Chapitre 02 : Les risques naturels dans Le milieu urbain -cas des inondations

-

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

 Chapitre (02) : Les risques naturels dans le milieu urbain -cas des inondations-

 Introduction :

Les sociétés sont plus aux moins aux risques selon leurs niveaux de développements, les catastrophes issues des risques majeurs sont autant plus graves qu’elles touchent des zones densément peuplées, ou les moyens de prévisions, de préventions et de secours manquent.

Evénement récurent partout dans le monde, les inondations constituent le risque majeur le plus rependu sur le globe. Tantôts bénéfiques, tantôt dévastateurs, elles font parties de la partie du cycle saisonnier. Ainsi, pour conquérir plus de territoire. L’homme a depuis longtemps composé avec la nature, soit en vivant simplement a ces cotés, soit en tendant de la domestiquer. Les inondations ont fait beaucoup de ravage dans le monde et surtout sur le milieu urbain, suite a ce dernier on a essayé de voir les conséquences d’inondations dans les zones urbaines.

21

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

• Inondation :
1) - Définition :
Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d'un cours d'eau qui submerge les terrains voisins. Il doit évidemment être étendu aux débordements des ouvrages artificiels tels que les réseaux d'assainissement. Directement liées aux phénomènes météorologiques, les inondations présentent les mêmes typologies. Elles peuvent être lentes comme les crues du Rhône en 2003 et faire suite à une longue période de pluie. Elles peuvent être torrentielles comme à Nîmes en 1988 ou Vaison-la-Romaine en 1992 ; elles s'accompagnent alors souvent de coulées de boues. Puisqu'il y a inadéquation entre la quantité d'eau à évacuer et les capacités Figure N° (15) : Inondation à Haïti. hydrauliques, la prévention des inondations doit s'intéresser à plusieurs aspects : -Rétablissement ou amélioration des capacités d'écoulement (entretien des berges, élimination des embâcles, curage...), Limitation de l'imperméabilisation des sols en milieu urbain (infiltration des eaux de toitures, espaces verts) ou rural (pratiques culturales) et gestion du ruissellement (haies). Dans certains cas, l'inondation met en jeu des mécanismes hydrologiques plus complexes, comme les crues de la Somme en 2001 dues pour l'essentiel à une remontée de la nappe phréatique. Celle-ci aurait contribué jusqu'à 80% du débit du fleuve.

Figure N° (16) : Inondation à Alicante, Espagne

Mais on ne doit pas oublier que la pluie est un phénomène aléatoire et qu'il en surviendra toujours une plus importante que ce qui a été prévu dans les calculs. Les documents d'urbanisme, PLU ou SCOT doivent donc intégrer cette contrainte et réglementer le droit à construire. En cas d'aléa important, le risque de dommage aux biens et aux personnes doit être pris en compte par un plan de prévention des risques d'inondation (PPRI). -Diverses démarches sont en cours. Ainsi, en région parisienne, on a évalué les conséquences d'une crue centennale. En dépit des travaux hydrauliques effectués en amont, sur la Seine et ses affluents, ses conséquences seraient aussi catastrophiques qu'en 1910. Les précipitations importantes du début de l'année 2002, conjuguées au niveau encore élevé des nappes phréatiques, ont conduit les spécialistes à lancer une alerte au début de l'année 2002.

22

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

Elle a permis une prise de conscience de la fragilité de certains équipements souterrains (métro et trains, transformateurs électriques, etc.) ainsi que de nombreuses entreprises ou administrations. Des plans d'intervention ont été élaborés (obturation de certaines galeries de métro par exemple) et des archives ont été mises à l'abri (les réserves de plusieurs musées se trouvent en sous-sol). Les inondations font souvent beaucoup de victimes et de dégât matériels. Elles sont aussi responsables de 40 % des accidents mortels dus aux catastrophes naturelles à travers le monde. Mais, dans certaines régions du globe, les inondations font partie du cycle naturel des saisons. Pendant des centaines d’années les crues du Nil ont fait prospérer la civilisation égyptienne. De nos jours, de nombreuses zones tropicales sont tributaires des crues annuelles, qui fertilisent les cultures et reconstituent les réserves d’eau pour la saison sèche. Les inondations résultent d’un certain nombre de conditions météorologiques.

2)- Les types des inondations :
Il existe trois principaux types d'inondations : 2.1) - Par débordement direct d’une rivière qui touche des vallées entières : Par débordement direct : Une inondation peut avoir lieu quand une rivière déborde donc Le cours d'eau sort de son lit mineur pour occuper son lit majeur alors il envahit des vallées entières.

Figure N° (17) : Par débordement direct d’une rivière qui touche des vallées entières

2.2) -Par accumulation d’eau ruisselée : Par accumulation d'eau ruisselée : Lorsqu'il y a une capacité insuffisante d'infiltration ou d'évacuation des sols ou du réseau de drainage lors de pluies anormales. Ces inondations peuvent se produire en zone urbanisée, en dehors du lit des cours d'eau proprement dit, quand font obstacle à l'écoulement normal des pluies intenses, l'imperméabilisation des sols et la conception de l'urbanisation et des réseaux d'assainissement (orages, en particulier de type cévenol).

Figure N° (18) : Par accumulation d’eau ruisselée

23

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

2.3) -Par remontée dans les reseaux d’assainissement dans des points bas localisés :

Par débordement indirecte : Les eaux remontent dans à travers les nappes alluviales, dans les réseaux d'assainissement dans des points bas localisés... par effet de siphon Mais une inondation peut se traduire par d'autre phénomène plus ou moins courant : - lors d'une tempête ou d'un cyclone ou d'un raz de marée il y a souvent une submersion des zones littorales ; - lors d'une destruction d'un ouvrage (barrages) ; - lors des crues soudaines
Figure N° (19) : remontée dans les réseaux d’assainissement dans des points bas localisés

Figure N° (20) : Ruisseau en Crue le 10/04/1996

Figure N° (21) : En Saskatchewan, le ruisseau Indianhead à sec, le17/07/1996

3) -Les causes :
Plusieurs facteurs interviennent en Europe : - Souvent les trois zones des cours d'eau (le lit mineur, le lit moyen et le lit majeur) sont transformées par l'activité humaine ou par les changements climatiques. Ainsi avec un sol plus propice au ruissellement il y a une diminution de la perméabilité de l'ensemble du bassin dû aux déboisements, aux incendies de forêts, aux multiplications de surfaces revêtues (routes, maisons,...) et rend alors les crues beaucoup plus brutales. - La répartition et l'intensité des précipitations dans le bassin versant (qui est le lieu où les rivières collectent l'eau d'un territoire plus ou moins grand) et la duré des précipitations. - En Europe à la fin du printemps et au début de l'été lors du redoux, des canicules ou du foehn la fusion brutale des neiges est fréquente et accentue le risque.

24

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

- Au printemps, la rupture des glaces des fleuves en haute montagne (Alpes, Pyrénées), ou dans les pays de hautes latitudes comme le Canada qui sont des barrages quand ils gèlent en hiver peut aussi provoquer des inondations. - Les orages violents d'été voir du printemps qui entraînent des pluies violentes. - En automne les précipitations orageuses, surtout sur la façade méditerranéenne ont des effets qui peuvent se faire sentir dans toute la moitié sud du pays. - Dans le nord et l'ouest de la France les pluies océaniques occasionnent des crues surtout en hiver et au printemps. - L'importance de l'absorption par le sol et l'infiltration dans le sous-sol qui alimente les nappes souterraines a des effets sur les inondations. Un sol saturé par des précipitations récentes n'absorbe plus, ce qui pourrait provoquer des inondations lors des autres précipitations.

4) -Les principales origines des crues dans d’autres pays sont :
- Les moussons en Inde, au Bengladesh et dans d'autres pays qui entraînent de fortes précipitations. - Les tempêtes ou cyclones suivis de fortes précipitations provoquent des crues subites, des glissements de terrain, des coulées de boue, et des inondations. Ils sont souvent suivis d'un phénomène appelé "marée de tempête".
Figure N° (22) : Inondation en Inde lors de la mousson

- Lors du phénomène El Niño ou La Niña il y a une augmentation des précipitations dans certains pays ce qui cause des inondations voir des moussons plus importantes.

Figure N° (23) : Inondation au Texas le 06/07/2002

25

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

5) -Liste :
-1861 : l'inondation de la mine de Bessèges dans le Gard, à la suite d'un débordement de la Cèze, fait 140 morts. -27 août 1883 : l'éruption du Krakatoa provoque un raz de marée qui par endroits culminait à 40 mètres de haut. Pour information, un bateau, la Berouw, ancré dans la baie de Sumatra au large de Telukbetung fut retrouvé à trois kilomètres des côtes à une altitude de 10 mètres. Le monde entier l'a ressenti, et sur les côtes de l'Atlantique Nord, on a pu observer une vague de 12 mètres.
Figure N° (24) : Rue dévastée de Phuket,

Thaïlande, suite aux conséquences du tsunami lié au tremblement de terre sous-marin

-janvier 1910 : Inondation de Paris, la crue de la Seine inonde 500 hectares de la capitale française. -17 février 1962 : de graves inondations de l'Elbe causent 300 morts à Hambourg en Allemagne. -20 octobre 1982 : La pantanada de Tous, à Valencia, Espagne, la Júcar a une crue de 16 000 m3/s. -Août 2004 : inondations de l'Elbe et du Danube . -Septembre 2004 : Haïti, 3 000 morts après le passage de l'ouragan Jeanne. Inondation du Yangtze en Chine : 50 000 écoles affectées (9 millions d'écoliers) -26 décembre 2004 : Malaisie, Thaïlande, Sri Lanka et Inde; 226 408 morts dans le raz-demarée associé au tremblement de terre de Sumatra (8,9 sur l'échelle de Richter) (voir tremblement de terre du 26 décembre 2004) -juillet 2005 : des inondations catastrophiques provoquées par la mousson font plus de 969 morts dans des éboulements et des glissements de terrain dans l'état du Maharashtra, à l'ouest de l'Inde. Bombay est paralysée par 944,2 mm d'eau tombés le 24 juillet 2005. -août 2005 : les inondations en Europe ont fait au moins 70 morts. -juillet 2006 : les inondations catastrophiques en Corée du Nord font plusieurs milliers de victimes2.

26

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

• Histoires relatives à des inondations en l'an 2000: Mexique, Ghana et Mozambique :
-Mexique: En juin 2000, de fortes pluies ont fait rompre le mur d'un égout à ciel ouvert au Mexique, ce qui a contraint 6000 personnes à quitter leur logement dans les zones à faibles revenus de la Vallée de Chalco. Malgré la mise à disposition d'abris d'urgence, de nombreux résidents ont campé sur le toit de leur maison pour les protéger. Les résidents ont fait porter la faute du déversement sur les autorités locales qui n'ont pas installé un système d’égouts sous conduites. -Au nord du Ghana, l'eau de boisson saine est devenue rare trois mois après plusieurs inondations graves. Les sources d'eau avaient été polluées par des tonnes de déchets humains et industriels non traités. On signalait que plus de 200 barrages, puits et forages dans la partie supérieure de la Région occidentale étaient pollués par des eaux d’égout et de l'huile de moteur usagée. De plus, les eaux d'inondation avaient submergé des décharges publiques du fait d'une élévation du niveau du fleuve. Les frais entraînés par l'inondation ont augmenté de façon spectaculaire du fait de la nécessité de reloger des personnes dans d'autres zones et de réhabiliter les barrages pollués dans les trois régions septentrionales. -Les inondations généralisées au Mozambique en février 2000 ont fait la une des journaux internationaux. En association avec le manque d'accès à un assainissement adéquat et à l'eau de boisson, près de 800 000 personnes a couru un plus grand risque de maladies infectieuses. La gestion du barrage a été critiquée, par exemple avec des accusations selon lesquelles l'eau n'aurait pas été relâchée à temps, mais il est possible que, compte tenu d'inondations tellement importantes, une meilleure gestion du barrage n'aurait eu que des effets marginaux. Les questions principales étaient de renforcer les systèmes de surveillance continue et d'alerte précoce, de contrôler les implantations dans les plaines inondées et de promouvoir des activités visant à limiter les pertes humaines et économiques tandis que de nouvelles inondations menacent pour 2001.

6) -Les effets des inondations sur la santé :
-Les premiers effets des inondations sur la santé comprennent le décès par noyade et les accidents tels que les chutes, l’électrocution et l'effet des glissements de terrain. Les gens perdent leur maison et souvent également leur source de nourriture et d'eau. Si le système d'alimentation en eau de boisson et d'assainissement est déjà insuffisant, l'inondation pose une menace majeure supplémentaire pour la santé. L'assainissement est un problème majeur dans toutes les zones inondées, comme les inondations récentes l'ont montré au Mexique, au Ghana et au Mozambique (Encadré 1).

27

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

-Les déchets industriels tels que l'huile de moteur, et les décharges publiques viennent s'ajouter aux risques pour la santé. Dans les pays tropicaux, les eaux d'inondation fournissent un terrain idéal pour la reproduction des moustiques et un risque accru de maladies telles que la dengue, le paludisme et la fièvre de la Vallée du Rift. Elles déplacent également les populations de rongeurs, ce qui peut provoquer des flambées humaines de leptospirose et d'infections a hanta virus. - Les effets combinés des égouts à ciel ouvert et des perspectives réduites en matière de bonne hygiène personnelle favorisent également la propagation des infections qui causent la diarrhée, telles que le choléra et les virus gastro-intestinaux. -Les inondations dans la Corne de l'Afrique en 1997, associées à ENSO, ont provoqué une recrudescence des décès dus au choléra du fait de l'association mortelle des dommages causés à l'assainissement et de la contamination de l'approvisionnement en eau (OMS, 1998). Pendant les inondations en Bolivie et au Pérou au milieu des années 80, des augmentations des maladies diarrhéiques et des infections respiratoires aiguës ont été enregistrées (OMS, 1999). - Les fortes pluies prolongées causent moins de décès que les inondations, mais le risque d'infection est tout aussi élevé dans les zones où l'assainissement est mauvais: le choléra a connu une forte augmentation après les fortes pluies en Tanzanie, au Kenya, en GuinéeBissau, au Tchad et en Somalie en 1997 (OMS 1998). Comme les exemples de l'encadré 1 le montrent, les inondations affectent la santé indirectement par les dommages généralisés qu'elles causent à l'infrastructure d'une communauté: ses routes, bâtiments, équipements, ses systèmes de drainage, d’égout et d'alimentation en eau. Par exemple, pendant les inondations au Pérou en 1997/98, près d'un tiers des installations de santé ont été endommagées: en Equateur pendant la même période, 2% des hôpitaux ont été mis hors service par l'action combinée des inondations, de la boue, des dommages causés aux systèmes d’égouts et de la contamination des réserves d'eau de boisson. La détresse morale associée aux inondations peut persister longtemps après que les inondations se soient résorbées, parce que les gens ont perdu leur maison, leurs moyens d'existence et leur confiance. Les graves inondations en Chine en 1998 ont fait plus de 5500 victimes et laissé au minimum 21 millions de personnes sans foyer (Kriner, 1999).

6.1) - Inondations après des tempêtes :
Des tempêtes et ouragans graves peuvent causer des problèmes de santé liés à l'eau du fait de fortes précipitations ainsi que de la perturbation des infrastructures d'approvisionnement en eau et en assainissement. L'ouragan Mitch en 1998 était l'une des catastrophes naturelles les plus récentes, dont on estime qu'elle a tué davantage de personnes que tout ouragan dans l'Atlantique au cours des 200 dernières années (NCDC, 1999).

28

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

Plus de 3 millions de personnes ont été laissées sans foyer et au minimum 11 000 personnes sont décédées, des milliers d'autres étant portées disparues. La tempête a débuté à la fin du mois d'octobre, produisant des précipitations énormes alors qu'elle se déplaçait vers l'ouest, causée en partie par les montagnes d'Amérique centrale. Les inondations et les coulées de boue ont détruit l'infrastructure du Honduras et ont dévasté le Nicaragua, le Guatemala, Belize et El Salvador en partie. Outre la perte de logements, environ 4,5 millions de personnes au Honduras (75% de la population) ont été laissés sans accès à de l'eau de boisson propre: environ 1500 canalisations d'eau en zones rurales ont été détruites. D'autres pénuries critiques également dans le domaine médical et dans les réserves de vivres se sont ajoutées à la catastrophe. La fièvre et les maladies respiratoires se sont répandues et, dans les mois qui ont suivi, des augmentations du paludisme, de la dengue et du choléra ont été observées. (NCDC 1999).

29

Partie(01)

Chapitre(02) : Les risques naturels dans le milieu urbain - cas des inondations -

 Conclusion :

Parmi les risques naturels majeurs auxquels les milieux urbains doivent faire face, les inondations sont certainement les plus fréquentes et les plus dévastatrices sur les plans humain et matériel. Depuis l’aube de temps, les populations ont vécu le long des lacs et des cours d’eau. Outre l’impérieuse et évidente nécessité de s’assurer une source d’eau potable, elles trouvaient dans les cours d’eaux une source de nourriture, un moyen de transport et la puissance mécanique nécessaire. Ces populations ont continué d’habiter les plaines inondables pour différentes raisons. Les rives des rivières et les plaines environnantes sont des endroits plaisants pour y construire des maisons, la construction sur un terrain plat est moins coûteuse, et les services y sont plus faciles à s’installer. Une fois de plus, le caractère illusoire d’une protection absolue contre les inondations. Il est néanmoins tout à fait possible d’en minimiser le risque et ses conséquences.

30