Vous êtes sur la page 1sur 4

BOUTOUATOU Mohamed Lamine

Master 1 - Groupe 5

Fiscalité 2

LE CONTENTIEUX FISCAL

FICHE THEMATIQUE

PRESENTATION DU THEME

Le contentieux fiscal a pour origine soit des erreurs, soit des évaluations forfaitaires, ou des
problèmes d’interprétation.

Dans le contentieux fiscal, on distingue deux phases :

 La phase administrative ;
 La phase juridictionnelle.

• La phase administrative

Il s’agit du recours devant l’administration fiscale avant de s’adresser aux tribunaux.

• La phase juridictionnelle

Le contribuable ou l’administration dans certains cas peuvent également saisir le tribunal


compétent.

INTERET DU THEME

Le contentieux fiscal se présente comme un observatoire, du fait, d’une part, de l’action de


l’administration, de ses méthodes de travail et de la qualité de son personnel, et d’autre part
du comportement du contribuable et du degré de sa compréhension et de son adhésion à
l’impôt.

PROBLEMATIQUE

L’analyse du contentieux fiscal permet de constater que le nombre de dossiers contentieux est
en augmentation constante en dépit des efforts entrepris par l’administration et les mesures
prises par le législateur tendant à améliorer les performances des services du contentieux et
des commissions d’arbitrage. Il constitue également l’un des éléments d’évaluation de l’action
de l’administration et de sa perception par les usagers.
PRINCIPAUX AXES DE REFLEXION

1. Quelles sont les origines et les causes du contentieux ?


2. Comment réduire et éviter le contentieux ?
3. Quelles sont les moyens de préventions du contentieux ?
4. Quel est le rôle et l’utilité des commissions d’arbitrage dans le règlement des litiges fiscaux
?

LES CAUSES DU CONTENTIEUX FISCAL

 Erreurs matérielles, double ou faux emploi ;


 La tendance de l'Administration fiscale à inverser la préséance des circulaires sur les
textes de loi oubliant parfois que si la circulaire s'impose à l'agent du fisc, elle ne peut
être opposée au contribuable ;
 L'Ambiguïté de certaines dispositions fiscales qui laissent la voie libre aux
interprétations abusives loin de l'esprit des textes ;
 Délais de réaction : les délais sont jugés trop longs même en cas d'erreurs purement
matérielles et reconnues d'autant plus que souvent les poursuites sont vite engagées et
les préjudices consommés ;
 Approche psychologique et de considération du contribuable qui revendique le statut
de ‘’Client’’. Ces problèmes vont de la nécessité d’identifier l’interlocuteur compétent
( n° de téléphone en attendant E-mail ) aux besoins d’information et de formation…
 Absence ou insuffisance de structures d'accueil, d'orientation et d'assistance ;
 Insuffisance de l'encadrement interne pour prévenir les erreurs, insuffisance des
ressources humaines, en quantité et en qualité, pour faire face à l'ampleur du travail et
à la complexité des tâches.

COMMENT REDUIRE LE CONTENTIEUX FISCAL ?

Ces recommandations ont été faites, dans le sens de la réduction du contentieux :

 généraliser les dégrèvements d'office dès la constatation de l'erreur, voire sur une
simple demande verbale ;
 Surseoir au paiement de l’impôt en principal et arrêter de compter les intérêts de
retard ;
 envisager le bénéfice automatique de la compensation en cas de trop perçu par
l'administration fiscale ;
 s’orienter vers une administration fiscale qui communique, vulgarise, informe, assiste
et oriente les contribuables ;
 organiser des conférences et séances de formation avec la participation des
professionnels, des universitaires et des contribuables ;
 s’orienter vers une administration fiscale de proximité qui réagit vite et respecte les
délais ;
 faire participer les opérateurs et les professionnels au stade de l’élaboration des textes
pour éviter des interprétations contraires à l’esprit de ces textes ;
 impliquer les professions organisées ;
 mettre en place des bases de données générales et sectorielles (Assiette-Contentieux),
normaliser et standardiser certaines charges.

Plus généralement tendre vers une administration organisée, décloisonnée, informatisée et


disposant de moyens humains et matériels adéquats.

LES RECOURS DEVANT LES COMMISSIONS ET LES TRIBUNAUX

Si certaines critiques portant sur la composition, le fonctionnement et l’efficacité des


commissions locales et de la commission nationale ont pu recueillir un consensus, il n’en est
pas de même en ce qui concerne la nature juridique des décisions de la CNRF, les formes et
les modalités de recours devant les tribunaux.

Faiblesse constatée au niveau des Commissions locales de taxation

- lenteur ;
- absence de délai pour la prise de décision ;
- décisions non motivées ;
- composition déséquilibrée.

Recommandations

 Remplacement des commissions locales par des Commissions Régionales du Recours


Fiscal et dont les décisions peuvent faire l’objet de recours, soit devant la CNRF, soit
directement auprès des tribunaux. Ce qui supposerait la suppression de la Commission
Nationale ;
 Imposer des délais à la Commission Locale de taxation et l'obliger à motiver ses
décisions et revoir également sa composition (à l’instar de la CNRF).

Commission Nationale de Recours Fiscal

Les participants ont reconnu l’existence d’un certain progrès, mais partant du diagnostic
actuel, qui révèle un manque de moyens et l’absentéisme des membres représentant les
contribuables, ont formulé un ensemble de recommandations.

Recommandations

 Doter la commission nationale de moyens humains de qualité et de moyens matériels à


la hauteur des tâches et objectifs qui lui sont dévolus ;
 Renforcer son indépendance, bien qu’elle soit rattachée au Premier Ministre, elle est
dépendante du Ministère de l’Economie et des Finances tant en ce qui concerne la
gestion de la carrière de ses cadres que sur le plan matériel ;
 Elargir son champ de compétence notamment sur les questions de droit. Cette
recommandation est préconisée par certains juges ;
 Création d'une Chambre Fiscale au sein de la Cour Suprême statuant en premier et
dernier ressort ;
 Donner à l'Administration fiscale la possibilité de recours auprès des tribunaux, sur les
décisions de la Commission Nationale du Recours Fiscal pour les questions de fait et
pas seulement pour les questions de droit ;
 Rendre possible, après décision de la CNRF, le recours du contribuable auprès des
tribunaux dans un délai raisonnable et avant même que le rôle soit émis ;
 Rendre possible un recours auprès des tribunaux administratifs sans passer par le
contentieux administratif.

Conclusion

Si l'impression générale est qu'une étape importante a été franchie dans le sens de la
préservation du droit des contribuables et d'un meilleur équilibre dans les relations, il n'en
reste évident pas moins que la problématique du contentieux fiscal reste tributaire des progrès
qui peuvent être réalisés dans le sens d'une plus grande modernisation de l'administration
fiscale et d’une bonne administration de la justice.

Bien qu'au sein de l’atelier consacré au contentieux fiscal, les discussions n'ont jamais pris la
tournure d'un procès, chaque partie a pris le soin d’identifier les progrès qui restent à réaliser
pour aller vers plus d'efficacité, plus d'équité, de proximité et de transparence.

La préoccupation du citoyen a été placée au centre du débat. Ceci a permis de dégager des
recommandations générales tendant à l'harmonisation des textes et des procédures, leur
simplification et leur codification.

Les assises nationales sur la fiscalité marquent le début d'une action destinée à répondre aux
attentes des citoyens, et améliorer l'efficacité de notre système fiscal et sa participation au
développement économique et social du pays.

Vous aimerez peut-être aussi