Vous êtes sur la page 1sur 8

Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

Transferts thermiques

Introduction
Lorsque deux systèmes sont portés à des températures différentes, le système le plus chaud
cède de la chaleur au système le plus froid. Il y a un échange thermique ou encore un transfert
thermique entre ces deux systèmes. Jusqu’à présent, on ne s’intéresse que de l’état initial et
l’état final du système à l’équilibre sans se préoccuper de l’évolution de celui-ci entre ces
deux états. Ce transfert thermique entre deux états d’équilibre est caractérisé par l’évolution
de la température en temps et en espace. Dans ce chapitre on va s’intéresser aux différents
modes mis en jeu du transfert thermique et de déterminer quantitativement comment varie la
température en chaque point du système au cours du temps.

Définitions
Corps homogène
Un corps est dit homogène s’il est de structure uniforme. Ses propriétés physiques (variables
d’état en thermodynamique, indice de réfraction en optique, propriétés mécaniques en
sciences des matériaux, …) sont uniformes et constantes en tout point.

Corps isotrope
Un corps est dit isotrope si ses propriétés physiques restent invariables suivant les axes de ce
corps. On dit qu’il n’y a pas d’axes privilégiés. Au contraire, un corps est anisotrope si ses
propriétés physiques dépendent de l’orientation de ce corps. Un exemple d’utilisation des
corps anisotropes dans le domaine électronique, on se sert d’un positionnement de ce type de
matériaux de telle manière à évacuer la chaleur.

Surfaces isothermes
Les surfaces isothermes sont des surfaces où le champ de température T(x, y, z, t) est constant
en tout point à un instant donné.

Deux surfaces isothermes ne peuvent se couper, sinon on aurait deux températures différentes
en un même point, ce qui est physiquement impossible.

Gradient de température
Le gradient de la température est un vecteur qui caractérise en un point donné la variation
spatiale du champ de température. Ce vecteur est en tout point normal à la surface isotherme
passant par ce point.

Flux de chaleur à travers une surface

1
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

Le flux de chaleur est la quantité d’énergie transférée sous forme de chaleur qui traverse une
surface S pendant une unité de temps dt. C’est une puissance (débit de chaleur) exprimée dans
le système d’unités international en Watt noté W (J/s). C’est une grandeur qui permet de
connaitre la rapidité avec laquelle l’énergie est échangée. On l’exprime par :

Φ=

Densité de flux de chaleur – flux surfacique


La densité de flux de chaleur correspond à la puissance thermique par unité de surface
isotherme. Son unité est (W.m-2). Elle est exprimée pour une surface perpendiculaire au flux
de chaleur par :

Φ
�= =


Dans le cas où le flux est homogène en tout point de la surface, on peut écrire : � =

Régime permanent
Un régime est dit permanent si la répartition des températures en tout point du domaine
d’étude est indépendante du temps.

Régime transitoire
Dans ce régime, soit la température n'a pas atteint une valeur d'équilibre, soit elle varie
périodiquement dans le temps. En d’autres termes, la température varie en fonction du temps.

Différents modes de transfert de chaleur – Bilan thermique


Le transfert de la chaleur d’un point à un autre peut se faire selon trois modes différents : par
conduction, convection et rayonnement.

Pour déterminer quantitativement le champ de température dans un système Σ Il faut tout


d’abord le définir en précisant ses limites dans l’espace et il faut ensuite établir l’inventaire
des différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système et qui peuvent être :

2
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

Σ
Φ Φ�
Φ� Φ�

Système et bilan énergétique

Φ : Flux stocké

Φ� : Flux généré

Φ� : Flux de chaleur entrant

Φ : Flux de chaleur sortant

Le bilan énergétique dans un système s’exprime par la somme des flux de chaleur reçus est
égale à la somme des flux cédés

Φ� + Φ� = Φ + Φ

Transfert thermique par conduction


La conduction est le mode de transfert de chaleur existant dans un milieu sous l’effet d’un
écart de température entre deux points ou deux régions, sans qu’il y ait déplacement apparent
de la matière.

La conduction thermique se fait par le transfert de l’agitation thermique de proche en proche.


Les métaux sont des meilleurs conducteurs thermiques. Le bois, la laine de verre ou l’air sont
des mauvais conducteurs, on les utilise comme isolants thermiques.

Loi de Fourier
Le transfert de chaleur par conduction se base sur une formulation locale dite de Fourier qui
repose sur la proportionnalité entre la densité du flux thermique et le gradient de température.

� ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗ = −��

D’après cette loi on peut conclure que la densité de flux thermique est perpendiculaire aux
surfaces isothermes.

Dans le cas d’un problème à une dimension suivant un axe x elle est réduite à :

3
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed


� = −�
��
� : Conductivité thermique caractéristique du milieu exprimée en . − . � − .
Elle caractérise l’aptitude d’un matériau à permettre le transfert thermique par conduction.
 Un matériau sera considéré comme un isolant si sa conductivité thermique est
inférieure à , . − . �−
 Un matériau sera considéré comme conducteur si sa conductivité thermique est
supérieure à . − . �− .


La quantité −� � représente la quantité de chaleur traversant la surface S pendant dt.
��

Équation de la chaleur par conduction


Considérons un élément de volume d’une plaque en fer homogène et isotrope, de surface de
base S, de hauteur dx et de masse = � �. On suppose que les bords du cylindre sont
calorifugés. on suppose que cette plaque est de conductivité thermique �, de capacité
thermique massique c supposée constante.

Dans cet exemple on se restreint à la conduction de la chaleur unidirectionnelle suivant l’axe


des x, axe du cylindre.

Un flux de chaleur � � entre par la surface gauche S(x) de la plaque et en sort la quantité
� � + � par la surface droite S(x+dx). La variation de la quantité de chaleur entre l’instant
t et l’instant � + � est (� � − � � + � ). . � qui sert à chauffer (refroidir) l’élément
de volume en absorbant (cédant) la quantité de chaleur . . .

. .

� � . . � � �+ � . . �

En faisant le bilan énergétique à la plaque en absence de toute source interne de chaleur :


� �+ �

⏟� = Φ + Φ
Φ� + Φ
=

4
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

(� � − � � + � ). . � = � �. .

�� �
− �. . � = � �. .
��
�� � �
− =�
�� ��
D’après la loi de Fourier et en considérant que la conductivité thermique est constante :
� �, �
� = −�
��
� �, � � �, �
� =�
�� ��
� �, � � �, �
=�
�� ��
C’est l’équation de propagation de la chaleur à une dimension en régime transitoire, le rapport

�= regroupant les coefficients thermophysiques s’appelle coefficient de diffusivité
��
thermique qui caractérise la vitesse de propagation d’un flux de chaleur à travers un matériau.
Il s’exprime dans le système international en / .

Régime permanent –cas d’un mur plan


On considère un mur d’épaisseur , de conductivité thermique � et de grandes dimensions
transversales dont les faces extrêmes sont à des températures T1 et T2 :

En régime permanent la variation par rapport au temps de tout paramètre est considérée nulle.

La densité du flux thermique est constante en régime permanent.

L’intégration de la loi de Fourier pour le mur d’épaisseur et dont les faces sont portées
respectivement aux températures et donne l’expression de la densité de flux :


�=�

Le flux de chaleur sera donc :


Φ= −

Le flux de chaleur représente la quantité de chaleur transférée par seconde d’une extrémité
de la plaque à l’autre, c’est donc une puissance exprimée en Watt.

L’écriture du flux de chaleur sous la forme ci-dessus nous ramène à faire l’analogie avec la loi
d’Ohm en électricité − = � � . Pour faire apparaitre la résistance thermique d’un
milieu, on écrit l’expression du flux thermique sous la forme :

5
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

− = ℎΦ

� −
ℎ = : est la résistance thermique exprimée en �.
��

On se ramène au schéma équivalent d’un mur simple :

Profil de température à travers un mur en régime permanent

L’équation de la chaleur en régime permanent est :

=

Le profil de température dans ce cas est linéaire. � = � +
Les coefficients a et b sont déterminés à partir des conditions aux limites :

= et = ⟹ = et + = ⟹ = �

La température s’écrit donc :



� = �+

Les isothermes sont des plans parallèles aux faces de la plaque.

On voit que la répartition de température est indépendante de la valeur du coefficient de


conductivité thermique �, donc indépendante de la nature du matériau qu’il soit conducteur ou
isolant.

Mur en contact avec un fluide en écoulement

On considère un mur dont l’une de ses faces externes est en contact avec un fluide en
écoulement.

La frontière en x = 0 est maintenue à température constante, .

6
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

La frontière en x = e est soumise à un flux convectif dû à l’écoulement du fluide, caractérisé


par le coefficient d’échange convectif, h. La température du fluide loin du mur est connue,
égale à ∞ .

Transfert thermique par convection


C’est le transfert de chaleur entre un solide et un fluide, l’énergie étant transmise par
déplacement du fluide. Le mouvement du fluide peut avoir deux causes. Ou bien il est imposé
de l’extérieur par une machine (pompe, ventilateur, compresseur) ; c’est la convection forcée.
Ou bien le contact du fluide avec la surface du solide (paroi) plus chaude ou plus froide crée
des différences de masse volumique, génératrices de mouvement au sein du fluide ; c’est la
convection naturelle.

Phénomène de convection dans un liquide

Ce mécanisme de transfert est régi par la loi de Newton Φ=ℎ � −

Φ : Flux de chaleur transmis par convection



h : Coefficient d’échange convectif . . �−

� : Température de la surface du solide �

7
Thermodynamique – ESTM TAMANI Mohammed

: Température du fluide loin de la surface du solide �

S : aire de la surface de contact solide/fluide

La valeur du coefficient de transfert de chaleur par convection h est fonction de la nature du


fluide, de sa température, de sa vitesse et des caractéristiques géométriques de la surface de
contact solide/fluide.

Transfert thermique par rayonnement


C’est un transfert d’énergie électromagnétique entre deux surfaces (même dans le vide), c’est
une transmission d’énergie à distance, entre deux corps par un milieu matériel ou du vide.
C’est le cas de l’énergie qui nous vient du soleil. Qui est basée sur la propriété suivante : tout
corps émet des particules désignées par “photons” ; ce sont des particules sans masse et
transportent une énergie qui dépend de leur longueur d’onde, elles se déplacent à la vitesse de
la lumière. Un corps C émettant des photons dans toutes les directions possibles, certains
d’entre eux sont reçus par l’autre corps C’ et éventuellement absorbés, totalement ou
partiellement. Bien entendu, le corps C’, émet aussi des photons dont certains seront reçus et
absorbés par C. le bilan net se traduit par un échange d’énergie entre C et C’.
4 4
Ce type de transfert est régi par la loi de Stefan Φ = ��� � −

Φ : Flux de chaleur transmis par rayonnement


−8 −
� : Constante de Stefan , . . . � −4

� : Température de la surface �

: Température du milieu environnant la surface �

S : aire de la surface

�� : Émissivité du corps < �� <

Ce facteur dépendant de la surface est égal à 1 pour les corps qui absorbent toutes les
radiations (Corps noirs).

Applications
Dans notre vie quotidienne on cherche toujours à réduire les pertes thermiques en limitant la
transmission de chaleur.

Parmi ces techniques, et dans le domaine de l’habitat, on procède à l’isolation thermique. On


utilise entre autres la laine de verre et les fenêtres à double voire triple vitrage pour réduire les
pertes thermiques d’une maison.

Même pour les êtres vivants comme chez les animaux et les oiseaux exposés à un
environnement froid, la fourrure ou le plumage servent d’isolation thermique.

Vous aimerez peut-être aussi