Vous êtes sur la page 1sur 6

ENIT Examen de Mécanique des Milieux Continus Janvier 2015

_________________________________________________________________________________________
Classes: 1ère année GC, GHE , GM et MINDS
Enseignants: M. Abdelkrim, M. Aidi, M. Trifa et H. Zenzri
Les documents sont non autorisés Durée: 1h30 Nombre de pages: 3
_________________________________________________________________________________________

Problème M1 : (E1 , 1) r0


On considère un tube cylindrique circulaire infiniment long
selon son axe Oz et de rayons intérieur et extérieur
r1
respectivement r0 et r2. Le tube est un composite formé de 2
matériaux élastiques linéaires homogènes et isotropes. Le
premier matériau, appelé M1, de caractéristiques élastiques E1
et 1, occupe la géométrie définie par r0  r  r1 . Le deuxième r2
matériau, appelé M2, de caractéristiques élastiques E2 et 2,
occupe la géométrie définie par r1  r  r2 . M2 : (E2 , 2)

A l’interface entre les 2 matériaux (r=r1), l’adhérence étant supposée parfaite (collage parfait).
La paroi intérieure du tube, surface r=r0, est soumise à une pression P. La paroi extérieure, r=r2, est
libre. Les forces de volume sont négligées, l’évolution du tube est supposée quasi-statique et les

hypothèses des petites perturbations sont supposées vérifiées. Dans la suite on notera  i et u i
respectivement les champs de contrainte et de déplacement dans le matériau Mi (i=1,2).
1. Ecrire les conditions aux limites sur les surfaces r=r0 et r=r2.
2. Ecrire les conditions à l’interface entre les 2 matériaux (r=r1).
3. Comment se traduit l’hypothèse de longueur infinie du tube (et l’invariance du problème selon l’axe z) sur les
champs de déplacement, de déformation et de contrainte?
4. La résolution du problème d’équilibre du tube conduit aux contraintes et déplacements suivants (et il n’est pas
demandé de les retrouver):
 i bi
 rr  ai  2  Pr02  Qr12  r12
 r  1a   2a  Q
 i  ai  bi  r12  r02  r22  r12
i=1, 2 où et (1)
 r2  r2r2  r2r2
 i zz  2 a b1  ( P  Q ) 20 1 2  b2  Q 21 2 2
 i i i  r1  r0  r2  r1
 r   rz   z  0
i i

 B a b
u i  ( Ai r  i ) e r où Ai  i ( 1  i )( 1  2 i ) et Bi  i ( 1   i ) i=1, 2 (2)
r Ei Ei
avec :
QkP (3)
r (r  r ) E 2
2 2 2
k  2 (1   12 ) 0 2 1
(4)
(1   2 )(r12  r02 )(r22  (1  2 2 )r ) E1  (1   1 )(r22  r12 )(r02  (1  2 1 )r12 ) E 2
1
2
4-1 Quelle est la densité surfacique de force exercée par la couche du matériau M1 sur celle de M2 au niveau de
l’interface r=r1 ?
4-2 Comment s’obtient l’expression de la constante k donnée par la relation (4) ? (On ne demande pas de
la retrouver)
4-3 Calculer les limites suivantes : lim k et lim k . Commenter ces résultats.
r1  r0 r1  r2

4-4 Déterminer k dans le cas où E1=E2 et 1=2. Commenter le résultat.


4-5 Dans cette question, on suppose que le contact entre les matériaux M1 et M2 est sans frottement. Ecrire les
nouvelles conditions d’interface. La solution (relations 1,2,3 et 4) reste elle valable ? Justifier la réponse.

5. La couche du matériau M1 est au fait utilisée pour augmenter la résistance du tube initialement conçu avec le

matériau M2 uniquement. On note P la pression limite supportable par le tube dans sa conception initiale (r1 et r2
fixés).

5-1 Si l’objectif du renforcement est d’obtenir un tube pouvant supporter une pression 2 P , quelle serait la valeur
optimale du coefficient k, pour r1 et r2 fixés, sachant que le matériau M1 est hautement résistant ?
5-2 En posant r0=r1-e, et en utilisant les valeurs numériques suivantes :
r1=3cm, r2=5cm, 1=0.3, 2=0.2, E1=7 E2 (5)
( 3.e ) 2
le coefficient k est tel que : k= 91.
4398. e733. e 2819.
et la courbe k(e) est donnée ci-dessous.
k

Proposer une épaisseur de la couche du matériau M1


et donner la valeur exacte du coefficient k
correspondant, sachant que les épaisseurs disponibles
sont des multiples du mm (1mm, 2mm, 3mm…).

e (cm)
Commentaire : Les résultats établis dans ce problème justifient le recours aux multicouches dans les conduites
comme alternative aux conduites métalliques.
Formulaire
Dérivation d’un champ de tenseurs en coordonnées cylindriques
z

OM  r e r  ze z
M e r  cos  e x  sin  e y
e   sin  e x  cos  e y
z
O
y
r
x

Gradient d’un champ vectoriel U ( OM )= Ur(r,z e r + U(r,z e + Uz(r,z e z

 U r 1 U r U r 
 r (  U )
r  z 
 U 1 U  U  
U    (  Ur ) 
 r r  z 
 U z 1 U z U z 
 r r  z 

Divergence d’un champ de tenseurs d’ordre 2 symétriques  OM r,z

 rr 1  r  rz  rr   
div  (    )e r
r r  z r
 1    z 2 r
 ( r    )e
r r  z r 
 1  z  zz  zr
 ( zr    )e z
r r  z r
Relation déformation -déplacement

U   12 U  U 
t

Loi de comportement élastique linéaire et isotrope

1  
   Tr (  )   2      Tr (  ) 
E E

E0 ;  1  0.5 ;  0 ; 3  2  0

 3  2 
 E      ; 
2(   )
  E
  E ; 
 (1   )(1  2 ) 2(1   )

Vous aimerez peut-être aussi