Vous êtes sur la page 1sur 4

M.

J -Équations Différentielles- 2Bac PC- Année scolaire 2021-2022

0.1 Introduction
Définition 0.1.1. .
Une équation différentielle est une égalité mettant en relation une fonction et sa dérivée (ou ses dérivées
successives).
Résoudre une équation différentielle sur un intervalle I, consiste à trouver l’ensemble des fonctions
dérivables sur I qui vérifie l’égalité pour tout x ∈ I.
Remarque 0.1.1. .
L’ordre d’une équation différentielle est celui de la dérivée d’ordre le plus élevé apparaissant dans
l’équation.
Exemple 0.1.1. .
1) y0 = 2y est une équation différentielle d’ordre 1.
2) y” + 2y0 − y = 0 est une équation différentielle d’ordre 2.
3) y(4) + 3y” − y0 = y + 2x est une équation différentielle d’ordre 4.
Exemple 0.1.2. .
a) y0 = 0 est une équation différentielle, la fonction y définie sur R par : y( x) = 1 est une solution
particulière de l’équation différentielle, l’ensemble des fonctions constantes sur R est la solution générale
de l’équation différentielle y0 = 0.
b) y0 = x2 − 1 est une équation différentielle d’ordre 1, les solutions de cette équation sont les primitives
de la fonction x 7−→ x2 − 1 sur R, c’est à dire que la solution générale est l’ensemble des fonctions y
1
définies sur R par : y( x) = x3 − x + k où k est une constante réelle arbitraire.
3

0.2 Résolution de l’équation différentielle y0 = ay + b


0.2.1 Cas de l’équation : ( E1 ) : y0 = ay
• Si a = 0, alors y0 = 0, donc la solution générale est l’ensemble des fonctions constantes sur R.
• Si a 6= 0,alors ∀λ ∈ R, la fonction y définie sur R par y( x) = λe ax est dérivable sur R et vérifie
y0 ( x) = λae ax = ay( x), pour tout x ∈ R.
Réciproquement montrons que toute solution z de l’équation ( E1 ) est telle que z( x) = λe ax ∀ x ∈ R.
− ax
Soit z une solution de ( E1 ) et h la fonction définie sur R par : h( x) = z( x)e , la fonction h est
dérivable sur R et h0 ( x) = z0 ( x)e−ax − az( x)e−ax .
La fonction z étant solution de l’équation ( E1 ) par hypothèse, on en déduit que
h0 ( x) = ( z0 ( x) − az( x))e−ax = 0 ce qui implique que h est constante sur R c’est à dire qu’il existe λ ∈ R
tel que h( x) = z( x)e−ax = λ ⇐⇒ z( x) = λe ax Donc ∀ x ∈ R : y( x) = λe ax où λ est un nombre réel
arbitraire.
On remarque que le cas a = 0 est dans le cas générale.
Proposition 0.2.1. .
L’équation différentielle y0 = ay admet une infinité de solutions qui sont les fonctions définies sur R par :
x 7−→ λe ax où λ est un nombre arbitraire.
Conséquences 1. .
L’unique solution de l’équation différentielle y0 = ay qui vérifie la condition y( x0 ) = y0 est la fonction :
x 7−→ y0 e a(x−x0 ) . La condition y( x0 ) = y0 s’appelle la condition initiale.
Exemple 0.2.1. .
1) Résoudre l’équation différentielle : y0 = 2y, les solutions sont les fonctions définies sur R par
x 7−→ λe2x où λ est un nombre réel arbitraire.
1
2) Résoudre l’équation différentielle y0 = y et y(1) = 2, donc la solution est la fonction définie sur R
3
1
par : x 7−→ 2e 3 (x−1) .
0.3 Résolution de l’équation différentielle y0 = ay + b
Si a = 0, alors l’équation devient y0 = b, d’où les solutions sont les fonctions f définies par :
f ( x) = bx + c.
0 0
 b b
Si a 6= 0, alors : y = ay + b ⇐⇒ y = a y + , on pose z = y + , d’où z0 = y0 , et
a a
y0 = ay + b ⇐⇒ z0 = az ⇐⇒ z( x) = λe ax telque λ ∈ R.
b b
Par conséquent on obtient : y( x) + = λe ax ⇐⇒ y( x) = λe ax − , avec λ ∈ R.
a a
Proposition 0.3.1. .
Soient a et b deux nombres réels tels que a 6= 0.
L’équation différentielle y0 = ay + b admet une infinité de fonctions solution définies sur R et qui sont
b
toutes du type f ( x) = λe ax − , où λ ∈ R.
a
Conséquences 2. .
Il existe une seule solution de l’équation différentielle y0 = ay + b qui vérifie la condition y( x0 ) = y0 et
b b
qui est définie par : f ( x) = ( y0 + )e a(x−x0 ) − .
a a
La condition y( x0 ) = y0 s’appelle la condition initiale.
Exemple 0.3.1. .
- Résoudre l’équation différentielle y0 = −3y + 2.

0.3.1 Résolution de l’équation différentielle : y” + ay0 + by = 0


Définition 0.3.1. .
L’équation différentielle y” + ay0 + by = 0 où ( a, b) ∈ R2 s’appelle une équation différentielle linéaire du
deuxième ordre à coefficients constants.

Les cas particuliers


• Si a = b = 0, alors
y” + ay0 + by = 0 ⇐⇒ y” = 0 ⇐⇒ ∃k ∈ R/ y0 ( x) = k ⇐⇒ ∃(k, k0 ) ∈ R2 / y( x) = kx + k0 .
Donc la solution générale de l’équation : y” = 0 est l’ensemble des fonctions définies sur R par :
f ( x) = kx + k0 où (k, k0 ) ∈ R2 .
• Si b = 0, alors l’équation devient : y” + ay0 = 0 c’est à dire que : ( y0 )0 + ay0 = 0 d’où y0 est solution
de l’équation : z0 + az = 0, par suite y0 ( x) = λe−ax avec λ ∈ R.
Donc la solution générale de l’équation y” + ay0 = 0 est les fonctions primitives de la fonction
1
x 7−→ λe−ax c’est à dire les fonctions définies sur R par : x 7−→ −λ e−ax + µ où (λ, µ ) ∈ R2 .
a

0.4 Résolution de l’équation différentielle : ( E) : y” + ay0 + by = 0,


avec ( a, b) 6= (0, 0)
a) Rappel
Soient f et g deux fonctions définies sur un même intervalle I.
Les fonctions f et g sont dites proportionnelles si et seulement s’il existe k ∈ R tel que :
∀ x ∈ I : g ( x ) = k f ( x ).
b) Soient y1 et y2 deux solutions de l’équation ( E) et soit (α, β) ∈ R2 , montrer que αy1 + βy2 est aussi
solution de ( E).
Proposition 0.4.1. .
Si y1 et y2 sont deux solutions de ( E) : y” + ay0 + by = 0, alors αy1 + βy2 est une solution de
( E) ∀(α, β) ∈ R2 .
Proposition 0.4.2. .
Toute solution de l’équation différentielle ( E) : y” + ay0 + by = 0 est une combinaison linéaire de deux
solutions non propotionnelles de l’équation ( E).
Remarque 0.4.1. .
Pour trouver la solution générale de l’équation ( E), il suffit de trouver deux soltions de ( E) non
proportionnelles.

d)Résolution de l’équation : ( E) : y” + ay0 + by = 0 avec ( a, b) ∈ R2 .


Cherchons des solutions du type y( x) = erx où r ∈ R.
y est une solution de ( E) ⇐⇒ r2 e x + are x + be x = 0 ⇐⇒ r2 + ar + b = 0, donc si r est une solution de
l’équation r2 + ar + b = 0, alors la fonction x 7−→ erx est une solution de l’équation différentielle ( E).

Définition 0.4.1. .
L’équation : r2 + ar + b = 0 s’appelle l’équation caractéristique de l’équation différentielle :
( a, b) ∈ R2 : y” + ay0 + by = 0.
Le discriminant de l’équation caractéristique est a2 − 4b.

1er Cas :
Si a2 − 4b > 0, alors l’équation r2 + ar + b = 0 dmet deux solutions distinctes r1 et r2 , donc les
fonctions : x 7−→ er1 x et x 7−→ er2 x sont des solutions particulières de l’équation différentielle ( E).
On remarque que ces deux solutions ne sont pas proportionnelles, donc la solution générale de l’équation
( E) est les fonctions définies sur R par : x 7−→ αer1 x + βer2 x où α et β sont des nombres réels arbitraires.
2ème Cas :
Si a2 − 4b = 0, alors l’équation r2 + ar + b = 0 admet une solution double r.
Donc la fonction x 7−→ erx est une solution particulière de ( E) et montrons que la fonction x 7−→ xerx est
aussi une solution de ( E).
xerx
Les deux solutions x 7−→ erx et x 7−→ xerx ne sont pas propotionnelles en effet x 7−→ rx n’est pas
e
constante.
D’où la solution générale de ( E) est les fonctions définies sur R par : x 7−→ (α + βx)erx , où α et β sont
des nombres réels arbitraires.
3ème Cas :
Si a2 − 4b < 0, alors l’équation r2 + ar + b = 0 admet deux solutions conjuguées r1 = p + iq et
r2 = p − iq, (q 6= 0).
er1 x = e px (cos(qx) + i sin(qx)) = e px cos(qx) + ie px sin(qx).
- Montrer que les deux fonctions x 7−→ e px cos(qx) et x 7−→ e px sin(qx) sont des solutions de ( E).
Et comme les fonctions x 7−→ e px cos(qx) et x 7−→ e px sin(qx) ne sont pas proportionnelles, alors la
solution générale de l’équation ( E) est les fonctions définies sur R par :
x 7−→ e px (α cos(qx) + β sin(qx)), où α et β sont des nombres arbitraires.

Proposition 0.4.3. .
Soit ( E) : y” + ay0 + by = 0 où ( a, b) ∈ R2 une équation différentielle, et soit r2 + ar + b = 0 son
équation caractéristique.
• Si : a2 − 4b = 0, alors l’équation caractéristique admet deux solutions distinctes r1 et r2 et la solution
générale de l’équation différentielle ( E) est les foctions définies sur R par : x 7−→ αer1 x + βer2 x où α et β
sont des nombres réels arbitraires.
• Si : a2 − 4b = 0, alors l’équation r2 + ar + b = 0 admet une solution double r et la solution générale de
l’équation différentielle ( E) est les foctions définies sur R par : x 7−→ (α + βx)erx où α et β sont des
nombres arbitraires.
• Si : a2 − 4b < 0, alors l’équation r2 + ar + b = 0 admet deux solutions conjuguées r1 = p + iq et
r2 = p − iq (q 6= 0).
Et la solution générale de l’équation différentielle ( E) est les foctions définies sur R par :
x 7−→ e px (α cos(qx) + β sin(qx)), où α et β sont des nombres arbitraires.

Remarque 0.4.2. .
1) Il existe une seule solution de l’équation différentielle ( E) qui vérifie les conditions y( x0 ) = y0 et
y0 ( x0 ) = y1 .
Les conditions y( x0 ) = y0 et y0 ( x0 ) = y1 sont appellées les conditions initiales.
p  α β 
2) Ona : α cos(qx) + β sin(qx) = α 2 + β2 2 cos ( qx ) + sin ( qx ) =
p αp + β2 α 2 + β2
α 2 + β2 (cos(ϕ) cos(qx) + sin(ϕ) sin(qx)) = α 2 + β2 cos(qx − ϕ). On en déduit que si a2 − 4b < 0,
alors lapsolution générale de l’équation ( E) est les fontions définies sur R par :
x 7−→ α 2 + β2 e px cos(qx − ϕ) où α, β et ϕ sont des nombres arbitraires.

Exercice 1. .
5
1) Résoudre l’équation différentielle y” + 2y0 − y = 0, et déterminer la solution unique y1 qui vérifie
4
y1 (0) = 1 et y01 (0) = −1.
2) Résoudre l’équation : y” + 4y0 + 4y = 0.
3) Résoudre l’équation : y” + 2y0 + 5y = 0.
Cas particuliers
• Si a > 0, alors les√solutions de √ l’équation différentielle y” + ay = 0 sont les fonctions définies sur R
par : x 7−→ α cos( ax) + β sin( ax) où α et β sont des nombres arbitraires.
• Si a < √0, alors les solutions
√ de l’équation différentielle y”+ay=0 sont les fonctions définies sur R par :
x 7−→ αe −ax + βe− −ax où α et β sont des nombres arbitraires.

Exercice 2. .
Résoudre les deux équations y” + 2y = 0 et y” − 4y = 0.

Exercice 3. .
Un mobile se déplace sur un axe horizontal ( xx0 ) avec un mouvement uniformément varié. On désigne
par x(t) la position du mobile à l’instant t, x0 (t) sa vitesse et x”(t) son accélération (t est exprimé en
secondes et x(t) en mètres).
On suppose de plus qu’à tout instant t, l’accélération x”(t) est proportionnelle à x(t) avec un coefficient
π2
égale à − .
4
1
1) Donner l’équation horaire du mouvement si l’on sait que x(1) = 2 et x0 (2) = .
2
2) Déterminer la position et la vitesse du mobile à l’instant t = 0.
3) Représenter t 7−→ x(t).

Vous aimerez peut-être aussi