Vous êtes sur la page 1sur 69

OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR

Société CARRIERES CHADLI Sarl

PRÉAMBULE

Tout projet de développement ou d’aménagement doit prendre en compte les objectifs de

sauvegarde des ressources naturelles, de protection et de valorisation de l’environnement tout en

encourageant l’investissement, examiner les incidences des activités entreprises et en rendre compte

auprès du public.

C’est dans ce cadre que le Gouvernement a promulgué la loi n° 12-03 relative aux études

d’impact sur l’environnement, et a veillé à ce que son application soit, non seulement un acte

administratif, mais surtout une approche pragmatique visant un développement durable.

Ayant pris conscience de ses responsabilités individuelles et sociales, de l’importance accordée à

la protection de l’environnement, de la nécessité d’être inscrite dans la démarche du développement

durable, et aussi des obligations juridiques auxquelles elle doit se soumettre, la société

CARRIERES CHADLI Sarl a confié au bureau d’études ‘Manitrap’’ la réalisation de l’étude

d’impact environnemental du projet d’ouverture d’une carrière sur oued LAHDAR à la

commune de BNI LENT - province de Taza, région de Fès-Meknès , en vue d’obtenir

l’acceptabilité environnementale auprès de la commission régionale unifiée d’investissement

instituée à cet effet.

Page 1
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

FICHE DESCRIPTIVE DU PROJET

Intitulé du projet Ouverture d’une carrière sur oued LAHDAR.


Montant d’investissement 7.000.000,00 Dhs
Société CARRIERES CHADLI Sarl-
Pétitionnaire et numéro de téléphone
06.61.88.28.05
Oued LAHDAR, commune de BNI LENT,
Situation géographique du site province de Taza, région de Fès-Meknès.

Site d’extraction :
Parcelle 1 : X=616 400 ; Y=414 600
Coordonnées Lambert moyennes Parcelle 2 : X=615 600 ; Y=414 400
Site de concasseur : X=619 058 Y=413 284
Accès au site Piste menant à la RP5413.
Assainissement liquide Toilettes chimiques.
Collecte des déchets dans un conteneur poubelle et
Assainissement solide acheminement vers un lieu approprié et autorisé par
Infrastructure la commune.
- Site de concassage : Citerne de 1000l remplie en
eau transportée par un camion-citerne à partir du
AEP
centre de la commune
- Site d’extraction : Bouteilles d’eau
Le site d’extraction appartient au domaine
hydraulique public géré par l’Agence du Bassin de
Sebou.
Le site de concassage est une propriété privée
Statut foncier du terrain faisant objet d’un contrat de bail, il est déjà
aménagé et équipé. La zone se trouve à 3km du site
d’extraction, destinée pour le traitement des
matériaux d’une carrière autorisée appartenant à la
même société.
Superficie de la zone de concassage 5000m2
Parcelle 1 : 91.230m2
Superficie exploitable Parcelle 2 : 25.770m2
Superficie totale exploitable : 117.000m2
Profondeur d’exploitation 1,5m
Durée d’exploitation 3ans renouvelables
58.500m3/an comprenant les fractions suivantes :
- Gravier
Nature et quantité de matériaux extraits
- Tout-venant
- Sables
Entrer dans la composition des matériaux de
Destination des matériaux extraits fabrication d'ouvrages de travaux publics, de génie
civil et de bâtiment.

Page 2
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Exploitation à ciel ouvert à l’aide d’une pelle


Méthode d’exploitation
mécanique.
Nombre d’ouvriers 20
- Les ressources en eau superficielle dans la zone
d’étude sont représentées par Oued LAHDAR.
- Les seules espèces faunistiques qu’on peut
Principale contraintes environnementales rencontrer sur le site sont les reptiles.
- Le site du projet est accessible depuis la RR5413.
- Les espèces floristiques présentes sur le site sont
représentées par quelques pieds de Laurier.

-Les émissions des gaz d’échappement provenant


de sources mobiles (voitures et camions).
-Les envols de poussières lors de la circulation des
véhicules de transport, l’aménagement de la piste
d’accès à la carrière, le décapage des stériles de
recouvrement et l’extraction des matériaux.
-La mise en place des équipements et installations
du chantier.
-La présence de différents dépôts (déchets solides,
matériaux utilisés pour l’aménagement de la piste
d’accès, dépôt de stériles, dépôt de matériaux
extraits, etc.).
Principaux aspects environnementaux -L’excavation du terrain.
identifiés
-Le déversement accidentel des hydrocarbures et
des huiles usées depuis les engins et les véhicules
de transport.
-Le déversement accidentel des eaux usées et du
lixiviat des déchets solides.
-Les vibrations et les nuisances sonores qui se
produiront lors de la circulation des véhicules de
transport, le chargement/ déchargement des
matériaux dans les tombereaux en acier des
camions et l’extraction des matériaux.
-Le trafic des véhicules de transport sur les voies
publiques.

Page 3
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

-La création de postes d’emploi,


-Les taxes et les redevances que payera la société à
la commune de BNI LENT et à l’agence du bassin
Impacts hydraulique de Sebou constitueront une nouvelle
positifs source de revenus pour ces dernières,
-L'aménagement de voies de transport et de
communication,
-Le développement des activités connexes.
Principaux impacts
- Altération de la qualité de l’air aux alentours du
environnementaux du projet
site.
- Modification de la perception paysagère du site.
Impacts - Modification de la morphologie de l’oued au
négatifs niveau du site de la carrière.
- Dégradation de la qualité du sol aux alentours de
la carrière.
- Dérangement et fuite des reptiles et des oiseaux
qu’on peut rencontrer sur le site.
- Troubles d’ordre respiratoire, ophtalmique et
auditif développés par les ouvriers et les habitants
proches du site.
- Atteinte à la sécurité des ouvriers.
- Encombrement des voies publiques empruntées,
augmentation du risque d’accidents routiers et
dégradation des chaussées.
Principaux impacts - Détérioration des racines et perturbation des
Impacts
environnementaux du projet négatifs échanges gazeux des cultures riveraines.

- Eviter les dépôts anarchiques et importants des


stériles, des déchets solides et des matériaux
extraits sur le site.
- A la fin de l’exploitation, démonter tous les
équipements mis en place, nettoyer et procéder à
la remise en état du site.
- La maintenance des engins et des véhicules de
transport est strictement interdite sur le site
- En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat,
dépannage et évacuation des produits souillés.
- La circulation des engins doit être limitée à
l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les
Principales mesures préconisées pour voies de transport aménagées.
l’atténuation, la réduction et la - Utiliser des engins et des véhicules de transport en
compensation des impacts bon état mécanique afin d’éviter les émissions des

Page 4
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

gaz d’échappement et les fuites d’huiles, de


carburant ou de tout autre polluant.
- Les déchets banals doivent être stockés dans des
containers-poubelles étanches en attendant leur
convoyage vers un lieu approprié et autorisé par la
commune.
- Collecter et traiter les eaux usées générées dans
les toilettes chimiques installées à cet effet.
- Décaper soigneusement la couche superficielle de
terre pendant la phase chantier.
- Arroser périodiquement les lieux de travail
pendant la première phase du projet et ce, afin de
réduire le taux d’empoussièrement.
- Arroser les stériles stockés pendant les périodes
sèches.
- Capoter les camions transportant les matériaux
expédiés.
- Les conducteurs des véhicules de transports
doivent respecter le code de la route en dehors du
site de la carrière.
- Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs
lumineux et/ou sonores des véhicules.
- Mettre en place des panneaux de signalisation
routière verticale pour organiser la circulation sur
les voies empruntées.
- Les lieux de travail doivent être équipés d'un
matériel de premier secours facilement accessible
- Equiper les ouvriers d’équipements de protection
individuelle.
Principales mesures préconisées pour - Respecter le plan de circulation au sein de la
l’atténuation, la réduction et la carrière.
compensation des impacts - Ralentir et prévenir du passage des engins en
circulation dans les lieux de travail où les piétons
sont présents.
- Ne pas entraver l’écoulement naturel des eaux de
l’oued pendant l’extraction des matériaux.
- Ne pas dépasser la profondeur d’exploitation
déclarée et autorisée par l’ABHS.
- Respecter la zone tampon gardée par rapport au lit
mineur de l’oued.
- Ne pas extraire les matériaux à partir des berges
de l’oued.
- L’activité d’extraction doit être limitée à la zone
Page 5
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

déclarée et autorisée par l’ABHS.


- A la fin d’exploitation, veiller au remblaiement
des trous d’excavation formés.

Page 6
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE

La société CARRIERES CHADLI Sarl envisage de réaliser un projet d’ouverture d’une carrière
sur Oued LAHDAR, à la commune de BNI LENT, province de Taza.

Le site choisi relève du domaine hydraulique public géré par l’agence du bassin de Sebou et
offre un gisement alluvionnaire important que la société compte exploiter sur une durée de 3ans
renouvelables à l’aide d’une pelle mécanique. Les matériaux extraits seront destinés à entrer dans la
composition des matériaux de fabrication d'ouvrages de travaux publics, de génie civil et de
bâtiment.
Cette carrière sera implantée sur une superficie totale de 117.000m2 :
Parcelle 1 : 91.230m2
Parcelle 2 : 25.770m2

Le volume à extraire est de 58.500m3/an. La société accèdera au gisement exploitable à l’aide


d’une pelle mécanique. A cet effet, la société compte employer 20 personnes et utiliser les
équipements suivants :
- Station de concassage/ criblage
- Groupe électrogène.
- Chargeuse a chenille.
- Pelle mécanique.
- Pont bascule.
- Camions dumper et camions à bennes pour le transport.
- Citerne d’eau potable
- Citerne d’eau sanitaire.
- Citerne de carburant.
- Toilette chimique
- Matériel et outillage divers.

D’une superficie égale à 5000m2, le site de concassage est une propriété privée faisant objet d’un
contrat de bail, il est déjà aménagé et équipé. La zone se trouve à 3km du site d’extraction, destinée
pour le traitement des matériaux d’une carrière autorisée appartenant à la même société.
Les deux bassins existants au niveau de la zone de concassage, sont réservés au stockage
des eaux prélevées de l’oued, et destinées à l’arrosage de la piste d’accès et le fonctionnement
de la station de concassage.
La collecte et le traitement des eaux vannes générées par les ouvriers seront assurés par des
toilettes chimiques installées au niveau du site de traitement des matériaux.

Page 7
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Les déchets solides qui peuvent être produits par la carrière sont de type domestique. Ils seront
stockés dans un conteneur poubelle étanche et seront évacués vers un lieu approprié et autorisé par
la commune.
L’approvisionnement en eau potable pour les ouvriers travaillant sur le site d’extraction sera
assurée par des bouteilles d’eau, pour les ouvriers travaillant sur le site de concassage,
l’approvisionnement en eau potable se fera par le biais d'une citerne de 1000l installée sur le site.
Celle-ci sera remplie en eau transportée par un camion-citerne à partir du centre de la commune.
Les besoins en eau sont estimés à 0.6m3/jour, sur la base d’un ratio de 30l /personne/jr.
La société se servira des eaux de l’oued pour l’arrosage de la piste d’accès à la carrière (dont le
volume est estimé à 6m3/an).

Page 8
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

SOMMAIRE

CHAPITRE I : CADRE RÉGLEMANTAIRE ET INSTITUTIONNEL...........................................14


I.1.1- La constitution marocaine ................................................................................................14
I.1.2- Textes régissant les carrières ............................................................................................14
I.1.3- Loi n° 27-13 du 9 juin 2015 relative aux carrières ...........................................................14
I.1.4- Décret n° 2-17-369 portant application de la loi N°27-13 de 2015 relative aux carrières
abrogeant la loi de 1914. ............................................................................................................15
I.1.5- Décret n°2.18.912 du 10 septembre 2019 définissant les conditions et modalités
d’attribution des postes de police des carrières et de contrôle des violations. ...........................15
I.1.6- Arrêté n°20/865 du 03 mars 2020 fixant le contenu de l’inspection de la violation des
dispositions de la loi 13-27 relative au carrières. .......................................................................15
I.1.7- Arrêtés du ministère de l’Equipement du Transport, de la Logistique et de l’eau publiés
au BO n° 6662 du 05/04/2018 (Arrêtés n° 132-18, 123-18, 124-18, 125-18, 128-18, 122-18,
676-18, 677-18) ..........................................................................................................................15
I.1.8- Loi n° 47-06 relative à la fiscalité des collectivités locales, promulguée par le Dahir 1-
07-195 du 19 Kaada 1428 (30 novembre 2007) .........................................................................15
I.1.9- Lois relatives à la protection de l’environnement ............................................................15
I.1.9.1- Loi-cadre 99-12 portant charte nationale de l’environnement et du développement
durable ....................................................................................................................................16
I.1.9.2- Loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement ...........16
I.1.9.3- Loi 12-03 relatives aux études d’impact sur l’environnement et ses décret
d’application ...........................................................................................................................16
I.1.9.4- Loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air et ses décret d’application ..17
I.1.9.5- Lois 36-15 sur l’eau ...................................................................................................17
I.1.9.6- Décret n°2-04-553 du 24 Janvier 2005, relatif aux déversements dans le domaine
public hydraulique. .................................................................................................................18
I.1.9.7- Arrêté conjoint n°2942-13 du 7 octobre 2013 fixant les valeurs limites générales des
rejets des eaux usées ...............................................................................................................18
I.1.10- Loi n°28-00 du 7/12/06 relative à la gestion des déchets et à leur élimination et ses
décrets d’application ..................................................................................................................18
I.1.11- Lois et textes relatifs aux constructions en milieu rural .................................................18
I.1.12- Lois et textes relatifs à la protection des sols .................................................................18
I.1.13- Loi relative à la protection des forêts .............................................................................19
I.1.14- Décret n°2.12.484 pour l’application de la loi 29-05 relative à la protection des espèces
de flore et de faune sauvages et au contrôle de leur commerce. ................................................20
I.1.15- Dahir de 11 avril 1922 sur la pêche continentale et les dahirs qui l’ont modifié et
complété .....................................................................................................................................20
I.1.16- Dahir n°1-11-90 portant promulgation de la loi 07-10 modifiant et complétant le dahir
du 11 avril 1992 sur la pêche dans les eaux continentales .........................................................20
I.1.17- Arrêté viziriel portant règlement pour l’application du dahir du 11 avril 1922 sur la
pêche dans les eaux continentales ..............................................................................................20
I.1.18- Loi N°65-99 relative au code du travail promulguée par le dahir N° 1-03-194 du 14
Rejeb 1424 (septembre 2003) ....................................................................................................20
I.1.19- Lois et textes relatifs à l’assainissement autonome ........................................................20
I.1.20- Loi N°12-90 relative à l’urbanisme et son décret d’application sorti en 1993 ...............20
I.1.21- La loi 78-00 portant charte communale telle que modifiée par la loi organique n°113-14
relative aux communes promulguée par le Dahir n°1-15-85 du Ramadan 1436 (7 février 2015)
....................................................................................................................................................20

Page 9
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

I.1.22- Dahir du 1er Juillet 1914 (7 Chaâbane 1332) sur le domaine public ..............................20
I.1.23- Loi cadre N°18-95 formant charte de l’investissement promulguée par Dahir N° 1-95-
213 du 14 Joumada II 1416 (8 novembre 1995) ........................................................................21
I.1.24- Décret n°2-04-683 du 29 décembre 2004 relatif à la commission régionale chargée de
certaines opérations foncières ....................................................................................................21
I.1.25- Décret n°2-00-895 du 6 Kaada 1421 (31 janvier 2001) pris pour l’application des
articles 17 et 19 de la loi cadre N° 18-95 formant charte de l’investissement ...........................21
I.1.25.1- La loi 47-18 relative à la réforme des CRI et à la création de la Commission
Régionale Unifiée d’Investissement (CRUI). ........................................................................21
I.2- Cadre institutionnel..................................................................................................................21
CHAPITRE II : PRÉSENTATION DU PROJET ET DE SES RAISONS D’ÊTRE ........................24
II.1- Présentation de la société porteuse du projet .........................................................................24
II.2- Contexte et raisons d’être du projet........................................................................................24
II.3- Description du site de la carrière ............................................................................................24
II.4- Description du projet envisagé ...............................................................................................25
II.4.1- Localisation du site du projet ..........................................................................................25
II.4.2- Accès au site ....................................................................................................................25
II.4.3- Phasage d’exploitation ....................................................................................................26
II.4.4- Phase d’aménagement et mise en place des équipements et infrastructures ...................26
II.4.4.1- Phase d’exploitation .................................................................................................27
a- Matériaux extraits .....................................................................................................27
b- Méthode d’exploitation.............................................................................................27
c- Etapes de l’exploitation ............................................................................................27
d- Nature des réserves du site à exploiter .....................................................................28
e- Evaluation des réserves de gisement ........................................................................28
II.4.4.2- Phase de démantèlement et de remise en état du site ...............................................29
II.4.5- Composantes complémentaires du projet ........................................................................31
a- Moyens humains .......................................................................................................31
b- Equipements .............................................................................................................31
c- Unités annexes ..........................................................................................................31
d- Assainissement .........................................................................................................31
e- Alimentation en eau ..................................................................................................32
CHAPITRE III : ANALYSE DESCRIPTIVE DE L’ÉTAT INITIAL DU MILIEU ........................33
III.1- Délimitation de la zone d’étude ............................................................................................33
III.2- Situation géographique .........................................................................................................33
III.3- Cadre naturel .........................................................................................................................33
III.3.1- Climat .............................................................................................................................33
III.3.2- Aperçu géologique .........................................................................................................35
III.3.3- Relief et topographie ......................................................................................................36
III.3.4- Hydrologie et hydrogéologie .........................................................................................37
III.4- Eléments biologiques ............................................................................................................39
III.4.1- La flore ...........................................................................................................................39
III.4.2- La faune .........................................................................................................................39
III.5- Eléments humains .................................................................................................................39
III.5.1- Démographie ..................................................................................................................39
III.6- Eléments économiques..........................................................................................................40
III.6.1- Agriculture .....................................................................................................................40
III.6.2- Elevage ...........................................................................................................................40

Page 10
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

L’élevage est pratiqué en parallèle avec l’agriculture. Les terres réservées au parcours sont
estimées à 2400Ha. .....................................................................................................................40
III.6.3- Artisanat .........................................................................................................................40
III.6.4- Commerce ......................................................................................................................40
III.7- Infrastructures de base ..........................................................................................................40
III.7.1- Réseau de voirie .............................................................................................................40
III.7.2- Eau potable.....................................................................................................................40
III.7.3- Electricité .......................................................................................................................40
III.7.4- Equipement publiques ....................................................................................................40
CHAPITRE IV : ÉVALUATION DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT .....41
IV.1- Evaluation des impacts .........................................................................................................41
IV.1.1- Impacts positifs ..............................................................................................................41
IV.1.2- Impacts négatifs .............................................................................................................42
IV.1.2.1- Impacts en phase d’aménagement et de mise en place des équipements et des
infrastructures .........................................................................................................................42
a- Impact sur les eaux superficielles .............................................................................42
b- Impact sur les eaux souterraines (nappe alluviale) ...................................................42
c- Impact sur l’air..........................................................................................................43
d- Impact lié aux nuisances sonores..............................................................................43
e- Impact sur le paysage ...............................................................................................44
f- Impact sur le sol et les terrains agricoles ..................................................................44
g- Impact sur la faune ...................................................................................................45
h- Impact sur la flore .....................................................................................................45
i- Impact sur la population avoisinante ........................................................................46
j- Impact sur les ouvriers ..............................................................................................46
k- Impact sur l’infrastructure routière ...........................................................................47
IV.1.2.2- Impact en phase d’exploitation du projet................................................................47
a- Impact sur les eaux superficielles .............................................................................47
b- Impact sur les eaux souterraines (nappe alluviale) ...................................................48
c- Impact sur la morphologie de l’oued ........................................................................48
d- Impact sur l’air..........................................................................................................48
e- Impact lié au risque de lessivage des stériles ...........................................................49
f- Impact lié aux nuisances sonores..............................................................................50
g- Impact sur le paysage ...............................................................................................50
h- Impact sur le sol et les terrains agricoles ..................................................................51
i- Impact sur la faune ...................................................................................................51
j- Impact sur la flore .....................................................................................................52
k- Impact sur la population avoisinante ........................................................................52
l- Impact sur les ouvriers ..............................................................................................52
m- Impact sur l’infrastructure routière ...........................................................................53
IV.1.2.3- Impacts en phase de démantèlement et réhabilitation du site .................................53
CHAPITRE V : MESURES D’ATTÉNUATION/ COMPENSATION DES IMPACTS .................57
V.1- Mesures d’atténuation pendant la phase d’aménagement ......................................................57
a- Mesures relatives aux impacts sur le paysage ..........................................................57
b- Mesures relatives aux impacts sur l’air ....................................................................57
c- Mesures relatives au risque de pollution du sol, des ressources en eau superficielle
et souterraines .....................................................................................................................57
d- Mesures relatives aux impacts sur la faune et la flore ..............................................58
e- Mesures relatives aux nuisances sonores..................................................................58

Page 11
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

f- Mesures relatives aux impacts sur l’infrastructure routière......................................58


g- Mesures relatives aux impacts sur les ouvriers et la population...............................58
V.2- Mesures d’atténuation pendant la phase d’exploitation .........................................................59
a- Mesures relatives aux impacts sur le paysage ..........................................................59
b- Mesures relatives aux impacts sur l’air ....................................................................59
c- Mesures relatives au risque de pollution du sol, des ressources en eau superficielle
et souterraines .....................................................................................................................59
d- Mesures relatives aux impacts sur la faune et la flore ..............................................60
e- Mesures relatives aux nuisances sonores..................................................................60
f- Mesures relatives aux impacts sur l’infrastructure routière......................................60
g- Mesures relatives aux impacts sur les ouvriers et la population...............................60
V.3- Mesures relatives au risque de lessivage des stériles .............................................................61
V.4- Réhabilitation du site d’extraction .........................................................................................61
CHAPITRE VI : SURVEILLANCE ET SUIVI ENVIRONNEMENTAL .......................................63
VI.1- Surveillance de la qualité des eaux superficielles.................................................................63
VI.2- Surveillance de la qualité des eaux souterraines ...................................................................63
VI.3- Surveillance de la qualité de l’air .........................................................................................63
VI.4- Surveillance du niveau sonore ..............................................................................................64
VI.5- Surveillance de la qualité du sol ...........................................................................................64
VI.6- Surveillance de l’état des voies de circulation ......................................................................64
VI.7- Suivi de l’état de santé des ouvriers .....................................................................................64
VI.8- Surveillance de la qualité des eaux de colportage ................................................................64
CONCLUSION ..................................................................................................................................65
SYNTHÈSE DE L’ÉTUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT ...........................................66
ANNEXES .........................................................................................................................................69

Page 12
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

LISTE DES FIGURES ET DES TABLEAUX

Figure 1: Structure de la piste d'accès au site après aménagement. .................................................26


Figure 2: Coupe longitudinale illustrant la configuration de l'extraction ........................................28
Figure 3: schéma du profil d'exploitation et de réhabilitation .........................................................30
Figure 4: Direction des vents en fonction des heures ........................................................................34
Figure 5: Vitesse des vents en fonction des jours de chaque mois de l’année ...................................35
Figure 6: Extrait de la carte structurale du Maroc au 1/2000000. ...................................................35
Figure 7: Carte des altitudes de la zone du projet .............................................................................36
Figure 8: Situation du projet sur la carte des eaux superficielles, bassin de Sebou .........................38
Figure 9: Situation du projet sur la carte des eaux souterraines, bassin de Sebou...........................39
Figure 10: Coupe longitudinale illustrant la configuration de l'extraction ......................................62

Tableau 1: Détail estimatif du coût global d'investissement. .............................................................31


Tableau 2: Matrice d’évaluation des impacts. ...................................................................................55
Tableau 3: Synthèse des impacts résiduels ........................................................................................56

Page 13
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE I : CADRE RÉGLEMANTAIRE ET INSTITUTIONNEL

Les autorités marocaines disposent d’un arsenal juridique pour réglementer le secteur des
carrières et surveiller ses incidences sur l’environnement. Ainsi, tout projet d’exploitation d’une
carrière doit se soumettre aux :

- Conditions fixées dans les décrets gouvernementaux.


- Engagements du pétitionnaire prévus aux autorisations ministérielles.
- Exigences relatives aux lois et règlements pertinents.

Dans ce chapitre seront relatées les principales lois en vigueur, ainsi que les différentes
dispositions et obligations auxquelles la société CARRIERES CHADLI Sarl doit se soumettre.

I.1.1- La constitution marocaine


Adoptée le 1er juillet 2011, la constitution marocaine est l'actuelle norme juridique suprême du
Royaume à travers laquelle il affirme son engagement à organiser un développement économique et
social tout en prenant en compte la protection de l’environnement.

Selon la constitution marocaine, la politique environnementale se résume en ce qui suit :


- Au sein de chaque assemblée, il est constitué pour chaque législature sept commissions
permanentes dont celle de l’agriculture et de l’environnement.
- Les règles relatives à la gestion et la préservation de l'environnement, à la protection des
ressources naturelles et au développement durable sont du domaine de la loi.
- Il est institué un conseil économique et social qui peut être consulté par le gouvernement,
par la chambre des représentants et par la chambre des conseillers sur toutes les questions à
caractère économique, social ou environnemental.
- L'Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de
tous les moyens à disposition pour faciliter l'égal accès des citoyennes et des citoyens aux
conditions leur permettant de jouir des droits à l'accès à l'eau, à un environnement sain et au
développement durable.

I.1.2- Textes régissant les carrières


L’ouverture et l’exploitation des carrières sont régies par la loi 27-13 relative à l’exploitation et au
contrôle des carrières.

I.1.3- Loi n° 27-13 du 9 juin 2015 relative aux carrières


L’exploitation des carrières était régie par le Dahir de 1914 qui présente des lacunes en matière
de protection de l’environnement, et par la circulaire du premier Ministre n° 06/2010 du 14 Juin
2010 qui n’a pas la force de loi.

Pour remédier aux insuffisances et lacunes desdits textes, le Ministère de l’Equipement, du


Transport, de la Logistique et de l’Eau a élaboré une nouvelle loi sur les carrières (loi N°27-13) en
étroite collaboration avec la profession et les Départements concernés dans le cadre d’une approche

Page 14
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

participative et consensuelle. Le décret d'application a été publié au B.O du 14/12/2017. Huits


arrêtés d'application ont été publiés au B.O. n° 6662 du 05/04/2018.
Cette nouvelle loi repose sur trois principes fondamentaux :
 Faciliter les procédures en vue de l’octroi des récépissés de déclarations d’exploitation
des carrières ;
 Préserver l’environnement ;
 Renforcer le contrôle.

Les arrêtés du ministère de l’Equipement du Transport, de la Logistique et de l’eau publiés au


BO n° 6662 du 05/04/2018 (Arrêtés n° 132-18, 123-18, 124-18, 125-18, 128-18, 122-18, 676-18,
677-18)

I.1.4- Décret n° 2-17-369 portant application de la loi N°27-13 de 2015 relative aux carrières
abrogeant la loi de 1914.
Ce décret publié au BO n°6630 du 14 décembre 2017 fixe les modalités et les conditions
pratiques de l’application de la loi

I.1.5- Décret n°2.18.912 du 10 septembre 2019 définissant les conditions et modalités


d’attribution des postes de police des carrières et de contrôle des violations.

I.1.6- Arrêté n°20/865 du 03 mars 2020 fixant le contenu de l’inspection de la violation des
dispositions de la loi 13-27 relative au carrières.

I.1.7- Arrêtés du ministère de l’Equipement du Transport, de la Logistique et de l’eau publiés


au BO n° 6662 du 05/04/2018 (Arrêtés n° 132-18, 123-18, 124-18, 125-18, 128-18, 122-18, 676-
18, 677-18)

I.1.8- Loi n° 47-06 relative à la fiscalité des collectivités locales, promulguée par le Dahir 1-07-
195 du 19 Kaada 1428 (30 novembre 2007)
La loi 47-06 constitue l’aboutissement des travaux conjoints de la Direction Générale des
Collectivités Locales du Ministère de l’Intérieur, d’une part, de la Direction Générale des Impôts et
de la Trésorerie Générale du Royaume, relevant du Ministère des Finances, d’autre part. Elle définit
les taxes instituées au profit des communes, des préfectures et provinces et des régions, leurs modes
de recouvrement, ainsi que les sanctions qui s’imposent en cas d’infraction de ladite loi.

I.1.9- Lois relatives à la protection de l’environnement


Dans le souci de réponde aux impératifs de développement durable et de la protection de
l’environnement, le gouvernement marocain a promulgué les lois citées ci-après.

En effet, ces lois répondent aux besoins d’adopter une démarche globale et intégrée assurant le
meilleur équilibre possible entre la nécessité de la préservation de l’environnement et les besoins en
développement économique et social du pays.

Page 15
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

I.1.9.1- Loi-cadre 99-12 portant charte nationale de l’environnement et du développement


durable
Cette loi-cadre fixe les objectifs fondamentaux de l’action de l’Etat en matière de protection de
l’environnement et de développement durable. Elle a pour but de :
- Renforcer la protection et la préservation des ressources et des milieux naturels, de la
biodiversité et du patrimoine culturel, de prévenir et de lutter contre les pollutions et les
nuisances.
- Intégrer le développement durable dans les politiques publiques sectorielles et adopter une
stratégie nationale de développement durable.
- Harmoniser le cadre juridique national avec les conventions et les normes internationales
ayant trait à la protection de l’environnement et au développement durable.
- Renforcer les mesures d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques et de lutte
contre la désertification.
- Décider les réformes d’ordre institutionnel, économique, financier et culturel en matière de
gouvernance environnementale.
- Définir les engagements de l’état, des collectivités territoriales, des établissements publics et
sociétés d’Etat, de l’entreprise privée, des associations, de la société civile et des citoyens en
matière de protection de l’environnement et de développement durable.
- Établir un régime de responsabilité environnementale et un système de contrôle
environnemental.

La loi-cadre 99-12 institue par son article 35 une police de l'environnement qui a pour mission
de renforcer le pouvoir des administrations concernées en matière de prévention, d'inspection et de
contrôle environnemental. Cet article est mis en œuvre par le décret N° 2-4-782 du 30 Rejeb 1436
(19 Mai 2015) relatif à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de la police de
l’environnement.

I.1.9.2- Loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l’environnement


Cette loi, promulguée par le Dahir n° 1-03-59 du 10 Rabii I 1423 (12 mai 2003), a pour objet
d’édicter les règles de base et les principes généraux de la politique marocaine dans le domaine de
la protection et de la mise en valeur de l’environnement. Ces règles visent principalement
d’améliorer le cadre et les conditions de vie de l’homme tout en assurant la protection de
l’environnement contre toutes formes de pollution et de dégradation.

En outre, la loi 11-03 définit les orientations de base du cadre législatif, technique et financier
concernant la protection et la gestion de l’environnement, les instruments de gestion et de protection
de l’environnement, ainsi qu’un régime spécifique de responsabilité environnementale.

I.1.9.3- Loi 12-03 relatives aux études d’impact sur l’environnement et ses décret
d’application
Promulguée par le Dahir n° 1-03-60 du 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003), cette loi exige que tout
projet économique (notamment les projets d’industrie des produits alimentaires), de développement,

Page 16
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

ou de mise en place d’infrastructures de base doit faire l’objet d’une étude, dite « étude d’impact sur
l’environnement », permettant d’évaluer ses effets environnementaux directs ou indirects.
Ainsi, l’obtention de l’autorisation de réalisation d’un projet soumis à cette étude est tributaire
d’une décision d’acceptabilité environnementale constituant l’un des documents du dossier de la
demande présentée par l’initiateur.

- Décret n° 2-04-564 du 20/11/08 relatif aux modalités d'organisation et de déroulement de l'enquête


publique relative aux projets soumis aux études d'impact sur l'environnement.

I.1.9.4- Loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air et ses décret d’application
Cette loi, promulguée par le Dahir n° 1-03-61 du 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003), vise la
prévention et la lutte contre les émissions des polluants atmosphériques susceptibles de porter
atteinte à la santé de l’homme, à la faune, au sol, au climat, au patrimoine culturel et à
l’environnement en général. Elle s’applique à toute personne physique ou morale soumise au droit
public ou privé, possédant, détenant, utilisant ou exploitant des immeubles, des installations
minières, industrielles commerciales ou agricoles, ou des installations relatives à l’industrie
artisanales ou des véhicules, des engins à moteur, des appareils de combustion, d’incinération des
déchets, de chauffage ou de refroidissement. Elle interdit l’émission dans l’atmosphère -au-delà des
normes fixées par voies réglementaires- des polluants tels que les gaz toxiques ou corrosifs, les
fumées, les vapeurs, la chaleur, les poussières et les odeurs.

D’après cette loi, il incombe à l’administration de prendre, en coordination avec les collectivités
locales, les établissements publics, les organisations non gouvernementales et les divers
organisations concernés, toutes les mesures nécessaires pour le contrôle de la pollution de l’air,
ainsi que la mise en place de réseaux de contrôle de la qualité de l’air, et à la détection des sources
de pollution.

Cette loi porte également sur les moyens de lutte et de contrôle des activités pouvant engendrer
une pollution de l’air, les procédures et sanctions relatives aux infractions aux dispositions de la loi
et les textes réglementaires pris pour son application.

- Décret N° 2-09-631 du 23 Rejeb 1431 (6 juillet 2010) fixant les valeurs limites de dégagement,
d’émission ou de rejet de polluant dans l’air émanant de sources de pollution fixes et les modalités
du contrôle.
- Décret 2-09-286 du 20 Hijja 1430 (08 /12/09) fixant les normes de qualité de l'air et les modalités
de surveillance de l'air.

I.1.9.5- Lois 36-15 sur l’eau


Cette loi renforce le cadre juridique relatif à la valorisation de l'eau de pluie et des eaux usées, et
met en place un cadre juridique relatif au dessalement de l'eau de mer. Elle met aussi sur pied des
mécanismes de protection et de préservation des ressources en eau, et comporte des dispositions
visant à améliorer les conditions de protection contre les phénomènes extrêmes liés aux
changements climatiques.
Page 17
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Décret N°2-97-787 du 4 février 1998 relatif aux normes de qualité des eaux et l’inventaire du
degré de leur pollution.
- Arrêté N°1275-01 du 17.10.02 portant définition grille de qualité des eaux de surface.

I.1.9.6- Décret n°2-04-553 du 24 Janvier 2005, relatif aux déversements dans le domaine
public hydraulique.

I.1.9.7- Arrêté conjoint n°2942-13 du 7 octobre 2013 fixant les valeurs limites générales des
rejets des eaux usées

I.1.10- Loi n°28-00 du 7/12/06 relative à la gestion des déchets et à leur élimination et ses
décrets d’application
La loi n°28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination a pour objet de prévenir et de
protéger la santé de l’homme, la faune, la flore, les eaux, l’air, le sol, les écosystèmes, les sites et
paysages, à savoir l’environnement en général contre les effets nocifs des déchets.
Cette loi incite à :
- La réduction de la production des déchets,
- La prévention contre la nocivité des déchets,
- L’organisation de la collecte, du transport, du stockage, de la valorisation, la mise en
décharges contrôlées des déchets,
- La planification nationale, régionale et locale en matière de gestion et d’élimination des
déchets,
- L’information du public sur les effets nocifs des déchets sur la santé publique et
l’environnement.
La loi n°28-00 fixe également des mesures de prévention ou de compression des effets
préjudiciables des déchets.

- Décret N° 2-07-253 du 14 Rejeb 1429 (18 Juillet 2008) portant classification des déchets et fixant
la liste des déchets dangereux.
- Décret 2-07-253 du 18/07/08 portant sur la classification des déchets.
- Décret n° 2-09-85 du 7 Choual 1432 (6 septembre 2011) relatif à la collecte, au transport et au
traitement de certaines huiles usagées.

I.1.11- Lois et textes relatifs aux constructions en milieu rural


Les projets implantés dans le milieu rural doivent se soumettre aux dispositions de la
réglementation en vigueur dans ce domaine et qui sont contenues dans le dahir 1-60-063 du 25 juin
1960 relatif au développement des agglomérations rurales.

I.1.12- Lois et textes relatifs à la protection des sols


En vue de lutter contre l’érosion des sols et d’assurer la protection d’ouvrage ou de biens
déclarés d’utilité publique, la loi et le décret n°1-69-170 du 25 juillet 1969, relatifs à la défense et la
restauration des sols, sont venus renforcer la législation marocaine en matière de réglementation des

Page 18
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

activités de reboisement et d’affectation des sols à des pratiques culturales spécifiques. Le but
recherché et d’assurer un équilibre entre les intérêts des propriétaires fonciers et les contraintes liées
à l’exploitation et à la sauvegarde des ressources naturelles.

I.1.13- Loi relative à la protection des forêts


Les textes cités ci-après sont instaurés en vue de protéger un patrimoine écologique d’une
importance fondamentale qu’est le domaine forestier, à savoir :
- Le dahir N° 1-58-382 du 8 Choual 1378 (17 Avril 1959) modifiant le Dahir du 10 Octobre
1917 portant sur la conservation et l’exploitation des forets, les modalités de soumission au
régime forestier et les conditions d’administration de surveillance et d’exploitation des
forets.
- Le dahir du 7 Juillet 1914 a permis d’incorporer également au domaine forestier privé de
l’Etat, les peuplements d’alfa et les dunes maritimes ou terrestres.
- Le dahir 20 Hijja 1335 (10 Octobre 1917) sur la conservation et l'exploitation des forêts
(B.O. 29 octobre 1917) précise que, à côté des forêts domaniales proprement dites, le
domaine forestier englobe aussi les terrains couverts d’alfa, les dunes terrestres et maritimes,
les maisons forestières, les plantations, les pépinières dans les forêts domaniales et les
terrains reboisés ou à reboiser.

D’autres formes de protection de la nature et de la biodiversité sont apparues avec les


dispositions et formes juridiques suivantes :
- Le dahir du 21 juin 1923 relatif à la police de la chasse (et les dahirs qui l’ont modifiées).
- Le dahir du 2 Juin créant le conseil Supérieur de la chasse et de fonds de la chasse, Arrêté
ministériel du 3 novembre 1962 relatif à la réglementation permanente de la chasse (et les
arrêtés modificatifs), arrêté ministériel du Aout 1998.
- Le dahir du 11 septembre 1934 (1er Joumada I1353) relatif à la création des parcs
Nationaux.
- La loi n° 22-07 relative aux aires protégées, promulguée par le dahir n° 1-10-123 du 3
Chaâbane 1431 (16 juillet 2010).
- La loi n° 29-05 relative à la protection des espèces de flore et de faune sauvages et au
contrôle de leur commerce, promulguée par le dahir n° 1-11-84 du 29 Rejeb 1432 (2 juillet
2011).

Page 19
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

I.1.14- Décret n°2.12.484 pour l’application de la loi 29-05 relative à la protection des espèces
de flore et de faune sauvages et au contrôle de leur commerce.

I.1.15- Dahir de 11 avril 1922 sur la pêche continentale et les dahirs qui l’ont modifié et
complété

I.1.16- Dahir n°1-11-90 portant promulgation de la loi 07-10 modifiant et complétant le dahir
du 11 avril 1992 sur la pêche dans les eaux continentales

I.1.17- Arrêté viziriel portant règlement pour l’application du dahir du 11 avril 1922 sur la
pêche dans les eaux continentales

I.1.18- Loi N°65-99 relative au code du travail promulguée par le dahir N° 1-03-194 du 14 Rejeb
1424 (septembre 2003)
Cette loi est publiée dans 6 livres traitant chacun un sujet bien précis : forme et nature des
contrats de travail, conditions de travail et salaire, syndicats, délégués des salariés et comités
d’entreprise, intermédiation pour l’emploi et entreprises de travail temporaire, organes de contrôle
et règlement des conflits collectifs.
Il est à citer qu’un nouveau code de travail a été adopté au Maroc en 2003.

I.1.19- Lois et textes relatifs à l’assainissement autonome


Le décret N°2-05-1533 du 13 février 2006 relatif à l’assainissement autonome concerne
spécialement le milieu rural et cible notamment les habitations dispersées. Il vise à la fois
d’améliorer les conditions de vie de la population et de protéger les ressources en eau.

- Arrêté n° 1607-06 du 29 Joumada II 1427 (25 juillet 2006) portant fixation des valeurs limites
spécifiques de rejet domestique.
- Arrêté N°1180 du 12.06.06 fixant le taux de redevance applicable au déversement des eaux usées
et l’unité pollution.

I.1.20- Loi N°12-90 relative à l’urbanisme et son décret d’application sorti en 1993
Cette loi contient les dispositions de protection et préservation des forêts et des terres agricoles et
incite à l’élaboration des schémas directeurs et de plans d’aménagement urbains définissant leurs
limites géographiques.

I.1.21- La loi 78-00 portant charte communale telle que modifiée par la loi organique n°113-14
relative aux communes promulguée par le Dahir n°1-15-85 du Ramadan 1436 (7 février 2015)

I.1.22- Dahir du 1er Juillet 1914 (7 Chaâbane 1332) sur le domaine public
Le dahir de 1914 instaure la catégorie du « domaine public » contenant des biens inaliénables qui
ne peuvent être possédés privativement parce qu’ils sont à l’usage de tous, et dont l’administration
appartient à l’état tuteur de la communauté.
Ainsi, font partie du domaine marocain public :
 Le rivage de la mer jusqu’à la limite des plus hautes marées, ainsi qu’une zone de 6
mètres mesurée à partir de cette limite ;

Page 20
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

 Les rades, ports, havres et leurs dépendances ;


 Les phares, fanaux, balises et généralement tous les ouvrages destinés à l’éclairage et au
balisage des côtes et leurs dépendances ;
 Les cours d’eau de toute nature et les sources qui leurs donnent naissance ;
 Les puits artésiens jaillissant ;
 Les puits et abreuvoirs publics ;
 Les lacs, étangs, lagunes et marais salants ;
 Les canaux de navigation, d’irrigation ou de dessèchement exécutés comme travaux
publics ;
 Les digues, barrages, aqueducs, canalisations et autres ouvrages exécutés comme
travaux publics en vue de la défense des terres contre les eaux, de l’alimentation des
centres urbains ou de l’utilisation des forces hydrauliques ;
 Les routes, rues, chemins et pistes, les chemins de fer ou tramways, les ponts et
généralement les voies de communication de toute nature à l’usage public ;
 Les lignes télégraphiques, les pylônes de la télégraphie sans fil ;
 Tous les ouvrages de défense et de fortification des places de guerre ou des postes
militaires et leurs dépendances.
Ce dahir ajoute l’exception des domaines reconnus sans utilité public, et qui peuvent être
déclassés par arrêté.

I.1.23- Loi cadre N°18-95 formant charte de l’investissement promulguée par Dahir N° 1-95-
213 du 14 Joumada II 1416 (8 novembre 1995)

I.1.24- Décret n°2-04-683 du 29 décembre 2004 relatif à la commission régionale chargée de


certaines opérations foncières

I.1.25- Décret n°2-00-895 du 6 Kaada 1421 (31 janvier 2001) pris pour l’application des
articles 17 et 19 de la loi cadre N° 18-95 formant charte de l’investissement

I.1.25.1- La loi 47-18 relative à la réforme des CRI et à la création de la Commission


Régionale Unifiée d’Investissement (CRUI).

I.2- Cadre institutionnel


Des ministères ont des responsabilités au niveau de la protection et de la conservation de
l’environnement. Ces ministères sont les suivants :
 Ministère de l'Equipement, du Transport de la Logistique et de l’eau ;
 Ministère de l’intérieur ;
 Ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale ;
 Ministère des Habous et affaires islamiques ;
 Ministère de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle ;
 Ministère de la santé ;
 Ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et
forêts ;

Page 21
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

 Ministère du tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale;


 Ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme de l’Habitat et de la
Politique de la ville ;
 Ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique;
 Ministère de l’économie et des finances ;
 Ministère l’Energie, des Mines et de l’environnement ;
 Ministère de la Justice.

Il existe également des organismes ayant un rôle dans la protection de l’environnement :


 Les Directions régionales de l’Environnement ;
 Le département de l’environnement ;
 Le Conseil supérieur de l’aménagement du territoire (CSAT) ;
 Le Conseil supérieur de l’eau et du climat (CSEC) ;
 Le Conseil national de l’environnement (CNE) ;
 Le conseil supérieur de la chasse (CSC) ;
 Le conseil économique, social et environnemental ;
 Le conseil supérieur pour la sauvegarde et l’exploitation du patrimoine (CSSEP) ;
 La Commission Régionale Unifiée d’Investissement (CRUI) ;
 Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification ;
Les Agences des Bassins Hydrauliques.

Conventions internationales
De nos jours, les préoccupations de protection de l’environnement sont devenues universelles et
le mouvement normatif international s’est peu à peu globalisé.
En effet, la progression des connaissances scientifiques et technologiques ont élargi
progressivement le champ des menaces environnementales (réchauffement du climat, érosion de la
biodiversité, sécheresse et désertification, etc.), chose qui s’est traduit juridiquement par la
négociation de conventions de protection de l’environnement à vocation universelle.
Conscient de cette réalité, le Maroc qui a toujours prouvé une ferme volonté de coopération en
vue de protéger et gérer l’environnement à l’échelle mondiale, participe activement à l’élaboration
des droits internationaux de l’environnement : à cet égard, il a signé et ratifié une soixantaine de
conventions internationales et régionales parmi lesquelles nous citons :

- La convention internationale pour la protection des oiseaux, Paris 18-10-1950, entrée en


vigueur au Maroc, le 17-09-1956 ;
- La convention internationale sur la protection des végétaux, Rome 06-12-1951, amendée le
11-1979, le 24-11-1983 et 11-1997. le Maroc y a adhéré, le 12-10-1972, elle est publiée
dans le BO n°3204 du 27-03-1974 ;
- La convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles, Alger
15-09-1968, ratifiée par le Maroc, le 19-09-1977, elle est publiée dans le BO n°3494 du 17-
10-1979 ;

Page 22
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- La convention internationale sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la


pollution par les hydrocarbures, Bruxelles 29-11-1969, amendée le 19-11-1976 à Londres, le
25-05-1984. le Maroc y a adhéré, le 11-04-1974 ;
- La convention sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées
d’extinction, Washington 03-03-1973, amendée à Bonn le 22-06-1979 et Gaborone, le 30-
04-1983. elle est ratifiée par le Maroc, le 21-10-1975, elle est publiée dans le BO n°3553 du
03-12-1981 ;
- Le protocole relatif à la coopération entre les pays d’Afrique du Nord dans le domaine de la
lutte contre la désertification, le Caire 05-02-1977, ratifié par le Maroc, le 28-05-1993 ;
- L’amendement à la convention internationale pour la protection des végétaux, Rome 28-11-
1979, ratifié par le Maroc, le 13-10-1980 ;
- le protocole concernant les aires spécialement protégées en Méditerranée, Genève 03-04-
1982, ratifié par le Maroc, le 22-06-1990 ;
- La convention de Vienne sur la protection de la couche d’ozone, Vienne 22-03-1985, ratifié
par le Maroc, le 28-12-1995 ;
- La convention internationale sur la préparation, la lutte et la coopération en matière de
pollution par les hydrocarbures, Londres 30-11-1990, ratifiée par le Maroc, le 24-03-2003 et
publiée dans le BO n°5204 du 15-04-2004 ;
- La convention sur les changements climatiques, New York 09-05-1992, ratifiée par le
Maroc, le 28-12-1995, elle est publiée dans le BO n°5000 du 02-05-2002 ;
- La convention sur la diversité biologique adoptée à Nairobi et signée à Rio De Janeiro, le
13-06-1992, ratifié par le Maroc, le 28-08-1995 ;
- La charte maghrébine relative à la protection de l’environnement et du développement
durable, Nouakchott, le 11-11-1992, signé par le Maroc le 11-11-1992, et entrée en vigueur
le 30-05-96;
- Le protocole modifiant la convention internationale de 1969 sur la responsabilité civile pour
les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, Londres 27-11-1992, entrée en
vigueur le 30-05-1995, ratifiée par le Maroc, le 28-06-2000 et publiée dans le BO n°4878 du
01-03-2001 ;
- La convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, Paris 17-06-1994,
ratifiée par le Maroc, le 02-10-1996 et publiée dans le BO n°4514 du 04-09-1997 ;
- Le protocole relatif aux aires spécialement protégées de la Méditerranée et à la diversité
biologique de la Méditerranée et ses annexes, Barcelone 10-06-1995, Mont2 Carlo 24-11-
1996, signé par le Maroc, le 10-06-1995 et entré en vigueur, le 12-12-1199.
- Le protocole de Kyoto relatif à la convention sur les changements climatiques du 11-12-
1997, ratifié par le Maroc, le 25-01-2002 et publié dans le BO N°5122 du 03-07-2003.

Page 23
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE II : PRÉSENTATION DU PROJET ET DE SES RAISONS D’ÊTRE

II.1- Présentation de la société porteuse du projet


Société CARRIERES CHADLI Sarl
- Forme juridique : Sarl.
- Tél : 06.61.88.28.05

II.2- Contexte et raisons d’être du projet


L’exploitation des carrières est un secteur d’une grande importance économique ; il fournit les
matières premières utilisées dans les domaines de la construction et des travaux publics. Son
importance se concrétise dans l’exploitation de plus de 1400 carrières qui permettent d’extraire
annuellement 120 millions de mètres cubes de produits divers et contribue, ainsi, au développement
économique des collectivités territoriales. Il permet la création d’environ 20.000 postes d’emploi
directs (Ministère de l’équipement, du transport et de la logistique - Communiqué sur le projet de
réforme relative à l’exploitation des carrières ; 2013).
Or, le Maroc est un pays émergeant dont les chantiers du bâtiment et des travaux publics sont en
pleine expansion ; raison de la hausse de la demande en matériaux de construction pour alimenter
ces chantiers. C’est d’ici que vient donc l’importance accordée au secteur d’exploitation des
carrières.
C’est dans ce cadre que la société CARRIERES CHADLI Sarl prévoit l’ouverture d’une carrière
sur Oued LAHDAR à la commune de BNI LENT, province de Taza. Ce site se distingue par
l’importance et la bonne qualité du gisement alluvionnaire qu’il offre.

II.3- Description du site de la carrière


Le site de la carrière se trouve sur Oued LAHDAR à l’intérieur des limites territoriales de la
commune de BENI LENT, Province de Taza, c’est un terrain relevant du domaine hydraulique
public géré par l’Agence du Bassin de Sebou, il est d’une superficie totale exploitable de 117.000m2
divisée sur deux parcelles :
Parcelle 1 : 91.230m2
Parcelle 2 : 25.770m2

Le choix du site est justifié par :


- L’importance et la qualité du gisement alluvionnaire que le site peut offrir, vu
qu’oued Lahdar est parmi les plus importants oueds de la région ;
- La proximité du site d’extraction par rapport au site de traitement des
matériaux (3Km), ce qui permettra à la société de traiter les matériaux de deux
carrières dans une seule station de concassage et par conséquent réaliser des
économies importantes ;
- Un nombre important des clients de la société est basé au niveau de la province
de Taza, l’ouverture de cette carrière assurera la disponibilité de la matière
première pour la réalisation de leurs projets.

Page 24
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

II.4- Description du projet envisagé


La société CARRIERES CHADLI Sarl envisage de réaliser un projet d’ouverture d’une carrière
sur Oued LAHDAR pour l’extraction de sable et granulat d’origine alluvionnaire. Cette section de
l’étude comprend la détermination des variantes de réalisation du projet et des technologies de
production.

II.4.1- Localisation du site du projet


Le site choisi, qui relève du domaine hydraulique public géré par l’Agence du Bassin de Sebou,
se trouve sur oued LAHDAR et appartient administrativement à la commune de BNI LENT,
province de Taza, région de Fès-Meknès. Il s’étend sur une superficie totale exploitable de
117.000m2(voir la carte de situation du projet).
Ses coordonnées Lambert moyennes sont :

Parcelle 1 : X=616 400 ; Y=414 600


Parcelle 2 : X=615 600 ; Y=414 400

D’une superficie égale à 5000m2, le site de concassage est une propriété privée faisant objet d’un
contrat de bail, il est déjà aménagé et équipé. La zone se trouve à 3km du site d’extraction, destinée
pour le traitement des matériaux d’une carrière autorisée appartenant à la même société.
X=619 058 ; Y=413 284

II.4.2- Accès au site


L’accès au site d’exploitation sera assuré par une piste existante d’une longueur de 227m et qui
le relie à la RP5413, la société utilisera un ouvrage existant pour traverser oued Lahdar (voir
l’autorisation de la commune en annexes). La distance entre le site d’extraction et la route
provinciale est de 207m à vol d’oiseau
Le site de traitement des matériaux est accessible depuis une piste existante d’une longueur de
535m menant à la RP5413.

L’accessibilité au site conditionne considérablement le déroulement des travaux envisagés


(amener les équipements lourds et les approvisionnements au site, expédier les matériaux extraits,
etc.).

A cet effet, la société CARRIERES CHADLI Sarl sera tenue de réaliser des aménagements de la
piste menant à sa carrière afin de faciliter son activité routière. Ces aménagements se dérouleront
comme suit :
- Ouverture des plateformes (déblais et remblais suivant le profil en long et le profil en travers
de la piste),
- Réglage et compactage de la plateforme,
- Ouverture et calibrage des fossés,
- Etalage d’une couche de déglissement en tout-venant d’Oued le long de la piste avec une
épaisseur de 30cm et une largeur de 5m.

Page 25
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Figure 1: Structure de la piste d'accès au site après aménagement.

II.4.3- Phasage d’exploitation


L’exploitation de la carrière se déroulera en trois phases à savoir :
- La phase d’aménagement et de mise en place des équipements et des infrastructures ;
- La phase d’exploitation proprement dite ;
- La phase de démantèlement et de remise en état du site.

II.4.4- Phase d’aménagement et mise en place des équipements et infrastructures


Cette phase correspond à la réalisation des travaux suivants :
- Aménagement de la piste d’accès au site.
- Ouverture du champ de la carrière.
- Assèchement du champ de la carrière, s’il y a lieu, et prise de mesures contre l’afflux d’eau,
ce qui consiste à protéger la carrière contre l’inondation par des eaux de pluies ou par les
eaux souterraines. Ceci peut se faire par creusement des fossés d’évacuation ou d’un réseau
des voix de drainages.
- Aménagement du site d’installation des équipements et de stockage des matériaux, dans ce
cas la société se dispose déjà d’un site aménagé pour l’installation de ses équipements
- Mise en place de la clôture de sécurité au niveau du site d’exploitation ainsi que le site
d’installation des équipements et de stockage des matériaux : ce site sera entouré d’une
clôture grillagée avec des poteaux en béton de 2m de hauteur et 20 cm de largeur
placés tous les 20m.
- Enlèvement des stériles de recouvrement (soit une couche de 30 cm) à l’aide d’une pelle
mécanique et déracinement des plantes sauvages présentes sur le site.
- Installation des plaques de signalisation afin de mieux gérer et sécuriser le trafic.
- Installation d’un panneau d’identification du projet et de la société à l’entrée du site.
- Installation des toilettes chimiques.
- Mise en place des équipements de la carrière et des unités annexes.

Page 26
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

II.4.4.1- Phase d’exploitation

a- Matériaux extraits
Un projet d’exploitation d’une carrière peut commencer seulement quand on connaît la
localisation, l’extension et la valeur du gisement. Ces informations s’obtiennent durant la phase de
prospection. Cette dernière comprend les enquêtes, les études de terrain, les essais de sondage et
d’autres excavations exploratoires.
Dans le cas du présent projet, la compagne de reconnaissance des lieux menée sur le site choisi a
révélé la présence de réserves alluvionnaires potentielles.

Les matériaux extraits peuvent être utilisés comme graves non traitées (couche de fondation,
couche de base) et gravettes pour revêtement superficiel et béton. Ils présentent aussi des
caractéristiques intrinsèques très bonnes pour la fabrication des gravillons pour le revêtement
superficiel et pour l’enrobé bitumineux.

b- Méthode d’exploitation

Les techniques d’exploitation des carrières varient en fonction de :


- La situation du gisement à exploiter par rapport à la surface du sol,
- La nature du gisement à exploiter,
- L’utilisation ultérieure des matériaux extraits,
- Des contraintes environnementales.

Dans le cas du présent projet, la société aura recours à la méthode de pelletage à l’aide d’une
pelle mécanique.
Cette méthode est envisageable grâce à la facilité d’extraction du gisement que le site renferme.

c- Etapes de l’exploitation
L’exploitation de la carrière suivra les étapes suivantes :
- Laisser un recul de 10m par apport au lit mineur et le lit majeur avant d’entamer
l’exploitation. (Le plan côté prend en considération les reculs nécessaires)
- Suivre une exploitation progressive de la carrière :
 Zone 1 sera exploitée pendant la première année : 39.000 m2
 Zone 2 sera exploitée pendant la deuxième année : 39.000 m2
 Zone 3 sera exploitée pendant la quatrième année : 39.000 m2 (la superficie de cette
parcelle est divisée en deux, puisqu’une partie appartient à la zone 1 « 13.230m2 » et
une deuxième partie appartient à la zone 2 « 25.770m2 »).
- Enlèvement des stériles de recouvrement (soit une couche de 20 à 30 cm) à l’aide d’une
pelle mécanique équipée d’un marteau brise-roche pour permettre l’accès au dépôt
exploitable.
- Pelletage du gisement à extraire : la profondeur d’excavation sera de 1,5m (valeur
déterminée en concertation avec l’ABHS) et ne devra pas dépasser le niveau piézométrique
de la nappe alluviale, l’extraction sera pratiquée en progressant latéralement contre le sens

Page 27
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

de l’écoulement de l’eau au niveau de la partie sèche de l’oued (lit majeur), de l’Est vers
l’Ouest.
- Les matériaux extraits seront chargés dans des camions dumper à l'aide d’une chargeuse à
chenille et seront transportés au site de concassage/ criblage, ils seront concassés puis
criblés à l’aide de différents cribles. Les fractions obtenues sont :
- Gravier
- Tout-venant
- Sables
- Les matériaux traités, seront stockés temporairement au niveau du site de concassage avant
expédition.

d- Nature des réserves du site à exploiter


Le gisement des deux parcelles est représenté par des sédiments alluvionnaires, ces derniers sont
constitués par des galets et de sables fins.
Ce type des matériaux peuvent être utilisés pour BTP « bâtiment et travaux publics ».

e- Evaluation des réserves de gisement


- Superficie totale à exploiter : 117.000m2 (le plan côté prend déjà en considération les reculs
nécessaires, à savoir : 10m par rapport au lit mineur ainsi que par rapport au lit majeur).
Cette superficie sera divisée en 3 parcelles, la superficie de chacune sera de 39.000 m2
- Profondeur d’exploitation : 1,5m.
- Volume global : 175.500m3
- Durée d'exploitation : 3ans renouvelables
- Volume à extraire/parcelle/an : 58.500m3/an

Figure 2: Coupe longitudinale illustrant la configuration de l'extraction

Page 28
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

II.4.4.2- Phase de démantèlement et de remise en état du site


L’exploitation d’une carrière constitue une occupation temporaire du sol. L’initiateur est donc
légalement tenu de réaménager et fermer le site et le retourner à une condition qui ressemble le plus
possible à son état initial. La société doit réhabiliter la partie exploitée avant de passer à
l’exploitation de la partie suivante.
Cette remise en état est déterminée par la nature de la carrière et par son environnement.
Généralement, pour une carrière extrayant des granulats dans un bassin alluvionnaire (comme c’est
le cas du présent projet). La société doit réhabiliter la zone exploitée avant d’entamer l’exploitation
de la zone suivante.
Les étapes à suivre pour la restauration du site sont :

 Nettoyage général de la zone abritant les équipements de la carrière


 Ecrêtage des zones et remblaiement des trous d’excavation par l’étalement de la
couche des stériles dégagés du site au début de l’exploitation, et ce pour combler
partiellement les creux crées par le prélèvement des matériaux alluvionnaires ;
 Talutage des berges de l’oued le long des zones d’exploitation suivant une pente douce.
* La majeure partie du site sera réhabilitée naturellement par les crues de l’oued.

Prix unitaire Prix total


N° Description des prestations Unité Quantité
(Dhs) (Dhs)
Talutage des berges de l’oued le long des
1 ml 1381 2,00 2.762,00
zones d’exploitation
Ecrêtage des zones et remblaiement des
2 m2 117.000m2 1,00 117.000,00
trous d’excavation par les stériles
Nettoyage général de la zone abritant les
3 m² 5000 2,00 10.000,00
équipements de la carrière
Total 129.762,00

Page 29
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Figure 3: schéma du profil d'exploitation et de réhabilitation

Page 30
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

II.4.5- Composantes complémentaires du projet

a- Moyens humains
L’effectif de la carrière sera de 20 personnes.
Le travail sera organisé en un poste unique de 8 heures avec une journée de repos hebdomadaire.

b- Equipements
La société prévoit l’emploi des équipements suivants :
- Station de concassage/ criblage
- Groupe électrogène.
- Chargeuse a chenille.
- Pelle mécanique.
- Pont bascule.
- Camions dumper et camions à bennes pour le transport.
- Citerne d’eau potable
- Citerne d’eau sanitaire.
- Citerne de carburant.
- Toilette chimique
- Matériel et outillage divers.
Tableau 1: Détail estimatif du coût global d'investissement.
Coût d'acquisition des équipements 4.000.000,00
Coût des moyens humains 2.320.571,00
Coût Travaux d’aménagement 500.000,00
Coût de la réhabilitation du site 179.429,00
Coût Total 7.000.000,00

c- Unités annexes
Une unité annexe de type containeur métallique qui servira à abriter les ouvriers est installée sur
le site de concassage
Le site est également munie d’un bureau équipé, dont la superficie est supérieure ou égale à 9m²,
destiné aux agents de contrôle.

d- Assainissement
- Assainissement liquide
L’assainissement liquide concernera les eaux vannes générées par le personnel travaillant dans la
carrière (et dont la quantité est estimée à 0.24m3/jour). Celles-ci seront collectées dans des toilettes
chimiques.
Elle sera composée de deux réservoirs : un réservoir pour la chasse d'eau, et un réservoir pour les
matières. Le système sera complété par l'usage d'additifs chimiques qui dissolvent les matières et
réduisent les mauvaises odeurs.
Le choix des toilettes chimiques s'effectuera selon le nombre d'utilisateurs. Ce nombre va
déterminer en effet la taille du réservoir. Ainsi, pour quatre personnes par exemple, il faudra opter
pour une cuve de 20 litres environ.
Page 31
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Assainissement solide
Les déchets inertes constitués par les stériles et le sol du décapage seront stockés et seront
ultérieurement utilisés lors de la remise en état des lieux.
Quant aux déchets domestiques produits par le personnel, dont la quantité est estimée à 20 Kg/jr
(à base d’un ratio de 1 Kg/personne), ils seront stockés dans un container de 100l de capacité et
seront évacués vers un lieu approprié et autorisé par la commune.
Pour éviter le dépôt des déchets dangereux pour l’environnement au sein de la carrière
(huiles de vidange, pneus usagés « dangereux en cas d’incendie), la société doit assurer toutes
les opérations de lavage, d’entretien et de maintenance de ses engins au niveau de la station-
service la plus proche et qui dispose des moyens pour gérer ce type de déchets.

e- Alimentation en eau
L’approvisionnement en eau potable pour les ouvriers travaillant sur le site d’extraction sera
assurée par des bouteilles d’eau, pour les ouvriers travaillant sur le site de concassage,
l’approvisionnement en eau potable se fera par le biais d'une citerne de 1000l installée sur le site.
Celle-ci sera remplie en eau transportée par un camion-citerne à partir du centre de la commune.
Les besoins en eau sont estimés à 0.6m3/jour, sur la base d’un ratio de 30l /personne/jr.
La société se servira des eaux de l’oued pour l’arrosage de la piste d’accès à la carrière et le
fonctionnement de la station de concassage (dont le volume est estimé à 6m3/an).

Page 32
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE III : ANALYSE DESCRIPTIVE DE L’ÉTAT INITIAL DU MILIEU

Une description très précise doit être faite de la zone où le projet sera implanté pour circonscrire
l’ensemble des effets qu’il pourra induire sur les milieux biophysique et humain.

Cette description doit tenir en compte des facteurs géologique, topographique, hydrologique et
climatique qui conditionnent l’écosystème ainsi que les principales espèces qui le constituent. Elle
comprend également une analyse de l’importance de chaque élément répertorié en fonction de sa
valeur sur les plans écologique et social et de son degré de vulnérabilité et d’unicité.

La description du milieu humain, quant à elle, présente les principales caractéristiques sociales et
historiques décrites de façon à aider à comprendre les communautés locales, les relations qu’elles
tissent avec le milieu naturel, l’usage qu’elles font des différents éléments du milieu ainsi que leurs
perceptions du projet.

A cet effet, une zone d’étude est déterminée et délimitée de façon à couvrir toutes les activités
projetées ainsi que tous les éléments environnementaux, les infrastructures et les équipements de
base susceptibles d’être directement ou indirectement affectés par le projet.

L’analyse de l’état initial du milieu rapportée sur le présent document est basée sur les données
recueillies lors de la visite effectuée sur le site en question, ainsi que sur le plan de développement
de l’agglomération rurale de Beni Lent « 2011 ».

III.1- Délimitation de la zone d’étude


Cette délimitation a été faite en considérant, d’une part, l’entourage immédiat du site et ce, sur
un rayon de 1000m et, d’autre part, le territoire de la commune de BNI LENT dans son intégrité.

III.2- Situation géographique


Le site objet de cette étude fait partie de la commune de BNI LENT, Province de Taza.
Appartenant à la région de Fès-Meknès, la commune se situe sur la route régionale 508 et s’étend
sur une superficie de 117Km2 et délimitée par :
 Commune Msila du côté Nord ;
 Commune Oulad chrif du côté Sud ;
 Commune Taifa du côté Est ;
 Commune Bni Frassen du côté Ouest.

III.3- Cadre naturel


III.3.1- Climat
Le climat de la commune est de type semi continental. Il se caractérise par des hivers assez
froids et des étés très chauds avec donc des écarts importants de températures et des variations
saisonnières de pluviométrie.
La moyenne annuelle des précipitations est de l’ordre 800 mm. Le minimum des précipitations
est enregistré aux mois de juillet et août, tandis que le maximum a lieu pendant la période allant de
décembre à février.
La température moyenne maximale peut atteindre 40°C à l’été, alors que la température
moyenne minimale est enregistrée à l’hiver et elle ne dépasse pas 7°C.

Page 33
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

La période la plus venteuse de l'année dure 6,4 mois, du 5 novembre au 19 mai, avec des vitesses
de vent moyennes supérieures à 11,8 kilomètres par heure. Le jour le plus venteux de l'année est
le 8 avril, avec une vitesse moyenne du vent de 13,4 kilomètres par heure.
La période la plus calme de l'année dure 5,6 mois, du 19 mai au 5 novembre. Le jour le plus
calme de l'année est le 5 août, avec une vitesse moyenne horaire du vent de 10,3 kilomètres par
heure.
La Rose des Vents pour montre combien d'heures par an le vent souffle dans la direction
indiquée. (Meteoblue.com)

Figure 4: Direction des vents en fonction des heures

Le diagramme suivant montre les jours par mois, pendant lesquels le vent atteint une certaine
vitesse.

Page 34
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Figure 5: Vitesse des vents en fonction des jours de chaque mois de l’année

III.3.2- Aperçu géologique


La zone étudiée appartient au domaine pré rifain qui constitue la partie méridionale du sillon
externe de la chaîne du Rif. C’est un domaine caractérisé par une complexité lithologique qui
résulte de la structure tectonique en écailles et en nappes de charriage.
L’ensemble des formations du crétacé et du tertiaire est constitué par une matrice argileuse
plastique percée par des rides pseudo anticlinales dolomitiques et calcaires du lias. Les dépôts des
terrasses quaternaires sont d’origine marneuse. Ils sont le plus souvent à texture argileuse.

Figure 6: Extrait de la carte structurale du Maroc au 1/2000000.

Page 35
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Légende :

III.3.3- Relief et topographie


La Province de Taza a une géomorphologie hétérogène. Son relief est une véritable mosaïque de
zones fortement diversifiées avec prédominance montagneuse, offrant des altitudes allant de 200 à
3170 mètres.
Les principaux niveaux topographiques caractérisant ce relief sont :
- Les collines du Prérif au Nord,
- La chaîne du Moyen Atlas au Sud.
Les altitudes au niveau du site du projet varient entre 433m et 459m (topographic-map.com).

Commune Beni Lent Zone du projet

Figure 7: Carte des altitudes de la zone du projet

Page 36
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

III.3.4- Hydrologie et hydrogéologie


Le site du projet fait partie du bassin de Sebou, ce dernier est l’une des ressources en eau les plus
importantes du Maroc. Ayant une longueur totale de 614 km depuis sa source, il a à son amont les
eaux de la rifaine (Oued Leben affluent de l'Oued Inaouen, lui-même affluent de Sebou et
Oued Ouargha) et celles des crêtes (Oued Guigou, Oued Zlouh, Oued Mikkés), et l'Oued
Inaouen qui vient de la région de Taza où il borde les régions moyennes-atlasiques et pré-rifaines.
Après avoir traversé les collines pré-rifaines, le Sebou débouche dans la plaine du Gharb, où il va
recevoir l'Oued Beht et l'Oued R'dom au Sud. Il rejoint l'Atlantique près de Kénitra à Mehdia. Son
débit moyen s'élève à 137 m3/s. En hiver, la moyenne la plus élevée est celle du mois de février
(350 m3/s), pouvant atteindre 6 000 m3/s en période de fortes crues.

Au niveau de la zone d’étude le réseau hydrographique est dominé par l’oued Lahdar dont le
régime d’écoulement est très irrégulier.
Oued Lahdar présente un module d’écoulement relativement élevé au niveau de la station de Bab
Echhoub (X=623.000 ; Y=408.000). Ceci s’explique par des quantités de pluies plus importantes
dont la moyenne varie selon les stations entre 600 et 750 mm ainsi que par sa position au débouché
de nombreux bassins versants qui peuvent présenter des phases de forte torrentialité.

Les débits sont très irréguliers on peut passer dans l’intervalle de quelques jours de moins de
1m3/s à plus de 50m3/s. exemple de l’année 1995-1996 : de 0,024m3/s le 25-12-1995 à 62m3/s le 24-
01- 1996, alors que le cours d’eau était totalement sec pendant les mois de mai juillet et août ainsi
que pendant une bonne période des mois de septembre octobre et novembre 1995. Le pic
d’écoulement (62 m3/s) enregistré au mois de janvier 1996 correspond à des pluies très intenses qui
ont donné pendant ce mois 403 mm Taïneste, 341 mm Taza et 408 mm Had Msila. (Contraintes du
milieu et fragilité d'un espace montagnard marocain : l'exemple du Prérif oriental au nord de Taza)

Les ressources en eau superficielles dans la zone d’étude sont représentées par :
- Oued LAHDAR
- Une chaâba du côté ouest de la deuxième parcelle
- Une chaâba à 380m du côté nord de la première parcelle

Page 37
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Figure 8: Situation du projet sur la carte des eaux superficielles, bassin de Sebou
D’après la carte des nappes souterraines ci-dessous, on note l’absence d’une nappe souterraine à
l’exception d’une nappe alluviale nommée aussi nappe d’accompagnement, En période de crue, la
nappe alluviale est alimentée par les eaux de l’oued, de ce le niveau piézométrique peut varier en
fonction des conditions climatiques.

Page 38
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Figure 9: Situation du projet sur la carte des eaux souterraines, bassin de Sebou

III.4- Eléments biologiques


III.4.1- La flore
Au niveau de la zone du projet, Les espèces floristiques présentes sur le site sont représentées par
des plantes poussant à l’état sauvage, plantes hydrophiles et de chamaerops (doume Laurier.), et des
terrains agricoles à 400m du côté ouest du site et 350m du côté Est, par ailleurs, aucune autre espèce
végétale en voie de disparition ou protégée n’est signalée dans la zone de l’étude.
III.4.2- La faune
Les seules espèces faunistiques qu’on peut rencontrer sur le site sont les reptiles, les rats et les
oiseaux (moineau domestique et d’Espagne, Tourterelle des bois…) mais aucune présence
d’espèce protégée n’a été signalée dans la zone de l’étude.
III.5- Eléments humains
III.5.1- Démographie

Selon les statistiques du Recensement Générale de la Population et de l’Habitat (RGPH) de


2014, la population de la commune de BNI LENT est de 11 866 habitants répartis en 2103
ménages.
Il y a lieu de noter que les habitations les plus proches du site du projet sont distantes d’environ :
 266 mètres à vol d’oiseau du côté nord-ouest.

Page 39
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

III.6- Eléments économiques

III.6.1- Agriculture
Les activités dans la commune reposent essentiellement sur l’agriculture et l’arboriculture. La
production agricole est constituée principalement par les céréales, les légumineuses, oliviers,
amandiers et un peu de figuiers.

III.6.2- Elevage
L’élevage est pratiqué en parallèle avec l’agriculture. Les terres réservées au parcours sont
estimées à 2400Ha.

III.6.3- Artisanat
L’artisanat est pratiqué librement par les ménages, et consiste à fabriquer des articles locaux
(couffins en doum, tissage et poterie).

III.6.4- Commerce
L’activité commerciale n’est pas très développée, le rôle du Souk hebdomadaire (LARBAA)
reste d’une grande importance, il attire une environ 1500 personnes en basse saison et 3100
personnes en haute saison.

III.7- Infrastructures de base


III.7.1- Réseau de voirie
Le réseau de voirie est caractérisé par la prédominance des pistes qui sillonnent le territoire de la
commune, pour les routes classées on cite, la RR508 et la RP5413. La RR508 reliant Had Zbair
vers Taza traverse le centre de la commune, cette voie constitue l’axe principale regroupant les
activités essentielles du centre.
Le site du projet se trouve à 207m de la RP5413 du côté nord, et à 1.5Km de la RR508 du côté
Nord-ouest.

III.7.2- Eau potable


L’alimentation de la commune en eau potable est assurée par un château d’eau, ce dernier est
alimenté par un puits situé à environ 800m du centre de la commune.

III.7.3- Electricité
Le taux de branchement au réseau d’électricité général est 98%

III.7.4- Equipement publiques


Le centre dispose de :
- Une Ecole primaire
- Un collège
- Une maison de l’étudiant
- Une mosquée
- Un Cimetière
- Un Centre de santé
- Un centre de maternité
- Une agence postale
- Un souk hebdomadaire

Page 40
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE IV : ÉVALUATION DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT

L’exploitation des carrières fait partie des activités industrielles dont les conséquences
environnementales peuvent être importantes et irréversibles, et varier en fonction de l’intérêt du
milieu naturel et des surfaces concernées. En effet, cette activité est doublement influente :

- D’une part, à travers les nuisances et les risques accidentels qui peuvent être occasionnés
lors de l’activité d’extraction, de traitement et de transport,
- D’autre part, en raison de la perturbation apportée aux sites : conflit d’usage entre le
maintien de l’état naturel et l’utilisation des matériaux à des fins économiques, perturbation
des paysages, consommation d’espace, modification de l’état du milieu et de la vulnérabilité
des ressources en eau.
Certains de ces impacts sont de court terme et sont limités au site de la carrière, tandis que
d’autres peuvent avoir des répercussions profondes et des effets de long terme.
Chaque phase d’exploitation d’une carrière est associée à différents groupes d’impacts
environnementaux. Ceux qui découleront du projet initié par la société CARRIERES CHADLI sont
exposés dans ce chapitre.

IV.1- Evaluation des impacts


L’évaluation environnementale permet d’analyser et d’interpréter les relations et interactions qui
lient les facteurs (appelés aspects environnementaux) qui exercent un impact sur l’ensemble des
composantes des milieux biophysique et humain.
Plusieurs outils d’évaluation existent, dont la méthode matricielle utilisée dans la présente étude
(voir Annexes).

IV.1.1- Impacts positifs


Le projet initié par la société CARRIERES CHADLI aura plusieurs impacts positifs d’ordre
socio-économique qui se manifesteront par :

- La création d'une telle activité économique participera à la création d’emploi à la commune


de BNI LENT ;
- Le développement socio-économique de la commune ; celle-ci bénéficiera d’une redevance
annuelle fixée, ce qui l’aidera à financer des projets de développement socio-économique au
profit des populations locales ;
- L'aménagement de voies de transport et de communication ;
- La disponibilité de la matière première pour BTP.

Page 41
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

IV.1.2- Impacts négatifs

IV.1.2.1- Impacts en phase d’aménagement et de mise en place des équipements et des


infrastructures
La prise en compte de l’environnement doit se faire dès les premières phases de réalisation du
projet. En effet, c’est pendant la phase d’aménagement et de mise en place des équipements et des
infrastructures que se concrétisent les premières atteintes à l’environnement. C’est également
pendant cette même phase que sont mises en œuvres les mesures préventives de protection du
milieu environnant.
Généralement, le fait que cette phase soit limitée dans le temps fait que l’importance des impacts
induits soit relativement réduite.

a- Impact sur les eaux superficielles


Aspects environnementaux :
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et huiles usées depuis les véhicules de
transport et les engins utilisés pour l’aménagement des pistes d’accès au site,
- L’arrachement et l’entrainement des matières en suspension,
- Le déversement accidentel des eaux usées et de lixiviat des déchets solides.
Ces facteurs causeront la pollution chimique et bactériologique des eaux superficielles ainsi que
le changement de leur aspect physicochimique et organoleptique. Par conséquent, ces eaux seront
impropres à toute forme d’utilisation.
L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de transport
constitue autant de potentialités de pollution.
Le nombre d’engins utilisés et les personnes travaillant sur le site seront très limités.
L’augmentation du niveau de concentration de ces substances se fera donc dans les limites de ce
que permet la réglementation en vigueur.
Il est à citer que les ressources en eau superficielles dans la zone d’étude sont représentées par :
- Oued LAHDAR
- Une chaâba du côté ouest de la deuxième parcelle
- Une chaâba à 380m du côté nord de la première parcelle
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Faible Locale Courte Mineure

b- Impact sur les eaux souterraines (nappe alluviale)


Aspects environnementaux :
- Le déversement accidentel et l’infiltration des hydrocarbures et huiles usées depuis les
véhicules de transport et les engins utilisés pour l’aménagement des pistes d’accès au site,
- L’arrachement et l’entrainement des matières en suspension,
- Le déversement accidentel et l’infiltration des eaux usées et de lixiviat des déchets solides.

Page 42
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Ces facteurs causeront la pollution chimique et bactériologique des eaux souterraines « la nappe
alluviale » ainsi que le changement de leur aspect physicochimique et organoleptique. Par
conséquent, ces eaux seront impropres à toute forme d’utilisation.
L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de transport
constitue autant de potentialités de pollution.
Le nombre d’engins utilisés et les personnes travaillant sur le site seront très limités.
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Faible Locale Courte Mineure

c- Impact sur l’air


Aspects environnementaux :
Les plus importantes sources de pollution atmosphérique sont :
 Les émissions de poussières,
 Les émissions des gaz d’échappement provenant de sources mobiles (voitures et camions).

Les émissions de poussières se produiront surtout pendant les périodes sèches, lors de la
circulation des véhicules de transport, l’aménagement des aires sur lesquelles seront installés les
équipements du projet et la manipulation des matériaux utilisés pour l’aménagement des pistes
d’accès.

Ces poussières seront de deux types :


- Les aérosols dont le diamètre est inférieur à 100μm : leur vitesse de chute est négligeable.
Ils se diluent dans le volume d’air,
- Les particules sédimentables dont le diamètre est supérieur à 100μm: Elles subissent soit
une sédimentation, soit une dispersion par le vent.

Les émissions des gaz d’échappement, quant à elles, constituent une source importante de
particules, de monoxyde de carbone et des composés organiques volatils qui contribuent
considérablement à la formation d’ozone troposphérique. Le niveau d’émissions de ces polluants
dépend du carburant et de l’état de fonctionnement de l’équipement source.
Le projet pourra donc être la source d’une légère altération de la qualité de l’air aux alentours du
site.
Le nombre d’engins en activité en même temps sur le site sera très limité. L’augmentation du
niveau de concentration de ces gaz et particules dans l’air se produira donc dans les limites de ce
que permet la réglementation en vigueur.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Moyenne Locale Courte Moyenne

d- Impact lié aux nuisances sonores


Aspects environnementaux :
- La circulation des engins

Page 43
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Les travaux d’aménagement du site


L’activité de la carrière engendre des nuisances sonores durant ses différentes phases, ce genre
de bruit constituent une source majeure de dérangement et une atteinte au bienêtre des habitants.
La durée des travaux durant la phase d’aménagement sera courte par rapport à la phase
d’exploitation.
Les ouvriers seront équipés de casque anti bruits pour réduire le bruit gênant des machines et des
engins.
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Moyenne Locale Courte Moyenne

e- Impact sur le paysage


Aspects environnementaux :
- La mise en place des équipements et installations du chantier.
- La présence de différents dépôts (déchets solides, matériaux utilisés pour l’aménagement
des pistes d’accès, etc.).

Un paysage peut être défini en fonction de :


- Son intérêt (rareté, valeur patrimoniale, valeur esthétique, etc.),
- Son caractère susceptible de présenter une certaine harmonie, qui peut être déstructurée par
un aménagement,
- Sa sensibilité qui prend en compte les notions de fréquentation et de visibilité.

Le projet sera visible depuis la RP5413, axe routier important et fréquenté.


Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Moyenne Locale Courte Moyenne

f- Impact sur le sol et les terrains agricoles


Aspects environnementaux :
La dégradation de la qualité du sol peut avoir plusieurs sources :
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et huiles usées depuis les véhicules de
transport et les engins utilisés pour l’aménagement des pistes d’accès au site,
- Le déversement accidentel des eaux usées et de lixiviat des déchets solides,
- L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de
transport,
- Les retombées de poussières.
En effet, ces substances pourront induire l’érosion du sol, la dégradation de sa qualité ainsi que
l’altération de ses caractéristiques édaphiques.
Au niveau de la zone du projet, on trouve des terrains agricoles à 400m du côté ouest du site et
350m du côté Est.

Page 44
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Faible Locale Courte Mineure

g- Impact sur la faune


Aspects environnementaux :
- Les vibrations et les nuisances sonores,
- La scission de l’espace vital,
- La dégradation de la qualité de l’air et des eaux.

Le problème essentiel posé par l’ouverture d’une carrière à ciel ouvert concerne la destruction et
la perturbation des habitats faunistiques, et la difficulté de recolonisation des milieux reconstitués.

Les impacts persistant peuvent être importants si on considère aussi la scission de l’espace vital.
La gravité de l’impact provient de l’importance des infrastructures installées et des changements
morphologiques observés pendant et après l’exploitation.

Le projet constituera une source de dérangement de la faune suite aux vibrations et nuisances
sonores. Ces dernières peuvent provenir de la circulation des véhicules et des travaux
d’aménagement des pistes d’accès et des aires destinées à la pose des équipements prévus.

Ces facteurs, combinés à la détérioration de la qualité de l’air, peuvent entraîner la fuite des
reptiles et des oiseaux qu’on peut rencontrer sur le site et entraînera leur fuite.

Or, les espèces faunistiques ne sont que faiblement présents sur le site, ce qui réduit
considérablement l’importance de cet impact.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Faible Faible Locale Courte Mineure

h- Impact sur la flore


Aspects environnementaux :
- Les retombées de poussières,
- La dégradation de la qualité de l’air, des eaux et du sol.

L’éventuelle contamination chimique et/ou bactériologique des eaux et du sol aura pour
conséquence de détériorer les racines des différents groupements végétaux.

L’empoussièrement peut perturber les échanges gazeux et nuire à la photosynthèse et à la


pollinisation de la flore, ce qui a potentiellement des conséquences sur la végétation naturelle et sur
les cultures riveraines.

Page 45
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Le site d’extraction est presque nu de toute sorte de flore endémique, les seules espèces
recensées correspondent aux plantes hydrophiles et de chamaerops (doume Laurier.) et des terrains
agricoles.
Par ailleurs, aucune autre espèce végétale en voie de disparition ou protégée n’est signalée
dans la zone de l’étude.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Faible Faible Locale Courte Mineure

i- Impact sur la population avoisinante


Aspects environnementaux :
- La modification de la perception paysagère du site.
- Les émissions de poussières et de gaz d’échappement des véhicules,
- Les nuisances sonores.

Les poussières et les gaz d’échappement émis du site peuvent se disperser par les vents et
atteindre les habitants proches. Ces derniers peuvent à cet effet développer des troubles d’ordre
respiratoire et ophtalmique.
Les émissions sonores, quant à elles, constituent une source majeure de dérangement et une
atteinte au bienêtre des habitants.
La modification de l’aspect paysager du site constitue une source de dérangement visuel et une
atteinte au bienêtre des habitants.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Faible Locale Courte Mineure

j- Impact sur les ouvriers


Aspects environnementaux :
- Les émissions de poussières et des gaz d’échappement des véhicules.
- Les nuisances sonores.

Les ouvriers exposés aux poussières et gaz d’échappement des véhicules peuvent développer des
troubles d’ordre respiratoire et ophtalmique.
Les émissions sonores, quant à elles, constituent une source majeure de dérangement et peuvent
leur causer des troubles auditifs.
De plus, les travaux réalisés au sein du chantier peuvent porter atteinte à la sécurité des ouvriers.
En effet, ces derniers peuvent être victimes d’accidents de travail causés par la manutention des
équipements et outillages du chantier, et la circulation des véhicules sur le site.

Page 46
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Forte Moyenne Locale Courte Moyenne

k- Impact sur l’infrastructure routière


Aspects environnementaux :
- L’accentuation de la circulation des camions sur les voies publiques empruntées.

La circulation des véhicules de transport peut encombrer les voies publiques empruntées,
entraîner l’augmentation du risque d’accidents routiers et dégrader les chaussées.

Le trafic engendré par le projet pendant la phase d’aménagement et de mise en place des
équipements se résume en moyenne à trois véhicules par jour d’activité. Il est considéré donc
comme négligeable au regard de la circulation publique.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Moyenne Faible Locale Courte Mineure

IV.1.2.2- Impact en phase d’exploitation du projet


Les activités associées à la phase d’exploitation peuvent avoir des impacts environnementaux
significatifs. Leur importance augmente avec la durée des travaux.

a- Impact sur les eaux superficielles


Aspects environnementaux :
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et huiles usées depuis les véhicules de
transport,
- Le déversement accidentel des eaux usées et de lixiviat des déchets solides,
- L’arrachement et l’entrainement des matières en suspension.
Ces facteurs causeront la pollution chimique et bactériologique des eaux superficielles ainsi que
le changement de leur aspect physicochimique et organoleptique. Par conséquent, ces eaux seront
impropres à toute forme d’utilisation.
L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de transport
constitue autant de potentialités de pollution.
Il est à citer que les ressources en eau superficielles dans la zone d’étude sont représentées par :
- Oued LAHDAR
- Une chaâba du côté ouest de la deuxième parcelle
- Une chaâba à 380m du côté nord de la première parcelle

Page 47
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Forte Forte Locale Majeure
renouvelables

b- Impact sur les eaux souterraines (nappe alluviale)


Aspects environnementaux :
- Le déversement accidentel et l’infiltration des hydrocarbures et huiles usées depuis les
véhicules de transport et les engins utilisés pour l’aménagement des pistes d’accès au site,
- L’arrachement et l’entrainement des matières en suspension,
- Le déversement accidentel et l’infiltration des eaux usées et de lixiviat des déchets solides.
Ces facteurs causeront la pollution chimique et bactériologique des eaux souterraines ainsi que le
changement de leur aspect physicochimique et organoleptique. Par conséquent, ces eaux seront
impropres à toute forme d’utilisation.
L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de transport
constitue autant de potentialités de pollution.
Le nombre d’engins utilisés et les personnes travaillant sur le site seront très limités.
L’augmentation du niveau de concentration de ces substances se fera donc dans les limites de ce
que permet la réglementation en vigueur.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Locale 3ans Majeure
Forte Forte
renouvelables

c- Impact sur la morphologie de l’oued


Aspects environnementaux :
- La formation de trous d’excavation.
Le projet modifiera la morphologie des emprises concernées du fait de l’enlèvement des
matériaux de la carrière. Ceci pourra gêner l’écoulement naturel des eaux des crues.
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Forte Forte Locale Majeure
renouvelables

d- Impact sur l’air


Aspects environnementaux :
Les plus importantes sources de pollution atmosphérique dans le site sont :
- Les émissions de poussières,
- Les émissions des gaz d’échappement provenant de sources mobiles (voitures et camions).

Page 48
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Ces poussières seront de deux types :


- Les aérosols dont le diamètre est inférieur à 100μm : leur vitesse de chute est négligeable.
Ils se diluent dans le volume d’air,
- Les particules sédimentables dont le diamètre est supérieur à 100μm : Elles subissent soit
une sédimentation, soit une dispersion par le vent.

Les émissions des gaz d’échappement, quant à elles, constituent une source importante de
particules, de monoxyde de carbone et des composés organiques volatils qui contribuent
considérablement à la formation d’ozone troposphérique. Le niveau d’émissions de ces polluants
dépend du nombre de véhicules qui fréquentent le site (dans le cas de ce projet 6 véhicules en
moyenne par jour d’activité), de la qualité du carburant et de l’état de fonctionnement de
l’équipement source.
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Moyenne Forte Locale Moyenne
renouvelables

e- Impact lié au risque de lessivage des stériles


Aspects environnementaux :
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et huiles usées depuis les véhicules de
transport et les engins utilisés
- L’arrachement et l’entrainement des matières en suspension,
- Le déversement accidentel des eaux usées et de lixiviat des déchets solides.

Le lessivage est le transport des éléments contenants dans les stériles (hydrocarbure, lixiviat,
huiles usées, matière en suspension…) par les eaux de pluie. Ce phénomène a deux conséquences :
- L’appauvrissement et dégradation des stériles lessivés ;
- La pollution des eaux superficielles et souterraines

Ces facteurs causeront la pollution chimique et bactériologique des eaux ressources en eaux ainsi
que le changement de leur aspect physicochimique et organoleptique. Par conséquent, ces eaux
seront impropres à toute forme d’utilisation.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Moyenne Moyenne Locale Moyenne
renouvelables

Page 49
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

f- Impact lié aux nuisances sonores


Aspects environnementaux :
- La circulation des engins au niveau du site d’exploitation et de traitement des matériaux
- Le décapage des parois des couches de sédiments
- Le chargement/déchargement des matériaux
- L’utilisation de la station de concassage pour le traitement des matériaux

L’activité de la carrière engendre des nuisances sonores durant les différentes phases, ce genre de
bruit constituent une source majeure de dérangement et une atteinte au bienêtre des habitants.
En effet, les bruits liés à l’extraction des matériaux alluvionnaires ne seront pas continus et ne
seront pas forts en comparaison avec les autres types de carrières, et en tenant compte de
l’éloignement des habitations par rapport au site d’extraction et au site de traitement des matériaux.
Néanmoins, une exposition prolongée aux nuisances sonores peut causer des maux de tête et un
stress aux ouvriers, ces derniers seront équiper de casque anti bruits pour réduire le bruit gênant des
machines et des engins.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Forte Forte Locale Majeure
renouvelables

g- Impact sur le paysage


Aspects environnementaux :
- La présence des équipements et installations du projet.
- La présence de différents dépôts, notamment les déchets solides.
- La formation des trous d’excavation dans les oueds.
Un paysage peut être défini en fonction de :
- Son intérêt (rareté, valeur patrimoniale, valeur esthétique, etc.),
- Son caractère susceptible de présenter une certaine harmonie, qui peut être déstructurée par
un aménagement,
- Sa sensibilité qui prend en compte les notions de fréquentation et de visibilité.
Le projet sera visible depuis la RP5413, axe routier important et fréquenté.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Forte Forte Locale Majeure
renouvelables

Page 50
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

h- Impact sur le sol et les terrains agricoles


Aspects environnementaux :
La dégradation de la qualité du sol peut avoir plusieurs sources :
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et huiles usées depuis les véhicules de
transport,
- Le déversement accidentel des eaux usées et de lixiviat des déchets solides,
- L’écoulement des eaux pluviales lessivant les zones de circulation des véhicules de
transport,
- Les retombées de poussières.

En effet, ces substances pourront induire l’érosion du sol, la dégradation de sa qualité ainsi que
l’altération de ses caractéristiques édaphiques.

L’importance de cet impact, dans le cas du présent projet, sera moyenne. Ceci s’explique par la
moyenne sensibilité du milieu (site entouré de terrains agricoles), combinée à la faible intensité de
l’impact (fuites de polluants minimes).

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Moyenne Moyenne Locale Moyenne
renouvelables

i- Impact sur la faune


Aspects environnementaux :
- Les vibrations et les nuisances sonores.
- Les retombées de poussières.
Le problème essentiel posé par l’ouverture d’une carrière à ciel ouvert concerne la destruction et
la perturbation des habitats faunistiques, ainsi que la scission de l’espace vital.

Les vibrations, les nuisances sonores et les retombées de poussières, qui se produiront lors de la
circulation des véhicules de transport, l’extraction des matériaux et le chargement/ déchargement
des matériaux dans les tombereaux en acier des camions constitueront une source majeure de
dérangement pour les reptiles et les oiseaux qu’on peut rencontrer sur le site et entraînera leur fuite.

Or, les espèces faunistiques sont faiblement présentes sur le site, ce qui réduit considérablement
l’importance de cet impact.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Faible Moyenne Locale Mineure
renouvelables

Page 51
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

j- Impact sur la flore


Aspects environnementaux :
- Les retombées de poussières.
- Le déversement accidentel des hydrocarbures et des huiles usées depuis les véhicules de
transport et les engins utilisés pour l’aménagement de la piste d’accès au site.
- Le déversement accidentel des eaux usées et du lixiviat des déchets solides.

Aucune espèce floristique ne sera présente sur le site pendant la phase d’exploitation. Le projet
n’aura donc aucun impact sur la flore du site.
L’éventuelle contamination chimique et/ou bactériologique des eaux et du sol aura pour
conséquence de détériorer les racines des différents groupements végétaux poussant au niveau des
terrains agricoles proches du site.
Les retombées de poussière, quant à elles, peuvent avoir des conséquences potentielles sur les
cultures riveraines. Elles peuvent, en effet, perturber leurs échanges gazeux ainsi que leur activité
photosynthétique et pollinique.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Faible Moyenne Locale Mineure
renouvelables

k- Impact sur la population avoisinante


Aspects environnementaux :
- La modification de la perception paysagère du site.
- Les émissions de poussières et des gaz d’échappement des véhicules.
- Les nuisances sonores.

Les poussières et les gaz d’échappement émis du site peuvent se disperser par les vents et
atteindre les habitants proches. Ces derniers peuvent à cet effet développer des troubles d’ordre
respiratoire et ophtalmique.
Les émissions sonores, quant à elles, constituent une source majeure de dérangement et une
atteinte au bienêtre des habitants.
La modification de l’aspect paysager du site constitue une source de dérangement visuel et une
atteinte au bienêtre des habitants.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Moyenne Moyenne Locale Moyenne
renouvelables

l- Impact sur les ouvriers


Aspects environnementaux :
- Les émissions de poussières et des gaz d’échappement des véhicules.
Page 52
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Les nuisances sonores.

Les ouvriers exposés aux poussières et gaz d’échappement des véhicules peuvent développer des
troubles d’ordre respiratoire et ophtalmique.
Les émissions sonores, quant à elles, constituent une source majeure de dérangement et peuvent
leur causer des troubles auditifs.
De plus, les travaux réalisés au sein du chantier peuvent porter atteinte à la sécurité des ouvriers.
En effet, ces derniers peuvent être victimes d’accidents de travail causés par la manutention des
équipements et outillages du chantier, et la circulation des véhicules sur le site.
Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de
milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Forte Forte Locale Majeure
renouvelables

m-Impact sur l’infrastructure routière


Aspects environnementaux :
- Trafic des véhicules de transport sur les voies publiques.

La circulation des véhicules de transport peut encombrer les voies publiques empruntées,
entraîner l’augmentation du risque d’accidents routiers et dégrader les chaussées.

Le trafic engendré par le projet pendant la phase d’exploitation se résume en moyenne à six
véhicules par jour d’activité. Il est considéré donc comme négligeable au regard de la circulation
publique.

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
3ans
Moyenne Moyenne Locale Moyenne
renouvelables

IV.1.2.3- Impacts en phase de démantèlement et réhabilitation du site


La phase de démantèlement et de réhabilitation du site est généralement d’une durée très limitée.
Peu de désagréments peuvent donc en découler, dont :
- Les vibrations et les nuisances sonores émises lors de la circulation des engins et véhicules
de transport, les travaux de terrassement, le démantèlement des équipements de la carrière et
le chargement/ déchargement des matériaux dans les tombereaux en acier,
- L’émission des poussières et les gaz d’échappement des véhicules,
- Les déversements accidentels des hydrocarbures et des huiles usées depuis les engins de
chantier et les véhicules de transport.

Page 53
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Sensibilité du Intensité de Etendue de Durée de Importance de


milieu l’impact l’impact l’impact l’impact
Faible Faible Locale Courte Mineure

Page 54
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Tableau 2: Matrice d’évaluation des impacts.

Source d'impact
Phase d’aménagement/ Mise en Phase de
place des équipements et Phase d’exploitation démantèlement/
infrastructure Réhabilitation

N- Démantèlement des équipements


H- Chargement des matériaux pour
B- Excavation et/ou terrassement
+ : impact positif

P- Circulation des véhicules de


M- Gestion des déchets et eaux
G- Gestion des déchets et eaux
A- Aménagement des routes

D- Circulation des véhicules de

H- Circulation des engins et


C- Construction des bâtiments
- : Impact négatif mineur

I- Extraction/ excavation
véhicules de transport
-- : Impact négatif moyen

et nettoyage du site
--- : Impact négatif majeur

expédition

transport
transport
d’accès

usées

usées
Eléments environnementaux
1. Cours d’eau - - - - --- --- --- - -
Eaux
Milieu naturel

2. Nappe phréatique - - - - --- --- --- - -


Sol 3. Qualité du Sol et terrains agricoles - - - - -- -- -- - -
4. Qualité de l’air -- -- -- -- -- -- - -
Air
5. Niveau de bruits -- -- -- --- --- --- -- -
Faune et 6. Faune - - - - - - - - - -
flore 7. Flore - - - - - - - - -
8. Infrastructures et routes + - -- - -
Cadre de
Milieu humain

9. Sécurité et santé des ouvriers -- -- -- --- --- --- - -


vie
10. Bien être des habitants proches - - - -- -- --
11. Activité économique + + + + + + + + +
Economie 12. Marché de l’emploi + + + + + + + + +
13. Paysage -- - -- --- --- --- + --
14. Tourisme
Culturel

Page 55
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

Tableau 3: Synthèse des impacts résiduels

Eléments Impact
Impact Importance Mesures d’atténuation
environnementaux résiduel
- La maintenance des véhicules de transport doit être strictement interdite à l’intérieur du site.
Contamination chimique et bactériologique des eaux superficielles Majeure - En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat et dépannage. Moyen
Eaux superficielles Changement de l’aspect physicochimique et organoleptique - Utiliser des véhicules en bon état mécanique afin d’éviter les fuites d’huiles, de carburant ou de tout autre
polluant.
- La maintenance des véhicules de transport doit être strictement interdite à l’intérieur du site.
Majeure - En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat et dépannage. Moyen
Contamination chimique et bactériologique des eaux souterraines
Eaux souterraines Changement de l’aspect physicochimique et organoleptique - Utiliser des véhicules en bon état mécanique afin d’éviter les fuites d’huiles, de carburant ou de tout autre
polluant.
Erosion du sol, la dégradation de sa qualité ainsi que l’altération de ses -La maintenance des engins et des véhicules de transport est strictement interdite sur le site
Moyenne -En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat, dépannage et évacuation des produits souillés. Mineur
caractéristiques édaphiques.
-La circulation des engins doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les voies de transport
aménagées.
Sol et terrains -Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin d’éviter les fuites d’huiles, de
agricoles carburant ou de tout autre polluant.
-Les déchets banals doivent être stockés dans des containers-poubelles étanches en attendant leur convoyage vers
un lieu approprié et autorisé par la commune.
- Collecter les eaux usées générées dans les toilettes chimiques installées à cet effet.
- Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin de minimiser les émissions des gaz
Dégradation de la qualité de l’air d’échappement.
Air Moyenne - Arroser périodiquement les lieux de travail pour réduire le taux d’empoussièrement. Mineur
- Arroser les matériaux stockés pendant les périodes sèches.
-La maintenance des engins et des véhicules de transport est strictement interdite sur le site
La destruction et la perturbation des habitats faunistiques et floristiques -En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat, dépannage et évacuation des produits souillés.
Mineure -La circulation des engins doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les voies de transport Néant
Faune et Flore
aménagées.
-Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin d’éviter les fuites d’huiles, de
carburant ou de tout autre polluant.
-Les conducteurs des véhicules doivent respecter le code de la route en dehors du site.
Infrastructures et la congestion et la détérioration de la RP5413 et la piste menant au site Moyenne -Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs lumineux et/ou sonores des véhicules de transport utilisés. Mineur
routes - Mettre en place des panneaux de signalisation verticale sur la piste et à l’entrée du site pour organiser la
circulation routière.
- Equiper les ouvriers de bouchons d’oreilles en cas de bruit gênants.
Majeure -Les lieux de travail doivent être équipés d'un matériel de premier secours qui doit permettre d’effectuer les Moyen
Troubles d’ordre respiratoire, ophtalmique et auditifs
Sécurité et santé premiers soins en cas d’accidents.
- Equiper les ouvriers de gants et de chaussures de sécurité.
- Eviter les dépôts anarchiques des matériaux et des déchets sur le site.
Modification du paysage Majeure Moyen
Paysage - Clôturer le projet par une haie pour améliorer la perception paysagère.
- A la fin des travaux de chantier, nettoyer le site et évacuer tous les matériaux et les déchets résiduels.

Page 56
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE V : MESURES D’ATTÉNUATION/ COMPENSATION DES IMPACTS

Après avoir analysé les impacts qui seront induits par le projet sur les différentes composantes
environnementales, le bureau d’étude procède à la recherche des solutions les mieux adaptées d’un
point de vue technique et économique pour que l’activité envisagée par la société CARRIERES
CHADLI Sarl ne vienne pas remettre en cause irrémédiablement les intérêts environnementaux.

Cette démarche vise la meilleure intégration possible du projet aux milieux biophysique et
humain. À cette intention, la présente étude définit les mesures prévues aux différentes phases de
réalisation du projet pour destinées à minimiser ou à éliminer les impacts négatifs sur
l’environnement et à maximiser ceux qui sont susceptibles de l’améliorer, et, lorsque les impacts ne
peuvent être suffisamment atténués, des mesures de compensation sont proposées.

V.1- Mesures d’atténuation pendant la phase d’aménagement


a- Mesures relatives aux impacts sur le paysage
- Eviter les dépôts anarchiques des déchets sur le site en les collectant dans des bacs.
- Mise en place de la clôture de sécurité au niveau du site d’exploitation ainsi que le site
d’installation des équipements et de stockage des matériaux : ce site sera entouré d’une
clôture grillagée avec des poteaux en béton de 2m de hauteur et 20 cm de largeur placés tous
les 20m.

b- Mesures relatives aux impacts sur l’air


- Utiliser des engins en bon état mécanique
- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Assurer l’entretien régulier des camions dans la station-service la plus proche, et ce afin de
minimiser les émissions des gaz d’échappement.
- Réduire la vitesse de circulation des engins à 15Km/h au niveau des pistes d’accès

c- Mesures relatives au risque de pollution du sol, des ressources en eau superficielle et


souterraines
- La maintenance des véhicules de transport doit être strictement interdite à l’intérieur du site ;
- En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat et dépannage.
- Assurer l’entretien régulier des camions afin d’éviter les fuites d’huiles, de carburant ou de
tout autre polluant.
- La société doit assurer l’entretien et le lavage des engins dans la station-service la plus
proche.
- La circulation des camions doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les
pistes aménagées.
- Les déchets banals seront stockés dans des containers étanches en attendant leur convoyage
vers un lieu approprié et autorisé par la commune.
- Les plateformes sur lesquelles les toilettes chimiques seront installées seront étanchéifiées et
construites en béton hydrofuge.

Page 57
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Entretenir et vidanger régulièrement les toilettes chimiques pour éviter tout déversement ou
débordement des eaux usées qu’elles contiennent.
- Une société spécialisée assurera la vidange des toilettes chimiques par hydrocureuse de
façon à éviter tout déversement des eaux usées.

d- Mesures relatives aux impacts sur la faune et la flore


- Délimitation stricte et clôture du site.
- La circulation des camions doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les
pistes aménagées.
- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.

e- Mesures relatives aux nuisances sonores


- Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin de minimiser la
production des nuisances sonores
- Equiper les ouvriers de casques antibruit ou bouchons d’oreille, surtout quand le bruit
dépasse 80dB (seuil d’alerte d’après l’INRS) ;
- Isoler les sources de bruits (moteurs et groupe électrogène)
- Respecter les heures de repos des ouvriers et de la population.

f- Mesures relatives aux impacts sur l’infrastructure routière


- Les conducteurs des camions doivent respecter le code de la route en dehors du site de la
carrière.
- Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs lumineux et/ou sonores des camions.
- Mettre en place des panneaux de signalisation routière verticale pour organiser la circulation
sur les routes et pistes menant au site.
- La société doit entretenir régulièrement les pistes d’accès au site

g- Mesures relatives aux impacts sur les ouvriers et la population


- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin de minimiser les
émissions des gaz d’échappement.
- Les lieux de travail doivent être équipés d'un matériel de premier secours facilement
accessible (trousse de secours) dont le contenu doit permettre d’effectuer les premiers soins
en cas d’accidents.
- Equiper les ouvriers d’équipements de protection individuelle : lunettes, masques
antipoussières, casques antibruit ou bouchons d’oreille, casques et chaussures de sécurité,
gants et gilets de haute visibilité.
- Ralentir et prévenir du passage des engins en circulation dans les lieux de travail où les
piétons sont présents.
- Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs lumineux et/ou sonores des véhicules et des
engins.

Page 58
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Tout engin à cabine, tel la pelle mécanique, doit être équipé de vitres qui doivent être
maintenues fermées lors de son utilisation, et d’une structure de protection contre la chute de
blocs.
- Respecter les heures de repos des ouvriers et de la population.
- Envisager des moyens pour lutter contre l’incendie :
- Interdire de fumer à proximité du groupe électrogène.
- Des dispositifs d’extinction portatifs doivent être mis à la disposition des personnels,
tels les extincteurs à CO2 et les extincteurs à poudre ABC. Un contrôle régulier de ces
dispositifs doit être assuré.
- L’ensemble du personnel de la carrière doit être régulièrement formé au maniement des
moyens de lutte contre les accidents et de l’importance liée au port des équipements de
protection individuelle.
- La carrière doit être équipée de pioches, de pelles et de pompes.
- La société peut avoir recours à des pictogrammes de signalisation de sécurité sur les lieux de
travail.

V.2- Mesures d’atténuation pendant la phase d’exploitation


a- Mesures relatives aux impacts sur le paysage
- Au fur et à mesure de l’avancement de l’exploitation de la carrière selon le nombre des
zones mentionnées dans le rapport, la société doit procéder à la réhabilitation de la zone
exploitée avant d’entamer l’exploitation de la zone suivante, et ce par l’étalement des
stériles afin de combler les creux crées au cours de l’exploitation des matériaux
alluvionnaires, l’aménagement des parties extrêmes du creux d’exploitation « diguettes »
avec une pente douce pour minimiser l’effet de ruissellement lors des crues, et le talutage
des berges de l’oued le long des zones d’exploitation suivant une pente douce.
- Eviter les dépôts anarchiques des déchets sur le site en les collectant dans des bacs.

b- Mesures relatives aux impacts sur l’air


- Capoter les camions transportant les matériaux expédiés.
- Utiliser des engins en bon état mécanique
- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Assurer l’entretien régulier des camions dans la station-service la plus proche, et ce afin de
minimiser les émissions des gaz d’échappement.
- Réduire la vitesse de circulation des engins à 15Km/h au niveau des pistes d’accès

c- Mesures relatives au risque de pollution du sol, des ressources en eau superficielle et


souterraines
- Respecter la profondeur d’exploitation fixée à 1,5m
- La maintenance des véhicules de transport doit être strictement interdite à l’intérieur du site.
- En cas de fuite sur un engin : arrêt immédiat et dépannage.
- Assurer l’entretien régulier des camions afin d’éviter les fuites d’huiles, de carburant ou de
tout autre polluant.

Page 59
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- La société doit assurer l’entretien et le lavage des engins dans la station-service la plus
proche.
- La circulation des camions doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les
pistes aménagées.
- Les déchets banals seront stockés dans des containers étanches en attendant leur convoyage
vers un lieu approprié et autorisé par la commune.
- Les plateformes sur lesquelles les toilettes chimiques seront installées seront étanchéifiées et
construites en béton hydrofuge.
- Entretenir et vidanger régulièrement les toilettes chimiques pour éviter tout déversement ou
débordement des eaux usées qu’elles contiennent.
- Une société spécialisée assurera la vidange des toilettes chimiques par hydrocureuse de
façon à éviter tout déversement des eaux usées.

d- Mesures relatives aux impacts sur la faune et la flore


- Délimitation stricte et clôture du site.
- La circulation des camions doit être limitée à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les
pistes aménagées.
- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Capoter les camions transportant les matériaux expédiés.

e- Mesures relatives aux nuisances sonores


- Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin de minimiser la
production des nuisances sonores
- Equiper les ouvriers de casques antibruit ou bouchons d’oreille, surtout quand le bruit
dépasse 80dB (seuil d’alerte d’après l’INRS) ;
- Isoler les sources de bruits (moteurs et groupe électrogène)
- Respecter les heures de repos des ouvriers et de la population.

f- Mesures relatives aux impacts sur l’infrastructure routière


- Les conducteurs des camions doivent respecter le code de la route en dehors du site de la
carrière.
- Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs lumineux et/ou sonores des camions.
- Mettre en place des panneaux de signalisation routière verticale pour organiser la circulation
sur les routes et pistes menant au site.
- La société doit entretenir régulièrement les pistes d’accès au site.
- Capoter les camions transportant les matériaux expédiés.

g- Mesures relatives aux impacts sur les ouvriers et la population


- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Utiliser des engins et des véhicules de transport en bon état mécanique afin de minimiser les
émissions des gaz d’échappement.
- Arroser les matériaux stockés pendant les périodes sèches.

Page 60
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Capoter les camions transportant les matériaux expédiés.


- Les lieux de travail doivent être équipés d'un matériel de premier secours facilement
accessible (trousse de secours) dont le contenu doit permettre d’effectuer les premiers soins
en cas d’accidents.
- Equiper les ouvriers d’équipements de protection individuelle : lunettes, masques
antipoussières, casques antibruit ou bouchons d’oreille, casques et chaussures de sécurité,
gants et gilets de haute visibilité.
- Ralentir et prévenir du passage des engins en circulation dans les lieux de travail où les
piétons sont présents.
- Vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs lumineux et/ou sonores des véhicules et des
engins.
- Tout engin à cabine, tel la pelle mécanique, doit être équipé de vitres qui doivent être
maintenues fermées lors de son utilisation, et d’une structure de protection contre la chute de
blocs.
- Respecter les heures de repos des ouvriers et de la population.
- Envisager des moyens pour lutter contre l’incendie :
- Interdire de fumer à proximité du groupe électrogène.
- Des dispositifs d’extinction portatifs doivent être mis à la disposition des personnels,
tels les extincteurs à CO2 et les extincteurs à poudre ABC. Un contrôle régulier de ces
dispositifs doit être assuré.
- L’ensemble du personnel de la carrière doit être régulièrement formé au maniement des
moyens de lutte contre les accidents et de l’importance liée au port des équipements de
protection individuelle.
- La carrière doit être équipée de pioches, de pelles et de pompes.
- La société peut avoir recours à des pictogrammes de signalisation de sécurité sur les lieux de
travail.
- N’installer ni faire fonctionner le groupe électrogène sans le respect des précautions de
sécurité indiquées par le fournisseur.
- Arrêt immédiat de l’activité de la carrière dans le cas d’une forte averse.
- Mise en place d’une veille météo et suivi de la montée des eaux.
- Equiper la carrière de gilets de sauvetage.

V.3- Mesures relatives au risque de lessivage des stériles


- Transporter les stériles vers le site de concassage
- Stocker les stériles dans un endroit étanche et loin de la circulation des engins
- Bâcher les stériles

V.4- Réhabilitation du site d’extraction


Les étapes à suivre pour la restauration du site sont :
- Nettoyage général de la zone abritant les équipements de la carrière
- Ecrêtage des zones et remblaiement des trous d’excavation par l’étalement de la couche des
stériles dégagés du site au début de l’exploitation, et ce pour combler partiellement les creux
crées par le prélèvement des matériaux alluvionnaires ;

Page 61
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Talutage des berges de l’oued le long des zones d’exploitation suivant une pente douce.
* La majeure partie du site sera réhabilitée naturellement par les crues de l’oued.

Figure 10: Coupe longitudinale illustrant la configuration de l'extraction

Page 62
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CHAPITRE VI : SURVEILLANCE ET SUIVI ENVIRONNEMENTAL

Dans ce chapitre, le BET propose à la société CARRIERES CHADLI un programme de


surveillance et de suivi de son projet. Ce programme constitue un engagement de la société pour
assurer que l’avancement des travaux qu’elle prévoit soit fait dans le respect des exigences des lois
et règlements cités dans le premier chapitre du présent rapport.

La surveillance environnementale est réalisée à la responsabilité de la société et elle a pour but


de :
- S’assurer du respect des mesures proposées dans l’étude d’impact et vérifier leur efficacité.
- Suivre l’évolution de certaines composantes du milieu affectées (air, eau, sol et
infrastructure routière) par la réalisation du projet.
- Vérifier le bon fonctionnement des travaux, des équipements et des installations prévues.

Ce programme décrit les moyens et les mécanismes qui seront mis en place à cet effet.

VI.1- Surveillance de la qualité des eaux superficielles


La société doit procéder à une analyse trimestrielle d’échantillons d’eau prélevés au niveau
d’oued LAHDAR. Les points de prélèvement proposés et à valider avec l’agence du bassin de
Sebou sont les suivants :

Points de prélèvement Coordonnées


X = 615.535
Amont
Oued LAHDAR Y = 414.332
X = 616.862
Aval
Y = 414.462

Les paramètres à analyser sont :


- pH, Conductibilité électrique, Oxygène dissout;
- MES, turbidité ;
- Température eau/ air ;
- DBO5, DCO,
- Hydrocarbures totaux ;
- Coliformes fécaux, Coliformes totaux, Streptocoques fécaux.

VI.2- Surveillance de la qualité des eaux souterraines


La société doit procéder à une analyse semestrielle d’échantillons d’eau prélevés au niveau du
puits le plus proche de son site. Les paramètres à analyser sont :
-pH, MO, NH4+
-Huiles et graisses et hydrocarbures,
-E. Coli et coliformes fécaux

VI.3- Surveillance de la qualité de l’air


La société doit assurer le contrôle périodique de la qualité de l’air deux fois par an, et ce au
niveau :

Page 63
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

 Du site d’extraction et de concassage : en effectuant des mesures des émissions des SO2,
des NO2, des particules en suspension (PM10, PM2.5), et du taux de poussières, et ce dès le
démarrage de l’exploitation de la carrière.
 Des habitations proches : en effectuant des mesures des retombées de poussières, et ce dès le
démarrage de l’exploitation de la carrière.

VI.4- Surveillance du niveau sonore


La société doit surveiller le niveau de bruit deux fois par an, au niveau :
 Du site d’extraction et de concassage : en effectuant une caractérisation du niveau sonore
pour identification d’éventuelles zones de plus de 85dB.
 Des habitations proches : en effectuant une caractérisation du niveau sonore pour
identification d’éventuelles zones de plus de 70dB.

VI.5- Surveillance de la qualité du sol


Des analyses annuelles pour mesurer le taux des hydrocarbures, et des BTEX dans les sols
doivent être faites aux alentours du site.

VI.6- Surveillance de l’état des voies de circulation


La société doit s’engager à assurer l’entretien régulier des voies empruntées, une fois par
trimestre et à chaque fois qu’il soit nécessaire.

VI.7- Suivi de l’état de santé des ouvriers


La société doit surveiller et contrôler périodiquement l’état de santé de ses employés et ce, par un
médecin de travail agréé.
Des carnets de santé des employés sont à prévoir.

VI.8- Surveillance de la qualité des eaux de colportage


La société doit veiller à l’entretien et le nettoyage réguliers de la citerne de stockage de l’eau
potable.
Dans le cas d’une éventuelle contamination microbiologique, la société doit procéder à une
désinfection, à chaque remplissage des citernes, par de l’eau de javel à 12°.

Une fois déterminé la quantité totale de désinfectant à utiliser (la dose recommandée étant de
50ml/m3 d’eau), celle-ci doit d’abord être mélangée avec de l’eau dans un récipient avant de la
verser dans les citernes. Il faut laisser le mélange réagir pendant 30min avant utilisation.

La totalité de ces analyses doit également être faite avant le démarrage du projet et ce, pour
définir l’état initial du milieu. Ceci permettra de suivre les variations des paramètres suscités dès le
début des activités de la carrière.

Ces analyses doivent être réalisées par un laboratoire agréé conformément aux exigences et
normes en vigueur.

La société doit préférablement disposer d’un registre renseignant sur la date, la fréquence et le
résultat des contrôles réalisés.

Page 64
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

CONCLUSION

Le projet initié par la société CARRIERES CHADLI Sarl est un projet de faible ampleur,
temporaire et localisée dans une zone rurale. Il n’est pas donc de nature à causer de sévères
préjudices environnementaux.

Le BET note que le projet peut être retenu avec la précaution de minimiser les impacts
environnementaux résiduels qui en découleront et qui ont été mentionnés plus tôt dans le présent
rapport.

Page 65
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

SYNTHÈSE DE L’ÉTUDE D’IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

La société CARRIERES CHADLI Sarl envisage de réaliser un projet d’ouverture d’une carrière
sur Oued LAHDAR, à la commune de BNI LENT, province de Taza.

Le site choisi relève du domaine hydraulique public géré par l’agence du bassin de Sebou et
offre un gisement alluvionnaire important que la société compte exploiter sur une durée de 3ans
renouvelables à l’aide d’une pelle mécanique. Les matériaux extraits seront destinés à entrer dans la
composition des matériaux de fabrication d'ouvrages de travaux publics, de génie civil et de
bâtiment.
Cette carrière sera implantée sur une superficie totale de 117.000m2 :
Parcelle 1 : 91.230m2
Parcelle 2 : 25.770m2

La société accèdera au gisement exploitable à l’aide d’une pelle mécanique. A cet effet, la
société compte employer 20 personnes et utiliser les équipements suivants :

- Station de concassage/ criblage


- Groupe électrogène.
- Chargeuse a chenille.
- Pelle mécanique.
- Pont bascule.
- Camions dumper et camions à bennes pour le transport.
- Citerne d’eau potable
- Citerne d’eau sanitaire.
- Citerne de carburant.
- Toilette chimique
- Matériel et outillage divers.

D’une superficie égale à 5000m2, le site de concassage est une propriété privée faisant objet d’un
contrat de bail, il est déjà aménagé et équipé. La zone se trouve à 3km du site d’extraction, destinée
pour le traitement des matériaux d’une carrière autorisée appartenant à la même société.
La collecte et le traitement des eaux vannes générées par les ouvriers seront assurés par des
toilettes chimiques installées au niveau du site de traitement des matériaux.
Les déchets solides qui peuvent être produits par la carrière sont de type domestique. Ils seront
stockés dans un conteneur poubelle étanche et seront évacués vers un lieu approprié et autorisé par
la commune.

Page 66
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

L’approvisionnement en eau potable pour les ouvriers se fera par le biais d'une citerne de 1000l
installée sur le site. Celle-ci sera remplie en eau transportée par un camion-citerne à partir du centre
de la commune. Les besoins en eau sont estimés à 0.6m3/jour, sur la base d’un ratio de
30l /personne/jr.
La société se servira des eaux de l’oued pour l’arrosage de la piste d’accès à la carrière (dont le
volume est estimé à 6m3/an).
A l’exception de quelques plantes sauvages, on n’y note l’existence d’aucune flore particulière,
et les seules espèces faunistiques qui y nichent sont les reptiles.

Prenant en considération tous ces éléments, la présente étude a décelé les principaux préjudices
environnementaux qui peuvent avoir lieu suite à la réalisation du projet. Ceux-ci sont détaillés ci-
après :

- La détérioration de la qualité des ressources en eau superficielle suite à des déversements ou


infiltration accidentels des hydrocarbures, des huiles usées, des eaux usées et de lixiviat des
déchets solides.
- La légère modification de la morphologie dusite par la formation de trous d’excavation.
- L’altération de la qualité de l’air en conséquence de l’émission de poussières et de gaz
d’échappement.
- La pollution du sol par les hydrocarbures, les huiles usées, les eaux usées et le lixiviat des
déchets solides déversés accidentellement, et la dégradation de sa qualité suite aux
retombées de poussières.
- Les troubles de vision, d’audition et de respiration qui peuvent toucher les ouvriers. Ces
derniers peuvent également être victimes d’accidents de travail survenus sur le site.
- L’écartement de la faune présente sur le site suite aux émissions de poussières, aux
vibrations et bruit engendrés et à la dégradation de la qualité des eaux et de l’air.
- La perturbation des échanges gazeux et la détérioration des groupes racinaire de la flore aux
alentours du site.
- L’atteinte à la qualité de vie et au bien-être des habitants proches du site.
- La légère modification de l’aspect paysager au niveau du site.

Au regard des impacts analysés, l’étude présente des mesures pour supprimer, réduire et
compenser les incidences du projet. Les plus significatives d'entre-elles sont rappelées ci-dessous :
- Eviter les dépôts anarchiques des déchets sur le site.
- Délimiter strictement et clôturer du site.
- Nettoyer le site et démonter tous les équipements mis en place à la fin de l’exploitation.
- Interdire la maintenance des véhicules de transport à l’intérieur du site.
- Limiter la circulation des camions à l’intérieur de l’emprise de la carrière et sur les pistes
aménagées.
- Assurer l’entretien régulier des camions afin d’éviter les fuites d’huiles, de carburant ou de
tout autre polluant, ainsi que de minimiser les émissions des gaz d’échappement.

Page 67
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

- Entretenir et vidanger régulièrement les toilettes chimiques pour éviter tout déversement ou
débordement des eaux usées qu’elles contiennent.
- Arroser périodiquement les voies de circulation et les lieux de travail pour réduire le taux
d’empoussièrement.
- Capoter les camions transportant les matériaux expédiés.
- Mettre en place des panneaux de signalisation routière verticale pour organiser la circulation
sur les routes et pistes menant au site.
- Entretenir régulièrement les pistes d’accès au site.
- Assurer le suivi médical des ouvriers par un médecin de travail.
- Equiper les lieux de travail d'un matériel de premier secours.
- Equiper les ouvriers d’équipements de protection individuelle.

Le bureau d’étude propose finalement à la société un plan de surveillance et de suivi


environnemental afin d’intégrer son projet dans l’environnement. Les opérations à mener se
rapportent au suivi de l’évolution de certains paramètres, à savoir : la qualité des ressources en eau
superficielle, de l’air et du sol, ainsi que l’état des voix d’accès au site. A cet effet, des mesures
régulières doivent être réalisées par des organismes et des laboratoires agréés.

Compte tenu de la nature des aménagements prévus, et avec le respect des recommandations de
cette étude, l’impact du projet sur l’environnement est considéré comme réduit.

Page 68
OUVERTURE D’UNE CARRIERE SUR OUED LAHDAR
Société CARRIERES CHADLI Sarl

ANNEXES

Annexe 1 : Accord de principe de l’ABHS


Annexe 2 : Contrat de location du site de concassage
Annexe 3 : Acte de propriété du site de concassage
Annexe 4 : Autorisation délivrée par la commune pour l’utilisation du dalot busé
Annexe 5 : Carte de situation
Annexe 6 : Carte de périmètre de la zone d’étude
Annexe 7 : Carte d’occupation du sol
Annexe 8 : Carte routière
Annexe 9 : Demande d’autorisation pour le prélèvement d’eau à partir d’oued Lahdar
Annexe 10 : Plan d’exploitation
Annexe 11 : Plan du site de concassage
Annexe 12 : Plan de réhabilitation
Annexe 13 : Profil en long zone 1
Annexe 14 : Profil en travers zone 1
Annexe 15 : Profil en long zone 2
Annexe 16 : Profil en travers zone 2
Annexe 17 : Plan de signalisation
Annexe 18 : Plan côté

Page 69

Vous aimerez peut-être aussi