Vous êtes sur la page 1sur 14

Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

HISTOIRE DE LA MUSIQUE 2021 -2022


Conservatoire Royal de Liège – Histoire de la Musique
Année scolaire 2021-2022 - B.1 – Plan de la matière du premier semestre
Histoire de la musique : une introduction générale

A. L’Antiquité : le berceau de la musique européenne


1. Antiquité orientale : l’Egypte, la musique des Hébreux
2. La Grèce antique / place de la musique dans la civilisation grecque / les modes grecs / les principaux instruments / le
répertoire
3. Rome

B. Le Moyen-Age / le Christianisme et sa musique :


1. La musique des premiers chrétiens
2. La monodie sacrée avant la réforme grégorienne : chant de l’Eglise Milanaise, Chant Bénéventin, Chant de l’Eglise
primitive de Rome, Chant mozarabe, Chant Gallican
3. La réforme de Grégoire Ier
4. La psalmodie, les hymnes, les modes ecclésiastiques, le trope, la séquence, les drames liturgiques

C. La musique profane / La Lyrique courtoise :


1. Troubadours et trouvères
2. Cantigas de Santa Maria
3. Carmina Burana
4. Minnesänger & Meistersinger

D. L’apparition de la polyphonie :
1. Organum parallèle puis organum libre 
2. Organum à 2, 3 et 4 voix / conduit
3. Organum fleuri / St Martial de Limoges
4. Ecole de Notre-Dame / Léonin & Pérotin

E. Le 13ème siècle / L’Ars Antiqua :


1. Le motet
2. Le hoquet / le rondeau / les fragments de messe
3. La notation mesurée
4. Compositeurs : Adam de la Halle / Jean de l’Escurel / Francon de Cologne / Jacques de Liège / Principaux manuscrits
(Bamberg, Montpellier, Burgos – Las Huelgas, Turin)
5. L’Angleterre : gymel, motets, fragments de messe, séquences, chansons, rondeaux. Une notion différente de la consonance /
le faux-bourdon.
6. Musique instrumentale / ductia et estampie

F. Le 14ème siècle / L’Ars Nova :


1. Philippe de Vitry
2. Motet / Chanson (ballade, rondeau, virelai) / hoquet / chasse / la messe (fragmentaire, puis cyclique : de la Messe de
Tournai à la Messe Notre-Dame de Machaut)
3. L’isorythmie / la notation mensuraliste
4. Guillaume de Machaut
5. En Italie : le Trecento
• lauda, ballatta, madrigal
• compositeurs : Jacopo da Bologna, Francesco Landini, Matteo da Perugia
6. Ars Subtilior
7. Une nouvelle synthèse porteuse d’avenir : Johannes Ciconia
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

G. La Renaissance (15ème & 16ème siècles) :


1. Introduction générale : les idées de la Renaissance (dont nombre naissent dès le XVème siècle), les progrès techniques,
l’humanisme (qui ne s’impose qu’au XVIème siècle) & le trouble de la conscience religieuse
2. Les 5 générations 
• 1420-1460 (Dunstable, Dufay, Binchois)
• 1460-1490 (Dufay, Ockeghem, Busnois)
• 1490-1520 (Obrecht, Isaac, Josquin, Mouton)
• 1520-1560 (Willaert, Gombert, Clemens non Papa, Janequin)
• 1560-1600 (A. Gabrieli, De Monte, Palestrina, Lassus, Victoria)
3. Les principales formes
• sacrées (messe, motet, Magnificat…)
• profanes (chanson française, madrigal italien, tenorlied allemand, frottola, balletto, villanelle,…)
4.    Importance nouvelle des instruments et de la musique instrumentale
5. L’Angleterre, source d’inspiration. Le carol, une spécificité anglaise.
6. Compositeurs :
• John Dunstable
• La chapelle de Bourgogne : Robert Morton / Gilles Binchois & la « chanson bourguignonne » (ballade, rondeau, virelai)
• Les débuts de l’école « franco-flamande » : Guillaume Dufay
• L’apothéose du XVème siècle : Johannes Ockeghem
7. La synthèse au tournant des 15ème et 16ème siècle / Ars Perfecta / Fin de la chapelle de Bourgogne / Josquin Des Prés &
Pierre de La Rue

8. Les musiciens de Charles-Quint (Crequillon, Gombert) et de la Capilla Flamenca à Madrid (Rogier, Romero,…)
9. Espagne : les grands polyphonistes (Morales, Guerrero, Victoria) - les cancioneros - le villancico – l’ensalada (Encina,
Flecha,…)
10. Portugal : la floraison tardive des derniers polyphonistes européens (Lobo, Cardoso,…)

Année scolaire 2020-2021 - B.1 – Plan de la matière du second semestre

Le 16ème siècle (suite)

A. L’Europe de la polyphonie (suite)


1. Les Franco-flamands en Allemagne et en Autriche - Roland de Lassus & Philippe de Monte
2. Allemagne : les polyphonistes allemands
3. La Réforme de Luther – le choral
4. le tenorlied et le lied polyphonique (Eccard, Regnart, Lassus, Utendal,…)
5. France : la chanson française – la chanson parisienne – la chanson mesurée à l’antique (Josquin, Janequin, Crequillon,
Lassus, de Bertrand, Lejeune,…)
6. Les Huguenots en France
7. Angleterre, entre tradition catholique et réforme anglicane : Taverner, Tallis, Byrd
8. Musique profane en Angleterre : Madrigal, Ayre, Consort song (Morley, Weelkes, Ward, Byrd, Gibbons, Dowland,…)
9. Italie : les franco-flamands en Italie (Arcadelt, Willaert, De Rore, De Wert) 
4. L’Ecole Romaine : Palestrina & ses disciples
5. Venise et le style polychoral : Gabrieli
6. La musique profane en Italie : frottola, villanelle, madrigal (Arcadelt, Lassus, Marenzio, Gesualdo, de Wert,
Monteverdi…)

B. Musique instrumentale
10. Du jeu « colla parte » à la musique instrumentale autonome
11. La transcription, les nouveaux genres (ricercar, canzona, variations,…)
12. Orgue et clavier / tablatures (Merula, Willaert, Gabrieli, Cabezon…)
13. Luth / tablatures (Milano, Dowland, Le Roy, Besard, de Narvaez…)
14. Angleterre – le virginal (Byrd,…)
15. Musique d’ensemble (Symphoniae Sacrae de Gabrieli, musique de danse…)
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

La Musique baroque – 17ème siècle 


Introduction générale

D. Les origines
5. Camerata florentine
6. Les origines de l’opéra
7. Un nouvel art du chant
8. La naissance de l’opéra
9. Claudio MONTEVERDI

E. L’opéra
1. L’opéra vénitien – Monteverdi et Cavalli
2. L’opéra à Rome – Landi
3. L’opéra à Naples – Scarlatti / l’extension du modèle italien en Europe
4. L’opéra français : Ballet de Cour / Tragédie en musique / Opéra-Ballet / Comédie mêlée de danses et de musique – Jean-
Baptiste LULLY, M-A Charpentier,…
5. L’opéra en Angleterre : le mask / le semi-opéra / Didon & Enée, un cas isolé - Henry PURCELL 

F. La musique sacrée
7. L’oratorio, en Italie puis en Europe, catholique puis protestant
8. La cantate, en Italie et en Allemagne
9. Le motet, en Italie, en Allemagne (Heinrich SCHÜTZ) et en France (Petit motet – Grand Motet versaillais)
10. La messe polyphonique – la messe concertante
11. L’Angleterre – l’anthem / Purcell

G. La musique instrumentale
8. La musique pour clavier / clavecin & orgue / Italie (Frescobaldi), France (Couperin), Allemagne (Froberger, Pachelbel,
Buxtehude), Angleterre (Purcell)
9. Le violon, nouvel instrument-roi / La sonate de soliste et la sonate en trio / Sonata da chiesa et Sonata da camera (Torelli,
Corelli, Biber…). 
10. Orchestre : des ensembles variés jusqu’à l’orchestre moderne. La suite d’orchestre – le concerto grosso – le concerto de
soliste (Torelli, CORELLI, Stradella, …)

• la matière de cet examen repose sur vos notes de cours et sur une référence extérieure : Le Guide illustré de la Musique /
Ulrich Michels / Ed. Fayard / volumes I & II. Veillez à bien étudier notamment les pages consacrées aux biographies de
compositeurs importants.
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

Introduction générale au cours d'histoire de la musique

Limite histoire musique : géographique


→ socle cours = histoire musique occidentale

Musique née depuis existence hô ( qlq ou peu sources iconographiques, hiéroglyphes...)


+ en + sources en avançant histoire

Musique populaire (traditionnelle) depuis nuit des temps mais tradition orale → source limitées
≠ Musique savante copiée par moines → + connues, - de supposit°

PROGRAMME

1er semestre : Antiquité – 15ème siècle : greco romains ( - V s : 1 ère source), Egypte ancienne
Palestine etc

2cd semestre : XVI et XVII s

A. L’Antiquité : le berceau de la musique européenne


1. Antiquité orientale : l’Egypte, la musique des Hébreux
Musique au départ liée célébrat° importantes sortant quotidien ( mort, mariage, etc) → résonnance
avec divin, nature par musique
• Utilisation chant : associé au spirituel, assez solennel
• Création de sons, a tjrs été la même

- Corde tendue (sources attestent)


- Frapper - Percussions
- Souffle

→ Instruments primaires rapidement, pr cérémonies Complexificat° petit à petit


+- traces artistiques
• Egypte
• Palestine (ancêtre trompette retrouvée tombeau, déplacement roi... )
MAIS rien atteste existence véritable système musical utilisé

2. La Grèce antique / place de la musique dans la civilisation grecque / les modes


grecs / les principaux instruments / le répertoire

Grèce antique, vrai système musical utilisé Considérée comme art majeur

Utilisée par aèdes, raphsodes pour accompagner poème (concours organisés) puis musiciens
professionels par transmission orale + musique chorale dans la tragédie MAIS

Bcp + de sources car


– Importance de la musique d'un point de vue philosophique, jugée particulièrement
importante pour la société, accompagner les évènements vie, rythmer vie + éducation des
citoyens ( pas réservé à tlm)
Ecrits de Platon notamment (importance pour l'éducat° , pour l'âme etc) → Sources théoriques
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

– Musique vue sous angle mathémathique par Pythagore


Réalise travail sur les fréquences des sons et rapports des sons. Permis de comprendre qd
consonnance ou dissonance Travail sur un monocorde, sons différents en fonction longueur corde
vibrée → Aurait découvert le cycle des quintes

→ Calculs publiés, sources de théorie musicale Base pour composer

Système d'écriture musicale (voir fiche modes grecs)

Se base sur le tétracorde, gamme de 4 notes naturelles descendantes


Premiers modes créés par l'union de 2 tétracordes : Mode Lydien, Phrygien, dorien

Sur base modes existants, hypodorien, lydien etc créés : commencent 1 tétracorde + haut et
Apparit°du mixolydien → 7 modes

Exemple : Do si la sol / fa mi ré do = Lydien Re do si la/ sol fa mi re = Phrygien Mi re do si/ la sol


fa mi = Dorien

• Mm nombre de tons et demi tons entre 2 tétracordes, demi tons changent de place en
fonction mode utilisé 
• Exception : mode de fa « diabolus », 2 ème tétracorde compris dans intervalle de quarte
augmentée – disonnance naturelle, pas mm nombre de tons demi tons entre les 2

• 3 genres de tétracorde : diatonique-chromatique -enharmonique

Pas altérat° écrite avt moyen âge→ tétracorde chromatique et enharmonique non écrits, liberté
interprète → dissonances implicites (important de faire vivre, expression nécessaire notamment
théatre grec)

Caractéristiques musique Grèce antique

• Modale, comme l' essentiel musique occidentale jusqu'à la Renaissance

• Musique monodique (1 voix) ≠ polyphonique →instrument et voix unisson Pratique


bourdon (bcp utilisé antiquité et MY Age, instruments conçus pour-vielle à roue etc ) sur la
fondamentale mais pas vraie polyphonie

• Instruments utilisés : lyre, cythare, l'aulos (// actuel hautbois), barbiton, harpe angulaire etc

Répertoire ?

3. La musique sous l'empire romain (- 146 à 330)

Système modal perdure, influence Grèce


Différences

• Aspect militaire → dvplmt instruments sonores champ de bataille


Musique utilisée dans les jeux, les cirques ( orgue hydraulique, instrument puissant, utilisé à
des fins profanes)
• Musique fait tjrs partie activité religieuse mais musique instrumentale utilisée dans
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

contextes profanes et parfois de débauche (orgies etc)

→ Vision négative des instruments pr chrétiens, aspect moins raffiné de la musique ≠


Grèce antique
• Musique chrétienne basée sur chant a capella vu connotat° instruments

B. Le Moyen-Age / le Christianisme et sa musique 


1. La musique des premiers chrétiens

Evolution : Religion monothéiste proscrite- officielle- christiannisme imposé et s'étend


→ musique de + en + au service de la religion

2. La monodie sacrée avant la réforme grégorienne : chant de l’Eglise Milanaise, Chant


Bénéventin, Chant de l’Eglise primitive de Rome, Chant mozarabe, Chant Gallican

Chant a capella s'impose mais mix entre tradition occidentale ( sytème occident diatonique) et
oriental (quart de ton ) →Pendant pls siècles  pas 1 seul chant de l'Eglise, ≠ en fonct° localité,
techniques et noms différents

3. La réforme de Grégoire Ier


Au VI siècle : Pape Grégoire veut de l'ordre, un type plain chant originel et diatonique respecté
(d'où chant grégorien) mais échec, pas respecté sud

4. Caractéristiques de la musique liturgique et répertoire


Caractéristiques musique ecclésiastique
NB : évolution lente du système musical utilisé +- sur 1000 ans

Musique monodique + plain-chant « domine » + utilisat° du système modal semblable au grec avec
qlq différences
• Gammes ascendantes
• Erreur de transcript° → noms antiques gardés mais ne correspondent pas du tt
• A terme ( 12 13 siècles) : 12 modes créés pour + de tessiture
• Apparit° terme modes « autente » et « plagal » (autente= dorien plagal=hypodorien)
(!!mode plagal une quarte plus BAS que le mode authente !!)

• Transposit° dans les modes possibles : on conserve emplacement ton demi tons mais tonalité
du mode ≠ , construit à partir d'un degré ≠ → altérations (pas écrites)
• Développement d'une organisat° du plain-chant mélodique

Différents paramètres du mode

Ambitus= étendue d'une mélodie ( octave du ton du mode)


Finale= ancêtre tonique
Teneur= svt 1 quinte au dessus de la finale (dominante)
Formules mélodiques cadentielles = tournures mélodiques caractéristiques
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

(Tonalité plagale secondaire conserve la finale de la tonalité authente- placée au milieu de son
l'échelle-, ambitus décalé d'une quarte plus grave (donc mélodie aussi en dessous fondamentale)

Textes liturgiques

• Psaume, texte liturgique de l'ancien testament, chanté essentiellement sur une note
Importance de la psalmodie dans liturgie donc suit strictement droit canonique
Structure particulière : intonation- teneur-flexe (césure)-médiante-terminaison

• Entre vers du psaume : réponse ou antienne par communauté Chantée sur pls note, parfois
sur même syllabe (mélisme)

• Ordinaires messe : textes chantés à chaque office ( Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus
Dei)

Manière exécuter musique

• psalmodie responsoriale : alternance entre soliste, chante psaume (chant syllabique) ou


hymne ( texte profane poétique, plus libre, mélisme) et congrégat° qui répond

• chant antiphonique : alternance entre 2 parties choeur qui se répondent

Répertoire se développe, spécifique aux localités et se complexifie notamment grace aux tropes=
ajout au texte -pièce existant pour l'adapter à des circonstances particulières

• trope d'adaptat°(+courant) : musique gardée et changement ds le texte

• trope de développement : modification du texte et de la musique, musique adaptée au texte

• trope d'interprétat° : invent° d'un nouveau texte et nouvelle mélodie qui sont insérés dans
une oeuvre existante
Certaines tropes interpolées gardées et considérées comme pièces indépendantes = séquences
(+- 5000 séquences après 3siècles)

→ Trop pour le Pape, « désorganisat° de la musique liturgique Au IX XX s : impose un tri des
tropes et séquences. Seulement 5 gardées : Dies Irae-Lauda Sion-victimae paschali laudes- Stabat
Mater

→ Organisat° progressive du système musical puis période d'intense créat° et complexificat°-Retour


musique liturgique + contrôlée et - diversifiée

IX XX S : Evolut° des interpolat° tropes- réponses →Origine des drames liturgiques ou mystères
(1ère forme théatrale avec rôles au MY Age) Utilisat° modes Thèmes liés religion mais bcp d'
invent°, légendes édifiantes sur les saints mais pas basé sur sources vérifiées, / textes liturgiques →
pas reconnu par droit canon donc dvt eglise pas dedans Apellat° « Jeu » qd histoire purement
profane

Notat° musicale

Apparit° vers IX s d'un système de notat°musicale : les neumes Pas portée, hauteur sons etc
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

Apprentissage oralement, neumes= aide mémoire ligne mélodique Progressivement vers XII XIII +
de précision avec portée Utilisé par musique liturgique et profane

Hildegarde von Bingen XI XII s Importante tradit°monodique Moniale allemande issue très
haute société Aura, dite personallité hors commun, écoutée par plus nobles, très respectée, active
comme poétesse, musicienne Première à écrire sur nature, vertus médicinales Ecrits tjrs accessibles
ajd Erudits ds domaine A voulu exprimer visions de texte poétiques mis en musique monodique
Exprime croyance et vision monde moyen age Idée inspiration laton croyance idée et apparence
Vision du monde geocentrique cercles concentriques autour terre Macrocosme création parfaite dieu
microcosme Théorie a inspiré homme de vitru Notions mélange philo et math représentat° e
napparence perfect° divine Idée harmonie des pshères, tt la création, étoiles etc immense sphère qui
bouge sur elle mme Et tt ce que fait humain doit tendre vers macrocosme parfait divin Inscrit tête
érudits époques

Traduction poético religion religieuse cette vision du monde et livre ça de ses visions dans + de 70
chants liturgiques Conservé, recopié

C. La musique profane / La Lyrique courtoise


1. Troubadours et trouvères
Lyrique courtoise= nom utilisé pour musique MY Age profane poétique Musique au service de
poésie, importance du texte.
Nait en France fin XXIs ds le sud (région montpellion-langue occitan ajd)→en langue d'Oc Nom
des artistes= troubadours, (« gens qui trouvent » en occitan) de classe noble ou érudits non noble
(poésie ps accessible à tlm) Pas passage à bourgeoisie

! ≠ des ménestrels= musiciens itinérants, gens du peuple !


• Monodique
• Thème principal= amour courtois, idéalisé
• Musique signée, revendiquée ≠ inspirat° divine des moines

Dvlpmt petit à petit, succès sud→ genre adopté par nord ds langue d'Oye → « les trouvères »
Fin et passage polyphonie fin XIII début XIV en France
!Codex =reccueil rassemblant les product° des différents localité !

Générations et écoute

Troubadours

1re période (XI XII ) : Guillaume IX d'Aquitaine-premier troubadour connu


2e période (Début XII) : Jaufré Rudel
3e période (XII) :Béatrice comptesse de Die
4e période (XIIIs) : Folquet de Marseille Ecoute d'un Planh de 8 mesures

Pq ternaire privilégié ? Idée de perfect° liée religion ; père fils et saint esprit
Sources limitées fragmentées et reconstitut° Liberté choix instrument et broderie ajoutée Important
de savoir qu'est qui source authentique et reconsitu° Thème principal= source
5e période (jusqu'au XIV)
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

Trouvères XII-XIIIe s.
1. (1150-1200) : Chrétien de Troyes, Richard Cœur de Lion - Ecoute d'une litanie
2. (1200-1250) : Gautier de Coinci Ecoute chanson amour courtois Thibault de Champagne
Chanson de croisade (pièces instrumentales seules aussi)
3. (1250-1300) : Adam de la HalleConsidéré comme dernier trouvère Continue tradit° et
polyphonie à côté « Le jeu de robin et marion »= 1 des premiers grands jeu conservé (avec
polyphonie)

2. Influence de lyrique courtoise des troubadours/trouvères

Cantigas de Santa Maria Exemple 1


• Trace en Italie mais pas réelle tradit°
• Espagne, influence musique liturgique et musique des troubadours(car liens entre noblesse)
Exemple :Cour de Alphonse X le sage, roi Aragon Espagne (sage car rare seigneur à
cultiver tolérance -3 religions) Cantigas de Santa Maria = Preuve mélange culturel et
influence, reccueil rare de chansons monodiques en honneur st marie Rédigé pendant règne
roi, reccueil 420 chants semi-religieux Richement orné et représentat° tous instruments
époques

Carmina Burana Exemple 2


Les Carmina Burana = nom donné au manuscrit découvert dans abbaye allemagne en Bavière
Compilation de chants profanes et religieux partiellement notés en neumes, datent XIII siècle
D'origine française, anglaise, écossaise, allemande →Indique certaine capacité voyage époque
Chansons d'amour, des chansons populaires +pièces religieuses →Seul reccueil du moyen age
mélangeant sacré et profane +Rare témoignage complet de messes inversées, Chants repris pr Carl
Off
( XI XII XIII – XVII) Tradit° , période entre noel et nvl an, inversion des valeurs « Messe des
fous » dans Carmina témoignent tradition

3. Minnesanger et Meistersinger
Lyrique courtoise en Allemagne aux XII XIII XIV →les « Minnesanger » Sujet frivole etc NON
Sujet amour courtois ou + sérieux Forme + utilisée= forme bar
• Tanheiser
• Von Wolkenstein Dernnier grand Minnersanger
Au XIVs jusque XXVI : adoptée par bourgeoisie, →« Meistersinger », organisés en corporat°
Parcours d'apprentissage et concours ds discipline pr être qualifié de meistersinger. Dernière
survivance création poético musicale monodique avec le plain chaint monodique

4. Répertoire -forme -instruments (le + souvent thème amour courtois)-ligne du temps

• Canso : chanson d'amour, poème avc pls strophes Reflète amour courtois
2 types : Ballade et danza (chansons pouvant être dansées)

• Planh : hommage posthume


Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

• Pastourelle : Rencontre entre noble et bergère (tous les droits sur elle)→pas autorisat°,
amour pas courtois car classe inférieure
• Chanson de croisade : souvenirs et exploits
• Sirventes : chanson à caractère politique
• Vidas : biographie (vivant)
• Chanson de geste : exploits racontés
• Chanson d'aube : séparat° amants aube→amour charnel-physique
• Chanson de toile : chanson d'amour romantique

Mise en forme répertoire

• Litanie : vers chantés sur mélodie immuable


• L'hymne : forme bar – AB AB CD
• La séquence : mélodie changée tous les 2 vers
Instruments

Percussions-luth-flûtes (bec, corne)- rebec (ancêtre violon)-vielle-harpe-cornemuse-psalterion

Recapitulatif Lyrique courtoise dans le temps +liturgique

France : Fin XXI apparit° troubadours puis trouvères du XII au XIII Fin XIII, polyphonie se
développe et tradition disparait (Polyphonie présente dès IX X siècle) Apparit° petit à petit de
pièces instumentales pures)

Allemagne : lyrique courtoise noblesse du XII au XIV s Minnersanger


Lyrique courtoise meistersinger bourgeoisie : XIVs jusque XVI

! monodie persiste dans liturgie-plain-chant !

D. L’apparition de la polyphonie : Remettre en ordre


5. Organum parallèle puis organum libre 
6. Organum à 2, 3 et 4 voix / conduit
7. Organum fleuri / St Martial de Limoges
8. Ecole de Notre-Dame / Léonin & Pérotin

E. Le 13ème siècle / L’Ars Antiqua :


7. Le motet
8. Le hoquet / le rondeau / les fragments de messe
9. La notation mesurée
10. Compositeurs : Adam de la Halle / Jean de l’Escurel / Francon de Cologne / Jacques de Liège / Principaux manuscrits
(Bamberg, Montpellier, Burgos – Las Huelgas, Turin)
11. L’Angleterre : gymel, motets, fragments de messe, séquences, chansons, rondeaux. Une notion différente de la consonance /
le faux-bourdon.
12. Musique instrumentale / ductia et estampie
Motet
diff motet profane et chanson : motet profane pluritextuel-différent chanson tlm change même texte
Hoquet

hoquet nouveau genre technique : alternet sons silence d'une vois à l'autre Pièce génére par techique
ou tilisation technique dans autre oeuvre
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

sous catégorie chanson : rondeau,


Manuscrit de .Bamberg  : Hoquet premier témoignage pièce instrumentale seule
Notation mesurée
Francon de Cologne

Compositeurs :

Jacques De liège : théoricien +francon de cologne


Adam de la halle : type d'oeuvre reprrésentatif oeuvre époque ( jeux ; motet en latin, motet profane
parce que français, toujours trouvère, continue musique monodique Tous aspects , motet, genre
profane-chanson

Angleterre
Développement art antiqua : essentiellement en france, héritier de notre-dame

jusqu'au XIII on ne trouve pas compositeur composant tous chants messes

Apparition autre tradition aux îles britanniques raduction Qlq témoignages au XIII de polyphonie (
surtout au XIV Genre : le jimmel
Evolution angleterre notion de consonnance : tierce et sixte utilisée, avec technique du faux
bourdon, bourdon finalement chanté comme note aigue Teneur habituellement grave
Specifiquement en angleterre On parle de Consonnance anglaise Manuscrits de l'époque retrouvés
église Pas de théorisation de cette connaissance

XIV siècle

F. Le 14ème siècle / L’Ars Nova :


6. Philippe de Vitry
7. Motet / Chanson (ballade, rondeau, virelai) / hoquet / chasse / la messe (fragmentaire, puis cyclique : de la Messe de
Tournai à la Messe Notre-Dame de Machaut)
8. L’isorythmie / la notation mensuraliste
9. Guillaume de Machaut
10. En Italie : le Trecento
• lauda, ballatta, madrigal
• compositeurs : Jacopo da Bologna, Francesco Landini, Matteo da Perugia
6. Ars Subtilior
7. Une nouvelle synthèse porteuse d’avenir : Johannes Ciconia

Philippe de Vitry
Philippe de Vitry : publie reccueil théorique « ars nova » écrit entre 1320 et 25 Un des premiers à
signer ce qui écrit dont on connait sa date de naissance et mort

Ars nova : période histoire musique très centrée sur france- paris

Mais aussi développé en italie : le trecento

Contexte géréral mouvement d'évolution vers développement des villes en europe au 14 s avec
évolution population, corporations, artisans, marchands Epoque dev d'une bourgeoisie fort marqué
Gens qui acquierent plus culture, argent, mais pas vrai pouvoir, appartient aux nobles Au 14s, classe
moyenne, finance, tate limite de son pouvoir Mouvement d'émancipation catégorie sociale, souvent
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

critique modèle de pouvoir Donc bcp écrits parfois accompagnés musique très satyrique sur le
pouvoir en place Un roman de Fauvel, réunit les défauts attribués aux arrivistes nobles Motet /
Chanson (ballade, rondeau, virelai) / hoquet / chasse / la messe (fragmentaire, puis cyclique :
de la Messe de Tournai à la Messe
Notre-Dame de Machaut)

Motet pluritextuel mélangeant français et latin disparait Modèle d'origine du XII de notre-dame
(conduit, organum) disparaissent

Motet conservé, redevient un genre purement religieux, un seul texte , écrit à 3 voix, voix de base le
tenor-vox principalis-motetus- cantus pour la 3ème voix Genre purement religieux et profane, palit
aux théoriciens époques ! Distinction ordinaire et propre de la messe -spécifique date précise
Motet= propre de la messe Majorité des oeuvres encore anonymes

Chanson conservée, pendant profane Un seul texte, français, surtout forme à refrain
• Ballades strophe refrain strope refrain strophe refrain envoi
• rondeau 2 phrases mélodiques répététes
• virelai A BB C A
• la chasse ( aussi en italie) Décrit évenement liés au printemps, retour nature Toute première
forme de musique canon utilisé
On suit structure poétique du texte, forme pas volonté compostieur ecrite à 2 3 4 voix Standard = 3
voix
Hoquet maintenu

Guillaume de Machaut
Guillaume de machaut bien 14s Première messe unitaire , grand geste créatif Premier exemple
conservé = messe de notre -dame de Machaut Caractéristiques similaires entre mouvement, concu
même manière, mode, On conçoit messe comme prete à l'emploi

11.L’isorythmie / la notation mensuraliste


De plus en plus complexe rythmiquement
nouveauté notation mensuraliste : binaire théorisé, officiellement adopté, division des valeurs
peuvent se faire par 2 MM si division par 3 considérée comme parfaite
La notation mesuraliste représente l'extension du système franconnien. Si le système de Francon
proposait la semi- brève comme plus petite valeur, à présent, la plus petite valeur est la semi -
minime qui vaut la moitié de la minime valant elle-même le tiers ou la moitié de la brève suivant le
degré. Ce système expose 4 degrés complets :
mode maxime: rapport maxime-longue
mode : rapport longue-brève
Pauline Champagne Cours de Jean- Marie Marchal

temps : rapport brève-semi-brève


prolation : rapport semi-brève-minime
Le nouveau système s'est doté aussi d'un système de couleurs et de mesures :
Certaines notes sont colorisées en rouge, cela indique un changement de mesure provisoire.
Des signes de mesure sont utilisés pour des passages plus long et surtout pour différencier
les 4 combinaisons de temps et prolation.
1. Temps parfait, prolation majeure : 9/8

Contratenor : dialogue avec le ténor en dessous

Dissonance avant consonnance parfaite finale Tjrs au 14 siècle

Guillaume de Machaut
Guillaume de Machaut le personnage central du XIV
Place de la pièce instrumentale : + de sources (long processus) mais + de place messe de notre
dame, va jusqu'à 4 voix

Messes de tournai : première fois qu'un copiste a réuni différents chant même mode dans même
manuscrit, mais pièce à l'origine diverse, pas acte de composition Acte pour cohérence

Ecrit chansons, motet,

En Italie : le Trecento
Histoire de la musique – Jean Hu

2. Temps parfait, prolation mineure : 3/4


3. Temps imparfait, prolation majeure : 6/8
4. Temps imparfait, prolation mineure : 2/4
En général, lorsque le temps est parfait, cela indique qu'il y aura 3 temps par mesure. La
prolation indique la subdivision en croches de chaque temps, donc si majeure, il y aura 3 croches
par temps. En toute logique, 3 temps par mesure avec chaque temps divisé en trois, il s'agit d'un
9/8.

Vous aimerez peut-être aussi