Vous êtes sur la page 1sur 12

STRUCTURES MIXTES

APPLICATION n°3
ETUDE DE LA CONNEXION

Sommaire
1. INTRODUCTION 2
1.1. Longueur critique Lcr 2
1.2. Effort de cisaillement longitudinal ultime 2
2. GOUJONS NELSON OU GOUJONS A TETE SOUDEE 3
2.1. Choix d’un connecteur 3
2.1.1. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 3
2.1.2. RESISTANCE DES CONNECTEURS 4
2.2. Etude de la connexion complète à l’état limite ultime plastique 4
2.2.1. NOMBRE DE CONNECTEURS 4
2.2.2. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 4
2.3. Etude de la connexion partielle à l’état limite ultime plastique 5
2.3.1. DEGRE DE CONNEXION 5
2.3.2. EFFORT DE CISAILLEMENT LONGITUDINAL ULTIME 7
2.3.3. NOMBRE DE CONNECTEURS 7
2.3.4. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 7
3. CONNECTEURS HILTI 8
3.1. Choix du connecteur 8
3.1.1. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 9
3.1.2. RESISTANCE DES CONNECTEURS 9
3.2. Etude de la connexion complète à l’état limite ultime plastique 9
3.2.1. NOMBRE DE CONNECTEURS 9
3.2.2. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 9
3.3. Etude de la connexion partielle à l’état limite ultime plastique 10
3.3.1. NOMBRE DE CONNECTEURS 10
3.3.2. DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 10
3.4. Incidence de la connexion partielle à l’Etat Limite de Service 11
4. ARMATURES TRANSVERSALES DE LA DALLE (ARMATURES DE COUTURE) 11
4.1. Effort de glissement à l’interface acier-béton 11
4.2. Aire de section d’armatures transversales section b-b 12
4.3. Aire de section d’armatures transversales section a-a 12
4.4. Armatures transversales minimales réglementaires 12

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 1 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
1. INTRODUCTION
Le calcul de la connexion des sections mixtes des poutres de bâtiment se réalise sur la base des
règles présentées dans le chapitre §6.6 de l’EN 1994-1-1.
« § 6.6.1.1 (2) Une connexion et une armature transversale doivent être prévues afin de transmettre le
cisaillement longitudinal entre le béton et l’élément en acier de construction, en négligeant l’effet
d’adhérence naturelle entre les deux ».
« § 6.6.1.1 (3) Les connecteurs doivent posséder une capacité de déformation suffisante pour justifier
toute redistribution inélastique du cisaillement admise dans le calcul ».
« § 6.6.1.1 (13) Pour les bâtiments, il convient que le nombre de connecteurs soit au moins égal à
l’effort de cisaillement total de calcul pour l'état limite ultime, déterminé conformément à 6.6.2, divisé
par la résistance de calcul d'un seul connecteur PRd. »
« § 6.6.1.1 (14) Pour les poutres de bâtiment, si toutes les sections sont de Classe 1 ou de Classe 2,
une connexion partielle peut être utilisée. Le nombre de connecteurs doit alors être déterminé par une
théorie de connexion partielle prenant en compte la capacité de déformation des connecteurs.
Le calcul du cisaillement longitudinal dans les poutres de bâtiment doit être cohérent avec le
calcul en flexion.
§ 6.6.2.1 Poutres pour lesquelles un calcul non linéaire ou un calcul élastique est utilisé pour la
résistance d'une ou de plusieurs sections (section de classe 3 ou 4), il convient de déterminer le
cisaillement longitudinal de manière cohérente avec le calcul à la flexion.
§ 6.6.2.2 Poutres pour lesquelles le calcul plastique est utilisé pour la résistance des sections
Le cisaillement longitudinal total de calcul doit être déterminé en prenant en compte la différence entre
efforts normaux exercés dans le béton ou dans l'acier de construction sur une longueur critique.
− Pour une connexion complète, l'aire efficace de béton comprimé reprend une contrainte de 0,85 fcd,
constante sur toute la hauteur entre l'axe neutre plastique et la fibre la plus comprimée du béton
− Pour une connexion partielle, l'aire efficace de béton comprimé reprend une contrainte de η 0,85
fcd, constante sur toute la hauteur entre l'axe neutre plastique et la fibre la plus comprimée du
béton, η étant le degré de connexion.

1.1. Longueur critique Lcr


On désigne par longueur critique Lcr de la poutre la longueur comprise entre deux sections critiques
successives.
Sections critiques :
3.8 m 3.8 m
Section sur appui : x = 0 m et x = 7,60 m
7.6 m
Section de moment maximal : x = 3,80 m
Donc, la longueur critique sera : Lcr = 3,80 m

1.2. Effort de cisaillement longitudinal ultime


Pour une étude en élasticité
S = Aa + Ac n
I n = I a + I b n + c 2 ⋅ Aa ⋅ Ac (n ⋅ S )
VEd ⋅ S h VEd ⋅ b ⋅ Ac n VEd ⋅ a ⋅ Aa
Vl ,Rd = = =
In In In

Pour une étude en plasticité


Poutres pour lesquelles un calcul plastique est utilisé pour la résistance des sections (§6.6.2.2) :
« Le cisaillement longitudinal total de calcul doit être déterminé de manière cohérente avec la
résistance de calcul à la flexion, en prenant en compte la différence entre efforts normaux exercés
dans le béton ou dans l’acier de construction sur une longueur critique ».

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 2 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
L’effort de cisaillement longitudinal ultime vaut :
Vl ,Rd = N c ,3,8 − N c , 0 = Min (N c , f , N pl ,a ) − 0
N c , f = Ac ⋅ 0,85 f cd = 1,90 × 0,10 × 0,85 × 20 = 3,23 MN
N pl ,a = Aa ⋅ f y = 6,26.10 −3 × 235 = 1,47 MN
Vl ,Rd = Min ( 3,23 ; 1,47 ) = 1,47 MN

2. GOUJONS NELSON OU GOUJONS A TETE SOUDEE

2.1. Choix d’un connecteur


Les connecteurs sont des goujons Nelson de
15,9 mm de diamètre et 75 mm de hauteur, en
acier de résistance ultime f u = 450 MPa .
hsc = 75 mm
d = 15,9 mm
D = 31,7 mm

Condition de ductilité
« §6.6.1.2 (1) Les goujons à tête d’une longueur hors tout après soudage d’au moins 4 fois le
diamètre, et d’un diamètre nominal d’au moins 16 mm sans dépasser 25 mm, peuvent être
considérés comme ductiles »
Ainsi on vérifie les critères :
hsc d ≥ 4 hsc d = 75 15,9 = 4,72 > 4 OK
16 mm ≤ d ≤ 25 mm d = 15,9 mm ≈ 16 mm OK

2.1.1. Dispositions constructives


Epaisseur d’enrobage pour les bâtiments : « 6.6.5.2 (2) Si un enrobage au-dessus du connecteur est
exigé, il convient que l’épaisseur nominale de cet enrobage minimal :
a) ne soit pas inférieure à 20 mm,
b) soit conforme aux spécifications données dans l’EN 1992-1-1, Tableau 4.4 pour les armatures,
moins 5 mm ; en prenant la plus élevée de ces deux valeurs ».
Vérifions donc ce critère :
hsc ≤ t c − 20 mm hsc = 75 mm ≤ t c − 20 = 100 − 20 = 80 mm
Dimension de la semelle en acier : « 6.6.5.6 (1) L’épaisseur de la semelle en acier sur laquelle un
connecteur est soudé doit être suffisante pour permettre un soudage correct et un transfert
convenable entre le connecteur et la plaque sans ruine locale ni déformation excessive ». Ainsi, pour
vérifier ce critère :
d ≤ 2,5 ⋅ t f d = 15,9 mm ≤ 2,5 ⋅ t f = 2,5 × 11,5 = 28,75 mm
Espacement des connecteurs : « 6.6.5.7 (4) Il convient d’adopter un espacement des goujons dans la
direction du cisaillement qui ne soit pas inférieur à 5d ; il convient d’adopter un espacement dans le
sens transversal à celui du cisaillement qui ne soit pas inférieur à 2.5 d dans les dalles pleines ».
« 6.6.5.5 (3) Dans les bâtiments, il convient que l’entraxe longitudinal maximal des connecteurs, ne
dépasse pas 6 fois l’épaisseur totale de la dalle, ni 800 mm ».
Donc, les critères à respecter seront les suivants :

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 3 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
Espacement longitudinal :
5 d = 5 × 15,9 = 79,5 mm ≈ 80 mm ≤ sl ≤ Min (6 t c ; 800 mm ) = 6 × 100 = 600 mm
Espacement transversal : 2,5 d = 2,5 × 15,9 = 39,75 mm ≈ 40 mm ≤ st
2.1.2. Résistance des connecteurs
(§6.6.3.1)
La résistance au cisaillement de calcul d’un goujon à tête soudé est la plus petite des valeurs
suivantes :
Cisaillement du connecteur
0,8 f u π d 2
PRd = .
γv 4
γv facteur partiel ( γ v = 1,25 )
fu résistance à la traction ultime spécifiée du matériau du goujon, mais sans être supérieure à
500 N/mm² ( f u = 450 MPa )

0,8 × 450 π × 0,0159 2


PRd = . = 5,72.10 −2 MN ou 57,2 kN
1,25 4
Ecrasement du béton
0,29 α d 2 Ecm ⋅ f ck
PRd =
γv
f ck est la résistance caractéristique à la compression du béton ( f ck = 30 MPa )
α est égal à :
Pour 3 ≤ hsc d ≤ 4 α = 0,2 ⋅ (1 + hsc d ) (connecteur rigide)
Pour 4 < hsc d α =1 (connecteur souple)

0,29 × 1 × 0,0159 2 32000 × 30


PRd = = 5,75.10 −2 MN ou 57,5 kN
1,25
Donc la résistance de calcul vaut :
PRd = 5,72.10 −2 MN ou 57,2 kN

2.2. Etude de la connexion complète à l’état limite ultime plastique


2.2.1. Nombre de connecteurs
Le nombre de connecteur sur la longueur critique sera :
Vl , Rd 1,47
Nf = = = 25,7 soit 26 connecteurs sur la longueur critique de 3,80 m.
PRd 5,72.10 −2
2.2.2. Dispositions constructives
Nous disposerons sur la longueur totale de la poutre, deux rangées de 26 connecteurs, soit 52
connecteurs au total.
− Espacement longitudinal :
7,60
sl = = 0,29 m
26
Critère de vérification : 5 d ≈ 80 mm ≤ sl = 260 mm ≤ 600 mm OK

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 4 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
− Espacement transversal :
Critère de vérification : st ≥ 2,5 d ≈ 40 mm on retiendra st = 40 mm
La largeur de la semelle étant égale à 160 mm, la distance transversale entre les connecteurs et le
bord de la semelle sera égale à : (n étant le nombre de rangées)
b f − (n − 1) ⋅ st 160 − (2 − 1) × 40
e0 = = = 60 mm > 20 mm OK
2 2

2.3. Etude de la connexion partielle à l’état limite ultime plastique


2.3.1. Degré de connexion
« 6.2.1.3 (3) Lorsque des connecteurs ductiles sont utilisés, il est permis de calculer le moment
résistant MRd de la section critique de la poutre […] en utilisant une valeur réduite Nc de l’effort de
compression dans la semelle en béton à la place de l’effort Nc,f […]. Le rapport η = Nc / Nc,f définit le
degré de connexion. »
« 6.2.1.3 (5) Dans le cas de la méthode donnée en (3), une valeur de MRd plaçant du côté de la
(
sécurité peut être déterminée […] : M Rd = M pl ,a , Rd + M pl , Rd − M pl ,a , Rd ⋅ ) Nc
».
N cf
En considérant que le moment résistant est au moins égal au moment maximum sollicitant :
M Rd ≥ M Ed
M Ed − M pl ,a , Rd
Alors : η≥
M pl , Rd − M pl ,a , Rd
Le degré de connexion minimal η pour une dalle pleine et pour des profilés en acier à ailes égales et
une longueur critique inférieure à 5 m : η min = 0,4
Application :
M Ed = 0,218 MN .m
Or le moment plastique résistant de la poutre mixte M pl ,Rd vaut :
b h Matériau 0 c,adm ηt,adm hc ht Nc Nt z /A.N.P. Mru
m m MPa MPa m m MN MN MN MN.m

17,0 0,0435 1,406 0,022 0,031


Dalle béton 1,900 0,100 C30
0,0 0,0565 0,000 -0,028
17,0 0,0000 0,000
Renformis 0,900 0,000 C30
0,0 0,0000 0,000
235,0 0,0000 0,000
Sem. supérieure 0,160 0,0115 S235
235,0 0,0115 0,432 -0,062 0,027
235,0 0,0000 0,000
Âme 0,0075 0,307 S235
235,0 0,3070 0,541 -0,221 0,120
235,0 0,0000 0,000
Sem. inférieure 0,160 0,0115 S235
235,0 0,0115 0,432 -0,381 0,165

0,0435 0,3865 1,406 1,406 0,342

M pl ,Rd = 0,342 MN .m
Et le moment plastique résistant de la poutre en acier M pl ,a , Rd :
b h Matériau Σc,adm 0 t,adm hc ht Nc Nt z /A.N.P. Mru
m m MPa MPa m m MN MN MN MN.m

235,0 0,0115 0,432 0,159 0,069


Sem. supérieure 0,160 0,0115 S235
235,0 0,0000 0,000
235,0 0,1535 0,271 0,077 0,021
Âme 0,0075 0,307 S235
235,0 0,1535 0,271 -0,077 0,021
235,0 0,0000 0,000
Sem. inférieure 0,160 0,0115 S235
235,0 0,0115 0,432 -0,159 0,069

0,2650 0,1650 0,703 0,703 0,179

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 5 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
M pl ,a , Rd = 0,179 MN .m
M Ed − M pl ,a ,Rd 0,218 − 0,179
η≥ = = 0,24
M pl , Rd − M pl ,a , Rd 0,342 − 0,179
De plus, l’article 6.6.1.2 de l’EN 1994-1-1 donne des limites d’utilisation de la connexion partielle dans
les bâtiments :
« Les goujons à tête d'une longueur hors-tout après soudage d'au moins 4 fois le diamètre, et d'un
diamètre nominal de la tige d’au moins 16 mm sans dépasser 25 mm, peuvent être considérés comme
ductiles dans les limites suivantes pour le degré de connexion défini par le rapport η = n / nf :
1°) Pour les sections en acier à semelles égales :
 355 
Le ≤ 25 m : η ≥ 1 −   (0,75 − 0,03 Le ) et η ≥ 0,4 (6.12)
 f 
 y 
Le > 25 m : η ≥ 1 (6.13)
2°) Pour les sections en acier dont l'aire de la semelle inférieure est égale à trois fois l'aire de la
semelle supérieure :
 355 
Le ≤ 20 m : η ≥ 1 −   (0,30 − 0,015 Le ) et η ≥ 0,4 (6.14)
 f 
 y 
Le > 20 m : η ≥ 1 (6.15)
3°) Pour les sections en acier dont l'aire de la semelle inférieure est plus grande que l'aire de la
semelle supérieure mais plus petite que trois fois cette aire, la limite pour η peut être déterminée à
partir des expressions (6.12) à (6,15) par interpolation linéaire.
4°) Les goujons à tête peuvent être considérés comme ductiles dans une plage de portées plus large
que celle spécifiée en ci-dessus lorsque :
a) la longueur hors-tout des goujons après soudage n'est pas inférieure à 76 mm, et le diamètre
nominal de leur tige n'est pas inférieur à 19 mm,
b) la section en acier est un profilé en I ou en H laminé ou soudé à semelles égales,
c) la dalle en béton est mixte avec une plaque nervurée disposée perpendiculairement à la poutre et
les nervures de béton sont continues au passage de cette poutre,
d) chaque nervure de la plaque comporte un goujon disposé, soit au centre du creux d’onde de la
nervure, soit alternativement du côté d’une paroi de la nervure puis de celui de la paroi opposée de la
nervure suivante sur toute la longueur de la poutre.
e) pour les tôles, b0/hp ≥ 2 et hp ≤ 60 mm, avec les notations précisées sur la Figure 6.13
f) l'effort Nc est calculé selon la méthode simplifiée donnée sur la Figure 6.5.
Lorsque ces conditions sont remplies, il convient que le rapport η satisfasse les conditions :
 355 
Le ≤ 25 m : η ≥ 1 −   (1,0 − 0,04 Le ) et η ≥ 0,4 (6.16)
 f 
 y 
Le > 25 m : η ≥ 1 (6.17)
NOTE : Les exigences de 6.6.1.2 sont établies pour un espacement uniforme des connecteurs. »
en désignant par :
− Le la longueur en mètres de la zone de moment positif entre points de moment nul ; pour les
poutres continues types, Le peut être prise égale à la valeur indiquée sur la Figure 5.1 ;
− nf le nombre de connecteurs dans le cas d’une connexion complète, déterminé pour cette longueur
de poutre, conformément à 6.6.1.1(13) et 6.6.2.2(2) ;
− n le nombre de connecteurs adopté pour cette même longueur.

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 6 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
Dans notre cas : la section de la poutre en acier est à semelles égales et Le = 7,60 m

  355  
η min = Max 1 −   (0,75 − 0,03 × 7,60 ) = 0,21 ; 0,4  = 0,4
  235  
Ainsi : η = η min = 0,4
D’où :

M Rd = M pl ,a , Rd + (M pl ,Rd − M pl ,a , Rd ) ⋅ = 0,179 + (0,342 − 0,179) × 0,4 = 0,244 MN .m > 0,218 MN .m


Nc
N cf
2.3.2. Effort de cisaillement longitudinal ultime
L’effort de cisaillement longitudinal ultime vaut :
Vl ,Rd = N c ,3,8 − N c , 0 = Min (N c , f , N pl ,a ) − 0
N c , f = η ⋅ Ac ⋅ 0,85 f cd = 0,4 × 1,90 × 0,10 × 0,85 × 20 = 1,29 MN
N pl ,a = Aa ⋅ f y = 6,26.10 −3 × 235 = 1,47 MN
Vl ,Rd = Min ( 1,29 ; 1,47 ) = 1,29 MN

2.3.3. Nombre de connecteurs


Le nombre de connecteur sur la longueur critique sera :
Vl , Rd 1,29
Nf = = = 22,5 soit 23 connecteurs sur la longueur critique de 3,80 m.
PRd 5,72.10 −2
2.3.4. Dispositions constructives
Nous disposerons sur la longueur totale de la poutre, deux rangées de 23 connecteurs.
− Espacement longitudinal :
7,60
sl = = 0,330 m
23
Critère de vérification : 5 d ≈ 80 mm ≤ sl = 330 mm ≤ 600 mm OK
− Espacement transversal : idem que pour la connexion totale

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 7 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
3. CONNECTEURS HILTI
On supposera la dalle pleine remplacée par une dalle sur bac collaborant perpendiculaire à la poutre
métallique (le centre de gravité de la section mixte reste dans la dalle pour la classification de la
section).
Les connecteurs HILTI sont prescrits comme souples, donc l’utilisation pour un dimensionnement en
plasticité est possible.
Les caractéristiques du bac sont : Bac HIBOND 55 (TATASTEEL)

3.1. Choix du connecteur


Les critères de sélection des connecteurs HILTI sont les suivants :
b0 largeur moyenne des nervures pour les ondes ouvertes – largeur minimale pour les ondes
fermées b0 = (88,5 + 61,5) 2 = 75 mm
hap hauteur de nervures hap = 55 mm
Dans notre cas :
1 < b0 hap = 75 55 = 1,36 ≤ 1,8

hsc hauteur du connecteur


Donc la hauteur du connecteur doit vérifier :
hsc − hap = hsc − 55 mm ≥ 35 mm d’où hsc ≥ 90 mm
et hsc ≥ 1,7 hap = 1,7 × 55 = 93,5 mm
Nous choisirons donc, le connecteur HILTI HVB 95. La résistance plastique sans réduction est
indiquée dans le tableau suivant :

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 8 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
3.1.1. Dispositions constructives
La pose des connecteurs se réalise via des clous HILTI, avec des limites d’utilisation définies par un
avis technique spécifique. Suivant cet avis technique, l’épaisseur minimale et maximale du matériau
support doit remplir la condition suivante :
8 mm ≤ t f ≤ 20 mm (pour S235) 8 mm ≤ t f = 11,5 mm ≤ 20 mm OK
L’espacement des connecteurs dans le sens de l’effort tranchant doit être compris entre 100 mm et
4 tc, mais limité à 600 mm.
100 mm ≤ sl ≤ Min (4 ⋅ t c ; 600 mm) = 400 mm ( t c = 100 mm épaisseur de la dalle)
L’espacement perpendiculaire à l’effort tranchant doit être supérieur à 50 mm et inférieur à 100 mm.
50 mm ≤ st ≤ 100 mm
3.1.2. Résistance des connecteurs
Dans une dalle pleine, la résistance de calcul du connecteur PRd est égal à 28 kN.
Dans le cas d’un bac acier collaborant, un coefficient de réduction kt est à appliquer. Ce coefficient est
défini dans le tableau suivant :
N r est le nombre de connecteur pour une nervure, à son intersection avec la poutre, sans dépasser 2
dans la formule de calcul.
0,7 b0 hsc − hap 0,7 75 95 − 55
kt = ⋅ ⋅ = × × = 0,49 ≈ 0,5 ≤ 1
N r hap hap 2 55 55
'
Et la résistance finale des connecteurs vaut : PRd = k t ⋅PRd = 0,5 × 28 = 14 kN

3.2. Etude de la connexion complète à l’état limite ultime plastique


3.2.1. Nombre de connecteurs
Le nombre de connecteur sur la longueur critique sera :
Vl , Rd 1,47
Nf = = = 105 soit 105 connecteurs sur la longueur critique de 3,80 m.
PRd 1,40.10 −2
3.2.2. Dispositions constructives
1°) Deux rangées de connecteurs
Nous disposerons au total deux rangées de 105 connecteurs sur la longueur totale de la poutre, soit
210 connecteurs au total.
− Espacement longitudinal :
7,60
sl = = 0,072 m
105

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 9 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
− Critère de vérification : 100 mm ≤ sl = 72 mm ≤ 400 mm NON
De plus, le bac retenu conduit à un espacement minimum de 150 mm (entraxe nervures), donc
l’espacement n’est pas satisfaisant.
− Espacement transversal :
st = 80 mm (distance au bord de l’aile de 40 mm)
Critère de vérification : 50 mm ≤ st = 80 mm ≤ 100 mm OK
Conclusion : la condition d’espacement longitudinal n’étant pas satisfaisante, la connexion complète
avec 2 rangées de HVB 95 ne peut pas être retenue.
2°) Trois rangées de connecteurs
Nous disposerons au total trois rangées de 70 connecteurs sur la longueur totale de la poutre.
− Espacement longitudinal :
7,60
− sl = = 0,109 m ≈ 0,110 m
70
Critère de vérification : 100 mm ≤ sl = 110 mm ≤ 400 mm OK

Le bac retenu conduit à un espacement minimum de 150 mm (entraxe nervures), donc l’espacement n’est
pas satisfaisant.
3°) Conclusion
Les connecteurs HILTI ne peuvent pas, dans ce cas précis, être utilisés en connexion complète.

3.3. Etude de la connexion partielle à l’état limite ultime plastique


3.3.1. Nombre de connecteurs
M − M pl ,a , Rd 0,218 − 0,179
η ≥ Max ( Ed = = 0,24 ; 0,4 ) = 0,4
M pl , Rd − M pl ,a ,Rd 0,342 − 0,179
N c , f = η ⋅ Ac ⋅ 0,85 f cd = 0,4 × 1,90 × 0,10 × 0,85 × 20 = 1,29 MN
N pl ,a = Aa ⋅ f y = 6,26.10 −3 × 235 = 1,47 MN
Vl ,Rd = Min ( 1,29 ; 1,47 ) = 1,29 MN
Le nombre de connecteur sur la longueur critique sera :
Vl , Rd 1,29
Nf = = = 92,1 soit 93 connecteurs sur la longueur critique de 3,80 m.
PRd 1,4.10 −2
3.3.2. Dispositions constructives
1°) Deux rangées de connecteurs
Nous disposerons au total deux rangées de 93 connecteurs sur la longueur totale de la poutre.
− Espacement longitudinal :
7,60
sl = = 0,082 m
93
Critère de vérification : 100 mm ≤ sl = 82 mm ≤ 400 mm NON
Le bac retenu conduit à un espacement minimum de 150 mm (entraxe nervures), donc l’espacement
n’est pas satisfaisant.
− Espacement transversal :
st = 80 mm (distance au bord de l’aile de 40 mm)
Critère de vérification : 50 mm ≤ st = 80 mm ≤ 100 mm OK

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 10 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
Conclusion : la condition d’espacement longitudinal n’étant pas satisfaisante, la connexion partielle
avec 2 rangées de HVB 95 ne peut pas être retenue.
2°) Trois rangées de connecteurs
Nous disposerons au total trois rangées de 62 connecteurs sur la longueur totale de la poutre.
Espacement longitudinal :
7,60
sl = = 0,123 m
62
Critère de vérification : 100 mm ≤ sl = 123 mm ≤ 400 mm OK
Le bac retenu conduit à un espacement minimum de 150 mm (entraxe nervures), donc l’espacement
n’est pas satisfaisant.
Conclusion : les connecteurs HILTI ne peuvent pas dans ce cas précis être utilisés en connexion
partielle.

3.4. Incidence de la connexion partielle à l’Etat Limite de Service


Selon le chapitre §7.3 (4), « les effets d’interaction incomplète peuvent être négligés à condition :
a) que le calcul de la connexion soit effectué conformément aux dispositions données en 6.6,
b) qu’il soit utilisé un nombre de connecteurs au moins égal à la moitié du nombre requis pour une
connexion complète, ou que les efforts résultant d’un comportement élastique et agissant sur les
connecteurs à l’état limite de service ne dépassent pas PRd
c) dans le cas de dalle nervurée dont les nervures sont perpendiculaires à la poutre, que la hauteur
des nervures ne dépasse pas 80 mm ».
Les critères précédents sont respectés, donc pas de calcul complémentaire.

4. ARMATURES TRANSVERSALES DE LA DALLE


(ARMATURES DE COUTURE)
On considère la solution de connexion partielle avec des goujons Nelson.

4.1. Effort de glissement à l’interface acier-béton


L’effort de cisaillement longitudinal par unité de longueur vaut :
Fd = FEd = P¨ Rd ⋅ n (u / ml )
Le nombre de connecteurs par ml est égal à :
2 × 23
n (u / ml ) = = 6,05 connecteurs / ml
7,60
Donc,
Fd = FEd = 5,72.10 −2 × 6,05 = 0,346 MN / m

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 11 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application
4.2. Aire de section d’armatures transversales section b-b
La longueur de la surface de cisaillement est la ligne type b-b :
h f = 2 ⋅ hsc + st + D = 2 × 75 + 40 + 31,7 = 222 mm
L’effort de cisaillement longitudinal par unité de longueur est
Fd = FEd = 0,346 MN / m
La contrainte de cisaillement longitudinale τ Ed est donc :
2
F 0,346  f   30   2
τ Ed = d = = 1,56 MPa ≤ 0,6 1 − ck  f cd sin θ f × cos θ f = 0,6 × 1 −  × 20 ×   = 5,28 MPa

hf 0,222  250   250   2 

La section d’armatures transversales sera égale à :


FEd 0,346
2 ⋅ Ab ⋅ f s = FEd Ab = = × 10 4 = 3,98 cm² / ml de poutre
2 ⋅ f s 2 × (500 1,15)
Donc on dispose des armatures de diamètre HA 10 espacées de 150 mm transversalement.
Alors : Ab = 5,23 cm ² / ml de poutre

4.3. Aire de section d’armatures transversales section a-a


La longueur de la surface de cisaillement est la ligne type a-a :
h f = t c = 100 mm
L’effort de cisaillement longitudinal par unité de longueur est
FEd
Fd = = 0,173 MN / m
2
La contrainte de cisaillement longitudinale τ Ed est donc :
Fd 0,173
τ Ed = = = 1,73 MPa < 5,28 MPa
hf 0,100
La section d’armatures transversales sera égale à :

( Aa + Ab ) ⋅ f s = Fd Aa + Ab =
Fd
=
0,173
× 10 4 = 3,98 cm² / ml de poutre
f s (500 1,15)
Comme Ab = 5,23 cm ² / ml de poutre , alors Aa = 0 cm ² / ml de poutre

4.4. Armatures transversales minimales réglementaires


Selon l’EN 1992-1-1 § 9.2.2 (5) .
f ck 30
ρ w,min ≥ 0,08 ⋅ = 0,08 × = 0,09 %
fs 500
Aa + Ab = 0,09 % × 100 × 10 = 0,90 cm² / ml de poutre
Donc on dispose des armatures de diamètre HA 10 espacées de 150 mm transversalement.
Alors : Aa = Ab = 5,23 cm ² / ml de poutre

Version : D Centre des Hautes Etudes de la Construction – Sections CHEBAP-CHEM-CHEB Page 12 / 12


Date : 19/03/2015 Structures mixtes acier-béton - Application

Vous aimerez peut-être aussi