Vous êtes sur la page 1sur 7

I- INTRODUCTION 

:
Ce rapport est le résultat d’un stage effectué au sein de cité Chevrier commune d’Arzew
wilaya d’Oran, dans ses pages je présenterai tout ce que j’ai appris soit pratiquement ou
théoriquement au cours de ce stage, surtout leur déroulement.
Il s’agit d’un petit résumé, qui comporte des informations qui concernant l’opération de
complètement à moyenne échelle, le matériel qu’on a utilisé et son mode opératoire, les détails
des manipulations faite et enfin les résultats obtenus.
Le complètement a pour le but d’ajouter dans le cas d’existences des nouveaux détails
supprimer dans le cas d’existences des détails sont été enlevées et contrôler des détails en faisant
comparaison entre la réalité de leurs existences sur le terrain et leurs configurations sur l’ancien
plan ou la minute.
Le complètement a pour objet de rattacher, au moyen de courts mesurages les limites de
propriété apparentes aux détails voisins nets et précis figurant sur la restitution photogrammétrie
ces détails pouvant être des panneaux implantes lors de la signalisation, il consiste également à
mesurer les bords de toits et à choisir les détails topographique qui seront représentés au plan, et
de Contrôler le levé fait par voie de la photogrammétrie soit par ajouter ou supprimer des
détails, l’opération peut être réalisée par un appareil de levé.
Les travaux de complètement dans ce stage sont effectués par un goniographe qui est une
appareil qui était utilisé par les topographes pour effectuer des levés topographiques cet outil
couramment appelé planchette, fait assez rare du fait de l’apparition de nouveaux matériels
électroniques(tachéomètre, théodolite ) mais il reste d’un grand intérêt pédagogique, il est
composé d’une planche en bois (dite planchette) et d’une instrument de visée : alidade à pinnules
il était utilisé pour mesurer les angles dans les opérations de levés de terrain, le plan était
dessiné lors du levé , à la main , sur une feuille de papier posée sur la planchette.
II- LEVER A PLANCHETTE :
La levée à la planchette est une procède topographique consiste à établir la levée directe sur
un support appelée minute à une échelle donnée.
Malgré les différents procédés de levées, la planchette reste un outil très utilisé au service du
cadastre. Elle est employée pour des travaux de complètement ou des travaux isolés. Le service
du cadastre l’utilise aussi pour des levés spéciaux (Lotissement, etc.…) et surtout pour des levés
irréguliers (là où il y a trop de détails) à cause de sa simplicité et de sa rapidité.
III- BUT DU STAGE :
 Un complètement du plan graphique de la commune d’Arzew dans la région de « cité
chevrier » à une échelle donnée (1/5000), imposé des procèdes et méthodes de lever à la
planchette l’opération consiste á lever un certain nombre de détails sur le terrain par la méthode
de rayonnement
 Dans ce stage on peut améliorer notre capacité de perfectionné l’utilisation des instruments.
IV- MATERIELS UTILISES :
IV*-1. Alidade : toute règle munie d’un dispositif servant à viser et à tracer des directions en la
plaçant sur la planchette d’un goniographe, il y a une alidade nivelatrice ou à lunette éclimètre
alidade homérique.
L’alidade nivelatrice sert à tracer des directions sur la planchette préalablement orientée et à
mesurer des pentes. Elle est donc à la fois une alidade et un clisimètre.
L’alidade comporte :

Bouton de mise au point

Vis de rappel de la nivelle L’objectif


r
Oculaire vis de fin
basculement de la
lunette
Vis de rappel de la nivelle
Nivelle
circulaire
Bouton d’orientation
d’orientation

La règle (échelle de report


Piquoir
échangeable)
Alidade RK1

IV-2. Planchette : planche en bois à dessin monter sur le trépied, comportant la minute, la
planchette est une des éléments constitutifs du goniographe.
IV-3. Trépied : Le trépied a pour rôle de supporter les instruments (goniographe niveau et
tachéomètre), Il est formé de trois pieds réglables en hauteur.
IV- 4. La Mire graduée : La mire est une règle graduée en cm, le point 0 est situé à la base de
la mire, La lecture sur la mire s’effectue de haut en bas, Elle possède une bulle de niveau qui
permet au manipulateur de la maintenir dans une position verticale durant la lecture après
réglage de l’horizontalité

V- LES ELEMENTS ESSENTIELS DU GROUPE :


V- 1. Opérateur : Il fait les observations, c’est lui le chef d’équipe (changer chaque 3
observation dans ce stage)
V- 2. Croquiseur : Il fait le croquis et écrit les mesures des distances.
V- 3. Chaineur : fait garantie l’égalité des distances.
V- 3. Porteur de mire : Contrôle la stabilité des mires.
VI- MISE EN STATION DE LA PALNCHETTE :
La mise en station de l'appareil nécessite la mise en place d'un repère fixe alias : « point dur »
matérialisé au sol.
La procédure à suivre se déroule comme suit :
 Placé le trépied sur le point désigné.
 Fixé la planchette sur l’embase et placé la sur le trépied.
 Posée l’appareil (Goniographe) au milieu de la planchette.
 Réglé la nivelle sphérique et cylindrique à l’aide des vis calantes de l’appareil et de l’embase
(La bulle est réglée si sa position reste invariante sur le centre de la nivelle).
On dit que la planchette est mise en station lorsqu’elle a subi les opérations suivantes :
- Centrage.
- Horizontalité.
- Orientation.

.
VII- METHODE DU TARVAIL DANS LE LEVEE A LA PLANCHETTE :
L’opération consiste á lever un certain nombre de détails sur le terrain par la méthode de
rayonnement.
Avant de sortir sur terrain, en prépare la minute :
 On fait le cadre la feuille.
 On fait le carroyage.
 On pique les points connus en coordonnées.
 Après on fixe la minute sur la planchette.
On dit que la planchette en station est orientée, lorsque les 2 figures de l’espace constituée par
les points et direction déjà portés sur la planchette d’une part, par les A
projections horizontales, sur le plan de la planchette, des points B
homologues du terrain d’autre part, ont été rendues homothétiques.
Le centre d’homothétie est le point de station : le rapport d’homothétie
est l’échelle de levé.
a b
L’orientation de la planchette peut être faite soit en mode C
goniométrique et en mode décliné. s c
- Soit à construire la projection d’un angle ^ ASB, on met la planchette
en station, au-dessus du sommet S, et on la rend horizontale on fait
pivoter le biseau de l’alidade autour de S, jusqu’à bissecter le point
A, puis on trace la visée correspondante. On fait de même pour B, on
obtient ainsi les traces sa et sb intersections du plan de la planchette
avec les plans verticaux passant par SA et SB, l’angle est l’angle
^
asb
s

cherché.
- On mesure les distances sa, sb, sc à l’aide d’une chaine ou avec l’alidade et la mire, la visée est
matérialisée par un réticule deux traits horizontaux, appelé fil supérieur et fil inférieur permet
d’interpoler une valeur sur la mire graduée. La précision de ce dispositif dépend du
grossissement de la lunette et de la distance entre l alidade et la mire :
distance horizontale(m) = (L sup – L inf) * 100)
- On pique le point sur la planchette par le piquoir et la règle d’échelle.
- On détermine planimétriquement les points d’un levé en les rattachant à un certain nombre
de points connus déjà mis en place sur la planchette.
Ce rattachement peut se faire :
 Par des mesures de distances seules.
 Par des mesures angulaires seules (intersection, relèvement recoupement)
 Par des mesures combinées d’angles et de distance (résection).

4
IX - UN RESUME SUR LA DEMARCHE DU STAGE :
Premier jour du stage : nous avons préparé la minute et fixé sur la planchette et nous avons
commencé le travail soir à 13 h après une reconnaissance générale de terrain et par un groupe
formé de 6 éléments, On a perdu un peu de temps dans la première observation pour le réglage
de la goniographe et c’est normal pour la première fois pour bien utiliser dans le reste de travail
pour maitriser l’utilisation de l’appareil par toute l’équipe, on a débuté le travail du station 1 en
face (CTS) dans les meilleures conditions et on a fini le lever des détails autour de cette point et
on marche pour travailler sur la station suivant.
Deuxième et troisième jour du stage : nous avons continuées à travailler comme d’habitude
station par station, le travail marche dans les meilleures conditions, on a bien avancé et il nous
reste peu de travail.
Quatrième jour de stage : on a continué à finir le reste du travail.

X-CONCLUSION :
Pendant ce stage nous avons essayé d’assurer la précision désirée mais nous avons rencontré
plusieurs obstacles tels que l’ancienneté des instruments et pour réaliser le complètement à
moyenne échelle, il faut avoir un bon matériel sinon on ne peut pas parler de la précision, ça que
nous avons découverts pendent la période du stage et il ne faut pas oublier la volonté de travaille
et que la pratique ce n'est pas la même chose que la théorie .
On peut dire d’une manière générale que le stage c’est bien déroulé, nous avons de la chance
de voir une idée générale et une expérience sur notre travail dans l’avenir.
Nous remercions monsieur MR YELLES pour m‘avoir encadrer pendant la durée de ce
stage.

J’espère que ce travail soit à la hauteur de vos exigence

5
SOMMAIRE

I- INTRODUCTION
II- LEVER A LA PLANCHETTE
III- BUT DU STAGE
IV - MATERIELS UTILISES
V- LES ELEMENTS ESSENTIELS DU GROUPE
VI – LA MISE EN STATION DE LA PLANCHETTE
VI- METHODE DU TRAVAIL DANS LE LEVEE A PLANCHETTE
VIII- LES ERREURS EVENTUELLES
IX- UN RESUME SUR LA DEMARCHE DU STAGE
X-CONCLUSION

Vous aimerez peut-être aussi