relatifs à la
matériovigilance ?
 Que faites-vous pour promouvoir la notification des incidents liées à
l’utilisation des équipements biomédicaux ?
 Qui déclare les incidents relatifs aux équipements biomédicaux les
établissements du secteur public, les CHU, ou ceux du secteur privé ?
 Quels sont les incidents décrits et avec quels types d’équipements biomédicaux ?

Thème 2 : Facteurs politiques


 existe-t-il un texte de loi qui impose la notification des incidents liés à
l’utilisation des équipements biomédicaux ?
 est-ce que le circuit de notification des incidents et accidents liés à l’utilisation
des équipements biomédicaux a été transmis à tous les établissements de santé ?
 décrivez le circuit de notification ?
 assurez-vous un feed back à toute notification parvenant au centre ?
 Avez-vous assuré une formation concernant l’importance de la notification des
évènements indésirable, en particulier relative aux équipements biomédicaux,
au profit du personnel du ministère de la santé?
 Selon vous, quels sont les mesures nécessaires à adopter pour encourager le
personnel de l’hôpital à signaler les événements indésirables et en particulier
relatifs aux équipements biomédicaux ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de sécurité du patient ? (bon,
moyen, absent).
 Quel serait votre attitude si vous apprenez qu’un équipement biomédical acheté
par un service déconcentré, dont aucune notification n’a été envoyée à votre
centre, s’avère défaillant après son utilisation ?
Annexe 9 : Grille d’entretien semi-directif avec un responsable au niveau du
centre national de radioprotection

Préambule : Bonjour, je m’appelle Jamal SOUAIDI , participant au cycle de


spécialisation en santé publique et en management de la santé à l’Ecole National de
Santé Publique de Rabat filière management hospitalier. Dans le cadre de la
préparation de mon mémoire de fin d’études, dont l’objectif est d’explorer la place de
la sécurité du patient dans le processus d’achat des équipements biomédicaux « étude
du cas de l’hôpital Mokhtar Soussi de Taroudannt », nous avons préparé ce guide
d’entretien.
Eclaircissement sur le déroulement de l’entrevue : L'entrevue devrait prendre
environ 20 à 25 minutes et sera enregistrée après votre permission pour s'assurer que
tous les points clés sont documentés avec précision. Toute information
d'identification (par exemple les noms d'autres personnes) que vous utilisez dans le
cadre de notre discussion sera retirée des transcriptions d'entrevue. L’entrevue
intéressera les thèmes suivants : facteurs organisationnels, politiques et
psychologiques qui sont en relation avec la prise en compte de la sécurité du patient
dans le processus d’achat des équipements biomédicaux.
Nous sollicitons votre collaboration pour répondre à nos questions. Nous vous

Thème 1 : Facteurs organisationnels


 Pouvez-vous nous décrire les actions de surveillance réalisée par le
CNRP pour assurer la sécurité du patient et du personnel soignant contre
les effets de radiation des appareils de radiologie dans les hôpitaux.
 Est-ce que votre centre assure le recueil des incidents relatifs aux
radiations issues de l’utilisation des appareils radiologiques ?
 Si oui, quels sont les incidents décrits et avec quels types d’équipements
de radiologies?
Thème 2 : Facteurs politiques
 Existe-t-il un texte de loi qui impose la notification des incidents liés à
l’utilisation des équipements de radiologie.
 Est-ce que le circuit de notification des incidents et accidents liés à
l’utilisation des équipements de radiologie a été transmis à tous les
établissements de santé ?
 Décrivez le circuit de notification ?
 Assurez-vous un feed back à toute notification parvenant au centre et en
particulier en cas d’incident grave ?
 Avez-vous assuré une formation concernant la radioprotection au profit
des utilisateurs des équipements de radiologie?
 Selon vous, quels sont les mesures nécessaires à adopter pour préserver
la sécurité du patient en particulier concernant les risques d’émanations
de produits radioactifs dans le processus d’achat des équipements de
radiologie ?
Thème 3 : Facteurs psychologiques
 Quel est votre degré d’imprégnation en matière de culture de sécurité du
patient ? (bon, moyen, absent)
 Quel serait votre attitude si vous apprenez qu’un équipement de
radiologie acheté par un service déconcentré, dont aucune notification
n’a été envoyée à votre centre, s’avère défaillant après son utilisation ?

.
Annexe 10 : Autorisations administratives de collecte des données
Annexe 11 : CURRICULUM VITAE du chercheur

Formations

2017/2019 : Participant à l’Ecole Nationale de Santé Publique au cycle de spécialisation en


santé publique et en Management de la santé : Filière Management hospitalier à Rabat.

2002/2007: L’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs, Génie Electrique à Rabat

1999/2002: Classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs, MP, centre de CASA.

1999 : Bac série sciences mathématiques B, Lycée JABER BEN HAYAN CASA.

Expériences professionnelles

Octobre 2010 Jusqu’au Septembre 2017 : Occupant le poste de Responsable du Bureau


provincial d’ingénierie et de la maintenance hospitalière au sein de la délégation du ministère
de la sante à Taroudannt.

Mission : Assurer la maintenance interne et le suivi de la maintenance externe des


équipements biomédicaux et des installations techniques. Réalisation de l’inventaire des
équipements biomédicaux et Pilotage de la procédure d’acquisition de nouveaux équipements
dans les établissements de santé de la province.

Février jusqu’au Septembre 2010: Occupant le poste de Chargé d’Affaire au sein de la société
IMADRELEC à Casablanca.

Missions : Responsable des affaires d’installation électrique dans le cadre du Projet de


l’électrification rural.

Mai 2008 jusqu’au Octobre 2009 : Occupant le poste d’ingénieur de projets au sein de la
société MAGHREB STEEL à Casablanca.

Missions : Etude de la faisabilité, la gestion et le suivi des nouveaux projets de l’entreprise.

Responsable électrique de l’unité de production de la bobine laminée à chaud en cours


d’installation et mise en service dans la nouvelle usine de l’entreprise situé au Km17 de
Casablanca.
Janvier à avril 2008 : Occupant le poste d’ingénieur responsable produit au sein de la
Multinationale américaine DELPHI AUTOMOTIVES SYSTEMS à Tanger.

Mission : la gestion du projet du câblage arrière de la Clio III et la coordination entre les
différents départements de l’entreprise pour pouvoir produire un câblage répondant aux

exigences des clients.

Stages et formations professionnelles

Mars 2015 : Formation en maintenance préventive du scanner à Agadir dans le cadre de


l’AIEA « l’agence internationale d’énergie atomique ».

Décembre 2015 : Formation en Gamma caméra et le calibreur de dose à Accra, Ghana dans le
cadre de l’AIEA.

Mai 2016 : Formation en maintenance préventive des équipements de radiologie à Addis-


Abeba, Éthiopie dans le cadre de l’AIEA.

Mars, Avril, Mai 2007 : Projet de fin d’études au sein de l’OCP au pole chimie-direction Maroc
Phosphore à Safi.

Mission : étude de la configuration du réseau électrique du complexe Maroc-chimie après le


démarrage de la nouvelle centrale.

Juillet 2006 : stage au sein de l’OCP, pôle mine de Khouribga de Sidi Chennane.

Mission : Etude de la Dragline 195M3 circuits de commande et de régulation.


Août 2005 : Stage au sein de REDAL à Rabat
Mission : Description du réseau électrique et des postes de Transformation utilisées par
la REDAL.

Connaissances Informatiques

Langages de programmation : C, C++, Logiciels : GMAO praxis, INVIVO 10 divers : Bureautique.

Langues et Loisirs

Langues : Français : Courant, Arabe : langue maternelle. Anglais : bon niveau « titulaire du
certificat de fin du cycle avancé dans le centre américain de Casablanca».

Loisirs : Lecture, voyages, footing et travail associatif.

Vous aimerez peut-être aussi