Vous êtes sur la page 1sur 22

HABITAT et URBANISME

Un habitat traditionnel simple, varié et respectueux des lieux


grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
Appauvrissement, voir perte d'identité architecturale
avec le phénomène du "faux chalet alpin" dans les villages de montagne
et l'urbanisation anarchique dans les villes
Peu de valorisation de l'architecture moderne, sauf les réalisations"techniques"

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
ƒ architecture ancienne, et propre à chaque vallée mais peu de villages préservés dans leur ensemble
ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de perte d'identité
architecturale dans les villages
> en altitude, modèle hégémonique de "faux chalet alpin" sur un modèle international du tourisme
> en plaine et sur les coteaux, invasion de "faux provençal" et péri-urbanisation
ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier l'utilitaire:
des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique, sans vision
ƒ vitalité de l'architecture moderne, pourtant peu valorisée et peu "patrimonialisée", en dehors des
réalisations de génie civil
> les réalisations architecturales d'intérêt , selon les experts : essentiellement de l'architecture "technique"
ƒ urbanisme des villes et villages traditionnels d'esprit méditérranéen
ƒ pierre et bois, les matériaux de l'architecture traditionnelle
ƒ spécificités architecturales : chalets, mayens, raccardset
Document maisons du vignoble
de travail / CoManaging 294
HABITAT et URBANISME

Reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé
mais varié et respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 295
HABITAT et URBANISME

Appauvrissement, voir perte d'identité architecturale


avec le phénomène du "faux chalet alpin" dans les villages de montagne
et l'urbanisation anarchique dans les villes

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 296
HABITAT et URBANISME

Architecture ancienne, et propre à chaque vallée mais peu de villages préservés dans leur ensemble

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 297
HABITAT et URBANISME

"Ce qui est caractéristique de l’architecture du Valais : les raccards (Mayens)"

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 298
HABITAT et URBANISME

Vitalité de l'architecture moderne, pourtant peu valorisée et peu "patrimonialisée",


en dehors des réalisations de génie civil
Eglise d‘Hérémence

Eglise de Mase Fondation Pierre Gianadda à Martigny Eglise de Lourtier

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 299
HABITAT et URBANISME

Les réalisations architecturales d'intérêt , selon les experts : essentiellement de l'architecture "technique"

Pont sur le Ganter, route d‘accès au col du Simplon

Document de travail / CoManaging 300


HABITAT et URBANISME

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente

"Une architecture d'habitation qui reflète absolument la pauvreté des Valaisans jusqu'à il y a très peu de temps,
contrairement aux autres régions. Dès que l'on sort de la plaine, c'est extrêmement pauvre " Jean-Marie Grand
"Pratiquement tous les gens de mon âge ici, on se souvient encore: il y avait une seule chambre pour tous et puis une
cuisine et puis c'est tout! Tout le monde vivait dans la même pièce, dans les villages jusque dans les années 50-60,
avant l'arrivée de l'industrie et du tourisme." Jacques Lathion
"Quand je regard les conférences que je donne sur le patrimoine, c’est vrai que l’on parle, en Valais, du premier patrimoine
qui est le paysage. Ce qui est très intéressant c’est de voir la relation entre la construction et le territoire. On a parlé
également de bâtiments de petites dimensions qui viennent se poser sur le site sans en modifier, excaver, sans
modéliser le territoire et ce qui est intéressant, quand on regarde Vernamiège par exemple, c’est que l’on a le bois, la pierre,
on a des bâtiments plus ou moins de la même dimension, donc si vous posez ces éléments sur le territoire,; il y a une sorte de
respect de la forme du territoire, et puis c’est une architecture vernaculaire qui s’est posée sur le territoire et qui s’est
bien posée." Christophe Valentini
" Il y a toujours une architecture vernaculaire qui est très importante, qui n’est pas uniforme sur l’ensemble du canton
car influencée par la qualité du bois présent selon les régions. Il faut être conscient de ça et arrêter de voir une
architecture valaisanne uniforme. " Bernard Attinger
"Un Valaisan tu lui donnes un trax, où il y a une pente il fait un plat et où il y a un plat il fait une pente ! Il n’y a qu’à regarder, on
fait des bosses autour de toutes les villas ! Quand on travaillait à la pelle et à la pioche on s’adaptait au terrain!" Bernard
Attinger
"Il n'y a aucune culture d'architecture. Si vous prenez les cantons environnants, si vous prenez l'Oberland Bernois, il y a
vraiment un cachet extraordinaire! Ici, il n'y a pas vraiment un type de maison valaisanne, ils n'avaient pas les moyens"
Jacques Lathion

Document de travail / CoManaging 301


HABITAT et URBANISME

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
"Canton rural, le Valais des siècles passés se caractérise par une architecture traditionnelle, simple, alliant fonctionnalité et
esthétisme : c'est le type même du chalet valaisan que les architectes d'aujourd'hui s'ingénient à copier et à réinventer.
En plaine, les agglomérations abritent quelques bâtiments plus cossus, oeuvres d'architecte du XVIIIe siècle, qui côtoient les
constructions récentes où le verre et le béton donnent au Valais son aspect moderne et citadin. " Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo
"Nous sommes quelques centaines à vivre dans ces maisons de bois, trop hautes, trop étroites, mais où trouverions-nous de
la place pour les agrandir ? Trois, quatre étages et la pente est si déclive qu'on entre de plain-pied du chemin dans la cuisine
(..) La maison est collée à la pente ; la pente s'appuie au ciel" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

ƒ architecture ancienne, et propre à chaque vallée mais peu de villages préservés dans leur ensemble
"Il n'y a que quelques villages comme Grimentz qui sont fabriqués, avec des fleurs et des choses comme ça. " Jacques
Lathion
"Il n'y a pas d’identité architecturale, mis à part quelques villages comme Saas-Fee." Christian Desclouds
"Quand même, il y a certainement une vingtaine, une trentaine de villages valaisans qui méritent le détour." Hermann-
Michel Hagmann
"Le bâti caractéristique de certains villages du Val d'Anniviers, du Val de Bagnes." François Perraudin
"Un bon nombre de beaux villages typiques et bien conservés, notamment en zone de montagne." Jean-Bernard Moix
"Les villages de chalets de bois, les raccards." Nicolas Salamin
"Certains villages, Kippel, Evolène, Grimentz, les bisses" Armand Dussex
"Les villages étagés des vallées (transhumance et ingéniosité), quelques bourgs comme Saillon ou Niedergesteln, les villes de
Sion et Brigue" Marc-André Berclaz

Document de travail / CoManaging 302


HABITAT et URBANISME

ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de perte
d'identité architecturale dans les villages (suite)
"Architecture ancienne des villages, vieux chalets de bois puis, architecture horrible des années 60, HLM des villes,
gros immeubles touristiques sans âme" Nicolas Salamin

> en altitude, modèle hégémonique de "faux chalet alpin" sur un modèle international du tourisme (suite)
″ On assiste maintenant à une chose qui est une catastrophe, un danger de perte d'identité valaisanne par un effet d'
internationalisation par le pseudo vernaculaire : une espèce de plagiat où l’on fait du faux chalet, du faux machin, où
l’on essaie d’inventer une architecture alpine internationale "du tourisme" sans authenticité, en reprenant des éléments
de l’Engadine ou du Tyrol pour faire des chalets. C’est ce que fait Crans Montana, et que l’on fait partout avec des
complications de bois, de machins, de balustrades et de trucs, des chalets en kit, et même on importe le bois !! Le danger
c’est l'inculture de certains Valaisans qui ne savent pas reconnaître leur identité, ils trouvent ça beau et pensent donc
que c'est valaisan alors que c’est pas du tout valaisan. Ils ne savent plus faire la différence entre authenticité et
kitscheries épouvantables. Je ne veux pas critiquer Grimentz et ses beaux géraniums, mais c’est aussi une exagération."
Bernard Attinger
"C’est la globalisation alpine" Jacques Cordonnier
"On détruit de vrais chalets à l’étranger pour en faire 50 petits faux ici" Bernard Attinger
"Ce qui est aussi problématique, c’est que l’on est dans un système d’épicerie ; c'est-à-dire que le travail de l’architecte c’est
quand même de construire quelque chose dans un milieu bien précis et adapté à ce lieu autant par les matériaux, par les
ouvertures, par le climat. C’est tout ça qui va former l’architecture du lieu. C’est pour ça que l’on a quand même une
architecture de chez nous. Je veux dire à Zermatt les chalets étaient tous bien fermés avec des petites fenêtres tout ça
parce que le climat était aride, il faisait froid; donc plus on monte, plus on doit se protéger du froid. Et c’est vrai que l’on a de la
peine, aujourd’hui, à accepter cette architecture qui ne correspond pas au lieu et qui devient de l’épicerie. Le problème
c’est la série aussi." Christophe Valentini
"Juxtaposition des styles d’architecture régionaux et internationaux."
Document de travail / CoManaging 303
HABITAT et URBANISME

ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de


perte d'identité architecturale dans les villages (suite)

> en plaine et sur les coteaux, invasion de "faux provençal" et péri-urbanisation


"Ce qu’il manque dans les petits villages de plaine ou de coteau, c’est qu’il n'y a pas d’unité et d’identité
dans les constructions; typiquement, les constructions provençales ou autres qui dépareillent avec le reste du
village." Vincent Bornet
"Ce n'est pas la vigne qui rentre dans la ville, mais plutôt la ville qui rentre dans la vigne. " Jacques Cordonnier
"Si l’on regarde les villages, il y a eu des agrandissements des routes qui passaient au milieu de ces villages. La
route s’est constamment agrandie au détriment des bâtiments que l’on a démolis, puis on a eu l’autoroute
et des routes de contournement, et ces réseaux qui restent dans les villages sont hors d’échelle. Qu’est-ce qui
s’est passé, les gens sont partis en périphérie et ont abandonné le centre des villages ; et c’est vrai que
quand on se retrouve avec des bâtiments dans les vignes, c’est absolument ça. Les villages se rendent compte
qu’il y a quelque chose à faire, qu’il faut redynamiser l’intérieur des villages et on essaie tant bien que mal de
diminuer ce tronçon et de rendre viable le centre des village parce que sinon c’est vrai que l’on a un abandon de
ces villages au profit de la périphérie" Christophe Valentini

Document de travail / CoManaging 304


HABITAT et URBANISME

ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier


l'utilitaire : des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique,
sans vision
"Le meilleur et le pire" Gilberte Favre
"Il y a du très bon et du très mauvais. Ce qui a été construit pour être habité par la population valaisanne me
paraît réussi. Par contre je déplore l’action des promoteurs qui ont sévi en spéculateurs pour construire et
vendre rapidement à nos touristes n’importe quoi et n’importe comment." Jean-Bernard Moix
"On l'appelle la verrue le bâtiment de la police à Sierre, parce que c'est comme un appendice que l'on est venu
ajouter à ce beau bâtiment initial qui est l'hôtel de ville de Sierre qui est magnifique. Et moi j'ai entendu beaucoup
de gens qui disaient que l'on peut lire l'histoire du Valais. Tout à coup, il y a eu des usines, du travail et de
l'argent et tout à coup il y a eu une sorte de frénésie dans la construction. J'ai l'impression que ça a grandi
comme ça de manière frénétique sans qu'il y ait une ligne." Anne Martin
"Quand on est en haut de la cathédrale de Berne on se dit : Qu’est-ce que c’est beau! Quand on est en haut de la
colline de Valère on dit: Qu’est-ce que c’est laid !" Anne Martin
"Le gâchis des années 50-80, le contraste: mayen/mazots vs villas standardisées. Les villages étagés des vallées
(transhumance et ingéniosité)" Marc-André Berclaz
"Ce qui caractérise l'urbanisme, l'organisation territoriale du Valais : spéculative, argent rapide, consensuelle"
Roland Imboden

Document de travail / CoManaging 305


HABITAT et URBANISME

ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier


l'utilitaire : des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique, sans
vision (suite)
"J’explique cela par la constitution valaisanne; en Valais on est passé d’une population agraire à totalement industriel mais il
n’y a pas eu les bourgeois et leur culture pour maîtriser le développement. Il a fallu construire des choses utilitaires,
le Valais a toujours été utilitaire et à mon avis c'est ça qui fait la différence. C'est vrai que l'on n'a pas géré parce qu'il n'y avait
pas un groupe qui gérait. Celui qui avait de l'argent construisait." Sylvine Eberlé
"Tout Valaisan a un bout de terrain; il n'y a pas un plan d'aménagement du territoire. Le développement n'est donc pas
maîtrisé. Depuis la fin de la guerre, il y a eu un développement exceptionnel, pas géré" Jean-Bernard Rouvinez
"Le problème de la Suisse c’est que l’on a voulu partir du petit pour aller vers le grand au lieu de partir du grand pour aller vers
le petit, donc il n’y a pas de politique d’aménagement du territoire. Si on prend Sion, par exemple, il y a un plan
d’urbanisation après démolition des murs qui fait une ville en damier etc. qui dure un certain nombre d’années, qui crée un
réseau qui s'est à peu près régulé. Après ça part n’importe comment dans tous les sens et puis ça fait des villes qui sont
inintéressantes ; donc les parties modernes des villes valaisannes sont sans intérêt. Quand on regarde des images de
1970 de Conthey, il n’y a rien ! Et maintenant c’est rempli de n’importe quoi ! C’est le foutoir, c’est le laisser-faire total !
La commune fait ce qu’elle veut comme elle veut; au niveau du plan d’aménagement du territoire, il n’y a aucune idée ! "
Bernard Attinger
"Les anciennes stations de la fin du XIXe siècle et du début du XXe sont vite devenues des petites villes à fonctions
multiples. Développées au départ dans les villages anciens, à la faveur d’une économie libérale et de la faible intervention
de l’Etat dans l’aménagement de l’espace, elles ont été le lieu d’une croissance anarchique. " Claude Raffestin, Jean-
Bernard Racine, Nouvelle géographie de la Suisse et des Suisses
"Le tourisme alpin s’y est développé dès la fin du XIXe siècle, d’abord autour de sites majestueux et symboliques du
paysage montagnard, puis dans toutes les régions du canton avec l’émergence providentielle des sports d’hiver. Pour cette
raison, des lieux de villégiature de générations différentes, aux caractéristiques architecturales et urbanistiques
spécifiques, se côtoient dans le paysage valaisan." Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais,
Mémoire de licence, Université de géographie, Université de Lausanne, mars 2005
Document de travail / CoManaging 306
HABITAT et URBANISME

ƒ vitalité de l'architecture moderne, mais peu valorisée et peu "patrimoniale", en dehors des réalisations
du génie civil
"Il y a des éléments d'architecture contemporaine qui sont intéressants, mais qui sont noyés dans le paysage." Hermann-
Michel Hagmann
"Quelques belles constructions contemporaines : le bâtiment de la fondation Gianadda, l'église d'Hérémence, le pont du
Ganter ainsi que quelques belles réalisations d'intérêt général ou privé." Nicolas Salamin
"Les innovations récentes, même spectaculaires, se superposent plus qu’elles ne se substituent aux anciennes."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"(..) tiraillements entre les tenants d’une vision traditionnelle et les partisans de l’architecture moderne. On peut citer
quelques exemples qui ont particulièrement marqué ces débats : l’église de Lourtier (dans sa conception originale de 1932), la
villa Veuillet, à Sion (1962-63), ou l’église d’Hérémence (consacrée en 1971), sans parler de la vitalité de l’architecture
contemporaine très bien représentée dans les édifices publics du Valais actuel." Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"Il convient aussi de ne pas oublier les réalisations de génie civil liées aux routes et aux complexes hydroélectriques,
particulièrement abondants après-guerre et marquants pour le Valais." Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"La modernité commence en 1923-33 lorsque Sartoris construit l'église de Lourtier ; le choc culturel est terrible : on dit de
l'architecte qu'il est "le bolchevique de Lourtier". Pourtant l'église trouve des défenseurs (..) Dès le milieu du XXème siècle,
de nouvelles constructions assurent cet esprit novateur : la station du téléphérique de Verbier, le centre de vacances à
Fiesch, la "nouvelle forteresse de la foi" à Riddes ; l'église du Sacré-Cœur à Brigue, et surtout "l'église cathédrale"
d'Hérémence, apothéose du béton en lyrisme de formes sculptées, en jeux d'arêtes et de rythmes plastiques, en contrastes de
masse et en spiritualité…" Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 307


HABITAT et URBANISME

ƒ vitalité de l'architecture moderne, mais peu valorisée et peu "patrimoniale", en dehors des
réalisations du génie civil

> les réalisations architecturales d'intérêt , selon les experts : essentiellement de l'architecture
"technique"
"Les nouvelles habitations collectives de St-Maurice qu'il faut voir, la rénovation d'un rural en dessus de Chamoson etc.
Autre alliance plus ou moins réussie, c'est l'alliance entre l'ingénieur, l'architecte et l'urbaniste; pensez par exemple
au pont en direction du Simplon, cela donne une très belle richesse." Hermann-Michel Hagmann
"Les barrages sont un élément architecturel, ils ont tous une technicité particulière" Sylvine Eberlé
"On parle des barrages, mais il y a aussi les bisses, qui reviennent à la mode" Grégoire Jirillo
"Il y a aussi l'éolienne qui se trouve à Collonges" Christine Roduit
"Les tunnels" Alain Barbey
"Le théâtre du Crochetan à Monthey" Christine Roduit
"Le bâtiment HEVs de Sierre" Hermann-Michel Hagmann

Document de travail / CoManaging 308


HABITAT et URBANISME

ƒ urbanisme des villes et villages traditionnels groupés d'esprit méditérranéen


"Le village serré autour de l'église" Madeleine Wiget-Daly
"L'habitat groupé des villages" Armand Dussex
"Ruelles qui évoquent l’Italie toute proche, ruelles italiennes déjà (G. de Reynold, cités et pays suisses) " Gilberte
Favre, Mémoire de Sion la vie quotidienne 1850-1950
" Les rues sont rares, il faut prendre un vague chemin, s’avancer, rebrousser, se faufiler dans un entrelacs de
maisons, de granges, de greniers, de raccards, avec le sentiment croissant, embarrassé et délicieux de violer
une intimité " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006

ƒ pierre et bois, les matériaux de l'architecture traditionnelle


"Ce qui caractérise l’architecture du Valais : le bois" Madeleine Wiget-Daly
" C’est un univers de bois et de pierres " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006
" (…) des beaux chalets d’en bas, qui sont longs, bien crépis de blanc, avec un toit fait de bardeaux semblables à des
écailles de poisson. Il y a des étables pour les bêtes, il y a de riches fontaines " C.F. Ramuz, Derborence
" Il aperçoit en effet le village, avec ses toits bas, pierreux, resserrés, qui font sur la pente une place qui est comme
minée (c’est le travail qui consiste à creuser profondément la terre pour mettre dessus ce qui est au fond). " C.F. Ramuz,
Derborence
" L'usage de la pierre se démocratise, plus particulièrement dans les reconstructions de villages après des
incendies dévastateurs, comme à Vionnaz en 1800. Cette architecture de pierre, autrefois confinée à quelques bourgs
importants ou aux édifices de prestige, marque désormais la plaine bas-valaisanne. Le reste du canton demeure
attaché à la tradition du bois qui caractérise l’actuelle image touristique du Valais. " Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 309


HABITAT et URBANISME

ƒ spécificités architecturales

> chalets, mayens et raccards


"Ce qui est caractéristique de l’architecture du Valais : les raccards (Mayens)" Jean-Daniel Rouiller
"Le chalet de montagne " Roland Vergères
"C'est ici, justement qu'il faut observer cette différence essentielle qu'il y a entre le raccard et la grange. Qui ne connaît ces
hautes constructions de bois que soutiennent de rondes dalles posées, pareilles au chapeau d'un champignon, sur des
colonnettes de bois ?Ainsi, les rongeurs peuvent-ils à loisir ronger leur faim près des meules de l'abondance. Ils ne pourront
pas les atteindre" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

> les maisons du vignoble


"Dans le vignoble, ce qu'on voit des maisons n'est pas tout, ce n'est guère que leur moitié : ce qui est dans l'air n'est que le
prolongement de ce qui est sous la terre; et la vie y est une vie à moitié souterraine, soit qu'on pressure, soit qu'on
encave, soit qu'on transvase, soit qu'il faille soufrer le vin ou le coller. (..) les aises de l'homme ne comptent guère auprès
de celles de la récolte. C'est le vin qui est "logé" d'abord, et le mieux possible : l'homme s'accommode de ses restes. La
dimension des maisons dépend de celle des caves: toute la disposition de dessus de la disposition de dessous." C.F.
Ramuz, Vendanges
"Des vignes et des blés s'affermissaient dans la pierraille au-dessus de quelques maisons amarrés là comme de petites
barques vertes ou bleues sulfate, les portes caressées par les treilles." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en
légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 310


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

"Le patrimoine architectural et historique du Valais est caractérisé


par sa situation transitaire entre le nord et le sud, entre l’est et l’ouest"

"L'architecture est marquée par une multitude de petites constructions militaires,


il y a plus de 200 tours en Valais du type Batia,
et une multitude de constructions religieuses avec de splendides églises gothiques dans le Haut-Valais"
Jean-Marie Grand

"Il y a beaucoup de beaux quartiers et tout près des verrues;


C'est comme des joyaux disséminés; c'est tout petit et autour, il y a des trucs moins bien" Anne Martin

"A côté de « l'architecture vernaculaire », il y a toujours eu une architecture internationale qui a existé en
Valais; c’est l’architecture des monuments, des églises, baroques et gothiques, des bâtiments de prestige,
que ce soit l’évêché ou le bâtiment des chanoines qui sont des architectures internationales.
Et c’est ce qui fait le contraste des églises blanches, baroques, au milieu d’un village,
Et cela continue maintenant, et les villes sont construites dans l’architecture internationale."
Bernard Attinger

Document de travail / CoManaging 311


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Patrimoine architectural riche et diversifié, mais peu visible en ville,


avec une dominante des époques médiévales et baroques,
et du patrimoine religieux, architectural et artistique,
L’orgue de Valère, un chef d'œuvre exceptionnel

ƒ patrimoine architectural riche et diversifié, avec une dominante de patrimoine médiéval,


notamment les châteaux et le gothique tardif, et de patrimoine religieux
ƒ forte présence du baroque dans le patrimoine architectural et artistique
ƒ célèbres vestiges romains à Martigny
ƒ patrimoine architectural des vieilles villes occulté ou noyé dans le développement anarchique des
villes depuis l'après-guerre
ƒ tradition d'architecture patrimoniale d'inspiration internationale
ƒ patrimoine spécifique des moulins
ƒ attachement fort au patrimoine architectural valaisan et désir de le protéger
ƒ dominante religieuse du patrimoine artistique , dont l’orgue de Valère, chef d'œuvre et "plus vieil
orgue du monde encore jouable"

Document de travail / CoManaging 312


PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Patrimoine architectural riche et diversifié,


avec une dominante de patrimoine médiéval, notamment les châteaux et le gothique tardif

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 313
PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Patrimoine architectural riche et diversifié,


avec une dominante de patrimoine médiéval, notamment les châteaux et le gothique tardif,
et de patrimoine religieux

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 314
PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Patrimoine architectural riche et diversifié,


avec une dominante de patrimoine médiéval, notamment les châteaux et le gothique tardif,
et de patrimoine religieux

www.trekearth.com
Document de travail / CoManaging 315