Vous êtes sur la page 1sur 1

Le TEE, tableau économique d'ensemble, est un indicateur de la comptabilité nationale française.

C'est une synthèse de tableaux qui permet d'étudier les échanges entre plusieurs secteurs de
l'activité nationale. Ces secteurs sont regroupés en agents. On étudie les flux monétaires entre ces
agents, au nombre de six : les ménages et entrepreneurs individuels, les administrations publiques
(APU), les sociétés non financières (SNF), les sociétés financières (SF), les institutions sans but lucratif
au service des ménages (ISBLSM) et le reste du monde (RDM). Tous les comptes sont étudiés sous
forme de tableaux avec à chaque fois les emplois (débit) et les ressources (crédit). Chaque tableau
aboutit à la production d'un solde correspondant. Il permet d'avoir une vue d'ensemble des
opérations financières et économiques du pays. Ce tableau n'est pas publié.

Le TEE rassemble les données concernant :

 Les opérations sur les objets économiques (décrits dans le TEI),


 Les opérations de répartition,
 Les opérations financières (décrites dans le TOF).

Il peut bien sûr être décomposé pour étudier chaque élément, non seulement au niveau des tableaux
intermédiaires (TEl et TOF) mais grâce également aux comptes intermédiaires.

Le tableau économique d’ensemble (T.E.E.), dont l’apparition dans la comptabilité nationale française
remonte à 1955, se présente sous la forme d’un tableau croisé des secteurs institutionnels (en
colonnes) et des opérations (en lignes) dans leur nomenclature la moins détaillée. Véritable synthèse
du circuit économique national, il constitue à la fois un cadre de prévision et une structure
d’enregistrement de l’activité économique passée. Le tableau est divisé en deux grandes parties :
ressources à droite, emplois à gauche. L’activité des divers secteurs institutionnels résidents (sociétés
et quasi-sociétés non financières, institutions de crédit, entreprises d’assurance, administrations
publiques, administrations privées, ménages) est retracée par une succession de comptes
(production, exploitation, revenu, utilisation du revenu, capital, financier) qui regroupent chacun les
opérations effectuées à l’intérieur de l’économie nationale et caractéristiques d’un aspect particulier
de l’activité économique du secteur. La consolidation des comptes des secteurs institutionnels donne
les comptes de l’économie nationale, dont les soldes sont les principaux agrégats utilisés dans
l’analyse macroéconomique : produit intérieur brut, excédent brut d’exploitation, revenu national
brut disponible, épargne nationale brute, capacité ou besoin de financement de la nation. Les
opérations réalisées par des unités résidentes avec des unités non résidentes sont regroupées dans
les comptes du reste du monde (compte des opérations non financières et compte financier) qui
forment avec les comptes des secteurs résidents les « comptes simplifiés »,

Dont le T.E.E. constitue la présentation synthétique. Les opérations effectuées par les secteurs
institutionnels (opérations sur biens et services, opérations de répartition, opérations financières)
apparaissent sous une forme relativement globale. Les opérations sur biens et services, par exemple,
ne sont pas détaillées par nature de biens et services, cette ventilation ne présentant un intérêt que
dans le cadre de l’analyse des entrées-sorties. Une lecture verticale et horizontale du T.E.E. permet la
reconstitution des divers comptes de secteurs et d’opérations, toujours équilibrés par suite de
l’inscription en partie double des différents flux. Construit dans un but de simplification suivant le
principe des comptes-écran, le T.E.E. n’indique pas les relations directes entre secteurs
institutionnels.

Vous aimerez peut-être aussi