Vous êtes sur la page 1sur 40

République du Congo

********
Unité * Travail * Progrès

Ministère de la Fonction Publique, de la


Réforme de l’Etat, du Travail et de la
Sécurité Sociale

Etude évaluative des taux de


cotisation au régime d’assurance
maladie universelle

Rapport définitif
réalisée par Parfait Fortuné N’DOLO (Ceam.J-Conseil)
fortune.ndolo@gmail.com

Brazzaville, 15 Mai 2019

Janvier 2019
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

SOMMAIRE
REMERCIEMENTS ........................................................................................................................................................................ 5
SYNTHESE DU RAPPORT ......................................................................................................................................................... 6
INTRODUCTION .......................................................................................................................................................................... 7
1 CADRE GENERAL DE L’ETUDE ............................................................................................................................... 8
1.1 Contexte..................................................................................................................................................................................................... 8
1.2 Objectifs de l’étude ............................................................................................................................................................................... 9
1.3 Résultats attendus ................................................................................................................................................................................ 9
2 METHODOLOGIE DE TRAVAIL ................................................................ 10
2.1 Principes de détermination des contributions.......................................................................................................................... 10
2.2 Modalités de détermination des contributions ......................................................................................................................... 12
2.2.1 Détermination du taux de cotisation pour les catégories disposant de revenus soumis............................................. 13
2.2.1.1 Algorithme de détermination du taux de référence ................................................................................................................. 13
2.2.1.2 Détermination du taux par catégorie d’assurés disposant de revenus soumis à cotisation ...................................... 17
2.2.2 Détermination des contributions pour les catégories sans revenus soumis ..................................................................................... 19
2.3 Collecte des données .......................................................................................................................................................................... 20
2.3.1 Les sources de données de l’étude........................................................................................................................................................... 20
2.3.2 Les types de données de l’étude............................................................................................................................................................... 20
3 RESULTATS DE L’ETUDE ET COMMENTAIRES .............................................. 22
3.1 Caractéristiques de la couverture maladie actuelle ................................................................................................................ 23
3.1.1 Concernant le support juridique ............................................................................................................................................................ 23
3.1.2 Concernant les types des bénéficiaires................................................................................................................................................... 23
3.1.3 Concernant le type d’accords pour la couverture maladie ................................................................................................................. 23
3.1.4 Concernant le niveau de prise en charge des bénéficiaires ................................................................................................................. 24
3.1.5 Mécanisme de prise en charge des bénéficiaires.................................................................................................................................. 24
3.1.6 Coût moyen de la prise en charge .......................................................................................................................................................... 25
3.2 Paramètres de base pour la détermination des contributions ............................................................................................ 25
3.2.1 Paramètres de base pour les revenus soumis à cotisation.................................................................................................................. 25
3.2.1.1 Présentation des cotisations sociales actuelles ..................................................................................................................................... 26
3.2.1.2 Reconstitution des assiettes de cotisations sociales actuelle ............................................................................................................... 26
3.2.1.3 Reconstitution de l’assiette de cotisation pour le RAMU ..................................................................................................................... 27
3.2.1.4 Evaluation des dépenses de santé pour les secteurs public et privé ................................................................................................... 27
3.2.1.5 Détermination du taux de référence...................................................................................................................................................... 28
3.2.2 Paramètres de base pour les revenus non soumis à cotisation .......................................................................................................... 29
3.2.2.1 Concernant les étudiants......................................................................................................................................................................... 29
3.2.2.2 Concernant les personnes vulnérables .................................................................................................................................................. 29
3.3 Contributions au RAMU par catégorie d’assurés...................................................................................................................... 30
3.3.1 Contribution des employeurs et des salariés......................................................................................................................................... 30
3.3.2 Contribution des travailleurs indépendants et des professions libérales........................................................................................... 32
3.3.3 Contribution des titulaires de pension................................................................................................................................................... 33
3.3.4 Contribution des étudiants...................................................................................................................................................................... 33
3.3.5 Contribution des personnes vulnérables ............................................................................................................................................... 33
3.4 Impact des cotisations sociales sur l’équilibre financier du RAMU ................................................................................... 35
4 CONCLUSION .................................................................................... 39
5 ANNEXES ........................................................................................ 40
5.1 Détails des données de l’enquête ................................................................................................................................................... 40
5.2 Documentation utilisée...................................................................................................................................................................... 40

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 2


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

LISTE DES FIGURES


FIGURE 1 : METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES CONTRIBUTIONS AU FINANCEMENT DU RAMU......................................................... 10
FIGURE 2 : LES PRINCIPES FONDATEURS DES CONTRIBUTIONS AU RAMU ......................................................................................................... 11
FIGURE 3: ARCHITECTURE DE DETERMINATION DES CONTRIBUTIONS AU RAMU ............................................................................................ 13
FIGURE 4 : DETERMINATION DU TAUX DE REFERENCE ........................................................................................................................................ 14
FIGURE 5 : ALGORITHME DE DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION DE REFERENCE.............................................................................. 15
FIGURE 6 : REPARTITION DU TAUX DE REFERENCE ENTRE L’EMPLOYEUR ET L’EMPLOYE ............................................................................. 17
FIGURE 7 : DETERMINATION DE L'ASSIETTE DE COTISATION POUR LES TIPL................................................................................................... 18
FIGURE 8 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TIPL ............................................................................................................. 18
FIGURE 9 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TITULAIRES DE PENSION.......................................................................... 18
FIGURE 10 : REPARTITION DES ENTREPRISES PAR SECTEUR ET PAR LOCALITE .............................................................................................. 22
FIGURE 11 : REPARTITION DU SUPPORT JURIDIQUE DE LA COUVERTURE MALADIE ....................................................................................... 23
FIGURE 12: REPARTITION DE LA COUVERTURE MALADIE PAR BENEFICIAIRES .............................................................................................. 23
FIGURE 13 : REPARTITION DES SOCIETES PAR TYPE D'ACCORDS ....................................................................................................................... 23
FIGURE 14 : NIVEAU DE PRISE EN CHARGE DES BENEFICIAIRES DE LA COUVERTURE MALADIE .................................................................... 24
FIGURE 15 : MECANISME DE PRISE EN CHARGE DES ASSURES ............................................................................................................................ 24

LISTE DES TABLEAUX


TABLEAU 1: POIDS DES DEPENSES DE SANTE SUR LA MASSE SALARIALE .................................................................................................... 25
TABLEAU 2 : MONTANTS DES COTISATIONS SOCIALES APPELEES PAR LA CNSS ET LA CRF ................................................................. 26
TABLEAU 3 : ASSIETTE DE COTISATION ACTUELLE POUR LA CNSS ET LA CRF ........................................................................................ 26
TABLEAU 4: REMUNERATIONS BRUTES RECONSTITUEES............................................................................................................................... 27
TABLEAU 5: EVALUATION DES DEPENSES DE SANTE ....................................................................................................................................... 28
TABLEAU 6 : DETERMINATION DU TAUX DE REFERENCE DU RAMU .......................................................................................................... 28
TABLEAU 7 : CLE DE REPARTITION DES COTISATIONS ENTRE L'EMPLOYEUR ET L'EMPLOYE ................................................................ 30
TABLEAU 8 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TIPL ................................................................................................ 32
TABLEAU 9 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TITULAIRES DE PENSIONS ............................................................ 33
TABLEAU 10: DETERMINATION DE LA CONTRIBUTION DES PERSONNES VULNERABLES ........................................................................ 34
TABLEAU 11 : PROJECTIONS DE L'ASSIETTE DE COTISATION DU RAMU................................................................................................... 35
TABLEAU 12: PARAMETRES D'ESTIMATION DES COTISATIONS SOCIALES POUR LE RAMU .................................................................. 35
TABLEAU 13 : ESTIMATION DES COTISATIONS SOCIALES DU RAMU.......................................................................................................... 36
TABLEAU 14 : IMPACTS DES TAUX DE CONTRIBUTION SUR L'EQUILIBRE FINANCIER DU RAMU ......................................................... 37
▪ TABLEAU 15 : CONTRIBUTION AU RAMU POUR LES SECTEURS PUBLIC ET PRIVE....................................................................... 38

LISTE DES TABLEAUX


TABLEAU 1: POIDS DES DEPENSES DE SANTE SUR LA MASSE SALARIALE ...................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 2 : MONTANTS DES COTISATIONS SOCIALES APPELEES PAR LA CNSS ET LA CRF..................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 3 : ASSIETTE DE COTISATION ACTUELLE POUR LA CNSS ET LA CRF .......................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 4: REMUNERATIONS BRUTES RECONSTITUEES................................................................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 5: EVALUATION DES DEPENSES DE SANTE ....................................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 6 : DETERMINATION DU TAUX DE REFERENCE DU RAMU ............................................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 7 : CLE DE REPARTITION DES COTISATIONS ENTRE L'EMPLOYEUR ET L'EMPLOYE .................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 8 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TIPL ................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 9 : DETERMINATION DU TAUX DE COTISATION POUR LES TITULAIRES DE PENSIONS ................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 10: DETERMINATION DE LA CONTRIBUTION DES PERSONNES VULNERABLES ........................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 11 : PROJECTIONS DE L'ASSIETTE DE COTISATION DU RAMU ..................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 12: PARAMETRE D'ESTIMATION DES COTISATIONS SOCIALES POUR LE RAMU......................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 13: ESTIMATION DES COTISATION SOCIALES DU RAMU............................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
TABLEAU 14 : CONTRIBUTION AU RAMU POUR LES SECTEURS PUBLIC ET PRIVE ..................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 3


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

SIGLES ET ACRONYMES
Sigle Description
AFD Agence française de développement
AMU Assurance maladie universelle
CAMU Caisse d’assurance maladie universelle
CNSS Caisse nationale de Sécurité sociale
CRF Caisse de Retraite des Fonctionnaires
DCM Dépenses de Couverture Maladie
ECOM Enquête congolaise auprès des ménages pour l’évaluation de la pauvreté
MTSS Ministère du Travail et de la Sécurité sociale
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONG Organisation Non Gouvernementale
PND Plan national de développement
PTF Partenaire technique et financier
PTS Poste de transfusion sanguine
TDR Termes de référence
UE Union européenne
UETC Union des employeurs des transports en commun
TIPL Travailleurs indépendants et professions libérales

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 4


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

REMERCIEMENTS
Parmi les personnes qui ont apporté leur aide pour la réalisation de cette étude, nous souhaitons
remercier celles et ceux qui, au fil de nos rencontres et de nos entretiens, ont pleinement collaboré
et nous ont fait partager leur expertise et leurs conseils. Nous pensons aussi à ceux qui, de loin ou
de près, nous ont apporté leurs encouragements, leur énergie et leur temps et ainsi permis d’affiner
notre méthodologie et de consolider notre démarche. Merci notamment aux 126 entreprises qui
ont pleinement collaboré en nous accordant un accueil chaleureux et le temps d’échanges
nécessaires, ainsi que les données mises à notre disposition. Nos remerciements vont aussi à
l’endroit des équipes de la CNSS, de l’UGE et du Ministère des finances qui nous ont, chacune à son
tour, accordé la plus grande attention dans notre travail. Un remerciement particulier est adressé
à l’équipe de coordination du Projet Lisungi pour sa disponibilité et son appui.
Que soit également et particulièrement remerciés, tous les membres de notre équipe pour leur
dévouement, leur patience et pour la qualité de leur travail
Pour finir, nous adressons un remerciement spécial à Monsieur le Vice-Premier Ministre, sans qui
l’étude n’aurait pas vu le jour, et qui n’a cessé de veiller à son aboutissement. Que son autorité, et
l’ensemble de son cabinet trouvent ici, notre totale reconnaissance.

P. Fortuné N’DOLO

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 5


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

SYNTHESE DU RAPPORT
La vice primature a sollicité la présente étude afin d’évaluer les taux de cotisations sociales qui
seront applicables sur les revenus d’activité au titre du financement contributif du RAMU. Pour
atteindre les résultats attendus, à savoir la détermination d’un taux de contribution pour
chaque catégorie de cotisant, les auteurs de l’étude ont élaboré une méthodologie qui se fonde
sur trois principes fondateurs des cotisations sociales :
1. le principe de la maitrise de l’assiette de cotisation ;
2. le principe de l’équité entre cotisants ;
3. le principe de l’équilibre financier du RAMU.
Sur la base de ces principes, l’étude propose une architecture des cotisations sociales qui
distingue les contributions variables (obtenus par application de taux) des contributions
forfaitaires. Les contributions forfaitaires sont déterminées en fonction de la situation de chaque
catégorie concernée. Pour les contributions variables, un algorithme est élaboré afin de
déterminer un taux de taux de cotisation de référence qui sert, à son tour, de base pour
déterminer le taux de cotisation de chaque catégorie disposant de revenus soumis, en tenant
compte des caractéristiques de son assiette de calcul. Ce taux de référence comporte une partie
technique (couverture maladie) et une partie administrative (fonctionnement du régime).
Les données traitées dans l’étude sont issues de plusieurs sources :
▪ d’une part, des enquêtes de terrain ont été réalisées, avec notamment :
✓ un questionnaire administré auprès de 126 entreprises et organisations qui emploient
du personnel et pratique la couverture maladie pour leur salariés ;
✓ des entretiens avec les services des administrations fiscales et sociales, ainsi que les
services du ministère en charges des affaires sociales, particulièrement le Projet
Lisungi en charge des personnes vulnérables.
▪ d’autre part, l’exploitation des études déjà réalisées sur ou en lien avec le projet (Expertise
France (2017 et 2019), la Banque mondiale (2017), Lisungi (2019)).
Les résultats de l’étude montrent principalement que :
▪ le taux de cotisation de référence est déterminé à 6,82%, composé des dépenses techniques
(5,93%) et de la part administrative (0,89%) ;
▪ pour les catégories disposant de revenus soumis à cotisation :
✓ les employeurs cotisent au taux de 4,55% alors que les employés supportent 2,27% ;
✓ les travailleurs indépendants cotisent au taux de 3,79% ;
✓ comme les salariés, les titulaires de pension contribuent au taux de 2,27%.
▪ pour les catégories qui ne disposent pas de revenus soumis à cotisation :
✓ le droit d’adhésion annuel pour la catégorie des étudiant est de 11 764 francs CFA ;
✓ la prise en charge d’une personne vulnérable s’élèvent à 3 529 francs CFA.
▪ avec un tel paramétrage, et selon l’hypothèse retenue sur le cout du panier :
✓ les cotisations sociales pourraient représenter 66 623 840 174 francs CFA, soit entre
74,03% (hypothèse haute) et 95,18% (hypothèse basse) du budget d’équilibre ;
✓ ces cotisations sont financées à 56,81% par le secteur privé, et 42,93% par le public ;
✓ le gap sur l’équilibre financier du RAMU varie de 25,97% (hypothèse haute) à 4,82%
(hypothèse basse).
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 6
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

INTRODUCTION
Dans le cadre de la mise en place de l’assurance maladie universelle (AMU), instituée par la loi 37-
2014 du 27 juin 2014, le gouvernement a réalisé différentes études qui portent notamment sur :
▪ le panier de soins et le coût ;
▪ la règlementation des actes et des médicaments ;
▪ le financement et l’équilibre du régime d’assurance maladie universelle.
Pour le comité de pilotage du RAMU, il reste à déterminer les niveaux de contribution des
différents assurés au financement de la Caisse d’assurance maladie universelle (CAMU).

Ainsi, la présente étude découle de la nécessité, pour ce comité, de disposer de propositions de


taux de cotisation pour chaque catégorie d’assurés. En effet, dans ses articles 51 et 53, la loi 37-
2014, instituant le RAMU, prévoit que son financement soit assuré principalement par les
cotisations sociales des assurés.

Ce document présente le rapport final de la mission relative à cette étude évaluation des taux de
cotisations applicables à chaque catégorie d’assurés ; il est est organisé en cinq (5) chapitres :
▪ le premier chapitre présente le cadre général de l’étude, notamment le contexte, les
objectifs et les résultats attendus ;
▪ le second chapitre traite de la méthodologie de travail qui a permis d’obtenir les résultats. Il
décrit les principes de détermination des contributions au RAMU (2.1), des modalités de
détermination des contributions (2.2) et de la collecte des données (2.3) ;
▪ le troisième chapitre aborde les résultats obtenus. Avant de présenter le taux de
contribution pour chaque catégorie de cotisants (3.3) et les projections qui en découlent sur
l’équilibre financier du RAMU (3.4), deux premières sections décrivent les caractéristiques
de la couverture maladie en entreprise (3.1) et les paramètre de base pour déterminer les
contributions (3.2).
▪ le quatrième chapitre esquisse une conclusion alors que le cinquième donne en annexe les
données détaillées de l’étude (5.1) et la documentation utilisée (5.2).

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 7


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

1 CADRE GENERAL DE L’ETUDE


Le cadre général de l’étude présente le contexte dans lequel l’étude s’inscrit, les objectifs visés et
les résultats attendus.

1.1 Contexte
Dans le cadre de la mise en place de l’assurance maladie universelle et conformément à la loi n° 37-
2014 du 27 juin 2014 qui institue le régime y relatif, le Gouvernement a réalisé différentes études
qui portent notamment sur :
▪ le panier de soins et le coût ;
▪ la règlementation des actes et des médicaments ;
▪ le financement et l’équilibre du régime d’assurance maladie universelle.
A la suite de la validation de ces études, le comité de pilotage qui a en charge de conduire le
projet, s’est engagé à réaliser une quatrième étude ayant pour objet la détermination des
niveaux de contribution des différents assurés au régime, comme prévu par la loi y relative, dans
ses articles 51 et 53, selon lesquels, le financement du RAMU est assuré principalement d’une
part, par les cotisations sociales des assurés et d’autre part, par les droits d’adhésion annuels en
ce qui concerne les étudiants, ainsi que la prise en charge des populations vulnérables, par l’Etat.
Ainsi, la présente étude découle de la nécessité, pour le comité de pilotage, de disposer de
propositions de contributions de chaque catégorie d’assurés, soit sous forme de taux de
cotisations, soit sous forme de droits annuels.
Pour mener à bien cette mission et obtenir les résultats attendus, l’étude s’inspire :
(i) des dispositifs actuels qui fondent le financement de la sécurité sociale en République du
Congo, gérés par les organismes de gestion existants que sont la CRF et la CNSS : les taux
actuellement en vigueur ne couvrent que les trois premiers des quatre risques de la
sécurité sociale1, définis par la loi n°31-2011 du 15 juillet 2011 ;
(ii) des conclusions des études précédentes :
a. les études sur le panier des soins réalisées par Expertise France d’une part et la
Banque Mondiale d’autre part, ont permis de valider le panier de référence du
RAMU, décliné en deux (2) niveaux : le niveau socle sans ticket modérateur et le
niveau complémentaire avec ticket modérateur.
Cette étude offre au RAMU un référentiel unique et commun à tous les acteurs du régime pour un
coût annuel de 17 683 FCFA par habitant pour les deux niveaux de panier, selon la Banque Mondiale
et 13 725 FCFA, selon Expertise France ;
b. l’étude sur le financement et l’équilibre de l’AMU, réalisée par Expertise France
(Mars 2019). Cette étude basée sur une revue de 30 expériences-pays en matière

1 1- les risques professionnels, 2- la famille et l’enfance en difficulté, 3- la vieillesse, 4- la maladie


Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 8
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

d’assurance maladie universelle, propose un taux moyen de six pour cent (6%) du
revenu sans plafond, pour tous les contributeurs.
Ce taux est réparti entre les employés (2%) et les employeurs (4%). Il est à noter que
cette proposition de taux ne tient pas compte de la pratique actuelle des entreprises
et administrations en matière de couverture maladie des salariés.
En conséquence et fort de ce qui précède, ainsi que défini par la lettre de mission, il s’agit de à
présent de déterminer les niveaux de contribution des différentes catégories d’assurés au RAMU.

1.2 Objectifs de l’étude


L’objectif principal de l’étude est de déterminer le niveau de contribution, applicable à chaque
catégorie d’assurés, pour financer la couverture contre le risque maladie.

De manière spécifique, l’étude vise à proposer l’architecture de contribution de chaque catégorie


d’assurés, à savoir :
1. pour les actifs salariés : comment répartir le taux de cotisation (dédié à l’AMU) entre les
employeurs et les employés ?
2. pour les actifs non-salariés : comment définir leur niveau de cotisation, au regard de leur
double statut d’employeurs et d’employé ?
3. pour les non actifs : comment faire cotiser les titulaires de pensions de retraite et/ou d’invalidité,
4. pour les étudiants : comment définir les droits d’adhésion annuels ?
5. pour les indigents : comment déterminer le niveau de leur prise en charge par l’Etat ?

1.3 Résultats attendus


Les résultats obtenus à la suite de cette étude, sont les suivants :
R01 Le taux de cotisation des employeurs est défini ;
R02 Le taux de cotisation des salariés est défini ;
R03 Le taux de cotisation des travailleurs indépendants et des professions libérales est défini ;
R04 Le taux de cotisation des titulaires de pension de retraite et/ou d’invalidité est défini ;
R05 Les droits d’adhésion annuels des étudiants sont fixés ;
R06 Le niveau de prise en charge, par l’Etat, des personnes vulnérables est déterminé.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 9


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

2 METHODOLOGIE DE TRAVAIL
La production des résultats de l’étude repose sur la démarche méthodologique, synthétisée selon
la figure 01 ci-dessous, qui s’articule en trois sections comme ci-après :
▪ définition des principes qui fondent la détermination des contributions au RAMU ;
▪ description des modalités de contribution, par catégorie d’assurés ;
▪ collecte et traitement des données.
En raison des difficultés à collecter les données sur une période plus longue, l’étude se limite à trois
ans, entre 2016 et 2018.

Figure 1 : Méthodologie de détermination des contributions au financement du RAMU

2.1 Principes de détermination des contributions


A la lecture de la loi 037-2014 (articles 51 et 52), les financements du RAMU peuvent être regroupés en trois :
b. les financements contributifs que couvrent :
▪ les contributions des personnes physiques (salariés, travailleurs indépendants,
retraités, étudiants et personnes vulnérables), qu’ils disposent ou non de revenus ;
▪ les contributions des employeurs, qu’ils relèvent du secteur public ou du secteur privé ;
c. les financements non contributifs que couvrent :
▪ les subventions de l’Etat issues des taxes spécifiques sur des produits des industries
extractives, agroalimentaires et du numérique ;
▪ les produits issus des majorations de retard et des placements des fonds ;
▪ les dons et legs.
d. les subventions de l’Etat destinées à assurer l’équilibre financier du régime.
L’étude sur les taux de cotisation ne concerne que les financements contributifs ; les financements
non contributifs ne seront donc pas traités dans ce rapport.
Parmi les financements contributifs, on peut distinguer trois modes de contribution :
a. la contribution par cotisation sociale pour les catégories qui disposent de revenus
(employeurs, employés, travailleurs indépendants, profession libérales, titulaires de
pension) ;
b. le droit d’adhésion annuel pour les étudiants
c. la prise en charge par l’Etat des personnes considérées vulnérables.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 10


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Aussi, pour les financements contributifs, la méthodologie proposée repose sur trois principes :
Figure 2 : Les principes fondateurs des contributions au RAMU

PRINCIPE 01 : LA MAITRISE DE L’ASSIETTE DE COTISATION :


La capacité du RAMU à mobiliser les cotisations sociales dépend principalement de sa
capacité à maitriser l’assiette sur laquelle s’assoient les taux de cotisation ; pour ce faire :
a. d’une part, il est nécessaire de distinguer les revenus soumis à cotisation, qui rentrent dans
l’assiette de cotisation, des ceux non soumis qui ne font donc pas partie de la base de calcul :
▪ le revenu soumis à cotisation est constitué par les revenus du travail, pour leurs
montants bruts, quels qu’ils soient ; il s’agit essentiellement des salaires avec
leurs majorations, des primes et indemnités, y compris les congés payés, ainsi
que certains avantage en nature, des gratifications, des commissions et des
jetons de présence.
▪ le revenu non soumis est constitué par les revenus perçus par le salarié, mais
non constitutifs d’une rémunération du travail ; il s’agit des primes liées à
l'intéressement ou à la participation aux résultats, les dommages et intérêts
(comme les indemnités de licenciement dans certaines limites), les
indemnités de départ à la retraite (IFC) ou toute prime liée aux médailles du
travail, et les remboursements de frais effectués pour les besoins de la
fonction (frais remboursables et notes de débours).
b. d’autre part, pour les revenus soumis à cotisation, il faut identifier les facteurs qui
peuvent être source de sous-estimation de cette assiette, parmi lesquels les
asymétries de l’information et la faiblesse des capacités à tracer les revenus,
notamment pour les acteurs du secteur informel.
▪ Pour réduire les effets des asymétries d’information, la CAMU devra donc
maitriser la qualité des informations fournies par les cotisants et les assurés,
de façon à anticiper les phénomènes tels que la sélection adverse (exemple
contournement de la pyramide sanitaire), le risque moral (exemple
dissimulation des revenus) et le passager clandestin (exemple usurpation de
catégorie).

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 11


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ En ce qui concerne la faiblesse des capacités des acteurs à tracer leurs


revenus, la CAMU doit s’appuyer sur des dispositifs qui favorisent la
formalisation des activités économiques des cotisants et aident à mieux
tracer les revenus professionnels.

PRINCIPE 02 : L’EQUITE ENTRE COTISANTS


En conformité avec la loi, le concept d’équité en santé veut que les inégalités « injustes » ou
« inéquitables » soient corrigées, de manière à ce que, pour tout assuré, l’accès aux soins
ne soit pas dépendant de son niveau de contribution.
Une fois les droits ouverts, la consommation des soins de santé repose sur le principe du « à
chacun selon ses besoins » qui doit s’appliquer de manière universelle. Dans ce cas, pour
corriger ces inégalités injustes, les assurés à plus forte capacité contributive devront cotiser
plus que ceux à faible capacité, de sorte que, pour une même maladie ou pathologie du
panier des soins de référence du RAMU, l’égalité des assurés prévale dans l’accès aux soins,
en quantité et en qualité.
Selon le principe d’équité, au sein de la CAMU, tous les revenus soumis à cotisation doivent
l’être au même taux, par type de contributeur :
▪ les employeurs publics ou privés contribueront au même taux de cotisation ;
▪ les salariés, publics ou privés, contribueront également au même taux.
Ainsi, le taux de cotisation applicable pour ces deux catégories de cotisants sera déterminé
à partir des données de terrain, collectées et traitées.

PRINCIPE 03 : L’EQUILIBRE FINANCIER DU RAMU


Pour être viable, le RAMU doit équilibrer ses emplois avec ses ressources ; pour cela, il faut
mettre à contribution chaque source de financement prévue par la loi 037-2014 (article 51) ;
dans le cadre de la présente étude, la partie non contributive visant à assurer
éventuellement l’équilibre du régime sera déterminée par déduction des financements
contributifs sur l’ensemble des besoins du régime.

2.2 Modalités de détermination des contributions


La détermination des contributions au financement du RAMU est faite selon des modalités et règles de
gestion spécifiques. Cette procédure d’analyse est décrite ci-après, pour toutes les catégories de cotisants :
(i) Les contributions par application d’un taux sur les revenus concernent :
o les employeurs et employés ;
o les travailleurs indépendants et professions libérales ;
o les titulaires de pension.
Il est précisé pour ces contributions que :
o en raison de la disponibilité des statistiques, les données de terrain pour la
détermination des cotisations couvrent la période 2016-2018 ;
o le taux de contribution déterminé pour les employeurs et les employés servira de
taux de référence pour les autres catégories dont les revenus sont soumis à
cotisation sociale (indépendants et titulaires de pension).
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 12
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

(ii) les contributions sous forme de droits d’adhésion et de prise en charge concernent :
o les étudiants ;
o les personnes vulnérables.

La figure ci-dessous présente les modalités de détermination des contributions pour chaque
catégorie.
Figure 3: Architecture de détermination des contributions au RAMU

2.2.1 Détermination du taux de cotisation pour les catégories disposant de revenus soumis
Pour les revenus soumis à cotisation, le traitement consiste à :
(i) Premièrement, au moyen d’un algorithme, définir le taux de cotisation de référence applicable aux
revenus ;
(ii) deuxièmement, appliquer ce taux à chaque catégorie concernée pour déterminer sa contribution.

2.2.1.1 Algorithme de détermination du taux de référence


En tant que cheminement, l’algorithme décline le processus de détermination des paramètres du
taux de référence qui servira pour la fixation du taux de cotisation de chacune des catégories
d’assurés.
Par définition, pour une entreprise, les cotisations sociales représentent une fraction des revenus
des personnes physiques sur une assiette donnée. Ainsi, déterminer le niveau de contribution pour
financer le RAMU, requiert de disposer de deux paramètres de base :

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 13


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ l’assiette de cotisation (AC) : elle représente la partie de rémunération sur laquelle sont
prélevées les cotisations sociales ; c’est le total des revenus d’activité qui sont soumis aux
cotisations dédiées au RAMU. Selon les règles d’assurance sociale touchant le risque
maladie, l’assiette de cotisation est constituée de tous les éléments de la masse salariale
brute versée aux salariés ; il s’agit essentiellement des salaires avec leurs majorations, des
primes et indemnités, y compris les congés payés, ainsi que certains avantages en nature,
des gratifications, des commissions et des jetons de présence, sans intégrer les frais
remboursables et les notes de débours ;
▪ le taux de cotisation (Taux de référence CAMU) : il représente le pourcentage appliqué à l’assiette
pour déterminer le montant de la cotisation. Dans cette étude, le taux de cotisation recherché
comprend deux composantes, à savoir le taux de base et le taux administratif :
o le taux de base : il finance les dépenses techniques liées à la prise en charge médicale des
assurés. Il résulte du rapport de l’ensemble des dépenses de santé ou de couverture
maladie (DCM) sur la masse salariale brute totale (assiette de cotisation) ;
o le taux administratif : il sert à financer le fonctionnement de la caisse d’assurance maladie.
Conformément à la CIPRES, ce taux représente au maximum 15% des dépenses techniques.
En définitive, la formulation suivante synthétise le mode de détermination du taux de référence
pour les catégories des employeurs et des employés :
Figure 4 : Détermination du taux de référence

Le taux de cotisation de référence ainsi calculé servira de base pour :


▪ définir la clé de répartition entre la part patronale et la part salariale ;
▪ fixer le taux de cotisation pour les travailleurs indépendants et les professions libérales ;
▪ établir le taux de cotisation pour la catégorie des titulaires de pensions.

S’agissant du processus de détermination du taux de référence, les données collectées sur le terrain
font l’objet d’un retraitement afin de reconstituer :
▪ d’une part, la masse salariale brute globale, qui représente l’assiette de cotisation pour le
RAMU : pour ce faire, et en raison de la fiabilité des données, l’étude a choisi de reconstituer
cette masse salariale à partir des cotisations sociales appelées par les deux organismes de
sécurité sociale de la place, à savoir la CNSS et la CRF ;
▪ d’autre part, les dépenses de santé : celles-ci sont reconstituées à partir d’un croisement des
déclarations fiscales faites par les sociétés sur la période de référence (2016 2018) avec les
dépenses de santé des entreprises, par branche, fournies par le Ministère des Finances et du
Budget, au titre du « Dépouillement des Déclarations Statistiques et Fiscales (DSF) ».
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 14
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Au final, l’algorithme de détermination du taux de référence comporte cinq étapes séquentielles


déclinées selon le schéma ci-après.

Figure 5 : Algorithme de détermination du taux de cotisation de référence

Etape 1 : Consolidation des cotisations sociales actuelles


Cette étape consiste à :
▪ collecter, auprès des caisses actuelles de sécurité sociale (CRF, CNSS), les montants des
cotisations sociales annuelles appelées entre 2016 et 2018 ;
▪ cumuler ces montants et en déterminer les valeurs moyennes annuelles.

Etape 2 : Reconstitution de l’assiette actuelle des cotisations sociales


Dans cette étape, la reconstitution de l’assiette est faite par application inversée du taux de
cotisation sur les montants appelés par les caisses.

Etape 3 : Détermination de l’assiette de cotisation pour le RAMU


Pour rappel, l’assiette de cotisation du RAMU est constituée de la masse salariale brute versée aux
salariés, des secteurs publics et privés :
▪ l’assiette du secteur public pour le RAMU : cette composante correspond à la masse
salariale de la fonction publique et des structures à budget de transfert ; ces données sont
issues du budget de l’Etat ;
▪ l’assiette du secteur privé pour le RAMU : cette composante correspond au total des
salaires bruts du secteur privé ; elle est déterminée à partir de l’assiette de cotisation
actuelle de la CNSS qui en représente une fraction.
Ainsi les données traitées au cours de cette étape proviennent :
▪ du budget de l’état pour les salaires du secteur public ;
▪ des résultats obtenus à l’étape 2, notamment pour les salariés du secteur privé ;

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 15


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ des informations collectées auprès de l’administration fiscale, pour un échantillon


d’entreprises représentatif de l’ensemble des secteurs d’activités, sur la période retenue.
L’objectif est de déterminer le poids de l’assiette de cotisation du secteur privé.
Aussi, cette étape comprend les opérations suivantes :
▪ détermination de la masse salariale brute du secteur public, à partir des données du budget de l’Etat ;
▪ détermination de la masse salariale brute du secteur privé, à partir du traitement des
données de l’échantillon ;
▪ détermination de l’assiette globale de cotisation du RAMU.

Etape 4 : Evaluation des dépenses de santé


S’agissant du secteur privé, le coût total de la couverture maladie est déterminé à partir des données
collectées sur le terrain (enquête auprès d’une centaine d’entreprises sélectionnées à Brazzaville, à Pointe-
Noire et dans l’Interland), confrontées aux données obtenues auprès des administrations fiscales.
En ce qui concerne le secteur public, les données sur la prise en charge médicale des agents de l’Etat
proviennent des investigations menées auprès des services centraux du ministère des finances.
Les retraitements opérés sur l’ensemble des données permettent ainsi de reconstituer :
▪ les dépenses de santé et leur poids sur les masses salariales, pour le secteur privé ;
▪ le dépenses de prise en charge médicale et leur poids sur la masse salariale du secteur public.

Etape 5 : Détermination du taux de référence


Cette étape porte sur le calcul du taux de référence du RAMU ; celui-ci est obtenu par la sommation
du taux de base et du taux administratif, comme précédemment indiqué.

En rappel, Le taux de cotisation de référence sert de base pour déterminer les contributions des
différentes catégories de cotisants qui disposent de revenus soumis à cotisation.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 16


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

2.2.1.2 Détermination du taux par catégorie d’assurés disposant de revenus soumis à cotisation
Dans cette sous-section, il s’agit d’examiner les modalités de détermination de l’assiette de cotisation
et les règles d’application du taux de référence pour calculer le taux de cotisation applicable à chaque
catégorie qui dispose de revenus soumis à cotisation.

1- Concernant les employeurs et les employés :


Les notions d’employeur et d’employé sont utilisées indistinctement du secteur public ou privé.
a. Modalités de détermination de l’assiette de cotisation pour les employeurs et les employés
Ces deux catégories cotisent sur une même base de calcul. Comme précisé précédemment, leur assiette
de cotisation est constituée des salaires avec leurs majorations, primes, indemnités, congés payés,
gratifications, commissions et jetons de présence, ainsi que certains avantages en nature, sans
intégrer les frais remboursables et les notes de débours.
La maitrise et la fiabilité de cette assiette reposent sur le respect de la règlementation relative aux
déclarations sociales des employeurs. En effet, ces déclarations peuvent souffrir d’une asymétrie de
l’information, notamment en ce qui concerne les effectifs employés et les niveaux de rémunérations
déclarés.
b. Modalités de détermination des taux de cotisation respectifs pour les employeurs et les employés
Pour ces deux catégories, le taux de cotisation qui frappe l’assiette est bien entendu le taux de référence
précédemment déterminé (figure 04). L’étude retient que ce taux soit réparti entre la part patronale et
la part salariale selon une clé, comme présenté dans l’équation ci-dessous.
Figure 6 : Répartition du taux de référence entre l’employeur et l’employé

Il est entendu que la clé de répartition (t) apparait comme une option qui devrait se justifier selon
les pratiques actuelles de terrain, les expériences des pays comparables et des études antérieures.
2- Concernant les travailleurs indépendants et les professions libérales :
Cette catégorie regroupe toutes les activités gérées pour son propre compte et les professions libérales.

a. Modalités de détermination de l’assiette de cotisation :


Concernant l’assiette de cotisation pour cette catégorie, la loi n° 37-2014 du 27 juin 2014 (article
55) prescrit de calculer les cotisations au RAMU sur la base des revenus déclarés par les cotisants et
certifiés par les administrations habilitées. Toutefois, il importe de souligner que la maitrise de cette
assiette peut se heurter aux phénomènes d’asymétrie d’information précédemment relevés et aux
difficultés des cotisants à tracer, voire à maitriser, leurs revenus.
En raison de cette asymétrie qui peut être plus amplifiée pour cette catégorie, et afin de garantir un
niveau minimal de l’assiette de cotisation, l’étude retient de définir cette assiette selon la formule
ci-après :

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 17


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Figure 7 : Détermination de l'assiette de cotisation pour les TIPL

Ainsi, pour les travailleurs indépendants et les professions libérales, l’assiette de cotisation est
égale au montant maximum entre le minimum réglementaire et le montant déclaré. Cette
approche suppose qu’il est défini, pour chaque sous-catégorie (avocat, expert-comptable, médecin,
notaire, taximan, transporteur, etc.), un montant minimum de revenus de référence.

b. Modalités de détermination du taux de cotisation applicable aux TIPL :


La catégorie des travailleurs indépendants et des professions libérales représente à la fois l’employé et
l’employeur, sans pour autant que ce rôle d’employeur soit au même niveau que celui de l’Etat-employeur
ou des employeurs entreprises. Dans ce cas, l’étude considère que le taux applicable soit un mix entre la part
patronale supportée par la catégorie employeurs et la part salariale supportée par la catégorie des employés.

En effet, en tant qu’employé pour son propre compte, l’indépendant supporte le même taux de
cotisation que la catégorie des employés ; mais en tant qu’employeur considéré de moindre
importance par l’étude, l’indépendant supporte une fraction du taux de cotisation appliqué à la
catégorie employeurs.

Figure 8 : Détermination du taux de cotisation pour les TIPL

Au final, c’est le choix de la fraction « f » qui détermine le taux applicable au TIPL.

3- Modalités de détermination du taux de cotisation applicable aux titulaires de pensions


Dans cette catégorie on regroupe les retraités et les pensionnés invalides.

a. Modalités de détermination de l’assiette de cotisation :


Pour les titulaires de pension de retraite ou d’invalidité, conformément à l’article 55 de la loi n° 37-
2014, du 27 juin 2014, l’assiette de cotisation correspond aux montants des pensions de retraite
et/ou d’invalidité servis par les caisses de retraites.

b. Modalités de détermination du taux de cotisation applicable aux titulaires de pensions :


En application du principe d’équité précédemment énoncé, l’étude retient que les titulaires de
pension supportent le même taux de cotisation que les employés.

Figure 9 : Détermination du taux de cotisation pour les titulaires de pension

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 18


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

2.2.2 Détermination des contributions pour les catégories sans revenus soumis
Ces modalités s’appliquent aux catégories de cotisants qui ne disposent pas d’une capacité
contributive résultant d’une rémunération, ni du capital ni du travail. Ce sont :
▪ les étudiants ;
▪ les personnes vulnérables.
Pour ces catégories, les seules ressources sont soit la bourse pour les étudiants, soit les prestations
sociales versées par l’Etat au titre du système des filets sociaux. Ces ressources ne peuvent donc pas
être frappées par un taux de cotisation sociale. Dans ce cas, leur contribution est déterminée de
manière forfaitaire.

1- Contribution de la catégorie des étudiants


Cette catégorie regroupe les étudiants qui effectuent leurs études dans en République du Congo et
qui ne sont pas enregistré comme salarié actif à la CAMU.

D’après la loi n° 37-2014 du 27 juin 2014 (article 55), la contribution des assurés de la catégorie
Etudiant au RAMU prend la forme d’un droit d’adhésion annuel.

Par définition, parmi les dépenses de santé du panier des soins de référence, les étudiants ne sont
pas théoriquement concernés par le secteur de « la santé de la mère et l’enfant jusqu'à 5 ans ».

En conséquence, en considération du principe d’équité, le droit d’adhésion annuel des étudiants ne


peut être fondé que sur les deux derniers secteurs du panier socle, à savoir les « maladies
transmissibles et maladies tropicales » et les « maladies non transmissibles ».
A cet effet, pour un étudiant régulièrement inscrit et reconnu comme tel par la CAMU, le droit
d’adhésion annuel est déterminé par le coût moyen du panier de soins pour les deux secteurs qui le
concernent.

2- Contribution de la catégorie des personnes vulnérables


Cette catégorie regroupe les ménages bénéficiaires des prestations sociales, comme définies par le
ministère en charge des affaires sociales et de la solidarité. Au titre du projet actuellement en cours
appelé « Lisungi - système des filets sociaux », la catégorie des personnes vulnérables varie d’une
personne vivant seule à un couple ayant au plus trois enfants à charge.

Ainsi, la taille maximale d’un ménage considéré vulnérable est de 5 personnes. A ce stade, le
principe d’équité peut être de nouveau invoqué pour parvenir à déterminer la contribution du
ménage vulnérable au financement du régime.

Aussi, le coût moyen du panier de soins arrêté par l’étude sur l’équilibre du régime servira de
référence pour calculer au prorata la part individuelle dans le ménage vulnérable.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 19


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

2.3 Collecte des données


Cette section présente les sources et types de données collectées pour produire les résultats de
l’étude, notamment les taux de cotisation des catégories de cotisants aux revenus soumis et les
contributions des autres catégories déterminées forfaitairement.

2.3.1 Les sources de données de l’étude


Différentes sources de données ont permis de collecter les données de base qui ont servi à la
production des résultats présentés ci-dessous ; il s’agit notamment :
1. des enquêtes de terrain qui ont consisté à :
(i) élaborer et administrer un questionnaire auprès :
o d’un panel d’employeurs pratiquant la couverture maladie pour leurs salariés ;
l’objectif est d’analyser les dispositifs actuels de couverture maladie en
entreprise (caractéristiques, fonctionnement, coûts, etc.) ;
o des sociétés d’assurances qui proposent des services d’assurance maladie aux
entreprises et aux particuliers ; l’objectif visé est de comprendre leur offre
actuelle en matière d’assurance maladie ;
(ii) mener des entretiens avec les administrations fiscales et sociales et, collecter les données
déclarées par les contribuables et les cotisants en ce qui concerne les effectifs employés, les
masses salariales, les plafonds de sécurité sociale et les cotisations sociales ;
(iii) mener des entretiens avec les services du Projet Lisungi en charge des personnes
vulnérables, aux fins déterminer la population cible à couvrir.

2. des études déjà réalisées sur le projet ou en lien avec le projet, notamment :
(i) l’Etude sur le panier de soins et le coût, réalisée par Expertise France (mars 2017) ;
(ii) l’Analyse du coût, du financement et de la mise en place du panier de soins de l’Assurance
Maladie Universelle en République du Congo, réalisée par la Banque mondiale (mai 2017) ;
(iii) l’Etude sur le financement et l’équilibre de l’assurance maladie universelle, réalisée par
Expertise France (mars 2019) ;
(iv) le « rapport sur la stratégie de passage à l’échelle du projet Lisungi, Système de filets
sociaux » (Mars 2019).
(v) les données centralisées sur les dépenses de santé des entreprises (MFB – 2011 à 2015).

2.3.2 Les types de données de l’étude


Les données collectées pour l’étude se distinguent selon trois types, ainsi qu’il suit :
1. Données relatives aux dispositifs actuels de couverture maladie dans les entreprises
▪ support juridique (convention collective, accord d’établissement) ;
▪ type des bénéficiaires (salarié seul, salarié avec ses ayants-droits) ;
▪ mode de contribution des salariés à la couverture maladie ;
▪ type d'accord pour la couverture maladie (prestataires de santé ; assureurs) ;
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 20
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ panier de soins appliqué ;


▪ mécanisme de prise en charge des bénéficiaires (remboursement, tiers-payant) ;
▪ niveau de prise en charge des bénéficiaires (taux appliqués) ;
▪ cout moyen de la prise en charge ;
▪ masse salariale brute de l’entreprise ;
▪ principales difficultés des dispositifs actuels.
2. Données relatives aux paramètres de détermination des taux pour les catégories de cotisants
disposant de capacité contributive :
▪ cotisations déclarées et assiettes de cotisation CNSS ;
▪ subventions de l’Etat et assiettes de cotisation CRF ;
▪ masses salariales brutes annuelles des cotisants ;
▪ dépenses de santé déclarées par les cotisants.
3. Données relatives à la détermination des contributions pour les catégories de cotisants ne
disposant pas de capacités contributives :
(i) Pour les étudiants :
▪ estimation du nombre d’étudiants à inscrits l’Université Marien NGOUABI ;
▪ estimation du nombre d’étudiants inscrits dans les établissements privés.
(ii) Pour les personnes vulnérables :
▪ Nombre de ménages actuels ;
▪ Nombre de ménages cibles ;
▪ Nombre de personnes par ménage ;
▪ Allocations mensuelles versées par le projet Lisungi.
Les détails des données collectées sont présentés en annexe.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 21


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3 RESULTATS DE L’ETUDE ET COMMENTAIRES

Ce chapitre présente les résultats de l’étude, notamment les taux de contribution pour les
différentes catégories de cotisants (4.3), ainsi que les projections des cotisations sociales dédiées
au RAMU, pour la période 2020 à 2022, en lien avec l’équilibre financier du RAMU (4.4). Ces résultats
sont produits à la suite des retraitements opérés sur les données collectées afin de dégager :
▪ d’une part, les caractéristiques de la couverture maladie actuelle (4.1) ;
▪ et, d’autre part, les paramètres de base pour la détermination des contributions (4.2).
Le travail de terrain porte sur un panel de 126 entreprises et autres organismes, constitué dans le
respect de la répartition entre les trois secteurs économiques classiques, avec 77% d’entreprise
relevant du Tertiaire, 14% du secteur Primaire et 9% pour le Primaire. Ces entreprises sont basées
à Brazzaville (73,02%), Pointe Noire (22%) et dans l’Interland (5%).

Figure 10 : Répartition des entreprises par secteur et par localité

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 22


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.1 Caractéristiques de la couverture maladie actuelle


A partir des données de terrain, collectées et traitées, l’analyse de la pratique actuelle de la
couverture maladie en entreprise au Congo, permet de faire les constats essentiels suivants :

3.1.1 Concernant le support juridique


Figure 11 : répartition du support juridique de la couverture maladie

Le graphique ci-contre montre que pour 76% des


employeurs, le fondement juridique de la
couverture maladie des salariés reste la
convention collective. 11% d’entreprises
s’appuient sur un accord d’établissement, alors
que 13% usent des deux supports

3.1.2 Concernant les types des bénéficiaires


Figure 12: répartition de la couverture maladie
par bénéficiaires
La quasi-totalité des employeurs (87%) couvre les
salariés avec leurs ayant-droits, contre 13% qui
n’assurent la couverture maladie que pour les
salariés seuls.

3.1.3 Concernant le type d’accords pour la couverture maladie


Figure 13 : Répartition des sociétés par type d'accords
Sur l’ensemble de l’échantillon, on peut relever
que :
▪ dans 51% des cas, les entreprises signe es
accords avec les assureurs pour couvrir
médicalement leurs salariés ;
▪ 47% des entreprises préfèrent des accords
directement avec les prestataires de
soins ;
▪ Enfin 2% des entreprises utilisent les type
d’accords de de couverture maladie.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 23


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.1.4 Concernant le niveau de prise en charge des bénéficiaires


Figure 14 : Niveau de prise en charge des
Dans la pratique actuelle de la couverture en
bénéficiaires de la couverture maladie
entreprise :
▪ 58% des employeurs couvrent 100% des frais
médicaux de leurs salariés ;
▪ Parmi les 42% qui proposent une
couverture maladie partielle, il y a :
✓ 11% des employeurs ont une prise en
charge qui varie entre 75% et 99% des frais
médicaux des salariés ;
✓ 15% d’entreprises proposent une prise en
charge de 50% à 75% des frais médicaux ; des salariés ;
✓ 16% d’entreprises supportent moins de 50% des frais médicaux de leurs salariés.

3.1.5 Mécanisme de prise en charge des bénéficiaires


L’enquête de terrain montre que :
Figure 15 : Mécanisme de prise en charge des assurés
▪ La prise en charge des salariés est faite
majoritairement au tiers payant pour
58% d’entreprises, contre 42% qui
pratiquent le remboursement des
frais engagés par leurs salariés

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 24


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.1.6 Coût moyen de la prise en charge


Le traitement des données collectées relatives à la prise en charge permet de déterminer le coût
moyen de la couverture. Celui-ci met en rapport le total des dépenses de santé et la masse salariale
de l’échantillon, sur la période de référence (2016 à 2018), comme présenté dans le tableau ci-
dessous.

Tableau 1: Poids des dépenses de santé sur la masse salariale

Ainsi, avec un montant de 9 943 796 926, les dépenses de santé représentent en moyenne 6,94%
de la masse salariale brute qui s’élève à 143 143 750 838 francs. Ces dépenses de santé sont
supportées à 73,33% par les entreprises, contre 26,67% par les salariés.
En conséquence :
▪ L’employeur assure la couverture maladie du salarié à hauteur de :
6,94% x 73,33%, soit 5,09%
▪ le salarié participe à sa couverture maladie pour : 6,94% x 26,67%, soit 1,85%.

3.2 Paramètres de base pour la détermination des contributions


En rappel, les catégories de cotisants sont réparties en deux groupes : ceux ayant des revenus
soumis à cotisation et ceux n’ayant pas de revenus soumis à cotisation.
3.2.1 Paramètres de base pour les revenus soumis à cotisation
Dans cette sous-section, il s’agit de calculer les paramètres qui conduisent à la détermination du
taux de référence, base des taux de cotisation pour les catégories de cotisants concernées. Pour la
période d’étude, de 2016 à 2018, ces paramètres concernent :
(i) les cotisations sociales en cours ;
(ii) l’assiette cumulée des cotisations de la CRF et la CNSS ;
(iii) l’assiette globale de cotisation du RAMU ;
(iv) le coût total des dépenses de santé.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 25


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.2.1.1 Présentation des cotisations sociales actuelles


Le tableau ci-dessous retrace :
▪ les cotisations sociales appelées auprès du secteur privé par la CNSS ;
▪ et les subventions prévues de l’Etat à la CRF (montants arrondis à 5 milliards par mois)
Il importe de souligner que ces différents montants peuvent être sans lien avec le caractère effectif du
recouvrement des cotisations par la CNSS et du versement reçus par la CRF.

Tableau 2 : Montants des cotisations sociales appelées par la CNSS et la CRF

Avec une moyenne de 110 777 136 150 de francs pour la République du Congo, entre 2016 et 2018, les
cotisations sociales proviennent à plus de 54% du secteur public, contre près de 46% pour le secteur
privé.

3.2.1.2 Reconstitution des assiettes de cotisations sociales actuelle


Pour chaque caisse, l’application inversée du taux de cotisation sur ses cotisations appelées permet
de déterminer les assiettes de cotisation, comme dans le tableau ci-dessous.

Tableau 3 : Assiette de cotisation actuelle pour la CNSS et la CRF

L’assiette globale des cotisations sociales est évaluée en moyenne à 600 464 866 076 francs,
composés à plus de 65% par les salaires des fonctionnaires et assimilés, alors que le secteur privé
en apporte un peu moins de 35%. Les cotisations sociales représentent alors 18,46% de cette
assiette.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 26


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.2.1.3 Reconstitution de l’assiette de cotisation pour le RAMU


Comme précisé dans la méthodologie, l’assiette de cotisation pour le RAMU est distincte de l’assiette des
cotisations sociales existantes, présentée ci-dessus. L’assiette du RAMU est constituée d’une part, de la
composante du secteur public et, d’autre part, de la composante du secteur privé :
(i) la composante du secteur public émane du budget de l’Etat ; les montants sont ainsi
reportés tels quels ;
(ii) la composante du secteur privé est déterminée, d’une part, à partir de l’assiette de
cotisation CNSS, et d’autre part, des données collectées sur le terrain, auprès de
l’administration fiscale et de l’échantillon d’entreprises retenues pour l’étude. La
consolidation des données montre que l’assiette de cotisation de l’échantillon
représente 64,76% de sa masse salariale brute. Dès lors, connaissant l’assiette globale
de la CNSS, il devient possible de déterminer l’assiette de cotisation du secteur privé par
l’application inversée de ce taux moyen. Le tableau ci-dessous en donne les grandeurs.

Tableau 4: Rémunérations brutes reconstituées

Ce tableau montre que l’assiette de cotisation pour le RAMU représente une moyenne de
713 897 229 912 francs, dont près de 55% proviennent des salaires de la fonction publique et des
établissements assimilés, alors que le secteur privé en apporte un peu plus de 45%. Ainsi, les cotisations
sociales (CNSS+CRF) évaluées à 110 777 130 150 correspondent à 15,52% de l’assiette de cotisation du
RAMU.

3.2.1.4 Evaluation des dépenses de santé pour les secteurs public et privé
Pour rappel, le total des dépenses de santé comprend la prise en charge médicale des fonctionnaires
par l’Etat et la couverture maladie des salariés du secteur privé.
(i) Pour la prise en charge par l’état, les montants portés dans le tableau ci-dessous, résultent des
données obtenues et retraitées à l’issue de divers entretiens avec les services du ministère en
charge des finances ;

(ii) Pour la couverture maladie des entreprises, les données de terrain, précédemment traitées,
indiquent que les dépenses de santé du secteur privé représentent 6,94% de la masse
salariale brute. Une application de ce taux à la masse salariale brute permet ainsi de
déterminer le niveau moyen des dépenses de santé du secteur privé.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 27


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Tableau 5: Evaluation des dépenses de santé

Avec une moyenne annuelle de 42 384 010 117 francs, les dépenses de santé représentent 5,93%
de l’assiette de cotisation du RAMU. Elles sont financées par le secteur privé à hauteur de 52,89%,
contre 47,11% par le secteur public. Au total, l’ensemble des cotisations sociales (CNSS + CRF +
Dépenses de santé) représentent 21,43% de l’assiette du RAMU (714 722 527 539).

3.2.1.5 Détermination du taux de référence


Selon la méthodologie précédemment définie, le taux de référence du RAMU comprend :
▪ d’une part, le taux de base, couvrant les dépenses de santé, dites dépenses techniques :
il est déterminé à 5,93% de l’assiette du RAMU (masse salariale brute) ;
▪ et d’autre part, le taux administratif, couvrant le fonctionnement de la CAMU : il doit
correspondre au maximum à 15% des dépenses techniques (norme CIPRES), c’est-à-dire,
5,93% x 15%, = 0,89%
En considération de ces deux composantes, le taux de référence du RAMU est égal :
5,93% + 0,89% = 6.82%.

Tableau 6 : Détermination du taux de référence du RAMU

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 28


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.2.2 Paramètres de base pour les revenus non soumis à cotisation


3.2.2.1 Concernant les étudiants
En se référant à l’étude sur le financement et l’équilibre du RAMU, le montant contributif est de
17 647 francs par individu et par an, en rapport avec le panier de soins de référence comprenant
trois secteurs. Pour une simplification du traitement, il peut être retenu que chaque secteur
corresponde au tiers du montant contributif de l’équilibre, soit 5 882 francs. Par ailleurs, il est noté
dans les postulats de départ, que l’étudiant est exonéré du financement sur le premier secteur (la
santé de la mère et l’enfant jusqu’à 5 ans). Ainsi, le droit d’adhésion annuel de l’étudiant se
détermine par la sommation des quotes-parts des deux autres secteurs, soit 5 882 x 2 = 11 764
francs par an. Toutefois, ce droit d’adhésion annuel demeure fonction l’évolution du montant
contributif devant garantir l’équilibre.

3.2.2.2 Concernant les personnes vulnérables


La démarche pour déterminer la contribution des personnes vulnérables retient deux postulats, à
savoir :
▪ la taille du ménage est arrêtée à cinq individus ;
▪ le coût annuel du panier de soins est rapporté à la taille du ménage pour avoir le montant à
prendre en charge pour chaque individu, soit 17 647/5 = 3 529 francs par an ou 294 francs
par mois.

Sur la base des données collectées au niveau du projet Lisungi, le tableau ci-après présente le niveau
de prise en charge des personnes vulnérables par l’Etat.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 29


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.3 Contributions au RAMU par catégorie d’assurés


Cette section présente les résultats de l’étude, à savoir :
R01 Le taux de cotisation des employeurs est défini ;
R02 Le taux de cotisation des salariés est défini ;
R03 Le taux de cotisation des travailleurs indépendants et des professions libérales est défini ;
R04 Le taux de cotisation des titulaires de pension de retraite et/ou d’invalidité est défini ;
R05 Les droits d’adhésion annuels des étudiants sont fixés ;
R06 Le niveau de prise en charge, par l’Etat, des personnes vulnérables est déterminé

3.3.1 Contribution des employeurs et des salariés


L’ensemble des cotisations sociales des employeurs et des employés équivaut au taux de cotisation
de référence ; pour déterminer les taux de cotisation applicable à chacune de ces deux catégories
d’assurés, il faut définir une clé de répartition (t) qui permet de fixer la part patronale et la part
salariale. A cet effet, l’étude propose d’examiner trois hypothèses de travail comme présenté ci-
après :

Tableau 7 : Clé de répartition des cotisations entre l'employeur et l'employé

L’analyse du tableau permet de faire les commentaires suivants :


▪ Hypothèse 1 : Répartition du taux de référence selon la règle des 2/3 contre 1/3 :

Cette hypothèse propose de faire supporter les 2/3 du taux aux employeurs, contre 1/3 pour les
employés 1/3. Dans ce cas :

✓ la part patronale est calculée à : 6,82 x 2/3 = 4,55% ;


✓ la part salariale est calculée à : 6,82 x 1/3 = 2,27%.

L’hypothèse 1, s’inscrit dans le même sens que l’étude réalisée par Expertise-France sur le
financement et l’équilibre du RAMU.

Ce paramétrage se présente comme le plus communément admis en matière de cotisation


sociale sur les revenus du travail.
Avec cette hypothèse, sur la base de l’assiette actuelle du RAMU, les cotisations sociales, hors
contributions des travailleurs indépendants, devraient atteindre 55% du budget d’équilibre.
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 30
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ Hypothèse 2 : Répartition du taux de référence selon la règle de la parité, 50% par catégorie
Dans cette hypothèse, à l’instar de l’expérience togolaise, la répartition des charges se veut plus
égalitaire entre les employeurs et les employés. Dans ce cas :
✓ la part patronale est calculée à : 6,82 x 1/2 = 3,41% ;
✓ la part salariale est calculée à : 6,82 x 1/2 = 3,41%.

Cette hypothèse qui correspond à la plus grande contribution pour les salariés, est la plus
défavorable pour leur pouvoir d’achat, d’autant plus que la catégorie des titulaires de pensions
supporte le même taux de cotisation.

Dans cette hypothèse, les cotisations sociales hors contributions des travailleurs indépendants
devraient atteindre 56,91% du budget d’équilibre du RAMU.

▪ Hypothèse 3 : Répartition du taux de référence selon la règle des 3/4 contre 1/4

L’hypothèse 3 suggère de faire supporter les 3/4 des cotisations sociales du RAMU aux employeurs,
contre 1/4 pour les salariés, assez proche de la part salariale actuelle qui avoisine les 26,67% comme
présenté dans la sous-section 3.1.5
✓ la part patronale est calculée à : 6,82 x 3/4 = 5,11% ;
✓ la part salariale est calculée à : 6,82 x 1/4 = 1,71%.

Cette hypothèse correspond le mieux à la pratique actuelle de la couverture maladie dans les
entreprises. En effet, dans 58% des cas visités les salariés ne participent pas au financement (voir
niveau de prise en charge ci-dessus)

Selon cette hypothèse, les cotisations sociales, hors contributions des travailleurs indépendants
devraient atteindre 54,89% du budget d’équilibre du RAMU.

En définitive, compte tenu de l’impact à la fois sur le pouvoir d’achat des cotisants et sur la
mobilisation des ressources pour le RAMU, l’hypothèse 1 parait la plus indiquée des trois.

Résultat 01: Taux de cotisation des employeurs


Sur la base du taux de référence déterminé à 6.82%, réparti à raison de 2/3 pour la
part patronale et 1/3 pour la part salariale, le taux de cotisation des employeurs,
publics et privés, pour le financement du RAMU est fixé à 4,55%.

Résultat 02: Taux de cotisation des salariés


Sur la base du taux de référence déterminé à 6.82%, réparti à raison de 2/3 pour la part
patronale et 1/3 pour la part salariale, le taux de cotisation des employés, publics et
privés, pour le financement du RAMU est fixé à 2,27%.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 31


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.3.2 Contribution des travailleurs indépendants et des professions libérales


A titre de rappel, en tant qu’employé pour son propre compte, l’indépendant supporte le même taux
de cotisation que la catégorie employés ; mais en tant qu’employeur considéré de moindre importance
par l’étude, l’indépendant supporte une fraction du taux de cotisation appliqué à la catégorie
employeurs.
Ainsi, pour déterminer le taux de cotisation qui s’applique à la catégorie des travailleurs
indépendants et des professions libérales, il faut fixer la fraction qui frappe le taux de cotisation des
employeurs.
En raison du fait que l’indépendant supporte les 100% de la part salariale, il est proposé que sa
contribution en tant qu’employeur ne dépasse pas le tiers de la part patronale. Dans ce cas, en
application des taux déterminés pour les employeurs et les employés, le taux de cotisation qui
s’applique à la catégorie des travailleurs indépendants est : 2,27% + (4,555% x 1/3) = 3,79%

Résultat 03: Taux de cotisations des travailleurs indépendants


Sur la base du taux de référence déterminé à 6.82%, étant donnée la répartition
retenue pour les employeurs (4,55%) et les employés (2,27%), le taux de cotisation
des travailleurs indépendants et des professions libérales pour le financement du
RAMU est fixé à 3,79%.

Tableau 8 : Détermination du taux de cotisation pour les TIPL

Le taux de 3,79% retenu pour les TIPL, est moins favorable que dans l’hypothèse 3. Il présente
l’avantage d’être le mieux adapté pour l’ensemble des cotisants concernés : il est moins élevé que
dans l’hypothèse deux, alors qu’il permet une meilleure mobilisation des cotisations pour
l’ensemble des cotisants concernés par les taux.
Comme expliqué précédemment, afin d’en maitriser l’assiette, la mobilisation des cotisations du
RAMU auprès des TIPL nécessite d’anticiper les effets des asymétries de l’information et les
difficultés des cotisants à tracer, voire à maitriser, leurs revenus. Dans ce cas, l’étude retient que
pour TIPL, l’assiette de cotisation est égale au montant maximum entre le minimum
réglementaire et le montant déclaré.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 32


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Cette règle de gestion implique, pour l’opérationnalisation du RAMU, de définir, par corps de
métier, à la fois les minimums réglementaires des revenus à prendre en compte dans le calcul des
cotisations et les modalités de révision de ces minimas.

3.3.3 Contribution des titulaires de pension


Pour les titulaires de pension de retraite et/ou d’invalidité, le taux de cotisation des employés
s’applique à leurs pensions qui en constituent l’assiette.

Résultat 04: Taux de cotisations des titulaires de pension


Sur la base d’un taux de référence déterminé à 6.82%, étant donnée la répartition
retenue pour les employeurs (4,55%) et les employés (2,27%), le taux de cotisation
des titulaires de pensions pour le financement du RAMU est fixé à 2,27%.

Tableau 9 : Détermination du taux de cotisation pour les titulaires de pensions

3.3.4 Contribution des étudiants


Dans la sous-section 3.2.2 ci-dessus, il a été établi que le droit d’adhésion annuel de l’étudiant se
détermine par la sommation des quotes-parts des deux autres secteurs, soit 5 882 x 2 = 11 764
francs par an.
Toutefois, ce droit d’adhésion annuel demeure fonction l’évolution du montant contributif devant
garantir l’équilibre.

Résultat 05: Droit d’adhésion annuel des étudiants


En raison de leur manque de revenus soumis à cotisation, et en vertu du principe de
solidarité, la contribution pour la catégorie des étudiants au financement du RAMU est
égale à la quote-part de 11 764 francs CFA par an, indexée sur l’évolution du contributif
devant garantir l’équilibre du RAMU.

3.3.5 Contribution des personnes vulnérables


Comme précisé dans la sous-section 3.2.2, la contribution des personnes vulnérables au
financement du RAMU, en d’autres termes, leur prise en charge par l’Etat, doit tenir compte de la
taille maximale du ménage considéré comme tel, arrêtée à cinq personnes et du coût annuel du
panier de soins rapporté cette taille. Il résulte donc que le montant à prendre en charge pour chaque
individu est de 17 647/5 = 3 529 francs par an ou 294 francs par mois.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 33


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Ce montant est à supporter pour chaque personne à prendre en compte dans l’AMU dans le
ménage.

Résultat 06: Prise en charge des personnes vulnérables


En raison de leur manque de revenus soumis à cotisation, et en vertu du principe de
solidarité, la contribution des personnes vulnérables pour le financement du RAMU
est fixée à 3 529 francs CFA, et indexée au cout du panier des soins.

Tableau 10: Détermination de la contribution des personnes vulnérables

Le tableau précédent montre que ce résultat permet d’escompter jusqu’à 1 728 961 000 à mobiliser
au titre de la contribution des 97 986 ménages atteints par la pauvreté sévère, soit 489 929
personnes auxquelles s’ajoutent 15843 personnes âgées des zones affectées par la sévérité de la
pauvreté
Toutefois, la collecte de cette contribution dépend de l’agenda du ministère en charge des affaires
sociale, qui prévoit de mettre en œuvre le passage à l’échelle du projet actuel Lisungi sur la période
2019 à 20122. De plus, le Plan National de Développement prévoit environ 6 milliards de francs CFA
par année pour financer le passage Lisungi, alors que le plan de passage graduel à l’échelle nécessite
11 723 000 000 par an, soit 58 615 921 000 FCFA pour la période 2019 à 20122. Ces constats amènent
la conclusion qu’il ne serait pas judicieux de prélever la prise en charge des personnes vulnérables
sur le budget du projet Lisungi ; cette contribution devrait donc relever d’un financement
complémentaire du projet Lisungi par l’Etat ou un autre organisme.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 34


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

3.4 Impact des cotisations sociales sur l’équilibre financier du RAMU


En lien avec le principe d’équilibre financier du RAMU, et sur la base des résultats obtenus
concernant la contribution des différentes catégories de cotisants au RAMU, cette section présente
les projections des cotisations sociales dédiées au RAMU, pour la période 2020 à 2022. Les
paramètres de calculs sont bien sûr l’assiette de cotisation et le taux de contribution. Le taux de
contribution correspond, selon le cas, soit au taux de cotisation, soit à la contribution forfaitaire
individuelle par année.
▪ Les apports au RAMU pour les employeurs, employés, titulaires de pensions, étudiants et
personnelles vulnérables sont estimés en se fondant sur les assiettes et les taux de
contribution déterminés ci-dessus.
▪ Pour les TIPL, l’assiette de cotisation n’a pas été mesurée dans la présente étude ; elle est donc
reconstituée à partir des études antérieures, notamment de l’étude sur le financement et
l’équilibre du RAMU, réalisée par Expertise - France. Le tableau ci-dessous en donne les détails.

Sur la base des données collectées et retraitées, croisées avec les données de l’étude sur le
financement et l’équilibre financier du RAMU, le tableau ci-dessous montre que l’assiette de
cotisation du régime pourrait atteindre une moyenne de 1 083 867 834 806 francs CFA entre 2010
et 2022. Cette assiette est constituée à 64,34% des salaires bruts du secteur public (34,51%) et du
secteur privé (29,84%), contre 35,66% pour la catégorie des travailleurs indépendants et des
professions libérales.

Tableau 11 : Projections de l'assiette de cotisation du RAMU

A partir des résultats présentés dans la section précédente concernant les taux de contribution pour
chaque catégorie de cotisants, et de l’assiette de cotisation ainsi reconstituée, il devient possible de
fixer les paramètres d’estimation des cotisations sociales pour le RAMU, comme le montre le
tableau suivant :

Tableau 12: Paramètres d'estimation des cotisations sociales pour le RAMU


Catégorie de cotisant au Assiette de cotisation Taux de
RAMU ou nombre contribution
Employeurs du public masse salariale du public, 4,55%
Employés du public soit en moyenne 391 333 333 333 francs CFA 2,27%
Employeurs du privé moyenne annuelle de la masse salariale du privé, 4,55%
Employés du privé soit en moyenne 323 389 194 206 francs CFA 2,27%

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 35


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

Catégorie de cotisant au Assiette de cotisation Taux de


RAMU ou nombre contribution
Travailleurs Masse salariale reconstituée à partir de l’étude sur
indépendants et le financement et l’équilibre du régime, soit 3,79%
professions libérales 386 478 640 600 de francs CFA
Moyenne annuelle des pensions réputées
Titulaires de pensions distribuées par les caisses de sécurité sociale (CRF, 2,27%
CNSS), soit 107 056 832 395 francs CFA
Par convention de calcul, nombre d’étudiants 11 764 francs
Etudiant supposés pouvoir s’inscrire aux études supérieures CFA par an par
pour l’année universitaire 2019-2020 : 20 000 personne
Par convention de calcul, nombre de personnes 3 529 francs CFA
Personnes vulnérables composants les ménages victimes de la pauvreté par an par
sévère : 489 929 personnes personne

Pour la période 2020 à 2022, sur la base des paramètres ci-dessus, les estimations de cotisations
sociales sont résumées dans le tableau 13. Ce tableau montre qu’en dehors des contributions
forfaitaires, les cotisations sociales du RAMU pourraient atteindre une moyenne de 64 659 598 986
francs CFA. En intégrant les contributions des étudiants et des personnes vulnérables, ces
cotisations sociales représenteraient 66 623 840 174 francs CFA. Ce financement contributif est
alimenté à 47,59% par les employeurs, à 23,80% par les salariés, à 21,98% par les TIPL, alors que les
titulaires de pension ont un apport de 3,80%.

Tableau 13 : Estimation des cotisations sociales du RAMU

Ce tableau permet également de souligner qu’avec près de 22% des financements contributifs
estimés, assis sur une assiette de 386 478 640 600 de francs CFA (35,88% de l’assiette), la catégorie des
TIPL est le troisième apporteur de fond pour le RAMU, après les employeurs et les employés. Dans
ce cas, il devient stratégique pour la CAMU de maitriser l’assiette de de cette catégorie ; pour cela,
outre la fixation des minimas réglementaires pour estimer les revenus des cotisants concernés, il
est judicieux de préconiser la mise en place dispositifs ayant pour effet de réduire les asymétrie
d’information et de renforcer les capacités des cotisants à suivre leurs revenus.

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 36


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

L’impact de ce paramétrage sur l’équilibre financier du RAMU est ici analysé en termes de part
des financements contributifs dans le budget estimé du RAMU, aussi bien pour les catégories de
cotisants que pour les secteurs public et prévé. Cet impact est donc apprécié, dans les tableaux ci-
après, en fonction de l’hypothèse retenue parmi les estimations formulées à partir des différentes
études d’orientation sur le cout du panier des soins de référence :
▪ Hypothèse basse : 70 milliards
▪ Hypothèse moyenne : 78 milliards
▪ Hypothèse haute : 90 milliards

Tableau 14 : Impacts des taux de contribution sur l'équilibre financier du RAMU

Concernant les apports des différentes catégories de cotisants, le tableau ci-dessus permet de
formuler les commentaires suivants :
▪ Dans l’hypothèse basse (panier de soins à 70 milliards)
✓ les cotisations sociales pourraient représenter jusqu’à 95,18% du budget d’équilibre ;
✓ le gap à financer se lèverait à 4,82% du budget d’équilibre ;
✓ dans ce cas, le budget d’équilibre serait alimenté à 45,30% par les employeurs, à 22,65%
par les employés, à 20,92% par les TIPL et à 3,51% par les titulaires de pension, alors que
les cotisants sans revenus soumis apporteraient 2,81%.
▪ Dans l’hypothèse moyenne (panier de soins à 78 milliards)
✓ les cotisations sociales pourraient représenter jusqu’à 85,42% du budget d’équilibre ;
✓ le gap à financer se lèverait à 14,58% du budget d’équilibre ;
✓ dans ce cas, le budget d’équilibre serait alimenté à 40,65% par les employeurs, à 20,32%
par les employés, à 18,17% par les TIPL et à 3,15% par les titulaires de pension, alors que
les cotisants sans revenus soumis apporteraient 2,81%.
Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 37
Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

▪ Dans l’hypothèse haute (panier de soins à 90 milliards)


✓ les cotisations sociales pourraient représenter jusqu’à 74,03% du budget d’équilibre ;
✓ le gap à financer se lèverait à 25,97% du budget d’équilibre ;
✓ dans ce cas, le budget d’équilibre serait alimenté à 35,23% par les employeurs, à 17,61%
par les employés, à 16,27% par les TIPL et à 2,73% par les titulaires de pension, alors que
les cotisants sans revenus soumis apporteraient toujours 2,81%.
A ce niveau de paramétrage, le GAP à financer pour garantir la viabilité du RAMU varie en
moyenne entre 25,97% (hypothèse haute du coût du panier de soins) et 4,82% (hypothèse basse
du coût du panier de soins) de son budget d’équilibre. Ce gap ne prend toutefois pas en compte
certains éléments qui auront un impact significatif sur la mobilisation des ressources financières
pour le RAMU :

▪ d’abord, la maitrise de l’assiette du secteur privé, en particulier des TIPL, mais aussi des
entreprises, est un défi qui renforce le financement contributif du régime (voir paragraphe
précédent) ;
▪ enduite, dans cette étude, faute de données disponibles, les estimations des cotisations
sociales du secteur public sont limitées à la masse salariale du personnel civil de l’Etat, alors
que le cout global du panier des soins intègre aussi le personnel militaire et les forces de
l’ordre, dont la prise en compte dans les cotisations sociales va améliorer le financement ;
▪ enfin, d’autres cotisants, non traités dans cette étude, devraient améliorer le niveau de
financement contributif ; il s’agit notamment des employeurs sans but lucratif, tel que les
représentations diplomatiques, les ONG et les structures assimilées.

Tableau 15 : Contribution au RAMU pour les secteurs public et privé

Du point de vue sectoriel, le tableau suivant permet de souligner ce qui suit :


▪ dans l’hypothèse basse, le secteur privé apporte 54% du budget d’équilibre, contre 40,86%
pour le secteur public ;
▪ dans l’hypothèse moyenne, les apports respectifs du secteur privé et du secteur public sont
de 48,53% et 36,66% ;
▪ dans l’hypothèse haute, le secteur privé apporte 42,06% du budget d’équilibre, contre
31,78% pour le secteur public ;

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 38


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

4 CONCLUSION
Sur la base :
▪ de la collecte des données sur le terrain (auprès des entreprises, administrations fiscales et
sociales) ;
▪ des traitements opérés selon une méthodologie fondée sur trois principes (maîtrise de
l’assiette de cotisation, équité entre cotisants, équilibre du régime) ;
▪ de la mise en œuvre d’un algorithme de détermination des contributions,

l’étude aboutit aux résultats attendus, conformément aux objectifs fixés, comme présenté dans le
tableau synoptique ci-après :

Nature de Assiette de
Résultats Cotisants Statuts Contributions
contributions cotisation
Publics Masse salariale 4,55%
01 Employeurs Taux de cotisation
& privés brute
Publics Masse salariale 2,27%
02 Employés Taux de cotisation
& privés brute
Travailleurs 3,79%
03 Formels Taux de cotisation Revenus déclarés
Indépendants
Pensions de 2,27%
Titulaires de Publics
04 Taux de cotisation retraite
pension & privés
et/ou d'invalidité
Droit d'adhésion 11764 FCFA
05 Etudiants Inscrits Forfait
annuel
Personnes 3529 FCFA
06 RSU Prise en charge Forfait
vulnérables

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 39


Régime d’Assurance Maladie Universelle Etude évaluative des taux de cotisation sociale

5 ANNEXES

5.1 Détails des données de l’enquête

Fichier
Numéro Documentation source
d’origine

Questionnaire administré aux contributeurs aux


01
dépenses de santé en tant que société

Questionnaire administré aux contributeurs aux


02
dépenses de santé en tant que TIPL

03 Détail des données collectées sur le terrain VPM_Etude_des_Ta


ux_CAMU_2019_280419_b.xlsx

5.2 Documentation utilisée

Fichier
Numéro Documentation source
d’origine

11 Rapport_final_études_Panier_Soins_AMU.pdf

12 Rapport_BM_Panier de Soins ROC 8 Aug 17.pdf

Plan De Passage Graduel A l’echelle Du Projet


13 PLAN DE PASSAGE
Lisungi
GRADUEL A L'ECHELLE.docx

Etude sur le financement et l’équilibre de


14 Livrable No 2 -
l’assurance maladie universelle
stratégie financement AMU.docx

Rapport provisoire Mai 2019 Réalisé par Ceam.J-Conseil Page 40

Vous aimerez peut-être aussi