Vous êtes sur la page 1sur 2

De la peste Antonine au Covid-19 : une brève histoire des maladies

ayant le plus marqué l’humanité


Le monde entier en parle, chaque être s’informe et débat sans cesse sur un sujet depuis maintenant 2
mois : le coronavirus ou Covid-19. Il est apparu pour la première fois en Chine, le 17 novembre 2019.
4 mois plus tard, toute la planète est touchée, plus de 700.000 personnes sont tombées malades, plus
de 30.000 ont péri et ces chiffres ne cessent d’augmenter. Le Covid-19 est une épidémie, rapidement
devenue une pandémie, dont les faits feront sans doute partie de l’histoire de l’humanité. La situation
est d’autant plus inédite car, dans un environnement extrêmement mondialisé, où le mouvement est
constant, presque la moitié de la population mondiale se trouve interdite de sortie. Nous parlons de
« guerre » contre ce virus et tous les moyens sont mis en œuvre par les Etats et institutions
internationales pour trouver un vaccin. Cependant, ce n’est pas la première fois que les hommes sont
touchés par une épidémie. Cela est arrivé à maintes reprises. Il serait intéressant d’apprendre quelles
ont été les maladies les plus meurtrières de notre histoire.

La peste est la maladie ayant fait le plus de victimes jusqu’à nos jours. Elle est à l’origine de la première
épidémie connue des historiens : la peste Antonine qui frappa l’Empire Romain de 165 à 190 et qui fit
5 millions de morts. Depuis, cette maladie n’a cessé de hanter l’humanité, à tel point qu’en anglais,
elle se nomme « plague, » terme signifiant également fléau, épidémie ou invasion. Causée par une
bactérie, elle est la plupart du temps transmise des
rongeurs à l’homme par les piqûres de puces. Les
symptômes sont de deux types : la peste bubonique, la
plus fréquente, provoque une forte fièvre, des maux de
tête et des troubles de la conscience (délire). Sa
principale caractéristique est l’apparition de bubons au
niveau des aisselles et du cou : cela ressemble à de gros
boutons de pus. L’autre type, plus mortelle, est
appelée peste pulmonaire : elle présente les mêmes
symptômes en plus de la présence de sang et de
douleurs dans la poitrine. La peste est l’une des plus
anciennes maladies connues de l’homme : 6 épidémies
ont tué jusqu’à 260 millions de personnes, la plus
importante étant la Peste Noire (1347-1351) avec 200
millions de morts en Europe (30 à 50% de la population Uniforme de protection des médecins
d’alors !). Son traitement n’a été découvert qu’en durant l’épidémie de peste au Moyen-
1894, c’est-à-dire 17 siècles après la peste Antonine. Age. Le monde pensait que la maladie
Aujourd’hui, elle constitue toujours un fléau dans était présente dans l’air.
certains pays comme Madagascar, le Viet Nam, l’Inde
et l’Egypte.

L’autre maladie ayant fait le plus de victimes est la variole. Elle est aussi ancienne : elle serait née
10.000 ans avant notre ère et a touché tous les continents. Il s’agit d’un virus extrêmement contagieux
d’un patient à un autre. Les symptômes préliminaires sont la fièvre, les maux de tête, une fatigue
intense et des vomissements. Ensuite, apparaissent des éruptions cutanées : d’abord, elles sont sur le
visage, les bras et les mains. Puis, elles peuvent se développer sur tout le corps. Dans 30% des cas, la
variole est mortelle. Le seul traitement qui existe est le vaccin qui a été découvert vers 1815. La
première épidémie eut lieu au Japon et tua 1 million de personnes entre 735 et 737. En Europe, la
variole est arrivée au même moment mais a le plus frappé au Moyen-Age avec 56 millions de morts.
Par la suite, apportée par les navigateurs Européens, elle ravagea le continent Nord-Américain : 90%
de la population Amérindienne a disparu à cause de la variole.

Une troisième maladie marquante pour l’humanité est plus récente : c’est le SIDA (syndrome
d’immunodéficience acquise). Ce syndrome est causé par le virus du VIH (virus de l’immunodéficience
humaine). L’épidémie est apparue pour la première fois aux Etats-Unis en 1981 et sévit aujourd’hui
dans le monde entier. Le SIDA se transmet principalement d’une personne à une autre à l’occasion
d’activités sexuelles non protégées. Les éléments de transmission sont les liquides corporels suivants :
le sperme, le sang, les sécrétions vaginales et le lait
maternel (la sueur et la salive n’en font pas partie).
C’est un virus particulier car il attaque le système
immunitaire, c’est-à-dire les défenses naturelles du
corps contre les maladies. Le corps est donc de plus
en plus vulnérable face aux maladies, même
courantes. Une grippe ou une bronchite deviennent
alors difficiles à traiter et peuvent entraîner le décès.
Depuis les années 80, le VIH/SIDA a entraîné la mort
d’environ 30 millions de personnes. Actuellement,
aucun traitement ne permet de complètement
éradiquer ce virus. Un suivi médical et la prise de
médicaments permettent de le contrôler et
d’augmenter l’espérance de vie des personnes
séropositives. Aujourd’hui, 35 millions de personnes
vivent avec le VIH/SIDA, dont 2/3 en Afrique Uniforme moderne du personnel médical,
subsaharienne. Ce nombre augmente de 2,5 millions depuis les années 2000.
chaque année et les décès s’élèvent à 1,5 million.

A part ces 3 maladies, d’autres ont constitué le malheur de l’humanité mais à une échelle plus faible
et lors de périodes plus courtes. Peuvent être cités le choléra, les différentes grippes et Ebola. Au total,
de la peste Antonine jusqu’au Covid-19, environ 20 épidémies ont causé la mort de presque 400
millions de personnes. Celle du Covid-19 se place actuellement en 17ème position, derrière la Fièvre
Jaune de la fin du 19ème siècle (125.000 morts) et devant Ebola (2014 à 2016, 11.300 morts).

John FIROZALY
Pour le Mensuel du Mehfile Zainab, avril 2020

Vous aimerez peut-être aussi