Vous êtes sur la page 1sur 58

Chapitre 10:

Comportement des suites


1 Spe Maths
Lycée Regnault
Activité 1 p 43
Le modèle A ne parait pas durablement réaliste
du fait de l’augmentation constante de la population. C’est un
modèle qui peut être fiable mais à court terme.

a) pn+1− pn = 0,035pn >0 car pn>0

c) On prouve ainsi que la suite (pn) du modèle A est croissante. En effet, les
inégalités pn+1− pn >0 et entraine la même relation : pn+1> pn
Le cours en bref…
Les techniques…
Les techniques…
Ex 12 et 13 p 48
Ex 12

a) un+1−un = -3(n+1)+1+3n-1
=-3 < 0, la suite (un) est décroissante.

b) un+1−un =
> 0, la suite (un) est croissante.

c) un+1−un = (n+1)²-3-n²+3
=2n +1> 0, la suite (un) est croissante.

d) un+1−un = -(n+1)²+2(n+1)+n²-2n=-n²-2n-1+2n+2+n²-2n
=-2n +1< 0 pour n>0, la suite (un) est décroissante.
Ex 13 p 48

a) vn+1−vn = n + 4 >0 , la suite (vn) est croissante.

b) vn+1−vn = − 2n² < 0, la suite (vn ) est décroissante.


Ex 17 et 18 p 48
Ex 17 p 48
Ex 18 p 48
Ex 20 et 22 p 48
Ex 20 p 48
Ex 22 p 48

A cause du signe de (-2)n qui est positif ou négatif selon si n est pair ou impair.

Il suffit de calculer u1 et u3 pour le vérifier.


u1=1 et u3 =-5

La suite donne donc: 4 ; 1; -5; 7; etc…

Par conséquent la suite (un) n’est ni croissante ni décroissante.


Les techniques…
Ex 25 et 26 p 49
Ex 25 p 49
Ex 26 p 49
Ex 32 et 33 p 49
Ex 32 p 49

wn est de la forme f (n), avec f la fonction définie sur

f’(x)= ⇒

La fonction f est croissante sur ]0 ; +∞[, donc la suite (wn) est croissante.
Ex 33 p 49

vn est de la forme f(n), avec f la fonction définie sur ]0 ;+∞[ par


f (x) = 0,2x² + x −3.
f ‘(x) = 0,4x +1> 0 sur ]0 ;+ ∞[.
La fonction f est croissante sur [0 ; + ∞[,
donc la suite (vn) est croissante.
Les techniques…
Ex 40 p 50
Ex 40 p 50

a) La suite (un) semble décroissante.

la suite (un) est décroissante.


Ex 44 p 50
Ex 44 p 50

la suite (vn ) est décroissante.

b) la suite (mn) est décroissante.


Ex 85 p 58
Ex 85 p 58

a) 80 % correspond à un coefficient de 0,8,


les nouveaux adhérents sont au nombre de 20:
on a donc un+1 = 0,8un +20.

La suite (vn) est la suite géométrique de raison 0,8 et


de premier terme v0 = 50.

Vn = 50×0,8n , 50 > 0 et 0,8 <1,


la suite(vn) est décroissante.

Un = 50×0,8n +100,

La suite (un) est décroissante.


Ex 86 p 58
Ex 86 p 58

b) On obtient
n = 23
Ex 89 p 58
Ex 89 p 58
a) • p1 = (1+ r)p0 +μ donc 670 = (1+ r)×500 +μ
soit 500r +μ =170.
• p2 = (1+ r)p1 +μ donc 874 = (1+ r)×670 +μ
soit 670r +μ = 204.

On obtient r = 0,2 et μ = 70.


b) Pour tout n ∈ ℕ,
vn+1 = pn+1 +350 =1,2pn + 420,
vn+1 =1,2(pn + 350) =1,2vn.
Donc (vn) est géométrique de raison 1,2
avec v0 = 850.
c) Pour tout n ∈ ℕ,
vn = 850×1,2n et pn = 850×1,2n−350.
Pour tout n ∈ ℕ,

donc pn+1− pn > 0.


La suite (pn) est croissante.
Activité 2 p 43
a) c5 =15, c6 = 21

b)

C’est la somme d’une suite arithmétique de raison 1

a) Il semble que quand n prend des valeurs de plus en plus grandes, cn prend des valeurs de plus en plus
grandes. On conjecture une limite infinie

b) 1ère solution (longue mais efficace) on utilise la calculatrice pour chercher petit à petit les valeurs.
2ème solution: on transforme en inéquation. Par exemple trouver n tq

Dans les deux cas on trouve 141 et 1414 donc c >10000, c > 106
141 1414
LES LIMITES DE SUITE
› L’étude des limites permet de mieux comprendre comment
les phénomènes étudiés évolueront avec le temps.
› Les suites permettent, comme nous avons vu dans le cours
sur les suites, de modéliser des phénomènes « discrets » :
évolution d’une population, d’un compte bancaire…
› Quand on étudie les suites, on voit que les valeurs de
certaines d’entre elles se rapprochent de plus en plus d’un
nombre donné.
› Ce nombre sera alors appelé « limite » de la suite.
QUELQUES EXEMPLES DE LIMITES DE SUITE
› Prenons la suite  =
› On a u0 = 1 ; u1 = 0,5 ; u2 ≈ 0,333 ; u3 = 0,25 , etc.
› Suite qui tend vers 0
› Les valeurs prises par la suite se
rapprochent de plus de plus de 0.
› On dit que la limite de la suite (un) est 0,
› ou que la suite « tend » ou « converge »
vers 0 quand n tend vers + ∞.
› On le note ainsi : = 0 ,

› ce qui se lit « la limite de quand n tend vers + ∞ est 0 ».


› Étudions maintenant  =  

› Suite qui tend vers 2

› Les valeurs de la suite se rapprochent de plus en plus de


2.
› On notera alors = 2
› Regardons

› Suite divergente vers l’infini


› Les valeurs de cette suite ne se rapprochent pas d’un même
nombre, mais continuent de croître de plus en plus vite.
› On dit que la suite « diverge vers + ∞ » ou « tend vers +
∞ »  
› et on note  = + ∞
› Considérons
› Suite divergente

› C’est une suite un peu particulière, qui prend les valeurs 1


et -1 alternativement.
› Ses valeurs ne se rapprochent donc pas d’un même
nombre, puisqu’elles continueront d’alterner entre 1 et -1.
› On dit alors que « la suite (an) diverge ».
› Dans une autre séquence, nous avons vu les suites géométriques !
› Regardons la suite géométrique () de premier terme 5 et de raison -0,75.
› On a alors pour n entier positif :  = 5 × (-0,75)n.

› Suite qui tend vers 0


Les valeurs de la suite sont, comme pour (-1)n, alternativement positives
et négatives, mais se rapprochent tout de même de 0. Donc 0
› Attention, ce n’est pas le cas de toutes les suites géométriques.
Bilan
Ex 57 et 59 p 52
Ex 57 p 52
Ex 59 p 52
𝑎 ¿ 𝑢 ¿1 =1

c) La suite (un) semble tendre vers 0.


Ex 62 p 52
Ex 62 p 52

a) Le coefficient qui permet de modéliser l’évolution


de population est

On a donc vn =1250×0,91n.

b) En 2020 il y aura 1250×0,914 soit environ 857 gazelles.

c) La population de gazelles sera inférieure à 100 individus


en 2047. Soit n=31

d) La suite (vn) semble tendre vers 0. La population


de gazelles va s’éteindre.
Ex 65 et 67 p 53
Ex 65 p 53

a) La limite de la suite (un) semble être +∞,


b) La limite de la suite (vn) semble être +∞,
c) La limite de la suite (un) semble être −∞.
Ex 67 p 53

b) vn > 500 pour n > 11,


vn > 5000 pour n > 32.
c) La suite (vn) semble tendre vers +∞.
Ex 70 p 53
Ex 70 p 53

c) Le nombre de bactéries est supérieur à 100 000 au bout de 52 heures.

d) La suite (un) semble tendre vers +∞.


Ex 110 p 62
Ex 110 p 62

C’est donc la suite géométrique de premier terme


a1 = 9 et de raison .
Sn est la somme des n premiers termes de cette suite.

b) Pour tout entier n > 6, 11,999 < Sn < 12.

c) La limite de la suite (Sn) semble être 12.


Ex 115 p 63
Ex 115 p 63

1. u1 =165, u2 =177

2. a) On choisit l’algorithme 2, on atteint 220 par


valeurs inférieures.

b) L’algorithme affiche 13.


Ex 115 p 63

3. On tabule la suite (un) dans la calculatrice.


Elle ne semble pas atteindre 250.
Les organisateurs n’auront pas à refuser des inscriptions.

Vous aimerez peut-être aussi