Vous êtes sur la page 1sur 47

La marge sur coûts

Coût – Volume – Profit


Coût direct
Coût spécifique

Zine el abidine NAOUI - 2010


Principes

• La distinction charges fixes / charges variables


permet :
– L’étude du seuil de rentabilité
– Le calcul des coûts : coûts variable, fixe,
spécifique, d’imputation rationnelle et marginal, en
complément du coût de revient, afin de procéder
à des décisions de gestion ou de prévisions.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le comportement des coûts en fonction
du volume d’activité
• Les coûts engagés par une entreprise se
composent uniquement de coûts fixes et de coûts
variables:
– Coûts fixes
– Coûts variables
– Coûts mixtes

Zine el abidine NAOUI - 2010


La décomposition des coûts totaux

Coûts
variables

Coûts totaux

Coûts fixes

Zine el abidine NAOUI - 2010


Les charges variables

Montant Montant

Y = ax Y=a

Activité Activité

Charges variables totales Charges variables unitaires

Zine el abidine NAOUI - 2010


Les charges fixes

Montant Montant

Y=a Y = a/X

Activité Activité

Charges fixes totales Charges fixes unitaires

Zine el abidine NAOUI - 2010


Coûts et rendements : Le modèle réaliste

Montant

3 zones distinctes 1 2 3

1 Rendements croissants

2 Rendements constants

Rendements décroissants
3
Zine el abidine NAOUI - 2010
Coûts et rendements : Le modèle utilisé

Montant Coût total

Y = ax + b

Activité

Zine el abidine NAOUI - 2010


Mise en œuvre

• La méthode du coût variable ne s’intéresse


qu’au coût variable et à sa comparaison au
chiffre d’affaires
• Dégager la marge sur coût variable et le taux
de marge sur coût variable.

MCV = Chiffre d’affaires – charges variables

Taux de MCV = MCV / CA

Zine el abidine NAOUI - 2010


Exemple

CV junior
CA junior 70 700
166 250 CA junior
MCV = 95 550

CV senior
CA senior 240 670
779 000 CA senior Charges
MCV = 538 330 Fixes
658 148
CV junior
CA ultra 136 320 MCV
1 009 560 RESULTAT
512 000 CA junior
351 412
MCV = 375 690

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le compte d’exploitation analytique

Montant total Taux (en % du CA)

Chiffre d’affaires 100 000 100%

Charges variables 40 000 40%


Marges sur coût
60 000 60%
variable
Charges fixes 50 000

Résultat 10 000

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utilisation de la distinction charges fixes
/ charges variables

COMPTE DE RESULTAT DIFFERENTIEL

Rubriques Total Montant unitaires ou %


Chiffre d'affaires Total CA
Charges variables
Marge sur coût variable Total M/CV
Charges fixes Total CS.S
Résultat analytique Total RA

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utilité

• Simple à mettre en place tant que les moyens


de la distinction fixes / variables sont déployés
• particulièrement adaptée aux entreprises
commerciales à faibles charges fixes
• Favorise la gestion par le classement des
produits suivant leur contribution
• Prépare la prévision budgétaire

Zine el abidine NAOUI - 2010


Limites

• Rentabilité constatée en fin d’exercice


• Effet pervers chez les commerciaux dans
certaines situations
• Sous-évaluer les stocks et donc non-conformité
avec la réglementation comptable
• Analyse simplificatrice (variables / fixes )
• Tendance à la hausse des charges fixes
indirectes

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le seuil de rentabilité

Zine el abidine NAOUI - 2010


Contexte

• Démarche prévisionnelle
• Anticiper les coûts et revenus futurs pour un niveau
donné d’activité

Zine el abidine NAOUI - 2010


Objectif

• Établir le lien étroit entre le bénéfice net, le prix de


vente, les coûts fixes ou variables et le volume
d’activité.
• Ce calcul facilite la prise de décision ou du
processus de planification
• Évaluer l’effet de changements dans le bénéfice
net lorsqu’on modifie la structure des coûts, le
degré d’activité ou le prix de vente.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le seuil de rentabilité

• Élément essentiel de l’analyse coût-volume-bénéfice.


• Niveau d’activité de l’entreprise où les produits
d’exploitation sont égaux aux coûts d’exploitation de
l’entreprise (les coûts fixes et les coûts variables).

Zine el abidine NAOUI - 2010


Représentation graphique

CHIFFRE D’AFFAIRES COUTS VARIABLES

POINT MORT
ou SEUIL DE RENTABILITE

COUTS FIXES

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utiliser la connaissance des coûts pour
la prévision du seuil de rentabilité

Dirhams
CA

Chiffre d’affaires CA
- coûts variables CV R
= marge sur coûts variables CF + CV
MCV
MCV
- coûts fixes CF CF
CV
= résultat R

Volume

Zine el abidine NAOUI - 2010


Calcul

Charges fixes
Seuil de rentabilité en Dhs =
Taux de MCV

Charges fixes
Seuil de rentabilité en =
quantité MCV unitaire

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utilité du seuil de rentabilité

• Permet de définir le CA minimum pour atteindre


la rentabilité : élément du tableau de bord de
l’entreprise
• Met en relation la politique de vente, les coûts
et le résultat de l’entreprise (relation coût –
volume – profit ) : permet donc d’établir les
scénarii de prévisions de la rentabilité de
l’exploitation

Zine el abidine NAOUI - 2010


Limites

• Ne serait parfaitement adapté qu’aux


entreprises monoproductrice, ce qui est rare.
• Pour les entreprises à plusieurs produits, la
connaissance du seuil de rentabilité ne permet
pas de définir la bonne combinaison.
• La combinaison optimale dépend d’autres
contraintes.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Seuil de rentabilité et risque d’exploitation

Marge de sécurité = Chiffre d’affaires


– Seuil de rentabilité

Indice de sécurité = Marge de sécurité


Chiffre d’affaires

Zine el abidine NAOUI - 2010


Levier d’exploitation

Le levier opérationnel, ou coefficient de volatilité, représente


l’élasticité du résultat par rapport au chiffre d’affaires

ΔR / R
Levier =
ΔCA / CA

1 MCV
Levier = =
Indice de sécurité R

A condition que les charges fixes et le taux de marge soient


identiques : la volatilité du résultat s’explique par les seules
variations des quantités vendues.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le coût direct et
spécifique

Zine el abidine NAOUI - 2010


Principes

• Le coût direct et le coût spécifique sont des


coûts partiels.
• Un coût direct est constitué:
– Des charges directement affectées au coût. Le
plus souvent, ce sont des charges opérationnelles,
ou variables
– Des charges qui peuvent être rattachées sans
ambigüité, même si elles transitent par des centres
d’analyse. Certaines sont variables, d’autres sont
fixes ou de structure.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Principes

• Un coût spécifique comprend:


– L’ensemble des charges variables directement ou
indirectement affectées
– Les charges de structure directes, ou spécifiques.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Principes

• Appliquées à un objet de coût, les deux calculs


ont pour objectif de mesurer la contribution de
chaque produit, famille, service, etc. au résultat
global.
• Objectif : éviter la répartition des charges fixes
indirectes, qui paraît très souvent peu
rigoureuse.
• Le coût spécifique est le plus souvent utilisé en
gestion.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Charges variables et charges directes :
exemples
Charges Charges
directes indirectes
• Consommation de • Consommation
matières premières d’énergie
Charges variables • Une part de la main • Rémunération du
d’œuvre personnel d’entretien
(en partie)
• Amortissement d’une
• Rémunération du
Charges fixes machine dédiée à une
personnel administratif
activité

Zine el abidine NAOUI - 2010


Démarche de calcul d’un coût spécifique

Charges
variables

Coût
spécifique
Charges
Charges fixes
incorporées directes Chiffre
d’affaires

Charges
fixes Marge sur
indirectes coût
spécifique

Zine el abidine NAOUI - 2010


Décisions de gestion

• Les décisions de gestion s’appuient sur la valeur


de la marge sur coût spécifique.
– Premier cas : marge sur coût spécifique positive.
Développement des produits qui participent le mieux
au résultat global de l’entreprise.
– Second cas : marge sur coût spécifique déficitaire
Recherche de réduction des coûts et étude du prix de
vente
Décision de suppression du produit; éventuellement
option de sous-traitance.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utilité

• La méthode de coût spécifique permet


d’incorporer à un coût:
– La totalité des charges variables, dont l’affectation
à un produit est parfaitement possible par le choix
d’une clé de répartition
– Les charges fixes dont l’incorporation est sans
équivoque.
• Le coût spécifique est le plus complet des coûts
partiels.
• Sa décomosition est plus sûr que le coût
complet

Zine el abidine NAOUI - 2010


Limites

• Ne pas confondre coût variable (direct costing


chesz les anglo-saxons), coût direct et coût
spécifique.
• Le décision de maintien ou d’abandon d’un
produit ne se fait sur la base des seuls calculs
de coûts (gamme, complémentarité des
produits)
• La méthode du coût spécifique est pertinente:
– Tant que les charges directes (spécifiques) pèsent
dans le coût de revient.
– L’abandon d’un produit n’a pas de conséquences
sur la structure générale de l’entreprise.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le compte d’exploitation analytique

Montant total Taux (en % du CA)

Chiffre d’affaires 100 000 100%

Charges variables 40 000 40%


Marges sur coût
60 000 60%
variable
Charges fixes 50 000

Résultat 10 000

Zine el abidine NAOUI - 2010


Synthèse : Méthode de
calcul des coûts

Zine el abidine NAOUI - 2010


Les coûts complets

Rubriques Total Centre 1 Centre 2 Centre 3


Chiffre d'affaires Total CA CA 1 CA 2 CA 3
Charges directes
Marge sur charges directs Total M/CV M/CV 1 M/CV 2 M/CV 3
Charges indirectes Total CS.S CS.S 1 CS.S 2 CS.S 3
Résultat analytique Total RA RA 1 RA 2 RA 3

Zine el abidine NAOUI - 2010


Les coûts variables ou direct costing

Rubriques Total Centre 1 Centre 2 Centre 3


Chiffre d'affaires Total CA CA 1 CA 2 CA 3
Charges variables
Marge sur coûts variables Total M/CV M/CV 1 M/CV 2 M/CV 3
Charges fixes Total CS.S
Résultat analytique Total RA

Zine el abidine NAOUI - 2010


Les coûts directs

Rubriques Total Centre 1 Centre 2 Centre 3


Chiffre d'affaires Total CA CA 1 CA 2 CA 3
Charges directs
Marge sur coûts directs Total M/CV M/CV 1 M/CV 2 M/CV 3
Charges indirects Total CS.S
Résultat analytique Total RA

Zine el abidine NAOUI - 2010


Coûts spécifiques ou direct costing
évolué

Rubriques Total Centre 1 Centre 2 Centre 3


Chiffre d'affaires Total CA CA 1 CA 2 CA 3
Charges directes
Charges variables Indirects Total CVI CVI 1 CVI 2 CVI 3

Marge sur coûts spécifiques Total M/CV M/CV 1 M/CV 2 M/CV 3


Charges fixes indirectes Total CS.S

Résultat analytique Total RA

Zine el abidine NAOUI - 2010


Le coût marginal

Zine el abidine NAOUI - 2010


Principes

• Différence entre l’ensemble des charges


courantes nécessaires à une production
donnée et l’ensemble de celles qui sont
nécessaires à cette même production majorée
ou minorée d’une unité
• Permet de prendre des décisions:
– L’acceptation ou le refus d’une offre commerciale
exceptionnelle
– Le choix entre la production et la sous-traitance

Zine el abidine NAOUI - 2010


Méthode

• Ne s’intéresse qu’au coût engendré par la


production d’une unité supplémentaire.
• Cette simplification fait l’intérêt de la méthode.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Composantes

• Deux situations :
– L’entreprise peut produit l’unité supplémentaire (un
produit; un lot; une série).
Le coût marginal est alors égal au coût variable unitaire.

– L’entreprise doit développer la capacité productive.


Le coût marginal comprend en plus le coût de structure
supplémentaire à mettre en place.

Zine el abidine NAOUI - 2010


Décision de gestion

• La décision résulte d’une comparaison du coût


marginal avec :
– Un prix de vente (offre commerciale)

– Un coût d’achat (choix entre production et sous-


traitance)

• Si égalité, d’autres critères pèseront davantage

Zine el abidine NAOUI - 2010


Utilité du coût marginal

• Permet des simulations


• S’applique aux décisions d’investissement :

• Permet de différencier par les prix un même produit


par tranches de clientèle
• Optimum technique : volume de production pour
lequel le coût moyen est minimum

• Optimum économique: volume de production pour


lequel le profit est maximum

Zine el abidine NAOUI - 2010


Limites

• Il suppose que toutes choses sont égales par


ailleurs: l’entreprise serait capable d’estimer les
coûts organisationnels, la productivité, etc.
• Accepter toute offre dont le prix est supérieur au
coût marginal pourrait compromettre la rentabilité
de l’entreprise.

Zine el abidine NAOUI - 2010