Vous êtes sur la page 1sur 65

Avec tout respect et amour, je dédie ce

modeste travail

A mon cher père et au feu de ma mère, ainsi que ma femme et mes enfants

Pout tout l’amour qu’ils me portent et pour leurs encouragements qu’ils m’ont apportés au cours
de ce projet, je leur dédie ce travail en témoignage d’un grand amour et reconnaissance infini,
qu’ils trouvent ce travail en témoignage de ma profonde gratitude et mon infini dévouement.

A mes formateurs et mes amis

Constituant mon environnement immédiat et symbolisant le souci de l’avenir, la veille à la


bonne marche et le souhait du Maroc meilleur.

A mes chères collégues

Avec qui j’ai partagé ma vie d’étudiant, ce sont mon symbole de la recherche, du sérieux et du
partage.
Tout d’abord, je remercie Dieu le tout puissant, mon créateur, de
m’avoir donné la force, la volonté et le courage afin d’accomplir ce
travail modeste.

J’exprime ma gratitude profonde à mes parents et à ma petite famille


qui sans eux, rien n’aurait pu être possible.

Ma reconnaissance s'adresse à la société drapor qui m’a donné


l’occasion de découvrir le monde de dragage portuaire et aussi pour la
confiance qu’elle me témoignée pour le commandement de ces navires
durant les opérations de dragages.

J'adresse mes vifs remerciements au directeur Mr khalid el had et au


professeur Mme Mellas samira, qui ont bien accepté de m'encadrer et
aussi pour leur amabilité et bienveillance au bon déroulement de mon
travail.

Mes plus vifs remerciements s’adressent aussi à tout le cadre


professoral et administratif de l’ISEM pour les qualités de leurs
formation durant cette année afin d’obtenir le diplôme du capitaine de
long cours.

Enfin, mes remerciements vont également aux membres du jury


d'avoir accepté de juger mon travail.
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Table des matières
Dédicaces......................................................................................................................................1

Remerciement...............................................................................................................................2

Avant-propos................................................................................................................................5
Liste des figures et des tableaux.....................................................................................................................6
INTRODUCTION GENERALE.............................................................................................................................7

PREMIERE PARTIE : LES DRAGUES : NAVIRES DE SERVICE.....................................................9


CHAPITRE I: DESCRIPTION.............................................................................................................................10
1 Aperçu sur les dragues....................................................................................................................10
1-1 Définition...............................................................................................................................10
2 Les types de dragues.......................................................................................................................14
2-1 LES DRAGUES MECANIQUES..................................................................................................15
2-1.1 Drague à godets................................................................................................................16
2-1.2 Drague à pelle ou cuiller...................................................................................................17
2-1.3 Drague rétrocaveuse ou ponton grue..............................................................................18
2-1.4 Drague excavatrice sur ponton à chargement frontal.....................................................19
2-1.5 Dragues à benne traînante ou dragline............................................................................20
2-1.6 Drague à benne preneuse................................................................................................20
2-2 LES DRAGUES HYDRAULIQUES..............................................................................................22
2-2.1 Drague aspiratrice à conduite flottante...........................................................................23
2-2.2 Drague aspiratrice refoulant en chalands........................................................................23
2-2.3 Drague aspiratrice déchargeant les chalands ou refouleur.............................................24
2-2.4 Drague aspiratrice à désagrégateur.................................................................................25
2-2.5 Drague aspiratrice à roue à désagrégateur......................................................................27
2-2.6 Drague aspiratrice porteuse stationnaire.........................................................................28
2-2.7 Drague aspiratrice porteuse traînante ou drague aspiratrice en marche........................29
2-3 DRAGUES PNEUMATIQUES....................................................................................................31
Chapitre II : Aspect opérationnel...................................................................................................................34
1 Ressource humaines.......................................................................................................................34
1-1 Dans la société DRAPOR........................................................................................................34
1-1.1 Création et stratégie.........................................................................................................34
1-1.2 Consistance du parc de la société.....................................................................................36
1-1.3 ACTIVITES..........................................................................................................................39
1-2 A bord des unités...................................................................................................................40
2 Drague Aspiratrice en marche........................................................................................................41
2-1 Exploitation............................................................................................................................42

Page | 3
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-2 Chargement/Déchargement.................................................................................................44
2-2.1 Décharge à travers les portes de fond..............................................................................45
2-2.2 Décharge en utilisant le « rainbowing »...........................................................................46

Deuxième partie : Déroulement d’un projet de dragage.......................................................48


Chapitre I : Gestion du projet de dragage.....................................................................................................49
1 Investigation du site........................................................................................................................49
1-1 Levé bathymétrique..............................................................................................................49
1-1.1 Définition..........................................................................................................................49
1-1.2 Application de la bathymétrie..........................................................................................51
1-1.3 Bathymétrie appliquée aux bassins des ports..................................................................51
1-2 La bathymétrie a DRAPOR.....................................................................................................53
2 Préparation et exécution d’un projet de dragage..........................................................................54
2-1 Planification et conception de projet....................................................................................55
2-1.1 Collecte des données........................................................................................................55
2-1.2 Caractérisation des matériaux..........................................................................................55
2-1.3 Les principaux documents................................................................................................56
2-2 Conception du projet.............................................................................................................56
2-2.1 Excavation et transport des matériaux...................................................................56
2-2.2 Mise en dépôt des matériaux...........................................................................................57
2-2.3 Détermination des zones d’intervention..........................................................................57
2-2.4 Evaluation des quantités à draguer..................................................................................58
2-2.5 Choix des zones de stockage............................................................................................58
2-2.6 Choix des zones de rejet en mer......................................................................................58
2-2.7 L’évaluation des projets....................................................................................................59
2-3 Exécution du projet...............................................................................................................59
2-3.1 Techniques spéciales de dragage.....................................................................................59
2-3.2 Exemple d’une drague aspiratrice en marche..................................................................62
Chapitre II : Règlementation..........................................................................................................................64
1 Gestion des sédiments portuaires..................................................................................................64
1-1 La caractérisation des sédiments..........................................................................................64
1-2 Traitement des sédiments.....................................................................................................65
Le traitement des sédiments..........................................................................................................65
2 Dispositions international...............................................................................................................66
2-1 conventions de Londres........................................................................................................67
2-2 conventions de paris..............................................................................................................68
CONCLUSION.................................................................................................................................................69
BIBLIOGRAPHIE..............................................................................................................................................70

Page | 4
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Liste des figures et des tableaux

 Liste des figures

Chapitre I

Figure 1.1: Drague à godets

Figure 1.2: Drague à pelle

Figure 1.3: Drague rétrocaveuse

Figure 1.4: Drague excavatrice sur ponton à chargement frontal

Figure 1.5: Drague à benne traînante

Figure 1.6: Drague porteuse à benne preneuse automotrice

Figure 1.7: Drague aspiratrice à conduite

Figure 1.8: Drague aspiratrice refoulant en chaland

Figure 1.9: drague aspiratrice déchargeant les chalands

Figure 1.10: Drague aspiratrice de type « DUSTPAN », bec d’aspiration

Figure 1.11: Drague aspiratrice à désagrégateur

Figure 1.12: Drague à roue désagrégateur

Figure 1.13: Drague aspiratrice porteuse stationnaire

Figure 1.14: Drague aspiratrice porteuse à élinde traînante

Figure 1.15: Drague pneumatique, système « pneuma »

Chapitre II

Figure 1.16: Poste-relais de pompage flottant

Figure 1.17 : Chaland à ouverture longitudinale

Page | 5
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

INTRODUCTION GENERALE :

Phénomène naturel et plus ou moins important selon le site, l'envasement et l'ensablement des
ports est une réalité à laquelle les gestionnaires de port sont confrontés, et à laquelle il
convient d'apporter les solutions respectueuses des fondements du développement durable.

Les opérations de dragage constituent un élément vital pour le fonctionnement de l'économie


portuaire. Tous les ports dont les chenaux d'accès ou les bassins sont soumis à des
phénomènes d'envasement sont contraints de procéder à des dragages et d'évacuer les déblais
qui en résultent.

Parallèlement, la protection des milieux aquatiques s'est affirmée tant dans le droit interne
que dans le droit international (convention de Paris). Ainsi, à l'heure où le concept de
développement durable devient un objectif s'imposant à tous, les services chargés de la
gestion des ports doivent désormais rechercher les meilleurs compromis entre les impératifs
du développement des activités, l'incidence du coût des dragages sur l'économie portuaire et la
protection des écosystèmes aquatiques.

Les opérations de dragage sont des pratiques indispensables à la navigation et aux activités
portuaires. Elles donnent essentiellement lieu à l'immersion en milieu marin des produits
dragués, dans des zones spécialement désignées.

L'impact des dragages et des immersions dans l'environnement marin est une préoccupation
constante des autorités portuaires et des pouvoirs publics. Les campagnes d'évaluation,
conduites régulièrement depuis 1986, montrent que l'immersion de certains produits de
dragage pose un réel problème du fait de leur contamination significative par des métaux
lourds et des polluants organiques, même si seul un nombre limité de sites est concerné.

Les travaux de dragage doivent être optimisés de point de vue technique, économique et
environnemental pour répondre aux exigences des utilisateurs des ports sans épuiser les
ressources financières et sauvegardant l’environnement. Ainsi, les travaux
Doivent être bien planifiés avant l’exécution, suivis avec rigueur et attention pendant l’exécution et
évalués avec précision après achèvement.

Ce travail est composé de trois grand chapitre afin d’analyser tous les aspects concernent l’ensablement
des ports et les solutions possibles pour les surmonter. Dans le premier chapitre j’ai parlé sur les

Page | 6
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
différents types de dragues et leurs travail respectif, la deuxième chapitre défis à propos l’aspect
opérationnel de la société DRAPOR est je suis limité sur le cas d’une drague aspiratrice en marche, et
pour la troisième chapitre j’ai montré comment ce fait un projet de dragage et ces différents étapes coté
opérationnel et coté réglementaire.

Page | 7
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

CHAPITRE I :
Les Dragues (les navires de service)

I. DESCRIPTION :

L’accès au port est impossible si une trop grande quantité de sédiments s’accumule.

Pour maintenir les activités maritimes et assurer la sécurité des navires, les ports doivent
maintenir la profondeur des chenaux d’accès et des bassins : c’est le dragage portuaire. Il
s’agit dans ce cas de remettre dans le cycle naturel les sédiments bloqués dans le port.
II. Aperçu sur les dragues :

Une drague est un navire de services utilisé près des ports, dans les rivières ou en mer,
soit pour lutter contre l'ensablement et l'envasement et maintenir la profondeur disponible
pour les autres navires en extrayant les matériaux du fond, soit pour extraire des matériaux
(sable, gravier…) pour les activités de travaux publics, la reconstitution de plage, le
confortement des dunes.

En d’autre terme, Les dragues sont des engins servant à enlever du fond de l'eau les
sédiments qui s'y sont déposés (sable, gravier, terre, vase, etc.) et destinés à curer le fond des
fleuves, canaux ou estuaires, à creuser les bassins et chenaux des ports, etc. Le dragage est
l'opération effectuée par une drague.

Il est important de souligner que le dragage n’est pas toujours la meilleure solution pour
résoudre le problème ; C’est pourquoi il est nécessaire lors des phases préliminaires
d’envisager d’autres solutions possibles en fonction des causes identifiées ; par exemple :

 Restaurations des conditions hydrodynamiques permettant une auto curage


des sédiments.

 faucardage : cette opération consiste à retirer l'excès de végétaux qui


bordent les cours d ‘eau de manière à assurer le bon écoulement de cours
d’eau et éviter l’étouffement des rivières lié au problème d’oxygène ; Aux
excès de matières organiques et à supprimer les obstacles à la circulation
des poissons.

Page | 8
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
 Démolition d’infrastructures gênant l’écoulement.

 Aération dans le but d’éviter des réactions de fermentation anaérobies


pouvant provoquer le dégagement d’odeurs nauséabondes.

Il faut distinguer trois types de dragage :


 Le dragage d’entretien ou il s’agit de maintenir une profondeur donnée
dans les chenaux et dans les bassins en présence d’une sédimentation locale.
les cotes entretenues sont faiblement surabondantes et ces dragages sont à
intervalles réguliers.
 Le dragage d’approfondissement ou des travaux neufs qui
permettent d’augmenter les profondeurs existantes de créer et d’élargir les
plans d’eau.
 Les dragages à extraction de matériaux.

Du point de vue impact sur l’environnement :

Le dragage d’entretien est presque toujours sans importance de ce point de vue puisqu’il
s’agit de conserver une situation existante.
Les travaux d’approfondissement modifient quant à eux l’écoulement des eaux leur impact
est important mais ils sont réalisés une fois pour toute.

Les exploitations de matériaux en rivières modifient l’écoulement comme les


aménagements, de ce fait il est absolument nécessaire de réaliser des études avant exploitation
car les conséquences peuvent être catastrophiques (affouillements d’ouvrages, remontée de la
salinité..).

Les conséquences des activités de dragage sur les nappes phréatiques doivent également
être soigneusement étudiées (drainage, colmatage, pollution de la nappe)

Le dragage peut entraîner un bouleversement majeur du cours d'eau par destruction du lit,
des substrats et des végétaux présents, par modification des flux et par suppression de la
surface du sédiment. Cette surface, interface eau-sédiment, est le siège d'un grand nombre de
réactions chimiques et biologiques participant à l'auto épuration du milieu et à la protection
des nappes phréatiques).

Un autre impact du dragage est la turbidité :

Page | 9
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

C’est certainement la nuisance la plus important du dragage. Cet impact est variable en
fonction du milieu où il se produit.

Naturellement ce phénomène existe en période de crues cependant il est limité dans le


temps, mais il s’étend sur toute l’année du fait du dragage, il constitue une atteinte grave à
l’environnement. Les principales nuisances sont les suivantes.

 Destruction de la faune interstitielle

 Appauvrissement de la faune d’eau libre.


 Déséquilibre affectant la flore (photosynthèse)
 Création d’environnement fluvial insalubre (eutrophisation)*
 Sédimentation (pouvant nécessiter de nouveaux dragages)
 Perturbation des captages d’eau.

NOTA : Eutrophisation :enrichissement des cours d'eau et des plans d'eau en éléments
nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les
plantes aquatiques. Elle se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la
respiration nocturne puis la décomposition à leur mort provoquent une diminution notable de
la teneur en oxygène. Il s'ensuit, entre autres, une diversité animale et végétale amoindrie et
des usages perturbés (alimentation en eau potable, loisirs).

Page | 10
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

III. Les types de dragage

Il existe une variété d’engins et de moyens qui peuvent être utilisés, selon les spécifications
du projet. Aucun engin ni méthode d'exploitation ne peut être utilisé pour n'importe quel
projet de dragage.

Les facteurs qui influencent le choix des équipements de dragage sont de trois types :

 Les facteurs techniques: Volume à excaver, granulométrie des


matériaux, consistance des matériaux (cohésion, densité,..), précision
d'exécution des travaux, météo, distance séparant le site de dragage et le site
de mise en dépôt
 Les facteurs économiques : coût unitaire d'exploitation pour chaque
type d’équipement, disponibilité des équipements, contrainte de temps pour
la réalisation du projet ;
 Les facteurs environnementaux nature et degré de pollution des
sédiments à draguer, exigences sur le plan de la santé du personnel opérant,
la présence et la proximité d'éléments sensibles du milieu naturel (aires de
reproduction, d'élevage ou d’alimentation pour la faune aquatique, ou
terrestre )... ;

Page | 11
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

A l’exception de quelques techniques de dragages spéciales on recense trois types principaux


d’équipements de dragages à savoir :

 les dragues mécaniques


 les dragues hydrauliques
 les dragues pneumatiques

Bien évidemment le choix de l’équipement le plus adéquat est tributaire des conditions
locales présentes, en général ; les caractéristiques du sol, l’environnement et la distance de
transport.

2-1 LES DRAGUES MECANIQUES :

Ce type est réalisé à partir d’engins qui opèrent soit depuis des berges soit depuis la
surface. Il est employé dans la plupart des cas pour l’extraction des sédiments graveleux.
Cette technique est déconseillée pour les sédiments organiques, car le dragage mécanique peut
engendrer, dans certains cas une grande mobilisation des sédiments en place, et surtout les
sédiments fins qui vont se trouver ainsi en suspension.

Les caractéristiques communes des équipements excavateurs mécaniques est qu’ils sont
dotés de godets ou bennes. Ces derniers varient et dans leurs formes et dans leurs dimensions.
Les dragues mécaniques impliquent un contact direct entre ces godets ou bennes et les
matériaux à draguer.

Le plus souvent les dragues mécaniques font appel à des chalands pour recevoir et
transporter les matériaux dragués.

Dans la présentation consacrée à chaque drague, en plus de description et de son schéma,


on va citer ses avantages et ses inconvénients ainsi qu’un petit commentaire lorsque besoin
est.

Page | 12
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-1.1 Drague à godets :

Egalement appelée drague à chaîne a godets, drague a élinde a godets ou encore drague a
godets multiples) fonctionne comme un élévateur.

L’élinde orientée vers le bas constitue la structure de support de la chaîne sans fin à godets
qui se meut autour de l’élinde tandis que la drague elle-même est déplacée à travers la zone de
dragage au moyen de câbles de manœuvre ou d’ancrage. Les matériaux dragués sont
généralement déversés à partir d’une goulotte sur le chaland de réception.

Figure 1.1: Drague à godets

Les avantages de la drague :

 son mode de travail laissant un fond bien nivelé


 Capacité de travail dans des zones étroites et confinées.
 Productivité élevée.
 Traitement aisé de toutes sortes de matériaux de dragage à des fins
d’entretien.

Page | 13
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

La profondeur de dragage maximale est normalement limitée à quelque 20 à 24 m. la


drague à godets la plus puissante peut draguer jusqu’à une profondeur de 34 m. la capacité
des godets varie de 50 à 1000 litres.

Même si une grande partie du travail auparavant réalisé au moyen de dragues a godets est
aujourd’hui prise en charge par des dragues pneumatiques, il demeure pas mal de types de
travaux à réaliser dans des zones particulières qui peuvent être menés à bien dans de bonnes
conditions par des dragues à godets.

2-1.2 Drague à pelle ou cuiller :

Cette drague est, fondamentalement une pelle mécanique, ou pelleteuse, montée sur un
ponton. Quand elle travaille le godet de pelle est poussé dans les matériaux à draguer et ceux-
ci sont déversés dans les berges ou chalands amarrés bord à bord ! Le ponton est équipé de
deux béquilles ou pieux marchants à l’avant et d’une béquille à l’arrière destinées à maintenir
en position absolument stable. En général elle est utilisée pour des travaux lourds.

Figure 1.2: Drague à pelle

Les avantages :

Page | 14
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Comme pour la drague à godets, sa capacité de préparer une surface plane. Par contre
elle comporte les inconvénients suivants :

 constitutions d’un obstacle sur les voies navigables, de profondeur de


dragage maximale limitée à 15 m
 Possibilités limitées de dragage par gros temps en raison des difficultés de
chargement des chalands.

Commentaire :

La capacité des godets varie de 1.5 à 18 m3. En dragage d’entretien le rendement est faible
par rapport à celui d’autres types de dragues.

2-1.3 Drague rétrocaveuse ou ponton grue :

La drague rétrocaveuse est au départ un simple excavateur qui peut être installé sur ces
chenilles sur le pont renforcé d’un chaland ponté. Le godet de la drague est rigidement fixé à
un bras articulé sur la flèche et il est tiré vers la drague pendant le dragage. Tout comme la
drague à pelle, le ponton porteur de cet engin est généralement équipé de béquilles
stabilisatrices.

Figure 1.3: Drague rétrocaveuse

Les avantages de ces types de dragues sont :

Page | 15
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

 La souplesse d’utilisation permettant le travail le long des quais et dans


les coins des bassins portuaires.
 Sa capacité comme les dragues à pelle et à pelle de réaliser des surfaces
de fond plan.

2-1.4 Drague excavatrice sur ponton à chargement frontal :

Dans des conditions normales de travail, cette drague ne peut travailler que dans une seule
direction. Ce handicap peut cependant être dépassé en retournant le godet et en l’utilisant
comme benne frontale au moyen d’un bras et d’une flèche spéciaux.

Figure 1.4: Drague excavatrice sur ponton à chargement frontal

Les dragues rétrocaveuses sont équipées de godets de capacité comprise entre 0.5 et 5.0
m3 elles deviennent de plus en plus populaires. Dans la mesure où ces

Page | 16
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
rétrocaveuses sont des équipements standards, les pièces de rechanges sont généralement
disponibles.

2-1.5 Dragues à benne traînante ou dragline :

Au départ, tout comme la drague rétrocaveuse, la drague à benne traînante est un engin de
terrassement monté sur roues ou chenilles et utilisé à terre. Pour les utiliser pour le dragage il
suffit de les monter sur des pouvons ou des chalands.

Figure 1.5: Drague à benne traînante

Le godet est traîné sur le sol et se remplit de cette matière. Une fois rempli, il est soulevé
et son chargement est déversé sur la berge ou dans le chaland.

Elles sont utilisées surtout en Amérique du Nord mais en raison des pertes levées qu’elles
suscitent en cours d’excavation, leur utilisation ne s’est pas généralisée.

2-1.6 Drague à benne preneuse :

Ces dragues sont équipées de divers types de bennes preneuses ou de godets. La drague fait
descendre, se fermer et remonter une benne ou un godet unique au moyen de câbles.

Page | 17
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
En exploitation, la benne est déposée sur le fond en position ouverte et pénètre dans le
matériau à draguer sous l’effet de son poids et de l’action du mécanisme de fermeture. Le
relâchement du filin fermant la benne permet de déverser le contenu de la benne.

Les dragues porteuses à bennes peuvent être équipées de plusieurs grues.

Figure 1.6: Drague porteuse à benne preneuse automotrice

Les avantages :

 Souplesse d’utilisation en matière de dragage d’entretien de tous types de


matériaux.
 Profondeur de dragage limitée seulement par la longueur du câble de
levage.
 Adaptation au travail le long des quais et dans les coins des bassins
portuaires dépassant celle de tous les autres types d’équipements de
dragage.
 Adaptation à une large gamme de possibilités de dragage d’entretien en
raison de la variété des types de bennes utilisables.

Les inconvénients en sont :

Page | 18
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
 Encombrement possible des chenaux de navigation au cours du
chargement des chalands.
 Irrégularité du fond après dragage, due à la modalité de celui-ci.
 L’éventuel tournoiement de la benne entraînant l’engagement des câbles de
travail peut être évité par l’introduction d’un troisième câble

Ce type de drague est utilisé dans le monde entier et assure un tiers de la totalité des travaux
de dragage d’entretien aux Etats-Unis ou pour cette raison, il est qualifié le cheval de trait des
dragues mécaniques.

2-2 LES DRAGUES HYDRAULIQUES :


Comme leur nom l’indique, elles sont basées sur le principe de la pompe centrifuge à eau
dont le fonctionnement est le suivant :

Le liquide est accéléré dans la pompe le long des aubages mobiles. L’énergie mécanique
fournie ou rouet est transformé en énergie cinétique, puis en énergie potentielle.

Elle n’est pas auto-amorçante, elle doit toujours être remplie avant la mise en service.

Cette pompe démarre refoulement fermé.

La création du vide à l’entrée de la pompe et la pression atmosphérique dans l’eau


extérieure oblige ce dernier a suivre la seule trajectoire disponible à savoir la conduite
d’aspiration, une fois réalisé, un vide et une pression suffisante, est provoqué un écoulement
d’eau contenant des matières solides libres.

Ce type de dragage engendre de grands volumes d’eau avec les sédiments extraits (un
volume de sédiments pour 3 volumes d’eau), il faut donc prévoir un ou plusieurs bassins de
décantation en aval de l’extraction, et un dispositif de rejet des eaux.

Un des grands avantages de ce type de dragage est la faible remise en suspension des
sédiments et son rendement supérieur à toute drague de puissance comparable

Page | 19
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Mais son principal désavantage est l’irrégularité du fond qu’elle laisse après travail en raison
de son mode de travail.

2-2.1 Drague aspiratrice à conduite flottante :

Au départ, les profondeurs de dragage de telles dragues étaient limitées à quelque 15 à 20


m. L’introduction de pompe sous-marine ou submersible a permis d’étendre à des profondeurs
nettement supérieures leur efficacité de travail : En eaux calmes des profondeurs de l’ordre de
70 m peuvent désormais être atteintes.

Figure 1.7: Drague aspiratrice à conduite

Les grandes unités peuvent travailler dans des zones exposées et des zones côtières.

Page | 20
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-2.2 Drague aspiratrice refoulant en chalands :

Les dragues aspiratrices refoulant en chalands sont conçues pour déverser dans des chalands
amarrés bord à bord. Les types les plus sophistiqués de ces dragues disposent d’adduction
d’eau permettant d’en améliorer le rendement.

Figure 1.8: Drague aspiratrice refoulant en chaland

Elles peuvent travailler dans des conditions météorologiques défavorables.

2-2.3 Drague aspiratrice déchargeant les chalands ou refouleur : Un


type particulier de drague aspiratrice est constitué par la drague déchargeant les chalands,
appelée aussi refouleur. Cette catégorie de drague est essentiellement utilisée en Europe en
vue de vider les chalands de leur contenu et de refouler les
Matériaux de dragage vers les zones à remblayer à terre.

Figure 1.9: drague aspiratrice déchargeant les chalands

Page | 21
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Les plus grands de ces dragues peuvent refouler les matériaux sur des distances 2 à 3 km,
certaines de ces dragues sont constituées de telle manière qu’elles peuvent également être
utilisées à des fins de dragage d’entretien.

d- Drague aspiratrice du type « DUSTPAN » :

Un type particulier de dragues aspiratrices utilisées à des fins de dragage d’entretien est la
drague dite de type « dustpan » mise au point aux Etats-Unis.

En principe, il s’agit d’une drague aspiratrice normale, mais dont la crépine a la forme
d’une pelle à poussière et équipée de tuyères d’adduction d’eau fixées le long du tranchent du
bord d’attaque.

Figure 1.10: Drague aspiratrice de type « DUSTPAN », bec d’aspiration

Son efficacité maximale s’avère lors de son utilisation pour le dragage d’un banc de sable
mobile au travers d’un chenal et consistant essentiellement en sable. Son principal avantage
est son rendement élevé en matériaux solides.

2-2.4 Drague aspiratrice à désagrégateur :

Page | 22
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Ce type de drague aspiratrice également appelée drague a cutter est sans doute la plus
utilisée dans le monde entier.

Elle est équipée, au point d’attaque, d’un désagrègateur rotatif qui désagrège les matériaux
à draguer et y mélange de l’eau avant d’absorber le mélange en résultant dans la conduite
aspiratrice

Figure 1.11: Drague aspiratrice à désagrégateur

Les avantages :

 capacité de niveler la surface du fond


 Adéquation à des utilisations dans un large éventail de conditions de
dragage.

Les inconvénients :

 Encombrement possible en cours de dragage des chenaux de navigation.


 Distance limitée de refoulement à terre en l’absence de poste-relais le long
de la conduite de déversement.

Page | 23
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Les dimensions des dragues aspiratrices à désagrègateur vont des petites unités
standardisées, jusqu’aux grandes unités capables de travailler dans des zones exposées.

Les types habituels de ces dragues permettent une profondeur de dragage maximale de 30
m .Au-delà de cette profondeur, il est recommandé de leur adjoindre une pompe sous-marine.
Des dragues aspiratrices à désagrègateur ont parfois été équipées de sur le mode automoteur,
afin de leur permettre de travailler dans des zones exposées et au large.

Elle est particulièrement efficace dans le cadre de projets de dragage portant sur une série
de sols différents. Son utilisation est répandue aux Etats-Unis et au Canada mais par contre ne
sont pas utilisées en Europe à des fins de dragage d’entretien en raison essentiellement des
longues distances de transport. En Europe on fait plus généralement aux dragues aspiratrices
porteuses à élinde traînante.

2-2.5 Drague aspiratrice à roue à désagrégateur :

Récemment, l’utilisation de ce type de drague s’est généralisée. En lieu et place du


désagrégateur rotatif, l’élinde de la drague est équipée d’une roue à désagrégateur.

Contrairement au désagrégateur, la roue à désagrégateur fonctionne généralement dans la


direction perpendiculaire au papillonnage et donc avec douceur et vibration réduite.

Figure 1.12: Drague à roue désagrégateur

Page | 24
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Ceci permet des rendements élevés dans des sols non cohérents aussi bien que cohérents.

Lors d’opération de dragage à faible profondeur comme il est usuel pour les travaux de
dragage d’entretien, il convient de tenir compte du fait que la roue tournant à une vitesse
circonférentielle de plus de lm/s se comporte comme un rotor centrifuge générant une
circulation supplémentaire correspondante. En conséquence, il faut s’attendre à des pertes
d’aspiration de matériaux de sols.

2-2.6 Drague aspiratrice porteuse stationnaire :

Au départ une série de ces dragues étaient utilisées à des fins d’entretien dans les chenaux
d’accès portuaires.

Figure 1.13: Drague aspiratrice porteuse stationnaire

En raison du système d’aspiration, ce type de dragues suscite un fond particulièrement


irrégulier. En outre, une profondeur requise ne peut être obtenue qu’au prix d’une certaine sur
profondeur.

Page | 25
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-2.7 Drague aspiratrice porteuse traînante ou drague
aspiratrice en marche :

De nos jours l’entretien des chenaux d’accès est pratiquement exclusivement réalisé
au moyen de dragues aspiratrices porteuses à élinde traînante.

Figure 1.14: Drague aspiratrice porteuse à élinde traînante

Les avantages :

 Encombrement minimal des voies de navigation en raison de sa mobilité


automotrice

 Adaptation au traitement des matériaux aussi bien cohérents que non


cohérents.

Les inconvénients :

Le principal inconvénient réside dans la nature cyclique intermittente de l’activité de


dragage dont une partie majeure du cycle consiste quelque fois dans le transport nong

Page | 26
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Productif des matériaux de dragage vers un site de dépôt éloigné. De plus l’obtention de la
profondeur voulue se fait avec plus au moins de précision.

La capacité des divers types de dragues varie entre 500 m3 et 10 .000 m3.les unités
modernes sont équipées de deux élindes traînantes a permet d’accroître considérablement leur
rendement.

Certaines de ces dragues sont équipées d’instruments de refoulement à terre et certaines


unités plus petites peuvent refouler en chalands. En outre certaines de ces dragues sont
équipées en drague aspiratrice à désagrègateur, les Italiens ont même installé une conduite
aspiratrice de proue permettant l’aspiration le long des quais.

Pratiquement toutes les dragues aspiratrices en marche sont équipées de clapets de fond.

Il existe un nouveau type des dragues aspiratrices en marche, la drague à puits s’ouvrant en
deux.

On s’est inspiré des chalands à ouverture longitudinale, ou encore des chalands de type
«Split ».

De manière générale les dragues porteuses à élinde traînante équipées à des fins de
refoulement sont de plus en plus utilisées en matière de dragage d’entretien.

Une conception particulière des dragues aspiratrice porteuse a été mise au point en vue du
dragage des matériaux cohérents.

La capacité de ces dragues leur permet de traiter des densités comprises entre 1.5 et 1.2 t /
m3 en mobilisant le port en lourd total de la drague. Ces dragues sont équipées d’instruments
de vidange de leur puits.

En ce qui concerne le processus de dragage, l’utilisation des dragues aspiratrices porteuse à


des fins de dragage d’entretien dans les bassins portuaires étroits est limitée à de petites unités
dotées de capacité de manœuvre et d’une souplesse d’utilisation supérieure

Page | 27
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

2-3 DRAGUES PNEUMATIQUES :


Le système pneumatique a été mis au point en Italie et au Japon. Le système italien appelé «
Pneuma » comporte une pompe à air comprimé et comprenant trois compartiments de
réception des matériaux dragués, qui à partir de là, sont déversés soit dans une conduite qui les
transporte jusqu’au site de dépôt. Soit dans des chalands qui les emmènent ailleurs.

Figure 1.15: Drague pneumatique, système « pneuma »

Cette drague aspiratrice fonctionne sur le principe de la pompe hydrostatique.


Grâce à ses caractéristiques uniques, elle permet :

 Un refoulement continu des boues liquides ;


 Un contact réduit entre l'équipement et les sédiments contaminés ; H Une
remise en suspension minimum des sédiments.
 La pompe Pneuma fonctionne un peu comme une pompe à piston avec la
charge statique et de l'air comprimé à l'intérieur de cylindres spéciaux. À
cause de la charge hydrostatique et du vide induit, chacun des cylindres se
remplit, en séquence, de boues de sédiments. Chaque cylindre se
remplissant, de l'air comprimé envoyé par un distributeur lié à un
compresseur agit comme un piston et force les boues liquides dans la
conduite de refoulement, à travers une

Page | 28
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Soupape. À mesure que le cylindre se vide, l'air comprimé est évacué,
relâchant la pression interne dans le cylindre. Le vide est encore une fois
appliqué et le cylindre se remplit de nouveau de boues ; Et le cycle se
poursuit.

La pompe pneuma permet de draguer des matériaux non cohérents et en circulation libre
tels que le sable et la vase meuble. Le dragage se réalise par remorquage de la pompe et
introduction dans les compartiments de celle-ci au moyen d’une pelle.

Il est à signalé qu’en conditions d’exploitation prudentes, ce type de drague est bien adapté
au traitement des matériaux contaminés.

La pompe à vase, dite du type « OOZER » :

La drague a vase comporte au Japon une « pompe à vase » ou « pompe oozer “, c’est à dire
une espèce de pompe pneumatique consistant en une pompe à vide, un compresseur d’air et
une crépine. La pompe à vide crée à l’intérieur de la crépine une dépression suscitant une
aspiration des matériaux à draguer dans la pompe sous la pression de l’eau et de l’atmosphère.

Les matériaux dragués sont transportés par air comprimé. Ce système est particulièrement
adapté au dragage dans des zones d’eau profonde, l’aspiration par le vide n’est pas nécessaire,
l’aspiration atmosphérique étant possible.

Les produits de dragage sont transportés par conduite vers le site de dépôt ou déversés dans
des chalands pour compléments de transport.

Le rendement de cette drague à vase est bon, particulièrement dans le cas de matériaux
contaminés.

Une fois l’opération de dragage est achevée, il y a production d’une certaine quantité de
produits de dragage. Ils sont évacués par diverses méthodes soit par le refoulement soit par
des barges soit dans le cas de drague porteuse automotrice par la drague elle- même.

Page | 29
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Dans le cas de refoulement et lorsque la puissance de la pompe ne permet pas d’atteindre le
site de dépôt, on doit introduire un poste-relais de pompage qui consiste en une pompe
centrifuge placée à terre ou sur un ponton.

Si on évacue les produits au moyen de chalands, on peut le faire par trois types de chaland :

Le chaland à ouverture fixe est le type le plus simple de chaland non équipé de clapets et
qui doit être déchargé au moyen d’une drague déchargeuse de chaland ou d’une drague à
benne preneuse.

Le chaland à ouverture longitudinal se substitue de plus en plus au chaland à clapets pour


assurer les mêmes missions que lui.
Le tableau suivant récapitule les différents types de dragues ainsi que la classification des
sols suivant leurs dimensions, en outre, ce tableau il donne une idée sur l’utilisation adéquate
de chaque type de drague, et ce en fonction de la nature du fond à draguer.

Page | 30
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Tableau : Adaptation des équipements aux diverses natures des sols

Page | 31
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Chapitre II :

ASPECT OPERATIONNEL

1 Ressource humaines
1-1 Dans la société DRAPOR

1-1.1Création et stratégie :

Drapor, Société de Dragage des Ports, crée le 02/01/1984, est l’aboutissement d’une
longue histoire professionnelle au Maroc, liée à la vocation maritime du Royaume, qui s’étire
de la Méditerranée à l’Atlantique sur plus de 3 500 Km de côte, où le dragage a toujours été
au cœur des activités portuaires. Héritière de ce legs, Drapor a capitalisé ainsi une grande
expérience et un savoir-faire.

Au Maroc, Drapor est leader sur le marché du dragage et dispose de forts avantages compétitifs
avec :

 Des équipements adaptés et des hommes rompus aux métiers de la mer.


 Un capital d’informations techniques et hydrographiques, riches et
exclusif.
 De larges capacités de production.

A l’international, Drapor s’est également dotée de solides références en Mauritanie, au


Sénégal, au Portugal et au Brésil. Drapor est par ailleurs un acteur dynamique au sein de
l’Organisation Mondiale de Dragage (WODA) et préside la section Africaine du CEDA
(Central Dredging Association).

Page | 32
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Drapor opérateur historique du dragage portuaire au Maroc, vise à :

 S’affirmer comme acteur régional à double vocation : maritime et technique


(au Maghreb, au sud de l’Europe et la côte Ouest de l’Afrique).
 Monter en puissance sur le secteur des travaux neufs maritimes.
 Exporter son savoir-faire sur le marché africain.
 Jouer un rôle citoyen dans le développement durable.
Portée par sa dynamique de développement et profondément inscrite dans la modernité, Drapor
est connue dans la région comme :
 La référence technique et scientifique dans ses domaines d’activités.
 Le partenaire de choix dans les grands projets maritimes et portuaires.

1-1.2Consistance du parc de la société :

b-1 Dragues aspiratrices en marche :

1. BIR-ANZARANE de 750 m3 de capacité. Année de construction


1980.

2. GUELTAT-ZEMMOUR de 750 m3 de capacité. Année de


Construction 1980.

3. DAKHLA de 700m3 de capacité. Année de construction 1973.

4. AL MASBAHIA de 700m3 de capacité. Année de construction 1995.

Page | 33
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

5. MOUSTAKBAL de 1500m3 de capacité. Année de construction 1998.

6. MOUSTAKBAL II de 1500m3 de capacité. Année de construction 2013

b-2 Dragues géostationnaires :

1. TOUR-HASSAN : type Beaver 1 000 - débit nominal 500 m3/heure

2. LARACHE : type Beaver 500 - débit nominal 250 m3/heure

Page | 34
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
3. OUDAYA : débit nominal 300 m3/heure

4.

b-3 Ponton Grue & Ponton Pelle :

1- IMTIAZ : ponton grue flottant de 573 tonnes

2- ANTASE : ponton grue de 345 tonnes 3-


SOUMY : ponton pelle de 561 tonnes

b-4 Remorqueurs :

1- ILTIZAM : d’une puissance total installé de 1450 KW


2- NASSIM : construction Hollandaise et une puissance plus de 1660 KW b-5

Chalands Autopropulsé

1- DAKHLA : de 700 m3 de capacité 2-


MALA : de 450 m3 de capacité

b-6 Chalands sans propulsion

1- GERVO I : Chalands à clapets d’une capacité du puits de 400 m3 2-


GERVO II : Chalands à clapets d’une capacité du puits de 400 m3 3- GERVO
III : Chalands à clapets d’une capacité du puits de 400 m3

Page | 35
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

1-1.3ACTIVITES :
La société DRAPOR exerce les activités suivantes :

L'étude, la conception et la réalisation de tous travaux de dragage au Maroc et à l’étranger ;

 L'extraction, la mise en dépôt et la commercialisation des


produits de dragage ; La réalisation d'études hydrographiques ;
 La réalisation de tous travaux ou prestations de servitudes dans
les ports tels que le nettoyage des plans d'eau, le remorquage, le
pilotage, la gestion de cale sèche...;
 La prise de participation sous quelque forme que ce soit dans
toutes entreprises ayant un objet similaire ou connexe ;
 Et plus généralement, toutes opérations industrielles,
commerciales, financières ou immobilières se rattachant
directement ou indirectement à l'objet social et de nature à
favoriser ou développer l'activité sociale.

Page | 36
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

1-2 A bord des unités :

DRAPOR dispose d'une équipe de métier de plus de 260 personnes, formée et


expérimentée. Un encadrement technique de haut niveau est assuré par des ingénieurs, un
personnel navigant « officiers marins, dragueurs, matelots), et des techniciens de valeur. Une
structure conforme aux exigences de la réglementation nationale et internationale en termes
de déploiement de personnel navigant ayant cumulé des années d’expérience dans le domaine.
Un programme de mise à niveau continue du personnel est établi pour assurer la formation à
travers des stages et des séminaires pratiques au Maroc et à l'Etranger.

Pour le personnel naviguant, DRAPOR dispose de :

 33 OFFICIERS PONT
 31 OFFICIERS MACHINE
 33 OPERATEURS (GRUTIERS DRAGUEURS)
 56 MATELOTS
 47 GRAISSEURS
 8 PATRONS DE REMORQUEURS

Page | 37
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

2 Drague Aspiratrice en marche

La drague aspiratrice en marche (aussi appelé drague à élinde traînante) est un


navire qui aspire les matériaux présents au fond de l'eau à l'aide d'un ou plusieurs tubes
(élinde) traînant le long de la coque et reliés à un système de pompage.

Les matériaux sont stockés à bord du navire (dans le cas d'une drague porteuse) ou dans
des barges stationnées à proximité.

Page | 38
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Le déchargement d'une drague porteuse est réalisé soit par clapage (ouverture de volets
dans le fond des cales) soit par refoulement dans une conduite ou à la proue du navire pour le
rechargement de plages par exemple (on parle alors de rainbow).

Les dragues porteuses sont utilisées pour transporter les matériaux extraits sur des
distances plus ou moins longues.

2-1 Exploitation :

Les DAM sont utilisés dans une grande variété de projets d’entretien et de constructions
maritimes. Cela va du dragage des ports et des chenaux d’accès pour enlever le sable afin de
rétablir les fonds nécessaires, à des projets d’approfondissement tels que des projets géants de
remblai qui exigent des millions de mètres cubes de sable. L’efficacité d’une DAM en matière
de performances a une influence directe sur les coûts d’un projet. Par conséquent, la
recherche et le développement sur les DAM est un effort continu pour améliorer leur
rentabilité.
Les DAM sont des navires autopropulsés qui contiennent un puits à l’intérieur de leur
coque. Elles sont principalement utilisées pour le dragage de matériaux meubles comme du
sable, de l’argile ou du gravier. Les principales caractéristiques d’une DAM sont les crépines
(aussi appelées têtes d’élinde), les tuyaux d’aspiration (ou élindes), les compensateurs de
houle et les bossoirs. Généralement, une DAM est équipé d’un ou deux tuyaux d’aspiration,
auxquels sont attachées les crépines. Une crépine est souvent comparée à un aspirateur.
Une fois la phase de la bathymétrie ait pris fin, le volume à extraire et la nature du sol à
draguer, il reste à choisir la drague la plus adéquate pour effectuer le travail.
On suppose qu’en fonction de la nature et le volume du sol, la drague aspiratrice ne marche
s’est avérée la plus efficace pour le site en question.
Afin de mener à bien une opération de dragage, il faut que la drague soit équipée d’un
certain nombre d’instruments, et la drague n’a rien à envier aux navires marchands.
En effet, en ce qui concerne les apparaux de navigation, on trouve :
Le radar, le GPS, le compas gyroscopique, le compas magnétique, les VHF, et même sur
les nouvelles, un équipement GMDSS, en plus de ces équipements, des systèmes
informatiques d’aide pour le dragage et pour l’envoi des rapports quotidiens.
Le déroulement de l’opération se fait en trois étapes :

Page | 39
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

 La reconnaissance de la zone à draguer


 Le dragage proprement dit
 Le clapage des produits dragués.

La reconnaissance se fait au moyen des plans établis par la centre d’investigation


techniques, l’importance du GPS se manifeste dans cette étape car c’est grâce à lui qu’on se
positionne sur la zone avec la plus grande précision possible, mais on peut aussi s’orienter par
des amers des balises. Dans le cas des chenaux un système informatique nous permet de
suivre l’évolution de la drague sur le chenal.
Une fois la zone est reconnue la drague utilise ses moyens de propulsion pour se mouvoir,
lorsqu’on atteint ladite zone, la vitesse de la drague est réduite au minimum dans le but de
permettre au dragueur, qui est sans le moindre doute, un élément indispensable dans la bonne
exécution de l’opération de déployer l’élinde.
Le commandant l’aide dans cette tâche en manœuvrant la drague de telle sorte à ce que le
bec de l’élinde croche le fond, une étroite coopération entre les deux est la meilleure gage
pour réussir l’opération.
Des systèmes aident le dragueur pour savoir la profondeur du bec.
La pompe de dragage est bien évidemment actionnée dès l’appareillage, le mélange d’eau
et de sable est refoulé vers le puits de la drague, pour un dragueur expérimenté, la couleur du
mélange suffit pour en connaître sa teneur en sédiments. Sinon on peut se référer au
densimètre pour vérifier et ajuster la position de la crépine jusqu'à obtention d’une teneur
optimale.
C’est le début d’un voyage, et il faut en noter l’heure et la minute.

L’opération se poursuit durant quelques heures, une vigilance particulière est à adopter
car contrairement à ce qu’on peut croire, le dragage exige une grande précision.

En effet, le dragueur surveille en permanence l’élinde car si celle-ci s’engage sous la


drague les conséquences peuvent en être catastrophiques. De plus le dragage se fait dans des
zones étroites et des chevaux de navigation donc le commandant doit être prêt à manœuvrer
a tout moment soit pour ajuster la position de la drague surtout en cas de fort courant, ou
pour dégager le chemin d’un autre navire qui s’apprête à emprunter dans le chenal.

Page | 40
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Au moment où le commandant estime que la drague est pleine, il ordonne au dragueur
d’enlever l’élinde, c’est la fin du voyage, en note l’heure et la minute comme pour le début

Pour connaître avoir le volume des produits dragués, on calcule l’ullage aux coins du puits
et on fait la moyenne, avec la valeur trouvée, on entre dans un livre qui donne pour chaque
ullage le volume correspondant.

L’ullage c’est la distance séparant la surface des produits dans le puits et structure
inférieure du pont au niveau du puits.

On arrive à la dernière étape qui consiste à rejeter les produits dragués au large ;
la drague aspiratrice est automotrice, le lieu où on se débarrasse des produits de
dragage s ‘appelle le site de clapage .Il existe plusieurs méthodes pour vider le puits
soit la drague est à ouverture longitudinale, ce qui veut dire qu’elle s’ouvre jusqu'à
un angle de 40 ou 50 degrés, quand on doit effectuer cette opération une alarme
sonore retentit dans tous les locaux pour mettre en garde tout l’équipage et lavant
d’ouvrir il faut que la drague s’oriente de sorte à ce que son avant soit en
apposition par rapport à la direction de propagation des vagues, et ce dans le but
d’éviter des dommages à la structure du navire.

Ainsi le voyage prend fin et l’opération se répète.

2-2 Chargement/Déchargement :

La mixture qui est draguée par une DAM est un mélange d’eau et de matières solides,
comme le sable. Étant donné que l’objectif ultime de la DAM est de collecter le sable pour le
réutiliser ou le déposer ailleurs, une DAM doit avoir un système qui maximise la rétention de
ces matériaux solides et minimise l’eau qui reste dans le puits. L’eau excédentaire doit être
séparée et rejetée par-dessus bord. La partie solide, sableuse de la mixture décantera au fond
du puits, mais ce processus prend du temps. Un système de surverse permet de séparer les
solides de l’eau en réduisant les turbulences de la mixture et en laissant suffisamment de
temps à la partie solide (sable, gravier) de décanter au fond. Ensuite, l’eau excédentaire de
surface est entrainée par-dessus bord grâce à ce dispositif de surverse.

Page | 41
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Les DAM sont très flexibles et peuvent fonctionner indépendamment de tout autre
équipement et, puisqu’elles sont autopropulsées, elles sont capables de transporter les
matériaux dragués sur de longues distances. Une fois complètement chargé, le navire se dirige
vers le site de déchargement ou de dépôt où les déblais de dragage sont déchargés. Selon le
type de projet, les déblais seront déchargés de l’une des trois façons suivantes :
 les matériaux sont déposés sur le site d’immersion en ouvrant les portes
situées dans le fond du puits ;
 ils peuvent être refoulés à terre par le biais de conduites, qui peuvent être
immergées ou flottantes ; ou
 les matériaux peuvent être projetés en l’air par des pompes à déblais, un
processus appelé « rainbowing ».
La méthode de déchargement est directement liée au type de projet.

2-2.1Décharge à travers les portes de fond :


Lorsque les matériaux sont dragués dans un port ou un chenal d’accès et que les matériaux
sont propres, la DAM naviguera en mer jusqu’à un endroit désigné et déchargera les
sédiments dragués en ouvrant ses portes de fond. Le déchargement par les portes de fond
permet une immersion rapide, directe et totale des matériaux dragués en un endroit choisi. Il
s’agit d’une méthode fiable et efficace, mais seulement dans des circonstances particulières.

b- Décharge au travers d’une conduite :

Lors de travaux importants de remblais hydrauliques et de ré ensablement des plages, la


DAM naviguera vers la zone d’extraction sélectionnée qui peut se trouver à des kilomètres du
site de construction. Sur le site d’extraction, la drague va charger son puits avec du sable et
ensuite naviguer vers le site à remblayer. Ces matériaux sont ensuite refoulés sur site par «
rainbowing » ou par le biais de conduites flottantes ou immergées. Pour connecter la conduite
à la drague il faut un raccord spécial appelé connexion de proue. Si la distance du navire au
rivage est assez longue, des pompes relais peuvent être ajoutées le long de la conduite de
refoulement comme source

Page | 42
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Supplémentaire d’énergie. La tuyère pour le « rainbowing » fait également partie du dispositif
de « connexion de proue».

Une conduite de refoulement immergée est moins sensible aux conditions météorologiques
et ne constitue pas un obstacle pour les autres navires circulant dans la zone. Elle est
habituellement assemblée à terre et ensuite tirée jusqu’à ce que son extrémité ouverte soit
correctement positionnée sur la plage. Des sections supplémentaires peuvent être ajoutées si
nécessaire. Des conduites flottantes, bien que plus sensibles à une mer agitée, ont l’avantage
d’être visibles au-dessus de la surface de l’eau et peuvent être facilement.

2-2.2Décharge en utilisant le « rainbowing » :


Le “rainbowing” est le nom donné à la technique par laquelle la DAM projette en l’air par
refoulement en jet direct le sable qui a été dragué des fonds marins sur le site de
remblaiement. Ces sites peuvent varier d’une plage qui doit être chargée pour prévenir
l’érosion côtière ou à des fins de loisirs (ou les deux) à une zone de récupération de terres sur
la mer où de nouveaux terre-pleins ou îles sont aménagées pour l’extension d’un port, pour
des loisirs ou à d’autres fins.

Dans un premier temps, la DAM crée ce que l’on appelle une mixture qui, en raison de ses
qualités liquides, peut être envoyée sur la plage ou dans le site de dépôt tel un projectile dans
l’air suivant une trajectoire en forme d’arc en cercle (« rainbow »). Le
«Rainbowing » est souvent la meilleure méthode pour décharger d’énormes quantités de sable
dans des endroits peu profonds près du rivage, pour des projets de remblaiement ou de
rechargement de plage. Étant donné que le « rainbowing » n’exige pas de conduites flottantes
ou immergées, de stations relais ou de conduites terrestres, c’est souvent la méthode la plus
économique.

Pour un déchargement en « rainbowing », le tirant d’eau en charge de la drague doit être tel
que le navire puisse être amené à proximité du site à remblayer. Des hauts fonds peuvent
limiter l’accès à la zone à remblayer. Habituellement, cela peut être compensé par un
refoulement d’énormes quantités de sable dans les premières minutes pour diminuer le tirant
d’eau avant, de sorte que le navire puisse alors être poussé plus près de la plage. L’échouage
(« beaching ») du navire est une option, mais cela peut abîmer la coque au fil du temps et la
proue doit être renforcée.

Page | 43
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Page | 44
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Chapitre III :
Déroulement d’un projet de dragage et
Réglementation.

1 Investigation du site
Une investigation sur le site peut s’avérer nécessaire en fonction du projet, de la sensibilité
du milieu considéré et du degré de dépassement du seuil. De façon Générale, cette
investigation doit être précise au niveau technique (Levé bathymétrique et économique(le
cout) pour le lançage ou le refus du projet.

1-1 Levé bathymétrique :


1-1.1Définition :
La bathymétrie est le levé topographique des fonds marins. Pour établir un plan
bathymétrique, il faut disposer d'un moyen de prise de profondeur par rapport à une référence
donnée, qui est le zéro hydrographique dans le cas des ports, océans et mers, ou le
Nivellement Général du Maroc dans le cas des lacs naturels ou artificiels. Il faut aussi avoir
un moyen pour localiser planimétriquement chaque prise de sondage.
Le zéro hydrographique est le niveau des plus basses marées pendant une période ultérieur
de mesures à l'aide d'un marégraphe.

L'élaboration d'un plan de bathymétrie nécessite l'exécution des opérations suivantes :


marégraphie, sondage, positionnement, traitement et édition du plan.

a-1 Marégraphe :
Au moment du sondage, on doit procéder en même temps à la mesure de la hauteur de la
marée. La hauteur de la marée peut être mesurée par un marégraphe, ou par une échelle des
marées, comme elle peut être déduite par calcul à partir des tables de marées.
a-2 Sondage :
Sondage Manuel :
Bien que l'utilisation du plomb de sonde dans les sondages hydrographiques portuaires ait
pratiquement disparu, il continue de faire partie de l'équipement

Page | 45
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Obligatoire des vedettes hydrographiques. Il peut être utilisé pour les mesures de profondeurs
dans des zones inaccessibles aux vedettes de sondage de même que pour vérifier les
profondeurs au droit des ouvrages et dans les rivières peu profondes, de faible étendue et à
eau calme. Le sondage manuel peut être utilisé par certains hydrographes expérimentés pour
déterminer l'envasement des chenaux où le sondeur acoustique devient inexploitable et ainsi
définir la profondeur navigable dans le milieu vaseux.
Le sondage manuel est fait à l'aide d'une perche ou d'un câble gradué en décimètre, au bout
duquel est suspendue une sonde tronconique de 4 à 7 Kg de plomb, avec une forme
aérodynamique qui facilite sa pénétration dans l'eau.

Sondage au sonar :
L'opération utilise un échosondeur à profil ou à balayage (image en relief), à
enregistrement analogique sur papier et/ou digital sur support magnétique.

a-3 Positionnement :
En plus des précautions faites lors du sondage, il faut aussi localiser avec la meilleure
précision possible les points de sonde pour avoir un bon plan bathymétrique. Ce
positionnement est relativement délicat du fait que les cibles se déplacent Sur la surface de
l'eau à une vitesse d'environ 2 m /s
a-4 Vedette de sondage :
Tout comme les autres éléments d'équipement, les vedettes de sondage doivent être
choisies en fonction du type de sondage à réaliser. Les conditions atmosphériques et
maritimes, ainsi que l'étendue des zones de sondage doivent être prises en compte dans le
choix de la vedette. Les principales caractéristiques à définir sont :

 La longueur, la largeur et le tirant d’eau ;

 La capacité de manœuvre et la vitesse ;

 Une timonerie spacieuse et bien éclairée

 Une position adéquate des transducteurs du sondeur sur la coque et par


rapport à l'antenne de radiolocalisation ;

 L'assiette et l’enfoncement ;

Page | 46
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
a-5 Traitement et Edition du plan :
Cette phase est effectuée automatiquement dans la mesure où le sondage est effectué par
un échosondeur digital et on dispose d'un logiciel approprié, toutes les opérations de
traitement, de report et du filage des isobathes sont réalisables automatiquement par
ordinateur. L'automatisation des opérations est plus complète Si le positionnement est assuré
par l'un des moyens électroniques décrits ci-dessus : GPS, radioélectrique ou station totale à la
télétransmission du positionnement.

1-1.2Application de la bathymétrie :
Parmi les applications de la bathymétrie, on peut citer :

 Levé des côtes nécessaires à la navigation maritime et aux études pour la


construction des ports et des plates-formes.

 Levé des bassins des ports avant et après dragage pour assurer la sécurité
des navires qui circulent dans les ports et évaluer le volume des dépôts
dragués.

 Levé des fleuves nécessaire aux études des constructions des ponts, aux
installations des stations de pompages...

 Levé des lacs artificiels et naturels pour déterminer l'évolution d'envasement


et la capacité d'emmagasinement des barrages et des lacs.

 Levé bathymétrique en haute mer pour déterminer les limites de juridiction


nationale dans le domaine maritime.

1-1.3Bathymétrie appliquée aux bassins des ports :


L'hydrographie portuaire diffère de l'hydrographie en pleine mer et exige des relevés de
sondage très précis et plus fréquents dans les eaux peu profondes d'un environnement en
changement permanent et des délais extrêmement courts pour l'établissement des cartes.

a) Surveillance hydrographique des chenaux d'accès à des fins de navigation

Page | 47
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
La fréquence avec laquelle les sondages doivent être faits à des fins de navigation dans
un chenal d'accès doit tenir compte de :

 L’importance de la constitution des hauts- fonds, qui peut varier avec la


période de l'année et les conditions hydrométéorologiques. Le nombre de
sondages doit être directement proportionnel â l'importance de ce
phénomène.

 La marge de sécurité entre la profondeur requise et la profondeur effective


du fond.
Plus cette marge de sécurité est faible, plus fréquents doivent être les sondages.

Les divers services impliqués dans la navigation ainsi que dans l'exploitation et l'entretien
du chenal doivent se réunir aussi souvent que possible et rester en contact étroit de manière à
prendre les décisions qui suivent à partir des cartes de sondage :

 Détermination des tirants d'eau des navires admis dans le chenal

 Décision du moment et du lieu du dragage

 Eventuelles modifications à apporter aux aides à la navigation.

b) Surveillance hydrographique des sites de dragage :

Les levés hydrographiques comprenant des mesures de densité, les sondages au sonar
latéral et les détections au magnétomètre constituent d'importants éléments pour
l'entretien des chenaux. En vue d'identifier les obstructions, la zone de dragage doit être
étudiée au sonar latéral en vue de détecter toute protubérance du fond marin qui pouffait
constitué un risque pour les dragues. De même, cette même zone doit être étudiée au
magnétomètre en vue de détecter les câbles téléphoniques et électriques enfouis, les ancres,
épaves et autres corps déposés au fond.

Des levés bathymétriques très précis sont indispensables pour identifier la zone à draguer.
Ces levés antérieurs au dragage doivent être réalisés par un hydrographe expérimenté, dans
la mesure où ils sont essentiels pour la bonne marche des opérations ultérieures sur le site.

En ce qui concerne le suivi des travaux de dragage sur le site, des levés de dragage
intérimaires doivent être réalisés. Ils présentent un intérêt tout particulier pour

Page | 48
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
L’entrepreneur et l'exploitant dans la mesure où ces levés intérimaires peuvent l'amener à
mettre en place une meilleure stratégie de déploiement des dragues sur le site.

Les levés bathymétriques postérieurs au dragage sont eux aussi nécessaires pour
permettre de parachever le travail de dragage et de servir de base de paiement.

Toutes les données bathymétriques sont acquises et stockées sur ordinateur de manière à
permettre leur traitement en vue de calculer les quantités draguées, les quantités à draguer et
d'identifier les secteurs qui doivent encore être dragués par rapport au plan directeur du
projet de dragage et ainsi évaluer le volume de travail à réaliser.

c) Acquisition d'une meilleure connaissance des processus naturels


provocants l'envasement des chenaux

Les nouvelles techniques mises au point dans le cadre de l'hydrographie portuaire ont
permis des levés de sondages fréquents et des comparaisons aisées sur ordinateur entre les
situations du fond en différentes saisons.

Tout ceci permet une meilleure connaissance des phénomènes naturels qui sont à la base
de l'envasement des chenaux.

Ces données complètent celles qui sont produites par les modèles physiques et
mathématiques sur les paramètres hydrauliques qui ont un impact sur l'envasement. A leur
tour, l'ensemble de ces éléments permet une meilleure prévision des périodes d'envasement
et de l'efficience des opérations de dragage par rapport à l'état sédimentaire du site.

Une stratégie d'entretien améliorée peut être fondée sur cette meilleure
connaissance.

1-2 La bathymétrie a DRAPOR :


La bathymétrie est une opération qui relève des activités du centre d'investigation
technique (CIT), elle est exécutée par une unité spéciale (vedette de sondage) équipée de
matériel nécessaire à la collecte des données relatives au sondage et au positionnement :

Page | 49
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
 Le sondage est effectué par un échosondeur à profil avec le nombre
suffisant de rouleaux de bande analogique, et ce pour l’enregistrement
continue des données qui sont également envoyées à un ordinateur pour
l’enregistrement numérique.

 Le positionnement est assuré par un GPS différentiel connecté au


même ordinateur à l’aide d’un logiciel pds2000.

Les mesures de la hauteur sont effectuées sur terre par l’opérateur de l’échelle de marée à
intervalle de temps constant ( toutes les dix minutes ) durant toute la période du levé, de
telles mesures sont saisies manuellement dans un fichier approprié. Quant aux mesures
relatives au sondage et au positionnement ils sont pris en fonction du temps pour pouvoir
réaliser leur synchronisation avec les valeurs de hauteurs d’eau.

Le traitement des données est automatique, il est fait par le logiciel DALI. On introduit les
lectures de marées en premier lieu et l'enregistrement des données sur le terrain est fait d'une
manière continue, On compare les échos grammes avec le profil de fond défini après
sélection des sondages et on corrige les anomalies provenant de trois contraintes extérieures
lors de l’exécution du levé bathymétrique :

1. L’effet de squatte dû à la vitesse.


2. Le roulie et le tangage.
3. La houle.
Une telle correction est effectuée automatiquement par le lissage informatisé simple sur les
sondes numérisée par le lissage manuel de l’écho gramme, dans ce cas la détermination des
anomalies se fait par la comparaison avec l’enregistrement analogique des sondes.

En fin, l'édition est également automatique elle est faite par un traceur à jet d'encre qui
assure un traçage rapide et d’une grande précision.

2 Préparation et exécution d’un projet de dragage :


D’une manière détaillée les différentes entités de la direction de l’exploitation sont
chargées de l’accueil des demandes des clients, la planification des travaux, l’organisation,
l’exécution, le soutien, le contrôle et l’évaluation

Page | 50
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-1 Planification et conception de projet :

Lors de la planification on doit tenir compte de plusieurs points tels que :

 L’analyse de coût et bénéfices de chaque variante

 L’évaluation d'une manière adéquate les conséquences environnementales à


court et à long terme

L’existence des données adéquates : Hydrographie, morphologie, géologie, météorologie


géographique …Ces données sont essentielles pour la réalisation des scénarios d'exécution,
méthodes d'excavation, impact sur l'environnement, estimation des coûts

 Les exigences telles que : Précision, délai... .

 Prendre en considération la minimisation des coûts de transport des


matériaux dragués, l'impact de la météorologie, l'état de la mer.

2-1.1Collecte des données :

La phase de la planification nécessite la collecte du maximum d'informations qui permet de


concevoir un projet de dragage d’une façon optimale sur les plans techniques, économiques
et environnementaux. Il faut choisir des options qui présentent les meilleures garanties pour
une réalisation efficace et acceptable en ce qui concerne l'extraction, le transport et la mise en
dépôt des déblais et éventuellement le prétraitement, le traitement et la valorisation des
produits.

Pour optimiser la planification d'un projet de dragage, il faut disposer de toute


l'information relative au site, à l'équipement existant, à l'historique de l'activité de dragage et
aux prévisions des conditions hydrométéorologiques

2-1.2Caractérisation des matériaux :

La planification d'un projet de dragage doit tenir compte de la qualité et des propriétés des
matériaux qui seront excavés. Ces paramètres orienteront le choix des options de

Page | 51
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Réalisation et permettront de concevoir un projet qui tient compte aussi bien des
impératifs techniques que des contraintes économiques et environnementales.

2-1.3Les principaux documents :

La carte topographique du site, la carte marine, les levés bathymétriques récents, les plans
côté du voisinage, les plans d’ensemble du site, le plan des ouvrages de navigation et les
études sédimentologies. En plus de ces documents, un certain nombre d’information est aussi
nécessaire pour la planification du projet telles que : statistiques du dragage, statistiques de la
météorologie, disponibilité des équipements et leurs états de fonctionnement.

2-2 Conception du projet :

2-2.1 Excavation et transport des matériaux :

Il existe une variété d’engins et de moyens qui peuvent être utilises selon les spécifications
du projet .Aucun engin ni méthode d’exploitation ne peut être utilisé pour n’importe quel
projet de dragage.

Les facteurs qui influencent le choix des équipements de dragage sont de trois types :

 Les facteurs techniques: Volume à excaver, granulométrie des


matériaux, Consistance des matériaux (cohésion, densité,..), Précision
d'exécution des travaux, météo, distance séparant le site de dragage et le site
de mise en dépôt. .. ;

 Les facteurs économiques : Coût, disponibilité des équipements,


contrainte de temps pour la réalisation du projet.

 Les facteurs environnementaux : nature et degré de pollution des


sédiments à draguer, exigences sur le plan de la santé du personnel opérant,
la présence et la proximité d'éléments sensibles du milieu

Page | 52
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
naturel (aires de reproduction, d'élevage ou d'alimentation pour la faune
aquatique, ou terrestre)

Le transport est une partie intégrale du processus du dragage. Il est déterminé en fonction
de l'équipement utilisé et des options de mise en dépôt disponibles. Certains engins
hydrauliques utilisent des conduites flottantes pour acheminer les matériaux vers les sites de
dépôt mais pour de longues distances, il faut prévoir des stations relais de pompage. Les
dragues mécaniques doivent utiliser des chalands pour le transport. Le coût de l'opération
peut varier selon que l’on utilise le pompage ou les chalands.

2-2.2Mise en dépôt des matériaux :

L'ultime étape du dragage est le dépôt des matériaux, la valorisation et le rejet. Plusieurs
modes de dépôt sont utilisés en tenant compte d'un certain nombre de facteurs :

 Accessibilité au site de travail

 Type d‘engin net du système de transport

 Etat de contamination des matériaux

 Coût

 Facteurs environnementaux.

Il est toujours souhaitable de réutiliser les produits de dragage pour des objectifs
bénéfiques. Ces derniers peuvent être : la création de nouvelles terres, l'utilisation pour la
construction, la création des habitats, le chargement des plages. La valorisation des produits
de dragage permet de réaliser des bénéfices pouvant réduire les coûts de dragage pour des
objectifs de navigation.

2-2.3Détermination des zones d’intervention

La commande du client définie les ouvrages à traiter et les côtes d’exploitation respectives.
La comparaison de la bathymétrie avant dragage la plus récente des ouvrages et des cotes
prédéfinies, détermine les zones d’intervention à l'intérieur des ouvrages.

Page | 53
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

2-2.4Evaluation des quantités à draguer :

Cette opération consiste à calculer les volumes des sédiments à excaver d'un site donné. Le
calcul se fait sur la base du levé bathymétrique avant dragage et des côtes d'exploitation de
chaque ouvrage.

Etant donné que les ouvrages de navigation n'ont pas forcément les mêmes côtes, le calcul
de volume doit se faire ouvrage par ouvrage. Pour ceci, il est toujours nécessaire de redéfinir
les limites de l'ouvrage pour limiter la zone de calcul. Cette méthode est très longue et
répétitive

2-2.5Choix des zones de stockage :

La détermination des zones de dépôt à terre des produits dragués destinés à la


commercialisation doit se faire de façon à minimiser les coûts, les interventions et favoriser
l'exploitation.

Le choix du site de dépôt est fait sur la base de la consultation des cartes topographiques,
des documents cadastraux et des visites de confirmation sur le site. Aussitôt que les zones
potentielles sont localisées, des investigations pour l'obtention des autorisations d’occupation
temporaire et/ou d'exploitation sont entreprises auprès des propriétaires.

Pour optimiser l’exploitation d’une zone de dépôt, le choix doit tenir compte de certains
paramètres importants tels que : la différence d’altitude entre la zone choisie et le site de
dragage ce qui influence le rendement et la nature du sol qui peut influencer l’évaluation des
stocks par des effets d’entassement. Le choix du site d’influencer l’évaluation des stocks par
des effets d’entassement. Le choix du site de dépôt doit tenir compte aussi des capacités de
l’engin de dragage.

2-2.6Choix des zones de rejet en mer :

Page | 54
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Le site de rejet en mer est généralement prédéfini par le client en concertation avec la
société en se basant sur les expériences vécues. Cette façon d'agir pourrait avoir un impact
négatif sur l'environnement. En effet, le mauvais choix de ces zones pourrait être la cause de
destruction de la faune et des habitats aquatiques

Ainsi, le choix de ces zones doit se faire sur la base d ‘une information résultante d'une
intégration des données sur la nature des matériaux, le volume à déposer, les cartes de pêche
et la localisation des vies aquatiques (faune et flore)

2-2.7L’évaluation des projets :

L’évaluation doit refléter la conformité ou les écarts entre les réalisations et les objectifs
arrêtés. De ce fait, après l'achèvement d'une compagne, une comparaison entre le levé
bathymétrique après dragage, les objectifs et le levé bathymétrique avant dragage est faite
pour définir les zones correctement draguées, dans les tolérances, les zones sur draguées, les
zones sous/ou non draguées et les zones ensablées.

2-3 Exécution du projet :


On distingue trois types de dragage :
 Le dragage d’entretien ou il s’agit de maintenir une profondeur donnée
dans les chenaux et dans les bassins en présence d’une sédimentation locale.
les cotes entretenues sont faiblement surabondantes et ces dragages sont à
intervalles réguliers.
 Les dragages d’approfondissement ou des travaux neufs qui
permettent d’augmenter les profondeurs existantes de créer et d’élargir les plans
d’eau.
 Les dragages à extraction de matériaux.

2-3.1Techniques spéciales de dragage :


a-1 Dragage par agitation :

Dans des conditions particulières et en fonction des courants de marées, il peut être utile
d’agiter le matériau de sédimentation au moyen du bec aspirateur ou, toujours en

Page | 55
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
fonction des courants, de remettre directement les sédiments en circulation dans la mer.

a-2 Dragage par exploitation des courants de marées :

Il s’agit ici d’utiliser les courants de marées en vue du transport par ceux-ci des matériaux
vaseux remis en circulation par agitation vers des zones ou la profondeur d’eau est suffisante.
Ces méthodes exigent la présence d’un chenal permettant de concentrer les courants en vue de
susciter une vitesse suffisante pour assurer le transport des matériaux vaseux.

a-3 Barre niveleuse :

Le dragage par excavation fait appel à des équipements excavateurs spéciaux traînés par
remorqueur et qui remuent mécaniquement le sol

a-4 Technique de l’injection :

Le processus d’agitation peut être amélioré par application d’eau sous pression ou d’air
comprimé. Une modalité sophistiquée de ces méthodes est la « fluidification du sol » au
moyen d’eau sous pression. Cette méthode fait appel à la capacité naturelle d’un courant à
transporter des particules de sols.

L’ensemble de ces méthodes mentionnées dans cette section ne peuvent généralement


être utilisées que dans des chenaux ou des passes navigables relativement étroites.
Une fois l’opération de dragage est achevée, il y a production d’une certaine quantité de
produits de dragage. Ils sont évacués par diverses méthodes soit par le refoulement soit par
des barges soit dans le cas de drague porteuse automotrice par la drague elle-même. Dans le
cas de refoulement et lorsque la puissance de la pompe ne permet pas d’atteindre le site de
dépôt, on doit introduire un poste-relais de pompage qui consiste en une pompe centrifuge
placée à terre ou sur un ponton.

Page | 56
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

Figure 1.16: Poste-relais de pompage flottant

Si on évacue les produits au moyen de chalands, on peut le faire par trois types de
chaland :

Le chaland à ouverture fixe est le type le plus simple de chaland non équipé de clapets et
qui doit être déchargé au moyen d’une drague déchargeuse de chaland ou d’une drague à
benne preneuse.

Le chaland à ouverture longitudinal se substitue de plus en plus au chaland à clapets pour


assurer les mêmes missions que lui.

Figure 1.17 : Chaland à ouverture longitudinale

Page | 57
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
2-3.2 Exemple d’une drague aspiratrice en marche :

Une fois la phase de la bathymétrie ait pris fin, le volume à extraire et la nature du sol à
draguer, il reste à choisir la drague la plus adéquate pour effectuer le travail.

On suppose qu’en fonction de la nature et le volume du sol, la drague aspiratrice ne


marche s’est avérée la plus efficace pour le site en question.

Afin de mener à bien une opération de dragage, il faut que la drague soit équipée d’un
certain nombre d’instruments, et la drague n’a rien à envier aux navires marchands.

En effet, en ce qui concerne les apparaux de navigation, on trouve :

Le radar, le GPS, le compas gyroscopique, le compas magnétique, les VHF, un


équipement GMDSS, en plus de ces équipements, des systèmes informatiques d’aide pour le
dragage et pour l’envoi des rapports quotidiens.

 Le déroulement de l’opération se fait en trois étapes : La reconnaissance de


la zone à draguer

 Le dragage proprement dit

 Le clapage des produits dragués.

La reconnaissance se fait au moyen des plans établis par la centre d’investigation


techniques, l’importance du GPS se manifeste dans cette étape car c’est grâce à lui qu’on se
positionne sur la zone avec la plus grande précision possible, mais on peut aussi s’orienter
par des amers des balises. Dans le cas des chenaux un système informatique nous permet de
suivre l’évolution de la drague sur le chenal.

Une fois la zone est reconnue la drague utilise ses moyens de propulsion pour se
mouvoir, lorsqu’on atteint ladite zone, la vitesse de la drague est réduite au minimum dans
le but de permettre au dragueur, qui est sans le moindre doute, un élément indispensable
dans la bonne exécution de l’opération de déployer l’élinde.

Le commandant l’aide dans cette tâche en manœuvrant la drague de telle sorte à ce que
le bec de l’élinde croche le fond, une étroite coopération entre les deux est la meilleure gage
pour réussir l’opération.

Des systèmes aident le dragueur pour savoir la profondeur du bec.

Page | 58
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
La pompe de dragage est bien évidemment actionnée dès l’appareillage, le mélange
d’eau et de sable est refoulé vers le puits de la drague, pour un dragueur expérimenté, la
couleur du mélange suffit pour en connaître sa teneur en sédiments. Sinon on peut se référer
au densimètre pour vérifier et ajuster la position de la crépine jusqu'à obtention d’une
teneur optimale.

C’est le début d’un voyage, et il faut en noter l’heure et la minute.

L’opération se poursuit durant quelques heures, une vigilance particulière est a adopter
car contrairement à ce qu’on peut croire, le dragage exige une grande précision.

En effet, le dragueur surveille en permanence l’élinde car si celle-ci s’engage sous la


drague les conséquences peuvent en être catastrophiques. De plus le dragage se fait dans
des zones étroites et des chenaux de navigation donc le commandant doit être prêt à
manœuvrer a tout moment soit pour ajuster la position de la drague surtout en cas de fort
courant, ou pour dégager le chemin d’un autre navire qui s’apprête à emprunter dans le
chenal.

Au moment où le commandant estime que la drague est pleine, il ordonne au dragueur


d’enlever l’élinde, c’est la fin du voyage, en note l’heure et la minute comme pour le début

Pour connaître avoir le volume des produits dragués, on calcule l’ullage aux coins du
puits et on fait la moyenne, avec la valeur trouvée, on entre dans un livre qui donne pour
chaque ullage le volume correspondant.

L’ullage c’est la distance séparant la surface des produits dans le puits et structure
inférieure du pont au niveau du puits.

On arrive à la dernière étape qui consiste à rejeter les produits dragués au large ; la drague
aspiratrice est automotrice, le lieu où on se débarrasse des produits de dragage s ‘appelle le
site de clapage .Il existe plusieurs méthodes pour vider le puits soit la drague est à ouverture
longitudinale, ce qui veut dire qu’elle s’ouvre jusqu'à un angle de 40 ou 50 degrés, quand on
doit effectuer cette opération une alarme sonore retentit dans tous les locaux pour mettre en
garde tout l’équipage et lavant d’ouvrir il faut que la drague s’oriente de sorte à ce que son
avant soit en apposition par rapport à la direction de propagation des vagues, et ce dans le but
d’éviter des dommages à la structure du navire.

Page | 59
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
Ainsi le voyage prend fin et l’opération se répète.

Chapitre III : Règlementation

Les opérations relatives au dragage des sédiments et à leur immersion ou dépôt à terre sont
soumises à des autorisations délivrées par les préfets. Elles sont basées sur des dispositions
réglementaires adoptées au niveau international dans le cadre de conventions internationales
et sur la loi marocaine.

1 Gestion des sédiments portuaires :


Les millions de mètres cubes de sédiments dragués annuellement dans les ports
proviennent soit de l'entretien régulier des chenaux, soit d'opérations de restauration des
niveaux d'eau dans des darses ou bassins plus ou moins exposés aux apports polluants. Il en
résulte une contamination variable des sédiments qui nécessite des procédures de gestion
adaptées.

1-1 La caractérisation des sédiments :


Elle prend en considération les propriétés physiques, chimiques et l'estimation des effets
biologiques potentiels des sédiments. À ce titre sont déterminés :

- la granulométrie à partir du pourcentage relatif des fractions sableuses, limoneuses et


argileuses ;

- la densité ;

- les pourcentages de solides (matières sèches) et matières organiques (carbone organique


total) ;

- les teneurs en cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc et


polychlorobiphényle dans la fraction inférieure à 2 mm du sédiment total.

En fonction des sources de pollution identifiées dans les zones concernées, des paramètres
complémentaires peuvent être déterminés, tels que les concentrations en hydrocarbures
aromatiques polycycliques (HAP), pesticides organochlorés (HCH, DDT), organoétains
(TBT), dioxines chlorées (PCDD, PCDF).

Page | 60
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
La toxicité potentielle des sédiments est estimée à partir de tests de laboratoire dont
certains sont réalisés sur des lixiviats obtenus par agitation du sédiment en présence d'eau de
mer.

1-2 Traitement des sédiments :


Ce sont des particules solides déposées au fond d'un plan ou d'un cours d'eau. Un sédiment
se caractérise essentiellement par :

 sa granulométrie
 sa composition minérale
 sa teneur en eau et en matière organique.

Les principaux signes de dysfonctionnement sont :

 des inondations dues à l'envasement et à l'encombrement du lit ;


 la navigation gênée ou rendue impossible par l'envasement ;
 l'envahissement du lit d'un cours d'eau par la végétation des berges ;
 la prolifération d'algues et de plantes aquatiques ;
 l'encombrement du lit par des dépôts divers (flottants, encombrants, vase
affleurant.. .);
 la divagation du cours d'eau ;
 l'effondrement des berges.

Le traitement des sédiments :

Il y a plusieurs types de traitements qui sont réalisés généralement sur des aires aménagées et
étanches :

 Prétraitement par déshydratation par filtre presse, centrifugation et tri


granulométrique. Cette première étape a pour but de réduire le volume des
sédiments afin d'améliorer leur qualité et de faciliter les autres étapes du
traitement,
 Traitement par lavage. Il concerne les sédiments ayant une
granulométrie suffisante (sable).

Page | 61
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
En cas de contamination des sédiments, une autre série de traitements est effectuée.

 Traitement chimique. Il a pour objectif d'extraire ou de fixer les métaux, soit


de détruire les micropolluants organiques,

 Techniques végétales. C'est une voie nouvelle, qui consiste à utiliser des
plantes pour la gestion ou la décontamination de sites pollués par les
métaux entre autres. Elle peut se faire soit par phytoextraction (métaux
extraits par des plantes accumulatrices qui doivent être détruite après
l'opération), soit par phytostabilisation (immobilisation des métaux dans le
sol par des végétaux spécifiques pour empêcher la dispersion de la
pollution),
 Traitement biologique. Cette technique utilise des micro-organismes pour
dégrader les micro-polluants organiques ou pour accélérer la
décomposition naturelle des contaminents organiques,
 Traitement physique. L'opération consiste à concentrer les polluants par
des procédés physiques (centrifugation, pyrolyse, filtration ou hausse de
pression), pour confiner les matières polluantes,
 L'inertage : Dans ce traitement, des liants chimiques sont introduits
dans les sédiments pollués pour éviter leur migration,
 L'incinération. Les sédiments sont analysés, puis on évalue leur aptitude à
l'incinération, en fonction de leur teneur en éléments indésirables (soufre,
métaux...)

2 Dispositions international :
Les dispositions qui régissent les immersions de matériaux de dragage résultent, dans une très
large mesure, des résultats des travaux menés :
 au plan mondial, par la convention de Londres du 29 décembre 1972 sur la
prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion des déchets ;
 au plan régional, dans le cadre de la convention d'Oslo du 15 février

Page | 62
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
1972 pour la prévention de la pollution des mers par les opérations d'immersion, à
laquelle s'est substituée, depuis le 25 mars 1998, la convention de Paris du
22 septembre 1992 pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du
Nord-Est

2-1 Conventions de Londres :


D'une approche comparable, le « cadre pour l'évaluation des déblais de dragage », adopté
le 8 décembre 1995 par les parties contractantes à la convention de Londres, se substitue aux
« directives relatives à l'application des annexes au rejet des déblais de dragage » adoptées par
la résolution LDC.3 (10) de 1986.
Le cadre pour l'évaluation des déblais de dragage de la convention de Londres définit, mais
non nécessairement de manière détaillée, les éléments pratiques de base devant être pris en
compte pour déterminer les conditions dans lesquelles des déblais de dragage pourraient (ou
non) être déposés en mer. Sont ainsi notamment considérés les caractéristiques physiques,
chimiques, biologiques des déblais de dragage, les modes de valorisation éventuellement
existants, les critères d'ordre écologique, économique ou pratique liés au choix du site
d'immersion ainsi que les conséquences probables de l'option d'élimination retenue
(l'hypothèse d'impact).
Il arrive en outre, en fonction de teneurs limites, de réactions biologiques, de normes de
qualité de l'environnement, de critères de flux ou d'autres valeurs de référence, un mécanisme
de déclenchement de décisions, applicable à l'échelon national ou régional, qui repose sur
l'existence de trois niveaux :
 un niveau inférieur correspondant à des déblais généralement considérés
comme présentant peu de danger pour l'environnement ;
 un niveau supérieur correspondant à des déblais qui devraient généralement
être considérés comme ne se prêtant pas à une évacuation en mer ;
 entre ces deux niveaux, un niveau correspondant à des déblais qui devraient
faire l'objet d'une évaluation plus approfondie avant que l'on puisse
déterminer s'ils se prêtent ou non à une évacuation en mer.
Sont considérés comme susceptibles d'être exemptés du processus de caractérisation
physique/chimique/biologique, mais non des autres procédures décisionnelles, les déblais de
dragage extraits d'un lieu situé à l'écart des sources

Page | 63
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »
existantes et historiques de toute pollution appréciable, ou essentiellement composés de sable,
gravier ou roche, ou composés de matériaux géologiques jusqu'alors intacts.

2-2 Conventions de paris :


Conçues pour que la gestion des activités de dragage s'effectue dans des conditions telles
que la pollution de la zone maritime soit empêchée, les « lignes directrices OsPar sur la
gestion des matériaux de dragage », adoptées le 24 juillet 1998 par les ministres chargés de
l'Environnement des États signataires de la convention de Paris du 22 septembre 1992 pour la
protection des eaux de l'Atlantique du Nord-Est, se substituent aux « lignes directrices de la
commission d'Oslo sur la gestion des activités de dragages en milieux marins ou estuariens »
de 1993.
Les lignes directrices OsPar sur la gestion des matériaux de dragage définissent notamment
les conditions dans lesquelles doivent s'effectuer, sur les sites de dragages, les prélèvements
d'échantillons et les analyses de sédiments.
Elles sont exemptes de toute obligation d'analyse et, partant, de tout contrôle, moyennant
cependant le respect des dispositions prévues concernant la protection du milieu, pour :
 les matériaux de dragage dits « naturels » composés essentiellement de
sable, de gravier ou de roche ;
 les matériaux de dragage composés de matériaux géologiques jusqu'alors
intacts ;
 en l'absence de sources appréciables de pollution (point qui doit être étayé
par des informations disponibles prouvant, dans la mesure du possible, que
les matériaux de dragage n'ont pas été contaminés), les matériaux de
dragage qui, en quantités, ne dépassent pas 10 000 t par an et proviennent de
petites opérations de dragages isolées (dragage de petits ports de plaisance
ou de pêche).
Peuvent être également exemptées des quantités plus importantes de déblais dans la mesure
où le matériau dont on envisage le dragage et l'élimination en mer est éloigné de toute source
connue, existante et historique de pollution.

Page | 64
p
Le dragage portuaire :
Cas de drague aspiratrice en marche «Hopper
Dredger »

CONCLUSION :

Les impacts des opérations de dragage et d'immersion des boues de dragages sur
l'environnement côtier sont spécifiques du site où se déroulent ces opérations. Cela signifie
que les résultats des études réalisées sur un site ne peuvent généralement pas être appliqués
sur un autre site. Il n'existe donc pas de procédure simple pour sélectionner une méthode
permettant à coup sûr d'immerger des déblais contaminés sans risque pour l'environnement.
Cependant, au travers des études réalisées jusqu'ici, il apparaît que le rejet en mer semble une
solution plus sûre que les rejets à terre quant aux risques pour l'environnement.
La problématique des dragages est, à l’heure actuelle, en pleine évolution et les techniques
usitées doivent faire l’objet d’adaptations afin d’intégrer les considérations
environnementales dans la dynamique mondiale.

Si le dragage reste une activité nécessaire à la vie normale des ports, il doit donc être
organisé de façon à limiter les atteintes à l’environnement. Choisir une filière de destination
des déblais extraits revient donc à faire une évaluation des risques et à définir la capacité
d’acceptation du site de destination ou de la filière d’élimination.

Or, actuellement les filières à terre ne sont pas encore organisées pour accepter de telle
quantité de déchet et il reste encore des points environnementaux à lever avant d’aller dans
des filières opérationnelles de valorisation.

II est donc bien nécessaire de lancer des réflexions de mutualisation de moyens et de gestion
sur un même territoire des sédiments contaminés. C’est l’exemple du Département du Var
qui s’est engagé dans un choix de schéma départemental pour une gestion
environnementale des sédiments marins dragués, certains scénarii pouvant se conduire avec
des objectifs de valorisation/réemploi maximum au travers de plate-forme de tri, de
conditionnement et de regroupement des sédiments dragués. La mutualisation semble
également permettre un accès plus facile aux subventions éventuelles de la région pour la
gestion de ce type de déchets.

Page | 65

Vous aimerez peut-être aussi