Vous êtes sur la page 1sur 12

Compte rendu

Visite Général béton


Réalisé par : Bendaoud Nawres
2021/2022
Sommaire

I. INTRODUCTION GÉNÉRALE

II. DÉFINITION

1. CAPACITÉ DE CENTRALE

2. CAPACITÉ DE TOUPIE

III. LES ESSAIS DE LABORATOIRE DE LA CENTRALE

1. ANALYSE GRANULOMÉTRIQUE PAR TAMISAGE

a. Références

b. Principe de l’essai

c. Appareillage

d. Préparation des prises d’essai

e. Mode opératoire

2. RÉSISTANCE À LA COMPRESSION DES ÉPROUVETTE

a) Références

b) Principe

c) Appareillage

d) Mode opératoire

3. ESSAI D’AFFAISSEMENT

a. Référence

b. Principe

c. Appareillage

2
d. Mode opératoire

e. Expression des résultats

4. EQUIVALENT DE SABLE

a. Référence

b. Objectif

c. Réactif

d. Préparation des prises d’essai

e. Généralités

f. Mode opératoire

g. Calcul et expression des résultats

5. DÉTERMINATION DE LA TENEUR EN EAU

a. Référence

b. Principe

c. Appareillage

d. Préparation de la prise d’essai

e. Mode opératoire

f. Calcul et expression des résultats

3
Liste des figures
FIGURE 1:CENTRALE BÉTON

FIGURE 2:SÉRIE DES TAMIS

FIGURE 3:MACHINE DE COMPRESSION

FIGURE 4:DES ÉPROUVETTES CUBIQUES

FIGURE 5:CÔNE D’ABRAMS

FIGURE 6:CYLINDRES GRADUÉ DE L'ESSAI

4
I. Introduction générale
Lieu de la visite : Générale béton

La date : 08/12/2021

Figure 1:Centrale béton

II. Définition
La centrale à béton stocke les différents éléments constitutifs du béton (eau, ciment, granulats et adjuvants) au sein de cuves
adaptées et fabrique ensuite un béton sur-mesure à la demande de chaque client. Le béton fabriqué en centrale est produit en
grandes quantités et est de qualité, puisque la centrale doit se conformer aux prescriptions en vigueur.

1. Capacité de centrale 
La centrale à béton est de capacité de 60m³/h .Le centrale est étalonné pour le gros béton de capacité 55m³/h.

2. Capacité de toupie 
Chaque toupie est équipée par manomètre et de capacité 10m³.

Figure 2: Camion toupie


5
III. Les essais de laboratoire de la centrale
 Analyse granulométrique par tamisage
 Essai de résistance à la compression des éprouvettes
 Essai d’affaissement
 Equivalent de sable
 Détermination de la teneur en eau

1. Analyse granulométrique par tamisage

Figure 3:Série des tamis

a. Références
 NT 21.192-1(2016) : Essais pour déterminer les caractéristiques géométrique des granulats partie 1 : détermination de
la granularité : Analyse granulométrique par tamisage.
 Nt 21.202(2003) : Partie 2 : détermination de la granularité tamis de contrôle, dimensions nominales des ouvertures.
 Nt 21.30(2010) : Granulat pour béton.
 Plan de contrôle de qualité MP (PCQ01).

b. Principe de l’essai
L’assai consiste à diviser et à séparer un matériau en plusieurs classes granulaires de dimensions de décroissantes au moyen d’une
série de tamis.les dimensions de mailles et le nombre des tamis sont choisis en fonction de la nature de l’échantillon.

c. Appareillage
 Série de tamis
 Fond et couvercle
 Etuve ventilée
 Balance
 Plateau
 Tamiseuse

d. Préparation des prises d’essai


D de la classe Masse de la prise

6
granulaire (maximum) d’essai (minimum)
mm mm
20 4
12 1.5
8 0.6
≤4 0.2

 La masse minimum de la prise d’essai peut être interpolée à l’aide de la formule suivante : M= (D/10)²
 Sécher la prise d’essai en le portant à une température de (110±5) ° C jusqu'à masse constante M.

e. Mode opératoire
1) Tamisage
 Verser l’échantillon sec dans la colonne de tamis. Cette colonne est constituée d’un certain nombre de tamis emboités, et
disposés de haut en bas, dans un ordre de dimension de mailles décroissant avec le fond et le couvercle.
 Agiter la colonne, puis reprendre un à un les tamis en commençant par celui qui présente la plus grande ouverture. Agiter
manuellement chaque tamis en s’assurant qu’il n’y a pas de perte de matériau en utilisant un fond et un couvercle.
 Transvaser tout le matériau qui passe à travers chaque tamis sur le tamis suivant de la colonne avant de poursuivre
l’opération avec ce tamis.
2) Pesées
 Peser le refus au tamis ayant la dimension de maille la plus grande et noter sa masse R1.
 Poursuivre la même opération pour tous les tamis qui sont dans la colonne, afin d’obtenir la masse des différents refus
cumulés et noter ces masses Ri.
 Les masses des différents refus cumulé Ri sont rapportées à la masse totale de l’échantillon M.
3) Calcul et expression des résultats

Les pourcentages de refus cumulés sont présentés sous forme numérique (PCQ01 Année 03) et sous forme graphique (courbe
granulométrique)

4) Détermination de la teneur en fines

Calculer le pourcentage de fines f passant à travers le tamis de 0.063mm.

5) Calcul du module de finesse de sable

Le module de finesse FM est défini comme la somme des pourcentages cumulés, en masse, des refus sur la série de tamis suivante
1
(mm), exprimée en pourcentage : FM = Σrefus cumul é s en %des tamis(4−2−1−0.5−0.25−0.125)
100

7
2. Résistance à la compression des éprouvette

Figure 4:Machine de compression Figure 5:Des éprouvettes cubiques

a) Références
 NT 21.109.3(2010) : Essai pour béton partie 3 : Résistance à la compression des éprouvettes
 NT 2.109.4(2002) : Essai pour béton durci partie 4 : Résistance en compression caractéristiques des machines d’essai
 Plan de contrôle de qualité béton PCQ 02

b) Principe
Les éprouvettes sont chargées jusqu'à rupture dans une machine pour essai de compression. La charge maximale atteinte est
enregistrée et la résistance en compression calculée.

c) Appareillage
Machine d’essai de compression

d) Mode opératoire
1) Préparation et positionnement des éprouvettes
 Tous les plateaux de la machine s’essai doivent être essuyés et toutes particules ou corps étrangers retirés des surfaces de
l’éprouvette.
 Enlever tout appareillage, autre que les plateaux axillaires ou éléments d’espacement entre l’éprouvette et les plateaux de
la machine d’essai.
 Essuyer l’éprouvette pour éliminer l’eau superficielle excédentaire avant de la positionner dans la machine.
 Positionner les éprouvettes cubiques de façon que le chargement s’effectue perpendiculairement au sens de coulage.
 Centrer l’éprouvette sur le plateau inférieur.
2) Mise en charge
 Sélectionner une vitesse constante de chargement dans la plage (0.6±0.2) Mpa/s
 Après l’application de la charge initiale, appliquer la charge sans choc et l’accroître de façon continue à la vitesse
constante jusqu'à la rupture de l’éprouvette.
 Enregistrer la charge maximale obtenue en KN, enregistrer la résistance de l’éprouvette à la compression (PCQ 02
Ann04).

8
3. Essai d’affaissement

Figure 6:Cône d’abrams

a. Référence
 NT 21.110(2010) : Essais pour béton frais : partie 2 : essai d’affaissement

b. Principe
Le béton frais est compacté dans un moule ayant la forme d’un tronc de cône. Lorsque le cône est retiré au vertical, l’affaissement
du béton permet de mesurer sa consistance.

c. Appareillage
 Cône d’abrams
 Plateau de base
 Tige de piquage

d. Mode opératoire
 Humidifier le moule et le plateau de base, puis placer le moule sur le plateau de base horizontale.
 Maintenir fermement le moule en place de fixation ou par appui vertical sur les deux parties de base.
 Remplir le moule en tris couches, chacune correspondant approximativement, après serrage au tiers de la hauteur du
moule.
 Piquer chaque couche 25 fois avec la tige de piquage. Répartir les cops uniformément sur la surface de chaque couche.
 Après avoir piqué correctement la couche supérieure, araser le béton au niveau du bord supérieur du moule en effectuant
un mouvement de sciage et de roulage à l’aide de la tige de piquage.
 Enlever le béton qui s’est écoulé sur le plateau de base. Démouler le béton en soulevant délicatement le moule à la
verticale.
 L’enlèvement du moule doit se faire en 2 ≤ à 5s, par une remontée verticale régulière, sans imprimer au béton un
mouvement latéral ou de torsion.
 L’ensemble des opérations, depuis le début du remplissage jusqu'à l’enlèvement du moule, doit être réalisé sans
interruption et terminé en moins de 150s.
 Immédiatement après l’enlèvement du moule, mesurer et enregistrer l’affaissement (PCQ02 Ann04)

e. Expression des résultats


L’essai n’est valable que s’il conduit à un affaissement réel, c’est-à-dire un affaissement pour lequel le béton reste, dans
l’ensemble, intact et symétrique.

9
4. Equivalent de sable

Figure 7:cylindres gradué de l'essai

a. Référence
 NT 21.192.8(2016) : Essais pour déterminer les caractéristiques géométriques des granulats : partie 8 : évaluation des
fines équivalent de sable.
 Plan de contrôle de Qualité MP (PCQ01).

b. Objectif
L’équivalent de sable est un indicateur caractérisant la propreté d’un sable. Il indique la teneur en éléments fins, d’origine
essentiellement argileuse, végétale ou organique à la surface des grains.

c. Réactif
Une solution lavante : obtenue en diluant 125 ml de solution concentrée dans 5L avec l’eau distillée.

 La solution lavante ne doit pas être utilisée plus de 28 jours


 Deux cylindres gradués
 Piston
 Tube en caoutchouc
 Un tube laveur
 Entonnoir
 Flacon
 Règle de 500mm
 Tamis de contrôle
 Balance

d. Préparation des prises d’essai


La prise d’essai ne doit pas être séchée dans une étuve. La masse m de chaque éprouvette doit être calculée comme suit :

120×(100+ w)
w= g
100

 Où w est la teneur en humidité du sable

10
e. Généralités
L’essai doit être réalisé sur deux éprouvettes.

f. Mode opératoire
 Remplissage des cylindres
 Agitation des cylindres
 Lavage
 Mesurage

g. Calcul et expression des résultats


h2
 Calculer le rapport ×100 pour chaque cylindre
h1

Si les deux valeurs différentes de plus de 4, le mode opératoire d’essai doit être répété

 Calculer l’équivalent de sable SE comme la moyenne des rapports obtenus sur chaque cylindre et l’enregistrer (PCQ 01
Ann02).

5. Détermination de la teneur en eau

a. Référence
 NT 21.193.5(2010) : Essais pour déterminer les caractéristiques mécaniques et physiques des granulats : partie 5 :
Détermination de la teneur en eau par séchage en étuve ventilée.
 Plan de contrôle de Qualité MP (PCQ01).

b. Principe
Le séchage à l’étuve fournit une mesure de la quantité totale d’eau libre présente dans une prise d’essai de granulats. Cette eau peut
se trouver soit à la surface, soit à l’intérieur des grains, dans les pores accessibles à l’eau. Après pesée, une prise d’essai est placée
dans une étuve ventilée à la température de (110±5) ° C. Par pesées successives, on détermine la masse constante de la prise d’essai
séchée.

c. Appareillage
 Balance
 Etuve
 Plateau
 Spatule

d. Préparation de la prise d’essai


Pour D≥1.0mm, la masse minimale(en kilogrammes) doit être 0.2 D

D : la plus grande dimension de tamis

e. Mode opératoire
 Nettoyer et sécher le plateau
 Etaler la prise d’essai dans le plateau

11
 Peser le plateau contenant la prise d’essai humide et déterminer et enregistre la masse de la prise d’essai M1 (PCQ01
Ann02).
 Placer le plateau dans l’étuve à (110±5) °C jusqu'à ce que la masse constante soit atteinte.
 La masse constante est la masse obtenue après séchage, à l’issue de pesées successives séparées d’eau moins 1h, lorsque
la dernière pesée ne diffère pas de plus de 0.1% de la précédente.
 Une fois la masse constante atteinte, enregistrer la valeur de la masse constante M2 (PCQ 01 Ann02).
 La valeur de la teneur en eau w correspond à la masse d’eau de la prise d’essai exprimée en pourcentage de la masse
sèche de la prise d’essai.

f. Calcul et expression des résultats


Calculer la teneur en eau w conformément à l’équation suivante :

M 1−M 2
w= × 100
M2

Où :

M1 : la masse de la prise d’essai humide, en grammes.

M2 : la masse constante de la prise d’essai sèche, en grammes.

IV. Conclusion
En conclusion, j'ai trouvé cette visite enrichissante car grâce à elle, j'ai pu apprendre de nombreuses informations sur l'entreprise de
général béton, son rôle, sa production, en plus d'une approche supplémentaire du monde du travail.

12

Vous aimerez peut-être aussi